<%BANNER%>







PAGE 1

I J W TIN ri HT *r< • %  *< 1 PUUUIL m \ fe^ •j. sac, as, :b.ai pUtec* r*Uis •• JLX-jfc-. .^ 1 1 fi T -B: nr-itli* pou? 't 61M BL£5CpiK f fiBCOGCl ih^k V-* lill .jtatlft 4g-;fttet Ici fatcticne qHLi^ rAV^**i et tt ceptnrer compltement ,gioiJ n.o Keut* qui Rivait d. b**S dopera ion aux tuiiles. MuW -YOHK. 1Ullaate reriti, rtblic auiouid'hui q>- iaa dlgu! •.iueiica.ua a i-outrence da \Y.t. hingloo M luimou cette MNIO. Lut uoe fjMOMMOO piel.mii.au dt intilBdea htvtt Uoli avant I leun.on oe la Umfertnaa inieroa U VIBNNE 10.-La villa de NaaiUd .'( trouve BOU le wu • IUUI. leuBtb tenrtB dm uu •" nue la police tt lal*ltwjok, tonaalff' Les loaorsa uni t ttotlement rnia en dio>r. LSLs 1ULe Congra allenano vo oue raolottou approuvant II Confrence da Wa uiogtio aur le fBBSSfoiJ ONDE fcNTlEB New York su iu Octobre : ta icfs relraiis JUI. un a aemauae ae proivagti w lu pour la fia des opinions du I n [ hinQAII L'f QTlPlIflP letr.ii. Mais le Moniteur de samedi L Jj{11 iiUH I UUu'lu^ cr Octobre publie uc communiqu, ** I ) aprs Livra sterling Franca Livre italien liuinew nwiianowaa I'IHB'I' aiu** 1 tuie Yen japonais i B ,. .1 M.augai Rpe indien Maiks allemands S Mo 0,740 U,40u ;i,;tu7 7447 39U4 &7l i75l On sa' au* 1 plus deseotcent mille gourdes de billets se tiouvent eoco e entre les maios d intressantes paroones de la classe p.ysanne surtout. On a demand de prolonger lej Jl R icr Octobre publie uc communiq oposant une fin de non recevoir I Ju Dpute meut des Finaices. Celte rpons*, en consacrant d ; -lilivtment une telle sanction, d t • Haiti Commerciale tend COUiti tuer une morale officielle contraire aj I. vraie inorae Une ob'igation eni •natite de drot, ne saurait, en r#4t, e '^in'** arbitrairement par h volont du dbiteur. Lorsque les bil e s Tromper L'Organisme ^_^ Pour Plaire au PalaU c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMULSION DE SCOTT Puissant aliment et mdecine sans le • faux estimulant de FalcohoL Le Comi' de doganisa' oi sP'jue pou* obienir un vri'-b' triomphe* i 'honneur de nos chai sonniers Ira' 's. M V I. Ginttoii e' Cha-roi La .'O'ie donn* 4 au bni" fi • d Jn artiste nalio nal l'Hpital Une de rosiaies gloi.es nstionale, -•Occidts |eai.ly qui dnigea la Mu sique du PtUfo j-isqua l'avntmeni ou gouveittmeui actuel tl ni mouler la g oie ci le p esiige de ce corps d't. le a un degr qui eu faisait no tre lie.t. Occide qui temua l'mt s touits en des popes musicales d une grandeur mouvanie ei la cn;.i ma en des airs joyeux et tendu t pleins de dlicates harmonies it di subtiles mlancolies, Occide est ma lade a 1 Hpice St Franois de Sala* o il a t recueilli. Il est de noue devoir de coaHl au secours del'aitiste magnifique a qu nous tevons Uni de |oies il tant u*c uio'ioiis inoubliables. N'aittudon.^ pas qu'il soit roo.t pour lui tusse. un buU et donner son nom uut des lues de la Capitale !.. Non I Ans chons la Mi re. — nous en avous peina le vemps !—ce homme pli s giai u que nous, qui, dans sou lu num.ua champ d'action, t.availla a la g oue de sa Paine doul il ce b.a les heioisme en levant a*apothtO*c Uoe liste de souscupiiois e>i au hitin k outes Us oboles soni uues Nul ne don htsitei, -est uu d von e souscrite. l'Asile et fiie au j-udi 1} O ob luicui em.s, us le lureuc sans COndih h ures e d mie t ,< piccis ion ei noiarrment sms dlai four ;uoi aujourd'hui vient on dii<* sans ccorder aucune indemnr aux po 'ors r-t.rrltiirpts IUI av-c plaisir que Monsieur ie l'isideii d la K lublique. a bn*n voulu lmo gier A la Soii' Iraiat >oa H.ui inte li', en fhauss.ut l'iclal de la lte pal la Musique du Palais. A Umnr Grande halle Fire prool A'o ]!>is. Hue du Majasin de ILta', iecemint)i l ozaipte pur La *Yuitonale.t adresser Ht lient i Siatl;, Hue du Q'tM, en \aw de lj Gare. Llyde Steain*h*p Company ( FOShlGN SERVICES ) L ateamer LAKK p A1U61'ON l la ss NtW York le 8 dt rouail direc eiuem pjur ^ou au l'.mce o i! s. auetiilj Vil lj loUdobie li Uiaieni le œuij iour pour | s pons de L Colj 4 n bte v ;i hiagHoo. i.e bft'.i-u cli rg'ra aussi pour XL\\ \ jik et I s p^rts BuiOpul tVil au Ptnue u O luD e 1921 H F CLEMENTS, iA>>tnt gnral Mesdaint's. Mes- > ant. Tantt dio le da's le Parfait booheu —amu sant dans • La Petite D. t me du M Uo — ly> q ue dans La le ire . aui'Hutux et vo uptueui danstVou.! tlilc 1 .— taiceur dans H stoiicj japoi aiit t,— Begainque t svre dans PaHutaeiif iai ,— l'en passe et des ineiin.tr Ile (fl.DtOfl nier t ut passer tous kl Lissons dans "ff/i^iJdlfeitia^Le oouri Al Caya. J tmie, Wir g< an. Pet irve, Poit-auVrince, SalDt -M.. c O-nesor.i deFa-stanaqiepourl p d ,. pi|i C sr-Hai ien, Sant-eo de Cuba et retour par les ,e coouer Cfodll vous au d. iW œQlfcg Q 8 P er Side iaa ou les An.bassadcus o f.er.t ^^^ a VM QU p rincei k 1f o couray j "" ' \ e hoses n de' n eu,srca:i !u ^-ORifE liqwtaqui I-J V„nd av c un pinceiu tltns louRs lt nharonacii etda i t>u>es l.*a bjuu s maiton (sei/. J 1 nuatict* 1 dilIafao'M') D^pi th 1 A. Victor Gentil 17.11. Hue du Magasin de l'Elit Service rgulier Passdg rs et fret Steamer NdHPHlS Itinraire une 01.e a Lquc le ne se ent p?s admises Us j unis fi.les. C* ser Montai r re a fon-au-Hunce. hu. sanle one e.i p^rspti iv* I Ipscvtz ^ous il'avauce chez Robert*, Dutton *f Co Jyent ,j t '7traux UR0D0NL Gurit le rhumatisme %  i ReiomminW pr U Professeur 1.ANCEREAUX. Ancien Prsident le l'Acadmie de Mdecine, dans sait TSJMTl DI U CMITTI • % %  • %  *i, U IM> "* -• IM Avrmt la •>' d'Uradonii Goutte Rhumatismes Cratlelle Artirio-Scl A igreurs 4pi+S la rvtr (l'I. roiib.'iii LURODONi est au rhumce qu* la quli •at la fivre, Vamianln* I l'avaria. Fi it-.llMTtWl ,iriuiMniM,l |'r, >'i lMft**( L'URODONAL nettoie rln. lave le foie et \tt% rliculatioris. 12 assouplit les *rta ot vite L'oI>alt. Vaillant Octobre, seulement sur les articies suivants* Crpe de Chine Gr ' Ktorgette ) Zphyrs Jnditnnes Mouchoirs f*i Voiles ftawovks couleur Maillots pour tnfanis Rubans 1 is&u ponge f.hemtses pour hoir-mes C( uj on s divers Solde de formes \de chape* Occasions exceptionnelles Cacao Peters EVVEXTECllEZ Vcor Mangon S mon Vieux Ut L. Prcetzmnn Aggerholtn, — Porta u Prince



PAGE 1

DLe No 4199 iVt au Prince, Huli Mardi H Ot obrc 1&1 tf ffiCTE UR-PROPRI£lAlRB.Qment-MAGLOIRE IINUMER:) '^0 CENTIMES -:J& Quotidien Il faut peu de temps pour reconnatre Je faux mtal sous la "dorure. ROJAS REDUCTION; Rae Amricaine No, 135b b projet d'migration en Hali Nouvel trangres |eoA de couleur des EiatHbnis sous lnyerlRalations frhn aileman tes Bpovse du Prsident Boyer AR CABLE 7>s Quel ercouragement ii on aux mcanic ens commerants etc? liront II libre facult de ' >i aid ( SUITE ) .,__ ... K ,„, , ,,__,. sment -:i r %  ^? ?VV* cu riW de la trar, -'la Francet quil'it dont noua joms'o 18 DOi mme*, ouelie que oit Fobs.it, de nos dtrac.eui soutenir lu o:i traire. Ei fin, Monsieur, peur v s oer des preuves de ce que je suis dispos faire fi faveur d i no-; La Question irl nui nse l Irlan f< ricla : ior . M p:s 'tut ' m I). ses alliance^ sans abandonner ses droits, sa reuri' et elle i oubliera I Ce qu'elle doit ce* sllis. Demain nou irons Washington remplir uo d >voir de reco .inaissarr ce, voir chfz eux d" buaux et nobles soldats et ut allemand actue les rapports lui pvrn-tlront dt soin 1 ? qB / q a U1 P rouvalt 'i 1 '' 1 P eul cje,: Jcredit, f -iTS TX£SU^£AttSi cla e qu aucune sol ut on dfinitive au ira i m u aura pas t laite, j garda robetpede la famne n'est poss-.ble;rai la main sur le gouvernai!, t i tt-b i s-mect ea BRUXELLES 9—Li coairert in IMnat'ona 1 leoura i la Ru ia a den don' e!'e loulj idop* dation prconisant •echnic endoit, [i i I ••• % %  r 1 are O. C 0 /^.?!'.! g in x,; d Amiiquusous le joug du prjui je \ais envoyer a NewYok da fonds tt un agent de im co liaoc< pour s'entendre avec vous et avei: la Soeit dt; coiomsatton, alia de favoriser l'etnigration en Hati des descendants, des Alncaios qui di reraient venir ici partager ai n le ltal aa m nioo.Elie freut : xjoste r' liono'ai> ri'j'ster. L'Irla l t: ce %  s-er-ot pas un p r 0| t Itiissie de 1 • lorn quel normalei Li ca I rr-nce s.ibo donn.;. i':illo.:a •ion lits • ririmo i la recon• des dettes d'avant gurie 1 obligaii ,s lsutaot du rgi i ; 2 i 1ea garanties a.lo l.'i pral l int i 1 conseil convient qu'.l faut uccuinplir des rforme — •-v....v,^. Le dittereurt *utes de H. Briand ST NAZAIRB 9-Le p sident du Cooaei', trs acclam, a assist une revue de vaisseaux de guerre puis a u : baoqoet donn en son honneur Rpondant aux soohiiti de bienve nue.Vlr B iand dclare qu'il est venu a li veilla da ia rentie du parlement alfiimer la confiance dus le Hb.i la population africaine dont on son opinion' p e-o i:nme ju^ our a,n m r 'a est dcide ae se deoarrasser. II n'est nsconsu t-; au sjje: d s it lires sud V'?* voudrait pour cela que : personne qui r.e lente parfaitement!amricaines discales A envs Mr nt de vue do: b e d'exclure Jg? est encourag et le peup.es, que la aitnilitude des prini" Ail T nincaine*,toia| Btata Joai-tMit ici del mmo cipea d> icuis lgislations e c d0i -"nt onciremetn-nt gaux. A pmr J2|>que dans lea autres leurs gouvernements doit nces-ai ,F S d ~ q'^stion de Bolide, :l nt m rement rendre amis, quoique qu'uu 1 r p wa-quer que r-itic'e 19 t i pr Quelles sont les maiiaga etc isloisrela' q ue f e 8 f un moye l ? f iI !L bla ^, au Corn 10 dit qu'au point ? |mH.t^lecomni.-.ced.s^at8Un's,., (inilir e ,, ? $ t imposa. J on mwtipiiant les relations d-s deux .. a(h r m ... \ n **& quel point les •ont ell-s soutenuas ouvernement:' il y j* une ase/. 1 om 5J'Shni',le gouvernement y '•".'colbB pour instruire lu 'lever dans les prkci"•'aie et de la vei ta. ^?! r .? Gouvernement "J"J l -il la Socit de ^.colonie dans vo ik"iueue aurait ses pro Js tribunaux, sa 5ec. vo:x portt h :ut et loin. La France, dit-il a tait le maximum de sacrifices elle a droit i toutes :es rparations, i la paix et une de. premires pla ces dans le inoude.autremsnt s s gou vsrn mis ne seraient pas la hiuleur de leur lche. Mr B.und rappelle que les nga aveugle ,,n j .g teuib e avoir jus a, comprend tous le t aies Pex. ^*f s.iana rappelle que .es oego s iju' ce jour, uns ii?s (ntraves des'crptionde c-lui d V cra "* lc " du trait oct d cous.-nur s lappou* plu^ directs entre iunet : t eur de la Scii*, et est toujours cooeesnoas sur les le^itim.-s as l'autri*. Le temps et la philanthropie comestible avec l'arbitraire des nai. P iri,, ojs de la France. L es. donc l'autre Le temps et la philanthropiejcompitible avec l'arbitrage l-s puis^ leroi.t, il n'en fjol pas douter, tiioui sanecs europ'noe sur I s qa-stions co T1 ^' h.n-i b e quelegouvernemeat pberlajuariceetla.aieon. amricaiaes. Mr Oornejo considre i :;JCi • a y jnl > mstiument topai Vous ne tarderex pas, Monsieur.; ir g aœe a s chiliens sont auavoir Binver NewiOik Itgeni ; X „.J-I,„; „, i queje -lots envoyer prs devons. lifdhoi iMportau et M la maj ai l'honneur de vous saluer inc n c da q umer ] assemble est incora .pafible avec le fo ICHO i i Beat de toute socit jari i.que. Il flicita l'assembls de ne pis ie ws tout son d,il y i des chose JSotade la rdaction .Nous avoi < r 8 l i*que.t,o.i etest convam ^ ( U nt : W' 1 9*> miii le ra yon t Je noire vicoirees. i :coutcune considration dis ingueBOYfie far., ne puisse faire uie o;uvre pai faite. Dame pat, il tait iodispen sabie d'asiuier l'cicatioj du traiten p 1 1 iccori et en pleine saliJan t avec ies allislamais la France ne *-Varii8 ,r de l'Aieul 'JJ prsence de que'nues i*! n oinb! d invitsa K ,,|, c gura'e du Bai vPjwe en trois actes, JJJ Fierre Bville. an? a ^ as m ^ na g* ses aaCJJ ,, '"trs jnstes,durea lu^fon distingu col tjj smardel, le violol ossi aux acteurs qui, nus re lijpu.s lors I Aiiernag ia a tenu ont admirabement tenu leur que Je vice amiraj ds lion serait d; pUls scrupuleusement aai enuauejs.gn comme chef de la mission na monta. Gi:e au g-nirel Nollot elle Nous e.-pions denc que le public 'vale.accompagunt Mr Bruni i Wajdsurme tous les grands chefs minv endra an foule assister 1 ia pre shington. tairas ont approuve d ailleurs la mai Une dpche de B;uxe:les di: quel^ure prisepn de tous ^^ rence de V. bing'on et m-. K i u u. 8 ..„'." J „ . iti.m nnr i allemand est pauvre les particulier; soal riches mais refusent de pryer les dattes deleura pays se roservaat pourq.elqn leva de restauration nnperia'iste. Le mailv sH'o idre. o.i pourra t croira a U ruiue. Cependant des usi nos nouvelles sirgiaienr, partout ou coostruit des ohamlns d far et dos cauaux. La France gileunnt doit re un pays d sel vite Ll est le salut. A i sujet des d facults tinanc es otda fexecutiori itu trait, h prend >ol du Conseil allinnj la uoHsii da l'union des aines, il dfinit le traitun contrat collectif otab na me la SJ" hdarite etioite des allies pour sou excution, pour s s avautages coin me poui ses Incouvsoien s. lui uie que ia solidarit est rouijue letrau vaccine et de vie et inext-catable. ai. Kriaud constate q le la lixation de la crance da ia Fiai.ce eci: im possible, ''valuation despouibihts tait aoamiSi a des fluciualions ds chajgds pucousq .eut il eul i.npos aible quti u dette de U rraosa a t nuuio ,• IHodnandaooa conomuoi les psupids ob.igc subir toutes le OOQdiUOOJ et les fi'iciu uious des chaug e. LAMsmig.ie vaiuoaa trouve dans la loi. esse du CQtOgl uue conii iioiiqn U favorise comirurcialemeut. Mr B.iand sepre bautemant que las granJs industriels du mande entier setitirOQl le besoin d'tre soli daires daoa l'intrt de tous les Hlt ys pour appeler l'aitaottou du monda sir le rglement d'une Situaien qui ne trouvera j nnais son aqa | b complet sans rlotarvao'ion j e la so'i dam mo idialeLes Cours NEW-YORK-Frau; ., U Sterling >,07S l'A H S\NS FIL \V ,-h Dg'on I ;?g't svec lui 1rs mesui Ire pour 'sauvegarder les intrts franco b.!1er VisittUis. M Biiand dclara d'uuevoix tome La iiance victo-i.use sa rappel"' du elle ne fut pus 8 uie Le sans coul anr son aol La franco Lent 0. -La dlgation f, an confrence de Wa-hinton pose acoueilbr toute prono *

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05499
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 11, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05499

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
DLe No 4199
iVt au Prince, Huli
Mardi H Ot obrc 1&1
tfffiCTEUR-PROPRIlAlRB.-
Qment-MAGLOIRE
IINUMER:) '^0 CENTIMES
-:j&
Quotidien
Il faut peu de temps pour
reconnatre Je faux m-
tal sous la "dorure.
ROJAS
REDUCTION; Rae Amricaine No, 135b
b projet d'migration en Hali
Nouvel
trangres
|eoA de couleur des EiatHbnis sous lnyerlRalations frhn
aileman tes
Bpovse du Prsident Boyer
AR CABLE
7>s
Quel ercouragement
ii on aux mcanic ens
commerants etc?
liront II libre facult de aleor indus'iip; le seul pri
toi pourra lenr're accord
tre emririsg du droit de
pour la premire anne.
Offrirait on 1 occasion de
et de s'tablir dans vn.ra
tous et n impo. te le nom
c?
icwx, je le lpte, qui vien-
dront accueilli?, n'impart
bre, pourvu qu ils po sou
loi lois de l'Etat, qj Buni
mmeot librales et p-oter
idx lRlemenie de polie-
leot rprimer le vagab.-m
aiclenir le bon ordre e-
fia tranquillit de tous,
laocuopnx stipuler pour
" puisque le gouvernement
'*ijratisea pleine propre
(iqui le cultiveront, le
Ufp.oii distribus le plus
M-1 ruent possible, et ceux
dsire-cm (*prnnt placs le
voisita^e des autres;
HcooTanna pas dans leurs
" ooxeatiquee ni dans lenr
leltg fuses, pourvu qu'ils
"aot p. a faire de prose
i Irob.'er ceux qui pro
as taire fci que la leur,
procde est la rponse a
joitoe question lelative-
ito.eianctjd.'s divers cul e
PARIS 8-La
favorablement 1
presse ac
.V
secours
la Russie
-.- w..... v. _
minemment r-
que sa cor >' >i aid
( SUITE )
.,__ ...
K,,..... ,,__,. sment -:i r' !
^? ?VV* "cu.riW de la trar,-'la Franc- et !
quil'it dont noua joms'o 18 DOi
mme*, ouelie que oit Fobs.it,
de nos dtrac.eui soutenir lu o:i
traire.

Ei fin, Monsieur, peur v s
oer des preuves de ce que je suis
dispos faire fi faveur d i no-;
La Question
irl nui nse
l Irlan f< ricla
: ior . M
p:s 'tut 'm I).
ses alliance^ sans abandonner ses
droits, sa reuri' et elle i oubliera
I Ce qu'elle doit ce* sllis.
Demain nou irons Washington
remplir uo d >voir de reco .inaissarr
ce, voir chfz eux d" buaux et nobles
soldats et u envers la France, qui reeteca arme
tant nue sa scurit ne ara i as assit
re. I/ gouvernement ne flchira
pis sur la qu Ntio'i des r^araions
ut do si * i;-!-.'. et r fut coL'Iitnco
en Russie d^ te:hnic"e"n*'don a"- ouvoi'"''nof>t allemand actue .
les rapports lui pvrn-tlront dt soin1 ? qB/qa U1 Prouvalt 'i1''1 Peul
cje,: Jcredit, f -iTS TXSU^AttSi
cla e qu aucune sol ut on dfinitive au ira i m u aura pas t laite, j garda
robetpede la famne n'est poss-.ble;rai la main sur le gouvernai!,
t i tt-b i s-mect ea
BRUXELLES 9Li coairert in
IMnat'ona 1 leoura i la Ru ia a
den don' e!'e loulj idop* dation prconisant
echnic en- doit,
[i
i
I r 1 are
O. C
0/^.?!'.! g.in x,; '
d Amiiquu- sous le joug du prjui
je \ais envoyer a NewYok da
fonds tt un agent de im co liaoc<
pour s'entendre avec vous et avei:
la Soeit dt; coiomsatton, alia de
favoriser l'etnigration en Hati des
descendants, des Alncaios qui di
reraient venir ici partager ai n
le ltal
aa
m nioo.Elie freut : xjoste
r' liono'ai>
ri'j'ster. L'Irla l t: ce
s-er-ot pas un pr0| t
Itiissie de
1 lorn quel normalei
Li ca I rr-nce s.ibo donn.;. i':illo.:a
ion lits ririmo i la recon-
des dettes d'avant gurie
1 obligaii ,s lsutaot du rgi
i ; 2 i 1ea garanties a.lo
l.'i pral l int i 1 conseil convient
qu'.l faut uccuinplir des rforme
....... --...... v....v,^.
Le dittereu m
les oens prcieux que nous feuou. drfeosive avec i* V
de la divine Providence. rjtirai jam
il ne Uodrait pu*, s'imaginer Me.Kx eavna 1 cotuoen-s br
le besoin d accro tie la popaiaiiou
d Hati lt le motif qnl medteimi ; 1
vous fuite cet'o r-jou'iee ave i ,
dotais dans lesquels je sn.s em, peHlVIMl l U\ l.\JU
Au.mo un drtii do eoivir la cause' Uap es une d-:be .'- la Hve le
de I inmanit, j ai pens qu'une plus tribunal arbitral-prononcera m rli s 1
belle occasiou ne pouvait se praen sentence dans le difli end franco p-
ter qu'i dottnr nu.., hospitalit agra rUvien
ble, un usiie sr, des infortuns
qui eont datib l'alternative daller
chercher sur es rives batbares de
l'Atnqua la misre ou une mon
ceitaioe-
Je ne dvelopperai pas les avan-
tages qui doivent lsulier pour les
Etats-Unis en faisant rcflaer sur
aescononet, omis U l'ai e ne
11 ' '"i1 mdant pan aller S la parslv
De grands travaoi eont nces-
aairea po tr cr ir la laluur et la n-
cb isa dans l-avenir.
I t 1 in i s rdus sur e< fit floga da la rpub:.., ia qnl lul
1 es d 1 t .Imcieos pour les)faire l'aoieo pendant la guerre, "fr
si an ravitaillement.Iconstate 1 ie u gaerre qni a cau'
^##e/c;tf < '. U&0 rapprochements et tuit natre le
[ides ds solidarit, U fau' qu il en
ros:e que que rho. Il faut que la
Auibaiwudeur&
La i eocs d s ambVesadsars a
?xur)i m nppon sur la situation
France vicio;i.*u*e soit une
de paix, prosprant dans la
France
libert
les comitats pccidsotaos et tudi et ' i ittica sociale. ( Vifs applaudit
les 1 ss prendre pour l'apphca .8atn9QtB-
1 4e la diflo re'at've 1 la Hts Mr ,-Ji',d!Jd. 'riita'.t d 3 qaesjtioia
teSt.se. jsonoiirqaea, consiste que ai l'tat
la sitoaiion juridique
du Su (l'Amrique
la Socit des Nations
PARIS S -fie Temps a demand
Cornejo, minis're du P ou
Mr
'Ocl i a(iousi;up >rt *u-
tes de H. Briand
ST NAZAIRB 9-Le p sident du
Cooaei', trs acclam, a assist une
revue de vaisseaux de guerre puis a
u : baoqoet donn en son honneur
Rpondant aux soohiiti de bienve
nue.Vlr B iand dclare qu'il est venu
a li veilla da ia rentie du parlement
alfiimer la confiance dus le
Hb.i la population africaine dont on son opinion'pe-o i:nme ju- ^our a,n'm-r 'a
est dcide ae se deoarrasser. II n'est nsconsu t-; au sjje: d s it lires sud V'?* voudrait pour cela que :
personne qui r.e lente parfaitement!amricaines discales A envs Mr
nt de vue do:
b e d'exclure
Jg? est encourag et le peup.es, que la aitnilitude des prin- i" Ail T nincaine*,toia| Btata
Joai-tMit ici del mmo cipea d> icuis lgislations ec d0i-"nt'onciremetn-nt gaux. A pm-
rJ2|>que dans lea autres leurs gouvernements doit nces-ai ,FS d~ q'^stion de Bolide, :l nt
m- rement rendre amis, quoique qu'uu 1 rpwa-quer que r-itic'e 19 t i pr
Quelles sont les
maiiaga etc
isloisrela'quefe8f un moye" l?f*iI!Lbla ^,au Corn 10 dit qu'au point
? |mH.t^lecomni.-.ced.s^at8Un's,.,(inilir'e ,, ?$t imposa. J
on mwtipiiant les relations d-s deux .. a(h,r m,... \n.
**& quel point les
ont ell-s soutenuas
ouvernement:'
il y j* une ase/. 1 om
5J'Shni',le gouvernement y
'".'colbB pour instruire lu
" 'lever dans les prkci-
"'aie et de la vei ta.
^?!r.? Gouvernement
"J"Jl-il la Socit de
^.colonie dans vo
ik"iueue aurait ses pro
Js tribunaux, sa
5ec.
vo:x portt h :ut et loin. La France,
dit-il a tait le maximum de sacrifices
elle a droit i toutes :es rparations,
i la paix et une de. premires pla
ces dans le inoude.autremsnt s s gou
vsrn mis ne seraient pas la hiuleur
de leur lche.
Mr B.und rappelle que les nga
aveugle ,,n j .g teuib e avoir jus a, comprend tous le t aies Pex- ^*f s.iana rappelle que .es oego
s iju' ce jour, uns ii?s (ntraves des'crptionde c-lui d V cra "*lc" du trait oct d cous.-nur
s lappou* plu^ directs entre iunet:teur de la Scii*, et est toujours cooeesnoas sur les le^itim.-s as
l'autri*. Le temps et la philanthropie comestible avec l'arbitraire des nai. Piri,,ojs de la France. L es. donc
l'autre Le temps et la philanthropiejcompitible avec l'arbitrage l-s puis- ^
leroi.t, il n'en fjol pas douter, tiioui sanecs europ'noe sur I s qa-stions co T1^'h.n-i b e quelegouvernemeat
pberlajuariceetla.aieon. amricaiaes. Mr Oornejo considre i,':;JCi ayjnl > mstiument topai
Vous ne tarderex pas, Monsieur.; irgaea s chiliens sont au-
avoir Binver NewiOik Itgeni ;x.j-i,; , i
queje -lots envoyer prs devons. lifdhoi iMportau et M la ma-
j ai l'honneur de vous saluer incnc da qumer ] assemble est incora
.pafible avec le fo icho i i Beat de
toute socit-jari i.que.
Il flicita l'assembls de ne pis iews tout son d,il y i des chose
JSotade la rdaction .- Nous avoi< r8l i*que.t,o.i etest convam ^(U nt*:. W'1" 9*> miii le rayon
t Je noire vicoirees. i :coutc-
une considration dis ingue-
BOYfie
far., ne puisse faire uie o;uvre pai
faite. Dame pat, il tait iodispen
sabie d'asiuier l'cicatioj du trait-
en p 1 1 iccori et en pleine saliJan
t avec ies allislamais la France ne
*-Varii8
,r de l'Aieul
'JJ prsence de que'nues
i*!noinb! d invits- a
K,,|,.cgura'e du Bai
vPjwe en trois actes,
JJJ Fierre Bville.
an?a ^as m^nag* ses
aaCJJ,,'"trs jnstes,durea
lu^fon distingu col
tjj smardel, le violo-
lossi aux acteurs qui,
nus
re
lijpu.s lors I Aiiernag ia a tenu
ont admirabement tenu leur que Je vice amiraj ds lion serait d; pUls scrupuleusement aai enuaue-
js.gn comme chef de la mission na monta. Gi:e au g-nirel Nollot elle
Nous e.-pions denc que le public 'vale.accompagunt Mr Bruni i Wajdsurme tous les grands chefs min-
v endra an foule assister 1 ia pre- shington. tairas ont approuve d ailleurs la mai
Une dpche de B;uxe:les di: quel^ure prisep Mr Chutoa d Wi.tt, p-. : 'en' duiuu loqu-n loge des trava-IIeura
m re qui aura lieu ce soir.
ian trilles
Nou< avons reu la carte de fi m
iillps d^ M'Pe Claire de M det avec
Mr Emile Dandin
Meilleurs compliments.
ii v. umuj uc nu, y icu UU.-" t"' olu uoo i.au lieurs, l'.\ tt
Conseil de B g qoe. ira i Pari dansjdM Paysan, faisant germer le grain |11(1K ,
le courant de ne pour s'ei lH * Pyi binaires, ai dont JITauI
iHm 1 de la coot Ka^^J^" ^**>n de tous ^^
rence de V. bing'on et m-.Ki u u.8..'.",J.,__ iti.m nnr i
allemand est pauvre les particulier;
soal riches mais refusent de pryer
les dattes deleura pays se roservaat
pourq.elqn leva de restauration
nnperia'iste.
Le mailv sH'o idre. o.i pourra t
croira a U ruiue. Cependant des usi
nos nouvelles sirgiaienr, partout ou
coostruit des ohamlns d far et dos
cauaux.
La France gileunnt doit re un
pays d sel vite Ll est le salut. A i
sujet des d facults tinanc es otda
fexecutiori itu trait, h prend >ol du
Conseil allinnj la uoHsii da l'u-
nion des aines, il dfinit le trait-
un contrat collectif otab na me la sj"
hdarite etioite des allies pour sou
excution, pour s s avautages coin
me poui ses Incouvsoien s. lui uie
que ia solidarit est rouijue letrau
vaccine et de vie et inext-catable.
ai. Kriaud constate q le la lixation
de la crance da ia Fiai.ce eci: im
possible, ''valuation despouibihts
tait aoamiSi a des fluciualions ds
chajgds pu- cousq .eut il eul i.npos
aible quti u dette de U rraosa a t
nuuio , IHodnandaooa conomuoi
les psupids ob.igc subir toutes le
OOQdiUOOJ et les fi'iciu uious des
chaug e.
LAMsmig.ie vaiuoaa trouve dans
la loi. esse du CQtOgl uue conii
iioiiqn U favorise comirurciale-
meut. Mr B.iand sepre bautemant
que las granJs industriels du mande
entier setitirOQl le besoin d'tre soli
daires daoa l'intrt de tous les Hltys
pour appeler l'aitaottou du monda
sir le rglement d'une Situaien qui
ne trouvera j nnais son aqa | b
complet sans rlotarvao'ion je la so'i
dam mo idiale-
Les Cours
NEW-YORK-Frau; ., U
Sterling >,07S
l'A H S\NS FIL
\V ,-h Dg'on I ;?g't
svec lui 1rs mesui Ire pour
'sauvegarder les intrts franco b.!-
1er VisittUis.
M Biiand dclara d'uuevoix tome
La iiance victo-i.use sa rappel"'
du elle ne fut pus 8uie Le sans
coul anr son aol La franco Lent
0. -- La dlgation f,an.
confrence de Wa-hinton
pose acoueilbr toute prono
* arriver I la rduction du aa d^peo
ses miliaires et navales-
MADRID 10 -Les troupes eepa
gaolea du Maroc sont arrives cer
.


IJ W TIN
ri HT *r<"
*<
1 PUUUIL m\
fe^
j. sac, as, :b.ai pUtec* r*Uis
JLX-jfc-.
.^ 11 fi T -b:nr-itli* pou?
't 61M BL5CpiKf fiBCOGCl
ih^k V- -*
lill

. .jtatlft
4g-;fttet Ici fatcticne
qHLi^
rAV^**-
i et tt ceptnrer compltement
,gioiJ n.o Keut* qui Rivait d.
b**S dopera ion aux tuiiles.
MuW -YOHK. 1U- llaate reriti,
rtblic auiouid'hui q>- iaa dlgu!
.iueiica.ua a i-outrence da \Y.t.
hingloo M luimou cette MNIO.
Lut uoe fjMOMMOO piel.mii.au
dt intilBdea htvtt Uoli avant I
leun.on oe la Umfertnaa inieroa
UVIBNNE 10.-La villa de NaaiUd
.'( trouve bou le wu iuui.
leuBtb tenrtB dm uu "
nue la police tt lal*ltwjok,
tonaalff' Les loaorsa uni t ttot-
lement rnia en dio>r.
LSLs 1U- Le Congra allenano
vo oue raolottou approuvant II
Confrence da Wa uiogtio aur le
fBBSSfoiJ ONDE fcNTlEB
New York su iu Octobre :
ta icfs relraiis
jui. un a aemauae ae proivagti w _
lu pour la fia des opinions du I n [ hinQAII L'f QTlPlIflP
letr.ii. Mais le Moniteur de samedi L Jj{11 iiUH I UUu'lu^
cr Octobre publie uc communiqu, ** *
I ) aprs
Livra sterling
Franca
Livre italien
liuinew nwiianowaa
i'ihb'i' aiu**1 tuie
Yen japonais
iB,. .1 M.augai
Rpe indien
Maiks allemands
S Mo
0,740
U,40u
;i,;tu7
7447
39U4
&7l
i75l
On sa' au*1 plus deseotcent mille
gourdes de billets se tiouvent eoco e
entre les maios d intressantes par-
oones de la classe p.ysanne sur-
tout. On a demand de prolonger lej
Jl
R
icr Octobre publie uc communiq
oposant une fin de non recevoirI
Ju Dpute meut des Finaices.
Celte rpons*, en consacrant d ;
-lilivtment une telle sanction, d t
Haiti Commerciale tend COUiti
tuer une morale officielle contraire aj
I. vraie inorae Une ob'igation eni
natite de drot, ne saurait, en r#4t,
e '^in'** arbitrairement par h vo-
lont du dbiteur. Lorsque les bil e s
Tromper L'Organisme
^_^Pour Plaire au PalaU
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine sans le
faux estimulant de FalcohoL ,

Le Comi' de doganisa' oi s-
P'jue pou* obienir un vri'-b'
triomphe* i 'honneur de nos chai
sonniers Ira' 's.
MVI. Ginttoii e' Cha-roi
La .'O'ie donn*4 au bni" fi d
Jn artiste nalio
nal l'Hpital
Une de rosiaies gloi.es nstionale,
-Occidts |eai.ly qui dnigea la Mu
sique du PtUfo j-isqua l'avntmeni
ou gouveittmeui actuel tl ni mou-
ler la g oie ci le p esiige de ce corps
d't. le a un degr qui eu faisait no
tre lie.t. Occide qui temua l'mt
s touits en des popes musicales
d une grandeur mouvanie ei la cn;.i
ma en des airs joyeux et tendu t
pleins de dlicates harmonies it di
subtiles mlancolies, Occide est ma
lade a 1 Hpice St Franois de Sala*
o il a t recueilli.
Il est de noue devoir de coaHl au
secours del'aitiste magnifique a qu
nous tevons Uni de |oies il tant u*c
uio'ioiis inoubliables. N'aittudon.^
pas qu'il soit roo.t pour lui tusse.
un buU et donner son nom uut
des lues de la Capitale !.. Non I Ans
chons la Mi re. nous en avous
peina le vemps !ce homme pli s
giai u que nous, qui, dans sou lu
num.ua champ d'action, t.availla a
la g oue de sa Paine doul il ce b.a
les heioisme en levant a*apothtO*c
Uoe liste de souscupiiois e>i au
hitin koutes Us oboles soni uues
Nul ne don htsitei, -est uu d von
e souscrite.
l'Asile et fiie au j-udi 1} O ob
luicui em.s, us le lureuc sans COndih h ures e, d.mie t,< piccis
ion ei noiarrment sms dlai four
;uoi aujourd'hui vient on dii<* sans
ccorder aucune indemnr aux po
'ors r-t.rrltiirp vaut rien, il est dmontis. La Ceo
'entio du 12 Avril 1914 explique
'a rponse nnn.st: elle, mais ne la
|i -fie ra< en qOl'.
Quoiqu'il en soit, conclut notre
entire, puisque le crut du D par'
trneit jogequ:! est l< tnom nun
netl par ia loi, son drvoit u'esi-il
jiS.dans I? circonstance d* prendre ij
Vint le Conseil d Etat 1 initiative d'un
.men-emeul mod.fiant la conve i
ion louiouts nefasie du 12 Avri
1919 11 piouv.'i, une fois ae plu i.
In 11..M1' uoralne don t sa vie puni
que adonn jusqu' ce jour e cunsi
uut Luioigutge.
Varits
ce soin
il Baiser 16 l'Aie1
PVPC
LILY TALDY
Musique di Hrntnadel
Entre gnrale G
Loge
MERCREDI
avec lligadia
Entre G
I
Nous conse Ions a ceux, sut'ou
oui n'ont pas eu encore le bnh*?U'
l''re sous le charm* ronoan d ur
ivu de ce I me t aoiise t' j un
fr :heel cominuT l ve q i viert
i nous, sur-Pal1 e de la Chansoii, dt
ne pus manquer critf soit'
Les cites qii ont iLins is frix
ti uv- sont m vtn e ch l
.vi vi. tmile D.reis, C.vcs de B r
dtaox
ll-nryliod.y, Bir d: rU*iba
P.ae G 11 ard
P. l'ttriz H el oe Franw'.
Lopc N.iuj anno1 >ts iUi av-c plaisir
que Monsieur ie l'isideii d la K
lublique. a bn*n voulu lmo gier A
la Soii' Iraiat >oa H.ui inte
li', en fhauss.ut l'iclal de la lte
pal la Musique du Palais.
a Umnr
Grande halle Fire prool A'o
]!>is. Hue du Majasin de ILta',
iecemint)il ozaipte pur La *Yu-
itonale.t
adresser Ht lient i Siatl;,
Hue du Q'tM, en \aw de lj Gare.
Llyde Steain*h*p
Company
( FOShlGN SERVICES )
L ateamer LAKK p a1U61'ON
l la ss NtW York le 8 dt rou-
ail direc eiuem pjur ^ou au
l'.mce o i! s. auetiilj Vil lj
loUdobie li Uiaieni le uij
iour pour | s pons de L Colj4n
bte v ;i hiagHoo.
i.e bft'.i-u cli rg'ra aussi pour
Xl\\ \ jik et I s p^rts BuiOpul
tVil au Ptnue u O luD e 1921
H F CLEMENTS,
iA>>tnt gnral
Mesdaint's. Mes- Ne i 'e/. dIjs **Oi ieille* lin m s il; ch ipaBl ni vos vieux cht-
peaui le pa.H \ c ir eu ( en 1 m u j e vo js pjuvoz les reinattre
La chanson de
France
A Paiisiana
On ne peut je lasser d eut;ndrt ei
d'a| p audit Georges Charron et-Ma
xime GuiUou
appoiter -aui de |Olies
lu c- dans leurs adoiables chan
koes El loul cela avec tant d'espi t,
d' piopos, de g ce et de borne hu-
rneur
Samedi Farisiana, ce (ut du d
lire- Une vritable ov.lion lui fane
aux i.uosoonieis pour ayou chm Agent gnral nour llai
un public re:onoau>>ant. Tantt dio
le da's le Parfait booheu amu
sant dans La Petite D.tme du M
Uo ly> que dans La le ire .
aui'Hutux et vo uptueui danstVou.!
tlilc 1 . taiceur dans H stoiicj
japoi aiit t, Begainque t svre
dans PaHutaeiif iai , l'en
passe et des ineiin.tr Ile (fl.DtOfl
nier t ut passer tous kl Lissons dans
"ff/i^iJdlfeitia^Le oouri Al" Caya. J tmie, Wir g< an. Pet irve, Poit-auVrince, SalDt -M..c.
O-nesor.i deFa-stanaqiepourl 'p d,.pi|i Csr-Hai ien, Sant-eo de Cuba et retour par les
,e coouer Cfodll vous au d. iW Qlfcg -Q ,8 Per
Side iaa ou les An.bassadcus o f.er.t ^^^ a Vm qu princei k 1fo courayj
"" \ehosesnde'neu,srca:i !u ^-ORifE liqwtaqui i-j Vnd av c un pinceiu
' tltns louRs lt nharonacii etda i t>u>es l.*a bjuu s maiton (sei/. j
1 nuatict*1! dilIafao'M')
D^pi th 1
A. Victor Gentil
17.11. Hue du Magasin de l'Elit
Service rgulier
Passdg rs et fret
Steamer NdHPHlS
Itinraire
une 01.e a Lquc le ne se ent p?s
admises Us j unis fi.les. C* ser
Montai r re a fon-au-Hunce. hu.
sanle one e.i p^rspti iv* I .
Ipscvtz ^ous il'avauce chez
Robert*, Dutton *f Co
Jyent ,jt'7traux
UR0D0NL
Gurit le rhumatisme
i
ReiomminW pr U
Professeur
1.ANCEREAUX.
Ancien Prsident le
l'Acadmie de Mde-
cine, dans sait
TSJMTl DI U CMITTI
* a**>i,
U IM>
"* - IM
Avrmt la >'
d'Uradonii
Goutte
Rhumatismes
Cratlelle
Artirio-Scl
A igreurs
4pi+S la rvtr
(l'I. roiib.'iii
LURODONi
est au rhum-
ce qu* la quli
at la fivre,
Vamianln* I
l'avaria.
Fi it-.llMTtWl
' ,iriuiMniM,l
|'r, >'i lMft**(
L'URODONAL nettoie rln. lave
le foie et \tt% rliculatioris. 12 assou-
plit les *rta ot vite L'oI>alt.
Vaillant 40HW* gnraux mur Haiti
\7fU Rue du Magasin de la al P)rt au Prince
Malgr la hausse
B 41SSE au
Gomptoirfraaco-hail
V ILL4INT & HOUBT
Du 3 au l> Octobre, seulement
sur les articies suivants*
Crpe de Chine
Gr ' Ktorgette )
Zphyrs
Jnditnnes
Mouchoirs f*i
Voiles
ftawovks couleur
Maillots pour tnfanis
Rubans
1 is&u ponge
f.hemtses pour hoir-mes
C( uj on s divers
Solde de formes \de chape*
___ Occasions exceptionnelles
Cacao Peters
EVVEXTECllEZ Vcor Mangon S mon Vieux Ut
L. Prcetzmnn Aggerholtn,
Porta u Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM