<%BANNER%>







PAGE 1

LE MA UN Ecole des Se ences appJques La deuxime session du cou roui* d'admission est tixt au mardi 4 Octobre. fit registre d'inscription est ouvert au sige de 1 Etablissement tous les jours de 9 heures .nit'i. LADIRLCTICJN ToussaintLou veriure Goareruear de S.-Dwniusji"* Nouvelles Etraiigcre PAR CABLE 'rs champions de la trnire saisor poitive. Nous espions donc i|u il> donneront d'avantage, la saisor prochaine. Nous adressons aussi DOS m-il leurs remercieraen's au Gnral C.' ment Coicou ei Monsieur [oui Chauvin qui or.t t pour nous de; arbitres comptents et dvous, ain* qu'aux journalistes Ernest Chauvet. L*on Lileau, F. Duvigreaud.Virgih Valcin, Clment Mag'oire.Hnec Dosiavil, i la idaction du Courrier du Soir et du Courtier Hatien qu avaient fait avec clat pour nous la propagande sportive dans leurs difl rends quotidiens. Monsieur Louis Ch.uvin, qui est de Saint-Cyr. s'otire aimablement d vous donna i partir d'Octobre de* leons de gymnastiques et de vu : faire quelques cours sur les sports Nul doute que vous y viendriez touensemble dvelopper vos muscles il suivre ces cours Les Commissaires ne pouvaient Dm^rrz moi comment je pourrai pas refuser l'initiative dans une pa'es satisfaire reillesolennit.Ils prirent place d'un' • Don .-Jonzo Donaro expl que— cf du Premier c'es Noir, taod s lit l'irverprie, qu'il srail agra' que son frre. Paul (.ouverture, oc ble aux citoyens de la colonie eepaj]jg a e oit rirait iieaorme avantages cupa l'autre ct, la place d'honneur, 'gnole que le s?ru)*nt d'otage fat!l'Hipagne et facilitera le trantpoudfi Les appartements du Palais taient pr' au nom de la S'inte Trinit.•Infodaiti nationiux l! Dfl fcffoctV MADRID JO —Plusieurs journauxi Sidi Lecoiote f u > ont commenc une cimp'gne en f P !" >J ' dpart, if veur de l'tablissement d-uue Jigirj; u !" t? r.uio.. k ..^JgJJ terre .1.1... del Iront e de 1^-e-"^-"^^-g ttpfft '& prtend qu une pareille ^.^^^ VJ lui 1 • m J s inimit et d~av 8 j Vl [W •.dix.,iputeaHp, i ;22JW| saut pas des avions de tirent a ^'urii la rHcherchidf; W^l compltement occups par les prin C'es', en ellet, un saint devoir; MEULLA o — Ci co imuniqu teur avait fait une ckiei 1 mais quelle esc la s gmnca'.ion que; 0 f nc e i annote qu aprs un long etjToury a 1 1 suiti de l^Ut,^* 1 cipaux personnages qui avaient sui vi la procession, et le dernier gouvous dnnn zl ce sermeit — r verneur de la Colonie espagnole, en p ondit Toussaint escaguo s compagnie de ses officiers, des ma gistrats, des membres du Clerg etc. Parmi ces derniers tait une ligure eue Toussaint avait reconnue avec une vive motion de jo e. Son regard fii sur ce prtre, le Pre Laxabon, le geste de bienvenu qu'il adressa au pitre, porta Don Alonzo Dovaro; le Gouvaaeur es pagnol, i se retourner pour dcou viir celui dont la prsence pouvait tre plus imposanie pour le Com mandant -en-chef que la sienne Li contenance enorgueillie, du .F r e violent combat les |grent de loris continget Ce • rna'Ol zza q JI subi Au nom de la Sunte Trinit, dej r 0C aj DS rassembls i rengager i gouverner avec sigesse reatdebri. peitts. PAR S— D-aprs Uue dpche de Badap.st au TEMIS .I rijn^n. OCC Laxabon le dsigna et s'adressa et b -fn Existe t il un chrtien qui ose rait jurer ainsi • — repiqua Tous dentale se dciar* h er Lui in t pen saint dam; l'ancien p;e nier FridTiCO au Tous les Gouverneurs de la Co fait .ssum e pouvoir i ia tte du lonie fsp-gnole dans cet e le, depuis (Jo.,s:il de dteose Des appels oni D ; ego, le liera de Colomb jusqu' e te adies.es aux fon.tionn.ucS ^our ce |our, ont pt le serment ainsi— qu'ils restent a leuis poste, ci a >a rpondit Doi Alonao V >vari. population pour qu'e le BOatienoc le fQifl est donc homme.qui aojoor nouveju gouvernement poi Di.u d'hni pourrait jurer qu'il sera tou p 0ur e Roi et pour u Nation. jours Mge. Pourrait il engiger soi MOSCOULa rponse des soviet [salut d' toujours gouverner sage ut eonti* on termes i mesurs qu'on Don Alorzo Dovaro ordonna de men j er b-en. dans l'opi ion tout le prvoit qu le dation* ne seront /><**{ m ^u rponse promet {U4 ii>ns gnol Toussaint, qui ne comprenai [prter ce sermen • — aiouta Tous Savinkoff §t **f pariittuu *$rontexyul pas cette langue ; mais il savait que; s a j n t. Les espagnols prseati opia scs si leurs agUsentents eu Don Alonzo pouvait parler le tran| r nt tom ensemble qu'ils avaient vais. Le gouverneur de la Colonie es compris, bien que Toussaint se tut pignole cepen'an 1 avait dcid qu'il exDiim en franais. Le l' e L xi ae dlivrerait les ciels d'une vie es i bon n eut pis mme le temps de nucj; il est. L^erjuntT;; la f*ce. g Le Leutsnant aviateur inii^ gapipa barjdJiiu.lacour.r2i duMepanud.p.sawrpjrpSJh k : lo mtres eu 30 mi i u Ce s 19 ec ^ J.** pilote anglais J-tmrfsHerb-it. la course uyin: e inven Uai'n minutes I i second, l^ ^l du plan eupuneur Ue 80 o a.n s'taitdolleeu les deux avii frauca-a Kirsh et Larmes sont • restes se rs pour tenn.uei la cg PARIS l U-" dpch* de rappor e g l'une note ollicieiu" |j , l'examen eifectu lM | e Ct)| tis abaOltt n-ml que la ri'iice ait extrci une prtssio < sur la i'olo'jne. HOMEU Pape rut hier iir\ a , ., } Danti ffellegard-, ministre d lia: t f CO nstatair q le 1-. -i-iiat.on ce de LONDRESValera envoya hier\ui nullem.uc a dd.uiaiioo .une not d Lloyd George accep utt | u C nb cm VVi'tu m us un H -ra ion invitation pourco-jer.r Lmlr < ( M iiin;ement d*ns !• .-u.dlai U Uoeobri lu 100 II a djide .. %  xnniaer. an S'J'n J\IU)LM Le calitnftU.ic ir bpari n.d peimu-, et conditi d n pa t cipiiio -0 .-. IJUMI r de 1 un cution du trait de Ble. Miis il eut sa"' fusante. t mieux; si celte excution avait j DJI A ,r > zo Djvao p t plus prompte. L heure des fx;u ( de se o'fiJe.s icon ai n o tait ses et ces apologies est prime. In os*s U. c efs d? la c t de Sa no dois cepenaant dire, en toute sinc Domingi et les transfra aux majo. rite, que la prompte excution d'un du Conminiint en ch f d Siin trait est toujours p'ui honoian'e D-mingie. en s'ioclimnt. Je ne mrite donc pas de bdne.com A ce mom-ni une salve d amlle me cela pouvait arriver, pour avoir rie lut tire sir la lernsse p es de dtourn dix mille noirs de leurs 1 glise, tou'es !e: clo:h-s da g ns paisibles occupations agricoles tt de Port an Wnce soinrent le caril commerciales, afin de ltt conduire'ion, et le. f 4. ta r's de? troupes jusqu'aux por ts de Sinto Domingi coururent la ville en jouant Vou.. le<= autj'its de celte cit,vous Marseillaise vu* Sidnu dnuisionn /•* mardi pu tuile de 1coutes il i Irais liarliif iiranting /ormerait u t nvUUJOU mit s tre sooutliste El A ill'E.s Le i euie tant avialt tr franaii Kirs U biliant io,<< t 1 /'• Deutsche c l s .jOif k > miiret en une /uurc 4 tnma'os %  %  u cjne* //•"' toit une vies 0 le i7dki lom 1res duo : laoitteur Larme* •• conil a parcouru ta distinct en am heure 9 minni.es b.~> secon./ei :-*/•" i* "Hexie moyenne -&7 kttonilm l heure, cialia es au J .1. P.VItlSL?g'.nSral Par taing rentra auio 1 • 1 ii i .i ,'nn veoa I pay* r'i ; -> o n H inapec I 'S Cjnt.rjjj ) : 1 .11 1 :.| -j Lt| d'innne • %  u M H: -I %  | 1 oit ei d imai i i m 01 uu.u* tu ft ii4ur du soU>t i. u l.piaiai ani /r ) t !'. 1 %  : .1 m.h m es u initions K lu 1 n ou*uuy n LOM u Hld p r ici io' no; i.rmc du fodail - >0 analog 1e fta l h iau a. co:;i:u a r g 'aig> pir U Eehtage de |K 0 atives D'ap'? le Nouvelliste de si m'avez oblig de 'es y conduire pourj L'idole du peup'e i S iat Do min msii ''J'ig-^ur en ch;f du dpar vous exiger d'accompNr vo? devoirs g U -, Toussait LoJV#rtar devenait lelnt dans les coeur desho.nm:s de tousont mesurs a leurs taule, et aux es les races. ,'dimensioas J.l'emp-eiite d; leurs Dsirez vous, Monsieur le Gouver noms dans no; cours. enr, Don Alorzo Dovaro, vous es '( a suivre ) primer au nom de vos coati'oyens %  ?. ], R. CHKN'LT ^ Her soir, salle archi-comble lin-Varits. On a mme d refu •:er du monde vers les huit heure'1,4 et nombre de spectateurs durent cessions muiuelles, l'amiti francht l'ester debout dura il toat le temps et sincre atin que nous puissions Varits \J S Mariaes et oas / .il. nus publiqi L? liri^.iJicr o.guav' d: puulicilj d.t pu le CluD des \hnnes,it| p:ime,d m so j N J du 24 septemb oour I \..) init'on de ^ui de do] ce qui suit : c La pratique apprend que ton its lemin's publiques rie 1 le toi iale.tes d'u >c foi me quelconque Devint ce sentiment de son Eicel ma | a i ie vn't.enne De sa.te^ lence, le curps des Ingnieurs sera vous associant ave: elles, vous liiNJ convoqu ;our prendre une dcision cet gtrd. Cest bai a savoir. D'autre pu nore confre nous info me que 1 Ingnieur en chtf est en train de r/oqier p.r lotira des fpoctionaairei de son dpartement, cour r 11 risque vo re bJ^heur N'.j-i iransmetions nos le:tacrt. Le mme numiro contient di i votre sinielll i notre tou/fl atteindre notre but rv : L'Union entre toute la famille haitienne et une patrie grande, prospre .intgrale firr, libre et indpendante. Tout ce beau programme sera ra lise un jour, si nous sommes de. hommes Ions, sux muscles vigou icux, ayant une endurance trs en tiainr. nous permettant de rsister IUX plus dures preuves Rappelez vous cette belle pense du Marchal Von Hmdenburg : Le pirttnt est peidu, seul l'espoir en l'Avrnir nous reste, je compte sur toi, O leunesse Allemande. La patrie compte sur loi, O leunesse Haticocr. Cist dans ces espracers, que 1 U jtitn vous prie de recevoir.Messieurs avec ses meilleurs voeux de loccs et ce ongvi; pour vos clubs res >'ulations les mei lier s Erri B ARMAND. Prtiident de l.Ln.on lits Si fi Sportives haititnnts j Je la reprsentation milgr les el forts de ia Direction pour leur trou ver des siges Les films exhib.'s 'aient relle nent de toute beaut et 1 assistance es a frntiquement applaudis de la clbra'ion de la messe du Sbbspnt Toutes les brancha, de I ad mini.tr.tion v taient reprsentes. Lpre Hu.-k, professeur au Petit Sminaire Collge a fait le sermoa de circonstance. A l'ieras de la crmonie reKgiaq se. li y eut rception au Tribu Ta! d.' 'lassa lionQjaire discours ont '<: prooi """".. i^spar MM. Aug. B)narry P.-e:i LOS fliigr.illtS hatiens dem du Iribon.l de Casution; MLe Prsident accepteratti| dchin gerses pirog. ives d: nommer si de rvoquer CJIII le d.o.t de dici L-r sur le port di l'unitorni. dire sut une simple stivice ?. ci /il. c'est question de U 11 SJL OU' DMveaa poste i^ p-ilice eciifJ.:ej sa' C'est par centaines qu'ils nous re viennent depuis quelques jours de Cuba dans un tat des plus na vrants. Leur passage travers les rues de la Ville n'a pas manqu de soulever des cris de piti. Jlcs Il nous a : fait part du dci, suivenu ce matin, de Liror^rs Ira t'.iitii.i la suite o'une courte maladie Les funrailles auront lieu demain natin, et le convoi partira de la mai ion moriua're, rue COUI'J Nos coodo'ances aux familles que redeuil >lfl g*, et particu t :%  .' i ia f 'aille Mcicier. H. l'erlong, cr.b tuu-; M Bireiu Mmis're de la |utice e Mr T. Ltleao, Bi oanier de l'o-dre dta AVJ et. s avojs remarqu ci rratin que devant la Gir< du Nad on est entrain le coifuire un poste de p 1 tes poui u .orveiilacca du quar t'ei. C'est uoe exce.lenie ide quand SI ira fr %  en pansa que cet v. jJro:t qucul. Le posh sera muni d'un appareil HOU al Mail SUmm ; i lhji u i eet l fuaesonnened'ala• me pou: .venir U Sla.iou cotralc Paaket Company l c !" du Le./a f AUAN*. vtant de Kingtloi es tiih'mlu demain malin II chargera \pour l>-s ports du Nord < %  l Lurop Port au Prkte* le ii Octobre t'Jll ItOQ fita nvrroN se C) Geicr.il Age .ils Asthme > ESPIC -on liiPN Les Btes de ta chatj son de trauee en perspective La premire, qu'on ne l'outVd, Mt pour deiuaiu bo.r.au Jercl*. Oullva*. 1 lutua l'ajouter qu'elle sar. f"* pour impressionner a^rabiemeota (Jouiier uue iJe v^vuable de loii* 1 uati. 6t du talent e* interprta.| La seconde :„ara lieu jeudi oie. •• Ciiio V'ii'ia. h -L Latroisiiua sera paar .iainem; Ptiiaiaoa. 4-a.ia La quatrime aura lieu i^^SJL, semaine prochaine, l AsilO ( ,pB iia et a la ditigenca di i A l' ac traooaiaa. nier- — — t m%* Xomunloii Par dcision de S G Mg* lA rc ^ -•lue Monsieur i'abbe Poulain, pj f d-mment aumuer de l'ila*^ S-Pr, :,.. de S.ie;. tt ao* 1 ai"ji>iit-l:jr de 'a Grande !>ii !0e



PAGE 1

-•*•-. MATIN Adresse Qtc'tots de. Fo f-:u Prince jgcore on/ dfc.v'rre fris ]> vieni tjjjfjtti 'es bit nveiilr f> ifttrges ^IH ej Concilier au ( enseil onnal aux tecl ODS du 10 Jan prochain. I J a d'abstention de part, accourrz IOU*: l'urne ^Biniieztir avtc sagesse ei dans ploie le plus parfait votre opisor le choix de celui que vous u lre le Maire de la Capitale. Jiniere les vieilles rancunes et les > tisie au 27 en cours rcommander K gs de toutes sortes qui ont ma candidature a ente haute fonc[bu mettre no're mrlbeureux tion. dans l'tat o il 5e dbat actuel Pott-au-Prince. le 30 Sn. 1921. .Plus de spculation politi I JULES JMRBONNfc qoes et de combinaison macbi&viiques au dtriment de la masse qui gmit scus le poids de la plus aflreu se misre Mettez de c tout intrt person nel peur ne vcvr que celui de la collectivit, allez fr;rcberoeDt a l'urne, et vetez pour Mr Jules D rbonre ancien iersurplint du Magistral Communal de Poit-au-Hrnce que vous voulez voir arriver i la Magistrature Communale de sa|ville natale. |e profite de ceite occasion pour remercier les amis qui ont bien voulu par un avis publi au houvelliste du 1 Siraip m Office of General Agent Port au Prince October i^ liomumi, Chaus^t'ea octants. Dack per $|S Gen.G. W. Gocilials due at 1),n c suprieur, Kaki jauni 1 K I, 1 ne. Imitation pltnbacu ooarjapM this port from Cristobal, on Octo-'f 1 C08tUf es er.fan.s. Dril m blauc Ui Soyaax couleurTdils mate ber nth, 1921 ;'& 8 Coton drap de toutes la at qualit, CisioatU suprieure. In replv to inauieries as to --end' f?' or u P nais ^ our chenal 1. Tulle poar voile Casiiuira an '•.Rlaissuurienr. Diagonal noir suprieur. Aip- noir nuoAr air, Palmcouleurs et blase Chaviot noir, Serj^ bluet noir anglais pa aoglai ; %  poar jck Ig s wiU 7 Ihit w. %  K„ t ""55^V bave no infornsatiOfl at the prsent suprieur l tiœe.;O.B. THOMPSON .culeuret, Toit au Prince le 1er ociobre 1921 CIRCULAIRE No 155 CoHconant les marchandises a/rij vts de New Yoik par rote SjsCen. ; G. W Goethals du 21 Septcaabrej 1921, nous prions aux de nos ami. 1 1 ont Us marchandises sont restes 1 1 b( rJ < 1 ce navue de rcler que nou: comptons .tb \ci, ,t poicd ici pai ie ara Geq G Goethals at'enau eu Cri lobai.. ri octobre .'921. lia ce qui a Jrail .1 D sa s : renseigtiea.cu's reiatnes l at %  colis, nous r. avons pas flrof01 malien pour le non-tri Pori AU Punce le j O.tobie 1921 UU.miNNo 10U Pharmacie F. Sjourn An pie des Hues im/r ,' du Centre. •1 MEDAJLLES D'ARGENT EXPOSITION DE nauXELLES 1I0 Drogueries Spcialits Chimiques et harmaceu iques. Produits franais ci amricains. Pparalion 'V loui^s ^mpo'lts mdicament^utM itriliica Ht njecUbles.Spcialits : Sr un a foa nique SIMPLE et KiiuKMinujx Ionvm:.vGVRi: iSrm de MORARD, remplaml les Pjq iHs rrcalciG 11. de Ferriarrt Hodin. Il a loujou s m stock /VEVHOSTHIOSI SIROP PECTORAL — LIXJR da PENIYLVANIBL l> • 1 s'aire du PREVENTTL Hep es niant des Laboratoires lEHlkL Le n G'n W G GORG \S et' attendu a Pori au I rixe* 1 Mire edi nm lin ') or.i l-rr l-)'.'l maint :hi\. h un fil ( e tient York autc : L9t> ioui 3 i.e m rebandi 1 18 y '. y. >8 113 an s de torrespoi 1 / /.K/ ttra 'i n l'aptt M H du n jour tiuur 1.1 i'toi I U / % %  dif! ttt ut U. Li. ; JiU..i St) \ 4 // < l ndant iorigtetnpsj employez a tque viONOC/AM. Fatuique spcialement pour \%i 1 > xn 1 mon dol, Shavng lireani Lyscl, Pebfcco : denlifrice incomparcule l'hu'le dn fo'e de morue, Kmulsion, Ixuait lliocolat en poudre de L & F, c'eM exqnia Pond e Talcum L & \ C'est l'extrme supriori' bon march e'c ele Demandez le prix courant : J mf illeur el le plus 01 omique ds t?sinfeianis L^dsii l'chut empley dai s tous l*s g anus hp'laux ilecudlr^e d^ Lystl d ns une pin T e d'sau danne ta solution 1 [0 ^0|0 3 o,o We reprsnle en>iron la conlenance de deux verres onli Accouche s el mor ^8. Eruptions'de la pau. Blessures Plaies Brlures. I%ine personnelle' h hiletie, le bain. Dans les rham %  tttao'f 5. la chambre d^ bain, le wa'er closet, les curies, *Pf< le balayage Po ;r c catuserles blessures des animaux "[Propres. ^eouchements ei les temps d'pidmies le lysol s'impose "to tous autres cas %  ^Joiirs une solution deLj soi dans chaque f hmbre dp votre apparie eut 0 C baque Hacon contient un prospectus Fink Inc. i . PATRIZI, propritaire y l'Eu ope \i Ai.-w Vok. fort au l'un :i le 1 ei U. r 9 21 liF ELEMENTS, Central Agi n; t us nm 1,3 I)*' c .'t'e faon le? clients pourront vnir djeuner au (iKWU HOTEL DE FRANCE o le* prh seront la porte de toutes les | bourses. Le menu complet avec vin toujours un dollar, ^•'^HOP p articulirement dins les cjs de : t ^erculose, inlertiou. Aiotfurcs de chiens, Piqrei keCteS. l'.rnnl'n. c ,t, l-i n %  ni HIpscinvS PlaifS Monsieur LIONEL BR.UIJVGHiM AUX CAY*i,S, Hati Reprsentant d'une grande alirique de moulins canne,Distillerie es machines de Glasgow, enoinrn e est laite depuis et d aut ut ta longtemps, Offre fg services tou* ceux qui dsirent -^uoi-' une installation de Sucrerie, Distilleri.ete. —Conditions de paiement tri'avantageuse. Long 1 r mes contre bonnes garantie*. tMtaloyues trens{gnement$ seront e.: vous sur demande.



PAGE 1

-* %  i %  ,-** %  }k PREMIER.OUI -#>** ARYS 3, ru* !• %  *• &f PARI* /' • I • Un jour vif mira. Ambre vermeil for-Trot ,1 y £.. /fnrwnf toi :/" %  -M" KiW A Grand :lcou l*""* f>artrz-(> <*> "'<'• Ro -' an %  ' • L'Anneau merveilleux v-.-ait jir ,%4 EXTRAITS : OSiUel Roir. Mimota, Violette, Cycta ne, Ju-min, Lilat, Muguet, In, fMtofrajMi Chypr*. • M Produit* Teiiuuly J • Produit* Dendety* f Parfum enivrant ... M-t-y'a • > NOUVEAU BAZ\R flue Bonne f oi Moment d'arriver : De* ro6e ete France toutes coi,, Itonri'** rfc foutes nuance* et d adresser Mr Plaisir ullm pnmsne du Jfatiti. DEMANDEZ Le chocolat en poudre Cocoa de Ltal & Fink Highest Purity Absolument pur et d'un got trs agrable : c ei le mi" 1 *' tTveZdans toutes les bonnes pharmaeies et maisons de dtail, Panama Railroad Steamship Line. Service de fret et de passagers i il **t |New-York Hati Port-au-Prince, te 1er Septembre 1920 bateaux A.E. PaterfOP, uentrai rrcivu* MP %  • destination l'exception du Miel direclemenl p0U r Port au Prince et un autre par Un dpart par ?^ e ^ | ^i^JS^<5 de premire classe.Les suivants pool, I£ti0lnd r oiwnJuidiM', Danemark IlirSSSMMaJ 4 Co, W, aVfat, Copenhague MM^HenH Coe Clerici, Piatza S. Malteo. 15 Cne Italie Christiania Norvge : International Spedition^elskap, '•'""'Xmfcn.i !" Humboury Allemagne. H. Vogemann, Hambourg. Uothtnbourg Sude : \ndi*h Express, Gothenbourg ^fitSilwinU cou^t Ml pou,N.Y


PAGE 1

^atjS Aftu M 419.2 Port au Plia.*, laiti Lun di 3 Ch'.ibre 1921 pmhlWW W Clmtnt-MASLniE UNDMMU) 20NTlkK Quotidien ReWACTiON; Rue Amricaine No; ta** l Dam In pays en la loi est ! nul autorit, il J a libwlt, bonheur, prosprit, Uuiis qui dan ci • clli est noie* par la pasiiir ebarf it la faire applnjufr.fi su ulla liilaliia ni tolire.iicaBraje %  fit, oi peut, MM sa Iroaptr, prdira ua avilir it dtwire, i iiarchi il a ucla'iji. S. Liisfat l'a FI*llsE> Pourquoi ces iumilialions? El qui profitent—elles Neoa n avons pas pu nons esapreprsentation, doit bnficier d'an tbar d'exprimer cette double iotergeste international fait dans des cor r ment la plus pure 1 rente annee De %  ruxelles OH ils ont passion** be nratique et d'exprience de lament discut les questions qui int doratoire. ressent la race noire, les gens de cou leur, puisqu'on les appelle ainsi, ont Prixclefiant toute concurrence de Et comme s'il n'tait pas assez th-ntr-rr ', .n^.da „,., ,* n oui m Ure ordre du jour de ,l u tt aie leurnaturel humour qui 7 !" l .__ .i, 8 "**' _? ini A lre cette manire, notre mi Dents Belf eur a J jit c j, 0 isir legarde, ministre d'Hati, vient d'ex poaer au journal ••L'I tre nageant" des ili/'oriH Ua originales sur le mot "ogro '. Notre ministre n'aime pat nous en endre dsigner par ce ternis an quel eet etiacn, selon lui, an sens sbsolumentdplaisant et ddaigneux. Il iLlsaor* relativement sux thories tor le mot et jj> race ngres mises prt d'Hati et notre ami, dans une corn ccoication i c L'Intransigeant de hiia et que celui-ci a'eet fait le devoir de reproduire pour l'difie? uoo des intresssIl est lmentaire que nons ne peu venipaa continuer a occuper notre fiscs au sein de la Socit dea Neiiooe si nons ne pouvons pas la payer. Or, il parait que nons som %  as dbiteurs de cette Association noor la priode dj claue Vu no ta situation fiosneire, ce n'eet pas, Minais t-il. une petite bagatelle. Bagatelle on aon, non seulement DOIS ns pouvons paa payer, anaie tocore i tat de choses deos lequel aoas vivona ne nous peraaet mime ait de peendre des engagements ai j prciser une promene de paieajsnt. C'est rellement gnant, et lf •nvercement l'a bien senti,puisque, iltit la prochaine runion de la Socit, il s'est gard prudemment es M faire reprsenterMais le m.nis're d Hati veillait Avec delicatene et discrtion, il a ait connatre officieusement les rai aoas qui portaient Haiti s'abstenir et il n s srement pas msnqu de faits confidentiellement l'expos de a situation intrieure hatienne. Comme R, il sut sens doute toucher le cœur sensible os ceux qui il s'adressait, e qui, en galants hommes, ne pouvaient ? • en conscience dire au ministre Haiu : c Vous ne pouvn pas en trar, pnisque vous n'avea pas pay. Et c'est sicsi que nous devons d'tre reprssnts, cette fois encore, Aie session actuelle de la Soci e a NationsLe peuple haitien a un eut pour quai fier une telle situa hon; cent le mot'ichonnel; mais Une peut en faire ici l'application, ear il ignore compltemeoi ce qu oc vi prtendre faire en non nom s Is Soci des Nations U ne sera au courant de la choee Ils plus tard, lorsque, par exemple, fc *atendro dire que de nouveaux fe\ r ts pu 4e nouvssux droits au (•a! t crs, ou encore qu'une Mppreafiion essentielle aura t faite •'cela dam le but de payer la dette, %  tore consacre, de la Socit d. a Nations la Nicaragua oone a donn sur fcepjet une leon dont noue n'a*•> %  pss profitReintnnant. demandons-nous qui *' %  %  & A part ceox qui peuvent tirer transport leurs assises i Paris, Et ic crois que c'est la ncessit. Wflarris Ol C*. Geo. Jeansme a salle des luge nieurs civils, rue Blanchi. C'est M. Disgae qui parle tout d' bord afin de bien pestr les donnes 'tue du Magasin de du problme qui se dresse devant l'opinion publique des nation* avili !" %  eer. ~ exister au sein mme de Exclusive selling Jgent Etat No l ( JJ7. U. S. S. H. Port au Prince, le 28 Sept. 1921 Aux Membres des Socits Spor tives af lili s l'Unioa des Socits Hatiennes. Messieurs, Cette anne marque h dix-septime anne de 1 introduction officielle des sports dans le pays par un groupe d: dunes gens arrivs d'Europe en Hati vers foaa, xeoj. Malgr les vissicitudei de notre viemouveraentedeiyj4 a nos jours, es sports ont quand mme volue au point d'tre l'heure actuelle le premier facteur de progrs en Haiti. Nous devons donc un hommage public ei une ternelle reconnaissance a leurs introducteurs. Qu'il nous soit permis d'en citer les pria cipaux parmi eux : Constantin rien It le fait avec sa clart habituelle, t Les noirs, dit il, ne sont pas, cela c unl riiBf, Sniiile p rau. Alphonse ^p cl "* Hemiquix' Andr Chevallier, Aodi des nations et grce i laquelle on Laroche# Ed#uard Laro k u ^ nomait amliorer la condition soPe i oux> HamiUen Poitevien, Louis et conomique des hommes de Pocail stephen Archer fils, Docteur j Robert Ewald ; ce sont du reste les na-tue pas encore fondateurs de i Union des Socits la concilia Sportives Hatiennes, l's ont donc dmontr.danj^jj mnU de l p atrie Vous autres de U jeunesse, vous couleur. Comment penne d'ailleurs que. vu le haut point de mtissage atteint dann le f ut reconnu et dmontr.depuis long ciale monde par le croisement avec le tcinp$ i onc iremeat infrieurs aux noir, le mot'-of/e.. qui signifie aulr ^ $ Ce oui leur manque ce ttPS^JSl&JZ •.' ...IWl""......!!.. ct lm .>U-.i 0 c*r.mt--i les individua ayant cette origine. Il l viusatioo.l ducation, tioo des races ? On a d roove plos jasie. de se aervjrj de %  II aul a#ac Q ae les nations ci des livres, qu il n'y a pas entre elles l'expression "gens de couleur", ou vtlises leur Yienfterrten aide et tas d'ingalits foncires.!! faut que nous 'cosVteViawinciniribKeii l** multre, nu mtis; enfin tout ce que sent cesser .'ingalit monstrueuse le prouvions dans le fait. M ^, • ^^ fre e^ fJn^an i EE "reot dans certaine navi -XI..I .I'..*,. -—_ax.:.. ...:. c n.es. pc • s.w eu ^cusani a vous, vous voudrez, except le mot ngre, dont ils aouftreot dans certains pays Qae l'tranger appartenant i une Mais cela ne sufit pas, il faut race blanche ou jaune prouve du q„ e les noirs eux-mmes prennent 0 nous sommes et employons i no 1 i lll udsiu lorsqu il dit le mot ngre, coaS cience de leur propre valeur, de tre mancipation les moyens pneifi iTi'SS voil qui nest plus toit pour noua leur lropre$ a^i'unissent.non €Btf ? moyens psem a c tonner, depuis tout ce tempe que mmm 7!TLw^.u .... k. u,BW iprofessent .Nul d'entre nons ne dsire suivre votrep.iriotisme, vos mains pures Marcuslarvey en Afrique. Resta f #t um$ F tick t que l'Iadpandaoe dt sera sauvegarde par ceux cupeot aujourd'hui et qui i&SUiJ? m qnt P'"pou7coVb;tteTa\VcrbTa"he" ,B 'ESC P Ur V US U e 8ra de T&TfSa'JSB?. qnelque ^£collaborer avec elle leur Vers l'galit des raoe. (^fe dernire saison spornuance qu'appartienne na peau, se mancipation intellectuelle et sociale Alors se lve M Candace.Le dpn live or aQi se par l'Union av c it sente humili dtre appel ngre, dtendre eux mmes leurs intrts. t d e la Guadeloupe a une loquence conc0ttr R 3 deS membres fondateur a voil qui esta la foia nouveau et • II y a en Amuqueun certain entimme qui suscite l'enthousias eu u0 pleia succs t.-nt au point de • ar P r "^ MarcusGarvey, homme de couleur me yue Fo P 0 Bill au poim P d c nt v ^ Quelle diffrence, en ralit, peut u > f^JS. Sl?!^TkV6t I i P /*i aV ' T raalici l euse 4 mcn i co s atlil.ique. El e a tait voir tous que U Stator, ce point de vue, entre JJ la r ; A t l %  g If , 5^M* la bonae tcQue de cette run,on nous ne sommes pas une race de cette expression et celle de gens Wwche. L Afrique aux Africains Voi 0 il n'y a gure que des noirs, il Qr e et que roas pouvons beau de couleur"? Gens de coulenr ne l sa devise. dclare : Jo s noua nommes ardi iH\iS aiguilie-t-il pas prcinmet que les a C'est une pure folie. Si le^ noirs t En Frauce.il n'y a heureusement 0 uvrnaoU veuler t enfia comoren! individus ainsi nomms sont des se sparaient ainsi brutalement des a acu ie dimetion entre noirs et | t I !" i ^ iitSmMmm ny a que des citoyens ai tile e(fi:a:e le lo: c5 morales, intclmant tous leur patrie avec une gale | cc ue ii es e ^rtout physique* de ,a descendant de ngr-n, c'ent- dire blancs, ils seraient perdus.Le probl blancs It de noirs, on degr plus ou moinn m e st complexe. Il faut l'tulier eioigaef 3rou il, M Bellegarde, que >ans pass i 00 el eo acc0f g avec | es las Amiicsios mettent plus de for mes qusnd ils due m • %  colorai! peoplo' qu quand ile duent ,'black Non, vraiment, la diffrence n'exia e qu'au point de vue den indicationn individuelles et ail peut tre ques tiou de distinguer, par les caractris pays de tolrance et de lumire com me la Fiance. a II faut crer un of*\ca mondial den gens de couleur • Aptes ce discours vigoureusement applaudi.M. Belgarde,mini>tre d H*iarde T r .. euaease d'un py, qu'on arrive Notre vie politique a commenc le doterd'hommes civi.iss :o,npltx avec la Rvolu-ion franc use, et nous injtfuit$ et dl cip | ias> La CO mpren devons saluer le nom glo.^ieux de g ont .ii s Ba ]oat } Je le cur sou r hjme Mirabeau, qui nous djendit le pre du lus pro f OQ d de m >a ceru tiqaen 9" !" "* 2* ^ lo g !" B ? ti en France, prend la parole notre race de tei antre. Quelques „•• ,'•'.. •; E diffrences peuvent aussi exuter eu J """• %  ""• e 81 %  ? eul %  **•point de vue de la vsnit et de la "jument indpendant de langue Iran prtention nuperfluiellen dont nul caise, de moeurs, de traditions et de n'est exempt. lols tianaises C'est eu son nom que Mais un ministre d Haiti Paris je ddsie que tous les hommes de nons semble moine pinc que tout couleur doivent travailler de concert outre pour foire reeaortir nncuan i l'volution de tous les peuples de diffrence et gard; et, comme raC e africaine. pour l'autre question, on eet autoris se demsader daas quel but et pour quel profit soulever dans la proasn parissienne une telle discussion'.* Nous sommes en quie du bon Inur et de l'honneur, dit on. Or, poor vivre heureux e. honore, vi vons cachs,— enseigne la sagesse. Pourquoi doac tous es bruits que > M D agae s tri bien pos le problme dans toute sa difficult • Il ne suffit pas, en effet, d'une couleur de peau pareille pour tablir une communaut de sentiments. Il y a une question d'duestion qui fait les noirs diffrents les uns des au trs.Us noir d ducation franchise mier. Nous aimons la France, notre pays, parce qu elle est l'avant-qarde de la civilisation et qu'en elle nous recevons la meilleure nourriture in tellectuelle du monde. Ce n'est pas une raison parce que les noirs soit aux Etats liais dans une situation difficile, opprims, bri me;, traqus, pour que nom tassions ntres les ides de Mucus Garvey Si nous l'coutions, hlas c'en se rait vite fait de nous. L'exemple de l'Etat de Libria, o prs i'u i ni lion de noirs s'administrent et se r gissent eux mmes, n'est pas pour EBmjifhl^S^SSSSi renforcer cette thse | ein R giud> Aoatm Rouzeau. lean.Nous devons restai unis avic le, | acquC) Eiglli Aadr> AltredD.-lva, blanci.Ceet l notre salut NOM leu. Philippe Kietfer, [ulio Bruno, Ces iapportons en cnaoge de leur civili r cl nu nom de la Natoa toute entire. La nouvelle sai.oi s'ouvrua Lpremier dimaactird'O ::ob:e; j espc que l'Uaioi trouvera parmi veut la mme ardeur. \ : mne enthouiiasme et le mne dvouement dont vous avex fait preave de Mus Jjin de cette anne. Noui devojsooi vives flicitations aui b illai s sporesmea : ?aul Chne', Maurice Elie, Fritz Oupuy, Louis Sorsy, Louis Dijoie, Andr Mnos, Sylvio Cator, Lucien Rgnier, Ar.ie Coicou. Rea Ethatt, AadrEthart, ejnloa aHihato7LlM£l>i riPrta'ia tous envoyons foire an dehors, au est plus prs d'un Franais qu'un SB" *lur-propri d. CI. M • h ... *'. „o r 'd'o.igin. .og'o ..xo.ne pti'ion gnrale au r a p'obaeltmen mercredi eu jeudi de cette se I* pice de IIM Pierre BrviUe %  %  I Nous rappelons eue cest samedi, tablir un Le Baiser do l'Ai oui g de M eaois, que la *•. succs fje la pice de •"'die s annonce de plua en plus **ti Tout est quasi prt et ls r-ji>Tf: a II faut donc dterminer des r gles d'entente et se proposer un but limit Nous ne you'ons pas rfor mer le monde ni nous immiscer dans U politique des peuples mais contact permanent entre satio i des forces qui ne sont pas ddaigner. Nous l'avons b en mon tr pendant la grande guerre Cou battons avec eux dans \ vo e de la civilisation et du progrs i l'ec'rise, lacque, Philippe Ktetfer, Bruno, Eimond Pressoir, Armand Mallehranche, Emile Rouz>er. Eug ie Bruno. F.anck Cudozo, Eiomrd C ssagio', i'*-nand Pierre, Albric Caetnguol, Edris Pirre Louis, Etienne Prophte. T M Murad, Lon Aulamtn an:e en-ire ap g0ftn ;i oie? „ R^riguez.' Mac Bruces nergiques raa,BltrcelAVfaTs, Ph-lippe Cham. plaudit longuem nt paroles et se donne reides vous >'i mme endroit pour aujourd'hui,afin d y prendre les rso'utiois dfinitives repisentation l- noirs dlormatio.i it de milieux r PJ r a Cin Varits et nous diffi'm n P !Ull.ni de te procurer ss carte 1 De l vient la ncessit dune o\f* commande la situation. ganisation permanente qui pourrat 1 Ch, TARDIEU Rony Chenet. H Tippenhiuer, AU su h FaoMaf. Preira. lourdan, Al phmsSotClou, \rchimie. C. Chrispin, Orner Appolon, Bernadot te, Coiscou, Anli Pierre. Ils ont lq ,i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05492
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, October 03, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05492

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^atjS Aftu M 419.2
Port au Plia.*, laiti
Lun di 3 Ch'.ibre 1921
pmhlWW W
Clmtnt-MASLniE
UNDMMU) 20NTlkK
Quotidien
ReWACTiON; Rue Amricaine No; ta**
l Dam In pays en la loi est ! nul autorit, il J
a libwlt, bonheur, prosprit, Uuiis qui dan ci
clli est noie* par la pasiiir ebarf it la faire
applnjufr.fi su ulla liilaliia ni tolire.iicaBraje
fit, oi peut, mm sa Iroaptr, prdira ua avilir
it dtwire, i iiarchi il a ucla'iji.
S. Liisfat l'a FI*llsE>
Pourquoi ces iumilialions?
El qui profitentelles
Neoa n avons pas pu nons esap- reprsentation, doit bnficier d'an
tbar d'exprimer cette double ioter- geste international fait dans des cor
r informations du c Nouvelliste con l'as le paya, dans tous les cas.
uroant la reprsentation hatienne ;
a Confrence de le Socit des1
Nations a Genve, et d'antre part, do
16 Coup tes Hoirs
\ Paris
Du sages paroles y sont prononces
M.Diagne dnonce une for-
mule malfaisante : 1 Afrique
aux Africains
Huile et Graisse
Pour automobiles; pour toutes
aortes de moteurs haute tension
et pour machine vapeur.
Huile et Grains i
De premire qualit, de rajfin >
ment la plus pure 1 rente annee
De ruxelles oh ils ont passion** be nratique et d'exprience de la-
ment discut les questions qui int doratoire.
ressent la race noire, les gens de cou
leur, puisqu'on les appelle ainsi, ont Prixclefiant toute concurrence
de
Et comme s'il n'tait pas assez
th-ntr-rr ', .n^.da ,., ,*noui m*Ure ordre du jour de ,lutt aie leurnaturel humour qui
7l.__ .i,8"**' _?iniAlre cette manire, notre mi Dents Bel- feur a Jjit cj,0isir
legarde, ministre d'Hati, vient d'ex
poaer au journal L'I tre nageant"
des ili/'oriH Ua originales sur le
mot "ogro '.
Notre ministre n'aime pat nous
en endre dsigner par ce ternis an
quel eet etiacn, selon lui, an sens
sbsolumentdplaisant et ddaigneux.
Il
iLlsaor* relativement sux thories
tor le mot et jj> race ngres mises
prt
d'Hati et notre ami, dans une corn
ccoication i c L'Intransigeant de
hiia et que celui-ci a'eet fait le
devoir de reproduire pour l'difie?
uoo des intresss-
Il est lmentaire que nons ne peu
venipaa continuer a occuper notre
fiscs au sein de la Socit dea Ne-
iiooe si nons ne pouvons pas la
payer. Or, il parait que nons som
as dbiteurs de cette Association
noor la priode dj claue Vu no
ta situation fiosneire, ce n'eet pas,
Minais t-il. une petite bagatelle.
Bagatelle on aon, non seulement
dois ns pouvons paa payer, anaie
tocore i tat de choses deos lequel
aoas vivona ne nous peraaet mime
ait de peendre des engagements ai
j prciser une promene de paie-
ajsnt. C'est rellement gnant, et lf
nvercement l'a bien senti,puisque,
iltit la prochaine runion de la
Socit, il s'est gard prudemment
es m faire reprsenter-
Mais le m.nis're d Hati veillait
Avec delicatene et discrtion, il a
ait connatre officieusement les rai
aoas qui portaient Haiti s'abstenir
et il n s srement pas msnqu de
faits confidentiellement l'expos de
a situation intrieure hatienne.
Comme R voir par dea larmes et des menaces
de anicide les riches personnsges
eu'il tait en train de taper >, il sut
sens doute toucher le cur sensible
os ceux qui il s'adressait, e qui,
en galants hommes, ne pouvaient
? en conscience dire au ministre
Haiu : c Vous ne pouvn pas en
trar, pnisque vous n'avea pas pay.
Et c'est sicsi que nous devons
d'tre reprssnts, cette fois encore,
Aie session actuelle de la Soci e
a Nations- Le peuple haitien a un
eut pour quai fier une telle situa
hon; cent le mot'ichonnel; mais
Une peut en faire ici l'application,
ear il ignore compltemeoi ce qu oc
vi prtendre faire en non nom s Is
Soci des Nations
U ne sera au courant de la choee
Ils plus tard, lorsque, par exemple,
fc *atendro dire que de nouveaux
fe\rts pu 4e nouvssux droits au
(a! t crs, ou encore qu'une
Mppreafiion essentielle aura t faite
'cela dam le but de payer la dette,
tore consacre, de la Socit d. a
Nations
la Nicaragua oone a donn sur
fcepjet une leon dont noue n'a-
*> pss profit-
Reintnnant. demandons-nous qui
*'*& A part ceox qui peuvent tirer
transport leurs assises i Paris,
Et ic crois que c'est la ncessit.
Wflarris Ol C*.
Geo. Jeansme
a salle des luge
nieurs civils, rue Blanchi.
C'est M. Disgae qui parle tout d'
bord afin de bien pestr les donnes 'tue du Magasin de
du problme qui se dresse devant ___ .
l'opinion publique des nation* avili
eer. ~ exister au sein mme de
Exclusive selling Jgent
Etat No l(JJ7.
U. S. S. H.
Port au Prince, le 28 Sept. 1921
Aux Membres des Socits Spor
tives aflili-s l'Unioa des
Socits Hatiennes.
Messieurs,
Cette anne marque h dix-septi-
me anne de 1 introduction officielle
des sports dans le pays par un grou-
pe d: dunes gens arrivs d'Europe
en Hati vers foaa, xeoj.
Malgr les vissicitudei de notre
viemouveraentedeiyj4 a nos jours,
es sports ont quand mme volue
au point d'tre l'heure actuelle le
premier facteur de progrs en Haiti.
Nous devons donc un hommage
public ei une ternelle reconnais-
sance a leurs introducteurs. Qu'il
nous soit permis d'en citer les pria
cipaux parmi eux : Constantin rien
It le fait avec sa clart habituelle,
t Les noirs, dit il, ne sont pas,cela
c unlriiBf, Sniiile prau. Alphonse
, ^pcl"* Hemiquix' Andr Chevallier, Aodi
des nations et grce i laquelle on Laroche# Ed#uard Laro k u ^
nomait amliorer la condition so- Peioux> HamiUen Poitevien, Louis
et conomique des hommes de Pocail stephen Archer fils, Docteur
j Robert Ewald ; ce sont du reste les
na-tue pas encore fondateurs de i Union des Socits
la concilia Sportives Hatiennes, l's ont donc
dmontr.danj^jj mnU de l patrie
Vous autres de U jeunesse, vous
couleur.
Comment
penne d'ailleurs que. vu le haut
point de mtissage atteint dann le fut reconnu et dmontr.depuis long ciale
monde par le croisement avec le tcinp$ ionciremeat infrieurs aux
noir, le mot'-of/e.. qui signifie aulr^$ Ce oui leur manque ce
ttPS^JSl&JZ .' ...IWl""......!!.. ct lm.>U-.i0c*r.mt--i
les individua ayant cette origine. Il l* viusatioo.l ducation, tioo des races ? On a d
roove plos jasie. de se aervjrj de II *aul a#ac Qae les nations ci des livres, qu il n'y a pas entre elles
l'expression "gens de couleur", ou vtlises leur Yienfterrten aide et tas d'ingalits foncires.!! faut que nous 'cosVteViawinciniribKeii l**
multre, nu mtis; enfin tout ce que sent cesser .'ingalit monstrueuse le prouvions dans le fait. m ^, ^^ fre e^ fJn^an i EE
"reot dans certaine navi -XI..I .I'..*,. -- _- ax.:.. ...:.__cn.es. pc s.w eu ^cusani a vous,
vous voudrez, except le mot ngre, dont ils aouftreot dans certains pays
Qae l'tranger appartenant i une Mais cela ne sufit pas, il faut
race blanche ou jaune prouve du qe les noirs eux-mmes prennent 0 nous sommes et employons i no !1. illl
udsiu lorsqu il dit le mot ngre, coaScience de leur propre valeur, de tre mancipation les moyens pneifi iTi'SS
voil qui nest plus toit pour noua leur lropre$ a^i'unissent.non Btf ? moyens psem ,a c
tonner, depuis tout ce tempe que mmm 7!TLw^.- u .... k. u- ,BW iprofessent
.Nul d'entre nons ne dsire suivre votrep.iriotisme, vos mains pures
Marcuslarvey en Afrique. Resta f#t um$Ftick,t que l'Iadpandaoe dt
sera sauvegarde par ceux
cupeot aujourd'hui et qui
i&SUiJ?m qnt P'"pou7coVb;tteTa\VcrbTa"he" ,B" 'ESC PUr VUS Ue 8rade
T&TfSa'JSB?. qnelque ^collaborer avec elle leur Vers l'galit des raoe. (^fe dernire saison spor-
nuance qu'appartienne na peau, se mancipation intellectuelle et sociale Alors se lve M Candace.Le dpn live or.aQise par l'Union av c it
sente humili dtre appel ngre, dtendre eux mmes leurs intrts. tde la Guadeloupe a une loquence conc0ttrR3 deS membres fondateur a
voil qui esta la foia nouveau et II y a en Amuqueun certain entimme qui suscite l'enthousias eu u0 pleia succs t.-nt au point de
arPr"^ MarcusGarvey, homme de couleur me. yue FoP0, Bill -au poimPdcntv^
Quelle diffrence, en ralit, peut u> f^JS. Sl?!^TkV6t I i P/*i aV'T raalicileuse4mcni co-s atlil.ique. El e a tait voir tous que
U Stator, ce point de vue, entre JJ la. r;Atl g If, , 5^M* la bonae tcQue de cette run,on nous ne sommes pas une race de
cette expression et celle de gens Wwche. L Afrique aux Africains Voi0 il n'y a gure que des noirs, il .Qr*e et que roas pouvons beau
de couleur"? Gens de coulenr ne l sa devise. dclare: Jo s noua nommes ardiiH\iS
aiguilie-t-il pas prcinmet que les a C'est une pure folie. Si le^ noirs t En Frauce.il n'y a heureusement -0uvrnaoU veuler t enfia comoren!
individus ainsi nomms sont des se sparaient ainsi brutalement des a-acu.ie dimetion entre noirs et |tIi^iitSmMmm
ny a que des citoyens ai tile e(fi:a:e le, lo:,c5 morales, intcl-
mant tous leur patrie avec une gale |cc,ueiies e, ^rtout physique* de ,a
descendant de ngr-n, c'ent- dire blancs, ils seraient perdus.Le probl blancs It
de noirs, on degr plus ou moinn m. est complexe. Il faut l'tulier
eioigaef 3rou il, M Bellegarde, que >ans passi00 el eo acc0fg avec |es
las Amiicsios mettent plus de for
mes qusnd ils due m colorai!
peoplo' qu quand ile duent ,'black"
Non, vraiment, la diffrence n'exia
e qu'au point de vue den indicationn
individuelles et ail peut tre ques
tiou de distinguer, par les caractris
pays de tolrance et de lumire com
me la Fiance.
a II faut crer un of*\ca mon-
dial den gens de couleur
Aptes ce discours vigoureusement
applaudi.M. Belgarde,mini>tre d H*i-
arde"Tr" .. euaease d'un py, qu'on arrive
. Notre vie politique a commenc le doterd'hommes civi.iss :o,npltx
avec la Rvolu-ion franc use, et nous injtfuit$ et dl,cip|ias> La COmpren
devons saluer le nom glo.^ieux de gont.iis Ba ]oat} Je le ,cur sourhjme
Mirabeau, qui nous djendit le pre du lus profOQd de m >a ceru
tiqaen 9""* 2* ^logB? ti en France, prend la parole .
notre race de tei antre. Quelques ,''.. ; E
diffrences peuvent aussi exuter eu J """ "" e.81 ?eul **-
point de vue de la vsnit et de la "jument indpendant de langue Iran
prtention nuperfluiellen dont nul caise, de moeurs, de traditions et de
n'est exempt. lols tianaises C'est eu son nom que
Mais un ministre d Haiti Paris je ddsie que tous les hommes de
nons semble moine pinc que tout couleur doivent travailler de concert
outre pour foire reeaortir nncuan i l'volution de tous les peuples de
diffrence et gard; et, comme raCe africaine.
pour l'autre question, on eet autoris
se demsader daas quel but et pour
quel profit soulever dans la proasn
parissienne une telle discussion'.*
Nous sommes en quie du bon
Inur et de l'honneur, dit on. Or,
poor vivre heureux e. honore, vi
vons cachs, enseigne la sagesse.
Pourquoi doac tous es bruits que
> M D agae s tri bien pos le
problme dans toute sa difficult
Il ne suffit pas, en effet, d'une
couleur de peau pareille pour tablir
une communaut de sentiments. Il
y a une question d'duestion qui
fait les noirs diffrents les uns des
au trs.Us noir d ducation franchise
mier. Nous aimons la France, notre
pays, parce qu elle est l'avant-qarde
de la civilisation et qu'en elle nous
recevons la meilleure nourriture in
tellectuelle du monde.
Ce n'est pas une raison parce que
les noirs soit aux Etats liais dans
une situation difficile, opprims, bri
me;,traqus, pour que nom tassions
ntres les ides de Mucus Garvey
Si nous l'coutions, hlas c'en se
rait vite fait de nous. L'exemple de
l'Etat de Libria, o prs i'u i ni
lion de noirs s'administrent et se r
gissent eux mmes, n'est pas pour EBmjifhl^S^SSSSi
renforcer cette thse |ein R giud> Aoatm Rouzeau. lean-
.Nous devons restai unis avic le, |acquC) Eiglli Aadr> AltredD.-lva,
blanci.Ceet l notre salut Nom leu. Philippe Kietfer, [ulio Bruno, Ces i-
apportons en cnaoge de leur civili
r cl nu
nom de la Natoa toute entire.
La nouvelle sai.oi s'ouvrua L-
premier dimaactird'O ::ob:e; j espc
que l'Uaioi trouvera parmi veut la
mme ardeur.\: mne enthouiiasme
et le mne dvouement dont vous
avex fait preave de Mus Jjin de
cette anne.
Noui devojsooi vives flicitations
aui b illai s sporesmea : ?aul Ch-
ne', Maurice Elie, Fritz Oupuy, Louis
Sorsy, Louis Dijoie, Andr Mnos,
Sylvio Cator, Lucien Rgnier, Ar.ie
Coicou. Rea Ethatt, AadrEthart,
ejnloa,aHihato7LlMl>i riPrta'ia tous envoyons foire an dehors, au est plus prs d'un Franais qu'un
SB" *lur-propri d. CI. M h ... *'. o r 'd'o.igin. .og'o ..xo.ne
pti'ion gnrale aura p'obaeltmen
mercredi eu jeudi de cette se
I* pice de IIM
Pierre BrviUe
I Nous rappelons eue cest samedi, tablir un
Le Baiser do l'Ai oui g de M eaois, que la
*. succs fje la pice de
"'die s annonce de plua en plus
**ti Tout est quasi prt et ls r-ji>Tf:
a II faut donc dterminer des r
gles d'entente et se proposer un but
limit Nous ne you'ons pas rfor
mer le monde ni nous immiscer
dans U politique des peuples mais
contact permanent entre
satio i des forces qui ne sont pas
ddaigner. Nous l'avons b en mon
tr pendant la grande guerre Cou
battons avec eux dans \ vo e de la
civilisation et du progrs i
l'ec'rise,
lacque,
Philippe Ktetfer,
Bruno, Eimond Pressoir, Armand
Mallehranche, Emile Rouz>er. Eug ie
Bruno. F.anck Cudozo, Eiomrd
C ssagio', i'*-nand Pierre, Albric
Caetnguol, Edris Pirre Louis, Etien-
ne Prophte. T M Murad, Lon Au-
lamtn an:e en-ire ap g0ftn;ioie? R^riguez.' Mac Bru-
ces nergiques raa,BltrcelAVfaTs, Ph-lippe Cham.
plaudit longuem nt
paroles et se donne reides vous >'i
mme endroit pour aujourd'hui,afin
d y prendre les rso'utiois dfinitives
repisentation l- noirs d- lormatio.i it de milieux
r PJ r a Cin Varits et nous diffi'm n
P !Ull.ni de te procurer ss carte 1 De l vient la ncessit dune o- \f* commande la situation.
ganisation permanente qui pourrat1 Ch, TARDIEU
Rony Chenet. H Tippenhiuer, au
su h FaoMaf. Preira. lourdan, Al
phms- SotClou, \rchimie. C.
Chrispin, Orner Appolon, Bernadot
te, Coiscou, Anli Pierre. Ils ont lq
,i


LE MA UN
Ecole des
Seences appJques
La deuxime session du cou
roui* d'admission est tixt au
mardi 4 Octobre.
fit registre d'inscription est
ouvert au sige de 1 Etablisse-
ment tous les jours de 9 heures
.nit'i.
LADIRlCTIcjN
Toussaint- Lou veriure
Goareruear de S.-Dwniusji"*
!
Nouvelles Etraiigcre
PAR CABLE
'rs champions de la trnire saisor
poitive. Nous espions donc i|u il>
donneront d'avantage, la saisor
prochaine.
Nous adressons aussi dos m-il
leurs remercieraen's au Gnral C.'
ment Coicou ei Monsieur [oui
Chauvin qui or.t t pour nous de;
arbitres comptents et dvous, ain*
qu'aux journalistes Ernest Chauvet.
L*on Lileau, F. Duvigreaud.Virgih
Valcin, Clment Mag'oire.Hnec Do-
siavil, i la idaction du Courrier du
Soir et du Courtier Hatien qu
avaient fait avec clat pour nous la
propagande sportive dans leurs difl
rends quotidiens.
Monsieur Louis Ch.uvin, qui est
de Saint-Cyr. s'otire aimablement d
vous donna i partir d'Octobre de*
leons de gymnastiques et de vu :
faire quelques cours sur les sports
Nul doute que vous y viendriez tou-
ensemble dvelopper vos muscles il
suivre ces cours
Les Commissaires ne pouvaient Dm^rrz moi comment je pourrai
pas refuser l'initiative dans une pa- 'es satisfaire
reillesolennit.Ils prirent place d'un' Don .-Jonzo Donaro expl que
cf du Premier c'es Noir, taod s lit l'irverprie, qu'il srail agra'
que son frre. Paul (.ouverture, oc ble aux citoyens de la colonie eepaj]jgae oit rirait iieaorme avantages
cupa l'autre ct, la place d'honneur, 'gnole que le s?ru)*nt d'otage fat!l'Hipagne et facilitera le trantpoudfi
Les appartements du Palais taient pr' au nom de la S'inte Trinit.Infodaiti nationiux
l! Dfl
fcffoctV
MADRID jo Plusieurs journauxi Sidi Lecoiote fu>
ont commenc une cimp'gne en f P>J ' dpart, if
veur de l'tablissement d-uue Jigirj; ut? r.uio.. k ..^JgJJ
terre .1.1... del Iront e de 1^-e-"^-"^^-g ttpfft
'& prtend qu une pareille ^.^^^
VJ
lui
1
m
j s inimit et d~av8j" Vl[W
.dix.,iputeaHp,i;22JW|
saut pas des avions de
tirent a
^'urii
la rHcherchidf; W^l
compltement occups par les prin C'es', en ellet, un saint devoir; MEULLA o Ci co imuniqu teur avait fait une ckiei1
mais quelle esc la s gmnca'.ion que;0fnc,ei annote qu aprs un long etjToury a 11 suiti de l^Ut,^*1
cipaux personnages qui avaient sui
vi la procession, et le dernier gou- vous dnnn zl ce sermeit r
verneur de la Colonie espagnole, en'pondit Toussaint
escaguo s
compagnie de ses officiers, des ma
gistrats, des membres du Clerg etc.
Parmi ces derniers tait une ligure
eue Toussaint avait reconnue avec
une vive motion de jo e.
Son regard fii sur ce prtre, le
Pre Laxabon, le geste de bienvenu
qu'il adressa au pitre, porta Don
Alonzo Dovaro; le Gouvaaeur es
pagnol, i se retourner pour dcou
viir celui dont la prsence pouvait
tre plus imposanie pour le Com
mandant -en-chef que la sienne Li
contenance enorgueillie, du .Fre
violent combat les
|grent de loris continget
Ce
rna'O-
l zza q ji subi
Au nom de la Sunte Trinit, dejr0CajDS rassembls i
rengager i gouverner avec sigesse reatdebri. peitts.
PAR S D-aprs Uue dpche de
Badap.st au Temis .i rijn^n. OCC
Laxabon le dsigna
et s'adressa
et b-fn
Existe t il un chrtien qui ose
rait jurer ainsi repiqua Tous dentale se dciar* h er Lui intpen
saint dam; l'ancien p;e nier FridTiCO au
Tous les Gouverneurs de la Co fait .ssum e pouvoir i ia tte du
lonie fsp-gnole dans cet e le, depuis (Jo.,s:il de dteose Des appels oni
D;ego, le liera de Colomb jusqu' ete adies.es aux fon.tionn.ucS ^our
ce |our, ont pt le serment ainsi qu'ils restent a leuis poste, ci a >a
rpondit Doi Alonao V >vari. population pour qu'e le BOatienoc le
fQifl est donc homme.qui aojoor nouveju gouvernement poi Di.u
d'hni pourrait jurer qu'il sera tou p0ur e Roi et pour u Nation.
jours Mge. Pourrait il engiger soi MOSCOU- La rponse des soviet
[salut d' toujours gouverner sage ut eonti* on termes i mesurs qu'on
Don Alorzo Dovaro ordonna de menj er b-en. dans l'opi ion tout le prvoit qu le dation* ne seront /><**{ m porter les ciels, et s'adressa en espa'mo-de ? Je n'ose pa1-', moi-mme rompues.>^u rponse promet {U4 ii>ns
gnol Toussaint, qui ne comprenai [prter ce sermen aiouta Tous Savinkoff t **f pariittuu *$rontexyul
pas cette langue ; mais il savait que;sajnt. Les espagnols prseati opia scs si leurs agUsentents eu
Don Alonzo pouvait parler le tran|rnt tom ensemble qu'ils avaient
vais. Le gouverneur de la Colonie es compris, bien que Toussaint se tut
pignole cepen'an1 avait dcid qu'il exDiim en franais. Le l' e L xi
ae dlivrerait les ciels d'une vie es i bon n eut pis mme le temps de
nucj; il est. L^erjuntT;;
la f*ce. g*
Le Leutsnant aviateur inii^
gapipa barjdJiiu.lacour.r2i
duMepanud.p.sawrpjrpSJh
k : lo mtres eu 30 mi i uCes 19 ,ec ^
j.** pilote anglais J-tmrfsHerb-it- .
la course uyin: e inven Uai'n
minutes Ii second, l^ ^l
du plan eupuneur Ue 80o a.n
s'taitdolleeu les deux avii
frauca-a Kirsh et Larmes sont
restes se rs pour tenn.uei la cg
PARIS l U-" dpch* de
rappor e g l'une note ollicieiu"
|j , l'examen eifectu lM, |e Ct)|
rh tabli quo tj t^^
veraer lo l nj/ciiib.e,
le. taxes il expjrtdt o ,# o.i :'
euant ou; iiilri-ii pu su tid'ii
^o is en uatdie et i i ux-.a nerc.
par oertaioa aines. '
Le pirti soc \ I i s .( d dushU i
U-ioasa^ a aioj uih .solulii
Monsieur Alphonse Jean Joseph Icagnole en aucune aulre laDgue que,complta h version de TouiHiot
aussi de Saint-Cyr, va fonder ur
Club de Natation et de Canotage qui
s'atfiliera l'Union-
Ce sont des sports mervtilleuxqu
vous devez aussi pratiquer et q'
vous seront trs utiles demain.
Ncus devons enfin pousser font
l'entrainement sportif hatien ; eei
la que- nous salirons grandis et ad
mirs de tous.
c G-ce i la bonne voloni du M
nistre de l'Intrieur et de tous U
membres du Conseil des Scrtai^
d'Etat, gice i la v'gil.nce du Prsi
lent de l'Union, de M ssieurs Em 1
Przeau et Constantin Hennqutz
ciens prsidents de 1 Union, et
Monsieur Andr Chevaliier rremb
dn Conseil, le Parc Leconte est rt<
entre nos mains et un nouveau bai1
de neuf ans a t pass entre le Pr
aident de l'Union et le Ministre de
l'Intrieur,
Grce surtout i la gnrosit et
l'amiti du 61s de Monsieur Clesti-
no Bencomo, charg d'Affaires d.
Cuba en Haiti, qui nous a donn
deux cent cinquante dollars pour la
clture du Parc Leconte; t grce
tu grand coeur et aux sentiments de
Shilanthiopie de Monsieur Cles ino
encomo lui mme qui vent de
nous faire don dun chque de 3213
francs ;o, pour une con-mande da
ticles de sport. l'Union va pouvoir
mettre les chores sur un bon pied
cette anne.
Monsieur Bencomo, en tmoigna-
ge de notre profonde reconnaissance,
a t nomm Vite-Prsident d'Hon-
neur de l'Union.
L'Union va lcher de faire paratre
le mois prochain son jou-nal Ha-
tien akn de vous renseigner sur la
marche des sports en Haiti, en Euro
pe et en Amrique.
Je recommande entre vous tous, U
solidarit, l'union, l'entente, des con
celle de sa nation. Louv^rtare
Le Pre laxabon s'avana dlibr fe v ius rencontrerai p'u't d
ment et ollrit d'interprter C'tait mai 1 l'glise de rrt au pnn:e,
pour lui une excellent; o:cis on de et la |* me 'g garai devint Dieu el
surmonter son embairas i la rC-'P devant Ine, de me taire sur le
tijn de Toussaint Louveiture, e dpass, d'emp over mi v gi ance tt
lenouveler es agrables relation. ; mt* meilleurs fiarts a r?nire les fs
car il n'oubliait pas sa dern re con pagnols heureux} Is sou maine
versatioa avec lui. Inant m-s coicitoy.m* J s ira iis
Le commandant-en-chef sexpri( Une muque d'idhio gnrale-,
sie sont [trouv*. Elle >tis abaOltt n-ml
que la ri'iice ait extrci une prtssio <
sur la i'olo'jne.
HOME- U Pape rut hier iir\a ., }
Danti ffellegard-, ministre d lia: t fCOnstatair q le 1-. -i-iiat.on ce de
LONDRES- Valera envoya hier\ui nullem.uc a dd.uiaiioo
.une not d Lloyd George accep utt |u Cnb cm VVi'tu m us un H-ra
ion invitation pourco-jer.r Lmlr < (,Miiin;ement d*ns ! .-u.dlai
U Uoeobri lu 100 II a djide .. xnniaer. an
S'J'n J\IU)LM Le calitnftU.ic ir bpari n.d peimu-, et conditi
d n pa t cipiiio -0 .-. IjUmi
r de 1
un
cution du trait de Ble. Miis il eut sa"' fusante.
t mieux; si celte excution avait j Dji A,r> zo Djvao p
t plus prompte. L heure des fx;u( de se o'fiJe.s i- con ai n o tait
ses et ces apologies est prime. I- nos*s U. c efs d? la c t de Sa no
dois cepenaant dire, en toute sinc Domingi et les transfra aux majo.
rite, que la prompte excution d'un du Conminiint en ch f d Siin -
trait est toujours p'ui honoian'e D-mingie. en s'ioclimnt.
Je ne mrite donc pas de bdne.com A ce mom-ni une salve d amlle
me cela pouvait arriver, pour avoir rie lut tire sir la lernsse p es de
dtourn dix mille noirs de leurs 1 glise, tou'es !e: clo:h-s da g ns
paisibles occupations agricoles tt de Port an Wnce soinrent le caril
commerciales, afin de ltt conduire'ion, et le. f 4. ta r's de? troupes
jusqu'aux por ts de Sinto Domingi coururent la ville en jouant
Vou.. le<= autj'its de celte cit,vous Marseillaise -
vu* Sidnu dnuisionn /* mardi pu
tuile de 1coutes il i Irais liarliif
iiranting /ormerait u t nvUUJOU mit s
tre sooutliste
El A ill'E.s Le i euie tant avialt tr
franaii Kirs U biliant io,<< t 1 /' -
Deutsche c
l s .jOif k >
miiret en une /uurc 4 tnma'os ' u
cjne* //"' toit une vies 0 le i7dki
lom 1res duo : laoitteur Larme* -
conil a parcouru ta distinct en am
heure 9 minni.es b.~> secon./ei :-*/" i*
"Hexie moyenne -&7 kttonilm
l heure,
cialia es au j .1.
P.VItlS- L?g'.nSral Par taing
rentra auio 1 1 ii i .i ,'nn veoa
I pay* r'i ; -> o n h inapec
I 'S Cjnt.rjjj ) : 1 .11 1 :.| -j Lt|
d'innne u m h: -i | 1 oit
ei d imai i i m 01 uu.u* tu ft
ii4ur du soU>t i. u l.piaiai
ani /r ) t !'. 1 : .1 m.h m es u
initions K lu 1 n ou*uuy n Lom
u Hld p r ici io' no; i.rmc
du fodail
- >0 analog 1e fta l h iau a.
co:;i:u arg'aig>
pir
. U
Eehtage de
|K 0 atives
D'ap'? le Nouvelliste de si
m'avez oblig de 'es y conduire pourj L'idole du peup'e i S iat Do min msii' ''J'ig-^ur en ch;f du dpar
vous exiger d'accompNr vo? devoirs gU-, Toussait LoJV#rtar devenait lelnt envers la France. Si des id-s guer (ds lors Conmindint en chef de !"eu lav': du Prsident de la Rpu-
nres ont su-g dans l'esprit de ces'" La Perie des Anilles'' j ique que le p oiet de faire porter
dis mille horara s, je n'en suis pas' Lesgr-nds hommes de tous les ua uai'or'i1e de ville aux ingiieun
pays, qui ont ligure dans ,'his oire du gouvernement n'a pas tiappiou-
de l'Humanit, comme Napolon Ba v
responsable.
lo dsire, au contraire, que des
ides de paix et de co icordt soien* [atpjftf et Toussjint >
dans les coeur desho.nm:s de tou- sont mesurs a leurs taule, et aux
es les races. ,'dimensioas J.- l'emp-eiite d; leurs
Dsirez vous, Monsieur le Gouver noms dans no; cours.
enr, Don Alorzo Dovaro, vous es '( a suivre )
primer au nom de vos coati'oyens?. ], r. CHKN'LT
^ Her soir, salle archi-comble
lin-Varits. On a mme d refu
:er du monde vers les huit heure'-
1,4 et nombre de spectateurs durent
cessions muiuelles, l'amiti francht l'ester debout dura il toat le temps
et sincre atin que nous puissions
Varits
\j s Mariaes et oas
/ .il.nus publiqi
L? liri^.iJicr o.guav' d: puulicilj
d.t pu le CluD des \hnnes,it|
p:ime,d m so j N j du 24 septemb
oour I \..) init'on de ^ui de do]
ce qui suit :
c La pratique apprend que ton
its lemin's publiques rie 1 le toi
iale.tes d'u >c foi me quelconque
Devint ce sentiment de son Eicel ma|aiie vn't.enne De sa.te^
lence, le curps des Ingnieurs sera vous associant ave: elles, vous liiNJ
convoqu ;our prendre une dcision
cet gtrd. Cest bai a savoir.
D'autre pu nore confre nous
info me que 1 Ingnieur en chtf est
en train de r/oqier p.r lotira des
fpoctionaairei de son dpartement,
cour r 11 risque
vo re bJ^heur
N'.j-i iransmetions
nos le:tacrt.
Le mme numiro contient di
i votre sinielll
i notre tou/fl
atteindre notre but rv : L'Union
entre toute la famille haitienne et
une patrie grande, prospre .intgrale
firr, libre et indpendante.
Tout ce beau programme sera ra
lise un jour, si nous sommes de.
hommes Ions, sux muscles vigou
icux, ayant une endurance trs en
tiainr. nous permettant de rsister
iux plus dures preuves
Rappelez vous cette belle pense
du Marchal Von Hmdenburg : Le
pirttnt est peidu, seul l'espoir en
l'Avrnir nous reste, je compte sur
toi, O leunesse Allemande. La pa-
trie compte sur loi, O leunesse Ha-
ticocr.
Cist dans ces espracers, que 1 U
jtitn vous prie de recevoir.Messieurs
avec ses meilleurs voeux de loccs
et ce ongvi; pour vos clubs res
>'ulations les mei lier s
Erri B ARMAND.
Prtiident de l.Ln.on lits Si fi '
Sportives haititnnts j
Je la reprsentation milgr les el
forts de ia Direction pour leur trou
ver des siges
Les films exhib.'s 'aient relle
nent de toute beaut et 1 assistance
es a frntiquement applaudis
de la clbra'ion de la messe du Sb-
bspnt Toutes les brancha, de I ad
mini.tr.tion v taient reprsentes.
L- pre Hu.-k, professeur au Petit
Sminaire Collge a fait le sermoa
de circonstance.
a l'ieras de la crmonie reKgiaq
se. li y eut rception au Tribu Ta!
d.' 'lassa lion-
Qjaire discours ont '<: prooi
. ,"""".. i^spar MM. Aug. B)narry P.-e:i
LOS fliigr.illtS hatiens dem du Iribon.l de Casution; M-
Le Prsident accepteratti| dchin
gerses pirog. ives d: nommer si de
rvoquer cjiii le d.o.t de dici L-r
sur le port di l'unitorni.
dire sut une simple
stivice ?.
ci /il. c'est
question de
U
11
SJL OU'
DMveaa poste
i^ p-ilice
eciifJ.:ej sa'
C'est par centaines qu'ils nous re
viennent depuis quelques jours de
Cuba dans un tat des plus na
vrants. Leur passage travers les
rues de la Ville n'a pas manqu de
soulever des cris de piti.
Jlcs
Il nous a : fait part du dci,
suivenu ce matin, de Liror^rs Ira
t'.iitii.i la suite o'une courte maladie
Les funrailles auront lieu demain
natin, et le convoi partira de la mai
ion moriua're, rue Coui'j .
Nos coodo'ances aux familles que
redeuil >lfl g*, et particu t :-.'
i ia f 'aille Mcicier.
H. l'erlong, cr.b tuu-; M Bireiu
Mmis're de la |utice e Mr T. Lt-
leao, Bi oanier de l'o-dre dta Avj
et.
s avojs remarqu ci rratin
que devant la Gir< du Nad on est
entrain le coifuire un poste de
p 1 tes poui u .orveiilacca du quar
t'ei. C'est uoe exce.lenie ide quand
si ira fr

en pansa que cet v. jJro:t
qucul.
Le posh sera muni d'un appareil
HOU al Mail SUmm ;"i'lhjiuieetlfuaesonnened'ala-
me pou: .venir U Sla.iou cotralc
Paaket Company *l*cdu'
Le./a f AUAN*. vtant de Kingtloi
es tiih'mlu demain malin II chargera
\pour l>-s ports du Nord <' l Lurop
Port au Prkte* le ii Octobre t'Jll
ItOQ fita nvrroN se C)
Geicr.il Age .ils
Asthme >
ESPIC
- -on
liiPN
Les Btes de ta chatj
son de trauee en
perspective
La premire, qu'on ne l'outVd, Mt
pour deiuaiu bo.r.au Jercl*. Oullva*.
1 lutua l'ajouter qu'elle sar. f"*
pour impressionner a^rabiemeota
(Jouiier uue iJe v^vuable de loii*1-
uati. 6t du talent e* interprta.- |
La seconde :ara lieu jeudi oie.
Ciiio V'ii'ia. h -L
Latroisiiua sera paar .iainem- ;
Ptiiaiaoa. 4-a.ia
La quatrime aura lieu i^^SJL,
semaine prochaine, l AsilO( *,pB"
iia et a la ditigenca di i A l'ac'
traooaiaa.
nier- tm%*
Xomunloii
Par dcision de S G Mg* lArc^
-lue Monsieur i'abbe Poulain, pj
fd-mment aumuer de l'ila*^
S-Pr, :,.. de S.ie;. tt ao*1
ai"ji>iit-l:jr de 'a Grande !>ii!0e-


-*-.
MATIN
Adresse
Qtc'tots de. Fo f-:u Prince
jgcore on/ dfc.v'rre fris ]> vieni
tjjjfjtti 'es bitnveiilr f> ifttrges
^IH ej Concilier au ( enseil
onnal aux tecl ods du 10 Jan
prochain. IJa d'abstention de
, part, accourrz iou*: l'urne
^Biniieztir avtc sagesse ei dans
ploie le plus parfait votre opi-
sor le choix de celui que vous
u lre le Maire de la Capitale.
Jiniere les vieilles rancunes et les > tisie au 27 en cours rcommander
Kgs de toutes sortes qui ont ma candidature a ente haute fonc-
[bu mettre no're mrlbeureux tion.
dans l'tat o il 5e dbat actuel Pott-au-Prince. le 30 Sn. 1921.
.Plus de spculation politi I Jules JMRBONNfc
qoes et de combinaison macbi&vii-
ques au dtriment de la masse qui
gmit scus le poids de la plus aflreu
se misre !
Mettez de c tout intrt person
nel peur ne vcvr que celui de la col-
lectivit, allez fr;rcberoeDt a l'urne,
et vetez pour Mr Jules D rbonre
ancien iersurplint du Magistral
Communal de Poit-au-Hrnce que
vous voulez voir arriver i la Magis-
trature Communale de sa|ville natale.
|e profite de ceite occasion pour
remercier les amis qui ont bien
voulu par un avis publi au houvel-
liste du
1
Siraip m
Office of General Agent
Port au Prince October i C1RCULAR No 155
La maison
H. S I L V E R A
V%ent de rct i'oir par les dentiers stea-
mers, les articles suivants des
Pharmacie W Buch
PORT-AU-PRINCE
F la ce de la
Paix
ifinlnu une foie commande de produits Ibarmaceutiques et de spctali
\tbonneui d'annoncer au public en grerai et particulirement mon an
tclunteie de M Capitale et de la I roiinc que le seivicede lu Pharmacie al
Mu organis comme par le pass
U nous l (110ns la disposition d ns eiiuhfxur Vntcution pi omble cl
\its or ontincet la vente de loi s produits et spctalils 0barmacenti{
tps qu'en dtail et pour lexecuion de foules comm.mdespour nos cltenH
mince.
Service de nuit se fera rgulirement, cl le Kola Chsmppga^ est fabriqut
fsdi la mme qualit.
W. IlUCII
Pharmacien
With referenceto shipm, V*&$ Cimme tOUJOUrS d/laut
ved from New York by our sp Geo t Otite CO)lCll**reCe
G. W. Goethals Septarst, 1921, wej fi ; : e pare fil pou:- chemises- Pocline noir pour jape\ G birdine
Deg to tdvisc our frends who had blanc .Serviette? de loilette de fou-< largeurs et qua'" -< DpH MMOf.
cargo left on board ihis steamer, < renon de soie de toute cou uni coalear Voiu brrMtA
hat we hepe cargo fo return hre carreanx supneur (Jli^ liomumi, Chaus^t'ea octants. Dack
per $|S Gen.G. W. Gocilials due at 1),nc suprieur, Kaki jauni1. K I, 1 ne. Imitation pltnbacu ooarjapM
this port from Cristobal, on Octo-'f1 C08tUfes er.fan.s. Dril m blauc Ui Soyaax couleur- Tdils mate
ber nth, 1921 ;'&8- Coton drap de toutes la at qualit, CisioatU suprieure.
In replv to inauieries as to --end' f?'or 'uPnais ^our chenal 1. Tulle poar voile Casiiuira an
'.Rlaissuurienr. Diagonal noir suprieur. Aip- noir nuoAr air, Palm-
couleurs et blase Chaviot noir, Serj^ bluet noir anglais
pa aoglai ; poar j 11c tus, Percale blanc suprieur.
oigeni gnral
Bureau de logent General
.ien o, >ckIg,s, wiU 7 Ihit w. Kt""55^V
bave no infornsatiOfl at the prsent suprieur l
tie.;O.B. THOMPSON .culeuret,
Toit au Prince le 1er ociobre 1921
CIRCULAIRE No 155
CoHconant les marchandises a/ri-j
vts de New Yoik par rote SjsCen. ;
G. W Goethals du 21 Septcaabrej
1921, nous prions aux de nos ami.1 '
1 ont Us marchandises sont restes 11
b( rJ < 1 ce navue de rcler que nou:
comptons .tb \ci, ,t poicd ici pai
ie ara Geq G Goethals at'enau eu
Cri lobai.. ri octobre .'921.
lia ce qui a Jrail .1 d sa s :'
renseigtiea.cu's reiatnes l at
colis, nous r. avons pas flrof01 ma-
lien pour le non-tri
Pori au Punce le j O.tobie 1921
UU.miNNo 10U
Pharmacie F. Sjourn
An pie des Hues im/r ,' du Centre.
1 MEDAJLLES D'ARGENT EXPOSITION DE nauXELLES 1I0
Drogueries Spcialits Chimiques et harmaceu iques.
Produits franais ci amricains.
Pparalion 'V loui^s ^mpo'lts mdicament^utM itriliica Ht
njecUbles.Spcialits : Sr un a foa nique Simple et KiiuKMinujx
Ionvm:.vGVRi: iSrm de Morard, remplaml les Pjq iHs rr-
calciG 11. de Ferriarrt Hodin. Il a loujou s m stock /Vevhosthiosi
Sirop Pectoral lixjr da Peniylvanibl
l> 1 s'aire du Preventtl
Hep es niant des Laboratoires lEHlkL
Le n G'n W G GORG \S et'
attendu a Pori au I rixe*1 Mire edi nm
lin ') or.i l-rr l-)'.'l maint :hi\. h un fil
( e tient York autc :
L9t> ioui 3 i.e m rebandi 1
18 y '-. y. >8
113 an-s de torrespoi
1 / /.k/ ttra 'i n l'aptt m H du n
jour tiuur 1.1 i'toi I U / dif! ttt ut
U. Li. ; JiU..i St) \
4 // < l \ Company te
New-Vok
voulez pro ger la
pdau de vos
Si vous
augures.
Si us 0aie:avoir un brillant luisant et
durabl 1.
Si row oulez eoDjarvw la couleur et la sou-
,1 edo ces chaiis ure- i>ndant iorigtetnpsj
employez a tque viONOC/AM.
Fatuique spcialement pour \%i
1 > xn 1 mon d Elle p otgi le peau des chaussures con're l'humidii el ia
cli leur.
'.' en 'f ien leur sou pi'.s-' '' < Tire ve l^nr brillant.
D n a d- z la manj e Ml WOGR IAJ, c'est Ja meilleure de lou'es
es muques,
Geo. Jetm&me
&ALt\tPMKA
Agent exclusif pour Hati

EHi\ & VINK INC
p oduils pharmaceutiques et tous
P? vendables dans ue pharmacie
LITES Lvsol dsinlecian', sa on Lv>ol, Shavng lireani
Lyscl, Pebfcco : denlifrice incomparcule l'hu'le dn
fo'e de morue, Kmulsion, Ixuait
lliocolat en poudre de L & F, c'eM exqnia
Pond e Talcum L & \ C'est l'extrme supriori'
bon march e'c ele
Demandez le prix courant
:Jmf illeur el le plus 01 omique ds t?sinfeianis
L^dsii l'chut empley dai s tous l*s g anus hp'laux
ilecudlr^e d^ Lystl d ns une pinTe d'sau danne
ta solution 1 [0
^0|0
3 o,o
We reprsnle en>iron la conlenance de deux verres onli
Accouche
s el mor
^8. Eruptions'de la pau. Blessures Plaies Brlures.
I%ine personnelle' h hiletie, le bain. Dans les rham
tttao'f 5. la chambre d^ bain, le wa'er closet, les curies,
*Pf< le balayage Po ;r c catuserles blessures des animaux
"[Propres.
^eouchements ei les temps d'pidmies le lysol s'impose
"to tous autres cas
^Joiirs une solution deLj soi dans chaque
fhmbre dp votre apparie eut
0 C baque Hacon contient un prospectus
* Fink Inc. i *** YQRk Agent pcmr Bfi |
Cl y ne S team* h p
i.ompnmj
( FKEIGN SERVI. ES )
Le steamer firent f ails ;r
'laisse New Yotk le2J S p en b
pour Port an Pr net' \d I s r-or s
du \od. Il sera ici veft le 7 en
coins ti laissera Id mme jour
pour tous les poris d j S d et
Kingston d'< il parti a direcie-
rneni pour Revr Yotk directemen
L<< bateau i ^ani :teJ\ w
York vor le 21) d^ce mo s If s
C argeurs (] i ou raie profiler!
de celle occa ion peuven obtenir Offre, tous les jours, un menu tci I de non e office des per -[s d'em matins e^ qui portera* ptrt U dsi^-iaiion des pi as, le
rijuemjnt nour New ^oik ou chacun d'eux.
L 1...
Grand Hlel de Fr nce
r>. PATRIZI, propritaire
y
l'Eu ope \i Ai.-w Vok.
fort au l'un :i le 1 ei U. r921
liF ELEMENTS,
Central Agi n;
t us
nm
1,3
I)*'c.'t'e faon le? clients pourront vnir djeuner au (iKWU
HOTEL DE FRANCE o le* prh seront la porte de toutes les
| bourses.
Le menu complet avec vin toujours un dollar,
^'^Hopparticulirement dins les cjs de : t
^erculose, inlertiou. Aiotfurcs de chiens, Piqrei
keCteS. l'.rnnl'n. c ,t, l-i n ni HIpscinvS PlaifS
Monsieur LIONEL BR.UIJVGHiM
AUX CAY*i,S, Hati
Reprsentant d'une grande aliri-
que de moulins canne,Distillerie
es machines de Glasgow,
enoinrn e est laite depuis
et
d
aut
ut ta
longtemps,
Offre fg services tou* ceux qui dsirent -^uoi-' une
installation de Sucrerie, Distilleri.ete. Conditions de
paiement tri'avantageuse. Long 1 r mes contre bonnes
garantie*.
tMtaloyues trens{gnement$ seront e.: vous sur demande.


-*
i
,-**
___}k
PREMIER.OUI
-#>**
ARYS
3, ru* ! ! *? *
PARI* /'
* I
Un jour vif mira. Ambre vermeil
for-Trot
,1

y
.. /fnrwnf toi :/". -M" KiW" A
Grand :lcou l*""*
f>artrz-(> <*> "'<' Ro-' *an* '!',
L'Anneau merveilleux
v-.- -ait jir ,%4
EXTRAITS :
OSiUel Roir. Mimota, Violette, Cycta
ne, Ju-min, Lilat, Muguet, In,
fMtofrajMi Chypr*. M
Produit* Teiiuuly J
Produit* Dendety* f
Parfum
enivrant
... M-t-y'a
> NOUVEAU BAZ\R
flue Bonne f oi
Moment d'arriver :
De* ro6e ete France toutes coi,,
Itonri'** rfc foutes nuance* et d (e8 sortes.
Accoude* vite Mesdames, Mesdci
selles avant que te stocfc soit pi
Les prix sont modrs.
s -.

17*\

Pharmacie Centrale
Tom< Parfumer!* et Grands MagoitH
" 4

J ut liait t 4* liouet
agents gnrai** pour Hati
rjle VpTo Date
TireRepmrShop
lh icuielaSljtionJe 1% Corn
vconie des Pompier*
1366, Grand'Rue
A louer
UM bonne maison Bolosse
avec loults ses dpendance*- Beau
coup darbres fruitier* tt vue sur
la mer. _. . .,,,
i> adresser Mr Plaisir ullm
pnmsne du Jfatiti.
DEMANDEZ
Le chocolat en poudre
Cocoa de Ltal & Fink
Highest Purity
Absolument pur et d'un got trs agrable : c ei le mi"1*'
tTveZdans toutes les bonnes pharmaeies et maisons de dtail,
Panama Railroad Steamship Line.
Service de fret et de passagers
i il **t
|New-York
Hati
Port-au-Prince, te 1er Septembre 1920
bateaux
A.E. PaterfOP, uentrai rrcivu* mp -------
destination l'exception du Miel direclemenl p0Ur Port au Prince et un autre par
Un dpart par ?^e^|^i^JS^<5 de premire classe.- Les suivants
pool, Iti0lnd
r oiwnJuidiM', Danemark _
IlirSSSMMaJ 4 Co, W, aVfat, Copenhague
MM^HenH Coe Clerici, Piatza S. Malteo.
15 Cne Italie
Christiania Norvge :
International Spedition^elskap, ''""'Xmfcn.i
Humboury Allemagne. H. Vogemann, Hambourg.
Uothtnbourg Sude :
\ndi*h Express, Gothenbourg
^fitSilwinU cou^t Ml pou,N.Y I Havre, Bordtam ou Aoveis setoct livi
0. B. TH0PS0N, A"SS&
PNEUS
De Tissu Ordinaire
Et De Tissu-De-Corde
Lkilomtre vout reyleot au minimum tg
quand vous roulu sur pneu* ft?w-
Ceux que la maison o8t OtK. fa*
sentent encore davantage de qualit* qtM fs l
Dsai les pneus de tiasn ordinaire.j^P^j1 V^Si
il y a davantage de caoutchouc.^^^^
de tissu, un coussinet plu 4pU, et 1* talOM y
sont davantage renforces.
Us Pneus Firestone tlsm^e> cette lasticit et cette vigueur qui PTc4"i ""^
grosse conomie dans la consommation d KJ.
Etals que vous dsiriez des pneus k titMj.
cordes ou des pneus tisau ordinal. ******
que vous voutef ceci-la marque qui procu
Le Maximum de KUomtret
par Franc
L* maison Firestone a pour rgle kMM|
donner satisfaction par le nombre de kltoBr
que couvrent se. pneus. Autmentdlt.
mebilistea prfrent payer un tout MlKm P"
pour obtanlr un bien plu groa Bdmt.
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
Henry Stark
Bue du Quai en lace de la Gare
Cercueils
La Maison avise le publie qu'elle vient toT3L
assortiment de dcorations, la metlart ea '^.^JJ
Cercueils dcors eilrieur et bien capitonns a un
de 100 gourdes: ,intti jJ
// est noter que les cercueils sortis de ma fbriqw
ns d'une toffe importe empressmert pour cet usage.
Les Cercueils blanc$ 1
sont trs recommands pour Us jeunes gens.
tour les cercueils de IU3*J
9ut est la spcialit de la Maison, on sentendro w#
prix convenable. reM
Pour les commandes on est pri de sadresser^ ;
mmison. ., .{ltt- m
La nuit et Us iours de tte, s'adresser au Husson, rue des b rontstorts- No 6}2m facedet^ -
Imprial Lite lnsurt
Company of Cafl^
Par de lgers versements annuel', vous pou-* ^jj
Ulmperial Life assurance ^
o/ Canada j
Toutes sortes d'avanUges : Paienien^,*L", 6#!0 fl
tous les 5 ans, lesquels dividendes ppor ,eriDl 0
n'a aprs trois ans, obtention d'un emprua |a (P
du montant de la pelice. etc, sont garant r-
Canadien : _--ft (,&&**%
Pour plus ampUsrenseinements,a q
Brandi*/
RepfseataUpou^flC


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM