<%BANNER%>







PAGE 1

|_£ MA UN Parisiana Nouvelles Etrangres JEUDI PAR CABLE Sang bleu avec William Karnum Kntre C. 1 • r l\ PARIS— Rer.tt ; 82 57,2; Sterling 5'.45 Dollar 15 Si NLW-YORK— Sterling j 7 Dollar 3 94 Le Major Cnral Barnelt ft leH|or Cn rai VVaKer accompa^^ pag lieront probable8Sob Avis importa A cause des Mtes juives M,. par voie des j -mmaux DOS/ mardi 2 et 4 Octobre et o? uient la Com-.niiaioQ.Œ^i^^ nuisons de couiraerce ' Wiesfaaden. ,, „ Uue dpche dEsifn au Matin |annonce que le Dr Simmons, ancien, miniaire allemand* dclar dans un i StMi aOli ti M' (1 LOqUCte diacours que l'Allemagne ne pou>r1 paa pxoute:le8 paiements en esp Le sans h' d'aujcurd hui nous 2p cea II a ajout que l'attribution de r0r ie l'information iuivmte : la totalit de la H*u e Silaie n c L* mjor gnral Baraett et 1 ces jour MERCREDI BELFAST—Au cours des meutes ; ,,„, £ I~.m //'/ikvimitt H ui se sont P roduilfS 1 Ult derme R e ich est la condition/bine qua f 0 '' mj i 0 r Wa'ler, ea re'rate, oat F OllG CI U II li) tll ira des bombes turent 2 personnes de la participation de l Allemagne a ., f eQ for ctions temto ai la reconetrnction des rgions dvas " . EnQue e que | e Comi reu 4 parties Kilm aux dcors eomptueui et de toute bjautri. ; et f n blessrent 36 Comique Entre BELGRADE— La chambre de com'tes. merce a prescrit aux maisons de corn! "J^EVE. M 4jjj Jj merce serbes de suspendre les pairjit i de. nriOUi.1 • % %  JJJ M %  •> i_ J 1 lourd liui et coatiuoera aemiin, M meots i lt;anger des achats ^^HSSJt0Y1 guerre |usqu i ce piciation soudaine au enange a'^^Vverque la question .blocus ne po disparu. Li cbamb;e demande aussi V ;1|t tre mi8e a jour entia r A.* orh^icH-rn.H-iou'd hui et caatlaaara demain, la ger des achats a ipii |, ^ dll |tpBOrt Pd r le blocus. e que les causesded \ Mf Mo lg) dlgu 8uif 8e lit obser aine du change aient 1 ver que !a q Ue „ti 0 n blocus ne poj I uispau. M udlbfa demande aussi j v alt etre ra 8e a j 0ur enti'emnt, _J „ Ma lisie des dettes trangres avec/ -ang | a paniopa'iods des Etats luis nnlttan la noilu chanson \ de s dtails sur lf s cimci;rs et a| la ligueLa sentence arbitrale reU a lait le plaisir de pooa nature de monnaie dans laquelle les tive au dilraod chilo bolivien a t rttopoatt crlteda* _• %  •** it njMm. fl-^dbirfata. tel Maxime l'ier nous • mettre ce tranches de Carnoy (Somme) sur u demande de ton capitaiue, eu D cenibre \Ul\. Cimirades, Au milieu 4ei lourmcnu ou le payi t'agiM Au milieu det obui et te !a mltmiM AU milieu des horreuM Je ce ipecucle affreux Notre ricin >-o>i KJUIOIS pouste MM cham joyeux, Mai UOU'.IUOI uui.il/ vues eu cet beurei iraajir giqucs Voi-cc puini Uire offense i le douleur publique i Non, non e craigne, rien, u vos COUTI eM D'eatenare la chanson qu'on tiedonn: clic/, nous Je dirui mme plus OU est DceSMiK, jl (Mil l^ur un msiaut oul'lier nos npilrCS, I 1 pour uous >|Ui luttons pour noue sol natal 1., chaOKHI du pavs doit senuuer un .ordial. NOUI HRIM presque tOUl des pres de UnjUk Lequel ne pas laisse ou leuuiie, ou mrt ou DUC Qui prie le soir venu dans la maison I.. las l'.ndcv-nioi mon pous-, mon fils,, notre papa. II i.iut de icmps en temps penser autre chose l.t ne voir pie le but, la noble ci ^ande cause l'our laquelle sont morts d]i> tant de hros J Qui n'tni eu pour cercueil que l'ombre du dra^ peau Fh/ oui, e-lianie vieux co^, pousse ta noie cla.it KectuuiTeua v>eu les eaturs, egave la chaum.ere O le ieu du canon a d|i tout dtruit, Uue le sen de ta voii *n etturte le brun. Toi seul.vieux coq Oaule.s, chante tvu: dans la Tu chiiles le bonheur ainsi que la telie, lu as chant toujours, tu chanteras demain lu i ranec tout cnmmence et finit en retraui 'est lit notre gnie, notre grande pu.swnce. gp chantant le malheur, on chante 1 esprance. C'est pourquoi notre sol est sac- avant tout C'est pourquoi i ennemi nous trouve tous debout Car nous ne voulons pa que ce sol hroque Serve un jour de kerceau a l'aigle Germanique Notre sang a rougi les plaines, les vallon. Noue beau sane. vermeil coule dans les sillons. Ah oui, chantons amis, tiisons trve aux alarmes, Chantons pour le pays aux succs de nos^.Et que l'cho joyeux de nos belles chansons asse vibrer nos coeurs et passer des Hissons. Nous chanterons nos orti, en chantant IJVK Nous les gloiifierons dans notre histoir/, Kt notre beau taftiapiM "JE"*. four le bien de l'Europe et de l Humanit 'Manne CUIT TON. Dcembre 1914 ROME--Ta mission franaise ve La commission des ju.is^s eH uue en Italie assister aux crmonies d'avis que telle que 1 lut PJ^WM ( (: unicr du $>{ t dan* son en l'honneur des soldats franais t LV^'"!. 0 .^ dition de V nd-di ;yant consacr taliens morts | la m fut l'objet '$£ %*£*& "JK ft deux de mtft~ **-£'* lune mantfes'ation ho-ti.e i U sord||jrfi aUl00 r4 ,r., la ruodiiiuation mission i 1 Ecole t D oit notre pio dej traits tant du la Ituls comp^ prs int-t aussi bien qoe CtlBi de iiu:e den ttats Unis contractant. l a Vrit Tout en %  ppr*at I? tespecl scru ver j. d 1 sor ne du palais des doges Vienie aprs a*oir t r 1e par la muni:i calr.Le minisire de la guerre et le nies pendant dsigns H Silvera Shemtob & Co Uha'om et Fils Bigio Frres Sa lo.no n bitbel Sa til Suten liaac MansoQr Chre m c Dweck khe Rozilo Isaac B'gio A'Uirt Chreero Moue D.niiia Yemtob Chreem Chaya Michtnia Le, Trait de Paix, les Etats Unis i'allemagae Nou; ^t'nral Diaz l'accompagnai. La poli ce russit i disperser la loule MILAN— Pendant le binquft o ^.— xtrayons due., ni us commicde^t de rele Pans, sous la sgiatute di , u jurdit qu'on a essay de je ne, les apprciations snivai i pulnix de mutes lf obligations des ler ur Jes oslu | antj dcl traitw, darji les rapports mutuels L autei r des Ch( f eotia les peuplasorgaolaaa, l*rtc __. m nl aui sc cses de r rsent 1 Eotti auiour ,1 il'mission prllorHida j•• attribua i-a*seuible la facilit S^ccmme un modle inil :ab!e, la ville les roldalf trariil stationns ^" i intrieur de I difice furent attaqus. L\ seule intervention d; la po lice empcha que I incident prit de 'rieuses oroponions. MOSCOU —Le guv rnement so .iet annonce une nouvele mssioi saivanteti rat on et le traie de ptaj le^ Eta s Unis et fAllemagne:! 11 (\e trait ) a 1.200 uoa| lerunt, mais cr ia onale des journalistes a t fo me par une cinquantaine de repr \, jus a subi par la BUite soit I 181011, %  salarial! P QI( M accord* J!. .r'.b'.en quand on se rappelle qu'il aspi ment soit moralanie. .deJMJJJJ „ a g cairre df m ii res et qu'une mations si radicales qu il eHt norsi d. domaine des po.bllitl ra.sonjtrop grand.; a.flae nce ******* et ce!a ^banque le Snat Labl. s da les appliquer, nu bien en pour "a, peut-Mre 1 1 avenir, porter n m pas rat fi ce trait. ^_ J i ... .-. A ... cihohnmi'nmh m/K i <;pt. hantes otmrationfi %  Lariile 11 QUI coi en a dana le cas ou das situations'omb >ge i ses hau'es aspirations. L'anile 11, qui compte iuleicationsles existeraient dont le I No 1-. comprenons bien que la prs pua^iaphes, nun e dans la maintien pourrait meure en pril la| S e, jouissmt de sa 1 bsrt,exerca son g^phe A les droits dont les I paix du monde. contr e sur toutes les minitesti la vie mt'onale; ra'.is nom tions de )pensons galement u'el e se doit i xW troyow dv Rouvllute de] e lle-mme de respecter la V-ii et de Unis entendent se p.v-loir, dans le paragranh B que les Unis ne sauraient tre lis e f on par leCovenant de ls la Q^upVfiWf^intuiwn po ne la minier aussi bnvole Nati ns ni par tien de ce qoi Le d cor de lu Croix MW .^..... M .. — r — Yces bioncourt syiHpAthiqucment con lants n'a pu obtenii la uot: assez| r graph.* C que le> E ats 'niants de la presse de lousles p;y. W u dans Port an Prin: hien t i l'c if, en quoi cela ronstt eudent assumer aucune d VvVson H"ris, du e Londoa Duly ^ tue-t il une a onaie ? N'evt il pas 1 re'ativement aux frontires News , a t lu prsident. Mp CIU RlonC.OLirt p vu dans les ti .em, t que le can BUDAPEbTUn attestt sur le NI LUC U1V0WHT S, djt qui aura obtenu la moyenne comte Andrassy et l'ex prsident de No B apnrer 003 aVPC p!aiim le sera d'emble admis ? assemble nationale, Kekosky, a t % C( ; t> oxampn de | a licence et Ouant aux questions qu'on a re commis par un aucun heutenan ^ui tira des coups de revo'ver d galeries de la chambre ; aucun bless BERLIN— Le Freihet dnonce des prparations allemandes en Hao te Silsie en vue de tenter un roi de les affaiblir en des querelles H< nies. A l'heure actu lie on se trouvi eu prsence d'un liai qu'il n'est pa.v possible de |contester : .'opinion pu blique graduellement s est reconsti .tue, et le pays debout ('je pari, an figur) est l qui attend, dans, le calme, la venue des jouts meilleur ue les uns t les auties se son' lattes ou se ilattent de lui procurer Mis raalbeureusement il teste trouver, et on cherche en vain, unr direction ordonne capable de rgler le ieu de cette vaste machine' Or il est de tradition daos les dmocratie.* • ue la presse, gntalement. repic sente un pouvoir de fait dans 1 Hat : celui de l'opinion. N'est-ce pas en lJt vers elle que daus les moments, de c ise les regards se trouvent d'or diniie en joint dinteiro^slion r lit dans ces minutes d indcision — Ei vous y tompex pas! — journaux veau coup de force. .nPARis— La diminution des ch m'eurs s'accentue, n constate ui.e amlioration srieuse dans la mtal lur s ie, dans la Sarthe, la Loire o le travail est presque normal. Dans la rgion de Thionville le nombre des chmeurs diminue Une lgre am liora ion dans les filatures de coton du nord est signale Certaines usines court et ses pa*enlj DOS cnrapl on mme lepiis leur marche norments et noi bien vives filiations maie. Une enqute du minutre di — l'agnculture value ia produc ion des cieales 7,842 770 quin^ux de bl, 1,4*0,880,etge U t02,o}o La lcolte rapproche rtnsiblemenl celle avant ia gurie bien que la supeiti cie de '.a cultuie :es'e infrieure. PAUal Vne dpche de Lopold annonce en Galicia qu'ui! individu a tir trois coups de revolver contre le mare chai Pilaodafcl pjaliaot de 1 Hpu I. y a eu 1JBSr" TS. r '* f-^J m comme entre %  prideoi snnPH d'tude .enta ""t..e^ussisilonapudemaj men', malr.^ les duieuls causes der i un r0jlul D ^ d tk't un grand par sa compl -ccit. Fole com !\ue du 17* sirle, c'tait C'est une compensaiioa au grand purement tt unsfK mat pour arriver raa'heur qui a frapp notre compa a l'examiner sur les oeuvres de ce triote vingt et un PUS, II fleur d* Comique, le caractre de s^s person l'agi al qui aurait pu entraver enti nages les qualits et les dfait* de reraent >on avenir,sans son courage s „ s pi es Dt wmf qu on avait j et M -ande nergie mand un candidat dparier de ooipreaeQOtiaft.Mr illon : Socu(e pour arrivcr a )a r \. o!ulio n opre aaus la psychologie ancien ie par la ru hode socrat>qu; c'est idire 1 la cration de la Psychologie. Sans deute le |ury a procd sans parti p-is. ni prvention et s'est cf forc de mrtt e le candidat sur la veie en itoai t compte de ce fait que la plupart d'entre eux sont desthom nies qui sont spars de eui vie scolaire, par bon nombre d'annes Mais dire publiquement que les postul ns n'ont £.'** C P.ou. HB&KSLiSjfSSJi Le s[S€ CareveHe sera i Pot au Prince vendredi jo courant et repar tira samed go au (.-s et ux clause i po it sjuesi cant 1 Europe; spc fi: dans M graphe D que les Eat>Unii ( droit d: siger dans la cola des rp-rations et dinatc coram ssons; rit fieetlioi ragraphe E loutes les senti dues par les uibunsus • m-t e navale. t L'ai tclel II dict qusjl coaventioa dtvra tre iMI les us?ges cocs itutijresa| puissaoce> s gnataires. .Et Voia tout le trait. Le spiri u.'l ciivam t\m\ p.sident Hndit g. le secret*" Hughes et le ngocia eut bien servi les intrts del Nous savons hlas coaa I veill aux ntres 1 mm—— Cor.'onoerie fa CtMHl mi. Hue KpuM* A ct de la M Les travaux eorlis de . neneLi Conscience •,. l'infatigable Krcett M 1 1 d'une finesse et lune yables. soliW* •abaesca d'un pailement rgulier, d dcrter... le tiouble i la paix. Dans les circonstances actuelles le journa lisme hatien, el la Presse de Par. •a Prince en particulier, a ea per pecir'c une brillante expiience i tenter au milieu de la crise que nous traversons. Si elle sait se maintenir la hau tevir de s responsabilits du mo m(B Ja piesse a toutes les chances i'A\* Ut* a revendique', !" ]our, U R oire av'JVril sauv lp P tU P le en dup isant cioar.-hie au se:n de bous" 0151 Coidialemea' vtre Causp?wp4NT Aapit, le V) Sep c:rbr i.idemne el I a^reseeur a t arrt. L'attentat s*, ht produit de la ISOD PJr p / •uivuute pies oun diner offert par "'" %  ru,a la municipali le prsident Pilsuds liane. „,,,.„. v I1B A iLl^aoeompego du comte Granoweki Le s,s MARI INlgUE part, de mon ait tn automobile pour aller au deaux ls ?o courant e t arendu tbatre lorsqu'il 'eaeo/e le feu de .'5 O.tobre I 1 mraire s;ra fix i larri coups d rfvolve". Ce comte Cra v e du riquebot. nowrki fut bless lajamb, le ma p on u \un ce le %% aeptemb'e 1921 1 ti "-!-. t pas pu citer nn yiun-. .^ genres t*>ie qje:J' pour repir ir t 0 n, ce.t la passion, c'est accomjfaot bail, saoda %  I cu's selon le gv UB nce ven;iteai jo cumaui c* icjmposiui ns noni pas pu cncr on yaot-s. 1 samedi 1er O tob e pour Sintgra-itua genres latt Prince le ; octobre ' """ h "" un,l1. Si M rr,^om.ves, Cir-Hati-n. p j, r aiie 0 euv. e tnbreuse au priolf 1 ,,„,„,d.cede certaine ,,unes gers intelli U *[V^^ fai a avec C ger.is qui ne Ho.senl leur insuccs ot At ,^ nt loule cocurr" lior le 5 rchal l'ilsudski alla nanmoins au thtre ou il lut acclam ; le meur trier essaya de se euxider mais il fu' sntV avant d'avoir ruati. PARIS Uu dcret a autoris le Crdit national par la recons'.ructiori ••ides rgions libres maAre un {•moiuiit t'a trois milliard* eu boue Mo ."JO frUC6 <) 0|0. l eirri vu* df H M Louolieur e L'Agent, E R03EL1N o-j'ine repi ai ia h : '0 tOH|0.:rs MUS l|tu*utu au.ml liou le 1er octobre eirection de Mr Peler Ravcuqu' in nui uieux Insard comme on en voit IOUS les jours Les 1 biens aboient et la catavane passe. LAUREAT AYis ni luiun Pour Quarante Centimes de geurde tuiemtt t, Cigarettes algriennes, par ques d Irrite cigaret'ft Ch-i B 't N SADA & Co Port au Prince le 23 ty mb : 1921 „ MALADIES 0*TK,.SW*: œe.abrneue. l J 10 '..,^rf* Aocldenu-ri""' 1 ",.*•><•.•= %  ''gwaosVoe5!ftS 7 ii i ris rcr_ i ia d uni aO rc l.l-''J .ilf %  ^^ ... % 



PAGE 1

E firmfl im ytui. -imirt mmill Giwd fccae L*liqut lOUQUETS: Ptthtlui ii mol. "Premlei Oui ROM MI /. L'Anmaii mMvtlIteui, L'Amow dam U wur ZXTHAJT nry Borceaux de l'Acadmie frai air. Impressions de Ben a, Gtoret Blondel. 6 Le 20e Corps a Moihange ( 2 •et 197^ ) Maichl F-rb, de l'Aca I demie lia: v '.isr. Franois tiu\o/. et ses amiy.— IV Henri Bhze de Bury et la H,ionm Rose, Maiie-Louise Pailleron. Apis quinze ans de sparation.— II Les fidles. Vte Georges d'Avene! Souvenirs du second Mameluck de 1 Empereur.— IV La vie Sainte Hne, Saint-Denis dit Ali. '" > ,;^i Une visite au canal de Panama, Cte |ean de Kergorlay. Littratures trangies. — Un Julie Sorel italien Louis Gillet. Revue Littraire.—Sous les dehors de l'Ironie, Andr Beaunier. Chronique de la Quinzaine—Hii loire .politique Ray oad Poinca de l'Acadmie frar aise PRIX DE L'ABONNFMENI Un an Six mon Trois Paris, Seine Seine-et-Ois So tr 41 ir 2itr.jo DtPARTIMINTS et Colonies Franaises 86 fr. 44 fr. J tr. EIIANOII 93 h 47 r. 34 tr 5 Us abonniments partent du ei it du if du tbttu mois l'rix da Numro 4 ( jo— Etranger 5 'ne La Maison VINCENT CHEIDY 4 ne*po* lire distraitement La Miteon V. CHKIUV H la premire faire la baisse tanne d. r nerf, iiapp ez vous en ?*? j.Jf VS*' 1 ''' 9an,)n,u 1 %  œidable. mais la Maison V. CREIDY. vo^ot LIK tt 8b v " l '"''entle, attendra 15 jours avant de iUivrd la (nomment V nez en prcfl er. Ai.fi fi2 est e ,, rera"'tietiou?eld i nouvelles marchandises choiits et au etos ptr MCreidv de retour de son VOYBRP. uepa meieor de loute nuance I Bas coton pour dam. s ps de chine toute nuance Calicot suprieur rande largeur Crpe Georgette Satin liberty blanc Satin Barronet pour jupe b'anc %  soieries lgres de toutes nuances Crpon de soie de toutes nuances Crpon de soie fleurs Etoffes nouveauts pour jupe Casimir l^ger pr costuma d'hommes Alpaga noir Drill blanc kaki blanc Kaki v^rt Da k vert Casineite noire berge noir, banc et crme pour jupo Crande varit de toile pour ehtI X lit' lllu hlln n.wif ;.-...%  r <•• Cabarli ne blanc pour jupe l'iumelis blanc Vcile de toutes sortes et nouveauts Batiste, siirily et calicot grande larg sup. pour chemises femme Crpon blanc pour lingerie Grande varit de toile blaucheB rw pour robes .Indienne de toutes sortes Zphir assorti couleur Nansouk noir suprieur Demi deuil noir TPeignes corne tuprieur JBrosses dents suprieures Bas fil pour dames *. inises d hommes Calicot suprieur Grand as.-onimunt do chemise*. couleur pour hommes Chaussettes tii fantaisie p.-. ho-maes Chausses coton pour hommes Une varit spiendide de cravates Jarretelles BreUIles Police supritur Tapis eue bUnc et couleur Damass pr nappe et matelas coul.' Serviettes toilettes et bain Couvertures de lits bluanckes tt couleur suprieures Vaillant <$• Ha "M A gents gnraux pour Hati Clyde Steamship C Foreign Service! Le steamer t Lake Etrio* a laiss hw York t le23d i courant direct mnt \r Port au Prince o il est at'e >du tt* le 28 de ce mois. IL laissera le le jour pour Kingston et les ports la Colombie, hrt au Prince, le 24 Septenbre 1921 E. t. CLEMENT'S, agent gnral LEHN & I l\K INC ws produits pharmaceutiques et tous ftkles vendables dans une pharmacie TOALITES • Lysol dsinfectai, sa on Lytol, Shaving Cra ni Lysol, Pebecco : dentifrice incomparcule. l'huile de foie de morue, Emulsion, Extrait. Chocolat en poudre de L & F. c'est exqui* Poud e Talcum L#F; C'est l'extrme supnori' bon march efc etc Demandez le prix courant 'OL : le meilleur et le plus conomique des dsinfectants I, Le dsinfectant emplty dans tous les g aods hpitaux l "E petite cuillere de Lysol d ns une pinte d'eau de/( i Por'au-Prince, le Mi sept.\92l L'.AgenlSpital, E.HOHELIN I Librairie du Matin Le Temp-, le Matin, Le Journal, Ecelsior, Ll ho it Paris, Le Ff. ro l'Humante Li Vi.toire, ttc L Illustration, Lectu-es pour iou, la Kevue des Deux Mondes. Albums de Musique, e'r. Art. Littrature Sciences. Ouvrages de tout genre, depuis Quarante chu cenmei de gourde. Revue Internationale de Paris Crpe pour deuilGrand assortiment de Ruban Liberty, lai jetas H (leurs. Bon ton ci royal Worcebter Corset La Maismx a repris l'agence de crte marque renomme dii si apprcie des lgante diei. Vente eu gros el en dtail Dpchez~vosl vant la Hausse. %  DEMANDEZ Le chocolat en poudre ou Cocoa de Lelm & Fiok Highest Purihj Absolument pur et d'un got trs apabl %  Ce* le mtilleuir /£* vente dans toutes les bonnes ph wmacies et maisons de dtail. conli-o la CONSTIPATION pren9M 1 v mm Ja 0ELORT, rbar naclab, 11'. •. fl <<• !' %  '.' ,';>;r. 1 :• %  %  tau gurir ou viter I ItRAlHSa C0N3T'?AYI0N iOKOLiTiONS.TaURn'SEFJICMti KMUAHHAS A8TR 9^C IL SUFFIT prendre . l'un de vos repaa tout lof dl qui sera affich t us /*s inaiinser qui ponera p i rt la dftgoatioa des plats, le put ,J- enscun d eux. m wr 1 ne ?nfeln! 1 01 P:not fenlr djeuner su fiEWD IUILL Uh FRANCE o It prix s;ront la porla le louies les bourses. Le menu complet avec via toujours un dollar, Pharmacie Centrale Proawts de toute fraicJuutExcution promue et mgne de Q^nwgi^-^feM^ p oM3Mgytes les maladies The b llar. Tous Win Eat la fontaine do la jeunesse. Toute* les personnes dbiles devraient acheter une bouteille. A.i,*",* t a. e .T oniWBMiqoi co 9,e meii,ear raarch Pharmacie Centrale d'Hati car la quantit nue put trs minime. a Beiituiliers Toiiicwine Foi.tn cl ycath appiy to Parmacie ontrale d'iiti Port au Printe BLE*C3 CML !..>.•", %  ,..:.; L .JTP Mais il lautexlgur les Yritables qui ont tout fait blanches •ttur chacun dMqutlIet lot ", 0 \ t DEHAUT A PARU tont Irt itaibUmant imtrlmM • %  noir %  e^ SIROP tt DESCHIENS l Hinoglohin **ta*rUmT du Buog un *crlt par lllte midiMl'Ju oriM #' aux fmrruu'i %  .< mm itmii tmm Hpitaux Ut favrlA uwui BHCHUN, , |... r... a.uu/, r*MS l fUiroituM. t



PAGE 1

LE MATIN y La Pharmacie W. Bue Monsieur LIONEL BERMINGHA AUX CAYES, Hati Reprsentant d'une grande fal|t*i-!J*^Jn5S* 0< f e KAa aha,n ^^'i Place de la Pal* A l'honneur d'annoncer sort tienne clientle qu'elle a repri* que de moulins canne,Distillerie et autes machines de Glasgow, dont la renomme est faite depuis longtemps, Offre ses services tous ceux qui dsirent avoir une installation de Sucrerie. Distillerie.elc. —Conditions da'nsd >wuwtimport*wmmrtpw^ paiement trs avantageuses. Longs urmes contre bonnes] s onU ^ recjm ,t^ ,J^^t^ garanties. Pour Us cercueils de luxe Catalogues et renseignements seront envoys sur demande. \ q u i est i a spcialit de la Maison, un semendro toujours pow prix convenable. ~~~—~'—"~-~— y | Pour Us commandes on es'-pri ds s'adresser directement mm —_-——————— mmmmmmmmmi ——— .. maison, | .. ,1 §u W • 1 %  i' " Lunuilei les jours de fe, s'adresser au chef d'atelier, Mr Fld HoilC et Gr SS6 Dnpenal Lue Insurance %  • • ^ ^ •^ **Ai2./d.fo-.&iw, Henry Slark Pue du Quai en face de la Gare Cercueils La Maison avise le public qu'elle vient de recevoir un grai\ assortiment de dcorations, la mcllirt en mme de fournir i\ Cercueils dcors l'extrieur et bien capitonns ftn'neur pan| de iOO gourdes: Il est noter que les cercueils sortis ils ma /abriqui sont tapit*! Pour automobiles; pour toutes sortes de moteurs haute tension et pour machine vapeur. i Huile et Graisse lie nremire qualit, de raffine ment la plus pureTrente annes bf uroJiu et d'exprience de ladoratoire. Prjxdefiar. t toute concurrence W'Jiarris Cil Co. Geo. Jeansme Exclusive selling Jgenl Rue du MagiBiu de l'Etat No 1907. Company ot* Canada Comptoir franco haitU Par de lgers versements annuel vous pouvez assurer votre vi L'Imprial I ife assurance Company of Canada Toutes sortes d'avantags : paiement de dividendes EQ espces tous les i ans. lesquels dividendes rapportent 0e;o d'iiuiets paf n'a aprs trois ans, obtention d'un emprun s levant jusqu'i vii olo du montant de la pelice, etc, sont gaian is par le Gouvernement Canadien '• Pour plus amples renseignements, adressez vous a Brandi # Co Reprsentants pour Haili Rue Courbe, I27 .. %  %  j i %  %  %  %  %  -' 1770, Hue du Magasin de l'L'at — Port au Prince Grande baissa de prix ftt Panama Railroad Sfeamship Line. Service de fret et de passagers New-York i Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920 Prerant expditions directes pmr l'Angleterre et l'Europe et viovewa. Connexions de bateaux New York. I e plus rapide rt S p'us direct service de et poui'l'urope Adresse A.E. Patereon, General Freight Agent, 24, State Street, New York City— fiel payable destination l'exception du Miel Un dpart par semainede New York directement pour Po-t en Prince et B m au're par mois pour tous le ports d'Hai i. — Seulement pit*tgf le premire classe— Les suivants j sont nos Agents dans les principaux por s d Ivirope et d'4ngle/erre : angleterre. Ecosse et trance : MM. G.W.Shelden $ Co, 11\ James Street, Liwrpool, Englnd Copenhague, Danemark : MM. A.E


PAGE 1

ijoii' rI ,eaDne iYo 4IS8 Port au Princd.Tfliti DlRtCTFUR-PKOPRlriAlltE Clment MAGLOIRE IKNOMER') 20CE\T1VFS Quotidien Mercredi 28 Septembre iy2i Il n'y a rien de sacr pourra sutlise, la^imv ctiancet et l'envie ; elles portent leurs mains sacrilges sur tout: p > REDACTION; Rue Amricaine No. IcOh 4 \\mrn m la CM des corps m vos mninges : il ne Je ne pais vraiment rsister au piido pru.fipeB de physique plaitii et latent mon. pendant que rcipituler les no ions relati jy niv do citer, comme extra, la jli puanteur depuis New on Ilot jours Non, il ne s'agit I de pareil. Jjon.t simplement des souve ilecture qui me viennent, e j Ifoici le dernier, rftrnu d'une j ]ds Frdric Marcelin, .'ans. \Bippoltjtc j demi pege du m ne livre o I Image de ct chute de l'empire de SDU louijim est reflte de fion surur* nante : j impires tombent, selon un >penseur, lorsqu'ils s'caitent| l ant d'annes d un t ur principe. l.e principe de] mlange, se reposaient de Souloufiue tait la crain iferrsur pousse sr-s exTiivi. C'tait l !a b isa de son syn politique. Iiis la terreur ne:t pai un ie,it rien en ce inonde ne rsister avec qm-lque s accs passions humaines, s'il n'est •or un ensemble d' dea a?H> /. *ntœ r i j;our mriter le nom due. Uo pmt taire de la ieiaccidentelleuien; ou no peu' itiouer jusqu'au bout. cœur s? lassa la longue du l de la Laine. Les hommes faut viole*uraent empars de %  .ort courb leurs semblas un joug qui n'a jamais que leurs succs mmes pu dsarm deB rigueu s pr li sont rares heuieusemeut pnioit. il y a un mounnt dans la lyran le pus cruel o les aonfea de si ence et d abus forcent la main fco dten'OII RBpire d l'amour aprs "Pire la liaine, o l'on espreerjea "-. pies vous bnir qu'on pourrai encore leur 0.000 ne i.i pas. o le b as lev, prt cluitier, retour. w par lassitude puyeique. far une jutte punition, ce itcu le tyran voudrait rentrei JProQderhumauit, est celui icte i est dap .M rotre remarqua :' ,ln la psychologie de la ei Mre d* Soulouqun et %  Jance politique de I lnm giiaaur HK i durant douz'•gne d'aucune soi te *J 'eu il voulu: ttanstoimn Wrnent 80 -, ,g„ne de >er ^yeKiraep'i.adoux et plus! pour l-a H iens tout en! Jf l sa f r „ io de majest %  J-" joui, en cro:ie y "irctho ma;qua sa enOUI Ui soir, tan lis que l'astre imo* tint arriv au plus haut point de son apoge, brillait de s an vif %  |; qu* l'empereur .Souiouuue et ses favoris, tranquilles e: conli tolt>,pri bonheur sans dans I'.niljui et les bndictions du peuph q ji, en vertu, na-is doute, de cet adag< nue lea grandtn joies sont mu* tes, tmoignait de sou contentement par li silence le plus b*Olu.. qo'j furco da voir durer ro rve, ce c • cbeiaar qu'o appdait E upire. d II il ti, les moins c.odules avaien. fi n par croire son ternit; q ie tus •'iils, hlas I achevaient do mouril Kingston; un soir, chosn losoUti depuis long'emp;. un grand brui' se lit entendre dans un coiu de l'i e. Une nue monta vers le ciel. La nue envahi' l'astre imprial. .Quand elle n dissipa, un jour aussi pur, aubsi frais que dut '.re celui qui la premire lois claira la ntetiiou, inonda les cimes de nos montagnes de ses iiietfab <> > clarts Alors, comme des hiboux aveu gls par la lumire, les duc, le comtes, les cli iraballans, toute la uoDle aquell i s'enfuit avec pou vait., i,e fat uu trange revire ment. Hier encore, l'arbie hraldi in • couvrait le pays de ses puissant rameaux Aujourd bal, hich4. tordu, bus-il joncht i solde ses dbris. ToussaintLouverture .LtilTC Jfi la Gouverneur de St.-Domin(jue — -co VI SKKr=CESSES P. lo.sque VJUS qail tait virtuellement un memar Monsieur le Directeur, Une longue exprience que j'ai a-quise de l'me de la province m'au t i rise i votif prier d remarquer que la presse de Poit au Prince, c'fe puis que'que temps, prsente a la tre du piys un sp.-ctac'e unique d'Htrognit, oar la miiv-e dont elle s'acquitte de sa doub'.e lche de cooieill't ofbcieuse du pouvoir SdS^e;'cho i, int le'vuta lr^r'T *V ** n n Uv{ " e Jf. direetnee lgitime de l'opinion PgOOle cmms pTtTer^ seulemant au Pilais publiq-ie. Veuillez bien ,-vous notre .le. Je vous de.n.nd" a, au d,e de ^hh d^S iTt^* *'**?< e UP!) ! a,nsi ^ VOS whmceqne craint votre Gaovinim.nl avwt anai ir^^ l)J ,, ",,,e ll ler l'ibua que je fais prsente. Jgind ii livre les intrt, L ,h ^ lia .s t u 2 v, habilSM? K ment de Vho ^^ q vous mac one nouvel, lg^Utnre qui n. enffde |'£L P co d M* oyex que mon r S! d m leur car clre ni leurs On ne s apercevait pas exactement d s ^"pondant se rduira vra. < %  CVuif nai^'pi Ii o*L, H T U l v ^"" n contracte des me nl A tro P P'' J de chnse. il devait 1 f.iT.li t ', f Ci,s d ; la rt'plcmnteb pr^rits.ju'ils pensaient se borner a no!er invariablement i a.' fai. -Vo^^ '^ r "\ "m orleatOT de Hvertn l ^ent,on du journal les menu, po viicilel le Gnral mirait dana .'avenir an fait luml M q" pirvi-nnent a mi COOn.il •C^t la princinal* cause Un Sfi-f.'i.LKSf 01 '* l ''"^ani;, sance dans l'intervalle de ch^ue manifet tioii de jalousie ce %  S la Ta s l.nf ^ ea ,C Cl9 ? de ra :e l 0 ^""-^ ont ii chaque purn.l. i • doit pas tonner la ,s elle d* d-. \Z V^lT* V^ ? C IQl . en d * i ni dss correspondants en vait tij punie. Je voua rafc encore e *?. n" c In"i%.S?a P wi '. ' %  -" de se ,en,r en Jior^L" CJ n' 1 ^ roukaint, ae { œeat dans les Ain es en com iom 1 muaiOQ 1 c onst ^ Ww de in tournant vers lldouviil 4 ce .noiauou des lil, i d n a aS Srs le:teurs lo,nuias ? C e,t d c lue craint le premier consul,leooqarir Jrie "4^-i t MM a tWlB| q ie possible ce que l'ai ^^riVefc^rrSit^^l u,! 8 au v^ainet par.ill^ para a "y* t de *. en analysant pour ^wSSlmS^&SffSrSSSF! r a,tmn,v tB nuFtIuli ifc i S nw wasiiMjdto partielle! le; plat t JR? !" ^ 1 ^ cjmmUiaire "indues autouJe moi dans le pa iroupea dtiiaut deva-it Et l'astre tait au ploa haut point de son apog'e ut brillai dd son plux vif clat., fus on tonude haut, plus la etiute est terrible; voil une loi sur la chute ds corps q ai peut tre Htr bue indiffremment New on ou La Palisse. Ceruioemeot, I amiral Mayo. le jour de la sensa'iouiielle djpo.iiiij' dn Chef de l'ttat devant la (Joui d'Encjuc Navsda, ne peuaiit ii a c'avegeGepenla tnons sommes d j s frr s ; et c'est pj irq loi j^ iaia d.'soi de eooaiater lea craiittaa ^xuii nies da'.s Ira doc iment qu'il envoie .,..,. m-a so dits, et qu'il m'a ams lais la loi sur la chute dea corps, ni aile lui. tEa public? Dne cette saile-par^ui les citoyens les plus loy int da la Franc i • rpliqua Toussaint, j ant un fier r ..,, , ,,,,,, gtid autour de ses officiera et de ses V ju et d H amis a>setJbles. • SI I avais mi leur chef plaindre du Pre.nior Consul, je fer TooMeiat I/mverture avait cor merais rnes po.ts sur vous et moi toi-eunnt invit e T commaairei et j; parlerais eu murranant. Mais fra-a.s assister la e >n letqoa h l'honore et 'e tiens sur clefi de la ville de Sauto Domingo %  MMMr comme un frre an deati eoirefoiach -,t i,. u del coloStS ne et eu gjoir.quoqie son, la goule I S l).imnigne ; Cde la pogp. tandis que la mienne ne le France par le traite d* lia e II allait S25SJ2 ta,,lqu ; mx rce ne 9 rrt iea re ^ voil u *om de le Rpub %  M consquences de l'en* qa Fianaise. "v^uu i J R CHENET ( A --uivre ) ru> blic, enlr? les Gayes et Aquin. ht 'e fraoei.e. liiouviiie. an mme tmrat o les eoctamttleoe qui lui cette enqute vous detu'rez vouai parve .a.ensient des avenues du l'a mne la psychologie de cette foule Idiadu gouvernemjnt limpression ondoyant• 'et diverse qui sS na.eut vivement. Il entendait anesi nirtout et ne rrl?LIS J?2 les murmures d'une m.litude de' et ne s arrte nulle put. et loir lr Ulrl\ i'H Linli il w|il.'in|iri ta'ta de JSoulonqub,— que probsble meut il ignore dans les dtails. Je vous apporte de sa part. 1a coLli-mUion dvore digni lui ' chute {••tie pour cela que les ES 'odtr es ne veu deat* %  By8,n,e m6m , u -• %  *:' %  **-* iimion oe vo re uiuni'i lorsqu il disait au .nom lev qu il (it OU3t3rver le ^ Iieral Mi( T h T^ff m'excusr de Vdu.L 8 ^f ^^^Vt^ * gravir tan, djjge. Voua W.le^Xar ^Z plus on e-t elove, plus dene en cmar, la looeng, SSi fr rp, me manqie II ne se peut que le pf m er des Blan.-s ri ait pas ui moment de tein >s, ni un 3eati avoir fait savi z q ie. u pies on est du ciel .. Je ne sais pas pourqmi j'ai jours tendance von dans ce toutrai ment de considration gj a bise d'oppression ; qui deviennent historiques et secon linonpour lui WM Lmbei.t lo aquila se servent dans le souvenir ds gnra ne pays, notre %  "• %  rprin ipe/.. nions. (venge. n'ee? L't 8,e r Louis Belo Dpart de VI. Bailly lilailCIiaril d '-m>s,MLouis Blot sjln, r e P M r Cand^du 1 la' k '! r -ommu.nVde St Mie anv ier prochain co Nr lai '"oublions donc plein el ^ daa les ^?oiuuale. c tout le prestige nprocjaines ,---%  — — ;— >j,.-ni ua iiiiiaijciiiiij i pour le l're les allures de ces inys prdesti .os. m ier des Noirs Et* 9 qu'il Craint, mme, mais peu noe nu intidii ou notre 'exprience lui prouve ra, cependan'.qua nous s >min^s d ^s tiommea loyaux tant de mon cot, m ii son frre, q ie de celui de l'en tant des mornes de S Dj-ningie psrcbaar an gloire de Dom parte le Gr^nd. Afi i d'engager U loyaut de ses soldats, il ajojta. en regardant de nouveau rassemble ruiie autour da lai ; J'envoie ce DMeiifi par votre ioterndiaireO 1neral llichel.en rpon e celai que pporl' urer Conaul qu'en l'absen-'e d'interpositio eoutru les ntes de la colonie, j* g t ui' ma responsabilit person fait qui a app .udi gaenwnt Mr n lle, la sonini.sirin i Inrdra et T a Ch. Giei)ens, dont la voix sytipuhi dvouement a la Fiance d tous mes a Milev deux airs de Mignon f,r's no rs \ > %  /. b e i la conlitio K:t>le des Scienee appliques La deuxine s?sion du con cojis d'.i i mission es fixe ai mardi i Octobre. liQ registre (J'inscrip ion es' P a ouvert au lige d) l'Etablie!* ment tous les jours de ( J heures .ifc'i. U DIRECTION loi V." B i"y Blan hari, B.B et M nistre Plnipotentiaire ds otats Uais. u fM. fte deCantlio i ^sjvn' ? st aci:i et ine!!i Milgr le temrs plu t manasade vo %  %  mavz ap f Mconn I aconviction q"' 1 d'hier soir, a fe de Ctn lie a eu „ Dltes aj w donJ 1 t0Ub> -t fait la joie d'un cubhc s,n jfgNouvelle Histoire ni.m Uie nouvelle his-o re d'H iti d-s tine mx enfants des Ecoles ptimii res des i-r et 2 d*^'< vient d tre l bare par M Wmdtor Bellestrde. [sodent gniral di I Instruction pub qje. L javrage est sous presse tt s'di t 1 n npriment C pin que .JM*. M ...--..__ m • %  ,, o ut. 1 -1 ,1 ri, 11 ^ 1 ta ^u UIHUI, et JultsHiraux daas s^s morceaux de et vjua obLiendrrz d'heuretx raul violoo. tate Voua verrez bientt ai j engage de suc ? Nouv-ai Jourinl NJUS IVO -S reu avec plaisir le armir Numro d'un jiurnil. t L Pet t U ten paraissant i Jrmie 'ous la direction de Mr Timotbie Paret. Eu retour de son cordial salut nous lli souhiitocs no meilleur vaux qu'on nomme l'opiaion pub'ique. Ji constate que vous et vos conf'res vous en tes encore i ignorer Je que' pjids p>e sur l'esprit des populations de la province les ides que vous imprimez dans vos pur naux. Ainsi, pat exemple, qu il s a gisss des lections i veuir ou b'en de l'arrive prochaine de la commis sion d'enqute amricaine, on a l'im pression trs n'tte en parrouMit | es gazettes, que l'opinion publique est encore coali e, i propos de ers eho "[sers dans une expetative morlelle.' JI 1 y a mieux. Faute d'une direction u-iique ou d'une parfaite homog te entre ceux qui de partout ont ->ns I initiative de la souleverj l'opi TOI rour le moment est quasiineui liroute sur le parti qu'il convient I* prendre i la veille des grands K emen'S qui.sous peu, vienJront probabkmmt modifier notre existen .e nationale. Pourtant il ne manque dhommes le talent parmi les jouroalistes et les citoyens respectables de Port a a Prince qui ont conu l'ide de c d clancher la rcente otleosive du rveil national Mais alors on se de mande i quoi bon ces heurts; ces C30tradictions entre des geos qui pissent pour tre parmi les meilleurs lments de la pense hatienne, et iont la conduite — prcisment pour cette raison — doit tre note avec plus de svrit que celle des ijires ? Le fait est qu'on se doute fort p:u de la rpercussion que produit sur lame fiagile de la province les discussions trop souvent irri tantes de la presse-.. Et ce sujet nous p:nsons, avec raison, qae le moment tint venu pour chaque citoyen de se consacrer ce eue l'on pourrait volontiers appeler : la an prme veille des inus, nous croyons don: qu'une telle situation comporte ljgiqu:menl, pour tout le monde 1 indispensable ncessit de discipli ner nos forces dirigeantes su lien N*. % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05488
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, September 28, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05488

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ijoii'
rI,eaDne iYo 4IS8
Port au Princd.Tfliti
DlRtCTFUR-PKOPRlriAlltE
Clment MAGLOIRE
IKNOMER') 20CE\T1VFS
Quotidien
Mercredi 28 Septembre iy2i
Il n'y a rien de sacr
pourra sutlise, la^imv
ctiancet et l'envie ; elles
portent leurs mains sa-
crilges sur tout: p
. >
REDACTION; Rue Amricaine No. IcOh
4
\\mrn m la cm des corps
m vos mninges : il ne Je ne pais vraiment rsister au
piido pru.fipeB de physique plaitii et latent mon. pendant que
rcipituler les no ions relati jy niv do citer, comme extra, la
jli puanteur depuis New on
Ilot jours Non, il ne s'agit
I de pareil.
Jjon.t simplement des souve
ilecture qui me viennent, e j
Ifoici le dernier, rftrnu d'une j
]ds Frdric Marcelin, .'ans.
\Bippoltjtc j
demi pege du m ne livre o I Image
de ct chute de l'empire de Sdu
louijim est reflte de fion surur*
nante :
j impires tombent, selon un
>penseur, lorsqu'ils s'caitent|lant d'annes d un t
ur principe. l.e principe de] mlange, se reposaient
de Souloufiue tait la crain '
iferrsur pousse sr-s exTiiv-
i. C'tait l !a b isa de son syn
politique.
Iiis la terreur ne:t pai un
ie,it rien en ce inonde ne
rsister avec qm-lque s accs
passions humaines, s'il n'est
or un ensemble d' dea a?H> /.
*ntri j;our mriter le nom
due. Uo pmt taire de la iei-
accidentelleuien; ou no peu'
itiouer jusqu'au bout.
cur s? lassa la longue du
l de la Laine. Les hommes
faut viole*uraent empars de
.ort courb leurs sembla-
s un joug qui n'a jamais
que leurs succs mmes
pu dsarm deB rigueu s pr
li sont rares heuieusemeut
pnioit.
il y a un mounnt dans la
lyran le pus cruel o les
aonfea de si ence et d abus
forcent la main fco dten-
'oii RBpire d l'amour aprs
"Pire la liaine, o l'on es-
preerjea "-. pies vous bnir
qu'on pourrai encore leur
0.000 ne i.i pas. o le b as
lev, prt cluitier, retour.
w par lassitude puyeique.
far une jutte punition, ce
itcu le tyran voudrait rentrei
JProQderhumauit, est celui
icte i
est dap .m rotre remarqua
:',ln. la psychologie de la
. eiMre d* Soulouqun et
Jance politique de I lnm
giiaaur Hk i durant douz-
'gne d'aucune soi te
*J'eu il voulu: ttanstoimn
Wrnent 80-, ,gne de >er
^yeKiraep'i.adoux et plus!
pour l-a H iens tout en!
Jfl sa frio de majest
J- -" joui- , en cro:ie
y "irctho ma;qua sa en-
OUI
Ui soir, tan lis que l'astre imo*
tint arriv au plus haut point de
son apoge, brillait de s an vif |;
qu* l'empereur .Souiouuue et ses
favoris, tranquilles e: conli tolt>,pri
bonheur sans
dans I'.niljui
et les bndictions du peuph q ji,
en vertu, na-is doute, de cet adag<
nue lea grandtn joies sont mu* tes,
tmoignait de sou contentement par
li silence le plus b*Olu.. qo'j
furco da voir durer ro rve, ce c
cbeiaar qu'o appdait E upire. d II il
ti, les moins c.odules avaien. fi n
par croire son ternit; q ie tus
'iils, hlas I achevaient do mouril
Kingston; un soir, chosn losoUti
depuis long'emp;. un grand brui' se
lit entendre dans un coiu de l'i e.
Une nue monta vers le ciel. La
nue envahi' l'astre imprial. .Quand
elle n dissipa, un jour aussi pur,
aubsi frais que dut '.re celui qui la
premire lois claira la ntetiiou,
inonda les cimes de nos montagnes
de ses iiietfab <> > clarts-
Alors, comme des hiboux aveu
gls par la lumire, les duc, le
comtes, les cli iraballans, toute la
uoDle aquell i s'enfuit avec pou
vait., i,e fat uu trange revire
ment. Hier encore, l'arbie hraldi
in couvrait le pays de ses puissant
rameaux Aujourd bal, hich4. tordu,
bus-il joncht i solde ses dbris. *
Toussaint- Louverture .LtilTC Jfi la
Gouverneur de St.-Domin(jue
-co------
VI
SKKr=CESSES
P. lo.sque vjus qail tait virtuellement un memar
Monsieur le Directeur,
Une longue exprience que j'ai
a-quise de l'me de la province m'au
tirise i votif prier d remarquer
que la presse de Poit au Prince, c'fe
puis que'que temps, prsente a la
tre du piys un sp.-ctac'e unique
d'Htrognit, oar la miiv-e dont
elle s'acquitte de sa doub'.e lche
de cooieill't ofbcieuse du pouvoir
SdS^e;'cho i, int le'vuta lr^r'T *V **n n'Uv{ " e' Jf. direetnee lgitime de l'opinion
PgOOle cmms pTtTer^ seulemant au Pilais publiq-ie. Veuillez bien ,-vous
notre .le. Je vous de.n.nd" a, au d,e de^hh d^SiTt^* *'**?< e 'UP!) ! a,nsi ^ VOS whm-
ceqne craint votre Gaovinim.nl avwt anai ir^^ l)J",,"-,,,e- ll ler l'ibua que je fais prsente.
Jgind ii livre les intrt, L ,h ^ lia .s tu' 2 v, habilSM? K ment de Vho^^ q vous mac
one nouvel, lg^Utnre qui n. enffde |'L P co'd" M* oyex que mon r -
S!d m leur carclre ni leurs On ne s apercevait pas exactement'ds ^"pondant se rduira vra.
< CVuif nai^'pi Ii o*L, h T U l,"v^"" n contracte des me.nl A troP P''J de chnse. il devait
1 f.iT.li t ', f Ci,s d'; la rt'plcmnteb pr^rits.ju'ils pensaient se borner a no!er invariablement i
a.' fai. -Vo^^ '^r"\ '..... "m orleatOT de Hvertn l'^ent,on du journal les menu, po
viicilel le Gnral mirait dana .'avenir an fait luml M q" pirvi-nnent a mi COOn.il
C^t la princinal* cause Un Sfi-f.'i.LKSf01'* 'l ''"^ani;, sance dans l'intervalle de ch^ue
manifet tioii de jalousie ce S la Ta s l.nf^ ea ,C.Cl9? de "ra':e l0^""-^ ont ii chaque purn.l.
i doit pas tonner la,s elle d* d-. \ZV^lT* V^ ? C" IQl. en d*ini dss correspondants en
vait tij punie. Je voua rafc encore e *?. n" c In"i%.S?a Pwi'. '-" de se ,en,r en
Jior^L" CJ' n'1^ roukaint, ae{ eat dans les Ain es en com i- om1muaiOQ1const^ Ww de
in tournant vers lldouviil 4 ce .noiauou des lil, id n a aS Srs le:teurs lo,nuias ? C'e,t d"c
lue craint le premier consul,leooqarir Jrie"4^-i t MM a tWlB| q.ie possible ce que l'ai -
^^riVefc^rrSit^^l u,!8auv^ainet par.ill^ para a "y* tde. *. en analysant pour
^wSSlmS^&SffSrSSSF! ra,tmn,vtB nuFtIuli'ifciSnwwasiiMjdto partielle! le; plat t
Jr?^1^ cjmmUiaire "indues autou- Je moi dans le pa
iroupea dtiiaut deva-it
Et l'astre tait au ploa haut point
de son apog'e ut brillai dd son plux
vif clat., fus on tonu- de haut,
plus la etiute est terrible; voil une
loi sur la chute ds corps q ai peut
tre Htr bue indiffremment New
on ou La Palisse.
Ceruioemeot, I amiral Mayo. le
jour de la sensa'iouiielle djpo.iiiij'
dn Chef de l'ttat devant la (Joui
d'Encjuc Navsda, ne peuaiit ii a
c'avege- Gepenla tnons sommes djs
frr s ; et c'est pj irq loi j^ iaia d.'-
soi de eooaiater lea craiittaa ^xuii
nies da'.s Ira doc iment qu'il envoie
.,..,. m-a so dits, et qu'il m'a ams lais
la loi sur la chute dea corps, ni ai particu aiitB de la dchance cla une ligne.-
< Eotendez-le docc maintenant.
Dans cette salle, dit Jldouville.
regirdaut autour >le lui. tEa public?
Dne cette saile-par^ui les cito-
yens les plus loy int da la Franc i
rpliqua Toussaint, j ant un fier r ..,, , ,,,,,,
gtid autour de ses officiera et de ses Vju et d h
amis a>setJbles. Si i avais mi leur chef
plaindre du Pre.nior Consul, je fer TooMeiat I/mverture avait cor
merais rnes po.ts sur vous et moi toi-eunnt invit e T commaairei
et j; parlerais eu murranant. Mais fra-a.s assister la e "
>n letqoa h l'honore et 'e tiens sur clefi de la ville de Sauto Domingo
MMMr comme un frre an deati eoirefoiach -,t i,. u del coloStS
ne et eu gjoir- .quoqie son, la goule I S l).imnigne ; Cde la
pogp. tandis que la mienne ne le France par le traite d* lia e II allait
S25SJ2 ta,,lqu; mx rce,ne 9rrt iea re^voil- u *om de le Rpub
M consquences de l'en* qa Fianaise. "v^uu i
J R CHENET
( A --uivre )
ru> blic, enlr? les Gayes et Aquin. ht 'e
fraoei.e. liiouviiie. an mme
tmrat o les eoctamttleoe qui lui cette enqute vous detu'rez vouai
parve .a.ensient des avenues du l'a mne la psychologie de cette foule
Idiadu gouvernemjnt limpression ondoyant 'et diverse qui sS
na.eut vivement. Il entendait anesi nirtout et ne rrl?LIS J?2
les murmures d'une m.litude de' et ne s arrte nulle put. et
loir lr Ulrl\ i'H
Linli il w|il.'in|iri
ta'ta de JSoulonqub, que probsble
meut il ignore dans les dtails.
. Je vous apporte de sa part. 1a
coLli-mUion dvore digni lui
' chute
{tie pour cela que les
ES- 'odtr es ne veu
deat* By8,n,e m6m
....... u - *:'**-* iimion oe vo re uiuni'i
lorsqu il disait au .nom lev qu il (it OU3t3rver le ^Iieral Mi(Th ,
T^ff m'excusr de Vdu.L8 ^f ^^^Vt^ *
gravir tan, djjge. Voua W.le^Xar ^Z
plus on e-t elove, plus dene en cmar, la looeng, SSi fr
rp, me manqie II ne se peut
que le pf m er des Blan.-s ri ait pas
ui moment de tein >s, ni un 3eati
avoir fait
savi z q ie. u
pies on est du ciel ..
Je ne sais pas pourqmi j'ai
jours tendance von- dans ce
tou-
trai ment de considration
gj a bise d'oppression ; qui deviennent historiques et secon linonpour lui
wm Lmbei.t lo aquila se servent dans le souvenir ds gnra ne pays, notre
"rprin ipe/.. nions. (venge.n'ee? L't
8,er Louis Belo Dpart de
VI. Bailly lilailCIiaril a ii- .,.,; r.,r u .,, r* rocher, en exaltant la
Avirl bUf eat parti par |p j.[s ( o
'ifinii
ment de plaisir nou-,
JJ'squf.ur de pressante.
>d'-m>s,M- Louis Blot
sjln, rePMr Cand^du 1 la'
k '!r-ommu.nVde St Mie
"anvier prochain
co
Nr
lai
'"oublions donc plein el
^ daa* les
^?oiuuale.
c tout le prestige n-
procjaines
,------------- ; >j,.-ni ua iiiiiaijciiiiij i pour le l're
les allures de ces inys prdesti .os.mier des Noirs Et* 9 qu'il Craint,
mme, mais peu no-
e nu intidii ou notre
'exprience lui prouve
ra, cependan'.qua nous s >min^s d ^s
tiommea loyaux tant de mon cot,
m ii son frre, q ie de celui de l'en
tant des mornes de S Dj-ningie
psrcbaar an
gloire de Dom
parte le Gr^nd. Afi i d'engager U
loyaut de ses soldats, il ajojta. en
regardant de nouveau rassemble
ruiie autour da lai ; J'envoie ce
DMeiifi par votre ioterndiaireO 1-
neral llichel.en rpon e celai que
pporl'
urer Conaul qu'en
l'absen-'e d'interpositio eoutru les
ntes de la colonie, j* g t
ui' ma responsabilit person
fait qui a app .udi gaenwnt Mr nlle, la sonini.sirin i Inrdra et Ta
Ch. Giei)ens, dont la voix sytipuhi dvouement a la Fiance d tous mes
a Milev deux airs de Mignon f,r's no rs \ > */. b e i la conlitio
K:t>le des
Scienee appliques
La deuxine s?sion du con
cojis d'.i i mission es fixe ai
mardi i Octobre.
liQ registre (J'inscrip ion es'
P a ouvert au lige d) l'Etablie!*
ment tous les jours de (J heures
.ifc'i.
U DIRECTION
loi V." B i"y Blan hari, B.B et M
nistre Plnipotentiaire ds otats Uais.
u fM. fte deCantlio i
^sjvn' ?st aci:i et ine!!i Milgr le temrs plu t manasade vo mavz apf
Mconn -Iaconviction q"'1 d'hier soir, a fe de Ctn lie a eu Dltes aj w
donJ 1 t0Ub> 'CL8, ' ,f *'*> -t fait la joie d'un cubhc s,n jfg-
Nouvelle Histoire
ni.m
Uie nouvelle his-o re d'H iti d-s
tine mx enfants des Ecoles ptimii
res des i-r et 2 d*^'< vient d tre
lbare par M Wmdtor Bellestrde.
[sodent gniral di I Instruction
pub qje.
L javrage est sous presse tt s'di
t 1 n npriment C pin
que
.jm*. m ...--.- ----------- .__ m ,, o ut. 1 -1 ,1 ri, 11 ^ 1 ta ^u UIHUI,
et JultsHiraux daas s^s morceaux de et vjua obLiendrrz d'heuretx raul
violoo.
tate Voua verrez bientt ai j engage de suc ?
Nouv-ai Jourinl
Njus ivo -s reu avec plaisir le
armir Numro d'un jiurnil. t L
Pet t U ten paraissant i Jrmie
'ous la direction de Mr Timotbie
Paret.
Eu retour de son cordial salut nous
lli souhiitocs no meilleur vaux
qu'on nomme l'opiaion pub'ique.
Ji constate que vous et vos con-
f'res vous en tes encore i ignorer
Je que' pjids p>e sur l'esprit des
populations de la province les ides
que vous imprimez dans vos pur
naux. Ainsi, pat exemple, qu il s a
gisss des lections i veuir ou b'en
de l'arrive prochaine de la commis
sion d'enqute amricaine, on a l'im
pression trs n'tte en parrouMit |es
gazettes, que l'opinion publique est
encore coali e, i propos de ers eho
"[sers dans une expetative morlelle.'
JI1 y a mieux. Faute d'une direction
u-iique ou d'une parfaite homog-
te entre ceux qui de partout ont
->ns I initiative de la souleverj l'opi
toi rour le moment est quasiineui
liroute sur le parti qu'il convient
I* prendre i la veille des grands
K emen'S qui.sous peu, vienJront
probabkmmt modifier notre existen
.e nationale.
Pourtant il ne manque dhommes
le talent parmi les jouroalistes et
les citoyens respectables de Port a a
Prince qui ont conu l'ide de c d
clancher la rcente otleosive du
rveil national Mais alors on se de
mande i quoi bon ces heurts; ces
C30tradictions entre des geos qui
pissent pour tre parmi les meilleurs
lments de la pense hatienne, et
iont la conduite prcisment
pour cette raison doit tre note
avec plus de svrit que celle des
ijires ? Le fait est qu'on se doute
fort p:u de la rpercussion que pro-
duit sur lame fiagile de la provin-
ce les discussions trop souvent irri
tantes de la presse-.. Et ce sujet
nous p:nsons, avec raison, qae le
moment tint venu pour chaque ci-
toyen de se consacrer ce eue l'on
pourrait volontiers appeler : la an
prme veille des inus, nous croyons
don: qu'une telle situation comporte
ljgiqu:menl, pour tout le monde
1 indispensable ncessit de discipli
ner nos forces dirigeantes su lien
N*.



|_ MA UN
Parisiana Nouvelles Etrangres
JEUDI PAR CABLE
Sang bleu
avec William Karnum
Kntre C. 1
r
l\
Paris Rer.tt ; 82 57,2;
Sterling 5'.45
Dollar 15 Si
Nlw-York Sterling j 7
Dollar 3 94
Le Major Cnral Bar-
nelt ft leH|or Cn
rai VVaKer accompa- ^^
pag lieront probable- 8Sob
Avis importa
A cause des Mtes juives M,.
par voie des j -mmaux dos/
mardi 2 et 4 Octobre et o?
uient la Com-.niiaioQ.^i^^
nuisons de couiraerce
' Wiesfaaden. ,,
Uue dpche dEsifn au Matin
|annonce que le Dr Simmons, ancien,
! miniaire allemand* dclar dans uni StMi aOli ti M' (1 LOqUCte
diacours que l'Allemagne ne pou>r1
paa pxoute:le8 paiements en esp Le sans h' d'aujcurd hui nous 2p
cea II a ajout que l'attribution de r0rie l'information iuivmte :
la totalit de la H*u e Silaie n c L* mjor gnral Baraett et 1
ces jour
MERCREDI BELFASTAu cours des meutes ,; ,,,
I~.m //'/ikvimitt Hui se sont ProduilfS 1 "Ult derme Reich est la condition/bine qua f0'' mji0r Wa'ler, ea re'rate, oat
F OllG CI U II li) tll ira des bombes turent 2 personnes de la participation de l Allemagne a ., f eQ for ctions temto ai
la reconetrnction des rgions dvas " EnQue,e que |e Comi
reu
4 parties
Kilm aux dcors eomptueui et de
toute bjautri.
; et f n blessrent 36
Comique
Entre
BELGRADE La chambre de com'tes.
merce a prescrit aux maisons de corn! "J^EVE. M 4jjj Jj
merce serbes de suspendre les pair- jiti de. nriOUi.1 JJJ M
.> i_ j 1 lourd liui et coatiuoera aemiin, m
meots i lt;anger des achats ^^HSSJt0Y1
guerre |usqu i ce
piciation soudaine au enange a'^^Vverque la question .blocus ne po
disparu. Li cbamb;e demande aussi ,V;1|t tre mi8e a jour enti t du S^rat a entrrp i sur l'Occu
lion Smto Domingo el Hahi.
>a
r A.* orh^icH-rn.H-iou'd hui. et caatlaaara demain, la
ger des achats a ipii |, ^ dll |tpBOrt Pdr le blocus.
e que les causesded\ Mf Mo,lg) dlgu 8uif,8e. lit obser
aine du change aient 1 ver que !a qUeti0n blocus ne poj
I uispau. m udlbfa demande aussi jvalt etre ra,8e a j0ur enti'emnt,
________J_______ Ma lisie des dettes trangres avec/ -ang |a paniopa'iods des Etats luis
nnlttan la noilu chanson \ de s dtails sur lf s cimci;rs et a| la ligue- La sentence arbitrale reU
a lait le plaisir de pooa nature de monnaie dans laquelle les tive au dilraod chilo bolivien a t
rttopoatt crlteda* _ ** it njMm._________ fl-^d- birfata. tel
Maxime
l'ier nous
mettre ce
tranches de Carnoy (Somme) sur u
demande de ton capitaiue, eu D
cenibre \Ul\.
Cimirades,
Au milieu 4ei lourmcnu ou le payi t'agiM
Au milieu det obui et te !a mltmiM
au milieu des horreuM Je ce ipecucle affreux
Notre ricin >-o>i kjuIois pouste mm cham joyeux,
Mai uou'.iuoi uui.il/ vues eu cet beurei iraaji-
r giqucs
Voi-cc puini Uire offense i le douleur publique i
Non, non e craigne, rien, u vos COUTI eM
D'eatenare la chanson qu'on tiedonn: clic/, nous
Je dirui mme plus OU est DceSMiK,
jl (Mil l^ur un msiaut oul'lier nos npilrCS,
I 1 pour uous >|Ui luttons pour noue sol natal
1., chaOKHI du pavs doit senuuer un .ordial.
NOUI HRIM presque tOUl des pres de UnjUk
Lequel ne pas laisse ou leuuiie, ou mrt ou DUC
Qui prie le soir venu dans la maison I.. las .
l'.ndcv-nioi mon pous-, mon fils,, notre papa.
II i.iut de icmps en temps penser autre chose
l.t ne voir pie le but, la noble ci ^ande cause
l'our laquelle sont morts d]i> tant de hros J
Qui n'tni eu pour cercueil que l'ombre du dra-
^ peau
Fh/ oui, e-lianie vieux co^, pousse ta noie cla.it
KectuuiTeua v>eu les eaturs, egave la chaum.ere
O le ieu du canon a d|i tout dtruit,
Uue le sen de ta voii *n etturte le brun.
Toi seul.vieux coq Oaule.s, chante tvu: dans la
Tu chiiles le bonheur ainsi que la telie,
lu as chant toujours, tu chanteras demain
lu i ranec tout cnmmence et finit en retraui
'est lit notre gnie, notre grande pu.swnce.
gp chantant le malheur, on chante 1 esprance.
C'est pourquoi notre sol est sac- avant tout
C'est pourquoi i ennemi nous trouve tous debout
Car nous ne voulons pa que ce sol hroque
Serve un jour de kerceau a l'aigle Germanique
Notre sang a rougi les plaines, les vallon.
Noue beau sane. vermeil coule dans les sillons.
Ah oui, chantons amis, tiisons trve aux alar-
mes,
Chantons pour le pays aux succs de nos^.-
Et que l'cho joyeux de nos belles chansons
asse vibrer nos coeurs et passer des Hissons.
Nous chanterons nos orti, en chantant Ijvk
Nous les gloiifierons dans notre histoir/,
Kt notre beau taftiapiM "JE"*.
four le bien de l'Europe et de l Humanit
'Manne Cuit ton.
Dcembre 1914
ROME--Ta mission franaise ve La commission des ju.is^s eH
uue en Italie assister aux crmonies d'avis que telle que1 lut PJ^WM ( (:,unicr du $>{t dan* son
en l'honneur des soldats franais t LV^'"!.0.^ dition de V nd-di ;yant consacr
taliens morts | la m fut l'objet '$ %**& "JK ft deux de mtft~ **-'*
lune mantfes'ation ho-ti.e i U sor- d||jrfi. aUl00 ,r4,r., la ruodiiiuation mission i 1 Ecole t D oit notre pio
dej traits tant du la Ituls comp^ prs int-t aussi bien qoe CtlBi de
iiu:e den ttats Unis contractant. la Vrit
Tout en ppr*at I? tespecl scru ver j. d
1 sor
ne du palais des doges Vienie
aprs a*oir t r 1e par la muni:i
calr.Le minisire de la guerre et le
nies pendant
dsigns
H Silvera
Shemtob & Co
Uha'om et Fils
Bigio Frres
Salo.non bitbel
Sa til Suten
liaac MansoQr
Chre m c Dweck
khe Rozilo
Isaac B'gio
A'Uirt Chreero
Moue D.niiia
Yemtob Chreem
Chaya Michtnia
Le, Trait de Paix,
les Etats Unis
i'allemagae
Nou;
^t'nral Diaz l'accompagnai. La poli
ce russit i disperser la loule
MILAN Pendant le binquft o
^. xtrayons due.,
ni us commicde^t de rele Pans, sous la sgiatute di
, ujurdit qu'on a essay de je ne, les apprciations snivai
i pulnix de mutes lf obligations des ler ,ur Jes _oslu|antj dcl
traitw, darji les rapports mutuels L-autei,r des Ch(
f eotia les peuplasorgaolaaa, l*rtc __.m.nl aui sc
cses de
r rsent
1 Eotti
auiour
,1 il'mission prllorHida j attribua i-a*seuible la facilit S^ccmme un modle inil :ab!e,
la ville les roldalf trariil stationns ^" -
i intrieur de I difice furent atta-
qus. L\ seule intervention d; la po
lice empcha que I incident prit de
'rieuses oroponions.
MOSCOU Le guv rnement so
.iet annonce une nouvele mssioi
saivanteti
rat on et le traie de ptaj
le^ Eta s Unis et fAllemagne:!
11 (\e trait ) a 1.200 uoa|
lerunt, mais c bien emoloys U a enfant'
prp.idr t. Il y a d'< tradi
mi
, , 0 der un E^S* "'a na, .pendant fait preuve d. sa
ca.tair s traits 0 1 ne certaines situa supriorit dans son trop MW ,
lions m rnatiood.B tide. Aussi nous demandons nous neu* q le les aut u s eu-
ilnotre bur si c'est av.-c un tel chan Com rement pas,.
* tillon ,ue les coles snpiiieure?, c to tout, trois articles,
pour or l reprendre leur splendeur L'art! :e premier stipule 1
dir*. ofaque l'taV de eboaaa ^X1S,d'aa rctois Le dpit qui a inspir ses lemagM s'engage
; billets 1 mi lions. 2 mlLonset tsnt au morasnt de leur concl laioo, ruaa^ sur i,s postulants s'explique uts U lis t loas les droiU,^
gs. ivant g^s et lparatioait
mules par le trait de Ver
Une pure lie invitation peutseoi
naaiit '.re daus le cas ou les traits
nont davenui inapplicables, c est d
lix millions de roubles bias
lu'au 1er luillet 1922.
ATHENES La .-situation entre
lans une nouv, 1- phase le gouvsr
nement tyiat annonc l'intention
l'annexer W ptovinces occupes en
Anatolie. Le Haut commissaire de
Smy ne est .l'indu A'hnes po r
coiiierer sur la question.M Gounans
lans une longue dclara'ion U
I otesse reprsente la situation com-
me sntis'aivan'ie Constantin retourne
rait Alhies bier'oL
GENEVE 25 L'association int>r
ia onale des journalistes a t fo _
me par une cinquantaine de repr \,
jus a subi par la BUite soit
I 181011,
salarial!
PqI(M
accord*
J!..r'.b'.en quand on se rappelle qu'il aspi
ment soit moralanie. .de- JMJJJJ a g cairre df, m iires et qu'une
mations si radicales qu il eHt norsi
d. domaine des po.bllitl ra.sonjtrop grand.; a.flae nce ******* et ce!a ^banque le Snat
Labl. s da les appliquer, nu bien en pour "a, peut-Mre 1 1 avenir, porter n m pas rat fi ce trait.
^_ j____i. ... .-. a ... cihohnmi'nmh m/K i <;pt. hantes otmrationfi Lariile 11 qui coi
en a dana le cas ou das situations'omb >ge i ses hau'es aspirations. L'anile 11, qui compte
iuleicationsles existeraient dont le I No 1-. comprenons bien que la prs pua^iaphes, nun e dans la
maintien pourrait meure en pril la|Se, jouissmt de sa 1 bsrt,exerca son g^phe A les droits dont lesI
paix du monde. contr e sur toutes les minitesti
la vie mt'onale; ra'.is nom
tions de
)pensons galement u'el
e se doit i
xW troyow dv Rouvllute de]elle-mme de respecter la V-ii et de
Unis entendent se p.v-loir,
dans le paragranh B que les
Unis ne sauraient tre lis e
f on par leCovenant de ls
la Q^upVfiWf^intuiwn po ne la minier aussi bnvole Nati ns ni par tien de ce qoi
Le d cor de lu Croix Chevalier ne 11 lgion a'Honneur stonfjfe /'EnsigtutHtnt. leur assentiment sneislaJ
i.'ixjit est l: frre dsnore and AirI S'il est vr*i qu'aucun d:s postu de ses dcisions; indiqued*ss
on y> mw .^.....M. .. r Yces bioncourt syiHpAthiqucment con lants n'a pu obtenii la uot: assez|r. graph.* C que le> E ats
'niants de la presse de lousles p;y. Wu dans Port an Prin: hien t i l'c if, en quoi cela ronstt eudent assumer aucune d
VvVson H"ris, du e Londoa Duly ^ tue-t il une a onaie ? N'evt il pas1 re'ativement aux frontires
News , a t lu prsident. Mp CIU RlonC.OLirt p vu dans les ti!.em, t que le can
BUDAPEbT- Un attestt sur le NI LUC U1V0WHT S,djt qui aura obtenu la moyenne
comte Andrassy et l'ex prsident de No B apnrer,003 aVPC p!aiim. le sera d'emble admis ?
assemble nationale, Kekosky, a t % C(.; t> oxampn de |a licence et Ouant aux questions qu'on a re
commis par un aucun heutenan
^ui tira des coups de revo'ver d
galeries de la chambre ; aucun bless
BERLIN Le Freihet dnonce
des prparations allemandes en Hao
te Silsie en vue de tenter un roi
de les affaiblir en des querelles H<
nies. A l'heure actu lie on se trouvi
eu prsence d'un liai qu'il n'est pa.v
possible de |contester : .'opinion pu
blique graduellement s est reconsti
.tue, et le pays debout ('je pari,
an figur) est l qui attend, dans, le
calme, la venue des jouts meilleur
ue les uns t les auties se son'
lattes ou se ilattent de lui procurer
Mis raalbeureusement il teste
trouver, et on cherche en vain, unr
direction ordonne capable de rgler
le ieu de cette vaste machine' Or il
est de tradition daos les dmocratie.*
ue la presse, gntalement. repic
sente un pouvoir de fait dans 1 Hat :
celui de l'opinion. N'est-ce pas en
lJt vers elle que daus les moments,
de c ise les regards se trouvent d'or
diniie en joint dinteiro^slion r
lit dans ces minutes d indcision
Ei vous y tompex pas!
journaux
veau coup de force.
.nPARis La diminution des ch
m'eurs s'accentue, n constate ui.e
amlioration srieuse dans la mtal
lursie, dans la Sarthe, la Loire o le
travail est presque normal. Dans la
rgion de Thionville le nombre des
chmeurs diminue Une lgre am
liora ion dans les filatures de coton
du nord est signale Certaines usines court et ses pa*enlj DOS cnrapl
on mme lepiis leur marche nor- ments et noi bien vives filiations
maie. Une enqute du minutre di
l'agnculture value ia produc ion des
cieales 7,842 770 quin^ux de
bl, 1,4*0,880,etge U t02,o}o La
lcolte rapproche rtnsiblemenl celle
avant ia gurie bien que la supeiti
cie de '.a cultuie :es'e infrieure.
PAUal
Vne dpche de Lopold annonce
en Galicia qu'ui! individu a tir trois
coups de revolver contre le mare
chai Pilaodafcl pjaliaot de 1 Hpu
I. y a eu 1- JBSr" TS. r '* f-^J m comme entre
prideoi snnPH d'tude .enta ""t..e^ussisilonapudemaj
men', malr.^ les duieuls causes der i un r0jlul D^ d* tk't un grand
par sa compl -ccit. Fole com !\ue du 17* sirle, c'tait
C'est une compensaiioa au grand purement tt unsfK mat pour arriver
raa'heur qui a frapp notre compa a l'examiner sur les oeuvres de ce
triote vingt et un pus, II fleur d* Comique, le caractre de s^s person
l'agi al qui aurait pu entraver enti nages les qualits et les dfait* de
reraent >on avenir,sans son courage ss pi es Dt wmf qu'on avait j
et m -ande nergie mand un candidat dparier de
ooipreaeQOtiaft.Mr i- llon: Socu(e pour arrivcr a )a r\.o!ulion
opre aaus la psychologie ancien ie
par la ru hode socrat>qu; c'est i-
dire 1 la cration de la Psychologie.
Sans deute le |ury a procd sans
parti p-is. ni prvention et s'est cf
forc de mrtt e le candidat sur la
veie en itoai t compte de ce fait que
la plupart d'entre eux sont desthom
nies qui sont spars de eui vie
scolaire, par bon nombre d'annes
Mais dire publiquement que les
postul ns n'ont
.'** C P.ou. HB&KSLiSjfSSJi
Le s[S CareveHe sera i Pot au
Prince vendredi jo courant et repar
tira samed
go
au
(.-s et ux clause i po it sjuesi
cant 1 Europe; spc fi: dans M
graphe D que les Eat>Unii(
droit d: siger dans la cola
des rp-rations et dinatc
coram ssons; rit fieetlioi
ragraphe E loutes les senti
dues par les uibunsus
m-t e navale.
t L'ai tclel II dict qusjl
coaventioa dtvra tre iMI
les us?ges cocs itutijresa|
puissaoce> s gnataires.
.Et Voia tout le trait.
Le spiri u.'l ciivam t\m\
p.sident Hndit g. le secret*"
Hughes et le ngocia eut
bien servi les intrts del
Nous savons hlas coaa I
veill aux ntres
1 .....mm
Cor.'onoerie
fa CtMHl
mi. Hue KpuM*
A ct de la M
Les travaux eorlis de .
neneLi Conscience ,.
l'infatigable Krcett M1!'1,
d'une finesse et lune
yables.
soliW*
abaesca d'un pailement rgulier, d
dcrter... le tiouble i la paix. Dans
les circonstances actuelles le journa
lisme hatien, el la Presse de Par.
a Prince en particulier, a ea per
pecir'c une brillante expiience i
tenter au milieu de la crise que
nous traversons.
Si elle sait se maintenir la hau
tevir de s responsabilits du mo
m(B Ja piesse a toutes les chances
i'A\* Ut* a revendique', ]our,
U r oire av'JVril sauv lp PtUPle en
dup isant cioar.-hie au se:n de
bous"0151'
Coidialemea' vtre
Causp?wp4NT
Aapit, le V) Sep c:rbr
i.idemne el I a^reseeur a t arrt.
L'attentat s*, ht produit de la Isod PJrp- /
uivuute pies oun diner offert par "'" ru,a'
la municipali le prsident Pilsuds liane. ,,,.. vI1B A
iLl^aoeompego du comte Granoweki Le s,s MARI INlgUE part, de
mon ait tn automobile pour aller au deaux ls ?o courant e t arendu
tbatre lorsqu'il 'eaeo/e le feu de .'5 O.tobre I 1 mraire s;ra fix i larri
coups d rfvolve". Ce comte Cra ve du riquebot.
nowrki fut bless lajamb, le ma pon ,u \-unce le %% aeptemb'e 1921
1 ti"-!-.t pas pu citer nn yiun-. .^
genres t*>ie qje:J'
pour repir ir t,0n, ce.t la passion, c'est accomjfaot bail, saoda " I
cu's selon le gvUB
nce ven;iteai jo cumaui c* icjm- posiui ns noni pas pu cncr on yaot-s.
1 samedi 1er O tob e pour Sint de Cib L s.ra de tetour i Ptr' patler d^ So rate, c est de l*ex->gra-itua genres latt
Prince le ; octobre -------------- """ h"" 'un,l1.
Si M rr,^om.ves, Cir-Hati-n. pj,r aiie 0euv.e tnbreuse au priolf1 ,,,,-
d.cede certaine ,,unes gers intelli U*[V^^ fai a avec C
ger.is qui ne Ho.senl leur insuccs ot 'At ,^nt loule cocurr"
lior
le 5
rchal l'ilsudski alla nanmoins au
thtre ou il lut acclam ; le meur
trier essaya de se euxider mais il
fu' sntV avant d'avoir ruati.
PARIS Uu dcret a autoris le
! Crdit national par la recons'.ructiori
ides rgions libres maAre un
{moiuiit t'a trois milliard* eu boue
Mo ."JO frUC6 <) 0|0.
l'eirri vu* df H M Louolieur e
L'Agent, E R03EL1N
o-j'ine
repi ai ia h:'0
tOH|0.:rs MUS
l|tu*utu au.ml liou le 1er octobre eirection de Mr Peler Ravcu-
qu' in nui uieux Insard comme
on en voit ious les jours
Les 1 biens aboient et la catavane
passe.
LAUREAT
AYis ni luiun
Pour Quarante Centimes de geurde
tuiemtt t, Cigarettes algriennes, par
ques d Irrite cigaret'ft
Ch-i B 't N SADA & Co
Port au Prince le 23 ty mb : 1921
MALADIES 0*TK,.SW*:
e.abrneue. lJ10'..,^rf*
Aocldenu-ri""'1 ",.*><.=*
''gwaosVoe5!ftS
7ii
i
ris
rcr_
i ia d
uni aOrc......._
l.l-''J .ilf
- *
^^ ... "


E firmfl im ytui. -imirt mmill
Giwd fccae L*liqut
lOUQUETS: .
Ptthtlui ii mol. "Premlei Oui Rom
mi /. L'Anmaii mMvtlIteui,
L'Amow dam U wur
ZXTHAJT
Uu/vrl. hlr. Hilltlroltt, typrt.
TtMtfl rar/umcif l e Crmgt \t4fjs.1l
MATIN
liet/ue
des Deux Mondes
IJ, r# ?< rinhersitt, Paris
SOMMAIRE DE LA LIVRAISON DU
1er SEf TIMBRE ifai
Supimes yisicos d'Orient. I'
Fierre Loti, de l'Acadmie frt-aisr.
La Nuit Blan h H> nry Borceaux
de l'Acadmie frai air.
Impressions de Ben a, Gtoret
Blondel. 6
Le 20e Corps a Moihange ( 2
et 197^ ) Maichl F-rb, de l'Aca
I demie lia: v'.isr.
Franois tiu\o/. et ses amiy. IV
Henri Bhze de Bury et la H,ionm
Rose, Maiie-Louise Pailleron.
Apis quinze ans de sparation.
II Les fidles. Vte Georges d'Avene!
Souvenirs du second Mameluck
de 1 Empereur. IV La vie Sainte
Hne, Saint-Denis dit Ali. '">,;^i
Une visite au canal de Panama,
Cte |ean de Kergorlay.
Littratures trangies. Un Julie
Sorel italien Louis Gillet.
Revue Littraire.Sous les dehors
de l'Ironie, Andr Beaunier.
Chronique de la QuinzaineHii
loire .politique Ray oad Poinca
de l'Acadmie frar aise
PRIX DE L'ABONNFMENI
Un an Six mon Trois
Paris, Seine
Seine-et-Ois So tr 41 ir 2itr.jo
DtPARTIMINTS
et Colonies Franaises 86 fr. 44 fr. j tr.
Eiianoii 93 h 47 r. 34 tr 5
Us abonniments partent du ei it du if du
tbttu mois
l'rix da Numro 4 ( jo Etranger 5 'ne
La Maison VINCENT CHEIDY
4 ne*po* lire distraitement
La Miteon V. CHKIUV H la premire faire la baisse tanne d.r
nerf, iiapp ez vous en ?*?
j.Jf VS*'1''' 9an,)n,u* 1 " idable. mais la Maison V. CREIDY. vo^ot
LIK tt8b v " 'l' '"''entle, attendra 15 jours avant de iUivrd la
(nom- ment V nez en prcfl er.
Ai.fi fi2 est e",,rera"'tietiou?eldi nouvelles marchandises choiits
et au etos ptr M- Creidv de retour de son voybrp.
uepa meieor de loute nuance I Bas coton pour dam. s
' ps de chine toute nuance Calicot suprieur rande largeur
Crpe Georgette
Satin liberty blanc
Satin Barronet pour jupe b'anc
soieries lgres de toutes nuances
Crpon de soie de toutes nuances
Crpon de soie fleurs
Etoffes nouveauts pour jupe
Casimir l^ger pr costuma d'hommes
Alpaga noir
Drill blanc
kaki blanc
Kaki v^rt
Da k vert
Casineite noire
berge noir, banc et crme pour jupo Crande varit de toile pour eht-
I X lit' lllu hlln n.wif ;.-...- r <
Cabarli ne blanc pour jupe
l'iumelis blanc
Vcile de toutes sortes et nouveauts
Batiste, siirily et calicot grande larg
sup. pour chemises femme
Crpon blanc pour lingerie
Grande varit de toile blaucheB
rw pour robes
.Indienne de toutes sortes
Zphir assorti couleur
Nansouk noir suprieur
Demi deuil noir
TPeignes corne tuprieur
JBrosses dents suprieures
Bas fil pour dames
*.
inises d hommes
Calicot suprieur
Grand as.-onimunt do chemise*.
couleur pour hommes
Chaussettes tii fantaisie p.-. ho-maes
Chausses coton pour hommes
Une varit spiendide de cravates
Jarretelles
BreUIles Police supritur
Tapis eue bUnc et couleur
Damass pr nappe et matelas coul.'
Serviettes toilettes et bain
Couvertures de lits bluanckes tt
couleur suprieures
Vaillant <$ Ha "M
A gents gnraux pour Hati
Clyde Steamship C
Foreign Service!
Le steamer t Lake Etrio* a laiss
hw Yorktle23d i courant direct mnt
\r Port au Prince o il est at'e >du
tt* le 28 de ce mois. IL laissera le
le jour pour Kingston et les ports
la Colombie,
hrt au Prince, le 24 Septenbre 1921
E. t. CLEMENT'S, agent gnral
LEHN & I l\K INC
ws produits pharmaceutiques et tous
ftkles vendables dans une pharmacie
TOALITES Lysol dsinfectai, sa on Lytol, Shaving Cra ni
Lysol, Pebecco : dentifrice incomparcule. l'huile de
foie de morue, Emulsion, Extrait.
Chocolat en poudre de L & F. c'est exqui*
Poud e Talcum L#F; C'est l'extrme supnori'
bon march efc etc
Demandez le prix courant
'OL : le meilleur et le plus conomique des dsinfectants
I, Le dsinfectant emplty dans tous les g aods hpitaux
l"E petite cuillere de Lysol d ns une pinte d'eau de Ui^ '* solution 1 n\o
IfflOlS 3 0.0
'pinte reprsente en*iron la contenance de deux verres orui
[/jsol s'em/ylpie particulirement dans les c s de : Accouche
"Tuberculose, Infection. Morsures de chiens, Piqre et mor
,d insectes. ruptions de la prau. Blessure. Plaiei, Brlures-
-.Pour 1 hygine personnelle- la Voilette, le bain. Dans les cham
m:lades. la chambre d^ bain, lewaer closet, les curies,
JMiprs le balayage Pour cicatriser les blessures des animaux
|*,|1ir propres. .
T8 lp3 accouchements et les tamps d'pidmies le Lysol s'impose
Jiua dans tous autres cas
tonjonrs uae solution de Lysol d*DS cbaqtio
chambre de. votre apparie cot
CbataUconctittetit un prospectus
P 4" Fink Inc. Lon H. Vhbaud
M* YORK 4g* i0ur Hmtt
labacs de la Rgie
franaise
Scaferlati suprieur, papier bleu
Kilog (ides M
Paquet Gdes 0,76
Tabac caporal ordinaire papier
ris kilog gdss 12,50
paquet 0,00
Escompte de 2 iidos 7 OfO
\QiUKihs8QtO
O Kqs et au-dessus 9 t>/( i
Por'au-Prince, le Mi sept.\92l
L'.AgenlSpital, E.HOhElIN
I
Librairie du Matin
Le Temp-, le Matin, Le Journal,
Ecelsior, Ll ho it Paris, Le Ff.
ro l'Humante Li Vi.toire, ttc
L Illustration, Lectu-es pour iou,
la Kevue des Deux Mondes. Al-
bums de Musique, e'r.
Art. Littrature Sciences.
Ouvrages de tout genre, depuis
Quarante chu cenmei de gourde.
Revue Internationale de Paris
Crpe pour deuil-
Grand assortiment de Ruban Liberty, lai jetas H (leurs.
Bon ton ci royal Worcebter Corset
La Maismx a repris l'agence de crte marque renomme dii
si apprcie des lgante diei.
Vente eu gros el en dtail
Dpchez~vosl vant la Hausse.

DEMANDEZ
Le chocolat en poudre
ou *
Cocoa de Lelm & Fiok
Highest Purihj
Absolument pur et d'un got trs apabl Ce* le mtilleuir
/* vente dans toutes les bonnes ph wmacies et maisons de dtail.
conli-o
la
CONSTIPATION
pren9M 1
v mm
Ja 0ELORT, rbar naclab,
11'. . fl << !' '.- ,';>;r. 1
:

tau gurir ou viter
I ItRAlHSa C0N3T'?AYI0N *
iOKOLiTiONS.TaURn'SEFJICMti
KMUAHHAS A8TR 9^C
IL SUFFIT prendre
. l'un de vos repaa
tout lof d une Piiils du D'Dfaut
147, rue du Faub St-DenU, Paris
Grand Htel de France
P. P. PATR1Z1, propritaire '
Oftrr. tous, les jours, un menu *pci>l qui sera affich t us /*s
inaiinser qui ponera-pirt la dftgoatioa des plats, le put ,J-
enscun d eux.
m wr1 ne?nfeln!1*01! P:not fenlr djeuner su fiEWD
IUILL Uh FRANCE o It prix s;ront la porla le louies les
bourses. *
Le menu complet avec via toujours un dollar,
Pharmacie Centrale
Proawts de toute fraicJuut- Excution promue et mgne de
Q^nwgi^-^feM^poM3Mgytes les maladies
The b llar. Tous Win
Eat la fontaine do la jeunesse. Toute* les personnes dbiles
devraient acheter une bouteille.
A.i,*",* ta.e.ToniWBMiqoi co'9,e meii,ear raarch-
Pharmacie Centrale d'Hati
car la quantit nue put trs minime. a
Beiituiliers Toiiicwine
Foi.tn cl ycath appiy to
Parmacie ontrale d'iiti
Port au Printe


BLE*C3
CML !..>.", ,..:.;L.JTP
Mais il lautexlgur les Yritables
qui ont tout fait blanches
ttur chacun dMqutlIet lot ",0\t
DEHAUT A PARU
tont Irt itaibUmant imtrlmM noir



e^ SIROP tt
DESCHIENS
l Hinoglohin
**ta*rUmT du Buog un *crlt par lllte midiMl'-
Ju oriM #' aux fmrruu'i .< mm itmii tmm Hpitaux Ut favrlA
uwui BHCHUN, , |... r... a.uu/, r*MS l fUiroituM.
t


LE MATIN
y La Pharmacie W. Bue
Monsieur LIONEL BERMINGHA
AUX CAYES, Hati
Reprsentant d'une grande fal|t*i-!J*^Jn5S*0 Place de la Pal*
A l'honneur d'annoncer sort
tienne clientle qu'elle a repri*
que de moulins canne,Distillerie
et autes machines de Glasgow,
dont la renomme est faite depuis
longtemps,
Offre ses services tous ceux qui dsirent avoir une
installation de Sucrerie. Distillerie.elc. Conditions da'nsd>wuwtimport*wmmrtpw^
paiement trs avantageuses. Longs urmes contre bonnes]sonU^ recjm,t^ ,J^^t^
garanties. Pour Us cercueils de luxe
Catalogues et renseignements seront envoys sur demande. \qui est ia spcialit de la Maison, un semendro toujours pow
prix convenable.
~~~~- '"~-~ y | Pour Us commandes on es'-pri ds s'adresser directement
mm _-mmmmmmmmmi----------------.. maison, |
.. ,1 u W 1 i' " Lunuilei les jours de fe, s'adresser au chef d'atelier, Mr Fld
HoilC et Gr SS6 Dnpenal Lue Insurance "......^^'^ **Ai2./d.fo-.&iw,
Henry Slark
Pue du Quai en face de la Gare
Cercueils
La Maison avise le public qu'elle vient de recevoir un grai\
assortiment de dcorations, la mcllirt en mme de fournir i\
Cercueils dcors l'extrieur et bien capitonns ftn'neur pan|
de iOO gourdes:
Il est noter que les cercueils sortis ils ma /abriqui sont tapit*!
Pour automobiles; pour toutes
sortes de moteurs haute tension
et pour machine vapeur.
i Huile et Graisse
lie nremire qualit, de raffine
ment la plus pure- Trente annes
bf uroJiu et d'exprience de la-
doratoire.
Prjxdefiar. t toute concurrence
W'Jiarris Cil Co.
Geo. Jeansme
Exclusive selling Jgenl
Rue du MagiBiu de l'Etat No 1907.
Company ot* Canada Comptoir franco haitU
Par de lgers versements annuel vous pouvez assurer votre vi
L'Imprial I ife assurance Company
of Canada
Toutes sortes d'avantags : paiement de dividendes EQ espces
tous les i ans. lesquels dividendes rapportent 0e;o d'iiuiets paf
n'a aprs trois ans, obtention d'un emprun s levant jusqu'i vii olo
du montant de la pelice, etc, sont gaian is par le Gouvernement
Canadien '
Pour plus amples renseignements, adressez vous a
Brandi # Co
Reprsentants pour Haili
Rue Courbe, I27
........_____ ..''ji _____ -* -'
1770, Hue du Magasin de l'L'at Port au Prince
Grande baissa de prix
ftt
Panama Railroad Sfeamship Line.
Service de fret et de passagers
New-York
i
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920
Prerant expditions directes pmr l'Angleterre et l'Europe et viovewa. Connexions de
bateaux New York. I e plus rapide rt S p'us direct service de et poui'l'urope Adresse
A.E. Patereon, General Freight Agent, 24, State Street, New York City fiel payable
destination l'exception du Miel
Un dpart par semainede New York directement pour Po-t en Prince et Bm au're par
mois pour tous le ports d'Hai i. Seulement pit*tgf le premire classe Les suivants j
sont nos Agents dans les principaux por s d Ivirope et d'4ngle/erre :
angleterre. Ecosse et trance :
MM. G.W.Shelden $ Co, 11\ James Street, Liwr-
pool, Englnd
Copenhague, Danemark :
MM. A.E Gnes Italie :
M M Henri Coe Clerici, Piazza S. Matteo.
15 Cnes Italie
Christiania Norvge :
International Spedilionsselskap, Christianii.
Humbourg Allemagne: H.Vogemann, Hambourg.
Gothenbourg Sude :
Aodish Express, Gothenbourg
Le seivice de Panama Line entre New-Yok et Hati, en vue des arrarg-me is qui te sont faits
sera d'une utilit considrable, et est U voie la plus rapide par laquelle rot uu chindises psuven
tie expdies
les connaissements couvrant fret pour New York avec opons de livraisonj'oit L^ndree
le livre. Bordeaux ou Anvets seront livr
0. B. THOMPSON "" ;Z3!
Pour une quinzaine seulement du
3 au 15 Octobre,
Formes de chapeaux en soldft
Articles franais de qualit suprieure
Crpe de Chine
Cro Ceorgette
Zphyrs
Indiennes
Mouchons
Voiles
Nansoulis couleur
Maillots pour enfants
Rubans
1 issu ponge
t dmises pour hommes
Cou; on s divers
Sal Heptiq
lu 'T -
M. me;. v. H ui ii ou ..*. .uu. e,M,',J|. '^rip
moi les ntfct'ons du foie, de l'eBtomc ef de I'D .pg
et pa';ciH'e.remnt les troubles digeitiii causs pr
Excs d'alcool -_
BrisolMyers&Co
New Yort


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM