<%BANNER%>







PAGE 1

LE M \Tl\* Celui qui achte L'EMU LSIN DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante^ ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion de Scott) grande fte de Candio. L'entre g i and a l'assembl* de renvoyer xale n'est que dune gcure, noir chansonnier national ayant tenu : permettre a tous les adrrirateurs d son talent d'assiser a cette soire. Il n'y aura pas (Vlection% la ocuvelle que nous annoncioD hier tn dernire heure est confirme 1 n y aura pasd'elettioi.s lgislatives Nous dirons ectre opinion sur la noi ve'.le situation cre par .e tt dcisio du Cevt de I iitat,dcisior,dailleur:. que nous avions pressentie. •'L'Echo AalionaP I H DOUVI illl <|l (It (tri, ( | t' fond U Uloc National parti ra i'ap es let iuformationa remues au cou m d< cette semaine. Le mini* re de l'Ioti rienr en a e avn coi loriiimeiii : la loiLe journal nura pour colli b rateurs des homme mars dana I politique liaitienne. Le Drtcteurt Grant reaponsabe est Chrietia Rfnlos. Dpches rrochaine session sa dcision sur nn admission. PARIS. Une dpche de Prague n nonce i|uo la Tcliecoslavaquis i iffi-rt su mndia'ion a i'Aiitrich<\HanH e coi flit de conflit de Borgeolaud. Ncrologie N JUS enregistrons avec regret If or' rie i.ouis Ktienne Edmond Oriol. notaire, survenue ce matin. Les lunrailles auront lieu demain i 7 heures prcises du matin en Ifc ilise du Sacr Cueur. Me Oiio 1 pendant toute une vie ri' droiture et de probit, avait su l'ait) rer Ifatime gnrale. Nous praen tons sa farai'le l'expression de nos vives cor.dolarces' li sertiou demande Comptoir franco hailiel \7?<). Hue du Magasin de l'L'at — Port au p n Grande baisse de prix Pour une quinzaine seulement A I 3 au 15 Octobre, Formes de chapeaux en sok Articles franais de qualit suprieure Crpe de Chine Crpe Georgette Zphyrs Indiennes Mouchoirs Voiles Ransouks couleur Maillots pour enfants liubans 1 issu ponge ( %  h emises pour hommes Coupons divers Avis aux intresss Ddi aux Candidats la Magistrature Communale gae lectorale. Cec'< est milhenreuse ment vrai de tous les temps et c*ais; tous les milieu*, qnelqa'avanc?; toien f -i!s flt'x h/a's-Unis d'Amri j qtir, c'est coups de millions qu'on I rgle les lections rt toute victoire, n a pmais pu tre obtenue qu' prix d'argent \ Ceci dit et admis ai-je raison, \e, vou< !e derrande; de due que j au | rais hsit beaucoup svact dentreri iam la lotte 1 Pourquoi, me dira-t En raison des ftg juives NOS H UASfMNA (du 2au4 on? et quelles sont les raisons se bie elle Grand Pardon Tocn KipDOur* (du l2aut30 rieuses qui vous porteraient i tlr et Secrtariat de la Guerre aux Etats-Unis, pour remplir les ou ptaf! ij ons r eligieuses a Joun c>ng tous les marin; juits pour| sera-s de ( • ;| | a Cl i le |, ra [i nn jes sus dites llt??K^Tit* '-it Hn'ul Con }m M rALBLRlBIGfO del Maison Bip *Vtr*j leivotss-voir le comment et i e ^'?e par la Je.ish Vell.ie Bjard des Elals-Lnis de sowui poumuoi ? C'est s mp'f. Suppos z l us Ces nantis ]uus il p ohle de I occasion pour invitertoii qre je l'emporte sur mes conur.'^'iJ'onnaires participer la clb.a'ian des susdites ftti] iertet que je sois, par consquent.. lui fous les n.embres de liColonie Juive sont donc nriidel'u choisi par rres mandan's pour adrri ;uois jours l'avance pou r s3 p rparer les recevoir, intrts de la Ville ainsi f v>e serait le dou'e !a qnai-ceitilnHp r i ~ NI W YBK23— Steiling37'2."^ Frsnc 14. PARIS 24 — Les journaux dise* 1 maintenant qu'il est certain que MM Hnand, Sarraut et fusserand repi srieront la France la conlrenci de WashiogtoD, le quatrme repi sentant serait MViviani ou Lou cheur. k Mr Biiand ne sjournerai que quelques semaines a Washio ton. J^t Le Petit Parisien a dit que h chancelier Winh interview a a!(ir n. que le Reich continuerait a excuter les obligations de lAlemsgn. dans \ limite du po: s ble, mais il ne peut pas promettre que .'Allen:. pie payeia le total des dettes. !.• chancelier a insist sut h ncessr d'accoider quelques adeu i simem notamment la suppression des sanc tioos conomiques. GhNEVE 24— L'assemble de le Socit des Naiions a ex-m n au jouid hui le piobme polono-litfca Il est possible que ce que je vais dire ce soit pas bien ou ne soit pas du gct de tout le monde. Mais, qu'on ne pense pas qu'en le disant, je veuille dcourager aucun de ces attirer les intrts ae ri vuie. ;e me mets donc l'œuvre et je l>A'is,avfc tn t le sorri d'un honnte adminis tratrur, le Budget de ma Ville. En gard a ce qui se passr acuele rrprt.re se peut-il ras air ver qu'un Officier Conseil— p uisqu'il fsut l'ap peler par son ro.n — qui ne dtient! candidats qui se sort dj tait conld'aucun de mes mandants l'autorit j natre, ni les autres qui pourraient qu'il croit pouvoir exercer i la Corn M taire connatre plus tard. jmune, a'ois que celui de qui il a rel D'apis ce que les journaux ont,u ce droit ne peut pas lui dlguer! rapport, on sait qu'il existe un ton j irgiquemtnt plts de dicit quil n ; en [par'ir du 1er Octobre prochain, en tant que laveur pous se$C ili', si corllit il y a vraiment, entre'a lui mme se croit lel'ement au-comme elle ei a I liabi'ude de laire I honorable Magistrat sortant, le Dr tons i venir se mettre en travers; F7 M nvnhlf t \ l S t t \t> g*lnn%+atto* f>*. Annoual, et 1 Officier Conseil plac des vues de non Conseil. t;|1 U raHa l l ae C*0 ai CUeSJieS 1 la Commune par une simple le. t re N'est-ce pas exorbitant ? Et un tel 'TietlleUVeS lUVQUeS lu Ministre de l'Intrieur en vio tal de choses n est-il pas fait pour h.... or 1 u %  1 I*J a i atlOO Hlgiaste del'eriicle 14 de le mettre des entraves cetiDOell et '' %  '" |,,|l: s lt>8 "" l 1 "sci.-reys a 10 d-.llars les .oi ?ur les Conseils Communaux, exposer le Msgistiat ft'Son Conseil, Ce n'est pas — je me lpte — lgalement et exclusivement investis que je veuille attidir les belles ar du mandat de gier les ictres de leur Ville, a les, comme ais, comme on dit couramment 1 regard en deux fois avant de me dcider 1; ne-r ma candidature. Et personne, pas mme mes lecteurs ;irtel l; gents, ne m'en aurai' voulu, nien. Mr Milocz, repisen art la Li ni re pourrai m'en vouloir de cet thuanie, a txpos le point ce vue h jexc< de piude: ce Car, nul a'igoo thuamen et attesta l'impossibilit ( r e les frais que comporte toute lutte d'un accord tant que le gnral Z'H lectorale. Tow ceux qui ont pass gowski n'vacuera pas Vilna. O j par'd en savent long leurs de la lutte que vont soutenir •ntie eux les nombreux candidats jui briguent I honneur de grer et le dtendre, les intrts de no're Ville Oh, non I Mille fois non Mais si, comme eux, j tais candi J t, it en supposant que ce cor 11 t xiste rellement, j'tHia'S, pour ma erer d'une expiession locale, j'au Ct bonne chance | vous souhaite.—Li Ainsi scil-il. |A. BTGIO Community llepresenlalive Jewish Wel/are Boari Adresse : A. Bigio le Bigio Frres Port au Priace] Belle occasion pour les fumeurs La maison BIGIO Frn l'oi te la conna ssance du public qu'all meitra ea Les cigarettes sont des marques suivante : Melachrino, Pameces.Scrimaji Naturel, Thurkish Theophie, Hassan etc a des difficults perptuel! Nous ivons re;u par le s|s Gen.Goethals les clbras mri e cela s'est dj vu pour Je Tunisie Justin EUe.orcliesties pour phonographss par Coh l'hcoorable Dr Lechiud et 1 hoco'a ble Dr Annoua', notre Mg'stiat ac tue'. Il en est encore temef, reflkhis SZ bien, MM. les candidats ac uels, — E. S. Huile polanne en biaons, Uui'e poldrine par gallon, partout alleuri.pour phonographss par un dollar, meil'eur march L Preetzmnn Aggerholm, Agent gnral pour Fai Paris, el toutes nhurmaries. %  %  > Ol). N ^os. Cnlcu!r.x, Rhumatisants Goutteux. Htgralnaux, Beonatau, et vous, les Dysppptiqui*H, victimes Innombrables le I'MMS uriqua, 1 rouraire : l'URODONAL, dissout l'aride urique comme l'eau chaude digsout la micre cl lltmlne voWeW"!. %  '"'"' ,lonc a ,om fa n -' I bquill..* et redPRS.^z-voiw comme aux beaux ours de la leunesee irar* l'Uro***g %  m ,,,,,. waW de |-a!im ; n. a „on carne ^ !" \ "^ ci qui^eut nSTo MtoW *jS\ Devant I rodenat. le faUeylate. le colchique les lodurea. qui Taisaient paver si cher un soulaKement inoine"* 8 S 1 I, en droute orco 1 L'rodonal. l'obee devient mite, l'impotent prend^ol la Z la mondaine, dont II • H i le iang. retrouve et conserve jamais la fracheur ct le velout de on teint. a ,m ''"'• m m Vaillant $ Houet Agents gnraux pour Haili



PAGE 1

^ zim e anne No 41*7 Port auPriocd/Haiti Mardi 27 Septembre 102) Ol^bCTEUR-PHOPRIElAlhE Clment MAGLOFRF lENUMFK'l 20GlNTllfES Quidqoid dlirant reges, plectuotur Achwi. HORA.CE Quotidien \ REDACTION; Ko Amricain* No.JlXb ta quel rgime constifutionns] vivons-nous dcnc? 5 # la question que l'on est ev que la ConaiHution actuelle l'exprs I Je se poeer aprs avoir In leiIon de la volont du peuple li itien: Inaivsn tes, dans notre cor.hre pai ce que, sur lea questions telles •Nouvelliste du 1\ de ce mois que oellus qui touchent aux prin jcipei constitudonnele, lea peuple* llctt intressant, dit dotre coi, s ont gnralement, sauf do trot [-dans un entn'liiei intitul : mr' exceptions absolument ind:l itc des ides; h: Pour et le Cou freuti; et perce que, ensuiti-de coter cou bien parfois le noi personnels constituants oo loi %  diffrent sur un mmo snjt-t jourmis le sort de notre rgion [qoidevient p ua intressant, c'i M constitutionnel • m i de %  dla coincideiCH s y met et f*i ceux aont le grand juriste I. (ilemrne pu-, dans diffrent s Csuvin dissit, la Couititaeote d rninr lea < i ,.i. .. i .. .>i..,, .... I I ;SM ,,.,,> !.. I. ...-.,.•, I ,i 1,, ..... rtiDi, les opinions HO t totalement opposes. "Ainsi, hier, notre confrre "l.i lia', propos dtu kct.ous, t'en —-.-— -— manifet1889, que le hasard des rvolu ion? leur jetait priodiqu .ment leur | de pouvoiriou'es ros Cooeti u ions on*, de-. li: •• Le Prsident dn la llepuh.r Tuuuvro des gens ru pouvoir, e la a pas le dioit do laisptr le le est bien pourquoi, ayant eu tant licoDg itulioriiu I de convocation ,do lvolutions, noua avons eu an Aisembles pu maires s'coulei de Constitutions. remplir ce devoir impoitan Aussi bien, ks Hveriaires de ; ifai 1 il aura manqu uu or Constitution de 1918 ne cousidn imprieux de la Cunstiiuiion; i'Ipaa les choses ? Iils protestent contre la Constituera C'est avec infiniment de plaisir que. nous publions cette dlicieuse posie > crits pendant la Gu rre par un des' Ambassadeur ds la Chanson fran-l raise, Mr Maxime Gu t.o re lguue de coopration se ls 'lent Taudis q-e nous dnoncions ja Wufcliiugiou l'LbliSrement de U Noua qui demandons les iec-'loi mari-ale e le rgime des Mari e.-, t oots avoua expliqu pour d us eclaircisseinenis tablissent que •.devait ces cornants d opinion lia paternit de celte iostitutiou r %  %  W'i ceus ne pouvons que nous ivieni nu Prsident de la Kpubl: de courage et de patience que. Comment pourrait on, en vei. ro '" i*. s en douwr. lorsque tout le mon* de a pu constater que ce grand pei eonrirgo c.minun ait avtc tout k •respectons lopinion d noie i monde eu leclamant, dans Les docu eClie Gunn au ant que son jm.-nta cliiciels, la gappressiou de Vi e' ce nest uns neu dire, 'm lui murdaleV Il en est an si de b-auconp d'au iie-t pointl sui lesquels le develop peinent sciait trop long. ur, i. uts psi impossib'e que la Go'uatltatlOU de liUS ne son pas l'œuvre n'a Depariemeni ds li sialuio d-.s E att-ii! • U* C-'.ui ci eil pu avoir cl coneuii %  dans le cours de son elaboraliOO, cela ne fut aucun doute. Vrsiment,depuis quelque temps, I Histoire do celle C nistitu lion se confond tenaiblemoi t dans uoue espin avec celle da la loi martiale, t alors te 1 . noue fait rflchitituliou relative 4 1 orgam-rlion ihwvos pubnep. ttle mme jourdans no're Mieu, noie coi.fiie Elie (iuidaosune li'ttre ouverte, omet opinion ; •' Prenant carimeni ton coti'rn les lections l^isla •one l'empire de la Constitusraukiin Hoosiwel .nous disons •ux umes le 1U Janvn r 1922 alider le pimcipe de la dite talion; pai consquent, annu [wtes les revendications du Peu [ %  lien au momen. o les Etats • en mqu::ei:t au poinr d'en y Pour la deuxime fois, en rparation' demandons li couraRe et ae pa • une semaine ou deux, nou? M tous dilia 1 pas peu 'fj'peconsau mmo t.tie lo%  ae tous ceux qui ne veulent W principe, accepter la Cous %  P de 191g dito Coriilitution s Roosvelt, R.T 8 Ievie 1 f '' 13 uina '• iVs i tpri 3lre no d ttr fean 8e,na n,i tasse, pour F"roa ne pariag-ions pas et ne m '.Pwtager ces vuts radicales 1*2 01 concerne la Constitution KT 6 Nous avon • s pour ebla .1' n; "ous avons la prtt n woire d gnes de considrais q ue i*L | ,oovoir Kicut.if li ien, hfjji 0 *" 8 l)J ue l ur ^ ConSnt. ait s 01 "*' l J**i un projet d* "'on et ait pens a le tiire '.ttrtu 016 (le l ,lu| 8P' 1 PP U I**rili U H P" ; cduie qui a Kai, ,. 0u ''"œininent d tre , e an' une inuovatien ou Peint I 0C l, M volutionni.i• s ICoa.i p8u l'"' s orlies toutes L" ,| u "onp antrienres toVn' urc cdure, bien qu' IOIW fcc ""n u P* a t^'OQ de (J|8 plu8 p(t dtf |a J'' 1 '* lJeu ^" h-i'.itn que ses Wato 0 8 C e8t l8, a nolie aV18 Pu.. Q fl u i peut se soutenu. LSinr* emeul aoatensble l'opi '0tiri a,ait Q ue lesconstitu i ieures o'taient pas plus Nom avons uno fconde raison pour accepter celte Constitution, c'est que le rgUn I qu'elle cra dans le paya est uu lait accompli; qu'on ls veuille au noo, nous vivons sous h rgime de cette Contt tution, e aa validit ne fait plus questioni;-t-ceqtu\ dpoli 1918, lot 13 no tre lgislation financire, civile, cri 1 torale communale, ni pas moi lie par le Joia< il d'E • ; • u l-ce pas sn v-.'riu 1! %  .. •• <••• Corps 1 liste et a pu ainei lgifreif N'est-ce pas en se b_siui B'JI c> tte t.onsu utiou quil a vot oues ses lois? Nos avocats les plus bul I • vont ils pis, chaque jour, invoquer par devant les tnbunaux le dispo sitiona conetitut onnelle de 1018? I Le train s'.im'-te lentemeot. Le '--n! testetn l-t KII %  i 'emeni. 1.:. -un,. d eni I-.I dehors, l'œil mouille • ^tendent, iwrtt de Celui pour qui nt. J icqua Adticnne %  ". to ils se r.'g.ir.lent p l l'out leur lrc S5I en .1-iuroi. ^Lc larmes coulent en I El ce hros, sale, IJJ^US, Qui soit de l'ouragan de leu. Devirai timide comme un Qui rient chercher M riic mpense. m Si'.'it qu'il est n .>'* %  Nous pense? il < u ulii Par les parents, p.r 3 amis< Chacun 1 lu lui se laisse cajo 11 boit en coutant parler. Sa tte eemmeace a tourner. Il regarde d'un .ur trange. IV Puis j mi J tout % %  inon.k-x.'.t para, \ il but comme les tout p r.t rclame vue ion lit. Un lu, un vrai, quelle richftaaj I Il est borde douillettement l'.ir un .mge qui, doucem en t. Le berce a&ectu&usement lit le contemple avee tendre V l'end.nu su j i.irs, c'est effrayant,* Tous les spectacles attrayants, Sou l'aeil ou mmo en payant, il nemanqje pas un pi •gramme, Il avale un air d'opra, S'engouffre dans k cinma PiCOO, vermoutn, .m^ousioura. Des uVhces toute li gamme. VI Qn.ind sonne l'Iie.i: lpart, J Un ilernier coup de vieil pinard : Faut bien dissiper le cafard. Au revoir.' Moufihoit Quelquei larmes. lu le poilu, c.eir un peu -:ros. Retourne son Amgot, t.ar il sait qu o.i 1 attend la-liaut Pour la victoire de D > arme [Maxime CUITTON. Notreorg • I sati m ; ire ne uelle n'est elle pas elle m-ine e rfSJtat de cette Constitution? N est-ce pas c^'to Coustiition er mains qu'on u dclar la guerre ? \" saagoei puis fait la paix avet elle? Un 1018 nos i m ri, il s'est pro doit p-inout dans ls paya et dans tootei lai sphres des clnngoraents •t des actes qui sopposeot que l*rgime cr(^ par la Constitution semelle a touM pa vtiduc, et tout ct'la conadtue tri ordre de choses qui encourrait fatalement la nullit s'il fallait accepter aujourd'hui le point de vue de 001 nationalistes ex'rme Si donc, tout en rservant notre opinion sur ta VIIJIU i : • tt 'isqan d' certaines dispo ;ii >us >!.! la tionsti tt ion, noue l'invoquons le cachant, c'est qinnous n'avons pas Uis yeux fermes II la'P e nom nous reudooi bien compte que nousommei sous le rgime de la Cous •itntond* 1018, san^ qns cellecl attende d'ancini faon I i eu tant • lu lu Janvisr IWW •< tui doooii nais saoce dt-s a:tes q I soi t pi inot valables. BUe ta t^onc Viide elle mme. ToussaintLotiverture Gouverneur de St.-Douiiuyue VI Le Gnral Michel, chef de la d ;di Tonsssiot pour lui dire %  "Voua putation militaire,, r ni) %  i corn publierez im ndietemeot ces proola %\wi A ... n .. .. i. i i t t 1 %  r mardant en cli I dq 1 1 c I'O lie d* Si Domingoe des | i > la part du Directoire, le | c lei i G ou ver li i: Bge d-ad QQiraiioa de i Cfi pi-'--, nt, dc' '-1 le Gi 1 p nd n i qoe r iti >o se I i • i ecait.ci t bobit de e oun bro l, sei armes, je dois vous les rem le h put. du L) rectoire.lprcdeni •i >uvi roe i >ot de : i i; ipobliqae fransise. Tou isaini Lo v prit d-ahonl l'pe, par ni lei et dit lu ipotstion; "C il epe s ira toyi le n nt su service d la Rp ibll |ae Franc die, ooin a q le ie m it d ; i tl er c %  m im mt." .No i seulemeot en Fiance, mais lans toote I Korope ?jtre imm eBt lev aux noss" I ii dit l • G loral M • i I. Voira lo^n a prononc ii G loi .1 dei socisos, — et voir^ usogyi que par lea directeurs des coles militairef en France, ajout IlJoimile. DJ Parie; voie rpnta two, lui d ; Mi isleur I' : s'est endae jusqu'aux livasduRnio dans le .Nord a Salut i'atersb^urg si daoi le sud jusqu Ho ne.' Aaatz d'rtlogss, Messieurs'dit Toussai n • Meaurantl'enaeiuble daines actions -'t ces louange, ja eu npreoda tout ce qui est vrai. Cas lOQIOgei sout plu ot donnes aux facu'ta de la race ruirequ' moi comme homme et 3old-jl, Kllea ne me reviennent lune pas directement J aurais pre Gr une seule ligue dans une I t r.-, un mo dans nu message du Cuet de notre paya curuuiur.jcelc vaudrait mieux qos toutes les louanges de .'i. u t o d^ut vous me perlez '" ^ l'tiou remit uu ph jachet l'oussaint, apii'' ce qu il veuail de dira ; et te gnral vinceol.nn autre .dlicier de couleur atriv u\ec la deputaiion. se rappela quil avait aussi mi pli a rem. lire, fooseaioi tes ouvrit l'un ipis l'autre avec espoir dy trouver quelque apprmations Vous montrerez Immdiate ment sur vos couleurs lea muta imposs ; "firifee noirs souvenez vous que le peuple Fransil seal recon nait \otie libert et la lga'it de vos droit • Li Comminaire Hdoavil'e eviii parl bsute voix, et so regardait autour de lui les DOirs issembll qui tous fi JI donc ordouna, ou par quelle erreur nous fmes arrts ? Je pansais qui pleine satisfaction vous ava:t t donne nar Mr Haymoud, le nouverueur di Cip Fra.ii.-ns. Me voua a-t-il pus expliqu qua ce tut u l'uiKtigaiion d is noirs irri .es que I incident eut ueu %  il l'oat regrett, bien que leur colre soit motive, mais il s ne recomn. mee root pas. Comme on ne peut pis vous rendra reepo leeble des fiutee de votre gouvernement envers nous, les suiiari le I oll-iibe ont t etn pleraeni punis • %  Kt moi.' dit lldou v Ile— SaiB-je responsable des fautes de notre gouvernement, et qu'elles soui elles, envers vous'.' Nous lei discuterons au Cap — :ia m,, de sej ictee, quelque couuli re l'avne m i da celte nou%  i ComtilQ'ioe, le paya aurmt ^t rali nar la Cooiti Qtion de PUS et M. 'es actes ccomulis sous uni oevrelent 're reconnue va ides ut valables Arriv i d J la Corn.* ni s> o \ d'Enqute M r rpo dan' i une convocation de Mi 1) m B urnJ les membre^ de la Ptt-sse de Poil au Pripce se Nous ne po vo re de nv que pu teau i i pj'uil^ sor| l ru^s en l'tude di Mi Lo piescrit Irna on son a r t. ISS. Liautaud. i $ heures de l'apri mil Il y a mieux. Mne dins le ras F l?ur a t donn connaissance d eu 'e goovcmemeu' dsl L as Urti l'a; iv? de !.iCommission d'eniu natoiiale des E'.ats Unis dais le cojraoi de U deuxime quinzaine

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05487
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 27, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05487

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
^ zime anne No 41*7
Port auPriocd/Haiti
Mardi 27 Septembre 102)

Ol^bCTEUR-PHOPRIElAlhE
Clment MAGLOFRF
lENUMFK'l 20GlNTllfES
Quidqoid dlirant reges,
plectuotur Achwi.
HORA.CE
Quotidien
\
REDACTION; Ko Amricain* No.JlXb
ta quel rgime constifutionns]
vivons-nous dcnc?
5# la question que l'on est ev que la ConaiHution actuelle l'exprs
I Je se poeer aprs avoir In lei- Ion de la volont du peuple li itien:
Inaivsn tes, dans notre cor.hre pai ce que, sur lea questions telles
Nouvelliste du 1\ de ce mois que oellus qui touchent aux prin
jcipei constitudonnele, lea peuple*
llctt intressant, dit dotre coi,sont gnralement, sauf do trot
[-dans un entn'liiei intitul : mr' exceptions absolument ind:l
itc des ides; h: Pour et le Cou freuti; et perce que, ensuit-
i-de coter cou bien parfois le noi personnels constituants oo loi
diffrent sur un mmo snjt-t jour- mis le sort de notre rgion
[qoidevient p ua intressant, c'i m constitutionnel m i de
dla coincideiCH s y met et f*i ceux aont le grand juriste I.
(ilemrne pu-, dans diffrent s Csuvin dissit, la Couititaeote d
rninr lea < i ,.i. .. i .. .>i..,, .... ii;sm ,,.,,> !.. I....-.,.,I ,i ......1,, .....
rtiDi, les opinions ho
t totalement opposes.
"Ainsi, hier, notre confrre "l.i
lia', propos dtu kct.ous, t'en
--------- -.- --------. - --------------------- -
manifet- 1889, que le hasard des rvolu ion?
leur jetait priodiqu .ment leur |
de pouvoir-
iou'es ros Cooeti u ions on*, de-.
li: Le Prsident dn la llepuh.r Tuuuvro des gens ru pouvoir, e
la a pas le dioit do laisptr le le est bien pourquoi, ayant eu tant
licoDg itulioriiu I de convocation ,do lvolutions, noua avons eu an
Aisembles pu maires s'coulei de Constitutions.
remplir ce devoir impoitan Aussi bien, ks Hveriaires de ;
ifai1, il aura manqu uu or Constitution de 1918 ne cousidn
imprieux de la Cunstiiuiion; i'Ipaa les choses i drat gi toute I dcouotuie d>? I- ils protestent contre la Constituera
C'est avec infiniment de plaisir que.
nous publions cette dlicieuse posie >
crits pendant la Gu rre par un des'
Ambassadeur ds la Chanson fran-l
raise, Mr Maxime Gu filons la bienvenus parmi nom, parc-'
'fa ils nous apportent la Joli', le So
rire, l'Esprit et la Grce de la doulce
transe,
It
actuelle principal) m nt i aice qu'elle
est ditr i\iiuvio d'un aoar-fl cretsuM
de la Mail; e dis tstl Unis. Celui-ci
lui aurait donn le jour de touttsi
p ces et, selon l'expression im g K
du paiti rpublicain, l'aurait tir
snirerdani la gorge du peuple lui
tien la force d, baionuwi os.
La choee est, eo iffet, faite pour
toulever I indignation, et comm-
plusieurs, noua avooe par moments
coi nu cetio indignation,
Mail, depuis quelque temps, des
luunits be lunt. Les beauts d>
t.o re lguue de coopration se ls
'lent Taudis q-e nous dnoncions
,___ ja Wufcliiugiou l'LbliSrement de U
Noua qui demandons les iec-'loi mari-ale e le rgime des Mari e.-,
t oots avoua expliqu pour'dus eclaircisseinenis tablissent que
.devait ces cornants d opinion lia paternit de celte iostitutiou r
W'i ceus ne pouvons que nous ivieni nu Prsident de la Kpubl:
* de courage et de patience que. Comment pourrait on, en vei.
'ro '" i*. s en douwr. lorsque tout le mon*
de a pu constater que ce grand pei
eonrirgo c.minun ait avtc tout k
respectons lopinion d noie i monde eu leclamant, dans Les docu
eClie Gunn au ant que son jm.-nta cliiciels, la gappressiou de
Vi e' ce nest uns neu dire, 'm lui murdaleV
Il en est an si de b-auconp d'au
iie-t pointl sui lesquels le develop
peinent sciait trop long.
ur, i. uts psi impossib'e que la
Go'uatltatlOU de liUS ne son pas
l'uvre n'a Depariemeni ds li sia-
luio d-.s E att-ii! U* C-'.ui ci eil
pu avoir cl coneuii dans le cours
de son elaboraliOO, cela ne fut au-
cun doute. Vrsiment,depuis quelque
temps, I Histoire do celle C nistitu
lion se confond tenaiblemoi t dans
uoue espin avec celle da la loi
martiale, t alors te1. noue fait r-
flchit-
ituliou relative 4 1 orgam-rlion
ihwvos pubnep.
ttle mme jour- dans no're
Mieu, noie coi.fiie Elie (iu-
idaosune li'ttre ouverte, omet
opinion ; ' Prenant carimeni
ton coti'rn les lections l^isla
one l'empire de la Constitu-
sraukiin Hoosiwel .nous disons
ux umes le 1U Janvn r 1922
alider le pimcipe de la dite
talion; pai consquent, annu
[wtes les revendications du Peu
[lien au momen. o les Etats
en mqu::ei:t au poinr d'en
y Pour la deuxime fois, en
rparation- '
demandons li
couraRe et ae pa
une semaine ou deux, nou?
M tous dilia "
1
. pas peu .
'fj'peconsau mmo t.tie lo-
ae tous ceux qui ne veulent
W principe, accepter la Cous
P de 191g dito Coriilitution
s Roosvelt,
R.T8 Ievie"1 f''13 ,"uina '
iVs i tpri "3lre no d ttr"
fean 8e,na'n,i tasse, pour
F"roa ne pariag-ions pas et ne
m '.Pwtager ces vuts radicales
1*201 concerne la Constitution
KT6 Nous avon
s pour ebla .1' n;
, "ous avons la prtt n
woire d gnes de considra-
is que
i*L|,oovoir Kicut.if li ien,
hfjji0*"8 l)J -ue l ur ^ Con-
Snt. ait s01"*'lJ**i un projet d*
"'on et ait pens a le tiire
'.ttrtu016 (le l,lu|8P'1 PPU
I**rili U"H P";cduie qui a
Kai, ,.0u ''"ininent d tre
,,e an' une inuovatien ou
Peint*I0C'l,'M volutionni.i s
ICoa.i p8u l'"'s orlies toutes
L" ,|u"onp antrienres
toVn' urccdure, bien qu'
ioiW fcc""- n'u" P* a
t^'OQ de ,(J|8 plu8 p(t dtf |a
J''1'* lJeu^",' h-i'.itn que ses
Wato0'8' C e8t l8, a nolie aV18'
Pu..Q flui peut se soutenu.
LSinr* emeul aoatensble l'opi
'0tiri a,ait Que lesconstitu
i ieures o'taient pas plus
Nom avons uno fconde raison
pour accepter celte Constitution,
c'est que le rgUn I qu'elle cra dans
le paya est uu lait accompli; qu'on
ls veuille au noo, nous vivons sous
h rgime de cette Contt tution, e
aa validit ne fait plus question-
i;-t-ceqtu\ dpoli 1918, lot 13 no
tre lgislation financire, civile, cri
1 torale communale, ni
pas moi lie par le Joia< il d'E
; u l-ce pas sn v-.'riu 1! ..
< Corps 1 liste et
a pu ainei lgifreif N'est-ce pas en
se b_siui b'ji c> tte t.onsu utiou quil
a vot oues ses lois?
Nos avocats les plus bul I
vont ils pis, chaque jour, invoquer
par devant les tnbunaux le dispo
sitiona conetitut onnelle de 1018?
I
Le train s'.im'-te lentemeot.
Le '--n! testetn
l-t kii i 'emeni.
1.:. -un,. d eni -
i-.i dehors, l'il mouille
^tendent, iwrtt de
Celui pour qui nt.
J icqua Adticnne ". to
ils se r.'g.ir.lent p l
l'out leur lrc S5I en .1-iuroi.
^Lc larmes coulent en I
El ce hros, sale, Ijj^us,
Qui soit de l'ouragan de leu.
Devirai timide comme un
Qui rient chercher m riic mpense.
m
Si'.'it qu'il est n .>'*
. Nous pense? il < u ulii
Par les parents, p.r 3 amis<
Chacun 1
lu lui se laisse cajo
11 boit en coutant parler.
Sa tte eemmeace a tourner.
Il regarde d'un .ur trange.
IV
Puis j mi J tout inon.k-x.'.t para,
\ il but comme les tout p
r.t rclame vue ion lit.
Un lu, un vrai, quelle richftaaj I
Il est borde douillettement
l'.ir un .mge qui, doucement.
Le berce a&ectu&usement
lit le contemple avee tendre
V
l'end.nu su j i.irs, c'est effrayant,*
Tous les spectacles attrayants,
Sou l'aeil ou mmo en payant,
il nemanqje pas un pi gramme,
Il avale un air d'opra,
S'engouffre dans k cinma
PiCOO, vermoutn, .m^ousioura.
Des uVhces toute li gamme.
VI
Qn.ind sonne l'Iie.i: lpart, J
Un ilernier coup de vieil pinard :
Faut bien dissiper le cafard.
Au revoir.' Moufihoit Quelquei larmes.
lu le poilu, c.eir un peu -:ros.
Retourne son Amgot,
t.ar il sait qu o.i 1 attend la-liaut
Pour la victoire de d > arme .
[Maxime Cuitton. '
Notreorg I sati m ; ire ne uelle
n'est elle pas elle m-ine e rfSJtat
de cette Constitution?
N est-ce pas c^'to Coustiition er
mains qu'on u dclar la guerre ?
' \" saagoei puis fait la paix avet
elle?
Un 1018 nos i m ri, il s'est pro
doit p-inout dans ls paya et dans
tootei lai sphres des clnngoraents
t des actes qui sopposeot que l*-
rgime cr(^ par la Constitution se-
melle a touM pa vtiduc, et tout
ct'la conadtue tri ordre de choses
qui encourrait fatalement la nullit
s'il fallait accepter aujourd'hui le
point de vue de 001 nationalistes
ex'rme-.
Si donc, tout en rservant notre
opinion sur ta viIjiu i : tt 'isqan d'
certaines dispo ;ii >us >!.! la tionsti
tt ion, noue l'invoquons le ca-
chant, c'est qin- nous n'avons pas
Uis yeux fermes II la'P e nom
nous reudooi bien compte que nou-
sommei sous le rgime de la Cous
itntond* 1018, san^ qns cellecl
attende d'ancini faon I i eu tant
lu lu Janvisr IWW < tui doooii nais
saoce dt-s a:tes q I soi t pi
inot valables. BUe ta t^onc Viide
elle mme.
Toussaint- Lotiverture
Gouverneur de St.-Douiiuyue

VI
Le Gnral Michel, chef de la d ;di Tonsssiot pour lui dire "Voua
putation militaire,, r ni) i corn publierez im ndietemeot ces proola
%\wi A ... n.. .. i. i i t t 1 , r
mardant en cli I dq 11 c i'o lie d*
Si Domingoe des | i > la part
du Directoire, le | c lei i G ou ver
li i- : Bge d-ad
QQiraiioa de i
Cfi pi-'--, nt, dc' '-1 le Gi
1 p nd n i qoe r iti >o se I i
i ecait.ci t bobit de e oun bro l,
sei armes, je dois vous les rem
le h put. du L) rectoire.l- prcdeni
i >uvi roe i >ot de : i i; ipobliqae
fransise.
Tou isaini Lo v prit d-ahonl
l'pe, par ni lei et dit lu
! ipotstion; "C il epe s ira toyi
le n nt su service d la Rp ibll |ae
Franc die, ooin a q le ie m it
d ; i tl er c m im mt."
' .No i seulemeot en Fiance, mais
lans toote I Korope ?jtre imm eBt
lev aux noss" I ii dit l G loral
M i I. Voira lo^n a prononc
ii G loi .1 dei socisos, et voir^
usogyi que par lea directeurs des
coles militairef en France, ajout
IlJoimile. Dj Parie; voie rpnta
two, lui d ; Mi isleur I' :
s'est endae jusqu'aux livasduRnio
dans le .Nord a Salut i'atersb^urg
si daoi le sud jusqu Ho ne.' Aaatz
d'rtlogss, Messieurs'- dit Toussai n
Meaurantl'enaeiuble daines actions
-'t ces louange, ja eu npreoda tout
ce qui est vrai. Cas lOQIOgei sout
plu ot donnes aux facu'ta de la
race ruirequ' moi comme homme
et 3old-jl, Kllea ne me reviennent
lune pas directement J aurais pre
Gr une seule ligue dans une I t r.-,
un mo dans nu message du Cuet
de notre paya curuuiur.jcelc vaudrait
mieux qos toutes les louanges de
.'i. uto d^ut vous me perlez '"
^ l'tiou remit uu ph jachet
l'oussaint, apii'' ce qu il veuail de
dira ; et te gnral vinceol.nn autre
.dlicier de couleur atriv u\ec la
deputaiion. se rappela quil avait
aussi mi pli a rem. lire, fooseaioi
tes ouvrit l'un ipis l'autre avec
espoir dy trouver quelque appr-
mations Vous montrerez Immdiate
ment sur vos couleurs lea muta im-
poss ; "firifee noirs souvenez vous
que le peuple Fransil seal recon
nait \otie libert et la lga'it de vos
droit
Li Comminaire Hdoavil'e eviii
parl bsute voix, et so regardait
autour de lui les DOirs issembll
qui tous fi cti i. rouiaint rpoodii simple-
ment quil donnerait sa meil-
leure atreution tojtes lea comuiu
ni salions du Gouvernement de la
France.
Alii dit lldouvilla, comme pour
axuliquer les diacojitioris d'un ami
alin d'obur implicitement sel
ordres*
Reprenant ion sigo, lldouvilie
dit au Gnral Louverture que le g
noral Michel dsirait lui demander
une simple explication de certains
incidente arrivs sou dbarque-
innit ta Cap. En effet aiouta le
CAural Michel repreuant ion sir
soler.i el - loua n'ignorez pas que
le Gnral Vincent et moi lmes
arrt-s en dbarquant ?
J i ne l'iguore pas ; ce fut par
mon ordre prcis quoa voua mit
en libert .
(>ji donc ordouna, ou par quelle
erreur nous fmes arrts ?
Je pansais qui pleine satisfaction
vous ava:t t donne nar Mr Hay-
moud, le nouverueur di Cip Fra.i-
i.-ns. Me voua a-t-il pus expliqu qua
ce tut u l'uiKtigaiion d is noirs irri
.es que I incident eut ueu il l'oat
regrett, bien que leur colre soit
motive, mais il s ne recomn. mee
root pas. Comme on ne peut pis
vous rendra reepo leeble des fiutee
de votre gouvernement envers nous,
les suiiari le I oll-iibe ont t etn
pleraeni punis Kt moi.' dit lldou
v IleSaiB-je responsable des fautes
de notre gouvernement, et qu'elles
soui elles, envers vous'.'
Nous lei discuterons au Cap
:ia m,, de sej ictee, quelque couuli re meut dsitoo' trre en .iestn.eeHtdaiia e,J,cul'e de tl0UPe de votre pio.re
la g ont' de celui qui tait l'idole wu'-u'^tvousvoussentirezplus.libre
de 100 ca^ui loyal, mail .1 ne tiouva * lout ^ttdllt: *' '' m'est peu.nie
pM un seul mot de l!o*apa ta dan,"1 apt!rcdVu"' votre hsitation lorsque
premier pu ; il ne cru gure bum vuu8 *.m Iltoul ^ noirs, (juaod
po-s
pa-
vu.it e.ea entour de
s.b-e den tiouver dans l'autre OS- V(,,,s ^s co n.ai'.n z
tpet. boo regaid s assombri eu it- couprenJit/. qrj'ii t peut
ant un coup .1 m i sur les proclam i.euX e" ***pkA scurit.
ions qu'il iiouva soi s le pli dlivr
par fHIOQ.|Son secrtaire tendit la (
main pour les recevo r mais Tooi
samt Louveitme les g-trda
lludojville sa levj et se tint c
mieux, voue
se lier .
scurit.
J- R CHENET
A suivre )
Uir I- UTO ili'Lunili II Riitejin
accepterait que nous nous octro-
yions tt'-e outre Consiimtlon, il se-
rait roejoura vrai qu, de Juin 1018
jns i i> l'avne m i da celte nou-
i ComtilQ'ioe, le paya aurmt ^t
rali nar la Cooiti Qtion de PUS et
m. 'es actes ccomulis sous
uni oevrelent 're reconnue
va ides ut valables
Arriv i d j la Corn.*
ni s> o \ d'Enqute
M r rpo dan' i une convocation
de Mi 1) m B urnJ les membre^
de la Ptt-sse de Poil au Pripce se
Nous ne po vo re de nv
que pu teau i i pj'uil^ sor|l ru^s en l'tude di Mi Lo
piescrit Irna on son art. ISS. Liautaud. i $ heures de l'apri mil
Il y a mieux. Mne dins le ras F l?ur a t donn connaissance d
eu 'e goovcmemeu' dsl L as Urti l'a; iv? de !.iCommission d'eniu
natoiiale des E'.ats Unis dais le
cojraoi de U deuxime quinzaine
demand de prendre pat aux manis
tcsfaiioijs qui seraient organises i
cette occasion.
li a t icid quun programme
seralabo. et soumisrappici-tioo
des joi.Malistes qui feront des sug
gcit;mi,iM y a lifu. On se spara
voii rr.s l'engagement de se
runir nouveau pour arrter les
graodci ligoes de la manilcslatioa
projete.
4si soire du Ll reoJez vous est pOQ< c* ?oir i
Cni-Vjrit o -on-n- lai :our-
naux l'ont aonoi '. urt l:ci la


LE M \Tl\*

Celui qui achte
L'EMU LSIN de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante^ ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion de Scott)
'
grande fte de Candio. L'entre g i and a l'assembl* de renvoyer
xale n'est que dune gcure, noir
chansonnier national ayant tenu :
permettre a tous les adrrirateurs d
son talent d'assiser a cette soire.
Il n'y aura pas
(Vlection%
la ocuvelle que nous annoncioD
hier tn dernire heure est confirme
1 n y aura pasd'elettioi.s lgislatives
Nous dirons ectre opinion sur la noi
ve'.le situation cre par .e tt dcisio
du Cevt de I iitat,dcisior,dailleur:.
que nous avions pressentie.
'L'Echo AalionaP
I H DOUVI illl <|l (It (tri, ( | t' fond
U Uloc National parti ra i'ap es let
iuformationa remues au cou m d<
cette semaine. Le mini* re de l'Ioti
rienr en a e avn coi loriiimeiii :
la loi- Le journal nura pour colli b
rateurs des homme mars dana I
politique liaitienne. Le Drtcteurt
Grant reaponsabe est Chrietia
Rfnlos.
Dpches
rrochaine session sa dcision sur
nn admission.
PARIS. Une dpche de Prague
n nonce i|uo la Tcliecoslavaquis i
iffi-rt su mndia'ion a i'Aiitrich<\HanH
e coi flit de conflit de Borgeolaud.
Ncrologie
N jus enregistrons avec regret If
' or' rie i.ouis Ktienne Edmond
Oriol. notaire, survenue ce matin.
Les lunrailles auront lieu demain
i 7 heures prcises du matin en Ifc
ilise du Sacr Cueur.
Me Oiio1. pendant toute une vie ri'
droiture et de probit,avait su l'ait)
rer Ifatime gnrale. Nous praen
tons sa farai'le l'expression de nos
vives cor.dolarces'
li sertiou demande
Comptoir franco hailiel
\7?<). Hue du Magasin de l'L'at Port au pn-
Grande baisse de prix
Pour une quinzaine seulement A I
3 au 15 Octobre,
Formes de chapeaux en sok
Articles franais de qualit suprieure
Crpe de Chine
Crpe Georgette
Zphyrs
Indiennes
Mouchoirs
Voiles
Ransouks couleur
Maillots pour enfants
liubans
1 issu ponge
(hemises pour hommes
Coupons divers
Avis aux intresss
Ddi aux Candidats la
Magistrature Communale
gae lectorale. Cec'< est milhenreuse
ment vrai de tous les temps et c*ais;
tous les milieu*, qnelqa'avanc?;
toienf-i!s flt'x h/a's-Unis d'Amri j
qtir, c'est coups de millions qu'on I
rgle les lections rt toute victoire,
n a pmais pu tre obtenue qu' prix
d'argent \
Ceci dit et admis ai-je raison, \e,
vou< !e derrande; de due que j au |
rais hsit beaucoup svact dentreri
iam la lotte 1 Pourquoi, me dira-t En raison des ftg juives NOS H UASfMNA (du 2au4
on? et quelles sont les raisons se bie elle Grand Pardon Tocn KipDOur* (du l2aut30
rieuses qui vous porteraient i tlr et Secrtariat de la Guerre aux Etats-Unis, pour remplir les
ou ptaf! ijonsreligieuses a Joun c>ng tous les marin; juits pour|
sera-s de ( ;| |a Clile|,ra[inn ,jes sus dites llt??-
K^Tit* '-it Hn'ul Con}m-MrALBLRlBIGfO del Maison Bip *Vtr*j
leivotss-voir le comment et ie ^'?e par la Je.ish Vell.ie Bjard des Elals-Lnis de sowui
poumuoi ? C'est s mp'f. Suppos z l'us Ces nantis ]uus il p ohle de I occasion pour invitertoii
qre je l'emporte sur mes conur.'^'iJ'onnaires participer la clb.a'ian des susdites ftti]
iert- et que je sois, par consquent.. lui fous les n.embres de liColonie Juive sont donc nriidel'u
choisi par rres mandan's pour adrri ;uois jours l'avance pour s3 prparer les recevoir,
intrts de la Ville
ainsi f v>e serait le dou'e
!a qnai-ceitilnHp r i
~ NI W YBK23 Steiling37'2."^
Frsnc 14.
Paris 24 Les journaux dise* 1
maintenant qu'il est certain que MM
Hnand, Sarraut et fusserand repi
srieront la France la conlrenci
de WashiogtoD, le quatrme repi
sentant serait M- Viviani ou Lou
cheur. kMr Biiand ne sjournerai
que quelques semaines a Washio
ton.
J^t Le Petit Parisien a dit que h
chancelier Winh interview a a!(ir
n. que le Reich continuerait a ex-
cuter les obligations de lAlemsgn.
dans \ limite du po: s ble, mais il
ne peut pas promettre que .'Allen:.
pie payeia le total des dettes. !.
chancelier a insist sut h ncessr
d'accoider quelques adeu i simem
notamment la suppression des sanc
tioos conomiques.
GhNEVE 24 L'assemble de le
Socit des Naiions a ex-m n au
jouid hui le piobme polono-litfca
Il est possible que ce que je vais
dire ce soit pas bien ou ne soit pas
du gct de tout le monde. Mais,
qu'on ne pense pas qu'en le disant,
je veuille dcourager aucun de ces
attirer les intrts ae ri vuie. ;e me
mets donc l'uvre et je l>A'is,avfc
tn t le sorri d'un honnte adminis
tratrur, le Budget de ma Ville.
En gard a ce qui se passr acuele
rrprt.re se peut-il ras air ver qu'un
Officier Conseilpuisqu'il fsut l'ap
peler par son ro.n qui ne dtient!
candidats qui se sort dj tait conld'aucun de mes mandants l'autorit j
natre, ni les autres qui pourraient qu'il croit pouvoir exercer i la Corn
M taire connatre plus tard. jmune, a'ois que celui de qui il a rel
D'apis ce que les journaux ont,u ce droit ne peut pas lui dlguer!
rapport, on sait qu'il existe un ton j irgiquemtnt plts de dicit quil n;en [par'ir du 1er Octobre prochain, en tant que laveur pous se$C
ili', si corllit il y a vraiment, entre'a lui mme se croit lel'ement au-comme elle ei a I liabi'ude de laire
I honorable Magistrat sortant, le Dr tons i venir se mettre en travers; F7M nvnhlft \lSt t\t> g*lnn%+atto* f>*.
Annoual, et 1 Officier Conseil plac des vues de non Conseil. t;|1 UraHa ll ae C*0ai CUeSJieS
1 la Commune par une simple le. t re N'est-ce pas exorbitant ? Et un tel 'TietlleUVeS lUVQUeS
lu Ministre de l'Intrieur en vio tal de choses n est-il pas fait pour h.- ... or 1 u 1 i*j a i
atlOO Hlgiaste del'eriicle 14 de le mettre des entraves cetiDOell et ''"' '" |,,|l:"s lt>8 ""l1'" "sci.-reys a 10 d-.llars les
.oi ?ur les Conseils Communaux, exposer le Msgistiat ft'Son Conseil,
Ce n'est pas je me lpte lgalement et exclusivement investis
que je veuille attidir les belles ar du mandat de gier les ictres de
leur Ville, a
les, comme
ais, comme on dit couramment 1
regard en deux fois avant de me
dcider 1; ne-r ma candidature. Et
personne, pas mme mes lecteurs
;irtell;gents, ne m'en aurai' voulu,
nien. Mr Milocz, repisen art la Li ni re pourrai m'en vouloir de cet
thuanie, a txpos le point ce vue h jexc< de piude: ce Car, nul a'igoo
thuamen et attesta l'impossibilit (re les frais que comporte toute lutte
d'un accord tant que le gnral Z'H lectorale. Tow ceux qui ont pass
gowski n'vacuera pas Vilna. O j par'd en savent long
leurs de la lutte que vont soutenir
ntie eux les nombreux candidats
jui briguent I honneur de grer et
le dtendre, les intrts de no're
Ville Oh, non I Mille fois non !
Mais si, comme eux, j tais candi
J t, it en supposant que ce cor 11 t
xiste rellement, j'tHia'S, pour ma "
erer d'une expiession locale, j'au Ct bonne chance | vous souhaite.-
Li Ainsi scil-il.
|A. BTGIO
Community llepresenlalive Jewish Wel/are Boari
Adresse : A. Bigio le Bigio Frres Port au Priace]
Belle occasion pour les fumeurs
La maison BIGIO Frn
l'oi te la conna ssance du public qu'all meitra ea
Les cigarettes sont des marques suivante : .
Melachrino, Pameces.Scrimaji Naturel, Thurkish
Theophie, Hassan etc
a des difficults perptuel! Nous ivons re;u par le s|s Gen.Goethals les clbras mri
e cela s'est dj vu pour Je Tunisie Justin EUe.orcliesties pour phonographss par Coh
l'hcoorable Dr Lechiud et 1 hoco'a
ble Dr Annoua', notre Mg'stiat ac
tue'.
Il en est encore temef, reflkhis
sz bien, MM.les candidats ac uels,
E. S.
Huile polanne en biaons,
Uui'e poldrine par gallon,
partout alleuri.-
pour phonographss par
un dollar, meil'eur march
L Preetzmnn Aggerholm,
Agent gnral pour Fai URODONALl
laisse a ectendie, dans les milieux
du secrtaiiat, que le texte de la corr
mission aibitiale du ditlrend, ent;e
le Chili et la Bolivie, connu seule
ment i la suite d'une indiscrtion,
u-'tst pas dfinitif. La Hongrie a d<
Pense/, donc, il vous faut avoir le
plus de leaders* ros'ible e', toutes
choses gales d'ailleurs, tous ces lea
ders ne sont rien moins que des
chefs d Equipe, de- lonnen de cette
v,sle entreposa qu'est une campa-
-t-
Henry Slark
Rue du Quai en face de la Gare
Cercueils
la Maison avise le / ublir. qu'elle vient de recevoir un g*anl
assortiment de dcorations, la meltirt en mme de fournir dt
Cercueils dcors l'intrieur et lien cofitonni ^intrieur punir
de 10b gourdes:
Il est noter que les cercueils sortis de ma fabi njue sont capiton
ns d'une toffe importe e*pressmert pour cet usag .
Le Cereufil blancs
sont tis recommands pour les ieums ger.t\
Four le* cercueils de luxe
qui est''la spcialit de la Maison, on t eniendro teu-jourt pour un
ptix cowenulde.
La nuit et kt iurt de fie. s'adresse au chef d atelier. Mr Flchier
IJussotij rue d i' 1 onis, t or's iSo 6'li? en /ace dej. ancienne Cathdrale


Source de Jeuness
L'OPINlO?f MEDICALE :
< Partout o il peut exister, l'acuU
nr s mirait tenir contre cet *"*CjH
solvant et mobUisateur uu'est fl
Celui-ci le chante de partout, des Jiom
culaires des parois diijcstives qu
comme des tuniques vascutaires I
qu'il incruste; du derme, qu'il etnptle
des alvoles pulmonaires et det ^f^Jjfil
art*
veux, qu'il imprgne... /)'< ion voit la *
plicit d'effets bienfais
unis rsultantd^\
de l'organisme qui. lui seul, rsume elj
pu autrefois le discuter, c'est fche*
ae 1 organisme qui, tut c. *...... Q'0
Use tant dimlications thrapeutiques-^
...... .. ....__._ ,.'...( tchent".
ifi\
semble plus
mconnaitre
possible, notre ^"^
et d'en contester la *"
ry BrrroW
de U Faeult* de Md*** *
Etablissementsc:hiteUin,'.,bia. rueHe>
Paris, el toutes nhurmaries. >
Ol).N^os. Cnlcu!r.x, Rhumatisants
Goutteux. Htgralnaux, Beonatau,
et vous, les Dysppptiqui*H, victimes
Innombrables le I'mMs uriqua,
1 rouraire : l'URODONAL, dissout l'aride urique comme l'eau chaude digsout la micre cl lltmlne voWeW"!.
'"'"' ,lonc a ,om fa"n-' I bquill..* et redPRS.^z-voiw comme aux beaux ours de la leunesee irar* l'Uro***g
m,,,,,. waW de |-a!im;n.aon carne ^\ "^ ci qui^eut nSTo MtoW *jS\
Devant I rodenat. le faUeylate. le colchique les lodurea. qui Taisaient paver si cher un soulaKement inoine"*8* S1
I, en droute orco 1 L'rodonal. l'obee devient mite, l'impotent prend^ol la Z la mondaine, dont II H
i le iang. retrouve et conserve jamais la fracheur ct le velout de on teint. a ,m ''"' m m '
Vaillant $ Houet
Agents gnraux pour Haili


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM