<%BANNER%>







PAGE 1

fi MATIN *—. — Parisiana IIEUDI Une volont 4 parties 2 par.iea Entre a. 1 CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, il n'y a rien de tel comme i L'EMULSION DE SCOTT 432 arrestation fa Etienne Matta Nous avonsMinfornuA'* talion hier ver* midi diu i Ma'hon '• %  I Noua iguorons 0QI qQ|| pauon; maia noue fornSS que les rsultats dlit soient favorables. Bonne rcomur, 11 t perdu, dani b £3 Douane la Rue Aujric!] u ieities H un pe ti i namJ dresse de Mlle LaoraLaaoJ Borne rcompenie est nm qui Iea rapportera tu hS journal. N'oubliez pas que c'est : jeudi i, Octobrt 7 heures i,a prcises qui nos talentueux Chansonniers MM Guitton et Charioo donnent leu> soire au piofit de la Socit Irai aise de Secours Mutuels et de tiiei laisance, l'Asile Franais. Pressez-vous d'achttcr vos car'es, il n'en sera pas vendues i l-cnirte i'rogramme de Slection. Port au Prince, 7 octobre 1981 Monsieur le Directeur, Pour vous put mtre de rennefZo>r In public eut les opration* d la Commission d'Eoqi>tesnatorial< noua voua envoyons sous ce couver' de la dermeie lettre reue de Mi Angel, notre avocat cenneil anprt Vf la Commission EHe rat pub ie' Veuilltz agrer, avec noa meilleun iemeiciemet.te, nos cordiales cm Jila. Four rAdm* r i atrat• (fi W Yoik, 20 septembre 1921 Mon cher Maiire Sylvain, Jo rf<;jis sujourdhui votre tain du 17 b-pteiubre et le docnmen q l'elle con'ieat et je note avec grain lutit leur contenu. J'ai commoi> que ('•'! tlphone la substance d vo re lettre el du document du D Gruemng. U me dit qu il a reu I. Viiaur expdie. Je ne veux pas insister pour qu< laaonne entire de P. ot J000 m aoit psye avant,mon dpart pou Hati parce que ce ne s> rait gu uisunaab e dans les circonstance) aciue las Je dois vous dire touti i que je ne pourrai paa m>bsenter d Lue ittlaireaet de ce paya aussi Ion, tain, s moins qu'une rorame ad quate pour couvrir nos dpens tet nue cettiine portion de mea h ijerairs soit paye d'avacce J'ai reu avec beaucoup d intr* la lettre adresse au Saateur M K Cormick, Piaident de la Commis %  ion. dans laquelle vous indiqua e'uigence la ncessit que quelque* asaurancea soient faites pour prou gar Iea tmoina Comme j ai dit daotune lettre Mr tincent aujourd'hui je praenterai ce mmoire a la Coi lissiou aa proche lue aance le 4 • lictobre et ferai tout ce qui eat en mou pouvoir poar porter la Com mieaion prend ie Iea m usure* n caaaairea. Je ne peux, neturell*meu paa dire maintenant ee que le Comit fera, maie je suis au moins confiant. En gnral, j'eape beaucoup que MOUS auroosune lis bonne posi IOI devant la Commission W*ih'i g'm J'ai conssci la plus grand partie de mou >eiii|i* tudier toute I affejn pendant le IMOIB pass et j'ai bien l'eaprit l'apeiu des principaux fait et acteui!* du draina. J ai quelque UQIJM tmoins qui vont comparatre Weeliir gion et j'ai demand la CQnimuoon de citer un certain nombre d ofhc ers de marine et du Corpa de Marines et de fonctionnai ree du Gouvernement de Wilaoo Les citationtient pas encore t envoyes, msia le Snateur Mac Cor micU in'ent que tout v-\* ora arrasigi' poar la r union da4 Uatobre de la couamisetonJe voua (tendrai au conrsut de toua Iea dveloppements et verrai qtie des copie d journaui rsppor Un' les iuterrcgitoiree vous soient expdies Mr Villard et prsent eu vacances, UI.H 1 D (i ueoinge aea Aasocis travallent irs pgou reu-euient sur tous les aspec's de l'aft ire. I sente it que le travail eat naturellement contrari par mn K Aiu j que de fonds msia avec leurs o "l! a tj 0 de limits, ila font tou ce qii et'. ; H *i>>'., je vous assu-e. J'jspre vec p'aiair vous teoco" trer prochainement, vo il et voa •aaucis I >rt au Prince Sincrement vo re, Si^u Eroeat ASGELL ToussaintLouverture Nouvelles Etrangre Gouverneur de St-Domiogi'O l PAR CABLE I e gnral Louverture arriva entra n s U lustic ; ai-je donc t accus u Hautdn Cap. jeu un coup d'ce 1 d'iojis'ice ? I ur la ville, il put remarquer Cte _c Voici le texte de votre procla j listancedess ; gnes itempsde malaise; motion . nais il croyait arriver Descendu de) — r Quoi exclama Hdeuvilli: — \ heval.i'remitlabndeaux trompettes Comment avezvous obtenu ce doeoi le son escorte, en leur ordonnant m en\ ? H est eicore enferm dins' l'aller swn htel, Place Mont Arm0 n colre. .her et d'aonoccer l'approche de' — c Cependant. rpliqua le G'! on Secrtaire et de son E'at major; n ral Louvertur\ — tout ce qu'il con et d'aller en u.te aox Casernes o il lient est dj connu partout dm* la Les Cours PARIS 10— Sterling 52.S4 DolUl i) 66 NEW-YORKFranc i> s'* S'erliog },86 PARIS II-S *r!ing si 6i n Do'lar ij.6f prsenterait bientt. 1) %  eu'il eut m s un peu d'ordre 1 sa toilette, il aniva inopinmeot dans les jardins du Palais du Ci DU* e jement par une barrire latrale, itiri d'avoir une entrevue avec le Commissaire Hdouville avant qu'il oui 're interrompu ar des personnes venant de la ville. Il Jo.niHe tut su:pris d: voir Tous air.t Louverture d va it lui de *ran J m tin 11 se divertissait en ce noment en comp.-g-ne de deux ou rois de s-s ofciers. — t |e vous pri? de m'ex:eser Commissaire— d.t Toussaiot en s'ap prochant—si je me prsente ainsi pu an chemin latral; mais cest nces aire La crise, p'te clater, deman le que nous soyons parfaitement l'accord sur les mesures prendre, 'vaut de pa'.i re ea public 1 est tes nnpo tant que ion sache que nous agssonsd: car.c vt. C'est notre ierore chan.e jour la scurit pu b ique %  — cCrise scur t publique paratre en puuiic —exclama Hdou%  "lie — le vous assure, Gnra 1 que je n'ai pas l'intention de sortir d'ici co on e Les noirs de Sut Dom n gue seraient aussi stiinides o,as vous les supposez |s'ils n'avaient pasti 1 alarms, en aporenant que vous av.z termin votre prorlamation, en leorj imposant cinq annes d* servrtd" sur les p'antations des Ci'or, avirl d'ob enir leur comp'te liber • — le prces'e contre une piri 1^ interpr'ation. le n'ai jimus tv d; remettre les no ri d cette colone en servitude. — le veui bien le croire, m''* les mesures que vous prescriv /. dins votre p'o:lamat'on dmon r r*nt votre aveuglement propM de leu s corsquences invitab es; elles o 't une rontralic'ioa dr votre pro'. %  **••* tion. !<: vous invite publier p'u et ce document que [s vous com m ini que. Ao^s avo ; r'ula nroclamation q"* luo ffrait le Ct*n'al I o i vertu re l; Commissaire H i douville 'a d'hra aves mauvaise humeur et la lu'i sux pieds, en dclarant que jira.is il n avait r<*u un tel agron'. — t Votre mouvement d'ind gna tion et vos paroles so't inconsidrs rt inutiles, Monsieur leCommissaire. Les (•nlesUlisiK {rA)c-peru>ieiat i La Haye. La cour m nalionale ri'arbilrage a d'isijn au sujet de ditl rclamations des cong Iranaists contrelegouw„ pruvien. A l'exception e NEW-YORK u S er'in^ 3 8588 r claan'iis sans importai cour a r l q-re l'am m g* 1 r a i Huit iraient la de Wrbi -g on. L\HAE 12 Le miniit e (lires trangres affrm que lande enverra des dlgu; lrence en vu de la quest'on; d'Eitriv Prou pa/erail l.H.OOO.OOO qui seraient distribues pa ( | j ce aux crditeurs frinait.j Un-3 des principales est relie Dreyfus Irres don! les rcUuiitiois cool gou^erriemen^ pruvien pur eut s. d^s :;oQ'ra'spj( ploi iiion du g iano el ren a i3y D'aprs l j s termes :on *Heision daujourd'hui le 1 dis-c ission des ; devra payer I >s 25 uO l'UOOjj O ient. la r'en cinq annuls de cinq mil d*s mini Bon n r* conf-reac* s af H^l ivant^ le soir. Il fera trs chaud aul'-jou'eiai q-ie mon secrtaire fait jourd'hui. La crise en question, est-1 imprimer en ce moment le document elle due la temprature ambiante* que je vous ai communiqu — s Ne plaisantons pas, Commis — < Allez vous oser mettre moi saire I — Messieurs, continua-t il. en se tournant vers les ol l iciers pr lents, qui riaient, — |e vous prie, pas de l'gcre es Le moment uo g ave pour l'hilarit ou oeil* ne t^mps. ncm une proclamation que je n'ai pas signe ? — Evidemment, non;car !e mien e>t sullira, si vous m'y obligez une; Aprs cette rponse catgorique, Hdouville s* radoucit, et donna, des po-"e sua en'-ove demain. WVSHINGTOM Le secrtairHu gh :s a coivoqu les reprsentant amiicains 4 la confience sur U li mituion des armements.Le tinstt^f Lodge confra hier avec le psiden Hudir. Les dbats su ont Callam I* plus am ca'e Je p"l et d autre car le rsultat qu on dn t ob nir n'e*t p s une i-e'du io- d t'- ra l e vot' de U m | >' l ; 'e< rep sen'an's amj r'cam' s'rf'o c-ront de ne pas pira tri d< m ner les db ts e 01 esp eqi'il ea sera de ma ne des aOt'M d lg ton< BRUXHL'E MVi F'anqu dla Sic-t gnrale d; le Blg'qn-*, Car te-, de la b.rque dO itre M r. se joifid on i l-amb ss.deur de ri-'g que i W ihing on 1,0ur reprsente^ U Bi g que la conltence. Aprs les observations de Tousordres voix basses deux de ss saint Louverture au Commissaire officiers L'un d'eux se rendit d U Hiouville entour de s s officiers, cour des Casernes du Gouv raem ;nt sur la gravit de la s.tuatioo, il lui t Mais, je me deminde ce qui demanda an entre t en en particulier, vous rpugne tant dans ma DO; am t Vo'ootieis rpondit le Com -i tion, Gnral Louverture ; missaire Cependan ces messiems c le mis persuad que vous l'igno ne voudraient, pour rien au moade,' rezenrtlet: c'esteequiprouvesurabon ptrdie l'occurrence d'entendre les damment qu'i'ne voasresteplus q t'i nouv lies que vous m'apporb z puisretourner en France, —rpiqua ner qu'elles sont graves Est ce qu'o giquement leCommindant enchef de allait romb ne un; nouvelle insur Saint Domngue. rection ? | j t Aimirabe! Et je vous laissai — En etlet;miis vous l'avez proseul au gouvernement de la Colo voque. Les cultivateurs de 'a Plaine nie } lui dit ironiquement le Com iu Nord sont en marche, tt dans m ssaire Hdouville quatre heures la ville du Cap sera' c En ttt, rpondit Louverture. mise 1 sac, si vous n'annulez pas la Si vous le demandez aux colon. proclamation que vous comptez publancs, ils vous d ront en gr. nie mi Proniatoris militaires franaises L^ gnral Nivelle, ancien gnr lissune, e t ol^c hars cadre. Le gnral Mollet, D refirent de l commis en de contrle Berlin, es nomm memb edu corseji suprieur d la guerre. Le gnral No'let con serve ses fonci-o s de p'sident de la cornm'son de coalr'e. I e Tomhnuu 'l a St Juan est -etrouva D:s touill' ae fraies chique. Hommage an.ir.eatt> soldat inconnu anglj L0ND1ES. Ln fo'eic. olllj nonc4 b " q<\ a 'e g 5r i'"l viendra i I 011' %  <* %  a^snt |*i bre ooar placer la inMsille "•'ir vt Ai par h cnng U ils sur la t >mbe d 1 sV^ti^ "nilis a l'abb y* de Weita L< loreign office a" a si p—1 dclaration eioliquant le W vue ang'aia au sujet de. Il qui ont causa on mtlentendij oos de la visita du gnral,' On me que le gouvernement i Msiest ait t.rd a'ceptif I daille, on fa*t remrqrj < "' q#| C'irzjn, mini.'re d< af'ifHJ gire. a rpondu la notifie gouvernement ara^ricsio, 1 de IVtribu ioi de la ran exprime une profonds M>J paurla draircbe du oogri "Victoir gracfM: ATH8NES Commanic cielie d 1 7 annote of* grutque terminant une iille comm^nc^i U w1 d*ns la rg'on d Afiam M 1 Les turcs debirdesda nsrdimnortants forceign bmo -n retnie sur tDJt vers l'est et sud est. une MiwfestatiQS iti blier aujourd'hui H faudra t au con traite signer maintenant celle que je vous apporte. • Puis, le Gnral Louverture s'a joiit, que \t puis les gouverner, tan dis que vos erreur* i Saint Dcm'n gue prouvent que vous tes inapt: aux adaires dei noirs |e m'imagu;e dressant aux officiers d'Hdouville que vous ne le croy z pas, que l.-s leut dit : — Vens pensez, peut tre, officiers de votre entourage pensent que c'e>t moi qui ai soulev cns son camp le Commandant en moment, dans U Nord Ils sont P'U Chef, tout serai au mieux dans h 6 f isuar' que je suis dacs le Sctd eotonte Eh b ; en ils peuvent essiyer de lie i la poursuite du Gnrai de jouer aux b-iginds, en m'artmt e suis vnu i 1 improvitr, ici mne leictt' garantis tout f >is. ta her d'enrayer ce mouve qu'aprs ce triit d'audace. 1* flia di ment grave. Vous l'av.z provoqu. Cap serait enlmm':e au point qa il Monsieur le Com nis*iirc, stns vous vous faudrait fur oa. sans d'-ti. en douter Je ne ;o'ti'ai pas, apri l)i"s tout"s ls rpliques touj ^urs notre enl'iten. I pe dure main anp-p' es. Toussaint Louverture la •* sans la jj ti e de l'aal e sa t 1 sting-tei l'tspritd'un homme eii —t Qu'entecd-z veu-, Gnral, par vivaitl'poqu* hroiquede notre h J s archeo'og'q les (fie: tues Enh e ont mis i jour cypte qu< est consd'e commej FIUVIE. Mr R ccirdi ^'* tint le tomb-au de St Jeia l'E/m fut rcaram^nt lu uraside 1 glistr. VP | tat indnendsnt de r reu un message do roi J SlIPP&a ponnnnold rasnuel dana hqael le W OfXt,c K ff ( %  S /Hl-'inols priai-Ba confianceqoe des 1 it\L M / r/ir cnrlialei seront muoteoi UU JI/ r oC l P .Pee-Fiume. fi Efli MADRID L.s B.wgn,! ont occu W n J&'2 ** ~ p le^montGo.rougou et dgsg* Kiatf K*^ ofl^ ainsi Melilla. JM. jourd'hm leur visite provincis refouves et ou* un accueil ehilenreni. La mission f fi toire. d'un personnage reprsentatif r*'*Anhi\ expumint lej iles de l'ambiance. 8C rt afi'O •"•' C'est ainsi qu' 1 | au t C o sidrer Le I RIO DE JANEIRO Ugg Premier d-s Noirs sous cel ange gh est arriv hier bar d^, afin de mieux esquisser le portrait Jules Michelet Iaoeif0.u J de tl'bomme du momtnt de compren par le prsident Pf s 0 v dre les circonstance sociales de a 'mis une le'tre 'W : ( 9 g'oneus: tt courte annales. carr e dans nos J. R CHENET (A su vr") sidenldelaiprbiqoffMP. prsident Pero a d* ( enl'hm eurdug^1 1 if sjurneradui3UisiK



PAGE 1

Troti MAT M \La fte annuelle de VAmict le du Petit Sminaire Nous crovens savoir que la fte de l'Amicale de St Martial se donnera le samedi 29 octobre 4 Parisiana,coincidant naturellement avec la ses sion de cette anne. Elle promet d tre aussi brillante a en juger par les prparatifs. Une nouvelle reprsentatio n fcSfcclu Baiser de lAieul Beau ieauccupde personpts,emp:hes l'autre soir.en raison de l'orage.d'aller assister la nouvelle reprsentation de celte pice, nous demandent d' tre leur interprte auprs de Mi Pierre Brville et l'administration dr Cin Varits pour demander que la soire de mardi soit renouvele le plus lot possible. Nous transmettons volontiers ce dsir, qu'il sera facile pensons nous, de satisfaire samedi. BOUQUETS: ..Iw ii mal. Vf mie. Oui MM jU. L'Anntmu memtllltu L'Amou' im U (Saur EXTRAITS ftlM. Mimo.a. VltUut. Cutlmmm. lotmir,. UUt. I. Irl,. Httolrott. Ckgpit. THM rr/umertr, n Cant Magtslm Vaillant $ Houet A gents gnraux pour Hati \ Octobre 1806 17 Octobre 1921 Htm prt pour la russite de la 'en du 17 Octtkre Us stciitis einsi que les personnes qui 1 apporter leur qute part en ut couronnes, peuvent s'adresser toeu comit d organisation sxserue 1 derrire du Sminaire Ao 1559 pil est presqu entendu que ce jour 1*m chmage gnral nous es fe chaque tablissement Scolaire Mil enverra une d galton dltves Whltront la tdcbi des membres du ftil'tMisation pour le transport yjKrs [Parisiana 1 1 / Octobre d 7 heures du soir Imper eur Dessaline * 2 ttes de \4 as sillon Coicou .leiiliiP Lui Bureau de 1 Agent General Port au Prince, le il Octobre 19'2l BULLETIN No 101 Le s/s COLON est attendu d Port au Prince Jeudi Matin le 13 Octobre 1921, venant directement de A. -Y., avec : 110 tonnes de marchandises 27 passagers 136 sacs de lettres, et partira dans i'aprs midi du mme jour pour Crittobal, CZ, directe ment . B. THOMPSON Agent Gnrt. Me DjC Nouveauts chez Antoine Talamas 1-e sieur ANTOINE TALAMAS, tout rcemment arriv de New-Tork, • e plaisir d'annoncer i sa nombreuse clien le, qu'il a apport un nouveau stock, de toute ficesse et de toute fracheur, comme on le Titre ptl Iti articles suivants : Fulton Shoe Polish Company Inc New-Yoh Si vous voulez protger r la peau de vos chaussures. Si vous voulez avoir un brillant luint et I durable. Si vous voulez conserver la couleur et la souplesse de ces chaBs*ure pendant longtemps, employez la marque MONOC/2\M. fabrique spcialem.ut pour le; dames *lles gemlemen du high life, Elle protge le peau des chaussures con're l'humidit et II chaleur. Elle en'reien leur souplesse e' conserve leur brillant! Demaodez la marque M0X0GR4M, c'est la meilleure de toutes les marques, Geo. Jeansme 4gent exclusif pour Haiti ^edTrefriu ^^^^^ F. SjOUHl Donne avis sa clientle, aux mdecins et au pub'ic. qu'elle a [enibres mivants de la Com transform son Laboratoire d Urologie en un Laboratoire de ije contrle du Broiement Biologie appliqu sous la Direction du *w ts anciennes raisrions T\„ W}£**^4 # E O^f^. A. < e ' circulation sont pris Dr HlCOt et t. SjOUm jjoyr bitn assister a l'ircinm' U A. soasme de 74X0 G le Guillaume, Conseiller Joseph Avocat Dl Poiael, membre de la * Pierre, membre du Syndi iJJWntde chauge. |2j80Dg. commeiin. ^'Dominique, Commissaire wnernem en Appel. [Cuoa' y membre dU C0D ^"al B^uvoir, Juge. ' Augustin. Notaire. M? ?•'• taB tion. a* i?t D 8e fa, comme de % %  lUsine Glace de Foit lfk vec dredi 14 Octobre EJ'Heure du matinCtov2! cce ,e13 cobre192l iait. de Contrle A louer KtW *** dpendancesBeau K w fruitier* et vue sur Le Laboratoire est ouvert tous les jours de 7 brel du matin 6 heures du soir pour toutes les recherches et analyses prvales dans l'annonce ci jointe saut pour le Wassemana et la constante Ure Secrtaire qui n seront reues que le mardi de chaque semaine. S'adresser ia Pkwraacie pour les renseignementsAnalyses d'urines et Suc gastrique, Raction de Wassermann Rsaction de Triboulet, Examen du sang e' du pus Examen ds matires tcales, Examen de crachat AUsuraino raction Censtan'e L'ro Scrtofre, Recherche de Sptrochtes el de Gonocoques, etc, etc. Voile de laine Peplin de soie couleurs uariea Crpe de Chine suprieur Cipe de Chine barres Crpe George Soie lavable, nuances varies Ottoman couleur Soierie Jackard Taffetas noir Cbanteng pour costumes hommes Tussor de aoie 6rgandies couleur brodes Organdie unie, nuances varies r% J .Swater de soie couleur Cabardine blanc pour jupes Tte Indien Crpon de soie couleur 1 Voile couleur barres de soie — 'Vnilfl couleur unie Toile i drap y,4 j"? Voile jour couleur MonBselilie barres couleur Toile blanc U -s varies pour Ijupes Nansouk blanc Hercale Flanelle qualits varies i Indienne barrt rill tuasor Satinette Henri [Indienne couleur Toile matelas —t Duck blanc Palmbeach, nuencea varies Chemises hommes, toutes qualits Chemisettes i hommes ^J %  Serviettes de bain N| Bas de soie Bas mercerizs i: ia coton Chaussettes de aoie Chaussettes mercerues Chaussettes coton Chapeaux de laine honnies Chapeaux de paille homme Cravates nuanas varies Bretelles qualits suprieures llouapes toutes dimensions Sjuliera ft hommes.quati's varies Tapis cirs Souliers pour bb* Lotion Puer, Armour, Colgate r.t d'autres ar:icles de choix. La maison garaniit, cornue toujours, le meilleur prix possible sa nombreuse clientle! Nulle part, on u-> peut troiver des articles d une telle beaut meilleur compte que chez Antoine Ta'amas. Accourez y vite. 15 Octobre dernier jour La Maison Vincent Creidy A t la premire faire la baisse l'anne dernireRappelec-vous en La HAUSSE s annonce fornidable, mais la maison V. GBEIDY voulant tre agrable sa iile clientle attendra jusqu'au 15 avant de suivie le mouvement Venez en proh er. Le stock est entiremtet renouvel dfls nouvelles tnirchandises^choisias et achetes par M Creidy de retour de son voyage. Crpe mtor de toute nuance Crpe* de Chine, toute nuance Crpe Georgette Satin liberty blanc Satin Barronet pour jupe blanc Soieries lgres de toutes nuances Crpon de soie Crpon de soie A fleurs Etoff s nooveautes pour jupe Serge eoir, blanc et crme pour jupe Cabartine blanc pour jupe Pluoae ia blanc Voile de toutes sortes et nouvesute l-UH'e. simily et calicot grande larg. suprieurs pr chemises temmes Crpon blanc pour lingeries Grande varit de toile blanche pour robas jlndienne de toates sortes /.phir assorti couleur Naosouknoir suprieur Demi deuil noir Ceignes corne suprieurs Brosses dents suprieures 1 Bas fil pour dames Bas coton Diagonal noir Granit noire Serge bleu et noir Casimir lger r costume d homme Alpaga noir Drill blanc Kaki blanc Kaki vert, Kaki nour cavalier •uck vert Cssinette noire Grande varit de toile peur chemises d'homme Calicot suprieur Grand sssortiment de chemises cou leur, b'anch S pour hommis Faux-cols toile, marq. Arout) Chaussettes Ml fantaisie pr hommes ChaussettaB coton pour hemmes Une varit aplendide de cravatea Jarretelles Brete:ies police suprieures Tapis cir b&nc et couleur Damass pr nappe et ai itelas coul. Serviettes, toihttes et bain Couverture de lits blanc et coul sup Crpe pour deuil Calicot suprieur grande largeur Graud assortiment de Rubin Liberty, taffetas et iiaurs BOA ton et royal Worcetter Corset La maison a repris 1 agence de cette marque ranuin ne dj si apprcie des lgantes d'iciv Vente en gros ' en dtailDpchez vous avant la hausse SIROP de DESCHIENS (Hmoglobine %  tour da Sang, preaorlt Maortur la vlmml* — %  — •> au* *rruiaaz. Admit dmn Imm H6ptt*ux I Pr( ^^ DU, OMiu OaaCMUNS, t, ItM r*ul u47, r*w t fUrj Henry Slark Rue du Quai en face de la Gare Cercueils La Maison avise le public qu'elle vient de recevoir un grand assortiment de dcorations, la meltirt e* mme de fournir des Cercueils dcors l'extrieur et bien capitonns [intrieur partir de 10b gourdes: Il est noter que les cercueils sortis de ma fabrique sont capiton ns d'une toffe importe e*pressmert pour cet usage. Les Cercueils blancs sont trs recommands pour les jeunrs gens. Pour les cercueils de luxe qui est la spcialit de la Maison, un s'entendro tuupnrs pour un prix convenable. Pour les commande* un es' pri de tatjrtttir direcneOt 11 maison, Lmnuit et Us jours de fte, s'adresser au chef d atelier. M> Fliekisr flusson, rue destrohtsFor' S y o6\2 en face deiancimneOithIrak —....



PAGE 1

LE MATIN Malgrfi la hausse BAISSE au GomptoJrfrauco-hailieD V ILLAIMT §s HOUET Du 3 au 15 Octobre, seulement sur les article suivants : Crpe c'e Chine i Crpe 6 eorgetle j Zphyrs i Indiennes Mouchoirs Voiles Aaniouks couleur Maillots pour en/ants Hubans 1 issu ponge Chemises pour hommes Ccuions divers Solde de formes de chapeaux Occasions ex optionnelles NOUVEAU BAZAR" Bue Bonne Foi Viennent d'arriver : Des robes da France toutes confectionnes* de toutes nuances et de toutes sortes. Accourez vile Mesdames, Mesdemoiselles avant que te stock soit puis. Les prix sont modrs. DEMANDEZ Panama Railroad Sleamsliip Line. Service de fret el de passagers New-York Hati p Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920 Prenant expd bateaux New A.E. Paterson, deatination l'exception du Miel Un dpart par semainede New Vork directement pour Port PU Prince et uo autre n mes pour tous le* ports d'Hai'i. — Seulement p?s^age de premire classe.— Lessuiyi tout nos agents dans les principaux pors d E irope et d',< ugle/erre : angleterre, Ecosse et France : MM. G.W. Shelden # Co, 17, James Street, LUK pool, Emjlnd b Copenhague, Danemark MM. A.EBendix S? Co, 21, allgade, Copenhaam Gnes Italie : ^ M M Henri Coe Clerici, Ptassa S. Mattea lo Cnes Italie m Christiania Norvge : International Speditionszelskap, Christiania. I Hambourg A Ih magne: H.Vogemann, Hamboura uolhenbourg Sude: *' Aodish Express, Gothenbourq Le chocolat en poudre *.0. B. THOMPSON/ ( "" aene !" ou i pour Hati Cocoa de Lehn & Fiok Highest Purity Absolument pur et d'un got trs agrable • c'es' le meilUurr En vente dans toutes les bonnes pharmacies et maisons de dtail, longtemps, Monsieur LIONEL BERMINGHl AUX CAYES, Hati LEHN & FINK INC Re P rseu ^ n t d'une grande falrt Tous produits pharmaceutiques et'lou* fl U e de 111 0 1 1 1 1 1 1 S CailItC, Distille!^ articles vendables dans aie pharmacie a f anime *v U i ^ ~ J ni sP*mLiTESiiM^ aux, es machines de Glasgo ki^^^£7^ dont la renomme est faite deoui Pud.eTalcu m L F ;CesllVxtr;ne supriori m Tlfl V ^^ K**^ UUJpUl] bon march e*c etii. Demandes le prix courant LYSOL : le meilleur et le plus conomique dts isinle -.tants L dsinecJii.t employ dans tous 1rs g and hpitaux UiVE pelile cuillere de Lys)l dtni une pin'e d'eau do:n e la solution 1 • \o ( DhUX S o|o T/iOIV 3.0,0 (Une piMe reprsenle eimron la conienance de deux vertes nains ) Le ^ysol s'er;;loie particulirement dins les c s de : Accouche ments. Tuberculose, Infection, ftlorsuns de chiens, Piqres el mur ."res d'insectes. Eruptions da la peau. Blessures Plat s, Brlures. A1JEN110N laie, peur I hjgine personnelle-la Lilette, le b un. Dans les cham T ^ 1 ^^al nies des malades, la chambra de baiu, la wa'er closet, les curie, (( Je. Il*') H 11*/)) Ayant cl aprs la balayage Pour eicalilSafift blessures dts animiux v*.m^,*y et I tenir propres. Grand htel Restaurant Uaws ls accouchements et les Omps d'pidmies le Lysol s'impose , plus que dan* lors aulres cas ' Amricaine (\o I5(J. en fa<* Ayez toujours une solution deLysoi dxns chaque m^tt^Z STSi chuibre dp votre apparte eut ( fca wM '/aco contient un prospectus i Le/tw Finfc /ne. Lon H. Thbaud Kliy YORK Agent peur Hati Cacao Peteis JV VENTE GLJ££ Vjc'or M.ngons S mon Vieux L^peHivera L Freetan Aggerfaolm, — Porttu Prince Offre ses services tous ceux; qui dsirent avoir installation de Sucrerie, Diitillerie.etc. — Conditions paiement tri avantageuses. Longs termes contre boni garanties. ordi Catalogues et renseignements seront envoys sur demam ?.l*2W li< liei'i" Ouverture samedi 8 Octobre Util] Soin. Promptitude, Cuitine soigne l'lll\ MOl-KIIK Mme GLEOPHAi S -PIERRE Propri aue. Pharmacie W Buch FORT-AU F RINCE Fitc de a Paii Ayant reu uni forts communie de produits Pharmaceutiques tt de 'es-1 ai bonneur d'annoncer au publie en gnral et particulirement ** iunnechenteu de la Capitale et de la Province que le service de la Pbar** a de nouveau organis comme par le pass housnous tenons la disposition de nos clients pour V excution sonne des orJonnances la vente de tous produits et spcialits bbar*. delapfollZ '" et P Ur l mcu!im de touUs comnundespour tu c L^JT; H UilH fe t rar S^re,ne,it, el le KoU Chimpig est 0f\ toujours de la mme qualit. pr** 1 W. BVCH ^ Pharmao**^ A louer Grande halle Pire prool No l9t& Rue du Magasin d<> lLtat) rremmeut occupe par iLaNa Awnal. nt a An7t er ftfrt ^ ^fn*** & 'outc fratcheut. Ercution prompte rt MJ^ Hue du Quai, en face de la Gare.l ordonnances SpcxaUls pour toutes les mM^. Pharmacie Centrale %  *



PAGE 1

jonme anr e A'o 42^0 fl 4201 PIRICTEUR P/.01SITAIRE Qment MAGLOIRF IFMCMFiV) 2nCENT:v..Fs Von au Pni c %  H i il iti Mercredi 2 bl U rJi Olobr 1921 Quotidien tO'CriJN floe AtWricaine No. L-fcb Hati, la Rpublique uoire,Iibre ei iuitpeudaiHe, peut vivre et^elle vivn, ct de ITnion amri c:nnt\s3iiis que l'ombre colossale de s* grande voifcine la fasse dispa* ratre dans la lumire resplendissante de l'Archipel des Antilles. A. FIRMIN Baiser de l'Aieul ET do 11 Ocire M-\m SUITE. — Voir ko du 13 Octobre _ic'tait annonc, la |. 1( i reprsentation du Baiser de ii, la pice en trois actes de ^collaborateur et ami Dorainippolite, en littrature Pierre L a eu lieu avant hier aoir ^VaritsrLou audain, dans une mi de mauvaise humeur contre DtJistes, crivit nagure q u ODS pour principe uechnie. nclies, les jouis de fte et de pluie II lui faudra, r maintenant que les salles de nous ont pris la dernier? ice rglement si oroche du eot Cependant Ciu-Vari ip cbm ce son-lCes %  trs grand succs pour Mi Brvilie d'avoir eu poir s i m aile presque omplte %  fort orag* qui menaait eI furieusement peu apr^ •Joli coupa avaieut t frap%  fci bien dangereux d illeur ieatun succj de cuiio>i Ulnqud demandant tr i pleinement; UQ succs de loolig l'auteur a donner *— % % %  • ^^^^^ |Unioa Patriotique roy ; 0 Motl. o est ton aiguillou Amour, o est ta victoire! "u doit reconnatre sans hsitauuuuii lecouoaitre sans hsitaJ ""nuire ies m t'.a tioa les qualits assez rares d'crido t sera ,aile l'oewe de demain, turc el de tacture qui font du Baiser D ns ce P"7i ce qui tue, c'est la i i? w u .? 8 P dCta cle vraiment P eur d responsabiliss, la peur d'agiale. Mr Pierre Brvilie y moncrue ce qu'on peose, ce do I Ba.CS h bl,6l d g0e del0 e PW... Si ce petit ,-u devait cot Jauala dveloppement des dialoguai nuer fop io^temo ce Li attA* -_db.t P depu,f lon^em e n de son gagne-pain ; il s'y rsigne, puisqu'il ne peut faire au remen mais attend I heure o il lui sera permis de s'en vader. Ce dsaccord entre la main et le cerveau n*l d'un ttrciisement des conceptions meo laies Au lieu d. se considrer corn En tablissant la coutume de la rD nDMU dans la chane des ph 1 ^ n vue d la visite prochiine de ttm obli S at§tre, on rend !" ua grand J 0 ? 1 ,es sociaux, l'ouvrier, ( il f. u [• V om:T1,ss, oa snatoriale des Etatservice ce pays en inciti ru •" ire aoeti le profss.onnel hb Uaii 'Union Patriotique compt nesse scolaire i penser publique*" *'! a iixi P At av0 r '* mm: sur ,a Presse de Port au Prince pour il le* Il Offaeita\ M*I.1^_ %  %  ) ment, construire les m t'iaux pays, qui eputs long emps dans une rtieu de plus ais que de .,, r „ pense toujours claire dans uue toira J. %tn AS limpide, facile et vivantue V d ,l,fnc J>s voe promesses non q'uivo " "f luels D0US ont l i vk d u e faon pre-nptoire JoniladBs promesses uon qjes et qui aom du meilleur augure pour la carrire dramatique db Mr Pierre lire villeLes acteurs et actrices se sont asque lindil^rence Wl VU dlit social, qui disauauti; le^ individus et les peuples, en les rendant ous, inexistant?. Par la ihse de mdecine. no3 j;u quittes de leur ,Ole avec une con7ns mdec a PP end :on\ peus'e? Cieuce et un ai auxquels il est imr i rirp o, „ : — ?* J penser, de rendre nomuuge. Mme LilyTa" ui 2 L ?' ^^ de l,Ura ay a ti ne Mme BeauregVr char "^ ^' Cest mautidinouou et de naturel. Mr P q L on ^ pte FIMITRAM i nu un uinKi u *%  uepaiien le premier U ---—~K.U1< I. 4 1, A'ierre.An.oine, un Michel Baure gara avec des acceu a pifoia vraimeut tragiques. Mme de Pradine ine Jeaouet e pieiue de jtse. Ton it rusi. du baiser de 1 "•par une aituatiou r ., K? l e -^ f oi I u e,le P ar "e chea ou Hop prcites chez quel f bt : Ie manque d lments din.'orm quea-uus Dpaitement de Instruction rubl que ftait une bonne action en JigantU thse de rrfdic.ne, conformment l'artitle io de la loi sur Renseignement mdical. C'est l ,e rs l caii!C service auxludiaoU en Milure œer.ulu ) ai oage qu 4 SQl m t't Dersonnel. U ne vol pas auJH1. Domin par i individualisme, il ne compiend d autre mobile ci n'est m que par cclui-li. Cet e ide argt et juste qu'il apparttem une sorte de copfdration gnrale d li proincuon s-ateioi devant cette ide euoiU c t lausse qu'.l fait paitie J'uiie classe en hostilit avec une au tre classe. UJC K lf l Marx nos ait in f.'d par ce te fo.mu!e de guerre ci vile, cela !,e comprend. Un tonne nimt plus grand nous saiiit a voir des Wanais se rc amer d'une vue sociale aussi mauif;stement erroue. L'idal, dans toute technique I implique soa attach. -ment aux coj' ditioni d'une peitrctioa totale. Tout travail est producteur ; en assurer lexcuttoi de manire l'oftnr i J tat de chef dœavre est la meilleure mani e de collaborer au :sou de production qui sollicite les d.ve.rses formes de l'activit humv ne. S ulement ce degr d'achev mentglor:eux ne peut tre ob.enu que sous la pression d'un ifort d JM la grande minifestatioa proiete 1 arrivs de la Commissioa soit di gne de la Gapitile de la Rpublique. b'Ie espre que toute la Presse fera Mo: avec elle pour obtenir des auto r.ts comptentes l'interdiction se vre I tri bref dlai de cette igno mime, d ce scandale qui souille notre rade et que nous n'avons ia mais coaau p.njant plus d'un a'-lc 'indpendance: des canots rempli, de jeunes ga 'c>ni, d 'hommes demi ou compltement nus, circulent au lourdes paquebo:s trangers poftr la p:he aux sous, i U profonde indi gnatiou des passagres et des pas a gers (ni se respecient.i -Convocation du Comit leudi iprs midi a 3 hr l2 en la (maison prive de l'Administrateur dleu sire i Peu de Chose. aec S a f es *a qui stimule et qui comprend cxcie 1 mulation de chacun eu nar i, iii/A, '" ' ""'' I" I I -'M !" M uiu ijijei -% %  /• % % %  %  ••"..,„ „., „ ; „ 0 ruiu'" Rf%*dtaiaxit joaoa'd la hame con SS ?-" Z "=' ^—p pi'rtni!rter M SJ'.'Stf: Mttetttaol imponant que celui qui sea trouve dmuni risque (oit t\ ae A PlS rr,ver a d *"'nation.noei eot;ndo as /* JM ^j j a/w ^ carrti LS ^'fiwults de i* v,e quoti velopp avec tnscit. Il f ao t une am d.enne ooimnolilesgronneneoS profesro.nelso.orgaaise^e bn comuxi. combat trop exclusive !" Dt g.gaupo.ntdevuematiiera rons-aous sans ambiges. Ce ne" l[Je Michel Itjauregard on r* plus heaux lves poui JMui eofatit qui leur reste. J Bautegard, ce dis eutou se laisse dominer par de la db mche : la f-in M Jeu. Et alori Mme agisse de la sorte, quel rendement ^uj suprieur sortira de cette sv des travaux 10 pas travailler seu mais aussi pour la ..-^-v w tre aom.ne, comman-c wiaillua ute "de apparat la ore cause Une f.utpas non plus omettre %  • ''"^l. Comme | afr ait *£*•• *<• Ea la formulant, notre msat de sa dext'r.t„, daus ce compt.-rendu les autres par yec une |us le sse p ar fute du na f* %  * de la Rpublique a a '0*Mi Mat m procid, J ?i. e lies du programma. Car. a QueJacouri prononc a Strasbourg. M. M ama implicitement RodiTidoau •• ka^loSSEItr"^^^^ point tout que se f u ?e llItnrC honoraires couvenabies, iltautqae U T aX T S /W :iie L "aomdu praticien dride du cho.x. Mils ce re non qui croirait quil est iJapji ment appuy sur une supuom technique? Pour le chirurgien peut tre. Ds qu'un mdecin efte se, on ne s'eoquiert plus seule IN rappelle avec aDgo.aae Varits, 1 ce ne tut paa aeul MulerandVPrsident cl lesatHubiance tait fiap! ment la premire du Baiser de que francise. une Urlmi teei U in^ d, ? d,d un ?'!' 6ul ••ora une fte o quelle s ni m sauraulre taonAuUre le J ur ou Kloqueu;e, ivprseute par Mr S.e diaU m -', 5f£?* B u > m fat preeente'nu V.ncanla Posie par Mr Juati vraim S u d " *< lui-mme, le dti *^ l3Br "'_[ l f st vraiment rare d en'e idre une! c he ^'ement de la chaie — %  " un — ---^w.1414c a coa "*-* SI auui ses procd ili,i-.„r jrubonrg. l.H*jJ implicitement l'.ndividual.s bwt. sa dro.tare. aVCv.at "? e la R ipubl me !*'? f a f e Mu • * 1 Pmi ^ 'M, la Facult de Mdecine^''fw fuito Rvolution. Car l'idal est la gran d son ense.gnemeot, s'aonlinuaf.' re spare de l, Jj P*" j da.les qui, en levant l'rom •* lancer dans 1? carrire 2a ml. ,rae au-dessus A* I..I_^A~.. i_ ... f-m.^..!... _. ,. *• uca men l*neiie euigme/ "JlUa du aug, le pre ^*Poe, avec uua raideur B iPe, ce qu'il croit tre l'i^aT J ., ., ^ a neuecine, 1 idal se double d'une moralit plus haute et plus vaste pirce qu loL.li gjtioa de la l:bo htb.lement rem plie. Il superpose l'adjonction de m rites du cuear doat as que faire l'ou vner manuel ; dvouement, oubli, de soi, courage, dsintiressement. Et! le h iDiui AM -.. _ 1 .. i programme ,— — _—.^ ....,,,,, --. „.^.. ,. u urs -_ r .. ,,.,. ,,. l: V J1( l]ai { j nous fti la surprise de due — en l er me> tis heureux par le Journal i s e surpasser et partant la liant. „, rauta .1 en a prououc pluaieuts des Prat.ciens de Paris: .t de la conscience fi! midi?" laid T 1 "" v,w D " mi,1,er8 "~ ,0Qt UQ0 coucluuion tout L;s d f:ults du t-mpj D-sent i "" lal J "- kl J '-%  leim, U 1 la ^ Ub 'ducation indique.) pour ca compte reuda. lis ptovieoneut en rande eariia .lo A ^jnipleade au vie d lion ont t la feia uue prface et uu vorce entre l'a enmtuL%2 a JU mre voudrait essacou1.n3nta.re de la .ljede Brev.lte. une uchniaueV /, r!?i P re par /.'"Peu de leudraiee. Ou pourrait appeler ea brve confdn" "'l P J qUl lanune eanoA^ 6 B "gwd s'areuce uu plaidoyer pour la tolranzA J? t t? lC ,. drcsse conlre g n 8d, e 8ft mBUl eiie Bn U. Avec une i ron j e preq ue froce, lef lui 1 UI iexerce.dit sage £"" redevient un • jeune Mr V nceot a t'ait remarquer que. mcul UQ ldacteur du • Journal des L^jmille : il pouse sa (quoique nos auteurs et artisteasoieu rM ciens 4. Sis mains soat i son JJj j." coonau les joies p leins de pr.eution, leur contnhuluv *i ses aspirations ailleurs. Il a C in !" De "reux-heu-; lion au dveloppement de la p•• fcl v "te" tt ra,80Q a itle r, 0 u co.niilaaam. nVnf ^ q ^mfd*'? Iu lte tVlde 'f "W Mf Cel igQOre ,e 8i,n, Pet K aTsfpou 0 rau ^ n ^mll^Jf' 0MHd ^ groupe de / Aswr Asi.s et.il est lut reprocher une technique mco ^Biiiii? al,on morale b,en pr9 de charger de Me 1>ierre P lle urtout la aa des dea aS? ^S*n d Ct -V 4 r BrVi e l 0 ^ 90 861, ^oneelle cole II nous pardonnera cerfame ent ^2? ?h ? 8 a01 8 d AQ I u,,,rd ba;.eone. Mais Pierre Br cette esquisse de critique qui % ?i 'Mai . Ul 'ye-mort, ville ee rappellera sans peine Tac vrit, reprsente peu de choie au %  t^nianri J? ar L ed8DB0 ceot ra GU 8eme.it noniqne. rosse, regard de 1 e .semble et du mriu 1 ^•dl d8Da Q epour humoristique faturiste de la *on gnral de la pice. U nia^ i Chlbald D 8at tereDCe drt M *' Vinc t et il s'HfforEt oui, ue pouvons-nous pas dire 1. H'ece de Pieare Br cera d^ juger lui mme si p.c-^ aveu certain personnage de Lab ctie : i' M mauire avec m lartiait. vut tre pourrait -A quoi sert d'avoir dd. ami* a. on ans complet -, aussi bien arrai de science que de-ir. Qjj s'occupe • aU, ?!l rd - dt ccttc -s.t •• S? tmtded.f:ultsatteaient |, dbu tant, n est-ce point en partie cts lacunes d ducation qu',1 1„ doit? U presse Swientlqoa vt donn pour mission de conger. dans Ja m! sure^du passible, ces dfeetnosi^ delease.gaemeot. Ici mme, nout che chons J munir le praticien d! de gnrales justes qu. prierv '*Peo S " 6 Piejre Bre cera ds i8 8r lui me me pic-' aveu certain personnage de Lab eue-' ZZT des h< T ncs m ,ljdcs Jont*on" BC l- "aiUaUni2 b.emeat a-complie. n'aura naa ,i. Dc.sion du c.mp de Bslpque. Napolon UVOt nonr nUt A* u P CUle oiHk au marclul Jourdan que la san^ d POUT Cllst de chasser toute T"A u e*/ e ? ncm t" SrV^-S ^ : .i ,mcr f u me de soa Int. L JS ~ A -aWllit^^ ^ $ ^i ourt ch " d ^ couronner ^ r .j^£^s j;-ji d i-fi-T. TES Pau on pourrait tout auss. bien d.re : A .aoi Jc l •" '"" lf2j\ nommes mibdu nui „.. U Fraooii UALES'JOUR. C Lajindtmatn) **


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05500
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 12, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05500

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jonme anr e A'o 42^0 fl 4201
PIRICTEUR P/.01SITaIRE
Qment MAGLOIRF
IFMCMFiV) 2nCENT:v..Fs
Von au Pni c H
i il iti
Mercredi 2 bl UrJi Olobr 1921
Quotidien
tO'CriJN floe AtWricaine No. L-fcb
Hati, la Rpublique uoi-
re,Iibre ei iuitpeudaiHe,
peut vivre et^elle vivn,
ct de ITnion amri
c:nnt\s3iiis que l'ombre
colossale de s* grande
voifcine la fasse dispa*
ratre dans la lumire
resplendissante de l'Ar-
chipel des Antilles.
A. FIRMIN
Baiser de l'Aieul
ET
do 11 Ocire M-\m
Suite. Voir ko du 13 Octobre
_ic'tait annonc, la |.1(
i reprsentation du Baiser de
ii, la pice en trois actes de
^collaborateur et ami Doraini-
ppolite, en littrature Pierre
l a eu lieu avant hier aoir
^Varits-
rLou audain, dans une mi
de mauvaise humeur contre
DtJistes, crivit nagure q u
ODS pour principe uechnie.
nclies, les jouis de fte et
de pluie II lui faudra,
r maintenant que les salles de
nous ont pris la dernier?
ice rglement si oroche du
eot Cependant Ciu-Vari
ip cbm ce son-l- Ces
trs grand succs pour Mi
Brvilie d'avoir eu poir s
i m aile presque omplte
* fort orag* qui menaait e-
I furieusement peu apr^
Joli coupa avaieut t frap-
fci bien dangereux d illeur
ieatun succj de cuiio>i
Ulnqud demandant tr i
pleinement; uq succs de
loolig l'auteur a donner
* ^^^^^
|Unioa Patriotique
roy ; 0 Motl. o est ton aiguillou
Amour, o est ta victoire!
"u doit reconnatre sans hsita-
uuuuii lecouoaitre sans hsita- J------' ""nuire ies m t'.a
tioa les qualits assez rares d'cri- dot sera ,aile l'oewe de demain,
turc el de tacture qui font du Baiser D'ns ce P"7i ce qui tue, c'est la
i i? w u.? 8PdCtacle vraiment Peur d" responsabiliss, la peur d'-
agiale. Mr Pierre Brvilie y mon- crue ce qu'on peose, ce do I
Ba.CS h*bl,6l d'g0e del0e PW... Si ce petit ,-u devait cot
Jauala dveloppement des dialoguai nuer fop io^temo ce
Li attA* -_db.tPdepu,f lon^emen
de son gagne-pain ; il s'y rsigne,
puisqu'il ne peut faire au remen
mais attend I heure o il lui sera
permis de s'en vader. Ce dsaccord
entre la main et le cerveau n*l d'un
ttrciisement des conceptions meo
laies Au lieu d. se considrer corn '
En tablissant la coutume de la rD nDMU dans la chane des ph1. ^n vue d la visite prochiine de
ttm obliSattre, on rend ua grand J0?1 ,es sociaux, l'ouvrier, ( il f.u [ Vom:T1,ss,oa snatoriale des Etat-
service ce pays en inciti ru " ire aoeti le profss.onnel hb Uaii' 'Union Patriotique compt
nesse scolaire i penser publique- *" *'! a iixi PAt av0 r '* mm: sur-,a Presse de Port au Prince pour
il le* Il Offaeita\ m*i.1^_ '
)
ment, construire
les m t'iaux
pays, qui
,...... eputs long emps dans une
rtieu de plus ais que de .,, r
pense toujours claire dans uue toi- ra j. %tn,
AS limpide, facile et vivant- ue V d, ,l,fnc- J>s voe
promesses non q'uivo " "fluels D0US ont l ivk d'ue
faon pre-nptoire
JoniladBs promesses uon
qjes et qui aom du meilleur augure
pour la carrire dramatique db Mr
Pierre lire ville-
Les acteurs et actrices se sont as-
que lindil^rence
Wl VU dlit social, qui disauauti; le^
individus et les peuples, en les ren-
dant ous, inexistant?.
Par la ihse de mdecine. no3 j;u
quittes de leur ,Ole avec une con7- ns mdec aPP end:on\ peus'e?
Cieuce et un ai auxquels il est imr i rirp o, : ?* j penser,
de rendre nomuuge. Mme LilyTa" ui 2 L ?' ^^ de l,Ura'
ay a ti ne Mme BeauregVr char "^ ^' Cest
mautidinouou et de naturel. Mr P ,q L on^pte "
FimitrAm i nu un uinKi u____ *- uepaiien
le premier
U ---- - ~K.U1< I. 41,
. A'ierre.An.oine, un Michel Baure
gara avec des acceu a pifoia vrai-
meut tragiques. Mme de Pradine
ine Jeaouet e pieiue de jtse. Ton
it rusi.
du baiser de 1
"par une aituatiou ,r.,
K?l_e-^,foiIu.e,lePar"e chea ou Hop prcites chez quel f bt : Ie manque d lments din.'orm
quea-uus
Dpaitement de Instruction
rubl que ftait une bonne action en
JigantU thse de rrfdic.ne, con-
formment l'artitle io de la loi
sur Renseignement mdical. C'est
l ,e"rs l.caii!C service auxludiaoU
en
Milure
er.ulu ) ai oage qu-4 SQl m
t't Dersonnel. U ne vol pas au-
JH1. Domin par i individualisme,
il ne compiend d autre mobile ci
n'est m que par cclui-li. Cet e ide
argt et juste qu'il apparttem une
sorte de copfdration gnrale d li
proincuon s-ateioi devant cette ide
euoiU ct lausse qu'.l fait paitie
J'uiie classe en hostilit avec une au
tre classe. Ujc Klfl Marx nos ait in
f.'d par ce te fo.mu!e de guerre ci
vile, cela !,e comprend. Un tonne
nimt plus grand nous saiiit a voir
des Wanais se rc amer d'une vue
sociale aussi mauif;stement erroue.
L'idal, dans toute technique I
implique soa attach.-ment aux coj'
ditioni d'une peitrctioa totale. Tout
travail est producteur ; en assurer
lexcuttoi de manire l'oftnr i
J tat de chef davre est la meil-
leure mani e de collaborer au :-
sou de production qui sollicite les
d.ve.rses formes de l'activit humv
ne. S ulement ce degr d'achev
mentglor:eux ne peut tre ob.enu
que sous la pression d'un ifort d
JM la grande minifestatioa proiete
1 arrivs de la Commissioa soit di
gne de la Gapitile de la Rpublique.
b'Ie espre que toute la Presse fera
Mo: avec elle pour obtenir des auto
r.ts comptentes l'interdiction se
vre I tri bref dlai de cette igno
mime, d ce scandale qui souille
notre rade et que nous n'avons ia
mais coaau p.njant plus d'un a'-lc
'indpendance: des canots rempli,
de jeunes ga'c>ni,d'hommes demi
ou compltement nus, circulent au
lourdes paquebo:s trangers poftr la
p:he aux sous, i U profonde indi
gnatiou des passagres et des pas a
gers (ni se respecient.i
-- Convocation du Comit leudi
iprs midi a 3 hrl2 en la (maison
prive de l'Administrateur dleu
sire i Peu de Chose. aecSaf.
es
*a qui stimule et qui comprend
cxcie 1 mulation de chacun eu
nar i, iii/A, '".......... '......' ""'' i"ii-'mm uiu ijijei -- / "..,,., ; 0ruiu- '" Rf%*dtaiaxit joaoa'd la hame con
SS ?-"z "- =' ^p pi'rtni!rter M SJ'.'Stf:
Mttetttaol imponant que celui
qui sea trouve dmuni risque (oit
t\aeAPlS !rr,ver a d*"'nation.noei
eot;ndo as /* JM^j ja/w ^ carrti
' LS ^'fiwults de i* v,e quoti
velopp avec tnscit. Il faot une am d.enne ooimnolilesgronneneoS
profesro.nelso.orgaaise^e bn
comuxi. combat trop exclusive .Dt
g.gaupo.ntdevuematiiera
rons-aous sans ambiges. Ce ne"
l[Je Michel Itjauregard on
r* plus heaux lves poui
JMui eofatit qui leur reste.
J Bautegard, ce dis eutou
se laisse dominer par
de la db mche : la f-in
M Jeu. Et alori Mme
agisse de la sorte, quel rendement
^uj suprieur sortira de cette sv
des travaux 10
pas travailler seu
mais aussi pour la
..-^-v w tre aom.ne, comman--cwiaillua*ute. "de apparat la ore cause.
Une f.utpas non plus omettre " ''"^l. Comme | afr ait ** *< Ea la formulant, notre msat de sa dext'r.t- , ,
daus ce compt.-rendu les autres par yec une |uslesse parfute du na f** de la Rpublique a a '0*Mi Mat m procid, J?i. "e*
lies du programma. Car. a Que- Jacouri prononc a Strasbourg. M. Mama implicitement RodiTidoau ka^loSSEItr"^^^^
point tout que se fu?e llItnrC
honoraires couvenabies, iltautqae
UTaX TS/W:iie- L* "aomdu
praticien dride du cho.x. Mils ce re
non qui croirait quil est iJapji
ment appuy sur une supuom
technique? Pour le chirurgien
peut tre. Ds qu'un mdecin efte
se, on ne s'eoquiert plus seule
IN rappelle avec aDgo.aae Varits,1 ce ne tut paa aeul MulerandVPrsident cl
lesatHubiance tait fiap! ment la premire du Baiser de que francise. une Urlmi
teeiUin^d,?d,d' un?'!'6ul' ora une fte o quelle s ni m sauraulre
taon- AuUre' le Jur ou Kloqueu;e, ivprseute par Mr S.e diaU --------m-', .
5f?*B u> m fat preeente'nu V.ncan- la Posie par Mr Juat- i vraim S *u-d" *< lui-mme, le dti
*^l3Br""'-......- _[lfst vraiment rare d en'e idre une!che ^'ement de la chaie
------ -" un -- --^w.1414c a coa "*-*SI auui ses procd ili,i-.r
jrubonrg. l.H*jJ implicitement l'.ndividual.s bwt. sa dro.tare. aVCv.at "?
e la Ripubl me !*'?fafe Mu * 1 Pmi ^ 'M, la Facult de Mdecine-
^''fw fuito Rvolution. Car l'idal est la gran d son ense.gnemeot, s'aonlinuaf.'
re spare de l, Jj P*"jda.les qui, en levant l'rom * lancer dans 1? carrire 2a ml.
,rae au-dessus A* i..i_^a~.. i_ ... f-m.^..!... _. ,. * uca men
l*neiie euigme/
"JlUa du aug, le pre
^*Poe, avec uua raideur
BiPe, ce qu'il croit tre
l'i^aT j ., ., ^a neuecine,
1 idal se double d'une moralit plus
haute et plus vaste pirce qu loL.li
gjtioa de la l:bo htb.lement rem
plie. Il superpose l'adjonction de m
rites du cuear doat as que faire l'ou
vner manuel ; dvouement, oubli,
de soi, courage, dsintiressement. Et!
le h iDiui Am -.. _ 1 .. i
programme , _.^ ....,,,,, --. -----------.^.. ,. u urs -_r...,,.,. ,,. l:. ,VJ1( l]ai { j ,
nous fti la surprise de due en l.erme> tis heureux par le Journal ise surpasser et partant la liant. ,
rauta .1 en a prououc pluaieuts des Prat.ciens de Paris: .t de la conscience fi! midi?"
laid T *1"" v,w" D" mi,1,er8 "~ ,0Qt UQ0 coucluuion tout L;s d f:ults du t-mpj D-sent i""lal J"-kl- J'--
leim,U1la ^Ub 'ducation indique.) pour ca compte reuda. lis ptovieoneut en rande eariia .lo a
^jnipleade au vie d lion ont t la feia uue prface et uu vorce entre l'a enmtuL%2 a
JU mre voudrait essacou1.n3nta.re de la .ljede Brev.lte. une uchniaueV /, r!?i "P .re par
/.'"Peu de leudraiee. Ou pourrait appeler ea brve confd- n" "'l P J qUl lanune'
eanoA^6 B"gwd s'a- reuce uu plaidoyer pour la tolran- zA J?tt? lC,. drcsse conlre
gn8d,e 8ft mBUl.eiie Bn U. Avec une ironje pre-que froce, lef "lui 1UI iexerce.dit sage
"" redevient un jeune Mr V nceot a t'ait remarquer que. mcul UQ ldacteur du Journal des
L^jmille : il pouse sa (quoique nos auteurs et artisteasoieu rMciens 4. Sis mains soat i son
JJj j." coonau les joies-pleins de pr.eution, leur contnhu- luv*i ses aspirations ailleurs. Il aC
in !" De"reux-- heu-; lion au dveloppement de la p ut ait Geo. ge Liou /hunniue e t plus qu impercepi,D|e
'n iroisima acte Rri et ngligeable- tt pour le moutrer - - ,
laea'K? t?uain e- '" **W16 U Ho!lde e.' haiti Lil oonc au premier acte et la mir n.1
snSLi ",eveut rfeC,JU fcl v"te- tt ra,80Q' a itle r,0u co.niilaaam. nVnf ^q
^mfd*'? Iu,lte tVlde'f "W Mf Cel igQOre ,e 8i,n, Pet K aTsfpou0 rau ^
n^mll^Jf'0MHd^ groupe de / Aswr Asi.s et.il est lut reprocher une technique mco
^Biiiii? al,on morale b,en pr9 de charger de Me 1>ierre Plle. urtout la aa des dea aS?
^S*nd Ct ,-V4r" ,BrVi"e l0^90'861, ^oneelle cole II nous pardonnera cerfame ent
^2? ?h ?8.a01'8 d Aq- I'u,,,rd ba;.eone. Mais Pierre Br cette esquisse de critique qui % ?i
'Mai . Ul 'ye-mort, ville ee rappellera sans peine Tac vrit, reprsente peu de choie au
t^nianri J?arL,ed8DB0 ceot raGU8eme.it noniqne. rosse, regard de 1 e .semble et du mriu1
^dl d8Da'Qepour humoristique faturiste de la *on gnral de la pice.
U nia^ iChlbald D'8at tereDCe drt M*' Vinct et il s'Hffor- Et oui, ue pouvons-nous pas dire '
1. H'ece de Pieare Br cera d^ juger lui mme si p.c-^ aveu certain personnage de Lab ctie:
i' M mauire avec m lartiait. vut tre pourrait -A quoi sert d'avoir dd. ami* a. on
ans complet -, aussi bien arrai de
science que de-ir. Qjj s'occupe
aU,?!lrd- dt ccttc -s.t S?
tmtded.f:ultsatteaient |, dbu
tant, n est-ce point en partie cts
lacunes d ducation qu',1 1 doit?
U presse Swientlqoa vt donn
pour mission de conger. dans Ja m!
sure^du passible, ces dfeetnosi^
delease.gaemeot. Ici mme, nout
che chons J munir le praticien d!
de gnrales justes qu. prierv
'*Peo S "6 ,Piejre Bre cera ds i88r lui meme pic-' aveu certain personnage de Lab eue-' ZZT des h "ai ,^:r^0U^?,ierdp?fr,,,nt,tr^!|,M luur dra - A rr^c^^^^-^i
""de Jean Berthe- entre le drame paychologiqas an dsagrables?.. IrArJ"- iM^a^?>UaUni2
m i ....."'uucui, c - ui scraiear amerem it r.^r-
leb,gag;de ces qualits moralesIhs. car il connat ie. ,?f*le!prJJ
_______________ifef*,kS" de ifWn*i s ,bl ------------------------------,-----------. ;lnt sur la plus innocente d; SCi il
jasions L'exprience ens,,ne 5,?!
.. Le mdeem praticien qui soiK.,e les travail ,U.e ' COnseils.c'est enteiJu Oiin I
eurs manuels et mielleciueU en leurJo-ioant de m ne. le oratM'n lll* 2 '
U sant, n, lamelle tout travail es. impoiblc nii^ in,i P- V ** fPtant cha
ou en mculquant les notions dHvg.cn. per' *" l0if *" UDe h 3iq le oe /aut
permettent d viter les maladies, ie mdecin wa;QU'cUiri par ua ;Je ,/ *"ul
ticen. dans ce double rle si levo. aTkarnS chan^ H- *k u "U'-4 t0'i,e
producteur par excellence. g"d C.D "" dlJ dbucher m J.ili aon-^ol
.A la h i de se, longues jo-ir-ve, En temps de pa.x comme en temps de fotrrt \i0ar< la Satisfaction de Sa ti:h.' no
feIBidt(iaf11!"di^uble'u'> b.emeat a-complie. n'aura naa ,i.
Dc.sion du c.mp de Bslpque. Napolon UVOt nonr nUt A* u P CUle
oiHk au marclul Jourdan que la san^ d POUT Cllst de chasser toute
T"a u e*/e?ncm' t" SrV^-S ^:.i ,mcrfume de soa Int. L JS
~A-aWllit^^ ^$^iourt.ch!" d^ couronner
^r,.j^^s j;-ji d i-fi-T. TES
Pau on pourrait tout auss. bien d.re : A .aoi Jc' l " '"" lf2j\
nommes mibdu nui -______ .. _
U Fraooii UALES'JOUR.
C Lajindtmatn)

**


fi MATIN
*.
Parisiana
IIEUDI
Une volont
4 parties
2 par.iea
Entre a. 1
* CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
il n'y a rien de tel comme
i
L'EMULSION DE SCOTT
432
arrestation fa
Etienne Matta
Nous avonsMinfornuA'*
talion hier ver* midi diu i "
Ma'hon 'I
Noua iguorons 0QI qQ||.
pauon; maia noue fornSS
que les rsultats dlit
soient favorables.
Bonne rcomur,
11 t perdu, dani b 3
Douane la Rue Aujric!]
u ieities h un pe ti i namJ
dresse de Mlle LaoraLaaoJ
Borne rcompenie est nm
qui Iea rapportera tu hS
journal. '
N'oubliez pas que c'est : jeudi i,
Octobrt 7 heures i,a prcises qui
nos talentueux Chansonniers MM
Guitton et Charioo donnent leu>
soire au piofit de la Socit Irai
aise de Secours Mutuels et de tiiei
laisance, l'Asile Franais.
Pressez-vous d'achttcr vos car'es,
il n'en sera pas vendues i l-cnirte
i'rogramme de Slection.
Port au Prince, 7 octobre 1981
Monsieur le Directeur,
Pour vous put mtre de renne-
fZo>r In public eut les opration* d
la Commission d'Eoqi>tesnatorial<
noua voua envoyons sous ce couver'
de la dermeie lettre reue de Mi
Angel, notre avocat cenneil anprt
Vf la Commission EHe rat pub ie'
Veuilltz agrer, avec noa meilleun
iemeiciemet.te, nos cordiales cm
Jila.
Four rAdm*riatrat Hermann CHAN Y
Secrtaire pamculier du Coun >
' (fi w Yoik, 20 septembre 1921
Mon cher Maiire Sylvain,
Jo rf<;jis sujourdhui votre tain
du 17 b-pteiubre et le docnmen
q l'elle con'ieat et je note avec grain
lutit leur contenu. J'ai commoi>
que (''! tlphone la substance d
vo re lettre el du document du D
Gruemng. U me dit qu il a reu I.
Viiaur expdie.
Je ne veux pas insister pour qu<
laaonne entire de P. ot J000 m
aoit psye avant,mon dpart pou
- Hati parce que ce ne s> rait gu
uisunaab e dans les circonstance)
aciue las Je dois vous dire tout- i i
que je ne pourrai paa m>bsenter d
Lue ittlaireaet de ce paya aussi Ion,
tain, s moins qu'une rorame ad
quate pour couvrir nos dpens t-
et nue cettiine portion de mea h
ijerairs soit paye d'avacce
J'ai reu avec beaucoup d intr*
la lettre adresse au Saateur M k
Cormick, Piaident de la Commis
ion. dans laquelle vous indiqua
e'uigence la ncessit que quelque*
asaurancea soient faites pour prou
gar Iea tmoina Comme j ai dit daot-
une lettre Mr tincent aujourd'hui
je praenterai ce mmoire a la Coi
lissiou aa proche lue aance le 4
lictobre et ferai tout ce qui eat en
mou pouvoir poar porter la Com
mieaion prend ie Iea m usure* n
caaaairea. Je ne peux, neturell*meu
paa dire maintenant ee que le Comit
fera, maie je suis au moins confiant.
En gnral, j'eape beaucoup que
mous auroosune lis bonne posi ioi
devant la Commission W*ih'i g'm
J'ai conssci la plus grand partie
de mou >eiii|i* tudier toute I affejn
pendant le imoib pass et j'ai bien
l'eaprit l'apeiu des principaux fait
et acteui!* du draina. J ai quelque
uqijm tmoins qui vont comparatre
Weeliir gion et j'ai demand la
CQnimuoon de citer un certain
nombre d ofhc ers de marine et du
Corpa de Marines et de fonctionnai
ree du Gouvernement de Wilaoo
Les citation- tient pas encore t
envoyes, msia le Snateur Mac Cor
micU in'ent que tout v-\* ora
arrasigi' poar la r union da4 Uatobre
de la couamiseton-
Je voua (tendrai au conrsut de
toua Iea dveloppements et verrai
qtie des copie d journaui rsppor
Un' les iuterrcgitoiree vous soient
expdies Mr Villard et prsent
eu vacances, ui.h 1 D (i ueoinge
aea Aasocis travallent irs pgou
reu-euient sur tous les aspec's de
l'aft ire. I sente it que le travail
eat naturellement contrari par mn k Aiu j
que de fonds msia avec leurs o "l!atj0 de
limits, ila font tou ce qii et'. ; h
*i>>'., je vous assu-e.
J'jspre vec p'aiair vous teoco"
trer prochainement, vo il et voa
aaucis I >rt au Prince
Sincrement vo re,
Si^u Eroeat ASGELL
Toussaint- Louverture Nouvelles Etrangre
Gouverneur de St-Domiogi'O
l
PAR CABLE
I e gnral Louverture arriva entra ns U lustic ; ai-je donc t accus
u Hautdn Cap. jeu un coup d'ce 1 d'iojis'ice ? I
ur la ville, il put remarquer Cte _c Voici le texte de votre procla j
listancedess;gnes itempsde malaise; motion .
nais il croyait arriver Descendu de) r Quoi exclama Hdeuvilli: \
heval.i'remitlabndeaux trompettes Comment avezvous obtenu ce doeoi
le son escorte, en leur ordonnant men\ ? H est eicore enferm dins'
l'aller swn htel, Place Mont Ar- m0n colre. ,
.her et d'aonoccer l'approche de' c Cependant. rpliqua le G'!
on Secrtaire et de son E'at major; nral Louvertur\ tout ce qu'il con
et d'aller en u.te aox Casernes o il lient est dj connu partout dm* la
Les Cours
PARIS 10 Sterling 52.S4
DolUl i) 66
NEW-YORK- Franc i> s'*
S'erliog },86
PARIS II-- S *r!ing si 6i n
Do'lar ij.6f
prsenterait bientt.
1) -* eu'il eut m s un peu d'ordre
1 sa toilette, il aniva inopinmeot
dans les jardins du Palais du Ci du* e
jement par une barrire latrale,
itiri d'avoir une entrevue avec le
Commissaire Hdouville avant qu'il
oui 're interrompu ar des person-
nes venant de la ville.
Il Jo.niHe tut su:pris d: voir
Tous air.t Louverture d va it lui de
*ranJ m tin 11 se divertissait en ce
noment en comp.-g-ne de deux ou
rois de s-s ofciers.
t |e vous pri? de m'ex:eser
Commissaire d.t Toussaiot en s'ap
prochantsi je me prsente ainsi pu
an chemin latral; mais cest nces
aire La crise, p'te clater, deman
le que nous soyons parfaitement
l'accord sur les mesures prendre,
'vaut de pa'.i re ea public 1 est
tes nnpo tant que ion sache que
nous agssonsd: car.c vt. C'est notre
ierore chan.e jour la scurit pu
b ique
cCrise scur t publique pa-
ratre en puuiic exclama Hdou-
"lie le vous assure, Gnra1, que
je n'ai pas l'intention de sortir d'ici
co on e Les noirs de Sut Dom n
gue seraient aussi stiinides o,as vous
les supposez |s'ils n'avaient pasti1
alarms, en aporenant que vous av.z
termin votre prorlamation, en leorj
imposant cinq annes d* servrtd"
sur les p'antations des Ci'or, avirl
d'ob enir leur comp'te liber
le prces'e contre une piri 1^
interpr'ation. le n'ai jimus tv d;
remettre les no ri d cette colone
en servitude.
le veui bien le croire, m''*
les mesures que vous prescriv /.
dins votre p'o:lamat'on dmonrr*nt
votre aveuglement propM de leu-s
corsquences invitab es; elles o 't
une rontralic'ioa dr votre pro'.***
tion. !<: vous invite publier p'u et
ce document que [s vous com m ini
que.
Ao^s avo;r'ula nroclamation q"*
lu-offrait le Ct*n'al I o i vertu re l;
Commissaire Hidouville 'a d'hra
aves mauvaise humeur et la lu'i
sux pieds, en dclarant que jira.is il
n avait r<*u un tel agron'.
t Votre mouvement d'ind gna
tion et vos paroles so't inconsidrs
rt inutiles, Monsieur leCommissaire.
Les (nlesUlisiK {rA)c-peru>ieiat i
La Haye. La cour m
nalionale ri'arbilrage a
d'isijn au sujet de ditl
rclamations des cong
Iranaists contrelegouw
pruvien. A l'exception e
NEW-YORK u S er'in^ 3 8588 rclaan'iis sans importai
cour a r des franaises et a dside
Franc 13 63
La confrence
dv Wanhingto
L] pi m rh M. H'Jfhej
)
PARIS 11-- le conseil
ir*s a d^-> l q-re l'am m
g* 1 *r a i Huit iraient la
de Wrbi -g on.
L\HAE 12 Le miniit e
(lires trangres affrm que
lande enverra des dlgu;
lrence en vu de la
quest'on; d'Eitriv
Prou pa/erail l.H.OOO.OOO
qui seraient distribues pa(|j
ce aux crditeurs frinait.j
Un-3 des principales
est relie Dreyfus Irres
don! les rcUuiitiois cool
gou^erriemen^ pruvien
pur eut s. d^s :;oQ'ra'spj(
ploi iiion du g iano el ren
a i3y D'aprs ljs termes
:on*Heision daujourd'hui le 1
dis-c ission des ; devra payer I >s 25 uO l'UOOjj
O ient. la r'en cinq annuls de cinq mil
d*s mini
Bon n r*
conf-reac*
s af
H^l
ivant^ le soir. Il fera trs chaud au- l'-jou'eiai q-ie mon secrtaire fait
jourd'hui. La crise en question, est-1 imprimer en ce moment le document
elle due la temprature ambiante* que je vous ai communiqu
s Ne plaisantons pas, Commis < Allez vous oser mettre moi
saire I Messieurs, continua-t il.
en se tournant vers les olliciers pr
lents, qui riaient, |e vous prie,
pas de l'gcre es Le moment
uo g ave pour l'hilarit ou
oeil* ne t^mps.
ncm une proclamation que je n'ai
pas signe ?
Evidemment, non;car !e mien
e>t sullira, si vous m'y obligez
une; Aprs cette rponse catgorique,
Hdouville s* radoucit, et donna, des
po-"e sua en'-ove demain.
WVSHINGTOM Le secrtair- Hu
gh :s a coivoqu les reprsentant
amiicains 4 la confience sur U li
mituion des armements.Le tinstt^f
Lodge confra hier avec le psiden
Hudir. Les dbats su ont Callam
I* plus am ca'e Je p"l et d autre car
le rsultat qu on dn t ob nir n'e*t
p s une i-e'du io- d t'- ra-le vot'
de U m | >' l!; 'e< rep sen'an's amj
r'cam' s'rf'o c-ront de ne pas pira
tri d< m ner les db ts e 01 esp e-
qi'il ea sera de ma ne des aOt'M d
lg ton<
BRUXHL'E MVi F'anqu d- la
Sic-t gnrale d; le Blg'qn-*, Car
te-, de la b.rque dO itre M r. se
joifid on i l-amb ss.deur de ri-'g
que i W ihing on 1,0ur reprsente^
U Bi g que la conltence.
Aprs les observations de Tous- ordres voix basses deux de ss
saint Louverture au Commissaire officiers L'un d'eux se rendit d U
Hiouville entour de s s officiers, cour des Casernes du Gouv raem ;nt
sur la gravit de la s.tuatioo, il lui t Mais, je me deminde ce qui
demanda an entre t en en particulier, vous rpugne tant dans ma do; am t
Vo'ootieis rpondit le Com -i tion, Gnral Louverture ;
missaire- Cependan ces messiems c le mis persuad que vous l'igno
ne voudraient, pour rien au moade,' rezenrtlet: c'esteequiprouvesurabon
ptrdie l'occurrence d'entendre les damment qu'i'ne voasresteplus q t'i
nouv lies que vous m'apporb z puis- retourner en France, rpiqua ner
qu'elles sont graves Est ce qu'o giquement leCommindant enchef de
allait romb ne un; nouvelle insur Saint Domngue.
rection ? | j t Aimirabe! Et je vous laissai
En etlet;miis vous l'avez pro- seul au gouvernement de la Colo
voque. Les cultivateurs de 'a Plaine nie } lui dit ironiquement le Com
iu Nord sont en marche, tt dans m ssaire Hdouville
quatre heures la ville du Cap sera' c En ttt, rpondit Louverture.
mise 1 sac, si vous n'annulez pas la Si vous le demandez aux colon.
proclamation que vous comptez pu- blancs, ils vous d ront en gr. nie mi
Proniatoris militaires
franaises
L^ gnral Nivelle, ancien gnr
lissune, e t ol^c hars cadre.
Le gnral Mollet, d refirent de l
commis en de contrle Berlin, es
nomm memb edu corseji suprieur
d la guerre. Le gnral No'let con
serve ses fonci-o s de p'sident de
la cornm'son de coalr'e.
I e Tomhnuu 'la
St Juan est -etrouva
D:s touill'
ae fraies chique.
Hommage an.ir.eatt>
soldat inconnu anglj
L0ND1ES. Ln fo'eic. olllj
nonc4 b " q<\a 'e g5ri'"l
viendra i I 011'<*- a^snt |*i
bre ooar placer la inMsille
"'ir vtAi par h cnng-
U ils sur la t >mbe d 1 sV^ti^
"nilis a l'abb y* de Weita
L< loreign office a"asi p1
dclaration eioliquant le W
vue ang'aia au sujet de. Il
qui ont causa on mtlentendij
oos de la visita du gnral,'
On me que le gouvernement i
Msiest ait t.rd a'ceptif I
daille, on fa*t remrqrj<"' q#|
C'irzjn, mini.'re d< af'ifHJ
gire. a rpondu la notifie
gouvernement ara^ricsio, 1
de IVtribu ioi de la ran
exprime une profonds m>J
paurla draircbe du oogri
"Victoir gracfM:
ATH8NES Commanic
cielie d 1 7 annote of*
grutque terminant une
iille comm^nc^i U w-
1 d*ns la rg'on d Afiam M1
Les turcs debirdesda
nsrdimnortants forceign
bmo -n retnie sur tDJt
vers l'est et sud est.
une MiwfestatiQS iti
blier aujourd'hui H faudra t au con
traite signer maintenant celle que je
vous apporte.
Puis, le Gnral Louverture s'a
joiit, que \t puis les gouverner, tan
dis que vos erreur* i Saint Dcm'n
gue prouvent que vous tes inapt:
aux adaires dei noirs |e m'imagu;e
dressant aux officiers d'Hdouville que vous ne le croy z pas, que l.-s
leut dit : Vens pensez, peut tre, officiers de votre entourage pensent
que c'e>t moi qui ai soulev c uvaieurs ? Vous faites erreur; car ils gands voulaient s engager i satsii
igno:ent e icoie que |i suis ici,en ce d>ns son camp le Commandant en
moment, dans U Nord Ils sont p'u Chef, tout serai au mieux dans h
6 f isuar' que je suis dacs le Sctd eotonte Eh b;en ils peuvent essiyer
de lie i la poursuite du Gnrai de jouer aux b-iginds, en m'artmt
e suis vnu i 1 improvitr, ici mne leictt' garantis tout f >is.
ta her d'enrayer ce mouve qu'aprs ce triit d'audace. 1* flia di
ment grave. Vous l'av.z provoqu. Cap serait enlmm':e au point qa il
Monsieur le Com nis*iirc, stns vous vous faudrait fur oa. sans d'-ti.
en douter Je ne ;o'ti'ai pas, apri l)i"s tout"s ls rpliques touj ^urs
notre enl'iten. I pe dure main anp-p' es. Toussaint Louverture la *
sans la jj ti e de l'aal e sa t 1 sting-tei l'tspritd'un homme eii
t Qu'entecd-z veu-, Gnral, par vivaitl'poqu* hroiquede notre h j
s archeo'og'q les (fie:
tues Enh e ont mis i jour
cypte qu< est consd'e commej FIUVIE. Mr R ccirdi ^'*
tint le tomb-au de St Jeia l'E/m fut rcaram^nt lu uraside1
glistr. VP| tat indnendsnt de r
reu un message do roi J
SlIPP&a ponnnnold rasnuel dana hqael le W
OfXt,cKff (S/Hl-'inols priai-Ba confianceqoe des 1
it\L M/r/ir cnrlialei seront muoteoi
UU JI/'roC,lP.Pee-Fiume. fi Efli,
MADRID L.s B.wgn,! ont occu! WnJ&'2 ** ~
p le^montGo.rougou et dgsg* Kiatf K*^ ofl^
ainsi Melilla.
JM.
jourd'hm leur visite
provincis refouves et ou*
' un accueil ehilenreni.
La mission ffi
toire. d'un personnage reprsentatif r*'*Anhi\
expumint lej iles de l'ambiance. 8C rt afi'O "'
C'est ainsi qu' 1 |aut Co sidrer Le I RIO DE JANEIRO Ugg
Premier d-s Noirs sous cel ange gh est arriv hier bar d^,
afin de mieux esquisser le portrait Jules Michelet Iaoeif0.u J
de tl'bomme du momtnt de compren par le prsident Pfs'0* v
dre les circonstance sociales de a 'mis une le'tre 'W:(9*
g'oneus: tt courte
annales.
carr e dans nos
J. R CHENET
(A su vr")
sidenldelaiprbiqoffMP.
prsident Pero a d* (
enl'hm eurdug^-11' if'
sjurneradui3UisiK


Troti
MAT M
\La fte annuelle de
VAmict le du Petit
Sminaire
Nous crovens savoir que la fte de
l'Amicale de St Martial se donnera
le samedi 29 octobre 4 Parisiana,-
coincidant naturellement avec la ses
sion de cette anne.
Elle promet d tre aussi brillante a
en juger par les prparatifs.
Une nouvelle reprsentation
fcSfcclu Baiser de lAieul
Beau
ieauccupde personpts,emp:hes
l'autre soir.en raison de l'orage.d'aller
assister la nouvelle reprsentation
de celte pice, nous demandent d'
tre leur interprte auprs de Mi
Pierre Brville et l'administration dr
Cin Varits pour demander que la
soire de mardi soit renouvele le
plus lot possible.
Nous transmettons volontiers ce
dsir, qu'il sera facile pensons nous,
de satisfaire samedi.

BOUQUETS:
..Iw ii mal. Vf mie. Oui
mm jU. L'Anntmu memtllltu
L'Amou' im U (Saur
EXTRAITS
ftlM. Mimo.a. VltUut. Cutlmmm. lotmir,. UUt.
I. Irl,. Httolrott. Ckgpit.
THM rr/umertr, n Cant Magtslm
Vaillant $ Houet
A gents gnraux pour Hati
\ Octobre 1806
17 Octobre 1921
Htm prt pour la russite de la
'en du 17 Octtkre Us stciitis
einsi que les personnes qui
1 apporter leur qute part en
ut couronnes, peuvent s'adresser
toeu comit d organisation sxserue
1 derrire du Sminaire Ao 1559
pil est presqu entendu que ce jour
1*m chmage gnral nous es
fe chaque tablissement Scolaire
Mil enverra une d galton dltves
Whltront la tdcbi des membres du
ftil'tMisation pour le transport
yjKrs
[Parisiana
11/ Octobre d 7 heures du soir
Imper eur
Dessaline
* 2 ttes de \4 as sillon Coicou
.leiiliiP Lui
Bureau de 1 Agent General
Port au Prince, le il Octobre 19'2l
BULLETIN No 101
Le s/s COLON est attendu d Port
au Prince Jeudi Matin le 13 Octobre
1921, venant directement de A.-Y.,
avec :
110 tonnes de marchandises
27 passagers
136 sacs de lettres,
et partira dans i'aprs midi du mme
jour pour Crittobal, C- Z, directe
ment
. B. THOMPSON
Agent Gnrt.
Me DjC
Nouveauts chez Antoine Talamas
1-e sieur ANTOINE TALAMAS, tout rcemment arriv de New-Tork,
e plaisir d'annoncer i sa nombreuse clien le, qu'il a apport un nouveau
stock, de toute ficesse et de toute fracheur, comme on le Titre ptl Iti
articles suivants :
Fulton Shoe Polish Company Inc
New-Yoh
Si vous voulez protger rla peau de vos
chaussures.
Si vous voulez avoir un brillant luint et
I durable.
Si vous voulez conserver la couleur et la sou-
plesse de ces chaBs*ure pendant longtemps,
employez la marque MONOC/2\M.
fabrique spcialem.ut pour le;
dames *lles gemlemen du high life,
Elle protge le peau des chaussures con're l'humidit et II
chaleur.
Elle en'reien leur souplesse e' conserve leur brillant-
! Demaodez la marque M0X0GR4M, c'est la meilleure de toutes
les marques,
Geo. Jeansme
_____4gent exclusif pour Haiti
^edTrefriu ^^^^^ F. SjOUHl
' Donne avis sa clientle, aux mdecins et au pub'ic. qu'elle a
[enibres mivants de la Com transform son Laboratoire d Urologie en un Laboratoire de
ije contrle du Broiement Biologie appliqu sous la Direction du
*w ts anciennes raisrions t\ W}**^4 # E O^f^. a.
jjoyr bitn assister a l'ircinm'
U A.
soasme de 74X0 G le
Guillaume, Conseiller
! Joseph Avocat
Dl Poiael, membre
de la
* Pierre, membre du Syndi
iJJWntde chauge.
|2j80Dg. commeiin.
^'Dominique, Commissaire
wnernem en Appel.
[Cuoa'y' membre dU C0D*
^"al B^uvoir, Juge.
' Augustin. Notaire.
- m??' taBtion.
a* i?tD 8e fa, comme de
lUsine Glace de Foit
lfk vecdredi 14 Octobre
EJ'Heure du matin-
Ctov2!cce',e13cobre192l
iait.
de Contrle
. A louer
KtW *** dpendances- Beau
K w fruitier* et vue sur
Le Laboratoire est ouvert tous les jours de 7 brel du matin 6
heures du soir pour toutes les recherches et analyses prvales dans
l'annonce ci jointe saut pour le
Wassemana et la constante Ure Secrtaire
qui n seront reues que le mardi de chaque semaine.
S'adresser ia Pkwraacie pour les renseignements-
Analyses d'urines et Suc gastrique,
Raction de Wassermann
Rsaction de Triboulet,
Examen du sang e' du pus
Examen ds matires tcales,
Examen de crachat
AUsuraino raction
Censtan'e L'ro Scrtofre,
Recherche de Sptrochtes el de Gonocoques, etc, etc.
Voile de laine
Peplin de soie couleurs uariea
Crpe de Chine suprieur
Cipe de Chine barres
Crpe George
Soie lavable, nuances varies
Ottoman couleur
Soierie Jackard
Taffetas noir
Cbanteng pour costumes hommes
Tussor de aoie
6rgandies couleur brodes
Organdie unie, nuances varies
r%J .Swater de soie couleur
Cabardine blanc pour jupes
Tte Indien
Crpon de soie couleur
1 Voile couleur barres de soie
'Vnilfl couleur unie
Toile i drap y,4
j"? Voile jour couleur
MonBselilie barres couleur
Toile blanc U -s varies pour Ijupes
Nansouk blanc
Hercale
Flanelle qualits varies
i
Indienne barrt
rill tuasor
Satinette Henri
[Indienne couleur
Toile matelas
t Duck blanc
Palmbeach, nuencea varies
Chemises hommes, toutes qualits
Chemisettes i hommes ^J
Serviettes de bain
N| Bas de soie
Bas mercerizs
i: ia coton
Chaussettes de aoie
Chaussettes mercerues
Chaussettes coton
Chapeaux de laine honnies
Chapeaux de paille homme
Cravates nuanas varies
Bretelles qualits suprieures
llouapes toutes dimensions
Sjuliera ft hommes.quati's varies
Tapis cirs
Souliers pour bb*
Lotion Puer, Armour, Colgate
r.t d'autres ar:icles de choix.
La maison garaniit, cornue toujours, le meilleur prix possible sa
nombreuse clientle!
Nulle part, on u-> peut troiver des articles d une telle beaut meilleur
compte que chez Antoine Ta'amas.
Accourez y vite.
15 Octobre dernier jour
La Maison Vincent Creidy
A t la premire faire la baisse l'anne dernire- Rappelec-vous en
La HAUSSE s annonce fornidable, mais la maison V. GBEIDY voulant
tre agrable sa iile clientle attendra jusqu'au 15 avant de suivie le
mouvement Venez en proh er.
Le stock est entiremtet renouvel dfls nouvelles tnirchandises^choisias
et achetes par M Creidy de retour de son voyage.
Crpe mtor de toute nuance
Crpe* de Chine, toute nuance
Crpe Georgette
Satin liberty blanc
Satin Barronet pour jupe blanc
Soieries lgres de toutes nuances
Crpon de soie
Crpon de soie A fleurs
Etoff s nooveautes pour jupe
Serge eoir, blanc et crme pour jupe
Cabartine blanc pour jupe
Pluoae ia blanc
Voile de toutes sortes et nouvesute
l-UH'e. simily et calicot grande larg.
suprieurs pr chemises temmes
Crpon blanc pour lingeries
Grande varit de toile blanche
pour robas
jlndienne de toates sortes
/.phir assorti couleur
Naosouknoir suprieur
Demi deuil noir
Ceignes corne suprieurs
Brosses dents suprieures 1
Bas fil pour dames
Bas coton
Diagonal noir
Granit noire
Serge bleu et noir
Casimir lger r costume d homme
Alpaga noir
Drill blanc
Kaki blanc
Kaki vert,
Kaki nour cavalier
uck vert
Cssinette noire
Grande varit de toile peur
chemises d'homme
Calicot suprieur
Grand sssortiment de chemises cou
leur, b'anch s pour hommis
Faux-cols toile, marq. Arout)
Chaussettes Ml fantaisie pr hommes
ChaussettaB coton pour hemmes
Une varit aplendide de cravatea
Jarretelles
Brete:ies police suprieures
Tapis cir b&nc et couleur
Damass pr nappe et ai itelas coul.
' Serviettes, toihttes et bain
Couverture de lits blanc et coul sup
Crpe pour deuil
Calicot suprieur grande largeur
Graud assortiment de Rubin Liberty, taffetas et iiaurs
Boa ton et royal Worcetter Corset
La maison a repris 1 agence de cette marque ranuin ne dj
si apprcie des lgantes d'ici-
v Vente en gros ' en dtail-
Dpchez vous avant la hausse
SIROP de
DESCHIENS
(Hmoglobine
tour da Sang, preaorlt
Maortur la vlmml* > au* *rruiaaz. Admit dmn Imm H6ptt*ux i Pr(
^^ DU, OMiu OaaCMUNS, t, ItM r*ul u47, r*w t fUrj
Henry Slark
Rue du Quai en face de la Gare
Cercueils
La Maison avise le public qu'elle vient de recevoir un grand
assortiment de dcorations, la meltirt e* mme de fournir des
Cercueils dcors l'extrieur et bien capitonns [intrieur partir
de 10b gourdes:
Il est noter que les cercueils sortis de ma fabrique sont capiton
ns d'une toffe importe e*pressmert pour cet usage.
Les Cercueils blancs
sont trs recommands pour les jeunrs gens.
Pour les cercueils de luxe
qui est la spcialit de la Maison, un s'entendro tuupnrs pour un
prix convenable.
Pour les commande* un es' pri de tatjrtttir direcneOt 11
maison,
Lmnuit et Us jours de fte, s'adresser au chef d atelier. M> Fliekisr
flusson, rue destrohtsFor'Syo6\2 en face deiancimneOithIrak
.... '


LE MATIN
Malgrfi la hausse
BAISSE au
GomptoJrfrauco-hailieD
V ILLAIMT s HOUET
Du 3 au 15 Octobre, seulement
sur les article suivants :
Crpe c'e Chine i
Crpe 6 eorgetle j
Zphyrs i
Indiennes .
Mouchoirs
Voiles
Aaniouks couleur
Maillots pour en/ants
Hubans
1 issu ponge
Chemises pour hommes
Ccuions divers
Solde de formes de chapeaux
Occasions ex optionnelles
NOUVEAU BAZAR"
Bue Bonne Foi
Viennent d'arriver :
Des robes da France toutes confec-
tionnes* de toutes nuances et de tou-
tes sortes.
Accourez vile Mesdames, Mesdemoi-
selles avant que te stock soit puis.
Les prix sont modrs.
DEMANDEZ
Panama Railroad Sleamsliip Line.
Service de fret el de passagers
New-York Hati
p Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920
Prenant expd
bateaux New
A.E. Paterson, _......
deatination l'exception du Miel
Un dpart par semainede New Vork directement pour Port pu Prince et uo autre n
mes pour tous le* ports d'Hai'i. Seulement p?s^age de premire classe. Lessuiyi
tout nos agents dans les principaux pors d E irope et d',< ugle/erre : "
angleterre, Ecosse et France :
MM. G.W. Shelden # Co, 17, James Street, LUk
pool, Emjlnd b
Copenhague, Danemark
MM. A.EBendix S? Co, 21, allgade, Copenhaam
Gnes Italie : ^
M M Henri Coe Clerici, Ptassa S. Mattea
lo Cnes Italie m'
Christiania Norvge :
International Speditionszelskap, Christiania. I
Hambourg A Ih magne: H.Vogemann, Hamboura
uolhenbourg Sude: *'
Aodish Express, Gothenbourq
Le chocolat en poudre *.0. B. THOMPSON/("" aene*
ou i pour Hati
Cocoa de Lehn & Fiok
Highest Purity
Absolument pur et d'un got trs agrable c'es' le meilUurr
En vente dans toutes les bonnes pharmacies et maisons de dtail,

longtemps,
Monsieur LIONEL BERMINGHl
AUX CAYES, Hati
LEHN & FINK INC RePrseu^nt d'une grande falrt
Tous produits pharmaceutiques et'lou* flUe de 1110111111S CailItC, Distille!^
articles vendables dans aie pharmacie af anime *v U i ^ ~ J ni
sP*mLiTESiiM^ aux, es machines de Glasgo
ki^^^7^ dont la renomme est faite deoui
Pud.eTalcumL*F;CesllVxtr;ne supriori m Tlfl V ^^ K**^ UUJpUl]
bon march e*c etii.
Demandes le prix courant
LYSOL : le meilleur et le plus conomique dts isinle -.tants
L dsinecJii.t employ dans tous 1rs g and hpitaux
UiVE pelile cuillere de Lys)l dtni une pin'e d'eau do:n e
la solution 1 \o (
DhUX S o|o
T/iOIV 3.0,0
(Une piMe reprsenle eimron la conienance de deux vertes
nains )
Le ^ysol s'er;;loie particulirement dins les c s de : Accouche -
ments. Tuberculose, Infection, ftlorsuns de chiens, Piqres el mur
."res d'insectes. Eruptions da la peau. Blessures Plat s, Brlures. A1JEN110N !
laie, peur I hjgine personnelle-- la Lilette, le b un. Dans les cham T ^ 1 ^^al
nies des malades, la chambra de baiu, la wa'er closet, les curie, (( Je. Il*') H 11*/))
Ayant cl aprs la balayage Pour eicalilSafift blessures dts animiux v*.m^,*y
et I tenir propres. Grand htel Restaurant
Uaws ls accouchements et les Omps d'pidmies le Lysol s'impose ,
plus que dan* lors aulres cas ' Amricaine (\o I5(J. en fa<*
Ayez toujours une solution deLysoi dxns chaque m^tt^Z STSi
chuibre dp votre apparte eut
( fcawM '/aco contient un prospectus i
Le/tw Finfc /ne. Lon H. Thbaud
Kliy YORK Agent peur Hati
Cacao Peteis
JV VENTE GLJ Vjc'or M.ngons S mon Vieux L^peHivera
L Freetan Aggerfaolm,
Porttu Prince
Offre ses services tous ceux; qui dsirent avoir .
installation de Sucrerie, Diitillerie.etc. Conditions
paiement tri avantageuses. Longs termes contre boni
garanties.
ordi Catalogues et renseignements seront envoys sur demam

?.l*2W
li< liei'i"
Ouverture samedi 8 Octobre Util]
Soin. Promptitude,
Cuitine soigne
l'lll\ MOl-KIIK
Mme GLEOPHAi S -PIERRE
Propri aue.
Pharmacie W Buch
FORT-AU F RINCE
Fitc de a Paii
Ayant reu uni forts communie de produits Pharmaceutiques tt de
'es-1 ai bonneur d'annoncer au publie en gnral et particulirement **
iunnechenteu de la Capitale et de la Province que le service de la Pbar**a
de nouveau organis comme par le pass
housnous tenons la disposition de nos clients pour Vexcution
sonne des orJonnances la vente de tous produits et spcialits bbar*.
delapfollZ '" et PUr l mcu!im de touUs comnundespour tu c
L^JT; HUilH fetrarS^re,ne,it, el le KoU Chimpig est 0f\
toujours de la mme qualit.
pr**1
W. BVCH ^
Pharmao**^
A louer
Grande halle Pire prool No
l9t& Rue du Magasin d<> lLtat)
rremmeut occupe par iLaNa
Awnal.
ntaAn7ter ftfrt^^fn*** & 'outc fratcheut. Ercution prompte rt MJ^
Hue du Quai, en face de la Gare.l ordonnances SpcxaUls pour toutes les mM^.
Pharmacie Centrale


*-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM