<%BANNER%>







PAGE 1

l MATIN f Mi mm en Par Cable j WASHINGTON 24— M. Bjiai est paiti ce matin peu* aprs bu. 1 heuies pour Ntw-Yok o il s'embarquera demain pour France. 11 a sjourn a Washiogtou un peu plus : de deux semaines. Les membres de la dlgation franaise y compris l'am i bassatur lusserand, Viviani et les dlgus du Dpartement d'Etat ayact leur tte le secrtaire Hughes Fiat iher, sous'secttatte et Bus?, adjoint : secrtaire taient a la gare pour sou-' baiter un bon voyage au Premier.-^" a.O( Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMULSION DE SCOTT UNE BOIT* JL Puissant aliment et mdecine sans faux estimulant de l'alcohoL le aed de mme le Uniou Patriotique Con^t fminin gnral Buat, ( c iper aux travaux de la confrence. Ministre lraiais. M. Sze, ministre ;'i u0,t l u "• pai'i plus tard d'ici | te dpart de Mr Briand est d 1*0 ce Chine, s'y tiouvait galement au | L'Bmt le plu capable de Fran bl-g.tion qu'il a de .e rendre en moment du dpart du tiain. M. Vi 1 e 1 ^ou.me l'appelle ses compatriotes 1 Frauce pour prendre part aux discus Upomian. l'appel de M. & MM George? viani qui est msinlenatt chef de |P* eue dans les meilleures disposions militaires rsultant de la eiierSyh, *r' u 1 g roupe d e J amei T' t *JE*l m t olegation trar.ca.se embrassa trs ai tons d'espm quoique reg-ettant ,e. 11 Tes? dclar lui -mme 8 ih\^TJ^^JTi5'£'. !" fectueusement M. Biiand. M A:bert dc quitter la confrence dont il a t vrille de son dpart comme satisfait I am .< 5r iCi,ints s, "• l a suites d.gus qui ce qui concerne la France particuli u.ais utcuineioni Waihirgton et •tfc.alajtn la sance d'hier qu'il ri ment. I e soit de la Fraoce.dit il sou. M Ihilippe beithelct stcitaiie cotsiaeuit comme nn des plus grands < n ce qui concerne ses aimemenfgi.ral du ministit des iflies triD jhinneurs de sa vie politique d'avoir terrestre s repose entiremec l sur li| geies dt la France leicu.oe avec Mi p u ume pour un moment parti ch-udes, amicales et explicites dclarations des che l > des diffrentes dl I Travail et Religion loriale. De ce nombre seront • Mme Wcedc, Secrtaire gnrale de la Socit pour 1'lndpJndani.e d'ilai ti et de la Rpublique dominicaine, Mme Grue ni ne, Mme Angell, Nos gracieuses mondaines se prposent d'tre en nombre au dbarquement des membres de la Commission, de leurs compagnes et de leurs invi t ei. VL.iiTABLE lkim fPourpARE a uxe(a| d'un wfroidiawn^ PKtHVn, TOUPIE, MIACHEVEIb traite** d'un Rhume, duMLam-. ou d'une BroncWte taTtjr ProeBrea-Towena,,,^ reftite, l^,plto y .bl me> ;^ r*"tilles qul T0U ^ "" pose „ dtail po n qM J£ aoaaceaontUukmMal, Imitai i,n. v 0 , M ^^ CTlaini J'.Toir L£S VITTAILEt PASTILLES VALDAI qne si TOUS lei uhatat EN BOITES JNous sommes manifestement en trainde chercher ailleurs que dans cesdeux lments le salut nat onal,— qui ne consiste pas tout a-fait dan: le (ail dette le m. me absolu de no tie machine administrative et gouvei rementale, et qui consiste, au sur plus, en g aride p. r ue, dans une dis opline sociale progressiste et mthe dique. t artout dans le monde, laques lion du I avail, plus que toute que? non politique, forme le fond de tous ifl graves pnbmes l'ordre du jour. Ei les moyens i la disposition des travailleurs sont prtmptoues: it principal est la gtve,—la giv: dont les rpercussions sur touUs les acti vits sociales sont connues Mais, aussi bien, partout dans le monde, la question ouvrire, sou* une foi me ou sous une autre, est mise i l'ordre du jour. Dans le mou vement social expos par le journal que nous avons i l'instant sous les yeux, noua relevons deux faits de cet ordre que cous croyons intres sant de mettre sous les yeux de nos lecteurs. Le premier est rvl par cet entre filet: — Une Chambte de mtiers vient d'tre cte Montpellier. Elle a pour but de favoriser la formation technique des ouvriers de toute profession. Noos aimons bien dire en Hati que nous valons bien les attirer,sous la foi de la thorie de lgalit deraces. Lorsqu'il s'agit cependant de considrer ite dtails de noue eu social, nous sommes bien piis court O trouver, par exemple, d< bons ouviieis hatiens dans n'.mp >i te quelle branche de 1 ndustrie, et o se forment ils ? Et dans les rare ateliers de foimaiion que rous poui rions trouver dans le pays pour les tout jeunes. eiiatet' ; l dis i liodes ga'ions que j'ai entendues lun J i et je suis satisfait d^ la dure de la conf reace Aptes le dpart de Mr Briand Mr I Viviani devenu chel de la dlgation vues et des livres. Les apprenties ad-, fiai aise expr.me 1 opinion que la mires demeurent 11 cicq annes.elles cor tience teiminemt ses travaux n or-1 a remettre aucune somme d'a grn, mais seulement se pourvoit du trousseau convenable. A leur sor '•t. (lies reoivent une somme pfe vue dans le contrat d'apprentissage. Au tenue de tes cicq annes,elies vers le milieu de Dcembre, de telle soite que la d'gition franaise pour rait s'embarquer sur le c Pans > vers le 19 Dcemb e. Mr BriaDd est arriv New-Yolt une heure i la gare du Teosylva auront une* formation trs complte, D ia o il tut reu par Mr Gaton Lie car, en d. hors des heures d auliei, ; bert. consul gnral de France av*c lequel il a dej-un. A t heures 30 il a t r, et HO ni prpares tre des (tnmes capables de bien diriger un mnage. Il est pouivu aussi, bien entendu, leur foimation religieuse et morale. ''Vugt cinq jeunes fUiea ot fait l'..pprer.tisssge cet laver C'tait alors le non brt limita. I.' rvre de Sainte Cioix est maintenant en tat de s'ad jo ndre quelques jeunes tilles do plus mais spcialement pour 1 apprentis spge de la composition typogrsphi que qui, par sou caractre iatellec uel, offre un attrait particulier et prpare un travail ti rmunra leur. Far contre, il suppose que le? arprenties qui se prsentent ont fait d< s ludes primaires compltes. Nous croyons qu il y a l une excel leme occasion d'utile formation. Noos le croyons galent ;nt m Ha ili, et nous croyons surtout que l' Cercle tlntimif* Il nous revient qne le Comit de ce Cerclt vient de fixer son grand Concert au samedi 10 dcembre pochaiu— nul doute que ce concert au quel prteront leurs concours quelques uns di nos meilleurs artistes obtienne le plus grand sut ces— iAVIS— L'Assemble gnrale des membit^ actifs du Cercle est convoque l'extrardinairt le dimanche 27 courant 9 tieurcb prcises du matin. le Comit Corp. de* Typo* Le Conseil d'Administration de la corporation des typos et ses membres sont pris de prendre part a la sance de l'association NationaliMe dts ouvriers et salaris haitiens, pour voter ses statuts gnrau* c il lui a t confr le titre de doc teur rn droit.Une heure plus tard il se rendait i 1 Universit de Colum bia c ft mmes honneurs lui taient attribus par le docteur Ni colas Murray Buttler en our des S te Rose de ima Les membres de l'Association des Ancienne 5 tives de >te Kose de Lima .sont prvenue' qne le premier dimanclie de Dcentre, 4 pro ,. ,,,, '!""> aura ''u l'assemble gnarle Statutaire. membres du conseil d'-dminhtraS££%S£l*' prendre P- P' a !" Les travaux de l'Assemble seront prcds dune messe due a l'intention de 'oues les an ciennes heures prcises du matin. La Prsidente Mme ttienne Matbon non. A vendre 36 carreaux environ de terre, d* pendant de l'habit,tion Mdecign, au haut du Cabeuil, Montagne des Peut* cahos, dans l'Arrondissement de Saint Mare. Avis Par suilt d un accident de presse sur venu l Imprimerie Cbenet la Revue Hati Commerciale ne paratra que Mer rOmvUME DE SODA TUUGELL* \t b'adtesser au Cabinet de Me Brdy credi Novembre 1921. Poit au Frince. l'tage de la Phar —' ai du pays demande une veste gn macie Nouvelle, ralisation de la formation profession — oelle sous toutes ses formes, de fa""" -" i on assurer une trsnsfo matioct Kiadueiie et mtliodiqua du milieu rutional et aobatituwr une moisson tbondauie d'lites laborieuses et ipeciaUflff la vieille re*coite de fiuita secs de la po.'i'ique et de l'agi lion > Buifsce.qui nous fait honte d vant ItolfffLr tt qui conduit je P"vs sa ruine. Disooi DOoa bien qu*> si, ontlgr enr e^ti t d infiioiit 1, Ittive 1 u re ti-'d d.'H tt'in (ii-M t rmilairea d l'tiangrr, cos toUs de droit et d. mdecin.' arrivent & o mer des avoca s et dtk mf rj*c'i s oui gpgnent MM. ALAiHi i-ooi HS1B.I.H 4P. La* tt JA-C£-\".t, NUKIS, AlCOOL", OtO. OEROY FILS AIN££ fi ru$ au h.altrt, 7$ l'Dc PRATIQUF Sa DliUUaUaM'Et'IX k. VU, E08EKCU te MANUEL %  fabriciat or BIDM3 U TARIF ILIUSM Uw.n traxr I t. -asnst.*• rLiOGEL B !Sp LONDRES. l\ modernes peimtttant de tivaiicrr.il 'oe ou moii.*>4iur vif, cratuuiqiie dans telle industrie dtermine, av.c <•••'-'' l 'c d.s avccais rtDfen d'autres ouvriers de formation tran %  r ; W %  ccs sopi es de r os tribu V f j niux et que i/jtat de forlone du pays n irflvhi nncour ** e P 8e m.decirs tran Le Docteur Geo.C, SOLOMON Qpt RUE ROUX OU BQmE 901 re 11 nous semb e quou ne nneena; fc teofi 8 Ul8 a „ er 90 HgUj D€ S'etxpresse d iofomer sa bienveillante clintlp \* nnhlTr a.,';i uirdes HaitieLsde toute classe et n ai .te i Br s P Wt poud>e anlisepltque souveraine pour le trai'emenl radical des de toute condition. four iea autres prefassious, au b |e ss ur es de loules sortf s da 1 homme el des animaux/Les ruptions Voici le secor d des faits dont rous ^ ntraire, les ouvriers battions ris U£ '* P^u soat promplement gutifg au moyen de cette poudre venons de parler et qui intresse par •iMn' toujours ie rencontrer devant PRIV tl i i -. ticnll-ement les if unes files, les tou ! ^ <* sdve.saires trargeis laoa' "** "* VOiir la capitale tes jeunes filles, la j untsfe lmin.ne l blw ** 9" ' ^ *• *** V* i c._ ft iia An ... M ^ ^ pour la province 4 nia besoin de travailler pour vme.if enc f m j"f Py v olt par Egale, tant en stock Murine. Granuljne et Bansnepour le traite sous la dnomiDilioo de la "MaisonU|, De peuvent tre a is hauteur qne BI nous les pourvoyons i<* la forma ti..n t-i ciBle ne!ccsaaiie. i le momect paiait venu de rve mrauays'me du prt'dent Boyer, qui entendait que. avant toute chose chsque jeuue Hailien fit pourvu d un mtier tt et une profession Repensons y, sacs nous sriter la fausse repu ation d'obscurantiste faite S cegrand < luf d Etat par dea n u l. %  ,i-. is iprciBi.ts q i, depu's 181J, nouiprs cess de fane des .,... r ...... .. ..,, ; „..„...., T7 ..,. ,., ;,,,,,,,,„ i ,,. Sainte-Ctoix', en plein Paii, et qui s'adresse spcialement une client Je ifl gieuse, car elle repiiente le! loit d'un groupe ca holique fiac-is L'enliehlet que cous avons sous h s yeux cous dcrit 1 oeuvre comme suif: ''Notre cole c&t tablie pour former t'es ouvrires, en m'tira, i la oc m position typos; h qre, s I b o chuie-ieliuie et i tcut et qui Rgi IUC la confection des jouiu.iui, au re Dr Justin Dominiqae De a Facilit de Mdecine deraris Anc'en assistai)/ des profess-urs Den.ke et Deutchmann de Han bourg Office : Avenue Grgoire J*28 Heures d* Cotjgullaiions : 7 9 heures du malin S *ai>rsmi


PAGE 1

F MAIM • JP i Sun , ii fc nu aison Daccarell LE GRAND MAGASIN , ^^ < :Le,.Grand Magasin qui possde un iniinonse assortiment 'qui a acquis la bonne renomme de ses articles de got surtout de rsislante, vienl pour cause de liquidation lire ses prix tout a fait bis, si lias qu'il est impossible te trouver ailleurs, mme comparativement aux article* tteneurs vendus aulre par'. Noire intention est de liquider et par consquent, aolre ciston esl de ne laisser aucun client srieux partir sans heter. Nous prvenons nos bons clients que le Stock nains articles esl minime el qu'il sc.-ail bien sage oie sup. S.tin b'an." 6 50 6 1 10 ) V 1 4 ; 7 s 4 1 5< 1 25 1 S lourdes Ceinture out cuir pour hom. 4 > ^ e'el %  h-> nnie Gant cuir peiu pr chiaff.-ur Chipeau paille pi enfant suprieur Chapeau panama Chaussette en'aot colier 3assimir pour coitnne en faut PARFU4RIIi '-ot.oj Goirelea'i,F.d iii#tri otioo I ivtit toat asson m ni 3 |oud e Anthi _onraad.' c eue ma ^u : s: Poudre jv* Pjjdre l ; lu"e T^hio la cro'e Crai 04 dj G a-id M ^|li Ctraod i:or hn t| d.p.rfcmetie H; ub g..n Rhum au qu nqui a 5 peu ftacoo 1 \\ Cogte ,* 50 1 COaSi^ i S marques BOi\ TON & ROYAL Vendus des prix spcialement bon march. Le Grand Magasin 206-208 RUE TRAVERSE



PAGE 1

LE !f\TIN *-•*.. — • Fulkn Shoc Polsh Company lue New-York Si vous voulez protger liapeau de vo> chau'8OU pllt les arteref ci vllfi l'ob&it. J aillant $ Houei Agent* gnrax pour Hati 1720, flue du Magasin de tElat Une Dcouverte merveillens Une cordonnerie dnns un tube! Economie considrable Rparez vous-iEooe sans outil, ni'cuir ni colle, vos chaussures en cuir et en caou'ebonc, valises, portr-monoaie, siges en cuir, toitea cires, capotes de voituies et Chambies air avec le LIQUIDCUIK qui forme en dix miaules un cuir consistant, imper niable auMsi rcupleet rptant que Inruir naturel. Ne di es pas c'est roposs ble. Essayez vous juge'.* Z Ce produit de fab icatioo fia: eus rend des er vices inspprri blea et ea. indispensable dans tous Us mueges. En vente chez CASTERi, iux Ceot Mlle Articles Annexe des Caves de Bordeaux E.DEREIXaproDriiatr^ Attendu par Steamer* idvanceidu 30 courant un grand arriv ge de provL sions fraches, Hi lires. Charcuterie franais*.bruit* assortis.Beurre frais, Fromage Camen bert,Gruyre fra . lloquefort tte de more. Lgunes : Cleris choux-fleur L PNEUS flrettotte De Tissu Ordinaire Et De Tissu-De-Cordes E kilomtre voua revient au minimum de pria quand vous roule sur pocus Plreeeoea. Ceux que la maison o*re SSttf anne prsentent encore tavSBtagn de qualit* que par la pass. Dans les pneus dt tissa ordinaire, parois grises, il y a davantage d# caoutchouc entra les oou ch s* da tissu, nn couaslaet plus pais, et la* talon y %  ont davantage rettorca. Las Pneus Firestotw tissu-de-cordes prsentent cette lasticit et cette vigueur qnl produisent une E sse conomie dans la consommation d'essence. is qne vous dsiriez des pneus tissu-de' cordes on des pneus tissu ordinaire, il est certain que vous notas ceci—la marque qnl procure Le Maximum de Kilomtres par Franc La maison Flreetone a pour rgle de conduite Se donner satisfaction par le nombre de kilomtres que couvrent ses pneus. Autrement dit, Isa automobilistes prfrent paver un tont petit paa plaa pour obtenir un bien plur gros reademeat. L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince BRUXBLLE -A la laHa^ ions lnislatiyeslep t(U 5j;i aMgneSai^sliUc^' ioœpt> 81 catholiques CHS le* or.t perds4 tiegegce gJEL w rCduit s 66 Us librai W*J enu lea* ihfreiO Sarwl. • elus 42 -i p*i tiennent sa*.!* ttioii ju, 'J3 au rarti eodalieuta] •bili libralLe journal de & la suite des elee ions sat ea i %  :oDstitution da cabinet sera eEr a Mr Jsapar ancien nHnistrT ffaiies trangres. Le comit Excutif de la aras I tei nationale s opos ans |Q7I ecevoir su floleeeviki ceoears tes secours .la Russie atfamsa La ville a t sans service da i waya la soite de la grve te pour protester contre fi ru le aii ouvriers. Des car^qpn aires ont t mis en servie* .ociia se son preaoocees la greva at l'union civique i n appel demandant des volom pour rem ul. sries grvierekDst breux tudiants ont offert leur vice, Dpart de f la Gommii Un sans II du f4 Novembre iv ne que le Comit spcial da! et pour 1 in vestige ion snr l'en ion d Hsiti et da Santo Doiaiu iBs Philadelphie avant bisrjL fin de recueillir des icformatiom"] premiers main. Discours superfl PARIS'L-Eclair" a de. Mr Rydyard Kipling son opioioi s roi frence de Wasblngtoo. envain a rpondu que tous lai ours sont superflus et qu'il passer dea actea ancrant la it contre lea dasgera aJlesMsas I France et l'Angleterre ost intarat] ffster roitemeot unis ea (ses l'ennemi commun: Al lassasse. Petites iVotim ll Portau"'Pnnos — Bruits, tapages, scnes publiques' 1 fait. — Le juge ceaaaraac leidlinq fhiat lierai et Louise Annsscar i l's — Le triennal renveie hors de ci sa Ssintilms ai svai^ sa to laie saai U [ icglcmeataire. Le busvmaa ui aas k — Mais Cius Pierre qui vhiculait es ;ies les passagers s t cendamn I taxai — Dornus Oriejr svaii t attasftaiatl aame s aa mais 4e prise* eoar vol.L girac 4* la erisen lui convient, car, mu es I t, il commet us neuves* val qui lui vmtl cenaraaaiioa de aeui mois. — Le triennal remet soa are la )uat< Dorviuat que la police svait snvti jjar | bonaga au aioraint o il Lit l'shasaf | char de qaai ne pas saourir dt faim, i — A Peu de chose, les aommes PwaaJ Aliner jet*, hlesa Dejean, Dsaaarrt r etc i livraient ea ce^esgssl et naa filles et pratique de 73*M*att ta i ua toangar tauaoui m a ci as l* le rapeart de 1 Hpital americaia, le i sillon Jn Louis, sa miuen deU m*| S l'arrestation des dlinquants qui est l plupsrt condamns l'amene, — encore une histoire de cho Tuaa Sinay, de U seetic* r uraade Rivire o se trouve use ?*""J de crayants. Le tribunal renveie h P* ainsi que Prevalire Fiiste, son "ta*W I — Mme Thophiiia qui vit aurrtaltaa Hoberl Nival, intervient pour evtter usa* t celui-ci ci Tallegrand tieorgo. C.esJtS %  (eu les coups Mais l 'anaire %  s sat %  elle se dsista. ., — Aprs avoir fait arrter ncma*4 Jees qui lui svait vol des tatts a* Lavictoire Smith, planteur, reti rt.ssj^ — Mclanie l*uis regrette suKtitaaei commis c vol de dis devseiacs de eaf prjudice deToupuisssntAlexandre. m m\ est I finstrectiea et U pifvenue <*r~ — C Monsieur Ocuve est .**"* LueiaChariM, et c'est lm t"V^| scaes scaadsleuses bruit, tspaae, sur r | sodi cendamas i Passasse. • %  %  — u %  %  — E u-3e de Mes Ho et L. Malebanche AVOCATS Hua Daota Destouches, No Sel D un jugement contradictoire rco du par le Tribunal de preaaire ins•arcr ds Port su Prince, le 10 No* vcmb.e isai. enregistr et signifi ; Au ptobt du siear Thagos Roy, propritaire, dpmicili Port auPrince ; contre la dame Marie aalisabtth Oaire Cirp-ntier. domicilie i i'oii au l'.iace QJC le divo-ee a t admis entre les poux Thagne Roy et qne le Sieur Tagne Roy a t autoris i se rainer devant le Maire de la Cani taie, exerant les attributions d'Qfs cier de I tat civil, pour le faire pro noteer. Pour extrait MALLEBRANCHt1 1 Hpital Garai CONVOCATION.IJ tt fsurs membres toWg&fr voqus rsxtrsordintirt • JJ la Ditnaochs 27 Novembre oo hrilts^uwatreaprtciaai^ snglsiae)da mabn, pour aot aasnication tPOfta,.. Il sat pri d'trsijrtjj •' A l'oc:asioi d; U ft : l'Iran 1cule Gonceptioi le 8 B)'-embre p-o chiin, il y u' dttJ la Chip:!!" al 'Hpiul Gnral uae crinsii: de* (plu* difuni-t Ua comit e.t chtrg: le sxiiurer du s-jccsde cette j j'irai*. Ce Soir !'***..• Entas fut et*s vtUes cratisBJ. sat ••••-!



PAGE 1

anode A'o 1635 Port m Prince, BaiU Somlrli fif NoT>mbre i r 2 —^ DIRECTWR P/WPRrtTAlRE Clment M \6L0IRI woiiER- ^Oci:?friiii Quotidien Le systme Djoue on r 'e eu littrature eoiuineea pol uque.7 ruuver un fl> Ion est \ ide fixe do cet*laiii jeunes avides d'iiouneurs et d'argent. 11 e&t vrai que les "vieux'' leur ont donn l'exemple. HIOACTION; Rue Amricainrvo, tde lire Tour de lapis ve concis t ainsi : snatoriale d'Eue, tes-nous le savons dj, est reprsente J Ici, alors, est la vrste coocep.ioa fc Tr&T, !" T t3L, ineifttsr ,J r 0N ] JR ^; 2i -~ M -Carz.n S.cr*. !On peut l'affirmer auru un avocat de renom des Etats'*. ^OM de condor: complte ,J? ^ffi^ooM tu ni 4 rTna d ' AI,,iw ranger*, d. le sur la te. de, dclarations U . En vri..que manque...' pour uniformit dans les idal* galit "„ "^nr lnet I nt C *e Ford'hai.n S 0 J pr T nonc %  iment autor ses de la l L SfJ 0 ^ f U *Proe7loe olines qui la constituent.qu'il ne pouvait agir sur une con'u * d P'P" race, ga'it dans J a j U oe pareUla chiae 1,1?' "*•-*•, M censiste i-, 1 hn>n! cmnhi.iUc .1. ,„,,„., ., %  %  %  j S1 J H 1a puissance de non arma I c roire, et esprer que celte on : une instruction pralables smi judiciaire, m politic tre faite sur la participation des 11, par situation, domine le fcrjonnalits haitiennes comme sur Excutif amricain,— et celle des personnaliss amricaines i ? raison, pourquoi le cacette administration .et 1 ce gouverne ravernemenl hatien,—• il rnect. Cette enqute, nous l'avons r w < J u e,i ppoiie dans tes nue ou moins suivie d'ici mme, au fin de quel ue chose. lot qu'il a t possib'e de le tare ide qnoi ? Nous tVn savons par la publicit des dpositions.Mais tes c houes spirituelles, divergea:e[ convenue dans les choses physique* Les ng es ont besoins de et matrielles. Ici, m a t-il sembl, est la sogg s leaders Msis il doit y avoir une Mil* dution de li vraie voie Pol t queroent cj'ion parmi les gens da couleur *t icomiquement, il n'y a pis b-M" puisse leur permettra dedevelo. soin d'occasion pour une grande et| p W leurd Propres lea.lers, capables permanente diffrenciation.pour me d comprendre et de sympathiser mita ion d'opportunit iodiviioT C u,,e telle diffrrenciation entre Kl MH races, ainsi que je lai suggr,— inspireront la rajj, tiert de race un i honorable licipat'on impor .penonnes. C'est problemenl ce que ,e '* possibilit dgain co-.om-q ie latte cet effort universel pou la et de use angoisses ou de cous ne tarderons pas i savoir lenan les races, je l'entends prc s> vmeement de 1 humanit entire. /' en affi^r parce jiZ"TZiZ ta? \ . &*" de ?W *< r^ii de l'enqnte A K r e>f le. coa^u\nce, LlagrU ^rTiS-VT ^ SO*** et par connquent.-puis. guerre et par les nombrensefcSs "Ten^tendZt;?„? 0 ^'i 5 w* I* tronde semble daccord;ices ioternationiles qui se sont U'SKSSS-iSSil P ?' 1 f limer l'honorabilit et l'es j.uesun peu par-oui Nous avon es fSrtSf P *"" |Htice de la Commission ay e'y prendre part eo qualit, d; •rde l situation mme partie accessoire, et c la a permis Voudrait rayer |aelle anus serons trouvs ^^ dlgus hiitiens ad boc de se l'galit sociale V. X "V**' jp-oJuire et de faire etaUge del; L;s hommes de l'une ei l'autre lace peuvent bien se tenir intraitib s con re toute suggeston d'gilit socialf, Ei,vrit, 11 serait ut : e 1' voir ce mot d'gtlit t imin d : Ctfte cocsid'atton 2 de le tai e accepter des denx c's comme o'tmt pas une question d'eg lit socale, mas une question de recoimltre one tondamentiie,ternelle et in ce fcws faisons pas illusion : les tournure de leur esprit e l'flaire rvlent autant.un | Mais notre heure n'tait pas son Ife'ane enqute, procs dont eej c est maintenant) qu'elle ionue %  icrt pass Washington et Nous allons nous asseoir pour lout ce bon autour de la table d'une coq teur.ee rjaiiiano-amncaine. Le tapis vtn autour duquel on va dlibrer e %  d. cider, — coufience ou procs,tCie bci 1 le scrt de notre avenir i rendu public reprsenterait correspondant l'audition Ms de nos assises ord nares, qui va se drouler ici re•il les dbats gnraux et le Lt Comit rnaton! est Lhtu-e ni grave pour tout le mon!t,o de la Lgation amri iciiiations it le geste press de.se rai l| laisse rulhssmment ertrn tg'f F our *ol passer le char "de The il D'est pas impossible qu'uni mis. I pub ic existe quelque patt! H c'y a plus ii n i faire et A dire le sein ou dans ses alinas] q u 1 s mclicer et i laisser la justice "lue part, la partie h*.itienne,l-'e D.tv, jamais aveugle I .. itiGcalioD de Harding devant le Sud dsaccord d3 race envahit le IVpr4 U NaMon entire doit le rsoudre suffi etl prog's quand nous aurois d vrlorpe une attitude dans la pense du public et de la co leovite des deux races qui recoao.iise cette d t (re net. Des pays ce onisateurs par out.ces tf mis deroier.s, se sont de plus SS plus occups du prob ne ce poin de vue L'empire colonial anglais des natioi s et des races en tait l'exp ner.ee et a cherch sa soluii >o dans lt s lis; tes suggres ici. U y a upe oisib lit pour nous d'apprenire dei Ang'ais quelque chose applicable i r^otre propre pays, li est vrai qu-il y a une graode d.fhreoce ei tre aine-: ner dans notre propre pays ies IOQ nisateurs dqne au\re race *.t aller 4ans OQ autre nays t le subjugue) ne peut rtuuf, doit conque rir ltJU* que nous avons tablies pour elle. Jepnis dire k vous, gsns du Sud, b sucs et noirs, que le temps s pss t> pour vous d assumer la charge q ie ce problme de races sst sp uiulemeut et particulirement votre problme D j plus en pins il devient le problme du Nord, de plus en plus il est le problme de l'Atrique, de l'Amrique du Sud, du Pauill ]ue, des mars du Sid, du monde C'est le prob'me de la dmocratie par to il. si nous entendons par lea clio ses que noua disons k propos de la dmocratie qu'elle constitue l'tat idal politique. Venant comme Amricains, de tant d'origines de race, de traditiou, de langage, de couleur, d institu tiont, d hrdit, engags comme le aoinm ment s. grand aoii-il, e|| Qe .ousisto K„ ri" 3 ft c ' ura >do notable de P"fMjJentioede sa cause elle contist dani.le fait ce In oonidence du mm te et ses forces combi le. rf ?i'" P"** Je coœ ^ends L'" "J" P.u'wwces d. rSaroiM o, ,! fnnque '" i "'olreront I Europe duo gr 8ad v dai gM>ux pouvoir qui tait :o:.jiurs OoTup Uire cliqueter son sabre et menacer l • pa x du monde. Nous ue ferons da I Alleiuiuie un ss^tvSis: d a • %  .vin.: tionale d 1 1 ciropsqu si les grandes pu1es109ee.11ms.soi oui senlsuM* pour faire obs-rver les TitV Si aussi pour faire bien comprendra |aaucune pohriqr,a de r-v ,". %  s e ^ reprsmllM eef loltt, biles a.deront PlHeiii.,{., i ,uer soi lois pourvu que celle-!i m ,n"re dslao Jno< f oietde h .i, !" tT • AaparavautM Cuizoo ava.t dcln ( que personne ne nierait ans 1. couferen:, d, V\'ssulnftoeTconSn uoe grande et ootable avance daS l Progrs ,n>rsldsl h *i. .m* ,f ssu.e garant du re .b:,Men.,u de 1 Paix du moida siisu tii m*** pas une veille idj desplenl ^22 lemeut dune puissant qattaL!S nuis la coopration li ,r,nin. u ;? fructueuse d. toates les p ,S Et l'Amour Ceit bien vint!.,. maidi qu'aura li*t. reprleo de Ptincieut. pce d, yi dmse Annie, sur u demande d* n-me le aomra s. dans le terr.ble nombre de nos abj ,,, rt !,' ITort de promouvoir un? destine | t \ai doute £S | 9 natiooale honorab'e de tant d'l rr tnts diffrents, la seule chose que nons devons aoijoeussment vi er, c'eat le dveloppement dorgaoisa tons d9 groupes e| de ehsses dans ce pays |l y s eu une poque o nous avons trop entenlu p irier du VQtsdu travail, du vote dea affairea. du vote irlandais, du vote scandjina ve, du vote italien, et ainsi de auite Mais lew de.magog.iea qui vou d aient dreaser les classes contre les classes et les groupes contre les groupes ont heureusement trouva peu pour rcompenser leurs rtjrts. Cstparoeque en dpit des dmsgo g iea, l'ide de notre'unit comme viste local do 1* "iiiiii aoitoomb^ le-Atorochan comme I 14'eit spremd/ •' Le Journal Mdical listel, ' Nousavos, reu e t^icaleOjfo nal Mdical Uaitien Ce numro est trs copieux nous, en conseillons la lecture. Vexr 4aoe paga j 5a coronn. ralisation que le drapsau tait so drapeau pour leqiel elle devait con b ttre, elle de\ait re protge pu el e autant qu' 1 devait la p/otg tait suque l'occa.ioa dappreo fit le p^t ;otistn j occasion ofierte i sa dreitedo citoyen pour 1 un et 1 autre autre manire 1a Guerre medin les lments d. J**-Des milliers d hoœm. "si *Hot leur ppys aussi patrio dre ce que sigvnut * l e.ee le firent 1rs blancs, tut une bjnne occai *fpo ts i travers les m rs %  %  prience de 1s vie de ^lesr coulenr souleva moins wume qu elle ne le Isit ici Jf d'entre enx aspirent al **.•* pour r Vivre etr 1 e c P ul ur de Mot gra L **Je U guene apporta sa i? Iem,re r lli conception du "ateyen, la premire cleiae ainsi que son peuple i ta rgle d'un Amricaine a'est leve supiieure a |T race trangre. Cependant tes deux tout appel de pures classes el grou 1/ | foi AlAn cas ont Uut d lments de sim taril P et : Kt c'est ains' que je voudrais Y Cil. Itjlt^o qu'il me semble que l'exprience d-; j*! 11 U eQ ft deis cette affaire de notre chacun peut fourn.r uuelqa? la u I Problme national de races. Jscop re l'aube. t*rsiaqunn homme noir oo potes* lire un homme blanc qu u a' ,m s Prenez d'.b rd l'aspect politi mo be ? olu et qa i l "W^ pas t,e 1 autant qu un b,amma blanc .• race. Ces choses nous conduistnt esprer que nous trouverons un accome lenunt iUs relations entre les deux races, dtns lequel lune (t lautre pourront jouir des droits entiers de citoyen, dans U pleine mesure d utih' au pays il d opportun ti pour elles mmes et au moyen duquel la reconnaissance et la rcompense seront en VJA U est propre noter; prohib z ?. accom .P&f •', • !" eu Qui est possi de l homme blmic quand il ess ty* ^. ar ,a i' dev ? a "chercher I re voter. Spocs.iettnf. ,Vj [ !" t ,i£&&"2F*i>* M la tin distribues en refortton de* les sgigatione, sans Je aisais %  laissez vottr i homme noir ? 'uand il est propre evote de l homme impropre volerSpcfaieii,u'. f ?.'" 7 "'.'e lOCOornai a voudrais en appel; a le digni- ue!f Ue f raeil,e ur hom W Mt pV.s aonneUn de la race de couleur Je • f, 'i, 011 i* ****• iuiitstioo voidrsie lui inculquer le dsir de se P 08810 -'* staVMliO hlanc porfectisnnsr cjmrn^ unj rtee d|tii (A auiwe^ S nCiS, avec une hrdit. tt*t' MU> r ——^r—^ s tradihone un uep weinot 4sa P i ŒnUVl Ao Utllant* rouons qui lui soi : t renoonaliM n t •/*•**••• 0ue Unie Usr. e> hl tSESt'.SM^HiSfJBS.Stt 11 00 4 •* lan
  • *'••" grsmme das plus a^a >r i t tiens DIVUNCHE SS pou JT, n do Pi%ooo rraooaioes • MooooUa cloches de Oorneville, l^tAs AncjDt. Pri dau.la C Rex 1 oo V r0n,q,16et3 Vous uite& qui a t rede-na-i-e par la presse et le pub c. h sm tt .1.1, •f, Entret u t :o de Cou'te me le n m amusact Luien 4 icefie tt-c ^ (fe.te,


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05533
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Saturday, November 26, 1921
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:05533

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    anode A'o 1635
    Port m Prince, BaiU
    Somlrli fif NoT>mbre ir2
    ^
    DIRECTWR P/WPRrtTAlRE
    Clment M \6L0IRI
    woiiER- ^Oci:?friiii
    Quotidien
    Le systme Djoue on r
    'e eu littrature eoiuineea
    pol uque.7 ruuver un fl>
    Ion est \ ide fixe do cet*-
    laiii jeunes avides d'iiou-
    neurs et d'argent. 11 e&t
    vrai que les "vieux'' leur
    ont donn l'exemple.
    HIOACTION; Rue Amricainrvo, tde
    lire Tour de lapis ve
    concis t ainsi :
    snatoriale d'Eue, tes-- nous le savons dj, est reprsente J Ici, alors, est la vrste coocep.ioa fcTr&T,Tt3L, ineifttsr ,Jr0N]JR^;2i-~ M-Carz.n S.cr*.
    !On peut l'affirmer au- ru un avocat de renom des Etats- '*. ^om de condor: complte ,J? ^ffi^ooM tu ni 4 rTnad'AI,,iw ranger*, d. le
    sur la te. de, dclarations U . En vri..que manque...' pour uniformit dans les idal* galit " "^nr lnet Int C *e Ford'hai.n S0" J prTnonc *
    iment autor ses de la l- fWrtcaine II semble qu'il manque |e9 accu- sance de la culture,o:ca juger par les pouvoirs ren- ses. le rgime de coiUboratoa qui Pour ceux qui Iuttent admiration dansnee oudeux ou dix gnrations. Si la Fiance oour'ir
    elle est munie, et par U administre et gouverne le pays d- 'gale oour cm qui r unissent, dans Mme If a hommes de mme race q le d isolation et ini.l.'ii A
    ^^it dont elle es la dl- ruU 191; o-rpille la qualit d accu- les ,rt'''c sociales e< raciale*, un *'obtiennent une telle galit, fit n ue Deviendra oas an I .
    I; intact qu'il est permis en s*s sur des lments amricains et bnin spar, chacune poursuivant l'obtiendront |ara n. La Providence faire du tort iTltamuma !?V
    [ considrer l'scu.i d* la si tur des lments htieoi Le Comit P^pres traditions h'aitstre*. J* JJJgJ " ^JKai'Tel?1 PS?!"1"" *772!
    italienne et la complexit ujs'orial s certainement compris cooservan- la pure et Ivgueil de Vem^SS X \VkV^-JdSS> L SfJ0^ f U *Proe7loe
    olines qui la constituent.- qu'il ne pouvait agir sur une con'u * d* P'P" race, ga'it dans J aj Uoe pareUla chiae 1,1?' "*-*, M censiste
    i-, 1 hn>n! cmnhi.iUc .1.,,,,., ., j S1 j h 1a puissance de non arma
    Icroire, et esprer que celte on : une instruction pralables
    smi judiciaire, m politi- c tre faite sur la participation des
    11, par situation, domine le fcrjonnalits haitiennes comme sur
    Excutif amricain, et celle des personnaliss amricaines i
    ? raison, pourquoi le ca- cette administration .et 1 ce gouverne
    ravernemenl hatien, il rnect. Cette enqute, nous l'avons
    r w fin de quel ue chose. lot qu'il a t possib'e de le tare
    ide qnoi ? Nous tVn savons par la publicit des dpositions.Mais
    tes c houes spirituelles, divergea:e[
    convenue dans les choses physique* Les ng es ont besoins de
    et matrielles.
    Ici, m a t-il sembl, est la sogg s
    leaders
    Msis il doit y avoir une Mil* du-
    tion de li vraie voie Pol t queroent cj'ion parmi les gens da couleur
    *t icomiquement, il n'y a pis b-M" puisse leur permettra dedevelo.
    soin d'occasion pour une grande et|pW leurd Propres lea.lers, capables
    permanente diffrenciation.pour me d* comprendre et de sympathiser
    mita ion d'opportunit iodiviio- T C u,,e telle diffrrenciation entre
    Kl Mh races, ainsi que je lai suggr,
    inspireront la rajj,
    tiert de race *
    un i honorable
    licipat'on impor
    --------------------.penonnes. C'est problemenl ce que ,e '* possibilit dgain co-.om-q ie latte cet effort universel pou la
    et de use angoisses ou de cous ne tarderons pas i savoir lenan les races, je l'entends prc s> vmeement de 1 humanit entire. /'
    en affi^r parce jiZ"TZiZ ta? \ . &*" de ?W *< r^ii
    de l'enqnte A kre>f le. coa^u\nce, LlagrU ^rTiS-VT^SO*** "
    et par connquent.-puis. guerre et par les nombrensefcSs "Ten^tendZt;??0 ^'i5 w*
    I* tronde semble daccord;ices ioternationiles qui se sont U'SKSSS-iSSil P ?' 1 f
    limer l'honorabilit et l'es j.uesun peu par-oui Nous avon es fSrtSf P *"" *
    |Htice de la Commission a- y e'y prendre part eo qualit, d;
    r- de l situation mme partie accessoire, et c la a permis Voudrait rayer
    |aelle anus serons trouvs ^^ dlgus hiitiens ad boc de se l'galit sociale
    V.X"V**' jp-oJuire et de faire etaUge del; L;s hommes de l'une ei l'autre
    lace peuvent bien se tenir intraiti-
    b s con re toute suggeston d'gili-
    t socialf, Ei,vrit, 11 serait ut :e
    1' voir ce mot d'gtlit t imin d :
    Ctfte cocsid'atton 2 de le tai e ac-
    cepter des denx c's comme o'tmt
    pas une question d'eg lit socale,
    mas une question de recoimltre
    one tondamentiie,ternelle et in ce
    fcws faisons pas illusion : les tournure de leur esprit
    e l'flaire rvlent autant.un | Mais notre heure n'tait pas son
    Ife'ane enqute, procs dont eej c est maintenant) qu'elle ionue
    icrt pass Washington et Nous allons nous asseoir pour lout
    ce bon autour de la table d'une coq
    teur.ee rjaiiiano-amncaine. Le tapis
    vtn autour duquel on va dlibrer
    e d. cider, coufience ou procs,-
    tCie bci 1 le scrt de notre avenir
    i rendu public reprsenterait
    correspondant l'audition
    Ms de nos assises ord nares,
    ' qui va se drouler ici re-
    il les dbats gnraux et le
    Lt Comit rnaton! est Lhtu-e ni grave pour tout le mon!t Wpouvoin judiciaires, lejdw', tq juger par la hte dei rcoo
    *>,o de la Lgation amri iciiiations it le geste press de.se rai
    l| laisse rulhssmment ertrn tg'f Four *ol passer le char "de The
    il D'est pas impossible qu'uni mis.
    I pub ic existe quelque patt! H c'y a plus ii n i faire et A dire
    le sein ou dans ses alinas-]qu 1 s mclicer et i laisser la justice
    "lue part, la partie h*.itienne,l-'e D.tv, jamais aveugle I ..
    itiGcalioD de Harding devant le Sud
    dsaccord d3 race envahit le IVpr4
    U NaMon entire doit le rsoudre
    suffi
    etl prog's quand nous aurois d
    vrlorpe une attitude dans la pense
    du public et de la co leovite des
    deux races qui recoao.iise cette d t
    (re net.
    Des pays ce onisateurs par out.ces
    tf mis deroier.s, se sont de plus SS
    plus occups du prob ne ce poin
    de vue L'empire colonial anglais des
    natioi s et des races en tait l'exp
    ner.ee et a cherch sa soluii >o dans
    lt s lis; tes suggres ici. U y a upe
    oisib lit pour nous d'apprenire
    dei Ang'ais quelque chose applicable
    i r^otre propre pays, li est vrai qu-il
    y a une graode d.fhreoce ei tre aine-:
    ner dans notre propre pays ies ioq
    nisateurs dqne au\re race *.t aller
    4ans oq autre nayst le subjugue)
    ne peut paut exister une association de rate
    en dveloppant les plus kauts buts toute l'humanit si l liumamlf pas stu
    lemmt ici, mais p<>rtuuf, doit conque
    rir ltJU* que nous avons tablies pour
    elle.
    Jepnis dire k vous, gsns du Sud,
    b sucs et noirs, que le temps s pss
    t> pour vous d assumer la charge
    q ie ce problme de races sst sp
    uiulemeut et particulirement votre
    problme D j plus en pins il devient
    le problme du Nord, de plus en
    plus il est le problme de l'Atrique,
    de l'Amrique du Sud, du Pauill ]ue,
    des mars du Sid, du monde C'est
    le prob'me de la dmocratie par
    to il. si nous entendons par lea clio
    ses que noua disons k propos de la
    dmocratie qu'elle constitue l'tat
    idal politique.
    Venant comme Amricains, de
    tant d'origines de race, de traditiou,
    de langage, de couleur, d institu
    tiont, d hrdit, engags comme
    le aoinm
    ment s. grand aoii-il, e|| Qe .ousisto
    K ri"3 ft c'ura >do notable de
    P"fMjJentioede sa cause elle
    contist dani.le fait ce In ooniden-
    ce du mm te et ses forces combi
    le. rf ?i'" P"** Je co^ends
    L'" "J" P.u'wwces d. rSaroiM
    o, ,! fnnque ,'"i "'olreront
    I Europe duo gr8ad v, daigM>ux
    pouvoir qui tait :o:.jiurs OoTup
    Uire cliqueter son sabre et menacer
    l pa x du monde.
    Nous ue ferons da I Alleiuiuie un
    ss^tvSis:da .vin.:
    tionale d 11 ciropsqu si les grandes
    pu1es109ee.11ms.soi oui senlsuM*
    pour faire obs-rver les TitV Si
    aussi pour faire bien comprendra
    |aaucune pohriqr,a de r-v ,".! s e
    ^ reprsmllM eef loltt,
    biles a.deront PlHeiii.,{., i ,uer
    soi lois pourvu que celle-!i m ,n"re
    dslaoJno AaparavautM Cuizoo ava.t dcln
    ( que personne ne nierait ans 1.
    couferen:, d, V\'ssulnftoeTconSn
    uoe grande et ootable avance daS
    l Progrs ,n>rsldsl h *i. .m* ,f
    ssu.e garant du re .b:,Men.,u de
    1 Paix du moida siisu tii m***
    pas une veille idj desplenl ^22
    lemeut dune puissant qattaL!S
    nuis la coopration li ,r,nin.u;?
    fructueuse d. toates les p ,S
    Et l'Amour
    Ceit bien
    vint!.,.
    maidi qu'aura li*t. .
    reprleo de Ptincieut. pce d, yi
    dmse Annie, sur u demande d*
    n-me le aomra s. dans le terr.ble nombre de nos abj ,,,rt !,'
    ITort de promouvoir un? destine |t\ai doute S |9
    natiooale honorab'e de tant d'l
    rrtnts diffrents, la seule chose que
    nons devons aoijoeussment vi er,
    c'eat le dveloppement dorgaoisa
    tons d9 groupes e| de ehsses dans
    ce pays |l y s eu une poque o
    nous avons trop entenlu p irier du
    VQtsdu travail, du vote dea affairea.
    du vote irlandais, du vote scandjina
    ve, du vote italien, et ainsi de auite
    Mais lew de.magog.iea qui vou
    d aient dreaser les classes contre les
    classes et les groupes contre les
    groupes ont heureusement trouva
    peu pour rcompenser leurs rtjrts.
    Cstparoeque en dpit des dmsgo
    g iea, l'ide de notre'unit comme
    viste local do 1*
    "iiiiii aoitoomb^ le-Atorochan
    comme I 14'eit spremd/ '
    ' Le Journal
    Mdical listel, '
    Nousavos, reu !e t^icaleOjfo
    nal Mdical Uaitien
    Ce numro est trs copieux nous,
    en conseillons la lecture.
    Vexr 4aoe paga j 5a coronn.
    ralisation que le drapsau tait so
    drapeau pour leqiel elle devait con
    b ttre, elle de\ait re protge pu
    el e autant qu' 1 devait la p/otg
    tait su- que l'occa.ioa dappreo
    fit le p^t ;otistnj
    occasion ofierte i sa
    dreitedo citoyen
    pour 1 un et 1 autre
    autre manire 1a Guerre
    medin les lments d.
    J**-Des milliers d hom."si
    *Hot leur ppys aussi patrio dre ce que sigvnut
    *l e.ee le firent 1rs blancs, tut une bjnne occai
    *fpo ts i travers les m rs
    prience de 1s vie de
    ^lesr coulenr souleva moins
    wume qu elle ne le Isit ici
    Jf d'entre enx aspirent al
    **.* pour r Vivre
    etr1 *e cPulur de Mot gra
    l **Je U guene apporta sa
    i?Iem,re rlli conception du
    "ateyen, la premire cleiae
    ainsi que son peuple i ta rgle d'un Amricaine a'est leve supiieure a |T
    race trangre. Cependant tes deux tout appel de pures classes el grou 1/ | foi AlAn
    cas ont Uut d lments de sim taril Pet: Kt c'est ains' que je voudrais Y Cil. Itjlt^o
    qu'il me semble que l'exprience d-; j*!11 U eQ ft deis cette affaire de notre
    chacun peut fourn.r uuelqa? la u I Problme national de races. Jscop
    re l'aube. t*rsiaqunn homme noir oo potes*
    lire un homme blanc qu u a' ,ms
    Prenez d'.b rd l'aspect politi mo be?olu et. qail "W^ pas t,e
    1 autant qu un b,amma blanc
    .
    race.
    Ces choses nous conduistnt esprer
    que nous trouverons un accome lenunt
    iUs relations entre les deux races, dtns
    lequel lune (t lautre pourront jouir des
    droits entiers de citoyen, dans U pleine
    mesure d utih' au pays il d opportun
    ti pour elles mmes et au moyen duquel
    la reconnaissance et la rcompense seront
    en vja
    U est propre noter; prohib z ?.accom.P- ?', eu* Qui est possi
    de l homme blmic quand il ess ty* ^.ar ,,ai' dev?a "chercher I
    re voter. Spocs.iettnf. ,Vj[t ,i&&"2F*i>*
    m la tin distribues en refortton de* les sgigatione, sans
    Je aisais . laissez vottr i homme noir
    ?'uand il est propre
    evote de l homme
    impropre voler- Spcfaieii,u'. f ?.'" 7 "'.'e lOCOornai a
    voudrais en appel; a le digni- ue!- fUe !f raeil,e,ur homW Mt pV.s
    aonneUn de la race de couleur Je f, 'i,011 i* **** iuiitstioo
    voidrsie lui inculquer le dsir de se P08810-'* staVMliO hlanc
    porfectisnnsr cjmrn^ unj rtee d|tii ____ ___ (A auiwe^
    SnCiS, avec une hrdit. tt*t' mu> r ^r^
    s tradihone un uep weinot 4saPi nUVl Ao Utllant*
    rouons qui lui soi : t renoonaliM n t, /***
    0ue Unie Usr. e> hl tSESt'.SM^HiSfJBS.Stt11*00*4* * lan racial 10 1. u dJ ,. B'onde reprsentation ave u;, p-i>
    *'" grsmme das plus a^a >r it '
    tiens
    DIVUNCHE
    SS pouJT,n doPi%ooo rrao-
    oaioes MooooUa cloches de
    Oorneville, l^tAs AncjDt. Pri
    dau.laCRex1ooVr0n,q,16et3-
    Vous uite&
    qui a t rede-na-i-e par la presse
    et le pub c.
    h
    sm
    tt
    .1.1,
    f,
    Entret ut:o
    de Cou'te me
    le n m amusact
    Luien 4 icefie
    tt-c ^ (fe.te,


    l MATIN
    f Mi mm en
    Par Cable j
    WASHINGTON 24 M. Bjiai
    est paiti ce matin peu* aprs bu.1
    heuies pour Ntw-Yok o il s'em-
    barquera demain pour France. 11 a
    sjourn a Washiogtou un peu plus:
    de deux semaines. Les membres de
    la dlgation franaise y compris l'am i
    bassatur lusserand, Viviani et les
    dlgus du Dpartement d'Etat ayact
    leur tte le secrtaire Hughes Fiat
    iher, sous'secttatte et Bus?, adjoint:
    secrtaire taient a la gare pour sou-'
    baiter un bon voyage au Premier.-^"
    a.O(
    Tromper L'Organisme
    Pour Plaire au Palais
    c'est ce que font beaucoup de personnes qui
    prennent des toniques alcoholiques quand en
    ralit ce que leur organisme a besoin c'est
    L'EMULSION DE SCOTT
    UNE BOIT* JL
    Puissant aliment et mdecine sans
    faux estimulant de l'alcohoL
    le
    aed de mme le
    Uniou Patriotique
    Con^t fminin
    gnral Buat, (ciper aux travaux de la confrence.
    Ministre lraiais. M. Sze, ministre;'iu0,tlu " pai'i plus tard d'ici | te dpart de Mr Briand est d 1*0
    ce Chine, s'y tiouvait galement au | L'Bmt le plu capable de Fran bl-g.tion qu'il a de .e rendre en
    moment du dpart du tiain. M. Vi 1e1- ^ou.me l'appelle ses compatriotes1 Frauce pour prendre part aux discus Upomian. l'appel de M. & Mm George?
    viani qui est msinlenatt chef de |P* eue dans les meilleures disposions militaires rsultant de la eiier- Syh,*r' u1groupede Jamei T't *JE*lmt
    olegation trar.ca.se embrassa trs ai tons d'espm quoique reg-ettant ,e. 11 Tes? dclar lui -mme8 ih\^TJ^^JTi5''.
    fectueusement M. Biiand. M A:bert dc quitter la confrence dont il a t vrille de son dpart comme satisfait I am.<5r.iCi,ints bauaut et un des dlgurs fianais'*-i-t ots figures les plus prominen- d.s rsultats de la roofrence en tout
    a ccmp.'gotnt M Br.arda Niw York l>s, " l- a suites d.gus qui ce qui concerne la France particuli
    u.ais utcuineioni Waihirgton et tfc.alajtn la sance d'hier qu'il ri ment. I e soit de la Fraoce.dit il
    sou. M Ihilippe beithelct stcitaiie cotsiaeuit comme nn des plus grands < n ce qui concerne ses aimemenf-
    gi.ral du ministit des iflies triD jhinneurs de sa vie politique d'avoir terrestre s repose entiremec l sur li|
    geies dt la France leicu.oe avec Mi'pu ume pour un moment parti ch-udes, amicales et explicites dcla-
    rations des che l > des diffrentes dl
    I
    Travail et Religion
    loriale.
    De ce nombre seront Mme Wcedc, Secrtaire
    gnrale de la Socit pour 1'lndpJndani.e d'ilai
    ti et de la Rpublique dominicaine, Mme Grue
    ni ne, Mme Angell,
    Nos gracieuses mondaines se prposent d'tre
    en nombre au dbarquement des membres de la
    Commission, de leurs compagnes et de leurs invi
    tei.
    VL.iiTABLE lkim
    fPourpAREauxe(a|.
    d'un wfroidiawn^
    PKtHVn, TOUPIE,
    MIACHEVEIb traite**
    d'un Rhume, duMLam-.
    ou d'une BroncWte taTtjr
    ProeBrea-Towena,,,^
    reftite, l^,pltoy.blme>;^,
    r*"tilles qul T0U, ^ ""
    pose dtail pon,qMJ
    aoaaceaontUukmMal,
    Imitaii,n. v0, M ^^
    CTlaini J'.Toir
    LS VITTAILEt
    Pastilles VALDAI
    qne si tous lei uhatat
    EN BOITES
    JNous sommes manifestement en
    trainde chercher ailleurs que dans
    cesdeux lments le salut nat onal,
    qui ne consiste pas tout a-fait dan:
    le (ail dette le m. me absolu de no
    tie machine administrative et gouvei
    rementale, et qui consiste, au sur
    plus, en g aride p.rue, dans une dis
    opline sociale progressiste et mthe
    dique.
    t artout dans le monde, laques
    lion du I avail, plus que toute que?
    non politique, forme le fond de tous
    ifl graves pnbmes l'ordre du
    jour. Ei les moyens i la disposition
    des travailleurs sont prtmptoues: it
    principal est la gtve,la giv: dont
    les rpercussions sur touUs les acti
    vits sociales sont connues
    Mais, aussi bien, partout dans le
    monde, la question ouvrire, sou*
    une foi me ou sous une autre, est
    mise i l'ordre du jour. Dans le mou
    vement social expos par le journal
    que nous avons i l'instant sous les
    yeux, noua relevons deux faits de
    cet ordre que cous croyons intres
    sant de mettre sous les yeux de nos
    lecteurs.
    Le premier est rvl par cet entre
    filet: Une Chambte de mtiers
    vient d'tre cte Montpellier. Elle
    a pour but de favoriser la formation
    technique des ouvriers de toute pro-
    fession.
    Noos aimons bien dire en Hati
    que nous valons bien les attirer,sous
    la foi de la thorie de lgalit de-
    races. Lorsqu'il s'agit cependant de
    considrer ite dtails de noue eu
    social, nous sommes bien piis
    court O trouver, par exemple, d<
    bons ouviieis hatiens dans n'.mp >i
    te quelle branche de 1 ndustrie, et
    o se forment ils ? Et dans les rare
    ateliers de foimaiion que rous poui
    rions trouver dans le pays pour les
    tout jeunes. eiiatet';l dis i liodes
    ga'ions que j'ai entendues lun Ji et je
    suis satisfait d^ la dure de la conf
    reace
    Aptes le dpart de Mr Briand Mr
    I Viviani devenu chel de la dlgation
    vues et des livres. Les apprenties ad-, fiai aise expr.me 1 opinion que la
    mires demeurent 11 cicq annes.elles cor tience teiminemt ses travaux
    n or-1 a remettre aucune somme d'a
    grn, mais seulement se pourvoit
    du trousseau convenable. A leur sor
    't. (lies reoivent une somme pfe
    vue dans le contrat d'apprentissage.
    Au tenue de tes cicq annes,elies
    vers le milieu de Dcembre, de telle
    soite que la d'gition franaise pour
    rait s'embarquer sur le c Pans > vers
    le 19 Dcemb e.
    Mr BriaDd est arriv New-Yolt
    une heure i la gare du Teosylva
    auront une* formation trs complte, Dia o il tut reu par Mr Gaton Lie
    car, en d. hors des heures d auliei, ; bert. consul gnral de France av*c
    lequel il a dej-un. A t heures 30 il
    a t r eues suivent des cours de culture;
    Liei-i'ialc- di'cule mnagre, de cou
    ture>, et ho ni prpares tre des
    (tnmes capables de bien diriger un
    mnage. Il est pouivu aussi, bien
    entendu, leur foimation religieuse
    et morale.
    ''Vugt cinq jeunes fUiea ot fait
    l'..pprer.tisssge cet laver C'tait alors
    le non brt limita. I.' rvre de Sainte
    Cioix est maintenant en tat de s'ad
    jo ndre quelques jeunes tilles do plus
    mais spcialement pour 1 apprentis
    spge de la composition typogrsphi
    que qui, par sou caractre iatellec
    uel, offre un attrait particulier et
    prpare un travail ti rmunra
    leur. Far contre, il suppose que le?
    arprenties qui se prsentent ont fait
    d< s ludes primaires compltes.
    Nous croyons qu il y a l une excel
    leme occasion d'utile formation.
    Noos le croyons galent ;nt m Ha
    ili, et nous croyons surtout que l'
    Cercle tlntimif*
    Il nous revient qne le Comit de ce Cerclt
    vient de fixer son grand Concert au samedi 10
    dcembre pochaiu nul doute que ce concert au
    quel prteront leurs concours quelques uns di
    nos meilleurs artistes obtienne le plus grand sut
    ces
    iAVIS L'Assemble gnrale des membit^
    actifs du Cercle est convoque l'extrardinairt
    le dimanche 27 courant 9 tieurcb prcises du
    matin.
    le Comit
    Corp. de* Typo*
    Le Conseil d'Administration de la corporation
    des typos et ses membres sont pris de prendre
    part a la sance de l'association NationaliMe dts
    ouvriers et salaris haitiens, pour voter ses statuts
    gnrau*
    c il lui a t confr le titre de doc
    teur rn droit.Une heure plus tard il
    se rendait i 1 Universit de Colum
    bia c ft mmes honneurs lui
    taient attribus par le docteur Ni
    colas Murray Buttler en our des
    S te Rose de ima
    Les membres de l'Association des Ancienne5
    tives de >te Kose de Lima .sont prvenue'
    qne le premier dimanclie de Dcentre, 4 pro
    _____ _______ .........,. ,,,, '!""> aura ''u l'assemble gnarle Statutaire.
    membres du conseil d'-dminhtra- S%Sl*' prendre p- p' a-
    Les travaux de l'Assemble seront prcds
    dune messe due a l'intention de 'oues les an
    ciennes heures prcises du matin.
    La Prsidente
    Mme ttienne Matbon
    non.
    A vendre
    36 carreaux environ de terre, d*
    pendant de l'habit,tion Mdecign,
    au haut du Cabeuil, Montagne des
    Peut* cahos, dans l'Arrondissement
    de Saint Mare.
    Avis
    Par suilt d un accident de presse sur
    venu l Imprimerie Cbenet la Revue
    Hati Commerciale ne paratra que Mer
    rOmvUME de SODA TUUGELL*
    \t
    b'adtesser au Cabinet de Me Brdy credi Novembre 1921.
    Poit au Frince. l'tage de la Phar '-------------------------
    ai du pays demande une veste gn macie Nouvelle,
    ralisation de la formation profession
    oelle sous toutes ses formes, de fa- -----------------------------"""------------"i
    on assurer une trsnsfo matioct
    Kiadueiie et mtliodiqua du milieu
    rutional et aobatituwr une moisson
    tbondauie d'lites laborieuses et
    ipeciaUflff la vieille re*coite de
    fiuita secs de la po.'i'ique et de l'agi
    lion > Buifsce.qui nous fait honte
    d vant ItolfffLr tt qui conduit je
    P"vs sa ruine.
    Disooi DOoa bien qu*> si, ontlgr
    enr e^ti t d infiioiit 1, Ittive 1 u re
    ti-'d d.'H t- t'in (ii-M t rmilairea
    d l'tiangrr, cos toUs de droit et
    d. mdecin.' arrivent & o mer des
    avoca s et dtk mf,rj*c'i s oui gpgnent
    MM.
    ALAiHi
    i-ooi HS1B.I.H 4P. .
    La* tt JA-C-\".t,
    NUKIS, AlCOOL", OtO.
    OEROY FILS AIN
    fi ru$ au h.altrt, 7$
    l'Dc PRATIQUF Sa DliUUaUaM'Et'IX k.
    VU, E08EKCU te MANUEL fabriciat or
    BIDM3 U TARIF ILIUSM Uw.n traxr I
    t. -asnst.- *
    rLiOGEL B!Sp Londres. l\
    modernes peimtttant de tivaiicrr.il 'oe ou moii.*>4iur vif, cratuuiqiie
    dans telle industrie dtermine, av.c <'-''l 'c d.s avccais rtDfen
    d'autres ouvriers de formation tran- "r ; W ccs sopi es de r os tribu
    V f j niux et que i/jtat de forlone du
    pays
    n irflvhi nncour**e P8- e* m.decirs tran
    Le Docteur Geo.C, SOLOMON Qpt
    RUE ROUX OU BQmE 901
    re
    11 nous semb e quou ne nneena; fc teofi 8-Ul8,aer 90 HgUj D S'etxpresse d iofomer sa bienveillante clintlp' \* nnhlTr a.,';i
    uirdes HaitieLsde toute classe et ,n ai.teiBr s P Wt poud>e anlisepltque souveraine pour le trai'emenl radical des
    de toute condition. four iea autres prefassious, au b|essures de loules sortf s da 1 homme el des animaux/Les ruptions
    Voici le secor d des faits dont rous ^ ntraire, les ouvriers battions ris U '* P^u soat promplement gutifg au moyen de cette poudre
    venons de parler et qui intresse par iMn' toujours ie rencontrer devant PRIV tl i i -. ,
    ticnll-ement les if unes files, les tou ! ^ <* sdve.saires trargeis laoa' "** "* VOiir la capitale
    tes jeunes filles, la j untsfe lmin.ne lblw* ** 9" ' ^ * *** V* i c._ft. iia An ... M ^ ^ pour la province
    4nia besoin de travailler pour vme.ifenc f,m* j"f Pyvolt par Egale, tant en stock Murine. Granuljne et Bansnepour le traite
    sous la dnomiDilioo de la "MaisonU|, De peuvent tre a is hauteur qne
    bi nous les pourvoyons i<* la forma
    ti..n t-i ciBle ne!ccsaaiie. i
    le momect paiait venu de rve
    mrauays'me du prt'dent Boyer,
    qui entendait que. avant toute chose
    chsque jeuue Hailien fit pourvu
    d un mtier tt et une profession
    Repensons y, sacs nous sriter la
    fausse repu ation d'obscurantiste
    faite S ce- grand < luf d Etat par dea
    n u l. ,i-. is iprciBi.ts q i, depu's
    181J, nouiprs cess de fane des -............. .,...........r...... .. ..,,,; ......, T7 ..,. ,., ;,,,,,,,, i ,,.
    Sainte-Ctoix', en plein Paii, et qui
    s'adresse spcialement une client
    Je ifl gieuse, car elle repiiente le!
    loit d'un groupe ca holique fiac-is
    L'enliehlet que cous avons sous h s
    yeux cous dcrit 1 oeuvre comme
    suif:
    ''Notre cole c&t tablie pour for-
    mer t'es ouvrires, en m'tira, i la
    oc m position typos; h qre, s I b o
    chuie-ieliuie et i tcut et qui Rgi iuc
    la confection des jouiu.iui, au re
    Dr Justin Dominiqae
    De a Facilit de Mdecine deraris
    Anc'en assistai)/ des profess-urs Den.ke et Deutchmann de Han
    bourg
    Office : Avenue Grgoire J*28
    Heures d* Cotjgullaiions : 7 9 heures du malin
    S *ai>rsmi Unsultalwns gratuites pour l*s indigents le imix de4 heures
    de l aprs inak,
    Serv'ce de caml
    automobile
    A l'occasion de la fte d)
    dr, Dufott* le camion
    les passpgera, mardi 2r Nn
    cotant, i heures de l'aine?-
    et meiciedi 4 heurts 1|2 do mil
    ^arsage aller er I
    JSinecrire, Rue du Ctn'.re. M
    Dos k. ____
    Commufqu\
    rh Spcial Commitiee cf t. e S*1
    on thp occupt on ard admir.i h t|
    of the tertitories cf the Rerubiej
    rli ti a.- t.voiab e werher peimiliog,
    - oing 28 h.
    The Ccmmil'e, after cahirg rj
    'he Fresient c l Ihe K pi b ic.
    VI ni^tt-r of Fote;gi allait*, a'dj
    Commandant of the Amencia
    ces, will ho d ils fiist heaiirg un
    jibeiw.se announced, n the roi
    ef ihe American bg;.t oa.e ily
    day afternoon.
    h 1s cot cecessary to state th'l
    Corn.ii.itec et ihe benate is ht ju !
    of ihe caiacter aed ihecompttei
    of ihe tes imory w ch ils idmitsj
    i s records.
    The Committee seekslh: ca.'mi]
    tisoi ib; ]udgtment et those
    orre btfcit r, comptent totl
    opinion ur-on the p oblem wichl
    tudy'Dg, and, ui.diroaih, ao
    biasaed statementof subsian'iitedl
    hci ry thtse who drsin]
    state such facts.
    Tue Committee deems it as n|
    Cf$sav si-y furiher toa.'surelhe:
    rity of w.tnesses confo ming taf
    standards, as it does to dei y tbttj
    ucuid in aoy Ceg ee coedooe
    Traductiqm
    Le comit spcial uu Scoal
    l'occupation t radminibtratioo,
    tel ntoires de la Hpubiqie &<
    et de la Rpublique Domioicainat
    bsrqu'-ra S PoiV-u Piince, m
    matin le 2P Novembre si le
    favorable le permet. .
    Le? Comit, aptes avoir rcndj_
    site.au Prsident de la Rpow
    u Ministre des Affaires fraor
    et su Commandsnt des Foi ces
    ricaine, tiendra sa premire se*"
    moins d'avis contraire, dsos1
    locsui de la Lgation Aitcw
    Lundi matin de bonne heure*
    {1 n est paa ucesaaire da dire '
    Is Commission Snntonaie esuj
    du csiactre et de la wrap
    des tmoignages quelle ai
    dans ses records. .n.
    le Comit recherche leeji-igjf?]
    calmes et raisonnables de csvx^
    viendront dposer devsnt *ox,
    ptent d oflnr une opinion su
    probi-iiea qu'ils tudieot, et sw
    serment, et une dclaration aas1 p-
    ti pris de feU prouv et PJJJ
    l uppui j-ai ceux qui dfcairen
    t'bi de tels lai t.
    Le Comit pense
    ncessaire d'assurer - ..,
    tmt ignania qu'ila jouiront oe w
    stcuni couio.u-etiitut u*d^g
    qu'il osrt
    davsutsge
    ; .1


    F MAIM

    JP
    i Sun , ii fc nu
    aison
    Daccarell
    LE GRAND MAGASIN
    _____,____________,___________________________________^^ <
    :Le,.Grand Magasin qui possde un iniinonse assortiment
    'qui a acquis la bonne renomme de ses articles de got
    surtout de rsislante, vienl pour cause de liquidation
    lire ses prix tout a fait bis, si lias qu'il est impossible
    te trouver ailleurs, mme comparativement aux article*
    tteneurs vendus aulre par'.
    Noire intention est de liquider et par consquent, aolre
    ciston esl de ne laisser aucun client srieux partir sans
    heter. Nous prvenons nos bons clients que le Stock
    nains articles esl minime el qu'il sc.-ail bien sage *
    Si le mouvement de liquidation m u, favorise, nom cderons imtalluUon et Inil.
    Goardei
    front jupe ruie iaioe
    M*pr pure laine l'aune
    "' de laine a
    f boule
    efceris
    **.is
    JtVsfie su r Heure t
    * io:e
    FP*UJ jupe
    |r*W jupe ccu'fur
    [Jltreb'jnc extra sup
    Jwic sup l'aune
    'W'ftde soie sup
    y'puer sup \\i ne
    *Wte four i'pe
    "'firaix
    aB
    R* iP l'aune
    JP'Jupc l'acte
    Mrc et codent l'an
    ~ chafe I auce
    4
    4
    4
    2 50
    2 jO
    2 50
    2 SO
    2
    4
    4
    6
    i
    2 50
    4 ?
    4 '
    iio
    12 JO
    S
    2 ;o
    2 50
    75
    2
    Goardei
    2
    Voile pour rube
    Voile blanc double largeur
    Calicot grande largeur
    duo
    Nansoik b'arc
    Simi'y de soie io$e e' b en
    Bis t o r la p.. re
    Bas meneuse b ace et couleur
    Bas 61 roir
    Bas soie
    Bas oc supiieur
    Bas fi, i ia sup
    " ' supii.ur ro'r
    Tie irdian
    m Pf e blanc fil
    Nappe couleur carreaux
    " tonleur fil
    rVriille valencienne la e
    I) rr;ss pour rra'ela* i'.ur e
    di'o surrieur
    Toile i d ap fil
    Hntuie poi r dami
    Rip pot r ceinture l'aune
    I 50
    1 50
    1 25
    1 50
    1 25
    1 2;
    l ;o
    3
    3
    5
    7 %o
    7 50
    di o baleine
    Pe-g- es a ih'-'.non
    Jarretires soie la paire
    Gourd et
    (Vbemir pr the grande lar
    Surah cossais suie suprieure
    Tafl tu soie supneuie ro;r
    S;-ge blanc laine pjui jupe
    t hapis >oie sup.
    S.tin b'an." Voile blanc sup
    Laineuse laune
    l.iioetie l'aune
    1 75 Mousseline de soe
    5 D. ^onal pure laine ar gais
    6 "1 arais
    to Carnvr f.ntaisie couleur
    10 S. g roir l'rune
    2 5^ Srge bl.u
    ? et "
    12 Dp noir supiieur l'.uoe
    2 A|p g, upiieur noir'
    2 K ki * blanc :.
    2
    1
    2
    7
    7
    8
    S
    12
    3
    1
    2
    I
    3'
    25
    20
    Si
    20
    1*
    22
    12
    2
    50
    SO
    50
    50
    JO
    Gourdes
    2
    10
    r ;o
    2
    3 y
    D il' blanc suprieur
    i.asimir dim ir
    Dftll tnsaor
    Cas mi r fantaisie a carreaux
    Toile b'anc pour chemise
    Casquette pour honme
    Chapea-j laine sup pr hou n; 10
    7 5o
    pou' eafanl 6
    ptilli sup 12
    5i i himme 6
    I pr hom grand nu-nrn } 5
    50 Chemtic blanc a p'is
    couleur
    blanc
    Mouchoir pour homme le dz
    Ch;miss< l e ho nme
    suprieure qualit
    " lis belle
    Cal jri tricot
    5o|Chaussette fi couleur et b anc
    , 'nausse'te
    I retellc la paire
    7 11
    i ')'
    7 fi
    1
    1 >
    6 50
    6 1
    10
    ) V1
    4 ;
    7 s
    4
    1 5<
    1 25
    1 S
    _ lourdes
    Ceinture out cuir pour hom. 4 >
    ^ e'el * h-> nnie
    Gant cuir peiu pr chiaff.-ur
    Chipeau paille pi enfant
    " suprieur
    Chapeau panama
    Chaussette en'aot colier
    3assimir pour coitnne en faut
    PARFU4RIIi
    '-ot.oj Goirelea'i,F.d iii#tri
    otioo I ivtit toat asson m ni 3
    |oud e Anthi
    _onraad.' c eue ma ^u:s:
    Poudre jv*
    Pjjdre l;lu- "e T^hio
    " la cro'e
    Crai 04 dj G a-id M ^|li
    Ctraod i:or hn t| d.- p.rfc-
    metie H; ub g..n
    Rhum au qu nqui a 5 -
    ' peu ftacoo 1 \\
    Cogte ,*
    50
    1
    COaSi^ i S marques BOi\ TON & ROYAL
    Vendus des prix spcialement bon march.
    Le Grand Magasin 206-208 RUE TRAVERSE


    LE !f\TIN
    *-*..

    Fulkn Shoc Polsh Company lue
    New-York
    Si vous voulez protger lia- peau de vo>
    chau'8 Si "ous ^oliez avoir uq rillan' luis 0 "
    1urble.
    Si 0li voulez conserver la comiW I la aou-
    llsede ce chais-tire pendant loneten^
    tnjployezia marque lONOCMM
    Fabrique spcialement pour le.
    dames illes gemlemen du high life,
    Elle protge le peau des chausrires contre l'homidi. et li
    chaleur. ... .
    Elle enreliehi'm plss*'.ca-e laur br.ua*..
    les marques,
    Geo. Jeansme
    L'URODONAL
    est au rhumatisme
    ce que la quinine
    est 6 la fivre, la
    Vatniaialne a
    Ve.vc.cie.

    AfTtt le n/r
    BtnMIeesastatt
    led i m
    v .tir.uci-niu't.,
    Pl 13. ptihi nii'i!'<
    L'URODOl AL nettoll .drain, aVc
    Is feie c'. les arlxclai' .... <-. *i.: >OU
    pllt les arteref ci vllfi l'ob&it.
    J aillant $ Houei
    Agent* gnrax pour Hati
    1720, flue du Magasin de tElat
    Une Dcouverte merveillens
    Une cordonnerie dnns un tube!
    Economie considrable
    Rparez vous-iEooe sans outil, ni'cuir ni colle,
    vos chaussures en cuir et en caou'ebonc, valises,
    portr-monoaie, siges en cuir, toitea cires, capotes
    de voituies et Chambies air avec le
    LIQUIDCUIK
    qui forme en dix miaules un cuir consistant, imper
    niable auMsi rcupleet rptant que Inruir naturel.
    Ne di es pas c'est roposs ble. Essayez vous ju-
    ge'.* Z
    Ce produit de fab icatioo fia: eus rend des er
    vices inspprri blea et ea. indispensable dans tous
    Us mueges.
    En vente chez CASTERi,
    iux Ceot Mlle Articles
    Annexe des Caves
    de Bordeaux
    E.DEREIXaproDriiatr^
    Attendu par Steamer* idvanceidu 30
    courant un grand arriv ge de provL
    sions fraches,
    Hi lires. Charcuterie franais*.bruit*
    assortis.Beurre frais, Fromage Camen
    bert,Gruyre fra . lloquefort tte de
    more. Lgunes : Cleris choux-fleur
    L
    PNEUS
    flrettotte
    De Tissu Ordinaire
    Et De Tissu-De-Cordes
    Ekilomtre voua revient au minimum de pria
    quand vous roule sur pocus Plreeeoea.
    Ceux que la maison o*re SSttf anne pr-
    sentent encore tavSBtagn de qualit* que par la
    pass.
    Dans les pneus dt tissa ordinaire, parois grises,
    il y a davantage d# caoutchouc entra les oouchs*
    da tissu, nn couaslaet plus pais, et la* talon y
    ont davantage rettorca.
    Las Pneus Firestotw tissu-de-cordes prsentent
    cette lasticit et cette vigueur qnl produisent une
    Esse conomie dans la consommation d'essence.
    is qne vous dsiriez des pneus tissu-de- '
    cordes on des pneus tissu ordinaire, il est certain
    que vous notas cecila marque qnl procure
    Le Maximum de Kilomtres
    par Franc
    La maison Flreetone a pour rgle de conduite Se
    donner satisfaction par le nombre de kilomtres
    que couvrent ses pneus. Autrement dit, Isa auto-
    mobilistes prfrent paver un tont petit paa plaa
    pour obtenir un bien plur gros reademeat.
    L. Preetzman Aggerholm
    Port-au-Prince
    .
    BRUXBLLE -A la laHa^
    ions lnislatiyeslept(U,5j;i
    aMgneSai^sliUc^'
    iopt> 81 catholiques CHS
    le* or.t perds4 tiegegce gJELw
    rCduit s 66 Us librai W*J
    enu lea* ihfreiO Sarwl. *
    elus 42 -i p*i tiennent sa*.!*
    ttioii ju, 'J3 au rarti eodalieuta]
    bili libral- Le journal de &
    la suite des elee ions sat ea i
    :oDstitution da cabinet sera eEr
    a Mr Jsapar ancien nHnistrT
    ffaiies trangres.
    Le comit Excutif de la aras I
    tei nationale s opos ans |q7i
    ecevoir su floleeeviki ceoears
    tes secours .la Russie atfamsa
    La ville a t sans service da i
    waya la soite de la grve
    te pour protester contre fi ru
    le aii ouvriers. Des car^qpn
    aires ont t mis en servie*
    .ociia se son preaoocees
    la greva at l'union civique i
    n appel demandant des volom
    pour remul.sries grvierekDst
    breux tudiants ont offert leur
    vice,
    Dpart de f
    la Gommii
    Un sans II du f4 Novembre
    iv ne que le Comit spcial da!
    et pour 1 in vestige ion snr l'en
    ion d Hsiti et da Santo Doiaiu
    iBs Philadelphie avant bisrjL
    fin de recueillir des icformatiom"]
    premiers main.
    Discours superfl
    PARIS- 'L-Eclair" a de.
    Mr Rydyard Kipling son opioioi
    s roi frence de Wasblngtoo.
    envain a rpondu que tous lai
    ours sont superflus et qu'il
    passer dea actea ancrant la
    * it contre lea dasgera aJlesMsas I
    France et l'Angleterre ost intarat]
    ffster roitemeot unis ea (ses
    l'ennemi commun: Al lassasse.
    Petites iVotimll
    Portau"'Pnnos
    Bruits, tapages, scnes publiques' 1
    fait. Le juge ceaaaraac leidlinq
    fhiat lierai et Louise Annsscar i l's
    Le triennal renveie hors de ci
    sa Ssintilms ai svai^ sa to laie saai U [
    icglcmeataire. Le busvmaa ui aas k
    Mais Cius Pierre qui vhiculait es
    ;ies les passagers s t cendamn I taxai
    Dornus Oriejr svaii t attasftaiatl
    aame s aa mais 4e prise* eoar vol.- L
    girac 4* la erisen lui convient, car, mu es I
    t, il commet us neuves* val qui lui vmtl
    cenaraaaiioa de aeui mois.
    Le triennal remet soa are la )uat<
    Dorviuat que la police svait snvti jjar |
    bonaga au aioraint o il Lit l'shasaf |
    char de qaai ne pas saourir dt faim, i -
    A Peu de chose, les aommes PwaaJ
    Aliner jet*, hlesa Dejean, Dsaaarrt r
    etc i livraient ea ce^esgssl et naa
    filles et pratique de 73*M*att ta i
    ua toangar tauaoui maciasl* "
    le rapeart de 1 Hpital americaia, le i
    sillon Jn Louis, sa miuen deU m*|
    S l'arrestation des dlinquants qui est l
    plupsrt condamns l'amene,
    encore une histoire de
    cho Tuaa Sinay, de U seetic* -r .
    uraade Rivire o se trouve use ?*""J
    de crayants. Le tribunal renveie h P*
    ainsi que Prevalire Fiiste, son "ta*W I
    Mme Thophiiia qui vit aurrtaltaa
    Hoberl Nival, intervient pour evtter usa* t
    celui-ci ci Tallegrand tieorgo. C.esJtS
    (eu les coups Mais l'anaire s sat
    elle se dsista. ___ .,
    Aprs avoir fait arrter ncma*4
    Jees qui lui svait vol des tatts a*
    Lavictoire Smith, planteur, retirt.ssj^
    Mclanie l*uis regrette suKtitaaei
    commis c vol de dis devseiacs de eaf
    prjudice deToupuisssntAlexandre.mm\
    est I finstrectiea et U pifvenue <*r~
    C Monsieur Ocuve est .**"*
    LueiaChariM, et c'est lm t"V^|
    scaes scaadsleuses bruit, tspaae, sur r |
    sodi cendamas i Passasse.
    u
    E u-3e de
    Mes Ho et
    L. Malebanche
    AVOCATS
    Hua Daota Destouches, No Sel
    D un jugement contradictoire rco
    du par le Tribunal de preaaire ins-
    arcr ds Port su Prince, le 10 No*
    vcmb.e isai. enregistr et signifi ;
    Au ptobt du siear Thagos Roy,
    propritaire, dpmicili Port au-
    Prince ; contre la dame Marie aalisa-
    btth Oaire Cirp-ntier. domicilie i
    i'oii au l'.iace ,
    Qjc le divo-ee a t admis entre
    les poux Thagne Roy et qne le
    Sieur Tagne Roy a t autoris i
    se rainer devant le Maire de la Cani
    taie, exerant les attributions d'Qfs
    cier de I tat civil, pour le faire pro
    noteer.
    Pour extrait
    MALLEBRANCHt-
    11 Hpital Garai
    CONVOCATION.- IJ tt
    fsurs membres toWg&fr
    voqus rsxtrsordintirt JJ
    la Ditnaochs 27 Novembre oo
    hrilts^uwatreaprtciaai^
    snglsiae)da mabn, pour aot
    aasnication tPOfta- ,..
    Il sat pri d'trsijrtjj '
    A l'oc:asioi d; U ft : l'Iran 1-
    cule Gonceptioi le 8 B)'-embre p-o
    chiin, il y u' dttJ la Chip:!!" al
    'Hpiul Gnral uae crinsii: de*
    (plu* difuni-t
    Ua comit e.t chtrg: le sxiiurer
    du s-jccsde cette j j'irai*.
    Ce Soir
    !'***.. Entas fut et*s
    vtUes cratisBJ.
    sat
    -!


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM