<%BANNER%>







PAGE 1

LB avriN La question .Han daiseLasitualion restccriliquoclto position de I Lis 1er la coin pli Crmmu nique Th Speciai Cotnmiuu t f tht S^na e on the o cup t'en > "d innvnist'atio" of ih terto r, rc ol th Koh ; c f 1 fi' a-.d ibf D raioieto R^-pt-bi ible WL. ber permi*ting, \v J .it Poit au Pnote Mond*y mot i •'q 28 h. The Commit:-, fter cal'i'g rp-m 'h-; Prsident ot tbc Repub ic, hM nivter of Forcgn Arli'rs, aie! 'hCcmm>ndant of 'ht American Fb u O d I 6 • l tirng u I LONDRES • Aprs If runion w nnounced, in the ioom d'aujouidiKi en're tel dlgus Sim L the Arnencan L'gation.early Mon Feiners et la comunss on du cab oetl j... .<... la situation irlandaise tait dpeinte dans leb milieux ofliciels comme cri teint de lys B que tique, mais pas dsespreLloyd George a expliqu aux S: un Feinets que le gouvernement consentait exercer une fore pression moivl •ur l'Ulater rt offrit son premiei ministre. Sir J-mes G sig. d. s propt suions iinauci ea a li ayant s p< u di v afttrnooa. Il is ro' neces. c ary to state tha a Cjm.mittee ol Ihe Sena'e is ihe'judge of ibe raracter and the compttence of h. testimory wich its adm.ts •s recordi. l ne Ommitire scek Pon-au Prince lgant. Une vasn terrasse dominera lecoup-d'œil ravisant de la mer claire pour des pr, menades de lve perdant que de couples s'oublieront dans le dancing superbement installe anim lan cesse par une tntr.inne musiqur Les ftes de tin d'anne sv.nr.o • cent donc joyeuses ei louiei I S*i Side Inn o des menus ans, un I ai excellemment pourvu, un sevee urprochable et des agrments varis denneiont satisfaction au gct d beat des plus d iciles. bi 3 d l terne o ub>:.t tiatedand lieH, by thbse who dsire to tae SULII facts. The Commiltee deems it as unne • ssary any lunher to assure the secu r.iy ol \v tn:sies coafo mirg to ths slandaids, as it does to deuy that i would in any deg et condone perju 'yTKADUCTION Le comit spcial du Se"nat sur •occupation et l'administiation ues uritoiiPH de la H^pnbliij'ie d'Haii •t de In rpublique Dommicaiue d Imrqu'ia Pott-sn-Piinoe, luudi matin Io ^8 Nov. irbre u l ttiujs f vor. bb le penne Le Coiiil, ppid avoir rf-ndu ville eu Prsident de la itputliqu**, u Ministre* des Affaires traogrerf t au Commandant des Forces Ame cHine-, tiendra sa premire sauce, moins d'avis contraire, dans le* d eaux da la Lgation Am iciue, Lundi raotin de bonne heure. Il n est pas ncessaire de dire que a Commission Samuonale est ju^e du en at.ie et de la comptence des tmoignages qu'elle admettra dans st s records. LeComito recherche les jugements vf* I l'ariiiana une lOttet iniHiquC Allci > tous M louk' l'cWWl JJII^ K) u tpenoirc — rrologuL des Cas qa'au... ce < qui BVM plu. de ijo vers ; li.m Xoul lu lections, Miss Itj^s; lii.io. Drf.irli TIIOIII.IS. Ctt, Ctc— Quelque, actctiisdcs C^s qu'au ... en ( qui ptneront leurs COKOHII a l'auteur iiuiuiif, Si-LouA 1 Nous avons appis avec plaisir qu: i grande le e annuelle dr la Cnap-.lle S Louis dr Tu g au auia lieu If dimanche 11 D cembre prochain. Bloc National Sance Fxtraordin .ire Ce/nmuntrju^ les membre! du B oc national sont pris de 1 runir, le dimtuch: 27 du eoumi a g heum %  du BMlin Ku..1 %  f.i lt> l volution au che Eu < K.dn.ind Dln (ia i' du cimetire ce pour l'leciwa du bu Ma r d > 29 Novembre Grand oncert Artistique Au QNis VARIETES Oiganit par le Maestro Ltttue avec le cor cours de nombreux artis'es on aura le plaisir d'entendre Candio, notreBenngcr National, d.m 1..1 douce jus >i pa capab paie'. centre 1? lui, donnera .. n iu dinnth.— 'Ori .iu prince ce i.\ Novembre I*)\ Arr ve Le S. S. •tien. (>• \ l i'. Gotaba le la ligne Panaaa venant de New York est tntr hiei Mil avec 460 tonnes de nuiJundise, S; sus de correspondances tt S passagers suivants lira Mme J. V. Andrew, Mine H. S. Marriet deux entants, Mme L. M. HJcfctj Hww S> I vera. A vendre }f> caneaux environ de terre, d. : ptmlani de 1 habitation Mdecigni, a haut du Cabeuil, Montagne des r.tits (,'ahos, dans l'Arrondissement J Saint Marc. S'adiesser au C.binet de Me Bidy ^ Foit au 1 nnce. l'tage de la Pbar mteie Nouvelle. COW3TJPATION prenons le a OOMPRIM de DELORT. Pharmacsea, no. t-jm t5<*int-A.atoia0 EST LE MEILLEUR i PURGATIFS A XJ-3?t2IO I i i-.v,io AI.BEHT1NI fnm dfl D" Jui'in VIAHD SyocUcat des chauffeu Le Com t Dircce r du 9yndicai •• en ud'-Mirs pr'fi le proprit": ni d^sutomobiies quiont I vices des ciiaulleurs dc t en vou'i ii tu donner U pe.missn n d >-'abs p"*er d lturs postes 'e DioHOChi '7 Nn"<-mb'e conr-n *'.>x fir>H I sister une runion exlraord ; r aire ici auia li u c1 1 m I P OUB portons a 1 v "".Kif-oy 1 les atlrteus que le -Colu.nbU wjj fflM vit? au Lomptm brancai* ci aroutedeNeW Orlean9 t i !spr> o0, l vous trouverez de VEaude Hch^tes-iM frt 1 tin et du Champagne t ommery;^Grenoflo^vkœ^m.\^^n arrivs par le dernier "Macoris." %^la\\LlV^\



PAGE 1

Quinzime anne /Vo 42:54 Port irj Prince, Hati i" I DIRBCTEUR.PA3PRifcr A iRE Clment MAGLOIRK WWW 20cKNTll.ES Quotidien ^VenJfSaj 25 tfotamKre m *Uu ami qui a peur de se compromettre en reus crivant ou eu prenant vo re dfense, n'est plus uo anii.C'est un confrre. Gera.d do Lacaze DUTHIERSej HEOACTION; Rot An-r-cai eNo. 15T* hUnie Harding devant le Sud f ;:l: %  t CittiODi 01 U dsaccord de race envahit le Nord La Nalion enlire doit le rsoudre SUITE isance industrielle %  * J.'3 f participer la man f'i atioor-Par Ca V 1 A iii^^'^i<=: r eu "5 re dan8 8a *>ie d, i L L^ 08 '" 6 1 coloaaale *X e „ de ''exprience de c* S gaerre dao8 le Sud ft SSianed/" 8 pre8( l u une 80 e 2 H" e mun,t oo d 8 des k5?.u lor 8eroQ 8 ; de l'exparid.W.ers ue rparations d. cne l J£ 6Q lraviux de locomo* comment des chantiers de ioduatiielle 'oua !PB eh f* dea A*o latioua oo groupement, qui doi vpot participer a | a aj, n f Jg 8lio „ or R-DiBe 1 occasion de la C)ramia "ion d enqute snaton matin 28 Novembr. ai les citoyens qoi dsire concoure au bon ordre e: 4 l'clat. |J la raanifeatBtion de arunira, ; Hatisiana vendredi 2 courant i lipures de I aprs midi L Adrami'r*iear dlgu. Georgea^YLVAIX Lea racmbrea du Ccmi Cenir' de I union patriotique sont pris d m %  %  u HIJIIIIHSSaS la Confrencp Ira o' 4 l'lot WBWT reDoaant on ... Vi u '"' ,uu ** up 80m P ri(k 8 derZSSSStfS rede b0D eheare cette rgion. n ,„3. qui serait suiv d'une p ,od au cours de | aqU e! e la Chi M Mrti. aut.use | U er pronr. • DDOf arriver I^TT ln li*" 8 J ,bre de 'icubation il ?.m yitm ? de fravaU ^ de Pi u etatut d'une communaut ores que parement agricole. Le dveloppement industriel e' -rar leurs guerres, peut Te Peut tre '""aaonniers rpter es io is air* ud de la SSSJZ t &Fzr m ^:' 8or ^ f '"" *'"' i i. 2% &" • mme roingham et sa splendeur industrielle de f P aru de a daopilame revuefa.t ' un des beaux prodoits de la rvolu \ Vou ? d,tes S 01 sur h demande KL i. c,ln d0bi,; de Procds • improvises diuventions groupe pour la t-ra-ce a uo court expos del situation ex^t: ,l son goavernement et on iir* "" uo v 'eur per maie trant bernent rvolu w >nB, jen suis sr, par tomme ainncaioi, nous inK 8 que dea nav,r %  T5 8 te 80ut comb.ttu r* vvu,u,cu y, se mei %  ioe> milliers d'auoeea juiqu dt moderne, si vite qoe :' K aUi ncaiuB jiarviuient a' m s inH '* • -w.. i " uu uj m rvolu 7 .T — T*' 1 vU ** CUI4 80M,d9 Va,eur ^ e J Nous sommes assembls aujour-! NoS! conilloo, no, hmJE£JtZPt\ "H^U-U. iTr"; f^^r tecta^n^'d* retenir leur, phces £*£** d ? eona *** Ct,nieDU de la loodation de Birmimgbam. C^eulen' oe pas œsnqur i ctte bril tait que cette merveille ait pu tre • ot • f **> rahse en un temps si court nous i -£ !" T*Zl?i tnolxtnoa t m;nt dcs '. ctiOD **imttttTXV7A pu, ,,,, SSSi i !." D US S m qU / ? u,heB,i l". ma^s .1 est de dbit aenf il les d^us"ex. Jl oublier nos ,ours notont que la Guerre Mondiale miner h s ques.o.s spcule' de.f. dernier i U situa ion de la] fiance. Mr Bnafd a insist sur S3n --— ^..uprenn vit m Q , argument que la France noierait pas S ael, ~ '* S^Jg^g dsarmer* m.ns quelle nVtl^^? !" ^ &£ %  %  watioa de h E''!aasn5 W'SHfNGTON-iVafr. ;• j-e pour d lra qu ; ^ £L£?jy PKuraar Le [IMire fl combat CIVIB inr1 . ,enl ^ u a 0uD,,er nos jours notorii que la Guerre Mondiale J" ba-eaux de guerre blinds ,1„L! du pr,enl < i ae .^ rd et ^^ T,s ,arent atiiis par ges d'tudier le toi et des ara!!. t ^mbaturtm 1U8fJu ^ Anniao ni d intrt pour 1? lendemain. hauts salaire, ofarU. Ce lent L i l...r. L „„. r mi u m moyens au wnS mea,8,Diena PP ar e'l'^ %  c S nl JU8qu le p i8e laS^ 8 volution, c'tait i S. e iuwt un QCident dans ^siou du ga n ,e amuce.u m reseource dans la lutte Ithemirjg de fer et EfSn J0,dui "" t DtQo a a l el at "'"erent fut et. > sensationnelle que les Hjea construc ions de la JJrat,on dans l'avenir. DanttS? d ?w 8 ,e Nord D0,re oSS i i el d ontra ce que ^job.liser toutes Ue tesson. Ljn-ibques d une grande eom Ma wni ? e8 Du,a de 8 u ' re [CJjr'W, fut un des dvelop IHEAK!."* car ctristiques et %  wolotionnairea del grande rop ni ?rlt l A V V ,eniemain """ r ",hM salairVcftMtV; t> | fn r rnoo"|x lia.reVde"'guer Vi cependant il oy i ,;mais eu venae-l avait t en p og es p rdiat Hour le pro^rame de In .UM'. une poque o nous ayons eu tant d s dcades auparavant, mais i lu navale, on Ven es" en o-cui S kSiiSXiSr P S A * a K m L Dl aCCl Par SUlte de a Vu" dl'gVsonfin e U s P leo 111 %  i'Oi. -JjMtrh S""/ S ,iD avec "Ole impatience don. fait resso U?SC l C n) m ,.. m-nt un train raient, depuis lois ger que Ton courrait ce que les •uissioo pour reorpIX^r "!!,' %  c m f r i'Al'emagne la H ! io ra JJnonames fini avec notre S.V' 00 expriment s llajSJJ.^ndelaguerrt Ua leV!? ,vai,Dl di, Mru ja (JW'AodM ri guerre ^ureni n avant tU txtirpeo *ajii: ac t ' l< in la fa IS^'^' de$ p,upUs en L T*fj un contre l'autre leur P< pouvi et de reuour Le trait anglo-fa. ponai et l'optnion des Dominions La Nouvelle /ilande na.t,„,• piaiondel'Ausra I e%a P vor t r t < J; Pour le mo.nent du '•ncs plus frsn.he pense au lend^m in. m-nt un tra-n raient, depuis lois ger que l'on "counait'^'auVK Wlilletie que le Noid e L de de ulr J Z n' ffi* W ?&? flTTZ "" V*** ,7t > ae,es "P" nava s demande/on r et utilisrent fut ... !" d e SSfcj'ft! 1 1 ,des con a W U ., S i a raliSer sa tendance i simpl.fier leu s rxtho eTpour i senaannnn-iio nn .„ ,Dat ; le *P* critiques qoe u-, mlmtnelU du travail de lhomme noir iinr la solution dTn,^ !" veiaen notre p.ys et tons le, pays// *>rtf fe NorJ rie/^ / A//^ Ap es duxeures e^d m?.H A l n „^T eDCemtn i * P l dlgus eraoS ,JTO Jto i&irff* 1 de,aNou comprhension, et la lura te de Briand retournerait en France plein -Nous ne L'' re "lourd'hui : 2! \?rt l !T com P r i^ Q o^pentde confiance sur son attitude devao" l^tJLffT auCUQe "** et e seroos-nous capab es de consi lapprobatoj de direats atoaZ blscer TLi iU,,, f l " > re r K m b ? P ! W 1 ale ••••twi •* ••• b FranceTava Sous fiJESV '**" U *** etV/fw/// U lM l ^,'i**iW5iB et dvoue^' PreUVe da >' t de lnoe et de 1 antre race et pour neures sur les arraemlnts terrestres iours Si.T ,er7,ces dan 'e a solution duquel la meilleure intel Les chef, des dlgaiioni ks nq devon Si !" gUCrre et igencede ,u.e et l'antre doive tre'puissance, ont dcid de se r un, r TSiSJ^FSXLS^' £ A i* IP U S urd dans la journe pour ferou amne.i ni ***** Dnl >nique J^E'T, Se "? a ; gCS de e mt des sou -^ommiss.o,. tt exam • TLi. 8? il JS"? Ie doi A • ETSSSti o^" 1 dC TUep,us ner quels se. at leurs d.voirs. M V tre trl P US p,rfiil Be J ^^"-? s;t^r: ^8"= Ole vens d'augmenter %  tiunn.M. J. r *' 1 v ite se meurt notre naoaid. c te lutte d'industries e oi 8 8 *^ u d 8 'av. aoo "•vecc on terrible handi"rilicap si grand que se u~Dsut U e reDl une dea mei [Ht J lri8,1 > de tout temps. W v merv eiUe quil m'a Sijiai Men,io njourd'hui, Epuhes et t m fies par les hor uis de la Guerre Mondiale, les oa bots echerchent h s moyens de pr venir la rptition d une telle exp itnce.Elles voient la ncessit d'une • tonne eective dans les relations internationales et i ct de cela, l'oc casioo de beaucoup d'alrations et d adaptation,qui conviendront mieux ou P B de ..^ %  -"uiion aujouru-um, uc iccouaaissiDte que ie proD'eme '" tenu qu'elle n'a jaunia de race est natioual plutt q^ue pure qu'une phase don antacontsme d.. ry,o — ^••••uuca -— ui r.ce qui pse sur le monde e"f,er l $ T "•"• %  a •• PSiSh p,U8,eur S en-nt no ne gagnerons ri ! t Q P Ur CUle i 'V? *' Mf SS ..a„.„, i.sX —*!?-?._" ta a A 'tfcd Sxe, minitre d: Ch e aux ^ K ? certain endroit* ii , , illu duel, au revolv., entre fascitee e communistes U, comin.rv.oU d. comit pour continue | personoea ont i { r i i a ;,, r.wHn .nt !) ' J ;' lfea Me > minitre d; Ch a. aux > ^? certain* endroit* il w^JmmlVhSTS^JF £ a -Ums, dlgu la cnitW dBali au revolv.,/ M M H.m. L i _. ". aou combattre la 2 rve. j— — -• v j/ i vun "u uiyn f,i(* cjoi -v#iijiir


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05532
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 25, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05532

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quinzime anne /Vo 42:54
Port irj Prince, Hati
i"
I
'
DIRBCTEUR.PA3PRifcrAiRE
Clment MAGLOIRK
WWW 20cKNTll.ES
Quotidien
^VenJfSaj 25 tfotamKre m
*Uu ami qui a peur de
se compromettre en reus
crivant ou eu prenant
vo re dfense, n'est plus
uo anii.C'est un confrre.
Gera.d do Lacaze DUTHIERSej
HEOACTION; Rot An-r-cai eNo. 15T*
hUnie Harding devant le Sud f;:l:
_ t CittiODi 01
U dsaccord de race envahit le Nord
La Nalion enlire doit le rsoudre
SUITE
isance industrielle *
J. nion Patriotique \t ^,
tt'-*ti.w ^oiivellos Etrangres
10DS 00 BroopeiDPnB qui doi- o **J|^AV>'3
f participer la man f'i atio- or- -Par Ca V 1 a
iii^^'^i<=:
r eu"5re dan8 8a *>ie d,
i L L^08'"6'1 coloaaale
*Xe de ''exprience de c*
S gaerre dao8 le Sud ft
SSiane- d/"8 pre8(lu une 80e
2 h" .e mun,too d8 des
k5?.u lor8eroQ8; de l'expari-
d.W.ers ue rparations d. cne
l J 6Q lraviux de locomo-
* comment des chantiers de
ioduatiielle
_ 'oua !pb eh f* dea A*o
latioua oo groupement, qui doi
vpot participer a |a aj,n f Jg 8lio or
R-DiBe 1 occasion de la C)ramia
"ion d enqute snaton
matin 28 Novembr. ai
les citoyens qoi dsire
concoure au bon ordre e: 4 l'clat.
|J la raanifeatBtion de a- runira,
; Hatisiana vendredi 2 courant i
lipures de I aprs midi
L Adrami'r*iear dlgu.
Georgea^YLVAIX
Lea racmbrea du Ccmi Cenir'
de I union patriotique sont pris d -
m u HIJIIIIH-
SSaS la Confrencp
Ira o' 4 l'lot wbwt
reDoaant on ... Vi u '"' ,uu**up 80m Pri(k8 de-
rZSSSStfS rede b0Deheare cette rgion.
n ,3. qui serait suiv d'une
p ,od- au cours de |aqUe! e la Chi
M Mrti. aut.use | ,Uer pronr.
DDOf arriver I^TT
ln li*"8 J,bre de 'icubation
il ?.myitm? de fravaU ^ dePi
u etatut d'une communaut ores
que parement agricole.
Le dveloppement industriel e'
-rar leurs guerres, peut Te migrai on de ae. droit, Sit
expliqu pour indiqu-r ../J
WASHINGTON Les dlgus SfiST? *M ~T
Jn Dq pu, sauces d.scu.ent au,our dans es S Cmprunts
dhu, lesarmemen s terrestres. nU'ln". A*"
Le point de vue franais
La Question chinoise
Le dpart de td B-iand
---------- '"' mais
de leurs dhbrat.ons il n'est rsult
.'ucune dclaration dfit ve L po-
litique des puissances.crou on. a pr
sente une propo.itioi f^rme tendant
a rAntMi. 1- a.ff. i
au
tranger
proposilions qu'a
ntn r. i"UC,,B8> Peut tre '""aaonniers rpter es io is air* ud de la
SSSJZ t&Fzrm ,^:'8or^f'"",*'"' i i. 2% &"
mme
roingham et sa splendeur industrielle de*f Paru" de 'a daopilame revuefa.t '
un des beaux prodoits de la rvolu \ Vou? d,tes S01- sur h demande
KL i.c,ln d0bi,; de Procds
improvises diuventions
groupe
pour la t-ra-ce a
uo court expos del situation
ex^t: ,l son goavernement et on
iir* "" uo v'eur per
maie trant bernent rvolu
w >nB, jen suis sr, par
, tomme ainncaioi, nous
inK8- que dea nav,r
T5 .,8 te 80ut comb.ttu r* vvu,u,cu y, se mei
ioe> milliers d'auoeea juiqu dt moderne, si vite qoe
:'K aUincaiuB jiarviuient a'ms inH'* -w..
. ------i"uu uj m rvolu 7 .t t*'1 vU ** CUI4
80M,d9 Va,eur^e J Nous sommes assembls aujour-! NoS! conilloo, no, hmJEJtZPt\ "H^U-U.
iTr"; f^^r tecta^n^'d* retenir leur, phces *** d?eona *** Ct,nieDU
de la loodation de Birmimgbam. C- ^eulen' oe pas snqur i ctte bril
tait que cette merveille ait pu tre ot f**> '
rahse en un temps si court nous i
-T*Zl?itnolxtnoa tm;nt dcs'.ctiOD- **imttttTXV7A pu, ,,,,
SSSi i !." DUS Sm" qU/ ?u,heB,il". ma^s .1 est de dbit aenfil les d^us"ex.
"Jl" oublier nos ,ours notont que la Guerre Mondiale miner h s ques.o.s spcule' de.f.
dernier i U situa ion de la]
fiance. Mr Bnafd a insist sur S3n -- ^..uprenn vit mQ, '
argument que la France noierait pas Sael,~ '* S^Jg^g
dsarmer* m.ns quelle nVtl^^?^ &
' watioa de h
E''!aasn5
W'SHfNGTON-iVafr.
; j-e pour dlra qu; ^L?jy
PKuraar
Le
[IMire
. fl combat
civIb inr-1 .,enl^u- a 0uD,,er nos jours notorii que la Guerre Mondiale
J" ba-eaux de guerre blinds ,1L! du pr,enl t ^mbaturtm 1U8fJu^ Anniao ni d intrt pour 1? lendemain. hauts salaire, ofarU. Ce lent L!i l...r. L .r mium moyens au
wnSmea,8,DienaPPare'l'^
cS nl JU8qu' lepi8e
laS^8. volution, c'tait
i S.eiuwt un QCident dans
^siou du gan,e amuce.u
m reseource dans la lutte
Ithemirjg de fer et
EfSn "J0,dui""t"
DtQo
a a l el at"'"erent fut et.
> sensationnelle que les
Hjea construc ions de la
JJrat,on dans l'avenir. Dan-
ttS? d?w8 ,e Nord' D0,re
oSS i i el dontra ce que
^job.liser toutes Ue tesson.
Ljn-ibques d une grande eom
Ma wni ?e8 Du,a de 8u're
[CJjr'W, fut un des dvelop
IhEaK!."* carctristiques et
wolotionnairea del grande
rop
ni?rltlAVV ,eniemain- """r",hM salairVcftMtV; t> |fnr rnoo"|x lia.reVde"'guer Vi
* cependant il oy i ,;mais eu venae-l avait t en p og es p rdiat Hour le pro^rame de In .Um'.
une poque o nous ayons eu tant d s dcades auparavant, mais i lu navale, on Ven es" en o-cui S
kSiiSXiSr PSA * !a KmLDl aCCl' Par SUlte de 'a Vu" dl'gVsonfin eUsPleo
111 i'Oi. -JjMtrh S""/ S,iD" avec "Ole impatience don. fait resso U?SC
lCn) m ,.. m-nt un train raient, depuis lois ger que Ton courrait ce que les
uissioo pour reorpIX^r "!!,' cm
f r i'Al'emagne la H !iora
JJnonames fini avec notre
S.V'00" expriment s
llajSJJ.^ndelaguerrt Ua
leV!? ,vai,Dl di,Mru ja
(JW'AodM ri guerre ^ureni
n avant tU txtirpeo
*ajii:ac* "t'l< in la fa
IS^'^' de$ p,upUs en
l T*fj un contre l'autre leur
P< pouvi et de reuour
Le trait anglo-fa.
ponai et l'optnion
des Dominions
La Nouvelle /ilande na.t,- ,
piaiondel'AusraIe%aPvortrt' Pour le mo.nent du
'ncs
plus frsn.he pense au lend^m in. m-nt un tra-n raient, depuis lois ger que l'on "counait'^'auVK
Wlilletie que le Noid e L de de ulr J Z n' ffi* W ?&? flTTZ "" V*** ,7t>ae,es "P" nava s demande/on
r et utilisrent fut ... d.e SSfcj'ft!1,1 ,des con a W U.,Si a raliSer sa tendance i simpl.fier leu s rxtho eTpour
i senaannnn-iio nn. . ",Dat; le ,*P* critiques qoe u-, mlmtnelU du travail de lhomme noir iinr la solution dTn,^
veiaen notre p.ys et tons le, pays// *>rtf fe NorJ rie/^ / A//^ Ap es duxeures e^d m?.H a
ln^TeDCemtni * P l dlgus eraoS ,JTO Jto i&irff*-1 de,aNou
comprhension, et la lura te de Briand retournerait en France plein -Nous ne L''re "lourd'hui :
2!\?rtl!T comPri^Qo^pent- de confiance sur son attitude devao" l^tJLffT auCUQe "**
et e seroos-nous capab es de consi lapprobatoj de direats atoaZ blscer TLiiU,,,fl " > re
rKmb ? P!W1ale twi * b FranceTava Sous fiJESV '**" U ***
etV/fw/// U" lM l^,'i**iW5iB et dvoue^' PreUVe da">'
t de lnoe et de 1 antre race et pour neures sur les arraemlnts terrestres iours Si.T ,,er7,ces dan 'e
a solution duquel la meilleure intel Les chef, des dlgaiioni ks nq devon Si gUCrre et
igencede ,u.e et l'antre doive tre'puissance, ont dcid de se r un, r TSiSJ^FSXLS^'
a i* IPUS urd dans la journe pour fer- ou amne.i ni ***** Dnl>nique
J^E'T, Se"?a; "gCS de 'e mt' des sou -^ommiss.o,. tt exam TLi. 8? il JS"? Ie doi A
ETSSSti o^"1 dC TUep,us ner quels se.at leurs d.voirs. mv tre trl P US p,rfiil Be
J^^"-? s;t^r: ^8"=
Ole vens d'augmenter ! tiunn.M. j. r *'
1 vite se meurt notre
naoaid.
cte lutte d'industries e
oi 8' *8 *^ud 8 'av. aoo
"vecc on terrible handi-
"rilicap si grand que se
u~DsutUereDl une dea mei
[Ht Jlri8,1> de tout temps.
Wv merveiUe quil m'a
Sijiai Men,io* njourd'hui,
Epuhes et t m fies par les hor
uis de la Guerre Mondiale, les oa
bots echerchent h s moyens de pr
venir la rptition d une telle exp
itnce.Elles voient la ncessit d'une
tonne eective dans les relations
internationales et i ct de cela, l'oc
casioo de beaucoup d'alrations et
d adaptation,qui conviendront mieux
rc actuelle. Notre propre pays, en
ore que des ncessits soient moins
onieuses, ses dilncults pas auss
dangereu.es que ailes de beaucoup
i -tires, a ento: lnr comment il peut amliorer ses
xiihodes. s'ajuster de nouvelles
.ckt.'ons et s'quiper ponr la nou
vtlie sorte de bataille qui s'annonce
A piojros d'une phase de ce prob!e
crie national, j'ai besoin de dire quel
ques nota.
Si la Guerre Civile marqua les
commencements de liodus'r a'isme
dans le Sud qui avait t auparavani
presqu'catiremeot agricole, la Guer
re Mondiale nous a amens i la plei
ne reconnaissance que le prob'me
.a mmm .tt-.ii.m *.. i a* seit Pircuiierement occup des mo
&S38&S nrx&p& l* Qr,e THesle
sSS frSriS* &BsStSS
, tt...iTn.. -- ...... ,,aete prsent i la conmistioi naf Mtis* m i nu _."oa a,verae
iser que notre prob me de race ii a/.,,. ,:,',;: "."';"" *"'J Ml'H i:i ^*i"uHion aujour.j t,,,, rianH drmw^'
e chioois tne sous commission a et* grenades. nin*u!! ".>ouPB de
..^-"uiion aujouru-um, uc iccouaaissiDte que ie proD'eme
'" tenu qu'elle n'a jaunia de race est natioual plutt q^ue pure
qu'une phase don antacontsme d.. ry,o ^uuca - ui
r.ce qui pse sur le monde e"f,er l" $T "" a PSiSh p,U8,eur-
S en-nt no ne gagnerons ri !t q PUr "CUlei 'V? *' Mf SS
..a., i.- sX *!?-?._" "ta a A'tfcd Sxe, minitre d: Ch e aux ^ K? certain endroit* ii , ,illu
duel, au revolv., entre fascitee e
communistes U, comin.rv.oU d.
comit pour
continue |
personoea ont
i {. r i ia;,, r.wHn .nt !) 'J ;' lfea Me> minitre d; Ch a. aux > ^? certain* endroit* il
w^JmmlVhSTS^JF a-Ums, dlgu la cnitW dBali au revolv.,/
m M H.m. L.....i _. ". aou combattre la 2rve.
j - v j/ i vun "u uiyn f,i(* cjoi --------- -v#iijiir


lb avriN
La question .Han
daiseLasitualion
restccriliquoclto
position de I Lis
1er la coin pli
Crmmu nique
Th Speciai Cotnmiuu t f tht S^na e
on the o cup t'en > "d innvnist'atio"
of ih ter- tor,rc ol th K- oh ;c f
! 1 fi' a-.d ibf D raioieto R^-pt-bi
ible wl. ber permi*ting, \v
J .it Poit au Pnote Mond*y mot
i 'q 28 h.
The Commit:-, fter cal'i'g rp-m
'h-; Prsident ot tbc Repub ic, h-
M nivter of Forcgn Arli'rs, aie! 'h-
Ccmm>ndant of 'ht American Fb -
u O d I 6 l tir- ng u I
LONDRES Aprs If runion w nnounced, in the ioom
d'aujouidiKi en're tel dlgus Sim L the Arnencan L'gation.early Mon
Feiners et la comunss on du cab oetl j... .<...
la situation irlandaise tait dpeinte
dans leb milieux ofliciels comme cri

, teint de lys b
que
tique, mais pas dsespre- Lloyd
George a expliqu aux S: un Feinets
que le gouvernement consentait
exercer une fore pression moivl
ur l'Ulater rt offrit son premiei
ministre. Sir J-mes G sig. d. s propt
suions iinauci ea a li ayant s p< u
di v afttrnooa.
Il is ro' neces.cary to state tha a
Cjm.mittee ol Ihe Sena'e is ihe'judge
of ibe raracter and the compttence
of h. testimory wich its adm.ts '
s recordi.
l ne Ommitire scek<- the ca!m a d
sonab'e judgeme-nt cl those whu
orne bjfore n, temptent to c fi.r
le persuader d'accoter 10 he l rgit Q imon u lhe pioblcm W1CU lt
meut .oss.ble: Un parlemen dj lu, ^ urd r oath, an u -
loutes les irlatides. Ma il cts pu
positions taient rei.o Hei, le* Sion F- Iners, so pui.rlistr,
a dclai L'oyd Ureorge, le goterai
111'lit ne propoteibi' aucune loi au
parlemem qui euliainerait I Ulsiei,
contre sa volont. Le gouverm men
a expliqu que pour louer l'Ulttei
cela ncessite rmi 1 envoi de tioupe
an mpna de tous les ei.g^gemei.i
de ue pas employer la forte ai mec
Les meutes qui ont commerce t
Btlfast ont a.teint hier tue gravite
approchant ae la guerTe civile.
Dpches te lit.ri 11 a pieese d
Londres aitribuet-t lis reipooubl 1
ts de ces dsurJies aux cillrent*
journaux de Paris,b.en qu'il paraisu*
Dieu vident que les binn teiuer*
noient seuls coupables du bombai
dment des tramweys par le4 uuvi
Il des chantiers maritimes bief t
qui a eu pour consquence la muit
de trois hommes c" uuu ireniau 16 d
blesss.
PA1US Sl3 Sterling (J l
Dollar I i 10 US
NEW OPK. Sterling a/jyso"
Franc 4 12
Sea Side Inn.
Cinma
DES
'V^
re rrir prprde rpr#*., |, io
on ri. lie p ogramrae AttrocuenS
outes soi.es. ""
Ki Iree 0 5'J ceiritits
Avis de la Police-
Une bculttte trouve dacaia
1 u t du 18 au 19 est actuellement
eux bureaux de la police eu on pro
pritaire peut la rclamer.
Avis est d( n i aux iotreaaa
qu'un voleur Burpiis par la police
a pris la fuite abandonnact deux
sacs de caf^qui boi t dposs U
diepotition de leur propritaire.
Ligue li! la
De magnifiques travaux d'emb!
lissement ont t entrepris i S?
Side Inn pour qu' la fin de l'.mn
les ftes qui s'y organenl se dro
lent dans un dcor nouveau .t d
tonte beaut, rendant plus agr-b't
encore et plus charmantes, les he
res vcues dans cet lablisserren
unique, rendez vous du Tou>
Pon-au Prince lgant. Une vasn
terrasse dominera lecoup-d'il ravi-
sant de la mer claire pour des pr,
menades de lve perdant que de
couples s'oublieront dans le dancing
superbement installe anim lan
cesse par une tntr.inne musiqur
Les ftes de tin d'anne sv.nr.o
cent donc joyeuses ei louiei I S*i
Side Inn o des menus ans, un I ai
excellemment pourvu, un sevee u-
rprochable et des agrments varis
denneiont satisfaction au gct d
beat des plus d iciles.
bi 3 d l terne o ub>:.t tiatedand
lieH, by thbse who dsire to
tae sulIi facts.
The Commiltee deems it as unne
ssary any lunher to assure the secu
r.iy ol \v tn:sies coafo mirg to ths
slandaids, as it does to deuy that i
would in any deg et condone perju
'y-
Tkaduction
Le comit spcial du Se"nat sur
occupation et l'administiation ues
uritoiiPH de la H^pnbliij'ie d'Haii
t de In rpublique Dommicaiue d
Imrqu'ia Pott-sn-Piinoe, luudi
matin Io ^8 Nov. irbre u l ttiujs
f vor. bb le penne .
Le Coiiil, ppid avoir rf-ndu vi-
lle eu Prsident de la itputliqu**,
u Ministre* des Affaires traogrerf
t au Commandant des Forces Ame
cHine-, tiendra sa premire sauce,
moins d'avis contraire, dans le*
d eaux da la Lgation Am iciue,
Lundi raotin de bonne heure.
Il n est pas ncessaire de dire que
a Commission Samuonale est ju^e
du en at.ie et de la comptence
des tmoignages qu'elle admettra______________________________
dans st s records.
LeComito recherche les jugements vf* I clines et raisonnables de ceux qui M-Jt aMlHm* Utiit 1%,,
viendront dposer devant eux, cour La rep' enu ion de la pi:e de
ptent dollrir une opinion sur les M re ironie Hh*'Oy est renvoye
iiobii'iies qu'Us tudient, et sous Mardi 29 rural
su ment, et une dclara .onsa-s pa- L Ca , ,e ,.;, fn Vfre A
itpn d i.. prouve et prenves t dc Di nanvhe u d, ;t4 d p
i appui pai ceni qui d.tirent
\(allai t $ Uouet
igenti gnraux rwwnr fiait
\TA), Hue du Magasin e l'i'Jui
dcU-
1. r de tels lui .
Le Comi p* nse qu'il n'est pus
(cessaira d'assurer davantage les
moigifan s iju'ils | mito it de lou t
scuiit conformment ces rgu-
lations et aiih-ti n gstaJe pas de nier
t'smpuitance de patjurations
MJIl,l.
Jehan iivko;i
Parisiaua
C'est demain soir a heures que Icli.m In
l'auteur des Cl <]uau en (j>
l'ariiiana une lOttet iniHiquC
Allci > tous M louk' l'cWWl Jjii^ K)..... u
tpenoirc rrologuL des Cas qa'au... ce <
qui BVM plu. de ijo vers ; li.m Xoul lu
lections, Miss Itj^s; lii.io. Drf.irli TIioiii.is. Ctt,
Ctc Quelque, actctiisdcs C^s qu'au ... en ( ,
qui ptneront leurs COKOHII a l'auteur
iiuiuiif, Si-LouA1
Nous avons appis avec plaisir qu:
i grande le e annuelle dr la Cna-
p-.lle S Louis dr Tu g au auia lieu
If dimanche 11 D cembre prochain.
Bloc National
Sance Fxtraordin .ire
Ce/nmuntrju^
les membre! du B oc national sont pris de
1 runir, le dimtuch: 27 du eoumi a g heum
du BMlin Ku.- .1 f.i lt>lvolution au
che Eu < K.dn.ind Dln (ia
i' du cimetire ce pour l'leciwa du bu
Ma r d > 29 Novembre
Grand oncert Artistique
Au QNis VARIETES
Oiganit par le Maestro Ltttue avec le cor
cours de nombreux artis'es on aura le plaisir
d'entendre Candio, notre- Benngcr National, d.m
. 1..1 douce jus >i pa capab paie'.

centre
1?
lui, donnera .. n iu dinnth.
'Ori .iu prince ce i.\ Novembre i*)\
Arr ve
Le S. S. tien. (> \li'. Gotaba le la ligne
Panaaa venant de New York est tntr hiei Mil
avec 460 tonnes de nuiJundise, S; sus de
correspondances tt S passagers suivants .
lira Mme J. V. Andrew, Mine H. S. Marri-
et deux entants, Mme L. M. HJcfctj Hww S> I
vera.
A vendre
}f> caneaux environ de terre, d.:-
ptmlani de 1 habitation Mdecigni,
a haut du Cabeuil, Montagne des
r.tits (,'ahos, dans l'Arrondissement
J Saint Marc.
S'adiesser au C.binet de Me Bidy
^ Foit au 1 nnce. l'tage de la Pbar
mteie Nouvelle.
COW3TJPATION
prenons le a
OOMPRIM
de DELORT. Pharmacsea,
no.
t-jm t5<*int-A.atoia0
EST LE MEILLEUR
i PURGATIFS

A XJ-3?t2IO
I i i-.v,io AI.BEHT1NI
fn- m dfl D" Jui'in VIaHD
SyocUcat des
chauffeu
Le Com t Dircce r du 9yndicai
en ud'-Mirs pr'fi le proprit": ni
" d^sutomobiies quiont I
vices des ciiaulleurs dc t en vou'i ii
tu donner U pe.missn n d >-'abs
p"*er d lturs postes 'e DioHOChi
'7 Nn"<-mb'e conr-n *'.>x fir>H I -
sister une runion exlraord;r aire
ici auia li u c-1 1 m I P 1 8 hfur.'H du 1 Le COMITE
CUNVOCVilON Tm. Us li u I
wis memb a d a l ext ordinaire Parisian
Diroaocii^ 27 Novembre en iraot A
huit heures t ruqisi s ^8 h beor**
anglaise ) du m lin, poi une coui
n iincaiiu 1 imponaotc
li est prid'-ro prtant et po.ic
Bel Le Pridi n.:
J. HEAlIX
aiaaBaiBaiaiasajiaBaMKV^MwiaHBBMiaanM
Service de camion*,
automobile
A l'oioht-iui- de la lte du S*-\t
di, Dnfiit le camion prundr
les p efrger-, ahidi 1 Noye^nbi
couinrit s4-beoread uprs-mid
? t meicieci a 4 heures l(. 1
^FS^e allei ui 1.5
S inscrire, Hue du Centre, Maison
Dussek.
, A ure runion q< i eu lieu,ivt
hier Parisians. sur l'initiative de
Mr Ali honse Heniiqutz, il a t dd
d !a cration d'un.' iigae pdrict|
que dtvai t iur.ir trus les jeoMl
hatiens sans disticctii r. M. Hent?
qu z ; t acclarr prs tnt du Ce]
mi'. d'initiative.
Une rranifestatior soumise pont,
jeut de l'arrive Je It Commis
sion d Lnqu'e. Cfc:t: marifestttionl
a pour but d'appoiLr uu reofoit ]
1 U'v'cn P..'iiotique, de consacrer \'%\
dhsioz des jeunes aux d :t tt csscciation et p o:'amer de fil
on trurgique )t^ p'otes'ations, lei|
rve dications ei d sidersla de lt
eun s'.i. kaiiieune.
Ecole Spc ie de
biao Daclyloi|rapbie
Efamtns SUnogratiquts
du i<) Novembre 19213
Rsultat*
Moyenne mini m un exigible 5
iOO Meus la Minute
* ''c Lonie Lemoyne
Vielle Francir.e Augustin
M Thsa'us E ienne
Vlm- fc'mmjnuel Guercy
Mr Maurice Laroche
Mel'e Jeanmne Borday
Vielle Fernande Riob
Mel'e Laure Delsoin
Melle llilda File
I0P
ni
"
"'1
1181
30
ra7
i3 i
Bire allemande
Munich
I fu pur le s]s "AMOIi" un ion tlock faon l'ilsner et Lager.
L. Prcetzmahn Aplnh,
Comptoir FnMC-HlIGil
Hue du Magasin de l'Etat 1720
Porl au Prince
Chasseurs.
Messieurs Vaillant et fiouet ont thonneut de vaut aviser qu'Ut
ont maintenant voire disposition un sto-lc assorti de munitions de
chaSS et qu'ils sont placs pour excuter dans d'excellentes conditions
toute commande d'armes de chisse que vous voudrez leur confier.
Le ]ury compos de MM. Dmrel
B-uxv, Benou Couba, Andr DeoixV
Rv E ocaid lu-,:. Nk-Clment!
l'othel, Mr Gtoiges Stines, a '
sid pat Me Fabius DuvielU, Soas*
nspecUnr acs i.:oles.
LeP|tCat-.lina parti d^ Loai!,%
ip 8 courant, est attendu en n*J
vers la tin du mois. -t1
Il clrargera directement pooria|
Port au-Princfl. le 22 Nov- 19il.
ROBERTS DUTTON & CO
Agent Gnraux.
Nosa Line,
Le steamer "Columbia
J
lsiu**|
et sjrsj
Poi t au Prince
Avis
New Orlans le '20 courant et si
ici W 2 dcembre, apportant ejwj
200 tonnes de marcbaadiseJ ei r^
sagers pour Port au Prince.!
Le bateau laisser le niJJ
pour Sto Domingo City, ban "^
de Macoris, la Guadeloupe, ta ^
nique, la Guayra et les port 'w j
Colombie pour retourner "JL-,]
New Orlans, prenant fret et F"- l
aisvancal
rjeis.
Nous portons a
la conc
.>oub portons a 1 v"".Kif-oy
1 les atlrteus que le -Colu.nbU wjj
fflM vit? au Lomptm brancai* ci aroutedeNeW Orlean9ti!spr>o0,l
vous trouverez de VEaude Hch^tes-iM frt1
tin et du Champagne tommery;^Grenoflo^vk^m.\^^n
arrivs par le dernier "Macoris." %^la\\LlV^- \


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM