<%BANNER%>







PAGE 1

Nouvelles Etrangres |Ournr le drvoir| combinaisons i PAR CABI E PARIS J— Mr Ur deiwccd Johnla dmagogie qui KO, itcieD amtnssadiur dts Etats);sent pour des CnisiKt i re, nteivifwpirLi-MATiN, chances perptuellement renouve-' a cocsra' ni limn des lelations lecs.Lt Fiante vivia de la paix juste,! t'arco-an iicairts dont le piochain eu elle peina.Aptes le complet acbf \oyi.t eu maitchal loch marquera vement des pautions qui n us l'aBOthcAM' 11 loi.d-rau l'attitude des pciiontts se i.t nici.t*le plaignant l'Allemagne ,' %  prop?gande allemande en (fiel eitpailiculiiemeit peilide aux hials Unis tl en Italie. Il ajouta que la scurit du mondt upendait utiqutme, un accoid sur la qutstion dts comiUls.Lesieprsentans des aills en Autriche et en Hongrie ferom les dmarches netisaucs a cet eflet PAKIS 2— Dans un discours pu cocc a Sle Heimine, en Vende, s I occasion de l'inauguration du moni ment que ses compatriotes lui ont lev, Mr lemenctau exalta la patm TiitOIltan tt voqua en des couplet d ULC magnifaque inspiration et d uc< belle forme lutiaiie l'pope du poi lu, le ie our du paysan a la tent nouriicire et les nergies nationales II alluma que la victoire de la Fran ie lut la victoire de 1 idalisme n cessaire la noblesse de la vie. cai dtji elle libra tes peuples asservit ou opprims.Cette victoire est la vu loiie de tous les alits mais l'pieuvi de l'alliance commence aussit .Len nemi dsarm, impign d une Ion gue traditionde gurie contre le mme adversaire peut inconsciemment a von un .etour dans la tendance des jo.il; passs. La guerre de l'Entente sera l une aventure drisoire si cette enieu te ne subsistait pas. Les allis ont tous besoin Us uns des actifs au mme titre. L'ampleur des guerres modernes interdit a quiconque dts lvts militaires. La conscience, les sentiments et la vool des tranais sont pacifiques. Nul ne doit nouuii l'iir.cie-peuite que nous constituons on danger et oltnr une apparence que l'Allemagne interpiterait com ne une avance de symp.th e ini resse. L'Allemagne ne ^ ut ichir avant qu'elle n abandot ne son lve aie domination de race. £ M.Clemenceau invite tcus les (ran ais accomplir leur devoir civique co exigeant l'excution du ptogram, me de la victoire de la dmocratie 11 tout dues par l'Allemagne pour la barbarie de ses dvastations, nen ne parle plus haut que l'intitde notre scurit sur les ralits de cts rpaia lions. Le pailtment nousdo.t toute les clarts tn vue de maintenir L paix, nos allis avaient senu la uces sil de nous offrir leur ton.ours sans attendre que le ngociateur iraD ais le leur eut demandes ontsin a cet effet un engagement dont il leur sera parl quelques jours. Gicc aux rsetvci du trait de Versailles eurs actes a!o:s dcideront les ntrs. TBJ8&TE A.6B chantiers mariti mes l'ui.-iu occups par les ou v ers en grve. L'atitude des gr-vu les est agressive ils envoyrent un ultimatum aux directeurs des chsn tieis disant que i on os faisait pas tiens leurs demandes, dans les •_'i heures. 1M manire de combattre serait ctisnge. Les troupes, garde loyale, carsbiniers, pstrouilient le* iues arms de mitrailleuses. LlStiONNE. Uue tentative de mou vi meut insurrectionnel choua, le calme u'igue ci PortugslPAKIS Les dgts ds l'incendie des magasins du r/iiutemps sont va mes 75 millions ds trancs. Les Kta.s Uuis readirent hier uu oleund hommage su soldat franais morts pour la Petite. Le geuial Pertbiug, en iprseuce l'un foule immense, M. Milleraod et les uauts louctiounaires de la Ko Liub:ique dposa une mdail.e d'hou ueur du Cougis sjr la tomba du oldat incouuu. La craome iut dea pi us impressionnantes, depuis 1917 ia muilesiation o'amili franco njt-iicdiii n'aVHit lauiais eu plus d'clatUne revue miinsiie, rappelai par sou importance historique le dlite ds la victoire tait Is pro guaaiue de la crmonie. La batail IOU ues uoupes amricaines aarcluit su lie, le dlie sascita on eu ttuusiasiae lormidable. I.ta soldats poitaieui le nouvel uniforme. Aprs la crmonie, le gnral Pershiug fut chaudement tlicue par les gu taux de larmes franaise sur l'tin celante apparence du biiaillon am ncalo. UUHAPEST L'aucien roi Louia de Bavire et'sa famille sont arrivs Ssrvai dens la Hongrie occidentale. Un croit que lear ajoui y sera de longue duie De domaines impor tauis et le tpleud de chteau, appar teuant la famille sor>l situs bar vsrp.es de bieiuniuager qui est en cote considr comme le cenre de toutes soi te d mi .igutf royal aies. 1 PliDAlEsT — L agence hOLgioisej dt meut la piocUmaion de l'indpen; dance de Burgeniand et ajoute que Friedrich tside toi jours Budapest] HOME L r Oetii i ment de la po pulation de l Italie iou ineteera le 1er dcembre. BEKL'N. L'ancien roi de Wortem. TOUX, BRONCHITE, CATARRHES. Si vous commencez par L'EMULSION DE SCOTT srement vous n'aurez besoin de recourir a aucun autre mdicament. Tandis que si vous commencez par un autre mdicament plus que probable qu'il faudra recourir L'EMULSION DE SCOTT cest V Cemp gnie Cnrale Traosatlaotique La 'earaer Martinique est attendu jeudi 0 courant et repartira le mme jour ponr Santipgo dp Cuba. Il sers de retour lundi 10 octsbre pour repartir pour lea poit?riu Nord, San Juan. La Corotms e: le Havr<\ Port au Prince, le 4 Octobre 1921 L'Agent : E HOBELIN Glyde Steamship Vompany ( F0RE1GN SE1VKB ) Le steamer t Great halls a laisse New York le £d Sep.enibre pour l J orl au Pr nce cia les ports Kiijgs on d'o il partit a directemeut pour New Vork directement Le bateau devant tre Ntw York vers le 20 de ce mo>s les chargeurs q i eudraieQt proliler de celle occasion peuvent obtenu dt notre ollica des permis d'em boirquemeni pour lew York ou t'U'Ope via lUw York. Poil au Pnnce le ei Uct.rai EF ELEMENTS, General Agent r ENTRITES: et MALAOlIt QASTRO-INTCSTiNALEw DlarrUsfi tfrtiiiiourrtaaoiiB,£i:*.di Ito muo lucuibroneuM* tuborculmis; Constipatloo, Auctdents app!trlcnlalrem, rivm tvpotde, jluladit'Seli rcua.At n,Eoi:ru&, Furcuolcs, tu. auCftisoN OCRTAINE pf i'u*-./e d r La maison H. S I L V E K A Vient de recevoir par les derniers il mers, les articles suivants di prix, comme ton jours dfiant toute concurrence BitisGne pute l pour che-aisesPorline noir pour jupes. Q|| h!anc serviettes de toilette de foutes Lir^ors et qualits* Drill t repon de soie de toutes couleurs Voile uni coo'eur Voile ban carreaux aujneur Chausse 1 tes homme', Chaussettes enfaou," blanc suprieur, Kki jaune. Kaki blanc. Imitation nalrnbeicb. ooafj et coutumes ei.fan.s. Unll Ul blanc anglais Soyeux couleurToil tas. Coton drap de toutes la-geiurs et qualit, Csinette aapi Tueaor japonais pour chemises et lobas. Tulle pour voile. Latin Jais supueur. Diagonal noir suprieur. Alpaga noir auprianr, btach Organdi couleurs et blanc. Cheviot noir, Serge ll u.tnoiri suieneui, Crpe aDglaie, Tussor pour jupes et cos.umea & borna couleur et bl.nc sutiituis, Percale blsnc aupiieur. ~] Service rgulier Passag rs et I; e t cotre ports hatiens et Sanii: f y o de Mi'ja Assur par le steamer ft&MESl Itinraire Port au Pri*ce. GonaivesSantiago de Cba Aux cayes. JOremie, Mnauaane Attendu Vort au Princ*. le 15 Octobre Inscrivez vous d'avauce chez Roberts, Dutton Co Agents gnraux Cacao Peters ^ VENTE CHEZ Vic'or Mangons. S mon Vieux.Lope L. Preetzmnn Aggerholm, A gin' gniral pour haiti — Port-au-Prince les adjure dcaiter les pratiques de4jerg Mt moit La Maison Gehara & Co liue Courbe en (ace du March Vailire Se fait le plaisir de porter i la connaissance de sa bienveillante clientle que. par ie dernier Siearner.elle a n> uo bel assoitim^nl de marchandises Anes telles que : Crpe de Chite Voile a&soile ( ht. m ine ) Toile blanche Drill l'utsoi pour homme Parfumetie dr toutes :oit;s Poudre lupueure Savon de toilttle Ces articles sott de toute liai .heur t suitju i t i bon raarch'. (Jae ceux 11 qui ne veulent pai 1*11 ltaiJataires semp essent de venir, l'accueil le plus iroiable leur est rse.V*. OL fortifie Statistique ^ jad ciatre "Stais quft des dcisions rendu •B toutes matires par le T ibuoal es premire insiauce


PAGE 1

iiaw anne Ac 4193 JPoct au "Prina^'fciti Mardi 4 0obre 1921 pjj^CTUR^PROPRIEl AIRE Qment-MAGLOIRE IlNOMir.) "20 CENTIMES [ Quotidien 11 est des pauvret qui deviennent des mininels jiarcequ ils t ont oubli que, la socit ne permet de voler qu'aux ru F%^Itienne RET ftiDACTION; Hua Amricain! No, concilier k Nationalisme av3c *tt palrioiip^ la Vrit et la Justice Mais comment? CAWSERIE FEMININE tuile de notre sria d'articles 11responsabilits du gouot, et particulirement do ; it la Rpublique dans L ntat a -j( liqu depuis six le r?gnuo de cuop-ratioi II Convention, aiasi qui ilituaiiou actuelle qui en b.-t lut direct, quelques aiu s e loot bien voulu attirer no r> sur las divergences qui luistur outre laciion vert DODS lendons, ces'-a-dirt lions que nous pensons n eile mouvemeut de natic 1 qui bat son pleiu, depuis 1 reteotissai 1 des deigu*tii Patriotique qui, pou • dclanch (Etiquete ue iinrisaiue actuelle (1; [acteurs et amt& raisonnes) Itoit: gouvernants, ad versa 1 nisire-a gnralement qu-i i1 0,18 e-i H tie.'S, eu m loivem constituer an fio-t (faire bloc devai t les honoraquteuis. M Stmo Viuoen lœeaioire sup lemen aire rek Commission snatoriale, a une grau je partie u> l'Association laquelle il Il avec ceux toi muts pat eat Dartiguen.ve; c'est un Bcameiit duuiou tt ce du. lu rgual dfinitif. Toute re ton culte Uttitiaua doit cesH'4 neuvel ordre pour nt er occasion aux hauts com i~ uous allions dire I eu•ne tirer arguaient de noire pie divi-iou au protit de tout. I Wluiion dfavorable pour Iwa levendicaiious nations |loot chsiice d aboutir qu a ilitiou et elles doive, t dof au yeux de tout Hatien, loties proccupation acU linge sale don 86 laver JeuJt 6 et lundi 1 o Octobre seront | les tournes de l Union patriotique Pour aider aux frai* qui incombent aux Hai tiens dans l'enqute de la Commission snatoriale il y aura qute centrale a travers la ville Nous prions no: taillantes et dvoues quteuses d aut d 11 u stone parti ulier de reconnaissance> d'se munir df lew liste de souscriptions I e produit des col ment des fins tutioualiates consi lel'ctes sera reu au.cabmd de Me Ge tr rent que. seuls, peuvent re recon ges Sylvain 222 rut p avceau cabinet de nus responsables de la lltuatiOQi U s Mes H auswn et Evremond Cam rue 'anel au coin la Rue Sun Ste Obole trea, doui nous "..-, ,,..,_,,r sans hsitation sans fausse honte I 7/ ju'il n'est pas hau es et graves rcepo icuneB soient surprisesdaus le cours l '< k bien fond de nos revendications Je l'enqute rclame, e'. alors,dans. te siieuoe gard par le Mmoire des I dlgus de 1 Union Patriotique aurj les sanctions ou le genre ne aancj ions qu'il y aura alora lieu d'applu q 11 r, uous cousidrons que notre -e 11 d'articles est venue juste com nir une lacuue et reparer une grave omission. | Elle a eu aussi pour rsultat d'in !?*• lle ?.}f* P' B pe troduire uu pu de log.quo dans le L M,le W"* 0, i* e pour une donnes de .a situation, aoii dit I0ire P" y l e vend dl ', t, i n> q u ue Jane 1 inteuno de ue dplaire perE rphtioa gnre du Bai Onue. Car, en somme, comment U uua lao^uiioauiuo u i uuuai.u i, "o M§J n aUS-Ml (t CVfmoni ofliciera dea Etats Unie, tant de 10: du Centre; he: M. Fleur y Lave cupation que de la Gsodaimarie, et de la rue l Abreuvoir et de L g5. a AP5! te P KJ!;. na ? yi H ant .,g? 2 tt ; cbei Mr U Laventurc place Si solution possible ; la cessa ion du j„„. n L* , , u con r e amricain aur le paya; d'au An '"Qu o Ul ,, mmit donne ion Obo aommeai pouseuc '"**""< sans fausse honte I impossible que d* m P orl l'honneur de notre pays que responsabilits bsl l'^'iute du Snat des Etats Unis dmon tre le bien fond de nos revendications Varits MERCREDI Les Mystres de NeW'York puuvoua nous en appeler aux Auii caina de bonne le, a ceux qui com posuut le gouvernement actuel et le duat, contre d'autres Amricaine dont nous avons a noua plaindre, ai .ois ne taisons appel qu a nos son uuieul* uatiouahsies, a l'exclusion .s sentiments de jus ice et d impar uaht %  '! Commeut avons noua pu arri ver raouvjir le Snat amricain, al ce u est, tout en ujonaut l'iota vention amricaine, eu unouiot e ds lepteaaiouVEt uest ce pas aer de l'Aeul, noua prions es abon oa de noua exenaor d'avoir prie le mercredi pour les Mystres de New ToikJeudi : La Chanson Franaise Dimanche : Patrie ue V. Sardon film en couleur,en 0 pa'tie". il l.gisir.l CommuQai Infor me les contribuablea tran;al7uen"d^TaTt7a'ffr7ux il dT^u'ea Bra qui lai ont adress leura le .epieaaiouVEt neat ce pas sur 0*1 m ndM de cer ificst-, d avoir taita que noua demaudoua l'euqu:eV V r6 n u T au EUSLH^ fVS£ de la banqu' Ne 100M poir acquit ter le mandat de caissement d eas Nous nous rsumonsNoua atten C0Dtre euX par l'Aimimstraton des doua de la Commission snatoriale Finances pour d.ot a de licence fi qu'elle fasse oeuvre de justice et de C9j p0l r obir aox prescriptions de rpara'10 J a l'jtid de tous les fada i B |„i q „j f a ,t o gatioo a ces conni ,. reprbeuaibles que aou euqute 10I buebles de produire leur demande %  •; or, l'tranger arrive. Te* ura rvles, — qu'il s aguse. daua d licence au S crtaire d EtBt dea %  •biep. ces sanctions, de .0 cupsUoL, de r Q ances et du Commerce, du 1er •'ona eu ravanlace de lire!' Gendarmtiie, dea fouctiont.aiiea •de 1 Union l'atrio ique i civils ainncai.-e, ou du govvorue avons cnnHnt* nna *.. 'nient hatien, de sou chef m de ses eu 1 Union l'atrio que avons cous:otB que, eu * 4Ue les d. aideiata pdiio.agen s. fPaon. nfdi-inule e la ayn' '•""I revendications oalioi.a Q Intore ac ueile, liguie un Hiaaprit de justice qui anime peuple aiuericuu en vue 'aux graves faits ai tic ds Eu uar iculant de gif*, comme on 1 a fait jusqu'ici, que coulae les fonctionnait es amricains, — loua au 2" Oblobre. Port au Prince, le Octobre 19-21. Dr ANNOUAL 'eoir — car, en %  !> Ti ntiv -, c est dea Ftata-Unis plus qu de notre llgis a prtexte de nationalisme, -ounque| t ion que le apectacle qunoua avons de manquer de bonne foi aux yeux a0Dt | ea veuI Doua pe met d'attenddseii'iu.euis, qui, somme ou e, dre une sanction quelconque, mais noua voyons difticilemnnt c< que notre nationaliime aura gagn d'une telle aituation, Noos sominea na'iondites entant que lea plut extrmes de l'Union Patriotique, s'il ne s'agit que de revendications nationales sans enqute tor. on rai Mtoioires les sanctions ne !" 1 acd cuoyeus amricains. "-que, bien ei.tende, les Eu iaiaaul. au contraire, appel •uqu e auront reconle" Jutimenta de justice envers et oce de ces faits et dter con re loue, H luens et Amricaine, pnonnea re po,sables. k" ly8 "auluta de 1 enqute auront jooe qui ont pu voir, dansi'evla responsables de la auuatiou "••darticles une divercence ,acluel,e ,10US ce po urron8 quacvandicatioos natior ••re nous, qui demandons \ w !" du crdit dans leur eapm et ni cpdilioo. Mais, -•Wooali illusion : ai son, on ne s'en est paa tenu l; on a demand l'enqute, on e formul de trs raves accuaatiooa; on e mia en branle I an dea plus giends or* ganiame8i ai ce neat le plus grand, '•action t^de rparation, i noua assurer quelques rsuUats po'•oot la i.e du mouve-ait-f*' liste HH annt ainsi' Ne noos faisons pat Puisse, en dfnit e" l'enqu.e tablit que la plua grande •comme d laut.e w laip^t de responsabilit revient -ux [Von demanda Ha ninr*iamAr;tocc o nairea amricaine, noua auda monde moderne. Il faut ea pren ! %  ' passa daua le '" : roo-, ^ l'eaprer, toute lpara dre son partiL^'one* aiai-iaticenuouiion ncessaire, y compile, saua| Nous savons b-sn que ce are ou ^PP'lquer dou e. en tout ou en pa ne, Cdliea p | ua de libert ou plua de contrle, ,. ., „,,|,i cou euuea dans les uesideet que h *ort du pnys est en ques1.1 du Mmoire ac utilement aux liou. L** bnfice ou la responsabilit mains d U aaitdu S.uat M U si. 10IU a J8il D "' ,, • '' l 8 '' e j |. uq.'. q "' OJl "' u m pl K or • depa.td r ya *Oul %  V.. l lX fonC lonnar^a BaUlaue, au g,. rnement h lu ou so ^h.t, •l. voici : tandiq 1 ce 1 rilt pojrsmvre exe uaive lfc f*ii4*nt Lf* le c D.rti iguenave. dans une in"nespondant du NiW Yoik • national ce matin. dimand •mtncjin se livre i J> s mv-> i """"e des ionc-.ionna.res civils 7J *i Congre 'nkune 4u 14 clairerait 1 atmosVOYOUS bleu quel.OS re.jbratlOU U eK d f"T e ift %  • Mt,ce nou P urroMOD • des rsulu s ob enus devra revenir a cem qu o'it pos In qu-'stio i en %  •• k l" 'i *, o ' li-'io lient ou d t os I K La g ne re -nt o verte. NULS cou % e mua q e'I-i ••foin. ; b 1 )• Mn il stigit de la tenir en bons joueurs •a 'oute leyau'. La mchancet dsigne n i ft're.r ment ce qui est manvaU ^^ni le* tres et les chose?. Ua m.haot es 1 celui qui manifeste des disposition contraires i l'opinion que chacun se fait de la valeur morale. Mus eeux qui affichent ainsi la neiversitsom ils ebiolaraent mechtats i Q le'qee b^n< esprits ont soute nuque bjnt et milice sont qu.-siio' de natat'ti Cnque nature individuelle est conpose de l'un-; et dl'autre. Si !e bien dami.ie, l'tre e> bon; il est mchant si If mal l>m potte. Les meilleures natures rester ment une proportion d'alliage : m: tal prcieux et mtal vulgaire, et il \ a. affirment ces personnes de bien vei'.lance tenace, autant de bien chez les rmuvais quede mil ch;z les boas Un dlicieux crivain, dont h coeur dtorde de pure eh rite, mce q'ie plusieurs regirdent comm paradoxal : La mchancet, dit-il n'est pas un vice, mais une maladn qu'il (aut soigner et gatir . Il n s'agit pas d'employer l'hotnopathie. La mchancet ne se traite que pa les contraire.*, en particulier par U bont. Le vertus purement so:iales la ph lanthropie, pour estimable qu'elle soit, sera inoprante, si elle ne s'imprgae d'amour, c'est-i-iire de cette charit qui, devenant reine du monde, y raliserait des miracles de premier ordre. Mais, avant d'extirper la mchince t, ne vaut-il pi-, mieux delemp cher de pteodre racine et, par une saine et totale hygi 1e de l'me, pr venir l'closion des mauvais penchants ? Poser la question*, c'est la rsoudre, et ceci rentre dans le do maine de l'ducation, dans la tche de la bonne semeuse, de l'excellente jardinire qu'est la mre ou toute' autre personne qui incomte U Normalien initiale de l'entant. Or, qu arttve t'il trop souvent? Des initiatrices choisies pour I eeavre magnifique s'appliquent par igao rance, maladresse ou laiblesse, i cul tiver des plantes malsaines dans ce* terres tou es neuves Oui, il en est, parmi celles dent la mission sublime est d'hr r un petit tre, qui l< pervcitisstut et le dtorsaent en dtournant de leur fia ses facults em k.ye.maires. Les i.mmes. mal instruites, le soumettent de bonne heure i l'preuve de la taqninerir : a C es', aisurent-elles, pour lui taire le caractre*, v'ictoi Hugo dit que la taqui uerie est la mchancet des bons et qu'il ne faut jamais tre m.h.nt, mme en jouant. Cet exercice, soit disant unir, n'est jamais innocent, il irrite certaines natures et fait souffrir Us autres. C'est le veimisseaa au coear da fruit, le chancre i la ra c ne de la plante. Il ea dessche 1 s.e et la fait prir doucemtnt. U est vrai aussi que beaaconf de mres, de gouvernante!, de nourrices, parlent tourdiment et sment Ua paroles de haine et de mchance t, qu elles guident le geste en ore maladroit vers la vengeance. Ba 1 a heuit une chase, un banc.ua arbre e. u rencontre a meurtri le corps ira gue. Le pril march peine et ne parle pas, mais il sa l crier. Regardez coutez : Oh cher mignon, elle tel mchante la vilaine chaise, le vilain L\ pice de Pierre Brville et sa gose 1 est toujours curieux et iottre • UU de connatre l'histoire des pice liraires. Nous n'avons pas attendu a reprsentation du Baissr de l'Ai ;ul pour faire connaissance av>< ^circonstance* dans lesquelles cei e oi:e a ' conue e a va le jou\ NJUS nous somme; adr'sss auteur lui-mm et no j; publierons I nam nu \* |ojr sj.va u l'i ti.e Mn'.c i terview. dUJDinagc u la Ki/fliSSuilC- A OESSILIXS La Renaissmce pris la lcuab'^ initiative dune me;se solennelle dreqiietn qui doit tre clbre, le :j Octobre, a 7 hresdumatin. la Ujsnt queNotre-Uame i l'occasion du tt^; mniversaire de U mortdu ^ oud^^tur le l'Indpendance Hiitieane. A l'issue de cette messe, on devra te rendre, en cortg-, tn cimetire 1e Sainte Anne o des fiurs seront dposes sur la tombe de D.-ssalint Nous esprons que tout le monde' se fera le devoir ne prendre pan a cette manifestation nationale. Le Magistrat Communa l Porte la conaaissia.:-dj publi: eue la v;nte i la crie pubhqudlauto de la Commune aura |, ru | c leudi 6 de ce m i>. u d,x boues du matin devant U po te ds l'tiVtsl Communal. Port-au-Prince, leq Q t IOM Dr ANNOUAL bioc qui a fait m.! i m orl c j, w Tape bien fort, fais lui mil aS".,' Et la premeneuse, mre ou nour-e ou servante.donne la prem re leoe de veog-aocr, guide elle mme let petits poings et les tut frapper r,,b )et insensible.ce qui fausse et dplace ta responsabilit. Au heu de semer l'ide prudenle t prcautionneuse, qui loqpg des contacts meurtrissan's.au lieu d'apai tci' U tout ce que gagnera la mcence Il n^ fiudrt as coiclore que la bont seme largement fera des trei veules; que seule la formation vie lente est cratrice d'nergie. Savoir imposer sa volont lgitime, faire reconnatre son droit juste, n'est pu incompatiWItavt: une ducation don ce.cet-e doc lo.i diuce-nepas confondre avec -molle — est aome la seult qui puisse tre vraiment ferme., Suzanne CARWM m :^i --i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05493
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 04, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05493

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
iiaw
anne Ac 4193
JPoct au "Prina^'fciti
Mardi 4 0obre 1921
pjj^CTUR^PROPRIEl AIRE
Qment-MAGLOIRE
IlNOMir.) "20 CENTIMES
[
Quotidien
11 est des pauvret qui
deviennent des mininels
jiarcequ ilst. ont oubli
que, la socit ne per-
met de voler qu'aux ru
____ F%^Itienne RET
ftiDACTION; Hua Amricain! No,
concilier k Nationalisme av3c *tt palrioiip^
la Vrit et la Justice
Mais comment?
CAWSERIE FEMININE
tuile de notre sria d'articles
11responsabilits du gou-
ot, et particulirement do
; it la Rpublique dans L
ntat a-j( liqu depuis six
le r?gnuo de cuop-ratioi
II Convention, aiasi qui
ilituaiiou actuelle qui en b.-t
lut direct, quelques aiu s e
loot bien voulu attirer no r>
sur las divergences qui
luistur outre laciion vert
dods lendons, ces'-a-dirt
lions que nous pensons n
eile mouvemeut de natic
1 qui bat son pleiu, depuis 1
reteotissai 1 des deigu*-
tii Patriotique qui, pou
dclanch (Etiquete
ue iinrisaiue actuelle (1;
[acteurs et amt& raisonnes)
Itoit: gouvernants, ad versa1
nisire-a gnralement qu-i
i-10,18 e-i H tie.'S, eu m
loivem constituer an fio-t
(faire bloc devai t les honora-
quteuis. M Stmo Viuoen ,
leaioire sup lemen aire re-
k Commission snatoriale, a
une grau je partie u>
! l'Association laquelle il
Il avec ceux toi muts pat
eat Dartiguen.ve; c'est un
Bcameiit duuiou tt ce du.
lu rgual dfinitif. Toute re
ton culte Uttitiaua doit ces-
H'4 neuvel ordre pour nt
er occasion aux hauts com
i~ uous allions dire I eu-
ne tirer arguaient de noire
pie divi-iou au protit de tout.
I Wluiion dfavorable pour
Iwa levendicaiious nations
|loot chsiice d aboutir qu a
ilitiou et elles doive, t do-
fau yeux de tout Hatien,
loties proccupation ac-
U linge sale don 86 laver
JeuJt 6 et lundi 1 o Octobre seront
| les tournes de l Union patriotique Pour
aider aux frai* qui incombent aux Hai
tiens dans l'enqute de la Commission
snatoriale il y aura qute centrale a
travers la ville
Nous prions no: taillantes et dvoues
quteuses, d aut d 11 u stone parti ulier
de reconnaissance> d'se munir df lew
liste de souscriptions I e produit des col
ment des fins tutioualiates consi le- l'ctes sera reu au.cabmd de Me Ge tr
rent que. seuls, peuvent re recon ges Sylvain 222 rut pavceau cabinet de
nus responsables de la lltuatiOQi U s Mes H auswn et Evremond Cam rue
'anel au coin
la Rue Sun
Ste
Obole
trea, doui nous "..-, ,,..,_,,r sans hsitation sans fausse honte I 7/
ju'il n'est pas
hau es et graves rcepo
icuneB soient surprisesdaus le cours l'< k bien fond de nos revendications !
Je l'enqute rclame, e'. alors,dans.
te siieuoe gard par le Mmoire des I
dlgus de 1 Union Patriotique aurj
les sanctions ou le genre ne aancj
ions qu'il y aura alora lieu d'applu
q 11 r, uous cousidrons que notre
-e 11 d'articles est venue juste com
ni- r une lacuue et reparer une grave !
omission. |
Elle a eu aussi pour rsultat d'in !?* lle ?.}f* P'Bpe
troduire uu pu de log.quo dans le L* M,le W"* ,0,i*e pour une
donnes de .a situation, aoii dit I0ire, P"yle, vend"dl', t,in>* quue
Jane 1 inteuno de ue dplaire per- E rphtioa gnre du Bai
Onue. Car, en somme, comment
U
uua lao^uiioauiuo u i uuuai.u i, "o mj n aUS-Ml (t CVfmoni
ofliciera dea Etats Unie, tant de 10: du Centre; he: M. Fleur y Lave
cupation que de la Gsodaimarie, et de la rue l Abreuvoir et de L
g5.aAP5!te-PKJ!;.na?yiHant.,g? 2 tt ; cbei Mr U Laventurc place Si
solution possible ; la cessa ion du j. n L* ,u
con r e amricain aur le paya; d'au An'"Qu oUl ,, mmitdonne ion Obo
aommeai pouseuc '"**""< sans fausse honte I
impossible que d* mPorl* l'honneur de notre pays que
responsabilits bsl l'^'iute du Snat des Etats Unis dmon
tre le bien fond de nos revendications !
Varits
MERCREDI
Les Mystres
de NeW'York
puuvoua nous en appeler aux Auii
caina de bonne le, a ceux qui com
posuut le gouvernement actuel et le
duat, contre d'autres Amricaine
dont nous avons a noua plaindre, ai
.ois ne taisons appel qu a nos son
uuieul* uatiouahsies, a l'exclusion
.s sentiments de jus ice et d impar
uaht '! Commeut avons noua pu arri
ver raouvjir le Snat amricain,
al ce u est, tout en ujonaut l'iota
vention amricaine, eu unouiot
e
ds lepteaaiouVEt uest ce pas
aer de l'Aeul, noua prions es abon
oa de noua exenaor d'avoir prie le
mercredi pour les Mystres de New
Toik-
Jeudi : La Chanson Franaise
Dimanche : Patrie ue V. Sardon
film en couleur,en 0 pa'tie".
il l.gisir.l CommuQai
Infor me les contribuablea tran-
;al7uen"d^TaTt7a'ffr7ux il dT^u'ea Bra qui lai ont adress leura
le .epieaaiouVEt neat ce pas sur 0*1 mndM de cer ificst-, d avoir
taita que noua demaudoua l'euqu:eV Vr6"nu*T' au EUSLH^ fVS
de la banqu' Ne 100M poir acquit
_ ter le mandat de caissement d eas
Nous nous rsumons- Noua atten C0Dtre euX par l'Aimimstraton des
doua de la Commission snatoriale Finances pour d.ot a de licence fi
qu'elle fasse oeuvre de justice et de C9j p0l r obir aox prescriptions de
rpara'10j a l'jtid de tous les fada iB |i qj fa,t o gatioo a ces conni
......,. reprbeuaibles que aou euqute 10I buebles de produire leur demande
; or, l'tranger arrive. Te- *ura rvles, qu'il s aguse. daua d licence au S crtaire d EtBt dea
biep. ces sanctions, de .0 cupsUoL, de rQances et du Commerce, du 1er
'ona eu ravanlace de lire!' Gendarmtiie, dea fouctiont.aiiea
de 1 Union l'atrio ique i civils ainncai.-e, ou du govvorue
avons cnnHnt* nna *.. 'nient hatien, de sou chef m de ses
eu
1 Union l'atrio que
avons cous:otB que, eu
* 4Ue les d. aideiata pdiio.agen s.
fPaon. nfdi-inule e la ayn'
'""I revendications oalioi.a
Q Intore ac ueile, liguie un
Hiaaprit de justice qui anime
peuple aiuericuu en vue
'aux graves faits ai tic ds
Eu uar iculant de gif*, comme
on 1 a fait jusqu'ici, que coulae les
fonctionnait es amricains, loua
au 2" Oblobre.
Port au Prince, le Octobre 19-21.
Dr ANNOUAL
'eoir car, en !> Ti ntiv -, c est dea
Ftata-Unis plus qu de notre llgis a
prtexte de nationalisme, -ounque|tion que le apectacle qu- noua avons
de manquer de bonne foi aux yeux a0Dt |ea veuI Doua pe, met d'atten-
ddseii'iu.euis, qui, somme ou e, dre une sanction quelconque, mais
noua voyons difticilemnnt c< que
notre nationaliime aura gagn d'une
telle aituation,
Noos sominea na'iondites entant
que lea plut extrmes de l'Union
Patriotique, s'il ne s'agit que de re-
vendications nationales sans enqute
tor. on rai
Mtoioires les sanctions ne 1 acd cuoyeus amricains.
' "-que, bien ei.tende, les Eu iaiaaul. au contraire, appel
uqu e auront recon- le" Jutimenta de justice envers et
oce de ces faits et dter con re loue, H luens et Amricaine,
pnonnea re po,sables. k" ly8 "auluta de 1 enqute auront
jooe qui ont pu voir, dansi'evla responsables de la auuatiou
"darticles une divercence,acluel,e- ,10US ce pourron8 quac- vandicatioos natior
re nous, qui demandons\w du crdit dans leur eapm et ni cpdilioo. Mais,
-Wooali
illusion : ai
son, on ne s'en est paa tenu l; on
a demand l'enqute, on e formul
de trs raves accuaatiooa; on e mia
en branle I an dea plus giends or*
ganiame8i ai ce neat le plus grand,
'action t^de rparation, i noua assurer quelques rsuUats po-
'oot la i.e du mouve-ait-f*'
liste hh annt ainsi' Ne noos faisons pat
Puisse, en dfnit e" l'enqu.e tablit que la plua grande
comme d laut.e w laip^t de responsabilit revient -ux
[Von demanda Ha ninr*iamAr;tocc o nairea amricaine, noua au- da monde moderne. Il faut ea pren
! ' passa daua le '": roo-, ^ l'eaprer, toute lpara dre son parti-
L^'one* aiai-iaticenuouiion ncessaire, y compile, saua| Nous savons b-sn que ce are ou
^PP'lquer dou e. en tout ou en pa ne, Cdliea p|ua de libert ou plua de contrle,
,. ., ,,|,i cou euuea dans les ueside- et que h *ort du pnys est en ques-
1.1 du Mmoire ac utilement aux liou. L** bnfice ou la responsabilit
mains d U aaitdu S.uat
M U si. 10IU a'J8il D"',, '' l'8''e
j |. uq.'. q "' OJl"' "u m pl K
or depa.td r ya *Oul V- ..
,llX fonC lonnar^a BaUlaue, au g,.
rnement h lu ou so ^h.t,
l. voici : tandi- q 1 ce 1
rilt pojrsmvre
exe uaive
lfcf*ii4*nt
Lf* le c
D.rti
iguenave. dans une in-
"nespondant du NiW Yoik
national ce matin. dimand
mtncjin se livre i J> s mv-> i
""""e des ionc-.ionna.res civils
7J *i Congre
'nkune 4u 14
clairerait 1 atmos- VOYOUS bleu quel.OS re.jbratlOU U
eK .df"Teift .Mt,ce nou' PurroMOD-
des rsulu s ob enus devra revenir
a cem qu o'it pos In qu-'stio i en
k l" 'i *, o ' li-'io lient ou
d t os I k
La g ne re -nt o verte. Nuls cou
?e mua q e'I-i - foin. ; b1 ) Mn
il stigit de la tenir en bons joueurs
a 'oute leyau'.
La mchancet dsigne n i ft're.r
ment ce qui est manvaU ^^ni le*
tres et les chose?. Ua m.haot es1
celui qui manifeste des disposition
contraires i l'opinion que chacun se
fait de la valeur morale. Mus eeux
qui affichent ainsi la neiversitsom
ils ebiolaraent mechtats i
Q le'qee b^n< esprits ont soute
nuque bjnt et milice sont qu.-siio'
de natat'ti Cnque nature indivi-
duelle est conpose de l'un-; et d-
l'autre. Si !e bien dami.ie, l'tre e>
bon; il est mchant si If mal l>m
potte. Les meilleures natures rester
ment une proportion d'alliage : m:
tal prcieux et mtal vulgaire, et il \
a. affirment ces personnes de bien
vei'.lance tenace, autant de bien chez
les rmuvais quede mil ch;z les boas
Un dlicieux crivain, dont h
coeur dtorde de pure eh rite, m-
ce q'ie plusieurs regirdent comm
paradoxal : La mchancet, dit-il
n'est pas un vice, mais une maladn
qu'il (aut soigner et gatir . Il n
s'agit pas d'employer l'hotnopathie.
La mchancet ne se traite que pa
les contraire.*, en particulier par U
bont. Le vertus purement so:iales
la ph lanthropie, pour estimable
qu'elle soit, sera inoprante, si elle
ne s'imprgae d'amour, c'est-i-iire
de cette charit qui, devenant reine
du monde, y raliserait des miracles
de premier ordre.
Mais, avant d'extirper la mchince
t, ne vaut-il pi-, mieux delemp
cher de pteodre racine et, par une
saine et totale hygi 1e de l'me, pr
venir l'closion des mauvais pen-
chants ? Poser la question*, c'est la
rsoudre, et ceci rentre dans le do
maine de l'ducation, dans la tche
de la bonne semeuse, de l'excellente
jardinire qu'est la mre ou toute'
autre personne qui incomte U Nor-
malien initiale de l'entant.
Or, qu arttve t'il trop souvent?
Des initiatrices choisies pour I eea-
vre magnifique s'appliquent par igao
rance, maladresse ou laiblesse, i cul
tiver des plantes malsaines dans ce*
terres tou es neuves Oui, il en est,
parmi celles dent la mission subli-
me est d'hr r un petit tre, qui l<
pervcitisstut et le dtorsaent en d-
tournant de leur fia ses facults em
k.ye.maires.
Les i.mmes. mal instruites, le
soumettent de bonne heure i l'-
preuve de la taqninerir : a C es', ai-
surent-elles, pour lui taire le carac-
tre*, v'ictoi Hugo dit que la taqui
uerie est la mchancet des bons et
qu'il ne faut jamais tre m.h.nt,
mme en jouant. Cet exercice, soit
disant unir, n'est jamais innocent,
il irrite certaines natures et fait souf-
frir Us autres. C'est le veimisseaa
au coear da fruit, le chancre i la ra
c ne de la plante. Il ea dessche 1
s.e et la fait prir doucemtnt.
U est vrai aussi que beaaconf de
mres, de gouvernante!, de nourri-
ces, parlent tourdiment et sment
Ua paroles de haine et de mchance
t, qu elles guident le geste en ore
maladroit vers la vengeance. Ba1 a
heuit une chase, un banc.ua arbre
e. u rencontre a meurtri le corps ira
gue. Le pril march peine et ne
parle pas, mais il sa l crier. Regardez
coutez : Oh cher mignon, elle tel
mchante la vilaine chaise, le vilain
L\ pice de
Pierre Brville
et sa gose
1 est toujours curieux et iottre
UU de connatre l'histoire des pice
liraires. Nous n'avons pas attendu
a reprsentation du Baissr de l'Ai -
;ul pour faire connaissance av><
^circonstance* dans lesquelles cei e
oi:e a ' conue e a va le jou\
Njus nous somme; adr'sss
auteur lui-mm et no j; publierons
I nam nu \* |ojr sj.va u l'i ti.e -
Mn'.c i terview.
dUJDinagc u la
Ki/fliSSuilC-
A OESSILIXS
La Renaissmce pris la lcuab'^
initiative dune me;se solennelle d-
reqiietn qui doit tre clbre, le :j
Octobre, a 7 hresdumatin. la Ujsnt
queNotre-Uame i l'occasion du tt^;
mniversaire de U mortdu^oud^^tur
le l'Indpendance Hiitieane.
A l'issue de cette messe, on devra
te rendre, en cortg-, tn cimetire
1e Sainte Anne o des fiurs seront
dposes sur la tombe de D.-ssalint .
Nous esprons que tout le monde'
se fera le devoir ne prendre pan a
cette manifestation nationale.
Le Magistrat
Communa l
Porte la conaaissia.:-dj publi:
eue la v;nte i la crie pubhqu- d-
lauto de la Commune aura |,ru |c
leudi 6 de ce m i>. u d,x boues du
matin devant U po te ds l'tiVtsl
Communal.
Port-au-Prince, leq Q t iom
Dr ANNOUAL
bioc qui a fait m.! i morl cj,w
Tape bien fort, fais lui mil aS".,' '
Et la premeneuse, mre ou nour-e
ou servante.donne la prem re leoe
de veog-aocr, guide elle mme let
petits poings et les tut frapper r,,b
)et insensible.ce qui fausse et dplace
ta responsabilit.
Au heu de semer l'ide prudenle
t prcautionneuse, qui loqpg des
contacts meurtrissan's.au lieu d'apai
le coeur maternel possde unerserTe
inpuisb'e, l'ingnorance du rle I
tenir dveloppe l'irritab.nt et la
sensihlit pleurnicheuse. Un toat
petit, exerc battre les chose dont
il est bless, ue minifes-tra pins tard
aucune mansutude envers ses coi*
oagnons de jeux ni envers ses conira
.licteurs. Il ne coaua.ra qu ua a:*
ment et rendra coao pour coop S's
instincts batailleurs se dvelopperont
uns contre poids, si | direction
morale ne domine pas lducitioa
^niale et la bont sera en >tci'
U tout ce que gagnera la mcence
Il n^ fiudrt as coiclore que la
bont seme largement fera des trei
veules; que seule la formation vie
lente est cratrice d'nergie. Savoir
imposer sa volont lgitime, faire
reconnatre son droit juste, n'est pu
incompatiWItavt: une ducation don
ce.cet-e doc lo.i diuce-nepas
confondre avec -molle est aome
la seult qui puisse tre vraiment
ferme.,
Suzanne CARWM
-
m
:^i
--i


Nouvelles Etrangres
|Ournr le drvoir|
combinaisons i
PAR CABI E
PARIS J Mr Ur deiwccd John- la dmagogie qui
KO, itcieD amtnssadiur dts Etats- );sent pour des
CnisiKtire, nteivifwpirLi-MATiN, chances perptuellement renouve-'
a cocsra' ni limn des lelations lecs.Lt Fiante vivia de la paix juste,!
t'arco-an iicairts dont le piochain eu elle peina.Aptes le complet acbf
\oyi.t eu maitchal loch marquera vement des pautions qui n us
l'aBOthcAM' 11 loi.d-rau l'attitude '
des pciiontts se i.t nici.t*le plai-
gnant l'Allemagne ,' prop?gande al-
lemande en (fiel eitpailiculiiemeit
peilide aux hials Unis tl en Italie.
Il ajouta que la scurit du mondt
upendait utiqutm ni de l'entente.
Mr Batthou, minire de la gurit
a donu en l'hon&tur du gnrai
1 eiihn g un dtjeuner auqutl assis
tritul LOtammeni ie gneial Alleu
tl les maichiux de F'ance.
Le Petit Pansien anconce que l'-
tat de sani du gnral Niox, ancien
g uverntur des invalides est alai-
tnant,
La confrence dts ambassadeurs ;
adopt ur.e proposition du peuvernt
intLt iuiien tetdant a inviitr les c*
b ntts de V.enne et de Bidapes.
envoyer des plinpoten iiiiM a Ko-
me pour conclure, sous les auspice.-
du miniitre des itiaiies trange e:
d l'al>e, un accoid sur la qutstion
dts comiUls.Lesieprsentans des ai-
lls en Autriche et en Hongrie ferom
les dmarches netisaucs a cet eflet
PaKIS 2 Dans un discours pu
cocc a Sle Heimine, en Vende, s
I occasion de l'inauguration du mo-
ni ment que ses compatriotes lui ont
lev,Mr lemenctau exalta la patm
TiitOIltan tt voqua en des couplet
d ulc magnifaque inspiration et d uc<
belle forme lutiaiie l'pope du poi
lu, le ie our du paysan a la tent
nouriicire et les nergies nationales
II alluma que la victoire de la Fran
ie lut la victoire de 1 idalisme n
cessaire la noblesse de la vie. cai
dtji elle libra tes peuples asservit
ou opprims.Cette victoire est la vu
loiie de tous les alits mais l'pieuvi
de l'alliance commence aussit .Len
nemi dsarm, impign d une Ion
gue traditionde gurie contre le mme
adversaire peut inconsciemment a von
un .etour dans la tendance des jo.il;
passs. La guerre de l'Entente sera l
une aventure drisoire si cette enieu
te ne subsistait pas. Les allis ont
tous besoin Us uns des actifs au
mme titre. L'ampleur des guerres
modernes interdit a quiconque dts
lvts militaires. La conscience, les
sentiments et la vool des tranais
sont pacifiques. Nul ne doit nouuii
l'iir.cie-peuite que nous constituons
on danger et oltnr une apparence
que l'Allemagne interpiterait com
ne une avance de symp.th e ini
resse. L'Allemagne ne ^ ut ichir
avant qu'elle n abandot ne son lve
aie domination de race.
M.Clemenceau invite tcus les (ran
ais accomplir leur devoir civique
co exigeant l'excution du ptogram- ,
me de la victoire de la dmocratie 11
tout dues par l'Allemagne pour la
barbarie de ses dvastations, nen ne
parle plus haut que l'intitde notre
scurit sur les ralits de cts rpaia
lions. Le pailtment nousdo.t toute
les clarts tn vue de maintenir L
paix, nos allis avaient senu la uces
sil de nous offrir leur ton.ours
sans attendre que le ngociateur iraD
ais le leur eut demandes ontsin
a cet effet un engagement dont il
leur sera parl quelques jours. Gicc
aux rsetvci du trait de Versailles
eurs actes a!o:s dcideront les n-
trs.
TBJ8&TE A.6B chantiers mariti
mes l'ui.-iu occups par les ou
v ers en grve. L'atitude des gr-vu
les est agressive ils envoyrent un
ultimatum aux directeurs des chsn
tieis disant que i on os faisait pas
tiens leurs demandes, dans les
_'i heures. 1m manire de combattre
serait ctisnge. Les troupes, garde
loyale, carsbiniers, pstrouilient le*
iues arms de mitrailleuses.
LlStiONNE. Uue tentative de
mou vi meut insurrectionnel choua,
le calme u'igue ci Portugsl-
PAKIS Les dgts ds l'incendie
des magasins du r/iiutemps sont va
mes 75 millions ds trancs.
Les Kta.s Uuis readirent hier uu
oleund hommage su soldat franais
morts pour la Petite.
Le geuial Pertbiug, en iprseuce
l'un foule immense, M. Milleraod
et les uauts louctiounaires de la Ko
Liub:ique dposa une mdail.e d'hou
ueur du Cougis sjr la tomba du
oldat incouuu. La craome iut dea
pi us impressionnantes, depuis 1917
ia muilesiation o'amili franco
njt-iicdiii n'aVHit lauiais eu plus
d'clat- Une revue miinsiie, rappe-
lai par sou importance historique
le dlite ds la victoire tait Is pro
guaaiue de la crmonie. La batail
iou ues uoupes amricaines aar-
cluit su lie, le dlie sascita on eu
ttuusiasiae lormidable. I.ta soldats
poitaieui le nouvel uniforme. Aprs
la crmonie, le gnral Pershiug fut
chaudement tlicue par les gu
taux de larmes franaise sur l'tin
celante apparence du biiaillon am
ncalo.
UUHAPEST L'aucien roi Louia de
Bavire et'sa famille sont arrivs
Ssrvai dens la Hongrie occidentale.
Un croit que lear ajoui y sera de
longue duie De domaines impor
tauis et le tpleud de chteau, appar
teuant la famille sor>l situs bar
vsrp.es de bieiuniuager qui est en
cote considr comme le cenre de
toutes soi te d mi .igutf royal aies.1
PliDAlEsT L agence hOLgioisej
dt meut la piocUmaion de l'indpen;
dance de Burgeniand et ajoute que
Friedrich tside toi jours Budapest]
HOME L r Oetii i ment de la po
pulation de l Italie iou ineteera le
1er dcembre.
BEKL'N. L'ancien roi de Wortem.
TOUX, BRONCHITE, CATARRHES.
Si vous commencez par
L'EMULSION DE SCOTT
srement vous n'aurez besoin de recourir
a aucun autre mdicament. Tandis que
si vous commencez par un autre mdicament
plus que probable qu'il faudra recourir
L'EMULSION DE SCOTT
cest
V
Cemp gnie Cnrale
Traosatlaotique
La 'earaer Martinique est attendu
jeudi 0 courant et repartira le mme
jour ponr Santipgo dp Cuba.
Il sers de retour lundi 10 octsbre
pour repartir pour lea poit?riu Nord,
San Juan. La Corotms e: le Havr<\
Port au Prince, le 4 Octobre 1921
L'Agent : E HOBELIN
Glyde Steamship
Vompany
( F0RE1GN SE1VKB )
Le steamer t Great halls a
laisse New York le d Sep.enibre
pour lJorl au Pr nce cia les ports
cours et laissera ld nime jour
pour tous 1:S ports du Sud e>
Kiijgs on d'o il partit a directe-
meut pour New Vork directement
Le bateau devant tre Ntw
York vers le 20 de ce mo>s les
chargeurs q i eudraieQt proliler
de celle occasion peuvent obtenu
dt notre ollica des permis d'em
boirquemeni pour lew York ou
t'U'Ope via lUw York.
Poil au Pnnce le ei Uct.rai
EF ELEMENTS,
General Agent
r entrites:
et MALAOlIt QASTRO-INTCSTiNALEw
DlarrUsfi tfrtiiiiourrtaaoiiB,i:*.di Ito muo
lucuibroneuM* tuborculmis; Constipatloo,
Auctdents app!trlcnlalrem, rivm tvpotde,
jluladit'Seli rcua.At n,Eoi:ru&, Furcuolcs, tu.
auCftisoN ocrtaine pf i'u*-./e d r
La maison
H. S I L V E K A
Vient de recevoir par les derniers il
mers, les articles suivants di
prix, comme ton jours dfiant
toute concurrence
BitisGne pute l pour che-aises- Porline noir pour jupes. Q||
h!anc serviettes de toilette de foutes Lir^ors et qualits* Drill
t repon de soie de toutes couleurs Voile uni coo'eur Voile ban
carreaux aujneur Chausse1 tes homme', Chaussettes enfaou,"
blanc suprieur, Kki jaune. Kaki blanc. Imitation nalrnbeicb. ooafj
et coutumes ei.fan.s. Unll Ul blanc anglais Soyeux couleur- Toil
tas. Coton drap de toutes la-geiurs et qualit, Csinette aapi
Tueaor japonais pour chemises et lobas. Tulle pour voile. Latin
Jais supueur. Diagonal noir suprieur. Alpaga noir auprianr,
btach Organdi couleurs et blanc. Cheviot noir, Serge ll u.tnoiri
suieneui, Crpe aDglaie, Tussor pour jupes et cos.umea & borna
couleur et bl.nc sutiituis, Percale blsnc aupiieur.________~]
Service rgulier
Passag rs et I;et cotre ports hatiens
et Sanii:fyo de Mi'ja
Assur par le steamer ft&MESl
Itinraire
Port au Pri*ce. Gonaives- Santiago de Cba
Aux cayes. JOremie, Mnauaane
Attendu Vort au Princ*. le 15 Octobre
Inscrivez vous d'avauce chez
Roberts, Dutton Co
Agents gnraux
Cacao Peters
^ VENTE CHEZ Vic'or Mangons. S mon Vieux.Lope
L. Preetzmnn Aggerholm,
A gin' gniral pour haiti Port-au-Prince
les adjure dcaiter les pratiques de4jerg Mt moit
La Maison Gehara & Co
liue Courbe en (ace du March Vailire
Se fait le plaisir de porter i la connaissance de sa bienveillante clientle
que. par ie dernier Siearner.elle a n> uo bel assoitim^nl de marchandises
Anes telles que :
Crpe de Chite
Voile a&soile ( ht.mine )
Toile blanche
Drill l'utsoi pour homme
Parfumetie dr toutes :oit;s
Poudre lupueure
Savon de toilttle
Ces articles sott de toute liai .heur t suitju i t i bon raarch'.
(Jae ceux 11 qui ne veulent pai 1*11 ltaiJataires semp essent de venir,
l'accueil le plus iroiable leur est rse.V*.
OL
fortifie
Statistique
^ jad ciatre
"Stais quft des dcisions rendu *
B toutes matires par le T ibuoal
es premire insiauce Prince d Octobte 1920 au 3u s ptean
are 1021.
Civiles C)o4, comme < i les 1kl, cet
rectiou relies 114 c iinint les VI.
/lfis (ordon .ances) abiD. t u'io
ttuction 47, lotai llo4.
PANAMA RA1LROAD STEAMSHiP
LINE
ht %\t Qsn. W. C GOHGAS til
tin 5 cobre Iftl VNOHl directement
dt bru- York avtc :
LOo tonnes de marchandises
Itt passagers
\\\i laet de correapoi.^anre
tl partira dant Vaprt midi du mme
jour pour Ctutulxtl C.Z, directement
O. \t THOMPSON
il sent finirai
Un mois de maladie abri&e
Votre Vie d'une anne. Le
GLQ'OL permet d'viter
les maladies en augmen-
tent la force de rsistance
de l'organisme
puisement serveu:
Caaiskioinoi
Neurast haie
Ples couleurs
Surmenage
LaeurcdeGLOBOL
sajasafa l force ner-
vhk et rend mux nerfs
Sf1- toute leur ner-
r et leur
L'OPINION
Ci m'ttt put mtoi nl luit lt vritubU Vainqmmr
cn c* pttit /Im 4% 0LODOL


Vailla t $ Houet
Agents gnraux pour Haiti
<* -


.

.-.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM