<%BANNER%>







PAGE 1

E MATIN Nouvelles Etrangres -y*. >AR CABLE Les Cours PARIS 21 S'erlmg54.18 li2 Dollar 13,71 NEW YORK 21. Franc 13,71 Sterling 3,!M88 Les discussions la Chambre franaise et la confrence de Washington Mr Briand exalte le prsident H&rding et les £tats Unis PARIS—Mr Briand a rpondu aujourd'hui la Chambre aux interEu rronse des interpellations an lourd'hui la ciiarohre, Mr B-iand dclar qu'il n'tait oaa question U lever lea sanction milita'res au suje' de la confrsnce de Washington. In dput ayant demand %  la si (nation politique actuelle perranttai' au prsident du conseil de demeurer hors de France durant trois ou qua tre semaines Mr Briand a rpondu qu'il es'imait indispensable que le pays soit reprsent pa r le prsidend du conseil. Nouvelles manifes luttons ami a ni ricaines Paris. PARIS. Une dpche de Brest signale qu' la suite d'une runion i attituue ac la rrance a amener u; •*<* *.. .ciu.uc. i uus u< Reichstag accepter l'ultimatum des ,a,t ouponne d'avoir lauc allis le jour mme de l'anniversai e fESSf^KESKiXft An trait de Francfort donsile aprs I attentat n'a donn< au truie ae rranaort. roniia i'n./i a „.^.nn ..-„ paix. U affirma que l'excution du trait n est possible que d'accord av c les allis. Le prsident du Conseil just files actes du gouvernement et rap pelle les sanctions prises pour obh ger l'Allemagne a excuter ses obligation'-. Il montre que la fermet de sonnes ont t arrtes cinq bom l'attitude de la France 1 amener le l,lfB et deux femmes I une d'elles tait souponne d'avoir lauc I son au cun rsultat. Une deuxime grenade Au sujtl de la question de la Hau a t trouve sous un banc de la te Silsir. Mr Briand constate qu'elle place des Termes e le est du mme u't grosse de menaces mais qu elle type que celle qui a fait l'explosion e t maintenant rsolue. Un rsultat l'htel de Mr Herrick Au cours du fondement la ruuiou relative a son acceptation sous con di ions du poste de chancelier. L'ambassadeur amricain Berlin WASHINGTON-Le choix du pr sideat Harding pour la nommai on de l ambassadeur & Berlin est cir conscrit entre David Jayue Hill, ex ambassadeur Berlin, et Alaneoa tiougston L 1er serait i lus consid rsblement considr a csuse de son exprience it son habilit. La p'x entre les Etats Pois, /i'icuVagne tt l'Autriche WASHINGTON 1.-termes offi ciels de la ratification du trait avec I Allemagne et l'ulricba ont t en vjys lit; lin et Vienne. Les tr^ures amricain s quitteraient l'Allemagne aussitt apii 1-clnoge de la mtiflcatio i* Foch |nrt pour Wdshioijt dd HAVRE52t.e piqufibot l'iris apparaill i heure* et demi* * I apit's midi ayant a son bord le ma rchal FJCII q'ii ae rend en Atiin que. Lu ni \mm Le sort de la confrence de Londres toujours incertain Oa apprend aprs l'ajournemen de la eancn que les ngociations entrp |f>g dlgu** Britanniques et irlandais avaient failli tre rcuipues et que les dlguai Sinn Fieniste.-i seraient rendes Dublin. La rvo i ition en porlugal LONDRES. Anrj lune rvolution pacifiq e en Portugal un nouveau cabinet a t constitu I a prs des ppctes parvenues la lgation portugaise le colonel Manuel Coeibe a form le rainis re et a prs le portefeuille d i l'intrieur LO.NDRES.L'arairaiit doit envoyer ne pouva-t continuer Ils taient le navire de guerre Cslypso Lisbon dsunis. Il me fallait air ce mo ne par suite de rclamations faites menr le m'admtffr Don lor.chim psr lea commerants anglais h.bi Garcia Santo Domingo. Les Espitants la capitale Portugaise! e no !s taient les allis du roi de France et prottjainl les troup s de couleur. Malheureusement leur pro tre de (jirCe U tection ne nous permit pis d'aUein-'simple menace." dre notre bat immdiatement. S il en est ainsi, ce s:ra "La Rpublique Francise.p'us tard. mie simple menace q-je ce Mr Gounaris, premier ministre do proclama la libett! gnrale des. n oir aura laiss d:ouv.ir,—i G:^e,est arrive aujourdhui taris. n oirs : mon d-ou ment t *it ' d'un des ofti:iers la Rpublique [fu ; chois ; comm j a C'est vrai. Il est hitiu leader, le chef p r .Iit pa r I j bb* R iv— i d': bord et il parie aprs. M fi nal, d".ip*s Inpinon du ir^'a' L 1 '!• t paitir. le dois preini veaux I? vous ex. oie de tout cela, m'occup-r de c Us procla afin d;> b'en vous renscgipr sur mi [afi i d; dcouvrir s'il y a 1 carr e c our ; > t .. fi que vous d'agi' autrement. Sinoa, aji Uomissaire tait, cependant, t-< barquer ma'gr vous, etde soucieux de la condition citique i;noncer au Premier Consul4 Saint Dommgue L-s dispositions pri provocueur de cette i QSUr ses par le Gnral [.ouverture le pr l'aime i croire que vous ae occupaient ainsi qu^n eitour.ig" poserez pas ces rae'suresde Un des officies d'Hdou/il'e ex^ Vous serez protg jusqu'au prima assrz rhirement l'tat d'esorit. moment. Ayez coafiaoce eo de son chff par cette observat;on t ro'e, Je ferai tirer le canoa te 1 Louverture : < Sans doute 'e hauteurs derrire les CasernesJ Commi L -ctare des Statuts a donne Gnral Louve tu^e,— que le Obrai n ouVtfaux membres. EJSOI Laveauz a dclar au Commi -saire ; hrMun Rgulus prit la p 6' observer a l'assemb e qoei vingt jours, il est seul i la dir J; '. B.bo National sans le o^ d'.L cun couborateur. Il n'a^ hsite une minute a donneraoj son concours depuis sa toiij qu'en lassmt il emporte la saj ioad'av.>:r conu les Statutsdej cia.ioj et qu'enha il pliait I bl? d'ac.epter s demiss'C seule m nt comm: Scrtant. m u!*co nmMimbreet Coliaboj I Echo National La ai dmission a t renvoy-' i %  •] utiieure M Rga'a ner pis revenir sur sa dcision W ui incident b ea maihureiu le B;o:qui est prv d uo v\ 1 hebo du Peuple >s> la 0 J" ] £m que fut paralireMrCReg'" 5 -! que j suis le Ntpi'on Bonapar'.e de Saint Domirgu*, eque la co'onie re pourrait nas Jurer sans mon command-men* ? Le Capitaine Miouet, de la Mii ne ta-'ise, simmst dans la ronvetsatiou et dit au GnrJ Lou ver ure que son* navre tait jus Il ment ce'ui q n avait amen le Com missaire HidouviUe Sirt Demin gue, et qu'il serait tis fier de retour ner en France ave: le gnral Lou verture. %  —Votre navire ne peul transporter uu homme chugi de la des-ine des noirs de Saint Do ningue u> l'ave nir de tcute une r*cr. \t pourrai peut ire pa; t ir quand cet arbjste sera assez gros pour servir cons iruire un navire,tet en parlant ainsi.Toussainl dsignait un surgfoi de camphe. cMus vous avez bar' du fardeau de votre tl-, ajouta le Capitaine MtroDst. Les hommes aussi haut plrcfs que vous. Gnra 1 ^nt OCCIsionaeliement besoin de repos A'Irz donc en Franc, vous reposer et entretenir le Prenrer Consul des rformes ncessairfs dans U co'onie.Vous pour rez ceilainement mieux le convaincre que le Commissaire H'douville • A ce moment de l'entretien des officiers revena^ des Ciserne an II Les Cloches de St J • On travaille activement en place des c'o:he5 di Ifg M lo eph .Comme d doit seier* a"fes l'incendie dei87q 1l "T' !l l'Eg'iseet qulqu f^wVJl tantsdecetteparossepacocti^ so.re ava t tabli. GiU**. cours dvousd.esnlles ei vrancedesPresL:Guia les anciens Curs une tou a t construite pour logera no ertque la Plame du Nori tait d.n ladist'ibutioudesro-sauxacttuis ; t'lment rn ir surrretion ; te! cepn et ac.iues de la lie thtrale, la, isot, ajouta l'un deux, aucune meure de dfe^s? n'a - prise par les de St loseph qui ont asstx r gueurs du temps, sobil 2 e pax 1 u on t ."ji: msioes. Session de cef.e Amical? est renv -yi au 12 Novcmbie. Elle aura lien ainsi du sim di 12 au lnndi 14 Njvemb . exa'ement avec le ne a: programme. g,a autorits militaires du Cap le me charg. de la difense de cette ville •icter|0'a le Gnral avec Toissair.t Louveru'e f V te div ir Mariage En lEglise du Sa:r-C*^ %  an, S h-ures du n*'"-^ <: marn ge de Mie Yvonne Mr P A. Dargelt. M il'eurs comPlinfD"



PAGE 1

l£ MATIN le Matin La RUE AMERICAINE^:? G. 2 2 50 3 UN VOS l-t.au Prince ^rtcment ^ng*r 1J Fte de la -i Iiiterumiouale fo Confrences te otgaciie hier malin i Pa. par les membres du Conseil nisiraucn de la Socit lntermi \t de Confiences, piside Ht |ules Ro^eœond, a t une matine liitraiie et musicale ^opditvls ava-etl lpondu "JJilde la iccil. Apis la bril tllocuiioi. piococie par Mi lie, p'sident d'honneur on enI avec un vit intit austi %  iitcouis-l ?e. le principe tstbiti italien i redresitmtnt pai Me iKosemond, prsident titulaire, Aptius hitOiiquts, confierce ai UQ des membres du Con 'administration ; des posies ei jogues y luiti.t aLs^i dus I ,t belle allocution de Mme lArchin L;y, prsidente d'hon m nom de la Secticn Fminine isa la distiibutiou des n d'or, d'argent et de dip.mts iceir aux lauiats d l'A so Bu us J hrons de publier Itu: • B ,la soire un bal cHcit dsi ; talcas du Snsteur F P. Pau u ut tous les me mbtes de la Se „tc leurs familles Les amis d< lire y ai ut cordialement ici attention Attention Nouveauts chez A. TAiilMS il av Voulez-vous avoir dp, beaux et, \olis corsets remarquables par leur finesse et leur tnlidit ? A coutez chez Antoine Talamat, rcemment arriv de N#W Yoilc La Maison est pourvu aujourd'hui du vins beau s'od; On trouvera tous tous aulres articles de choix, des prix dfiant toute concurrence. Tonaro compiments a Me JulesKEOcd qui ne cesse de se po rtlac il y a un ben i taire cl tœuvre a raliser. W :|ks poissant antiseptique %  ans Mercure ni Cuirre le trTil de X. r OU A*, de 1 Xnitltat ftitenr (10O7). uuUnUaiueDt tous Us microbes de ls tCholrm, les arirrma, Mmrrh— 9jwms*riM des Pmjrm ehmudm. ble contre le i Epidmie* ••• c "ssssfj i Vne ffrstnd* ealllereo .t. I • %  a pour ton !• %  nsaf es. %  M rMlOOOL, 32, Rue dM MaOnirins. % %  iTesU : ToulM lM PIIO.-MIIIIUI forfi^n Services |lp t Lake Eric ven.-nt di l**nt de Niw Yoik est aMmdu n Prvr.ce le mercrfdi 26 du Il laissera le mme jour g : ton et les poils de la Co |WPrince ) as Ocobre 1921. E. F CLEMENTS Agent-Gerersl Venez voir les CORSuTS Bon ton, Royal, Wo-cesteret kdiusto, Avis Important iioussge t. dclarent fomelh Iqii'l pat hs v.nus faites rai )*' leur h.bi ;.t on Hoijbio [ %  ronds Veiitt.es, con mune de r. elles mcor naissent toutes 'gui auraient i f-i es a leur L Elles donnent en rrroe temps f* public que .'sermais elles il mandataire, utoiis a les lier sur les lieux, leur As et le sieur Frac cois Lel artificielles ri tours de piurms pour chameaux Guirla r des de rrs^s, Plumettis, Corsets pour dames et fi u ttes. des lits en fer laiton, et en cuivre, le tout un prix dfiant toutes coucurrecces etc. N'oub'iez pas que les gens chics s'approvisionnent chez PAULE AUXILA Ang'e des Rues Traverstre et du Magasin de l'E'at Pharmacie F. Sjourn "Donne avis sa clientle} aux mc'ecilia et uu public, quelle a transform son Laboratoire il Urologie eu un Laboratoe de B oloflte applique souss la Direction du Dr Jiicot et b. Sjourn Le Lai oratoire es' ouvert tous les jours de 7 lues du ma in 9 h> ures du soir pour toutes les recherches ei analyses prvues dans I ; Liionce ci jointe, saul pour la Wasstrmana et ta constante Ure Secrtaire qui ne seront reues que le mardi de chaque seinain -. S'adre sser ia Pharmacie pour loi renseig-eiueiii-v Analyses d'urines et A'uc gastrique Kaction de Wasssermanu. H^aciiondeTnbolet, Eiamen du saiig el du pus EtaniOQ des matires lcales, Examen uc crachat Albumino raelion Constante Uf r Scrtoire, Recherche de Sjiirochtes et de Ganocoques, etc, etc. k\S Je donne avis au public et principalement aux commsrants amis %  -jui m'ont toujours aid i maintenir ma forte clientlo dans les allires dimporlation qu' partir du 1^ Octobre je vais ouvrir un bu. eaw sur cette place o seront exposs les chantillons des prouui s exclusivement amricain* dont j ai la reprsentation. * J :>vis3 en outre qu'u'ie prolec;ion tou/e spciale sera accorde illl importateurs an vue du faf que ce bureau sera allect seule ment recevoir des*,commandes et je garantis qu'aucune importa MOU de stock ne sera laite et qu'aucune consignation non plus na ?eia accepte de mes fabricants alin dj protger ceux qui reoivent l'\s marchandises directement de ces fabricants, Cet ollice sera exclusivement allect l'exposition d'chantillons qui ne seront jamais vendus sur place. Il sera accord une attention oute spciale tux questions ue fret entre les por's des Etats-Unis ci llaiti o je pourrai faire intervenir avec succs l'exprience que j'ai acquise dans celle branche lorsque jtaii t envoy de New-York pour tablir la Uaporel Line en llaiti. Jl en sera de mme pour loin dire de fret dieeei pour l'Europe qui pourra intresser le replacement d'un vapeur. Geo. Jean&me ReprseiUani^Exclusif our llaitt des Manufactures suivantes : The Qsborn Mauufaciuriag Company, ClcveUnd, Ohio. The Broock yuliaKuiZiUg de Mtg Company— New-York. The P.iUOQ Sho3 Poliiti Compta/Brooklyn— New-York A. VV HarrisUil Company PfOvidaaca. Uhoie U/and TueKH%M. c'esi la meilleure de toutes les marques, Geo. Jeansme /agent exclusif pour llaiti i



PAGE 1

LE MATIN 1 te/^^K^ Un teint de lys f| Panama Railroad Steamship Line. Service de fret et de passage New-York H; Port -6 tt-Prince, le 1er Septembre 1920 Prenant expdiions directes pour l'Angleterre et l'Europe et vice-versa. Con DQ L bci'eaux New York. I.e plus rapide Rt le p'us direct service de et pouJ lEuroti* *J A.E. Paterson. General Frei h Agent, '24, State Stre?t, New York C'ty.— f K [Ll dtetioatioo l'exception du Miel *' Un dpart par semainede New Vork directement pour Port au Prince et un aoij n ois pour lo< s le porta d'Hai i. Sen\'eninf pas ge de premire classe.— Les* J .'ont nos agents dans 1RS principaux por s d Europe et d'A n gleJerre : \ nvgleterre, Ecosse *t fronce : MM. G.W. Shelden ef La, 17, James Street pool Englnd Copenhague, Danemark : MM. *.E,Bmdix $ Co, 21, allegade, Copenhi Gnes Italie : MM Henri Coe # Cleriei, Piazza S. Mi lo Cnes Italie Christiania Norvge : International Speditionsselskap, Christiania. Humboury Allemagne: H.Vogemann, Hamboi (xolhenbourg Sude : ftodih Express, Gothenbourq je"e clpdiei COnS,dlab!e el l %  • voze h p/.us rap.de par laq* elle vo, maichudiseles C0Dn.ittment Jvraot fret pour New-York avec options de livraison soit] Je. Havre, Bordeam ou An£is seront livr 10. B. TBOMPSOiV^JE^n IPS de Grand Htel de France! M < >nsieiir LIONEL BEKMiXG AUX CAYLS, Hati Reprsentant d'une orande fi que de moulins canne,Mstill et autres machines de G\m dont la renomme est faite d longtemps, I) P. P. PA TR1ZI, propritaire Oflrf. tous les jours, un menu spcial qui sera affich tous matins et qui portera* part la d&gnaiion des plats, le piit chacun d'eux. De cette faon les clients pourront venir djeuner au GR\JVD HOTEL DE FRANCE o le a prix itront la poite de toutes les bourses. Le menu complet avec vin toujours un dollar, |LEHN & FINK INC Tous produits pharmaceutiques et tou* articles vendables dans une pharmacie uiirr *SPECIALITES .-Lysol dsinfectai, sa on Ly&ol, Shaving Cream ... # n .. ^rmCLS a tOUS CeUX qui dsirent dVi Lysol, Pebecct): dentif ice incomparcole l'huile de \ i nsiaiiailOn (le Sucrerie l)it H h* *•/ /-/•. dwiillti foiedemcrue, Emulsion, Bxtrait. Ipaiement r* nua^tn „„.' w *; CMef •,?. — U Onuu* chocolat en poudra de L f. c'est uqui. *~ lemeni ires avantageuses. Longs termes contre Poudre Talcum L tt J F; C'eel l'extrme supiiori \U artt Miey 9 Demandent 'prix courant \ C *W*~ et renseignements seront envoy surd* LYSOL : le meilleur et le plus conomique des dsinfectants L>> dsinfectant empley dans tous les grands hpitaux. UJVE petite cuillere de Lysol dans une pinte d'eau donne la solution 1 Mo DEUX oio TftOlS 3 oio (Une pinte reprsente environ la contenance de deux verres ordl naircs ) Le i > soi sv.i ploie particulirement dans les Cis da : Accouche ments Tuberculose, Infection. Morsures de chiens, Piqres et mor s"res d'insectes. Eruptions de la peau. Blessures. Plaies, Brulsres Haie, pour! hygine personnelle' la toilette, le bain. Dana les cham bii's des m >iadt sla chambre de bain, le water closet, les curies, Avant tt apis le balayage Pour c-catiiscrles blessures des animaux et 1 s tenir propresDans 1 s aaouche>ncnts et le.l mps d'uidmies le Lysol s'impose plus que dans lo .s autres cas Ave/ toujours une solution de Lysol dans chaque chambre de votre *pparte eut Chaque tiacott conlunt un proipectus Lehn <$• Finh Inc'. Lon K. Thbaud MW YORK Agent pour Haifi NOUVEAU BAZAR Asie Donne Foi Marinent d'arriver • Des robe da France toute* conte, tlonne. de toutes huanee et de Lu tes sortes. l ae lou Accoure vite Mesdames, Mesdemoiselles ayant que te stock oit nuis les prix sont modr. Pharmacie Centrale Produits 4* haie,ratchmi.Excution prompte et soigne t rdotmmem SpcxaUs pour toutes les maladies A11ENV0H] La Gai Grand htel B Hue Amricaine No de la Ligne P* tablisse meut de "" Ouverture • %  nedji "*" Soin, PrompttWj,! Mm eCLEOP^g Crand', ^J^m 10/H. Rue du *J3 rcemment occup* r* tionale u a t S'adres:ier ^^ Rucdu.Oym,*^ 1 *--"^



PAGE 1

^otfim inne /Vo 4210 Pn *u Prmoe, flti . ->-. Lundi 24 Octobre 1921 DIBICT1VR.PJIOPRITAIAE ament-MAGLOIRE LINDMIHU 2QCINT1IIIS Quotidien L'unit dpense confre une grande force un peu pie, ^iiiais cette unit n'a pu tre fonde jusqu'ici que sur des croyances. La raison seule n'a pas encore russi solidariser les hommes. Gustave Le BON HEDACTION, Rat Amricain* No. ldb Le projet Amricain D'une organisation do l'Instruction Pip on Haili. •^" !" %  ^ La proportion des illstrs dans la Rpublique d'Hati a t estime de 95 93 poor cent. Le 3 dcembre 1990, ie Major Gnral Commandant Jobn A Lfjeane, approuva et signa la communication suivan e l'adre* st du Secrtaire de la Marine, l'objet ds cotte communication tant prim comme suit : • Excution do trait entre les Etais Unis d'Ame riqae d'Haiti par l'organisation d un ivitme d'ducatiou ( compreaaDi l'instruotion primaire ) poor la Kpu Nique d'Haiii. 1.— Cette correspondance ( 1 ) est transmise avec la plus ferme appro bation.et aussi avec l'opinion qu'-un ai loogtemp* que les Etats fuis o'sssamaront pas srieusement le devoir d'instruire les Hatien et d • poursuivre l accomplissement de c Revoir jusqu' conclusion aatisfsi teste, la pacificatioa et l'occupation de la Rpublique d Haili, qui ont t i aeeemptlee avec tat de aoccs, ne pearront porter de fruit ; et que, au earplua, la loi des Etats Unis et 1 trsi proclam I 3 mai 1916, non teeleument autorisen', mais encore requirent que ce devoir soit accom 2 — Selon les prvisions de l'acte 4a 12 Juin 1910, 39 Stsl. 223, le Pr aident des Etats Unie es> autoris, sa discrtion, de ds'gner.pour assis tsr le Rpublique d Hati tels ofli ciers et hommee inscrits du Corps Naval et des Marines, qui peuvent avoir t mutuellement agre par loi st le Pisideut de la Hpub ique d'Haiti, et le personnel ainai dsign sst autoris par cet acte accepter de ssrvir dans telles conditions ds compensation et d molument! qui seront t acceptes qar la Rpubli fus d'Hai i, avec I approbation du fiiident ue* Etats Uuis. 3. — La loi ci dessus mentionne a t dicte uoiquement dans lia teotion de mettre e excution les ;eimes du trsit eqtre les Etats Onu et U Rpublique d'Hati proclame le 3 Mal 19i^ Bien qu J, j uaqu la date prscne, st prvisions ont t uti %  sssprioc.psimvJ* eo vue de l'ax cuilou das Articles X al X" 1 da tral t relativea i la gendarmerie St aui logoienre, elle ueit d aucune UQT %  mits ces objets.et elle comp; et aussi sur ie passage du prambaie disau que i lea E ata Unis tant en plein accord avec cas fl is et tii>\ le ti tant dsueux de coutri buer de ou es les faons & leur se complieseuient.> 7 Saua qu il soit ncessaire de cousiderer ce qui sursit pu tre vi t par l'introduction dans le tiait d'un er.icle prvoyant l'accomplissement de ce devoir srieux, ou que les E ats-Uais auraient pu prvenir ce manque ie la part du Gouverne ment lui tien d accomplir d'une faon ttlicace et satin taisante ce d. voir d ducatiou, 1 ac ualit confroot i lea Eta s Unis avec h fait que ce .devoir n's pss t accompli, et auiai qu il est hautement improbable que, 'sans 1 assistance des Eta s Unis, la Rpublique d'Haiti puisas jamais voluer vais un tel tat ds self-sou tien qu'il soit juititide la part dea Etats-Unis de se retirer ue occu K ation d'un pays tranger, quelque ien intentionne qu'elle soit est condamne A la faillitte si elle 08 doit commencer et liuir que dans u e phase militaire. 8 — A l'heure actuelle, I effort dea fonctioanaireB Amricains, y compris le personnel du 3orps Naval st de la Marin %  s est born la persus sion morale et a exercer sur les fouc;iodr*itei Hsriens et sur l'opi Qiou publique baitise *."• ir.fi jeu ce 'adaut 4 i'admiQiitrsvjoQ d uu systme effleacad ducation; or, ces efforts, limits comme ils sont, sont rests sans effe'. -j — on pourrait faire ressortir que le trait, originairement, na pas t ngoci dans le but de permettre aux Eta s Unis de diriger iudfi nmsot les setivits envisages dsns cette pbrsse du trait o il est question i d'intentions et d'objets>, mais, eu outre, dans U'i but d'duestion dn peunie haitien et consistant alors rendre la RDublique d'Haiti apte dsveair on Etal en mesure da se soutenir lui-mme et de se mettre en marcha. L'octe de prendre le contrle de certaines fonctions du Gouverne ment n's t qu'on simple incident dsns Is cours des dveloppements que le trait avsit en vue, dveloi pementa dont le but final est de re mettre une mschice gouvernemen taie perfectionne entre les mains d'un peuple instruit et rendu caps ble de s'administrer et de se main tenir un niveau moyen effectif. 10— Les Etats-Unis peuvent ins talier le systme de route le plus ex cdent; ils peuvent tablir la plus efficace des gendarmeries pour main taoir la paix domestique et exercer la police; ils peuvent placer la sant publique sur une base pleinemen' saine, ils peu vu % %  t prter sssistsnce pour le dveloppement conomique et pour la proprit du pays, et peuvent amnager les nuances d'une faon sa isfaisante; mais si le peu pie haitien lui-mme n'est pss lev par l'ducation au niveau sur lequel reposent tout peupla ei tout Etat mo yen moderne, u ne recueillera de tout cels aucun bntica positif e durable, et 1 occupation aura t tablie en vain aussi longtemps que le peuple n'sura paa t lev au de gr qui doit la rendra apte conduire ses propres s flaires sans y ttt aid par aucune force occupante. 11— Eu conclusion, la recommandation du Commandantdela brigade, appuye par le contre amiral Knapp, demeure approuve, savoir, qu uu protocole ou agrment spar doi> tre convenu aves la Kpobliqe d'Haiti tablissant une adminiatatiou des aftuts de lducauon, co/opre oant I ducation primaire, d une ma tu e aualoque celle prvue dans l'article X pour U Qauiarmene. Le Secrtaire de la Marine, .en transmettant laracommaudatiou cidessus au..Secrtaire d'E l'occupation de ta Hepubique d Hati, cui u.it accomplies avec tant de suc s, ue pourroJt porter de fruit.' — esi adopie Le Dpartement de la Marine pr tara avec plaisir son assis .auce pour .ablir et admiuiatrer, de la manire qui ara |uge poaaibis st pra icable, un systme pratique d'ducauou pour la Hpub ique d Hati, en vue Un professeur dsnois vient de lai re ce sujet une confrence que nous trouvons rsume dans un journal de Copenhague .Selon lui l'enfant doit tre d un naturel bruyant; c'est d'aoord dit il. l'indice d'une bonne sant. Une e*.ude appro fondie et une longue exprience lui ont dmontr oue les garDns trop tranquilles, ceux qui restent as us ans rien dire, dana uu coin, en •l'amusant la poupe, comme d^s tilles, sont d un temprament lymphatique et trs souvent maladif. Plus ard, ils manquent de dcision et de volont; ils sont rveurs, aentimautaux et ne russissant pas souvent dans la vie. Par contre, les pttis garons tur oulents, qui aiment le bruit, les teux violents, qui ae battent volonlera et rentrent la maison avec les ebleusa et les vteiu ints dchi es, ceux-h, presque toujours, deviennent, psr la suite, des lions m 3a laus toute l'acception du mot. Ils ne seront ni des c passif ni des rsigns • et ssuront se dfendre dans lavis. Mamans, 0 mes dames dont les enfanta sont turbulents et b tailleur^, consolez vous I Huile ol Graisse Pour automobiles; pour toutes sorte de moteurs haute tensionet pour ma Mae vapeur. Huile et Graisse De premire qualit, de raffin s ment la plus pure. Trente annei de pratique et d'exprience de la boratoire. Prix dfiant toute concurronca WHvs o l lio. Geo, Jeansme occlusive sel lin/ Agent Rie du Mtiuiri da rffty N) l J 37. came, des rformes 'trs tendues dana l'ducation ne aot pas excu les... ....Le Dpartement d Etat croit que provision pourrait tre faite de suite pour i iabliasemeot d coles normales adquates pour I entrane ment des professeurs, pour l'emploi d inspecteurs comptents, et pareillement pour l'emploi d'un Conseiller dTtoreVsVVen^^ •• questions ddions situstioo la mettant assez a m8al,< u 4 . k \ Le Hiparemeot dEtat a donu* uns attentive considiratioi cette question et est arriv la coacluIsion qu'une tude dtaille et su. (Extrait do Mmoire dn Dparte 8'ieuae do la situation, par une Com ment d) is Marins dpos devant le mission tablie A Hort-au PriuQd, SHI Commission Snstorisle d Enqute.) ncessaire.U i peusu quil serait aage ..que cette Commission aoit ourapose Ei dernier lieu, nous savons que Q U| i nombre gil d*Maitiens et d'. le Dpartement d'Etat s donn son mrlcaini et aurait consma un ds aes spprobation ces diffrentes recom membres un Conseiller technique a maudatiooa et que, la date du 21 nommer par le Dpa;temjnt d Etat, Dcembre 1920, no Mmorandum tur la demande du Gouvernement del Lgation amricaine • ft re'haitien.... raia su upsrtement des Relations" c... L'oplnon du Dpariemenl d'E Extriea es, mmorandum o on tat es. que cette Commission tudie peut lire ce qui suit ; rsitls mtboded'ducation existante %  : Une des plus honorables antrs actuellement en Haiti de Is manire prises de l'Occupation Amricaine a la plus complte, pariiculireman'. San o Domingo s t saos doute la ds telle faon que le Conseiller tech rforme!le I Instruction Pub ique, nique pourra suggrer, efia qu un et on ne croit pas que le Gouverne rapport complet avec des recoraman uient des Etats Unis aura rempli ses datioispourles unutliora ions pu'sae obligations vis--via d'Haiti si, comtre dress comme rsultat de ton me rsultat de intervention amu inves igiiiou.. ; Union Patriotique Port-au-Prince, 22 Otobre 192/ Monsieur le D rtetsW du s Matin s Monsieur le Directeur, Vous avec biea voulu nous pr ter la publicit,, de votre jjurn.l pour demander aux autorit? comp tentes la cessation du scandale des pcheurs de sous, circulant nus dan* des canots autour des,bat;aux trangers leur arrive dans notre rade ou 1 leur dpart. l'ai le plaisir de voas annoacer qui le Magistrat Communal de Portau-Prince et Ait le Gnral Mac Dou gai, Chei de la Giadarmerie, qui noas nous sommes ( directem:nt adresss nous ont rpodu que des instructions ont t donnes pour la cessation de ce dsordre. Le Chit de la Gendarmerie a fait mieux. Comme no as lui demandions, au cas o les premires mesures, ordonnes par lui apparatraient inefficace-, d'interdire radicalement cette indus trie nouvelle, eu raison de la difh culte de coatraiudre ceux soi l'as ploitent i respjcter Us rgles de la dceace, il a b en voulu nous p o mitre qu'il en serait ainsi rail, si les dlinquants regimbaient i se con former aux ordres des autorits. Voili donc, esproas-nous, une question vide la satisfaction de public dont nejs nous faisons la inlerpttes pour adresier les meil leurs rcmeicieoieots au Migistrat communal et au Ch:f de la Giniar merie. Hun cordialement vous, G orges SYLVAIN La soire de la Renaissance Encore un brillant succs pour les acteurs de tLa renaissance qu ont interprt la b.-lle p ce de Massitloa Coucou. Devant une salle comble, a eu lieu la reprsentation de t L'E npereur Dessalines •, redemande'psr un public nombreux et enthousias te. me de se squteqir elle-mme pour justiflar la re raite des foress militaites des Etats Unis.) Ou nesaurail t.op fliciter les ac leurs de tilent qui se sont identifis avec les personnages du drame historique. Au Petit Club Hier M. Franois Mathoo s'est fait applaudir dans sa Confrence sur les jeunes filles d'aujourd'hui. Puis on a dpouill l'urne pour le concours 1 lgance. sa M* P r mier P ri et* obtenu par Melle Danila Thzan, le second pat Melle Camille Duplessy et le troisime par Melle Paule FaineUn grand Bal ^'organise en l'hon neur de ces trois laurates. 11 anr lieu umeJi prochain, 29 Octobre. Nomination Notre ami Georges Lafontant vient l'lrp charg de l'organisation des archiva de notre Pnitencier. Nout lu* prsentas nos meilleurs compliments. ./.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05508
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, October 24, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05508

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^otfim inne /Vo 4210
Pn *u Prmoe, flti
. ->-.
Lundi 24 Octobre 1921
DIBICT1VR.PJIOPRITAIAE
ament-MAGLOIRE
LINDMIHU 2QCINT1IIIS
Quotidien
L'unit dpense confre
une grande force un peu
pie, ^iiiais cette unit n'a
pu tre fonde jusqu'ici
que sur des croyances. La
raison seule n'a pas enco-
re russi solidariser les
hommes.
Gustave Le BON
HEDACTION, Rat Amricain* No. ldb
Le projet Amricain
D'une organisation do l'Instruction
Pip on Haili.
^"
^
La proportion des illstrs dans la
Rpublique d'Hati a t estime de
95 93 poor cent. Le 3 dcembre
1990, ie Major Gnral Commandant
Jobn A Lfjeane, approuva et signa
la communication suivan e l'adre*
st du Secrtaire de la Marine, l'ob-
jet ds cotte communication tant
prim comme suit : Excution
do trait entre les Etais Unis d'Ame
riqae d'Haiti par l'organisation d un
ivitme d'ducatiou ( compreaaDi
l'instruotion primaire ) poor la Kpu
Nique d'Haiii.
1. Cette correspondance ( 1 ) est
transmise avec la plus ferme appro
bation.et aussi avec l'opinion qu'-un
ai loogtemp* que les Etats fuis
o'sssamaront pas srieusement le
devoir d'instruire les Hatien et d
poursuivre l accomplissement de c
Revoir jusqu' conclusion aatisfsi
teste, la pacificatioa et l'occupation
de la Rpublique d Haili,qui ont t
i aeeemptlee avec tat de aoccs, ne
pearront porter de fruit ; et que, au
earplua, la loi des Etats Unis et 1
trsi proclam I 3 mai 1916, non
teeleument autorisen', mais encore
requirent que ce devoir soit accom
2 Selon les prvisions de l'acte
4a 12 Juin 1910, 39 Stsl. 223, le Pr
aident des Etats Unie es> autoris,
sa discrtion, de ds'gner.pour assis
tsr le Rpublique d Hati tels ofli
ciers et hommee inscrits du Corps
Naval et des Marines, qui peuvent
avoir t mutuellement agre par
loi st le Pisideut de la Hpub ique
d'Haiti, et le personnel ainai dsign
sst autoris par cet acte accepter
de ssrvir dans telles conditions ds
compensation et d molument! qui
seront t acceptes qar la Rpubli
fus d'Hai i, avec I approbation du
fiiident ue* Etats Uuis.
3. La loi ci dessus mentionne
a t dicte uoiquement dans lia
teotion de mettre e excution les
;eimes du trsit eqtre les Etats Onu
et U Rpublique d'Hati proclame le
3 Mal 19i^ Bien qu j, j uaqu la date
prscne, st prvisions ont t uti
sssprioc.psimvJ* eo vue de l'ax
cuilou das Articles X al X"1 da tral
t relativea i la gendarmerie St aui
logoienre, elle ueit d aucune Uqt
mits ces objets.et elle comp os autorissUon suffisaota pour psr
natre da dsignsr un personnel tir
du Corp* Naval et dea Marines pour
inaugurer, organiaer et adminiatrer
f s\stms d'instructon pour la
publiqut d'Haiti.
? Bien que la matire de l'ms
tniction ne soit pas aspreasment
satiOnne dane ie trait, comme
si la Qendarmeria d'Haiti ou le
srvice dq sant, etc.' nanmoins
*'iaiportanUs prvisions du trait
peuvent tre mises excution ai
J* tats Unis et is Rpublique d'Ha
par 0q protocole ou on agrment
*P*r* bas eiir ceitaiuea diipoai
a gnralee dd usit, n'accepleat
jee l'instruction ( comprenant i id?
jmctjoo primaire ) dane la Rpubli
gfjd Hati na aoit administre de la
{e manire que ce qui est prs
fjtdaoa le trait pour la prserve
00 de ! paix intrieure psr 1s gen
sia,iri#i_ artile X du trait.
..cors qu'une telle action ait eoo
'dament daoa les considrations
| 1 Correspondance Su Chef d* la BVi|*
PP'ouve far l'Amiral Knapp,
morales ou dans In ncessit de faire
volutr le pays vers son rclvemtn1,
le trait contient une autorit suffi-
ssntesous laquelle on ainsi peutagir.
A coup sur, une telle intervention
dea Etats-Unis dans les affaires inter
nea d'Haiti est moins &uj tte criti
que que celle ayant pour ojet lea
forces armes de la Rpublique char
ges habituellement du maiutien de
sa souverainet.
5 En jflet, le trait fut ngoci
et ratifi par les deux pays dans le
but d'assister la Rpublique d Haiti
poui c son dveloppement conomi
que et sa nrosprrit (prambule);
i our a le dveloppement efficace de
aes ressources agricoles, minires et
commerciales et 1 tablissement dea
tiaances d Hati sur une base fer
me et solide | art. I j; pour pro
mouvoir sa prosprit ma rielle
I srt. IX i; pour le dveloppement
de ses ressources naturelles i ar .
Mir i; et p&ur t I amlioration de
la s*nt publique | art. XIII [
Aucun de ces points ne peut tre
ralis al l'ducation du peuple hti
tien, en co nmenantpar la base,
u'eat renduH possiole par I assistan-
ce, envisage dans le trait, des
Etats-Unis.
t$- Une a teotion particulire doit
tie accorde i'ar:icle XIV dis pu
saut que les Etats Unis d Amrique
et la Rpublique d H mu auront plei-
ne autorit pour prendre toutes iea
mesures qui peuvent tre juges n
cessairee pour assurer la (complte
excution des objets compris dans
ce iaite.>; et aussi sur ie passage du
prambaie disau que i lea E ata Unis
tant en plein accord avec cas fl is
et tii>\ le ti tant dsueux de coutri
buer de ou es les faons & leur se
complieseuient.- >
7 Saua qu il soit ncessaire de
cousiderer ce qui sursit pu tre vi
t par l'introduction dans le tiait
d'un er.icle prvoyant l'accomplis-
sement de ce devoir srieux, ou que
les E ats-Uais auraient pu prvenir
ce manque ie la part du Gouverne
ment lui tien d accomplir d'une fa-
on ttlicace et satin taisante ce d. -
, voir d ducatiou, 1 ac ualit confroo-
t i lea Eta s Unis avec h fait que ce
.devoir n's pss t accompli, et auiai
qu il est hautement improbable que,
'sans 1 assistance des Eta s Unis, la
Rpublique d'Haiti puisas jamais
voluer vais un tel tat ds self-sou
tien qu'il soit juititide la part dea
Etats-Unis de se retirer ue occu
Kation d'un pays tranger, quelque
ien intentionne qu'elle soit est
condamne A la faillitte si elle 08
doit commencer et liuir que dans
u e phase militaire.
8 A l'heure actuelle, I effort dea
fonctioanaireB Amricains, y compris
le personnel du 3orps Naval st de
la Marin , s est born la persus
sion morale et a exercer sur les
fouc;iodr*itei Hsriens et sur l'opi
Qiou publique baitise *." ir.fi jeu
ce 'adaut 4 i'admiQiitrsvjoQ d uu
systme effleacad ducation; or, ces
efforts, limits comme ils sont, sont
rests sans effe'.
-j on pourrait faire ressortir que
le trait, originairement, na pas t
ngoci dans le but de permettre aux
Eta s Unis de diriger iudfi nmsot
les setivits envisages dsns cette
pbrsse du trait o il est question
i d'intentions et d'objets>, mais, eu
outre, dans U'i but d'duestion dn
peunie haitien et consistant alors
rendre la RDublique d'Haiti apte
dsveair on Etal en mesure da se
soutenir lui-mme et de se mettre en
marcha.
L'octe de prendre le contrle de
certaines fonctions du Gouverne
ment n's t qu'on simple incident
dsns Is cours des dveloppements
que le trait avsit en vue, dveloi
pementa dont le but final est de re
mettre une mschice gouvernemen
taie perfectionne entre les mains
d'un peuple instruit et rendu caps
ble de s'administrer et de se main
tenir un niveau moyen effectif.
10 Les Etats-Unis peuvent ins
talier le systme de route le plus ex
cdent; ils peuvent tablir la plus
efficace des gendarmeries pour main
taoir la paix domestique et exercer
la police; ils peuvent placer la sant
publique sur une base pleinemen'
saine, ils peu vu t prter sssistsnce
pour le dveloppement conomique
et pour la proprit du pays, et peu-
vent amnager les nuances d'une
faon sa isfaisante; mais si le peu
pie haitien lui-mme n'est pss lev
par l'ducation au niveau sur lequel
reposent tout peupla ei tout Etat mo
yen moderne, u ne recueillera de
tout cels aucun bntica positif e
durable, et 1 occupation aura t
tablie en vain aussi longtemps que
le peuple n'sura paa t lev au de
gr qui doit la rendra apte condui-
re ses propres s flaires sans y ttt
aid par aucune force occupante.
11 Eu conclusion, la recomman-
dation du Commandantdela brigade,
appuye par le contre amiral Knapp,
demeure approuve, savoir, qu uu
protocole ou agrment spar doi>
tre convenu aves la Kpobliqe
d'Haiti tablissant une adminiatatiou
des aftuts de lducauon, co/opre
oant I ducation primaire, d une ma
tu e aualoque celle prvue dans
l'article X pour U Qauiarmene.
Le Secrtaire de la Marine, .en
transmettant laracommaudatiou ci-
dessus au..Secrtaire d'E ta, a son tour, la inenuon suivante :
- -.Cettecorrespondanceest transmi-
se avec is plus forte approbation du
Dpartement de la Marine. L'opinion
du Major Gnral Commandai!
savoir t
< Aussi Ij: g emps que les E ata
Unie n'ataumerput pas srieusement
U devoir ;d'ius(ruhe les H dit.eus et
de pou.su vie l'accompliasement de
ce devoirjussiu cjuciusioj satis-
faisante, la parciticatiou e> l'occupa-
tion de ta Hepubique d Hati, cui
u.it accomplies avec tant de suc
s, ue pourroJt porter de fruit.'
esi adopie
. Le Dpartement de la Marine pr
tara avec plaisir son assis .auce pour
.ablir et admiuiatrer, de la manire
qui ara |uge poaaibis st pra icable,
un systme pratique d'ducauou
pour la Hpub ique d Hati, en vue
Un professeur dsnois vient de lai
re ce sujet une confrence que
nous trouvons rsume dans un
journal de Copenhague .Selon lui
l'enfant doit tre d un naturel bru-
yant; c'est d'aoord dit il. l'indice
d'une bonne sant. Une e*.ude appro
fondie et une longue exprience lui
ont dmontr oue les garDns trop
tranquilles, ceux qui restent as us
ans rien dire, dana uu coin, en
l'amusant la poupe, comme d^s
tilles, sont d un temprament lym-
phatique et trs souvent maladif. Plus
ard, ils manquent de dcision et de
volont; ils sont rveurs, aentimau-
taux et ne russissant pas souvent
dans la vie.
Par contre, les pttis garons tur
oulents, qui aiment le bruit, les
teux violents, qui ae battent volon-
lera et rentrent la maison avec
les ebleusa et les vteiu ints dchi
es, ceux-h, presque toujours, de-
viennent, psr la suite, des lions m 3a
laus toute l'acception du mot. Ils ne
seront ni des c passif ni des rsi-
gns et ssuront se dfendre dans
lavis.
Mamans, 0 mes dames dont les
enfanta sont turbulents et b tailleur^,
consolez vous I .
Huile ol Graisse
Pour automobiles; pour toutes
sorte de moteurs haute tension-
et pour ma Mae vapeur.
Huile et Graisse
De premire qualit, de raffin s
ment la plus pure. Trente annei
de pratique et d'exprience de la
boratoire.
Prix dfiant toute concurronca
WHvsol lio.
Geo, Jeansme
occlusive sel lin/ Agent
Rie du Mtiuiri da rffty N) l J 37.
came, des rformes 'trs tendues
dana l'ducation ne aot pas excu
les...
....Le Dpartement d Etat croit
que provision pourrait tre faite de
suite pour i iabliasemeot d coles
normales adquates pour I entrane
ment des professeurs, pour l'emploi
d inspecteurs comptents, et pareil-
lement pour l'emploi d'un Conseiller
dTtoreVsVVen^^ questions ddi-
ons situstioo la mettant assez a m- 8al,<*u* ,4. k
\ Le Hiparemeot dEtat a donu*
uns attentive considiratioi cette
question et est arriv la coaclu-
Ision qu'une tude dtaille et su.
(Extrait do Mmoire dn Dparte 8'ieuae do la situation, par une Com
ment d) is Marins dpos devant le mission tablie A Hort-au PriuQd, shi
Commission Snstorisle d Enqute.) ncessaire.U i peusu quil serait aage
..que cette Commission aoit ourapose
Ei dernier lieu, nous savons que Q'U|i nombre gil d*Maitiens et d'.
le Dpartement d'Etat s donn son mrlcaini et aurait consma un ds aes
spprobation ces diffrentes recom membres un Conseiller technique a
maudatiooa et que, la date du 21 nommer par le Dpa;temjnt d Etat,
Dcembre 1920, no Mmorandum tur la demande du Gouvernement
del Lgation amricaine ft re'haitien....
raia su upsrtement des Relations" c... L'oplnon du Dpariemenl d'E
Extriea es, mmorandum o on tat es. que cette Commission tudie
peut lire ce qui suit ; rsitls mtboded'ducation existante
: Une des plus honorables antrs actuellement en Haiti de Is manire
prises de l'Occupation Amricaine a la plus complte, pariiculireman'.
San o Domingo s t saos doute la ds telle faon que le Conseiller tech
rforme!le I Instruction Pub ique, nique pourra suggrer, efia qu un
et on ne croit pas que le Gouverne rapport complet avec des recoraman
uient des Etats Unis aura rempli ses datioispourles unutliora ions pu'sae
obligations vis--via d'Haiti si, com- tre dress comme rsultat de ton
me rsultat de intervention amu inves igiiiou.. ;
Union Patriotique
Port-au-Prince, 22 Otobre 192/
Monsieur le D rtetsW du s Matin s
Monsieur le Directeur,
Vous avec biea voulu nous pr
ter la publicit,, de votre jjurn.l
pour demander aux autorit? comp
tentes la cessation du scandale des
pcheurs de sous, circulant nus dan*
des canots autour des,bat;aux tran-
gers leur arrive dans notre rade
ou 1 leur dpart.
l'ai le plaisir de voas annoacer
qui le Magistrat Communal de Port-
au-Prince et Ait le Gnral Mac Dou
gai, Chei de la Giadarmerie, qui
noas nous sommes ( directem:nt
adresss nous ont rpodu que des
instructions ont t donnes pour la
cessation de ce dsordre. Le Chit de
la Gendarmerie a fait mieux. Com-
me no as lui demandions, au cas o
les premires mesures, ordonnes
par lui apparatraient inefficace-,
d'interdire radicalement cette indus
trie nouvelle, eu raison de la difh
culte de coatraiudre ceux soi l'as
ploitent i respjcter Us rgles de la
dceace, il a b en voulu nous p o
mitre qu'il en serait ainsi rail, si
les dlinquants regimbaient i se con
former aux ordres des autorits.
Voili donc, esproas-nous, une
question vide la satisfaction de
public dont nejs nous faisons la
inlerpttes pour adresier les meil
leurs rcmeicieoieots au Migistrat
communal et au Ch:f de la Giniar
merie.
Hun cordialement vous,
G orges SYLVAIN
La soire de la
Renaissance
Encore un brillant succs pour les
acteurs de tLa renaissance qu, ont
interprt la b.-lle p ce de Massitloa
Coucou. Devant une salle comble, a
eu lieu la reprsentation de t L'E n-
pereur Dessalines , redemande'psr
un public nombreux et enthousias
te.
me de se squteqir elle-mme pour
justiflar la re raite des foress militai-
tes des Etats Unis.)
Ou nesaurail t.op fliciter les ac
leurs de tilent qui se sont identifis
avec les personnages du drame his-
torique.
Au Petit Club
Hier M. Franois Mathoo s'est fait
applaudir dans sa Confrence sur les
jeunes filles d'aujourd'hui. Puis on
a dpouill l'urne pour le concours
1 lgance.
sa m* Pr*mier Pri* et* obtenu par
Melle Danila Thzan, le second
pat Melle Camille Duplessy et le
troisime par Melle Paule Faine-
Un grand Bal ^'organise en l'hon
neur de ces trois laurates. 11 anr
lieu umeJi prochain, 29 Octobre.
Nomination
Notre ami Georges Lafontant vient
l'lrp charg de l'organisation des
archiva de notre Pnitencier.
Nout lu* prsentas nos meilleurs
compliments.

./.


E MATIN
Nouvelles Etrangres

-y*.
>AR CABLE
Les Cours
PARIS 21 S'erlmg54.18 li2
Dollar 13,71
NEW YORK 21. Franc 13,71
Sterling 3,!M88
Les discussions la
Chambre franaise
et la confrence
de Washington
Mr Briand exalte le prsident
H&rding et les tats Unis
PARISMr Briand a rpondu au-
jourd'hui la Chambre aux inter-
Eu rronse des interpellations an
lourd'hui la ciiarohre, Mr B-iand
dclar qu'il n'tait oaa question U
lever lea sanction milita'res au suje'
de la confrsnce de Washington.
In dput ayant demand la si
(nation politique actuelle perranttai'
au prsident du conseil de demeurer
hors de France durant trois ou qua
tre semaines Mr Briand a rpondu
qu'il es'imait indispensable que le
pays soit reprsent par le prsidend
du conseil.
Nouvelles manifes
luttons ami a ni
ricaines Paris.
PARIS. Une dpche de Brest si-
gnale qu' la suite d'une runion protestation contre la condaranaMo"
de Secco et de Tande'ti des syudi
pellatioos U a dclar dabord ou il ca|ig,eg ont manifest devant leon
n ira pas a la confrence de Washirg BU|at amricain brisant lea vitres *1
ton avec un vote d une scmi confian le portail du consuls. Le maire n
ce et d'une peu e majont II eipos* prsent ses excuses, le sous pr* t
que la politique du gouvernemer l s'est galement rendu chez le con
est une politique de paix sociale con 8al et lui exprime la rprobation
sistant viter une tincelle pour la unanime pour le geste des exalt*.
Toussaint-Loiivertun
Gouverneur de Saint-Dominau*
(SUITE) i--*W
Le Commissaire Hdouvill?, avec1 maintcnint, Commissiire,
qui teront blms par I opinion pu-
blique. Le consul a remerci et a
dclar que le gouvernement amer:
cain a t saisi de l'aliaire. Contraire
ment a certains bruns.
PARIS. A la suite d'une explosion
de Grenade la sortie d'un meeting
de la salle Wagram hier sept pe>
i attituue ac la rrance a amener u; *<* *.. .ciu.uc. i uus u<
Reichstag accepter l'ultimatum des ,a,t ouponne d'avoir lauc
allis le jour mme de l'anniversai e fESSf^KESKiXft
An trait de Francfort donsile aprs I attentat n'a donn<
au truie ae rranaort. roniia i'n./ia.^.nn ..-
paix. U affirma que l'excution du
trait n est possible que d'accord av c
les allis.
Le prsident du Conseil just fi-
les actes du gouvernement et rap
pelle les sanctions prises pour obh
ger l'Allemagne a excuter ses obli-
gation'-. Il montre que la fermet de sonnes ont t arrtes cinq bom
l'attitude de la France 1 amener le l,lfB et deux femmes I une d'elles
tait souponne d'avoir lauc I
son
au
cun rsultat. Une deuxime grenade
Au sujtl de la question de la Hau a t trouve sous un banc de la
te Silsir. Mr Briand constate qu'elle place des Termes e le est du mme
u't grosse de menaces mais qu elle type que celle qui a fait l'explosion
e t maintenant rsolue. Un rsultat l'htel de Mr Herrick Au cours du
le canon franais et l'arsenal Haut mandater dimanche devant 1 ansfcas
Silasieo ne peut plus servir a l'Aile- 9ade de8 H*0"* |e,Matin cron
Jl r r ,savoir que cette manifestation sera
a*iQC- i interdite.
Le prsident du Cocseil rend hom t w
mage a l'esprit d'quit des arbitres LUmbUSSUdeur d'Ui
et salue la grande torce morale qui
a rsolu le litige.lin ce qui concerne
la politique en Prient, le prsident
nonce que le gouvernement d'Aa
gora a accept la dlimitation de la
front.re de Cilicie et montre les
avantages qu'il rsultera ae cet ac-
cord.
A l'gard de la confrence de Wa-
shington Mr Briand dclare qu'il
fitndra le parlement au courant et
ne le mettra jamais en prsence
d'un tait accompli. Mi Briand traite
ensuite la question des rparations
il consiae que l'Allemagne a erc
tu les premiers paiements a la date
prvue et que le gouvernement du
chancelier wirth a la ferme volon
de tenir ses eng gemems, mus que
la guerre qui a enrichi les paricu
liers a vid les caisses de l'Eut L A
lemagne est oblige de se prccuiei
Por dehors et cela est diirkile.Les ad
versaires du Chancelier qui d'ien
nent la fortune de 1 Allemagne ex
portent leuis capitaux risquant ain
de provoquer la faillite de l'Allema
magne mais nous ne serons pas du-
pes de ces agissements ; l'Allemagne
entire est solidaire et lpond de sa
jette.
Mr Briand rappelle que les sllis
n'ont supprim la ligne douanire
que orque le rsultat demand eut
t atteint, ils ne cherchent qu' ai
der l'Allemagne excuter ses enga
gtmentf.Le prsident du conseil salue
un milieu des applaudissements una
nwr.es le prsident llarding et l'Ame
lique terre de la libert. U a rpt
sa .Solution de reprsenter la Fran
ce a Washington si la chambre lui
fait confiance tt lui accorde une ma
jorit.
Lt Confrence irternationale.abor
dam prub'mes redoutab'es.la France
r**i pu le d'oit d'tre absente. La
France est une g an Je puissance du
crue suffieanr*. no peu indulgente,
d; l'homme blanc pour les person
es drs autres races que la sienne,
dit au Oomm^ndint en chef Lovsr
tur nendant un entretien ;
tiVfais.Gnral.i' ne fiutpas ajou'er
foi a tous ces racon'ar', ni vous fier
iux hardiesses de vos soMvs tLe
gner la nouvelle procW
)e vous ai soumise, etde
votre dpart, an plas vite
avec autant de persoaaet
choisirez pour vous
que
c accotas^
France. En agissant aiasi
rog z pas. Si vous refuser. d7u
i le regret d'avo;r yOIV]
lemagne en France
ne sera pas dplac
Mr Msyer, ambassadeur d'Allemt-
gne en France, n'a pas quitt Paris
csmme le bruit en a cornu. Il a
dclar sar.it> fondement la ruuiou
relative a son acceptation sous con
di ions du poste de chancelier.
L'ambassadeur
amricain Berlin
WASHINGTON-Le choix du pr
sideat Harding pour la nommai on
de l ambassadeur & Berlin est cir
conscrit entre David Jayue Hill, ex
ambassadeur Berlin, et Alaneoa
tiougston L 1er serait i lus consid
rsblement considr a csuse de son
exprience it son habilit.
La p'x entre les Etats
Pois, /i'icuVagne tt
l'Autriche
WASHINGTON 1.-- termes offi
ciels de la ratification du trait avec
I Allemagne et l'ulricba ont t en
vjys lit; lin et Vienne. Les tr^ures
amricain s quitteraient l'Allema-
gne aussitt apii 1-clnoge de la
mtiflcatio i*
Foch |nrt pour
Wdshioijt dd
HAVRE52- t.e piqufibot l'iris
apparaill i heure* et demi* *
I apit's midi ayant a son bord le ma
rchal FjcIi q'ii ae rend en Atiin
que.
Lu ni \mm
Le sort de la confrence de
Londres toujours incertain
Oa apprend aprs l'ajournemen
de la eancn que les ngociations
entrp |f>g dlgu** Britanniques et
irlandais avaient failli tre rcuipues
et que les dlguai Sinn Fieniste.-i
seraient rendes Dublin.
La rvo'iition
en porlugal
LONDRES.
Anrj lune rvolution pacifiq e
en Portugal un nouveau cabinet a
t constitu Iaprs des ppctes
parvenues la lgation portugaise
le colonel Manuel Coeibe a form le
rainis re et a prs le portefeuille d i
l'intrieur
LO.NDRES.L'arairaiit doit envoyer ne pouva-t continuer Ils taient
le navire de guerre Cslypso Lisbon dsunis. Il me fallait air ce mo
ne par suite de rclamations faites menr le m'admtffr Don lor.chim
psr lea commerants anglais h.bi Garcia Santo Domingo. Les Espi-
tants la capitale Portugaise- !eno!s taient les allis du roi de
France et prottjainl les troup s de
couleur. Malheureusement leur pro
tre de (jirCe U tection ne nous permit pis d'aUein-'simple menace."
dre notre bat immdiatement. S il en est ainsi, ce s:ra
"La Rpublique Francise.p'us tard. mie simple menace q-je ce
Mr Gounaris, premier ministre do proclama la libett! gnrale des.noir aura laiss d:ouv.ir,i
G:^e,est arrive aujourdhui taris.'noirs : mon d-ou ment t*it ' d'un des ofti:iers
la Rpublique [- fu; chois; comm j a C'est vrai. Il est hitiu
leader, le chef pr.Iit par I jbb* R iv i d': bord et il parie aprs. M fi
nal, d".ip*s Inpinon du ir^'a' L1- '! t paitir. le dois preini
veaux I? vous ex. oie de tout cela, m'occup-r de c Us procla
afin d;> b'en vous renscgipr sur mi [afi i d; dcouvrir s'il y a1
carr e c our ; > t ..fi que vous d'agi' autrement. Sinoa, aji
Uomissaire tait, cependant, t-< barquer ma'gr vous, etde
soucieux de la condition citique i;noncer au Premier Consul4
Saint Dommgue L-s dispositions pri provocueur de cette iQSUr
ses par le Gnral [.ouverture le pr l'aime i croire que vous ae
occupaient ainsi qu- ^n eitour.ig" poserez pas ces rae'suresde
Un des officies d'Hdou/il'e ex^ Vous serez protg jusqu'au
prima assrz rhirement l'tat d'esorit. moment. Ayez coafiaoce eo
de son chff par cette observat;on t ro'e, Je ferai tirer le canoa ,
te 1 Louverture : < Sans doute 'e hauteurs derrire les CasernesJ
Commi mier Consul, si vous insMez sur son ( vous rendre bord Soyez ce
dpart I ne manque-a pas de l'in mi justice et rende, moi la
former de vote puissance i Siint auprs du ^Gouveraeraent
Adieu !
Au moment c le Gnrait
ture entrait au Palais du Geai
me-t, les officiers qui' eut
Hlouvillese regardrent sU
et se dem indrent i quoi se i
11 est assez vident, dit
ville, que ni moi, ni aucune i
Domingue, ei de quel grand rival--
Bonaparte a de ce c'A d
'O-an
fou rival
a France,
e fardeau
du gouvernement de la colonie
* Fardeau I demanda 1 officier ?
Oui, rp'iqua le gnral Louver.
li faudra njouter que
est un serviteur dvou
et toujours dcid porter
ie premier mtnis
e de
Paris.
ture.Vous demanderfz plu't au Prejne ne comprend ces gens-'i
mier consul s'il m'eut ! po de refuser ce fardeau. La ivo!u'ion I' n'y a aucun doute i
c'aU Siint Domingue sans mon j Par consquent, jj m'eo vais d:]
intervent oc ; mtis j ai compris alors colonie de ' pot au noir et j
que la domination des colons blancspuis pas fi:h.Arriv ea Fr
uoiverai les raoyea de
mon honaeur.
'Vous vous dcidez don: i i
rer en France, Commissaire f]
' Quand nous entendroas
g al des coups de canoa. Pisj
est possible que ce n'estq^
n'est
Clemenceau
pas niilade
Ht. Cl^iieiioeau ea en ZCelltB'S
sant ;l sera d j reto if *aris di
mai ilu
L'Amiraut aoflulte
nie fes projets de base
navale
LONDRES- L'Amiraut arg'aise
traite de pure imagination 1rs pfo
j-'s prts i la Grande Bretagne d
tab'ir des bases navales aux Bermu
des S rgaro'e et ailleurs.
puissirz difier le Premier Consul.
Il liudra lui rpter ce que je viens
de vous d're, parce que j? ne puis
lui crire en ce moment,
le veu? conseille, Gn al, de par
lira ma p'ace; vins pourriez mieux
entretenir le Premier Consul, et le
meure exac'emrnt au courant de la
s tuaPon Saint Domingu rpli-
qua Hdouvil!e.
au evjix !
DpiUrtiu Varits
Gala d* l mlodie et de la Chan
son avec le rocous de Mme Louis
Augu-t; et des pc es chansonniers
Gro ges Chanon et Madam? Guit
merciule de l'Aile.*}
___ t Le publ c aura I occasion ,1'enten
magne nest pairie des sirs jracieoi du xviiii$
.le. des vieilles chinsons d'amour
voctrices d'poques disparues1
(A suivre!
J. RCHT"""
Polvrel
La balance coni
dfavorable.
I3LHL1N Les exportations d A'
leum^ne pour juilltt se moo'ent a
ItrAJU millious maiks contre 543i
titre ; t dollar.

millions en juin. Les importation- *
chiffreut 7oM5 millions coi.tre okU
Echaoye de prisonuiers
avec U Turquie .
CONSTANT1NOPLE. L'assembl,}
d'Aogora approuva les accorda in
tervenus avec la France et la Graii
de Bretagne concernant
des prisonniers-
Lloyd beorye ira
Wastitoylon
LONDRES. Ou apprend quel se
prparait pour dimanche une d-*
monstratiou en face de l'ambasssde
amricaine pour proteater contre la
pacifisme mais ses preoicupaiionsnc'condaranation de Sacco et Vanzetti
sont ?< goi^tes ; elles doivent se aux Kiats Unis L'ambassade et le
tendre au monde entier. L Amrique consulat reurent un grand nombre
continue Mr Briand 'st un pays ex de lettres concernant les rsolu ions
trmement vaste avec des populations adoptes par Us organisations du
diverses nui son Htvtttltl pur U S-*? j*nd r fl d" environs
Propapsgande de nos ennemis d hier *!{.J endamns.Ge. let re;
F*.""r"? taient adresse*! au aouvernemen'
,ui reprsente la France sous des araricaill ei furent envoys! uugou
traits ^ui ne sont pas les sens Nom vsraement amricain.
saurons faire tendre Washing- Mr Uoya G^or^e dcida de partir
ton. termine le prsid. nt du conseil, dllniiivrmeol 'e 3 novemb" pour
ne nous ne somnus pas le trouble Washington il sera ab-. ut citi j se
Situation < omtnercHle
\#us hson< dans Hati Commerciale
La cmctri8ticjua d:j la smino
ci-t la raret d'argen*. Aussi les ven
es se sont elles considrablement
ralenties et les.bnli-es des com-
merants sont il' venus drisoires
par euited'une concurrence des plus
pres Cet'e observation s'applique
l'change principalement aux Pcnviainns Peur
ce qui a, tiait aux Tissus, bien que
la posi ion des comm^r-ints ne
anit pas edviable par suite d< dbou
e?ha excessivement (astreints, les
profits rili-* sont ceprdn' raeil
leu s, I s dernires flicttiafOos du
colon In ht'iFse Lc-s- t une plus
g'snde BtSrgS eiit;-i< les prix de vente
actuels sur plscj.
-------------------------^---------------------.---------
Ajournement de la Session
d 1 Amicale de St Marti il
Par suite decon tarions ru v.*nue
6'ommnijMf
Bloc Naliom
Mr Rgulas a dmiasli
Hier li blo: N-tionilatesa*
au sige ordinaire di l'Associai
Vousn'ignorz pas. lpondit le>L-ctare des Statuts a donne
Gnral Louve tu^e,que le Obrai !nouVtfaux membres. Ejsoi
Laveauz a dclar au Commi -saire! ; hrMun Rgulus prit la p
6' observer a l'assemb e qoei
vingt jours, il est seul i la dir
J; '. B.bo National sans le o^
d'.L cun couborateur. Il n'a^
hsite une minute a donneraoj
son concours depuis sa toiij
qu'en lassmt il emporte la saj
ioad'av.>:r conu les Statutsdej
cia.ioj et qu'enha il pliait I
bl? d'ac.epter s demiss'C
seule m nt comm: Scrtant.
m u!*co nmMimbreet Coliaboj
I Echo National La ai
dmission a t renvoy-' i ]
utiieure M Rga'a ner
pis revenir sur sa dcision W
ui incident b ea maihureiu
le B;o:qui est prv d uo v\
1 hebo du Peuple >s> la *0J"]m
que fut paralireMrCReg'"5-!
que j suis le Ntpi'on
Bonapar'.e de Saint Domirgu*, e-
que la co'onie re pourrait nas Jurer
sans mon command-men* ?
Le Capitaine Miouet, de la Mii
ne ta-'ise, simmst dans la ron-
vetsatiou et dit au GnrJ Lou
ver ure que son* navre tait jus
Il ment ce'ui q n avait amen le Com
missaire HidouviUe Sirt Demin
gue, et qu'il serait tis fier de retour
ner en France ave: le gnral Lou
verture.
Votre navire ne peul transporter
uu homme chugi de la des-ine des
noirs de Saint Do ningue u> l'ave
nir de tcute une r*cr. \t pourrai
peut ire pa;tir quand cet arbjste
sera assez gros pour servir cons
iruire un navire,t- et en parlant
ainsi.Toussainl dsignait un surgfoi
de camphe.
cMus vous avez bar' du fardeau
de votre tl-, ajouta le Capitaine
MtroDst.
Les hommes aussi haut plrcfs
que vous. Gnra1, ^nt OCCIsionael-
iement besoin de repos A'Irz donc
en Franc, vous reposer et entretenir
le Prenrer Consul des rformes n-
cessairfs dans U co'onie.Vous pour
rez ceilainement mieux le convain-
cre que le Commissaire H'douville
A ce moment de l'entretien des
officiers revena^ des Ciserne an
II
Les Cloches de St J
On travaille activement *
en place des c'o:he5 di Ifg M
lo eph .Comme d doit seier*
a"fes l'incendie dei87q1l"T'!l-
l'Eg'iseet qulqu f^wVJl
tantsdecetteparossepacocti^
so.re ava t tabli. GiU**.
cours dvousd.esnlles ei
vrancedesPresL:Guia
les anciens Curs une tou
a t construite pour logera
no ertque la Plame du Nori tait
d.n ladist'ibutioudesro-sauxacttuis; t'lment rn ir surrretion ; te! cepn
et ac.iues de la lie thtrale, la, isot, ajouta l'un deux, aucune me-
ure de dfe^s? n'a - prise par les
de St loseph qui ont asstx
r gueurs du temps,
sobil
2
e pax 1
u on t
."ji:
msioes.
Session de cef.e Amical? est renv-yi
au 12 Novcmbie.
Elle aura lien ainsi du sim di 12
au lnndi 14 Njvemb . exa'ement
avec le ne a: programme.
g,a
autorits militaires du Cap
le me charg. de la difense de
cette ville - icter|0'a le Gnral avec
Toissair.t Louveru'e f V te div ir
Mariage
En lEglise du Sa:r-C*^
an, S h-ures du n*'"-^
<: marn
ge de Mie Yvonne
Mr P A. Dargelt.
M il'eurs comPlinfD"


l MATIN
le Matin
La RUE AMERICAINE^:?
G. 2
2 50
3
UN VOS
l-t.au Prince
^rtcment
^ng*r_____________
1j Fte de la
-i Iiiterumiouale
fo Confrences
te otgaciie hier malin i Pa-
. par les membres du Conseil
nisiraucn de la Socit lnter-
mi\t de Confiences, piside
Ht |ules Ro^eond, a t une
, matine liitraiie et musicale
^opditvls ava-etl lpondu
"JJilde la iccil. Apis la bril
tllocuiioi. piococie par Mi
lie, p'sident d'honneur on en-
I avec un vit intit austi
iitcouis-l ?e. le principe tstbiti
italien i redresitmtnt pai Me
iKosemond, prsident titulaire,
Aptius hitOiiquts, confierce
ai uq des membres du Con
'administration ; des posies ei
jogues y luiti.t aLs^i dus
I ,t belle allocution de Mme
lArchin L;y, prsidente d'hon
m nom de la Secticn Fminine
isa la distiibutiou des n
, d'or, d'argent et de dip.mts
iceir aux lauiats d l'A so
Buus J hrons de publier Itu:
B,la soire un bal cHcit dsi ;
talcas du Snsteur F P. Pau u
ut tous les me mbtes de la Se
tc leurs familles Les amis d<
lire y ai ut cordialement ici
attention Attention !
Nouveauts chez A. TAiilMS
il
av
Voulez-vous avoir dp, beaux et, \olis corsets remarquables par leur
finesse et leur tnlidit ? A coutez chez Antoine Talamat, rcemment
arriv de N#W Yoilc
La Maison est pourvu aujourd'hui du vins beau s'od;
On trouvera tous tous aulres articles de choix, des prix d-
fiant toute concurrence.
Tonaro compiments a Me Jules-
KEOcd qui ne cesse de se po
rtlac il y a un ben i taire cl
tuvre a raliser.
W
:|ks poissant antiseptique
ans Mercure ni Cuirre
le trTil de X. r OU A*,
de 1 Xnitltat ftitenr (10O7).
uuUnUaiueDt tous Us microbes de ls
tCholrm, les arirrma, Mmrrh
9jwms*riM des Pmjrm ehmudm.
ble contre lei Epidmie*
c
, "ssssfj
i Vne ffrstnd* ealllereo .t.
I a pour ton ! nsaf es.
M rMlOOOL, 32, Rue dM MaOnirins. '
iTesU : ToulM lM PIio.-miiiiUi
forfi^n Services
|lp t Lake Eric ven.-nt di
l**nt de Niw Yoik est aMmdu
n Prvr.ce le mercrfdi 26 du
Il laissera le mme jour
g:ton et les poils de la Co
|WPrince ) as Ocobre 1921.
E. F CLEMENTS
Agent-Gerersl
Venez voir les CORSuTS Bon ton, Royal, Wo-cesteret
kdiusto,
Avis Important
iioussg-et. dclarent fomelh
Iqii'l pat hs v.nus faites rai
)*' leur h.bi ;.t on Hoijbio
[ronds Veiitt.es, con mune de
r. elles mcor naissent toutes
'gui auraient i f-i es a leur
LElles donnent en rrroe temps
f* public que .'sermais elles
il mandataire, utoiis a les
lier sur les lieux, leur As et
le sieur Frac cois Le W Indue BEAUGE
Dame A .HAMl AGNE
Ce 24 Octobre 192t.
Avi
Jjlursnc ptrdio t p*s i it
Note journal tL'E-ho Natio
fanltra jeudi 3 Novembre
D.
Le Comit
WVEAUX ALAMBICS
Ut DUT!' il & RETTlTlSIi |
Les UUX-0C-VK,
RHUMS, ALCOOLS, ete.
OEEiOY FILS AINl
i i spi-ntK. itvm
' rut tu Thrttrt. 7$
f*H*nnc" ^ahi
. .'UT iz B,.:i.!!?Uur firx C-
i irnui li
Le dernier Cri de ta
maison Paul E. Auxila
Dans !e but do faire, profrer sa noTbret.se Clientle 'a Maison
el en 'ijuidili M un lorl stock de marchand ses diverses
SAVOIR
Canotiers Chemises, chemisettes, ca'eons en tricot, blanc et cou
leur, cravates, cgi n tu rai. rour h'mines c*de s tt enfmts casinelles
Dr il I couleur, Khaki nuiles de quinine, Pemmides assortes cre
lonne pour rideaux ele
Sans oublier les derniers Nouveaut arrivs, sur les steamers Caravelle
et Martinique.
"crpes de chine, et c opes de Gsorgeite, Fleus de Nice, Soies lavable.en
ou' soie et de outes les nuances, Gants peaux fil, et soie pour dames,
hommes et enfants, souliers MOI CM pour dames, hommes et enfants,
chaussettes et bas fil, s^oie pour dsmes, hommes entants,;et pour baptme
Gilets de flanelle et par aune*, Bretelles suprieurs, Jarretels, ciunes en
-ou'e genres, l'arfumeri's rra-que Houb gant, Crty. Pivert, et Ar.ys, Sacs
i main en vrai cuir de Russie. Moustiquaires, Trousses et poudrires pour
|i mes et hommes, Fleo>l artificielles ri tours de piurms pour chameaux
Guirlardes de rrs^s, Plumettis, Corsets pour dames et fi u ttes. des lits en
fer laiton, et en cuivre, le tout un prix dfiant toutes coucurrecces etc.
' N'oub'iez pas que les gens chics s'approvisionnent chez
PAULE AUXILA
Ang'e des Rues Traverstre et du Magasin de l'E'at
Pharmacie F. Sjourn
"Donne avis sa clientle} aux mc'ecilia et uu public, quelle a
transform son Laboratoire il Urologie eu un Laboratoe de
B oloflte applique souss la Direction du
Dr Jiicot et b. Sjourn
Le Lai oratoire es' ouvert tous les jours de 7 lues du ma in 9
h> ures du soir pour toutes les recherches ei analyses prvues dans
I ; Liionce ci jointe, saul pour la
Wasstrmana et ta constante Ure Secrtaire
qui ne seront reues que le mardi de chaque seinain -.
S'adre sser ia Pharmacie pour loi renseig-eiueiii-v
Analyses d'urines et A'uc gastrique
Kaction de Wasssermanu.
H^aciiondeTnbolet,
Eiamen du saiig el du pus
EtaniOQ des matires lcales,
Examen uc crachat
Albumino raelion
Constante Ufr Scrtoire,
Recherche de Sjiirochtes et de Ganocoques, etc, etc.
k\S
Je donne avis au public et principalement aux commsrants amis
-jui m'ont toujours aid i maintenir ma forte clientlo dans les
allires dimporlation qu' partir du 1^ Octobre je vais ouvrir un
bu. eaw sur cette place o seront exposs les chantillons des pro-
uui s exclusivement amricain* dont j ai la reprsentation. *
J :>vis3 en outre qu'u'ie prolec;ion tou/e spciale sera accorde
illl importateurs an vue du faf que ce bureau sera allect seule
ment recevoir des*,commandes et je garantis qu'aucune importa
mou de stock ne sera laite et qu'aucune consignation non plus na
?eia accepte de mes fabricants alin dj protger ceux qui reoivent
l'\s marchandises directement de ces fabricants,
Cet ollice sera exclusivement allect l'exposition d'chantillons
qui ne seront jamais vendus sur place. Il sera accord une attention
oute spciale tux questions ue fret entre les por's des Etats-Unis
ci llaiti o je pourrai faire intervenir avec succs l'exprience que
j'ai acquise dans celle branche lorsque jtaii t envoy de New-York
pour tablir la Uaporel Line en llaiti. Jl en sera de mme pour
loin dire de fret dieeei pour l'Europe qui pourra intresser le
replacement d'un vapeur.
Geo. Jean&me
ReprseiUani^Exclusif our llaitt des Manufactures suivantes :
The Qsborn Mauufaciuriag Company, ClcveUnd, Ohio.
The Broock yuliaKuiZiUg de Mtg Company New-York.
The P.iUOQ Sho3 Poliiti Compta/- Brooklyn New-York
A. VV HarrisUil Company PfOvidaaca. Uhoie U/and
TueK Cnas, A. Straw Corporation. Chicago, III
Rue Frou JVo /76
Une Dcouverte merveilleuse
Une cordonnerie dans un tube! ,
Economie considrable
Rparez voue-rama sans outil, ni cuir ni colle,
vos < liausHurPH en cuir et en caou chonc, vajiaes,
porte-monnaie, fiigpa en cuir, toile cires, capotes
de voitrres et Chambre air avec lo
LiQuincmu
qui forme en dix mioutCH un cu'r consistnnt, imper
mftble Mil souuleei raiataot ej'jp Ip rulr naturel.
Nn di es pas c'est iuioossibla Essayez vous ju-
gerez
Ce protii'it Hp fab ication fia: ais* rend des fer
vic<*s inapnrriibles et est indispensable dans loua
les mripgea.
En vente chez C ASTER i,
*u\ Cent Mille /Micles
avnNii
TIMBRES-POSTE POUR COLLECTIONS
0HO1X IMMEMSE
PRIX COURANT GRATIS & FRANCO
THODORE CHAMPION, 13, rue Drouot, Paris l
Fullon Shoe Polish Company Inc '
New-York
Si vous ^voulez prolger Ma peau de vos
chaustures.
Si vous-o liez avoir un brillant luistnt et
durable.
Si vous vouiez conserver la couleur et la sou-
phsse de ces chaussures pendant longtemps^
employez la marque &0NOC/t*AM.
Fabrique spcialement pour les
darnes elles gentlemen du high life,
Elle protge Je peau des clnussures con're l'kiMTiidil et (a
chileur. WI
Elle en re:ien leur souplesse a' conserve leur brillant-
Demandez la marque MON0(>H%M. c'esi la meilleure de toutes
les marques,
Geo. Jeansme
/agent exclusif pour llaiti
i


LE MATIN
1
te/^^K^ Un teint de lys *
f| Panama Railroad Steamship Line.
Service de fret et de passage
New-York H;
Port -6 tt-Prince, le 1er Septembre 1920
Prenant expdiions directes pour l'Angleterre et l'Europe et vice-versa. ConDQL
bci'eaux New York. I.e plus rapide Rt le p'us direct service de et pouJ lEuroti* *j
a.E. Paterson. General Frei h Agent, '24, State Stre?t, New York C'ty. fK[Ll
dtetioatioo l'exception du Miel *'
Un dpart par semainede New Vork directement pour Port au Prince et un aoij
n ois pour lo< s le porta d'Hai i. Sen\'eninf pas ge de premire classe. Les* J
.'ont nos agents dans 1rs principaux por s d Europe et d'AngleJerre : \
nvgleterre, Ecosse *t fronce :
MM. G.W. Shelden ef La, 17, James Street
pool Englnd
Copenhague, Danemark :
MM. *.E,Bmdix $ Co, 21, allegade, Copenhi
Gnes Italie :
MM Henri Coe # Cleriei, Piazza S. Mi
lo Cnes Italie
Christiania Norvge :
International Speditionsselskap, Christiania.
Humboury Allemagne: H.Vogemann, Hamboi
(xolhenbourg Sude :
ftodih Express, Gothenbourq
je"e clpdiei COnS,dlab!e' el l voze h p/.us rap.de par laq* elle vo, maichudise-
les C0Dn.ittment Jvraot fret pour New-York avec options de livraison soit]
Je. Havre, Bordeam ou Anis seront livr
10. B. TBOMPSOiV^JE^n

Ips
de
Grand Htel de France!M<>nsieiir LIONEL BEKMiXG
AUX CAYLS, Hati
Reprsentant d'une orande fi
que de moulins canne,Mstill
et autres machines de G\m
dont la renomme est faite d
longtemps,
I) P. P. PA TR1ZI, propritaire
Oflrf. tous les jours, un menu spcial qui sera affich tous
matins et qui portera* part la d&gnaiion des plats, le piit
chacun d'eux.
De cette faon les clients pourront venir djeuner au GR\JVD
HOTEL DE FRANCE o lea prix itront la poite de toutes les
bourses.
Le menu complet avec vin toujours un dollar,
|LEHN & FINK INC
Tous produits pharmaceutiques et tou*
articles vendables dans une pharmacie uiirr *-
SPECIALITES .-Lysol dsinfectai, sa on Ly&ol, Shaving Cream ... _# "n .. ^rmCLS a tOUS CeUX qui dsirent dVi
Lysol, Pebecct): dentif ice incomparcole l'huile de \insiaiiailOn (le Sucrerie l)it H h* */ /-/. dwiillti
foiedemcrue, Emulsion, Bxtrait. Ipaiement r* nua^tn,.' w*;CMef ,?. UOnuu*
chocolat en poudra de L f. c'est uqui. *~lemeni ires avantageuses. Longs termes contre
Poudre Talcum L ttJf; C'eel l'extrme supiiori \UarttMiey9
Demandent 'prix courant \C*W*~ et renseignements seront envoy surd*
LYSOL : le meilleur et le plus conomique des dsinfectants
L>> dsinfectant empley dans tous les grands hpitaux.
UJVE petite cuillere de Lysol dans une pinte d'eau donne
la solution 1 Mo
DEUX oio
TftOlS 3 oio
(Une pinte reprsente environ la contenance de deux verres ordl
naircs )
Le i > soi sv.i ploie particulirement dans les Cis da : Accouche
ments Tuberculose, Infection. Morsures de chiens, Piqres et mor
s"res d'insectes. Eruptions de la peau. Blessures. Plaies, Brulsres
Haie, pour! hygine personnelle' la toilette, le bain. Dana les cham
bii's des m >iadt s- la chambre de bain, le water closet, les curies,
Avant tt apis le balayage Pour c-catiiscrles blessures des animaux
et 1 s tenir propres-
Dans 1 s aaouche>ncnts et le.- l mps d'uidmies le Lysol s'impose
plus que dans lo .s autres cas
Ave/ toujours une solution de Lysol dans chaque
chambre de votre *pparte eut
Chaque tiacott conlunt un proipectus
Lehn <$ Finh Inc'. Lon K. Thbaud
MW YORK Agent pour Haifi
NOUVEAU BAZAR
Asie Donne Foi
Marinent d'arriver
Des robe da France toute* conte,
tlonne. de toutes huanee et de Lu
tes sortes. l ae lou
Accoure vite Mesdames, Mesdemoi-
selles ayant que te stock oit nuis
les prix sont modr.
Pharmacie Centrale
Produits 4* haie,ratchmi.- Excution prompte et soigne
t rdotmmem SpcxaUs pour toutes les maladies
A11ENV0H]
La Gai
Grand htel B
Hue Amricaine No
de la Ligne P*
tablissemeut de ""
Ouverture nedji "*"
Soin, PrompttWj,!
MmeCLEOP^g
Crand', ^J^m
10/H. Rue du *J3
rcemment occup* r*
tionale u-at
S'adres:ier ^^
Rucdu.Oym,*^1"
- *- --"^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM