<%BANNER%>







PAGE 1

f LE MATIN TOUX, BRONCHITE, CATARRHES. Si vous commencez par L'EMULSION DE SCOTT srement vous n'aurez besoin de recourir a aucun autre mdicament. Tandis que si vous commencez par un autre mdicament c'est plus que probable qu'il faudra recourir L'EMULSION DE SCOTT Crme TtiTiriT PM OU lut)* i.. -4-.il Pnu are Teinoely ( blanche chair. roi naturel, rosa pour tirune, t* fhrl i Ijir. rr!.~ %  fonrei ,._. Br:n Teindra — Eau TeuiaVlyt .. li.l Teiodelj Savo Teiodeiy.. tillu.l,"* K i,ii r Taxi r.grr.jnt, cm tri rente irscmt*/ i %  .. %  '. d.i Carnn uyinuntloa. [liant <£ Houet ttrVttrta pr flatii, 1720 ht h %  „<, New-York Suit* La Mort de Perrj MER REDI Dtx films spl-n'ide* L'Enigme de F Heivteu & L'Heure Sincre Entre : G. fO Samedi-7 Janvier La iciitfissance A LA [FIC0E le Hon mpR Bouvenex ( R^de ;'d) Au.Mrjor jr n'ont pu ,-i.iic iUj**rrfaaa I flywniari doi Paya ohaa-idj. MalABIM V Kt KIawmis Indispensable contre les Epidmies ItOSB i Une frand Oblller u **&• un lltra d'aan po ur t on* xoa ven;o. lerlMda rAMOOOI.. 37, RM -iea *-V'ffvie|rw. "flf?ll aaanaa F-a V U Toute-, la* PL ^j -—if* BIX No.* ^or.' p p 7iViroiort Eliz'e tol *"" %  %  Brenor ^ undolsncee aux familles prou Waii LomMj r^iale 11*dustii< U e pi Agricole r*jff '?""*" n US prie dc •*** %  l'article I lo tourdi-s au m ,1 %  ,_ wvu,, s'"C main ras AS TICSU* r d GASOLIDE ET KEROSIME Nom wnens d'introduire en Hati, la marqua SUE, I xi tonnue et apprcie d**nn le monda intier. Cevx qui en ont dj fait l'ess-U vou* diro\* qu „ la Gahplme SHLLL est spcialement recommuitable pour on rendement aiantagiuoc et quelle n'encranne pat le <>Uleur ardee HOU raffinement pirfali. Il mut tnggeroht n'ussr que uiKrosie SliELu suprieure aux aitre* par *on Ugr Uoe, elle donne tu comquence une /litanie plan vive et brute snt 9 fame* \ 1 Il y a donc conome et avantag n'acheter aim /* mai que "JHILL'' f V Pour les prix, adressa i-x us Koberls Dutlou & C L Preetzmaiaggerholih Offre lPSan : cleiiin'aN8urs, I\e j-iez •! s v 0 vieille? feniMf dd ch.p3.ux ni vos veux chipeaui de iMlh, car en trente m,nurt\ r S* r . M, ez es r em*Hr neufiice la iOcORllfi Jigui fi* qui 8.3 rend av^c un pinceau dans foiitniigajhar.n..rm a .i w ^....^ i,.-| r maisons (stiz> nuance d ilefentes* D'pt chez Viclor Gentil Ag(nt gnral itour Hati L 1731. AIM eu Magasin de l'Etat %  • %  -TON CO. %  is iJ 1-a.l.n, f..,., E y A Pliai I cie Centrale ii'oduils lie oui* Irairhpu* — 1? A. %  2W*H


PAGE 1

L \ juuzim anne No 42j$ Port tu Prince,' Baiti Mari 3 Jamrl&r WBG DIRECTEUR. PSOPRITIUK QMMtoi HlOUItRF MIMER') 20 CENTIMES Tachez d'tre patients;on se rattrape si dlicieusemeut de a plit noe par te ddain. Albert GV1MON Quotidien UEDACTION: Rae Amricaine No.JtdSb Ma Rponse Alpes ae pou tout comme celai 4a blaaa, et qaa nos peiiM raor ces hantes spculations ne neas es h litiens aient pas trangres. Se-" i^,r Washin. s ^ nt £ & .Vf fc" leur .^J^^ !" ^^^ •garnit j>ur phi-.e. La poli d ance pircqu une race noire sup I Ton'pa 1P* fnia ."in d< ','el^vp e"' e tri ri 'ains et lu otti lieu d'en r on. il les reg riifflcnlt i) fie <-r* stri J raient que sounre ie^s bai tout, au netsN )n. je veux q e R Cap Hnitien 27 Dcembre 1921 Von tifr Directeur, Permmette^ mot tout d'abord de vous remercier de n tre pas entr dans cette campagne que mes adversaires ptlitiqu s entreprenaient contre moi LE MAT N n a pas cru aux absurdits que I on dbi tait contre moi, tl savait que ie rip irais et il attendait le rponds mujourd bui le v§us envtu nu Rponse que je MUS prie d'insrer dans le plus prochain numro de votre tournai K le suis heureux de venir vous prsenter mes vaux de bonne anne Que la vtitlle Maison dans laquelle j'ai dbute co.itmue son mme cb min glo'ieux. '> MATIN est toujours un Qambeiu ie VOU* prie de prsenter mes souhaits tous les camarades de la Maison. L expression de toute mon estime et de ma reconnaissance Vous dont je J< meure le fut dvoue, NEMOURS Malgi,tous lears efforts, la calom I et. le mensonge ne pourront jian arriver i tu*-r la vrit-i ni rneae touffer sa voix. Mainteua t que 1A rafale est pass t que tout !e bruit fuit autour de a convfsat on | apaisent, Je peux je (a re entendre. II aurait et* vain de l'essayer pendant l'o r age. A la toiie donne i l'Union Club F.i envoyant a W Walter Bu e Hs>we mot o w*te 'vi< ciBIO en* '^Dats' %  j'ai rappel. d>ns la t t e, tre conversation. A-' un rapi po< de la si ut on. j'ai fait co tre mes desiderata. Voici l'ad e Mr Walter Bruce Howe, telle qu il •>t Washington D. 11 'y a qu rire pour lui demaeder,— jcapte • itu llement les termes de IVticle paru dan* l'Op mon N itional d-t i i Dcembre 1921. que 'e C u ; er ij i 1 n du 17 D^mbre 1921 a rep 0 duit—pour lui demander si dns sac Jara 10a publiqu* ou dan .11 lettre, j'ai dclar : 1* que. us haitieas sont des iseva gcj! 2* que la direct ; on du pays do l e confie un gouverneur ; a* que l'inscripuan Libert ou l i vluii" qu'on avait lue sur une pi • le n etn qu'une Mmp'e tanin 1 ls et que nom sommes tous vies scksa, Dans sa hte a p>ter ce qu il n p s en'endu i'auiur ano-ym iiticl.peld toui :o.i -i mr. Il n< ( c iyJl. pn> qu* .c ltw, "< TV-^ Je coœprendie que cette pancarte, >• • Ile n'est pas une tanfaroude sei ptutireuoe ralit. \h oui, vr-im nt. "quoi vull peidcre lupi e. nuu.at". t qneain^ri-ain v R8ne-ai'en nniU'' IJeure 5 'e:t'onn hibitait Saintpu-sque ce haut conemissaire seul a r^omingue • Rochambau 'a crit. ) dirigerait. y x pr0 uv dans un rhapitre de mon J„ n'ai pr S p.itA les baiW 1 ". PI1 J aM u veux qu ils sachent qu'ils JW^££^^ £ lnl Se a la valeur militaire Lon et 1780 ji eiitj Qoe quisaoo* ont tons rvls de grands cnei>. je lus uid To esaiit L venure tait ..'et prouv par l'tude ds planj de campagne de Toussiint Louvertute, les savanes manoeavr.s de Dessa Pou sauver JJI re l'a lui-mme doene : 1426 G uenprl m CM. i iu< pays dd I depu %  s-ie'ong iea anne- H*r Ut!u-nt5 eiitirigere et les la ti t inatiles, pas plus ma race qu' mon pay-t. C'est sina doute ca qn I opinion N'ionale du Cap appelle an acte d-forfaiture nationale. C'est ainsi qur je trphis iua Patrie et ma Rae*.| Je lui soubiit) Je les mieux sar vir. NEMOURS ] civiles, son prennei soin lut •ver son sgncalturit et SJII ladus'.rie, 'il • -v I jiiper fo 1 l'oaiinerce I 1 l [eii mieux le flre | *1gnan '-•vrto Isa Et ta U is un rralrjl %# dCoromorce et d-*irti,tie -' avn r IT.i.''. Ton sain; Louveitnre Lharacn de gnie que no ie race a produit Cettrt le 1 e ecti e Monsieur Boar •; qsi ne devsit certainement pi* tre nvie h |s nwb > %  t ramia -t puis'' ' imbi l'.i.'l.au t.hvi 43 la G ii 1 1 rrag M a 1 H oe" n'es M *t daai qi. pas a ci paro'es Jjlaii 1 .. .S 11 i L'Opinion Nationale prtend qu j'ai dclai ; 'MOUS les hatien- son desauvages'. Far.aut de m s o dn Cap-Hatien, dans une conversap i l0 t eSi dans m< lettre vlonsieu tion prive je m' porter une conversation O > y de t aussi sans dou e. essayer de liir par dessus l'paule les brl t q 1 l'on / crit .. Pouilaol un' couver tion prive et une lettre sont chos ancres. Mais je ne rae serais pas plaint ca je n'ai jamais hsit a dire la vente et prendre l'entire responsabilit de mes actes et de mes paroles. Mats cette conversation vole a t : 'tre. ~>e peur d tre dcouverts, ceu jt faisaient le coup, son' pat s en ai portant quelles bnbes.Ils oat cs de les coudre, de ra;ollar les recsix. .u vol ils ont ajout le mens nDans l'tOpinion Nationale du 10 Dcembre 1921— article reprodui par le Couirur IL t en du 17 D cembre 1921— S propos de ma cou versation avec Monsieur Walter Brnc Hcwe i la soire donaee en l'ho ntor de ia Commissoa Senatoru arnt.KMiue, celui qui a crit : Dai> une accisisticm publique , % aasn 1 v-ii 1 qui u ecru que j'ai aiurm : 1 -4'ic ie> hatiens sont tous de sauvages, a menti ; 2* que la direction du pays do tre I4I lata i un gouveiueur, a men ti : 3" que 1 inscription Libert ru 1 Mon* e'oa a*sM lue sur l une d 1 pancaifcs n'tait qu une simple I. ni lonna.de et t,ue nous tommes lou des lches, a memi. J peui t lcuicir La pr u.:. i 11 bues, des JUIN O -su ne-, j 1 -v ts de valeui ac.c. tc'.iuni la lo d misioT de dire .e diou.., Les Hatiens sont de grands ent is. Ceux de iluteueur n'uni qu' ne ruduneuiire uivihaatttfu. lu o 11 O' a les dfoula d s euUnu cieoidont la voloti>e impuiditaute n'a j maia pu M t ienLT le* 0 saiaas. Et au lieu de les ascafetjrjc preni l'-ur dfenee en trx^liquHin pourqu %  <, il n'y a gure, que depus un pei> .IIUB de cent sus que len titti.iuii C nutituent une uot ou n-pe .dauie. UMU* chaque famille, si I on vea lauonier a qa*tie ou ciuq -eue. tioua on uouve des enclave, je m ueruiete de citer uu fait peu J nue. Ma eTane****** r**:' 5 *>**•" -• %  .o .ue aieatt souvent qu'alla avait co.. JU une de ses g>anJd'intes qui ivait t esclave-U^ celte ^mnd'inu. i uioi il n'y s que gueiatuns-Noa Jutons d'iuei^oiaineut noud demau 1er de nous conduire ui-ja, :n peuple aisonuabte et aux siiupiea particu ieia dt sa conduite loua eu ga • • li.e ? a. Opinion Nationale pn tend q I ; -1 dclare : La uirecauu iij ,. y ICHi elle confie a uu ^ouverueui. Uu geuverueur.e'eiuit l'cffaeemcaj Ju gouveruemeut actuel. lian .n ieiiie Monsieur Howe /ai :iu Leaavantagjs moraux de !'Occupa MOU ne boa paa IUUINH nuporiauis que lesavautages m^-eri 1* .-a paix qui nous a donne uu gouvei uciiieui JOUI U B'eet pas exrgeie 3e. ax II es vrai que -JHi{0 d'e [>i'Ji. )uge do pi m, e 11 ne lenai' c A propea cli'prtait le lioutnei I k. o 1 %  \ulirttuii' \iv te. dans m J > f-^lo • m s di cl 10U'. cela eiait ab-o lumsDt fat luu o.'f.io bien connue. Je mis cou q c e aeuioaiei. diiiis uu boiatio \i as la Giaud % %  u 1 1 • IM nlee qu s 1 -jdi.il 1 •' Une Je pmiso qu 1 Occ ipal • C si st UC lu pa-. ei e l ai dcl*re.MwM adv 1 saiiea i 0.1 quou ne IUJ e'paidou neu> ^aaliin n veulent • ncors parce qj-: l'ai d. j i larequ* a bienfai s m 1 Criais et mor*u* del (J |S %  > .Ht'ec i-n loues wi la pais li t alait :lto 0 f\ 1 iQi ne.11 • 1 -cl 1 1 <->•' lequ '• 1 'iv .a pae 1 bi.Z J'iuau 10a et de m ' u v c 1^ a 1H } e vea sur • u 1 par v equ'm I l Cl I i a 1 J'^U que ns. le n'.a'retieQdrai ici qu'an exem pie. Ei tludian les admirjbles m rœavres de l >ussait I.ouveitur. .U'ns'sSx.camiug ie contre Leclerc 1 ai enis eo luWre un tait qui n'ava ^s encore t*sK:n$ oon *' '**• P fOU v que l'ide ds 1 ai,'tieuse manteu vie de Teusaint Loovfc'ture. excu 'e en i8.je : par une marche rapide djns ie Nord essay r de pren/e a revers l'arme de Leclerc pour la ciu oer de sa ligns de retraite et au. .nler sa mche victor\eu>e, Napo on y songera en 1814 Lorsque ac : b e pi' 1 toutes les forces allies. pou les 00 ig*f i vacue la France, i vjit vou.u se porter rapidement vers le Nord Es', et marceavitr sut M it rirrs H^ i'cnnrun. U esprai liosi les ob iger prcipiiamme il b"t e en retuite Napolon, le dieu mme de la nuerre comme l'ap.-Hle ijlaosew tz k< j'ai co.idu ainsi : 1: 'ije de la mme suaatioo perdu l'vusv.int Louverure, Napo>on o t eu U mme coaceptien .. Ne dite. pas le hasard a de ces recontres Non Le gnie a de ces m ns troav„nles. PARIS-t conseil des t ouv ma:ep d 1 la France f} lires nava'es d Washington El ce ^ Je travaille un autre ouvrage : Les premires campagues de Toussamt Loaverture . Je rappelle que, le i 'iii-.i. dans cet hemisphte, n hc> urne de noue race poria le premier coup la domiuation et 1 pog'iolH, donnant ai'ii le sigaal et mnitant, ou peut e dire, la voie B • v -r et aux aut es libaiateurs .1 %  rappel que paiveuu au coinmand-4 s.vci.i iuui sup ne de II e, plus puissint u c'*^ nO mu 1 q i ne 1 avait jainam ete aucun go Jsous maiins, le conse'i ai c.uqua o|J[|[ d i^| t .^*i*|l'i ||i^ t-emeoi les dclsrstio"? vant la commission psr i J Boa, expert navT7 qui avec k ,n, ui,ut depuis berl Smaul ch5 / d e U f ^ m gstiaioie, | 0DKferHp proclame de l'egalite des U !" f !" e \ supporte toute ls reipoaraces — la paiola de frterons av.i sabilit de la situation cre Waete dite par le Cbrist — le gnie de shington. Toussaint Louvermre venait d'en) PARIS ; iDans les cercles offit AH e maintenant aae ralit. ciels on afrme que le gouverne Cea Jiliieu a volumes, et d'autres oui suivront, campleteront une soiie d ouvrage qui sera runie sous ce titre : Le gais militaire de la race noire. (Jaaud ce ne sersit que cela, j'aurai au uioiua servi prouver que noira paya a t capable de a'adm.niairer lui-muie — le gouvernement a -, Toasea>M; Louverture en est la p:euve;— que notre pays a eu U gloire d avuu pofai uu homme de uotie race q u porta 1 art miluaira si eoapiutl MteMA U p.C,ide cun ; ouveiaia, le gmie duu homme b r ,. r , Wlll avait fai ce' m ie n avsien. pu Iai.e .1 :mou ^ysdsactta da uoUin d e, sie es de .oufTrsace. une parole kOocli au No j.Auiou.i'hui, pou. divujt uar S1 le dogme tait depuis • arveUlt U p.eTll e e ni R St. JIUIC, tnnaturan* Ar bomni'S politieaes de vaieai ..uon i Port au Prince,' L tit taci.e u me co iv.nnue Je luensong Uit .es Cadidat-v actaeu uuNo.ao>cu', evaut la Nation aU.nlv:, nous duc par qel> t.trs ifs is t i"i;t s'unpo >ei soa choizMais le mtchaui fsit une eeavte qui le trompe. Tandis que mes advrsaires me fjieui.t c;.-. paroles mensongres, je uis urprimei a Paris le toine p.e niei u'uue Histoire militaire de uoi c Gu.ric de Pi 1 peDdao :e dan >1 1 ). uiigu u 1 _,.: us miinaiie ac roasMiut Uouveituie et le cou .ge de uos anctres. Je fais donnai le les guudcj chus.que |S| aeux jjl acconiplici. je till au moi;is œi tn qui vaille. fi .s adversaire in^ui \t, c'csl plus taci e Je ieuip.it> un dcVOl J j v. ux que lashaiIttOi sachent q ii-. o. 1 I'I .1 n peu g uon n %  u eu %  !• t a .1. ou, aincu da. s des ihaU P ment franais verrait avec pla'sir qu'oa tablisse un statut au sujet des sous-manc. Il croit que ls propasi tion de rg'er l'emploi dt ces eogias aecteiait aussi Isur tonnag*. Nouvelles diverses de l'Etranger ||PAR1S-Le conseil alli des ambas ideurs a dcid de charger le gn fe liaai que a.usses conceptious g-l"' >,:)llef chef de U coomission du uiales u se ier.co.itra aveu les plus 'dsarmement, du soia de convertir la grauds. ti q ii, eu face d'adveegairea Deutche Wcrkc, groupe d'usines de redoutables, les meilleurs parmi les plus glouuux. les dpassa et prouva quuu n iui ue noir peut un tre rem wquaule Cnef de gudrreJ'ai en outre,tenu prouver, dans ces deux preinieis ouvrages, qii ; oca iilt'eieutea ( ampagoesoutt du v.ilauiea guerres co.oaiales aond utes aVdc iiH.no le. ave; plau, dcisi.) 1 et guerre allemandes en manufactures industrielles. Le plan de conversion exigera l'emploi de 1*20,000 ouvriers qui travaillaient pendant la gaerie' LONDRES -L'ambassadeur iulie.a a dclar aux autorits anglaises que le mora^oium dclar an sujet da ti B anco Disconto de Rome est seuieiiaoaia a pidi , e. qji fjnt grau 1 honneur al m Qt oarliel et 4 u l n'intrese qae •uts plus Cl u q i( .•j.uiuauda.eu. cea troupsa| ca l bi-jq-te Toute alarme parmi les • L> liJ J ai iiouv que le cerveau du a t r es b aques italiennes est inmsti s a ta nai ; cipauie de •OQbiaeteoQalfiee. jFiyj Ici vsinqacan de Zjiicb l ceuxlruiluaii.s, btrit-giiues et tcctiqaei,' COBLENE— Un nouveau coqUn


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05564
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, January 03, 1922
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05564

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
L
\
juuzim anne No 42j$
Port tu Prince,' Baiti
Mari 3 Jamrl&r WBG
DIRECTEUR. PSOPRITIUK
QMMtoi HlOUItRF
*
MIMER') 20 CENTIMES
Tachez d'tre patients;on
se rattrape si dlicieuse-
meut de a plit noe par
te ddain.
Albert GV1MON
Quotidien
UEDACTION: Rae Amricaine No.JtdSb
Ma Rponse
Alpes ae pou tout comme celai 4a blaaa, et qaa
nos peiiM raor ces hantes spculations ne neas
es h litiens aient pas trangres.
Se-" i^,r Washin. s^nt & .Vf fc" leur .^J^^^^^
garnit j>ur phi-.e. La poli dance pircqu une race noire sup
I Ton'pa 1p* fnia ."in d<
','el^vp e"' e tri
ri 'ains et lu otti
lieu d'en r
on. il les reg
riifflcnlt
i) fie <-r* stri J raient que sounre
ie^s bai tout, au nets- N )n. je veux q e
R
Cap Hnitien 27 Dcembre 1921
Von tifr Directeur,
Permmette^ mot tout d'abord de vous
remercier de n tre pas entr dans cette
campagne que mes adversaires ptlitiqu s
entreprenaient contre moi Le Mat n
n a pas cru aux absurdits que I on dbi
tait contre moi, tl savait que ie rip
irais et il attendait
le rponds mujourd bui le vus envtu
nu Rponse que je mus prie d'insrer
dans le plus prochain numro de votre
tournai K
le suis heureux de venir vous prsen-
ter mes vaux de bonne anne Que la
vtitlle Maison dans laquelle j'ai dbute
co.itmue son mme cb min glo'ieux. '>
matin est toujours un Qambeiu ie VOU*
prie de prsenter mes souhaits tous les
camarades de la Maison.
L expression de toute mon estime et
de ma reconnaissance Vous dont je J<
meure le fut dvoue,
NEMOURS
Malgi,tous lears efforts, la calom
I et. le mensonge ne pourront ji-
an arriver i tu*-r la vrit-i ni rne-
ae touffer sa voix.
Mainteua t que 1a rafale est pass
t que tout !e bruit fuit autour de
a convfsat on | apaisent, Je peux
je (a re entendre.
II aurait et* vain de l'essayer pen-
dant l'orage.
A la toiie donne i l'Union Club
F.i envoyant a W Walter Bu e
Hs>we mot o w*te 'vi< ciBIO en*
,'^Dats',' j'ai rappel. d>ns la t t e,
tre conversation. A-' un rapi
po< de la si ut on. j'ai fait co
tre mes desiderata. Voici l'ad e
Mr Walter Bruce Howe, telle qu il
>t Washington D. 11 'y a qu
rire pour lui demaeder, j- capte
itu llement les termes de IVticle
paru dan* l'Op mon N itional d-t i i
Dcembre 1921. que 'e C u ; er ij i
1 n du 17 D^mbre 1921 a rep 0
duitpour lui demander si dns
sac Jara 10a publiqu* ou dan
.11 lettre, j'ai dclar :
1* que. us haitieas sont des iseva
gcj!
2* que la direct;on du pays do
l e confie un gouverneur ;
a* que l'inscripuan Libert ou li
vluii" qu'on avait lue sur une pi
le n etn qu'une Mmp'e tanin 1
ls et que nom sommes tous vies
scksa,
Dans sa hte a p>ter ce qu il n
p s en'endu i'auiur ano-ym
iiticl.- peld toui :o.i -i mr. Il n<
(ciyJl. pn> qu* .c ltw, "< TV-^ *
Je coprendie que cette pancarte, >
Ile n'est pas une tanfaroude sei
ptutireuoe ralit. \h oui, vr-i-
m nt. "quoi vull peidcre lupi e.
nuu.at".
t qneain^ri-ain v R8ne-ai'en nniU'' IJeure, 5'e:t'onn hibitait Saint-
pu-sque ce haut conemissaire seul a r^omingue Rochambau 'a crit. )
dirigerait. y ,x pr0uv dans un rhapitre de mon
J n'ai prSp.itA les baiW 1 ". PI1 JaM. u veux qu ils sachent qu'ils
JW^^^ lnl Se a la valeur militaire Lon
et 1780 j- i eiitj Qoe quisaoo* ont tons rvls de grands cnei>. je
lus uid To esaiit L venure tait ..'et prouv par l'tude ds planj de
campagne de Toussiint Louvertute,
les savanes manoeavr.s de Dessa
Pou sauver jji
re l'a lui-mme doene : 1426 G uenprl m CM.
i iu< pays dd I depus-ie'ong iea anne-
H*r Ut!u-nt5 eiitirigere et les la ti
t inatiles, pas plus ma race qu'
mon pay-t.
C'est sina doute ca qn I opinion
N'ionale du Cap appelle an acte
d-- forfaiture nationale.
C'est ainsi qur je trphis iua Patrie
et ma Rae*.|
Je lui soubiit) Je les mieux sar
vir.
NEMOURS
] civiles, son prennei soin lut
ver son sgncalturit et sjii ladus'.rie,
'il -v I jiiper fo 1 l'oaiinerce I1 l
[eii mieux le flre | *1gnan
'-vrto Isa Et ta U is un rralrjl%#d-
Coromorce et d-*irti,tie -' avnr
IT.i.''. Ton sain; Louveitnre Lharacn
de gnie que no ie race a produit
Cettrt le 1 e ecti e Monsieur Boar
; qsi ne devsit certainement pi*
tre nvie h |s nwb > t ramia
-t puis'' ' imbi l'.i.'l.au t.hvi
43 la G
ii 1 1
rrag
M a 1 h
oe" n'es
M *t
daai qi.
pas a ci
paro'es
Jjlaii 1
.. .S 11 i
L'Opinion Nationale prtend qu
j'ai dclai ; 'mous les hatien- son
de- sauvages'. Far.aut de m s o
dn Cap-Hatien, dans une conversa-pi, l0teSi dans m< lettre vlonsieu
tion prive je m' Monsieur Walter B.uce Howe. 1 menl tiouver en ti*iti quelques ho 1
/ Si cette conversalioo, quoique pu mes possdait uuc lctlc sefeoce j
ve, avait t exactement reproduite ;r,j,qae et du.e haule moia te. .
je n'aurais etites l.v aucune proies Assurs dt e rii co .rnb e n nt
tation.
Ii y a des indiscrets p-.'tout t i
t U 'O'i Cub on pedt couter et n >
porter une conversation O > y de t
aussi sans dou e. essayer de liir
par dessus l'paule les brl t q 1
l'on / crit .. Pouilaol un' couver
tion prive et une lettre sont chos
ancres.
Mais je ne rae serais pas plaint ca
je n'ai jamais hsit a dire la vente
et prendre l'entire responsabilit
de mes actes et de mes paroles.
Mats cette conversation vole a t
: 'tre.
~>e peur d tre dcouverts, ceu
jt faisaient le coup, son' pat s en
ai portant quelles bnbes.Ils oat cs-
de les coudre, de ra;ollar les
recsix.
.u vol ils ont ajout le mens
n-
Dans l'tOpinion Nationale du 10
Dcembre 1921 article reprodui
par le Couirur IL t en du 17 D
cembre 1921 S propos de ma cou
versation avec Monsieur Walter Brnc
Hcwe i la soire donaee en l'ho
ntor de ia Commissoa Senatoru
arnt.KMiue, celui qui a crit : Dai>
une accisisticm publique , % aasn 1
v-ii 1 qui u ecru que j'ai aiurm :
1 -4'ic ie> hatiens sont tous de
sauvages, a menti ;
2* que la direction du pays do
tre i4i lata i un gouveiueur, a men
ti :
3" que 1 inscription Libert ru 1
Mon* e'oa a*sM lue sur l une d 1
pancaifcs n'tait qu une simple I. ni
lonna.de et t,ue nous tommes lou
des lches, a memi.
J peui t lcuicir La pr u.:.
i 11 bues, des juin o -su ne-, j 1 -v
ts de valeui ac.c. tc'.iuni la lo d
misioT de dire .e diou..,
Les Hatiens sont de grands en-
t is. Ceux de iluteueur n'uni qu'
ne ruduneuiire uivihaatttfu. lu o 11
O' a les dfoula d s euUnu cieoi-
dont la voloti>e impuiditaute n'a j
maia pu mtienLT le* 0 saiaas.
Et au lieu de les ascafetjrjc preni
l'-ur dfenee en trx^liquHin pourqu <,
il n'y a gure, que depus un pei>
.iIub de cent sus que len titti.iuii
C nutituent une uot ou n-pe .dauie.
UmU* chaque famille, si I on vea
lauonier a qa*tie ou ciuq -eue.
tioua on uouve des enclave, je m
ueruiete de citer uu fait peu j nue.
Ma eTane****** r**:'5 *>**"-.o
.ue aieatt souvent qu'alla avait co..
ju une de ses g>anJd'intes qui
ivait t esclave-U^ celte ^mnd'inu. -
i uioi il n'y s que gueiatuns-Noa
Jutons d'iuei^oiaineut noud demau
1er de nous conduire ui-ja, :n peuple
aisonuabte et aux siiupiea particu
ieia dt sa conduite loua eu ga
li.e ?
a. Opinion Nationale pn tend q I
; -1 dclare : La uirecauu iij ,. y
ICHi elle confie a uu ^ouverueui. .
Uu geuverueur.e'eiuit l'cffaeemcaj
Ju gouveruemeut actuel. lian .n .
ieiiie Monsieur Howe /ai :iu .
Leaavantagjs moraux de !'Occupa
mou ne boa paa iuuinh nuporiauis
que lesavautages m^-eri 1* .-a paix
qui nous a donne uu gouvei uciiieui
joui U B'eet pas exrgeie i I y a bi^n loogleiOf/C qje no
1 MVlOua [ U-bcJb 0'oL.oai uspaUii
J tl cdil ; "Il tctadiaii. . IUa a u u^tul uuptikui au gjuv.
UatllCttiU, qui irlaiilt CUol do IOU|
s louciiOuaue u.jieucaiu.
i i J j l'avais pri d
, la lett el les 0:-
i>3e.
ax II es vrai que
-JHi{0 d'e [>i'Ji.
)uge do pi
m, e 11 ne lenai'
c A propea cli'-
prtait le lioutnei
I
k. o 1
\ulirttuii' \iv te. dans m j > f-^lo
m s di cl 10U'. cela eiait ab-o
lumsDt fat
luu o.'f.io bien connue. Je
mis cou q c e aeuioaiei.
diiiis uu boiatio \i as
la Giaud u 1 1 im nlee qu s
1 -jdi.il 1 ' Une Je pmiso qu
1 Occ ipal C si st UC lu
pa-. ei e l ai dcl*re.MwM adv 1
saiiea i 0.1 quou ne iuj e'paidou
neu> ^aa-
liin n veulent ncors parce qj-:
l'ai d.ji larequ* a bienfai s m 1
Criais et mor*u* del (J |S > .Ht'ec
i-n loues wi la pais li t alait :lto
0 f\ 1 iQi ne.11 1 -cl 1 1 <->' lequ '
1 'iv .a pae 1 bi.Z J'iuau 10a et
de m .
u v c 1^ a 1H } e
vea sur u 1 parvequ'm
I l Cl I i !
a 1 J'^U que
ns.
le n'.a'retieQdrai ici qu'an exem
pie.
Ei tludian les admirjbles m
ravres de l >ussait I.ouveitur.
.U'ns'sSx.camiug ie contre Leclerc 1 ai
enis eo luWre un tait qui n'ava
^s encore t*sK:n$oon*' '** PfOU
v que l'ide ds 1 ai,'tieuse manteu
vie de Teusaint Loovfc'ture. excu
'e en i8.je : par une marche rapide
djns ie Nord essay r de pren/e a
revers l'arme de Leclerc pour la ciu
oer de sa ligns de retraite et au.
.nler sa mche victor\eu>e, Napo
on y songera en 1814 Lorsque ac
: b e pi'1 toutes les forces allies.pou
les 00 ig*f i vacue la France, i
vjit vou.u se porter rapidement
vers le Nord Es', et marceavitr sut
M it rirrs H^ i'cnnrun. U esprai
liosi les ob iger prcipiiamme il
b"t e en retuite Napolon, le dieu
mme de la nuerre comme l'ap.-Hle
ijlaosew tz k< j'ai co.idu ainsi : 1:
'ije de la mme suaatioo perdu .
l'vusv.int Louverure, Napo>on o t
eu U mme coaceptien .. Ne dite.
pas le hasard a de ces recontres
Non Le gnie a de ces m ns troa-
vnles.
PARIS-t
conseil des
t ouv ma:ep
d 1 la France _
f} lires nava'es d
Washington El ce ^
Je travaille un autre ouvrage :
Les premires campagues de Tous-
samt Loaverture . Je rappelle que,
le i 'iii-.i. dans cet hemisphte,
n hc> urne de noue race poria le
premier coup la domiuation et 1
pog'iolH, donnant ai'ii le sigaal et
mnitant, ou peut e dire, la voie
B v -r et aux aut es libaiateurs .1
rappel que paiveuu au coinmand-4
s.vci.i iuui sup ne de II e, plus puissint
u c'*^ nO mu 1 q i ne 1 avait jainam ete aucun go j- sous maiins, le conse'i
ai c.uqua o|J[|[di^|t.^*i*|l'i,||i^ t-emeoi les dclsrstio"?
vant la commission psr i
J Boa, expert navT7 qui avec
k,n, ui,ut depuis ,berl Smaul- ch5/de Uf^
m gstiaioie, |0DKferHp proclame de l'egalite des Ufe\ supporte toute ls reipoa-
races la paiola de frterons av.i sabilit de la situation cre Wa-
ete dite par le Cbrist le gnie de shington.
Toussaint Louvermre venait d'en) PARIS ; i- Dans les cercles offi-
t ah e maintenant aae ralit. ciels on afrme que le gouverne
Cea Jiliieu a volumes, et d'autres
oui suivront, campleteront une soiie
d ouvrage qui sera runie sous ce
titre : Le gais militaire de la race
noire.
(Jaaud ce ne sersit que cela, j'au-
rai au uioiua servi prouver que
noira paya a t capable de a'adm.-
niairer lui-muie le gouvernement
a -, Toasea>M; Louverture en est la
p:euve; que notre pays a eu U
gloire d avuu pofai uu homme de
uotie race q u porta 1 art miluaira si
eoapiutl MteMA U p.C,ide cun;ouveiaia, le gmie duu homme
b. r ,. ___ r, ,Wlll, avait fai ce' m ie n avsien. pu Iai.e
.1 :mou ^ysdsactta da uoUin de, sie es de .oufTrsace. une parole
kOocli au No j.Auiou.i'hui, pou. divujt. uar S1 le dogme tait depuis
arveUlt U p.eTll e e ni R St. jIUIC, tnnaturan* Ar arvaair la p
t taui un itjle valeur lateUqc
laetts Us n'en ont aucis ie. O irou
v.r de-> bomni'S politieaes de vaieai
..uon i Port au Prince,' L tit taci.e
u me co iv.nnue Je luensong Uit
.es Cadidat-v actaeu uuNo.ao>cu',
evaut la Nation aU.nlv:, nous duc
par qel> t.trs ifs isti"i;t s'unpo
>ei soa choiz-
Mais le mtchaui fsit une eeavte
qui le trompe.
Tandis que mes advrsaires me
fjieui.t c;.-. paroles mensongres, je
uis urprimei a Paris le toine p.e
niei u'uue Histoire militaire de
uoi c Gu.ric de Pi 1 peDdao :e dan
>1 1 ). uiigu u 1 _,.: us miinaiie
ac roasMiut Uouveituie et le cou
.ge de uos anctres. Je fais donnai
le les guudcj chus.- que |S| aeux
jjl acconiplici. je till au moi;is i
tn qui vaille. fi.s adversaire in^ui
\t, c'csl plus taci e
Je ieuip.it> un dcVOl J j v. ux que
lashaiIttOi sachent q ii-. o. 1 i'i
.1 n peu g uon n u eu
! t a .1.
ou, aincu da. s des
ihaU
P
ment franais verrait avec pla'sir
qu'oa tablisse un statut au sujet des
sous-manc. Il croit que ls propasi
tion de rg'er l'emploi dt ces eogias
aecteiait aussi Isur tonnag*.
Nouvelles diverses
de l'Etranger
||PAR1S-Le conseil alli des ambas
ideurs a dcid de charger le gn
fe
liaai que a.usses conceptious g-l"' *>,:)llef. chef de U coomission du
uiales u se ier.co.itra aveu les plus 'dsarmement, du soia de convertir la
grauds. ti q ii, eu face d'adveegairea Deutche Wcrkc, groupe d'usines de
redoutables, les meilleurs parmi les
plus glouuux. les dpassa et prouva
quuu n iui ue noir peut un tre re-
m wquaule Cnef de gudrre-
J'ai en outre,tenu prouver, dans
ces deux preinieis ouvrages, qii ; oca
iilt'eieutea(ampagoesoutt du v.i-
lauiea guerres co.oaiales aond utes
aVdc iiH.no le. ave; plau, dcisi.) 1 et
guerre allemandes en manufactures
industrielles. Le plan de conversion
exigera l'emploi de 1*20,000 ouvriers
qui travaillaient pendant la gaerie'
LONDRES -L'ambassadeur iulie.a
a dclar aux autorits anglaises que
le mora^oium dclar an sujet da
tiBanco Disconto de Rome est seuie-
iiaoaia ,apidi , e. qji fjnt grau 1 honneur al m-Qt oarliel et 4u'l n'intrese qae
uts plus Cl. u qi( .j.uiuauda.eu. cea troupsa|ca l- bi-jq-te Toute alarme parmi les
L> liJ J ai iiouv que le cerveau du atres b aques italiennes est inmsti
s a ta nai ; cipauie de OQbiaeteoQalfiee.
jFiyj Ici vsinqacan de Zjiicblceuxlruiluaii.s, btrit-giiues et tcctiqaei,' COBLENEUn nouveau coqUn


f
LE MATIN
TOUX, BRONCHITE, CATARRHES.
Si vous commencez par
L'EMULSION DE SCOTT
srement vous n'aurez besoin de recourir
a aucun autre mdicament. Tandis que
si vous commencez par un autre mdicament c'est
plus que probable qu'il faudra recourir
L'EMULSION DE SCOTT
Crme TtiTiriT
PM OU lut)* i..-4-.il
Pnu are Teinoely
( blanche chair.
roi naturel, rosa
pour tirune, t*
fhrl i Ijir. rr!.~ '
fonrei____-,._.
Br:n Teindra
Eau TeuiaVlyt ..
li.l Teiodelj
Savo Teiodeiy..
tillu.l,"* K i,iir ,
Taxi r.grr.jnt,
cm tri rente irscmt*/
i ..
'. d.i Carnn
uyinuntloa.
[liant < Houet
ttrVttrta pr flatii, 1720 ht h <, MUT1LATE
"est pail
lion sur
AnVtli.
calho
kiiidtbi
ies EtaU
i tti ar
lion an
jauvur et
M.50
V' 2 47 f|
.D8 4.315
ffaac 12 47
Sifif
T'nr dimain la p
ire fv* d ailic'fs de ci
i'it g-a icd hatienne f
I
tt < L'Eut
arils
(e Soir
e? Myxt' en d<>
New-York Suit*
La Mort de Perrj
MER REDI
Dtx films spl-n'ide*
L'Enigme
de F Heivteu
&
L'Heure Sincre
Entre : G. fO
Samedi-7 Janvier
La
iciitfissance
A LA [FIC0E
le Hon mpR Bouvenex ( R^de
;'d) Au.Mrjor njAVM MetrimoMlr-a, HVec Eben
e Caidida S'rieax
M lg' otte If tir ben' \c'orii
rf' cor.f:ies Le houvelltsle ri /L
>jr n'ont pu ,-i.iic iUj iturs telieia &yBl t dseits pii
les cuvneis.
Aci'o.oyie
Hi.r, FPt mort .ubiWeri l lorra
rnortMirc Rue Lrr?; No 1543
Us plient leurs 'ectturs de les dp -f cor trr-le rr'p-
i
Ti
si i
Le plus puissant antlbdpis
Sans Mercure ni Cui-re
suivant la travail de M. rooAH
Culmlnte d tInstitut Katonr <1807).
filmil instantanment tous les mieroboii le la
(=!. du i-ho/ara, les Wrraa, Z>**rrfaaa
I flywniari doi Paya ohaa-idj.
MalABIM VKtKIawmis
Indispensable contre les Epidmies
ItOSB i Une frand Obllleru **&
un lltra d'aan pour ton* xoa ven;o.
lerlMda rAMOOOI.. 37, Rm -iea *-V'ffvie|rw. "flf?ll
aaanaa F-a VU Toute-, la* PL ^j -if*
bix No.* ^or.'pp7iViroiort
Eliz'e tol*"" Brenor
^ undolsncee aux familles prou
Waii LomMj r^iale
11*dustii< Ue pi
Agricole
r*jff '?""*" nUS prie dc *** l'article
I lo tourdi-s au m ,1 ,___ wvu,,s'"C main
. ras aS ticsu* rd"
GASOLIDE ET KEROSIME
Nom wnens d'introduire en Hati, la marqua SUE, I
xi tonnue et apprcie d**nn le monda intier.
Cevx qui en ont dj fait l'ess-U vou* diro\* qu la
Gahplme SHLLL est spcialement recommuitable pour
on rendement aiantagiuoc et quelle n'encranne pat le
<>Uleur ardee hou raffinement pirfali.
Il mut tnggeroht n'ussr que uiKrosie SliELu
suprieure aux aitre* par *on Ugr Uoe, elle donne
tu comquence une /litanie plan vive et brute snt9 fa-
me* \ 1 '
Il y a donc conome et avantag n'acheter aim /*
mai que "jHILL'' f V
Pour les prix, adressa i-x us
Koberls Dutlou & C
L Preetzmaia- ggerholih
Offre lPSan:cleiiin'aN Lfai magneCharlr.,Heid8ick; o.le-ux-Qu.na; Bubonnpi ; \v
KY bordon bi..; Venm.u h ; Uigute, I i lueur, reu'i^es a sor
'aonsrr^sde Hile. sor.eg ; C-nti...... Chocola ; Lai- et Far,,
ac ee.tes l ; c cae Pe .s ; -r s- g .Mur ; Porinr; Bonne B.
hi bon Loppex ; pd (u ,. ,ie Ge 1 i rnq.Mrie cas- ; V ns cTtthi'g ; li f-augaisr. danoi
tlitBMode; Qf4 eues Dflaiafi tt amnea nm.
lixirail utitri pour liquems e Si-tja.
l'hoocgraphpe ei D Silice Columbia
SlfRE IIISCOSUGHI
r mi maivh
En gros (liez
Hirsc et Lemka

.
Eu face de la j
Banque Nalionale
wiuei. Jless>8urs,
I\e j-iez ! s v0 vieille? feniMf dd ch.p3.ux ni
vos veux chipeaui de iMlh, car en trente m,nu-
rt\ rS*r.M,*ez.,es rem*Hr neufiice la
iOcORllfi Jigui fi* qui 8.3 rend av^c un pinceau
dans foiitniigajhar.n..rma .i w.......^....^ i,.-|----------r
maisons (stiz> nuance d ilefentes*
D'pt chez
. Viclor Gentil
Ag(nt gnral itour Hati
L
1731. Aim eu
Magasin de l'Etat
' -TON CO.
isiJ
1-a.l.n, f..,., E y A
Pliai
I cie Centrale
ii'oduils lie oui* Irairhpu* 1? a. .
2W*H ,j-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM