<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN • Nouvelles Etrangres PAR CABLE OENhVE 17— L commission du blocus et du dsarmement a adopt hier soir une rsolution due a 1 ai— tiiti\e de la B''gqeie stipulant que s* certains Etns estiment dsirable d'ajourner part ciltremeot ou totale ment les 10actions cor.om ques pr vues par l'article 16 du pace. c h serait remis 5eulenvnt dans l'intrt d l'application intgrale des sine lions ou pour tduire au minimum les inconvnients de ces mesure> pour certains E*ats La commission ; adopt une proposition stipulant qui la supression du ravitaillement de 1. population civile constitue une me .suie de rigueur devant intervenu seulement en os d insullisjnce des auties mesuns. L'Assemble de la Socit des nations ne se runira pas avant merCttdi. La commission des amende ments du pacte terminerait la lin ae la semaine prochaine son rapport ont la discussion permettra de se faire une ide gnrale de i'ensemb:e dej amendements La commission du blocus ne pourra cloie ses travaux avant la tin du mois. Une lettre de Mr Consentini, directeur de l'Institut de Sociologie de lutin, annonce au pisident de l'as semble l'organisation piocbaine avec le concours des syndicats industriel ouvuers d un corps de 100,003 ira vailleurs italiens pour les travaux ces lgions dvastes. fc PARIS 17 —Les milieux politiques tu .,. ii dciaient ridicules et odieu ses les oblgations contenues dans lt tlgramme de Mr Litvinorl a la d na',011 commerciale des soviets a Londres, pitendant que la trace, aurait men 11 Po.ogae et la KJU manie i pioliier des embarras rsultant de la U.niue russe pour adresser un u.umatum Moscou* La commission internationale des secouts de h Russie a aaop. l'u nanunit le texte de la lettre adresse toutes les puissances dsiieuses de pait.ciptr cette action humanitaire notamment aux Etats-Unis, l'Aile magne, l'Argentine et au Brsil. Ceite lettre expliquera ncessit d une enqute en Kusie pour assurer une aide durable, elle ajoute qu'elle (avo .usera l'action de secours des organisations prives et invite les puissau I PARA— LeTempsettLes D b^t disent que le gouverrerrent a :emand I p\l actuellement into'm que Irsgoa vr nemints de Pari, et d Lendres; sont pleinement dacrord surksdeux' ooiots, auxquels la levedes sanctions i conom ques est sibardo n 4 e i la reconnaince piaUb e du con i tr'e interalli sur la de'Lvrsnze des passeports^" i l'eiercice du co:.t e pralablement i ia dlivianci des di es licences PARIS 18— Une dr.hs de M y.n :e au Petit Parisien annonce? que vlr Buihou, ministre de la gu-rrr, | ~ ^_ voyageant a titre priv, ist aniv a A-146-Oiioz; jours aprs la :e. 11 visitera Wiesbadea tijdali du 11 Dicerr.bre. date fixe pouTOUX, BJmGtSiTE, CATARRHES, 1,1 %  iliiMM——a. — %  I— Il MB I % %  I II II 1 I %  I '-' I 'lt" *—W**—^^^ Si vous commencez par L'EMULSION DE SCOTT srement vous n'aurez besoin de recourir a aucun autre mdicament. Tandis que si vous commencez par un autre mdicament c'est plus que probable qu'il faudra recourir L'EMULSION DE SCOTT le paiement de et impt, il sen pro Aoyai imti M Mn m Cologne. Or mande de Damas que les mi cJ contre tout r-taidataire. de -, ,. h eux auto.iss syriens dclare.! que i coi indaut diusi'artideiK modifia u 1 • • %  ? %  "M"M a dlgation qui, Gsaive, aeat ia cerne desu i Noos avons le plaisir .1 Miformer le commerce et le pub: o, m niA, ^Milil .,.,. w>mmec oesiu u ( j e iarepnsederotreservice.de pa^e^rs de iVut-au-l'rDCh \'ei5 uule dlgation syrienne n a au S .. au derme, ,our pour le p.ie Avec Vos bant teamera, b:eu connus en lia,., riDCfc %  *• cun titre i cette prtention, lu font n eV de 'a patente ou de l'imp' N.ckeiie Commfwyne abseiver que Lonatala est ui agent )oc „. t !e Receveur Communal tai Pfirjl Frelsr k Heodrik Prina rier' Ned>rlwW 1 Hussein de Loycal et que le* mem emrch ee dlivrer quittance au noua donneront* l'avenir un aervic > r.*gnlir, mensuel pour NewYa Oies ne cherchent que l'occas.o 1 de lootrijuablf, il serait oblig d'eocsisl Os bati>nx toucheront la Capitale 8-ulement POK prndr* dei faire prvaloir des ambition* polui j. cr t'atgenl et de lemettre sance p er8 et la malle, et partiront d ici dire t^men' pour New-York. .JUS uaqaement personnelles. |enao e a l'intress une li'hlia I ^ fl B eemer Comme-wyre attendu ici vers lt-7 Septembre serai La coupe des voUureltes a t cou b isssfit paiement de ,'imrr. Cette ; ,r ;, ,aier J {• %  !" " Vfau ••['"•j rut mjoard'hoi au Mans : 1n ri h. —.\uk.Ja. 1J L:L.\... !...!.?!'[ P/i^??Jj*J:f!PUry^.P'*'?.*?^willi nent est le snivai 4111 a couvert le pai rei ;2 minutes 17 secondes; 2me! l'oit iu-Princr, le 20 Sept. 7921 ruines, en } heures > 4 minutes u Dr ANNOUAL %  econdes; 4eme S.-aguve en j h:u | es J4 miuuees >t secondes,tous sur Le Magis rat Communal de voitur;ttes Darid.q. li y avait 17 pari Poit-u P'incc tints. I'AKIS 18— Une grande manifesta non a eu lieu a liiauiiz au ihcire >ous la prsiJeuce d: M b ardj 1111 mstre de 1 instruction publique, .VlM. SA'.no . am.ien pt-ident de Cuba ci lairet, m mstre de l'A-geatme y assistaient. M. Moursau, membre de lait.lui, a tut une >.outeience sur M ..... i_i. 1 1.1 %  • 1 "i r mu 1^ II u III'IIUI ,, I IIPT i' H nsur a t Man s. le classe .1 bs sert change a n importe que. H ^AL NfcTHFhlAKDb VNKbT INDIA MML Hue Fo, Fer Port.nl ni: ter Ibomas inomfnt contre une quittance rgu-, , ,ton, DI ireours eu 3 h;u lie. : "" : ~" 1 Cacao Peters ES VENTE CHEZ V c or Mtugous S non Vieux.LipjRiJ L Preeizu Aggerholm, ces i assister la runion de la eom mission qui aura heu le Oitobie [gos Le veut souille de l'est et atiein A liruxelles. {ta: vitesse de ;o a o ki.omtres. Rappelle aiti Commerants et Indus triels trangers soum.s au dro.t de licence que, cor tjrmment i l'article 65 de la Loi du 13 Act .1903 qui leur tait ob g'tion d adresser leurs demande* d: licence au D pute mtDt desFioarues du \tr au 20 Octobre Je chaque anne, ils doivent taire, a l'Adm.a s 1 -,..) 1 Communale, dans le plus bel del-, la demande pies dint la pauj lia compai Ucole lab c H <}a ceili a P -evu larice sc.eni.l.que franaise, taue de ds.n IW r * *i 1 d ? ** U:tobre 1876.; ..esseuicui exce iS .t ( A la science aile jt U > u i; :; mande lecherchaat son exploitation 0 pour obtenir un instiument de tuer |: e B exercent. onnrcrrcc 1 JA .A I 5 Leur adresse exac-e ( Rues et BRUXELLESLe dpart de la Nos de leurs maisons de Com mrce coupe tjoidou Dioneit jour ballons ou ateliers.") sphriques a t donn a quatre heu ., o LtUl rationalit. res u li y a 14 partants. Les sphn ejues atterriront probablement 1 Cur ( ii^uai'les et sur les ctes de la Breta 0 1 Aj-;nt gnral pour Qitii — Port au Prince,-RUE DU QUAI Socit Commerciale Hollandaise Leuis roms et prnoms. Le g.me d'industrie qu'ils t. sont galement ob igs de pro • %  " pwrir uanuouuor %  ., uwiiew ^u u une t. ait. Il de la Loi du 24 O to le •••"mer i i\eptunus i au 17 d ce mots l s 1 re i876;avecles mmes ind Citions HoLrans Mit (Pi seuer) eo l|i houteille, Au bnfice de liaudio ^ C'est ce soir qu'aura lieu, A Cin Varits, la fte qui ae donne au bt s iii' lice de Candio, et nul doute que le public n'accoure en foule appor ei au chauaouQier national lu tmoignage de ton prcieux encouragement. Un aura l'occaaion d entendre de motceaux de enoix ainsi que den monologuea croles pleine eie verve et u eaprit. Et Candio donnera n> derntorea crations. A ce soir, A Cin* Varits. .' Syndicat des Bouchers Nous.Bouchers de la Ville de l'or, au Prince, remercions bien sincre ment ie Magistrat Communal et h direction du Service National d'Hv gicne qui ont bien voulu nous pie ter ItOia sympathiquesconcouis itui aplanir les dilcults survenues d< puis des |ours daus nos Iramadior commetcialtt. lu le'our, nous [t. prions de cioitt noue entiei di vouement. ROMT.MMF. DP SODA TLUGEL %  *" 1. .* ** %  X %  lTiaiipri.il de • . tf£ F* .i. CUDGEL Le Magistrat Communal Port au Prince V'ul'Arii debou Lx.elieDce Monsieur le Prsident de la Kepubl que en date du 1er Ac'. :oul p;orog'ant pour I E xercice if3i 19221a 01 du 24 0:iobre LS76 sur la Ke> gt des Impositions b>ireetes ainsi 411e les articles 17, 18, 19, 21, 22, 2;, 24, 52 et 33 de la Lci du 3 Aot 1000 et la paie du tant de cette Jrrmte Loi concernant ceitaines ii;dustnes non p.e:\ u s par la Loi du 24 Octobre 1876 pici ce. Rappelle aux coi.iubuab.es les dismutions suivantes di la L^i du 28 Mai 1920 | Art. tr — Les : racles 18, 45, .{cme alina et 411 de la Loi du 24 Octobre 1876 sur la Rgie des Impc&itiODI Directes sont modifies ; u nime suit : Att. 18— La patente doit tre pnit, .haejue anne, du :er Octobre au ;i Dcembre. Toute personne sujetti a la patente qui ne l'aura pas prise ;i:i!/.e ;ours apis la date du 31 Dccembte sera, sur la dnonciation du Rtavtur Communal, eondamne par lr h g* de Paix a uue amende de 0,^0 centimes par jour de retard. plus 1 o^ i'u montant de la patente qu'elle aurait d prendre. Art, 4s — L'impt locatif est peru i partir du 1er Octol e su 31 Dcetrbra par lt Receveur Communal, au lai fia de 1 Com m ne. Dans le meis qui prc'e la d le du 1er O.tcbre, le Buieau du ia Recette Ccmmui:a!e enverra i chaque contribuable pnalits dictes. 1 oit ;u L'Ure, 'e 2- Sent 1931. D.. ANNOUAL Pharmacie Centrale 'roduiis de tcii'p. traic.hfw — E'mlion promit? <\ wiqnto j rdonniinrut — Sf)icial>ls pou toute. les mafodie?E fortifie 1 Un mois de maladie abrge '.ctre Vie d'une anne. Le GLOXOL permet d'viter l maladies eu augmsn* /j ferec de rsistance de Vcrgcr.ismT tant -r.1er ts c ni norveua Con-r-'cscc .CJ Nour&afttutmi* Peo couleurs Suriucnage La oure de GLOBOL nujfuirntf la force nerveuse et rend aux nerfs rajeunis toute leur nergie, leur souplesse et leur vigueur. • ..' L'OPINION MB Se puis *ftxmt\ bol *t>rei' tfW coiiv*:osccnce,. \n gn-Sinlf on F* • roiwvsente H, P evelKnccdetouW langueur. Cjj un Inent aux *"% manifeste une • ._ incnl utile el abrge I #?VU .lillons asjsniW".^ d'' C# n'tlt pas mol qui lui U vritable lainqatut €"tn ce peiK /oesn d GLOBOL Ancien tntern • Euw2rtSaV tihrmaeie li Yaitia.il cy ttdei Agents gKtuuu >eur llailx .••# ... %  % 



PAGE 1

Qjir zimo anne .Vo 4181 fort au Prmee, Hati • Mardi 20 Septembre 1921 DlRCTB UR.P ROPR j K A 1 il rjmeotMAGLORE fJNUMltV) 20ciNTiy86 Quotidien Les affaires politiques sont les ntres; notre devoir est de les connatre et d'y prendre part et notre intrt nous le commande imprieuse* ment. REDACTION; Rue Amricaine No. MO* L -Logique et Loyaut | II. Conslitulion cl Lois III— S anction et Juridiction Petite dmonstration en trois parties Plus de grve des Bouchers Toiissainl-Louverture Gouverneur d* St.-Doiniuuue s DEUXME PARTIE Grd*e i l'nergie du Maire de la' Vil'. la grve des Bouchers dont les familles s'inquiMaient. a pris fia. Les Bouchers runis c* matin, en, I M ruines accumules mr 1M* r^., „.. ^ ^•b^ raj.. oooimaj.1 b> s ^ysmrtto s&'iasff'aaass on.reu du Ifa^t 1 assurance for gue lu, ni importunes ; ma,, rfi,, .Mare, record avec Ie5 co ons et melle qu'en CM dabbtaga d'une va turent *;s<, i dment rpares. Lx D>ettir da'oouveaox cVoci dintrt* :he pleine d environ deux mo s. la fertilit merveilleuse du sol de*; l*,V?opoletion tait au cooraiUde aa IL—Constiliitioii et Lois S'il re B'sgigBPit que de signaler comment, ch obligea ipooeeer non* tache plua avant Mail il n'y a paa qu un manque i dea precep es moraux dans dmarches ritres", que OOUH iminuus, ells at.irent o re attan N tur des manquements plua gra N 0 plus postula notre Cona itu Tit I nos lois. fafffe', la loi surlo Hi ec.se; d'une t;ld Code pnal, d'autre part; et ^Coouitutioo, en troisime lieu, Mi U voie suivre contre les JJM. les crimes et lea tentatives -•crima dont lea lettres au colonel Miell liguaient l'imminence et le Mtr Joici lea articlea da Gode pnal MO que le Prsident da la Repu %  J avait aa disposition, et ans cQx du Code d Instruction crim: "Worganiaant leur m>ae en action: Centre les insu! tes au Gou •moment et les Officiel s de tteadarmerie— Ait 183mquun ou plusieurs megiatraU lordie admiuiatratifou judiciaire quoiqu'il n'y ait pas eu d'at'.en ot." Le Code ne punit djnc que l'acte ou la rsolution concerte da l'ac complir. Ornant aux crits ou articles de journaux, c'est dard la loi sur la Pressa qu'il faut chercher les sanctioua dictes par le lgislateur. contre le vtr.naire, mo-m que lai L'ectivi de Toussaint [.ouvert gestation ne soit i ce point avance re, l homme du moment S.-Dominqu U ne puisse facilement la recoa que, calma les causes mo-ales qu'a ca l re ,. vaient sasites les colois H n't.iNous applaudissons ces mesures su pouvoir d'aucun antre homme qui mettent fia a un tat de choses d'apaiser la vindicte des gens au, qui nta t p s sans eau er de gravis ivaient t v.c:imes de l'nclavaoe prjudicts. eut g cup des d alhr au del d une rsistance pa llve .lasa ies crconat.ncea ii.quk%  anti>8 ; ente attitude contribuait a renforcer leurs taodaoeaa pooiflqner. L • GJ .iverneur Gnral accueillait tes vaiteura aj l'a a s du Gouverne m Mit, n Port a a p mee Auaai lo.m Afliaor firii % jv-icui cic vknints JC i esciavage, u • • IUIW .VU^-H. eio., e ut gs par la tyrannie des matres^'f q Ul1 P ouv *'t *> rouver de cette cup des et cruels. Tout ce qui oou! V "? u,10u uait jamais d'arriver u. .*. M i.i p^„ L, Z!Zt: S s? r, z e V i, n „;„,. 'I 11 1 tait la' poursuite du"liara" mesures vigilantes et urgentes K.gmd.jouret nuit depuis deux nier matin paient alors le Toi sapims St1 semaines, t ,*•,! ns tlodralt pi" poui UomiPgae. Sept annes prs les|< A t' pas la rception tixe au 90 lmposan'e crmonie | la B siiqus Njtre Dame j-or .-, ;u s p; -.. %  %  %  >.%  , „•, ;,,,.,. ,,,,-„, .'irj? ? n, i ,B *5' 5 ommemo,e 1 r,ed l -"ovenaire dgts dans la plaine du Nord, les J"er.le enne.neni lut gnral u* ixquelles. seulea, le Praident de de la mon d-: mmm i.. ..&....A. J... ... sa urAumP,. ..• i.• .•... T: l v auxquelles, aeulea, le Preident de la Rpublique, on tout autre fonct o iimire comptent, a le dio;t de recourir, dans lea cis q ocenpent. A qui doit il demander d'exercer les poursuites ncessaires pour arri ver a l'application de ces peines et la constata ion de ces crimes et dlita? lu ce I a utorit militairef Le Co ae d Inatruction criminelle r pond par lea dispositions suivantes: "Art. 1.— L action pour l'a plias grands travaux excut* a mon d ANTENOR FIRMIN ports, dans les atelier La meve s t c'bre car le pchamps avaient ramen l'sbondan-e i in, cur de la C IhMrale avec dins la Co'onie I' eut t difficile comme diacres les p'es B^raoger et alors, i un nouveau venu, d#irrhomazeau. La musiqu; du Palais quant 1 Siiat Domi igue, de se i a excut durant la crmonie des gurer ce qu avaient t les dvastaairs fjab'es mouvants — Tenaient tatioas de la gu;rre. l'Uirmonium Mr G. Damein et le lieut. Belliot. Le Gnral-en-chef Louverture Assistanc nombrius;: el recueillie passaient les troupes en revue trs On remarquait dans le ch -•ans les; 8 Prience Sur la front d-^s troiipen daas les' F uaiM ur ,a l lace Rpublicaine au jear iix. La vilh de Port au lriace —ur de ouvent sur les places pub iques des tion des peines n'appartient quaux h iules personnalits civiles et poli villes Le Gnral Rgaud ne recoa fonction airns auxqaela ella est cou „ qu % Mr l'Archevqae de Port sa naissait pas son autorit il tenait •'Art 9 8 -L a nolic, Judiciaire sera C rlac S' Mgr ^ uger les Minires encore ses positions avec des fcorces les loges dinstrucioo. ptr les logea 6 ; le ^prsent mis de nos Cong-versane e pour suspendre la pros de uaix et portes agents oe la police P> iUo '" %  'gioofoi, L ^h:f dlt pnt da la colonie ; et il mettait g tat s tait tait reprseater par deux en danger l'autorit du Gouverneur o'liciers le sa maison m 1 [ taire Le gnral Es.ce par devant l'autorit miliCatafa'qoe Ui dcor soi couleurs On aDDlait twro que ces fooe ionnires doivent nationales ei l'Eg se rev ue de ses exercer ce* poorsnitee? L pouvoir o-nemems de deui djuger est attriUu coainu suit par la Constitution : Art 89 — Le mlitaire amrieai ta ionlui deman Pouvoir judicuire est exerce par un d-** d-> se iubst; uer aux ins itn ions conuiiandaot dune commune, | l\ibunal do Casia ion et des ir.bu ei aux ijia bsltiannes pour agir L.,:.F ecu { ns exercice de leurs usas u.Teneurs dont le mo ie et i eContre des ctoy JUS qu'il lui d isigne DOction K eu l'occasion de ce tendue de par U loi. jundc'ion seront tablis nommment ,,,.,. SsreitCS que, en pissant ainsi, Tel est le cadre lim l p*r les lois le Prsident de II Rpab'iq ie et elles dit'n a dans lequel le Prsiden ma iqn de coili mue d ins I ospnt de la Rpublique, ou tout aune ddjnatiCS oales lumies da notre %  roues, quelque ouirage, par paru m par crit, tendants inculper W nooneur ou leur dlicatesse, qui les aura aini outrags, ue la rpublique, ou tout snire nsjaauce oi tes lum.ere ,|TP Qni duu empnsounemer.t deifonc ionnaue. a lu droit da se moi personnel judiciaire? Artiln UD au ' Vttyr •* d'agir d ns 1 exercice dj BCS E: mor, qnol done aurait servi lh ' fonctions et pour le* crite et faits lerefdtine jadlciaiie faitd rceinde nature porter atteinte aux fooe mont si grands fracas et & propos clamations et ou militaires, ou de laquelle le gouvernement a lpt service, parfois .*.,„,.,„„,, ,„„. publique t S la sitiet qu'il a, dana cet e rl'onn •, les p'us souvaat imprudentes et im %  .i?;~ Dia le8 ca dea ar! JJJ 1W, ai l outragea dirig 2? w grand fonenonnaire ou un ^d du corps lgislatif, dans Œ?„ i* 8e8 fo D'ons, on Kn de cet exercic;, la peine Onni n ll01s ,ns d emprieen ^ a ul i et, n ie, outragea ou vio" de jutrsgt nvis de voies f'Ooti au j Peine ara U rclusion 0 w* ** att -eintes la sra ; pdale pour tiounaires civils encore S h paix alors Corn nandaoten Chef, le Gnral Louvenure, en vertu de a nommt oa ce titre nu les Commissaires franiis, b ; en que sa dignit ne fut pis encore coa trme i Paris. Il teaait son quar i'-i.al i Port au Prince. Par mi les consid ations qui motivaient !e choix de cette ville, la principale c'est qu'elle vitait des collisions avec les Commissaires fraoei*. Ces Ces fonctionnelles s: succdaient souvent ; ils se fixaient au Cap P'ioail d o ils publiaient des pro dis instructions de rstio rie'.les, mais eu o.e in atieure de l'Etat Que l'Occupation militaire amri came qui u'est pas assujettie S lac don de nos luis puisse juger, le cas chsaot. que les citoyens biUiens t.iii les i u JIX les meilleure uos jurivtes les plus tris volet? Eit ce. encore, que la j. 4 %  jouruaux desig is retombassent uui P le •' el MOrott p s t prohibe s qneme it sur l'autorit mi ilaire am4 BOsni possible At les faire caste•A.7 mur bu*, de chai bg,r a 8ouverr.emeut et il |TJ* cemme suit, en son *ComJ, i i aU<,n,at d l u UD ac e *tilr u 0U c n3menc pour par Ojsoinn|. '•xcuitoti de tes cimes, Ssj.r" n aient pas ct cne m*olo fl pD 1 envisage aussi le ^dflml q a,,i P"it de la rclusioi ^•liM 0 ,?' 118 eQit ' complot, e. fc ri" : 1! V a complot, d^ Har * d a '* ,, * 1 C0DCt!t i ^"^ eutie deux conepir ou au plu gi U Qd nombre dfinit possible. article Cela est si vrai que nous avons trouv dans In Livre Bleu la trace de quelq i s dmari lies tentes osti'i.s bernent par le gouvernement S fin, i; i'.. MU ii-iu dans le V.e doit H u'"' 1 '' du Prside de au Pieadent cttte Sg' geanc ioauffiaau e sans confl.t. Eu se 100001 dans os loie, il a voulu l'Ouest, il parvenait i neutraliser ou ces citoyens et j >ur i rparer tranquillement les erreurs reppl dune f lO n des Commissaires frariis. et i ob u or^r" l 't !" r e re' m % o r ? '''' si ** >-* %  !" .: ~1 suies approuves par ces Comnvs Ju-qu' preuve du contraire, nous ? tir 1 c %  l \J U g '£ n "!* f nxcux <^ oyo ia q m le "'sident de la R' ac,l,,cr i " "UOO de? hommes de <>H dar.iiHrua sa uce vers |ps franchises dmocra cioyos q pub'iquQ a nb"" la R mbuque au Pieadent de? proccupa Ion-. Il nnni res e alors '''l^ts. Il prfrait ngliger les af Etats Unis L j gouverueme a hltjen exin n^r a'il a agi da-s la limite de '^"tes d'impt Unes seconda re, ijfa ne peut doue prtexter d ignoraaca ses attributions, ou ail l>a a dopas de maintenir la paix, plutt que d. 1 sur nette c,ueetiou at-a tt dans qnel! m sure; et enfin risquer un conflit av.-c le Gouverne Cii-t donc une chose absolumei t q % %  hs .•., %  !(• mus la loi et la Consti ment frnaaia renversante de voir le Chef de lltat Uiuon mnent dans c c>a la dis Toneaaint Loavertnre ni fiai | lui mme s adresser 1 Occupation pcsitiou du paya. Pour automobile*, mur tinta sortes , m Henri U 11'.-. i.n \io% el pow mwku uaoew, llaile et (i lins* • Di nrenire quil, dr tanin* nsifU la P'US our IreMt ann* '/" yratiqn %  <•.: cTsxprienot d A/6or II >irr, Prixdefiaattoateconu ronooj A. WB%rrh <>ij 0> Geo. Je^usaie Etctu$iv uliaQ i eni .lendursnceetilo gnrosit nsii-lRae du Moijooia le IKUt No yoT,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05481
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 20, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05481

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qjir zimo anne .Vo 4181
fort au Prmee, Hati
Mardi 20 Septembre 1921
DlRCTB UR.P ROPR jK A1 il
rjmeotMAGLORE
fJNUMltV) 20ciNTiy86
Quotidien
Les affaires politiques
sont les ntres; notre
devoir est de les con-
natre et d'y prendre part
et notre intrt nous le
commande imprieuse*
ment.
REDACTION; Rue Amricaine No. MO*
L
-Logique et Loyaut
| II. Conslitulion cl Lois
IIISanction et Juridiction
Petite dmonstration en trois parties
Plus de grve
des Bouchers
Toiissainl-Louverture
Gouverneur d* St.-Doiniuuue s
DEUXME PARTIE
Grd*e i l'nergie du Maire de la'
Vil'. la grve des Bouchers dont les
familles s'inquiMaient. a pris fia.
Les Bouchers runis c* matin, en, I m ruines accumules mr 1m* r^., .. ^
^b^ raj.. oooimaj.1 b>s ^ysmrtto s&'iasff'aaass
on.reu du Ifa^t 1 assurance for gue lu, ni importunes ; ma,, rfi,, .Mare, record avec Ie5 co ons et
melle qu'en cm dabbtaga d'une va turent *;s<, i dment rpares. Lx D>ettir da'oouveaox cVoci dintrt*
:he pleine d environ deux mo s. la fertilit merveilleuse du sol de*; l*,V?opoletion tait au cooraiUde aa
ILConstiliitioii et Lois
S'il re B'sgigBPit que de signaler
comment, ch qui et la loyaut peuvent re prises
dfiai; ai seulement, il n'tui
qiMliOQ que de .mon rer le degr
aa patriottame de ceux de qui d-
Kod, en grande partie, le aort du
piyi,-nous nous en tiendrions U
waiire partie de notre expoa et
ou oe Doua croirions pa> obligea
ipooeeer non* tache plua avant
Mail il n'y a paa qu un manque
i dea precep es moraux dans
dmarches ritres", que oouh
iminuus, ells at.irent o re attan
N tur des manquements plua gra
N 0 plus postula notre Cona itu
Tit I nos lois.
fafffe', la loi surlo Hiec.se; d'une
t;ld Code pnal, d'autre part; et
^Coouitutioo, en troisime lieu,
Mi U voie suivre contre les
JJm. les crimes et lea tentatives
-crima dont lea lettres au colonel
Miell liguaient l'imminence et le
Mtr
Joici lea articlea da Gode pnal
mo que le Prsident da la Repu
J avait aa disposition, et ans
cQx du Code d Instruction crim:
"Worganiaant leur m>ae en action:
Centre les insu! tes au Gou
moment et les Officiel s de
tteadarmerie- Ait 183- -
mquun ou plusieurs megiatraU
lordie admiuiatratifou judiciaire
quoiqu'il n'y ait pas eu d'at'.en ot."
Le Code ne punit djnc que l'acte
ou la rsolution concerte da l'ac
complir. Ornant aux crits ou articles
de journaux, c'est dard la loi sur
la Pressa qu'il faut chercher les
sanctioua dictes par le lgislateur.
contre le vtr.naire, mo-m que lai L'ectivi de Toussaint [.ouvert
gestation ne soit i ce point avance re, l homme du moment S.-Domin-
qu U ne puisse facilement la recoa que, calma les causes mo-ales qu'a
calre- ,. vaient sasites les colois H n't.i-
Nous applaudissons ces mesures su pouvoir d'aucun antre homme
qui mettent fia a un tat de choses d'apaiser la vindicte des gens au,
qui nta t p s sans eau er de gravis ivaient t v.c:imes de l'nclavaoe
prjudicts. eut g
cup des
d alhr au del d une rsistance pa
llve .lasa ies crconat.ncea ii.quk-
anti>8 ; ente attitude contribuait a
renforcer leurs taodaoeaa pooiflqner.
L Gj.iverneur Gnral accueillait
tes vaiteura aj l'a a s du Gouverne
m Mit, n Port a a p mee Auaai lo.-
m Afliaor firii %
jv-icui cic vknints jc i esciavage,........ *u" iuiw .vu^-h. eio.-
,eut gs par la tyrannie des matres^'f q,Ul1 Pouv*'t *> rouver de cette
cup des et cruels. Tout ce qui oou!V "? u,10uuait jamais d'arriver
u. .*. m i.i p^ L, Z!Zt: S s? r,z
e
Vi,n;,. 'I11'1' tait la' poursuite du"liara"
mesures vigilantes et urgentes K.gmd.jouret nuit depuis deux
nier matin paient alors le Toi sapims St-1 semaines, t ,*,! ns tlodralt pi"
poui UomiPgae. Sept annes prs les| lmposan'e crmonie
| la B siiqus Njtre Dame j-or .-, ;u, s p; -... - >.-,,,, ;,,,.,. ,,,,-,
.'irj?,?n,i ,B*5' 5ommemo,e1r,ed"l-"ovenaire dgts dans la plaine du Nord, les!J"er.le enne.neni lut gnral u*
ixquelles. seulea, le Praident de de la mon d-: mmm i.. ..&....A. j... ... sa urAumP,. .. i- . .... T: lv*
auxquelles, aeulea, le Preident de
la Rpublique, on tout autre fonc-
t o iimire comptent, a le dio;t de
recourir, dans lea cis q oc-
enpent.
A qui doit il demander d'exercer
les poursuites ncessaires pour arri
ver a l'application de ces peines et
la constata ion de ces crimes et
dlita? lu ce Iautorit militairef
Le Co ae d Inatruction criminelle r
pond par lea dispositions suivantes:
"Art. 1. L action pour l'a plias
grands travaux excut*
a mon d
ANTENOR FIRMIN ports, dans les atelier .
La meve s t c'bre car le p- champs avaient ramen l'sbondan-e
i in, cur de la C IhMrale avec dins la Co'onie I' eut t difficile
comme diacres les p'es B^raoger et alors, i un nouveau venu, d#ir-
rhomazeau. La musiqu; du Palais quant 1 Siiat Domi igue, de se i
a excut durant la crmonie des gurer ce qu avaient t les dvasta-
airs fjab'es mouvants Tenaient tatioas de la gu;rre.
l'Uirmonium Mr G. Damein et le -------------------
lieut. Belliot. Le Gnral-en-chef Louverture
Assistanc nombrius;: el recueillie passaient les troupes en revue trs
On remarquait dans le ch
-ans les;8 Prience Sur la front d-^s troiipen
daas les' FuaiM *ur ,a l'lace Rpublicaine au
jear iix.
La vilh de Port au lriace
ur de ouvent sur les places pub iques des
tion des peines n'appartient quaux h iules personnalits civiles et poli villes Le Gnral Rgaud ne recoa
fonction airns auxqaela ella est cou qu% Mr l'Archevqae de Port sa naissait pas son autorit il tenait
'Art 98-La nolic, Judiciaire sera CrlacS' Mgr ^uger' les Minires encore ses positions avec des fcorces
les loges dinstrucioo. ptr les logea 6; le' ^prsent mis de nos Cong-- versane e pour suspendre la pros
de uaix et portes agents oe la police P>iUo'" 'gioofoi, L ^h:f d- lt pnt da la colonie ; et il mettait
g
tat s tait tait reprseater par deux en danger l'autorit du Gouverneur
o'liciers le sa maison m 1 [taire Le gnral
Es.ce par devant l'autorit mili- Catafa'qoe Ui dcor soi couleurs On aDDlait
twro que ces fooe ionnires doivent nationales ei l'Eg se rev ue de ses
exercer ce* poorsnitee? L pouvoir o-nemems de deui .
djuger est attriUu coainu suit---------------------------------------------
par la Constitution : Art 89 Le mlitaire amrieai ta ion- lui deman
Pouvoir judicuire est exerce par un d-** d-> se iubst; uer aux ins itn ions
conuiiandaot dune commune,|'l\ibunal do Casia ion et des ir.bu ei aux ijia bsltiannes pour agir
L.,:.Fecu' {*ns exercice de leurs usas u.Teneurs dont le mo ie et i e- Contre des ctoy jus qu'il lui d isigne
DOction
K eu l'occasion de ce
tendue de
par U loi.
jundc'ion seront tablis nommment
,,,.,. SsreitCS que, en pissant ainsi,
Tel est le cadre lim l p*r les lois le Prsident de II Rpab'iq ie et
elles dit'- n a dans lequel le Prsiden ma iqn de coili mue d ins I ospnt
de la Rpublique, ou tout aune ddjnatiCS oales
lumies da notre
roues, quelque ouirage, par paru
m par crit, tendants inculper
W nooneur ou leur dlicatesse,
qui les aura aini outrags, ue la rpublique, ou tout snire nsjaauce oi tes lum.ere
,|TPQni duu empnsounemer.t deifonc ionnaue. a lu droit da se moi personnel judiciaire?
Artiln UD au' Vttyr * d'agir d ns 1 exercice dj bcs E: mor, qnol done aurait servi
lh' fonctions et pour le* crite et faits lerefdtine jadlciaiie faitd rcein-
de nature porter atteinte aux fooe mont si grands fracas et & propos clamations et
ou militaires, ou de laquelle le gouvernement a lpt service, parfois .*.,,.,,, ,.
publique t S la sitiet qu'il a, dana cet e rl'onn , les p'us souvaat imprudentes et im
.i?;~ Dia" le8 ca dea ar!
JJJ 1W, ai l outrage- a dirig
2? w grand fonenonnaire ou un
^d du corps lgislatif, dans
? i* 8e8 foD'ons, on
Kn de cet exercic;, la peine
Onni *n ll01s ,ns d emprieen
^auli et, n ie, outragea ou vio-
"..... de
jutrsgt
nvis de voies
f'Ooti au
j Peine ara U rclusion
0 w* ** att-eintes la sra; pdale pour
tiounaires civils
encore S h paix
alors Corn nandaot-
en Chef, le Gnral Louvenure, en
vertu de a nommt oa ce titre
nu les Commissaires franiis, b;en
que sa dignit ne fut pis encore coa
trme i Paris. Il teaait son quar
i'-i.al i Port au Prince. Par
mi les consid ations qui motivaient
!e choix de cette ville, la principale
c'est qu'elle vitait des collisions
avec les Commissaires fraoei*. Ces
Ces fonctionnelles s: succdaient
souvent ; ils se fixaient au Cap
P'ioail d o ils publiaient des pro
dis instructions de
rstio rie'.les, mais
eu o.e in atieure de l'Etat
Que l'Occupation militaire amri
came qui u'est pas assujettie S lac
don de nos luis puisse juger, le cas
chsaot. que les citoyens biUiens
t.iii les i u jix les meilleure
uos jurivtes les plus tris
volet?
Eit ce. encore, que la
j. 4 puissent teiever de leur juridiction lgislation uaujnale, a voulu que la ,
------de* crimes ou dlns responsabilit des insars de vio- }-ouvc\ ure au.r*,fc. "u e-Uenire
journellem'nt les do';nces du peur
parmi praticables, en raison de l'ignorance
sur le de leurs au'eurs d i la mentalit, des
macurs et des intr:s de la popula
gouverne tioa de Slial D3m gae Ea r.
daot au Cap-Franiis, TooSSSiri
----- avait
e e dtraite oar un trembletoent de
arre en 177J ; ce phnomne est
ceion.i u trs rare dans Pile de
5'o Djmiugue. Le Palaiadu Gou-
veme .ent avait t rebti en vue
du danger duu autre tremblent!
de terre.
\p.- i une revue da.e troupe* de la
ganiuau, le Gnral en chef ha ren
du au Palais don: les avenues et neut
ooeopes par 1 arme*
li entra dans le g and salon de
ception du Palais entoure de son
Etit major Le salon lut insiautau
neat ro.npli de vieitenra. La ii j ivei
ieur Gna-ai bb tioa au ci d'une
ableau centre de la pice et CO ivor
e d papiers ; pri di U tabl.i aj
trouvai, a^sis son eecrtaiie Ujux
luisaierj aun jucront lea vielleurs
le marque, le elergj d'abord- u
clerg dit Tonssaiat Louverture.
< le premier au de/air, la promu/a
l'bouaenr, faites e.jt er
Uj annji4 f cierge des Coin nu
us do Saint Mire, da Logaoe, de
idarebitaia e.c Apra les aaluta*
tio is da proUeo'e. la Pre Au ic-
cha, un p. re vnrable, accompa-
gne du i rico lui ma. es trente ene
pijijuuju que iui, pioieuta au 6e-
cretaire de l Mv^rcear des doco
mjnts scell. cj ite.ian'dea rapportai
sur les cj idm rates lrts liib;i.a.;s o; dOSOO^lM si pjrjije.
( A suivre )
J l< CHliSEi'
nos loin, le. c -s
re-
coure les cimyens et les 1
i, le.C's contre les croyens et les r*"""- <* mw* ;cui
> jouruaux desig is retombassent uui Ple ' el MOrott p s t prohibe
s qneme it sur l'autorit mi ilaire am4 BOsni possible At les faire caste-
a.7 mur bu*, de chai
bg,ra 8ouverr.emeut et il
|TJ* cemme suit, en son
*ComJ,ii aU<,n,at d lu UD ac e
*tilr u 0U cn3menc pour par
Ojsoinn|. 'xcuitoti de tes cimes,
Ssj.r" n aient pas ct cne m-
*olo fl pD*1 envisage aussi le
^dflmlqa,,i P"it de la rclusioi
^liM0,?'118 eQit ' complot, e.
fc ri" : "1! V a complot, d-
^Har * d'a'*,, *1 C0DCt!t
i ^"^ eutie deux conepir
ou au plu giUQd nombre
dfinit possible.
article Cela est si vrai que nous avons
trouv dans In Livre Bleu la trace
de quelq i s dmari lies tentes os-
ti'i.s bernent par le gouvernement S
fin, i; i'..mu ii-iu dans le V.e
doit h u'"'1'' du Prside de
au Pieadent
cttte
Sg'
geanc ioauffiaau e sans confl.t. Eu se 100001 dans
os loie, il a voulu l'Ouest, il parvenait i neutraliser ou
ces citoyens et j >ur i rparer tranquillement les erreurs
reppl dune flOn des Commissaires frariis. et i ob
'uor^r",l'trere',m%or?''''si' ** >-* .: ~-
1 suies approuves par ces Comnvs
Ju-qu' preuve du contraire, nous ?tir1c., l\JU!g'n"!* fnxcux <^
oyo ia q m le "'sident de la R- 'ac,l,,cr i" "UOO de? hommes de
<>h dar.iiHrua sa uce vers |ps franchises dmocra
cioyos q
pub'iquQ a
nb""
la R mbuque au Pieadent de? proccupa Ion-. Il nnni res e alors '''l^ts. Il prfrait ngliger les af
Etats Unis Lj gouverueme a hltjen exin n^r a'il a agi da-s la limite de '^"tes d'impt Unes seconda re, ijfa
ne peut doue prtexter d ignoraaca ses attributions, ou ail l>a a dopas de maintenir la paix, plutt que d.1
sur nette c,ueetiou at-a tt dans qnel! m sure; et enfin risquer un conflit av.-c le Gouverne
Cii-t donc une chose absolumei t q hs ..,!( mus la loi et la Consti ment frnaaia
renversante de voir le Chef de lltat Uiuon mnent dans c c>a la dis Toneaaint Loavertnre ni fiai |
lui mme s adresser 1 Occupation pcsitiou du paya.
Pour automobile*, mur tinta
sortes , m Henri U 11'.-. i.n \io%
el pow mwku uaoew,
llaile et (i lins*
Di nrenire quil, dr tanin*
nsifU la p'us our IreMt ann*
'/" yratiqn <.: cTsxprienot d A/-
6or II >irr,
Prixdefiaattoateconu ronooj
A. W- B%rrh <>ij 0>
Geo. Je^usaie
Etctu$iv uliaQ i eni
.lendursnceetilo gnrosit nsii-lRae du Moijooia le IKUt No yoT,


LE MATIN
-
Nouvelles Etrangres
PAR CABLE

OENhVE 17 L commission du
blocus et du dsarmement a adopt
hier soir une rsolution due a 1 ai
tiiti\e de la B''gqeie stipulant que
s* certains Etns estiment dsirable
d'ajourner part ciltremeot ou totale
ment les 10actions cor.om ques pr
vues par l'article 16 du pace. c h
serait remis 5eulenvnt dans l'intrt
d l'application intgrale des sine
lions ou pour tduire au minimum
les inconvnients de ces mesure>
pour certains E*ats La commission ;
adopt une proposition stipulant qui
la supression du ravitaillement de 1.
population civile constitue une me
.suie de rigueur devant intervenu
seulement en os d insullisjnce des
auties mesuns.
L'Assemble de la Socit des na-
tions ne se runira pas avant mer-
Cttdi. La commission des amende
ments du pacte terminerait la lin
ae la semaine prochaine son rapport
ont la discussion permettra de se
faire une ide gnrale de i'ensemb:e
dej amendements La commission du
blocus ne pourra cloie ses travaux
avant la tin du mois.
Une lettre de Mr Consentini, di-
recteur de l'Institut de Sociologie de
lutin, annonce au pisident de l'as
semble l'organisation piocbaine avec
le concours des syndicats industriel
ouvuers d un corps de 100,003 ira
vailleurs italiens pour les travaux
ces lgions dvastes.
fc PARIS 17 Les milieux politiques
tu .,. ii dciaient ridicules et odieu
ses les oblgations contenues dans lt
tlgramme de Mr Litvinorl a la d
na',011 commerciale des soviets a
Londres, pitendant que la trace,
aurait men 11 Po.ogae et la Kju
manie i pioliier des embarras rsul-
tant de la U.niue russe pour adres-
ser un u.umatum Moscou*
La commission internationale des
secouts de h Russie a aaop. l'u
nanunit le texte de la lettre adresse
toutes les puissances dsiieuses de
pait.ciptr cette action humanitaire
notamment aux Etats-Unis, l'Aile
magne, l'Argentine et au Brsil.
Ceite lettre expliquera ncessit d une
enqute en Kusie pour assurer une
aide durable, elle ajoute qu'elle (avo
.usera l'action de secours des organi-
sations prives et invite les puissau
I
ParaLeTempsettLes D b^t
disent que le gouverrerrent a :emand I
p\l actuellement into'm que Irsgoa
v-rnemints de Pari, et d Lendres;
sont pleinement dacrord surksdeux'
ooiots, auxquels la levedes sanctions i
conom ques est sibardo n4e i
la reconnaince piaUb e du con i
tr'e interalli sur la de'Lvrsnze des
passeports^" i l'eiercice du co:.t e
pralablement i ia dlivianci des di
es licences
Paris 18 Une dr.hs de M y.n
:e au Petit Parisien annonce? que_______
vlr Buihou, ministre de la gu-rrr, | ~ ^_____ _
voyageant a titre priv, ist aniv a A-146-Oiioz; jours aprs la
:e. 11 visitera Wiesbadea tijdali du 11 Dicerr.bre. date fixe pou-
TOUX, BJmGtSiTE, CATARRHES,
1,1 iliiMMa. IIl MB I I II II 1 I I '-' I 'lt"*W**^^^
Si vous commencez par
L'EMULSION DE SCOTT
srement vous n'aurez besoin de recourir
a aucun autre mdicament. Tandis que
si vous commencez par un autre mdicament c'est
plus que probable qu'il faudra recourir
L'EMULSION DE SCOTT
le paiement de et impt, il sen pro
Aoyai imti M Mn m
Cologne.
Or mande de Damas que les mi cJ contre tout r-taidataire. de -, ,. ,
h eux auto.iss syriens dclare.! que i coi indaut diusi'artideiK modifia u 1 ? "M"M
a dlgation qui, Gsaive, aeat ia cerne desu i Noos avons le plaisir .1 Miformer le commerce et le pub: o, m,
. niA, ^Milil .,.,.___ w>mmec oesiu u(je iarepnsederotreservice.de pa^e^rs de iVut-au-l'rDCh \'ei5
uule dlgation syrienne n a au S.. au derme, ,our pour le p.ie Avec Vos bant teamera, b:eu connus en lia,., riDCfc *
cun titre i cette prtention, lu font n,eV de 'a patente ou de l'imp' N.ckeiie Commfwyne
abseiver que Lonatala est ui agent )oc.t !e Receveur Communal tai Pfirjl Frelsr k Heodrik Prina rier' Ned>rlwW
1 Hussein de Loycal et que le* mem emrch ee dlivrer quittance au noua donneront* l'avenir un aervic > r.*gnlir, mensuel pour NewYa
Oies ne cherchent que l'occas.o 1 de lootrijuablf, il serait oblig d'eocsisl Os bati>nx toucheront la Capitale 8-ulement pok prndr* dei
faire prvaloir des ambition* polui j.cr t'atgenl et de lemettre sance per8 et la malle, et partiront d ici dire t^men' pour New-York.
.jus uaqaement personnelles. |enao e a l'intress une li'h- lia I ^fl B'eemer Comme-wyre attendu ici vers lt-7 Septembre serai
La coupe des voUureltes a t cou b isssfit paiement de ,'imrr. Cette ;,r;,,aier J { "Vfau ['"j ,
rut mjoard'hoi au Mans : 1- n ri h. .\uk.Ja. 1J L:L.\... !...!.?!'[ P/i^??Jj*J:f!PUry^.P'*'?.*?^willi
nent est le snivai
4111 a couvert le pai
rei ;2 minutes 17 secondes; 2me! l'oit iu-Princr, le 20 Sept. 7921
ruines, en } heures > 4 minutes u Dr ANNOUAL
econdes; 4eme S.-aguve en j h:u |
es j4 miuuees >t secondes,tous sur Le Magis rat Communal de
voitur;ttes Darid.q. li y avait 17 pari Poit-u P'incc
tints.
I'akis 18 Une grande manifesta
non a eu lieu a liiauiiz au ihcire
>ous la prsiJeuce d: M b ardj 1111
mstre de 1 instruction publique, .VlM.
SA'.no . am.ien pt-ident de Cuba
ci lairet, m mstre de l'A-geatme y
assistaient. M. Moursau, membre de
lait.lui, a tut une >.outeience sur
m..... i- _i.___ 1 ___ 1.1 1 "i r m- u 1^ ii u iii'iiui,,i iipt i' h nsur a t
Man s. le classe .1 bs sert change a n importe que.'h^al NfcTHFhlAKDb VNKbT INDIA MML Hue Fo, Fer Port.nl
ni: ter Ibomas inomfnt contre une quittance rgu-, _____ ________ ., ,ton,DI
ireours eu 3 h;u lie. :"": ~" ------1
Cacao Peters
ES VENTE CHEZ V c or Mtugous S non Vieux.LipjRiJ
L Preeizu Aggerholm,
ces i assister la runion de la eom
mission qui aura heu le Oitobie [gos Le veut souille de l'est et atiein
A liruxelles. {ta: vitesse de ;o a o ki.omtres.
Rappelle aiti Commerants et Indus
triels trangers soum.s au dro.t de
licence que, cor tjrmment i l'article
65 de la Loi du 13 Act .1903 qui
leur tait ob g'tion d adresser leurs
demande* d: licence au D pute
mtDt desFioarues du \tr au 20 Octobre
Je chaque anne, ils doivent taire, a
l'Adm.a s 1 -,..) 1 Communale, dans
le plus bel del-, la demande pies
dint la pauj lia compai Ucole lab'cH <}a ceili a P-evu larice
sc.eni.l.que franaise, taue de ds.n IWr*,**i1 d? ** U:tobre 1876.;
..esseuicui exceiS.t( A la science aile jtU > u i; :; ,
mande lecherchaat son exploitation 0
pour obtenir un instiument de tuer
|:e B exercent.
onnrcrrcc 1 ja .a i 5 Leur adresse exac-e ( Rues et
BRUXELLES- Le dpart de la Nos de leurs maisons de Com mrce
coupe tjoidou Dioneit jour ballons ou ateliers.")
sphriques a t donn a quatre heu ., o LtUl rationalit.
res u li y a 14 partants. Les sphn
ejues atterriront probablement 1 Cur (
ii^uai'les et sur les ctes de la Breta 0
1
Aj-;nt gnral pour Qitii Port au Prince,--
RUE DU QUAI
Socit Commerciale Hollandaise
Leuis roms et prnoms.
Le g.me d'industrie qu'ils
t. sont galement ob igs de pro " pwrir uanuouuor ., uwiiew ^u u
une t. ait. Il de la Loi du 24 O to le "mer i i\eptunus i au 17 d ce mots l s 1
re i876;avecles mmes ind Citions HoLrans Mit (Pi seuer) eo l|i houteille,
Au bnfice de liaudio
^ C'est ce soir qu'aura lieu, A Cin
Varits, la fte qui ae donne au
btsiii' lice de Candio, et nul doute que
le public n'accoure en foule appor ei
au chauaouQier national lu tmoi-
gnage de ton prcieux encourage-
ment.
Un aura l'occaaion d entendre de
motceaux de enoix ainsi que den
monologuea croles pleine eie verve
et u eaprit. Et Candio donnera n>
derntorea crations.
. A ce soir, A Cin* Varits.
.'
Syndicat des Bouchers
Nous.Bouchers de la Ville de l'or,
au Prince, remercions bien sincre
ment ie Magistrat Communal et h
direction du Service National d'Hv
gicne qui ont bien voulu nous pie
ter ItOia sympathiquesconcouis itui
aplanir les dilcults survenues d<
puis des |ours daus nos Iramadior
commetcialtt. lu le'our, nous [t.
prions de cioitt noue entiei di
vouement.
ROMT.MMF. dp SODA TLUGEL
-*" 1. .* **
X -
-
!
lTiaiipri.il
de


.
tf
-
F*
.i.
CUDGEL

Le Magistrat Communal
Port au Prince
V'ul'Arii debou Lx.elieDce Mon-
sieur le Prsident de la Kepubl que
en date du 1er Ac'. :oul p;oro-
g'ant pour IExercice if3i 19221a
01 du 24 0:iobre LS76 sur la Ke>
gt des Impositions b>ireetes ainsi
411e les articles 17, 18, 19, 21, 22,
2;, 24, 52 et 33 de la Lci du 3 Aot
1000 et la paie du tant de cette
Jrrmte Loi concernant ceitaines
ii;dustnes non p.e:\ u s par la Loi du
24 Octobre 1876 pici ce.
Rappelle aux coi.iubuab.es les dis-
mutions suivantes di la L^i du 28
Mai 1920 |
Art. tr Les : racles 18, 45,
.{cme alina et 411 de la Loi du 24
Octobre 1876 sur la Rgie des Im-
pc&itiODI Directes sont modifies
;unime suit :
Att. 18 La patente doit tre pn-
it, .haejue anne, du :er Octobre au
;i Dcembre. Toute personne sujet-
ti a la patente qui ne l'aura pas prise
;i:i!/.e ;ours apis la date du 31
Dccembte sera, sur la dnonciation du
Rtavtur Communal, eondamne par
lr h g* de Paix a uue amende de
0,^0 centimes par jour de retard.
plus 1 o^ i'u montant de la patente
qu'elle aurait d prendre.
Art, 4s L'impt locatif est per-
u i partir du 1er Octol e su 31
Dcetrbra par lt Receveur Commu-
nal, au lai fia de 1 Com m ne.
Dans le meis qui prc'e la d le
du 1er O.tcbre, le Buieau du ia Re-
cette Ccmmui:a!e enverra i chaque
contribuable non.
J. DAlLDEli, Upprsenlaot
Port au grince
4e pl;.'i-ir d'annoncer s^ clientle qu'elle vient ii recevoir]
erlicles .suivants :
Vm de Malair* (dd
ci dessus, les demandes de cert.fi als n,(/,r et *oui blanc), Gin (Wynan 1 Fockink) en c uclio is de 1 Uf
de leurs Commis, Comptables tt pro Cifjaies hollandns. Ciment en bai il bougies, aspirine en tube,
curaieii's liaogeis. |
Ceux qui ne si canfo mroat p.s
i ces dispositions ne rec v.oit pas
le etitificat ncesstire i l'ov-uttoi
deleur licence et scient passibls d:>
pnalits dictes.
1 oit ;u L'Ure, 'e 2- Sent 1931.
D.. ANnOUAL
Pharmacie Centrale
'roduiis de tcii'p. traic.hfw E'mlion promit? <\ wiqnto j
rdonniinrut Sf)icial>ls pou toute. les mafodie?-
E
fortifie
1
Un mois de maladie abrge
'.ctre Vie d'une anne. Le
GLOXOL permet d'viter
l maladies eu augmsn*
/j ferec de rsistance
de Vcrgcr.ismT
tant
' -r.- 1er ts c ni norveua
Con-r-'cscc .cj
Nour&afttutmi*
Peo couleurs
Suriucnage
La oure de GLOBOL
nujfuirntf la force ner-
veuse et rend aux nerfs
rajeunis toute leur ner-
gie, leur souplesse et leur
vigueur.

..'
L'OPINION MB
Se puis *ftxmt\
bol *t>rei' tfW
coiiv*:osccnce,.
\n gn-Sinlf on F*
roiwvsente H, P .
evelKnccdetouW
langueur. Cjj un
Inent aux *"%
manifeste une ._
incnl utile el
abrge I #?VU
.lillons asjsniW".^
d''
C# n'tlt pas mol qui lui U vritable lainqatut
"tn ce peiK /oesn d GLOBOL
Ancien tntern
Euw- 2rtSaV
tihrmaeie
li
Yaitia.il cy ttdei
Agents gKtuuu >eur llailx
.# ...
" -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM