<%BANNER%>







PAGE 1

1JB MA1I-N (( i'ArtB H" )) El ie Courrier de Lyon l'arisiaoa, corrjrr-e on le sait, a rr u ua stock de fi'ms d'art viaimer s*ns prcdent, aii nombre dtsjuelf je trouve le Courrier de Lyon Distribu en s paru's, ce film cos turn est i'uu des spectacles les plus impressionnants que I A\t Cin graphique puisse offrir au graud pu blic. Jamais un tel coaconus d'artis t?s ne s'est trouv pour nier sur l' cran des gestes plus appropris, des a'titudes plus pa'ht'ques. A tt des jolies vr dettes frarii, ses figurent les gloires romaines au, fi.nms. Tout le monde se rappelle' le succs ob'enu par les Firesde 1 SL-Loois de Goaz?gue l'audition! de cette pice adapte peur coll1 g'msCeux que l'Art tente et qui vtulent vivre une minute intense d'motion artistique n'ont qu' se rendre dimanche Parisiana. Viennent d'arriver Ch JOANNY CRDSCO nue des Fronts Forts Machin Coudre marque *S11\GER 1*0111 AiOWSTK*, TAlLLkt'KS & COKDOWlfcU.S' Pressez-vous le Stock s'puisa Les lnraille de Mwe Edouard 6ergcs, ne l'hcte Fourcia, dcc.ke hier i midi cl demie au rm lie aujourd'hui 1 ; PI heure ci) la B:.i lioue NoireDame. Maison mortuaire angli des rues Runion et Dams Vcsiouches. Nos condolances aux pareats prouvs prin:i p..leatcni au lieutenant Dieudona N. Foureau, frre de la dlunte. CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, a rien de tel comme 1 L'EMULSION DE SCOTT u ^ L.. *W —-..—. Clyde Steamship Company foreign Services Le s'MBifr "LMte Fackler" a laisse New York le t8 fr courant a Pli attendu ver le 26. Il laissera le mme jour pour New York via et lingateft 91 U Colombie. • • eLe permis d embarquement pour le i.et destina ion de M* York seront dlivrs sur demande laite cet office Le %  teattef W, M Tupper venant de I* Colombie a < t teudu en Hai i %  vers \P -2t du courant en route pour .New York direc enfin:. Avec ce hlm en 3 parties sera joue Lr8 c h arReB rs qui voudraient prouver de cette occasion son invites a ur.t tine comdie de Mme ADnie' p ag(ier & l'offre de l'Agent Gnral ou de plu i amples renseignements Olida — Paris Jambon Olida de viande, Ltgumes, Ceveir} B:srcy. Entie l'Arbre et lEcorce . Ce n passera. Le Capitaine JAMES MONCUR leur seront donne. Port an Priuce, le 20 Dcembre i92l KFlLEMMTS Agent Gnral m s %  w<*r Varils DIMANCHE Matine d'eufants A 5 heure 1(1 1 Gourde. A 8 bearea Colembioe en 5 parties et Nol* Nol Nol. Petit conte sans prteatioa Entre 2 Gourdes. URO0& Gurit le rhumatisme & e & < c\ '"* J %  .. ,1/ %  > (Il V I I 11 4 • '..u. 1" 11 JI ua) C^SiRI ^,5T itl •• • 1 tUli -. Goutte Rhumatismes GraVelIe A ririo-Sclrcse Sigreurs kVURODONAt est au rhumatlsrr.o ce que la quinln %  est A ta fivre, la V'a:nianlr.c t'avur'.c. %  %  • .1 m.! L'VUODCNALPMW! rrl I.UTC t f-^i;.. i i. '. SaliC -il^ \' ptll \*m aftvrot N • Vaillant Sf Bouet A *U gnraux pour HaiU 1729 Rce du Magasin de Vz't ?alu srie Franc Ne Richard Peters RUE DE LEGALITE 1422 Sj cialitea de b r.bons ti.is VOL AU VEN". Cartea. choux la crme P'a cbnuua tous le* ma ina NU.— Rtfeeer les im t&tiona.mp haca aont p^int en v< rt et porte mou nom ea giande lettre. Pas de succursale. Il sera procd le Mercredi vingt huit Dcerab.e couran-, en ltudet par le luinittre dd Me Henry \oguetio, 110 ane cette raidence, AH rerte:l dune clause du ceh er df charge, et faut? pt;r les aieara Kai ink i Caimir, et l J ioep-r iLe^roa, piopr^etau. H, deueuraot et doin'Lilis a t'oit au l'nucf, adju^i catuii?, d'avjir jus'ilh •le 1 acquia dta coi.di ioitH exgbit-si'e l'adjad •a ion Piufi qe'1 leealte un ct-t fi cet dlivr par h dit MRei-if Au go&Utt, la vir gt tiota Ht>c'ii b->mil oeuf cent vii g e UB, enrtg a re ; Va de l'article 3U lu t.oJe de pioc dure civile : A la ifqvre d#a t'poux Fraeoia Lfapir-aa8f, l'pouae uae Lariaien lruia, propnetanrr, demeurant et domiciliea a Poit au Fnnce, ayant peur avocat Met hailea Bouchereau, u i-kbinet duqatl il footeUctiou de domicile. A la revente tur folle ei chre. 1 • Ui-e mi ifOM ;s en cette vill. rue des Rmp rta. entra Ita 100* R 4 piblicaine e du Ma>;atMn Je l'Etat, misaient ajOatorte pied, six peacea de leada atr I dite rue, sur deux crt ail lieds de irolordeai',bomtfe au Noid par rtsp'aned* du fort L marre iu Sjd pm IH dite lue des Retapait*, a l'iatpar Madame Fer uard*"'' *t Evilia tVmart'.&ur U miaM prixde mtUe i' i'& e* de I^-A e sur ladi e rue d a Hemparta, ir di ux cerrti" 1 ipd de priX*odeur ; L101 n11Noid|srl>B t. jst' de lu 'vi.lv H ; Lu pu* Mrrpo, h l'Oueat 1 r B^rtoevil'a BHQfl.aui la mise & prix d roif miit* an* ^oordep.outre Ua iha g-a de-'- bif, cy G 3*01. Aux ciauaet du tak-er Ces chargea 4tM l tu ivti.de du dit notaire. l, ort nu l'rmee. ce vingt quatre jDccrnbic /92tCharlea BOUCHEREAU av. Charcuteries, S.lai ons. Thoicroute, cinserv^ Fruits-Foie gras truffs-Poissons. Les proiiuits OI IDA sont en vente chez ; MM D reir, B N. Sala & Co ; Lop* Kivera, Ed. Estve, Simon V eux, Alfred, Nouvfau B^za d ; Port au Prince. Ferrandini N p une, Bermirgham. Gatzrnaon; Cayes Alessandri, avaut. Prosnrri, S:h ttim. Siniel i, LucchesiiCap Hiitien Volny Pauitre, | B'othrrs, Mior, Ed. M. Clesca et Co Saint Marc Brue, D'nie*. L^moine, lacmel Gousse, Tovar, Doret, Miragciae. tiourgtin, Lacroix, Bjya'd, Acascas / H e' St Mich'l ) Goativei Ag-nti Gnraux : MM MAGNANT & DUPONT j7 Rue Davioud Paris Sous Agents, MM El MCLESJA & Cie St Marc Hati Avis tous les clients D, la Maison filj 10 FrrfS Comme la Maison Brj o RIRES est eu retad pour les Etrennes habituelles de un d'anne ? E 'e mt i la disposition de ses clients et du pob'ic un trs gmnd as?o tim nt de H rbo s fi s et chocolats de premire mtf qur 't dages au quart du prix* A court/, et visiez l'tt-1 g* qui rejouira tous les enfants* ." W4 ~*A' *•*< . *S .1 FemnuNi a I ge 90 o n PC S OQ %  I L'ge rritiij'.-.c dans '•. v:c c'.'unc femme c st gnral!'-ro nt ;r et 5 5an3.be d'ge ert r-'icrompagnd de tes inquitI ": Irri%  d m: riluepeut tre te rmin e seas ennuis, efla sera sahrla parfake aanu$. I 1 Coi p --'li OU \ le de .y;iia E. Pinkhainest par: >.i adapte powr aider )<-s f< iin9 p n-Jant le -. to r d'ge*. Soi. i ifluencv ;o fait icntir sur tout le sye* iquivit renforci et tlle aida la nr.-.me pendant <-8 mjra m > ''-. 1 ;:<: perioda critique. Ce meaicanicnt est pr pu -.\ ac iis berbes et racinea nW:<-.. auneaa j'ai souff< t il..r itnrd 1 11 d ; mlcura lpra de rues ie,;k-s accomp y •<'., ( : o i.uv : d'ctitoinac. ji \-'.. votre Composition Ve* aie et les Pillulea pour la !• ..-. de Lydia EL Pinkharo I sndant troia m lia. IJ recntn.Handa votre mdicament b. %  amies en raison des r&ukata obtenus. Vous poevea publier ce tamo^nn.'*— PAOUKA FLORi:, calia Cajilla i2.;. Valparalao, Chili, S. A. Dca lettre ccinm*rMlerl InHuencect ics'feionee u essayer 1 Composition ^dtale a i c. e Lydia E. PinkiWi ri s* H, CinGalanl Ce soir grard gala de 7 heur s • hres i(2 Fte thtrale bruinent pice locale en un acte.romique irrsistible le chansonnier Do rid "*i ^DIMANCHE N oub'i'z pas la grande l**e '^' mm bo'a Io erie. etc. ,. Bo^e par ^eux j^ooes atbietei • tiens : Carpentier, Deeapty Enfants 0,2/ Grandes persocoes 0,50 Programme 7 %  H 3 A'



PAGE 1

jQJBiime anne No 4259 Port au k'rnice, ttaiti Samedi 24 BAcembw 921 ajRBCTEBR PJIOPRHBTAIRE •taent-MAffLOIRE :mmm 20CKNW*ES Quotidien Rpublicains/* chefs et •captas et mannequins : PAILLASSES ;—austrit et pit et charit: GRIMACES/ Xavier PRIVAS KE0ACT1ON; Rae Amricaine No, j't^ob L'IMPASSE / i <;;osse question d emprunt .font dllaiti RUT la dsignation d-< r ie tapis. ', tandis qu Was | Prsident des Etats-Unis, des rece o, on multiplie les projets et 'es et allocations des revenus gta i s urofl aprs des conditions qui et e, tendant le temnn que I'T> ib'ent s'..mliorpr fhaque phase, priW ser* en cous aprs rzpira |taft-au-Prince, les spcialistes et \lton du susdit traW de ma-tr* ioauciers se cramponnent la asau ei de faon adquat* l'amortis jttion pralable, savoir si un hemnt et les irrrets de. l'emprunt Avec ou sans cette intention dt II nart des narties contractantes, il ar rivrait donc, en sigDiat l'mprant i|ti > l'on se serait engag nrolong r le contrle, financier de Etats L'ois sur le paya au dtl dn ttraps prvu Chine fit J *pon WASHINGTON 2a—Les dlgu^ jipon.ig a la cont v ence ffe Watniofl ton ont dclar qre si la China ne veut pas accepter les proposition^ que ie {ipon a faites iu sujet d Sha^tu-g Ils d'roand'ron'i la coi trence que Ion r me te eo v g'eu le irai de 1915 qui a:co r de ce ter titoirt i bal au Jipon. prQ' Rament en lortir ? Mais la question parait encore plus implique A en juger par l'inai %  feace do Gouvernement djs EtatsDais.il semble tenir l'emprunt O. Al ea dmontr que celui-ci eo sMavaotageux pour le pays, — dsa Mtajeux au point que l'opinion p Nique OH craint de le dite au riaqir 6) compromettre tout accord ave %  Gouvernement national,— le Go &f eroement des Etats Unis va-l'il, d %  ta c'., continuer y tenir 7 Feu: %  1 tie contre les intrts hatiens par la trait* d" '015; cesdir* j\ nivelles D ve ses J— l.'amba sadeur tre lequel, rependant, le Gouvernu ment signataire du Protocole proteste lui mme, avec cette logique dont il d Italie, M. bnanzer, a de.lar que bemble avoir le monopole et qu'il l'Italie aspire i possder un oanage rfcori du nom de diplomatie 1 ... gal celui de la France en ce qu; En associant ainsi ces diffrents concerne les navires de premier rang ordres d'ides, nous arrivons facilePARIS Dans des articlei publis ment comprendre quel est, dans ^IOS %  Le Matin et dans Le Flotte question d'trap.unt, I intrt m ies a n i raU x Fouroier et 8 les paupires tirailles par les loi les dans la vaste cour de Sainte gaes veilles, tojliuent de >iros MQ Rose de Lima; la galt folle dtl 7mi MEigi Gilglots dans leur moutho.r. Pi de jours de vacancs ; les processions u^erneur Ses Philppi-! tlacons vides SD giejs-raent aligoi d : la F e Dieu o. avec les eafants Me Gilmo.e suit piots-.eur delsur la tab e ce lOiltttl BaiIB I i de son ge. elle formait comme le coeur de cette immense activit humain? qui chintait et priait \*e: des aCCtnd pntrants. Ah les l ne. a.nie avait, le mitin, laisse ies ileuis : rase> de toutes les nuance* et de tous les parfiami, grand J ch ysaathmes qui avaient l'aie d: thevi u r es dluNoe's d air an / Dan l'inmeose Ca%  question dVmp.unt, I intrt aro les a mraU x Fournier et oiea,. IM .mi et nous expliquer i i aime d emaD dent ce que la Fran:e conserver une il )'te assez I insistance du Gouv6rne.uent d-s jeter les bases d un tat de cliois de seconde nation coloaiale du mon nouveau qui garantisse la continuit de. du Byatme. PARIS— L corgic. mondial de Et alors, il serait permis de se per la race irlandaise se runira Pans suader que se retirer d'Ha i est une le 22 Janvier 1922. Oa annonce que chose que les Etate-Unia ne araient les dlgus de quinze nnioas parti pas encore disposs envisager,ciperont i cette assemble ; leurs ai puisque, dj, il aviseraient aurai t 0 s 0 nt de fortes colo >ies d'irlan yen de rester ap une chance d aIS entre autres le Chili, le B sit, qui n'arrivera que dana cinq annes 1 j a Bolivie, le Prou et l'A'gentine Or, on nous permettra de conti PA RJS L' a u omobile C ub de F.an nuernotre raisonnement implacable (f fa b en hori — tant donn qu* lintrt aron OtiOi pour le G>uvernenvnt smri eaic, est la suprme loi, corn ment devons nous nous arrang-" Hati en face d'une telle situation? •C est encore l impasse Mais cett amricaine y assistaient. en neur de l'ambassadeur Herrick meir bre honorai e de ce Club De nom breuses peisonnaiits 1 *i; ises et les principaux lments de la coloau thirale claire de tout ces ciergei allums, de milliers d'houmii et le temmes agenoaills ou debiut. confondus en masse grisa re offraient l'BaUnl da l'Etabli, leurs pricres et leurs sacrifices, sacrifices de leurs souffrance} de coeur et surtout 1 indi :ible tourment i'. la mot de ceux ^ui les oat aims et que leurs yeux ae rcerroTt plus. Auprs de U CrcU;, la foule, semblait-il, se sentlit le coeur moins oppress et plus 1 l'aise ave: Dieu,— avec Dieu si terrible paito-s— car l, il se faisait petit, accessible, accueillant et misricordieux. Des souvenirs papillonnaient tou jours, essaim fou.autour de son ime endolorie, les soirs de bal,les prorae uades sous le ciel lunaire, l'motion rare devant quelque fi.m d'art, se d loulant sur l'cran des Va-its et ce soir o, i lean Cadoux, attl donna son coeur sans retour. Une toux protoig^e la secone vio llemment.., dei filets de sang empoar impasse, au d tre sans lajMia corara- 'autre, nous en olfre de.ix, a issi graves l'une que l'autte : Ou aoceot" l'emorinr. — Cl qui arait une giran; contre le ranoa vellement du trait,— ces --di.e po net Olauc ; Ou rejeter rempiun',— grelari que la proccupation de cea< iluol ,1 f au dra set endro ce que le ateits st I unique raison de la Cou trait soit renouvel, puisque, d' talion de 1915 ? p,s sa clause finale, il peut tre renouvel par le conien'emaot d'uni i seule partie,— ceatdtre blanc b >nnet. Nous sommes d otic entre deux feux Est Iiiiii .ib iiui C m tes et de 11 1 D D s qui ne veu ent pa< mourir. Lt ce, teurs petites cho.es tnvoles et douces, exprimaient, dais la sole inn triste de cette cbamb'V d:s alfecO is profoudes et des deui s affreux. Lis quintes de roux se su: e datent p us violentes et p'us pro.)i ges : les yeux d: la malade se VOlaiidt, s^s membrii s'agitaient ^oas d'inquitantes pousses coavulsiv^s cepeudant que la mre et les tante. I ne angoisse, essaya tut sur leurs JJUCS amaigries, des larmes qui cou la rues ; la lueur Planchaue des g ob s 'ectriques, des gamins passent, fivreux, portant I prent ses lvres blmesi. des lam 1 ois dont les p eiites lumi. Dans le lointain, le canon gronde re scintillant, telles des nes pr es 1 \ tt cloches, dominant les rumeurs se, semb ent voler ver la BiSih q e i a rue. sonnent perduement... Raisonnons Pour l'admettra un aoœenr, il faudrait se rendre comp %  quil y a un puiisant intrt am %  atain engag dans la queation. L-t (•possible?Puissant on non.il M permis d'apercevoir l'intrt sui "01 dnonc par l'article VIII du Pi oJacole en vue de I emprunt sign eu vld entre lei deux Gouvernemema : '-\rt. VIII. — Il est, en outre astindu qu'uil ara pourvu au con Wlepar nn ou dea fonctionnai-es purifi. Nous n avons qu BOUS rtaient commiBSionns par le Prs | signer ou esprer. jue; tt les tout petits, co .tucu eu la egende viogt fois culaues de lsus No re joarosl et, t del sos pies Ispporuat d s cadeaux, i mmuit.aux Shier lo.sque 00US es< parvenue la enfants sages.d sposent leurs sou iers nouvelle douloureuse J,UI vent de; n eufs, sous leur lit. Dam les quar tiapper eaco e la bonue Vil.e des Ca : uers inteilop s,les ttards dj saouls ves# i braillent d,s diants orgiaques ; dis Hier, ea effet, ven une heure durieuses se denincheut au rythme de matin, le March d Agenouilles autour du lit.les mains jo nte-, Mme Ma:'.y et ses soeurs m irmureat des limbeaux de priies. Rtae ferma les yeux. Des hauteurs du ciel bleu, elle vit desceod.e, '.mmatnel, 1 Enfant divin qui la ui nissaif. -ce pour notre bien, u nnm • . %  on nous le di ; ou pour nofe mal, ,, *P comme plusieurs le pensent ou en i n c slon looinion moveune de ve i • core, l opinion Rassemblant ses dernires forces, feu a clat sur la place duqu Ique tambeur n alerte et quillcret 1 e u e j 3 ta comme un soafi; : _ans un d de muchan-un lis que les Princes del Ligne-l —Seigneur! ai es appartenant i Mois eur \otoine esthtes pervers.frunds de sensatious| lit die s'endormit pour toujours lostph et coitigu i son magasin "raies, s'oublient dans des volupts L'incendie n'a pu .re circonscni que qui br seat.. six heures. S;x maisons ont] Rene toussait toujours.Sa respira q,,e!qiiMi4,JBKCaiM^ms*M t'la" proie des fl.mmes.. D apri lesjtion .devenait d.lc.le, SA force s en Nouvelles traiiijres JPeLT* Cable On accord anglo-franais LONDRES 2) — A la suite de la Jnfrence d'aujourd'hui entre Mr ariand et JJoyd Georges, on a com Jfaniqu une note l'Associa ed ""s annonant que les amnisties avaient russi i se nsetre d'accord ,nr le points e s ntielsde la ques^0 Laccoid dtfimt f n'a pas t con *• %  parce que ce r tins points doi,er ttie soumis au conseil 1 sa pro c hit>e runion. l'une et ncessaire .' dpches reues les dgts soat assez allait peu peu. On ne sort du feu que consume" ou importants] | D'une maiton des alentours, des Nous prsentons nos sympathies a,accords montent. Au on de celte l'intressante vnle des G n i;i:e qui rappelle tant de ^J^Sffm**^^.* !" I de sentiments et d'.ma Justin Lue qui dirigera l'orchestre prpar par ses g>^ et de I .'e.l Ti I Des yeux de Re s0 ', ns • . x ne deve. i plus c'airs, p'us limpi Le succs d; cette soire est devance assur. w r r lmes qui lins ce grand rve qui pissait. Georges VILLEFRANCHE Le Trait anglo irlandais DUBLIN 22— A li rtpl'as de 1 sance du Duly Breton ce matin le peuple ti t pe u .i. q e ie lia ^ serait ratie.mais i m.di on co.n.-nen ait doaUl ; l'tpioioo gnrale ev ^ue les ptrnattf --'e la au: ton immdiate peideat ou ter:am DUBLIN 22 -L c.b .et dj D.y a suspendu ses sances tt s'est ajour u au \o Janvier prochain. grosses 'iN'le < I nimit £. &f ne se coulaient sur la p euGreetinfland Mer:J ry ChHstmas m l In Cold dinnvr and dancing ail niyht. L PreetaiBan-Aggerhoiro des, deux sentaient p*s, de ses joues. Le public Port-au princien est avis que le Et co Time il arr ve souv.n: dans ".[ re a sn rlten 'el* ks articles ('.omertquequelquesunsdenosmeiaeursarns.es j m om' maiche 25 dcembre i 7 heures du sor-Nul qu un trs vieil ar gai ou tendre tt "Jyiee • • doute qu il y ait foule car Candio se fera enten vienne me le Une tCg tlVd Conso'a •' I arfumei'ie — lAflUt'U' S ~ Vitl t^TJ^^&SAi^, tiO nos detres.es, a.ns, mer-1 UU-re, Con-ervn ; Chocolat. C m monologues. On doit savoir aussi que diux de geaieat doucement, du fond des anfrlleS, '/?, etc. nos meilleurs violouistes ptteronl lenr brillant jfan, dS souvenirs ch TS i l'Ane COBC o"trouveu des carte l'entre. tend'e de l'agouisante. Phonographes et Disques Ci* L taient les lambia. \


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05557
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 24, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05557

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
jQJBiime anne No 4259
Port au k'rnice, ttaiti
Samedi 24 BAcembw 921
ajRBCTEBR PJIOPRHbTaIRE
taent-MAffLOIRE
:mmm 20cknw*es
Quotidien
Rpublicains/* chefs et
captas et mannequins :
Paillasses ;austrit et
pit et charit: Grima-
ces/
Xavier PRIVAS
KE0ACT1ON; Rae Amricaine No, j't^ob
L'IMPASSE
/
i <;;osse question d emprunt .font dllaiti rut la dsignation d-<
r ie tapis. ', tandis qu Was | Prsident des Etats-Unis, des rece
o, on multiplie les projets et 'es et allocations des revenus gtais
urofl aprs des conditions qui et e, tendant le temnn que i't>
ib'ent s'..mliorpr fhaque phase, priW ser* en cous aprs rzpira
|taft-au-Prince, les spcialistes et\lton du susdit traW, de ma-tr*
ioauciers se cramponnent la asau ei de faon adquat* l'amortis
jttion pralable, savoir si un hemnt et les irrrets de. l'emprunt
Avec ou sans cette intention dt II
nart des narties contractantes, il ar
rivrait donc, en sigDiat l'mprant
i|ti > l'on se serait engag nrolong r
le contrle, financier de Etats L'ois
sur le paya au dtl dn ttraps prvu
Chine fit J *pon
WASHINGTON 2aLes dlgu^
jipon.ig a la contv ence ffe Watniofl
ton ont dclar qre si la China ne
veut pas accepter les proposition^
que ie {ipon a faites iu sujet d
Sha^tu-g Ils d'roand'ron'i la coi
trence que Ion r me te eo v g'eu-
le irai de 1915 qui a:corde ce ter
titoirt i bal au Jipon.
prQ' M chose prjudieie malheureu-
t du cot hatien- c'est que. il
juste une anne, d'apr ce qn
ippiis le Livre Bleu,-- le
ornement hatien semble avoir
0, a part lui. la question d'oo
oouit, en ayant accept le prin
de I emprunt, plus que la r/rin-
les conditions mme. De sor e
arait mal venu, et qu'il eut
hrellement mal plac, y our re
gtre en queation cette opportuni
S il pouvait cependant ressor 1
I discussions actuelles qu'il n'y a
lieu de faire un erapin', de gre-
( le paya d'une dette extrieur'
forme, uuelle serait I attitud-
I Gouvernement ? Changerait-,
union tout comme ou change
luisii d'paule ? Ou bien persiste
il dons ion opinion dj expim*
msqaant d agir rencontre de
Nrts du paya ?
[Grosse question, qui est loin d'-
spculative, puisque, aussi bien,
pi discussions de la presse I on fai
ii natre. Et voil un premier ma
Un prouv ds le seuil de la que*
an : ou daaccotd possible entre l
ti. dana tcutes les faoas qu'i
i*e faire entendre sa voix,et ti
Soovernement qui en sens le re
preseoter devant le gouverneme il
nricsin. C'est une impasse; ca>
Rament en lortir ?
Mais la question parait encore plus
implique A en juger par l'inai-
feace do Gouvernement djs Etats-
Dais.il semble tenir l'emprunt O.
Al ea dmontr que celui-ci eo
sMavaotageux pour le pays, dsa
Mtajeux au point que l'opinion p
Nique oh craint de le dite au riaqir
6) compromettre tout accord ave
Gouvernement national, le Go
?eroement des Etats Unis va-l'il, d
ta c'., continuer y tenir 7 Feu:
1 tie contre les intrts hatiens
par la trait* d" '015; cesdir*
j\ nivelles D ve ses
WASH1MGTOM L- oriidam
Harding
a n )iiii
Conte de Nol
LE OERNI
a chambre tait s leicieuse ou,
L ce'tenuitdeNo'l.agonisui RiOc
Ma ly. Di-s \x b-aoch-mr in drap.
la jeune fil'.e se remoitt coitinueile
m.'nt, agite par la toux opiure e'
s mre et ses d ux tin es. la;se-,
A Victor Godclrov
famille : les ca-
le sourire toi
u eues de tou'e la
restes, les bonbois,
l iq s affectueux d?sonpe emport.
voila deux ans d^j.par le mmemal
.tt ?ux dont elle va mourir: les heu
rs joysosej des rcrations bruyan-
que, mme aprs l'expiration du t ai j)r0,t dp l'Universit de Wiscoosin.
t, on continuerait d'tre sous Ul r ouv,rneuT RAnial dss Ph lippi-
frule d'un Conseiller financier con ^^ |g ^J LeSQafi Wjod
W\SriiMGTO>J l.'amba sadeur
tre lequel, rependant, le Gouvernu
ment signataire du Protocole proteste
lui mme, avec cette logique dont il d Italie, M. bnanzer, a de.lar que
bemble avoir le monopole et qu'il l'Italie aspire i possder un oanage
rfcori du nom de diplomatie 1 ... gal celui de la France en ce qu;
En associant ainsi ces diffrents concerne les navires de premier rang
ordres d'ides, nous arrivons facile- PARIS Dans des articlei publis
ment comprendre quel est, dans ^ios Le Matin et dans Le Fl-
otte question d'trap.unt, I intrt m ies a,niraUx Fouroier et 8
les paupires tirailles par les loi les dans la vaste cour de Sainte
gaes veilles, tojliuent de >iros mq Rose de Lima; la galt folle dtl
7mi M- Eigi Gil- glots dans leur moutho.r. Pi de jours de vacancs ; les processions
u^erneur Ses Philppi-! tlacons vides sd giejs-raent aligoi d : la F e Dieu o. avec les eafants
Me Gilmo.e suit piots-.eur delsur la tab e ce lOiltttl BaiIB I i de son ge. elle formait comme
le coeur de cette immense acti-
vit humain? qui chintait et priait
\*e: des aCCtnd pntrants. Ah les
l ne.
a.nie avait, le mitin, laisse ies ileuis :
rase> de toutes les nuance* et de tous
les parfiami, grand J ch ysaathmes
qui avaient l'aie d: thevi ures dlu- Noe's d air an / Dan l'inmeose Ca-

question dVmp.unt, I intrt _aro les a,mraUx Fournier et oiea-
,. im .mi et nous expliquer i i aime demaDdent ce que la Fran:e
conserver une il )'te assez
I insistance du Gouv6rne.uent d-s
jeter les bases d un tat de cliois de seconde nation coloaiale du mon
nouveau qui garantisse la continuit de.
du Byatme. PARIS L corgic. mondial de
Et alors, il serait permis de se per la race irlandaise se runira Pans
suader que se retirer d'Ha i est une le 22 Janvier 1922. Oa annonce que
chose que les Etate-Unia ne araient les dlgus de quinze nnioas parti
pas encore disposs envisager,- ciperont i cette assemble ; leurs ai
puisque, dj, il aviseraient aurai t0 s 0nt de fortes colo >ies d'irlan
yen de rester ap une chance daIS entre autres le Chili, le B sit,
qui n'arrivera que dana cinq annes 1 ja Bolivie, le Prou et l'A'gentine
Or, on nous permettra de conti parjs L'au omobile C ub de F.an
nuernotre raisonnement implacable (f fa b en hori
tant donn qu* lintrt aron '
OtiOi pour le G>uvernenvnt smri
eaic, est la suprme loi, corn
ment devons nous nous arrang-"-
Hati en face d'une telle situation?
C est encore l impasse Mais cett amricaine y assistaient.
en
neur de l'ambassadeur Herrick meir
bre honorai e de ce Club De nom
breuses peisonnaiits 1 *i; ises et
les principaux lments de la coloau
thirale claire de tout ces ciergei
allums, de milliers d'houmii et
le temmes agenoaills ou debiut.
confondus en masse grisa re offraient
l'BaUnl da l'Etabli, leurs pricres
et leurs sacrifices, sacrifices de leurs
souffrance} de coeur et surtout 1 indi
:ible tourment i'. la mot de ceux
^ui les oat aims et que leurs yeux
ae rcerroTt plus. Auprs de U Cr-
cU;, la foule, semblait-il, se sentlit
le coeur moins oppress et plus 1
l'aise ave: Dieu, avec Dieu si ter-
rible paito-s car l, il se faisait pe-
tit, accessible, accueillant et misri-
cordieux.
Des souvenirs papillonnaient tou
jours, essaim fou.autour de son ime
endolorie, les soirs de bal,les prorae
uades sous le ciel lunaire, l'motion
rare devant quelque fi.m d'art, se d
loulant sur l'cran des Va-its et ce
soir o, i lean Cadoux, attl donna
son coeur sans retour.
Une toux protoig^e la secone vio
llemment.., dei filets de sang empoar
impasse, au d tre sans lajMia corara-
'autre, nous en olfre de.ix, a issi
graves l'une que l'autte :
Ou aoceot" l'emorinr. Cl qui
arait une giran; contre le ranoa
vellement du trait, ces --di.e
po net Olauc ;
. Ou rejeter rempiun', gre-
lari que la proccupation de cea< iluol ,1 faudra set endro ce que le
ateits st I unique raison de la Cou trait soit renouvel, puisque, d'
talion de 1915 ? p,s sa clause finale, il peut tre re-
nouvel par le conien'emaot d'uni
i seule partie, ceatdtre blanc
b >nnet.
Nous sommes d otic entre deux
feux Est
Iiiiii .ib iiui C m
tes et de 11 1 D D s qui ne veu ent pa<
mourir. Lt ce, teurs petites cho.es
tnvoles et douces, exprimaient, dais
la sole inn triste de cette cbamb'V
d:s alfecO is profoudes et des deui s
affreux. Lis quintes de roux se su: e
datent p us violentes et p'us pro.)i
ges : les yeux d: la malade se VO-
laiidt, s^s membrii s'agitaient ^oas
d'inquitantes pousses coavulsiv^s
cepeudant que la mre et les tante.
I ne angoisse, essaya tut sur leurs
jjucs amaigries, des larmes qui cou
la Au'd hors, sous la splendeur dou
ce ei claire de la nuit, la fte s'pi-
oussait Des moud uns, impeccables
dans leur tenue de soire, des fem-
mes en toleteis claires, se h.eni
/ers les ceices proches o, dj l'or
wheitre avait |et les premires notes,
les adolescents fredonnent des can-
iques; la b.ague canaille et froce
tuse des lvies des givioches grou
ps au coin de> rues ; la lueur
Planchaue des g ob s 'ectriques, des
gamins passent, fivreux, portant I prent ses lvres blmesi.
des lam 1 ois dont les peiites lumi. Dans le lointain, le canon gronde
re scintillant, telles des nes pr es 1 \tt cloches, dominant les rumeurs
se, semb ent voler ver la BiSih qe ia rue. sonnent perduement...
Raisonnons Pour l'admettra un
aoenr, il faudrait se rendre comp
quil y a un puiisant intrt am -
atain engag dans la queation. L-t
(possible?- Puissant on non.il
M permis d'apercevoir l'intrt sui
"01 dnonc par l'article VIII du Pi o-
Jacole en vue de I emprunt sign eu
vld entre lei deux Gouvernemema :
'-\rt. VIII. Il est, en outre
astindu qu'uil ara pourvu au con
Wlepar nn ou dea fonctionnai-es purifi. Nous n avons qu bous r-
taient commiBSionns par le Prs | signer ou esprer.
jue; tt les tout petits, co .tucu eu la
egende viogt fois culaues de lsus
No re joarosl et, t del sos pies Ispporuat d s cadeaux, i mmuit.aux
S- hier lo.sque 00US es< parvenue la enfants sages.d sposent leurs sou iers
nouvelle douloureuse j,ui vent de;neufs, sous leur lit. Dam les quar
tiapper eaco e la bonue Vil.e des Ca : uers inteilop s,les ttards dj saouls
ves# i braillent d,s diants orgiaques ; dis
Hier, ea effet, ven une heure durieuses se denincheut au rythme de
matin, le
March d
Agenouilles autour du lit.les mains
jo nte-, Mme Ma:'.y et ses soeurs
m irmureat des limbeaux de priies.
Rtae ferma les yeux. Des hau-
teurs du ciel bleu, elle vit desceod.e,
'.mmatnel, 1 Enfant divin qui la ui
nissaif.
-ce pour notre bien, u nnm
on nous le di ; ou pour nofe mal, ,, *P
comme plusieurs le pensent ou en -inc
slon looinion moveune de vei
core,
l opinion
Rassemblant ses dernires forces,
feu a clat sur la place duqu Ique tambeur n alerte et quillcret1,eue j3ta comme un soafi; :
_ans un d de muchan-un lis que les Princes del Ligne-l Seigneur!
ai es appartenant i Mois eur \otoine esthtes pervers.frunds de sensatious| lit die s'endormit pour toujours
lostph et coitigu i son magasin "raies, s'oublient dans des volupts
L'incendie n'a pu .re circonscni que qui br seat..
six heures. S;x maisons ont] Rene toussait toujours.Sa respira
q,,e!qiiMi4,JBKCaiM^ms*M t'la" proie des fl.mmes.. D apri lesjtion.devenait d.lc.le, sa force s en
Nouvelles traiiijres
JPeLT* Cable
On accord
anglo-franais
LONDRES 2) A la suite de la
Jnfrence d'aujourd'hui entre Mr
ariand et JJoyd Georges, on a com
Jfaniqu une note l'Associa ed
""s annonant que les amnisties
avaient russi i se nsetre d'accord
,nr le points e s ntielsde la ques-
^0 Laccoid dtfimt f n'a pas t con
* parce que certins points doi-
,erttie soumis au conseil 1 sa pro
chit>e runion.
l'une et ncessaire .' dpches reues les dgts soat assez allait peu peu.
On ne sort du feu que consume" ou importants] | D'une maiton des alentours, des
Nous prsentons nos sympathies a,accords montent. Au on de celte
l'intressante vnle des G bien de ce nouveau malheur; Iregard dj comme loiutain, se rem
{plissaient de lve. D'une voix amp e
-------- I et magnifique et qui n'a jamais i
UU filHUle (OUte be^llte peut .re 1 lus pleine, plus souple,
Mr Jasiin Elle prnr. dan, quelques jours'pluS HIUSK .quMqU Ut lanc 1 tp
un ritm d'art de toute beaut, chef d'etuvre de ; pel Vllbra t du Minuit LbrtUHS, ce
la cinegrapaie Salo n la danseuse t avec Thda cfj ef>n i;i:e qui rappelle tant de
^J^Sffm**^^.*. I de sentiments et d'.ma
Justin Lue qui dirigera l'orchestre prpar par ses g>^ et de I .'e.l Ti I Des yeux de Re
s0',ns x ne deve. i plus c'airs, p'us limpi
Le succs d; cette soire est devance assur. "w" r r
lmes qui
lins ce grand rve qui pissait.
Georges VILLEFRANCHE
Le Trait
anglo irlandais
DUBLIN 22 A li rtpl'as de 1
sance du Duly Breton ce matin le
peuple ti t pe u .i. q e ie lia ^
serait ratie.mais i m.di on co.n.-nen
ait doaUl ; l'tpioioo gnrale ev
^ue les ptrnattf --'e la au: ton
immdiate peideat ou ter:am
DUBLIN 22 -L c.b .et dj D.- y
a suspendu ses sances tt s'est ajour
u au \o Janvier prochain.
grosses
'iN'le .?
ne se
coulaient sur la p eu-
Greetinfland Mer-
:J ry ChHstmas
m l In
Cold dinnvr and
dancing ail niyht.
L PreetaiBan-Aggerhoiro
des, deux
sentaient p*s,
de ses joues. ,
Le public Port-au princien est avis que le Et co Time il arr ve souv.n: dans ".[re a sn rlten'el* ks articles
('.omertquequelquesunsdenosmeiaeursarns.es j mom donnent au Cercle Intimit aura uu d-main di- '" "*w ... ^ A'n**At>'
maiche 25 dcembre i 7 heures du sor-Nul qu un trs vieil ar gai ou tendre tt "Jyiee
doute qu il y ait foule car Candio se fera enten vienne me le Une tCg tlVd Conso'a ' I arfumei'ie lAflUt'U' S ~ Vitl
t^TJ^^&SAi^, tiO nos detres.es, a.ns, mer-1 UU-re, Con-ervn ; Chocolat. Cm
monologues. On doit savoir aussi que diux de geaieat doucement, du fond des an- frlleS, '/?, etc.
nos meilleurs violouistes ptteronl lenr brillant jfan, dS souvenirs ch TS i l'Ane
COBCo"trouveu des carte l'entre. tend'e de l'agouisante.
Phonographes et Disques Ci*
L taient les lambia.
\


1JB MA1I-N
((
i'ArtB
H"
))
El
ie Courrier de Lyon
l'arisiaoa, corrjrr-e on le sait, a rr
u ua stock de fi'ms d'art viaimer '
s*ns prcdent, aii nombre dtsjuelf
je trouve le Courrier de Lyon
Distribu en s paru's, ce film cos
turn est i'uu des spectacles les
plus impressionnants que I A\t Cin
graphique puisse offrir au graud pu
blic. Jamais un tel coaconus d'artis
t?s ne s'est trouv pour nier sur l'
cran des gestes plus appropris, des
a'titudes plus pa'ht'ques.
A tt des jolies vr dettes frarii,
ses figurent les gloires romaines au,
fi.nms. Tout le monde se rappelle'
le succs ob'enu par les Firesde1
SL-Loois de Goaz?gue l'audition!
de cette pice adapte peur coll-1
g'ms- Ceux que l'Art tente et qui
vtulent vivre une minute intense
d'motion artistique n'ont qu' se
rendre dimanche Parisiana.
Viennent d'arriver
Ch JOANNY CRDSCO
nue des Fronts Forts
Machin Coudre
marque *S11\GER
1*0111 AiOWSTK*, TAlLLkt'KS
& COKDOWlfcU.S'
Pressez-vous le Stock s'puisa
Les lnraille de Mwe Edouard 6ergcs, ne
l'hcte Fourcia, dcc.ke hier i midi cl demie au
rm lie aujourd'hui 1 ; pi heure ci) la B:.i
lioue Noire- Dame.
Maison mortuaire angli des rues Runion et
Dams Vcsiouches.
Nos condolances aux pareats prouvs prin:i
p..leatcni au lieutenant Dieudona N. Foureau,
frre de la dlunte.
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
a rien de tel comme
1
L'EMULSION DE SCOTT
u

-^L..*W
-...
Clyde Steamship Company
foreign Services
Le s'MBifr "LMte Fackler" a laisse New York le t8 fr courant a
Pli attendu ver le 26. Il laissera le mme jour pour New York
via et lingateft 91U Colombie. e-
Le permis d embarquement pour le i.et destina ion de M*
York seront dlivrs sur demande laite cet office
Le teattef W, M Tupper venant de I* Colombie a vers \p -2t du courant en route pour .New York direc enfin:.
Avec ce hlm en 3 parties sera joue Lr8 charReBrs qui voudraient prouver de cette occasion son invites a
ur.t tine comdie de Mme ADnie'pag(ier & l'offre de l'Agent Gnral ou de plu i amples renseignements
Olida Paris
Jambon Olida
de viande, Ltgumes,
Ceveir}
B:srcy. Entie l'Arbre et lEcorce .
Ce n banale, ma s I ala mation d un ail
qui se possde il se cornai!.
Le pnbli rous en sommes iis,
ce manquera pas de noter des repli
ques a l'emporte p ce et qui rap
pellent les plus belles comdies cri
..ues
Accourez donc, Mesdames et Mes
ieurs, a ceti; soire de bon ton el
de bon geit, ce vos charmantes jeu
ns filles et fillettes trouveront un
dlicieux lgal.
b' tree : G. 2 orchestie
G. 2 se Balcon
A vis
La goelettre consolation partira
pour le Nord le '27 Deembre pre-
nant frte e> passera.
Le Capitaine
James MONCUR
leur seront donne.
Port an Priuce, le 20 Dcembre i92l
KFlLEMMTS
Agent Gnral
m s
w-
<*r
Varils
DIMANCHE
Matine d'eufants
A 5 heure 1(1
1 Gourde.
A 8 bearea
Colembioe
en 5 parties
et
Nol* Nol Nol.
Petit conte sans prteatioa
Entre 2 Gourdes.

URO0&
Gurit le rhumatisme
&e&< c\ '"*
J .. ,1/ >
(Il V I I 11
4 '..u. 1"
11 ji ua)
C^SiRI ^,-
5T
itl
-
1 tUli -.
Goutte
Rhumatismes
GraVelIe
A ririo-Sclrcse
Sigreurs
kVURODONAt
est au rhumatlsrr.o
ce que la quinln
est A ta fivre, la
V'a:nianlr.c
t'avur'.c.


.1 m.! *
L'VUODCNALpMW! rrl i.Utc
t f-^i;- .. i i. '. SaliC -il^ \'
ptll \*m aftvrot
N

Vaillant Sf


Bouet
A *U gnraux pour HaiU
1729 Rce du Magasin de Vz't
?alu srie Franc Ne
Richard Peters
RUE DE LEGALITE 1422
Sj cialitea de b r.bons ti.is
VOL AU VEN".
Cartea. choux la crme
P'a cbnuua tous le* ma ina
NU. Rtfeeer les im t&tiona.mp
haca aont p^int en v< rt et porte mou
nom ea giande lettre.
Pas de succursale.
Il sera procd le Mercredi vingt
huit Dcerab.e couran-, en ltud-
et par le luinittre dd Me Henry
\oguetio, 110 ane cette raidence,
ah rerte:l dune clause du ce-
h er df charge, et faut? pt;r les
aieara Kaiin-ki Caimir, et lJioep-r
iLe^roa, piopr^etau. h, deueuraot et
doin'Lilis a t'oit au l'nucf, adju^i
catuii?, d'avjir jus'ilh le 1 acquia
dta coi.di ioitH exgbit-si'e l'adjad
a ion Piufi qe'1 leealte un ct-t fi
cet dlivr par h dit M- Rei-if Au
go&Utt, la vir gt tiota Ht>c'ii b->- mil
oeuf cent vii g e ub, enrtg a re ; Va
de l'article 3U lu t.oJe de pioc
dure civile :
A la ifqvre d#a t'poux Fraeoia
Lfapir-aa8f, l'pouae uae Lariaien
lruia, propnetanrr, demeurant et
domiciliea a Poit au Fnnce, ayant
peur avocat Met hailea Bouchereau,
u i-kbinet duqatl il footeUctiou de
domicile.
A la revente tur folle ei chre.
1 Ui-e mi ifOM ;s en cette vill.
rue des R- mp rta. entra Ita 100* R4
piblicaine e du Ma>;atMn Je l'Etat,
misaient ajOatorte pied, six peacea
de leada atr I dite rue, sur deux
crt ail lieds de irolordeai',bomtfe
au Noid par rtsp'aned* du fort L
marre iu Sjd pm ih dite lue des
Retapait*, a l'iatpar Madame Fer
uard*"'' *t Evilia tVmart'.&ur U miaM
prix- de mtUe couiie i cy Or 1 3tc.
-2 Ure propri^t"*. forda et bitia
t, ute Poit bu l'imce, iub de<
Htinia: *. ayaol di-sara ur.e maison
b aise eriip uicr et |rdiu, maorntt
()U'0'7t' pieds ln>i' i'& e* de I^-a
e sur ladi e rue d a Hemparta, ir
di ux cerrti" 1 ipd de priX*odeur ;
L101 n- 11- Noid|srl>B t. jst' de lu
'vi.lv h ; Lu pu* Mrrpo, h l'Oueat
' 1 r B^rtoevil'a BHQfl.aui la mise &
prix d roif miit* an* ^oordep.outre
Ua iha g-a d- e-'- bif, cy G 3*01.
Aux ciauaet du tak-er Ces chargea
4tM l tu ivti.de du dit notaire.
l,ort nu l'rmee. ce vingt quatre
jDccrnbic /92t-
Charlea BOUCHEREAU av.
Charcuteries, S.lai ons. Thoicroute, cinserv^
Fruits-Foie gras truffs-Poissons.
Les proiiuits OI IDA sont en vente chez ;
MM D reir, B N. Sala & Co ; Lop* Kivera, Ed. Estve,
Simon V eux, Alfred, Nouvfau B^za d ; Port au Prince.
Ferrandini N p une, Bermirgham. Gatzrnaon; Cayes
Alessandri, avaut. Prosnrri, S:h ttim. Siniel i, LucchesiiCap Hiitien
Volny Pauitre, | B'othrrs, Mior, Ed. M. Clesca et Co Saint Marc
Brue, D'nie*. L^moine, lacmel
Gousse, Tovar, Doret, Miragciae.
tiourgtin, Lacroix, Bjya'd, Acascas / H e' St Mich'l ) Goativei
Ag-nti Gnraux : MM MAGNANT & DUPONT
j7 Rue Davioud Paris
Sous Agents, MM El MCLESJA & Cie St Marc Hati
Avis tous les clients
D, la Maison filj 10 FrrfS
Comme la Maison Brj o RIRES est eu retad pour les Etrennes habi-
tuelles de un d'anne ? E 'e mt i la disposition de ses clients et du pob'ic
un trs gmnd as?o tim nt de H rbo s fi s et chocolats de premire mtf
qur 't dages au quart du prix*
A court/, et visiez l'tt-1 g* qui rejouira tous les enfants*
." W4 ~*A' **< . *S .1

FemnuNi
a I ge
90
o
n
P-
C
S
OQ

.
I
L'ge rritiij'.-.c dans
'. v:c c'.'unc femme
c st gnral!'-ro nt
;r et 55an3.be
- d'ge ert r-'i-
crompagnd de
tes inquit-
I ": Irri-

d m-
:
-
ri-
luepeut tre termine seas ennuis, efla sera sahrla
. parfake aanu$.
I 1 Coi p--'liOU \ le de .y;iia E. Pinkhainest par-
: >.i adapte powr aider )<-s f< iin9 p n-Jant le
-. to r d'ge*. Soi. i ifluencv ;o fait icntir sur tout le sye*
iquivit renforci et tlle aida la nr.-.me pendant <-8
mjra m > ''-. 1 ;:<: perioda critique. Ce meaicanicnt est
pr pu -.\ ac ii- s berbes et racinea nW tient pis do narcotiques et drog;;<::i nuisibles.
Zor. 1 u: !te et prouve r a" ^C3 lettre ttJsZJMi
a ceUe cil
al sraiao, CWB, s. a. Pondant >:<-.. auneaa j'ai souf-
f< t il..- r itnrd 1 11 d -; mlcura lpra de rues ie,;k-s accom-
p y <'., (:o i.uv : d'ctitoinac. ji \-'.. votre Composition
Ve* aie et les Pillulea pour la ! ..-. de Lydia EL Pinkharo
I sndant troia m lia. Ij recntn.Handa votre mdicament b.
amies en raison des r&ukata obtenus. Vous poevea
publier ce tamo^nn.'*Paouka FLORi:, calia Cajilla
i2.;. Valparalao, Chili, S. A.
Dca lettre ccinm*rMlerl InHuencect ics'feionee
u essayer 1
Composition ^dtale
a -
i
c.


e Lydia E. PinkiWi
ri
s*
H,
CinGalanl
Ce soir grard gala de 7 heur s *
hres i(2
Fte thtrale bruinent pice
locale en un acte.romique irrsistible
le chansonnier Do rid
"*i ^DIMANCHE
N oub'i'z pas la grande l**e '^'mm
bo'a Io erie. etc. ,.
Bo^e par ^eux j^ooes atbietei
tiens : Carpentier, Deeapty
Enfants 0,2/
Grandes persocoes 0,50
Programme 7 H3
. A'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM