<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAJIN u Malin | Nouvelles Etrangres I Parisiana Abone*nent. I CE SOIR Abonnaint Un mois Port ou Princo flrdes Dpartement "Etranger • Insertion et abonnements payable d'avanoe S#0| TF*.* GaValo taires ; fatigu, dcourag, il s'tait lav les mains comme Filage. Le Consul de Santiago.Me Emma nuel Nizon.n'osait pas s'y aventurer car dj il tait convaincu que mme les reprsentants d'Hati a l'Etrangei taieat aussi sans dfense, puisque selon sa propie expression, son chei pays n'avait mme pas na garde ( e pour venir dfendre SS consuls au| besoin. \ Dans les Usiner dans les chtm^M Le liit \\m CE SOIR Un incident intre l'IteDernire lit et la Yougoslavie .; 11" pP0 jAt H rn tonniie la cnemore ^ :*V. a nSao-me oae note exp.iqua.t .a rouverture du parlement. jff'S.Jft.aS te sont produit. La conrence P mis Un ine'dent a 4 *' produit entre 11 HIH et la ougo-Slavie par suite d l'arrive dans le port a AI mate de Zebernaco d uneeeoar. ita lienne parmi les navires italiens an TllRIIN -1> cabinet irhndM* cra dans ce port, oa cit le.cuiras „.. ^^rX^^rSa ^noe ^mandant leIN* UjgJJJ on faisait d'un hatien ce que l r M A !" *,„ 2 ftoarqnt „„ 0 m}t des navres,deg^^SegM vouhit.Dans.lanmtduyma.si^v d -.mi.Hc .Ma." ^ Mr N y Louis Charles, un jrm en pro j A t nr* %  onmi* la chambre ' n ,,|n ni a,Iua fut assassin Preston ( U F C ) ( i ) p?r un car oral de la garde rura'e con nu aous le nom de Goczales Wn ami et moi nous limes des dmanh1 aupis du ministre de la Havane et du consul de Santiago poui le chic ment du meurther.le rsultat obtenu quelques mois aprs lut en taveu' du caporal qu-, dit on, tait dans sa lgitime dtense. I expose les faits tels qu'ils se onl passs.Pour la premire fois, Me En manuel Nazon s tait dplac de soi, consulat pour aller 1 Preston o U alit a^aiteulieuion lu avait faitdes conbd-nces il savait trs bien qu, Louis Charles tait innocent,1 s'tait tu Le caporal tait tn lib.Tt.Comm croix de ter pour avoir tu un hatien, il tait grad sergent et envoy Alto Cedro. Voulant moi-mnu poursuivre l'atlatre sans moccupei de savoir que mon pays n'avait pas tin gatde tte pour venir me dfen dre j'crivis Mr Fernand Hibbert, mmistie d'Haiu la Havane qui me ipondit en ces termes : La Havane le 7 avril 1919 Mon cher concitoyen et ami, Reprsentation da sensationnel Drame Forfaiture qui doit i'e expdi demain par le c Maioris . Entre gnrale : G. 1 50 Varits DIMANCHE a Vagnbtndv de (ol-tte Willyi de Cannes 1 CANNES— Les dlgus franais la conterence de Cnnn a sont arii vt^s aujourd'hui MM Bciaud Lou Iclteur dbrq"rent sous une abjn liante chute de neig>\ ll la e it lob |el d une rception en h)uaiaste. l'es ioctdents qui ae soot p-oduits ;sur les ce es de la Dalmatie et q ont r*adu la situation ai P" i l<,U8 f ( D ans les ceides ottdtUdt Belgrade on dit qae si ta qaes'ion s'sggrave ' menace la paix, le gouverneme.it i Ymyos'ave aoeme tra la question la L u des nations a. laquelle le Irai lcotell entre l Italie t la Yuugos laviei Kappalloa t communiqu. NKW YORK. Les accident causs pai i'aosorpuoo de boissons alco nu i'S vnneuses ont t nombreux s 1 occasion des fces dn nouvel su t ) istra personnes so it mur es et six 8j.1t tes grsvemeut inaadea. Oa cite baaucoup d'autres accidents atttibus ees exi.s de boisson*. Nouvelles diverses PARISLe match de Kug By en tre les quipes de Franc %  > ai d t;oi CANNE3.LM Journaex dea \'pe œj ^££3HEu* resu tat les deux ritnn. qui on iiitetvuw Mr Bnand %  j u f 3 „ „ naCun publient des dclamlions du premiee %  quipe y*i F ministre d aptes lesquelles la seulr faon de rsoudre le problme euro AVEC Musiuota entre G 1 Union Patriotique Par-aa Prince, le 5 Janvier 19* Monsienr le Directeur, Pour faire aote ma lettre do dcembre dernier. )• vous sauni,* d'informer vos leelears que issfe ciarationa dont voua av*x recreT le texte en vore numro du 30u_ cambre, provienneat dune note* journal "New Yo k Times ntr" du iJ5 dcru-b-e 121 Oies eut t fsitea ds jouroalielea pi Smateur Mc-Coimick. nn/jeteir U Co nmission d'enqute. M. Mc-C rrriksbian p ie aolej dir qu u parlHit u son 00m perso. el et que I R^oeort de la Cewa^ 1 sion ne serait dpos qa en fvrtet aprs l'achvement de 1 euati rasis sa qualit de Prsident dsi Coinnaisaion et son autort'6 r 50 Samedi 7 Janvier s La Renaissance Offre le Pnnre. Une Thtrale popnlationde Fort au grande reorsan'at'o* En-re : G. 1 00 li faut une alliance Franco-britannique nelle donne l'aipoe de !" D a pas hsit rendre ds mi nant pnbHc nre Imporisoce u bis.Peut-tre des ch*ogemenla me seront faits ses propositn; msianous tenons vraisemblable! sur le vif le fond de la penss C .quteurs"Netre proiaatt s'imposait. Avec mes meilleures civilits, Georges SYLVAIN Les membres du Comit sont 01 de se runir aujourd hui b iarvierl 3 ht es 14*2 de l'apri midi au *r socisl. L'Administrateur Dlga, G:o'.ges ^YLYAlN Petites Nouvelles Port au Prince iien serait au moyen d une alliance Krnnro li-i'anniqu'e L'Ang'eterre p^ rait ^dispose accepter lide da cette alliance mais elle s rserve pour lu moment ou l France sura imoditi ses demanaes sut la qaes le viens de recevoir votre lettre du l0n des sous marins. 4 avril dont la teneur m'a vivement surpris. A la date du 18 mars, je l pondis officiellement i votre lettre du u du mme mots relative la sassinat de Ney Lou'S Charles et.som le couvert de ma lettre je plaai une carie prive dans laquelle je vous ar norai que ] allais envoyer le Petit Emtgrant ( 1 ) tel que vous l avez retouch a mes amis de I o t au Pnr, ce pour que la nouvelle soit publie Quelqu'un a vol la lettre autrement la poste me l'auiait retourner pnit qu'aussi bien l'enveloppe compoitan la dsignation de l'envoi en plus du sceau de la lgation, le vous remets n oint copie de ma lettre othcielle. Tout ce qu il v avait faire snr la suite i donner lataiti Nsy l onu Charles je lai tait. U mat n e :,o-e iai lait des observations veibales au Dpaitement d'Etat au sujet de la ju ndiction militaire 1 laqutllon sem ble soumaire l'assassin. E le tsii passer une no-e crite sans iststf. H dois vous dire aussi que cotre con sul Santiago a pris t*sM ue t. coeur. Cioyez mon |eane ami a l expre* sion de mes sentiments les plus coi UMM F. H1BBER1 Copie La Havane le i mais 1919 Mon cher concitoyen. Vsi l'hoanent d'accuser rceptior de votre lettre du u courant car laquelle vous avrz bien voulu „eotietenir du meurtrerie Totr-ccu sin Ney Louis Charles, survenu Preston le 7 courant du fait d'un ca poral de 1a gsrde rurale. "Notre corTsul a Santiago d" Cub> m avait di* saisi de laques-or. e\t n'ai pas marqu d'crire au dpar Umeot pour lui demander d attirer VaTuntoe du Secrtaire de Justice sur ce crime dont l auteur doit tre r uni conformment aux loi:. En vous p-sentant mescond-Ian f \ f vous reuouvelle mon ch-r con ci.oven l'assurance de ma constdi tion disngue: f HJPBERT (A sutv *) Les Cours Paris 5— Sterling ; }4 M 2 Dollar 134) i(2 New-York 5— SeriDg4i95 Franc 12 si Vous ferez une apprciable emomi" ai vous ne vous aerv z que des Cira gesde la Amr can Sh je Polish Ce n pany Chicago, qui conservait la fi neesee' le b iilan* d** ch-us'ures Ils ce t ent meilleur m tn h 4 paleu bonne qualit que tou'es le* marqnes Remerciement* Monsieur le Docteur St Lger r-r Midae Vvr D. Dout, ne! cil Penser, Mons.eur et Madaf Chi-les Fomb UJ et lears esfu M nsieur Io*eph Perrier, M tt Ml sotrss •hirles Duplfs^y et leurs enfl M' t Mme loieph Daplessy, — Blhena FiJelon a t mordue a la bouch par une aune munie Ju nom de Cltraielie Denys. iranges mœurs — il est 11 proche A Hxilus Georges et Joseph Jean d'avoir commis des scnes scandaleuses ci profr des mots outrageant la pudeur des lion ntes pris du quartier du bord de nier. — Question de mnage / BUcta dclare ^uc Miracia Franois et Hose Siroilicn out outrag sa pudeur par des injures seulement — Voies de laits rciproques l'aide d*. pierre et de bton Auteurs : Mu icn Ank-lade et Tidieu qui occasionnent une sn dtr scandales a la grandi joie des passagers du train. Le gendarme mit le ho — Mauvais fils, Fiis Fienxil, demeurant I Turgeau .crible sa mre de coups et la maltraite avic cruaut La pauvre merc demande uae juste punition pour ce fi s maudit. — TITIUIIIII Gabriel pour avoir reius ae charger un client est envoy a la Justice de Paix — hn plein Champ de Mars et en plein jour, Medas, joueur incorrigible est arrt l. veuve Sylvera a peur d Hiil Louis et ameute le quartier Le mari de la veuve inter vient et U police aussi. — Vendredi Lamidon est accu> d'un vol de Du dollars au prjudice de Mme Uennus Antoine. 11 se dilend avec nergie — i-oriilier Mcrilus i.l.iu.trJ Jean et Edouarsil Laurent ont rsolu la question des loyers, lis se contentent des galeries pour se reposer, la nuit, de leurs latigues. Mais la loi n'accepte pas cela. — l'irnuii David, chauticur de M. Giesca. de M Marc est en contravention avec les rglements sur la cirrulation des auto. — La police l'expdie 1a Justice. — Duel de v.ragos, la Saline Mme Pierre Franois et Zabcth Satine engagent une lutte sanglante laquelle mit fin l'acung capotai Mathieux Flix. — Sans licence et sanc patente, Nol Jean, coener de M. Clnmaly commet un a:c.dent avec sa vouure No ?;o sur un eniant qui est soign par Mm: Chemaly — Julienne luiien est fatigue des pressantes sollicit.itions de Fdgard Hocicot, lequel, son tour est nerv du relus persistant de Julienne.— Bl une scne terrible clate, comme il lallaii s'y attendie, Augustin Arthur nie tre entr chei Batrice %  aston pour voler. Sa visite avait un autre but. gentilhomme un petit cadeau i La Solidarit Aprs demain dimanche aura lie, toujours au 'ocal du Mont Libaa la runion mensuel e de la Solidarit. A l'ordre du jour figure la rception de nouveaux Membres ; il y aura aussi une eau srie de Mr Aurle Hrard Les membres sont pris de ne pas cette convocation En vente ds^e les bootvti rasisons Ve Georges Dup'essy e'ses entai A BENJAMIN & Co r W f. m iUes Perrier, Fombrun et 1511 R'i* i.nmarre Agents Exclusifs pie^sy, remercient Si Graodeur pour Hati I seigneur Conan, le 1**"*'a, les 1res du S* niasire, le* F *f !' tract on Ch'tienoe. les fM di Sag"ss les Religieuses de 8 lo de C uny et tous ceux qui leur jimogi leur sympathie duraosl D'apra les nonvelles que noos maladie et a l'oxasion de la mort 1 svona leuespar le derniar courtier Uur regr t e La H1SCO Hftnaill^ Kous avons reu le faire-part des fianailles de Mlle Pauline Florus avoc Mr Alphonse N. Roua seau Meilleurs compliments ce qui a t publi u la Snger eat Julie a o se Thma Dupl< anquer plein d et retira. La S'igar na paa t Vw p St Liger p trrt s P reoaacsi ele es vendre, mais, ,, a V|enn n cl les redonne ne veut arh-ter avant que .,,_....:__ a mil ,Jla rcolte prsente soit liquide tfjjs- 'JW* 0 moe dC dit. .uenesit ..bios^tar^^^^^ peer d'^g* leur protof perles, ce qui vaincre encore le prix En mmoire de cttfiti in Nons avons rrn de Me Mura' Claude, doyen dn Tribunal de ir* instance de la juridiction des Caye et des Coteaux, une pla)ue te coote nant une notice lue par lui l'au Iteece solennelle de irnue du tri bjnr I et Intitule : %  Me Georges Lroi te et son oeuvre Me Murt Cl


PAGE 1

LC MAT* LEHN&FINKINC b yy ow*pi oduto p/iormaceul/ir s el 'OII 'FAUTES. ^jldtiBleciw'.ijtp, l^o,, Sbavi** *, Joie de morue, timuleion, Kxirai f ?" di fa fe L ' C'est l'extrme suri jri bon marchec ete v rcnr ^^^S * P*C COttraitt LfSOL :1e meilleur-et le plus . onomique d#s dsuihcania 11JW iL d ? ,r ,', f ? c ,n i PPM dans tous Us g.ands hop taux UiVE pente cuillere de Lysol dm une pin'e d'eau dione la solution i [o DkTX 2 oio (IWpinle reprsente environ la oote-anede Jeux vertes ordi nsires ) r J^yrts 4 epIoifiparliculirem^ntdns les cas de : Accouche peur. Tuberculose, Infection; Morsures de ch : ens. Piqres et roor j'resd insectes. Eruptions de la pau. Blessur s. P!a, t s Bru lires IaJe,Dcurlnj<.et.e personnellela Uleue, le b.in. Dans les cham Jtes des m. ladei, la chambre d* bain, le wa er closet. les curies. Avant €t apr< le bagage Pour cicamsrles blessure* dts aniratux el idt tenir propres Dais les accouchements et les t mpe ^pidmies le Lysol s'impose plus que dans tous autres ca* yezItujoirsuoesouliondcLysoidaDS chaque chambre dr vo;re apparie eut ( baque Hacon contient un prospectus lehn $ Fink Inc. Lon R. Thbiui hEW YORK Agent pour Hait Ce soir pmrfl g, . lim. Anisn -e* • ONDIO'M dlier* h aravi Une aur <<•<> Hu Cin Entre nU 0.51 a—aa—f i %  a—ftaw Nosa Lintt Le S|S iCo UT bi, de no rt ligne - las? la Nouvelle-Olana le ^ ou aot, apparent environ 79 tonnes mira>o C ty S> tio de Maons la Guadeloupe, la Mai ttri-l mil ut la *11 %  ""t • %  elle ne dbilite pas le malade. N'i'XlRi-nni pai de rcpcn a i i rhambre, •Ile ne cause aucune perte de temps. Plu clive qui* t.us If Mmllalrss. elle est, par conjquent, moias chre. DOSE : PUPCA'WE, sas piiuie* LAXATUE. I pilule Maint nt loue 9 Rais V-rna Ave-nn L m •• %  '•n rSadMaaer A air 1 J 0 ncilier* Prime offerte aux Acheteurs i t.nlie de Pebecco par boile de chocolat La grande demide de chocolat en poudre c Hijjhest Puruy • ae Lehn et binh prouve que le peuple a su apprcier sa bonne qualit dfiant toute coi currence. En achetant I hoite de chocolm en pou Ire "Highest Porhy" de lenh & Fink rtama nu tube Denti/rict Pebeceo (le nnHleuSMentfricej. Le Chocnnt est en ventUhez; lolt, Simon Vlrt'x, Pharmacie Centrale Phanuicie V. Sjourn etc etc. Dpt chetL&TUBKUB Agent exclusif pour liaiti Fflltan S.oc ?i companylac i fit vue omm. L.que..rs Francs ses a\7nIVfc^p7 r uTCraTnpaVne*'" Ot*.D UX Monde |i mous eu de meilleures n.arq*ifs I i s Put de l UniversitPat H Biieur PAiR[zi ; revenu dernirement de Krance avec ua SUMMAlRts_DK LA LIVRAISON ektlevr, VliVSrnbout illes des m ll-ura crus et des Chteaux le* ibiS r. • "——^ •'•--— %  •• %  %  JLJi NewYork VCLS vouiez proger'la p ) u de vos un r-nllaut luismi pt iriel louUjui pour son id'ei, or'ient sa nombreuse et choisie jrnteie que j es pnx spci ux STont ablis partir du 1er liovem fwpo ,r tes Peosions demi et P ft sion. Si chaiis.surt?, Si ous o le r. avoir durable, M o is eulaz •nnserver le c. | > U r *>i U o.f pi se de ce-, chalp uie p ndani | nittemos. umployer a marque nU.N'Of/\ft|. F,bi iq.ee specialeuiem p mr le dames trtra tf^n l j men d i bign lite, Cil protfge le peau des (h.uss-res contre I humld et la UUMM DU i j DE .EVIhRE io2( La M^l!on mo la— Pretni-e par tie Heiy Bodcaux de l'Acad k mii (rar se. La Russie des T^ars prndart la Grande guerre— Deux eue srie. —J Miurice P. lo'ogue Le Trois ^ne centenaire <vo re. Augustin Th e ry darrt * cor respondat ce— 111 A. Avguaiin Tl i;r tf le a\ jener rh t le M rrch-l Dd I.aNobhseCum-dic ea on a.ie, tvs Tou gu j nef i N3 1 en Arm.igaac No::, 'o :ph d P qu aevsCho es \ues t Wa,h ngton, Gearg k LC bant r. Ele e-i relieleur soupltas* a cmse 1 iur billan* Demandes la anarq .e tUNOGR vjd. ces. la ,„ i.ii Mri (ip les m irques, Geo. Jean8unie •ores ^ I) r Justin Dominique a m !a Fa-ait de Mdec ne de Farts ( Jinc en Ml slaiK des projets u-s Den ke el Deuch.nanu de liam Office : Avenue Grgoire 828 H urrs di Uonsiilia.iotU .7 'J_ heuret du mitii c.-t.u. 3 e aprs mxn tmmymm*. L l [ ^S* 9 ra ,, '' fF,w,B *** !" * sM nie sans n Charle Njrdma-ti. Revue Drainai partcu du ter ci dui, de ch ignf mi Pris du No 4 ir.jo. e oouve'ain pour ht n aaks du joie, le% d rangements de '*txcsd alcool, etc. 1 mu. ne P etite tuilLr* un q turt d'heure avant le p& Ji uns • lAw/"" MM comme taxai/\tn Vt e Ucun ^Oinu 'partout : la h'harmarie Centralesh*z Simon fieu* e'c 4. ictor Gentil fit trtyil jujr D ai . |7|| !„, du IJBJI 4^j.'i SKREHASCOSUCHE INm march Eu gros Chez Hindi et Lemke Kn face de la Banque i\alio< aie



PAGE 1

LE M/lll\ f "^ r&dotme de la fora v. .. -? %  ljrcte Stamship C Foreign Services i Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie. U cure de CLODSOL augmente la lorce nerveuse et rend aux nerii rajeuni toute le m nergie leui touplsj.e et leur vigueui Euoi" r/iiii^s-n, t. fut l' 1 ^ ^-f M ciemif. I'*ri< i |IM p,,,.. \ i -\ A' • S I • I B : I %  -.' .u • m %  •., %  L I w, ; i %  . ( %  • .. f i ni 1 ..: i %  • t f. ci .'• %  • %  • %  1i*. ii.rskulttti l .... j • urr f>-ol 'ifee 'Ar S! %  '•'" I %  . %  •• %  >ii • i. .. %  %  %  t •• | | I I'.I • %  • r l|llr ouJaan uni u prteri I>' Il I l'e f% rn' %  -• tAurCi: fit? ki t. de J. u< /-aru %  i Ji 1 '*! lorime Ifi MM-] rvi IL mon !><-onihi 1/" r.V. ..llqUCi TiitirvlilD-r., rnipi .t %  i ini %  •" 'a | |'| 'I.: v.-. I %  Njl ilfCU ,' kg)* I mi ] ii.^riiiiiniiil la i i .:.• i* matt ei qui* i. tyre nu tu hl ij 01 l-vrtlfe > 'CIL In C/' C*u >u.. ts kcieace* '" *-'-i'.V^' >u*e fin ner'., BfW f Ils • >*nt da porlj i-r'ry '<• 7dl< NS-*I < M'**''' **J m. lotir ymr New-Ferle i* lespiri KttAord. P'Hnl eJse fiemenl pou l'Europe v a Mew Yerk. &f * chmrgeuri qui voudraient profiter d. cette •ecr* •ton o( prtt* de passer alO/fteec i'1(iet Gnral ou de permit aem barqiement le r seront dlivre i£ d* mande, "* fi. f.CLEHEMT< lient a*"*" 1 PK M Prince, le 4 Janvier I*?. V .ll.LAVT i IlOUEl" 'g ut, Stettaui : 17*1*'*du Vl-giin df l'Eut %  %  I 'H m m _.. # GASOLINE ET KEROSIME Amis wtion dintroiuire en Hati, la marque SUEU •l toni.ue et apprrc* dan* le monde entier. Cvr qui en ont dj fait l'ensui vaut dinns qn. la Clniudme SHELL est spcialement rec9mmm*labl* pow '„., rendement autntageux et quelle n'encruetie pue le railleur arce on rafflnimtnt p*r/oti. I' i us Miiiiml it'uJ-r ue .a Kerosme &HEL<. mprieure II utllt iransi'.rm son LaU-rtoir d Urolog e e.i uu Laboratoire dj Bioloy e appliqu sous 1a Direction du DrlUcot et f. Sjourn U laboiMo ra es^ ouva 11 us le* iu s ai 7 hres tiu raa'in liturea du s i %  pour luu e^ les r. chercut am-yss prt des di^ I aunouca ci oiule saut p -ur le BMtfti. Wasserinmn et la constante Ure-Scrtai] qui iiH seroui relies qu le ourdi &f clttq lesemain*. S'adr^^ner h Plnnaatta pour les renseig^eaiiDtr AnalTses J'uri^ps wiSn* at'riaii*, R^acJon t\(* Wassermann 1U c'ion deTiboule'. Ei'mm du s -ng e du pus ]L v;:mOi d t mal,res traV.*. Examp ne oraehat Albamino ractiM POP aii'e Ure Secreio'i^ Kechirche du S i.ochtes et de Ganoroques, Kc, itc. -L -y WlWWff Maris, Fiancs, Anioureux. i j u U s fti 6 >rovh sur h' choir d'un rideau l/nr, procurezvaux un B.lrml D! w '" 7 /i f dou sdr 'Nicole les put / uns dit femme chtr, et vous parez ttt mutmum de. q ut el de. 1*3 tour uu mmtfltafl ffurgent. I) maniet -um li-oudfdem • imn Voit , en rin satin, UM mentit Ln umlerfri Ga*on H. a Un \\a1ame\lontaye tue lionne t o Mnm Irtyt el gnant Boit hn sto le chez Ma** tnr Jardine a'urr -tt le Sminaire \'ou u trouverez a/*- dej rav** pour livrts d .aVrffe UM pnx modtrt / (/frif* Kx^lutifs pnur Hati # if5l Rue Lan.ane Ancien Dpt Vve H. iiihb At* %\ rHfyil'r qn'ell troovrr comm fur le n** 4 on Rbum l. oi: an prix de 15 GIf gallo1-4 10 t 4 T lojftri xqai, tt paru An iMi es L. PrEetoaM-ijjBPiota nifre M arides sui^i.'s l'odaiion d< • r : kv todS*flK VWOH h; UiCJ > .....ur. T<^ : e. a ^ , !!!.?,ul-. ^veu^.Drla.sesel ,..-nca.aa*. tsiril ... ''Pour liqueurs e> Ji a^s Pboaographea ut i"cs '. olumb a CmnjlJ. Le S ( S i V -gifla • sea IH **•% \ 12 couran*, vvsni de S* Thonv et prrnart du f f p t' tOUS I S rort i fciuro-r. S'alrM*a: i Vg-^t : la* P estzmanu 4>gg-rhola, P .f-an-Hi c-, !• 4 li


PAGE 1

OnioftAf inoU N6 MM P*rt ta Priiic; Haift DfRBCTWW PflQfRIf AIRE ukmjnm HUMW 20 Quotidien VftdrPol ) fcrfW f>:2 • t •\ Primum vivere!... Dire que le monde entier est pieds et poings lis par ce nul terribk/dontjle biu fal ralismefoiet^un^ou. > ire amer aux lfres des artistes, des dlicats, des thoriciens... MC0CTION; Ras Amricaine No. l*>b ,a Deenverte d'Hati'.... m ^ m le )u'ea M ittsac t ce n'est pis uo i d'Bis|aire,et BOUS n'entendons [parier dn grand vnement gopaie,i: de X Verne sicle grce an I la gniale conception que Chris se Colomb avait du monde ter ire fat confirme avec clat. Nous lent dite seulement qne, ap!s de cinq sicles d'existence visi il semble que c'est depu*s pen siti est compltement rvle, seilcaunt au monde, mais I (mat juau a ces/< rniers temps, noas aae envie dmesure dtu t, noas autres Haiiiens. A ch[tome nouvelle contre nous e civilisation de la littraiur. ;ie, nous crnojs au ravalent sysimaiique, et nous pro t> isaitout contre h grande igao ; dont nous lemblions re iob tqoi tait, il faut le dire.iclie — [si on nous connaissait, coma lent on nous dciiraitj — ut la f cbe de consolation qu| sous octroyions, apte la iec de cirque article tendancieux Eaiti. tout cels, le pins trange %  a BOUS le croy oas de trs i. No|re mauvaise rputa dchore ne tenait, nos fqu' .une chose : c'est que ltiana ignors, inconnus. Nous "aandions qu nne chose galerait tre vos de prs et i.et ebseivs sciupaleusement, stti pris. .depuis quelque temps, noas paiiaiterrrr.t servis : enqu [enqute!* inspectons snr ins IL — tat social, confignrafsographiqne, degr intellec Iniaaiion sanitaire, sant physi I constitutionnelle, gots et sp "i moralit, administra ion goo /• %  t, coles reutts,6nances.~ [lest nglig. Aujourd'hui nous "icompltement coenns, .la i toutes les faces, notre pass [sent, ont littralement ta ment: la prsence ft% Marines esti aussi ncessaire que l'est celle des re j I irseni.nt? offiie s nomms d'aprs es lermes dn trait Pour harmoniser les travaux des L'Emigration Halte Cuba • mme. Pour chaque lment patho logique, que nons croyions jnsqu'ici P? se11 era,t >nveti des pouvoirs di lger et que nons croyions pouvoir Plotnaliqnea^ ordinaires. Dans l'idej re combattu par nn traitement m ,a ^ on > n s ton haut corn nis-! dical ordinaire.nons nous entendons %  " %  '* jundiction sur les of6direintervention chirurgicale, ou lers du trait et sur le commandant encore mal constitutionnel profond "* la B "8 ade de Mantes. -Une seule ncessitant un rgime svre cl uot *} ma,e Paonne dins l'opi lion hyg ie longue. da c <>nit, devrait dcharger ie< foie Nous comp-enons parfaitement !j ons de CoB8e er fi aaac er et de qu'on soit pris par le dcouragement Receveur Gnral. et qne tant de nos mdecins natio A propos de l'emprunt, au nom n.ux s'crient, devant la lourdeur tt &* comit, le Sina eur Me Cormick a coaaplicaton de la t;he : Remtt til{ *• %  dclart ons suivaates : I dani A fila du p*/s, tolrs par | par l<*s age.ices formaient ua b'o: g'ienx sur le q iai deSintiag>. [arrive du traie la g.re ii s y allaient -n foule pour servir de ooe-hix aux piuvrescampagnards re'e nus des ch^mpj. p rs il-, les cojdm tes ooJs tout de suite nous mmes 1 mission d un nouvel emp"uni devrait elrN SEl ?'"•? 'a' ctnousn^ustra.teronsenconsqucn tre faite sans retard afin de profiter on | ;!ii . d ? "Tu K* deB P ce ; nous pensions que vous dispo des taux actuellement avantageux. ,c av „. ni V ? a, i J ,oir< shz de baguettes magques et d'ios pour rembourser les po,leurs euro denx „,' v r v \ 1 ,7'^^ trnmeots assez peiteclionns pou pens et aho d* permVtre an GanZ? V^V^lSr^l-'' ** nous enlever notre mal i vue d'oeil, vrroement Hatien de rgler ptom. e leux mL JZ-, T Y \ ma.s dn moment aue nous noa S ment ceux de ses na ionlux av.nt H, "! f! )e mnefi J arlir:ia "** fircu\ trompons et q que vons dites, nous soignerons la rigueur, plutt mo"iir.~. •"" 'il est ncessaire de rviser JVaTalots G^ihl^JVT* qUe :e '? Malheureusement pour nons. la de la Banque Natonale et d'mettre ^chT sn Vin Lnr P T' U P' science moderne est faite de dsint n !" monnaie aun iaire. dl 5. Il % V P V ub e ent et d'humanitarisme; .le Le rapport .'a.end gtlement sur t ,lla tout ce4 no^r e^? 1 00 la pauvrei et 1 ignorance primitive t l'Irg-nt. P d mB 1JI Des parasites hatiens connus S9U1 alla 4e dlivrer des certih-ats H'im e nom de court.ers .o^nts 1 quelques matricultt.oa aux ^avail Vu! s {[?. •'.ea obtint de l'administuttoahai reste i n'entend agir que pour le bien gn rai. £ le protene l'opinion qne tout de ** populationf faisant remarquer ( malade doit ite so gu malgr lu. qu'il y a prs de 9 8c/o dillett.es. ho^"if," d J "W P" chique mme, que sa rpugnance se lais li joute : ,„,?!, dix hju dollars cm scr iaue\st nne forme mme de la r a „;,-, „ ,. rii 3",u? at,mes a,Di1 r P art, : di maladif, et que la science Tesl il > u • Ct l 5 rdre ,gaeot Dar < l P, Ur le P asse P 3rt consulaire, i fm^itiJna* mi [Al ,' toul H,t, Les Travaux Sanitaires <*?" dollars pour la. vaccine dn m d £ ?id ii-Vit V 3 >nt rendu habitables les villes de la dec n. trois do.lai. pour le coTer i s. d.eo.nln l M D *geeot cte On a commenc la construction cinquante cent.mes pour la pe?, ch is. d,spo.,iion les .eiv.ee sont r de. routes et d'autres travaux publics, loup Lo.o et le reste pour la, n "Foso. Le comit est d'avis que ds que ce. 5 Et quand de. explorateurs, avant l'harmonie aura et* ralise et les Le chque qu'oa prenait tait l et depuis Colomb, dcouvrent des questions fiiana'es rgles, un pro 6 0^ ( six pour cent ) car le voyaient, nouvelles, ce n'e.t pas .en le g'es tt .eni. 1 —--, •—. ....i.u,(ut v Tciu, b ciau poui que aes peupiad s *-**-v.ts l'inuignagrs ewieni, en gelu.' 1 ,e *3 r • ,,, an monde entier, .h* bai es lussent couqmses la civi i nial, dirigs plus paniculitem-nt MMtce spectacle on essaie de s^tion ; pour qne des nes obicures contre certains artu iiigmt et vio |H aotre avenir. Rien n y maajfussent amenes la religion chr [diagnostic ni pooostic. ||las intressaot, c'est que, la d aa mtu'e qui su bu 1 exa titane ; tt |pur que de i ou veaux teiritotie. augmentassent le domain dt la couronne d Espagne. • AeiM txUt^nni du tlbe herald* : if pas ciGore se passer m it nr w >rr Snatoriaux dmon ->mmition d un Envoy kfretient harding ^*p/iini est recommand 'ly* *"' b*i* dune kvque *'•* de monnaie auxiliaire ,f "iitt sanitaires avancent l' \*H ri M* Cormick n marque m "amux pubUs progressent Jjlon 5 D^cemb e ^ -laes drs recommanda me olficiers civils et militaires, de • vant servir en Hati, de nommer de gens $yant de la syujpaihie pour les Haitiens et fmms du dsir d tablir avec eux d*s rc.'atioot amicales, c le. otftcier. du Corps de Marines envoys en Hati devraient corn pr-ndre qu'il lenr est ncessaire, afin du petit contingent de Mune sjd* s'a.quilter de kui devou enve.s prsent en Haiti, comme trt nleur gouvernement et envers leurs cessa.re pour assurer la paix et ejch.fi. d'assumer cite double re poo lenne le pouvoir d'eu dlivrer aussi I ut mme. Le prix dr ce ch floa de ; papier avec le sceau du consulat qui i V* jamiiiricrj reprseit poar les pxovre. canpi^urds hiitiens tui de deux dollars. En voici aa chantillon de la for mol. pour contraindre d'une faon habile ce pauvre peuple veau s'ios enre quand mme. AVIS LeCoTiulatde la Rpublique d'fiai J e Cuba en ve/tu des ues de son gouverne coonai sance de* in ior.na s tous les passe pofi dnigrants seront destina toi dui port cubno se trouve un Cornu at htien et.les migrants a leur d'b rquement devront se faire inscrire au d t coisulat. En coisqu;nce l'migrant qui ne se conformera p*s 1 cette mesure se ra priv d; la protection consulaire et n aura pas de passeport comme rlaitieo pour rentrer en Hati s'il ns', muni d'un ceruricat d'immatri cotation. SiotiagoisCabilet Di:b;etft L'Eaigration hatienne tait deve nue prov.rb.ale Cubi.aii point que 'e plus dclass,, le plus misrable quand il voulait vous reprcnir: d une insolence, dune mjcstice. ou rclamer un droit quelconque vous de* mandait avec hardiesse : ? Se figura vd que yo soy a'gn haitano ? ( i) Ces malheureux qui taient le | uet de la garde rurale, des chefs de 'roloni des matres Tienda ( a 1 -a ienl saB dfense, un haitien tait Un s commis par une d m-d>uziine ra reconnues ncessaires, avec le un chie0, d'officiers Avant de renJrr publ ques tnoins de f it o i pos ibe.il est dans ,N r Altred Cele^tio.consul deGoan ses dcrions le comit cependant de' imrt mme d'Hatj qu'une coni l Ban *o ''"e purement honorifique mande le lerrps ncesaue rour con fll oce mutuelle et ropioque serai q ui nerchait • mhorer le soit de D titre le r ul at dfs diverse, enquD 'e, aussi bien de la part d""s otfi f l 'gr*ton hatienne n'tait p M tts en tram ersu tant de cts divers Cl amncains que de celle de ceux tmeignsges. des hait. eus qm prenant une part t Le Prsident du Comit croit clive dans la vie de la capitale et bon de faire ressortir qu'il tait d'im *•• J* rincipaua pointa du pvs %  pottance capitale en ebosissaotcorn J-— JTl compris, on l'accusait d'homme dlific^TiS.: ei **" %  % %  ^^ t s P-' la Cummb.ion Saa ta,t dtnquie nornmee'"pou7ra coDauioos en Haiti. pen '***•' ans, : U maintien dveloppement de la R ubiique; la nomination dua him commissaire et 1 m u

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05569
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 09, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05569

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
OnioftAf inoU N6 MM
P*rt ta Priiic; Haift
DfRBCTWW PflQfRIf AIRE
ukmjnm
HUMW 20
Quotidien
VftdrPol ) fcrfW f>:2
t
\
Primum vivere!... Dire
que le monde entier est
pieds et poings lis par ce
nul terribk/dontjle biu
fal ralismefoiet^un^ou.
> ire amer aux lfres des
artistes, des dlicats, des
thoriciens...
MC0CTION; Ras Amricaine No. l*>b
,a Deenverte d'Hati'-
.... _________m^m__________ le
)u'ea m ittsac t ce n'est pis uo
i d'Bis|aire,et bous n'entendons
[parier dn grand vnement go-
paie,i: de XVerne sicle grce an
I la gniale conception que Chris
se Colomb avait du monde ter
ire fat confirme avec clat. Nous
lent dite seulement qne, ap!s
de cinq sicles d'existence visi
il semble que c'est depu*s pen
siti est compltement rvle,
seilcaunt au monde, mais I
(mat
juau a ces/< rniers temps, noas
aae envie dmesure dtu
t, noas autres Haiiiens. A ch-
[tome nouvelle contre nous e
civilisation de la littraiur.
;ie, nous crnojs au ravale-
nt sysimaiique, et nous pro t>
isaitout contre h grande igao
; dont nous lemblions re iob
tqoi tait,il faut le dire.iclie
[si on nous connaissait, coma
lent on nous dciiraitj
ut la f cbe de consolation qu-
| sous octroyions, apte la iec
de cirque article tendancieux
Eaiti.
tout cels, le pins trange
a bous le croy oas de trs
i. No|re mauvaise rputa
dchore ne tenait, nos
fqu' .une chose : c'est que
ltiana ignors, inconnus. Nous
"aandions qu nne chose gale-
rait tre vos de prs et
i.et ebseivs sciupaleusement,
stti pris.
.depuis quelque temps, noas
paiiaiterrrr.t servis : enqu
[enqute!* inspectons snr ins
IL tat social, confignra-
fsographiqne, degr intellec
Iniaaiion sanitaire, sant physi
I constitutionnelle, gots et sp
"i moralit, administra ion goo
/t, coles reutts,6nances.~
[lest nglig. Aujourd'hui nous
"icompltement coenns, .la
i toutes les faces, notre pass
[sent, ont littralement ta
ment: la prsence ft% Marines esti
aussi ncessaire que l'est celle des re j
Iirseni.nt? offiie s nomms d'aprs
es lermes dn trait
Pour harmoniser les travaux des
L'Emigration Halte Cuba

mme. Pour chaque lment patho
logique, que nons croyions jnsqu'ici P?se11 *era,t >nveti des pouvoirs di
lger et que nons croyions pouvoir Plotnaliqnea^ ordinaires. Dans l'idej
re combattu par nn traitement m ,a ^on>n,*ston haut corn nis-!
dical ordinaire.nons nous entendons " '* jundiction sur les of6-
dire- intervention chirurgicale, ou lers du trait et sur le commandant
encore mal constitutionnel profond "* la B"8ade de Mantes. -Une seule
ncessitant un rgime svre cl uot *} ma,e Paonne dins l'opi lion
hyg ie longue. da c<>nit, devrait dcharger ie< foie
Nous comp-enons parfaitement !jons de CoB8eer fiaaac er et de
qu'on soit pris par le dcouragement Receveur Gnral.
et qne tant de nos mdecins natio A propos de l'emprunt, au nom
n.ux s'crient, devant la lourdeur tt &* comit, le Sina eur Me Cormick
a coaaplicaton de la t;he : Remtt til{ * dclart ons suivaates : I -
dani
A
fila du p*/s, tolrs par |
par l<*s age.ices formaient ua b'o:
g'ienx sur le q iai deSintiag>.
[arrive du traie la g.re iis y
allaient -n foule pour servir de oo-
e-hix aux piuvrescampagnards re'e
nus des ch^mpj. p rs il-, les cojdm
tes ooJs tout de suite nous mmes1 mission d un nouvel emp"uni devrait elrN SEl ?'"? 'a' "
ctnousn^ustra.teronsenconsqucn tre faite sans retard afin de profiter on | ;!ii . d? "Tu k* deB-P'
ce ; nous pensions que vous dispo des taux actuellement avantageux. ,c av. ni,. V. ?a,iJ,oir<
shz de baguettes magques et d'ios pour rembourser les po,leurs euro denx ,'v,rv \ 1 ,. ,7'^^
trnmeots assez peiteclionns pou pens et aho d* permVtre an Gan- Z? V^V^lSr^l-'' **
nous enlever notre mal i vue d'oeil, vrroement Hatien de rgler ptom. e leux mL JZ-, T Y \
ma.s dn moment aue nous noaS ment ceux de ses na ionlux av.nt H, "! f!)e'mnefiJarlir:ia "** fircu\
trompons et q
que vons dites,
nous soignerons
la rigueur, plutt mo"iir.~. "" 'il est ncessaire de rviser JVaTalots G^ihl^JVT* qUe :e'?
Malheureusement pour nons. la de la Banque Natonale et d'mettre ^chT snVin Lnr PT'U P'
science moderne est faite de dsint n monnaie aun iaire. dl 5. Il ? VP Vub e
ent et d'humanitarisme; .le Le rapport .'a.end gtlement sur t,lla tout ce4 no^r e^?1'00,- "
la pauvrei et 1 ignorance primitive t l'Irg-nt. P d mB
1JI
Des parasites hatiens connus S9U1 alla 4e dlivrer des certih-ats H'im
e nom de court.ers .o^nts 1 quelques matricultt.oa aux ^avail Vu!s {[?.
'.ea obtint de l'administuttoahai
reste i
n'entend agir que pour le bien gn
rai. le protene l'opinion qne tout de ** populationf faisant remarquer (
malade doit ite so gu malgr lu. qu'il y a prs de 98c/o dillett.es. ho^"if," dJ "W P" chique
mme, que sa rpugnance se lais li joute : ,,?!, dix hju dollars cm
scr iaue\st nne forme mme de la r a ;,-, ,. rii 3",u? "at,mes a,Di1 rPart, : di
maladif, et que la science Tesl il > u Ct l5rdre ,gaeot Dar < l P,Ur le PasseP3rt consulaire,
i fm^itiJna* mi[Al ,' toul H,t,-Les Travaux Sanitaires <*?" dollars pour la. vaccine dn m
d ?id ii-Vit V3 >nt rendu habitables les villes de la dec n. trois do.lai. pour le coTer
i s. d.eo.nln lM D *geeot cte On a commenc la construction cinquante cent.mes pour la pe?, ch
is. d,spo.,iion les .eiv.ee sont r de. routes et d'autres travaux publics, loup Lo.o et le reste pour la, n
"Foso. Le comit est d'avis que ds que ce. 5
Et quand de. explorateurs, avant l'harmonie aura et* ralise et les Le chque qu'oa prenait tait l
et depuis Colomb, dcouvrent des questions fiiana'es rgles, un pro 6 0^ ( six pour cent ) car le voya-
ient, nouvelles, ce n'e.t pas .en le g'es tt .eni ment pour le bien-tre ou le caprice de suite en Hati Bien que te pays *on argent ct le courtier qui battait
des habitants, c'est aussi, c'est sur oit co-nptement pacifi, le comi- ' gross; caisse gagnait un ou deux
tout pour enrichir la science- entendu tons cens qui ont venus pour cent SHou ta valeur du rhaue
devant lui pour faire des dpoit-oris Pms tard le consul de Sauti eo
De iait, toute la jeunesse des co relatives 4 la rriode trouble d i y qui cii-iquait le. pleiinags du con
le. le Mit, quand nous lmes dcou deux ans dans le Nord et le Nord- iul de Gaantajamo dans les ILioes
verts, c'tait pour que de. peuplades Est.Ces tmoignages taient, en g
HdM Kl f met fnvtant / -*... a. A t ^:.' r\ air 1 1 ri i r. n i n ni >. __ 1
--, . ....i.u,(ut v Tciu, b ciau poui que aes peupiad s *-**-v.ts l'inuignagrs ewieni, en ge-
lu.'1 ,e*3r,,, an monde entier, .h* bai es lussent couqmses la civi i nial, dirigs plus paniculitem-nt
MMtce spectacle on essaie de s^tion ; pour qne des nes obicures contre certains artu iiigmt et vio
|H aotre avenir. Rien n y maajfussent amenes la religion chr '
[diagnostic ni pooostic.
||las intressaot, c'est que, la
d aa mtu'e qui su bu 1 exa
titane ; tt |pur que de i ou veaux
teiritotie. augmentassent le domain -
dt la couronne d Espagne.
AeiM txUt^nni du tlbe herald* :
if pas ciGore se passer
m it nr
w
>rr Snatoriaux dmon
->mmition d un Envoy
kfretient harding
^*p/iini est recommand
'ly* *"' b*i* dune kvque
*'* de monnaie auxiliaire
,f"iitt sanitaires avancent
l' \*HriM* Cormick n marque
m "amux pubUs progressent
Jjlon .5 D^cemb e
^ -laes drs recommanda
me olficiers civils et militaires, de
vant servir en Hati, de nommer de-*
gens $yant de la syujpaihie pour les
Haitiens et fmms du dsir d tablir
avec eux d*s rc.'atioot amicales,
c le. otftcier. du Corps de Mari-
nes envoys en Hati devraient corn
pr-ndre qu'il lenr est ncessaire, afin
du petit contingent de Mune sjd* s'a.quilter de kui devou enve.s
prsent en Haiti, comme trt n- leur gouvernement et envers leurs
cessa.re pour assurer la paix et ejch.fi. d'assumer cite double re poo
. lenne le pouvoir d'eu dlivrer aussi
I ut mme. Le prix dr ce ch floa de
; papier avec le sceau du consulat qui
i V* jamiiiricrj reprseit poar les
pxovre. canpi^urds hiitiens tui
de deux dollars.
En voici aa chantillon de la for
mol. pour contraindre d'une faon
habile ce pauvre peuple veau s'ios
enre quand mme.
AVIS
LeCoTiulatde la Rpublique d'fiai
Je Cuba en ve/tu des
ues de son gouverne
coonai sance de* in
ior.na s tous les passe
pofi dnigrants seront destina
toi dui port cubno se trouve
un Cornu at htien et.les migrants
a leur d'b rquement devront se faire
inscrire au d t coisulat.
En coisqu;nce l'migrant qui ne
se conformera p*s 1 cette mesure se
ra priv d; la protection consulaire
et n aura pas de passeport comme
rlaitieo pour rentrer en Hati s'il
ns', muni d'un ceruricat d'immatri
cotation.
SiotiagoisCabilet Di:b;etft
L'Eaigration hatienne tait deve
nue prov.rb.ale Cubi.aii point que
'e plus dclass,, le plus misrable
quand il voulait vous reprcnir: d une
insolence, dune mjcstice. ou rcla-
mer un droit quelconque vous de*
mandait avec hardiesse : ? Se figura
vd que yo soy a'gn haitano ? ( i)
Ces malheureux qui taient le
| uet de la garde rurale, des chefs de
'roloni des matres Tienda ( a 1
- -- aienl saB dfense, un haitien tait
Un s commis par une d m-d>uziine ra reconnues ncessaires, avec le un chie0,
d'officiers Avant de renJrr publ ques tnoins de f it o i pos ibe.il est dans ,N*r Altred Cele^tio.consul deGoan
ses dcrions le comit cependant de- imrt mme d'Hatj qu'une con- ilBan*o ''"e purement honorifique
mande le lerrps ncesaue rour con flloce mutuelle et ropioque sera- iqui 'nerchait mhorer le soit de
D titre le r ul at dfs diverse, enqu- D 'e, aussi bien de la part d""s otfi fl"'gr*ton hatienne n'tait pM
tts en tram e- rsu tant de cts divers Cl amncains que de celle de ceux
tmeignsges. des hait.eus qm prenant une part
t Le Prsident du Comit croit clive dans la vie de la capitale et
bon de faire ressortir qu'il tait d'im * J* rincipaua pointa du pvs
pottance capitale en ebosissaotcorn-------------J-________.JTl
compris, on l'accusait d'homme dlif-
i- c^TiS.:ei **" * ^^ t
,s P-' la Cummb.ion Saa
ta,t
dtnquie nornmee'"pou7ra
' coDauioos en Haiti. pen
* '***' ans, : U maintien
dveloppement de la R ubiique; la
nomination dua him commissaire
et 1 m u Ap's avoir confr avec Mr Hu
ghes Secrtaire du Depa tem*nt d h.
tat, e D nby S ertaire de la Mar -
ne, le Snateur Me ^o mick, p ti
dent du Comit-j dlavest'ga' on, i
son retour d Hai'i, a publie un comp
te iendu sommawe des tues du d.
comit.
Dap-s le rapport le trait de 191^
ne peut tre abrog pour le mo
Thtre Parisiana
Justin EUE
Prsentera le 8 Janvier 1922
SaIorn la Danseuse
sab lue lis ne devraier t pis *re choi
sis siraplem-i t i ciue d-'eur apti- pi Jl/r *.- "*"V^
mc.m o^ce, m..PM6-:Uief duvri de ?a Socit a, istique de Franc*
Film d'Art e
eau e de leur ap rude i comm
tn Ha 1, au mi itu d H.i iens
t far (omie l't n nt actif et in
iel ig-n dHa'idoi se rto i te que pu que It. for es Amricai-
nes relieront en H i i pour mait.tenir
la pa^x. que les offi.ieis amncains
iio' s par le Lraild actnel seront
miintenLs pour aider le Gouvern-
aient Hatien i accomplir les rfor
il 6 p'irti**
Adaptition ran icale rgle par
JUSTIN ELIE
Orchestr sous su dindon
E
WILLIAM FOX


LEMAJIN
u Malin | Nouvelles Etrangres I Parisiana
Abone*nent. I CE SOIR
Abonnaint
Un mois
Port ou Princo flrdes
Dpartement
"Etranger
Insertion et abonnements
payable d'avanoe
S#0|
TF*.* GaValo
taires ; fatigu, dcourag, il s'tait
lav les mains comme Filage.
Le Consul de Santiago.Me Emma
nuel Nizon.n'osait pas s'y aventurer
car dj il tait convaincu que mme
les reprsentants d'Hati a l'Etrangei
taieat aussi sans dfense, puisque
selon sa propie expression, son chei
pays n'avait mme pas na garde ( e
pour venir dfendre ss consuls au|
besoin. \
Dans les Usiner dans les chtm^M

Le liit \\m
CE SOIR
Un incident intre l'Ite- Dernire
lit et la Yougoslavie
.;
11"
pP0jAt Hrn tonniie la cnemore ^ :*V.a nSao-me oae note exp.iqua.t
.a rouverture du parlement. jff'S.Jft.aS te sont produit.
La conrence
P mis Un ine'dent a4*' produit
entre 11 hIh et la ougo-Slavie par
suite d l'arrive dans le port a ai
mate de Zebernaco d uneeeoar. ita
. lienne parmi les navires italiens an
TllRIIN -1> cabinet irhndM* cra dans ce port, oa cit le.cuiras
......... ^^rX^^rSa ^noe ^mandant leIN* UjgJJJ
on faisait d'un hatien ce que l r M*A *, 2 ftoarqnt 0m}t des navres,deg^^SegM
vouhit.Dans.lanmtduyma.si^v d-.mi.Hc .Ma." ^
Mr N y Louis Charles, un jrm en projAt nr* onmi* la chambre 'n,,|n"ni a,Iua
fut assassin Preston ( U F C ) ( i )
p?r un car oral de la garde rura'e con
nu aous le nom de Goczales Wn ami
et moi nous limes des dmanh-1
aupis du ministre de la Havane et
du consul de Santiago poui le chic
ment du meurther.le rsultat obtenu
quelques mois aprs lut en taveu'
du caporal qu-, dit on, tait dans sa
lgitime dtense.
I expose les faits tels qu'ils se onl
passs.Pour la premire fois, Me En
manuel Nazon s tait dplac de soi,
consulat pour aller 1 Preston o U
alit a^aiteulieuion lu avait faitdes
conbd-nces il savait trs bien qu,
Louis Charles tait innocent,1 s'tait
tu
Le caporal tait tn lib.Tt.Comm
croix de ter pour avoir tu un ha-
tien, il tait grad sergent et envoy
Alto Cedro. Voulant moi-mnu
poursuivre l'atlatre sans moccupei
de savoir que mon pays n'avait pas
tin gatde tte pour venir me dfen
dre j'crivis Mr Fernand Hibbert,
mmistie d'Haiu la Havane qui me
ipondit en ces termes :
La Havane le 7 avril 1919
Mon cher concitoyen et ami,
Reprsentation
da sensationnel Drame
Forfaiture
qui doit i'e expdi demain par
le c Maioris .
Entre gnrale : G. 1 50
Varits
DIMANCHE
' a Vagnbtndv
de (ol-tte Willyi
de Cannes
1
CANNES Les dlgus franais
la conterence de Cnnna sont arii
vt^s aujourd'hui MM Bciaud Lou
Iclteur dbrq"rent sous une abjn
liante chute de neig>\ ll la e it lob
|el d une rception en h)uaiaste.
! l'es ioctdents qui ae soot p-oduits
;sur les ce es de la Dalmatie et q
ont r*adu la situation ai P",il<,U8f
(Dans les ceides ottdtUdt Belgrade
on dit qae si ta qaes'ion s'sggrave
' menace la paix, le gouverneme.it
i Ymyos'ave aoeme tra la question
la L u des nations a. laquelle le Irai
lcotell entre l Italie t la Yuugos
laviei Kappalloa t communiqu.
NKW YORK. Les accident causs
pai i'aosorpuoo de boissons alco
nu i'S vnneuses ont t nombreux
s 1 occasion des fces dn nouvel su
t ) istra personnes so it mur es et six
8j.1t tes grsvemeut inaadea. Oa
cite baaucoup d'autres accidents
atttibus ees exi.s de boisson*.
Nouvelles diverses
PARIS- Le match de Kug By en
, tre les quipes de Franc > ai d t;oi
CANNE3.LM Journaex dea \'pe j ^3HEu* resu tat les deux
ritnn. qui on iiitetvuw Mr Bnand j u f 3 naCun
publient des dclamlions du premiee quipe y*i f
ministre d aptes lesquelles la seulr
faon de rsoudre le problme euro
AVEC
Musiuota
entre G 1
Union Patriotique
Par-aa Prince, le 5 Janvier 19*
Monsienr le Directeur,
Pour faire aote ma lettre do
dcembre dernier. ) vous sauni,*
d'informer vos leelears que issfe
ciarationa dont voua av*x recreT
le texte en vore numro du 30u_
cambre, provienneat dune note*
journal "New Yo k Times ntr"
du iJ5 dcru-b-e 121 Oies eut
t fsitea ds jouroalielea pi
Smateur Mc-Coimick. nn/jeteir
U Co nmission d'enqute.
M. Mc-C rrriksbian p ie aolej
dir qu u parlHit u son 00m perso.
- el et que I R^oeort de la Cewa^1
sion ne serait dpos qa en fvrtet
aprs l'achvement de 1 euati
rasis sa qualit de Prsident dsi
Coinnaisaion et son autort'6 r
50
Samedi 7 Janvier
s
La Renaissance
Offre le
Pnnre. Une
Thtrale
popnlationde Fort au
grande reorsan'at'o*
En-re : G. 1 00
li faut une alliance
Franco-britannique
nelle donne l'aipoe de
d a pas hsit rendre ds mi
nant pnbHc nre Imporisoce u
bis.Peut-tre des ch*ogemenla
me seront faits ses propositn;
msianous tenons vraisemblable!
sur le vif le fond de la penss
C .quteurs"- Netre proiaatt
s'imposait.
Avec mes meilleures civilits,
Georges SYLVAIN
Les membres du Comit sont 01
de se runir aujourd hui b iarvierl
3 ht es 14*2 de l'apri midi au *r
socisl.
L'Administrateur Dlga,
G:o'.ges ^YLYAlN
Petites Nouvelles
Port au Prince
iien serait au moyen d une alliance
Krnnro li-i'anniqu'e L'Ang'eterre p^
rait ^dispose accepter lide da
cette alliance mais elle s rserve
pour lu moment ou l France sura
imoditi ses demanaes sut la qaes
le viens de recevoir votre lettre du l0n des sous marins.
4 avril dont la teneur m'a vivement
surpris. A la date du 18 mars, je l
pondis officiellement i votre lettre
du u du mme mots relative la
sassinat de Ney Lou'S Charles et.som
le couvert de ma lettre je plaai une
carie prive dans laquelle je vous ar
norai que ] allais envoyer le Petit
Emtgrant ( 1 ) tel que vous l avez
retouch a mes amis de I o t au Pnr,
ce pour que la nouvelle soit publie
Quelqu'un a vol la lettre autrement
la poste me l'auiait retourner pnit
qu'aussi bien l'enveloppe compoitan
la dsignation de l'envoi en plus du
sceau de la lgation, le vous remets
n oint copie de ma lettre othcielle.
Tout ce qu il v avait faire snr la
suite i donner lataiti Nsy l onu
Charles je lai tait. U mat n e :,o-e
iai lait des observations veibales au
Dpaitement d'Etat au sujet de la ju
ndiction militaire 1 laqutll- on sem
ble soumaire l'assassin. E le tsii
passer une no-e crite sans iststf. H
dois vous dire aussi que cotre con
sul Santiago a pris t*sM ue t.-
coeur.
Cioyez mon |eane ami a l expre*
sion de mes sentiments les plus coi
UMM" F. H1BBER1
' Copie
La Havane le i mais 1919
Mon cher concitoyen.
Vsi l'hoanent d'accuser rceptior
de votre lettre du u courant
car laquelle vous avrz bien voulu
eotietenir du meurtrerie Totr-ccu
sin Ney Louis Charles, survenu
Preston le 7 courant du fait d'un ca
poral de 1a gsrde rurale.
"Notre corTsul a Santiago d" Cub>
m avait di* saisi de laques-or. e-
\t n'ai pas marqu d'crire au dpar
Umeot pour lui demander d attirer
VaTuntoe du Secrtaire de Justice
sur ce crime dont l auteur doit tre
runi conformment aux loi:.
En vous p-sentant mescond-Ian
f \f vous reuouvelle mon ch-r con
ci.oven l'assurance de ma constdi
tion disngue: f HJPBERT
(A sutv *)
Les Cours
Paris 5 Sterling ; }4 M2
Dollar 134) i(2
New-York 5 SeriDg4i95
Franc 12 si
Vous ferez une apprciable emomi"
ai vous ne vous aerv z que des Cira
gesde la Amr can Sh je Polish Ce n
pany Chicago, qui conservait la fi
neesee' le b iilan* d** ch-us'ures
Ils ce t ent meilleur m tn h4 pa- leu
bonne qualit que tou'es le*
marqnes
Remerciement*
Monsieur le Docteur St Lger
r-r Midae Vvr D. Dout, ne!
cil Penser, Mons.eur et Madaf
Chi-les Fomb uj et lears esfu
M nsieur Io*eph Perrier, M tt Ml
sotrss hirles Duplfs^y et leurs enfl
M' t Mme loieph Daplessy,
Blhena FiJelon a t mordue a la bouch
par une aune munie Ju nom de Cltraielie Denys.
iranges murs
il est 11 proche A Hxilus Georges et Joseph
Jean d'avoir commis des scnes scandaleuses ci
profr des mots outrageant la pudeur des lion
ntes pris du quartier du bord de nier.
Question de mnage / BUcta dclare ^uc
Miracia Franois et Hose Siroilicn out outrag sa
pudeur par des injures seulement
Voies de laits rciproques l'aide d*. pierre
et de bton Auteurs : Mu icn Ank-lade et Tidieu
qui occasionnent une sn dtr scandales a la grandi
joie des passagers du train. Le gendarme mit le
ho
Mauvais fils, Fiis Fienxil, demeurant
I Turgeau .crible sa mre de coups et la maltraite
avic cruaut La pauvre merc demande uae juste
punition pour ce fi s maudit.
TitiuIiiii Gabriel pour avoir reius ae char-
ger un client est envoy a la Justice de Paix
hn plein Champ de Mars et en plein jour,
Medas, joueur incorrigible est arrt
__ l. veuve Sylvera a peur d Hiil Louis et
ameute le quartier Le mari de la veuve inter
vient et U police aussi.
Vendredi Lamidon est accu> d'un vol de
Du dollars au prjudice de Mme Uennus Antoine.
11 se dilend avec nergie
i-oriilier Mcrilus i.l.iu.trJ Jean et Edouarsil
Laurent ont rsolu la question des loyers, lis se
contentent des galeries pour se reposer, la nuit,
de leurs latigues. Mais la loi n'accepte pas cela.
l'irnuii David, chauticur de M. Giesca. de
M Marc est en contravention avec les rglements
sur la cirrulation des auto. La police l'expdie
1a Justice. _
Duel de v.ragos, la Saline Mme Pierre
Franois et Zabcth Satine engagent une lutte
sanglante laquelle mit fin l'acung capotai Ma-
thieux Flix.
Sans licence et sanc patente, Nol Jean,
coener de M. Clnmaly commet un a:c.dent avec
sa vouure No ?;o sur un eniant qui est soign
par Mm: Chemaly
Julienne luiien est fatigue des pressantes
sollicit.itions de Fdgard Hocicot, lequel, son
tour est nerv du relus persistant de Julienne.
Bl une scne terrible clate, comme il lallaii s'y
attendie,
_ Augustin Arthur nie tre entr chei Batrice
aston pour voler. Sa visite avait un autre but.
gentilhomme un petit cadeau i
La Solidarit
Aprs demain dimanche aura lie, toujours au
'ocal du Mont Libaa la runion mensuel e de la
Solidarit. A l'ordre du jour figure la rception
de nouveaux Membres ; il y aura aussi une eau
srie de Mr Aurle Hrard
Les membres sont pris de ne pas
cette convocation
En vente ds^e les bootvti rasisons Ve Georges Dup'essy e'ses entai
A BENJAMIN & Co rW f.miUes Perrier, Fombrun et '
1511 R'i* i.nmarre Agents Exclusifs pie^sy, remercient Si Graodeur
pour Hati I seigneur Conan, le 1**"*'a, les
1res du S* niasire, le* F *f !'
tract on Ch'tienoe. les fM di
Sag"ss les Religieuses de 8 lo
de C uny et tous ceux qui leur
jimogi leur sympathie duraosl
D'apra les nonvelles que noos maladie et a l'oxasion de la mort 1
svona leuespar le derniar courtier Uur regr t e
La H1SCO
Hftnaill^
Kous avons reu le faire-part des fianailles de
Mlle Pauline Florus avoc Mr Alphonse N. Roua
seau
Meilleurs compliments
ce qui a t publi u la Snger eat Julie aose Thma Dupl<
anquer plein d et retira. La S'igar na paa t Vw p St Liger ptrrtsP
- reoaacsi ele es vendre, mais, ,,a V|enn,n. ,cl les
redonne ne veut arh-ter avant que .,,_....:__ amil. ,j-
la rcolte prsente soit liquide tfjjs- 'JW*0" moe dC
dit. .uenesit ..bios^tar^^^^^
peer d'^g*
leur protof
perles, ce qui vaincre encore le prix
En mmoire de
cttfiti in

Nons avons rrn de Me Mura'
Claude, doyen dn Tribunal de ir*
instance de la juridiction des Caye
et des Coteaux, une pla)ue te coote
nant une notice lue par lui l'au
Iteece solennelle de irnue du tri
bjnr I et Intitule : Me Georges
L- roi te et son oeuvre
Me Murt Cl Lnte carrire de Me Lapone, comme
aocit du b-reau d*s C ye Il a mis
en relief les puissantes qualits du
jou nahste, le-prit averti, logique et
svgice du juriste. U s pass en revue
'es goments contenu* dtns sa bo
.hu tro.'uire dans la Conati ution de
1867
Nos m i'iems remet 1 nents l'au
k u- pour scngta.'ieui tnvoi.
L'
Q
W,
m
Il fit, en gciMiiiiuiiiiuv r -~~ "1 1
itaaote et lidyle mt panait. Le tribunal le ls travaux de 'pirstion de U I
condamne cependant I l'amende I ^ f- u je g lQ on on, m,ich-.
Cuevatiet Milord qui avoue s e're livre a ,re ^ .. i
de co,icuses .libations, s attaque, au Champ de ave l ne rspidl' SUrptensnte Le
Mar^, au gendarme qui lui taisait des observations p3ftj?s p incipales qui avaient t de
Amende.____________I moUes ors d^ l'exp'osioi sont com
. Iplt^m nt restau es D-s quipe^
_C i. ('OIU'I ter Idouvriers ttvaillent tout le jour et
Tctan te titre d'un nouvean journal quetidien u,)t fe;nne pSttie de la DUlt.
oui vient de paratre avec comme programme : p,,,., q0srre jjUrs la n ;|te machl
quatre jjurs la p
ne :.s te mtacie lors de
' ,_ C F.C United Fruit Compagnie IrLurt^'ieTchevaiiera de la croisade redemptri rou ,a fonctiOBOrr et se V.ia
_ Le * Eigra, . ne ded.-ace quel ^ x^mtim es f .....' ^, le, \t cOUiant du jour-
ais fane a Mr remaad Hibbert qui m ' Meiifurt "osua de succs. -
AVLiXDRli:
CbezHar-y^.RiNKE
136frgraad'Rue
Port-au-Prince
En face de la Go ni pi
gnie des Pompiers
Des pneus second Hanl
en trs bon tat depul
2 dollars jusqii 5fl
dollars


LC MAT*
LEHN&FINKINC b yy
ow*pi oduto p/iormaceul/ir s el 'oii
'FAUTES. ^jldtiBleciw'.ijtp, l^o,, Sbavi** *,
Joie de morue, timuleion, Kxirai
f ?"di fafe L ' C'est l'extrme suri jri *
bon marchec ete v
rcnr ^^^S * P*C COttraitt
LfSOL :1e meilleur-et le plus . onomique d#s dsuihcania
11JW- iLd?,r,',f?c!,ni PPM dans tous Us g.ands hop taux
UiVE pente cuillere de Lysol dm une pin'e d'eau dione
la solution i [o
DkTX 2 oio
(IWpinle reprsente environ la oote-anede Jeux vertes ordi
nsires )
rJ^yrts4epIoifiparliculirem^ntdns les cas de : Accouche
peur. Tuberculose, Infection; Morsures de ch:ens. Piqres et roor
j'resd insectes. Eruptions de la pau. Blessur s. P!a,ts Bru lires
IaJe,Dcurlnj<.et.e personnelle- la Uleue, le b.in. Dans les cham
Jtes des m. ladei, la chambre d* bain, le wa er closet. les curies.
Avant t apr< le bagage Pour cicamsrles blessure* dts aniratux
el idt tenir propres .
Dais les accouchements et les t mpe ^pidmies le Lysol s'impose
plus que dans tous autres ca*
yezItujoirsuoesouliondcLysoidaDS chaque
chambre dr vo;re apparie eut
* ( baque Hacon contient un prospectus
lehn $ Fink Inc. Lon R. Thbiui
hEW YORK Agent pour Hait
Ce soir pmrfl g, Suite Mlle Monte Christo
4'n*'. 5ir*>. lim. Anisn -e*
ONDIO'M dlier*-haravi .
Une aur <<<> Hu Cin
Entre nU 0.51
aaaf i aftaw
Nosa Lintt
Le S|S iCo ut bi, de no rt ligne
- las? la Nouvelle-Olana le ^ ou
aot, apparent environ 79 tonnes
pur p ur'Santo D>mira>o C ty S>
tio de Maons la Guadeloupe, la
Mai ttr li Colorai r, roar retourner eni'e
a la Nouvrl e Orlans, prenant f lt
*" pa *?ger.
SOCIETE COMMbRCIATE n'HMTI
Aftati ae laNrw Orlais lt
iou'b Arn^ricao S,S Co
w
f.
Le t urgatif Idal i
k c'est la
Pilule d.< DrDehaut
147, Rut du Faubourg Saint-Denis Parti
France
Grand Htel#de
UNS provf nant directe meut de Barsac, p *
Bordeaux.
ROUE S Gourdes 5 00 le gaMon
Blanc i t COu le gillon
Faciio ft prenait) ,
Nr naotwiunt aoeun praaratlf,
elle ne provoque jamais de daoAt.
Sup j >i-l mil ut la *11 ""t .
elle ne dbilite pas le malade.
N'i'XlRi-nni pai de rcpcn a i i rhambre,
Ile ne cause aucune perte de temps.
Plu clive qui* t.us If Mmllalrss.
elle est, par conjquent, moias chre.
DOSE : pupca'we, sas piiuie*
LAXATUE. I pilule
Maint nt loue9
Rais V-rna Ave-nn L m 'n r-
SadMaaer A air1 J 0 ncilier*
Prime offerte aux Acheteurs
i t.nlie de Pebecco
par boile de chocolat
La grande demide de chocolat en
poudre c Hijjhest Puruy ae Lehn et
binh prouve que le peuple a su appr-
cier sa bonne qualit dfiant toute coi
currence.
En achetant I hoite de chocolm en pou Ire
"Highest Porhy" de lenh & Fink rtama
nu tube Denti/rict Pebeceo (le nnHleuSMen-
tfricej.
Le Chocnnt est en ventUhez; lolt, Si-
mon Vlrt'x, Pharmacie Centrale Phanuicie
V. Sjourn etc etc.
Dpt chetL&TUBKUB
Agent exclusif pour liaiti
Fflltan S.oc ?i companylac
i
fit vue
omm. L.que..rs Francs ses a\7nIVfc^p7r uTCraTnpaVne*'" Ot*.D UX Monde
|i mous eu de meilleures n.arq*ifs I i s Put de l Universit- Pat
H Biieur PAiR[zi; revenu dernirement de Krance avec ua SUMMAlRts_DK la LIVRAISON ektlevr,
VliVSrnbout illes des m ll-ura crus et des Chteaux le* ibiS r.
"^ '--- !" JLJi
New- York
vcls vouiez proger'la p)u de vos
un r-nllaut
luismi pt
iriel louUjui pour son id'ei, or'ient sa nombreuse et choisie
jrnteie que j es pnx spci ux STont ablis partir du 1er liovem
fwpo ,r tes Peosions demi et Pft sion.
Si
chaiis.surt?,
Si ous o le r. avoir
durable,
M o is eulaz nnserver le c. | >Ur *>i U o.f
pi se de ce-, chalp uie p ndani | nittemos.
umployer a marque nU.N'Of/\ft|.
F,bi iq.ee specialeuiem p mr le
dames trtra tf^n ljmen d i bign lite,
Cil protfge le peau des (h.uss-res contre I humld et la
UUmm
DU i j DE .EVIhRE io2(
La M^l!on mo la Pretni-e par
tie Heiy Bodcaux de l'Acadkmii
(rar se.
La Russie des T^ars prndart la
Grande guerre Deux eue srie. J
Miurice P. lo'ogue
Le Trois ^ne centenaire < reCorr.nvDt la Comdie Frar-ise
l'a p'pu, Erri e F b r.
'La Guiiietiture et l'Aviit'or
Les tifnrpces s-miicaiura, XXX
Posie?, Ardi R>vo re.
Augustin Th e ry darrt * cor
respondat ce 111 A. Avguaiin Tl i;r
tf
le a\ jener rh t le M rrch-l Dd
I.aNobhse- Cum-dic ea on a.ie,
tvs Tou gujnef i
N3 1 en Arm.igaac No::, 'o :ph
d P qu aevs-
Cho es \ues t Wa,h ngton, Gear-
g k lc bant r.
Ele e-i relieleur soupltas* a cmse 1 iur billan*
Demandes la anarq .e tUNOGR vjd. ces. la , i.iiMri (ip
les m irques,
Geo. Jean8unie
ores
^
I)r Justin Dominique
, a
m !a Fa-ait de Mdec ne de Farts
( Jinc en Ml slaiK des projets u-s Den ke el Deuch.nanu de liam
Office : Avenue Grgoire 828
H urrs di Uonsiilia.iotU .7 'J_ heuret du mitii
c.-t.u. 3 e aprs mxn ,
tmmymm*. L l[^S*,9ra',,''fF,w,B *** * sM
nie sans n Charle Njrdma-ti.
Revue Drainai Co^^d'f-Fraruse "
Chroacjaeue la Oniraiine H OK,M-r*^ aO
&*#?*#" e""< "narmacie Centrale
, HUX 08 BONNEMENT I PrmriU, ouU, *W, glMm pnme
r.,i. Mm V S,X,"*' T"" *oi' ordonnant SpnalH, ,.<,. ,, / ,.,, lJ:es, ,Jn
H lr ,
oal hep
^ciae et One tu tr. 41 tr
Dtpartesaeats et
Colonies fraaaies Se 44 1\ lr
Etranger y lr ; lr 26 ti 5*
I.ei ab<*iinenteot> partcu du ter ci du- i, de
ch ignf mi
Pris du No 4 ir.jo.

e oouve'ain pour ht n aaks du joie, le% d rangements de
'*txcsd alcool, etc.
1 mu. nePetite tuilLr* un q turt d'heure avant le p& Ji uns
lAw/"" MM comme taxai/-
\tn Vte*Ucun ^Oinu
'partout : la h'harmarie Centralesh*z Simon fieu* e'c
4. ictor Gentil
fit trtyil jujr Dai . |7|| !, du Ijbji 4^j.'i
SKREHASCOSUCHE
INm march
Eu gros Chez
Hindi et Lemke
Kn face de la
Banque i\alio<
aie


LE M/lll\
f .




"^
r&-
dotme de la fora
v. .. .
' -?


ljrcte Stamship C
Foreign Services
i
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie.
U cure de CLODSOL
augmente la lorce nerveuse
et rend aux nerii rajeuni
toute le m nergie leui
touplsj.e et leur vigueui
' Euoi" r/iiii^s-n,
t. fut l'1' ^ ^-f M
ciemif. I'*ri< i
|IM p,,,..
\

.
i
' -\ A- .
S
I I B : I
-.' .u m .,
L I w- ,
; i ( .. .
f i
' ni
1 ..- : i . t f. ci
.' 1i*. ii.- rskulttti
l ....
j urr f>-ol 'ifee 'Ar S! ''" I
. . >ii i. .. "
t | | I i'.i r l|llr
ou- Jaan uni u prteri
I>' Il I l'e f% rn' -
tAurCi: fit? ki t. de J. u< /-aru
'iJi1*-'*! lorime Ifi MM-]
rvi IL mon !><-onihi
1/" r.V. ..llqUCi TiitirvlilD-r.,
rnipi .t i ini ,
" 'a
| |'| 'I.: v.-. I . Njl ilfCU ,'
kg)* I mi ] ii.^riiiiiniiil la i
! i .:. i* matt ei qui*
i. tyre nu tu
* hl ij 01 l-vrtlfe
>
'CIL In
C/' C*u
>u.. ts kcieace*
'" *-'-i'.V^' >u*e
fin
ner-
'., BfW f Ils >*nt da porlj
i-r'ry '< 7dl< NS-*I < M'**''' **J
m. lotir ymr New-Ferle i* lespiri
KttAord. P'Hnl eJse fiemenl pou
l'Europe v a Mew Yerk. ?-* chmrgeuri
qui voudraient profiter d. cette ecr*
ton o( prtt* de passer alO/fteec
i'1(iet Gnral ou de permit aem
barqiement le r seront dlivre i
d* mande, "*
fi. f.CLEHEMT< lient a*"*"1
PK M Prince, le 4 Janvier I*?.
V .ll.LAVT i IlOUEl" 'g ut, Stettaui : 17*1*'*du Vl-giin df l'Eut
' i'h m m _..
#
GASOLINE ET KEROSIME
Amis wtion dintroiuire en Hati, la marque SUEU
l toni.ue et apprrc* dan* le monde entier.
Cvr qui en ont dj fait l'ensui vaut dinns qn. la
Clniudme SHELL est spcialement rec9mmm*labl* pow
'., rendement autntageux et quelle n'encruetie pue le
railleur arce on rafflnimtnt p*r/oti.
I' i us Miiiiml it'uJ-r ue .a Kerosme &HEL<.
mprieure II ut rnToTtgieeune /lamine pus viv et 6 u n . .
Il y donc COtOmte el avantage n'a heter que la
Twnqufc "JilfcL.L*
Pour les prix, adressa z-vous
Itoberls DuUon & C
Pbarmacie F, Sjours
Donne aris M c ient'e, aux racn\et au puli'ic, f|u>llt
iransi'.rm son LaU-rtoir d Urolog e e.i uu Laboratoire dj
Bioloy e appliqu sous 1a Direction du
DrlUcot et f. Sjourn
U laboiMo ra es^ ouva 11 us le* iu s ai 7 hres tiu raa'in
liturea du s i pour luu e^ les r. chercut am-yss prt des di^
I aunouca ci oiule saut p -ur le BMtfti.
Wasserinmn et la constante Ure-Scrtai]
qui iiH seroui relies qu le ourdi ?clttq lesemain*.
S'adr^^ner h Plnnaatta pour les renseig^eaiiDtr
AnalTses J'uri^ps wiSn* at'riaii*,
R^acJon t\(* Wassermann
1U c'ion deTi- boule'.
Ei'mm du s -ng e du pus
]L v;:mOi d t mal,res traV.*.
Examp ne oraehat
Albamino ractiM ,
Pop aii'e Ure Secreio'i^
Kechirche du S i.ochtes et de Ganoroques, Kc, itc.
"'- --L-y
WlWWff
Maris, Fiancs,
Anioureux.
i j u U s fti 6 >rovh sur h' choir d'un rideau l/nr, procurez-
vaux un B.lrml D! w '" 7"/i f"dou nxc < n t> sdr 'Nicole les put/uns dit femme chtr, et vous
parez ttt mutmum de. q ut el de. 1*3 tour uu mmtfltafl ffurgent.
I) maniet -um li-oudfdem imn Voit , en rin satin,
UM mentit Ln umlerfri Ga*on H. a Un \\a1ame\lontaye
tue lionne t o Mnm Irtyt el gnant Boit hn sto le chez Ma**
tnr Jardine a'urr -tt le Sminaire
\'ou u trouverez a/*- dej rav** pour livrts d i, s fard .ju de L oXogne savons o>.aVrffe um pnx modtrt -
/ (/frif* Kx^lutifs pnur Hati
# if5l Rue Lan.ane
Ancien Dpt
Vve H. iiihb
At* %\ rHfyil'r qn'ell troovrr
comm fur le n**4, on Rbum
l. oi: an prix de 15 G- If gallo-
1-4
10
t

4
T lojftri xqai, tt paru An
iMi
es
L. PrEetoaM-ijjBPiota
nifre M arides sui^i.'s l'odaiion d< r :
kv todS*flK VWoh h; UiCJ > .....ur. T<^ .:e. a ^
,!!!.?,ul-. ^veu^.Drla.sesel ,..-nca.aa*.
tsiril ... ''- Pour liqueurs e> Ji a^s
Pboaographea ut i"cs '. olumb a
CmnjlJ.
Le S(S i V -gifla sea IH **% \
12 couran*, vvsni de S* Thonv
et prrnart du f f p t' tOUS I S
rort i fciuro-r.
S'alrM*a: i Vg-^t :
la* P estzmanu 4>gg-rhola,
P .f-an-Hi c-, ! 4 li ~ --------------------------------------------------------------------------------------------------------
L. PpwUmw-Ajjerliolra
Ofl'-esa 'lien''e les wlicle-
erct tiens iour lei f es d fi'-
d'anne :
l'ariurtter.e lieu-un Via
Bire, (lot-tives ; Chocola'- (]\gu
n UU, flr, etc.
l'honoyrm.hes et Disqus Co-
lumbiu
Tropfaibe
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souvent
qu'un travail incessant. Combien plus ardue
est la tache quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
detre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Lue* Ce Que Cette Femme Dit
Manzanillo, Oriente, Cuba." J'tftail anmique et souf-
frais lors de mes rgles. Ces douleurs me foraient souvent
h rester au lit. I.es douleurs, toujours dans le bas ventre,
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je -omis-
# sais souvent. J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de Lydie E. Pinkham. Je
l'ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander s toutes mes amies qui souffrent de
mme malaise."-Srta. Marina MiLA,Calle de Caridad,
4, Manzanillo, Oriente, Cuba.
Le. femme. wunVaute. ,.o devraient pu Ialre M^mm
mal doivent in.igter pour I ^^
Composition \getale
de Lyda E. Pinkham
^4
.a
53


u
a
'SI
a
o
a


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM