<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN /. inarecrtai rc#cr* i a n itJglitu u tbs comme preuve obligatoire, mais non liminatoire, honorera la m moire du soldat amricain On annonce que le marchal Focti dposera le 11 Novembre aor la IUJ Sri et la croix de guerre avec Elle aide a bien crira (ce qui est n PHARMACIE PRINCIPALE H. CANQNNE 49, RUE RF.AUWUA 08-SO BOULEVARD S.:QASTO?OL PARIS rendant LE MKILLKUtl MA1U HK 1U MOND Produits des Frtmitrps Marcp!^ et toujours de premire taaHhs UNE SEULE QUALITE LA MEILLEURE s palme. Les Cours PARIS 19 Sterling 54 631 l|t Dollar 14,01 Irl NEW YORK 19. Fraoc 13,8." Sterling 1*99 3S Renaissance Ceux qui voudront assister la dtirojVreprsentation de l'Empe cipline mentale . reur DesHalinea.de Msssillon Coicou, O;, personne na plus que le msont pris de prendre leur cane dcin besoin, u chevet des malades avant demain soir ; car il n'eu sera de savoir discipliner ses ides, de CM vendu aux guicbets. penser juste, vi %  bureaux J._. i 1rs autorits universitaires en ve tu de Partie)! 17, ne devaien -JOAS signer le diplme d'un postu'aot .u gade de Docteur en mdecine, tir t qa.i n'aurait pas satisfait ceneob igitio> de l'article 10 ^ RAYON HPKCIAL. POUR LES COLONIES DIIOGUKMB, HKltllOMSTBRIR SPCIALITS Franaises et trangres SELS DE QUININE PURS Tous produits en flacons, ampoules, comprimes, cachets. SOLUTIONS BTPOnSRiaqfJM BANDAGES. CEINTURES. BAS A VARICES APPAREILS HYGINIQUES pour tous u*ageH APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hypodermiqaes PHARMACIES DE POCHE, OE VOYASr cessaiie i la pratipue de toutes les professions librale;, mais ruttou a i pprorfondir tt a extrioriser ses pen Fes : ce qui est indispensab'e a tout esprit cultiv, a lout homme concient de sa digniid'homme U 1 ne demande pas l'tudiant une œuvre originale, on lui demande d'accom plir un eftO't personnel, qui attestdu profil retir par lui de l'enseiguemcntde ses matres et deses lectures. La ihse est une a matire a di Sceit omm^r, c aie d'Hati M)i>A LlNE le Skaluer ' oumbtii meut dt tu i^uuvtiliUtliumett attendu ut lundi le 24 tout uni >: "" ; u <-. h frite jour \ < w lu Dowi*yv Ci'y< ta Muihi-ujoe, ta (mai fou.pu tt lis potts '.; %  \a( */< -' nat,' 1 tel et pashagerttOLlE'l LOMMEHilAlE D'HAIT \g bit uts it; Ni W Ork'uuH *CO Suo-h Ame n: BU b. i. 1 Cin'Varits DIMANCHE L'O'uye pvc f'fcBout. Maiia Diuvray et Jean Avn-Lei Ghataonoiflis Max. GnittOD Se G Cbanou dans aee iionjors ion \elles tt uneFao'.aisiQ Intitul* Paperasserie EuiiVri "' %  lourdes • (W1 1(1 COFFRES PHARMACEUTIQUES Zo? du Matin T NouSste! fa^Jljnj dans tous lesgraods ceo1 ^^ ^ ^ ,L880i, ou aiuu c i res d tudes, ou la thse a surv u JJj i ' et s'est perptue depuis le Moyn Petites NOUVfelleS Age, malgr les critiques et les att. ques Franois Molire est aceme de tentative Je £jj e rendra encore plus de servues ia^^^^T-^W^ que partout aille., en ce pays, un 1 \v C n a'est rnepm sur ses intentioas. p a y S D eu(, OU manquent les m li ""-udenaeBted aw h Vala a ijlwiaaaa riaux our |œuvie de demain , qui PS h V^r7e ll "n" P .rer.^ sera l'œuvre de la pense hatienne thand /du nom 1 tmrna Eaantus u billet ^ez nous, on a peur, en gnral, Une gourde de, miMionsUttauees.Celle d 9 peo8er tout haut, parce que l.CS porte plainte eonue JJJtf^gJ,, u, cabrouct orit n est pasdispbn de bonne heure • ---— '•"*' ""' • e st ainsi ne pour oui reliait de 'arrter bru^uemem. lotal radia i b en peDse r Le progrs h'SSffttX 'A> paralys L'heure Si bou nXnt > Mr Bcha. Au coin de lin., ag r 'IkSfXeo&m avec la motocyclette de ^ S F doSlon raoniee p Wiliuo. bllwanger e De 1 Ecole de Mdec ne le Dr Fran cis Dalencour passe i l'Ecole de 0"'Ua U consentement de se* parents, An ^lOlt Il voudrait Que les tudes ;>in> ,,. _.-„.! ipmme lBiumemcnt.— ... ,_i„. <__J:.. Projets de Facturait ci ton* renucignement sur demande adresse PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RAUKWH C8-90. BOULEVARD SBASTOPOL PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE ni an France ni FEu-anaer. Pour automobiles, pour toutes] sorte de moteurs haute, lemiofl-\" et pour machine vapeur. Huile et Graisse • bOIRASSEZ-Nlu CUIRA83E2 votre Gorge, vos Broaohe. vos Poumons en h% dfend enlespriserrant par l'antisepsie volaUW des PASTILLES VALI contre los d.,ng CP da^n delHumdit.deaPouMiil des Microbes. POJR SQI8IER EFFICICEiaT Rhumes, Maux de Gorg, Bronchites, Grippe, etc. BMPLorai LES PASTILLES VLDA remde respirable antiupiiq^ Mais il faut avoir soin de bien employer las PASTILLES VALUI VRITABLES t S? KiTLES StELUDT ErFlt^J d I uniquement an SUITES portsnt le nom •#-* I A11EN11QNI ,. J a .La tiaiet De 1 mire wih', de rafftns' mtnt la plus pure IreMe annes GraFlra/oifi. I de la Ligne Panama. 1 ftrlxdiUnttout8Concua-9nce (Bri ,,,, S! eaient dfl tou e fraicbOT> W'Hire Ail i'ii ouve-riuro oaavdi 8 Octobre HM. fi n art* ou ou. 3oin> Promplltude> Exclusive teumg ^gentl MrQP CLEOPHAI S-PIERRE Rue du Ma^aaio do lEtit N)19J7. I Propri aire. aucune ^ "SS 'souee hie *qv de Borde.ua — bu, T 1 ..houiiaMB* t* uit S" Chansonnier S r.S U S^S.i.n teriau* .roerveU laittou* le passanti, BBi LeDocteni Franoia Dalencour V. i. les etudunis tn ivedeci %  rtT en doit *2 une ths tC '] l L>sor dn Septembtca le ARYS 3. Rue de ia licence en droit, ( non I Us (uni ailles auront lieu cet aprs Destin )e*a *jff*%£ mm counis* la nomme j e baccalauiat doit tie conieiv ^ en l Eglise Ste Anne Maison mor •:J.. A c"arW:,ti Aiva usurpant de fonciiou' r i t8 au ij S i e i S || dtrc de no tuaire Kite Cbartron No 625 ••T 1 1 ^hAm on ancstiion. W parait r i t de dtective f x <**** A e k *, _cir.. iours laite, la licence pour Us nmaires le r-fiTtS '. S>^. <• Pou.o;-, ) im p0M ,bl,t d'tic avocat sans le doctorat L? Dr Dalencoui eroit se souvenir qur la thse en droit avait t insti tue |r Me Lger Lauvia pendant sa direction Ces uneeireur il ensilait depu s ootrt 1re Ecole dedrcit.scus Geiiraid et ut itsuure avec c'at sous H)p fo!n% par le Ministre Apollon, qui. San laite de bruit, (ut uu de DO> araooa Minisires de llnsliuct.on pu b que oubli, notammentde M Dants Blugarde, comme a t oubli de son ancien lve, le regrett M La bidou • La thse de dioit qui tait limiru toi e, succomba lOQi le* ltpocb.es m jnstis d'excessive svti', venus d* tudian'a vincs 1 adiesse du ja y : xamena Un Ministre conplaisst i i appt d'une popularttde mauvais aie i. baissa la barrire ; tt Us mdio criUs envahirent le prtoire Nous sommes pour laeonserva.io i de toutes nos institutions nanonales Plni notre enseignemeutsupneur se ):•' ra lev et t'oit, plus nous lirons § bacce de faire sespecter notre infor j^ Nous avons p •= -• — maion intellectuelle, dont la supno h n aniourd'hoi l'hommage que menteIrf e sc MIA manifeste par ses fruits. \* t: .!r retsvtante entreprise de vulg: | Fien entendu, dans l'preuve de i? L ' ..tw— l ihse ne tient pas tout le progrs *i F---; r ? -• *>s4 i M *; CK!,ti avaliser Pour que nos coles su l^^fej^^^*^ pr eures ipondissrnt pleinement L — %  •w>* = ^mF-"^wfi "* %  leur destination, il tauiiait des l(ormes autrement importaniea.et d' as air S T 0 N 0 n hoirera pai ir u'sujotird liu d"8 Pneu? ^ LhamjreslJ FRESTONK de toutes les diraens.ons ix, tOiS li^elcetc o*ri v par le steamer t Allhlii > PA% eic€8ivem**nt rdnls, AtaVrn par le steamer ftEMESfo — PortauPricce leur r Dr Fr SHOW DaUncur Son argu entat.on en faveur du maintien de S thse de mdecine LOUS parait dt tous points solide Hoi.-oen'*' i,finir O" • r~ mm I rcuic Parr. OraActi y< ,, „,i,M. '.:YMOII' M I HMIlirs auiivuic-r -_ ( boid que l:epnt du personnel ense g .ut tut „uLc 4u:il n/eat I V [ S,lOt Agents gnra liaWi



PAGE 1

jtfaao* li f XX Bort au Prm*e, r flaiii Vendredi M Ocfobm 1*1 SniCTliRjPJK) PRITAIRE Qment-MAGLOIRE LINUMEH;) 20 CENTIMES Quotidien De ce qu'une chose n'est pas iioire,j|i! ne faut 1 pas conclure qu'elle est blanche. ROfAS RBOACriON; R je Amricaia;No, IHI Nouvelles Etrangres Varits Iruclions du Prsident Boyer l'agent Cranvillc PAR CABLE Confrence de ( SUITE ) eabobas, Lsmate, Uiru lie, culture dt cafirret vivree, ci Idem, pour les q u ai lieisdi-H Orangers, crochu, Aroahaie; culture de catieifr, ci Total Le Cap liai Lien 'pour i. G audeRivire, Donaoo, Muimelade. Limbe, Plaisance, H jrgoe PortM argot jcatier. ci PorU-Plala, pour Anaujire, ,10S'il te trouvait dpg tedo tsog africain dippo^fla o Hati, isais qui ien< malheuieuse ne peiait par 'Dira leurs frais de dpitep.er rendre au lieu de lutmont, voua senez autonagissant avec beaucoup de M et avec conoaiaaaoce de | toojoara en consultant lee oss diffrentes comraisf.ionn, ire d*. avanefs, pourvu excdent pas axgourde* [£??*' *a>'grani8 dtuTea pnvicttr,~c IMWux ablis un faveur de; 'umana-caf tu taverne d6 VE 8,; qUaiD8i iw ~. awveni veni parmi nous qu a ittioiution de se conformer et Santo Domingo, nos loin, qui sont toutes pourbeybo, W.'tcea er libiales, et qui gaS ue y> Monte %  • ibicuo sa libert d* P'* l . Boya, ce, pourvu qu'il ne trouble u y-gatua, loa • %  'e ptb.'iciLlauos, Saint. *~ v 9 Ui prendrez lea meauCbria.optir.Bany; 'Wta jugerez lea plus elflca Caf8, cacao, can'Mire parvenir lapresquile Le8 ucre.ci Sr" 0 -? qua anlain e d ouvriJacmel. poor vwidu aangafeicain), tels Mar.got, N>ybe. ?ffi u r8 "C<>uructeura sci Btinet: caf, S. fjr 8 erOD8 calfate, cor vivres, ci •e \ qu Ber *ent capables ,,,. r .„. t „ i,, D gantier de con.trucL '* c y'l jwus btiments pour garde Pour le cabotage du pays, JJjr seront achets par le "nt. Si ces ouvriers out %  %  et des eofabU, le gouleu|H donnera des ter300 200 1000 Ladlyatiojit lieuiie est modifie 1.000 personnes 1000 200 1.200 600 Jrniie; caf, ci 500 tfo/iavs;coton,ci 500 Total 0 COO pereoor.es "ucn lfl |. Ait. 18—Vous ne devrez pas rosnini culture dea calieis, quer de faire observer que cette po U.„ ta Pcos de vivres pulatiou de six raille mes, migrant t?, e8 ce ^ Ql 8bra P our cel e 8nne en H,iI 8era place de B !" u, ge considrable. manire tie mme de trouver "~ ara ncessaire que de suite, pa-son industrie, lea mo iSib'l'V 0161 1 muD,i sutant yena d a air anchir le la raiere et e de leura inairam>nt' da besoins, parce qu'elle trouvftia itaSocit*a de coloni d*a terrains dfnches, dea liaux h- ". "leposees fa re quel bittes et civilis--, .i es resaourcea ions aax migrant, iepourUvie.de l'assista et dna les IVA?' ^ 0Da on poi rra cas de msladie, avantages prcieux [' %  'aclut aoitdappro dont elle arait totalement prive eu u de bo.icsr, soit d'u-i Af'iqneat qu elle ne pourrait esprer d y b a e quoi rtaliserd' a fonds, des terroirs que de l'excellence da "•^ dans ses mains sur leur temprature; c'est ce qua voua \ c f ox qat eerootjugs n ne deviez pas oublier d'assurer aux %  • cqui'des liais de d migrants. 0Dt il eu parl en l'art. Art lt — Vous ne manquerez pas •s'a concuneuce de elx de correspondre avec moi et de me le, < de laquelle somiri! tenir au cou'ant de tontes vos d 1 comp e l'issue de m* relies a entreprises pour l'execu • V PC pices au sou t on de votre mission Voua resterez aux Data Unis pour suivra les or rations de IVmigration afiicainejua qu de nouveaux ordres de ma part, et vous voy.-ig nz dana I interx u dana les Etats duNord et pu tout o voua sera permis d aller et o votre praenc %  &!% te S qua h3U(J Jl""^, charrues, ne'aes.ets ** t ijverneinsnt ayan 1 • Chjilea Collios, a WASHINGTON 19Le nom du marchal Fcch se irouve sur la list des conseilles franais i U coairen ce de Washington et pub ie par le dpartement dELt Le dparlement d Etat annonce que la prsence du marchal Focta aux Etats Uiis perruetira d'avoir son avi< sur la limitation des atmements La liste des experts comprend ; le gnral Buat pour les que>lions militaires, l'amiral de Bon pour les questions mvaes, MM. Kiinm*rer et lger poir les questions politiques, Fomigeot pour les questions lgaL-s, Casenave et Ch ysen pour les questions cono miques et fiaancires.Duchesne ques uems co'onia'es t Girarde-u pour les questions des cbles et radiotl graphie. ROME—A la runion du cabinet il lut dcid que le marqui? De.la Toiretta ne pourrait pas se rendre i Washington pour assister i la conf rence i cause de l'impo tance des questions iniernationa es auxquel es l'Italie est hautement ir.tresse. Mr Smanzeri, ministre des boances seia le chef de ce te dlgation. Rouverture de Vi Uour se de Berlin La punique BEULIN 18Des scnes exlraor dinaires suivirent la rouverture de la Bourse. Les devises trangres taient tellement demandes qu %  les acheieurs ne purent ob:enir qu'une panie de ce qu'ils dsiraient achet des dollars ou t apes traoaii n ob tin-ent que 30 ojo d*. leurs ordres Les acheteurs de livre* *tcr' BJ U rect en avoir 75 cjo ctux d.Inncbelges, suisses et lires italienne* n ob tinrent que 10 O|0. Les valeurs in dustnelles firent des bons formida bls en hausse de 100. 200 et 300 pour cent.Dans d: nombreus s villes allemandes les acheteurs trangers se precipilreat sur les marins et mal g la hausse d--s prix purent achte avantag-usenenl_fause de labiis.r du muk En tinsse l'industrie de I hotlog rio ist a peu pri para'ys^e i esnae du boa march des mon-reallemandes da sa titx de chanee du mark, ns tst'ttsital i la olantation du eh irI;., 1 r.#^>' D V U Trocadro RPonlantau nr VWmMngtOn 'dt de IVuvre, le gn-al P-r ,shiDg glorifia la fraternit d'arme? Les experts franais !J d eux pav '!eur "-oiteuni" -' l'ians la pnx comme dans la guerre et assurant que l'amiti amricaine durera plus longtemps que le chne La ligue maritime franaise (coloniale) a ofhrt un d^uner au gn* rai Pershing i l'issue duquel M Chaumet, prsidert de la ligne a re mil au gnral la mdaille d hon neurde la ligue. Plusieus min stre< et amiraux e autres personnages a que je peuple amricain attend* ivec joie la visite du marchal Focb ce grand soldat notre chef. Il se de clara tre honor d'tre citoyen de Paris La rception se termina par un bnllaut concert. UGalt Ctootrt artistique qui a ra doun aux Varits le mardi 25 warttt par Madame Louia-Auguste, • charmante cantatrice mondaine 1•uooce comnit un rel succ*. .eue b)lle reprsentation sera prside par M. leMinittrt de Krtnce. t es brillants chansonniers Maxime GKU'tonel Georges Clarion, ure on leur concours t cette fte d* Art et de | esprit Le joli progrtm.nt n* vari, sera oerteloeeieot da |Ot des pus difficiles, et la salle 'trop petite pour cooteuir let • Jiubrsux a.uiteurs de la belle chsu >on. -Il tr soir, Cin Varits la deu.lejje du Baiser de l'Aieo.J de Mr Jerrs BrevaHe t t an getnd suc -ui Les tJltari se sont acquitt* de eur lois avec autant de onbeur lu'a la premire'' %  •ont forme. lttni*i" p o nl 8ur tuquels %  ff. m igration aoit din u C0B) aitncemtrittdel eoJftl""•* In de la prRa ni liDt6 t des omi '•dn8 c-lui de l'sgiicul vous juger z que '• ont Cumine suit : pouna dieimun r %  San, %  U "" UI ae 8 K •< lrV7;! 0Qlc, 'rau3e8uit : Ml et de 500 personnes '**X.rSSo!r "'d 6 e SruVri."dileW pouna ueieimuicr a l'raigrution ceux qui seront en diposiuon et s? ^devivres, Port su Prince, le 25 Mai 1824. BOYLR •* Manifestations franco amricaines PARIS 19— La plantation d'un • ho ie en 1 honneur de l'amiti franco ^m-icaine a -u lieu dans la matiof au jardin du Tro:adru Le prsident d* I ce ne des chnes c^'brs a p-i te giral Pershing de j ter autou du chne del terre franc .se qu est aussi miicaine puisqu'elle a t ariose de sang amrua n ^Mr Dinielou, haut commrsaire pour l'ex Hommxqe de la presse anqlo am ricaine Monsieur Briand lenre preuve da son paciime et de 0 volont de poursuivre son rele jivilisreur et dvelopper aa haute lestioe qui to-iaiate S dvelopper t P'og^adei'huittnitdet ptr oons tuent tioaur la beaui de la voie Lo t^na-aant Mr Bail toaheite t Mr Bnaad da revenir d'Amrique vie les impressions les plus bn eusea Rpondant t Mr Bell, Mr B itnd remercia et fie l'loge de lt oresse amricaine e. de ao" œu,r pendant la guerre. Il affirma ou il 1 tu Washiog o •, tvec l'intention le momrer queiegjui'ernemeat frau rt* de juganda que la France fut ceu pro toujours aW^V' 11 A P*voirixno * 1 attitude de la France depuis IsTj et aon rle dans la guerre Mr Briand affirma la volont de la rrance dorgtoiier la paix en r luisant ses chargea militaires mais il ne croit pas l'heure venue pour -> rat du moede I effort ncessaire a sa scurit et aa triompha parmi .ent del cauae pour laqjtlle elle e battit et trtomptia. Le prsident du cnnaeil a coafian :s q-ae ces ptroles seront entendues n Amrique ccm.na elle le sent par .salies Mr Brianitj3u-t.Ttnt,u" e serais la tte du gouvernement m efforcerait de consolider la oan t de I enteadre pour faciliter tu BM .le tlemaod de rendre son pa. uoaerne et de l'adapter aux ides le paix tvecJt conception loi tle et ilmeuuire de la probit entre les peuples qui consiste respecter le 1 engagements signs et les excuter ar B ianl teunint en exprimant la coaviction jud la confrence de Wtl mngoi dw.iueri st'istacUjn aux soneia da niojde euUar ta sujet de a psix. J Les PAHIS L'aswciaton des joirn: Usjts ang'o amricaine a donn n-, dj-uner en Ibanoesir da Mr R in<4 MrJ.hn.^Mor^^r. 8 ^ Uoa .HtiutMr Brian 1 dont il Ht un ,vifiog^. Parltoi de aou orocha^n L7S5L V V4Phington u "£ on. a S r S aor,. P H ?an? S settorce en a tond rations d'-:ar'er la dala gierr Il fl j 0 f>nce signifie , beg ^^SSi Un attentat contre lambassadeur am ricain en France, causes. fc-b:e...^^Y.r d rSV J A, j ,;, T u chancellerie de u bttttdt des Etats U,t, JlmSSt dans la matine une boite de D tr ^rwsrtiSffSaS KS ,--- sussrac t ttastS t ouvrir nue explt t tnx iun fa s matnela. n'a rn. 1r l *. bjl e ca oirG heurts a la Le prfl 1^ police 5===^^SS£


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05506
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 21, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05506

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
jtfaao* li f XX
Bort au Prm*e,rflaiii
Vendredi M Ocfobm 1*1
SniCTliRjPJK) PRITaIRE
Qment-MAGLOIRE
linumeh;) 20 centimes
Quotidien
De ce qu'une chose n'est
pas iioire,j|i! ne faut1 pas
conclure qu'elle est blan-
che.
ROfAS
RBOACriON; R je Amricaia;No, IHI
Nouvelles Etrangres Varits
Iruclions du Prsident Boyer
l'agent Cranvillc

PAR CABLE
Confrence de
( SUITE )
eabobas, Lsmate,
Uiru lie,culture dt
cafirret vivree, ci
Idem, pour les
q u ai lieisdi-H Oran-
gers, crochu, Ar-
oahaie; culture de
catieifr, ci
Total
Le Cap liai Lien
'pour i. G aude-
Rivire, Donaoo,
Muimelade. Lim-
be, Plaisance,
H jrgoe Port-
m argot jcatier. ci
PorU-Plala,
pour Anaujire,
,10- S'il te trouvait dpg te-
do tsog africain dippo^fla
" o Hati, isais qui ien<
malheuieuse ne peiait par
'Dira leurs frais de dpite-
p.er rendre au lieu de
lutmont, voua senez auton-
agissant avec beaucoup de
M et avec conoaiaaaoce de
| toojoara en consultant lee
oss diffrentes comraisf.ionn,
ire d*. avanefs, pourvu
excdent pas axgourde*
[??*', JvMus juiqu' lige m.
qm seront remboursable*
spis iur arrive dans l*
mai qj'il devra tre
ua les obliga ions conirac
Bceux qui lea recevront. r ,,,
- voua dclarerz A tuusSiim-Yigue, Mo-
apartiend a d an eonnei-|c, Macoria, la
* Mra jamais accord en[V*ga. caf, tabac
> *a>'grani8 dtuTea pnvi- cttr,~c
IMWux ablis un faveur de; 'umana-caf tu
taverne d6 VE 8,; qUaiD8i iw~.
awveni veni parmi nous qu a
ittioiution de se conformer et Santo Domingo,
* nos loin, qui sont toutes pourbeybo, W.-
'tcea er libiales, et qui ga- Suey> Monte
* ibicuo sa libert d* P'*l. Boya,
ce, pourvu qu'il ne trouble u y-gatua, loa
'e ptb.'ic- iLlauos, Saint.
*~ v9Ui prendrez lea meau- Cbria.optir.Bany;
'Wta jugerez lea plus elflca Caf8, cacao, can-
'Mire parvenir lapresquile Le8 ucre.ci
Sr"0-? qua anlaine d ouvri- Jacmel. poor
vwidu aangafeicain), tels Mar.got, N>ybe.
?ffi "u*r8"C<>uructeura sci Btinet: caf,
S. fjr8erOD8- calfate, cor vivres, ci
e \qu* Ber*ent capables ,,,. r..t
i,,D gantier de con.truc- L'*cy'l
jwus btiments pour garde
Pour le cabotage du pays,
JJjr seront achets par le
"nt. Si ces ouvriers out
* et des eofabU, le gou-
leu|H donnera des ter-
300
200
1000
Ladlyatiojit lieuiie
est modifie
1.000 personnes
1000
200
1.200
600
Jrniie; caf, ci 500
tfo/iavs;coton,ci 500
Total 0 COO pereoor.es
"- ucn lfl|. Ait. 18Vous ne devrez pas rosn-
ini culture dea calieis, quer de faire observer que cette po
* U. taPcos de vivres pulatiou de six raille mes, migrant
t?, e8' ce ^Ql 8bra Pour cel'e 8nne en H,iI- 8era place de
Bu,ge considrable. manire tie mme de trouver
"~ ara ncessaire que de suite, pa-- son industrie, lea mo
iSib'l'V0161'1 muD,i sutant yena d a air anchir le la raiere et
e de leura inairam>nt' da besoins, parce qu'elle trouvftia
itaSocit*a de coloni d*a terrains dfnches, dea liaux h-
". "leposees fa re quel bittes et civilis--, .ies resaourcea
ions aax migrant, iepourUvie.de l'assista et dna les
iva?' ^0Da on poi rra cas de msladie, avantages prcieux
['''aclut aoitdappro dont elle arait totalement prive eu
u de bo.icsr, soit d'u-i Af'iqneat qu elle ne pourrait esprer
d y b Tous lea 'i'UX dsig lea par t'aiti
clo priclen oll'entlei plus grands
, . i.unies uoiilua, a avantiges, tint a cause rie la fertilit
(*>ae quoi rtaliserd' a fonds, des terroirs que de l'excellence da
"^ dans ses mains sur leur temprature; c'est ce qua voua
\cfox qat eerootjugs n ne deviez pas oublier d'assurer aux
'cqui'des liais de d migrants.
0Dt il eu parl en l'art. Art lt Vous ne manquerez pas
s'a concuneuce de elx de correspondre avec moi et de me
le,< de laquelle somiri! tenir au cou'ant de tontes vos d
1 comp e l'issue de m* relies a entreprises pour l'execu
vpc pices au sou t on de votre mission Voua resterez
aux Data Unis pour suivra les or
rations de IVmigration afiicainejua
qu de nouveaux ordres de ma part,
et vous voy.-ig nz dana I interx u .
dana les Etats duNord et pu tout o
voua sera permis d aller et o
votre praenc
&!% te'S qua h3U(J*
Jl""^, charrues, ne'aes.ets
* ** t ijverneinsnt ayan
1 Chjilea Collios, a
WASHINGTON 19- Le nom du
marchal Fcch se irouve sur la list
des conseilles franais i U coairen
ce de Washington et pub ie par le
dpartement dELt Le dparlement
d Etat annonce que la prsence du
marchal Focta aux Etats Uiis per-
ruetira d'avoir son avi< sur la limita-
tion des atmements La liste des ex-
perts comprend ; le gnral Buat
pour les que>lions militaires, l'ami-
ral de Bon pour les questions mva-
es, MM. Kiinm*rer et lger poir
les questions politiques, Fomigeot
pour les questions lgaL-s, Casenave
et Ch ysen pour les questions cono
miques et fiaancires.Duchesne ques
uems co'onia'es t Girarde-u pour
les questions des cbles et radiotl
graphie.
ROMEA la runion du cabinet
il lut dcid que le marqui? De.la
Toiretta ne pourrait pas se rendre i
Washington pour assister i la conf
rence i cause de l'impo tance des
questions iniernationa es auxquel es
l'Italie est hautement ir.tresse. Mr
Smanzeri, ministre des boances seia
le chef de ce te dlgation.
Rouverture de Vi
Uour se de Berlin
La punique
BEULIN 18- Des scnes exlraor
dinaires suivirent la rouverture de
la Bourse. Les devises trangres
taient tellement demandes qu les
acheieurs ne purent ob:enir qu'une
panie de ce qu'ils dsiraient achet
des dollars ou t apes traoaii n ob
tin-ent que 30 ojo d*. leurs ordres
Les acheteurs de livre* *tcr' bj u
rect en avoir 75 cjo ctux d.- Innc-
belges, suisses et lires italienne* n ob
tinrent que 10 O|0. Les valeurs in
dustnelles firent des bons formida
bls en hausse de 100. 200 et 300
pour cent.Dans d: nombreus s villes
allemandes les acheteurs trangers se
precipilreat sur les marins et mal
g la hausse d--s prix purent achte
avantag-usenen- l_fause de labiis.r
du muk En tinsse l'industrie de
I hotlog rio ist a peu pri para'ys^e
i esnae du boa march des mon-re-
allemandes da sa titx de chanee
du mark, ,
ns tst'ttsital i la olantation du eh
irI;.,1r.#^>'DVU Trocadro RPonlantau nr
VWmMngtOn 'dt de IVuvre, le gn-al P-r
,shiDg glorifia la fraternit d'arme?
Les experts franais !j d,eux pav'- !eur "-oiteuni"
-- l'ians la pnx comme dans la guerre
et assurant que l'amiti amricaine
durera plus longtemps que le chne
La ligue maritime franaise (colo-
niale) a ofhrt un d^uner au gn*
rai Pershing i l'issue duquel M
Chaumet, prsidert de la ligne a re
mil au gnral la mdaille d hon
neurde la ligue. Plusieus min stre<
et amiraux e autres personnages a
trs de la guerre et glorifia le nob'
peuple amricain qui fe'a dans la b
'ance le poils dcisif de sa vaillance
't ses inpuisables ressources.
L- gnral Pershing remercia et r.
porta sur sa patrie l'honneur de 1
manifestation et affirma les sent -
"wnts HVxtrne afl-ction entre les
deux nations.
La MinicipaMt parisienne a offert
t'H'el de Ville une brillante rcap
t_on en l'honneur du gnral Pe-
armi I asistince ; 00 remarqua"!
le minisrres d- la guerre, rie (a m -
noe et de lintrieur. Mr Myron T.
Herrich.Mr Andr Tardieu.plusieu-s
marchaux de France et gnraux
Au nom de la ville de Paris M.Csar
-aire, prsident du conseil munici-
pal a remis au gnral une mdaille
dor portant 1 inscription : c La Ville
4e Paris an gai Perhing .
Mr Csar Caire exprima la jo;
qn avait la municipalit de revoir le
gnral Pershing i l'Htel de Vill
m terme de sa touchante mission el
'appela les souvenirs fraternels c
glorieuxqu voquaitsa prsence.
Mr Autrand, prfet de la Seine as
]u gnral.Parlant de la partiel patio-.
le 1 Amrique i la guerre, il ajou<
que les morts hroiques ont resserr
1 amiti mutuelle des deux pay* e-
ui ont donn une base indestructi-
ble par leur sacrifice ; elle s'appuiera
sur I amour pass onn de la justice
Le gnral Pershing rpondit que le
liens qui ont unis les deux pays s w
maintenant indissolubles II ajou->
que je peuple amricain attend*
ivec joie la visite du marchal Focb
ce grand soldat notre chef. Il se de
clara tre honor d'tre citoyen de
Paris La rception se termina par
un bnllaut concert.
UGalt Ctootrt artistique qui a
ra doun aux Varits le mardi 25
warttt par Madame Louia-Auguste,
charmante cantatrice mondaine
1uooce comnit un rel succ*.
.eue b)lle reprsentation sera pr-
side par M. leMinittrt de Krtnce.
t es brillants chansonniers Maxime
GKU'tonel Georges Clarion, ure
on leur concours t cette fte d*
Art et de | esprit Le joli progrtm.nt
n* vari, sera oerteloeeieot da
|Ot des pus difficiles, et la salle
'trop petite pour cooteuir let
Jiubrsux a.uiteurs de la belle chsu
>on.
-Il tr soir, Cin Varits la deu-
.lejje du Baiser de l'Aieo.J de Mr
Jerrs BrevaHe t t an getnd suc
-ui Les tJltari se sont acquitt* de
eur lois avec autant de onbeur
lu'a la premire-
''ont forme.
lttni*i"po nl* 8ur tuquels
ff.'migration aoit din
, uC0B)aitncemtrittdel eo-
Jftl""- * In de la pr-
Ra -ni liDt6 t des omi'
'dn8 c-lui de l'sgiicul vous juger z que
' ont Cumine suit : pouna dieimun r
San, " U""UI ae 8K<
lrV7;!,0Qlc,'rau3e8uit :
Ml
et de
500 personnes
'**X.rSSo!r "'d6e SruVri."dileW
pouna ueieimuicr a l'raigrution
ceux qui seront en diposiuon et s?
^devivres,
Port su Prince, le 25 Mai 1824.
BOYLR
* Manifestations
franco amricaines
PARIS 19 La plantation d'un
ho ie en 1 honneur de l'amiti franco
^m-icaine a -u lieu dans la matiof
au jardin du Tro:adru Le prsident
d* I ce n- e des chnes c^'brs a p-i
te giral Pershing de j ter autou
du chne del terre franc .se qu
est aussi miicaine puisqu'elle a t
ariose de sang amrua n ^Mr Di-
nielou, haut commrsaire pour l'ex
Hommxqe de la
presse anqlo am
ricaine Monsieur
Briand
lenre preuve da son paciime et de
0 volont de poursuivre son rele
jivilisreur et dvelopper aa haute
lestioe qui to-iaiate S dvelopper t
P'og^adei'huittnitdet ptr oons
tuent tioaur la beaui de la voie
Lo t^na-aant Mr Bail toaheite t
Mr Bnaad da revenir d'Amrique
vie les impressions les plus bn
eusea Rpondant t Mr Bell, Mr
B itnd remercia et fie l'loge de lt
oresse amricaine e. de ao" u,r
pendant la guerre. Il affirma ou il
1 tu Washiog o , tvec l'intention
le momrer queiegjui'ernemeat frau
tiqae de paix dam I m t et de lt
t.ancd et de celui de toas les
lava du monde. 11 montrera
trsieineot certains eff >rt* de
juganda que la France fut
ceu
pro
. toujours
aW^V'11- AP*voirixno
* 1 attitude de la France depuis IsTj
et aon rle dans la guerre
Mr Briand affirma la volont de
la rrance dorgtoiier la paix en r
luisant ses chargea militaires mais
il ne croit pas l'heure venue pour
-> rat du moede I effort ncessaire
a sa scurit et aa triompha parmi
.ent del cauae pour laqjtlle elle
e battit et trtomptia.
Le prsident du cnnaeil a coafian
:s q-ae ces ptroles seront entendues
n Amrique ccm.na elle le sent par
.salies Mr Brianitj3u-t.Ttnt,u"
e serais la tte du gouvernement
, m efforcerait de consolider la oan
t de I enteadre pour faciliter tu BM
.le tlemaod de rendre son pa.
uoaerne et de l'adapter aux ides
le paix tvecJt conception loi tle et
ilmeuuire de la probit entre les
peuples qui consiste respecter le 1
engagements signs et les excuter
ar B ianl teunint en exprimant la
coaviction jud la confrence de Wtl
mngoi dw.iueri st'istacUjn aux
soneia da niojde euUar ta sujet de
a psix. J *
Les
PAHIS L'aswciaton des joirn:
Usjts ang'o amricaine a donn n-,
dj-uner en Ibanoesir da Mr R in<4
MrJ.hn.^Mor^^r.8^
Uoa.HtiutMr Brian 1 dont il Ht un
,vifiog^. Parltoi de aou orocha^n
L7S5L VV4Phington u " on. a
Sr S aor,.P H ?an? S
settorce en a tond
rations d'-:ar'er la
dala gierr Il flj0
f>nce signifie beg ^^SSi
Un attentat contre
lambassadeur am
ricain en France,
causes.
fc-b:e...^^Y.rdrSV
J A,j,;,T u chancellerie de u
bttttdt des Etats U,t, JlmSSt
dans la matine une boite de Dtr
^rwsrtiSffSaS
ks ,--- sussrac t ttastS
t ouvrir
nue explt
t tnx iun
fa s matnela.
n'a rn. 1- r l*. bjl e ca oirG heurts a
la Le prfl 1^ police
5===^^SS


LE MATIN
/. inarecrtai rc#cr*ian, itJglitu u tbs comme preuve
obligatoire, mais non liminatoire,
honorera la m
moire du soldat
amricain.
On annonce que le marchal Focti
dposera le 11 Novembre aor la Iuj
Sri et la croix de guerre avec Elle aide a bien crira (ce qui est n
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANQNNE
49, Rue Rf.auwua
08-SO Boulevard S.:qasto?OL
PARIS
rendant
LE MKILLKUtl MA1U HK 1U MOND
Produits des Frtmitrps Marcp!^
et toujours de premire taaHhs
UNE SEULE QUALITE .
LA MEILLEURE s
palme.
Les Cours
PARIS 19 Sterling 54 631 l|t
Dollar 14,01 Irl
NEW YORK 19. Fraoc 13,8."
Sterling 1*99 3S
Renaissance
Ceux qui voudront assister
la
dtirojVreprsentation de l'Empe cipline mentale .
reur DesHalinea.de Msssillon Coicou, O;, personne na plus que le m-
sont pris de prendre leur cane dcin besoin, u chevet des malades
avant demain soir ; car il n'eu sera de savoir discipliner ses ides, de
cm vendu aux guicbets. penser juste, vi 'iju cartel sont en vente depuis ce Lt{{c u,j||!e a |te reconnue tous
midi, eh t Mme* Ittnne Philippe et | eQ i:rance tn Allemagte, tn
Dtnner* '"> bureaux ____ j._- .___i
1rs autorits universitaires en ve tu
de Partie)! 17, ne devaien-Joas signer
le diplme d'un postu'aot .u gade
de Docteur en mdecine, tir t qa.i
n'aurait pas satisfait ceneob igitio>
de l'article 10 ^
RAYON HPKCIAL.
POUR LES COLONIES
DIIOGUKMB, HKltllOMSTBRIR
SPCIALITS
Franaises et trangres
SELS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprimes, cachets.
solutions BTPOnSRiaqfJM
BANDAGES. CEINTURES.
BAS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous u*ageH
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermiqaes
PHARMACIES DE POCHE, OE VOYASr
cessaiie i la pratipue de toutes les
professions librale;, mais ruttou a
i pprorfondir tt a extrioriser ses pen
Fes : ce qui est indispensab'e a tout
esprit cultiv, a lout homme con-
cient de sa digniid'homme U 1 ne
demande pas l'tudiant une uvre
originale, on lui demande d'accom
plir un eftO't personnel, qui attest-
du profil retir par lui de l'enseigue-
mcntde ses matres et deses lectures.
La ihse est une a matire a di -
Sceit omm^r- ,
c aie d'Hati
M)i>A LlNE
le Skaluer ' oumbtii meut
dt tu i^uuvtili- Utliumett attendu
ut lundi le 24 tout uni >: "";* u
<-. h frite jour \ < w lu Dowi*yv
Ci'y< ta Muihi-ujoe, ta (mai fou.-
pu tt lis potts '.; \a( */< -'
nat,' 1 tel et pashagert-
tOLlE'l LOMMEHilAlE D'HAIT
\g bit uts it; Ni w Ork'uuH *- CO
Suo-h Ame n:bu b. i.
1
Cin'Varits
Dimanche
L'O'uye
pvc f'fcBout. Maiia Diuvray et
Jean Avn--
Lei Ghataonoiflis Max. GnittOD Se
G Cbanou dans aee iionjors ion
\elles tt uneFao'.aisiQ Intitul*
Paperasserie
EuiiVri "' lourdes
(W1,1(1 COFFRES PHARMACEUTIQUES
Zo? du Matin T NouSste! fa^Jljnj dans tous lesgraods ceo- 1 ^^ ^ ^
,L880i, ou aiuu c* ires d tudes, ou la thse a surv u JJj
i ------------------------- et s'est perptue depuis le Moyn
Petites NOUVfelleS Age, malgr les critiques et les att.
ques
. Franois Molire est aceme de tentative Je jje rendra encore plus de servues
ia^^^^T-^W^ que partout aille., en ce pays, un
1 \v C n a'est rnepm sur ses intentioas. payS Deu(, OU manquent les m li
""-udenaeBtedawhValaaijlwiaaaa riaux our |-uvie de demain , qui
PS hV^r7ell"n"P.rer.^ sera l'uvre de la pense hatienne .
thand/du nom 1 tmrna Eaantus u billet ^ez nous, on a peur, en gnral,
Une gourde de, miMionsUttauees.- Celle d9 peo8er tout haut, parce que l.CS
porte plainte eonue JJJtf^gJ,, u, cabrouct orit n est pasdispbn de bonne heure
..... --- '"*' ""- -------------------est ainsi
ne pour
oui reliait de 'arrter bru^uemem. lotal radia i b,en peDser Le progrs
h'SSffttX 'A- > paralys L'heure Si bou
" nXnt > Mr Bcha. Au coin de lin.- ,ag,r .
'IkSfXeo&m avec la motocyclette de ^ ,
SF doSlon raoniee p Wiliuo. bllwanger e
De 1 Ecole de Mdec ne le Dr Fran
cis Dalencour passe i l'Ecole de
0-"'Ua U consentement de se* parents, An ^lOlt Il voudrait Que les tudes
" ;>in> ,,. _.-.! ipmme lBiumemcnt. ..._________,_i._____<__j:..
Projets de Facturait
ci ton* renucignement
sur demande adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RAUKWH
C8-90. BOULEVARD SBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
aucune succursale
ni an France ni FEu-anaer.

Pour automobiles, pour toutes]
sorte de moteurs haute, lemiofl-\"
et pour machine vapeur.
Huile et Graisse
bOIRASSEZ-Nlu
CUIRA83E2
votre Gorge, vos Broaohe.
, vos Poumons en h% dfend
enlespriserrant
par l'antisepsie volaUW des
PASTILLES VALI
contre los d.,ngCP, da^n
delHumdit.deaPouMiil
des Microbes.
POJR SQI8IER EFFICICEiaT
Rhumes, Maux de Gorg,
Bronchites, Grippe, etc.
BMPLorai les
Pastilles VLDA
remde respirable antiupiiq^
Mais il faut avoir soin
de bien employer las
Pastilles VALUI
VRITABLES
tS? KiTLES StELUDT ErFlt^J
' d I uniquement an SUITES
portsnt le nom
- #-* I
A11EN11QNI
,. J a .La tiaiet
De 1 mire wih', de rafftns'
mtnt la plus pure IreMe annes GraFl de pratique et d'expt ience de la : [iue \mriraine /\'0 1540 w.
rx>ra/oifi. I de la Ligne Panama. 1
ftrlxdiUnttout8Concua-9nce(Bri,,,,S!,eaient dfl tou,e fraicbOT>
W'Hire Ail i'ii ouve-riuro oaavdi 8 Octobre HM.
fi n art* ou ou. 3oin> Promplltude>
Exclusive teumg ^gentl MrQP cleophai s-pierre
Rue du Ma^aaio do lEtit N)19J7. I Propri aire.
aucune
^ "SS 'souee hie *qv de Borde.ua
bu,T1 ..houiiaMB* t*uit S" Chansonnier
S r.SUS^S.i.n teriau* .roerveU
laittou* le passanti,
BBi
LeDocteni Franoia Dalencour
V. i. les etudunis tn ivedeci
rtT en doit *2 une ths
tC']lL>sor dn Septembtca le
ARYS
3. Rue PARIS
.,cla1t du .Journal Mdical, nu |J
riSutt dcinier, un ttcellett a.l.dt
du Dcltur Franois D^leucou' su.
I. thse en mdec.ne Nous ne rece
ia pasle tloumal Medica. et
SiVqi cens a empch de v
alerlw ntiean,. luesquj
nilieni tour i lour quelques nos
Se nos mdecins tn renom .
deNtto0us.von.plm.rlcur rendre
UhiJon
^D^T^^cinTfS SSaffS; lurid.ques.fussentplus appiofood.es .
Lanou.dwmar..^^^ ^ boJ$ Up0Bo, NoU5 peDSons de mme, a l'encoat.-e r! -i rVg igrblc Cet p i^Mviei <; des dispositions de ne s derniers Mi r-ou avors 'fnu i m'er ro re vtix
la,c, SSri Bordo. togaua^to S^S,^ n s!us de l'Instruction pub ique, -M- du D' Franois DaUncour .
uirefus"cudem sur uneemme du nom d Lu dont lout l'tfloit a tendu, ce semble Du Courrr Hatien
!enUnaUntwe.-Amende. ....____.. i tn rabaisser plutpi le niveau par la
t2timVt l-Ecole. le rferute -.........~
* ^'fTiit au'iis se tendaient chei leur Blanchis nitDtau pet't bor.heur du peisonnd E'I dcd hier heures de l-aprfr
Seule.- Le juge l .envoie de la p.evenuou de e3SC.gnanl QUj,tre anc.s de set h midi Mr Segur PUne ancien hgi de
vgabouJae.^dtendredeservice .dlicats aui rite, opine la Dr Dilerxour, et th,e Paix de la Section Sud remplis ant les
"~AC.CU\ ia recherche de galanteries, Kleber c b galoire J SUpprrSSlon du bCCaliU mmes ',onctions homa^fuu
5*a SPJCUS ,Iur|..i S> de ia licence en droit, ( non I Us (uni ailles auront lieu cet aprs
Destin )e*a *jff*%mm counis* la nomme je baccalauiat doit tie conieiv ^ en l Eglise Ste Anne Maison mor
:J..Ac"arW:,ti Aiva usurpant de fonciiou' r it8 auijSieiS || dtrc de no tuaire Kite Cbartron No 625
t1*1* __^hAm on ancstiion. W parait r i t
de dtective fx<**** Aek*, _cir.. iours laite, la licence pour Us nmaires le
r-fiTtS '. ................. S>^. < Pou.o;-, ) imp0M,bl,t
d'tic avocat sans le doctorat '
L? Dr Dalencoui eroit se souvenir
qur la thse en droit avait t insti
tue |r Me Lger Lauvia pendant
sa direction .
Ces uneeireur il ensilait depu s
ootrt 1re Ecole dedrcit.scus Geiiraid
et ut itsuure avec c'at sous H)p
fo!n% par le Ministre Apollon, qui.
San laite de bruit, (ut uu de do>
araooa Minisires de llnsliuct.on pu
b que oubli, notammentde M Dants
Blugarde, comme a t oubli de
son ancien lve, le regrett M La
bidou
La thse de dioit qui tait limiru
toi e, succomba lOQi le* ltpocb.es m
jnstis d'excessive svti', venus d*
tudian'a vincs 1 adiesse du ja y
: xamena Un Ministre conplaisst
i i appt d'une popularttde mauvais
aie i. baissa la barrire ; tt Us mdio
criUs envahirent le prtoire .
Nous sommes pour laeonserva.io i
de toutes nos institutions nanonales
Plni notre enseignemeutsupneur se ):'
ra lev et t'oit, plus nous lirons
. bacce de faire sespecter notre infor j^
Nous avons p = - maion intellectuelle, dont la supno h n
aniourd'hoi l'hommage que menteIrf e sc MIA manifeste par ses fruits. \* t:
.!r retsvtante entreprise de vulg: | Fien entendu, dans l'preuve de i?
L' ..tw l ihse ne tient pas tout le progrs *i F---;r ? - *>s4iM*; CK!,ti
avaliser Pour que nos coles su l^^fej^^^*^
pr eures ipondissrnt pleinement L w>*=^mF-"^wfi "**
leur destination, il tauiiait des l-
(ormes autrement importaniea.et d'
as air
S T 0 N
0
n
hoirera pai ir u'sujotird liu d"8 Pneu? ^ LhamjreslJ
FRESTONK de toutes les diraens.ons
ix, tOiS li^elcetc
o*riv par le steamer t Allhlii >
PA% eic8ivem**nt rdnls,
AtaVrn par le steamer ftEMESfo
PortauPricce
leur r
Dr Frshow DaUncur Son argu
entat.on en faveur du maintien de
S thse de mdecine lous parait dt
tous points solide
Hoi.-oen'*' '
i,finir O" r~mmI
rcuic Parr.
OraActi y<

,, ,i,M.

'.:ymoii'
M
IHMIlirs auiivuic-------r_ -_(------
boid que l:epnt du personnel ense
g .ut tut uLc 4u:il n/eat .
I
V [ S,- lOt
Agents gnra liaWi


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM