<%BANNER%>







PAGE 1

L£ MAI IN Une interview rie Pierre Brville sur le Baiser de l'Aeul Le Baiser de 1 Aeul dous apprend notre arui i'ierre lireville, l'auteur, est une pice qui dae d %  > %  grandes vacance* de 1918. Apnila voir acheve, ie m'prapressm d'ail il 'a lire l'aimable directrice de Cin Varits, Mlle Lily Taldy. qui fai toujours un accueil favorable ceux qu'elle croit dous de talent et qui ^'estaient dans l'art dramatique soi comme auteuts.soit comme acteins •D'une oreille attentive, Mlle Taldy couta ma pice et immdiate 111601 '1, Il :B IIll" | bl 1.1 (IIIrt lUOllln. J'en fus i nctiani.Maid il lallaii ettc drn la li.i dea veCaDCei tour qu ell n'entendit avec ceux qui elle cor> lieiait lt tta' Les vacances acheves. Mr And* Chevallier qui avait tntrepria dt transerer Cin Varit de la fa<;ade Sud a la faade .Nord du Champ d^Mar-', me conseilla de conserve Le lianer de l'.-iimlpour l'iotogora tion du nouvel ditiez l'acquies", 1 so.i dsir.Entra temps mes tudie de Droit et mille auUes choses mb sorbrentei dtournrent mon esprr du thtre. Et ce no fol an'un scir du primeiups dernier, en flnant pat les mua aaluoaa de i ort au l'rinc tue mes amis l'aul Sivaiu et Tho, .^alnave m'abordient pour me de mander g\ j'entendais garder la pi e ternellment dans lee cartons. Ils bl nre.it mon indiffrence et me ;>ro %  • %  cul de voir Mlle Taldy. L•intclrice de Cin-Varits tait toujours dans d'excellentes disposi nous, mais le rle de femme que i lui destinais devait tre tenu par une actrire qu'elle voulait lanctr Des noms d'acteurs furent cii : Lerebourf, I'ierre Antoine, etc. Iv 'voil couinent de baiser le l'Ai oui va subir bientt les feux de la mm ps. Kn peut on g'ivoir le sujet, l'id principale La sujet '.' L ide jpfinci pale, je uis vraiment dsol de n pouvoir |voua renseigner jusqu'ici les artistes qui donnent leur con cours m'ayani demand de ce pas tu parler avant la pteiuire ie, m *cntatio:i. On dit que c'est ure thse lotrei aante que vous dveloppez. Vraiment quel gros mot pnui un* 1 petite chose La vrit est | u le Baiatr de l'aeul est le dveloppe i mant de certaines ides que je pio j poseLe personnage piincipale exu ie vtus le connaissez. J lut pour ma part, un bonheur d %  ni.er en relation avec lui ; car ces i talions me permirent de Pou1 ceiver de pies et de contrler par' l.n,fc;.u point de vue psyinlogiqu. j la justesse de nos ide. 1 :. 11 n'y avi Les manifestations franco amricaines Par Cble Ecole spciale de Steno-J)aclyh(jr. Les journaux counc-renl o leons %  Paciylcgnohie Viatique et 12 Leons de •' Mcanographie Tho' h uniers Charton et" Gai ton donnent "une et se Corresrosdance Com ,eur Gttl ** do Chanson Franaise merciale ". b'ile prend plaisir notifier gale ment ?ux intresss qu'elle va adopj Parisiaua Nouv : Ue i^ L'un de nosanjis.Je!. dnonc par Un ra !;.Vi "•• • M "rr^ renvoy dans ses n*. liotatfous de se?j£*f Son acquittem enl par 1 opinion cornrn. 5 noble geste des Haut, fi hatiens qui. dt le debuTh tour dune visible b:e Qil ( Entre G. 1 Cest dimanche que MM-les chan l'aria, sna Lee cartes aero.it muni en vente mitt dAs dLa Grce la veille des pourparlers de paix PtrJCable On mande de Constantinople qu ne nouvelle d'Athnes aflirme qu" la Grce publiera ornehninemeu' une proclamation prcisant la dispo aition de la tiice louvertuie de pourpailers de paix. On discours sensationnel de Ctmen* ceau ter i partit de la proename sessione iy> cme gnial invent rcem ment, par Mr . S. Estoup, Stnogra' ^he i la Chambre des Dputs et! V ce Prsident de l'Institut S;ncgu! phiquede Franre pour l'acquisition ( sre et rapide de la vitesse Stioegra' rhiqueEu vue de l'excution fruclueuse du nouveau programme les inscrip lions tint aux cours de S en > qu' Varils CE SOIR Les Mystres de Neuf' York 10. Il 1 1 1 1-e (pit-odes JEUDI 8 lues prcises \les?ieius G Charton tt M Guitton rabies olhciers Am nciine,. Par Cable La presse commente le discours de eeui de Dactylo ne pou'rontse taire dira leur rpertoire : do navantqu uxquir.ziioe 'd'Aval, ir^ quirzine de |-i;ilet Conformment notre pro p'c tu*-', ce programme embrasse une pnode de <> mois Cependant ia Di reclion de I Ecole peut avoir des ar rangements spciaux et avantageux trois parties : L'Heure Sincreavec les personnes dsireuses de par (•>'re leuis tudes Stno-Dactylogra rh ques avmi ie temps rgiemen tair, ce i q-.ioi elles peuveni parve oir en recevant rai s?m*ine un p!cs gra-id nombre d^ leons. Lfif aocieot lves aeiOQI cordia'e lemn' i"vits i fair* paitie g'acieu senum d; la prochaine c'a^se dz t Mcanographie Theouque et ( or respouda UCK Commerciale J. Le testament de Pierot Paris 5 rires du matin La Terre Le sou de Nickel L-ss piaristes Le joyeux fta ds etfl Un co'iiin-'ii ••ra pnr IH ri!m Issoliiiiou les ch ift nrs sous'.'g i Var''s ont dcid ft sant *"^rel espr.tde 1 0lt ; rendu la dcision qui lave n si cruellement 3 u,q u p Le dlateur qui U^k Ha-ne dor tre connu deiT ci en tsumsa Phonrnon Ancen GrelfiMduTrbt •1 lui rvoqu pourd'ojtat, valeurs dposes au grefl0 g'ai*. 4 Aicifo Ag^nt d'unQaolj, la '.ap.ule.il fut rvoqu dlit/. 4 Ancien ( bel de Parquetl enrore rvoqu pour im Aprs sa rponse nous de dvelopper ces diffrent de rvocition, ft dans Irt drre Ai\.\\ s — '.OUtntOJl en!d'?utres. D tn 1^! Misr..b'e que %  'tt nJre d • mieux. sir.on j d'ir qusl:fi b'.e !. ht- c'. de lan e .nouis. CORRESPOI s, lunis pis la f r me rsolution do 'n f s t de l'intrt de IOJS 1rs ch.ul lier ses droits la polilupe des al portau' les signatures do ; %  octfna f tf urs qu'il volue v-rs 1rs li is q I'JO liances. lves ayant _sub: ivec suc et leiira s tait propos*. Is rapceol que Lr; MATIN critique le discours de txamens de la d'tui' s M.Clemenceau et joute que la Fran re d'ailleurs n'tait pas hier i Sainte Hermine mais la place de 1 Etoii-. LA l>llK'/ri:)M Accord fraiico-liiTc Par cble le-rrs vois *e r o'it eu tendues. Fvit a Varit? en laowe o;ii:ilire le \ (J:tc 0 e I92I. (Sign) I llirjux, Th B a. Ch Gaigoard, Bmm. R mp 1, K Cug uid lil Hraux. V. Gugi^iJ. Vcj* tor Gusta-es. C'ermont C lsm e, Aotoinc Wuolley, Rioul B z.-uis, Prixdefiint toute ^oncu| W/iirr.sOilOo Geo. Jtsans l'Jti'Iaurn s.i'.'Jinj %  ^•j tt ae du Miv'asin de 1 Ent RJ Par rb e MADI D U() communiqu officie PARIS— Le ministre des affaires concernant les sparations do ar.ne Albert liie.i N Lutnareue Ai o re plus vraiment qui les exposer. Mus trangres annonce que 800 soldats es o go oie su Mil ): dit qu'a U . iraaspositions de ce que |'ai pu irait di s troupes liaros-s des 'erri observer dans la vie mme de ce ui toires itclams par les nationalistes. qui m'a inspir i son insu. Lcl ciKonstances peuvent avcM Lis liati 9 preDrent d s rr csu Meus rfitssaires pour viter les > Je l'Aeul. chiLgAj mais ceiiainement pas au :pie>ailles oes turcs contre kl ai m pi.nl de l'empchai ne M teconnai.M.-i des icgions i homes sont en armes dool 40.000 pr la f'ort.ie au'"> hiennr.l.es troupe possdent un como'e' rquipemen d'armement de campagne tt quatn p es de • gc Avis de Dpart 1 es dr hes 1 our G naives. C J j Hi tien, Porto Mata, To l--Rco rt le Dvr* pa r 'e steamer tCi'avelle, cet apri • raidi i l'i 't au l'rinc*. In • 'Agent Octobre ty-JI ROBELIN WTour r A 'rt pat, nous rerrprri^r.s vivemeut les UPWa*adcori de II chin fraraise de la note de gaie apporte" i Port au-Pri" e rocnmc pour faire diversion i tant oc causes de marasme et de tristesse, d nous les flicitons co'dialeme t <1L r pienner succs,— en a^tenda'' Car il son qu'ils les suivarls qui s'annoncent. ncs e' revenu que leur rrper'onr Mieit (arme ne contic t pas rrons df 4 m-'ie fjf heures. pi.cs. Pon.au Frii;ce,le 5 Octobre tyat M>(.ri A L1TALU Par b!e WA'H XiJl'ON L' s*nnteur lolin son proposa que h n dai'.le d honneur o dat inconnu IIH|>MI M \Nll hST \"\ ION' FR ^NCO-NfiER LANDAIS!: A LA HAYh LA HAYI— -Le Tribun I d'srbitrage DOU-I v rrClainatlOnS des C'OCiCfl frsraia s'.-^i tuoi hier. Sur la uo.osiiion eu refrsenunt franais des hommages fuie: t u d s la Reine il SU peuple neilindiis Sepl heures du matin v.7 h. am.) pour une corn nanice'iou imporia a ,e. URUKk: DU JOUH Commaaicatioo du Priideol du Comit. Njminat ; m d'un Commission hirge le ver.lisr Jcs cornets du T-isoricr. Lecture de ia Correspondance, 4 louer Uns bonne maison avec toutes ses dpendancti roup d'arores 1 initier* et\ la mer. ., irtmene du Matin Avis X'oublt'Z pas de passer i tt. Hue pave, petite mataW] situe xresqa'en face dt Hre o l'on trouve hofai boissons aazzuscsii* touiesi Confrence da Membre Honoraire 0,i5 la bhileiUe f>appe, Victor Thomas. 'Villdoiat dm • lagli^ LeSc;ire El. HlilUUA J USU V jUSl£,V' fianailles Nous avo.-.s r >. 'e lairr.part d j s i'Hesde 1 o r"iympatbique ami I \i: 'e dHenry Slark et confire M Lrm LI eau tt demoiselle Lolotte S urt u Rue du Quai en face de la Gare Cercueils \.a Maison aviie U oublie, qu'elle vieM d* wvoi* v* assortiment de dcorations, U met tir t ei m>n<. de, /W 1 note 10. M t ytoi bau.c, chel de Cercueils Heures (extrieur d 'ion caiitonnis i Mineur H bure u l Ad Diitratiou pnoJpala de f gourdes: N-SelSIa o s des vaux de boaI!** T 6 '' qm les cerc !" il sortis de ma fabrique sont heur pur le jesM ai ia ieiuoi ** ^ mm ^ m/nrt etpresenert pour cet ussge. :ouple. Les Cercueils blancs t\ s IJ 'CCI sow t''es r ecemmondt pour les i 'unes gens. 1 our les cercueils de luxe qui est la spcialit de la Maison, on s'entendro toujours J* p-ir convenable. Pour Us commandes on est pri de s'adresser direciem-' 0 miison ^ La nuit et Us jours de fte, s'adresser au chef d atelier, r Uusson, rue des b ronts-h ort sy 0 Q[2m face delanciennew lefu^ei'|ee de Madame R TI Juste d: e hier ;oir i Waj* d St ans .-.iiior.t 'ieu -ft .ip m d< I "^voi pallia <1 J !.i m' ; n mor -air^ sise auP(S'e Mil h-nd P•• ri Hi


PAGE 1

MATIN W&+ I 1 a bacs de la Rgit; Franaise ^..Sca/erhi m tr,papier bleu ttfog GJn i$ JM-iCtCajital oruruuic /., .. m ^ /. togndeu jj. lt ) puqutl uU escompte det J Kihi j .//j lu 1 hKUjHuiO 50 Kgs et au-dessus U 0/J L'Agent Spcial, ROBKU Le Mayisit ai Communal Porte i la connaissance du public que la vente a la crie publique t l'auto de la Commune aura heu le Jeudi de ce mois, dix heures du mahn devant la forte de i'Htrl Commuai), Port-au-Prince, le 4 9.t i 9 2i Dr ANNOUAL Coi y-rVe la Fracheur de !G Je,i u es se. r-,T' "n• f %  ; %  ,, %  Pouai : ,' i.jfite ch?ir • 1 M !, r i > Mfcf f-urMalgr la hausse DUSSE au Comptoir franco baiiieu )rJH hvf. du Magasin de b'at — Port au Prince V IlLliNT A: HOUHil Bu 3 au 15 Octobre, seulemnU sur les articles suivants: Crpe de Chine Crpe Geurgettf Zphyti Indiennes Mouchoirs Voiles l\ansouks couleur Maillots pour enfants Hubam lissu ponge Lhemises pour hommes Coupons divers Solde de formes de chapeaux Occabioiis exceptionnelles M ter ''.!' %  S edel Cl: : \ -i g 3 8 1 Tcin I .' 1 %  jf &•! Ten-o^ljM _• !tm butten Avait mit, • %  -. .ourtemew ( %  tf' fil i"j--irl de Bcu. Ju 0' II-yipundon, — %  ? f I V aillaiU $• Ho net Agents gnraux pour Hati Avis imp-triant En vertu d'une dpche du S?o Cyclistes La Mat son A. Viclor Gentil f >. 1731. Hue du Magasin de l'Elat Vient de recevoir : Des B cycle tes module UHI, marque iPeerless. l'une des aire d'EUt de I. fu.t.ce. en date du iK V fl 7Zl .L uff '" %  i !" ** "•• 4 octobre Jur.nl, les Squestres [i ie s Sn ' t C ^cleU* Solt ^gres et rapides quidateurs, corrrmnceront a partir 2 I?", "f 60 !* enl3nl WCO0imuid#ea aux e/diates habitant des du 7 de ce mois le paiement des cr payS roonl8t;eilx. at.ces vr fiers et reconnues par les \MOUleilt le t'tf'8 SUtl difficult //a/? Bonne b oi XIP.V nent d'arriver m partenaut aux maisons squestres roo trappes d'oppos tion dans l*or dre suivant : Aog. Ah'endt.', W BuL, B^eber & i Des robes d France toutes confecS 0 P^T 10 '' C Dt : P P 1 '" i BA*^. J * m M 1 OacH. H lurgensen. / h 1. larobsen mnevs % a e toutes nuances et de tou> (cr A qu n > G K n&co. ta Xiit/dK! K hn & Weiei ho n, F Lunau. Ufce. Edw. Luia&Co, A Morch, Munch Accourez vile Mesdames, Mesdcmoimt r KP* .Q****"> i a y s J ac i ii.„ m MM. m m mel Ooihon. Lucas & Co Rein Me8 avant que le slO'k soit pume. boJdtOe (Poiiio p.ince. oooa *4H irir nott ttnuh' />< i ? M Sl Marc Pel ( %  ove • Mi,a R (d j: P f M su ni moaei es. re ^ FG sdu'M* Co, H TitcoVi 'barmacie F. Sjourn 'M >ris sa clientle, au m'fcins et au pub'ic, qu'elle a or D son Laboratoire ilJrolofe eu un Laboratoire (ie J S appliqusous la Dirrcicn du DrBicot et t. Sjourn o. Voig. pan au p ioce le s Ortobre [ai i es Squestre i Liquidateurs. O b^:\K ' & \. | MiUviUi ( lyde Steam#hip Company ^oratoire es? ouvert leu.- Ie3 joies d •> 7 lires du rn-^tin 6 ( FOREIGN SERVIC ES ) • du soir pour toutes les ru-herebcs ei analyses prvues dans Le fleamffr t Crai rails a "once ci jointe, saut pour le laisse New York le li'J Stp erobre ttsermami et h c nslanie Dre>8crtoire S? u t^ oPr D ?V. i S rii l R flPnn ,. , .,_ |nu Aord. I 1 sera ici \ers le 7 en l'ssert I DE A MDEZ Le chocolat en poudre tocoa de lehn & Fink Highest Puritu Follon Shoe Polish Company Inc ,'sarooi rfi;urs qun In m r * r vfsT %t tnLSi ^K T^J^^Z^ chargeurs q i .ou^raie.u profiter d SS ^J 101 !? 1 du ' h ,fe de cette occasion peuvent obtenir fc j' le > l ) g '• Peau d cl. tuss'ires con're l'humidl et la de notre office des pfTm ; s d'en ,• 1 1 Elle en're'ien leur soupleM i e* conaeeve I U r b -illant Demandez la mirqte MOXOORIM. c'est la .uoilljure de to|t as les marques, barquftmeot pour New V'oik ou cEurope \i* MW Voik Port au Punce le le tter 1921 EF CEMENTS, Gnerai Agent Sue 'nid lVoile asso;t e ( Etamine ) Toile blauihe Drill Tu'sor pour boom e Parlumerie de toutes oites c Poudre suprieure Savon de toilette 1,1 J oct de ioute fracheur et suitout tts bon mtuhi. AVARIE ^. '* qui ne veulent pas eue KUitiatauca s empressent ce fentr fins auMah! i.nr p<.t tsenr. ? aiaiable leur est laenr VAMIANINE DPJR1TIF S INTENSE du SANG ^ NON TOXIQUE ^ e^ II -.^.-n CtaUUIi Vamiawne t. r 'lit ;••.— faflfc l'avarie't fil h' un *' %  irw*?n ma" .


PAGE 1

LE .) %  : i mi La maison 11. S 1 L V E K A V eut de receto >~ |M* 'e* d^ritfertai merij le* article* *uiva>iis ,| el prix, connue toujours dfi ] l'If'xpo s/lion l"iii v rH* d* B.uiallfi Cacao Peters Ayant s ga d; premire classe.Les suivants %  onl nos Agents dans U-s pril e'pa'Ol PO s .1 lvrope et d ul ferre • Angleterre. Ecotne et tirante : MM. GAV. Shelden af b, //, Jcimr Slr€#l, Ll'isr, [pool, Englnd • i.openhngtie, Dannn rk : MM. .EBendlx A i b, 81, ail fn4f, Copenhague Gnes Italie : iH M Henri CM # A lerizi, Pteua S Ma'i^o. [15 CtfM ifa/ Christiania Norvge : International Speditionelekap, < hritianit. Jlt.mlourg A il magne: H Vogeminn, Hambourg. Gothtnbourg S' ede : j\odish Expre*9, diidhehbourg Le-.ivuc o> PMsmi lue n t e NtW Yo k il Hiii. en a* des irrrg nwu qci M sont fjits yria d'un U.litc koatiaaiaa'Ci .t tsi 1^ voie 1A plus rapide pu Uq.tlti \o nu*%hiaai8ti paavtai Ctlf "pdis . I U caraiiwmrla cotvnui fit pourN.wYok avec opbai Je Iwaiaafl toit, i oadiet u Hnt. Boratiai iu At vus seict-l bni LEHN & FI\R IV r. | r rou8 produits pharmaceutiques et articles vendables dans uie pharn SPECIALITES • Lyaol ds ntectan', savon Ly^i, ShiWlj Lysol, Peb-cco : dentifrice iticomparcole t'oie .Jemoue, Kmulsion, tx'rait, Miocolat en poudre de L & F. cW exq-ii Pondre Talcum Lit Y; Cesi Textraie suf bon march e'c etc Demandez le prix courant LYSOL : lemeil'eur et le plus conomique ds ^siofaMl LJ dsiufecUnt employ daus tous Us g a-ni bopi lJi\E petiift cuillere de Lysol d^ns une pin'e d'eau daari,J iasoluii( n 1 r J DLUX. $ oio 'iHOiS :io.o (Une piiH reprcsenie enuroQ la conte ance de Jeul i* naires ) Le I y sol s'e r.ploie particulirement d-ns les c s m i : mentf'Tuberc tlose, Inlection, Morsures de chens, Piqre s"res d'in crtes. Eruptiocs de la pt au. BlessuresPw* 1 J_ ll.'ile, potirlli)4ici:e personnelle' la tjileue le biin. l)anij bres des tn.Udei. la chambre d) baiu, le wa'er closet, let Avant cl apis lu balayage Pojr cicatriser les blessures aeir


PAGE 1

(Jjli z-cie anoe Afp 4I#4 ,Pon lu PriDcc'Eori lercrtdi OccJr* 193) DI1UCT1WR PROPRIBAlrlK Clment-MAGLOIRE LENUMER'r '^0 CENTIMES Quotidien I f s peuples ii'oot d existence qu'en ttnt qu'ils sont des groupes naturels forms par la eouimunaat des intrts. ERNE8T AkiNAN REDACTION; Hue Amricaine No. Mb PAiDAGOGIl Remuons le champ encore... A notre estimable ami et ancien collgue, M le r Lon Sjourn mme pas song, te* vnrable accusateurs qu ai pourrai' !•"• rani*e le po son 1 face.Qa!ogieef Maintenu)', j ntz cela quj!qn<> choMo dirrrfjt bh : c'est qu tn-it arrt, — et nous le leur avions dit, lors (in ro' fli, es nrii en verlu d une loi dont il n'est l<> plus souvent que l explication ou le ijelopp9m*nt J ni les lois du 24 N pitmbre \8Xi sur la s trveiileoe* el [ioeoec ion dn* Eco'e*. ni Miles foit II moindre allusoo du peiae dis iphaaires grava qui poutraeu 're ijl^mas contre un m-mbre da Corps Enseignant. Vous conviendrez qu'il n'y a rien id) plus tome; car quelle faota, vrai Iroau', un Inspecteur das tlcole*, js.il ulai'. de moralit douteuse, airait il susceptible de c immettre, q .i { pu" lui valoir une pme diacipl nai KKJj inu; La soire de h CksonFraais ci nous ne sommes passons ce Ciel, tons d:>s amoraux Mais ce Corps inspecterai darron di Nou; croyons u'i!e de revenir ?u En ve:iu da l'ail 4 5e na'ina jwd-btti a l'Arrt du 21 Octobre de l'Arrt du Prsident de la R*pu iilsnrlo-ginisatioa du Dparte blique (si,)-( > n'est plus le sien Mtde llostruciioi publiqu ,— r malgr lai.. 87 d.U Consti utio ; .dont l'un des a-tic esdeva.t( e sur les rrspou^biliis ministrielle cliqu ave; rgueur contre ilospe: — da du 21 O.tobie 1918,1e vous MO d'arrondi: s ;ment. au plus tort invite i vois prsenter demain, jeudi, liquerele aitse. de propose i midi, devant la Direction Gnral r, par M Dams Bellegarde Chade l'Instruction Publique pour vous an Mi', f-n parenih^e, pour quel!;; expliquer : etc .. won .1 Cilant voulait Lire cl Or. le 5e alina de l'art 4 s'expriWJts foudres vtrg-rtsses sur ce me ainsi: Mrespei table/unique et lgiim^i t Elle, ( la Direcioa Gnn'e entier de 1 ancienne Comm.a.i-n donne son opinion sur l'application SJ?*^? 1 ' Uatrale de l'Iostruct.on Pub ique. des peines docipliuatres graves rcla| E !" D om . Sens avons eu dj i prouver, par. nies contre un membre du Corp* r„. S 0 T, "ce cil otre change de coirespondances s urveillant et du Corps Enseigiam Ire \A l ei!e 8" de > proteetr aprs examen de la dfense de i-mcudiscernent cre par des lois n est iccoie de Uro t.qu'aucune loi haip qui devra, sous peine de forclu poin terrible-i', de haut parenteiioe navait jamais prvu la S<-JMon, le produite dans le dlai fix g<'-' • y avai du reste, uu but pwtnmce scolaire C.*pendai.t,'par IP Secrtaire d'Eiat de llostructieindie. une affaire considrable lamde} de cet An dit torraslletion Publique rgler. E 1 vrit cjinnt tant de 1; est emendu que les Iospe::eurs l 8 rtt ^ %  •>• passions aont-elles Gnraux. ^^X^^Ut^^Z^J^ ^ C6J -il?'? SU c VC ' I E -••ideure. !" Quelle contreMais pouisuivons : apra examen et sous qusile latitude a-.-ou jaunis Vous pensiz, rien que par ces mot;, rencontre un tribunal provoca eur, qu il s'agirait, en U cuconstauce, de ayant droit de eue au sein d'un l> Discussions, de recherches exa:>es, percement de llnstructio 1 publique? soigneuses, pour arriver,e:ant donn tiesta ciurt d'attnb 1 ioai que cas une dfense. crite, par exempte, Messieurs ont imagin les uoyens la saioie vrd ; Ninni.voui n'y es c ' K '' point • L'inculp, devra soin peine de forclusin, produite sa uetense dans le dlai fix par le Sicrtane dEai Cette phrase n'eve.lle t elle p-s. en out.e, l'ide d'un *space de'temps E\'. rsiliait, l'itul oenditice le l'Aiieangae. -Le delegu-S du H il Jeui in ie pins de rCpr senUiion -30 Uv.) irduc m'ioenl Amriceia. i_e Badfl?' de la Soc^ An Cercle Belle vue Hier soir, au milieu d'un lUditaH QiNEVE,1 II s- confirma q IQ "^^eux, di^t nga,et surroa-, -4l le COO-MU de laSjei des Natlooii' ••o ,3r d.— sympathique,rehauss oar fera coonai re non avis sur la qie-r-1 Prsence du Mmistre di Fiance. tion si'sieine itmedl OU dimanche M V I GeotgM Chirton et Mm m proebaio. L'as3emble a adnptd nne.Geitton, pot:s. compositeuis, chid r-oution prenant acte de l'indpen sonniers, ootoflrt hiet leur p edinca de l'Albanie et priant le coogajri soira au Cercle Btllevoe. ml: U Direction Gnrale de 1 Iastruc MD publique se compose : ..'De Superintendant de l'Iostrac -M Publique t te, etc. Etl'aitice S: Le Superintendanl Jwde le? sances de la Direction wsrale tt en assure le service ini Jw avec l'assistance d un Inspecteur Jwiril dsign par le Sccitaire d E %  oe Iloitruction publique , etc, Qu'on ncus pende haut et couit, %  t ntsl U une illgalit.. purile I Nwnrnonis.le Superintendant une %  paiti, ( et il irapotte qu'un de IOUM nous tablissions loyaleM L ipecteoi *-t comment et pourquoi gjgeois tut frapp. 1 un lns r *'*i. lu, sans oui doute, par sou '•' -Pire M le Grand.Ministre,— pays ce par l'esprit de chicane et de do. ni uation, ils ont tabli, leur profil, entre les mambres du Corps surveillant uue sorie de hirarchie bien p.us, des chelons de supriorit. .Non, cette Cour de justice, qu est la Direction gui aie,frise le ridicule, se'l d>i ds'K'ier une coin mission de trois metnbr-ta imuar.iaux non iot resses, qm ira en Albauie f-tire une eoq i;e sur las frontires fixes par la onfrence des ambassadeurs. Mr lia Cunln. dlgu du Mrsil.a dfe 'du dvan la conseil la propos! tion de Mr K.hvard au^iuentant de deux les iinmbes perinmeute du co tseil Ceinja:an U reprsentation acu elle des dlvera continents, le nombre des E ata reprsents, il lit notamment vaioir que la Socit des Nations tat), une institution interna 1.on ta de paix. I Europe qai a de nombrdus a a complications ne sa 1 r*it prtendre avoir la priorit aur un continent mineininant paciti jue q i a un facteur de concilia ion e: a impartialit. L'assemble a vot le budget de la Socit pour 1922 a levant 2o8. %  >S'J.'<~> fiancs or .las dpeuses ptseu i ounab.e, o le Memb e du Co ps d autaut plus que 1 Ani qui linsti enaa gnant ou surveillant en cause aurait a prparer, avant expiration du rme, le plan de cette dfeuse ? b t ce log'que ? Si oui, l'insoecion so p camaraderies, dirait M loep'h iaire ne.ai. nullement oblige de se ^^ Ue8 [ 0t -p 60lori gn ,,, JT "'<— sassil paisiblemrnt tel un deplacei pour aller entendie les int ^ oas lailjts dite, puisque Mquegrassouillet, sur le prsiden ressantes communications de cne avons atautna la panible t;li jaoteuil.. Dirtction Ginra'e notre bj milit, da tue est illgal; illgal, pxrce qu il ne se recommand*, — ainsi que noua avoua eu a le prouver, — d aucune loi actuellement en vigueurEu tomme, quels sont les vrais Les chinceliers de 1a chanson Lan iise, comme Us s intitulent euxmmes, ont tait vivre U deus heures dlicieuses aux amoureux du chtnt. de la posie, du talent, de la verve, de l'esprit, que sais je?Ils continuent vraiment de manire digne 1 1 vieille tradition de la Jonglerie friociifVg parcourant le monde, prsente partout, pour rpandre en pomes, chansons ou romms lgers, l'esp.il tt l'humour trantis. Un compte-rendu complet et dtaill et exig que chaque out.e de l'intressant programme ft l objet d'une mention spciale, tellement le charme fit coitiuu, — depuisi'A-propos ta vers iibtes par lequel l'auteur, M Mtxime Guitton, fit tout de suite la couqute du pub ic, ju;qj' la Srnade finale des chansonniers que mute l'assistaace entoona avec un eotraia, timide au dbut, mu, qui spanouissait a la fiiconueui apothose. Cet A-propos et cetteSall la furent, b en entendu, du p.e es de circonstance, rvlatrices du talent rel et divers de ces composteurs et int-rpites Le 3me coup et de la srnade, — dnomme spirituelle.* ment drame en trois ep su les, — tait l'adresse de la g jcieu.e timienne ... UHILIIWU v;ncu c "•ce inconsquence ou usurpa Et M.ltre B ll.g rde aur par co i "' Le Secrtaire d'Etat, en Cet e stquent, t un mauv.ii lul.rprttif'tDce, a'tait-il pas ob ige dleur d J >e alina de l'article 4 de :o 1 P un nouvel An t, et cela, tam^ux *i: Mais.nouvel tla'.ime, I J deux raisons prcites ? An il IUI (allait quand ram 'quesiiotis que nom srurn t ser. d'un |*i i que r.ou acuul t ser. fl.ua cime ' %  ditition des uns et des — GaroD.s'jnera donc la ve.l nous accu imagm tire. noua p-ui ittiiaeiguer ces amatenis. Ac neiUmen', eu riancs, las lus pteenrs gnraux des ioeelgoemnnts suprieur, lacoodaire et primaire pir. • :o ,: % %  E i aucuna de leurs u t i Vi d u l our de co e >, M. Il pseudobutiou., ou ne r.lfe qu'ils ont le ^6'* tout, Inspecte ur tt fois pisd.nti son hunser. — Arian pouvoir de juger un autie membre nT e urs furent traduis par devant gz la lable, les chaises, disposez le appartenant a ce grand Cirps Sireciion gnrale, rige en cour; tout dus h salle du cois?i! puis, veillant. Lia Inspecteurs d Acadtnh 'JJ* 1 . sans gard au sileoce loisad.essant i son ami, celui qui au cependant, peuvent prouoncsr la Xnrla matire de cet illciime rail mrit Ulitre de Grauil. ne seraitrendre, Ul rprimanda et mme la ** l a rencontre mme de ses ce que pane qu'il aurait seulement cr "penaion provisoue,. Mais ces ft'Wons fondamn taies \l EcoU du Liment cl l Ecole Indus Z^TSlrZ* *" e? n !l du miDdit d ameQC rqn\\trutte : .es Messieurs ne vienlron' m ent primaire L J*'ut dcern par ce Conseil delp?s!.E' le vosie de Renaud de pon iHU0 a v rt w ^ Ef* ^ ttl si *ge hlas I dans un dldre.'.s I faut qm'ls vienneol! Vtmide. Nulle par -, il n est donc ques ion bd* ministriel, nous dmesja-t-U d peaaei *out bis. sera ainsi d e punir un Inspecteur-Sar-on pour O ; lnder nolre ,our: .verge Et a ors P^" r M ag'.ble quoi I Cest parce qu'tant des fonc V^' e tt larltcle des rglemeuls qui'i 1 tochauteresse, le Dparlement se tionnaires d'un rang plus ou moins %  ''Inspection Scolaire d se dplacer* m ara tout- coup en pi a s de jas iev. on leur ecorde un cert-in 'r entendre les commumcatiotis\nce.?ob telle audience que da:gne crdit, en rapport avec la ai uat.on f i5 .' r t: m Gnrale quand il lui ra fixer le Conseil des Trois, une in Qu''!* oscupont 't si ioiA-.K /. A .,,„:. J „ l .ii., m .inn tiin li*H Milra l Cn-m M Rihbart a recueilli bls qu'au personnel de renseigne ment primaire [Loi du SO Octobre il devienne, dans la mesure du possible, son bumble protecteur. Nous lui dirons de bonne foi, au cours et ne dut pas peu cont.ibaer a og. d un pro'hsin article, ce qu'il doi^niser l'entrain du chœar tinal : essayer da raliser. Cependant, qu il daigne se rappe e ut''m u .tan-nt que cet Arr di -21 O tob • 1913 sur la Direction gnia'e at nul, que cette loititu* tion blesse le bsn sens et toutes les I is fondamentalrg, relatives L 1 auveillance et llnspecion des coles, et mri'e, par consquent, d re ray. Mais M le Ministre est libre, au contraire, ds plaider en faveur du raontien des Inspecteurs gnraux M uns mchante que CPI tains hommes, nous serions les dei niers vouloir quon supprima' leur charge Ils psuvent.sans aucuodoute selon leurs mo/eus d action, rendre des services. Mais encore faut-il 1er y entraiaer Victor Hngo disait, avec un peu d exagration, il est vrai Hatienne, Jleur des Antilles Dont I ml malicieux sourit Dlicieuses jeunes filles Chante^ un peu noire Farts. Voil la tte qui s'achve 'Joui d Ibturc il serait trop tari (2 uavec nous votre voix , Uve Le soir, vous tes aux / : arti Un racce put.culier uc.ueillit Hjj qu'ensemble iis avaient la J* Malheureusement, ils n'y ont Et Ma're Daots Belle w, coœp lea aooa-lnapecteura devront cc'e vraie carac'ristiqoo don Doattd que co'e,s'en aller au DrpnrtemT.t mont mmrae celui di l'I^e ruenon pour y U )iie, sous les regarda ravia pnbliq"o. Par contre, ai Hibbert a ^ ae tt U 6 Qe intelligence de nousietaaticlaita del'Aropage.des c^upea bal avantage, pour qu'au lieu d'tre ffijjlie ce qui suit ; (t dei coupes d'humiliation La n'ont le bourreau de la Soc. bai ienne, limpovisanonau piar. fJu s.teurGorge.Char'.onqu.desr^ tencesd.giesfoi, e. dont lecture tut donne par \ t Quittoe non* pr?^ lC, ^r'''^^Mma,sapoM S la mus.que. H execte tout de mme javer. Une sret de touche ex.raordt. XZJZSA •'•"W -nusicaux remarCatte lte de I homme du peuple, ; puantes. a>on collgue nous l'a prcultivez la dfrichez la, arroia-la,. seQl comme un eMdaeaemnajeal. Lj condez-la, clairez la, m)ralisea-la, jeas serait assez intressant tudier ,:'.:, se/, la; voua n'aurez pas besoin Le Franais est si plein d'esprit I de la coupera j Les organ sateurs ,de la soire de Eli blenietimulez lea InspecteursjBellevuene s: sont pas seulement fait gneraux.faitPaqu'ils voyng-nt—nonlannlaudir ils ont fh„ m a \ pas pour aller Grand Goave on a E'£^JSL'"J* P ar toul ^ WHIiarason nead.nt les vacances, 7" ^, e %  " ont constamment aion que les OOlee sont fermee.-i m tr e , ., '• %  • a l'i:u-iou mats en pleine priode de travail. %  | d et *> is de leur programme. A de Dites leur de donner des conseila c f, ms raom!:r >ts, cela prenait les pdagogiques aux instituteurs, de allures d'une vritable collaboration, sympathiser avec eux. de lea encou D faut ajou'er que M.\L Charlon et rager — loin de las rudoyer, comme Guitton sont de parfaits hommes do le font qoelques atrabilaires, certai: monde et nous sommes pe r sua.|a s nemeut on n'aura pas besoin de %  eur couper les vivres. PTESSIER Dr A V. CARR (A suiviej quapr'.un* nouvelle reprseotaiioa ils s--rtvavec le publicoofl au pnncien dans les termes d'un? patfaito caaaraderia. '


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05494
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 05, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05494

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
(Jjli
z-cie anoe Afp 4I#4
,Pon lu PriDcc'Eori
lercrtdi OccJr* 193)
DI1UCT1WR PROPRIBAlrlK
Clment-MAGLOIRE
LENUMER'r '^0 CENTIMES
Quotidien
I f s peuples ii'oot d exis-
tence qu'en ttnt qu'ils
sont des groupes naturels
forms par la eouimu-
naat des intrts.
ERNE8T AkiNAN
REDACTION; Hue Amricaine No. Mb
PAiDAGOGIl
Remuons le champ encore...
' A notre estimable ami et ancien collgue, M le r Lon Sjourn
mme pas song, te* vnrable
accusateurs qu ai pourrai' !"
rani*e le po son 1 face.- Qa mauvais p-yoh >!ogieef
Maintenu)', j ntz cela quj!qn<>
choMo dirrrfjt bh : c'est qu tn-it
arrt, et nous le leur avions dit,
lors (in ro' fli, es nrii en verlu
d une loi dont il n'est l<> plus souvent
que l explication ou le ijelopp9m*nt
J ni les lois du 24 N pitmbre \8Xi
sur la s trveiileoe* el [ioeoec ion dn*
Eco'e*. ni Miles nr ri'iatni'Mion mibnque (Lois P.
Ma-ig't p' G G'doo). ni celles du
2fl ^o{ 10/2 su'- I ineoention et la
g'irvii'a' <; des Ecoles (Loi T. G ul
baud) n > foit II moindre allusoo
du peiae dis iphaaires grava qui
poutraeu 're ijl^mas contre un
m-mbre da Corps Enseignant.
Vous conviendrez qu'il n'y a rien
id) plus tome; car quelle faota, vrai
Iroau', un Inspecteur das tlcole*,
js.il ulai'. de moralit douteuse, ai-
rait il susceptible de c immettre, q .i
{ pu" lui valoir une pme diacipl nai
KKJj inu; La soire de h
CksonFraais
ci nous ne sommes
passons ce Ciel, tons d:>s amoraux
Mais ce Corps inspecterai darron
di
Nou; croyons u'i!e de revenir ?u- En ve:iu da l'ail 4 5e n- a'ina
jwd-btti a l'Arrt du 21 Octobre de l'Arrt du Prsident de la R*pu
iilsnrlo-ginisatioa du Dparte blique (si,)-( > n'est plus le sien
Mtde llostruciioi publiqu , *r- malgr lai.. 87 d.- U Consti utio ;
.dont l'un des a-tic esdeva.t( e sur les rrspou^biliis ministrielle
cliqu ave; rgueur contre ilospe: da du 21 O.tobie 1918,1e vous
mo d'arrondi: s ;ment. au plus tort invite i vois prsenter demain, jeudi,
liquerele aitse. de propose i midi, devant la Direction Gnral
r, par M Dams Bellegarde Cha- de l'Instruction Publique pour vous
an Mi', f-n parenih^e, pour quel!;; expliquer : etc ..
won .1 Cilant voulait Lire cl Or. le 5e alina de l'art 4 s'expri-
WJts foudres vtrg-rtsses sur ce me ainsi:
Mrespei table/unique et lgiim^i t Elle, ( la Direcioa Gnn'e
entier de 1 ancienne Comm.a.i-n donne son opinion sur l'application SJ?*^?1' '
Uatrale de l'Iostruct.on Pub ique. des peines docipliuatres graves rcla| EDom.
Sens avons eu dj i prouver,par. nies contre un membre du Corp* r.S0T,"ce cil
otre change de coirespondancessurveillant et du Corps Enseigiam
Ire \a lei!e8"de> proteetr aprs examen de la dfense de i-mcu- discernent cre par des lois n est
iccoie de Uro t.qu'aucune loi hai- p qui devra, sous peine de forclu poin terrible- -i', de haut parente-
iioe navait jamais prvu la S<-JMon, le produite dans le dlai fix g<'-' y avai du reste, uu but
pwtnmce scolaire C.*pendai.t,'par Ip Secrtaire d'Eiat de llostruc- tieindie. une affaire considrable
lamde} de cet An dit torraslle- tion Publique rgler. E 1 vrit cjinnt tant de
1; est emendu que les Iospe::eurs l8rtt^ * > passions aont-elles
Gnraux. ^^X^^Ut^^Z^J^ ^ C6J
-il?'? SUcVC ' Ie' -ideure. * Quelle contre-
Mais pouisuivons : apra examen et sous qusile latitude a-.-ou jaunis
Vous pensiz, rien que par ces mot;, rencontre un tribunal provoca eur,
qu il s'agirait, en U cuconstauce, de ayant droit de eue au sein d'un l> *
Discussions, de recherches exa:>es, percement de llnstructio 1 publique?
soigneuses, pour arriver,e:ant donn tiesta ciurt d'attnb 1 ioai que cas
une dfense. crite, par exempte, Messieurs ont imagin les uoyens
la saioie vrd ; Ninni.voui n'y es c K ''
point
L'inculp, devra soin peine de for-
clusin, produite sa uetense dans le
dlai fix par le Sicrtane dEai
Cette phrase n'eve.lle t elle p-s. en
out.e, l'ide d'un *space de'temps
E\'. rsiliait, l'itul oenditice le
l'Aiieangae. -- Le delegu-S du
H il Jeui in ie pins de rCpr
senUiion -30 Uv.) irduc m'ioenl
Amriceia. i_e Badfl?' de la
Soc^
An Cercle Belle vue
Hier soir, au milieu d'un lUditaH
QiNEVE- ,1 II s- confirma q IQ "^^eux, di^t nga,et surroa-, -4l
le Coo-mU de laSjei des Natlooii' o,3rd. sympathique,rehauss oar
fera coonai re non avis sur la qie-r--1 Prsence du Mmistre di Fiance.
tion si'sieine itmedl OU dimanche MVI GeotgM Chirton et Mm m
proebaio. L'as3emble a adnptd nne.Geitton, pot:s. compositeuis, chid
r-oution prenant acte de l'indpen sonniers, ootoflrt hiet leur p e-
dinca de l'Albanie et priant le coo- gajri soira au Cercle Btllevoe.
ml:
U Direction Gnrale de 1 Iastruc
md publique se compose :
..'De Superintendant de l'Iostrac
-m Publique t te, etc.
Etl'aitice S: Le Superintendanl
Jwde le? sances de la Direction
wsrale tt en assure le service ini
Jw avec l'assistance d un Inspecteur
Jwiril dsign par le Sccitaire d E
oe Iloitruction publique , etc,
Qu'on ncus pende haut et couit,
t ntsl U une illgalit.. purile I
Nwnrnonis.le Superintendant une
paiti, ( et
il irapotte qu'un de
ioum nous tablissions loyale-
M L
ipecteoi
*-t comment et pourquoi
gjgeois tut frapp. 1 un lnsr____
*'*i. lu, sans oui doute, par sou ''
-Pire M le Grand.Ministre, pays ce
par l'esprit de chicane et de do.ni
uation, ils ont tabli, leur profil,
entre les mambres du Corps sur-
veillant uue sorie de hirarchie bien
p.us, des chelons de supriorit.
.Non, cette Cour de justice, qu est
la Direction gui aie,frise le ridicule,
se'l d>i ds'K'ier une coin mission de
trois metnbr-ta imuar.iaux non iot
resses, qm ira en Albauie f-tire une
eoq i;e sur las frontires fixes par
la onfrence des ambassadeurs.
Mr lia Cunln. dlgu du Mrsil.a
dfe 'du dvan la conseil la propos!
tion de Mr K.hvard au^iuentant de
deux les iinmbes perinmeute du
co tseil Ceinja:an U reprsentation
acu elle des dlvera continents, le
nombre des E ata reprsents, il lit
notamment vaioir que la Socit des
Nations tat), une institution interna
1.on ta de paix. I Europe qai a de
nombrdusaa complications ne sa 1
r*it prtendre avoir la priorit aur
un continent mineininant paciti jue
q i a un facteur de concilia ion e:
a impartialit.
L'assemble a vot le budget de la
Socit pour 1922 a levant 2o8.
>S'J.'<~> fiancs or .las dpeuses ptseu
800.000 francs o. Le conseil a adres
se a la premire comniaiou uue
Cjmmuoicatioo moiuranc l'unporiu
nue d'augmenter acueilemeut le
nombre des mamb'as du conseil.
>i ounab.e, o le Memb e du Co ps d autaut plus que 1 Ani qui linsti
enaa gnant ou surveillant en cause
aurait a prparer, avant expiration du
rme, le plan de cette dfeuse ? b t
ce log'que ? Si oui, l'insoecion so
p camaraderies, dirait M loep'h iaire ne.ai. nullement oblige de se ^^ Ue8 [0t-p60lori gn ,,,
JT "'< sassil paisiblemrnt tel un deplacei pour aller entendie les int ^oas lailjts dite, puisque
Mquegrassouillet, sur le prsiden ressantes communications de cne avons atautna la panible t;li
jaoteuil.. Dirtction Ginra'e notre bjmilit, da
tue est illgal; illgal, pxrce qu il ne
se recommand*, ainsi que noua
avoua eu a le prouver, d aucune
loi actuellement en vigueur-
Eu tomme, quels sont les vrais
Les chinceliers de 1a chanson Lan
iise, comme Us s intitulent eux-
mmes, ont tait vivre U deus heures
dlicieuses aux amoureux du chtnt.
de la posie, du talent, de la verve,
de l'esprit, que sais je?Ils continuent
vraiment de manire digne 11 vieille
tradition de la Jonglerie friociifVg
parcourant le monde, prsente par-
tout, pour rpandre en pomes,
chansons ou romms lgers, l'esp.il
tt l'humour trantis.
Un compte-rendu complet et d-
taill et exig que chaque out.e de
l'intressant programme ft l objet
d'une mention spciale, tellement le
charme fit coitiuu, depuisi'A-pro-
pos ta vers iibtes par lequel l'auteur,
M Mtxime Guitton, fit tout de suite
la couqute du pub ic, ju;qj' la
Srnade finale des chansonniers que
mute l'assistaace entoona avec un
eotraia, timide au dbut, mu, qui
spanouissait a la fiiconueui
apothose.
Cet A-propos et cetteSall la fu-
rent, b en entendu, du p.e es de
circonstance, rvlatrices du talent
rel et divers de ces composteurs et
int-rpites Le 3me coup et de la
srnade, dnomme spirituelle.*
ment drame en trois ep su les,tait
l'adresse de la g jcieu.e timienne
_-----... UHILIIWU v;ncu c
"ce inconsquence ou usurpa Et M.ltre B ll.g rde aur par co i
"' Le Secrtaire d'Etat, en Cet e stquent, t un mauv.ii lul.rprtti-
f'tDce, a'tait-il pas ob ige d- leur d j >e alina de l'article 4 de :o 1
P un nouvel An t, et cela, tam^ux *i: Mais.nouvel tla'.ime,
IJ deux raisons prcites ? An il iui (allait quand ram
'quesiiotis que nom srurn t ser. d'un
|*i i
que r.ou acuul t ser. fl.ua cime
' ditition des uns et des GaroD.s'jnera donc la ve.l
nous accu
imagm tire.
noua
p-ui
ittiiaeiguer ces
amatenis.
Ac neiUmen', eu riancs, las lus
pteenrs gnraux des ioeelgoe-
mnnts suprieur, lacoodaire et pri-
maire pir. les [otpefl euia dAcadm'e et lea
lnsp/.cteure pnraares, l'iuapection
Uea > :o ,: E i aucuna de leurs u t i
Vi !du lour de co e >, M. Il pseudo- butiou., ou ne r.lfe qu'ils ont le
^6'* tout, Inspecte ur tt fois pisd.nti son hunser. Arian pouvoir de juger un autie membre
nTeurs furent traduis par devant gz la lable, les chaises, disposez le appartenant a ce grand Cirps Sir-
eciion gnrale, rige en cour; tout dus h salle du cois?i! puis, veillant. Lia Inspecteurs d Acadtnh
'JJ*1. sans gard au sileoce loisad.essant i son ami, celui qui au cependant, peuvent prouoncsr la
Xnrla matire de cet illciime rail mrit U- litre de Grauil. ne serait- rendre, Ul rprimanda et mme la
** l a rencontre mme de ses ce que pane qu'il aurait seulement cr "penaion provisoue,. Mais ces
ft'Wons fondamn taies \l EcoU du Liment cl l Ecole Indus Z^TSlrZ* *"
e?n!l du miDdit d ameQC rqn\\trutte : .es Messieurs ne vienlron' ment primaire L
J*'ut dcern par ce Conseil delp?s!.E' le vosie de Renaud de pon iHU0 avrt w^
Ef* ^ttl si*ge hlas I dans un dldre.'.s I faut qm'ls vienneol! Vtmide. Nulle par-, il n est donc ques ion
bd* ministriel, nous dmesja-t-U d peaaei *out bis. sera ainsi de punir un Inspecteur-Sar-on pour
O ;lnder' nolre ,our: .verge Et a ors P^"r M ag'.ble quoi I Cest parce qu'tant des fonc
V^'ett larltcle des rglemeuls qui'i 1 tochauteresse, le Dparlement se tionnaires d'un rang plus ou moins
* ''Inspection Scolaire d se dplacer* m ara tout- coup en pi a s de jas iev. on leur ecorde un cert-in
'r entendre les commumcatiotis\nce.?ob telle audience que da:gne crdit, en rapport avec la ai uat.on
fi5 .'rt:'m Gnrale quand il lui ra fixer le Conseil des Trois, une in Qu''!* oscupont .
't si ioiA-.K /. a .,,:. j......l.ii.,m.inn tiin li*H Milra l Cn-m M Rihbart a recueilli
bls qu'au personnel de renseigne
ment primaire [Loi du SO Octobre
il devienne, dans la mesure du pos-
sible, son bumble protecteur. Nous
lui dirons de bonne foi, au cours et ne dut pas peu cont.ibaer a og.
d un pro'hsin article, ce qu'il doi^niser l'entrain du char tinal :
essayer da raliser.
Cependant, qu il daigne se rappe
e ut''- m u .tan-nt que cet Arr
di -21 O tob 1913 sur la Direction
gnia'e at nul, que cette loititu*
tion blesse le bsn sens et toutes les
I is fondamentalrg, relatives L1
auveillance et llnspecion des
coles, et mri'e, par consquent,
d re ray. Mais M le Ministre est
libre, au contraire, ds plaider en
faveur du raontien des Inspecteurs
gnraux M uns mchante que cpi
tains hommes, nous serions les dei
niers vouloir quon supprima' leur
charge Ils psuvent.sans aucuodoute
selon leurs mo/eus d action, rendre
des services. Mais encore faut-il 1er
y entraiaer !
Victor Hngo disait, avec un peu
d exagration, il est vrai
Hatienne, Jleur des Antilles
Dont I ml malicieux sourit
Dlicieuses jeunes filles
Chante^ un peu noire Farts.
Voil la tte qui s'achve
'Joui d Ibturc il serait trop tari
(2 uavec nous votre voix , U-ve *
Le soir, vous tes aux / :.arti
Un racce put.culier uc.ueillit
Hjj qu'ensemble iis avaient la
J* Malheureusement, ils n'y ont
Et Ma're Daots Belle
w,cop"!
lea aooa-lnapecteura devront cc'e vraie carac'ristiqoo don Doattd
que co'e,s'en aller au DrpnrtemT.t mont mmrae celui di l'I^e ruenon
pour y U )iie, sous les regarda ravia pnbliq"o. Par contre, ai Hibbert a
^aett U 6Qe intelligence de nousietaaticlaita del'Aropage.des c^upea bal avantage, pour qu'au lieu d'tre
ffijjlie ce qui suit ; (t dei coupes d'humiliation La n'ont le bourreau de la Soc. bai ienne,
limpovisanonau piar. fJu
s.teurGorge.Char'.onqu.desr^
tencesd.giesfoi, e. dont lecture tut
donne par \t Quittoe non* pr-
?^lC,^r'''^^Mma,sapoMS
la mus.que. H execte tout de mme
javer. Une sret de touche ex.raordt.
XzJZSa'"w -nusicaux remar-
Catte lte de I homme du peuple, ; puantes. a>on collgue nous l'a pr-
cultivez la dfrichez la, arroia-la,.seQl comme un eMdaeaemnajeal. Lj
condez-la, clairez la, m)ralisea-la, jeas serait assez intressant tudier
,:'.:, se/, la; voua n'aurez pas besoin Le Franais est si plein d'esprit I
de la coupera j Les organ sateurs ,de la soire de
Eli blenietimulez lea InspecteursjBellevuene s: sont pas seulement fait
gneraux.faitPaqu'ils voyng-ntnonlannlaudir ils ont fhma \
pas pour aller Grand Goave on a E'^JSL'"J* Par toul^
WHIiarason nead.nt les vacances, 7" ^,e "" ont constamment
aion que les OOlee sont fermee.-imtr,e.,., ' a l'i:u-iou
mats en pleine priode de travail. "|det*>is de leur programme. A de
Dites leur de donner des conseila cf, ms. raom!:r>ts, cela prenait les
pdagogiques aux instituteurs, de allures d'une vritable collaboration,
sympathiser avec eux. de lea encou D faut ajou'er que M.\L Charlon et
rager loin de las rudoyer, comme Guitton sont de parfaits hommes do
le font qoelques atrabilaires, certai: monde et nous sommes persua.|as
nemeut on n'aura pas besoin de
eur couper les vivres.
P- TESSIER Dr A V. CARR
(A suiviej
quapr'.un* nouvelle reprseotaiioa
ils s--rtvavec le publicoofl au pnn-
cien dans les termes d'un? patfaito
caaaraderia.

'
.


L MAI IN
Une interview rie Pierre
Brville sur le Baiser
de l'Aeul
Le Baiser de 1 Aeul dous
apprend notre arui i'ierre lireville,
l'auteur, est une pice qui dae d >
grandes vacance* de 1918. Apnila
voir acheve, ie m'prapressm d'ail il
'a lire l'aimable directrice de Cin
Varits, Mlle Lily Taldy. qui fai
toujours un accueil favorable ceux
qu'elle croit dous de talent et qui
^'estaient dans l'art dramatique soi
comme auteuts.soit comme acteins
D'une oreille attentive, Mlle Tal-
dy couta ma pice et immdiate
111601 '1, Il :B IIll" | bl 1.1 (II- Irt lUOllln.
J'en fus i nctiani.Maid il lallaii ettc
drn la li.i dea veCaDCei tour qu ell
n'entendit avec ceux qui elle cor>
lieiait lt tta'
Les vacances acheves. Mr And*
Chevallier qui avait tntrepria dt
transerer Cin Varit de la fa<;ade
Sud a la faade .Nord du Champ d^-
Mar-', me conseilla de conserve
Le lianer de l'.-iimlpour l'iotogora
tion du nouvel ditiez l'acquies",1
so.i dsir.Entra temps mes tudie
de Droit et mille auUes choses mb
sorbrentei dtournrent mon esprr
du thtre. Et ce no fol an'un scir
du primeiups dernier, en flnant pat
les mua aaluoaa de i ort au l'rinc
tue mes amis l'aul Sivaiu et Tho,
.^alnave m'abordient pour me de
mander g\ j'entendais garder la pi e
ternellment dans lee cartons. Ils
bl nre.it mon indiffrence et me
;>ro cul de voir Mlle Taldy.
L- intclrice de Cin-Varits tait
toujours dans d'excellentes disposi
nous, mais le rle de femme que i
lui destinais devait tre tenu
par une actrire qu'elle voulait lanctr
Des noms d'acteurs furent cii :
Lerebourf, I'ierre Antoine, etc. Iv
'voil couinent de baiser le l'Ai oui
va subir bientt les feux de la mm
ps.
Kn peut on g'ivoir le sujet, l'id
principale La sujet '.' L ide jpfinci
pale, je uis vraiment dsol de n
pouvoir |voua renseigner jusqu'ici
les artistes qui donnent leur con
cours m'ayani demand de ce pas
tu parler avant la pteiuire ie,m
*cntatio:i.
On dit que c'est ure thse lotrei
aante que vous dveloppez.
Vraiment quel gros mot pnui
un*1 petite chose La vrit est | u
le Baiatr de l'aeul est le dveloppe i
mant de certaines ides que je pio j
pose- Le personnage piincipale exu
ie vtus le connaissez.
J lut pour ma part, un bonheur
d ni.er en relation avec lui ; car
ces i talions me permirent de Pou-1
ceiver de pies et de contrler par'
l.n,fc;.u point de vue psyinlogiqu. j
la justesse de nos ide.1:. 11 n'y av- i
Les manifestations
franco amricaines
Par Cble
Ecole spciale de
Steno-J)aclyh(jr La Direction de l'tcole Spciale de
jStno-Pactylographie est heureuse
PARi>. Les journaux counc-renl la crmonie de l'arc de triomphe ^ c Quelle mcoI dinaugurer un
comme une manifes'stion grandiose
ei clatante de solidarit, d nniou ei
U
JEUDI
3
d initi des peuples amiicain e
fianais.
Le Petit Parisien'- dit que ce t-
c -i .'inoi.ie restera dans le souvent'
d*s deux nations comme une de-
plus monvanies frnnihjstaiion*.
Le Matin ' relve notammen
une phase du discours de M- AJyro-
T llerrick disant qi-e I avenir di
monde est troitement h aux doa'i
ne.-* de la France. Ce sor t, d il.de
graves paroles dans la bouctie d'.uu
ambassadeur; elles sont dignes du
peuple arden qui est accouru no'ig
apporter la victoire.
Le Petit Journal dit qu'on a l'iro
preesion qu'aucun va6inent ne
pourrait dnormais sparer le* deux
i-'\s communiant dans une pense
de leconuaissaoce l'gard des sol
dais morts pour la mme cause
Drame sensationnel, moral
nouvtau piogramme pour Jensei-
H e '.ent de la Dactylographie uas
sur la Miho'e Snith complte M
amplifie, tomprenant i>o leons
Paciylcgnohie Viatique et
12 Leons de ' Mcanographie Tho'huniers Charton et" Gai ton donnent
"une et se Corresrosdance Com ,eur Gttl** do Chanson Franaise
merciale ".
b'ile prend plaisir notifier gale
ment ?ux intresss qu'elle va adopj
Parisiaua Nouv:Uei^
L'un de nosanjis.Je!.
dnonc par Un ra!;.Vi
" m "rr^
renvoy dans ses n*. *
liotatfous de se?j*f
Son acquittemenl
par 1 opinion cornrn. 5
noble geste des Haut, fi
hatiens qui. dt le debuTh
tour dune visible b:eQil(
Entre G. 1
Cest dimanche que MM-les chan
l'aria, sna
Lee cartes aero.it
muni en vente
mitt dAs d-
La Grce la veille
des pourparlers de
paix
PtrJCable
On mande de Constantinople qu
ne nouvelle d'Athnes aflirme qu"
la Grce publiera ornehninemeu'
une proclamation prcisant la dispo
aition de la tiice louvertuie de
pourpailers de paix.
On discours sensa-
tionnel de Ctmen*
ceau
ter i partit de la proename session-
e iy> cme gnial invent rcem
ment, par Mr . S. Estoup, Stnogra'
^he i la Chambre des Dputs et!
V ce Prsident de l'Institut S;ncgu!
phiquede Franre pour l'acquisition (
sre et rapide de la vitesse Stioegra'
rhique-
Eu vue de l'excution fruclueuse
du nouveau programme les inscrip
lions tint aux cours de S en > qu'
Varils
CE SOIR
Les Mystres
de Neuf' York
10. Il111 1-e (pit-odes
JEUDI 8 lues prcises
\les?ieius G Charton tt M Guitton
rabies olhciers Am
nciine,.
Par Cable
La presse commente le discours de
eeui de Dactylo ne pou'rontse taire dira leur rpertoire :
do navantqu uxquir.ziioe 'd'Aval,
ir^ quirzine de |-i;ilet
Conformment notre pro p'c
tu*-', ce programme embrasse une
pnode de <> mois Cependant ia Di
reclion de I Ecole peut avoir des ar
rangements spciaux et avantageux trois parties : L'Heure Sincre-
avec les personnes dsireuses de par
(>'re leuis tudes Stno-Dactylogra
rh ques avmi ie temps rgiemen
tair, ce i q-.ioi elles peuveni parve
oir en recevant rai s?m*ine un p!cs
gra-id nombre d^ leons.
Lfif aocieot lves aeiOQI cordia'e
lemn' i"vits i fair* paitie g'acieu
senum d; la prochaine c'a^se dz
t Mcanographie Theouque et ( or
respoudauck Commerciale j.
Le testament de Pierot
Paris 5 rires du matin
La Terre
Le sou de Nickel
L-ss piaristes
Le joyeux fta ds etfl
Un co'iiin-'ii ra pnr Ih ri!m
Issoliiiiou
les ch ift nrs sous'.'g
i Var''s ont dcid ft
sant *"^rel espr.tde10lt;
rendu la dcision qui lave n
si cruellement 3u,qu p "
Le dlateur qui U^k
Ha-ne dor tre connu deiT
ci en tsumsa Phonrnon
Ancen GrelfiMduTrbt
1 lui rvoqu pourd'ojtat,
valeurs dposes au grefl-0
g'ai*. 4
Aicifo Ag^nt d'unQaolj,
la '.ap.ule.il fut rvoqu
dlit/. 4
Ancien ( bel de Parquetl
enrore rvoqu pour im
Aprs sa rponse nous
de dvelopper ces diffrent
de rvocition, ft dans Irt
drre Ai\.\\ s '.OUtntOJl
en!d'?utres.
D tn 1^! Misr..b'e que
'tt nJre d mieux. sir.on
j d'irqusl:fi b'.e !. ht- c'. de
lan e .nouis.
CORRESPOI
s, lunis
pis la f r
me rsolution do ' bases noave les 1 ur iso.iro' i-;1
vue de raliser les li is ,o perativ V
doit aile a pour bu ; n oi.squ'n
c*. i s ton uu pressant a;-p-i a i. u
P.ogra-nm^, Tanl et PiOfpa.tui |, chauUra m mb es roadataun
sont fournis sur demande ou non dt)i inscrits au Sy^icat de
M. B Anxieuse dette sgrab!- sidioindre 1 tux pou ce iv e i Ci
M. Clemenceau a Se llarmine et d i i ses anciens lves ft au rub ic, trmrendre dans ce sens
clare d'une manire gnralequile t iE:0ie Sp: a'e a d.'cii d oftrir une [h rappellent ceschnfl an qu*
Pour n'i'onioot'e*;}9m
sortes il'' moteurs /iiutelsl
et pour m'V'hinn "itMue,
Huile rt (irai
1); nremire q'ilU, m
Irentt
France ne peut couatammuDt" sacn 'ont munis d'une recommandati >n f st de l'intrt de Iojs 1rs ch.ul
lier ses droits la polilupe des al portau' les signatures do ; octfna ftfurs qu'il volue v-rs 1rs li is q i'jo
liances. lves ayant _sub: ivec suc et leiira s tait propos*. Is rapceol que
Lr; Matin critique le discours de txamens de la d'tui's
M.Clemenceau et joute que la Fran
re d'ailleurs n'tait pas hier i Sainte
Hermine mais la place de 1 Etoii-.
LA l>llK'/ri:)M
Accord fraiico-liiTc
Par cble
le-rrs vois *ero'it eu tendues.
Fvit a Varit? en laowe o;ii:ili-
re le \ (J:tc 0 e I92I.
(Sign) I llirjux, Th B a. Ch
Gaigoard, Bmm. R mp 1, K Cu-
g uid lil Hraux. V. Gugi^iJ. Vcj*
tor Gusta-es. C'ermont C lsm e,
Aotoinc Wuolley, Rioul B z.-uis,
Prixdefiint toute ^oncu|
W/iirr.sOilOo
Geo. Jtsans
l'Jti'Iaurn s.i'.'Jinj ^j
tt ae du Miv'asin de 1 Ent Rj
Par rb e
MadI D U() communiqu officie
PARIS Le ministre des affaires concernant les sparations do ar.ne Albert liie.i N Lutnareue Ai o re
plus vraiment qui les exposer. Mus trangres annonce que 800 soldats es o go oie su Mil ): dit qu'a U sous quelle forme Faire un pet franais et dix otliciers prisoonins d nm -"pu'q'icr. mense d'ariil'ene
itcucil de maximes, la manire de des ruts lurent mis en libert aprs plusieurs colonnes e pu-ro'es cfp u Le, memb e-- du Comi c Directeur
celui de La Kochetoucauld ? Cela me UQ acCoid conclu entre la France et rrent d'impo ift.t-s postions i Lrb (t |m membres fondateurs sont orii
t-aiaissait prtentieuxAlois une bo 1 le gouvernement d'A"ffOil. L-s d L'nladiau 1 D*nr, les tranches de se eunir uu lo;al bsbi uel e Di
i.c lee u.e souilla dbaucher le plan j.Ues lurcs qoittirii I Angora pour 1 maures sont re upliea de cadavres, manche 9 O; cb s courant
ue la pice que vous apprcienz sa- a[ler i Adana confrer avec les iep! .....
n f.n sou.
Ceitaines
scnes, dois je vous
sentants fia. ns au su|et de la dis-: LhS TATS UNIS RENDENT HO vl
tussion des conditions de l'accord
due^uitout au je acte, sont pratajui j Iran o-urc qui comptrpdrail le re-
dr>. iraaspositions de ce que |'ai pu irait di s troupes liaros-s des 'erri
observer dans la vie mme de ce ui toires itclams par les nationalistes.
qui m'a inspir i son insu.
Lcl ciKonstances peuvent
avcM
Lis liati 9 preDrent d s rr csu
Meus rfitssaires pour viter les >
Je l'Aeul.
chiLgAj mais ceiiainement pas au :pie>ailles oes turcs contre kl ai m
pi.nl de l'empchai ne M teconnai.M.-i des icgions i de uaiis its mees exposes quand il ,.........i.... .
ul)a vu la lepiscolaMuu du liaisi 1 LA PROCHAINF CONFERENCF
SUR LA blTUAl ON IKLANDAISE
Pai tdlle
DUBLIN-Il dUgatirn dts s;cn
^'imp8f|l!tJ Cllrale '*, a II confrence de Loodrct,
,. '., '- qui cherchera la po s bi'i d'arriver
ir(lU8liailll(|(ie i un lflemeci dfinitif ce la q ie
tion irlandais*, partira de Dublm If
r *.'rmpr Martioiqoe est s'io-^n 10 Uc;obre. V'alfia ne serait pjs dl
i"iidi ,' couraol h' repartira le mdm* gu et n'irait pas i Londres.
jj-r pocr Santiago d Cul<-. ....... m ..... ---
I n de retour lundi 10 or'obr- 2cocoo HOMMES IN AKVifSSL'R
oi.r., partir pour loa porta do Nord, LA FRQN11ERF aUTR CHIENNE
San Jnnn. | a Coiji-up 11avr*.
Par c.ib'e
VIENNE Un rapport officiel au
trichien anronce que 200 00 > ho-
mes sont en armes dool 40.000 pr
la f'ort.ie au'"> hiennr.l.es troupe
possdent un como'e' rquipemen-
d'armement de campagne tt quatn
p es de gc
Avis de Dpart
1 es dr hes 1 our G naives. C j j -
Hi tien, Porto Mata, To l--Rco rt
le Dvr* par 'e steamer tCi'avelle,
cet apri raidi i
l'i 't au l'rinc*. In
'Agent
Octobre ty-JI
ROBELIN
WTour rA'rt pat, nous rerrprri^r.s
vivemeut les UPWa*adcori de II chin
fraraise de la note de gaie
apporte" i Port au-Pri" e
rocnmc pour faire diversion i tant
oc causes de marasme et de tristesse,
d nous les flicitons co'dialeme t
<1l r pienner succs, en a^tenda'',
Car il
son
qu'ils
les suivarls qui s'annoncent.
ncs e' revenu que leur rrper'onr Mieit (arme
ne contic t pas rrons df 4 m-'ie fjf heures.
pi.cs. Pon.au Frii;ce,le 5 Octobre tyat
M>(.ri A L1TALU
Par b!e
Wa'H XiJl'ON L' s*nnteur lolin
son proposa que h n dai'.le d hon-
neur o
dat inconnu iIh|>mi
M \Nll hST \"\ ION' FR ^NCO-NfiER
LANDAIS!: A LA HAYh
La Hayi-Le Tribun i d'srbitrage
DOU-- I v rrClainatlOnS des C'OCiCfl
frsraia s'.-^i tuoi hier.
Sur la uo.osiiion eu refrsenunt
franais des hommages fuie: t u d s
la Reine il SU peuple neilindiis
Sepl
heures du matin v.7 h. a- m.) pour
une corn nanice'iou imporiaa,e.
URUKk: DU JOUH
Commaaicatioo du Priideol du
Comit.
Njminat;m d'un Commission
hirge le ver.lisr Jcs cornets du
T-isoricr.
Lecture de ia Correspondance,
4 louer
Uns bonne maison
avec toutes ses dpendancti
roup d'arores 1 initier* et\
la mer. .,
irtmene du Matin
Avis
X'oublt'Z pas de passer i
tt. Hue pave, petite mataW]
situe xresqa'en face dt
Hre o l'on trouve hofai
boissons aazzuscsii* touiesi
Confrence da Membre Honoraire 0,i5 la bhileiUe f>appe,
Victor Thomas. 'Villdoiat dm lagli^
LeSc;ire El. HlilUUA J USU V jUSl,V'
fianailles
Nous avo.-.s r >. 'e lairr.part djs
i'Hesde 1 o r"iympatbique ami
I \i:
'e d-
Henry Slark
et confire M Lrm li eau tt
demoiselle Lolotte S urt u
Rue du Quai en face de la Gare
Cercueils
\.a Maison aviie U oublie, qu'elle vieM d* wvoi* v*
assortiment de dcorations, U met tir t ei m>n<. de, /W1
note 10. M t ytoi bau.c, chel de Cercueils Heures (extrieur d 'ion caiitonnis i Mineur H
bure u l Ad Diitratiou pnoJpala de f gourdes:
N-SelSIa o s des vaux de boa- I!** T6'' qm les cercil* sortis de ma fabrique sont
heur pur le jesM ai ia ieiuoi ** ^mm^ m/nrt etpresenert pour cet ussge.
:ouple.
- Les Cercueils blancs
t\ s '
IJ 'CCI sow' t''es recemmondt pour les i 'unes gens.
1 our les cercueils de luxe
qui est la spcialit de la Maison, on s'entendro toujours J*
p-ir convenable.
Pour Us commandes on est pri de s'adresser direciem-'0
miison ^
La nuit et Us jours de fte, s'adresser au chef d atelier- ,r '
. Uusson, rue des b ronts-h ort s- y0 Q[2m face delanciennew
le- fu^ei'|ee de Madame R ti
Juste d: e hier ;oir i Waj* d-
St ans .-.iiior.t 'ieu -ft .ip - m d<
I "^voi pallia <1J !.i m';n
mor -air^ sise auP(S'e Mil h-nd
P ri Hi li" la ; ..t d'S familles Terlc ge et
Loiseau.


MATIN
W&+
I

1 a bacs de la Rgit;
Franaise
^..Sca/erhi m tr,papier bleu
ttfog GJn i$
JM-iCtCajital oruruuic /., .. ,
'm ^ /. togndeu jj.lt)
puqutl uU
escompte det J Kihi j .//j
lu1 hKUjHuiO
50 Kgs et au-dessus U 0/J
L'Agent Spcial, ROBKU
Le Mayisit ai
Communal
Porte i la connaissance du public
que la vente a la crie publique t
l'auto de la Commune aura heu le
Jeudi de ce mois, dix heures du
mahn devant la forte de i'Htrl
Commuai),
Port-au-Prince, le 4 9.t i92i
Dr ANNOUAL
Coi y-rVe
la Fracheur
de !g Je,i u es se.
r-,T' "n-
f ; ,, .
Pouai
: ,' i.jfite ch?ir
1 M !, r i >
Mfcf f-ur-
Malgr la hausse
DUSSE au
Comptoir franco baiiieu
)rJH hvf. du Magasin de b'at Port au Prince
V IlLliNT A: HOUHil
Bu 3 au 15 Octobre, seulemnU
sur les articles suivants:
Crpe de Chine
Crpe Geurgettf
Zphyti
Indiennes
Mouchoirs
Voiles
l\ansouks couleur
Maillots pour enfants
Hubam
lissu ponge
Lhemises pour hommes
Coupons divers
Solde de formes de chapeaux
Occabioiis exceptionnelles
M ter ''.!'
S edel Cl: : \ -i
g
3 8 1 Tcin I.' 1
jf &! Ten-o^ljM
_ !tm Sivjn .. .;?.
r.MlIlou. > butten
Avait mit, -. .ourtemew
( tf' fil i"j--irl
de Bcu. Ju 0' II-yipundon,
*? f
I VaillaiU $ Ho net
Agents gnraux pour Hati
Avis imp-triant
En vertu d'une dpche du S?o
Cyclistes
La Mat son
A. Viclor Gentil
f>. 1731. Hue du Magasin de l'Elat
Vient de recevoir :
Des B cycle tes module UHI, marque iPeerless. l'une des
aire d'EUt de I. fu.t.ce. en date du iK V fl7Zl .L uff '"i ** "
4 octobre Jur.nl, les Squestres [i ies Sn t C* ^cleU* Solt ^gres et rapides
quidateurs, corrrmnceront a partir 2 I?", "f60!* 'enl3nl WCO0imuid#ea aux e/diates habitant des
du 7 de ce mois le paiement des cr payS roonl8t;eilx.
at.ces vr fiers et reconnues par les \MOUleilt le t'tf'8 SUtl difficult
//a/? Bonne b oi
Xip.v nent d'arriver
m
partenaut aux maisons squestres
roo trappes d'oppos tion dans l*or
dre suivant :
Aog. Ah'endt.', W BuL, B^eber &
i Des robes d France toutes confec- S0- p^T10'' c Dt: 'p P1'" i
Ba*^. j m m 1 OacH. H lurgensen. / h 1. larobsen
mnevs%ae toutes nuances et de tou> (cr Aqu.n > g kn&co.
ta Xiit/dK! K hn & Weiei ho n, F Lunau.
Ufce. Edw. Luia&Co, A Morch, Munch
Accourez vile Mesdames, Mesdcmoi- mt,r" KP* .Q****"> iaysJac
iii. m mm. m m mel Ooihon. Lucas & Co Rein
Me8 avant que le slO'k soit pume. boJdtOe (Poiiio p.ince. oooa
*4H irir nott ttnuh' />< i?M! Sl Marc' Pel" ('ove Mi,aR(d
j: Pf m su ni moaei es. re ^ F- G sdu'M* Co, h TitcoVi
'barmacie F. Sjourn
'M >ris sa clientle, au m'fcins et au pub'ic, qu'elle a
orD son Laboratoire ilJrolofe eu un Laboratoire (ie
J S appliqu- sous la Dirrcicn du
DrBicot et t. Sjourn
o. Voig.
pan au p ioce le s Ortobre [ai
i es Squestre i Liquidateurs.
O b^:\K ' & \. | MiUviUi
(
lyde Steam#hip
------------------------,-------- Company
^oratoire es? ouvert leu.- Ie3 joies d > 7 lires du rn-^tin 6 ( FOREIGN SERVIC ES )
du soir pour toutes les ru-herebcs ei analyses prvues dans! Le fleamffr t Crai rails a
"once ci jointe, saut pour le laisse New York le li'J Stp erobre
ttsermami et h c nslanie Dre>8crtoire S?ut^oPr'D?V. i Srii
lRflPnn........_ ,. .,_ |nu Aord. I1 sera ici \ers le 7 en
l'ssert I
DE A MDEZ
Le chocolat en poudre
tocoa de lehn & Fink
Highest Puritu
Follon Shoe Polish Company Inc
,'sarooi rfi;urs qun In m r .'PJjri ' frmmaeid p ir les reuaeigaemei t.v
A^sd urines t-i .Suc jjisnique,
Raction de WaaaermaQO
Bg'Cjioo de TnbouleN
Eiamen du sait,: e* du pus
E\fmei d s ma itres fca'es,
Kxamen ue crachat
AJhuno riciion
Constan'e Ur^Scrloire.
New-Yok
voulez pro 'er
ut) Hhllmt luisant ei
' peau de :VOs
^Maison Gehara & Co
f Courbe'fn face du March Vallire
1"Ie Plaisir de porter i la coiioaisance de sa benveillante c!ientl
J^^fnitr S'eamer.elle a ) Crpe de ChiLf
Si vous
chaussures,
-,.- ___ Si vous 0 lie/, ivojr
cours 1 lsseri l mm j m H^fcWEVJjjgfl;] lurabl-
pour m- I s p-i's (J S de 1T^^*S^Q'JI <;
Kingston d\ Ilpaih a directe- Wl^StW ihs ed m'cAm?"' U'[ "ii*>*
r vfsT %t tnLSi ^K T^J^^Z^
chargeurs q i .ou^raie.u profiter dSS ^J101!?1" du 'h ,fe'
de cette occasion peuvent obtenir fcj'le>l),-g ' Peau d cl. tuss'ires con're l'humidl et la
de notre office des pfTm;s d'en , 1 1
Elle en're'ien leur soupleM i e* conaeeve I .Ur b -illant
Demandez la mirqte MOXOORIM. c'est la .uoilljure de to|tas
les marques,
barquftmeot pour New V'oik ou
cEurope \i* MW Voik
Port au Punce le le tter 1921
EF CEMENTS,
Gnerai Agent
Sue
'nid
lVoile asso;t e ( Etamine )
Toile blauihe
Drill Tu'sor pour boom e
Parlumerie de toutes oites
cPoudre suprieure
Savon de toilette
1,1 Joct de ioute fracheur et suitout tts bon mtuhi.
AVARIE
^. '* qui ne veulent pas eue KUitiatauca s empressent ce fentr
- fins auMah! i.nr p<.t tsenr.
? aiaiable leur est laenr
VAMIANINE
DPJR1TIF s
INTENSE du SANG ^
NON TOXIQUE ^ e^
II -.^.-n CtaUUIi Vamiawne
t. r 'lit ;. faflfc l'avarie't
fil h'
un *' irw*?n ma" . Geo. Jeansme
geul exclusif pour Hati
asTHNie. p*flt.etai
ILOP.OSE, :.: '.'LITB
SIROP ie
DESCHIENS
d .''Hmoglobine
-.i A ,- _,__**0*n* .teur du 8i q, prc.r.rlt par I1IU m4d'al.


le .) : i *
mi
La maison
11. S 1 L V E K A
V eut de receto >~ |m* 'e* d^ritfertai
merij le* article* *uiva>iis ,|el
prix, connue toujours dfi toute conu rene
Llttisliae iwe fil pour ihi'jjuet- l'ouine noir pour iup6( *.
Monsieur LIONEL BERIHNGHA ,
AUX CAYkS, // Ui !
licprcsciiiant d'une grande labr-j
nue de moulins canne,Distillerie;
e** M I I ^ L&r.//iii7 b.bns. serviette le oiieltud* out I^ib^uib et qualuer D
8 411 (W III H*|l I |U^ li1 wi;i\f|l\%' iei.ou de soie de toute* coulouis Voile uuico-ieur Voila birtL
I illll. "S IIIilLlIIlICiS UL \M IUOUU tf ^ caneai)X eut.eiir. CbaU8e tf lummu. Chaussette eufaota ,
,. blanc suprieur, Kaki jn.u^. K ki biHuc. lajitation palcobeach pom
J 1 .* w*. - .v * .* A v AC I I k I l k aln rill I CUt costumes eofan.B. Util! fil bmi.c aog'au. Soyeux couleur- Toito1
dont la ienonunee est laiie depuisa-^*.^,p^^t^'^Iw^rf
longtemps,
Offre e 8 ht vie ce fotti cetIX gui dsirrnt avoir une
installation de Sucrerie. Dhlilleri^elc. Conditions de
paiement tisavan (tijeuaes. Longs urines contre bonnes
garantie*,
Catalogues t1 renst ignemenls seront envoye sur demande.
usai* suu'iieur. Diagonal noir aupritfur. Alpaga uoir aupriar"
betch. Organdi couleurs et blanc. Ctiavioi uoir, Sergi bhuetnoir
taujerieur, Crpe anglais, Tusso; pour j ipea et cosiumes hoTjm,
couleur et blanc suiritui. Percale biaoc suprieur.
I
Avis UX amateurs barmacie W. Buch
k partir du IrOtUdr 'a p b'ie
trouvera au (jraiidb; 61 S tu
i encoignure des rues de frajnii
jforia a duCentre du i hum < \ r.i
Sai s Hltal tl de- irl dillWrn s
d'anl de 'i ls,
PORT-."'U RIN E
Place de '
Service rgulier
Passag- rsetfct eatre pjris hatien
et Santiago de Colia
Assur par le steamer JS&MESI
Itinraire
Port au Piixica. Goaaives- Santiago de Cuba
Aux tiayes Jremie, Mi.agoane
A Vendu Pari au Prince, le 15 Uclobrt
Inscrivez vous d'avauc tli-z
Robert.!, Dutton % Cu
Agents gnraux
Paii
; u ! o I m de I* labiic.' ron
1- i! l'oriay. mda>] l'If'xpo
s/lion l"iiiv- rH* d* B.uiallfi
Cacao Peters
Ayant L. Preetzmnn AggerholcD,
iTS ... Ha -i! '* " fiw rf'aaawaw " *** '" 0* , mm* c/im/M il /a Cn^i ri di la Prmnci pe U servuede la Ibarmacte m
d$ nouveau organis t*mm par U p*si I
houi nous tenons la dposition d: nos rhtnts pour hxecutwn promMerl
S lion mi- i"ir u- *. m-- w.,lV (/(.v ordonnmes la vente de tous produits ei spcialits bannacntt'qncs, \
(fe'i.,ique)en \V Opour son rhum /(/( , ^f0J qll m til.Wl\ t\ pour l txteunon de toutes commandes pour nos clients
eist.s divfiS aulies produis ri jt. iu frovince. ,,.,,,
l'ElfO-Mli II de Milan (Italie) en | Le Service de nuit se fera rgulirement, d U Kola (.harrpsgse est faOnav
tf/.ij poursen Koac\\*n)\j*%\\e-limjohis de la mme qualit. RQCB
\ it en idttteLt le f\li m tSant^ Pharmiii*
i iva'i'
Agent gnral pour lai'i Portau Priace
Panama Railroad Steamship Line.
Service de fret et de passagers
New-York Hati
Porto m- Prince, ** ter Sptemb e 19W
Prerant opdifoo. dirtetr. pw Prglale^ai l'Eurow ri ^SiTmMu^S^im
bateaux New York, fcf d!u nipida et h nVs d.r -et servie rie et pou i I EjWA *WNa
a.II. Patarton, Geoeral Frrii h\ Ageni. -ii Stat Stiaat, New York t-ly. net payable
deatinatico l'excaplioe du Miel .
Un dpart par ranisrila |fm York d..fclfir,nd rou; Porl m Pyrcect !)lauirttpir|
u ois pour lo a le ports d'I [ai i. Sen'e,n^i P>s ga d; premire classe.- Les suivants
onl nos Agents dans U-s pril e'pa'Ol PO s .1 lvrope et d ul ferre
Angleterre. Ecotne et tirante :
MM. GAV. Shelden af b, //, Jcimr Slr#l, Ll'isr,
[pool, Englnd
i.openhngtie, Dannn rk :
MM. .EBendlx A i b, 81, ail fn4f, Copenhague
Gnes Italie :
iH M Henri Cm # A lerizi, Pteua S Ma'i^o.
[15 CtfM ifa/
Christiania Norvge :
International Speditionelekap, < hritianit.
Jlt.mlourg A il magne: H Vogeminn, Hambourg.
Gothtnbourg S' ede :
j\odish Expre*9, diidhehbourg
Le-.ivuc o> PMsmi lue n t e NtW Yo k il Hiii. en a* des irrrg nwu qci M sont fjits
yria d'un U.litc koatiaaiaa'Ci .t tsi 1^ voie 1a plus rapide pu Uq.tlti \o nu*%hiaai8ti paavtai
Ctlf "pdis I
U caraiiwmrla cotvnui fit pourN.wYok avec opbai Je Iwaiaafl toit, i oadiet
u Hnt. Boratiai iu At vus seict-l bni
LEHN & FI\R IV
r. |rrou8 produits pharmaceutiques et
articles vendables dans uie pharn
SPECIALITES Lyaol ds ntectan', savon Ly^i, ShiWlj
Lysol, Peb-cco : dentifrice iticomparcole
t'oie .Jemoue, Kmulsion, tx'rait,
Miocolat en poudre de L & F. cW exq-ii
Pondre Talcum Lit y; Cesi Textraie suf
bon march e'c etc
Demandez le prix courant
lYSOL : lemeil'eur et le plus conomique d- s ^siofaMl
Lj dsiufecUnt employ daus tous Us g a-ni bopi
lJi\E petiift cuillere de Lysol d^ns une pin'e d'eau daari,J
iasoluii( n 1 rJ
DLUX. $ oio
'iHOiS :io.o
(Une piiH reprcsenie enuroQ la conte ance de Jeul i*
naires ) ,
Le I y sol s'e r.ploie particulirement d-ns les c s mi :
mentf'Tuberc tlose, Inlection, Morsures de chens, Piqre
s"res d'in crtes. Eruptiocs de la pt au. Blessures- Pw*1 J_
ll.'ile, potirlli)4ici:e personnelle' la tjileue le biin. l)anij
bres des tn.Udei. la chambre d) baiu, le wa'er closet, let
Avant cl apis lu balayage Pojr cicatriser les blessures aeir
Dans l- s accouchements et le* Umps d'pidmies le tsoi
plus que dans lous aulres cas t
Ayez toujours une solutiondeLysoidaose
di nibre dt* votre apparie i^
Chaque lacon contient un prospectus L
Lelm 8r Fink Inc. Lon H.{**
htW YORK Agent pM H**
1B"

Grand Holel de Frai
0. B. THOiirSO.V^rS"!
? I
P. I\ PATR1Z1, proprit
Oftre. lous les jours, un menu spcial (l;:j18erai. le
malins er qUi ponera- part la ds'gnattoa des piw
chacun d'eux. |tt
De cette faon le< clients pouTont venir ajeuae ,
HOTEL DE FR*NCE o la* prix seront la port*
bourses.
le menu caunplet avec vin toujours un dollar,
Pharmacie Cen
Produits de toute fraicheut Excution Pr'{"n^/Ij
ordonnances Spcialits pour toutes les
tral
*'.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM