<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAI" M Poruii-Pw dans les iite Nous avons l ce matin aax rea SC iuemcnts pour savoir qui es da Tabsence totale de lumire dont a souftert Port-au-Frioce U luit de mre. Seul, en tftet, l clairage priv a pu fonctionner, tant bien que ma A la Compagnie d'Eclairage, nous n'avons paa eu le plaisir de von MBlo11 nous a t ut que c est seulement ce/matin qu'il s est readu a Bizoton pour connatre les causes de l'accident et qu'un communique nous serait envoy cet gard. An moment o nous mettons MCI ptease,aucun renseignement ne nous e*t parvenu. — ' " Changiment d'adresse Favorita Bar 108.RWR DANTFS DESTOUGE3 Ancienne Maison Flaubert Consommations de premier choix—Service soigne La Heaaissaitce SAMEDI SOIR lO Dcembre A Parisiana Candidat srieux/ [U 2 u be.uxetGnm.ceS natrimoDil ^ Entre : 2 Gourdes The East Asiaiic Go Ltd. Servie* naenauel Tbe sis Virginia sera ICI vers il ic courant acceptant du fret poutous les ports europens. Pour plus amples informations, *'TEn&-AGGlLl le Umoin, Non. Snateur. kL'iei voua prsent l U timoin. Oui Snateur Combien d> tempe fo*; die St Pierre 'altil rest .pender ? le tmoin Pendant qu on liuterro oeair, une demi heure. Snateur Combien de fois. U tmoin. 3 fois Snateur. Dites comment on le T e tmoin, Attachent une chane aux menotte, en y passait une cor de et on le euapendait la grille Snateur. Est ce qu'il avait de fers aux pieds. lu ttmoxn Oui Snateur. Montrez sur vovc les baB8s d amiti sigoes la %  fit dernire. bEHLis — On assure qub l'ex-kal*er Guillaume est sur la point de se remarier, il pouserait la veuve d'un des meilleurs officiers gnraux aile nantis tua pendant la guerreLONDRES les chef- irlandais se sont runi* de nouveau et discutent • ur la situation cre par l'chec de* ilgociatiouB avec le gouvernement mglaa. Ile vont faire de nouvelle* imposition qui seront communtju' s Lloya George aujourd'hui ivant minuit. BREST— Le Croiseur Jules Michle iy*ui a i-on bord le gnral MangiL qui a reprsent la France au cent idiiu u l'Indpendance du rioi %  a', arriv aujourd'hui. PARIS— Le petit parisieen sn Sonde que le conseiller allumant Pistier est en route pour paris pou coufier MU nom du gouvernement iilemauii au suiet des chances du lo Januier prcebain. BERLIN— Les importations eu Ai lemague penoant le mois d'octobre e que tlis cercueils ao luxe a uu pria iuaboalabie pour ceuxi Nous ea reparlerons. U'SpjSeUt pdS dd beaUCOUD U ttl'geLl UUlo' C 0 U il pas Vrai Veoez directement moi et voosaurez un votre choix b JU murch qui vous ioun&ia vous m.ue. Spcialit de cercueils blmcs POUR ENFANT ET JEUNES GENS LIVRAISON PROMPTE! f,a nui' el les jou-s de fte s'adresser u chef d'atelier Mr Kl HUSSON 4 R is des Fronts Forte fto 6li en face de l'aucbi thdrale Oui, Pourquoi ? Cin populo Ce roir belle reprseatation i Cin populo.— Il y sera exhib deux des plus beaux hlms applaudis ces temps derniers Parisiana— Allez y en foule l'entre t;arale n'est ue de o,jo et les places rserves de ,/o. l£ TMOIN -.Non. LONDRES 6— Les Central New alarment que les termes Uns les e,uels sont conues les propositions irlandaises donnent satisfaction au roiGeotges.On croit que ce document tablit un tat de cordialit entre les deux partis, quoiqu'en (ait le but de :es propositions et de demander la libert pour l'iilaad; avec le droit d'organiser ses (oices militaires. Le peuple anglais et celui de l'Iri.nd-' qui taient anxieux de connalt e les proposition du Gouverne* ment irlandais manifestent leur )o e pour la tourouie des vnement qui paraitdevoir aboutir i un accord. LONDRES Les basas de U paix anglo irlandaise adoptes dans n confrence de la nuit dernire oui t signes par les hommes d'E'A suivaots ; i>yi Geoiges, Chamberiais, Biik.-r.li %  :n i i. Lurchill. Bchafa, anglais et MchoU, wlandais. Le document iodique cLiremem que l)r ande est leconnue comme un Etat indpendant. Les chefs se montrent uM sa IMa'M d'voir pa ar .iver a une intelligence avec i\agleteiri qui .on-eive le dipu de con ti ei les ports de 1 friande. LONDRES Le Cabinet biitan nique, apis une sance t es anime, a auop e les accb'ds au suj-t de U bene UL 11 lande. Le 101 beo'ges a man>teit sa joie en tlegiapb.iul a L'ojd George : le me ljouis dis uOU.vtiles que vous m envoyez. On Ue ma nie \ rtftw uat Machine Singer ( fcu fils) S'adrfswr au bu-fan tin Jou/Ml. Union patriotique ht i'-joaiik central coavie la population de Port au t'rince a un Meetig v qu'il projetit rautKoC prochain 4 beures ael'apri midi sur la Place Ste Aanc. pour remercier publiquemeat tous ceux qui ont coairiau au born ordre et a l'clat de la manitastation du 29 Novembre commue avec le mme succs le 30 par l'keureuse initiative le la Ligue de la Jeune riaiti. Leoditrinerie News Sous te titre se publie, au quartier gnral de la gendarmerie, une vue rapportant u marche du service de la gendarmerie. Ce numro qui est de six pages contient des matires Ion intressantes. Il y t aussi une sec ion en langue franaise dedtee aux orliciers harnais et aux gendarmes. U Direction demande das ( %  aauscnis pour cette page. Cette puD.icatioa est tort utile et appelt a ren dre de grands services. tu tiendra a, lecteur au courant des progrs accomplis daus cette branche du service public, par les heureuses innovations que pourront y porter les gnraux M: Doagal et Meade, Chct et sous cliei de la Geadarmene. Stark Rue'du Quai en face de la Gare Mariage En la Basilique Njur D.m^ sera bni le 2 Dcembre, i 7 beures du atin.le mariage de M. Umeofc Po • thel. inftituteur, rdacteur au Matin, avec Mnle Francine Lhrisson, nue de feu Justin Lnusscn qui fat direc eur du journal luotidicn Le Soir. Meiilsuis souhaits aux futurs poux. Oenapajoie General Trausatlantiqiae Le paquebot Laravocte a parti ue Hultluht k 10 28 N jVcutbt* t-al tlltei) lu vr le l cjiiuut 11 iaprur le lumt jjur poui 34a.1 ,go s eu bi. la ^t.u.e de l'iiiuerauaisaro iiiub n l'ttin.ee au pa^ueUut l'j.i au r*iiucB 7 dcembre 1U21 ^L Agent K. RObELLN IVcrologic Cet apis midi auront lieu U\ fu nraillfgtie Htit Vve Tirsias S m r Stm, dtde hier midi munie drSicremeQf de I Uftiss La detunte a,ui connut de j^urs de jeuissaaces p' d • a p aiae de son m %  i, de 1S9 1902 si f par des qualit de iwcur. t'avttiRi If respect et l'ifsction de tous. Nous prsentons nos siacies coa dolances aux familles ptouves. Le Hupmobillete sait par exprience que pour es qui conCtHj lometrage des pnena — point tr important — la voi'ore ds r" lient une place distingue en matire d'conomie. Lt Honmobilt aussi conomique sous le rapport des frais d* combustible et ( riants ; avec ceh .'Ile n'exige gure des rpara'ioaa coteuse si il tes, sanf en cas d'accident*. Brefs Dtails Types de CarroBaeries — Voitures de founame cinq places. Voiture P.outirea deux places. Empattement-112 pouces (2xS4) CylindresQuatre, f *ndus en un seul bloc, cula.da dmontable ; aie sege : lit pouce, coures ; 6 l,s? f


PAGE 1

LE MATIN vr Un i Jo nj viendra Toulu Ps-fiinur'.M 1 et Cimidu : i;.feo..ns IBTOI I" eur ' RKVMONDON jfii ft-m ' T *^ NM ,a .i ^Bi-^a^^a Vaillant Sjt Uouet Agent* gnraux pour Hati 1720, Hue du Magasin de FEtat %  %  % % %  B>Nli • L r 'i FORTE BAISSE iLibrairie h Malin Conservez Vcs Fore:* en Smve3Uii! M Cette latin vecairacc an: Chieao, Illinois, T s. A.—" I' | : Composition \ r i, v >• ,-.] Tout les docteurs coosi vous oprcr. jV.i c pet.te h, e soute-,r r %  • .:. demand . mes ami-* OJ IC, 4S9 N .( ,; %  ; %  ..,, |,| rnttel..t'mn > 11 M t „ % %  r* parmi un m-.m r non r Gonpoaiti V.-P %  <:.;, ,...,, Cotte comp >sl ion % %  nt paadenon SSiZ Composition \&getal de Lydia E< Bnkham n 1 I •s i<'<~. NEURASTHNIE. FAibuLot CHLOROSE, DBILITE SIROP de DESCHIENS l'Hmoglobine Bvignroteur quent, moins chre. DOSE : PUROATIVE, 3 3 pilule* LAXATUC, I pi lu le. —Tmiji"'" WK %  %  1 1 11 H Kiatreiimots Mr Frdric l>raardin,Consol Caral d Hati an Hvret e* erfantu, Jali<>,Jaamloe etNen oira, Mr etMme Albert Dalencoar, Mme Vve Louis w 0 f. ne Da'enrour, Mr Adolobe Dalerconr, Mrle Dret Mm F>anoie Ddlercour, Mr Christian Dalencour, Mr et Mme Kropat Dalentonr MT' aog'ais Baptiste fine pur fil pour ch*mises Vve Nemours Bernardin et fasuiUe, Satinette blanche et couleur jk fleurs Mr t Mm Darion Leai*rd et iaor.l et unie. le, Mr et Mme I#savill*ierna: d in ei Seree pour iupes noir et bleu marin .*• railla. Mr Arlhur Bernardin et fa Madras ror chemises hommes n i:e, Mme Vve Fraroie Loea, Mr rrn.. roi.it B 1 Alexandie Bernardin et fami'Ie.Mme L J a Uls ,1 Vve Alexandre Gnatave, Mel| Con-, nou s taieeSustive, Urne Vve F. N Ai on e> too filp.l'ajsmillef Dalencru: Boisson Fruita Vo^s donne 10 litres d'une exellente boisson hygin'sjie ei rafrachissante S'emploie avec succs pour la r/.rpaiaiion des punchs. En vente dans tsutes les bonres maisons.notammenl il/red Vieuta Lope Rivera, B. N. $ada, Simon \teua. etc Vaillant $ Uouet Ajenls gnranx pour '.Hati (1723 Rce du Magasin de lv.'a l VENTE EN GROS SEULEMENT PNEUS Bas merceriss sup couleur et D'ma'.se b!arc pour nappe Broderie anglaise iour rebeJBernnrdin. Fou h Tipper haae>,D> r En rifamtnt de >o't b M cl coul; leuchea et 'ota Ite auttea perpie 1 Toi t a matelas alltfsj recercient bien sint^rero^ui ( %  tous les r Mii qoj \eur ont dort,* d. • |loo^flr^gs ('• RTSAI tir" R l'ocra tS pour fPftOll >te „ *, ^ (|| , 5, K(m frfihi P Imbi 1. P(UI ikb%  ti (o ci ju ma r ^ii i, uie Adlade alite Patea cair.aux et i barres ms dVnf.nta f our. t P ptlaot da croiie A Itu 11 b ianc e\ couleur T4te lodien de couleur pour pijau-ks. pr^fonda gratitade couleur et chemises 1 hommes ] l'ort-au-Prioee, 35 Nov 1921 Tapi Bitte i.aoc alls De Tissu Ordinaire Et De Tissu-De-Cordes 1 E kilomtre vous tevlent an nilniranm de aria quand vous roules sur pnrue Pfrestoaa. Jl Ceux que la maison offre oatK. anne prsentent encore davantage de qualits que par la pass. pans les pneus de tissu ordinaire, parois gris**, il y a davantage de caoutchouc entra les couche* de tissu, un coussinet plus pais, et las taloas y sont davantage renforcs. Les Pneus Firetnne tissu -de-cordee p rfutent cette lasticit et cette vigueur qui produisent une grosse conomie dans la consommation d'essence. liais que vous dsiriez des pneus tiaw*4t> cordos ou des pneus tissu ordinaire, il est cartaii que vous dsiriez des pneus tisew-des on des pneus tissu ordinaire, il est ca: que vons voulez ceci—la marque qui procura Le Maximum de Kilomtres par Franc La maison Kire:<>ne a pour rgle de conduite de donner satisfaction par le nombre de kilomtre que couvrent ses pneus. Autrement dit, les auta mobillstes prfrent payer un tout petit peu p*ae peur obtenir us bien plus gros reademeet. L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince



PAGE 1

1E MATIN • Ptisserie Frani*6 Richard Peters RUE Dt L'RGAUTf •* ISii .ialitt'8 le b • bo.-> fins VOL AU Vfc.N Ca tee. (h >ox a ta < me P S • hHMHt')l'S U'M IU4-1US N B — H I fcr I) m. at.ciiH.ii.i H bace • otjt p-1 it en vm e 1 porie tncu iJOUI *0 Ui'Ml'If II Il IV Pas de succursale. .V-. 1 Franco Grand floiei de VINS provenant drect*8ient deBvsse f p es Bjrd^iQi, iil i I i: a Go; r. i :.. !" typboid.-, a uStaON 0RTAIMK par tt*m At '_ liTl.US PUISSANT aMTlSEPTIQC •ne. Merrtiro nt Cuivre ll^iiM'i' i*rM< /' %  r*" inuittnau, II iMM d' 1 60 ,0 '"" ,| '' s '' ar '' d'ANIODOL INTERNE l|-i< BM l>vne d'Espapne. Cli.nn, a ^ es *** l Vins iiKHisseim d-- ri-. il|(Mir.-s n,-r.|u. J^ft (i f|}/ '•" ih'tna^de lie Chocola .U n-ie'Jr PATRIZI, I:M".M .J ueiil da Kranct? v.v n-, * ,. ,i.. lA ,, aJi.riiv W*. r i iiiiiel touw-i'ut p.j.-n S..M ll ,, .-M i ion!,,, et choisi n P f HIre t Il (J'I? *i rurn\ ne Lek et.rnltiequa/.fs pnx SIIMI o\ s -mm ; b'i< partir du 1er Ao^m' fr ItikprOUVO QU8 1$ peuple a SU m oiepo-ir les ^SK..S ,,,,„! ?< I IO •• .. \. ^ k „..,.H#*S AAR*„t a_J LfS clients.-ont pi,es de voir le propritaire lui-mt'uc-, hERVICE la CARTE ii ^if ilflHt* Ri lise de ces chaos mes p ndanl I ngtemp*. s*y'oy< z a o 1 rque .viO.XOi A' \M. Publiques spcialement poui le d^mes tlies gtnsl'ineo du Ligh life, Elie prot'ge ie peau des 1I1 u. c s M ies con'rj l'humidit et U chaleur, Elk en reielcur toupltasea cwsere leur b-ll • %  • Demandez la maiq e MONOGR I M, ces! la meilleure de lou'es 1 -' ts mnqueSi v Geo. Jeatmm \ Sparkl ng Moselle Vin mousseux authentique et'le G\ cr,D y Sf Extra D,y A feiidf ebez A pho se llayiip^ & chez Siuitn VI VI iKii ni t'tnfi tiitt Antoine TaUmas • 1 1 %  ^majcail—MF rjoa. Tl M^SM4l ffays. I*,. fflin^s ialaml chorKer *re Ij plu. ^J 0 C ble : cr rpondre seulement aux be*oin (a plu urgent; ne se. put pis sans (j nftifp de s'imposer de rudes sac ipeet. Eh l£n La Maison 'Moine Tulama* off toute son aijben la orconstanee. \ Elle aaranlit. la solidit, 'a fiess<> *t le boi march. Cette maison a acquis le plus grand miom dans lcommerce, araee la confiance q toujctTinsvie uses clienlsji l'om bW ti la g nMte.se qu' Ile a toujou s u oM. 'Toii'rm'f'wi'e satisfaction gnraient maison vent d'ajouter son bs u STO K, let clts suivants, rcemment arrivs. fthifll CsdlcUc loire eu^iieu.e^.i-e 4 j'b.ihb.BvIi b. p.uu.nus va.Kt A pga iuir t.iimr %  '>. S*ige u tu ini,iD Kkbo< '"P t K. kt jiui e Dnti bUnc D1.1 kblftoc BUP i,rilt Toasor Caih*roire noir ei blarc Toile blanche poui ju^pei Gsbsiine blanc iitbiidine blanc ctrriacx sep J •• coolecr tmee 'f ; Rep couleur J Palm b^itli pour jupe? 1 Gnee couleur J ; Voile couleur unie Voile blsic CrM^Q double li r 'r Voile couleur k ll> ura 1 Voile noire iour ci;rne Voue l Vnciie t bcu'ea coul U Voile K-izbeih carn aux coul. i Vnilbuibt're barre couleor N.inM) k b.fccc Sa loa IH 10 '.u ^imi'i doub'e laigfur YZ Toile blar cli" pour ilumise b0 (XJ lu. Ullllfr 3U OU Soie lav. b %  LOUI i-iri vaiiSct 2 6uMn L Le-ty ^ Toatof ue toie •j Joiieni.e Of ^oia ^ CO Vlousseli^o de boitf >j OU Lh-irrceuae de goie i JU Jrikuaixe de toie i 50 Popliue ue SOU y JX) bcDgalioa de soie Oiomiii de eoio Voile de* line Oigsudaii > -i.s tbnULtllf a i cura TttltOf de oua o-iid qualit buieiie.ure Cipes Gici^-ut* coal.vatMss li,,o ue Cha.e 2 1 :>'>. Fianclle laine paie grande lavg. 1 00 .. "7 I 14 X '2(> 5 0 00 r j ou 5ll 500 500 5 00 5 0U 5 00 5 00 5 00 5 00 5 00 7 00 8'vO iu 00 7 10 4 3 i.0 L.\00 Voile orn grand ramuge Voile blanc caruaux coul. Voile jours couleur MWB n ^ buiea de eoie Indien* fianaiae batrca Tte Indien Tte blanc Calicot M.dapolam grande Itrg. 1 Calicot do famille • uidiusiic r t. li.: 1 b 'ires Tut'Hia : oi!' b ip Chantong (to*S< r 1 oi.r bon).) Oigeudie u odei uii i oouble la'geur auOlFrancy JJeni.it'..' ( TriCOtiM '/ OOJ de soit ) • Fana le ILO lato 1 Flei.fl'' lame ai totbo Flanelle l..me pure Flanelle laiie pore gia^Ue rtnlla laine BU > F ai.tlle Hio.j^eiice Nai'pe couleur fcup jlouilioiia de poctie pr hem de soi ri sup fupiliajue Couvartora de ut aap couleur voiie s ih qaa yaluiua d* u 11 pour humait e tliaq C< 11 ome du bain pour teu uee > ei Uni 1U 00 K pj de bain pour datnea 4 LO aetvletiea oe utiel e %  b q ie -0*J Saivu t e de toPite tw\>. 5tl Seivie'ie de Lain •< u*J t himbeHr u bomm j.up. .luW 7 C0 : 0 1 miBf'B u.mines ~ u^ 10 Oui • an crpe de CLina 4o o\ lu LO tumise; nomnaca.aup. W y 1 ji^-o a e a 4 U • r .lnmi eues u p 4 12 lui.ii n auit iCOn.bn:a B:U ll>D 1 D 10 rnl Caii cou lui y e conit.tiicot 5u '^' |\oi ia de b, 1 i, L.;i. iub 30 0 .., ,,,. Sw.at : d oi. 50 0 ,<:u faica 'oinlleiB 4 t 9 bo] CHAPEAUX [•j. 51 i'' 1 1 %  l 25 Il i u Gli pi ioi aine ow boa ma10 ;i i f < pi ur cndets ;s Ti %  1 oui 111 0 •_ :, chai eu x d: feutra tup. ;i %  • sua I I t I i. ••• lhA MM %  do puiile mo le de lains sup. Caootteri pour dames i.uaquelte puur liommea l'uu.jro glace avec luupr.e Pondra Sautai FioiatnUj & Pompla boi e ;> Du t Fore* de Tok o • t V-.louie de Lys liu. .| t. oudrer eu v. 1, U; Houppe a panneau liouppe plumeau moyen grand Lotioi s Pompuia Az aea 6tc t ;.'.)ll Hibjin Bdiu N) 2 U 19 000 1 (X 2 1 1 0 1 50 2 25 P.ce 0 e 4 5 B 8 lu 12 14 16 17 18 20 '1 une S 5c J3:s de soie cl,(S Bi8 do soie sup Bretelles Guyot, Pouce* npiscir 0Ba oouHers b'.anca dcoa nour Bbs uour Hoainaei ( montaot FUletea oemoiaellta baœei Hocioifea Oa trouvera galamen Uiatet-rst-u cuiraer. ccrseti GbnuibeaSbommei" a plia unia Gonrdaa Fkuxcoiadea3po fg g*a:. lie largeur ' Cbaniietw %  .1 tiuui ur.in.a us dz5 lloyeni H qulit 8 10(0 4 0d' de ja lte pr.hom. 8 1 Bteictiiz'8 lCllrtLBtlUb I up. PJ io lUhsn*s< 1 m s: d coi leur cha 4 10 Bas ai li ai b'anc iooi 15 00 111 B4 I II Cru 1 UT up "1z 2U ib>* simili toie! 22 Exb ait Milkido Mistletae Eau de Cologne Eau.de Q nioa Huilla (J-ii. ioe lteDju f.ice ,-oudrelor decoiy Oo.p0i Bouge JO0JOUX B 0N as ou



PAGE 1

Quinzime mue /Vo 42-ii Part au Friu.ce, tiuih Mer**1i 7 Dcent rt f|2f DECTEBR;PiH)PRTAIRE CltHeot MA6L0IRE NUMERO 20 CENTIMES Quotidien REDACTION; RoejAm^-icaiosNo. 115b Celai-l n'est pas rellement un brave qui craint de paratre ou d'tre, quand il lui convient, un lche. Edgard ALLAN PUE L'Enqute de la Commission -t Sance du 2 Dcembre ( Suite ) Le tmoin Voiny Paultre de St Ma-c Paullre Les accuss inttrro^ on habite St Mire et prte serment dire ni le fait ; alors le capitaine li^w toute la vrtl. dit : le vais vous faite pailer.l"* um petite machine qui vous fera palier. l'avocat Angell Depuis qi:aud tes* TOUS an iv ici ? Paultre Mercredi de cette semaine. I a vocat Vous tes venu pour t oigner. Paultre Oui. I avocat Quelles so^t vos occupatiens St Mate. Yaultre Je sois ngociant. l'avocat Depuis quand ? Paultre Depuis 14 ans. I avocat En mars 1919, habitez vous St Marc. Paultre Oui. I avocat Avez vous connu cette poque lecapitaine.Fi zgeiald Brown? Paultre Oui, il tait capitaine d. gendarmerie i St Marc ? lavocat — Voulez vous nous dire aussi brivement que possible ce que Jtous avez vu d as la prisoa de S' >Harc en un certain jour de mai 1919 ci les vnements qui s'en sont sui vis ? Paultre Le capitaine Brcwn me fit appeler, ce jour la, et me demanda de l'accompagner en prison pour as lister l'.nterrogatoite de 3 prvenus hiils et dposs en prison pour avoir commis un crime sur la proprit d: ma mie, Mma O.us l'avocat L'avez-vous entendu dut i ces paroles ? Paultre Oui. l'avocat— En prsence de tout le a onde ? Paultre Oui. Il prit une boite tlphonique, il passa un fil dans leurs dents et un autre sous leur langue. Dcval dirigeait le courant. l'avocat Avez-vous vu de vos yeux ces choses-l ? Paultre Oui. l'avocat Avez vous va Du val donner le couraat ? Paultre Oui. l'avocat Quel eliet avez vu se pro duire ? Paultre Sous l'action du courant lectrique, l'un aprs l'autre avoua eu'il tait l'auteur du crime reproch. l'avocat Les 3 taient ensemb'e pour recevoir le courant ou taient* ils dtachs ? Paultre Us le reurent l'un aprs Vs fils lectriques a la bouch: et ru? dents des accuss Paultre — |e ne lui ai rien dit. Scnateur — Combien de te.np aprs av. z vous su leur mon ? Paultre — \ jours aprs. Snateur — Avez-vous caus dcela avec d'autres personnes "> Paultre — Oui, on en a parl danv tout St Marc. Snateur En av.z vous parl au\ autorits amricaines et haitieunes ; Paultre Non. Snateur Depuis quand avez vou connu le capitaineJBrown avant so 1 arrive St Marc ? Paultre Je ne puis fixer le temps Snateur lotus Pai qui avez vous t invit dposer ? Paultre Par l'Uaioa Patrioriqae. Snateur Quel membre de te,te O gabisa'ion ? Paultre Le secrtaire. Snateur Lui avez vous caus de cela auparavant ? Paultre Non. Snateur Vous avez dclar que ces gens sent toujours sur cette pro priie. S*viz vous s'ils y son*, ente: rs? Paulre Oui. Snateur Avez vous t sur leurs tombes ? Pouvtz vous trouver l'en nous mo t cr d' atr p l'si.-tre* / avocat Savez vous ce qui leur arri droit o elles se trouvent va ap , cesgeas l ? Paultre Elles se trouvent prs Paultre Je crois que a ou ) jours d'une rivire paisan'. au milieu de la ap:., le gudien de le propret vint piopri nous annoncer que le capnaae Sna eur Y a t il des chemins qui fiuuie Sur le point d'arriver en p iBiown avait fusill les deux plus jeu conduisent ces tombes •on, jai reucoutr plusieurs tmoin,;nes c pendule 3ma. Paultre 11 y a un sentier passant qn.ly 'otnb di>un a pic a tre 1 S. de Pivert et les 3 accuss. lavocat Pcuvtz-vous nous die • leurs nom: ? Paultre C'taient Salnave, Fabre Yoyo, Nicolas. Apis l'interrogatoire des tmoins qui tous ont accus les 3 prvenus, le capitaine Bfown procda lui-mme s l'interrogatoire des 3 accuss qui ont ni les faits. Alors il eut recouts des courants lectriques pour les faite avouer, lavocat EKZ-VOUS pisent a lout cela? 1 aultre Oui. l'avocat Dans la prison de Sailli Marc? Paultre Oui, en prsence du jog-r de paix Florian Ulysse Charles, dcd. Nous avons demand au juge pourquoi il ne prenait pas les decosi tiocs crites des tmoins, il nous du que ce n'tait pas ncessaire. l'avocat Est-ce que les 3 pr.enu taient interrogs ensemble ou sparment ? Paultre Sparment. L'avocat Est-ce que les questions ont t poses par le capitaine B;own lui-mme. Paultre Non, par Duval Lorquet, n auxiliaire de Browu, un civil, un hatien. ceux qui le traversent ordinairement capittiM Browu Paultre Ceux qui passent sur la JamD t lavocat Le capitaine Brown tait-il 1 taioe Brown a tic ave: pisent ? lavocat Avez vous vu cela persoa pies d'elles, nellemeni ? \ Snateur Qui a form ce sentier Paultre Non personnellement. Les PauUre II existe depuis longtemps, cadavies sont encore sur la propri c est un petit chemin SnaUur Pomerene Qui vousadui Snateur Ce sentier, quels soni cela? Paultre Amilcar, le gardien de la proprit. Snateur O habite-t-il ? Paultre II est sur la mme propri t, dans l'habitation Pivert, prs de \ St Marc. Snateur Quand est ce que Cet hom me vous la dit ? i'aultre II est venu le mme )our nous dire ce qui s'est pass. Snateur Fixez en la date. 'l'autre C tait vers le 4 ou 5 mars 1919Snateur O vous a-t-il dit cela ? Paultre 11 est venu chez moi. Snatur Qui tait prsent t ce mo mem-la.Est ce que quelqu'un l'a en tendu vous raconter cette histoire. Paultre |e dois vous dire que c' tait son devoir de venir me le dire puisqu'il tait le gardien de ma pro pnie. SnaUur Avez vous jamais caus au capitaine brown cet egard ? Paultre Non. I Snateur — Vous dites que le capi par l, pourrez .ou. :es tombes Paultre ^ Oui. Snateur *Y a t il ne> capables de nous les montrer au/tr Oui le gardien Ann'.'i' SnWair Est ce lui q ri vous a dit qu.* c?s hommes taient t ••>.s .Pmdlte Oui. S>m\eur Est il IMiOttfl u prit Paultre Oui. tenaient Vous dite; in iivilus enterrs Paul re Ori, dins 2 ScnxXeur A quelle Marc se trouve la maisin d'\mi!ca Paultre A peu prs 10 minutes SnaUur Quand est ce, apri l'a cuiion de ces gens, qu'imi car viir veus dire cela Paultre A peu prs 1 heure apr. SnaUur Vous a t il dit qui a tue cegens Paullre II ma dit que Kxcution va t t ordonne par le capi taine Brown lut mme. Sua\eiir Qui a proci': cette ex cution ] Paul r\ Les gendarmes. Sna-eur Comment onl .'.s ' tus Pau\ re 2 fus lis et ;e 3e pendu Sna eur De quel crime taient ils accuss Paulre Ils taient a:cuss d'avoif assassin un des gardiens que j'avais sur la proprit. Snaxeur Est ce que vous cioyez qu'ils ont rellement tu cet homme sur votre proprit Fullre On peut le croire aprs la dposition d' utres tmoins dePiveit Sna'eur L'avez ous cru Paultre Oui. Snateur Et vous tes all avec le pour, les fane cen rapport diroclpmont le fuit la polc* .' A lorj. vous amener avec lui ? I *** L ? l mb *^ PaultrtParce que c'ia.t sur ma proches lune de l'autre orourii que le crime avaii t COJI Paul re tua rappioches. [jji| | Senaeur A quelle distante SnaUurQuavcz-vous dit au Pauf.r^ A peu pr, z pieds, capitaine Biowa qyaad il suachal Snauur Demain, si nous allons P uns le tmoi n Mdlus Valra est introduit 2 Il h ibila S; Marc \ audanl 7 ans Scnateur Pomercne — Vous tes >n pi 18011 maintenant Port-au-1'riu ce, Pourquoi te,un,,. : j'tais un gendarme Stviaie et mon fusil tua un hatien. Snateur f Connaissez vous Poly dot ,j S 1 Pierre '•' tmoin: Oui. Snateur — Depuis quand ? ir ,110111 '. Depuis longtemps. Snateur Lavsz-vousvu en prison a St Marc 9 tmoin Oui Snateur — Qu'est ce que vous fai si z-lfc? te,, loin I J tais prisionniar. Snateur — Connaissez-vous le ca I i ai De Filz^an 1 i Browu ? tmoin : Oui. Snateur L'avez voua vu i aucun moment, cette prison ? ttmoin : Oui, je Toi vu venir en pri sou comme capitaine Snateur — L'avez vous vu faire quelque chose Polydore Si P erre ? tmoin t Non Ssnotattr— Avez-vooevu quelqu'un faire queiqua chose a Polydore St l'ierie / tmoin : Oui, des dtectives et des gendarmes.g Snateur— (Ju'avez vous vu frire Polydore St Pierre tmoin '. L9 capitaine Urowa a arl Polydore St Pierre, et les gen jurmes le brlrent avec des fera ciiauds. Snateur— Kacontez ce que vou av /. vu faire Polydore St Pierre ? temom : On le brla avec dea fers chauds. Le capitaine Browo n'tait pafl lA son arrive, il lui donna un docteur pour lui procurer des -oins et fit avertir ses parents qui lui envoyrent de la nourriture 3 io.9 1 a jour. Scnateur— Combien da temps ti-zvous en prisoi aprs que les gendarmes maltraitrent Polydore MPierre tmoin ; J'avais 2 ao* de pris 1:1 le itiuoin. J'avais deux ans de pri IOU, .S itntcur.Xvti/. VOUS VU dri g y.uiit mon et autres le maltraiter? le tmoin. Oui. Sefiar-sur.Avant de le b ler.il avait les menotte 1 ? le temoint Uni, il avait les menot* (M V Snateur, l/avez vous vu brler ? h temoin.Uai avec das fers chaude S ma leur. L'avez vous vu pendre I avec des menottes aux mains? Le temam O ii,au commencement, Snateur. (Jui a fait cela ? Le tmoin. Les gendarmesSnateur. L avez vous vu p.mdra rellement .' le tmoin 0H, par lesB

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05542
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, December 07, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05542

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quinzime mue /Vo 42-ii
Part au Friu.ce, tiuih
Mer**1i 7 Dcent rt f|2f

DECTEBR;PiH)PRTAIRE
CltHeot MA6L0IRE
NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
REDACTION; RoejAm^-icaiosNo. 115b
Celai-l n'est pas relle-
ment un brave qui craint
de paratre ou d'tre,
quand il lui convient, un
lche.
Edgard ALLAN PUE
L'Enqute de la Commission
-t
Sance du 2 Dcembre (Suite)
Le tmoin Voiny Paultre de St Ma-c Paullre Les accuss inttrro^ on
habite St Mire et prte serment dire ni le fait ; alors le capitaine li^w
toute la vrtl. dit : le vais vous faite pailer.l"* um
petite machine qui vous fera palier.
l'avocat Angell Depuis qi:aud tes*
tous an iv ici ?
Paultre Mercredi de cette semaine.
Iavocat Vous tes venu pour t
oigner.
Paultre Oui.
I avocat Quelles so^t vos occupa-
tiens St Mate.
Yaultre Je sois ngociant.
l'avocat Depuis quand ?
Paultre Depuis 14 ans.
I avocat En mars 1919, habitez
vous St Marc.
Paultre Oui.
Iavocat Avez vous connu cette
poque lecapitaine.Fi zgeiald Brown?
Paultre Oui, il tait capitaine d.
gendarmerie i St Marc ?
lavocat Voulez vous nous dire
aussi brivement que possible ce que
Jtous avez vu d as la prisoa de S'
>Harc en un certain jour de mai 1919
ci les vnements qui s'en sont sui
vis ?
Paultre Le capitaine Brcwn me fit
appeler, ce jour la, et me demanda
de l'accompagner en prison pour as
lister l'.nterrogatoite de 3 prve-
nus hiils et dposs en prison
pour avoir commis un crime sur la
proprit d: ma mie, Mma O.us
l'avocat L'avez-vous entendu dut
i ces paroles ?
Paultre Oui.
l'avocat En prsence de tout le
a onde ?
Paultre Oui. Il prit une boite tl-
phonique, il passa un fil dans leurs
dents et un autre sous leur langue.
Dcval dirigeait le courant.
l'avocat Avez-vous vu de vos yeux
ces choses-l ?
Paultre Oui.
l'avocat Avez vous va Du val don-
ner le couraat ?
Paultre Oui.
l'avocat Quel eliet avez vu se pro
duire ?
Paultre Sous l'action du courant
lectrique, l'un aprs l'autre avoua
eu'il tait l'auteur du crime repro-
ch.
l'avocat Les 3 taient ensemb'e
pour recevoir le courant ou taient*
ils dtachs ?
Paultre Us le reurent l'un aprs
Vs fils lectriques a la bouch: et ru?
dents des accuss
Paultre |e ne lui ai rien dit.
Scnateur Combien de te.np
aprs av. z vous su leur mon ?
Paultre \ jours aprs.
Snateur Avez-vous caus d-
cela avec d'autres personnes ">
Paultre Oui, on en a parl danv
tout St Marc.
Snateur En av.z vous parl au\
autorits amricaines et haitieunes ;
Paultre Non.
Snateur Depuis quand avez vou
connu le capitaineJBrown avant so 1
arrive St Marc ?
Paultre Je ne puis fixer le temps
Snateur lotus Pai qui avez vous
t invit dposer ?
Paultre Par l'Uaioa Patrioriqae.
Snateur Quel membre de te,te
O gabisa'ion ?
Paultre Le secrtaire.
Snateur Lui avez vous caus de
cela auparavant ?
Paultre Non.
Snateur Vous avez dclar que
ces gens sent toujours sur cette pro
priie. S*viz vous s'ils y son*, ente:
rs?
Paulre Oui.
Snateur Avez vous t sur leurs
tombes ? Pouvtz vous trouver l'en
nous mo t cr
d' atr p
l'si.-tre*
/ avocat Savez vous ce qui leur arri droit o elles se trouvent
va ap , cesgeas l ? Paultre Elles se trouvent prs
Paultre Je crois que a ou ) jours d'une rivire paisan'. au milieu de la
ap:., le gudien de le propret vint piopri
nous annoncer que le capnaae Sna eur Y a t il des chemins qui
fiuuie Sur le point d'arriver en p iBiown avait fusill les deux plus jeu conduisent ces tombes
on, jai reucoutr plusieurs tmoin,;nes c pendule 3ma. Paultre 11 y a un sentier passant
qn.ly
'otnb
di>un
a pic
a tre 1
S.
de Pivert et les 3 accuss.
lavocat Pcuvtz-vous nous die
leurs nom: ?
Paultre C'taient Salnave, Fabre
Yoyo, Nicolas. Apis l'interrogatoire
des tmoins qui tous ont accus les
3 prvenus, le capitaine Bfown pro-
cda lui-mme s l'interrogatoire des
3 accuss qui ont ni les faits. Alors
il eut recouts des courants lectri-
ques pour les faite avouer,
lavocat Ekz-vous pisent a lout
cela?
1 aultre Oui.
l'avocat Dans la prison de Sailli
Marc?
Paultre Oui, en prsence du jog-r
de paix Florian Ulysse Charles, d-
cd. Nous avons demand au juge
pourquoi il ne prenait pas les decosi
tiocs crites des tmoins, il nous du
que ce n'tait pas ncessaire.
l'avocat Est-ce que les 3 pr.enu
taient interrogs ensemble ou spa-
rment ?
Paultre Sparment.
L'avocat Est-ce que les questions
ont t poses par le capitaine B;own
lui-mme.
Paultre Non, par Duval Lorquet,
n auxiliaire de Browu, un civil, un
hatien.
ceux qui le traversent ordinairement capittiM Browu
Paultre Ceux qui passent sur la JamD" t
lavocat Le capitaine Brown tait-il1 taioe Brown a tic ave:
pisent ?
lavocat Avez vous vu cela persoa pies d'elles,
nellemeni ? \ Snateur Qui a form ce sentier
Paultre Non personnellement. Les PauUre II existe depuis longtemps,
cadavies sont encore sur la propri c est un petit chemin
SnaUur Pomerene Qui vousadui Snateur Ce sentier, quels soni
cela?
Paultre Amilcar, le gardien de la
proprit.
Snateur O habite-t-il ?
Paultre II est sur la mme propri
t, dans l'habitation Pivert, prs de
\ St Marc.
Snateur Quand est ce que Cet hom
me vous la dit ?
i'aultre II est venu le mme )our
nous dire ce qui s'est pass.
Snateur Fixez en la date.
'l'autre C tait vers le 4 ou 5 mars
1919-
Snateur O vous a-t-il dit cela ?
Paultre 11 est venu chez moi.
Snatur Qui tait prsent t ce mo
mem-la.Est ce que quelqu'un l'a en
tendu vous raconter cette histoire.
Paultre |e dois vous dire que c'
tait son devoir de venir me le dire
puisqu'il tait le gardien de ma pro
pnie.
SnaUur Avez vous jamais caus au
capitaine brown cet egard ?
Paultre Non.
I Snateur Vous dites que le capi
par l, pourrez .ou.
:es tombes
Paultre ^ Oui.
Snateur *Y a t il
ne> capables de nous les montrer
. au/tr Oui le gardien Ann'.'i'
SnWair Est ce lui q ri vous a dit
qu.* c?s hommes taient t - >.s .-
Pmdlte Oui.
S>m\eur Est il IMiOttfl u
prit
Paultre Oui.
tenaient Vous dite;
in iivilus enterrs
Paul re Ori, dins 2
ScnxXeur A quelle
Marc se trouve la maisin d'\mi!ca
Paultre A peu prs 10 minutes
SnaUur Quand est ce, apri l'a
cuiion de ces gens, qu'imi car viir
veus dire cela
Paultre A peu prs 1 heure apr.
SnaUur Vous a t il dit qui a tue
ce- gens
Paullre II ma dit que Kxcution
va t t ordonne par le capi
taine Brown lut mme.
Sua\eiir Qui a proci': cette ex
cution ]
Paul r\ Les gendarmes.
Sna-eur Comment onl .'.s ' tus
Pau\ re 2 fus lis et ;e 3e pendu
Sna eur De quel crime taient ils
accuss
Paulre Ils taient a:cuss d'avoif
assassin un des gardiens que j'avais
sur la proprit.
Snaxeur Est ce que vous cioyez
qu'ils ont rellement tu cet homme
sur votre proprit
Fullre On peut le croire aprs la
dposition d' utres tmoins dePiveit
Sna'eur L'avez ous cru
Paultre Oui.
Snateur Et vous tes all avec le
pour, les fane cen
rapport diroclpmont le fuit la po-
lc* .' A ! 0'' '-il f0
Paultrr. An car it Ine Browu, chef
dw U Gendariierie-
Snateur La jut?e avait-il reqois
qu le capitaine Brown s occupa da
laffaire.qn'ilrecherchaleimeurtriers?
/'(ii Snateur Ouellfg preuves a-t'oa
ns de la culpabilit de ces hom
mea ? ; -
Paulto: lia ont fi dnoncs par
l- individus.
SJnat$vrk quelle date
ii en a-tl t tu 1
Paulin '. Dans les pretnia
do ratra l'Jlu.
s'auteur-le jue de paix vil il
u'oi e ou est il mort :'
Paultre'. H est mort.
le gsr
s jours
qui p
ptoprit '
Snateur Quel genre de proprit
est ce
Paultre Sise Si Mue, pi de Pi
vert, un champ
inatcur A qui appartient elle
Paultre A ma m t'-u.tie
Snateur : A quel e distance se
nouve la maison Je votre mre de la
proprit ?
i'auLre H n'y a pas de maison,
le gardien a l uue petite maison
ta tus
Vaultre Oui.
lavocat N y avait-il d'autres person
Ets pan Brown, le juge de paix et
Duval Lorquet
^aultre Qui.
i%avocat Combien y en avait-il?
Paultre A peu prs 10.
lavocat Dites lous ce qui arriv*
fpis l'ictenogatoire des accuss "s
Paultre Le capitaine Brown m'avait
invit tre prsent leur interroga
loire
Snaxeur Pour quelle raison ont-
iln assassin vj...'. gardien ,
Vaulire Pour v 1er, s ins doute.
Snateur S'ils ont assassin votre
gurdieu, ils auraient d tre excuts,
epres leur jugement, d'aprs votre
C! IIIMll ''
I Paultre : D'aprs mon opinion, une
fuis duoas en prison, ils uiemt
aux mains de la justice et la justice
'aurait du suivre son coins. Ils au-
Snateur A quelle distance de la ajent du tre jugs par le tribuual
euaisoa du guJi.n se trouvent ces etiminel. C'est i iiabitudj ici, parce
10m bes ? o ue c'est la lo'.
Paul re - A 10 minutes. Snateur- (jui a eu informer au
Snateur Qu'est-ce qu'il fait, le sujjt de cea gens?
ggidien ? Paultre- UVatres individas de
Paufr 11 travaille le champ
Snateur i'rav;-iile-t-il autour de
ces tombes o il y a de la culture ?
PHitr* Oui.
Snatew Qu'est-ce qui indique
qu'il y s l des tombes ?
Paullre Comme partout en
Haiti, une petite lvation.
Snateur Y a t-11 d'autres
; wt-ilsvenus vous dira
nen avaitte assassin?
mai
elle
lice de paix ?
Paultre Non la prison.
Snateur Pourquoi le capitaine ques ?
Bown a-t-il eu vous prendie pour. Paullre *>lorj.
vous amener avec lui ? I *** L" ? lmb *^
Paultrt- Parce que c'ia.t sur ma proches lune de l'autre
orourii que le crime avaii t coji Paul re tua rappioches.
[jji| | Senaeur A quelle distante
SnaUur- Quavcz-vous dit au Pauf.r^ A peu pr, z pieds,
capitaine Biowa qyaad il suachal Snauur Demain, si nous allons
P uns le tmoi n Mdlus Valra
est introduit 2
Il h ibila S; Marc \ audanl 7 ans '
Scnateur Pomercne Vous tes
>n pi 18011 maintenant Port-au-1'riu
ce, Pourquoi
te,un,,. : j'tais un gendarme St-
viaie et mon fusil tua un hatien.
Snateur f Connaissez vous Poly
dot,j S1 Pierre ''
tmoin: Oui.
Snateur Depuis quand ?
ir,110111 '. Depuis longtemps.
Snateur Lavsz-vousvu en pri-
son a St Marc 9
tmoin Oui
Snateur Qu'est ce que vous fai
si z-lfc?
te,,loin I J tais prisionniar.
Snateur Connaissez-vous le ca
I i ai De Filz^an 1 i Browu ?
tmoin : Oui.
Snateur L'avez voua vu i aucun
moment, cette prison ?
ttmoin : Oui, je Toi vu venir en pri
sou comme capitaine
Snateur L'avez vous vu faire
quelque chose Polydore Si P erre ?
tmoin t Non
Ssnotattr Avez-vooevu quelqu'un
faire queiqua chose a Polydore St
l'ierie /
tmoin : Oui, des dtectives et des
gendarmes.g
Snateur (Ju'avez vous vu frire
Polydore St Pierre '
tmoin '. L9 capitaine Urowa a ar-
l Polydore St Pierre, et les gen
jurmes le brlrent avec des fera
ciiauds.
Snateur Kacontez ce que vou
av /. vu faire Polydore St Pierre ?
temom : On le brla avec dea fers
chauds. Le capitaine Browo n'tait
pafl l- A son arrive, il lui donna
un docteur pour lui procurer des
-oins et fit avertir ses parents qui
lui envoyrent de la nourriture 3
io.9 1 a jour.
Scnateur Combien da temps
ti-zvous en prisoi aprs que les
gendarmes maltraitrent Polydore
m-Pierre '
tmoin ; J'avais 2 ao* de pris 1:1
le itiuoin. J'avais deux ans de pri
iou,
.S itntcur.Xvti/. VOUS VU dri gy.uiit
mon et autres le maltraiter?
le tmoin. Oui.
Sefiar-sur.Avant de le b ler.il avait
les menotte 1 ?
le temoint Uni, il avait les menot*
(M V
Snateur, l/avez vous vu brler ?
h temoin.Uai avec das fers chaude
S ma leur. L'avez vous vu pendre
I avec des menottes aux mains?
Le temam O ii,au commencement,
Snateur. (Jui a fait cela ?
Le tmoin. Les gendarmes-
Snateur. L avez vous vu p.mdra
rellement .'
le tmoin 0h, par lesB Snateur. L-j capi-aine Biv w 1 tait
rgion
Snateur
que votre gG
Paullre: Util
Snateur '. l'avez vous fait .'
Paultre: J m appel le jugo da paix
^our dresse: rocB-verbal.
Snateur (Jaand avez vons ap
ris des p isoanes qui on- connu.
;e crime .'
Vaum Oaand j fus appel
lier eu prison avec le capitaine
Brown-
Snateur Le juge de paix a*.-il
pris aucune actiou pour dcouv:ir U uces-t r- miment l I
oui taient ca*aons-f*f Ulmejtn N-n
Paultre. C1 notait pas 1 attiiba ion, Scnateur.^ i vous vu le capitaine
du mit da paix, c'tait bclla de la.BroVn maltraiter sel iwmtM. svee
police-
^
b mrtlQS

"n


LE MAI" M
Poruii-Pw
dans les iite
Nous avons l ce matin aax rea
SCiuemcnts pour savoir qui es
da Tabsence totale de lumire dont a
souftert Port-au-Frioce U luit de
mre. Seul, en tftet, l clairage priv
a pu fonctionner, tant bien que ma .
A la Compagnie d'Eclairage, nous
n'avons paa eu le plaisir de von
M- Blo- 11 nous a t ut que c est
seulement ce/matin qu'il s est readu
a Bizoton pour connatre les causes
de l'accident et qu'un communique
nous serait envoy cet gard.
An moment o nous mettons MCI
ptease,aucun renseignement ne nous
e*t parvenu. ___
------ ' "
Changiment d'adresse
Favorita Bar
108.RWR DANTFS DESTOUGE3
Ancienne Maison Flaubert
Consommations de premier
choixService soigne
La Heaaissaitce
SAMEDI SOIR lO Dcembre
A Parisiana
Candidat srieux/ [U
2ube.uxetGnm.ceSnatrimoDil^
Entre : 2 Gourdes
The East Asiaiic
Go Ltd.
Servie* naenauel
Tbe sis Virginia sera ici vers il
ic courant acceptant du fret pou-
tous les ports europens.
Pour plus amples informations,
*'TEn&-AGGlLl
le Umoin, Non.
Snateur. kL'iei voua prsent l
U timoin. Oui
* Snateur Combien d> tempe fo*;
die St Pierre 'altil rest .pender ?
le tmoin Pendant qu on liuterro
oeair, une demi heure.
Snateur Combien de fois.
U tmoin. 3 fois
Snateur. Dites comment on le
Te tmoin, Attachent une chane
aux menotte, en y passait une cor
de et on le euapendait la grille
Snateur. Est ce qu'il avait de
fers aux pieds.
lu ttmoxn Oui
Snateur. Montrez sur vo eu Hoiydre Si pierre a t bi .
le len.oin D a t bitV p*r tout le
eoffijt.
le lsMie Joseph Uw [prle [ssjtbmI. -
Jannalislr. i
Vavocat A*geII. Vous avez connu
Mdlus Velie ep prison
1$ tmoin Oui;
l'avocat Vous tiez ici quaud M
del*.' Valra racont ce qu'il avs.it
vu ou entendu arriver Polydere bt
pierre, .St Marc
Le tmoin. Oui
l'avocat Voua tiez.! quand
dtua Valre a tmoign
le temvin Oni,
lavocat. Avez vous entendu
q'il a dit.
U tmoin Oui, j'ai entendu
l'avocat Pourquoi tiez vous
prison
U tmoin Pour avoir acril dana mon
tournai des articles incendiaires.
I avocai Quel tait votre jonraal
le tmoin. "Le Courrier Hatien '
* Vavocat Dites noue si vous avez
entendu Mdlus Valre raconter d
verses histoires sur les traitement*
/aits Folydore St eierre bt Marc
Je umoin Oui
r*v*cii aVtftl vous entendu due
ae c*$c* le espitaine Browo."auteur
%sS.t; Mdln. .Valre a
Urne ajout Q** c'est foiydoie
St "erre lui mme Mi a eu roK'i
ris fars tt une ide 4e ces faits.
Sot ! histoire m'a t racon
Seoar Mdlus Vslre qui tait
SmS mme cellule que m en
'"uMaii. Savez vous personnelle
,B.ntiuo qneee Ht de cette alfa.
Nouvelles diverses de
lEtrautj'r
par cible
caris (i Dans les millieax ofti-
ciels franais on annonce que vers
la tin de cet'e semaine les Ambda-
tadaura, de France, d Aog'eteiYe
t d Italie se runiront pour exami-
ner la question de l'Extrme O ient.
Mr friand a visit Lord Gurzon
cet effet et a dc are qu'il avait plei-
ne confiance qu'un accord sa sfdi-
ant pour tons interviendrait.
LiiNDKEsii- Aujourd liui mme
la nouvelle fut publie ofticielleoient
rarBirhenheart que l'Irlande avait t
dclare Etat Indpendant d'accord
>vc les baB8s d amiti sigoes la
fit dernire.
bEHLis On assure qub l'ex-kal-
*er Guillaume est sur la point de se
remarier, il pouserait la veuve d'un
des meilleurs officiers gnraux aile
nantis tua pendant la guerre-
Londres les chef- irlandais se
sont runi* de nouveau et discutent
ur la situation cre par l'chec de*
ilgociatiouB avec le gouvernement
mglaa. Ile vont faire de nouvelle*
imposition qui seront communt-
ju' s Lloya George aujourd'hui
ivant minuit.
Brest Le Croiseur Jules Michle
iy*ui a i-on bord le gnral MangiL
qui a reprsent la France au cent
idiiu u l'Indpendance du rioi
.a', arriv aujourd'hui.
paris Le petit parisieen sn
Sonde que le conseiller allumant
Pistier est en route pour paris pou
coufier mu nom du gouvernement
iilemauii au suiet des chances du
lo Januier prcebain.
Berlin Les importations eu Ai
lemague penoant le mois d'octobre
i.UOUOO de maiks. Lea articles de
premire ncessite et denres alimei
aires constituent les principales im
jorcaiiorig.
UBruxelles M Carton D.wiari
i yaiii pa accept la mission d
..constituer le cabinet, le roi Albert
a charg de cette missioo M- Jasper,
ministres des affaires trangres
Berne L'Allemagne et la Suisse
mi aigu un trait d'arbitrage aux
ersnes daquel elles s'engagent s
soumettre toutes les questions en
litige 1 arbitrsg.
Interpellations
renvoye*
vit cable
paris (5- La Cambre des Dput
et lu Snat eut dsid sur Is deman-
de de M. Brisnd de renvoyer la fin
de la confrence de Washington 1s
discussion des interpellations sur
son attitude ta Confrence.
Varits
MERCREDI
Cur au Gavroche
Entre 1 Gourde
Nos coin [iies-reixius
L'abondance des matires nous
obl'ge renvoyer i demain la fin de
nos comptes lendia des sances de
a Commission Snatoria'e.
Bureau de 1 Agent Gnra1
Fort au Prine ' 6 Dcembre 1921
BULLETIN No 120
Les Chargeurs sont pris d? noter
que le S[S c Panama et a'tendu
Pcrt au Prince de Cri toba'. Lundi
matin le 12 Drrmbre 1921.
Les permis d'emb*rqujment s* ont
dlivrs pour le fret destinatioi de Dojour, (1930)
Prochaine Publicitl
Etudes criliqw
Sous ce titre parera; bien-6'
tudes critiques publie/p r Me il
les Rosemon< de 1896 a avu
1 Christophe Colomb et son
0*9*)
20 Confidences et milancoha
Georges Sy v in. (19011
} La Franee et haitt, d'AeleJ
Firmin, 1900.
4 L impi sur l Alcool de Du
N w Yo'k et des ports europens sur
la d manie fine i ce b r u
Ce vapeur pirtira d"'ectim*ilpour
New Yo-k dans l'apr -midi du m
me jour.
O B. TMGViPSON.
Agent li ral
c
5 Repli qu D sur le Droit de Reproduction dti
ses. (1991 )
6 Confrence hisioziqae ds|
racine Vaval (1905. )
7 La Lyre d irai, d Eagael
veillaup 1/919
1 JUne grande figureWmX |
nel, 1920a.
90 Rpliqu* a Alim Michi.
rn
m
La ft9 au profit d laci'OTiei
de la coquette Cbapellede St Louis la mthode, s il vousplait
de Turgpaa, s'annjnc^ foit.b illsatt j L'ouvMge qu aun le portrait]
cet'e anue. l'ameur se veoda 3 gourdes Ta.
Elle aura lieu d jardin du Gtrcle Port au Princien, ,
mis gracieusement la disposition ; .
des dames patronnes le dimanche
U Dcembre 3 beures de l'aprs
midi
e II y aura kermesses, lui d'enfants
gt diverses attractions pour petits et
grands
; PrVfl* aur rkatue r
M
ce
er
fte d l'imai-icule
ConcfptioQ
Demain 8 Dcembre est la tte de l'Immacu
lee Gonctpiion. Des messes seront dites cette
occasion daas Mutes nos gtis et chapelles.
A l'Hpital gnral la tte revtira ua cache'
spcial, la messe sera chante par ua groupe de
jeunes tilles. Les naestros Jn Joseph et Dsir diri
geront le cacaor.
A lIssue de la craonie on visetera la grotte
Je N. D. de Lourdes.
Nouveaux notaires
Avant hier ont eu lieu au sige da Parquet les
examens des postulants pour le notariat.
Aprs lts preuves crites et orales ont t re-
connus aptes exercer U profession M M. Cl-
ment Beauger, Urannus Sauvignon, Marc Oriol,
Antoine krrie, Maurice Micry, ug. Ducassa,
Me Aurle Dsir, X. clie. F. Dorc.
Le Jury compose de NI M Hercule Lahcns,
M. Delienne, F Emile D. Charles, tait prsid
par Me Yreca Chtelain, Commissaire du gouver
nemaai
Not compliments aux nouveaux notaires.
ProenUine fte Pourquoi coinoiaider ailleurs un Cbrcueil Aia//aif e'doriUi|
i'A^i^BrAMou'K vint .. TSm, due est douteuse quaud vous pouvez a'oir un dt cercueil rei
para il. de faire apprcier tau.es les boanes pie me SI AU/l au mme piIX
"cest'a^qu-u va offrir le jo Dcembre pro- Des ^ena intresses lOiit cro.re que la inaisou ne coolecli
'^^f-D^ ftB-ilw'1*1'" Ducas>e que tlis cercueils ao luxe a uu pria iuaboalabie pour ceuxi
Nous ea reparlerons. U'SpjSeUt pdS dd beaUCOUD U ttl'geLl UUlo' C0 U il pas Vrai
Veoez directement moi et voosaurez un
* votre choix b ju murch qui vous ioun&ia vous m.ue.
Spcialit de cercueils blmcs
POUR ENFANT ET JEUNES GENS LIVRAISON PROMPTE!
f,a nui' el les jou-s de fte s'adresser u chef d'atelier Mr Kl
HUSSON4 R is des Fronts Forte fto 6li en face de l'aucbi
thdrale
Oui, Pourquoi ?
' Cin populo
Ce roir belle reprseatation i Cin populo.
Il y sera exhib deux des plus beaux hlms
applaudis ces temps derniers Parisiana Allez
y en foule l'entre t;arale n'est ue de o,jo
et les places rserves de ,/o.
l tmoin -.Non.
LONDRES 6 Les Central New
alarment que les termes Uns les
e,uels sont conues les propositions
irlandaises donnent satisfaction au
roiGeotges.On croit que ce document
tablit un tat de cordialit entre les
deux partis, quoiqu'en (ait le but de
:es propositions et de demander la
libert pour l'iilaad; avec le droit
d'organiser ses (oices militaires.
Le peuple anglais et celui de l'Ir-
i.nd-' qui taient anxieux de connal-
t e les proposition du Gouverne*
ment irlandais manifestent leur )o e
pour la tourouie des vnement
qui paraitdevoir aboutir i un accord.
LONDRES Les basas de U
paix anglo irlandaise adoptes dans
n confrence de la nuit dernire oui
t signes par les hommes d'E'A
suivaots ; i>yi Geoiges, Chamber-
iais, Biik.-r.li :nii. Lurchill. Bchafa,
anglais et MchoU, wlandais.
Le document iodique cLiremem
que l)r ande est leconnue comme
un Etat indpendant. Les chefs se
montrent uM sa IMa'M d'voir pa ar
.iver a une intelligence avec i\a-
gleteiri qui .on-eive le dipu de con
ti ei les ports de 1 friande.
LONDRES - Le Cabinet biitan
nique, apis une sance t es anime,
a auop e les accb'ds au suj-t de U
bene Ul 11 lande. Le 101 beo'ges a
man>teit sa joie en tlegiapb.iul a
L'ojd George : le me ljouis dis
uOU.vtiles que vous m envoyez.
On Ue ma nie
\ rtftw uat Machine Singer ( fcu
fils) S'adrfswr au bu-fan tin Jou/Ml.
Union patriotique
ht i'-joaiik central coavie la population de Port
au t'rince a un Meetigvqu'il projetit rautKoC
prochain 4 beures ael'apri midi sur la Place
Ste Aanc. pour remercier publiquemeat tous ceux
qui ont coairiau au born ordre et a l'clat de
la manitastation du 29 Novembre commue avec
le mme succs le 30 par l'keureuse initiative le
la Ligue de la Jeune riaiti.
Leoditrinerie News
Sous te titre se publie, au quartier gnral de
la gendarmerie, une vue rapportant u marche
du service de la gendarmerie.
Ce numro qui est de six pages contient des
matires Ion intressantes. Il y t aussi une sec ion
en langue franaise dedtee aux orliciers harnais
et aux gendarmes. U Direction demande das
(aauscnis pour cette page.
Cette puD.icatioa est tort utile et appelt a ren
dre de grands services. tu tiendra a, lecteur au
courant des progrs accomplis daus cette branche
du service public, par les heureuses innovations
que pourront y porter les gnraux M: Doagal
et Meade, Chct et sous cliei de la Geadarmene.
Stark
Rue'du Quai en face de la Gare
Mariage
En la Basilique Njur D.m^ sera
bni le 2 Dcembre, i 7 beures du
atin.le mariage de M. Umeofc Po
thel. inftituteur, rdacteur au Matin,
avec Mnle Francine Lhrisson, nue
de feu Justin Lnusscn qui fat direc
eur du journal luotidicn Le Soir.
Meiilsuis souhaits aux futurs poux.
Oenapajoie General
Trausatlantiqiae
Le paquebot Laravocte a parti ue
Hultluht k 10 28 N jVcutbt* t-al tlltei)
lu vr le l cjiiuut 11 iaprur
le lumt jjur poui 34a.1 ,go s eu
bi. la ^t.u.e de l'iiiuerauaisaro iiiub
n l'ttin.ee au pa^ueUut
l'j.i au r*iiucB 7 dcembre 1U21
^L Agent K. RObELLN
IVcrologic
Cet apis midi auront lieu U\ fu
nraillfgtie Htit Vve Tirsias S m r
Stm, dtde hier midi munie dr-
SicremeQf de I Uftiss
La detunte a,ui connut de j^urs
de jeuissaaces p' d a p aiae
de son m i, de 1S9 1902 si f
par des qualit de iwcur. t'avttiRi
If respect et l'ifsction de tous.
Nous prsentons nos siacies coa
dolances aux familles ptouves.
Le Hupmobillete sait par exprience que pour es qui conCtHj
lometrage des pnena point tr important la voi'ore ds r"
lient une place distingue en matire d'conomie. Lt Honmobilt
aussi conomique sous le rapport des frais d* combustible et (
riants ; avec ceh .'Ile n'exige gure des rpara'ioaa coteuse si il
tes, sanf en cas d'accident*.
Brefs Dtails
Types de CarroBaeries Voitures
de founame cinq places. Voiture
P.outirea deux places.
Empattement-112 pouces (2xS4)
Cylindres- Quatre, f *ndus en un
seul bloc, cula.da dmontable ; aie
sege : lit pouce, coures ; 6 l,s?
f Amene de combustible -
me de dpression ^de vide).
Graissage Sous pNMM
pompe
Embrayage- Du type
secs /a-ana graiasage).
quea.
Puenx 815x406 ma,
di
1 doux - ew*bv^ v t ;_
' ma (h e Eclairage ltalon- ou i3x4 pooees.dscom
aytms lectrique, de deux units. "
Allumage pgr megeeto baute
leoaton
Ceiburateur Rglable.
oin.*?*" CflPRya 0Be f*B'on disponible trs anotageasi. ,
vhi 1 ,J^JB 8Brion8 bsuieux de recevoir des maisons srieuses
vaoes, iea demandes concernant cet'e reprsentation'
Jantes d m ntsbl s.
Roua En bois ; dalTf*
Coleur.Carrosserie, ! '
Hupmobile
Tke H JPP MOTOR CAR CORPORATION DE**01
2. U. dA
Adreue UUormpkiouo Code eml*V*




LE MATIN
vr
Un i Jo
nj viendra
' Toulu Ps-fiinur'.M
1 et Cimidu : i;.feo..ns
IbtoI I" eur rje Beaut du L>' Rkvmondon
jfiift-m' T*^Nm ,a.i
^Bi-^a^^a
Vaillant Sjt Uouet
Agent* gnraux pour Hati
1720, Hue du Magasin de FEtat

B>Nli L r'i
forte baisse iLibrairie h Malin
Conservez Vcs Fore:* en Smve3Uii! M
Cette latin vecairacc an:
Chieao, Illinois, T. s. A." I' | :
Composition \ r i,v > ,-.]
Tout les docteurs coosi
vous oprcr. jV.i c le cote" gauche, ensuite il m'at !, !
ZsHit*,e trav: >
pet.te h, e soute-,r r , .:.
demand . mes ami-*

Oj aej,.anda,m.Sa:,rS(,.,,e-v.,( t:prenel Compo,
me suis sentie mieux tout
{"Osnueatttf.. tr. ,u.j
/ I
S .a
La H.l.S.Co. annonce
sa clientle qu'elle
iet son sucre en vente
son dpt eu ville, 5
il.trsorlesac de 100
ivres.
Port-au Prince; 5 Dembre 1921
Sugar Selling Agency
Grand raliais
Notre sto. k de Librairie vient de
tre renouvel en vue des trenne? 4
^ftrir pour les (tes de fin d'anne.
Des liuct'oris feront fa tes aux
clients sur tout achat d } volu'nes.
i y tinuvera Ce qne cotent
Ici revis, M?s p emiers ouvenirs,
P'heott de lune, Ouand i's n'enten
dent pac, Les condamns a moil,
Mon crime, Reconnais "o1. f e Cstur,
Uu coeur farouch', Au l'pbone
Ces M'SMfurs de l rp ilif. Dansons
la trompeuse Le aarg drs races,
PWll on par d^' 'r bien le mal.
Il (ut marier leau. L'a^athme, Ce
q' e 'oute fi'lette devrait savoir, Ca
que tonte femme de 45 ans devrait
savoir I y a volupt dans la dou
leur, Les plaisirs de a Rue,Les Ftux
du Couchant, Les bons mnages. La
Mort et son mystre a vol. avant la;
mort et au'eur de la mort, L'homme
oui vin, Les ngociations secrtes,
La dame de leurs penses, etc, etc.
Composition VegAalo et vn e ] Senii i
ttAavEW>IC,4S9N.( ,;; ..,, |,|
rnttel..t'mn>,11 Mt r* parmi un m-.m r non r ,
Gonpoaiti v.-p <:.;, ,...,,
Cotte comp >sl ion
nt paadenon

SSiZ
Composition \&getal
de Lydia E< Bnkham
n
1
I
s
i<'<~..
NEURASTHNIE. FAibuLot
CHLOROSE, DBILITE
SIROP de
DESCHIENS
l'Hmoglobine
Bvignroteur Suprltur l* vimodo oitio ai uux farrugmaux. Admim limita laa Hpitaux ila Parla-
Dl OtUUI DESCHICNS. 8 iw * P.-jHrj. VAHI* Phtrn ''-
UNFUCONDE

r,
Le Purgatif Idal i
c'est la /
PiluledaDrDehaut
147, Rue du Faubourg Saint-Denis Paris
de fin d'anne
Raison c H. SILVERA prie sa bienveillant clientle et le publi
'rai de venir marchander les marchialises ci dessous avant d'aile
'at 6bme uni blanc
" broch blanc
J^our chemise i homme
!* Pour robe
[Jour costumes hommes
'Vlanc suprieur anglaise
^coton blanc sup
* draps amricain 8(4
514
IT I04
iik!M0r
K suprieur
Jloir
Bas blanc
'M ooir suprieur
f noir suprieur
;,,ngUis nouveauts
m Doit
'{[tt marin pour hommes
."ne de loutts its 41
Mousseline Swisse anglaise
Molleton blanc et couleur
Tulle pour voiles
Calicot de famille 4
Ca icot pour jupons
Kaki j une fxiia sup
To le i draps pur fil anglais
facllt a prendre.
Na noauftafll anena prpparntlf,
lis ne provoque jamais de dgot.
opprimant la dite,
elle ne dbilite p;i- le malade.
NVxlifiiiii paadei...... 11, himhre,
I elle ne cause aucune perl: u temps.
Plii-^ acllvc fBM I u< 1rs similaires,
[ elle est, par con>quent, moins chre.
DOSE : puroative, 3 3 pilule*
LAXATUC, I pi lu le.
Tmiji"'"wk
1 1 11 h
Kiatreiimots
Mr Frdric l>raardin,Consol C-
aral d Hati an Hvret e* erfantu,
Jali<>,Jaamloe etNen oira, Mr etMme
Albert Dalencoar, Mme Vve Louis
w0 f. ne Da'enrour, Mr Adolobe
Dalerconr, Mrle Dret Mm F>anoie
Ddlercour, Mr Christian Dalencour,
Mr et Mme Kropat Dalentonr Mt'
aog'ais Baptiste fine pur fil pour ch*mises Vve Nemours Bernardin et fasuiUe,
Satinette blanche et couleur jk fleurs Mr t Mm Darion Leai*rd et iaor.l
et unie. le, Mr et Mme I#savill*ierna:din ei
Seree pour iupes noir et bleu marin .* railla. Mr Arlhur Bernardin et fa
Madras ror chemises hommes.ni:e, Mme Vve Fraroie Loea, Mr
rrn..roi.it B 1 Alexandie Bernardin et fami'Ie.Mme
L J a Uls ,1 Vve Alexandre Gnatave, Mel| Con-,
nous taieeSustive, Urne Vve F. N Ai
on e> too filp.l'ajsmillef Dalencru:
Boisson Fruita
Vo^s donne 10 litres d'une exellente boisson hygin'sjie ei ra-
frachissante S'emploie avec succs pour la r/.rpaiaiion des punchs.
En vente dans tsutes les bonres maisons.notammenl il/red Vieuta
Lope Rivera, B. N. $ada, Simon \teua. etc
Vaillant $ Uouet
Ajenls gnranx pour '.Hati
(1723 Rce du Magasin de lv.'a l
VENTE EN GROS SEULEMENT
PNEUS
Bas merceriss sup couleur et
D'ma'.se b!arc pour nappe
Broderie anglaise iour rebe- JBernnrdin. Fou h Tipper haae>,D>r
En rifamtnt de >o't b M cl coul; leuchea et 'ota Ite auttea perpie 1
Toi t a matelas alltfsj recercient bien sint^rero^ui
( tous les r Mii qoj \eur ont dort,* d.
, |loo^flr^gs (' RTSAI tir" r l'ocra
tS pour fPftOll >te *, ^ (||, 5, K(m, frfihi
p Imbi 1. p(ui ikb- ti (o ci jumar^iii, uie Adlade alite Patea
cair.aux et i barres ms dVnf.nta four. t p ptlaot da croiie A Itu
11 bianc e\ couleur T4te lodien de couleur pour pijau-ks. pr^fonda gratitade
couleur et chemises 1 hommes ] l'ort-au-Prioee, 35 Nov 1921
Tapi
Bitte
i.aoc
alls
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Cordes
1E kilomtre vous tevlent an nilniranm de aria
quand vous roules sur pnrue Pfrestoaa.
Jl Ceux que la maison offre oatK. anne pr-
sentent encore davantage de qualits que par la
pass.
pans les pneus de tissu ordinaire, parois gris**,
il y a davantage de caoutchouc entra les couche*
de tissu, un coussinet plus pais, et las taloas y
sont davantage renforcs.
Les Pneus Firetnne tissu -de-cordee p rfutent
cette lasticit et cette vigueur qui produisent une
grosse conomie dans la consommation d'essence.
liais que vous dsiriez des pneus tiaw*4t>
cordos ou des pneus tissu ordinaire, il est cartaii
que vous dsiriez des pneus tisew-de-
s on des pneus tissu ordinaire, il est ca:
que vons voulez cecila marque qui procura
Le Maximum de Kilomtres

par Franc
La maison Kire- :<>ne a pour rgle de conduite de
donner satisfaction par le nombre de kilomtre
que couvrent ses pneus. Autrement dit, les auta
mobillstes prfrent payer un tout petit peu p*ae
peur obtenir us bien plus gros reademeet.
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince


1E MATIN

Ptisserie Frani*6
Richard Peters
RUE Dt L'RGAUTf *
ISii .ialitt'8 le b bo.-> fins
VOL AU Vfc.N
Ca tee. (h >ox a ta < me
P S hHMH- t')l'S U'M IU4-1US
N B H I fcr I) m. at.ciiH.ii.i h
bace otjt p-1 it en vm e1. porie tncu
iJOUI *0 Ui'Ml'If II Il IV
Pas de succursale.
.V-.
1 '
Franco
Grand floiei de
VINS provenant drect*8ient deBvssef p es
Bjrd^iQi,
iil i I i: a Go; r. i :. Prime oHepte aux
1 tuiii5 de
I*ebec(
;<
i
i
Sage-tit-mme
De la Maternit de Pans
Consultations 1 3 heures
Bob Ve;na Aveoue V imenay
Kiyrtna
r ENTER iTES ?
mwliSTi^S* tnharrulcosa; Coiiallrotion.
^ lent, apprnd-oiil.lrwi.ri6>. typboid.-,
' auStaON 0RTAIMK par tt*m At '_
liTl.US PUISSANT aMTlSEPTIQC
ne. Merrtiro nt Cuivre
ll^iiM'i' i*rM< /'r*" inuittnau,
II iMM d'1 60 ,0 '"",|''s ''ar '' "
d'ANIODOL INTERNE
l|-i< BM l>v- ne VlVSenliHU iUe..l.smVl ura e.us et des'Chteaux le< i\-^l)t\Y DOIlC (I ti CilOCO
renomms. Liqoe re F-a'<; s-s .i \\ > d'Espapne. Cli.nn,a^ es *** l
Vins iiKHisseim d-- ri-. il|(Mir.-s n,-r.|u. J^ft (i f|}/ '" ih'tna^de lie Chocola
.U n-ie'Jr PATRIZI, i:m".m .J- ueiil da Kranct? v.v n-, * ,. ,i..lA,, aJi.riiv W*. r i
iiiiiel touw-i'ut p.j.-n s..m ll ,, .-m-i ion!,,, et choisi n,PfHIre t Il (J'I? *i rurn\ ne Lek
et.rnltiequa/.fs pnx siimi o\ s -mm ; b'i< partir du 1er Ao^m' fr ItikprOUVO QU8 1$ peuple a SU m
oiepo-ir les ^sk..s ,,,,! ?< I io .......\. ^....._k ..,.H#*S AAR*t a_J
LfS clients.-ont pi,es de voir le propritaire lui-mt'uc-,
hERVICE la CARTE Pria; //ris modrs.
VlXIlGRE DE Wgaranti pur Gourdes \0 la bouteille.
hoc Poli Coipaiy k
Ni'W-Yorh
cler m bonne qualit dfiant toute
curronce,
En achetant I boite dj?cbocolsl en p
Uiih^t PuriyM dLcah & Fiok rc
i n lubj DeiiUiuCfc IVbeiCO (ta moiileiw
titice,).
Le Cnocol l est en vente chez: Boit
nui! Vieux, Piiaruiac'v; Centrale, Phan
Si vous voU^z pro:geria pesii de vos'F. Sjourn eiC etf.
chaii^sars,
Si ous oilez a*o"r un brillant 1 Is ni cl
urnble.
Si vous *ouVz eonserverla clnir-i hsou-l '/lf)lif ., .. >ii ^if ilflHt* Ri
lise de ces chaos mes p ndanl I ngtemp*. s*y r. sjourne e:c eic.
Dpt c/ieiiLR-TflEBA|
O allemande
jTthrteVdrs B.iques NittctsilSI
par lenliims.
S'adiefsi i au No 19 2 Je la Guit
Rue
u i>'oy< z a o 1 rque .viO.XOi A' \M.
Publiques spcialement poui le
d^mes tlies gtnsl'ineo du Ligh life,
Elie prot'ge ie peau des 1I1 u.csMies con'rj l'humidit et U
chaleur,
Elk en reielcur toupltasea cwsere leur b-ll .
Demandez la maiq e MONOGRIM, ces! la meilleure de lou'es1*-'
ts mnqueSi
v Geo. Jeatmm \
Sparkl ng Moselle
Vin mousseux authentique et'le G\
cr,D y Sf Extra D,y
A feiidf ebez
A pho se llayiip^ & chez Siuitn VI
Vi iKii ni t'tnfi tiitt
Antoine TaUmas
1
1
^majcailMF

rjoa. Tl M^SM4l ffays. I*,. fflin^s ialaml chorKer *re Ij plu. ^J0C
ble : cr rpondre seulement aux be*oin (a plu urgent; ne se. put pis sans (j
nftifp de s'imposer de rudes sac ipeet. '
Eh ln La Maison 'Moine Tulama* off toute son aijb- en la orconstanee. \
Elle aaranlit. la solidit, 'a fiess<> *t le boi march. ,
Cette maison a acquis le plus grand miom dans l- commerce, araee la confiance q
toujctTinsvie uses clienlsji l'om bW ti la g nMte.se qu' Ile a toujou s u oM.
'Toii'rm'f'wi'e satisfaction gnraient maison vent d'ajouter son bs u STO K, let
clts suivants, rcemment arrivs. ,
* fthifll
CsdlcUc loire eu^iieu.e^.i-e 4
j'b.ihb.BvIi b. p.uu.nus
va.Kt
A pga iuir
t.iimr *'>.
S*ige u tu ini,iD
Kk- bo< '"P t
k. kt jiui e
Dnti bUnc
D1.1 kblftoc bup
i,rilt Toasor
Caih*roire noir ei blarc
Toile blanche poui ju^pei
Gsbsiine blanc
iitbiidine blanc ctrriacx sep J .
coolecr tmee 'f ;
Rep couleur J
Palm b^itli pour jupe? 1
Gnee couleur J ;
Voile couleur unie '
Voile blsic '
CrM^Q double lir'r '
Voile couleur k ll> ura 1
Voile noire iour ci;rne
Voue l Vnciie t bcu'ea coul U
Voile K-izbeih carn aux coul. i
Vnil- buibt're barre couleor
N.inM) k b.fccc
Sa loa Ih
10 '.u ^imi'i doub'e laigfur
YZ Toile blar cli" pour ilumise
b0 (XJ lu. Ullllfr
3U OU Soie lav. b louI i-iri vaiiSct
2 6uMn L Le-ty
^ Toatof ue toie
j Joiieni.e Of ^oia
^ CO Vlousseli^o de boitf
>j OU Lh-irrceuae de goie
i JU Jrikuaixe de toie
i 50 Popliue ue SOU
y jx) bcDgalioa de soie
Oiomiii de eoio
Voile de* line
Oigsudaii > -i.s t-
bnULtllf a i cura
TttltOf de ou- a o-iid
qualit buieiie.ure
Cipes Gici^-ut* coal.vatMss
li,,o ue Cha.e
2
1 :>'>.
Fianclle laine paie grande lavg. 1 00
_...... .. "7 I 14 X
'2(>
5
0 00
rj ou
5ll
500
500
5 00
5 0U
5 00
5 00
5 00
5 00
5 00
7 00
8'vO
iu 00
7
10
4
3
i.0
L.\00
Voile orn grand ramuge
Voile blanc caruaux coul.
Voile jours couleur
mWb n ^ buiea de eoie
Indien* fianaiae batrca
Tte Indien
Tte blanc
Calicot M.dapolam grande Itrg. 1
Calicot do famille _
uidiusiic
r t. li.: 1 b 'ires
Tut'Hia : oi!' b ip
Chantong (to*S< r 1 oi.r bon).)
Oigeudie u odei uii
i oouble la'geur
auOlFrancy JJeni.it'..'( TriCOtiM
'/ OOJ de soit )
V01I' i barrea d- hoie
Cieroti de ai
liii
Fana le ilo lato 1
Flei.fl'' lame ai totbo
Flanelle l..me pure
Flanelle laiie pore gia^Ue
rtnlla laine bu >
F ai.tlle Hio.j^eiice
Nai'pe couleur fcup
jlouilioiia de poctie pr hem
" de soi ri sup
" fupiliajue
Couvartora de ut aap couleur
voiie s ih qaa
yaluiua d* u 11 pour
humait e tliaq
C< 11 ome du bain pour teu uee >
ei Uni 1U 00
K pj de bain pour datnea 4 LO
aetvletiea oe utiel e b q ie -0*J
Saivu t e de toPite tw\>. 5tl
Seivie'ie de Lain < u*J
t himbeHr u bomm j.up. .luW
7 C0:01 miBf'B u.mines ~ u^
10 Oui an crpe de CLina 4o o\
lu lo tumise; nomnaca.aup. W
y 1 ji^-o a e a 4
U r.lnmi eues up 4
12 lui.ii n auit iCOn.bn:a b:u ll>D 1 D
10 rnl Caii cou lui y e conit.tiicot 5u
'^' |\oi ia de b, 1 i, L.;i. iub 30 0
.., ,,,. Sw.at : d oi. 50 0
,<:u faica 'oinlleiB 4
t9 bo] CHAPEAUX
[j. 51 i'' 11 l 25
Il i u Gli pi ioi aine ow boa ma- 10
;i i f < pi ur cndets ;s
Ti 1 oui 111 0
_ :, chai eu x d: feutra tup.
;i sua
I I t I i. lhA MM !
do puiile mo le
de lains sup.
Caootteri pour dames
i.uaquelte puur liommea
l'uu.jro glace avec luupr.e
Pondra Sautai
FioiatnUj & Pompla boi e ;> Du
t Fore* de Tok o
t V-.louie de Lys
liu..| t. oudrer eu v. 1, u;
Houppe a panneau
liouppe plumeau moyen
" grand
Lotioi s Pompuia Az aea 6tc
t ;.'.)ll
Hibjin Bdiu N) 2
U
19
000
1 (X
2
1
1 0
1 50
2
25
, P.ce 0e
4
5
B
8
lu
12
14
16
17
18
20
'1 une S 5c
J3:s de soie cl,(S
Bi8 do soie sup
Bretelles Guyot, Pouce*
npiscir 0Ba
oouHers b'.anca dcoa
nour Bbs
, uour Hoainaei
(montaot
FUletea
. oemoiaellta
baei
Hocioifea
Oa trouvera galamen
Uiatet-rst-u cuiraer.
ccrseti
GbnuibeaSbommei"
a plia unia Gonrdaa
Fkuxcoiadea3pofg
g*a:.lie largeur '
Cbaniietw .1 tiuui ur.in.a us dz5
" lloyeni h qulit
8
10(0
4 0d'
de ja lte pr.hom. 8
1 Bteictiiz'8
lCllrtLBtlUb I up. PJ io
lUhsn*s< 1 m s: d coi leur cha 4 10
Bas ai li ai b'anc iooi 15 00
111 B4 I II Cru1 UT up "1z 2U
ib>* simili toie! 22
Exb ait Milkido
Mistletae
Eau de Cologne
Eau.de Q 'nioa
Huilla (J-ii. ioe
lteDju f.ice
,-oudrelor decoiy
Oo.p0i Bouge
JO0JOUXB0N
as ou


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM