<%BANNER%>







PAGE 1

L£ MATIN g dafhires Port-au-Prince notifia]demande tait sur le point d'y acc<17 Aot et ne s'ouvrei pas avant neuf S. Doartement d'Etal que le Gou.|der mais s'est contenu sur ma .. ff^S/^SUS . Connecticut La majorit de li popu lace est bien dispose et soumise. Elle accueillera tivorablement la dis persion des Cacos et la fin des rvoj lutions. Si l'agrmenti avec Haiti es* MoaVrnen. do dsir, recommande Capt. Biach U |^np n1VP S N. pour tre uomm seul corn missaire pour les Etats-Uiis ave; pleines instructions et auiori I. Il a conduit nos ngociations i terre rt je crois qu'il a la confiance gnrale ment de tous les H miens Gonrn les relations futures entre les E ats Unis ei Hati dpendent larg>m ni du cours de l'action prise en ce m > ment, je requiers sincrement d re iciorme pleinement de la pounqu des EUts-Unis —Cape ton. au Dpartement vernement haitien ne pouvait renou[qute, vler le permis pour le tf. SS. Eaglej La condition actuelle est qu'aucun de rester dans les eadx hatiennes i [homme ne peut tre lu par suite cause que les lments rvolutionde la peur des Cacos. fe crois planaires ayant a leur tte Bobo avaient voir contrler le Congrs. le puis tir beaucoup d'avantages politiques empcher toute meute de Cacos a de la prsence du btean, informant Port au Prince aprs l'arrive du r le peuple des rgions du Cap liaigiment de marines du USS Con tien que c'tait la preuve de l'asser, necticut. Un gouvernement stable tion de Bobo que le pays a t tven n'est pas possible en Hati jusqu' fe du aux Etats Unis par le Prsident que les Cacos soient disperss et haitien et que l'Eagle tait l pour, leur pouvoir bris. Une telle acfcon consolider le contrle amricain. [ e st maintenant imprative i Port au L'opposition a l'interfrence amri Prince si les Etats-Unis dsirent n caine devenait de jour fn jour plus (goder le trait pour le conti'e fiaan aigu et le danger de dsordres I cier d'Hati Pour accomplir ceci, il lonsqaemanent plus grand.Au cour, faut avoir un "rgiment de marines du suivant avis, l'opposition intrieu en addition celui provenant dj re au Gouvernement existant aug menta. la lutte rvolutionnaire attei gnit son apoge au 27 Juillet par le massacre ordonn par 'e Prsident Vilbrun Guillaume Sam des prison mers politiques et sa dcapitationqui s'en suivit par les amis et parents des victimes L ordre fut immdiatement restaur par les autorits hai'ienne?, mais le 28 Juillet, le jour suivant r meute, des marines lurent dbarqus i Poit-au Prince et le Secrtaire dh tat ; maintenant Mr Lansing, crivit au Secrtaire de la Marine c En confirmation de la conversa tion tlphonique entre le Chef de Bureau des oprations de votre D partement et une autorit de la divi sion latino amricaine, j ai l'honneur de lqunr. en vue de la grave situt on existant maintenant a Poit au Prince, Hati, que 1 aniral Cape ton soit instiuit de debuqutr demarines de Washington 1 la plus prochaine occasion, qu'il require les capitaines des bateaux anglais et fianais que le Dpartement suppose tre maintenant en ionte pour Potl au Prince, de ne pas dbarquer lenrs marines ; et qu'il leur assure que les forces amricaines sont prtes a protger et protgerdnt les intrts ttangers a Poit au Prince. Il crivit encore, 2 jours plus tard: pai l'honneur de rqurir que des instructions soient passes l'Ami rai, l'autorisant continuer son con tile militaire i Port au Prince ti qu'en aucune circonstance il ne don remettre le gouvernement de la ville aucune autorit haitienne jusqu' ce que j'aie l'occasion de conterei avec vous. L amiral Caperlon, commandant les forces dans les eaux haitiennes, fut avis de ces instructions et au 31 Juillet il envoya ce radiogramme au Secrtaire de la marine • Aucun di facto gouvernement n'existe i Port au-Prir.ce. Toutes les fonctions gouvernementales s'exer cent actuellement par un comit de citoyens agissant virtuellement sous ma direction. U Chambre des Dpu ts demande permission d'lire fie sident, mais 1 ajourna, en se confoi mant ma reqa.eLe moment pour l'lection du Prsident n es. J as propice au maintien de la loi et e l'ordre de beaucoup de ebo-ea rgulariser apra ection.Si jeudi n'est pal dsir parle Dpartement, requiers tre | inform immdiatement de la plqs procLaioe date son cho x pour que l-leccion d effectue, daua le but u'abattre lexcitation. Userai de loua efforts pour retarder eotio 1 mais ne peux garantir dlai plut tard que jeudi nuins d mer ae la forceL'excitai.o J et l'instabilit avecpoi sibilit d'emante continueront |Ud qu' la fia de l'lection Nouvelles Etrangre PAR CAKE Pour 16 •contrle financier d Hati. 1 L'amiral fit suivre ce message d-une plus complte description par cble de la situation au 2 Aot. 1 doit tre rappel que les Ucos, bien que communment considrs par les officiers amricains et la presse des Etats Unis comme de purs ban dits, taient, en tait.nn parti de for 1 opposition qui combattil vigoureusement U politique propose de com promis e' de soumission aux H'.u, Unis. Le but original de 1 interver tion amricaine e*t ici (ranchemen admis. tUn grand nombre de lvolution haitiennes est d l'existence de soldats professionnels appels Cacos organiss en bandes sous le com mandement de chefs illgaux et u responsables qui se mettent du c't leur offrant les plui grands avantages et reconnaissent nominalemei t un gouvernement. Les Cacos sont craints par tous le Haitiens et virtuellement contV en la politique. A peu prs 1500 C cos maintenant Port au J-rince sont dsarms ostensiblement, mais conservent leur egansation et 00 croit qu'ils ont des armes et des rnu nitionu caches. I'S ont demand l'lection de Bobo comme Pisidea et le Gong.es terroris par cetie pure Caperton choisit U:i Jaadidat L'attitude de l'a mi fol 3a perte g.rd de l'lection qui s'anno i m plus clairemrni indique d.n son rcent tmoignage devant le Co mit du Snat o il dclara que si avait permis qu une lection eut lieu ap's la mort du Prsident Sim, il D'y a aucun Joute que ce serai' Bobo qui serait lu. Bobo, dit-il, eula rputation d tre ua homme d patriotisme, d'honneur, un intellect mais fut inamical i la politique des b ats Unis en Haiti, et refusa d et e li par aucun contiat avant son le. non, disant qu'il travaillerait seu : pour le bien d Haiti. L'amiral fait ses tions pour obtenir U candidj ture de l'ex Ministre u Hati au> Etats Unis, Hon 1 N. l/ger, mais Lget refusa d %  marcher e lui envo yale message suivant: D tis 1 l'ami rai que je ferai tout ce que je peut pour mon pays mats je ne peux me lier d'avance a aucun tait que les Etats Unis puissent demander. |e dois tie en posture de dfendre les intrts d Hati Je suis pour Hati, non pour les mats Unis t. Dartiguenave, cependant, s'enga gea volontairement tandis qu'il tait encoie candidat & la Prsidence c a accder a tous traits que les EtalUnis pourraient proposer y com pris c la cession immdiate du Mo St Nicolas • Bien que la raison don ne pour le dbarquement des m* %  • ns Port au Prince et la ti.he du contrle de gouvernement tut qui n'y avait pas du gouvernement co.s tutionnel, l'amiral Capenon a a lest qu'il refusa de permettre uot lection et par suite la formation d'un gouvernement pour la raison, comme il a i dclar au Dparte ment de la Marine dans une dp ens expdie au 5 Aoat 1915, qu'n y aui.ii. dts machma et le 8 Aot, l'auairal Ga penon cbla au Dpartement de la Marine pour de nouvelles instruc nous. 1> doit eue nota que l'attitude taoumiae" des ciioien*, uaeuuouue pau la dernire dpche, semble • tre vanouie, dans l'intervalle. a cause de la ralit croiaaan e que hoterventioa des E aU Unis avait plus d'aspect menaants que ceux d un simple dbarquement. Les snateurs, dpute et citoyens rclame, l'lection. Aujourd but fu lixee l lection, rnaia elle a t renvo je ?ur ma uemai il t Cela a'eet tff-c tu par mou influence sur le Prea< dent ilu Seaat et de la Ouambre de* Dputs. 1 s peu veut refuser de iv voyer a plua tard que jeudi, daiie lequel cas, il faudrait les arr er par •a torce, ce qui serait exumein un inddiiabU, 0 • bien, ils p ove t se leuuu sans avla et lire le preideut La session du Congrs prend tin 1. Hsii doit accepter toutes les conditions demandas Dartiguenav apparut, de ce DOint de 'vue djs Etats Unis, comrm le cand'dat le nlus flW'Irab'e, Dreq'i< le seul homrn* n fait, fini von'ait ('marcher d'aprM 's condition. ofi.r ts L'erniral Qtder^oii rnooori* an la Mirine q le Dri convient in'Haiti liit *e •MfBefra a 'oiteaj |#f '•odiMinq dmand4a< p^r l KtatalTift. et "I pof a ie I* oroe/**iea que ^o'iteq ie^ rordition^ n*oiio4e n%r non* ^ ront an b^n^fi • haHaa. I' dclara qu'il u^'^* ii<* tone son influence %  Or le rJoiRr^ hiitian nnur nvoir l'iih^jio > i H •'• 4 d" Mllee n'uni tiong. „• L 3 anu le Dtpartena'n de 'a M'io r-Din1it; n ce^ r mi : N'imoorte quand 1^ BlUIens le dnirflron^, vn m niivz ne" n a trA 1 **lction d 1 P aillent d •voi'* lie I, lacHnn da f)ir >ff'ien"n "•*' n->\ fAre nr •< Et*t U th V we ^" iari '^ H 'i'ins rj i ia 4 R.t>* Uns no s' arrotfoea s sur terre aissl illsjar le fr >eaj def iruteoitatH. M Gr rardeau,co iseilleatecbn qi U onfernuce de W shiigoi quelles une allocution iau^j seea !ra-M p r le lieteT, verneur Fuller. Le nja^dul! conduit en antonioo^ t ,TL gouvernement o la nn%\a Ut fmterie et U como^iiieVde gi'd's naionmxfonj, ^e d'hpnuur Lmvclul 3-"em'0' reu pu le * G-)xani,en 'ui remef-ant ||, d'or de l'Eut; l'a djeint 'ni qui 1 mis toit. „ COnfi D-u, un gnie mil ; tiir 4J g'tnd* force d< rar*ctre et i a simoh. b-n. 6lle et dvoi ida's les olus levs Dna sa eu-t* rsoiuai,] ais le marchai a pay ui d'admiration nui soldas lei cli-issetg Qun1 son atteatio_ atir4e sir Ie9 sollu blsHiil fl-mirea des ar-ntos qui M] vaien dms les tribinm \{u\ In4a et a oaro heneu i e sence. Accueilli par |^ T,,i re; et les menb'e* du consa-i oal le m"re a remu u mu c'*f i^ la vi'le due aied ds] grivee en r-li^f % | Q ( ,j ft | "illea 1 I 'tre coum ou es ls ni . fl t bimenu] doit i N.<>|r RltqqredSiprobi et de ses M 'es lai s-|. JQ J h'enve rie ^t lui a coiHr ll de D'il eir en droit. L 0 'aire de la fte a t s 15.coi vtrans de la gaer.'i~ q ie cet'e lingie cn'ona fat 1 au ooint fix, le mrcrul li| en revue La revue termine,! Ngociant un traite pa Dirtiguenave (ut lu le 12 Aot e loi E'a Unis un oediatement com mencrent presser le trait qui de vait tablie leur contrle sur Haiti. Le 14 aot, le Secr'aire d'Ctot envo ya un raesajge pour tre transmis au .'harg d^ffairns Port au Prin ce Un dna g'and teste atpara t aux pag s 552 et 053 de cette Dub'ication Pondajt plus d'une anue, le gju inaugurale service radio tl'gr.:hi bard da oaq lebit Pars. Il adres '^rrenlu a Gimbidga of ea Mr Laffout JUS aeci'aire d'Elniti c'li r wrd lui ag tat dea telgraphej a une dn f anca!fri le d^g'- de ijjteur .de looo kilomtres un 'ii^ii^pii |). re'our Bo on le mai la fore9 radio tlgraphie cona'ataot l^a pro'-nii r fln dre visite Urche grs magmliq tes ralise p^r la!B)stou et le SOT il techniqSe fraut se rdio lecttique toch Uoitou BOSTON 14Ctait au tour d; BJS'OI d'ic gnrilisUme atiiitl jdlner donn en eon hnueat {gouverneur : Cox (I a rega : t r ain a 10 heures et sera tPrinston aojourl'bui. clamer 'e allies II Ta fait et cordialit qui aVo 1 Petit!* Noum ds armes' Etranger • avec enthoUlUtn; Une dpche de Bresi .mnonce rien i eiV er i>tion des Mldais americiias daa veroement-haitien.tfVmiVieraVetf predentei rception, dans )m .S&Jf^-t&SBl •ee coudi ions du trait con'enuee diverses villes des K'iats Uaisdija vij — u comtesse d'Eu Mie de dans les ins'rucions di 2 juillet site* parle m rchal. Des milliers reur de Brsil doo l'odro vient de [ M du Dparteman-, auquelles il a et dei milliers d.personnes taient j J^ ns d p ; he de Londres m nouvelle manifestation des uns travail i : Elle a t assex violente la police i il y a eu des blesss. Les nunuc du nombre de 20.000. 1 — M ne Vve Favier qui tait la i dante en ligne directe de Pierre tomb Carpentras. Elle tait ge 1 dix neuf ans. ve de 19 coupde canon. Les son h uts de bienvenue, aprs une courte crmonie au cours des Etat Uais'dj Mle St Nicolaa. En de ne, 8* z m Prsident lu la iect> maib*aiice for U' II* le ce goufa e nau et en ro 'n m>san'Z itao le nj ivean H aident d'il iti a tte li q i'ii doit tre to t de suie sjumis" la 1 ai fi ca iou du prdent Confis huien avant su 1 j mrnement un trait en stricc accord avec le plan dont il s agit avec 'ei ahratiuns et addi. ti >ne suivantes... N-cesa.tiroraen de plei.i pouvois vout riron( cb es ave!• mias de dlai poaiibleLAJH NG Faites SHveir le tempa o C')ci a ote 1 •' m* au charg d affaire atnancain Diiuel ( A suivra ) Kt l 'iiuour vint /.. Une jeune lerame au thtre qui s'difie... N'est ce pas que c'est beau ? Et cela ne suffit-il pa> pour qu'en loule on aille Jim die soir i Parisiana applaudir la pice en trois actes que M 11e Annie Desroy vu nous ortrir ? livre gnrale G J 00 lA)gc G 3 00 A Citt-Varirt La 2' rte thtrale organise par d'acteurs aura lieu au com.neuceiaeBl 1 maine prochaine, il y sera jou "a* de Oaats Key. iVleadailiCa, jlcSa'Oul S, Ne ml iMcoi H\ e \ou<. apprenons la mort Je VJme Frdric lier laJn). survenue ce matin 10 h-ures.— Les (naerai|ls auront lieu d.miin aprs midi en 1 feliM du Sucr Cotnr de Turgeau. La 1 grene Jefunte tait la sceur de notre ami le Dr frau^ois Dalencour a qui nous presen tons nos siacres condolances asi qu'au auucs membres de la famille. tez ni is v 0 s>ieilles foTne de chap^" vos vieux chapeaui de pailK car en y 80 6 "i \ % 'es vous pouvez tes .remetire neuf V c ^, GOt^ORir liquide qui se vend avec un pinejjj dans toutes les pharmacies et dans tomes ws maisons (seizs nuance diffrentes*) 1 j Dpt chez A. Victor Gentil •1 [jt n gnral vour haiti ^#1 1731. Bue du Magasin de l'EV, CARPENTrR-MORTON COl..lIJ-ailM I" 40 UV.A.



PAGE 1

Lfc MATIN i> Bloc National Hier matin le Bloc National jtfi rroui chez son dlgu, Mr Ei jjje ff rdinand. ^ cette nouvelle sance, des dictions oot t priss pour la bon iicirche de l'œuvre. Plus d'une douzaine de eitov Cessants se sont prients et on M i prter le sermefit conform gntaox statuts—comme membrr nVrents du Bloc Natioual. D'S discours empreints de p rii ncont < prononcs par le pr Jeot EdPolynic, ,ptr les membre Veiret, Odilon Sjourn, Lamothe, %  tiers Rveau, etc. A noter celui d ftidatrur et dlgu Eug. Frre ajod que nous reproduisons ici. Comment et pour* quoi a t cr le Bloc Nation a Discours de Mousieur Eugne Ferdinard Soi B avons constat que le pay irensit une iieure critique, rendu swre plus aigu par de compile DS interne*, ne de malentendus frictions divergea leaquellee lui. l'clairer ne taisaient qu'aaa^.. rirdavantage l'horizon des aopn ton nationale. Des cosur ^ui GO se Doua, bo sont penchs sur i. wffraDCes et les angoisses de I. tin ont senti la ncessit de s vqroi-ber ; et, dans l'entente co •le ont .compris que le moinen lit arrive pour nous de cherche! uuver ce que menaaiem d empor fie naufrage dea dsesprances ai ipiinTft coupable des indifrersot dM tiedes De la conception d'un m mthodique rsmeoaui sur un jmiindaction uniforme toutes le., treei vives ou pays S la rali .atiou perte de i ide, il fallait vite trou •r une solution A ce problme pas soonant de propolaion nationale. !Z 09 $ nUo n change est aor wnaie de la formation d'un bloc \toui a vandnouia !e bloc noojj. leipr.Mion de Bloc National, a " effarouch bien dea eapru E jnbiaient y voir comme une suond ancien parti politique l'focavec l'ancien parti i.b te peut tre l'une dea cau.es fiiande division dilatant enco ••sua la famille hatienne, division Pwosa valu peut eue la cala fcwqui met le pay. aous l'gide Jjuiut de droirinternationel £• a tort que certains homme %  Misait, fondation de uotre g? ao tout alarme outre mesure £ %  • ptuple comme du rente bien EV'",*." 8 P>pU lenthou JMquilleet la criuque et au %  Wetukni ; C'e.t la une dea eau %  •no maibeura: • Piofetaeura de .pessimistes s ju.qu' garer le public contre 2 lm 8 PP el ee cependsBt a ioer le coursge aux daabuaa eceptique, & ralteruur la ne Nauooali en preparan JMT meilleur plus enbiimome •w utbiueratti de lortes colle • %  •quelles constituent l'arma '* pius solide de la machine BeautFraicbeur-rinesse chez Anfs Tairai Voulez-vous re lgants avec peu d'argent: Accourez chez ANTOINE TALAMAS. Voua tiouver./ an stock d'ariicW* premier .choix, d'une beut et d'une finesse rart.-Ceai ta auront* S V nn mt,80n BV *' 1 r a rvee 8tt nombreuse client.'e pour la fln d an,.*tL^SV • l ucwa ? e detre "" a ses clients, la mai JO promet da veu ire aui plus bas prix poi|.'es. e inn/l W! 0U e P eat ,roaV8r chuter meilleur compte qui ch^ Sni ra, ? mas *•'•<* %  %  • % %  *• q" -e tait sentir chaque uui u m" !f ,c ;orla lamentable situation conomique du pays veno 2EE l£% 8 ? * p 0Qleata ^, d8 agner trs peu pou. plaire tou> t mettre ses clients A 1 aiae, quelle que soit leur bourse. Accourez vite chez Antoine Tu'aman \tJ:: '7!T S r ni H > ^'^ et %  £ !* remarquables par leur Soie l'avable diverses couleur Auoe Gourdes aatiu Liberty toute couleur luseor ue soie Julienne de soie aiouaseliue de soie Charmeuse de soie jackuarde de soie i J o c une de aoia i'tu fc ahue de soie uitoman de soie Voue de laine v-'r.andies bwisa .-..ii n et le a flbur 1' BSJ Or huit: a barre quali. suprieure .tptb Ocoigtnb uoui.vkiieb Ctepe Ue Utuue uepe de Chine barres ilatteta noir Sup ^uantouji (,1'uasjr pour liorn.) Jigaudie orode buiaae double Uigeur -ncy juciiieeUe (, Tucotine ue oie uzette Incolate de soie Voue a barre de soie -.tefioa de aoie ..e^un de soie fleurs 5 CO 51)0 5 00 5 01 5 00 00 500 50u 500 500 5 00 /varies Alpaga noir Casimir sup. Ser^f bleu 10 (To V 50 :)00 30 00 CHAPEAUX 5 OU 5 UU 700 10 OU 10 00 12 00 12 Ot 12 50 12 00 12 50 12 50 3 00 yoo J 00 DKA r ERIfc ^achemir noir & blanc Aune G.2 50 loue blanche pour juppe GaOaruiue blanc Kep couleur Palm beach pour jupe; Voile couleur unie Voile blanc Crpon double iargeu r Voile couleur a fleura Ghnpeaux laine pour homraeaMO c pour cadets H pour "nfanls J5? chapeaux de feutre ^up. 15 de i a Ito pr hom 5 • fectre tr anp. SQ de paille sup. ! • de paille mole 7 Mouchoir.de,pochf> pour homme sup* Donz.flO Costume d bnin pour homme e&< q 25 00 Costun.e du bain pour femmes 25 .*' enfant 10 00 Kpi de bain pour dames 4 00 -hemises tiomme sup. 10 Remise humines Toi *'en croe d" Chine, 40 00 2 50 J£ 5o 250 25t 12 00 -j*u..l 5V *-* 1 1 io 250 2 50 2 2 2 2 0. Voile noire tour jharppe Voile la Vogue a boucla coul. Voile Liizaoeih carreaux coul Voile baibare barrea couleur Voile orn grand ramage Voile blanc i carreaux coul. Voile joura couleur Mousseline barres de soie luuienae franaise a barres Tte Indien Tte blanc 1 Calicot Midapoian grande larg. 2 50 1 75 4 4 5J 5oo 550 175 2 2 50 200 200 200 200 1 25 7 oo utres du Bloc National, rooiona lut e, po ur taire mon fe l o lnique u'quilibre enti ciioyena, car ?notre dvia. \hm '' l0Ut pir lam0D > ,ou jBloc National, n'entend faire iiocune effigie du pass, m %  M aucune entreprise d io' %  JUOLSI, il ouvie largea aea fi oos ceux qui veulent lui 'eu. loyale collaborauoi-. vm tur des forces solide des jee o lites ei a surtout sur le de tomes le iotorites qui ^>t le Paya pour rsliaer ^gramme d action politique, %  *H et morale. • f a,indon8 a tooa nos coo%  tt spporter sur l'autel de la a ',? 'es abngations et l'on jooiooa pat I E ranger.quou ihi l A U i • tl0uv r 'a voit d'a"wt. df, piogia tt de salut, pendant noua di-artir du •Que i,ou devoi. aux Inati "" la luuaiea001 Prie de crier ivec moi. ^ Hait, I T "*s ta Bloe National. Nanaouk blanc* Toile pour matelas aune Courtil ht poui matelas Toile drap s/4 Toile drap P ( 4 Tuile drap 40 t 4 Nautouk iose Urgondiea amer Ki ki blanc aup Kaki jaune Dnll olanc Duck blanc aup lirill Tussor Grise couleur Nsppe couleur super Toile blanche pour chemise lioium-g Flanelle me Ile ton Flanelle iau e e coton Fiant lie l ine pure Serviettes de toilet e chaque Serviette de toilette sup. Serviette de bain Chemisettes hommes sup. japonaise a union suit (combinaison BVC Jaleou longe ei court tricot sortis de bain ( bath rob Sweater d* soi Taie d'oreillers Houppe a poudrer en velours Houppe plumeau Houppe i plumeau moyen '' grand V tia grand uaaquette pour hommes Poudre i glace avec houppe chauasetie k hom.ordiuauea df 5 '• Moyenne qualit 8 " Mercerizta lu ( (J Chauaseltes hommes sup. 12 UO chaussettes •• soie couleur tha. 4 00 ., ( bas noir et blauc douz 15 oo y fsijl u -8> œercenze couleur aupldz au J £j|Us simili soie lUas de soie chaque baa de soie sup Bas de soie extra sup l'uujie Floramye et pompia Houdie floiea de tok'o Boite Poudre vr.omee de Lys Lotioua Puinpeia Azurea etc fisc .'* Hrttelles Guyor, Poli e et Mars a RUBANS 2 0.) 250 300 4 4 50 7 5U 500 30 00 OU 00 1 a 1 10 1 5o 2 isso 0 0 1 (K 22 00 5 750 lu 3 5C Q — 2 Ruban satin No 2 Pice 3 00 4 20i 25 0 3 40o Flanelle .sine pure urande larg 0 00 Flanelle laine pme grande 'lautlie Ijine no > r aiitile moubre ine Sa i tde Simili double largeur Caaiuette noire sup. t'almbeacb aup. nuaucea 700 8(0 !f0 (X. 2 50 250 4 3 4 7 9 12 16 22 40 00 80 100 Ri ban l'ompad'nr grande largeur bouliers blanc%  • •. ouvei.a pour l) bA* Souliers noira pr jt drooverts pour h >mmfs Sjulieis rolrn Pt j une montai ta Souliers dcouverts pr dames 25 Tapis cir aune 3 5 0 8 lu 12 14 10 17 18 02 >'ann 2 5 3 7 95 3o Pharmacie Centrale Produits de toute fraichut. Excution promnte et loian ordonnances — Spcialits pour \outes les maladiesi rnr-iT Maison DACGARETT Pour voire intrt Ne manquez pas de lire les journaux du 24 Novembre o vous verrez notre Us'e de prix avec une btiste considrable, en vue d'uni t *Ve liquidation. Nos clients de la province doivent profiter aussi de cette occassion. I e Grand Magasin 20&208Rue Traverpire La Maison est rourvu aujourd'hui du olus beau stock, oute alnclrZ^ t0UUUirn •**" de ** *" ** ^^ Venez voir Us CORSMl S Bon ton, Royal, U,> w >/,ret \.diusto, NEURASTHNIE, FAIBLESSE r/\l CHLOrOE, DEBILITE ANC ^tw t i Hmoglobine IManrateur dn S.ini. prescrit par l'lit* mdicale. mupfltur • la rianda cru • %  lui tmrruginmux. Admis dana lm Hpitaux lit RarlmDfC taMUai DCH1IM, . Rue Paul iaudry. PAIUS •> ITnniMHi SIROP C3 DESCHIENS Conserve: Vos Forces en Surveillan Voire Saute Cette: lettre v.Ttis dira comment Chicnp;o,l!linoN, V.8. A.— -y-.. i • tta I vdlt E Pinkham Componrion Vej ftalo pour c!cr, de*nuenwnts de l'ovaire. roua lw docteurs consulte^ m'ont dit la mme chose-faites voas opiv r. J'ti c romenc pJr ?v >\r des douleurs dans M couf gauche, ensuite il m'a sembla' les avoir dana tes deu:; cVt;,. f, •,;,".; t u,. t un | a i!| ( .„ r t avant une • '' fille sou'er.ir je ne de'slrai par. me risquar. j'ai d iianddmesamiset imem'aditiprenei li < ompoahioa '< ; %  i %  i ydia F. Pinkhan. \.u suivi ce o nsell i • 1 "' 1!i %  <'• %  M > ; i te, i %  puis i. tint ; ,,. t '• • •••.: ravi n-.|ei • nmande tous votre J mp loi VcgAale .• vptr Lavige Sanitaire."—Mrs, • : v EMI 0, iJ9 W.v'arja iter 6t.,( hlcafo, 1D..U. 8. A. Ii ti n'en ••• eu'i ne r-rni un %  raad r'on.nr.^ reu c i tquv anne.; t pru\ obaDt da 1 .mmes, 1< jrim t v i.-ilU-u ,i.. %  ocenpaUon. Cas I rtrt i m lunent des verUiea ds U Iti n V*gtaled( l.vdia U HmKham. I : onjp itiun v(-g, t.!.. n >contient pesde r.ireotic.jos • (TO DI rjibl.'M.-t |i-uttre prive par K.ut.f ( mm, • . BU. OM .•.•„,r,te. v-.irKKC pain dlpeod sans doute sur Composition \fegetale do Lydia E* PnkKem 1VIU.^1^H>M f.UICIKr CO. LVM.MUI U..A. 2&3^3r En vente chez Franck J. Martin Rue du Magasin de l'Etat en lace de la Glacire y :/'



PAGE 1

LE A \ 7? T-fa.e'. ; < %  v % %  • %  %  ji r •. ^ %  Beaurt impalpable, adhrente, d'un parfum dlicat, conserve I ? fracheur de la jeunesse, embellit efface les rides donne un :iai de lys Poudra nrxi'.v iblaneha. chair, >•• %  naturel, rot* p >ui brun* rachat clair. racM htau i %  %  : % %  • l'ol ou mur .1 < -, I l l TVinririy. Il. % %  W \ La>i Teinaet/i ••' • %  i -•! ri a-1 -, > farda (louwi %  •••ta* Aucun tnven eont r rcmOouiotmrru AKYS 3, feot 4s !a faix. PARIS %  *> %  -^^>w—r—-.w— %  •^v.''—--ta** 1 —-i*j*— Vaillant cS* Ihrwt Agents (jniaux pour Hati 1720, Ru* S5* BIRE La BIRE FRONTENAC est de la bire dont la force est celle d'avantguere. Rgalez-vous en achetant la FRONTENAC TIQUETTE BLEUE: "Spciale", l'aristocrate de toutes les bires, avant un lger got de vin, et la FRONTENAC TIQUETTE ROUGE: Bire de famille, dlicieuse. Servie dans tous les restaurants et cafs. Demandez-la. FRONTENAC BREWERIES, LT\ Montral 4 %  Pharmacie F. Sjourn Donne avis sa clientle, aux mcVciof et au puh'ic. qu'elle a transform son Laboratoire d'Urologie eu un Labora oire de iiioloyie appliqu sous la Direction du Dr lUcot et h. Sjourn Le Ld\ o r ato ; re est ouvert tous ios jours de 7 hitsdu matin 6 heures du s^ir pour toute* les recherenes ei analyses prvues dans l'annonce ci joint?, saut pour la Wasseruianu et h cor;st;i,te Ure Scrtoire quj DM seront reues que le mardi de chaque semaine* S'adresser ia Plnrmae pour le* rtnaeJg •oiei U* Analyses ^'urines et Sue ggstriqu • Raction de Wasscin ann R&tctioo de'l'uboulet, Examen du BsDg e du pus EtamBj d->s matires leea'es, txainen u6 Cta'hftt ^) bu mi no i ICI ion Constante r SecrtoW, Recherch de Spirochhs et de Ganocoqucs, ete, c. Grand"Hlel de Friuce VINS prov liant direci inett le birsar,prs B rdeaui. itt uJGK Gourdes S 00 le ail on Plr>NG • 00 le gallon VIVSenbDut ille* des nnilhurs crus ei des Linteau les plus reoon'ns. Liqu -.-.rs Prani^pi et ViOt d'Espi^ne. Umnp^'nes et Vins mousseui iK meilleures ihflnrufs. M usie-'r PATRIZ1, revenu dr.niremenl de France avec U3 'u'il tout nu' pour son HrVel, rient c a no obrea'e et choisie enie'e q'e A s prix spciaux SfTOBl abli> partir du \er Novem w re i,our | 6 s P,-^.os demi et P#4 lionJ ,s rlifftt *it p*i '/" VOIT le i toptirlntre lui-mern*. SERVICE I CARTE de S heures du malin 8 hr)£ 1res m di>". VINAIGRE DE VI.V 'luranli pur Gourdes \,0 la bouteille MISIQIJK MUSIQUE A nilfirs ./•' bonne musique, arprme: qu'un storl: de Mille


PAGE 1

anne ,Vo 42K Pon au Pries. ri PlRECTBim P/tOPRrtTAlRE Dment MA6L0IRF lENDIfEK'r 20 CENTIMES Quotidien MrrsrcK 16 Novembre {38i Il n'y a rien de plus dangereux que l'nergie dans IvS mois lorsqu'elle cherche marquer la faiblesse des autres. Raymond Poincare REDACTION; Hue Amricaine. I** La Session de 1921 l'Amicale St Martial [Socit Franchise de Secours Mutuels et de Bienfaisance Choses Hatiennes OMsion a l heureusement, t>rdenf.fustia Elir ecueille un nou brillante que celle de l'anne veau succs avec le quator —violon j; elle est, dans son ensemble, --'--%  %  %  ooveau et gros succs i l'actif '^Association de St Martial qu>, knent.tient le record, ou peu des grandes œuvres hatiennes gnrale. session s est ouverte par une thtrale, musicale ei litteut heu Parisiana samedi elle a continu ses assises [Assemble gnrale statutaire ibres. qui s'est tenue diman,„., i bien organiser mettront peu .peu relief. au Petit-Sminaire ; puis, l'office funbre en mmoire latabres de l'Associa ion dcI; et enfin, elle s'est ferme lundi [nrnnsplendide banquet oert tl de^France. JIBSI une srie de manifestaiat la signification est diverse lesquelles, intelligemment, '(cernent, avec esprit de suiaation a group, cette anfMme l'autre, tous ses adhplilbis dans les mmes penses Il les mmes actcs.hn un mot, U st m d d'un vntablegrou social digne de ce nom ; car M de cette anne, comme la ente, laisse i tous l'impiessiou i devant soi, en l'Association, laisation srieuse et a fias |Q,i commande et force l'apet l'admiratioo. ILa Fte th raie l&neouverture brillante par s,oe du Pa'ais tous l'active et te direction du maestro Belvioloncelle et piano,— tir de sa p ce t Abbrodite . et qui fut excut oar Melle Maria li h*.r\ accompa que par les atlistes Alphonse Jeanloseph G. Sylvie et V. Canez. Melle Maria Etbart est un talent ma ical qui s'est d|i rvl discrtement; cela une artiste vritabl une iime d'artiste qu'on dirait se souponner i peine et que des occasions MM. les Membres de la Socit et leur tamllK sont cordialement invites i l>re Dimanche 20 Novemb le "rancais, a 8 heures d_ le ltc patronale de l'Etabli Sa Grandeur Monseinneu. .... mme temps la nouvelle construction oui coir plte l'hpital. Notre Conseil d'Administration compte sur la mable prsence de tous les Membres de ootn 'elle Socit pour donner la carmoaii tout 1 MU qu elle mrite. Le Prsident de la Socit Pour l'Histoire -lissement. g '"" des dpche secrtes de la dena les ..,,, h -^ U oii %  ur Cstun baptisera ta Marine des Etat* Uni* sur Huit, couler . il \i n nM po r construction qui coir.:re dans un* largt mature C eu ', M,J JL ?** T ,0M ,, '" it !lwMVU5Sg ,i,i comme celle de la fte de l'Amicale et tant d'autres que Justin Elie sait nait '< difficults dont est faite unr elle excution; le maesiro Beyiot ? ux qui MOI dans la situation d J ganiserdes ttes de ce genre i Port Piincesavent trs bien quelles difncul ts on rencontre i mettre la main su de ] unes personnes aptes i tenir coov nab'ement les tles fminins Nous D avons pas da s le pays d' cette aotte de fo m.ti ses. I La r > d' m Ln entre M-'e Pitrre-Louis — G-anniua.et le boa Philippe, Djeaa, o l'excuti i d'une mloJie fi< pleurer et sang o 1 la jeuae amoureuse au scfuvenir du amour malheureux —cette scne toi vraiment ressentie p.ir toute l'ass taace.Ce fut ua triomphe pour M I A-iiti Pierre-Louis autant que pou [•Uspinasse. le Pisident de spc.ale.et tnco.e moins une car '" "" •tion pronona une allocu .RV' |se pour le piofit et l'ut.lis M c ue l ea a il fo s clmma et mut l 00 de ce P un de ulents £Sl u E .' V" Tu M*"**, I Zils ^ M ,U etaur i ' ^ ~* jusque trouver.-quand \SSS!l£iSS VLni'V" nrtrnd -er dannn l o !l lts tiouve,-us sujets intres ocutversait son ne.de P Sbentu dais fi^^dimlS 8jn s ^ ui 40Qt cen.iieip.ar mon qael ul .Wer.„t ,'a.cct e Nll ,„.y ." Il *. q ter une oi:e. meot >-' ' mtitt.ent vis-vi^ Ijce. est soti le groupement wr uae P ,e e d u1 li/at cer ,„ d e u Qa Umicale des enfants et des Nous ignorons les secrets en hoa tare, mais si comb aussi par elle jit Mutai. On n'ignore pas'neur dans le monde de l'Amicle de Ui soir.ne s'est il pas t'o p"en en PaUd')*obitnuset qui sont St Maitial; mais, encoe une fois tendant un ross.gno ch.n.r au mo V fut; pour excitei l'encoura les organisateurs de la tie de same uient mme o le bjitu grenai et tout aussi bien toutes les di ont li compltement heureux sous l'archet ses no es de cristal ? importact s dont l'Œuvre dans le choix f*it de Meiles Bouche Ce fut sous l'impression de ces ac Niralisaion Eh bi n, c'est reau et L/ore.tne pour tenir les ne* d'un sentiment il: m; si lev que deux r'es de jeune veu^e et de fem ] a fte a acheva, medechimbrede la p cedeSnbe. Nous nous en voudrions d ne Melle Mina Bouchereau, a oon et pw signaler mu, juste au milieu de charm par le naturel et h g d:e avec i, a0 ir*, la mus que du Falai s sur lesquels elle a rempli ce ie,un peu tj demanJe du prsident de l'sso dilfiale, de jeune veuve, femme du dation, excuta la Dessalinienne que '• y monde, qui oe vent p'us accepter au tou t e l'assistance couta debout et si menace qu'elle cun parti, bien quau tond elledure rj aDS | e plus frand recueil.eir-nt Ce veut pas mourir et un peu vivementse rrmaiier Et Mlle f u t une bonne note patriotique d'au lire, v.vreeq s paMadeleine Laforestrie donnait ventatan t piUS opportune qu'on po'uvait [ inrinurr il'innbil h'ement i D!US d ti n le fhircur %  .>.• a> l..u. I :... ... incomplte, parce qm les dpositions IW llaili devant le Comit du Snat, "< moment d'tre livrs la l'resse, U rvl une petite portion seulement l>-ces documents Comme plus de ma lenaux seront apports dan* la conli nuotion de l'examen de i-Amiral Ca liertou et dans I examen des ex-seerc tain s liryan el Daniel et d autres autorits respousahles, il seront pu hlis dans les colonnes du heSation. Pour protger les intrts trangers Le 88 Octobre 1914, ,i e u, nota ivant le dbarquement ds lorce* rancaine8 Port-au Prince, le Se crtaire d-titat, Mr Bryan, crivit au t'raident Wilaoi une lettre dont une partie s exprime ainsi : • En vne de notre conversation pi midi relative, ilmi, il m'a e obl de premire importance que les rjrce.< navalurt dans iea eiux lunion fies doivent tre >ojt d^ HUKO au n Tieo'es, non snle uent dna le bide protger des intrts traner mti8 aiigcii comma-ureuvd de I* Irai ch • intention dci Gouv^rnemen; de r.gle' l'tat bon satigt lisant qji •xiste des affiires Soie avooi nsaiotenaot un bateau au Gap-liiitin et djux sont ncnssaires aur la ceaud, un APort-aa-Prinoe e l'aaaux Grjnaiv s. El vue de la nin sit-i urgente d eugmeoter nos force sur la ct^ sjd, en ce moment o u:i r nouv-llemdnc da ne^ociatioiia in. le probable, voulez, voua in avi •t-r, 'il VOUS plat, ai je puis dii'd ou 00.1 l'auiral nk que vouaap prouv z 1 eu vol d iu beVt>aa d' ui re de Vera Gros a Portau-Priuce. d> s que M Lespinsse a redit agence et avtc une mot on tout le mond et lois ^promis que l'excution des programme de la lte, o %  ne une. si grande place, altudmonstiaiion que la so nue, e, oe I contraire hommes ui; 'f ,ue J0Ur .' ,e s *crtaire f.ov. r f.sVrtr. n* Ut crivit US jcr:air.d.J* Marine. Jw I h onneur d-.ccur rcen %  ou voire leur, du JouMnt ^ laquelle VOJ^J fauee rjei nASm f!STS '** ^oe* d.lr. S US-S Wdsluagtoii l'oaauPrio. ;e, eu ce moment. Eu rpo-iae, il est taqiis j Ul) | ofli truit coou.er avec le Ministre amricain Poit-au-^rincee ic! ompagoer au Koreign oku quand %  • ,vr..ater. I instruction de ce Su veiusment averti.saaot le gouverne ment dHa.ticon.e le tr.n.porr de A 'a ru ne dite M.Uryan crivit ai S >cr aire de la Marine, Mr Ua mla, dina les tenn-a suivants : J'ai l'houueur de vous informer %  JUS la airuatioti dans fti R-ipubli^ut l'IUiti eat telle qd'elle ro-i 1 uces*ire la prsence, de bateaux ad di I fonda VSHS^MSWSR de tioanala de-Etata-Un.a dans JeaV.ux oar le p7a. de ' d i,U li Wenn.4. I eat par consquent re ment, quia eu vue de soutenir la politique du gouviirnem ;ut. que deux b'.eaux soieut envoys en llaui d'une grau leur auftiaa.fi pour que leurs cou ringeut de dbarqueraeut boient capa bls d assumer ie devoir de mainte nir l'ordre dans les vflles des Gouai vos et de Por'-su-Pnuce, ai lojca sion In rclame. Il esc eapre que ces 2 bateaux passent eu Hati ausai tt que possible. Mun tonnerre dapplau b'ement plus d un le change sur remaqu*r dans taute 1 assistance 1 ho %  •branla le Ihitre et l'al'o reipiglerie,rinj|nuilet la malice de norable Dr Giuenmg t la trs di.nmU Lfspinasse finf dans .on excution: 01 faisait difficilement Miss Fo'tysi dvous tous deux aux H?|l Pi' de r: qu' 'a tconv nu et fat intrts denotre pays et qui se dpen ^ %  "a Pn C e excuta au piano sait pariu* eu e. et celle du tempe aen t avec tant d'ardeur pour atiirer %  *<.—Chant del montarament mm de l'eiicutaate. sur le pay> la sympathie relle et LJOi appartient aa rpertoire! MM. Djean et TorviriRton taient cordiale du grani peuple des. Etats %  PEie: et un Scherzo en si aussi deos leur peau Djean est ua fcjjis. si pris de justice ei de philan ' Chopin. Cette double ex client da su ces de la rampe:ils lui thropie. %  pjde matre^ et on nesavaii'sootrf.t^line'ejsurlascie simedi. ^er le plus : les toits mer,Corving'on,qui tait uns do il? qu'l Dans l'assistance, nombreuse et f e l'excutante tirait de que ptU oubli depuis le tmp<. re choisie, on distinguait le i-e Christ instructions tlgraphiques ci^intea •ou l'aisance et la m^t juivement lointa o, des fes de St Prfei de discipline reprsentant | e i u Minire amri-ain Por.an Pri* faisait nltre. Bien que Mania', nous est revenu simedi OT Pre Lanore Suprieur de S Mar Ce -M* '• h01eut 'pdies par coui, Prmce ai c^ia o k an ijL/ tmki/im %  1 nant et presque patai II s'est v'ita t.al, emp h,ac.-onp U rs ap.s le pe.t m choses thtrale-, un as yes des disses ^u, iieufes du Pet l ?!?„.??£. u quH i* l ; 0 i'"""'J r / l rt ^ Gouvernement h', t eu du Puis, la mu-ique du Palais excute Smnnr^ %  | t ^ '" UC a '* ** nouveau par la mis UityoivInngmxkUHipncQa A aoivxtj 11 est requis que des ioatruuuoui H, Jy' ' ' ,ui: ,ion d H ll L aciioji s'ensuivit im ndiitemeut. Li l'y Octobre, le Seertair* de l. Manui avisa le Secrtaire d'Elu que le ilaucok avait t xpedi de Mon te L'hriai et le Kiusaa de Vera Cruz Port an Prince, ce dernier avec aaaz de iaarinea bord pour main tenu I ordre Port au Prince et aux Gouaivea. L> jour auivant, le Dpar temeut d Lui ciivp au SecrUir* de la Marine, tJ'ii I lunneur de requrir que les Me Melle Hylda Price*oieo •> on peut dire que sa con11 [elltmeui eniichi le pro r r la soire. **iriomphc avec U moiccau facto gouverne Ceci co f.rme |.. 8 arrangem'ant. verbaux entre la U.via.on de.22 ration, du Opariement de lallariSe et la DM., de. Aff.nr.e S !" J mericaines du Dpartement a I a pra v. at. apra learueis un tlgramme OJ .0 U, daied-i 27lanvif C ,y,;"* l mV J1 9 JL r lH WMartemeut de'la Manne a l 0 Ui;,er n chef dfl VVaa! IliUg.OU. > &f%  !• Le vaut t ttrw,li tlgramme auifut exp4d.edu Dpart. nVat d Et.t .u secrtaire de U .Wariu" t Ko rponse a la requte du com mandant de les,,.ire de croar. pour des instruction. immSivS dilmtiv.. relu.ve, | ta pn tectirJ des propnla de banque a PoiSw. Prtoc, j'ai l'bonneur de v i mer que le Secrtaire d Etat a 1 dirT.t.ui.e I-. couitinridant d* rSeaftdrede cr04f.ars de dbarq 1er de. marnes et matelo a e„ coopration avec I e mitnstH amricain Port ao, >a dorn^101 amrtaioe, le chu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05524
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 16, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05524

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
anne ,Vo 42K
Pon au Pries. ri
PlRECTBim P/tOPRrtTAlRE
Dment MA6L0IRF
lENDIfEK'r 20 CENTIMES
Quotidien
MrrsrcK 16 Novembre {38i
Il n'y a rien de plus dan-
gereux que l'nergie dans
IvS mois lorsqu'elle cher-
che marquer la faiblesse
des autres.
Raymond Poincare
REDACTION; Hue Amricaine. I**
La Session de 1921
l'Amicale St Martial
[Socit Franchise de
Secours Mutuels et
de Bienfaisance
Choses Hatiennes
OMsion a l heureusement, t>rdenf.fustia Eli-recueille un nou
brillante que celle de l'anne veau succs avec le quator violon
j; elle est, dans son ensemble, --'---
ooveau et gros succs i l'actif
'^Association de St Martial qu>,
knent.tient le record, ou peu
des grandes uvres hatiennes
gnrale.
session s est ouverte par une
thtrale, musicale ei litt-
eut heu Parisiana samedi
elle a continu ses assises
[Assemble gnrale statutaire
ibres. qui s'est tenue diman- ____.......,.,
i bien organiser mettront peu .peu
relief.
au Petit-Sminaire ; puis,
l'office funbre en mmoire
latabres de l'Associa ion dc-
I;et enfin, elle s'est ferme lundi
[nrnnsplendide banquet oert
' tl de^France.
Jibsi une srie de manifesta-
iat la signification est diverse
lesquelles, intelligemment,
'(cernent, avec esprit de sui-
aation a group, cette an-
fMme l'autre, tous ses adh-
plilbis dans les mmes penses
Il les mmes actcs.hn un mot,
Ustmd d'un vntablegrou
' social digne de ce nom ; car
M de cette anne, comme la
ente, laisse i tous l'impiessiou
i devant soi, en l'Association,
laisation srieuse et a fias
|Q,i commande et force l'ap-
et l'admiratioo.
I- La Fte th raie
l&neouverture brillante par
s,oe du Pa'ais tous l'active et
te direction du maestro Bel-
violoncelle et piano, tir de sa p
ce t Abbrodite . et qui fut excut
oar Melle Maria li h*.r\ accompa
que par les atlistes Alphonse Jean-
loseph G. Sylvie et V. Canez. Melle
Maria Etbart est un talent ma
ical qui s'est d|i rvl discrte-
ment; cela une artiste vritabl une
iime d'artiste qu'on dirait se soup-
onner i peine et que des occasions
MM. les Membres de la Socit et leur tamllK
sont cordialement invites i
l>re Dimanche 20 Novemb
le "rancais, a 8 heures d_
le ltc patronale de l'Etabli
Sa Grandeur Monseinneu. ....
mme temps la nouvelle construction oui coir
plte l'hpital.
Notre Conseil d'Administration compte sur la
mable prsence de tous les Membres de ootn
'elle Socit pour donner la carmoaii tout
1 MU qu elle mrite.
Le Prsident de la Socit
------
Pour l'Histoire
-lissement. g '"" des dpche secrtes de la dena les ..,,, h -^Uoii
ur Cstun baptisera ta Marine des Etat* Uni* sur Huit, couler . il \innM po"r
construction qui coir.- : F. Cheuif/
*1 documents d,sentlea"r ^ojre .TTccdaT tnn?!!!? "****
"'o>re dans un* largt mature C eu ', m,J JL ?** T,0M ,',,'"
it,!lwMVU5Sg,i,i
comme celle de la fte de l'Amicale
et tant d'autres que Justin Elie sait nait '< difficults dont est faite unr
elle excution; le maesiro Beyiot ?
en plein
Quand aux virtuoses qui l'accom
payaient, tout le monde connat d
]i leur matrise et les beauts de leur
excution. Durant une minute, c'est
l'art et l'mojioa musicale la plus
raffine qui semblaient, avec eux ei
Melle Etbart au centre, occuper la
scne, avec peut-tre, nous n'en sa
vons rien, le jeune maure Justin
Elie dominant par son sourlle, dans
la coulisse.
Aprs cinq minutes d'entracte, le
rideau se lve sur la pice en an aae
de Scribe: les Inconsolables, joue par
Viriles Lioa Bouchereau et Madeleine
pendant au Guillaume 7e// Je l'ouve
ture,
Leoumro suivantdevrait tre une
mlodie deCourttde et une slection
des Noces de F.pno, chantes pat
Mme Louis Auguste Mais, il nous
est revenu que des difficults impr
vues ont surgi au dernier mom-nt,
qui ont emp:h Mme Auguste de
s'excuter, malgr sa bonne "volont
Et on passa tout de suite au Lu
tbter de Crmone, pice en vers et en
un acte, trs originale de Fran-ii
Coppe. dans laquelle Melle Anit-
nrinuoi noucnereau et Madeleinei^" *'%' ^^ Maurice Laudun
Laforestrie, et par MM. M. Djean ti|D*ie, tX Go'vi"gton se sou surpa
H. Corviog'otr. S-Ci-
>ux qui moi dans la situation d j
ganiserdes ttes de ce genre i Port
Piincesavent trs bien quelles difncul
ts on rencontre i mettre la main su
de ] unes personnes aptes i tenir
coov nab'ement les tles fminins
Nous d avons pas da s le pays d'
cette aotte de fo m.ti
ses.
I La r > d' m Ln entre M-'e
Pitrre-Louis G-anniua.et le boa
! Philippe, Djeaa, o l'excuti i
d'une mloJie fi< pleurer et sang o 1
la jeuae amoureuse au scfuvenir du
amour malheureux cette scne toi
vraiment ressentie p.ir toute l'ass
taace.Ce fut ua triomphe pour M I
A-iiti Pierre-Louis autant que pou
[Uspinasse. le Pisident de spc.ale.et tnco.e moins une car '" ""
tion pronona une allocu .RV'|se pour le piofit et l'ut.lis Mcuelea.a.
il fo s clmma et mut l 00 de ce Pun de ulents Sl uE.' V" Tu M*"**, I "
Zils^ M ,U etaur i ' ^ ~* jusque trouver.-quand \SSS!liSS VLni'V"
nrtrnd -er dannnlo!l lts tiouve,-- us sujets intres ocutversait son ne.de p Sbentu dais
fi^^dimlS 8jn's ^ui 40Qt cen.iieip.ar mon qael ul .Wer.t ,'a.cct e Nll,
,.y ."Il *. q ter une oi:e. meot >-' ' mtitt.ent vis-vi^
Ijce. est soti le groupement wr uae P,e-e- d u1 li/at cer, d ,e u. Qa
Umicale des enfants et des Nous ignorons les secrets en hoa tare, mais si comb aussi par elle
jit Mutai. On n'ignore pas'neur dans le monde de l'Amicle de Ui soir.ne s'est il pas t'o p"en en
PaUd')*obitnuset qui sont St Maitial; mais, encoe une fois tendant un ross.gno ch.n.r au mo
V fut; pour excitei l'encoura les organisateurs de la tie de same uient mme o le bjitu grenai
et tout aussi bien toutes les di ont li compltement heureux sous l'archet ses no es de cristal ?
importact s dont l'uvre dans le choix f*it de Meiles Bouche Ce fut sous l'impression de ces ac
Niralisaion Eh bi n, c'est reau et L/ore.tne pour tenir les ne* d'un sentiment il: m; si lev que
deux r'es de jeune veu^e et de fem ]a fte a acheva,
medechimbrede la p cedeSnbe. Nous nous en voudrions d ne
Melle Mina Bouchereau, a oon et pw signaler mu, juste au milieu de
charm par le naturel et h g d:e avec i, a0ir*, la mus que du Falais sur
lesquels elle a rempli ce ie,un peu tj demanJe du prsident de l'sso
dilfiale, de jeune veuve, femme du dation, excuta la Dessalinienne que
'-..... y monde, qui oe vent p'us accepter au toute l'assistance couta debout et
si menace qu'elle cun parti, bien quau tond elledure rjaDS |e plus frand recueil.eir-nt Ce
veut pas mourir et un peu vivementse rrmaiier Et Mlle fut une bonne note patriotique d'au
lire, v.vreeq s pa- Madeleine Laforestrie donnait venta- tant piUS opportune qu'on po'uvait
[ inrinurr il'innbil h'ement i d!us d ti n le fhirc- ur .>. a> l..u. I__:... ...
incomplte, parce qm les dpositions
IW llaili devant le Comit du Snat,
"< moment d'tre livrs la l'resse,
U rvl une petite portion seulement
l>-ces documents Comme plus de ma
lenaux seront apports dan* la conli
nuotion de l'examen de i-Amiral Ca
liertou et dans I examen des ex-seerc
tain s liryan el Daniel et d autres
autorits respousahles, il seront pu
hlis dans les colonnes du heSation.
Pour protger les intrts
trangers
Le 88 Octobre 1914, ,ieu, nota
ivant le dbarquement ds lorce*
rancaine8 Port-au Prince, le Se
crtaire d-titat, Mr Bryan, crivit au
t'raident Wilaoi une lettre dont
une partie s exprime ainsi :
En vne de notre conversation
pi midi relative, ilmi, il m'a e o-
bl de premire importance que les
rjrce.< navalurt dans iea eiux lunion
fies doivent tre >ojt d^ huko aun'
Tieo'es, non snle uent dna le bi-
de protger des intrts traner
mti8 aiigcii comma-ureuvd de I* Irai
ch intention d- ci Gouv^rnemen;
de r.gle' l'tat bon satigt lisant qji
xiste des affiires Soie avooi
nsaiotenaot un bateau au Gap-liii-
tin et djux sont ncnssaires aur la
ceaud, un APort-aa-Prinoe e l'aa-
aux Grjnaiv s. El vue de la nin
sit-i urgente d eugmeoter nos force
sur la ct^ sjd, en ce moment o
u:i r nouv-llemdnc da ne^ociatioii-
a in. le probable, voulez, voua in avi
t-r, 'il vous plat, ai je puis dii'd ou
00.1 l'auiral nk que vouaap
prouv z 1 eu vol d iu beVt>aa d' ui
re de Vera Gros a Portau-Priuce.
d> s
que M Lespinsse a redit
agence et avtc une mot on
tout le mond et lois -
^promis que l'excution des
programme de la lte, o
ne une.si grande place, al-
tudmonstiaiion que la so
nue,
e, oe
I contraire
hommes
ui; 'f,ue J0Ur.' ,e s*crtaire Mai ne avisa Is .Secrtaire d'Etat
ve des inetructioui.au commandant
du HtOCOkde confrer avec le M
ilefre amr.cai a fort au Prince e
cooprer avec lui.
L'envoi du U.SS. Washington
Faisant suite directement au trat.
oort de P. 5-J0.000 de fonds natio
uaux baiti.ni de fort aa "rinwno
ea mannes du bateau des E'otTuoE
lachias le 7 Dcembre Mi
amande par le mme mois pour
Matai nia le contrle co nplef da.
iliaiti le aacrtaire d Etat le 4?t
'nv.erl0l5,not..iaau6ecrtaiedo
a Manne que le C p uoe.wirS
wa.trequib qa'uu lWire J ,"r*
Jea Et.isMj.ii. fut envoy en H. j
uour protger le- lo.rcs lr.og."
o est pourquoi le Dpartement "e."
t suggra l'envoi d un b.Peau de
rfaerre au fi.p-HaiU.n. La .Secr.r-,
le la Manne rpondu eSToS!
exo.d le U. S 5. vV.sUioZoTn
..p-Haiiien en rponse | u^LS
'l-iitieu le Janvier et i,,
pour Port .o-Priocj d i3S. 5S
rd-U *> f.ov.r, f.sVrtr. n*
Ut crivit .USjcr:air.d.J* Marine-
. Jw Ihonneur d-.ccur rcen
ou voire leur, du *JouMnt^
laquelle voj^j fauee rjei nASm
f!STS '** ^oe* d.lr. S
US-S Wdsluagtoii l'oaauPrio.
;e, eu ce moment.
Eu rpo-iae, il est taqiis jUl) | ofli
truit coou.er avec le Ministre
amricain Poit-au-^rincee ic!
. ompagoer au Koreign oku quand
,vr..ater. I instruction de ce Su
veiusment averti.saaot le gouverne
ment dHa.ticon.e le tr.n.porr de
A 'a ru ne dite M.- Uryan crivit
ai S >cr aire de la Marine, Mr Ua
mla, dina les tenn-a suivants :
J'ai l'houueur de vous informer
jus la airuatioti dans fti R-ipubli^ut
l'IUiti eat telle qd'elle ro-i 1 uce-
s*ire la prsence, de bateaux ad di I fonda VShS^mSWSR de
tioanala de-Etata-Un.a dans JeaV.ux oar le p7a. de ' d"i,U
li Wenn.4. I eat par consquent re ment,
quia eu vue de soutenir la politique
du gouviirnem ;ut. que deux b'.eaux
soieut envoys en llaui d'une grau
leur auftiaa.fi pour que leurs cou
ringeut de dbarqueraeut boient capa
bls d assumer ie devoir de mainte
nir l'ordre dans les vflles des Gouai
vos et de Por'-su-Pnuce, ai lojca
sion In rclame. Il esc eapre que
ces 2 bateaux passent eu Hati ausai
tt que possible.
M- un tonnerre dapplau b'ement plus d un le change sur remaqu*r dans taute 1 assistance 1 ho
branla le Ihitre et l'al'o reipiglerie,rinj|nuilet la malice de norable Dr Giuenmg t la trs di.n-
mU Lfspinasse finf dans .on excution: 01 faisait difficilement Miss Fo'tysi dvous tous deux aux
H?- |l Pi' de r: qu' 'a tconv nu et fat intrts denotre pays et qui se dpen
^"a PnCe excuta au piano sait pariu* eu e. et celle du tempe aent avec tant d'ardeur pour atiirer
**<.Chant del monta- rament mm de l'eiicutaate. sur le pay> la sympathie relle et
LJOi appartient aa rpertoire! MM. Djean et TorviriRton taient cordiale du grani peuple des. Etats
PEie: et un Scherzo en si aussi deos leur peau Djean est ua fcjjis. si pris de justice ei de philan
' Chopin. Cette double ex client da su ces de la rampe:ils lui thropie.
pjde matre^ et on nesavaii'sootrf.t^line'ejsurlascie simedi.
^er le plus : les toits mer,Corving'on,qui tait uns do il? qu'l Dans l'assistance, nombreuse et
fe l'excutante tirait de que ptU oubli depuis le tmp<. re choisie, on distinguait le i-e Christ instructions tlgraphiques ci^intea
ou l'aisance et la m^t juivement lointa o, des fes de St Prfei de discipline reprsentant |ei*u Minire amri-ain Por.an Pri* ,
faisait nltre. Bien que Mania', nous est revenu simedi ot Pre Lanore Suprieur de S Mar Ce -M* ' h01eut 'pdies par coui, Prmce ai c^ia okan ijL/ tmki/im 1
nant et presque patai II s'est v'ita t.al, emp h,- ac.-onp b' me it rvl s |-n le mot d'un ex ds se< conl t es rt de qu-lquesl !. a A V*3?* C8L,piito ''' 8 j-in 1915, 4 jr>Urs ap.s le
pe.t m choses thtrale-, un as yes des disses ^u, iieufes du Pet l ?!?.??. uquH i* l;0i'"""'Jr/lrt ^ Gouvernement h', t eu du
Puis, la mu-ique du Palais excute Smnnr^ | t ^ '" "UC a '* ** nouveau par la mis
UityoivInngmxkUHipncQa A aoivxtj 11 est requis que des ioatruuuoui H, Jy' ' ,ui:",ion d H ll
L aciioji s'ensuivit im ndiitemeut.
Li l'y Octobre, le Seertair* de l.
Manui avisa le Secrtaire d'Elu que
le ilaucok avait t xpedi de Mon
te L'hriai et le Kiusaa de Vera Cruz
Port an Prince, ce dernier avec
aaa- z de iaarinea bord pour main
tenu I ordre Port au Prince et aux
Gouaivea. L> jour auivant, le Dpar
temeut d Lui ciivp au SecrUir*
de la Marine,
tJ'ii I lunneur de requrir que les
Me Melle Hylda Price*oieo
> on peut dire que sa con-
11 [elltmeui eniichi le pro
rr* la soire.
**iriomphc avec U moiccau
facto gouverne
Ceci co f.rme |..8 arrangem'ant.
verbaux entre la U.via.on de.22
ration, du Opariement de lallariSe
et la DM., de. Aff.nr.e SJ
mericaines du Dpartement a
Iapra '
v. at.
apra learueis un tlgramme OJ
.0 U, daied-i 27lanvifC ,y,;"*
l mVJ1 9JLr lH WMartemeut de'la
Manne a l0Ui;,er n chef dfl VVaa!
IliUg.OU. >?!
Le
vaut
t ttrw,li tlgramme aui-
fut exp4d.edu Dpart. nVat
d Et.t .u secrtaire de U .Wariu"
t Ko rponse a la requte du com
mandant de les,,.ire de croar.
pour des instruction. immSivS
dilmtiv.. relu.ve, | ta pn tectirJ
des propnla de banque a PoiSw.
Prtoc, j'ai l'bonneur de v i
mer que le Secrtaire d Etat a 1
dirT.t.ui.e I-. couitinridant d* rSeaft-
drede cr04f.ars de dbarq 1er de.
marnes et matelo a e coopration
avec I
e mitnstH amricain Port ao-
, >a dorn^- 101 amrtaioe, le chu


L MATIN
g dafhires Port-au-Prince notifia]demande tait sur le point d'y acc<17 Aot et ne s'ouvrei pas avant neuf
S. Doartement d'Etal que le Gou.|der mais s'est contenu sur ma .. ff^S/^SUS.
Connecticut La majorit de li popu
lace est bien dispose et soumise.
Elle accueillera tivorablement la dis
persion des Cacos et la fin des rvoj
lutions. Si l'agrmenti avec Haiti es* MoaVrnen. do
dsir, recommande Capt. Biach U |^npn1VP
S N. pour tre uomm seul corn
missaire pour les Etats-Uiis ave;
pleines instructions et auiori I. Il a
conduit nos ngociations i terre rt
je crois qu'il a la confiance gnrale
ment de tous les H miens Gonrn
les relations futures entre les E ats
Unis ei Hati dpendent larg>m ni
du cours de l'action prise en ce m >
ment, je requiers sincrement d re
iciorme pleinement de la pounqu
des EUts-Unis Cape ton.
au Dpartement
vernement haitien ne pouvait renou[qute,
vler le permis pour le tf. SS. Eaglej La condition actuelle est qu'aucun
de rester dans les eadx hatiennes i [homme ne peut tre lu par suite
cause que les lments rvolution- de la peur des Cacos. fe crois pla-
naires ayant a leur tte Bobo avaient voir contrler le Congrs. le puis
tir beaucoup d'avantages politiques empcher toute meute de Cacos a
de la prsence du btean, informant Port au Prince aprs l'arrive du r
le peuple des rgions du Cap liai- giment de marines du USS Con
tien que c'tait la preuve de l'asser, necticut. Un gouvernement stable
tion de Bobo que le pays a t tven n'est pas possible en Hati jusqu' fe
du aux Etats Unis par le Prsident que les Cacos soient disperss et
haitien et que l'Eagle tait l pour, leur pouvoir bris. Une telle acfcon
consolider le contrle amricain.[est maintenant imprative i Port au
L'opposition a l'interfrence amri Prince si les Etats-Unis dsirent n
caine devenait de jour fn jour plus (goder le trait pour le conti'e fiaan
aigu et le danger de dsordres I cier d'Hati Pour accomplir ceci, il
lonsqaemanent plus grand.Au cour, faut avoir un "rgiment de marines
du suivant avis, l'opposition intrieu en addition celui provenant dj
re au Gouvernement existant aug
menta. la lutte rvolutionnaire attei
gnit son apoge au 27 Juillet par le
massacre ordonn par 'e Prsident
Vilbrun Guillaume Sam des prison
mers politiques et sa dcapitationqui
s'en suivit par les amis et parents des
victimes L ordre fut immdiatement
restaur par les autorits hai'ienne?,
mais le 28 Juillet, le jour suivant r
meute, des marines lurent dbarqus
i Poit-au Prince et le Secrtaire dh
tat; maintenant Mr Lansing, crivit
au Secrtaire de la Marine .
c En confirmation de la conversa
tion tlphonique entre le Chef de
Bureau des oprations de votre D
partement et une autorit de la divi
sion latino amricaine, j ai l'hon-
neur de lqunr. en vue de la grave
situt on existant maintenant a Poit
au Prince, Hati, que 1 aniral Cape
ton soit instiuit de debuqutr de-
marines de Washington 1 la plus
prochaine occasion, qu'il require
les capitaines des bateaux anglais et
fianais que le Dpartement suppose
tre maintenant en ionte pour Potl
au Prince, de ne pas dbarquer lenrs
marines ; et qu'il leur assure que
les forces amricaines sont prtes a
protger et protgerdnt les intrts
ttangers a Poit au Prince.
Il crivit encore, 2 jours plus tard:
pai l'honneur de rqurir que des
instructions soient passes l'Ami
rai, l'autorisant continuer son con
tile militaire i Port au Prince ti
qu'en aucune circonstance il ne don
remettre le gouvernement de la ville
aucune autorit haitienne jusqu'
ce que j'aie l'occasion de conterei
avec vous.
L amiral Caperlon, commandant
les forces dans les eaux haitiennes,
fut avis de ces instructions et au 31
Juillet il envoya ce radiogramme au
Secrtaire de la marine
Aucun di facto gouvernement
n'existe i Port au-Prir.ce. Toutes les
fonctions gouvernementales s'exer
cent actuellement par un comit de
citoyens agissant virtuellement sous
ma direction. U Chambre des Dpu
ts demande permission d'lire fie
sident, mais 1 ajourna, en se confoi
mant ma reqa.e- Le moment
pour l'lection du Prsident n es.
Jas propice au maintien de la loi et
e l'ordre
de beaucoup de ebo-ea rgulariser
apra ection.Si jeudi n'est pal dsir
parle Dpartement, requiers tre|
inform immdiatement de la plqs
procLaioe date son cho x pour
que l-leccion d effectue, daua le but
u'abattre lexcitation. Userai de loua
efforts pour retarder eotio 1 mais
ne peux garantir dlai plut tard que
jeudi nuins d mer ae la force-
L'excitai.o j et l'instabilit avecpoi
sibilit d'emante continueront |Ud
qu' la fia de l'lection
Nouvelles Etrangre
Par cake
Pour 16
contrle financier d Hati.
1
L'amiral fit suivre ce message
d-une plus complte description par
cble de la situation au 2 Aot. 1
doit tre rappel que les Ucos, bien
que communment considrs par
les officiers amricains et la presse
des Etats Unis comme de purs ban
dits, taient, en tait.nn parti de for 1
opposition qui combattil vigoureu-
sement U politique propose de com
promis e' de soumission aux H'.u,
Unis. Le but original de 1 interver
tion amricaine e*t ici (ranchemen
admis. .
tUn grand nombre de lvolution
haitiennes est d l'existence de
soldats professionnels appels Cacos
organiss en bandes sous le com
mandement de chefs illgaux et u
responsables qui se mettent du c't
leur offrant les plui grands avanta-
ges et reconnaissent nominalemei t
un gouvernement.
Les Cacos sont craints par tous le
Haitiens et virtuellement contV en
la politique. A peu prs 1500 C
cos maintenant Port au J-rince
sont dsarms ostensiblement, mais
conservent leur egansation et 00
croit qu'ils ont des armes et des rnu
nitionu caches. I'S ont demand
l'lection de Bobo comme Pisidea
et le Gong.es terroris par cetie pure
Caperton choisit U:i Jaadidat
L'attitude de l'a mi fol 3a perte '
g.rd de l'lection qui s'anno i
m plus clairemrni indique d.n
son rcent tmoignage devant le Co
mit du Snat o il dclara que si
avait permis qu une lection eut lieu
ap's la mort du Prsident Sim, il
D'y a aucun Joute que ce serai'
Bobo qui serait lu. Bobo, dit-il, eu-
la rputation d tre ua homme d
patriotisme, d'honneur, un intellect
mais fut inamical i la politique des
b ats Unis en Haiti, et refusa d et e
li par aucun contiat avant son le.
non, disant qu'il travaillerait seu:
pour le bien d Haiti. L'amiral fait
ses tions pour obtenir U candidj
ture de l'ex Ministre u Hati au>
Etats Unis, Hon 1 N. l/ger, mais
Lget refusa d marcher e lui envo
yale message suivant: D tis 1 l'ami
rai que je ferai tout ce que je peut
pour mon pays mats je ne peux me
lier d'avance a aucun tait que les
Etats Unis puissent demander. |e
dois tie en posture de dfendre les
intrts d Hati Je suis pour Hati,
non pour les mats Unis t.
Dartiguenave, cependant, s'enga
gea volontairement tandis qu'il tait
encoie candidat & la Prsidence c a
accder a tous traits que les Etal-
Unis pourraient proposer y com
pris c la cession immdiate du Mo
St Nicolas Bien que la raison don
ne pour le dbarquement des m*
ns Port au Prince et la ti.he du
contrle de gouvernement tut qui
n'y avait pas du gouvernement co.s
tutionnel, l'amiral Capenon a a
lest qu'il refusa de permettre uot
lection et par suite la formation
d'un gouvernement pour la raison,
comme il a i dclar au Dparte
ment de la Marine dans une dp
ens expdie au 5 Aoat 1915, qu'n
y aui.ii. dts machma poui toutes les (onctions de gouver
11 ment si le Prsident tait mun
tenant lu et qu'autant qu'il pou
luit emp.li.'r une lection, il tai
en 1 omp e co t Ole du pays, par le
Comit de Salut Public.
La situation devint chaque jour
plus aigue> et le 8 Aot, l'auairal Ga
penon cbla au Dpartement de la
Marine pour de nouvelles instruc
nous. 1> doit eue nota que l'attitude
taoumiae" des ciioien*, uaeuuouue
pau la dernire dpche, semble
tre vanouie, dans l'intervalle. a
cause de la ralit croiaaan e que
hoterventioa des E aU Unis avait
plus d'aspect menaants que ceux
d un simple dbarquement.
Les snateurs, dpute et citoyens
rclame, l'lection. Aujourd but fu
lixee l lection, rnaia elle a t renvo
je ?ur ma uemai il t Cela a'eet tff-c
tu par mou influence sur le Prea<
dent ilu Seaat et de la Ouambre de*
Dputs. 1 s peu veut refuser de iv
voyer a plua tard que jeudi, daiie
lequel cas, il faudrait les arr er par
a torce, ce qui serait exumein un
inddiiabU, 0 bien, ils p ove t se
leuuu sans avla et lire le preideut
La session du Congrs prend tin 1.
Hsii doit accepter toutes
les conditions demandas
Dartiguenav apparut, de ce DOint
de 'vue djs Etats Unis, comrm le
cand'dat le nlus flW'Irab'e, Dreq'i<
le seul homrn* n fait, fini von'ait
('marcher d'aprM 's condition. ofi.r
ts L'erniral Qtder^oii rnooori* an
la Mirine q le Dri
convient in'Haiti liit *e
MfBefra a 'oiteaj |#f 'odiMinq
dmand4a< p^r l KtatalTift. et "I
pofaie I* oroe/**iea que ^o'iteq ie^
rordition^ n*oiio4e n%r non* ^
ront an b^n^fi haHaa. I' dclara
qu'il u^'^* ii<* tone son influence
Or le rJoiRr^ hiitian nnur nvoir
l'iih^jio > i H ' 4 d" Mllee n'uni
tiong. L 3 anu le Dtpartena'n de
'a M'io r-Din1it; n ce^ rmi :
N'imoorte quand 1^ BlUIens le
dnirflron^, vn m niivz ne" natrA
1 **lction d 1 P aillent d voi'* lie
I, lacHnn da f)ir >ff'ien"n "*' n->\
fAre nr < Et*t U th V we ^"
iari '^ H 'i'ins rj i ia4 r- .t>* Uns
no ne-'t d'un f^r'oe p double sjn'ive'
nmen n^r le ooiinh pt d*ii'--n 'ej
e'dr maintnnint et a htm rmmen
de l'avenir poir m'intenir 6* leur
ind^nondince oo'itiqne e leur int
gri' territoriale in actes;
La France et
la Confrence
PARTSKea journaux voient nvnc
une vive satisfaction l'accueil cruleu
reax f*it Washington limorovi
a'ion co irte mais nti rt prcise
de Mr Uriand Ils relvent aurtout la
phrasa o Mr llriand aftirme q ie U
France a horreur de ta guerre e'
rne'.tre b%i lei ar nai si sa dicuiit
tait aaaurde.
Cmn-tn l'Amrique dit I* Joipnal.
Ia France met ai de**m d h^'ite
onsidration le *o m do "i scurit
il tait indispenitble d) la dire au
seuil d la confrence
c L'(Jl ivre dit que le discours de
M Hukiuej. et elui le M Brian 1 ae
compltent au ooint de dsarme
meut sans fia erniastion, aans cet
ii'slU nt,taq fl l Frjnce a'eat d*
voud mus ne djit m- rester sien
L\Pr-s^e.f4i 'l-lo^* t di'HOora
rserv le Mr 11 isj-iei qu'elle t'Vici'e
su to it da ue ihi i vague* gnralit^ miii d'-ivoir ao
porter le* projoiitio-u iracitti as
prall i laa.
Le P ti- Piriii- 1, constate
qu'il est plus faolie aux K it.< U 11a
et au lapon se )*re< pr les tip0M
or^qm mtr^uchissib *a ii limit*r
leur arn m'its v n' |' la
France l'piivu ieiln'it le I V lei
magne par la Hbra di ti ni er *>s'
arrotfoea s sur terre aissl illsjar le
fr >eaj def iruteoitatH.
M Gr rardeau,co iseilleatecbn qi
U onfernuce de W shiigoi
quelles une allocution iau^j
seea !ra-M pr le lieteT,
verneur Fuller. Le nja^dul!
conduit en antonioo^ t,TL
gouvernement o la nn%\aUt
fmterie et U como^iiieV-
de gi'd's naionmxfonj,
^e d'hpnuur L- mvclul
3-"em'0' reu pu le *
G-)xani,en 'ui remef-ant ||,
d'or de l'Eut; l'a djeint
'ni qui 1 mis toit. COnfi
D-u, un gnie mil;tiir 4J
g'tnd* force d< rar*ctre et ia
simoh. b-n. 6lle et dvoi
ida's les olus levs
Dna sa eu-t* rsoiuai,]
ais le marchai a pay ui
d'admiration nui soldas lei
cli-issetg Qun1 son atteatio_
atir4e sir Ie9 sollu blsHiil
fl-mirea des ar-ntos qui m]
vaien dms les tribinm \{u\
In4a et a oaro heneu ie
sence. Accueilli par |^ T,,ire;
et les menb'e* du consa-i
oal le m"re a remu u mu
c'*f i^ la vi'le due aied ds]
grivee en r-li^f ? |Q( ,jft|
"ill- ea1 I 'tre coum
ou es ls ni . flt bimenu]
doit i N. chil at arriv4 au (^i'i^sBit,
le oriV><>|r RltqqredSiprobi
et de ses M 'es lai s-|.JQJ
h'enve rie ^t lui a coiHr ll
de D'il eir en droit. L 0
'aire de la fte a t s
15.coi vtrans de la gaer.'i~
q ie cet'e lingie cn'ona fat 1
au ooint fix, le mrcrul li|
en revue La revue termine,!
Ngociant un traite
pa
Dirtiguenave (ut lu le 12 Aot e
loi E'a Unis un oediatement com
mencrent presser le trait qui de
vait tablie leur contrle sur Haiti.
Le 14 aot, le Secr'aire d'Ctot envo
ya un raesajge pour tre transmis
au .'harg d^ffairns Port au Prin
ce Un dna g'and teste atpara t aux
pag s 552 et 053 de cette Dub'ication
Pondajt plus d'une anue, le gju
inaugurale service radio tl'gr.:hi
bard da oaq lebit Pars. Il adres '^rrenlu a Gimbidga of
ea Mr Laffout jus aeci'aire d'Elniti c'lirwrd lui ag
tat dea telgraphej a une dnfanca!fri le d^g'- de ijjteur
.de looo kilomtres un 'ii^ii^pii |). re'our Bo on le mai
la fore9 radio tlgraphie cona'ataot l^a pro'-nii rflndre visite Urche
grs magmliq tes ralise p^r la!B)stou et le sot il
techniqSe fraut se rdio lecttique
toch Uoitou
BOSTON 14-
Ctait au tour d; Bjs'oi d'ic
gnrilisUme
atiiitl
jdlner donn en eon hnueat
{gouverneur : Cox (I a rega
: train a 10 heures et sera
tPrinston aojourl'bui.
clamer 'e
allies II Ta fait
et cordialit qui aVo 1
Petit!* Noum
ds armes' Etranger
avec enthoUlUtn; Une dpche de Bresi .mnonce
rien i eiV er i>tion des Mldais americiias daa
veroement-haitien.tfVmiVieraVetf predentei rception, dans )m .S&Jf^-t&SBl
ee coudi ions du trait con'enuee diverses villes des K'iats Uaisdija vij u comtesse d'Eu Mie de
dans les ins'rucions di 2 juillet site* parle m rchal. Des milliers reur de Brsil doo l'odro vient de
[ M du Dparteman-, auquelles il a et dei milliers d.- personnes taient j J^nsdp;he de Londres m
nouvelle manifestation des uns travail i
: Elle a t assex violente la police i
il y a eu des blesss. Les nunuc
. du nombre de 20.000.
1 M ne Vve Favier qui tait la i
dante en ligne directe de Pierre
tomb Carpentras. Elle tait ge 1
, dix neuf ans.
ve de 19 coup- de canon.
Les son h uts de bienvenue, aprs
une courte crmonie au cours des
Etat Uais'dj Mle St Nicolaa. En de ne,8* vue de lait"in le amicale du gouver p'U1*- Si prsence dans la ville a t
m*o| hiition somme il est dmjn olficiellemeot annoice pir une s il
tr par ces prjposi'io is. veilliez
prp trait comme il est tab'i dans ce
'hIj'o ira'uiiid Sans dlai, sonm3'tez
le irrguli meut et avm^z le que le Dpartement croit
que, comme garantie de la aiocrit
et de l'iutits des Ha ians dans un
dveloppement pacifique et mtho
dique de leur pays, i# Cuog s Hai
tien sera heureux de prend e tout1
de suite une rsolution autorisant le!
Prsident lu a conclure, aaos modi
rdcations, le trait soumis par vous.
Quand il vous s ujnt qu un telle rsj'uiijn a t
orise par le G g'a uraent>z m
Prsident lu la iect> maib*aiice for
U' II* le ce goufa e nau et en ro
'n m>san'Z itao le nj ivean
H aident d'il iti a tte li q i'ii doit
tre to t de suie sjumis" la 1 ai fi
ca iou du prdent Confis huien
avant su 1 j mrnement un trait en
stricc accord avec le plan dont il
s agit avec 'ei ahratiuns et addi.
ti >ne suivantes...N-cesa.tiroraen de
plei.i pouvois vout riron( cb es
ave- ! mias de dlai poaiible- -
LaJH ng Faites SHveir le tempa o
C')ci a ote 1 ' m* au charg d affaire
atnancain Diiuel-
( A suivra )
Kt l'iiuour vint /..
Une jeune lerame au thtre qui s'difie...
N'est ce pas que c'est beau ? Et cela ne suffit-il
pa> pour qu'en loule on aille Jim die soir i
Parisiana applaudir la pice en trois actes que
M 11e Annie Desroy vu nous ortrir ?
livre gnrale G J 00
lA)gc G 3 00
A Citt-Varirt
La 2' rte thtrale organise par
d'acteurs aura lieu au com.neuceiaeBl 1
maine prochaine, il y sera jou "a*
de Oaats Key.
iVleadailiCa, jlcSa'Oul S,
Ne
ml
iMcoi h\ e
\ou<. apprenons la mort Je VJme Frdric
lier laJn). survenue ce matin 10 h-ures. Les
(naerai|ls auront lieu d.miin aprs midi en
1 feliM du Sucr Cotnr de Turgeau.
La 1 grene Jefunte tait la sceur de notre '
ami le Dr frau^ois Dalencour a qui nous presen
tons nos siacres condolances asi qu'au auucs
membres de la famille.
tez ni is v0s>ieilles foTne de chap^"
vos vieux chapeaui de pailK car en y80*6 "i \%
'es vous pouvez tes .remetire neuf Vc* ^,
GOt^ORir liquide qui se vend avec un pinejjj
dans toutes les pharmacies et dans tomes ws
maisons (seizs nuance diffrentes*)
1
j Dpt chez
A. Victor Gentil
1 [jtn' gnral vour haiti
^#1
1731. Bue du
, Magasin de l'EV,
CARPENTrR-MORTON CO-
l..lIJ-ailM I"40 *
UV.A. ,


Lfc MATIN
i>
Bloc National
Hier matin le Bloc National *
jtfi rroui chez son dlgu, Mr Ei
jjje ff rdinand.
^ cette nouvelle sance, des di-
ctions oot t priss pour la bon
iicirche de l'uvre.
Plus d'une douzaine de eitov
Cessants se sont prients et on
Mi prter le sermefit conform
gntaox statutscomme membrr
nVrents du Bloc Natioual.
D'S discours empreints de p rii
ncont < prononcs par le pr
Jeot Ed- Polynic, ,ptr les membre
Veiret, Odilon Sjourn, Lamothe,
tiers Rveau, etc. A noter celui d
ftidatrur et dlgu Eug. Frre
ajod que nous reproduisons ici.
Comment et pour*
quoi a t cr
le Bloc Nation a
Discours de Mousieur
Eugne Ferdinard
Soi b avons constat que le pay
irensit une iieure critique, rendu
swre plus aigu par de compile
ds interne*, ne de malentendus
frictions divergea leaquellee lui.
l'clairer ne taisaient qu'aaa^..
rirdavantage l'horizon des aopn
ton nationale. Des cosur ^ui go
se Doua, bo sont penchs sur i.
wffraDCes et les angoisses de I.
tin ont senti la ncessit de s
vqroi-ber ; et, dans l'entente co
le ont .compris que le moinen
lit arrive pour nous de cherche!
uuver ce que menaaiem d empor
fie naufrage dea dsesprances ai
ipiinTft coupable des indifrersot
dM tiedes De la conception d'un
m mthodique rsmeoaui sur un
jmiindaction uniforme toutes le.,
treei vives ou pays S la rali .atiou
perte de i ide, il fallait vite trou
r une solution A ce problme pas
soonant de propolaion nationale.
!Z09$nUo.n change est aor
wnaie de la formation d'un bloc
\toui a van- dnouia !e bloc
noojj.
leipr.Mion de Bloc National, a
" effarouch bien dea eapru
Ejnbiaient y voir comme une
suond ancien parti politique
l'focavec l'ancien parti i.b
te peut tre l'une dea cau.es
fiiande division dilatant enco
sua la famille hatienne, division
Pwosa valu peut eue la cala
fcwqui met le pay. aous l'gide
Jjuiut de droirinternationel
a tort que certains homme
Misait, fondation de uotre
g? ao tout alarme outre mesure
ptuple comme du rente bien
EV'",*."8' P>pU lenthou
JMquilleet la criuque et au
Wetukni ; C'e.t la une dea eau
'no maibeura:
Piofetaeura de .pessimistes
s ju.qu' garer le public contre
2 lm 8PPelee cependsBt a
ioer le coursge aux daabuaa
eceptique, & ralteruur la
ne Nauooali en preparan
Jmt meilleur plus enbiimome
w utbiueratti de lortes colle
quelles constituent l'arma
'* pius solide de la machine
Beaut- Fraicbeur-rinesse chez Anfs Tairai
Voulez-vous re lgants avec peu d'argent:
Accourez chez ANTOINE TALAMAS. Voua tiouver./ an stock d'ariicW*
premier .choix, d'une beut et d'une finesse rart.-Ceai ta auront*
SVnn mt,80n BV*'1 ra,rvee 8tt nombreuse client.'e pour la fln d an,.*-
tL^SV lucwa?e detre "" a ses clients, la mai jo promet da veu
ire aui plus bas prix poi|.'es. e"
inn/l W! 0U e Peat ,roaV8r chuter meilleur compte qui ch^
Sni ra,?mas' *'<* * q" -e tait sentir chaque uui u m"
!f ",c";orla lamentable situation conomique du pays veno
2EEl% 8? * p0Qleata^,d8 agner trs peu pou. plaire tou>
t mettre ses clients A 1 aiae, quelle que soit leur bourse.
Accourez vite chez Antoine Tu'aman
\tJ:: '7!TSrni'H> ^'^ et * !* remarquables par leur
Soie l'avable diverses
couleur Auoe Gourdes
aatiu Liberty toute couleur
luseor ue soie
Julienne de soie
aiouaseliue de soie
Charmeuse de soie
jackuarde de soie
iJoc une de aoia
i'tufcahue de soie
uitoman de soie
Voue de laine
v-'r.andies bwisa
.-..ii n et le a flbur
1' bsj Or huit: a barre
quali. suprieure
.tptb Ocoigtnb uoui.vkiieb
Ctepe Ue Utuue
uepe de Chine barres
ilatteta noir Sup
^uantouji (,1'uasjr pour liorn.)
Jigaudie orode buiaae
double Uigeur
* -ncy juciiieeUe (, Tucotine
ue oie,
uzette Incolate de soie
Voue a barre de soie
-.tefioa de aoie
..e^un de soie fleurs
5 CO
51)0
5 00
5 01
5 00
00
500
50u
500
500
5 00
/varies
Alpaga noir
Casimir sup.
Ser^f bleu
10 (To
V 50
:)00
30 00
CHAPEAUX
5 OU
5 UU
700
10 OU
10 00
12 00
12 Ot
12 50
12 00
12 50
12 50
3 00
yoo
J 00
DKArERIfc
^achemir noir & blanc Aune G.2 50
loue blanche pour juppe
GaOaruiue blanc
Kep couleur
Palm beach pour jupe;
Voile couleur unie
Voile blanc
Crpon double iargeur
Voile couleur a fleura
Ghnpeaux laine pour homraeaMO
' c pour cadets H
pour "nfanls J5?
chapeaux de feutre ^up. 15
de i a Ito pr hom 5
fectre tr anp. SQ
de paille sup. !
de paille mole 7
Mouchoir.de,pochf> pour
homme sup* Donz.flO
Costume d bnin pour
' homme e&< q 25 00
Costun.e du bain pour femmes 25
- .*' enfant 10 00
Kpi de bain pour dames 4 00
-hemises tiomme sup. 10
Remise humines Toi
' *'en croe d" Chine, 40 00
2 50
J 5o
250
25t
12 00
-j*u..l 5V
- *-* 1
1
io
250
2 50
2
2
2
2 0.
Voile noire tour jharppe
Voile la Vogue a boucla coul.
Voile Liizaoeih carreaux coul
Voile baibare barrea couleur
Voile orn grand ramage
Voile blanc i carreaux coul.
Voile joura couleur
Mousseline barres de soie
luuienae franaise a barres
Tte Indien
Tte blanc 1
Calicot Midapoian grande larg. 2 50
1 75
4
4 5j
5oo
550
175
2
2 50
200
200
200
200
1 25
7 oo
utres du Bloc National,
rooiona lut e, pour taire mon
fe lolnique u'quilibre enti
ciioyena, car ?notre dvia.
\hm '' l0Ut pir lam0D> ,ou
jBloc National, n'entend faire
iiocune effigie du pass, m
m aucune entreprise d io-
'JUolsI, il ouvie largea aea
fi oos ceux qui veulent lui
'eu. loyale collaborauoi-. -
vm tur des forces solide des
jee o lites eiasurtout sur le
de tomes le iotorites qui
, ^>t le Paya pour rsliaer
^gramme d action politique,
*H et morale.
fa,indon8 a tooa nos coo-
tt spporter sur l'autel de la
a ',? 'es abngations et l'on
' jooiooa pat IE ranger.quou
ihi lAUi tl0uv*r 'a voit d'a-
"wt. df, piogia tt de salut,
pendant noua di-artir du
Que i,ou devoi. aux Inati
"" la luuaiea-
001 Prie de crier ivec moi.
^ Hait, I
T"*s ta Bloe National.
Nanaouk blanc*
Toile pour matelas aune
Courtil ht poui matelas
Toile drap s/4
Toile drap P(4
Tuile drap 40t4
Nautouk iose
Urgondiea amer
Ki ki blanc aup
Kaki jaune
Dnll olanc
Duck blanc aup
lirill Tussor
Grise couleur
Nsppe couleur super
Toile blanche pour chemise
lioium-g
Flanelle me Ile ton
Flanelle iau e e coton
Fiant lie l ine pure
Serviettes de toilet e chaque
Serviette de toilette sup.
Serviette de bain
Chemisettes hommes sup.
* japonaise a
union suit (combinaison BVC
Jaleou longe ei court tricot
sortis de bain ( bath rob
Sweater d* soi
Taie d'oreillers
Houppe a poudrer en velours
Houppe plumeau
Houppe i plumeau moyen
'' grand
" V tia grand
uaaquette pour hommes
Poudre i glace avec houppe
chauasetie k hom.ordiuauea df 5
' Moyenne qualit 8
" Mercerizta lu ( (j
Chauaseltes hommes sup. 12 UO
chaussettes soie couleur tha. 4 00
., ( bas noir et blauc douz 15 oo
y fsijlu-8> ercenze couleur aupldz au
J j|Us simili soie -
* lUas de soie chaque
baa de soie sup
Bas de soie extra sup
l'uujie Floramye et pompia
Houdie floiea de tok'o Boite
Poudre vr.omee de Lys
Lotioua Puinpeia Azurea etc fisc .'*
Hrttelles Guyor, Poli e et Mars a
RUBaNS
2 0.)
250
300
4
4 50
7 5U
500
30 00
OU 00
1
a
1 10
1 5o
2
isso
0 0
1 (K
22 00
5
750
lu
3 5C
Q

2
Ruban satin No 2
Pice 3 00
4
20i
25 0
3
40o
Flanelle .sine pure urande larg 0 00
Flanelle laine pme grande
'lautlie Ijine no >
r aiitile moubre ine
Sa i tde
Simili double largeur
Caaiuette noire sup.
t'almbeacb aup. nuaucea
700
8(0
!f0 (X.
2 50
250
4
3
4
7
9
12
16
22
40
00
80
100
Ri ban l'ompad'nr
" grande largeur
bouliers blanc- . ouvei.a
pour l) bA*
Souliers noira pr jt
drooverts pour h >mmfs
Sjulieis rolrn Pt j une
montai ta
Souliers dcouverts pr dames 25
Tapis cir aune 3
5
0
8
lu
12
14
10
17
18
02
>'ann 2 5
3
7
95
3o
Pharmacie Centrale
Produits de toute fraichut. Excution promnte et loian
ordonnances Spcialits pour \outes les maladies-
i rnr-iT
Maison DACGARETT
' Pour voire intrt
. Ne manquez pas de lire les journaux du 24 Novembre o vous
verrez notre Us'e de prix avec une btiste considrable, en vue d'uni
t *Ve liquidation.
Nos clients de la province doivent profiter aussi de cette occassion.
I e Grand Magasin
20&208Rue Traverpire
La Maison est rourvu aujourd'hui du olus beau stock,
oute alnclrZ^ t0UUUirn **" de ** *" ** ^^
Venez voir Us CORSMl S Bon ton, Royal, U,>w>/,ret
\.diusto,
NEURASTHNIE, FAIBLESSE
r/\l CHLOrOE, DEBILITE
ANC
^tw t i Hmoglobine
IManrateur dn S.ini. prescrit par l'lit* mdicale. *
mupfltur la rianda cru lui tmrruginmux. Admis dana lm Hpitaux lit Rarlm-
DfC taMUai DCH1IM, . Rue Paul iaudry. PAIUS > ITnniMHi
SIROP C3
DESCHIENS


Conserve: Vos Forces en Surveillan Voire Saute
Cette: lettre v.Ttis dira comment
Chicnp;o,l!linoN, V.8. A.-y-..i tta I vdlt E Pinkham
Componrion Vej ftalo pour c!cr, de*nuenwnts de l'ovaire.
roua lw docteurs consulte^ m'ont dit la mme chose-faites
voas opiv r. J'ti c romenc pJr ?v->\r des douleurs dans
M couf gauche, ensuite il m'a sembla' les avoir dana tes
deu:; cVt- ;,. f,,;,".; tu,.t un |ai!|(.r ,t avant une
'' fille sou'er.ir je ne de'slrai par. me risquar. j'ai
d iianddmesamiset imem'aditiprenei li < ompoahioa
'< ; " i i ydia F. Pinkhan. \.u suivi ce o nsell i
1 "' 1!i"<' M >; i te, i . puis i. tint ; ,,. t
' .: ravi n-.- |ei nmande tous votre
J mp loi VcgAale . vptr Lavige Sanitaire."Mrs,
: v Emi 0, iJ9 W.v'arja iter 6t.,( hlcafo, 1D..U. 8. A.
Ii ti n'en eu'i ne r-rni un raad r'on.nr.^ reu
c i tquv anne.; t pru\ obaDt da 1 .mmes, 1< jrim t v i.-ilU-u ,i..
ocenpaUon. Cas I rtrt i m lunent des verUiea ds U
Iti n V*gtaled( l.vdia U HmKham.
I : onjp itiun v(-g, t.!.. n>- contient pesde r.ireotic.jos
(TO di rjibl.'M.-t |i-uttre prive par K.ut.- f(mm,
. bu. om ..,r,te. v-.ir- kkc pain dlpeod sans doute sur
Composition \fegetale
do Lydia E* PnkKem
1VIU.^1^H>M f.UICIKr CO. LVM.MUI U..A.
2&3^3r

En vente chez
Franck J. Martin
Rue du Magasin de l'Etat en lace de la Glacire


y
:/'



LE A \ '
- 7? T-fa.e'. ; < -v jir . ^------------

Beaurt
impalpable, adhrente, d'un parfum
dlicat, conserve I ? fracheur de la
jeunesse, embellit efface les rides
donne un :iai de lys
Poudra nrxi'.v iblaneha. chair, > naturel, rot* p >ui brun*
rachat clair. racM htau i :
l'ol ou mur .1 < -, I l l
TVinririy. Il. W \ -
La>i Teinaet/i ' " i -! ri a-1 -, >
farda (louwi ta*
Aucun tnven eont r rcmOouiotmrru
AKYS
3, feot 4s !a faix. PARIS
*> -^^>- wr-.w^v.''--ta**1-i*j*
Vaillant cS* Ihrwt
Agents (jniaux pour Hati
1720, Ru*
.. J-VL
I II"
VR *F

;#
!
I J
. >
S5*
BIRE
La BIRE FRONTENAC est de la
bire dont la force est celle d'avant-
guere.
Rgalez-vous en achetant la FRONTE-
NAC TIQUETTE BLEUE: "Spci-
ale", l'aristocrate de toutes les bires,
avant un lger got de vin, et la FRON-
TENAC TIQUETTE ROUGE: Bire
de famille, dlicieuse.
Servie dans tous les restaurants et cafs.
Demandez-la.
FRONTENAC
BREWERIES, LT\
Montral 4


Pharmacie F. Sjourn
Donne avis sa clientle, aux mcVciof et au puh'ic. qu'elle a
transform son Laboratoire d'Urologie eu un Labora oire de
iiioloyie appliqu sous la Direction du
Dr lUcot et h. Sjourn
Le Ld\ orato;re est ouvert tous ios jours de 7 hitsdu matin 6
heures du s^ir pour toute* les recherenes ei analyses prvues dans
l'annonce ci joint?, saut pour la
Wasseruianu et h cor;st;i,te Ure Scrtoire
quj dm seront reues que le mardi de chaque semaine*
S'adresser ia Plnrmae pour le* rtnaeJg oiei U*
Analyses ^'urines et Sue ggstriqu ,
Raction de Wasscin ann
R&tctioo de'l'uboulet,
Examen du BsDg e du pus
EtamBj d->s matires leea'es,
txainen u6 Cta'hftt
^) bu mi no i ICI ion
Constante r SecrtoW,
Recherch de Spirochhs et de Ganocoqucs, ete, c. _____
Grand"Hlel de Friuce
VINS prov liant direci inett le birsar,prs
B rdeaui.
itt uJGK Gourdes S 00 le ail on
Plr>NG 00 le gallon
VIVSenbDut ille* des nnilhurs crus ei des Linteau les plus
reoon'ns. Liqu -.-.rs Prani^pi et ViOt d'Espi^ne. Umnp^'nes et
Vins mousseui iK meilleures ihflnrufs.
M usie-'r PATRIZ1, revenu dr.niremenl de France avec U3
'u'il tout n- u' pour son HrVel, rient .ca no obrea'e et choisie
enie'e q'e A s prix spciaux SfTOBl abli> partir du \er Novem
wre i,our |6s P,-^.os demi et P#4 lion-
J ,s rlifftt *it p*i '/" VOIT le i toptirlntre lui-mern*.
SERVICE I CARTE de S heures du malin 8 h l>r) 1res m di>".
VINAIGRE DE VI.V 'luranli pur Gourdes \,0 la bouteille
MISIQIJK MUSIQUE
A nilfirs ./' bonne musique, arprme: qu'un storl: de Mille ', Disque CalunuV* v'umtdtre reu avec les ri'tns Mnngues
k'temnei de tartitu Jmlin BLf P<*r la maison.
I, l'rtetxmann-'tjtjorholm
"ii
".-
4T%
d+%
Contiaiice
r;
: *i y
iucun nomadans le monde entier
qui ait apparu autant de fois sur les pneu
pour automobiles, que celui de Goodrich.
, F ourquoi?
Parce que le nom de Goodrich, figurant
sur des millions de pneus, est un symbole
de garantie de leur qualit suprieure rt de
leur durabilit.
Les pneus Goodrich ont t soumis
l'preuve par deux gnrations de pro-
pritaires d'automobiles, qui les ont tou-
jours considrs comme un produit de
toute co-.fiance.
Les pneus Goodrich sont dignes de
Confiance.
The B. F. Goodrich
Rubber* Company
Akron, Ohio. . V A*
ifld*
r
\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM