<%BANNER%>







PAGE 1

42 L£ MATIN Propos Electoral Interview du Dr 6-uening Notre ami PEl ERS RJlV EAL Directeur d la Nouvelle Hati un fa leaders de Va cause du Candidat £d leaders de \hi came du Candidat ta U de8 "dpetflart du Matin % mond Mangons nous demande la repre f U J a b uue oitune de voir hier Juclion aa discours suivant publi p a ^1, ,' V H I ? t6 1 Monta R ne o ntlre confrre ^.-lan*. %  F tJZicLrJ}'^^"^^' un IPS directeurs de Ihe Sation, arriv Mesdames Mesureurs Dana l'histoire universel e, nom considrons que chaque poque aro W avec ses sentira* ms et ses ides C'est tant ces conceptions qu' se rnoavements de l'esprit humain que I on doit les rformes qui,en influait Hnr les assure, ont prpar les gn i ations prsentes. Celaronsitue undes formes du progfl, marque un ptape parcourue par les Peuple dms 'mr couse la poursuite d l'lde,iI Or, nous inspirant de ce qui, en passant an cieueet des ges est un v jusqu' nous dans un rafineraen de beaut, nous aimons nous ruoil ICI, loiu du # tintamaire des rues,pour tmoigner notre dvoment au ci o yen dont l'indpendance,la rectitudi le caractre ot la moralit ont reit nu notre attention dans cette joui 'ectoralo au'our de l'dilit poil au princienne. Le voila Jans notre sein ce citoyer et c'e-t d'un cœur aftranchi do tou ti* lourdeurs que nous lui disons S jyez le bienvenu / C'est aussi ei I celte ocenreuce, dans toutes lacep 1 tion de notre CJOIX, que nous le prt sentons a ceux qui, paimi nous, un quement allchs par sa bouue tpt tu.ion, se sont empresss de se rei ari notre appel. Nous U. r envi yous un cordial remerciement. Nou> les puons d'agrer l'expression pou le concours que dans l'urne, ils pi teiont ce digne candidat qui, dam I accomplissement de ses devoirs d< magistrat, n'imprimera pas a leu oigueil la ;fltns8i.red'utJ6 dcei lion. Cette reconnaissance ne s'teindi. pas avec vos vivats et vus acclame, lions File se traduira taut par de piotestatious de sympathie del p.ri ue iiotre lu que par les elforts cotants qu il dploiera su prolit dt chacun en parfeuher et de tous ai gnral. • ."u u entre nous MM. ne se rap pebe que le degr de piopret e d'oinbellissement d uue ville vetiu l'Etat d'me d* ceux qui Ni bi eut Consqueroraent, qui demie i,ou> ne rtve d'offrir, anx i gards l e tan ger dbarquant sur nos plnges, une capral avec des boulevares imposant, des squares coqueis dcore. de kiosques on, au ctputcule du soir, une musique bourgeoise nous channerait de ses symphonies (Jm d'entre nous, enfin ne bjttiait uee mains de u rompue en voyant ot pouisuivie l'excution du piogram me du sym, aiii que Dr Anuouai ; Si la lche de lEiile, devait s'ar rler l, si elle ne devait enmme tempi consister joindre l'ai Ils l'agrable, on n'aurait point raison de chtier le gamin inculte, deshrit du sort, que I on surprendrait, profanant sui une d* nus pin ces publiques on monument drejs eo vue, de perptuer le souvenir de l'un de nos anctres. J'en arrive voue dire qu'au point de vue de I ma tructien les classes ncessiteuses se runt d'avantage lobjet des sollicitu des de la Commune,' eoit que sous leasuspices de la uouvdle admini* tration elle cid autres coles poui voie a km en ivlie.ii rsolve menu psr un hete ai luirait e le problme de leur frquenta ion encouiagepai des il livetmons et des dons le* M iuaiiUs y relatives soit aussi q ie rHhsrnt le vœu formule par DoU jeuni compatriote Franck Narcose elle n stitje une cole de morale pis tique de femmes 1 usagu de nos toutt s jeuuen qui pour vivre se sa crilient tout entires. Eu gard ces questions et tant dautres tis impoitantes s ue je me vois regret oblig de passer sous silence pour ne pas lasser votre bont vons conviendrez avec moi que vous devez porter te plus grand intn't >iux lrctious municipales y entraner ceux de vos amis qui raonndiBsaut leuie devoirs envers l'Etat et la Socit, voudtaient ne pas s'e.'< soucier, et vous noterez en pansant que ces kciions, en principe. ne revotent aucun caractre politique coatrairemeut au verbiage de ceiiams groupes qui spculent sur les lussions populaires. Ceti • tactique tend vous arrachei on vue iuconscient en vous dtoui naul du but qui vous appelle dans vos c<>mices, elle peut en fcondant e matin par le tL'oloo. hune physionomie trs doue Plane par des yeux qui refltent une me nergique, svec U bone %  {•ace la pniH psifaite, le Dr Grue'"'g qni a 31 ans et parle nn franais tis pur, a rpondu aux qosstons suivantes qui lui furent pose par le reprsentant du Matin — Quelle est voire impression sur le tiult't de l'enqute ? Pe s z 'OOt quelle sera favmatle & liai 1?| a Oui, il n'y a pas de doute. Le sjour de la Commission J tiquete stra-t-il prolong sutli iamiuent pour permettre de faire la umiere sur tous les faits dnoncs ? -La Commission veut faire Ter qute aussi pun et entire que noaaible. H — '.a Commission viendra-teU tonner une nouvelle orientahoa aux •libres hatiennes? B — Oui, certainement. le Dr Gruening a ajout oro'08 de la loi martiale que la Corn Qiaston dsire que tons ceux indignes et trangers — qui Celui qui achte EMIILSION DE SC01 achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. U n'est pas possible d'obtenir les effets curaufs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott) %  y M| Varits D1MA D Go-fil Cojrteline joue M-nTaldv et Maj-rne Guitton. pat La X e „„.„ u out L iuelque chose a dire, soient libre* ** P !u bsu chef-d'osuvre d te se prsenter devant elle, sa s|nnv.tograohif'SPC lise pu " aient eu dcouler de la part de l'Oo sopttton. .r.i ce n'est pas sans regret n't< JI es un change de vues gnrales • vie la Docteur sur dus choses cou >inaut le l'ays, notre rdacteu" A If cong de lui. iSoue renouvelcns i notre mineat onlrere nos meilleurs voeux d un gtabie sjour parmi roua. ie la '' Abel t nce Musiq je spc a e di Georgp CMrtoi. Chinions par les -hmsonmeM M Guittoa etGeo^gCh iton. Entre : 2 Goi'd s Un rnppnrtsur la situationa) lemam PARIS 8 — D*> Lasteyia. repporl 'pur du lu Corn m lsion dei> Finance, f vi nt de enter d'un voyige tftndei,! |i a expos la( h">mbre que la sso:.a d ^ sXr \-n; r,-nffitj non djeeds depuis la dernire session de tanne. .. ,. i> ; .u j -nrd* ions qui rerdront oo^ ib!" 'a ItrtOtS du d t rcent ow"f qu'o |trouvera PU I>UI-. tt 'a Capit.il' %  r ommeen province. La Messe S >le n^ le de l'urticii e 1 St Miriitl Parisiana Une entrevue avec M ss Fo'ey VENDREDI iubert-Journal Hien mer de la'r de ,'P t tit8 Tyrans de ment Vtutel La H*ce d'or drtuns sentimental Entre i Gourdes Indit Cl \idiHi\ilnn L'anaiveisure d* l'a r ms ice STle demain Vendredi i 8 hres O n Varits Reprsentation sensationnelle Un g and film p tr otique: de lYser Ua A propos en vers de Maxime Guitton d.t par l'auteur et Mme Ta y Cbansoas pir les hansonnierGeorg Ch-itod" 11 M x m Guit on Mme Balochard L'.niaiiie militn e in i t b t-. u Journaliste amricaine Sur 1 aimable iovitaiion de notre excellent mi Mr Pierre Hudicourt, un de nos rdacteurs, M. Th s A. Vilmeuay asi rendu kir a ouze Heures du mati eu tou cabinet eu n tut preeeut Miss Foie y Avec luu.el gtoedeBon BOUIUU des yeux trs laielhgenta deniie at s largua beau les. une t. i la allonge, nne, on p. u impicise quAntouio uo !<. Uauuaid, u peiuiie de tou es ~ 6-"—•' p %  itis lgances t magniflo, Miss fof. P/lHMPtfr* quuuge aili.e.Mouiaguoaben *^ f ouiu in o donner quelques reuatngutmeuia sufcceptibiw. d'iotresaer Us lecteurs du Mutin. fcllo eai ns a IScW-Yok et collaboie liUt uf lo duy, 'ihe Umans Syndicale ti u oVulicS uidguzinea •uiportanUs. tua auend, tommb corrrapoodaota ue ces diverses pu oiica ions, l'ai met) da la Commis aion fcenatoiiald qui laissera Nor tok (Virginia/ le lu de ce mois et joue par les auteu s M ne T.tdy e •ru piouabiemeut ici veis le 2o ou Mr Lertbours. L'Enqute snatoriale sera publiques, loua les JuttlUttUatsa, eu ai gers tl hatiens, y aeioutad.u.s librement.. MiM Foiey aiu-eieaso aussi b-su coup aux questions socisles, aux eouuiUuaa uexisieuce uea travail eut ; c t eux •miorauous qu'o youi y sppotmiL .issociatiOi ikl OuVtHjrs liaitieus qui vieut de ku • v.uueu ici a luule sa isympuilneaou ama aiuenie, ses mee novauuea tl (coudes uouuieui une iictie vie lu veilectueile tt socle. nu cours de noire conveisation, tlkuioiiuaue la bieuveiliauce en ver noue pays uotii eiu aduiirs les Bits. jjiuoitsques. merveilleux, et expn ma sa couiaiice eu le dveloppement de eau teasources^ Miss loie y pm-.e assez bien le Iran gais et le iruuu en auglsis' Apia uue demi luure o elle tint ses luieriocutuuis sous le cliaiMe de sa patule aimable, discils et sou rem eUDCnlnum eue prit cong, en cuipoiiaui leurs souhaits de bount. ci truciutuso ueaogue. tion dcd depuis la dernicre session de passe; Louis Artaud,— Archille Barihe, — F, L. Achille Bndict.— Philip Carlstroem — Nevers Constant,-r Franois DamnerCharles Dennery Josepli Duclos — M ne Vvc Auguste Est"* ; Lon Qourraige ; Chs. Georges i luit • Eco no nie considrable \ MaHig* d, iratio-i H!1 mande .1 |ua le R*io jessu ses dAp-mfi s lis o. nrtioa ne-* et pe oive 'o,U' l v t nt lst | 1 n; otet renoue:. ix .^iWJ1 o nnu-.s de papie; ir.oanaje. inniv r sa ire de l'a nvtice u :> : le C lotit chanr.-r J en la Hui j LIQIIS,IJIK ls division entre les li's dune mme ^JX*? 'ut.ie provoquer des oiroon lai es., a l t8 UJ cœ J r cnallie dieusts la h*$Ut desquelles r !" *U*ude. aaccrediteia uulie uioautc ue 1 au1 Paulm 'ie coie de 1 Atlantique cette opinion %  %  mi 1 ue suunnea pas murs pour ls puissauce de cfliiaius droits m li reui a i.otre tat de peuple libreEsi ce pourquoi sous la bannire de la :SgeiBe noua vous convions lauues ci nous couscieui* de voire t.ouveraine' a honorer de vos ut liages 1 lumrne dout la candidature eal tatuiemeut ett mdiscutsble et qui peraouuifle des vues protoodes e. gureux une me Pauimon THODORE fl/.ml;n: 4 RDarez vo-is-m ue 1101 outil, ni cuir ni colle, LOIIlUinaiSOll vos chais uns en cuir et on cou clionc, valisas, Mnti..,r rk,rt-. \r n u J t P rtp ruo,1 ii ^ ei/-s e %  ooir, toile* cirescanotes Monsieur Charles Vo.b^, dont la de voitures et Ci mb es air avec lu rcente btochure met pleinement en vue un nouveau systme fhancifr. Iequ.;l dans son application praliq e est appel cier le emeni de nou veaux moyens i la R. tb que* :t peimeitre sx deux gooftroemerti qui forme en dh miaules uoe^r consistant imoer en Convention de Lire un mei eur mabln ., „ sou -.-. et rd t,.-, \Su ro..u.'r'eL sort.ux loDcuonnaires pubic.er, Ne di es pas ceet m uss.bte. Ba.yez vooloun Budget dei Votes et Moyens f| gertz y vous ju dis Dpenses /quit.b erntnt combi ^ produit d f b 1 stio 1 1 a vs • tend rJes rer ns, tient i avantager ls lecture de VJCe8 oappri-Ubiea et ett ion pe.^ab.o dans lot'i son livre tous ceui que ses sugges leB ,ne J, g*. tions touchent aioii directement :M4 _., gstrats judiciaires et commuoaui, lill Veille Cll''% I niIBSllUff l'Etat A A mm • AI*I. ^_ > Conseillers d'Eta',Administrateurs et Prfets, lnspcdeuis et Directeurs et P'olesseurs des Ecoles et tous les Chefs de Seivice des bureaux publics et leurs auxiliaires. Ces grsnds fonctionnaires et em ploys publics, en s'y reniant comp te travailleront de leur ct un pa reil plan uont la 'ralisation dans ses heureuses consquences toimera le vrai fonctionnaire de carrire q 'un salaire beaucoup mieux rraun et >r lifieraen apportant aussi i ces dignes mritants tout le prestige nt'cessaiie i l'homme du devoir. L'auteur va donc s'entendre avec tous les chefs de service de ces bu teaux publics de la Rpublique, a la Propagation de son ouvrage en des u* l'eut ilie 1 ticles U 1 Justin Dominique Ile la Facult de Mdecioe de : aris nc'en ass'ft! mf ;ies proie?s on-Oeo ko cl Deu'chmann de Ham oourg Ul'iic : Av.iMie (irgoitc S2S H UMfl ,1 j ilohsulla.ior.., ; 7 'i 0 huri da malin 3 5 c ap**s midi Consultation* gratuites pour les indigent* le jeudi de4o heur" m • aprs midu



PAGE 1

.'JK* —. LE^TlM [ 4 Petit-Cercle a s -y at'eoda'.l,' la I. le [ f8 PriitCerrV ., a C { \ t Pr-iJer.t et expri jbrts d'H r neur et a>ix [Llbifns loute sa grali'u corccuis (mhousias?e. Mibiqu" Mcn ieur hrama ^oo des Pro-ecteurs ^e tt t pit la p. n'e. Dins u'ivanie quoique rapide a ijig.jf. il mot ira a son Gloire compos de jeunes [pets gens, et don bon L peronn li** 'es plus •ieroire py*. • L'influ'n r œe sur IKrration, lf pjnt et la ruine de; oci ici jc.'qu'sux temps fabu fn conu, les lfg" • -ise d'trmile a ses clients, la maison promet ds veu' are aux pluB baB prix posath'er. Nulle part on p.-ut uouver a acheter meilleur compte qu > ch.z At.toine ralam.s Malgr la tiinsde qui ae tait sentir ibiquu lour i.t mai sou, prenante cœjr la lamentabh situation conomique du paye, vend avec conscience, en se cooteniantde gagner trs peu pour plaire toue et mettre se* clients a 1 ne, quelle que itft leur bourse. \tezvwi a • '' %  Waux et \oUs corsets rema. fuul tu pai JUBtleu siuio'. /-courez rh*z Antoin: Talamas* rvmmn t Accourez vite ch z moi:* launwH Soie i'avab e diverses couleur Anne Gourde* 5 0 Satin Liberty iouies couleurs 5 10 Tuaaor ue *oie 5 oo Joiience oe oie 5 il Mouasehue de soie 5 II Chaicueuse de soie 5 10 bikuaiie de toie 5 01 Popuiio ut soid 5 U Beugaiiue de soie 5i( U loman de soie 5 00 Voie du Inn 5 10 OiguudiesSw.sa 5 io bhiiLttle a f-tjurs 5 10 Tussoi de toi' buiie quali suprieure 7 00 Upes G ugeiie mui.varies 10 UO Crpe ou Chine 10 io Cipe de Chine barres 12 00 /laftHias noir Sup12 tH GbanlOBg (Tusaor pour hom.) V2 50 Uigaudie btodees buisde double largeur 12 00 Fancy Denieette { Tricotine de soie ; 12 50 Suzette Tiicoiate de soie 12 50 Voile bancs de soie ; 00 Crepou de soie 3 00 U|.on de toie fleurs 00 DRA r ERIfci vaiies • 10 CO Alpapa noir |j 50 Casimir sup. Htl 00 Serge bleu 30 oo l-HAPEAUX filiapeanx aire poiK bnmmrs 10 t pour cndets H i pour "nfanls 5 hapraux dp fputie np. 15 de i mllp pr hom. 5 2b Cachemir noir & blanc Aune G 2 50 'gJ^JJ *•** .( Toile blanche podi juppes 3 50 S?*!,H Gabardine bianc 2 5u i !" a 0 / ft,,,er Kens couleur <2 'A) Hou PP e PO\l& nep couleur ^ ou Hrtllnn n | nnii • fMtre trs snp. de paille snp. 0 de pai le molle 7| Moucher dp'poche f oar homme supDouz. 10 Costume 1 hin pour hommes ebaq 25 00 Costume u b .n pour temmes 25 " erfaote 10 00 K^pf de bain pour dames 4 00 linmisc s hommes sup. '0 Cemises hommes 7 00 •' en crpe de Chine 40 00 Serviet'es de roilet e chque Serviet e de toiUlte lup. Serviette de bain Chemisettes hommes sup.aponaise union suit (combinaison BVC Calf ou longe et court tricot forig de bain ( bath rob ISSEZ?0yS! IIRAS3EZ Worge, vos Bronches, huons en les dfendant,] [les prservant fhnlisepsie voltifilo des LES VALDA1 llesdanpvr; tin Froid, %  Mit, il.'.s Poussiresdes Microbes. l*H EFFICCEUEIT , Maux de Gorge, Hchites, Grippe, elc. BsttOYEZ LES ES VALDA "[•faut avoir sofa %  co employer les [IU.ES VALDA WITABLES 'teli^T EFF1CACS5 ^ % %  iit en bOiTES jfWaut le n n [foehainA fte '•e est fne par les membres f mardi i ; du courant. Ni [" %  imonules tiend.ont l'afflche, Hep Palm bebdi pour jupes 2 5o Voile couieur unie 2 tO Voile blanc • 1 50 Crpon double laigeur \\ 75 Voile couleur a fleurs 1 Voile noire pour charppe 2 50 Vo le la Vogue bcucies coul. 2 50 Voila E i/.ibt ih cuneaux coul. 2 Voile huibare baires coule'Ji 2 Voile orue'giaid ramage 2 Voile blat c a caneaux coul 2 00 Voue jours couleur 2 OC Mouesnue s baires de soie 2 50 luuienae tianaise a barres *1 50 Tte h.un ti 2 Tte blanc 2 Calicot M dapolan grande larg. 1 50 Nai.soik blanc 2 Toile pour matelas aune Couitil fil pout matelas Toile drap fc/4 Toile drap i',4 T Ile diap 40,4 Nausouk loee Uig nuit amer 2 K ki blanc sup 2 50 Kbki jaune 2 00 Diih blanc 2 OU Duck blanc sup -J oo Un u l'tssor 2 00 G use couleur 1 25 Nipe couleur mpr 7 oo Toile blai che pour chemise hommes 2 Oi Flanelle melleton 2 50 Flerelle laine e^ coton 3 Flanelle laine pure 4 OJi 2 00 2 50 3 00 4 450 7 50 5 00 30 00 60 00 4 1 1 0 1 50 2 250 0.00 i;oo 7.) 15 00 ers poudrer en velcurs Houppe plumeau Houppe plumeau moyen M grard " tis grand Casquette pour hommes Poudre glace avec houppe Chaussettes & hom.ordioaiies dz5 J^. •' M Moyenne qualit 8*" " Mercfirizs 10 00 Chaussettes homme* au^. 12 10 v.hau*-settes •• soie JOI leur cha. 4 00 Bas noir et b'anc douz i5 i: I H mercerizAa couleur aup dz 20 Bas simili toie 22 00 B-s.-de soie chaque 5 B^s de soie sup 7 50 lias de soie extra sup io Poudre Floramye et pompia 35C Poudre flores de tokio Boite 2 Poudre veloute de Lys 2 Xions Pompia Azure etc fisc 8 Bretelles Guyo', Police et laare 2 BUBrtNS Pice 3 00 3 4 4 5 7 6 9 8 12 10 16 12 14 16 tOUtt La Maison f$>. fourni aujourd'hui r<^|iarnilf. ^ H limais de djot. 1 *• le malade. New-York Dans le but 4e faire profi'er sa noT)breue cli nl?. 'a Maison nnel en liqutdatian un lort stock d* marchandisas diverse SAVOIR Canotiers, Chemises, chemisi lies, ca'eons eu tricol bfapc ot r.ou sieur, cravates, cei tnres. oour hommes cde's r i enfants ca irellea Dri'.l coulai r Khaki nuiles de quinine. Pommades assorl'e ,-e tonne pour rideaux e'c Sns oublier les derniers Nouveaut arrivs, sur 1 s steamers f a.av C l|et Martinique. Crpes de chine, et cpes de G.-tvgette, Fleus de Nie-. Soies lav SV ei out soie et de .outes les nuances, Gmts peaux fil. et soie pour da-n'es hommes et enfant", souliers assort* pour dames, hommes et enfant^ chaussettes et bas fil, soie pour dames hommes, entants et pour b-ptme! Gilets de flanelle et par aure<, Bretelles snprieus ( Tarretels. caooes et toute genres, Parfumerifi ma r que Houbigant, Coty| Pivert, %  ( \ r vs Sic i main en vrai cuir de Russie. Moust quaires, Trou SCS et P wdTna pour dames et hommes, Fleuta an ficielles el tours de olunv* oour cha^eam Guirlandes de rosis, Plumet'is. Corsets pour d.mes et fi ht'es > hts enj 1er, laiton, et en cuivre, le tout i un prix dt'fimt Ion tes c-.r.-virreocs etN'oubliez pas que les gens chics s'app-ovtcionnei'rhfz PAUL E. AUXILA Angle des Rues Traversiez et du Hagisin de t Et pnik h nnbre, ^ %  Ua perte de temps. %  % iiiillalras, 'iiquent, moins chre. •E. 2 3 pilule* 1 Pilule. Si vous voulez prolger lia peau de vos chaussures, Si vous 'oJlez avoir un brillant luisant et durable Si vous voulez conserver la couleur et la soupl*s.,^t W, BAVOM a_w-^^T". C.satOtf. 63, 1 haa:vi St.Ss:t!a, Vt.V: -* ^-£u


PAGE 1

I '• 4 .TN > L£H\ & FIXK mi SPECIALITES Ions produit pharmac<>tit>qup$ e i n ricl's v'i dablca dans u e phaitJi )>ol desnlecian, s* o LVM,., shmJj ic-1, Peb c.:o ; dei.lif ice i"com,arc u | e fil In e e rno-u-, Kipulsior, IxtMi Ihoio'at e • JOIUTH de L & V c'^>iexq.jt l o-.ii e T-icu.i. I tt ; Ces i\x'iA,i sot ah m.ich e c de B Demmatz lu prtxcour.ni LYSOL : le meil eur et le plus > ououiq ie oSs u'siuleeu La dsi. feittiit employ dans tous les giaids hooi Ui\E petite cuillere de Lysol chns une i>in l e feau doiini ia solution 1 lo DEUX 2 o|o M)l* 3 o,o (Une pinii rpressive euiou la conlenance de Jeux vern mirai ) Le ysol s'e ; [lue Xmtrictiin* \o 15 U ) enjuc c de la Ligne l'artamx. Donne -.vis sa ciiei.teie, aux nicci'is et aupub'icqi T,b'c d'Hti tvecViuOiP i.co tr*nsorai s n Labjr.t.oir< d'Uiologie eu un Labuin Df j-uner ou m.tic o 50 biolujjie appliqu sous la Dv.cuun du """"D*.-,, t k t, 5 Dr Meot et t Sjourn. Le Laboralo re es ouvert tous les jours de 7 hies du fnf = .heures du s Ir pour louies les recherches ei analyses pri l le aunouC3 ci joint?, saut pour le Wasstrinanu et li constante Ure Scrj qui ne serout reues que le mardi da chaque semaine. S'adresser i Pharmacie pour les reu3eigleinents* Analvges d'urines ei Suc gasiiiqu' 1 Raction de Wasseimann R c ion ueTi boulet, Exnmu du s Qg e du pus E sa me a d s madres lca'es, Kxam-" ecra'kit Albuœino ri Coi.saneUr'Sri Recherche de Spirochtes et de Ganocoques, etc, *] Yens sens s&'isfaiis.S' vous venez nous visilei, vous tiouvenz en ou Ici mulItUKs bc son! de ta ville. PRIX MODEH ES Mme CLtOHlAi S-HERKE l'npueiBife. •A *.I.' w^V' The B. F. Goodrich Rubber Company Akron, Ohio, . U. A. i Grand Htel de Frai dirt clment JeB.rrs.ii Pneus Goodrich ix. VINS provrnant bordeaux. HOLGE Gourdes r > lH) le ga'lou BL.ANC 1 6 0e le g lion VI \S n bjui illes des m iil j urs crus e des ChiUaui reomus. Liq-ie rs Fiatitses t V n d'Espi-MChaifll Vins moustenx d J sm ill-ures n.*rqu^s. .Monsieur PA'flllZl, revenu demie emeul^le J*ranc m riel tout nu< poui sou H H, r ieut sa no ubrea-eesi cp meiequed s prx p ri ux s^r-ui ibiU paru r lu I bie pour les Pe &EUVICE U C^KTE de 6 hvures du malin * Prix trs modrs. VIXlGRE DE YI.1 gaanu pur .ourdes ijO toi W" Bije danoise ]\ew Carlsbi a meill'ure bire vendue d ,mi mare\i\ Demandez votre fournisse^* les restaurants et les cafs 1# ^ leure qualit pour v )tre argent: Vente en gros chM L Profita Aggerholm, Port-au Prince



PAGE 1

JWflfi^ 11 im.to.iVb.ttto .. • Porl au Pri,' U au JLA 10 Notattb'r fW IIIECTBtfR PROPRITAIRE QmeDt-MAGLOIRE UNUMIRI 20 CENTIMES Quotidien C'est le dfaut de notre temps desesiimer beaucoup trop,oa fait bien de s'estimer* cepeadaot il ne faut pas mconnatre la mrite de ceux qui nous ont prcds. Adolphe THIERS RfiDACTlON; R f.mAnca, qui fait que 1 o jade de cent sujets divers avec unt ematence plus ou moins tendue cautions littraires, philosoplnT, artistiques, sduisent qu'une successivement restreinte et l'o souvent de l'ignrance ing d'une foule de gens 4 qui m jee, ni les mojens de MUS "te raanqVnVcTfebddt. Ou %  peu, trop peu On neconnaj profiteurs, ni les pote: ; penseurs que quiconque se pi I savoir une certaine educatio [Il pas le dioit de ne* point conn-i St Sa se contente de jeter un tr [taise coup d'ecil sur le journal pou s'il ne confient pas quelque relie 'sensationnelle", un beau Un scandale ciousmlaui, un dopic-ren^.u p htique de sncc Il soie ou de sport On n'hsite pa fefsyer cher deux ou nos p.actr au lire, pour voir une p ce dont le le n'es pas tx uoidin-ue. ma i jette le bias au ciel quand il s a |ft te se procuiei un bon livre. Ei nis,i ttouvei le u mps de lire? On aoit surmen et, en ralit, on [totipe bien oes heures en plaisirs i ne aient pas, certes, celui de U Dite paresse pour les choses de [rniitl est l'indice d'une civilisation •lilitaire, et infrieure par cer ic6ts. Ei il n'tst ps tonnanl jfi femme, leve dans cette stllffe, eu subisse les consquen • et aoit d'une culture intellectuelle k*r pauvre. L'enseignement qui lu [lseia. autant que certains pr I H 4 vieillots tonne lesquels on ne [lsV|. Set proccupations sont bor tkiEt dehors de la gestion du m JNPi teme son ambition se rsume ||€r une existence plus ou moins une, f ri volt Uvide, factice et '•one Elit: tombe dans des pi a %  • pnriles ou d une intolrance imtm b mab e. fille passe son ^P discuter ch flot s et faotreiu* %  * ou mdite bien gentimect dts ** tonnes amies absentes. Sa conJfMon est indigente, banale, terre Nouvelles Etrangres PAR CABLE M Rrinnd #irWpi New YoTk et de Washington et adres nnanu arrive,^ en triirint sur le 5ol tml i Cain le aitX Etat8 m U tlis message suivant i la nation ; mais il Les manifestations Il prnonce un discours mou vant et sensationnel WASHINGTONMr Briaod etrl va hier hier 4 New-York o il reut une simple et dmocratique bienve nue Une salve de dix-neuf coups de anon fut tire au moment o le ba eau de police ayant i son bord la. musique vint se placer 4 ct du 'Lafayette". A bord du remorqueur le l'anne, le < Lexington ;, all au devant 'du paquebo-, se trouvaient ambassadeur Ju>serand, le consul gnral Liebert.le major-gnral Bu 1iard avec 1 tat-major. Au qui, a le comit de rception, avec Whalen Wansmaker, l'inspec teur Daker et d'autres membres atten daient A io heures, Mr Briand mit pied 4 terre, escort par le colonel Cosby de l'arme amricaine, attach dc'ara aux journalistes q i il ne (ou cherait i aucune queston rela'ivea la confrence avanr d'avoir t reu par le pi ident HirdmgEn mettant le pied sur le sol de la grande repu blique amricaine, ma pense va cens qui ont ai gracieusement ml leur sang celui de nos solda's en France, ces combattants que les Etats-Unis nous ont envoys comme ce qu'ils avaient de plus prcieux ; cette magnifique jeunesse 4 l'me leve, au coeur h'roique, qui est tombe pour !e droit et pour la liber t, presque en soutient, cette terre qui garde pieuserntM leurs' restes mo m'envoie maintenant comme un des leurs. Insertion demande • Ht 11 lN, S'il flli Util ——+mr—— (La Qoeralle Littraire ) Suite — Voir le \o du 9 \ovfinbre Miis, par un trange cart le mthode et de discipline intellectuelle* que tout.esprit impartial et avis re conna? ra, sans peine, dans l'crit trop htif du confrre Henri Adam Michel, il a fait intervenir les noms de nombre de gens qui ne ont pas rputs littrateurs, dans l'acception lexicologique du mot. — 3'est une faute de got. — La littiffi"* &*T£fiki? U France T""?,!!?* !" 9 ^** ?" Depuis des sicles, la France a t la terre des grandes batailles qui se sont livres pour la civilisation La dernire guerre a prouv qu elle et lit capable de maintenir son idal jus sa peisocne.le Sous secrtaire Blis9 qui U Ituiivc cAiirne du sacrifice. I.'lucidation d une simple' question eprsentant le secrtaire dEtat. le Elle n'oublie pas les nations qui l'ont ( qui pourrait se ramener. — en diti des principes svres que 1 on ne sau sait mettte au rancard surtout lors que l'on inaugure ou nourrit re qne l'on veut bien qualifier de querelle attirait e. — Que viennent taire les noms d Og tt Chavannes, — eux de Dessalines et de l'tion, — de Nord Alexis, etc, dans l'agitation ou tence morale et intellectuelle. — Ce qui vous met dans l'imno^ibilit ab JQIUI. d'artaler Me Stn o Vin :en* — en lui dmontrant l'inanit de son accusation bien motive, — malgr ce qa'en pense une vaine clique! — sans fixit aucune. — mal instruite sur le; dsastres qui nous te o aillent. Beaucoup de revues, la RjnJe , la c Petite Revue , La L\ue de 1 1 Jeunesse Haitienn: >. < Kaiti Littraire et Sociale , La Revue du C*r deCatho'ique . e'c, sigiicatiV.ment signales par vous, — conm: ayant puissamment contribu au mouvement actuel. — ne sont pas Its ".etes dignes d'attirer l'attention de nos crivains.— jeunes ou vieux. Oui, elles ont accompli de grande* et belles choses.-Cen'est pas taux— puisque ces crions, — par leur ori gintlil ou leur comptence, — ont efficacement enrich-,— grce i leurs brillants rdacteurs, aux tudes dli cates et judicieuses de leurs plumes de marque, — la carrire des lettres, dans une Rpublique, c la puissan ce latente, qui n'attend, comme dit Delorrae, dans , qu'un viril vouloir de set enfants, fits de hros, p jur se distingue dans le monde a. M lis, il nous faut vons question ner. — Oui a insugur, le t Seplem !bre ieo, le Ihidtre m plein air, i Ri Cest nous. — Cela pour vons. — Qa s est bien tonnant votre n *P* ct " S r fP' C. Lesprance, pris p.t La France est prte i se joindre 1 mia De | orm e, Lgitime, constituent ua|re d n0S o P ,us k 5, ,les w"s7a 1894 1893 >. Sans doute,— lies vous ont volution — e scientiique, — diii Iules Rosemond. 1 K /nral Pe.shine pie P ( l rnoniaie. L a rraacc esi p.cic IcctlU er uue erreut ou co.tibUtre :"" —' !" -*aar. avec la col b ai L -'•' % %  110 B^ 4 e dl8CU fcr ks questions la cootren -n rtninil>n mais an 'amm^mmM a Uboraiion savan e de Messieurs | perso* moment pour salutr les ministres Lanais romegoite; En attendant le dpart pour Waunion est la meilleur.gaanie de la sh. gton fix midi, ies membres de paix du monde et que les intrt* u de.eg*liou tuieniconduits en auio primordiaux de lhumnit ne peudans les plus beaux quartiers de venr que profier de leor troite et New Yoik tt i la gare Pensylvania. intime coopration. • u milieu d une fou e compacte. Arrivant S heures Washi -gtoa, la e plaisir ep.ouve pur peuples de bonne \oiou.e da Q9 uotre v j e l i l t raire on pokliqut A un travail pa.ique et .munrane devraient pas tre compris W t eBB, 9aka : a JP* y. e ux ; leur et rduire de plus eu plus Us votre numrtioo. -Troispoques T tojr "V., de .*' urs tudes termines.devraient s'atruques de gurie ^ U1 ne se ressemblent point, ont t tacher i les pou-sunr.'et i les perpar vous confondue*-, et cela dtruit teitonner, g ce des lectures choi-! \ujourdhui le monde, qui s bej a lgitimit de votre rfutton. — sies judicieusement, sans craindre ^soin de sauvegarde et de repos, ne Vous n'en dites pas les caractkisti ,'exts les ou/res foites et saines', peut pss se conter de paroles de con aues —dfiant les crivains qui,-. les la e tPetit oire. a L'E cho d Hati >, La Revue Illustre ••, U B.uette du Si Eiouard D pestre, Ls Chrysalide*, de V Lou t saint, Le Rveil Les Varits'da Cap L'CEuvie '' de Massillon Coi COU' la Revua du Centenaire". "Ls Croix", La Plume, La Saltan. La Ri qu'une cooeep ion trique des 'con I s olatioo ; il veul des acies.La grande ^uiva^t vous, — pourraient eue v-n-nces interdit parfois pour n'au dmocratie amricaine sait b.ei ce seuls reprsentants autoriss de ,. ,,.,,,, loi.ser que des livre* insipides, malalque c'est la France Vous nous conp,^ nail ,enne. omettant inten ^ff^\ i i P ^ t $gBm t M 5 d ,lc himt'm taus.'natisfz de lonaue date ; mais Dniants droitemont nafs tt capables de taus-naisstx de longue date; mais pentionrellement des noms imposants. ser le jugemeU sur les ralits de celant la dernire guerre, vos enlanis dignes, 4 plusieurs points de vue, mo „d e -ont vcu parmi nous, partageant les descoitcr ceux de Firmin. Dilorme, UneVune fille dpourvue de p-'mmes dangers et les mmes espjanvier, Pnce, etc. — C'est un scie damerie tt de prtention, qui sait rance*. Ue telles ht mes sont inou de complaisance condamn par la discounr l occasion sur des objets jbliables <\ crent des amitis tou probit littraire t. les lgles imprieu dignes d'intresser les cerveaux et les jours durables; nos deux pays sont ^de l'art. ne-, tst autrement dlicieuse que sa ccmpgoe,mme plus jolie.qui ne ptui pas iortir d'un cec!e restieint de scitts drou vus doriginalit.Devenue iemm elle commuera de '• ..Und, ,e rtfM ,.-ilt!el, '• nl *• ' Uoret, U Renaissant, bien d'autres journaux et revues qui ont jou un r.e considrable dana l'ascension de notre intellectualit, — contribuent inculquer 4 la jeunesse, qui n'est pas ingrate pourtant, les principes de morak, de justice, de civisme, de jnerlr, des terres de libert. La statue qui, i sans lesquels elle ne pourra jamais l'entie de la bue de Ntw York U"' n iU [ se borner ni sut jamais ral'ser son critrium noble et gran tend sur le pont son bras lumineux, crire ., nous rappelle le vieux clasdiose — La Commmoration de Dents a sa reproduction 4 Paris sur les sique Boilrau. — hTest-ce paa pour w Dtlorme, le 12 Novembre 190/, bords de la Seine, identiques,moules nous piserver d'uue prolixit dange,par une grandiose man.festatioa rch par ies mmes mains, sortant du m reuse que cet adrg: s t conu et gieuse et littraire, 4 ls Cathdrale tt me moule, ces statues • quoique pla vulgaris ? —Cet adag ne peraon-1 a l'Asile Francua, n'influe pas sur ces 4 des milliers de milles signa oifiera jamais le particularisme />/• ^"esprit de votre gnistion. C'est eut les relations intimes qui eus lecttul que certains jeunes, g iss par notre ojavre — lustin Lknssoa l'A en entendu, je repe 4""Vr"'?rr de la mesure, de ls dlieslent les relations intimes qui eus fec/ntf que certains jeunes, gises par notre euvrelustin Lstiia ^heureusement nne lite cnap-.nei u 1 ^^ ^ mdividualitentdans les deux paya, leurs aspira des louanges tt des paroles d'encou cite dans son petit annuaire N? cetteitle. Mais elle est nu-1 esst b commufs le ressemblance de raRem.nt.voudraient inaugurer ici,— N? cette lele. Mais elle est nu-ltea ^ •tiq • '• %ait atu, 1 ^ uti: nielle T Us jeunes files, 11 "gloire 1 cette iegie_ " e e "'"" ^ suprieutesq.i auront toute chan lions commues la rt qoement .Dsnfisante. Comme il ts supe 4 et qui,leur mission, leur am rt dsirable qu'elle grandit r^u •"' ^ u ieoomme 4 el „ Justice, leur mme .pai une ducation plus large et atque on peu u ^^^ du progrl# ressemblance de ragem^nt.voudraient inaugurer ici,— imour gal pour sans aucune raison p'.iusible. volont lansf Vous •.'fi :unz, d'une faon impax [ttite, plusieurs tapes de noue exis; Jules ROSEMOND X 4 suivre j. *% •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05520
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 10, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05520

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
JWflfi^11*
im.to.iVb.ttto
..
Porl au Pri,' U au
JlA 10 Notattb'r fW
IIIECTBtfR PROPRITAIRE
QmeDt-MAGLOIRE
UNUMIRI 20 CENTIMES
Quotidien
C'est le dfaut de notre
temps desesiimer beau-
coup trop,oa fait bien de
s'estimer* cepeadaot il ne
faut pas mconnatre la
mrite de ceux qui nous
ont prcds.
- Adolphe THIERS
RfiDACTlON; R f.mAnca ne connais pas de plus grand
isioa que celle-ci: une femme,
..gracieuse, dont on admire le
Jase extrieur, et qui, ayant par
[ae rvle d'intelligence troite, dr
mdiocre, de conversation ab
icnt vulgaire. Cette dsillusion
liitimement frquente, et il n'es
Doe qui ne l'ait plus d'une foi
ive.
' Ocelles en sont les causes ? L
ipale est videmment le dfaut
j allure de la femme en gnral
|0a m peu port Vers les choses dt
htrarit. Les hommes se spcialisent ;
[utruce et ne s'intressent gure
i kor profession. Ingnieurs, s
commerants avises, homme*,
aux conceptions audacieu
j Mis pitres humanistes.Chacun
caotoune dans son mtier et n'en
I peint. #a ne possde pas et t.r
[i mate de tout >, qui fait que 1 o
jade de cent sujets divers avec unt
ematence plus ou moins tendue
cautions littraires, philosopln-
T, artistiques, sduisent qu'une
successivement restreinte et l'o
souvent de l'ignrance ing
d'une foule de gens 4 qui m
, jee, ni les mojens de mus
"te raanqVnVcTfebddt. Ou
peu, trop peu On neconnaj
profiteurs, ni les pote:
; penseurs que quiconque se pi
I savoir une certaine educatio
[Il pas le dioit de ne* point conn-i
St Sa se contente de jeter un tr
[taise coup d'ecil sur le journal pou
s'il ne confient pas quelque
relie 'sensationnelle", un beau
Un scandale ciousmlaui, un
dopic-ren^.u p htique de sncc
Il soie ou de sport On n'hsite pa
fefsyer cher deux ou nos p.actr au
lire, pour voir une p ce dont le
le n'es pas tx uoidin-ue. ma
i jette le bias au ciel quand il s a
|ft te se procuiei un bon livre. Ei
nis,i ttouvei le u mps de lire? On
aoit surmen et, en ralit, on
[totipe bien oes heures en plaisirs
i ne aient pas, certes, celui de U
Dite paresse pour les choses de
[rniitl est l'indice d'une civilisation
lilitaire, et infrieure par cer
ic6ts. Ei il n'tst ps tonnanl
jfi femme, leve dans cette st-
llffe, eu subisse les consquen
et aoit d'une culture intellectuelle
k*r pauvre. L'enseignement qui lu
[lseia. autant que certains pr
I H4 vieillots tonne lesquels on ne
[ | Ktenis dons un tat p?u propice
developpemeni de ses facults na
| ,a>lsV|. Set proccupations sont bor
tkiEt dehors de la gestion du m
JNPi teme son ambition se rsume
||r une existence plus ou moins
une, f ri volt Uvide, factice et
'one Elit: tombe dans des pi a
* pnriles ou d une intolrance
imtm b mab e. fille passe son
^P discuter ch flot s et faotreiu-
** ou mdite bien gentimect dts
** tonnes amies absentes. Sa con-
JfMon est indigente, banale, terre
Nouvelles Etrangres
Par cable
MRrinnd #irWpiNew YoTk et de Washington et adres
. nnanu arrive,^ en triirint sur le 5ol tmliCain le
aitX Etat8mU tlis ---- message suivant i la nation ; mais il
Les manifestations
Il prnonce un discours mou
vant et sensationnel
WASHINGTON- Mr Briaod etrl
va hier hier 4 New-York o il reut
une simple et dmocratique bienve
nue Une salve de dix-neuf coups de
anon fut tire au moment o le ba
eau de police ayant i son bord la.
musique vint se placer 4 ct du
'Lafayette". A bord du remorqueur
le l'anne, le < Lexington ;, all au
devant 'du paquebo-, se trouvaient
ambassadeur Ju>serand, le consul
gnral Liebert.le major-gnral Bu 1-
iard avec 1 tat-major.
Au qui,a le comit de rception,
avec Whalen Wansmaker, l'inspec
teur Daker et d'autres membres atten
daient A io heures, Mr Briand mit
pied 4 terre, escort par le colonel
Cosby de l'arme amricaine, attach
dc'ara aux journalistes q i il ne (ou
cherait i aucune queston rela'ivea
la confrence avanr d'avoir t reu
par le pi ident HirdmgEn mettant
le pied sur le sol de la grande repu
blique amricaine, ma pense va
cens qui ont ai gracieusement ml
leur sang celui de nos solda's en
France, ces combattants que les
Etats-Unis nous ont envoys comme
ce qu'ils avaient de plus prcieux ;
cette magnifique jeunesse 4 l'me
leve, au coeur h'roique, qui est
tombe pour !e droit et pour la liber
t, presque en soutient, cette terre
qui garde pieuserntM leurs' restes
mo
m'envoie maintenant comme un des
leurs.
Insertion demande
Ht 11 lN,
S'il flli Util
+mr '
(La Qoeralle Littraire )
Suite Voir le \o du 9 \ovfinbre
Miis, par un trange cart le m-
thode et de discipline intellectuelle*
que tout.esprit impartial et avis re
conna? ra, sans peine, dans l'crit
trop htif du confrre Henri Adam
Michel, il a fait intervenir les
noms de nombre de gens qui ne
ont pas rputs littrateurs, dans
l'acception lexicologique du mot.
3'est une faute de got. La litt-
iffi"* &*Tfiki? U France T""?,!!?*9^** ?"
Depuis des sicles, la France a t
la terre des grandes batailles qui se
sont livres pour la civilisation La
dernire guerre a prouv qu elle et lit
capable de maintenir son idal jus-
sa peisocne.le Sous secrtaire Blis9 qui U Ituiivc cAiirne du sacrifice. I.'lucidation d une simple' question
eprsentant le secrtaire dEtat. le Elle n'oublie pas les nations qui l'ont ( qui pourrait se ramener. en diti
des principes svres que 1 on ne sau
sait mettte au rancard surtout lors
que l'on inaugure ou nourrit re qne
l'on veut bien qualifier de querelle
attirait e. Que viennent taire les
noms d Og tt Chavannes, eux
de Dessalines et de l'tion, de
Nord Alexis, etc, dans l'agitation ou
tence morale et intellectuelle. Ce
qui vous met dans l'imno^ibilit ab
jqIui. d'artaler Me Stn o Vin :en*
en lui dmontrant l'inanit de son
accusation bien motive, malgr
ce qa'en pense une vaine clique!
sans fixit aucune. mal instruite
sur le; dsastres qui nous te o aillent.
Beaucoup de revues, la RjnJe ,
la c Petite Revue , La L\ue de 11
Jeunesse Haitienn: >. < Kaiti Litt-
raire et Sociale , La Revue du C*r
de- Catho'ique . e'c, sigiicatiV.-
ment signales par vous, conm:
ayant puissamment contribu au
mouvement actuel. ne sont pas
Its ".etes dignes d'attirer l'attention
de nos crivains. jeunes ou vieux.
Oui, elles ont accompli de grande*
et belles choses.-Cen'est pas taux
puisque ces crions, par leur ori
gintlil ou leur comptence, ont
efficacement enrich-, grce i leurs
brillants rdacteurs, aux tudes dli
cates et judicieuses de leurs plumes
de marque, la carrire des lettres,
dans une Rpublique, c la puissan
ce latente, qui n'attend, comme dit
Delorrae, dans petits >, qu'un viril vouloir de set
enfants, fits de hros, p jur se distin-
gue dans le monde a.
M lis, il nous faut vons question
ner. Oui a insugur, le t Seplem
!bre ieo, le Ihidtre m plein air, i Ri
Cest nous. Cela
pour vons. Qa s
est bien tonnant
votre n*P*ct ,01s sont dsormais unies dan* la M.- Stnio V.n;:nt qu. s"e place aaK00'" PM, to|ctuel, vous '
Iles se.i eut que cett'd-ssus de noj mesquineries ju y" pu vous souvenir de |s Cfa^#
j.ur, -pour indiquer non geuie revue Itinraire et hnmistiqae,cooi
eut aux jeunes, mais tous les Pemment rdige par Ch ywsinru*
gens de peu de foi, la voie suivre, Rosemoad.iireclear fondateur, M.rab
pour acclrer la rdemption de la N bo D^' lles Rosemond par les
ion.- Certes, Salomoo. Biitlnie, P^onymes Ducoudou Lxcca Dalj,
Edmond Panl. fnce. |anv,er, F,r <>" S'rfP' C. Lesprance, pris p.t
La France est prte i se joindre 1 mia De|orme, Lgitime, constituent *ua|re d n0So P,us k5,,les w"s7a
' 1894 1893 >. Sans doute,
lies vous ont
volution e
scientiique, diii
Iules Rosemond.
1 K/nral Pe.shine pie P(l rnoniaie. La rraacc esi p.cic IcctlUer uue erreut ou co.tibUtre :"" ' --*aar. avec la col
b ai L -''110B^4e dl8CUfcr ks questions la cootren -n, rtninil>n mais. an'amm^mmM a Uboraiion savan e de Messieurs |
perso*
moment pour salutr les ministres
Lanais romegoite;
En attendant le dpart pour Wa- union est la meilleur.- gaanie de la
sh. gton fix midi, ies membres de paix du monde et que les intrt*
u de.eg*liou tuieniconduits en auio primordiaux de lhumnit ne peu-
dans les plus beaux quartiers de venr que profier de leor troite et
New Yoik tt i la gare Pensylvania. intime coopration.
u milieu d une fou e compacte. Ar-
rivant S heures Washi -gtoa, la
e plaisir ep.ouve pur
peuples de bonne \oiou.e da-Q9 uotre vje liltraire on pokliqut .
A un travail pa.ique et .munra- ne devraient pas tre compris Wt,eBB, 9aka: aJP* y.e.ux;
leur et rduire de plus eu plus Us votre numrtioo. -Troispoques Ttojr"V.,de .*'
urs tudes termines.devraient s'at- ruques de gurie ^U1 ne se ressemblent point, ont t
tacher i les pou-sunr.'et i les per- par vous confondue*-, et cela dtruit
teitonner, g ce des lectures choi-! \ujourdhui le monde, qui s be- ja lgitimit de votre rfutton.
sies judicieusement, sans craindre ^soin de sauvegarde et de repos, ne Vous n'en dites pas les caractkisti
,'exts les ou/res foites et saines', peut pss se conter de paroles de con aues dfiant les crivains qui,-.
les
la
e tPetit
oire. a L'E
cho d Hati >, La Revue Illustre ,
" U B.uette du Si Eiouard D
pestre, Ls Chrysalide*, de V Lou t
saint, Le Rveil Les Varits'da
Cap L'CEuvie '' de Massillon Coi
COU' la Revua du Centenaire". "Ls
Croix", La Plume, La Saltan. La Ri
qu'une cooeep ion trique des 'conIsolatioo ; il veul des acies.La grande ^uiva^t vous, pourraient eue
v-n-nces interdit parfois pour n'au dmocratie amricaine sait b.ei ce seuls reprsentants autoriss de ,. ,,.,,,,
loi.ser que des livre* insipides, malalque c'est la France Vous nous con- p,^ nail,enne. omettant inten ^ff^\ iiP^t-$gBmtM 5d*,lc
himt'm taus.'natisfz de lonaue date ; mais Dn-
iants
droitemont nafs tt capables de taus-naisstx de longue date; mais pen- tionrellement des noms imposants.
ser le jugemeU sur les ralits de celant la dernire guerre, vos enlanis dignes, 4 plusieurs points de vue,
mode. -ont vcu parmi nous, partageant les descoitcr ceux de Firmin. Dilorme,
UneVune fille dpourvue de p-'mmes dangers et les mmes esp- janvier, Pnce, etc. C'est un scie
damerie tt de prtention, qui sait rance*. Ue telles ht mes sont inou de complaisance condamn par la
discounr l occasion sur des objets jbliables <\ crent des amitis tou probit littraire t. les lgles imprieu
dignes d'intresser les cerveaux et les jours durables; nos deux pays sont ^de l'art.
ne-, tst autrement dlicieuse que
sa ccmpgoe,mme plus jolie.qui ne
ptui pas iortir d'un cec!e restieint
de scitts drou vus doriginalit.De-
venue iemm elle commuera de
' ..Und, ,e rtfM ,.-ilt!el, ' nl * '
Uoret, U Renaissant, bien d'autres
journaux et revues qui ont jou un
r.e considrable dana l'ascension de
notre intellectualit, contribuent
inculquer 4 la jeunesse, qui n'est
pas ingrate pourtant, les principes de
morak, de justice, de civisme, de jnerlr,
des terres de libert. La statue qui, i sans lesquels elle ne pourra jamais
l'entie de la bue de Ntw York U"' n* iU[ se borner ni sut jamais ral'ser son critrium noble et gran
tend sur le pont son bras lumineux, crire ., nous rappelle le vieux clas- diose La Commmoration de Dents
a sa reproduction 4 Paris sur les sique Boilrau. hTest-ce paa pour w Dtlorme, le 12 Novembre 190/,
bords de la Seine,identiques,moules nous piserver d'uue prolixit dange,par une grandiose man.festatioa rch
par ies mmes mains, sortant du m reuse que cet adrg: s t conu et gieuse et littraire, 4 ls Cathdrale tt
me moule, ces statues quoique pla vulgaris ? Cet adag ne peraon-1 a l'Asile Francua, n'influe pas sur
ces 4 des milliers de milles signa oifiera jamais le particularisme />/ ^"esprit de votre gnistion. C'est
eut les relations intimes qui eus lecttul que certains jeunes, g iss par notre ojavre lustin Lknssoa l'A
en entendu, je repe 4""Vr"'?rr de la mesure, de ls dlies- lent les relations intimes qui eus fec/ntf que certains jeunes, gises par notre euvre- lustin Lstiia
^heureusement nne lite cnap-.nei u 1 ^^ ^ mdividuali- tentdans les deux paya, leurs aspira des louanges tt des paroles d'encou cite dans son petit annuaire .
N? cetteitle. Mais elle est nu-1 ess- t b commufs le ressemblance de raRem.nt.voudraient inaugurer ici,
N? cette lele. Mais elle est nu-ltea ^
tiq '---------'
%ait
atu, 1 _
^ uti: nielle T Us jeunes files, 11 "gloire
1 cette iegie_" e"e "'"" ^ suprieutesq.i auront toute chan lions commues la rt
qoement .Dsnfisante. Comme il ts supe 4 et qui,leur mission, leur am
rt dsirable qu'elle grandit r^u "' ^ u ieoomme4el Justice, leur mme
.pai une ducation plus large et atque on peu u ^^^ du progrl#
ressemblance de ragem^nt.voudraient inaugurer ici,
imour gal pour sans aucune raison p'.iusible.
volont lansf Vous .'fi :unz, d'une faon impax
[ttite, plusieurs tapes de noue exis-;
Jules ROSEMOND
X 4 suivre j.
*%
-
-
-


42
L MATIN
Propos Electoral Interview du
Dr 6-uening
Notre ami PEl ERS RJlV EAL
Directeur d la Nouvelle Hati un fa
leaders de Va cause du Candidat d
leaders de \hi came du Candidat ta U" de8 "dpetflart du Matin %
mond Mangons nous demande la repre f U Ja buue oitune de voir hier
Juclion aa discours suivant publi pa, ^1, ,' VHI?t6.1. MontaRne o
ntlre confrre ^.-lan*. F tJZicLrJ}'^^"^^' un
ips directeurs de Ihe Sation, arriv
Mesdames Mesureurs
Dana l'histoire universel e, nom
considrons que chaque poque aro
W avec ses sentira* ms et ses ides
C'est tant ces conceptions qu' se
rnoavements de l'esprit humain que
I on doit les rformes qui,en influait
Hnr les assure, ont prpar les gn
i ations prsentes. Celaronsitue un-
des formes du progfl, marque un
ptape parcourue par les Peuple
dms 'mr couse la poursuite d
l'lde,i- I
Or, nous inspirant de ce qui, en
passant an cieueet des ges est un
v jusqu' nous dans un rafineraen
de beaut, nous aimons nous ruoil
ici, loiu du#tintamaire des rues,pour
tmoigner notre dvoment au ci o
yen dont l'indpendance,la rectitudi
le caractre ot la moralit ont reit
nu notre attention dans cette joui
'ectoralo au'our de l'dilit poil au
princienne.
Le voila Jans notre sein ce citoyer
et c'e-t d'un cur aftranchi do tou
ti* lourdeurs que nous lui disons
S jyez le bienvenu / C'est aussi ei I
celte ocenreuce, dans toutes lacep1
tion de notre cjoIx, que nous le prt
sentons a ceux qui, paimi nous, un
quement allchs par sa bouue tpt
tu.ion, se sont empresss de se rei
ari notre appel. Nous U. r envi
yous un cordial remerciement. Nou>
les puons d'agrer l'expression pou
le concours que dans l'urne, ils pi
teiont ce digne candidat qui, dam
I accomplissement de ses devoirs d<
magistrat, n'imprimera pas a leu
oigueil la ;fltns8i.red'utJ6 dcei
lion.
Cette reconnaissance ne s'teindi.
pas avec vos vivats et vus acclame,
lions File se traduira taut par de
piotestatious de sympathie del p.ri
ue iiotre lu que par les elforts co-
tants qu il dploiera su prolit dt
chacun en parfeuher et de tous ai
gnral.
."u u entre nous MM. ne se rap
pebe que le degr de piopret e
d'oinbellissement d uue ville vetiu
l'Etat d'me d* ceux qui Ni bi eut !
Consqueroraent, qui demie i,ou>
ne rtve d'offrir, anx i gards l e tan
ger dbarquant sur nos plnges, une
capral avec des boulevares impo-
sant, des squares coqueis dcore.
de kiosques on, au ctputcule du
soir, une musique bourgeoise nous
channerait de ses symphonies (Jm
d'entre nous, enfin ne bjttiait uee
mains de u rompue en voyant ot
pouisuivie l'excution du piogram
me du sym, aiii que Dr Anuouai ;
Si la lche de lEiile, devait s'ar
rler l, si elle ne devait en- mme
tempi consister joindre l'ai Ils
l'agrable, on n'aurait point
raison de chtier le gamin inculte,
deshrit du sort, que I on surpren-
drait, profanant sui une d* nus pin
ces publiques on monument drejs
eo vue, de perptuer le souvenir de
l'un de nos anctres. J'en arrive
voue dire qu'au point de vue de I ma
tructien les classes ncessiteuses se
runt d'avantage lobjet des sollicitu
des de la Commune,' eoit que sous
leasuspices de la uouvdle admini*
tration elle cid autres coles poui
voie a km en ivlie.ii rsolve menu
psr un hete ai luirait e le problme
de leur frquenta ion encouiagepai
des il livetmons et des dons le* M .
iuaiiUs y relatives soit aussi q ie
rHhsrnt le vu formule par DoU
jeuni compatriote Franck Narcose
elle n stitje une cole de morale pis
tique de femmes 1 usagu de nos
toutt s jeuuen qui pour vivre se sa
crilient tout entires.
Eu gard ces questions et tant
dautres tis impoitantes sue je me
vois regret oblig de passer sous
silence pour ne pas lasser votre
bont vons conviendrez avec moi
que vous devez porter te plus grand
intn't >iux lrctious municipales y
entraner ceux de vos amis qui
raonndiBsaut leuie devoirs envers
l'Etat et la Socit, voudtaient ne pas
s'e.'< soucier, et vous noterez en pan-
sant que ces kciions, en principe.
ne revotent aucun caractre politi-
que coatrairemeut au verbiage de
ceiiams groupes qui spculent sur
les lussions populaires.
Ceti tactique tend vous arrachei
on vue iuconscient en vous dtoui
naul du but qui vous appelle dans
vos c<>mices, elle peut en fcondant
e matin par le tL'oloo.
hune physionomie trs doue
Plane par des yeux qui refltent
une me nergique, svec U bon- e
{ace la pniH psifaite, le Dr Grue-
'"'g qni a 31 ans et parle nn fran-
ais tis pur, a rpondu aux qoss-
tons suivantes qui lui furent pose
par le reprsentant du Matin .
Quelle est voire impression sur
le tiult't de l'enqute ? Pe s z
'OOt quelle sera favmatle & liai 1?|
a Oui, il n'y a pas de doute.
- Le sjour de la Commission
J tiquete stra-t-il prolong sutli
iamiuent pour permettre de faire la
umiere sur tous les faits dnoncs ?
-La Commission veut faire Ter
qute aussi pun et entire que
noaaible. H
'.a Commission viendra-teU
tonner une nouvelle orientahoa aux
libres hatiennes?
B Oui, certainement.
le Dr Gruening a ajout oro-
'08 de la loi martiale que la Corn
Qiaston dsire que tons ceux
indignes et trangers qui
* Celui qui achte
EMIILSION de SC01
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
U n'est pas possible d'obtenir les effets
curaufs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott)
y *-m|
Varits
D1MA
D Go-fil Cojrteline joue
M-n- Taldv et Maj-rne Guitton.
pat
La Xe
-------------. ,u, out L
iuelque chose a dire, soient libre* ** P!u bsu chef-d'osuvre d
te se prsenter devant elle, sa s|nnv.tograohi- f'SPC lise pu
- "
aient eu dcouler de la part de l'Oo
sopttton. .-
r.i ce n'est pas sans regret n't<
ji es un change de vues gnrales
vie la Docteur sur dus choses cou
>inaut le l'ays, notre rdacteu"
a If cong de lui.
iSoue renouvelcns i notre mineat
onlrere nos meilleurs voeux d un
gtabie sjour parmi roua.
ie
la ''
Abel
t nce Musiq je spc a!e di Georgp
CMrtoi. *
Chinions par les -hmsonmeM M
Guittoa etGeo^g- Ch iton.
Entre : 2 Goi'd s
Un rnppnrtsur la
situationa) lemam
PARIS 8 D*> Lasteyia. repporl
'pur du lu Corn m lsion dei> Finance, f
vi nt de enter d'un voyige tftndei,!
|i a expos la( h">mbre que la s ion linancire d i l'AHenia^e mosl
tie (j e le youverneinent All'.miadl
a tabn un budget sbsolurasl' aoor]
Cette me-se aura lieu lundi prochain, u du i mal et n 8 opposa nuHeni'nt 8 Iw
courant, la Chapelle du i-'ciii-S''nin.iir.-, en j \0' d- louds ltt'hii^ei'. Il ^JOT*!!
mmoire des M. m.!.-. deceds. particulicn-nent 'qu'une f ,ii||te. ventuelle A'lit Ott]
'UmkUn raie dcM* dCpuiS 'a derni''r<: n1-"'1 m0QN Hl ft et copemeot [
Le* famiUcs0et les ami* te Socitaires mom iOiO que et CQ'.-" ve \.i\ U tl
y sont cordialement invit* La metse sera dite on SSaiO1 induit' ' I A 'CinatO*.
a sept heures et demie du matin. || cnn ,|a conatd* .:it li CwB
Voici la liste .les Membres acti.s de rA>so:.a d ^ sXr\-n; r,-nffitj
non djeeds depuis la dernire session de tanne. .. ,. i> ,;.u
j -nrd* ions qui rerdront oo^ ib!" 'a
' ItrtOtS du d t rcent ow"f qu'o
|trouvera pu i>Ui-. tt 'a Capit.il'
rommeen province.
La Messe S >le n^ le
de l'urticii e 1
St Miriitl
Parisiana
Une entrevue avec
M ss Fo'ey
VENDREDI
iubert-Journal
Hien mer
de la'r de ,'Pttit8 Tyrans de
ment Vtutel
La H*ce d'or
drtuns sentimental
Entre i Gourdes
Indit
Cl
\idiHi\ilnn
L'anaiveisure d* l'arms ice st-
le demain Vendredi i 8 hres O
n Varits
Reprsentation sensationnelle
Un g and film p tr otique:
de lYser
Ua A propos en vers de Maxime
Guitton d.t par l'auteur et Mme Ta
y
Cbansoas pir les hansonnier-
Georg Ch-itod" 11 M x m Guit on
Mme Balochard
L'.niaiiie militn e in i t b t-. u
Journaliste amricaine
Sur 1 aimable iovitaiion de notre
excellent mi Mr Pierre Hudicourt,
un de nos rdacteurs, M. Th s
a. Vilmeuay asi rendu kir a
ouze Heures du mati eu tou cabi-
net eu n tut preeeut Miss Foie y
Avec luu.el gtoedeBon bouiuu
des yeux trs laielhgenta deniie at s
largua beau les. une t. i la allonge,
nne, on p. u impicise quAntouio
uo !<. Uauuaid, u peiuiie de tou es ~ 6-"- ' p ' -
itis lgances t magniflo, Miss fo- f. P/lHMPtfr*
quuuge aili.e.Mouiaguoaben *^ f
ouiu in o donner quelques reuatn-
gutmeuia sufcceptibiw. d'iotresaer
Us lecteurs du Mutin.
fcllo eai ns a IScW-Yok et colla-
boie liUt uf lo duy, 'ihe Umans
Syndicale ti u oVulicS uidguzinea
uiportanUs. tua auend, tommb
corrrapoodaota ue ces diverses pu
oiica ions, l'ai met) da la Commis
aion fcenatoiiald qui laissera Nor
tok (Virginia/ le lu de ce mois et joue par les auteu s M ne T.tdy e
ru piouabiemeut ici veis le 2o ou Mr Lertbours.
L'Enqute snatoriale sera publi-
ques, loua les JuttlUttUatsa, eu ai gers
tl hatiens, y aeioutad.u.s librement..
MiM Foiey aiu-eieaso aussi b-su
coup aux questions socisles, aux
eouuiUuaa uexisieuce uea travail
eut; ct eux miorauous qu'o
youi y sppotmi- L .issociatiOi ikl
OuVtHjrs liaitieus qui vieut de ku
v.uueu ici a luule sa isympuilne- aou
ama aiuenie, ses mee novauuea tl
(coudes uouuieui une iictie vie lu
veilectueile tt socle.
nu cours de noire conveisation,
tlkuioiiuaue la bieuveiliauce en ver
noue pays uotii eiu aduiirs les Bits.
jjiuoitsques. merveilleux, et expn
ma sa couiaiice eu le dveloppement
de eau teasources- ^
Miss l- oie y pm-.e assez bien le Iran
gais et le iruuu en auglsis- .
Apia uue demi luure o elle tint
ses luieriocutuuis sous le cliaiMe de
sa patule aimable, discils et sou
rem eUDCnlnum eue prit cong, en
cuipoiiaui leurs souhaits de bount.
ci truciutuso ueaogue.
tion dcd depuis la dernicre session de
passe;
Louis Artaud, Archille Barihe, F, L.
Achille Bndict. Philip Carlstroem Nevers
Constant,-r Franois Damner- Charles Dennery
Josepli Duclos M ne Vvc Auguste Est"* ;
Lon Qourraige ; Chs. Georges |ansen ; Athsnase Latorcst : Christian Mania
tiugnc M iximilicn ; lidilon Mcnos ; hnimmuel
Remy ; Dante* Rvtllp ney ; Frdric W'ulff.
R^piUiiHi (inorale
C'est demain vendredi, u, qu aura lieu l'a
-isiana la. rptition gnrale des pices qui se
ront ol.rtes tlaroiree d- Sa lu Petit Srnioaule La rptition commencera
a trois eures de 1-aprcs midi, aiin de ne pu
contrarier les lKs du soir.
Les Dames patronnesses sont pries d'y assis
ter
Union p t iol qun
Dlnimche prochain 5 r 2 de i .pris midi,
neeiin^ au liel-Air. prs duKio-que. i.c llurjju
souhaitera la bienvenue, a Mr le Dr Urueuir.g
Rdacteur en chel de "ihe Nation' ei membre
du Bureau de la Socit four I indpendance
1 Hain et de la Repub.ique Dominicaine il itjra
part l'assistance des dispos ton prises pour la
manifestation patriotique qui aura lieu a l'arrive
de la Commission Snatoriale.
Toute la population est cordialement conviai
cette reunion
l'Administrateur dlgu
Georges SYLVAIN
Heureuse
Les Socits franaises en
hatien de l'Alliance transi 1
main S heures prcises du nwn
lique Notre Dame une mes^e so emelle poir 'a'
morts de la grande Guerre.
Les membre des ditr'cn es Socits tous 1
lis et amis de la int pris de :cisi.|
dier le prsent avis cor ion,
Pour les
P Zenon
Vice pr,id-nt de l'Asile traocafl
t/af ion d'Italie
\\ z /!.<. n dujm "tsai-l
I- 'n D" si"ce d S Mi i- I- Rflj
U -! e,Vi t0- E- m u 1 III, le kri
^ds \ ir de It'I-'ft I 0 recevi^
e 11 cou-ant la Coloi-e ruliennefl
I s nmis d Ita'ie d; 9 hur . i m -}\
port au Princ" le 9 Navb i}2m
le Chru Jm Affaire-He U I p, t oaj
AlhedodeM.Vn'blS.
Cu n vocation
Hier matin en l'Eglise Saint joseph la bndic' Les membres des deux Scciions de "li R|
non Nuptiale a t donne i Mlle Bugcse Wool naissance" sont convoqus en asserab' gle.
trevs unie Mr Josias Chate li r pour dimanche \) du courant S heures prcisci
Le jeune couple a et* conduit l'autel par d matin au local de la Soci .
Mme Llio (iracia ne Woolfreys au bras de Ma Le Secr'aire
Paul Laraque. m HONORAT
Une Dcouvert* merveilleuse]
Une cordon erie dan< u>i luit !
Eco no nie considrable \
MaHig*
d,
iratio-i h!1 mande .1 |ua le R*io
jessu ses dAp-mfi s lis o. nrtioa
ne-* et pe oive 'o,U'l'v t nt lst |
1 n; ot- et renoue- :. ix .^iWJ1
o nnu-.s de papie; ir.oanaje.
inniv r sa ire
de l'a nvtice
u :>:. le C
lotit chanr.-r J
en la Hui j
LIQIIs,ijIK
ls division entre les li's dune mme ^JX*?
'ut.ie provoquer des oiroon lai es.,al"t8 UJ cJr
cnallie dieusts la h*$Ut desquelles r" *U*ude.
aaccrediteia uulie uioautc ue 1 au-1 Paulm
'ie coie de 1 Atlantique cette opinion
mi 1 ue suunnea pas murs pour ls
puissauce de cfliiaius droits m li
reui a i.otre tat de peuple libre-
Esi ce pourquoi sous la bannire
de la :SgeiBe noua vous convions
lauues ci nous couscieui* de voire
t.ouveraine' a honorer de vos ut
liages 1 lumrne dout la candidature
eal tatuiemeut ett mdiscutsble et qui
peraouuifle des vues protoodes e.
gureux une me
Pauimon THODORE
fl/.ml;n:4 RDarez vo-is-m ue 1101 outil, ni cuir ni colle,
LOIIlUinaiSOll vos chais uns en cuir et on cou clionc, valisas,
Mnti..,r rk,rt-. \rn u j t Prtp-ruo,1"ii^ ei/-s e ooir, toile* cires- canotes
Monsieur Charles Vo.b^, dont la de voitures et Ci-mb es air avec lu
rcente btochure met pleinement en
vue un nouveau systme fhancifr.
Iequ.;l dans son application praliq e
est appel cier le emeni de nou
veaux moyens i la R. tb que* :t
peimeitre sx deux gooftroemerti qui forme en dh miaules uoe^r consistant imoer
en Convention de Lire un mei eur mabln ., sou -.-. et rd t,.-, \Su ro..u.'r'eL
sort.ux loDcuonnaires pubic.er, Ne di es pas ceet m uss.bte. Ba.yez voolo-
un Budget dei Votes et Moyens f| gertz y vous ju
dis Dpenses /quit.b erntnt combi ^ produit d f b 1 stio 1 1 a vs tend rJes rer
ns, tient i avantager ls lecture de .VJCe8 oappri-Ubiea et ett ion pe.^ab.o dans lot'i
son livre tous ceui que ses sugges leB ,neJ,g*.
tions touchent aioii directement :M4 _.,
gstrats judiciaires et commuoaui, lill Veille Cll''%
I niIBSllUff l'Etat A A mm aI*I. ^___.>
Conseillers d'Eta',Administrateurs et
Prfets, lnspcdeuis et Directeurs et
P'olesseurs des Ecoles et tous les
Chefs de Seivice des bureaux publics
et leurs auxiliaires.
Ces grsnds fonctionnaires et em
ploys publics, en s'y reniant comp
te travailleront de leur ct un pa
reil plan uont la 'ralisation dans ses
heureuses consquences toimera le
vrai fonctionnaire de carrire q 'un
salaire beaucoup mieux rraun et >r
lifieraen apportant aussi i ces dignes
mritants tout le prestige nt'cessaiie
i l'homme du devoir.
L'auteur va donc s'entendre avec
tous les chefs de service de ces bu
teaux publics de la Rpublique, a la
Propagation de son ouvrage en des
u* l'eut ilie
1 ticles
U1 Justin Dominique
Ile la Facult de Mdecioe de : aris .
nc'en ass'ft! mf ;ies proie?s on-Oeo ko cl Deu'chmann de Ham
oourg-
Ul'iic : Av.iMie (irgoitc S2S
H UMfl ,1 j ilohsulla.ior.., ; 7 'i 0 huri da malin
3 5 c ap**s midi
Consultation* gratuites pour les indigent* le jeudi de4o heur"
m aprs midu


.'jK*
.
LE^TlM
[4 Petit-Cercle
a s-y at'eoda'.l,' la I. le
[f8 PriitCerrV ., a C
{\t Pr-iJer.t et expri
jbrts d'H r neur et a>ix
[Llbifns loute sa grali'u
corccuis (mhousias?e.
Mibiqu" Mcn ieur hrama
^oo des Pro-ecteurs ^e
tt't pit la p. n'e. Dins
u'ivanie quoique rapide a
ijig.jf. il mot ira a son
Gloire compos de jeunes
[pets gens, et don bon
L peronn li** 'es plus
ieroire py*. L'influ'n
re sur I- Krration, lf
pjnt et la ruine de; oci
ici jc.'qu'sux temps fabu
, fn conu, les lfg ^Ihibiltie puis il dcri
jttmfnt le r'e de la fem
^diflreiites civUiscto s
isu cd jusqu a ce jou
isppeltr tous les di
idis de celte confreno
nb'e II nous sulf a de
i^eseur rr-sque ans ii
iMorsuu- I li /..n a su
[| si confrence des quai
blicit c< di' cl rt, ^qm
Itonner, quand ( n song
jeuse rudition qu'il a t
tsant le con':ercier rap
fitme Haitie e qu une
be lui icc< mb. La patrie
iiocconbc c'rs i la jeu
lia femme ha tienne qu'il
:totmc pou: le p?ys des
|d'gredell capables dt
|kPatrie sa gnit peidu-
Icette conlrence. re bal corn
\m socs de l'on heM'e D;
fle se proie gea jusqu a
E dans une i yeuse anima
f
S'
Beaut- Fraicbeur-Fiaesse m Antoine Tahnu
r
\fitu-
foulz-voua 4ire lgants svpc reu d'argent}
Accoure chez. ANTOINE TA LA MAS. Vous iiooieru au stock d'articles
n premier rho x. d'une beeotd -t d'nne flnesBe ratr.-C'est i aurpn qne la maison rvait rserv*).a e* nombreuse clientle pour a tin d'anode irrv ; de i\< v-l'o /.
t.- touioura poi>" -ise d'tr- mile a ses clients, la maison promet ds veu'
are aux pluB baB prix posath'er. '
Nulle part on p.-ut uouver a acheter meilleur compte qu > ch.z
At.toine ralam.s Malgr la tiinsde qui ae tait sentir ibiquu lour i.t mai
sou, prenante cjr la lamentabh situation conomique du paye, vend
avec conscience, en se cooteniantde gagner trs peu pour plaire toue
et mettre se* clients a 1 ne, quelle que itft leur bourse.
\tez- vwi a '' Waux et \oUs corsets rema. fuul tu pai ju-
Btleu siuio'. /-courez rh*z Antoin: Talamas* rvmmn t
Accourez vite ch z moi:* launwH
Soie i'avab e diverses
couleur Anne Gourde* 5 0
Satin Liberty iouies couleurs 5 10
Tuaaor ue *oie 5 oo
Joiience oe oie 5 il
Mouasehue de soie 5 II
Chaicueuse de soie 5 10
bikuaiie de toie 5 01
Popuiio ut soid 5 U
Beugaiiue de soie 5i(
U loman de soie 5 00
Voie du Inn 5 10
OiguudiesSw.sa 5 io
bhiiLttle a f-tjurs 5 10
Tussoi de toi' buiie
quali suprieure 7 00
Upes G ugeiie mui.varies 10 UO
Crpe ou Chine 10 io
Cipe de Chine barres 12 00
/laftHias noir Sup- 12 tH
GbanlOBg (Tusaor pour hom.) V2 50
Uigaudie btodees buisde
double largeur 12 00
Fancy Denieette { Tricotine
de soie ; 12 50
Suzette Tiicoiate de soie 12 50
Voile bancs de soie ; 00
Crepou de soie 3 00
U|.on de toie fleurs 00
DRArERIfci
vaiies 10 CO
Alpapa noir |j 50
Casimir sup. Htl 00
Serge bleu 30 oo
l-HAPEAUX
filiapeanx aire poiK bnmmrs 10
t pour cndets H
i pour "nfanls 5
hapraux dp fputie np. 15
de i mllp pr hom. 5
2b
Cachemir noir & blanc Aune G 2 50 'gJ^JJ***' .(
Toile blanche podi juppes 3 50 S?*!,H !
Gabardine bianc 2 5u i a 0/ft,,,er
Kens couleur <2 'A) HouPPe PO\l&
nep couleur ^ ou Hrtllnn_ n|nnii
fMtre trs snp.
de paille snp. 0
de pai le molle 7|
Moucher dp'poche f oar
homme sup- Douz. 10
Costume 1 hin pour
hommes ebaq 25 00
Costume u b .n pour temmes 25
" erfaote 10 00
K^pf de bain pour dames 4 00
linmisc s hommes sup. '0
Cemises hommes 7 00
" ' en crpe de Chine 40 00
Serviet'es de roilet e chque
Serviet e de toiUlte lup.
Serviette de bain
Chemisettes hommes sup-
.aponaise
union suit (combinaison BVC
Calf ou longe et court tricot
forig de bain ( bath rob
ISSEZ?0yS!
IIRAS3EZ
Worge, vos Bronches,
huons en les dfendant,]
[les prservant
fhnlisepsie voltifilo des
les VALDA1
llesdanpvr; tin Froid,
"Mit, il.'.s Poussires-
des Microbes.
l*H EFFICCEUEIT
, Maux de Gorge,
Hchites, Grippe, elc.
BsttOYEZ LES
es VALDA
"[faut avoir sofa
'co employer les
[iu.es VALDA
WITABLES
'teli^T EFF1CACS5
^iit en bOiTES
jfWaut le n n
[foehainA fte
'e est fne par les membres
f mardi i ; du courant.
Ni
["imonules tiend.ont l'afflche,
Hep
Palm bebdi pour jupes 2 5o
Voile couieur unie 2 tO
Voile blanc 1 50
Crpon double laigeur \\ 75
Voile couleur a fleurs 1
Voile noire pour charppe 2 50
Vo le la Vogue bcucies coul. 2 50
Voila E i/.ibt ih cuneaux coul. 2
Voile huibare baires coule'Ji 2
Voile orue'giaid ramage 2
Voile blat c a caneaux coul 2 00
Voue jours couleur 2 OC
Mouesnue s baires de soie 2 50
luuienae tianaise a barres *1 50
Tte h.un ti 2
Tte blanc 2
Calicot M dapolan grande larg. 1 50
Nai.soik blanc 2
Toile pour matelas aune
Couitil fil pout matelas
Toile drap fc/4
Toile drap i',4
T Ile diap 40,4
Nausouk loee
Uig nuit amer 2
K ki blanc sup 2 50
Kbki jaune 2 00
Diih blanc 2 OU
Duck blanc sup -J oo
Un u l'tssor 2 00
G use couleur 1 25
Nipe couleur mpr 7 oo
Toile blai che pour chemise
hommes 2 Oi
Flanelle melleton 2 50
Flerelle laine e^ coton 3
Flanelle laine pure 4 OJi
2 00
2 50
3 00
4
450
7 50
5 00
30 00
60 00
4
1
1 0
1 50
2
250
0.00
i;oo
7.)
15 00
ers
poudrer en velcurs
Houppe plumeau
Houppe plumeau moyen
M grard
" tis grand
Casquette pour hommes
Poudre glace avec houppe
Chaussettes & hom.ordioaiies dz5 J^.
' M Moyenne qualit 8*"
" Mercfirizs 10 00
Chaussettes homme* au^. 12 10
v.hau*-settes soie joi leur cha. 4 00
Bas noir et b'anc douz i5
i:ih mercerizAa couleur aup dz 20
Bas simili toie 22 00
B-s.-de soie chaque 5
B^s de soie sup 7 50
lias de soie extra sup io
Poudre Floramye et pompia 35C
Poudre flores de tokio Boite 2
Poudre veloute de Lys 2
Xions Pompia Azure etc fisc 8
Bretelles Guyo', Police et laare 2
BUBrtNS
Pice 3 00
3 4
4 5
7 6
9 8
12 10
16 12
14
16
tOUtt
La Maison f$>. fourni aujourd'hui On trouvera lousuuires articles de choix, des prix dfiant
concurrencer
1
4
4 5u
;5oo
550
1 ft Ruban satin No 2
0
60
80 '
100
Huban Pompad^ur l'nn
grande i rgeur
Flanelle aine puie grande larg 0 OU Souliers blanc dcouven*
Flanelle laine pure grande
flanelle laine suj
Flanelle mousee!iue
Satinette
Simili double hrgeur
CBsiuette noire sup.
Palmbeacb aup. nuances
7 UU| pour Bbs
S '-U Souliers noirs et jaunes
io 00 jdcooverii pour hommes
2 5U s .oliers noirs et jaunes
159] montante
S u'iers dcouverts pr dames
T pis cit aune
17
18
02
25.
3
18
Venez voir lesCORS&lS^* Bon ton, Royal, Wvrcesterle
\diusto,
Le dernier Cri
maison Paul E.
de l
Auxila
3q
25
3
Fvc f Ida!
Fuitcn Shoe Folish Companyilnc
c"t la
!*iDrDehaut
"iitiojj
vSdr.t-Otttls Parti
y 'Hiiii i>r<^|iarnilf.
^H limais de djot.
1 * le malade.
New-York
Dans le but 4e faire profi'er sa noT)breue cli nl?. 'a Maison
nnel en liqutdatian un lort stock d* marchandisas diverse
SAVOIR
Canotiers, Chemises, chemisi lies, ca'eons eu tricol bfapc ot r.ou
sieur, cravates, cei tnres. oour hommes cde's r i enfants ca irellea
Dri'.l coulai r Khaki nuiles de quinine. Pommades assorl'e ,-e
tonne pour rideaux e'c
Sns oublier les derniers Nouveaut arrivs, sur 1 s steamers f a.avCl|-
et Martinique. '
Crpes de chine, et cpes de G.-tvgette, Fleus de Nie-. Soies lav SV ei
out soie et de .outes les nuances, Gmts peaux fil. et soie pour da-n'es
hommes et enfant", souliers assort* pour dames, hommes et enfant^
chaussettes et bas fil, soie pour dames hommes, entants et pour b-ptme!
Gilets de flanelle et par aure<, Bretelles snprieus( Tarretels. caooes et
toute genres, Parfumerifi marque Houbigant, Coty| Pivert, ( \rvs Sic
i main en vrai cuir de Russie. Moust quaires, Trou SCS et p wdTna pour
dames et hommes, Fleuta an ficielles el tours de olunv* oour cha^eam
Guirlandes de rosis, Plumet'is. Corsets pour d.mes et fi ht'es > hts enj
1er, laiton, et en cuivre, le tout i un prix dt'fimt Ion tes c-.r.-virreocs et-
N'oubliez pas que les gens chics s'app-ovtcionnei'rhfz
PAUL E. AUXILA
Angle des Rues Traversiez et du Hagisin de t Et
pnik

h nnbre,
^Ua perte de temps.
%" iiiillalras,
'iiquent, moins chre.
E. 2 3 pilule*
1 Pilule.
Si vous voulez prolger lia peau de vos
chaussures,
Si vous 'oJlez avoir un brillant luisant et
durable
Si vous voulez conserver la couleur et la sou-
pl*s. employez 'a marque .VlONOC/AM.
Fabrique spcialement pour les
dames lus geuilfmen du bigh life,
Elle protge le peau des irnuss-ires contre I humidit et k
ch ieur, i ...
Eue entretien leur souplesse consere f jur b'ilUit
Demandez la marq icMONOGRiM, c'a^'. la meilleur de lOuUs
les marques,
^f
Geo. Jeansmc
PBUCtfinaVAMr1 ^mmmu >,^t W,
BAVOM a_w-- ^^T".
C.satOtf. 63,1haa:vi St.Ss:t!a, Vt.V: -* ^-u i'^yjiW^
^^i^sS^t^;m
Pharmacie Centrale
Produits de toute [raicheut. Excution prompte et soigne
ordonnances- Spcialiibs oow ioutes les maladies-



I ' 4 .TN
>
LH\ & FIXK mi
SPECIALITES
Ions produit pharmac<>tit>qup$ei
n ricl's v'i dablca dans u e phaitJi
)>ol desnlecian, s* o Lvm,., shmJj
ic-1, Peb c.:o ; dei.lif ice i"com,arcu|e fil
In e e rno-u-, Kipulsior, IxtMi
Ihoio'at e joiuth de L & V c'^>iexq.jt
l o-.ii e T-icu.i. I tt ; Ces i\x'iA,i sot
ah m.ich e c de B
Demmatz lu prtxcour.ni
lYSOL : le meil eur et le plus > ououiq ie oSs u'siuleeu
La dsi. feittiit employ dans tous les giaids hooi
Ui\E petite cuillere de Lysol chns une i>inle feau doiini
ia solution 1 lo *
DEUX 2 o|o
M)l* 3 o,o
(Une pinii rpressive euiou la conlenance de Jeux vern
mirai )
Le ysol s'e ; ment.-. 1 ubercitose, lufsctiou ivioistr.s de ch ens,Piqres
s-res d'in-ecl.s. Er plions de la p au. Blesaur s i'aiti
H e, p. ui I bjiiiue personnel o la t i eue, le biin. Dans,
b.es des m (des la chambre- d bain lewa er close les
Avala tl apii le. balaie Po r cicauiserles blessures dis i
cl le.- tenir propres
Dd/s i s accouchements ei les t^mps d'pidmies le lm\
plus que daOl-to s autres c*
a)i/-1 ujoi.fsuue.M) ulion de Lysoi danse!
en. m are de votre apparie, eut
baque tficon couttetit un proiptetus
Lehn $ Fink Inc. Lon ti. TWI
MU' YORK Agent pour Hw
mm v- *.--.-
Pharmacie F. Sjoui
Vaillant <$ llovet
Agents gn au a pour Uaiti
llJ), Hue du Magasin de l'Etui

Invariabilit
v
Le parcours qu'atteint invariable-
ment tout pneu Goodrich, est tou-
jours considrable.
Chaque pneu, avant de sortir de
la maison Goodrich, doit satisfaire
certaines exigences prcises.
Ces exigences ont trait la per-
fection du modle, la slection
rigoureuse des matriaux de premier
choix et l'irrprochabilit de la
main-d'uvre.
On peut tre sr que le prochain
pneu Goodrich que l'on emploiera,
fournira exactement la mme bon
service que l'on a obtenu du pr-
cdent.
Les pneus Goodrich sont dignes
de confiance.
La Gaiet
Gr nd htel ftest u>
[lue Xmtrictiin* \o 15U) enjucc
de la Ligne l'artamx. .
Donne -.vis sa ciiei.teie, aux nicci'is et aupub'icqi
T,b'c d'Hti tvecViuOiP i.co tr*nsorai s n Labjr.t.oir< d'Uiologie eu un Labuin
Df j-uner ou m.tic o 50 biolujjie appliqu sous la Dv.cuun du
""""d*.-,, t k t, 5 Dr Meot et t Sjourn.
Le Laboralo re es ouvert tous les jours de 7 hies du
fnf = .heures du s Ir pour louies les recherches ei analyses pri
l le aunouC3 ci joint?, saut pour le
Wasstrinanu et li constante Ure Scrj
qui ne serout reues que le mardi da chaque semaine.
S'adresser i Pharmacie pour les reu3eigleinents*
Analvges d'urines ei Suc gasiiiqu'1,
Raction de Wasseimann
R c ion ueTi boulet,
Exnmu du s Qg e du pus
E sa me a d s madres lca'es,
Kxam-" ecra'kit
Albuino ri
Coi.saneUr'Sri
Recherche de Spirochtes et de Ganocoques, etc, *]
Yens sens s&'isfaiis.S' vous venez
nous visilei, vous tiouvenz en ou
Ici mulItUKs bc son! de ta ville.
PRIX MODEH ES
Mme CLtOHlAi S-HERKE
l'npueiBife.
A *.I.'
w^V'
The B. F. Goodrich
Rubber Company
Akron, Ohio, . U. A.
i
"
Grand Htel de Frai
dirt clment JeB.rrs.ii
Pneus
Goodrich .
ix.
VINS provrnant
bordeaux.
HOLGE Gourdes .r> lH) le ga'lou
BL.ANC 1 6 0e le g-lion
VI \S n bjui illes des m iiljurs crus e des ChiUaui
re- omus. Liq-ie rs Fiatitses t V n d'Espi-M- Chaifll
Vins moustenx dJsm ill-ures n.*rqu^s.
.Monsieur PA'flllZl, revenu demie emeul^le J*ranc
m riel tout nu< poui sou H h, r ieut sa no ubrea-eesi
cp meiequed s prx p ri ux s^r-ui ibiU paru r lu I
bie pour les Pe i.ts rlif.nis sont pi ls du voir le propritaire luimrM>
&EUVICE U C^KTE de 6 hvures du malin * !
Prix trs modrs.
VIXlGRE DE YI.1 gaanu pur .ourdes ijO toi W"
Bije danoise
]\ew Carlsbi
a meill'ure bire vendue d,mi
mare\i\
Demandez votre fournisse^*
les restaurants et les cafs 1# ^
leure qualit pour v )tre argent:
Vente en gros chM
L Profita Aggerholm,
Port-au Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM