<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAUX La grive in Bouchers on est la Maine? -, „ Cette ch toe r'a jamais appartenu a ia Commune. — Le Collector cl // n y a pas eu de viande aujourlhui, Cutlcrns l'avait mi e en vente a l'en les bonJws $itant nus en ^rive. On tu can.L'acqn-sition ayant ilaite par laj sait puqvo s'arrtera tel tat de eboPanama Line le p oduit de la vente j ses. Le Magistral Lommunal nous COm a t dpos la Ha que Nationa'ej mimique la lettre nuvante : au compte du Reciveur Gnral des; Port au Prii ce 15 Sep embre 1921 D ouanes. A Monsieur l'Ingnieur Charg du Seivue National d'Hygine Publique Monsieur llngnieu La give des bouchers commente "•'devant ,e 8 porte de la Douane. depui? mer rs.lte de ia mesure in %  • %  Sep.embre JWI a 10 lira. P i 1 M „ ,„.,. finie* avait d u matin, il sera procd la vente qualifisble que VOUS Olnce avait ( ^rch.nd.seo emprise dans le lerops et contre laquelle vantet l'avais proteste. Il s'agit; bien enten Atlicle ut du, de la saisie de la viande prove s ang marque et S,N 1 colis de bou nant d'une vache pleine de deux clei en mtal pour elle, mois. Sn marque et S|N Tbaireseuter Et, comme jusqu'ici, aucune solu Ks| haei 1 coli ; 500 eLveloppes lion n'a eit donne, il ieu esl suivi 1 non titre, une lotte peituibatiun ..e vitinaite E H H WW fouille* de papier non pus de peur, ail •* MMl9Mr' biDk of CftQada CQ !" % abattre les vaches ei Us veudeuis, '< co mmmm lMn am „ ta haussaai les pua des uureaui dan une piopuition tioibuantc, les bou chers oui d, poui sauwgaider leur mitais, eu aiiivet cule ir.esuie c*lietiic,t*poiaot a>nsi la populatio. eue pnvic de viande. Un ui ettl de chtscs, vous en cou vieuuttz UMC moi, lai Hl pujudi ciade, Uut aux uieits de ia popula ion qua CtltS de la Commune. Ln consquence, il y a lieu d'y anpoitei une solution rapide et ddi nitive. Monsieur LIONEL BERMINGfiv AUX CAYLS, Hati Reprsentant d'une grande lahri) que de moulins cauue,Disiilleri| et autres machines de^Glasgo' dont la renomme est faite|depui| longtemps, Offre ses services tous ceux qui dsirent avoir installation de Sucrerie. Dlitilleriefitc. — Conditions paiement tri§avantageuses. Longs urmes contre boni Garanties, tormes pour tlgramme j" . 1 cou : ooo feuiiiee d*j i ^italoi nie s et renseignements seront envoys sur dematt papier avec en iei. i Vente a f encan En vertu d'ordre de Mr L. IV Ma rie, Collector of Customa, aelou les article 59 et 101 de la loi Je doua iticle 101 C. S. RainBey 1 colis 1 raine avec enttes wharf fiasco. 1 colis 1 rame avec enttes wuart Hasco. F H H 1 clair-voie, 1 chiffonnier. boiasco ANC 1 boite: accessoires et pices L & t.M pour bicyclette li ti. Vol d caisses piodui s phar macemiques. 1 L. D R. 1 caisse de peinture rn > e P>vident en toncUon tait rlu en 1922. coniraiie oeot au rgime coutiitotiouuel auau* )l doit on lection et qui lui retuse la rlection immdiate V 11 adviendrait tout oouneinent que le Guet de l'Etat resterait conscutive inen, oozi ans au pouvoir, quand la CoustiiUtiou dont il a lui-mme do la nation tiouve qu il eut ete exo'i. Haut la dpasser huit annes c.onecoUvee. Creyez, mon cher Directeir. mes aiucres cordiali . Un ex Dpute d peuple Varits VENDREBl Les Mystres de iXew-Yok 1er, 2e et 3| pisodes En.ie G. 1 Clyde Steamship I Company Foreijn Services L s'esmer GREAT PALLS laissera Port an Prince le 17 Septembre pour N'f w Yoik via les roits rtu nord nienaot du f et pour New York et l'Eu ope via New Yok. Pour de piua amples rpnapi(;remants ou pst pri de s'adiesser a lo'flce de l'Agent gnral. Port au Frince le 15 sep'.emb-e 1921. EF. CIEMENTS. Agent Gnral Imprial Lite Insurani Company o Canada^ Par de lgeis verseunu) s annuel ^ous ro ivez assurer voini L'Imprial i ife assurance Comi of Car a du Toutes 3orles d'ftvftDtig'i : paiemeot de Jtvi lnd* 'n lous les 5 ans. lesquels diviuetdfs rapponeni 0;o d'iui n'a anrts iroi'i'iis, ob'en i MI (J*un emprun s'levanl jusqu')] du uioniai 1 tla ia Lelice. elc, snil gara tris par le Couver Canadien • Pour plus amplei renseignements, adres-ez vous Brandi Co BeprtcaUaBts pour Hati Rue Courbe, 12M *' mm. i t-:ft0 %' M 11 Knlie grsmma. prob. Sk|j O M B u t %  -. *• œ£ %  l'Europe .'•:. :i>^ cuT( SL9 Impalpable, adh*rznt %  "un rarf-itn •sTH I pOr (flicct, const.-Ve la fracheur de la tnMtO, embelli:, effee-: Us rtdoi dor.nc vsa teint de lya Poo< %  Tfmiltlyi .b'jitr**.'. et*;.1, r..-. i.jtu. '. rrt*I rtiiMt .... fj'iJwl (ulu.. • % %  •• '' r il .' WbC .!!• %  I"l-..'' i CJII lu." : • Fr4(lOutti ;m;*i /• %  M.n .-..w. tc.Jf r.T.ji._.-ff--." B 4 S • CX m— 2 a: *Sa5 %  h d 6 rntrTT rt.v.r.'Krtcm l|2 B B S Q f ^ oaxa-M lUOASn £ -o w %  fc u j l'Vfi x ^ ~ "Z. s < 3 *• i o "-S uQfi O 06 < Vaillant 4f/ouel i^enf* gnraux pour Hati V 1 V E II M O U T II C I i\ 7, A IV 0 %  " H 7£'f. Agent gnral V nr H( *** ~ • ^ • -•



PAGE 1

QuiiwiQ^ "*& *Vo 4178 Port 4 u Pruicn, liait! DlRECTEURPROPRJfij AIRE. Oment-MAGLOIBS H NUMIR') 20 CKNT1UFB Quotidien Vndredi 16 Septembre 192i* ^ Le hasard n'est que la mesure de notre ignorance. Les phnomnes fortuits sont, par dfiniUon,eeux dont nous igno rons les lois. vtata|HENRI POINCARb REDUCTION; liae Amricaine No, Itto Causerie constitutionnelle IITOUB eltay/ pae; il ne a'agii jjicuter aucune que ion consli moelle; nuis simplement de eau foCOUtlIU 110118, I Irouve lis tranche ment quieo avons eu trop-Pensez donc ; ,11105, 180 : 1807, 18 i, 1810 1,1846" 184. 185y, 180 J, 1807 ^187'J, 1888, 1889/1918. 01 multiplici e a t cause qu Mali u ion. tout en ayant cons i thoriquement un ftiche poui ialiiens, a, en fait, iuino l'autoi I la chose. Apia chaque rvolu ,Il fallait une Constitution nu I, pour rentier appareinmen d'ordre et la lgalr.. Cependau Motion en e:!t-mine, nou • toujours oubli d,< nous ei voir, est une iocou itutioi , qui tait devenue courante aioteaani que uous noua iroui en ficede tant dj Ui a accoiu cous pouvons philosopher avec quecertitude et dire que, dan. raod nombre de chartes coustiti Mlles, bien peu s.exphqueni. u ,inore humble avis celles d t de 1805, de 1800 et de 1810. imier luu; celles de t8u7 ..t 1 en second liou, et eolin celles ^•t IJB lois constitutionnelle* MJO, en dernier lieu. lu expliquous ce classement tooatitutiuiis de 1807 et de 1811 •qneut par la scnsion orgauiW Chriaiophe e* la ciauon imdiitiott du Njrd, Kta ird rpublicain il8U7 18 lu, en œOQanlique(l8ll-l20). iConeti u ion Ou 1849 s'explique cration du rgime imprial; %  lois constitutioui elles de 1V59la'axpli.iae:ii loul aussi bien pai nbliiseiueut de la Rpublique. i CoQbti utiou de Toussaut Lou e 0*J1; s'explique d'elle-mme lou tut uuaveaii que Toussaint %  MU crer en la distinguant du ttcolooMi frat-ais. JU>nitituuon de i8o est celle Jjpw de OfciSihues, elle releul poque aiusi que la syt laa gouvernement. Et la Lous| le 1800 se justifie par le jwement uu rgime imprial et gwioa de I* Rpublique. %  ' Constitution de 1811 s ex P*r les pertectiOi.neœeuts im %  we lottoduus cette poque %  J teg ui9 rpublicain, et dont fimpoiuui a eU U ciation "Uauabie des dput, panaOwormaib avec le Snat, ju, %  anibre unique,! exercice de JWarjCe lgislative. ^ feaum, a part les accidents ""W que constiturent succet nvement noire premier empire et le ucuue iafl leuce poliiique importai) te sur la faon dont notre eiie de ^ouvernemenis rpublicains ont ad uiuistr le p>ys, — nous somme ondes rpter qu'ont t pour t< uon.s inutiles les Constitutions repu Jli mes de 181 3, 1840. 18 il, i8/e i87, 1888 et 1889, Quant la Constitution actuelle de 191P; — qu'elle soit bonne ou .jueile soit mauvaise en el e-mme, on peut, au point de vue qu. uois occupe, la considrer comme une surprise; en ce sens que noue avons ciu jouer, ou on a crujouei •n notre nomle mmj petit jeu •t;...-ti-.utioi.nei de ucr.er puis a el t'acer des chartes sans y ajoutet oeaucoup d'importance; et brusque nem, il est aniv que ce n est plus >a anine chose. Du moment qu'avec la Constitutiou de IV 10, nous tions arrivs crer la forme rpublicaine du gou versement dans ses grandes lignes avec le rgime des deux Chambres, uous devions rester trauquules et ne plus introduite de changements daus notre charte constitutionnelle que par la voie franaise -ou amri came des lois constitutionnelles ou des amendements. Lo n de l. noua nous sommes ta s. chaque changement de dtail .connu neceasaire, a faire une Cons .iiutiui'. Nous faisons une Constitu non pour crier la ptsidence tempo taire de quatre aus; puis nous taisons unu autre Constitution rien qje pour tablir U prsidence vie, eu attendant que, drBirant revenir a li ptv.-idn e lemperaire, nous tas s.uns une nouvelle Constitution. Est-ce vraiment srieux? Et ne 'semble t-il pas. au milieu de conj maures ac uelles, que ceux qui uous observaient depuis longtemps aien vin >giu de prnliter de notre mauioconatt tuante pour faire chouer sur rftCll ce que, daus noire langage dclamatoire Imag, noua appelons le vafeseau de l'Etat. — sans prau: buis et en prsence de l'Etre supitne?., Nouvelles Etrangres PAR CABLI Les Cours losa Une Ml 11 Grai JJPtur tColumbi? venant de Ito, Sera Li Simcdt le '7 , l ] cc f 2 tonnes de marchan ll.. e i" Sera 'e mme jour J^oPUta. SanPedodeM, Val loa,in 8 0 la Guat] lou rtinque, | a Guayra. pour ^ l '';ti,teaN.w0 1 Je'n!,pre **"* C0M,tKL ALE I)HA11I RS Bi 4 hrurn P . no iWit ,CD,oa dts membres Ce matin est mort Ai. tissant notre ami le Gnral H.-lvtius Mtoigit, ancien Inspecteur en chef de la Police de Port au Pmee et un des membres les p.us Importants du B o; Nf.ional. — Le reg ett* dfont laitfl le so'jveo'r d'un homme serv ab!e et bon qui dans l'accomplissement de d'irente fonctions, trou va toujouis le moyen de concilier ses devoirs avec ses sympaihws, en respectant l'opinion des autres. Nous prsentons nos ^ympathituas .cadolances i U famille Maaigat. PARIS [4~Beats jo|o 56.^0 Sterlng 52 35 Dollar 14,06 7|7 NEW YORK 12— Sterling 5,6925 PfUC 14 49 L'Assemble de la Socit des nrlions a procd aujourd hui a la r leclion des u juges de la Cour permanente internationale de justice. Jelte lection a i con6rme par le Conseil de la Socit qui s'est runi n mme temps que l'assemble. Les juges lus sont les suivants : M Andr Weiss, France; M Max Hubert, Suisse; M John Basset Moore, Etats Unis; M. Anz lortl, Italie; vi.omte VinlayG-aade Brriagne ; M Yoiozu Olo, lapon; M Ruy Ba.bosa, Br sd; M. de Bus'amentr, Cuba; M. fVltamiM y Creva, Bspigjt; M.Myo m, Danemaik ; M Loier, Hollau • de La Po!ogn t U y htranie ont rpondu i Mr Hy <.ans, nl.tiveraent au projet du 3 S ptemb e sur le le glement de leur dillrend. La L thua nie accepte les grandes lignes du projet, miis estime que des modifications.sout ncessaires dans les fron tiies et l'organisation de l'aim/e Elle refus: de soumettre les affaires communes aux dlgations des deux parlements de la Pologne et se d clara prte 1 eprendre Ja discussion seulement sur la base de l'avant projet Hymans du 20 Mai. PARIS 14— L'tEx.e'.so dit que la comniissiOD internationale de se cours i la Russie, qui doit se runir demain, prononcera vraisemblable mem sa dissolution la suite de la rponse de Chitchill. Suivant une dpche reue par le Matin la question irlandaise emp cheiait Lloyd Georg; de participer a la ceifience de Washington. KOMh 14 — Launiversaire de Dante a t clbr avec entaousias me. Les difices publics sont pavoi ses et les journaux consacrent de> pages spciales au clbre pote. A Ravenne les ftes ont t particuli ; rement brillantes. Les banquets ont t nombteux, des discouri giori jantle pote ont t prononces et des crmonies ont eu lieu dans plu sieurs glises. PARIS — Le ministre du travail a j reu une dlgation des syndicats des ouvr.ers de l'industiie textile du 'no:d.La d gatiou a accept en priu ctpe une entrevue avec les dlgus de; pat on;'. Uae dpche ds Roubaix annonce que la journe a t olme, les sou lacgers o.-t repiis le travail dans la matine, plusieurs meetings ont t orgmiss sans incidents A la sortie. les grvistes esv.o:ts par les gendar mes o.it parcouru les quar'iers de la vu!e Di* troupes sont arrives pour protger les servit! pub''-$ et les usines La commission patronale del lindustiie textile de Rjub.< x t dej T urcoing a adjpt 1 l'unanimit i une i-o.uion dclarant que pour' >.!v raisons -onotuiques elle ae peut revenir sur sa decis.on d abaisser les s.laires. Elle ajoute que les scrtai ICI ouvriers rdamao 1 maiotien zberger. WASHINGTON Le gouverne ment amricain prit aouveile initih tive en envoyant aux puissances intresses la liste des sujets susceptibles de la discusaioa. La liste se borne grouper des questions gn raies sans envoyer dans des dtails. PAKISDapti une dp lie d An gora les turcs contre attaquant l'aile droi e dispensrent deux b:igades grecques sur l'aie gauche. D apr* le violents combats les lurcs occu prent les positions grecques corn prenant trois lignes ds retranchements. A U UoinuiMie Uu coalit a clat entre l'Officier Conseil prs de la Commune et le conseil Communal a propo>du Budget i2i-ia22 qui a t vol sans ta participation du Mijor Lmory.— • 3 sait que depuis quelque temps, toutes les recettes et dpenses de I. Commune sont cociti.es par un othcier de la Gendarmerie. Le Magistrat Comnauaal veut ailranchir la Commune de cette tutelle. D'e le coeffr. Lopmioa est que l: Dpartement de Ultrieur n'approuvera pas le .<,, Budg %  t sans qu'au pralable il ait t ans. accept pas l'officier-con^il Ft r..i", VAIAI Sus publions avec plaisir la Uttre wttunb qut ext>o<, quelques comblera110ns nouvelles sur h question que nom niMIMiH l autre jour'* 1.8 Prsideoi M le li Mpiiijip N'est pas rligible Mon th:r Directeur. La proximit de l'expiration du nandat prs.d.n.iel ea notre m'ortu B pays1 semble avoir pr ipit les ^ pr.tsdans une ag utiou L uict e r„^h V er a C ? r,a,aeS 4ues.i 0D q s ou ont chapp i nos cons> 0 ,l, 4u ? Admettant, sous b! b:e d inventaire, la vracit de ce quisecopoite. ,.-raesuis plac en acedelinterrogat.o suivante le prsident a.tu.i d Hait, e,l .1 : mQ , utement rebgtbie t Dsire „* U sa isfaire ma cunoiit, j ., con fiont la Cons. tatioo qa/'rL": £ sentement la Rpublique et a t promulgue le Itfnin LOig, A ^onsntution de i8g 9> SOU s I emp tt le laquelle le snateur Dartigueive ISt prem ie "5S Cette Constitution da \U& a tblil c Art. 9o -Le Prsident de a fSnn blique est lu pour sept toi; K " onction le 15 m?, t *%}*£% §W fUdfra un inttroatle 'le te. pi Voici la d apoaition corrnaKM, 1 1 !, : Le p fei j deiit deJa accept pas l'ofcier-consed. Et l'otfi ci*r conseil ne l'acceptera pas. Le Conseil Communal qui n reviendra pas sur toute la cet e a flaire a donn heu se Huuverl Me M i 8t c,etc" probablement daas la ncessit de se ii,-.i, iJri ide t retirer. rilifibl. 1 Las deux pactes constitutionr-eln instituent donc la rlection „ eat annlirah a a ,% u r A.u... n .r" i.uuuat vjui ne "'t. !" IL son vote, aprs R *PoWique est lu pour otMtaa* correspondance laquelle m JSJ S n 'onction le j 15 y a, **t immtiiatemrxt •— — %  % %  —1 Avis Me J. B. W. Fiancis,avocat a une commu ncaiion importante & faire t applicable BU Prsident Dartigu, Dav '• Je rpond ainsi : 8U§ x nomm" Joseph "Mace, Mis "de IbBtf Ms twSif! foudIC Qta! de prsidecuel, enti autre celui d% '. L,... %  uXThlii'fci


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05478
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 16, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05478

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QuiiwiQ^ "*& *Vo 4178
Port 4u Pruicn, liait!
DlRECTEURPROPRJfij AIRE.
Oment-MAGLOIBS
H NUMIR') 20 CKNT1UFB
Quotidien
Vndredi 16 Septembre 192i* ^
Le hasard n'est que la
mesure de notre igno-
rance. Les phnomnes
fortuits sont, par dfini-
Uon,eeux dont nous igno
rons les lois.
vtata|HENRI POINCARb
REDUCTION; liae Amricaine No, Itto
Causerie constitutionnelle

Iitoub eltay-/ pae; il ne a'agii
jjicuter aucune que ion consli
moelle; nuis simplement de eau
foCOUtlIU 110118,
I Irouve lis tranche ment qu-
ieo avons eu trop-Pensez donc ;
,11105, 180:, 1807, 18 i, 1810
1,1846" 184. 185y, 180 J, 1807
^187'J, 1888, 1889/1918.
01 multiplici e a t cause qu
Mali u ion. tout en ayant cons
i thoriquement un ftiche poui
ialiiens, a, en fait, iuino l'autoi
I la chose. Apia chaque rvolu
,Il fallait une Constitution nu
I, pour rentier appareinmen
d'ordre et la lgalr.. Cependau
Motion en e:!t-mine, nou
toujours oubli d,< nous ei
voir, est une iocou itutioi
, qui tait devenue courante
aioteaani que uous noua irou-
i en ficede tant dj Ui a accoiu
cous pouvons philosopher avec
quecertitude et dire que, dan.
raod nombre de chartes coustiti
Mlles, bien peu s.exphqueni. u
,inore humble avis- celles d
t de 1805, de 1800 et de 1810.
imier luu; celles de t8u7 ..t 1
en second liou, et eolin celles
^t Ijb lois constitutionnelle*
MJO, en dernier lieu.
lu expliquous ce classement
tooatitutiuiis de 1807 et de 1811
qneut par la scnsion orgaui-
W Chriaiophe e* la ciauon
imdiitiott du Njrd, Kta ,
ird rpublicain il8U7 18 lu, en
OQanlique(l8ll-l20).
iConeti u ion Ou 1849 s'explique
cration du rgime imprial;
lois constitutioui elles de 1V59-
la'axpli.iae:ii loul aussi bien pai
nbliiseiueut de la Rpublique.
i CoQbti utiou de Toussaut Lou
e 0*J1; s'explique d'elle-mme
lou tut uuaveaii que Toussaint
MU crer en la distinguant du
ttcolooMi frat-ais.
JU>nitituuon de i8o est celle
Jjpw de OfciSihues, elle re-
leul poque aiusi que la syt
laa gouvernement. Et la Lous-
| le 1800 se justifie par le
jwement uu rgime imprial et
gwioa de I* Rpublique.
' Constitution de 1811 s ex
P*r les pertectiOi.neeuts im
we lottoduus cette poque
J teg ui9 rpublicain, et dont
fimpoiuui a eU U ciation
"Uauabie des dput, pana-
Owormaib avec le Snat, ju,
'anibre unique,! exercice de
JWarjCe lgislative.
^ feaum, a part les accidents
""W que constiturent succet
nvement noire premier empire et le
ohe noos pouvons due que a tottat
epublicaine est co i* animent rette
:omm le type courant du gouvei
ement hatien. Et, comme le gou
ernemeut rpublicain h itien si
est, on peat le dite, sans change-
ment autie que ceux qui ont pu te-
nir la diffrence de temprament
les Chefs de gouveinemeut, en
laulres termes, comme les diffre
ces constitutionnelles nool exerce
>ucuue iafl leuce poliiique importai)
te sur la faon dont notre eiie de
^ouvernemenis rpublicains ont ad
uiuistr le p>ys, nous somme
ondes rpter qu'ont t pour t<
uon.s inutiles les Constitutions repu
Jli mes de 1813, 1840. 18il, i8/e
i87, 1888 et 1889,
Quant la Constitution actuelle
de 191P; qu'elle soit bonne ou
.jueile soit mauvaise en el e-mme,
- on peut, au point de vue qu.
uois occupe, la considrer comme
une surprise; en ce sens que noue
avons ciu jouer, ou on a crujouei
n notre nom- le mmj petit jeu
t;...-ti-.utioi.nei de ucr.er puis a el
t'acer des chartes sans y ajoutet
oeaucoup d'importance; et brusque
nem, il est aniv que ce n est plus
>a anine chose.
Du moment qu'avec la Constitu-
tiou de IV10, nous tions arrivs
crer la forme rpublicaine du gou
versement dans ses grandes lignes
avec le rgime des deux Chambres,
uous devions rester trauquules et
ne plus introduite de changements
daus notre charte constitutionnelle
que par la voie franaise -ou amri
came des lois constitutionnelles ou
des amendements.
Lo n de l. noua nous sommes
ta s. chaque changement de dtail
.connu neceasaire, a faire une Cons
.iiutiui'. Nous faisons une Constitu
non pour crier la ptsidence tempo
taire de quatre aus; puis nous tai-
sons unu autre Constitution rien
qje pour tablir U prsidence vie,
eu attendant que, drBirant revenir a
li ptv.-id- n e lemperaire, nous tas
s.uns une nouvelle Constitution.
Est-ce vraiment srieux? Et ne
'semble t-il pas. au milieu de con-
j maures ac uelles, que ceux qui
uous observaient depuis longtemps
aien vin >giu de prnliter de notre
mauioconatt tuante pour faire chouer
sur rftCll ce que, daus noire langage
dclamatoire Imag, noua appelons
le vafeseau de l'Etat. sans prau:
buis et en prsence de l'Etre su-
pitne?.,
Nouvelles Etrangres
PAR CABLI
Les Cours
losa Une Ml 11 Grai
JJPtur tColumbi? venant de
Ito, Sera Li Simcdt le '7
, ,l]cc f2 tonnes de marchan
ll..e i"Sera 'e mme jour
J^oPUta. SanPedodeM,
Val loa,in80- la Guat] lou
rtinque, |a Guayra. pour
^l'';ti,teaN.w01Je'n!,pre
**"* C0M,tKL ALE I)Ha11I
RSBi- 4 hrurn P. . no
iWit ,CD,oa dts membres
Ce matin est mort Ai. tissant
notre ami le Gnral H.-lvtius Mt-
oigit, ancien Inspecteur en chef de
la Police de Port au Pmee et un
des membres les p.us Importants du
B o; Nf.ional. Le reg ett* dfont
laitfl le so'jveo'r d'un homme ser-
v ab!e et bon qui dans l'accomplis-
sement de d'irente fonctions, trou
va toujouis le moyen de concilier
ses devoirs avec ses sympaihws, en
respectant l'opinion des autres.
Nous prsentons nos ^ympathi-
tuas .cadolances i U famille Ma-
aigat.
PARIS [4~Beats jo|o 56.^0
Sterlng 52 35
Dollar 14,06 7|7
NEW YORK 12Sterling 5,6925
PfUC 14 49
L'Assemble de la Socit des nr-
lions a procd aujourd hui a la r
leclion des u juges de la Cour per-
manente internationale de justice.
Jelte lection a i con6rme par le
Conseil de la Socit qui s'est runi
n mme temps que l'assemble. Les
juges lus sont les suivants : M An-
dr Weiss, France; M Max Hubert,
Suisse; M John Basset Moore, Etats
Unis; M. Anz lortl, Italie; vi.omte
VinlayG-aade Brriagne ; M Yoiozu
Olo, lapon; M Ruy Ba.bosa, Br
sd; M. de Bus'amentr, Cuba; M.
fVltamiM y Creva, Bspigjt; M.My-
o m, Danemaik ; M Loier, Hollau
de
La Po!ogn t U y htranie ont
rpondu i Mr Hy <.ans, nl.tiveraent
au projet du 3 S ptemb e sur le le
glement de leur dillrend. La L thua
nie accepte les grandes lignes du
projet, miis estime que des modifi-
cations.sout ncessaires dans les fron
tiies et l'organisation de l'aim/e
Elle refus: de soumettre les affaires
communes aux dlgations des deux
parlements de la Pologne et se d
clara prte 1 eprendre Ja discussion
seulement sur la base de l'avant
projet Hymans du 20 Mai.
PARIS 14 L'tEx.e'.so dit que
la comniissiOD internationale de se
cours i la Russie, qui doit se runir
demain, prononcera vraisemblable
mem sa dissolution la suite de la
rponse de Chitchill.
Suivant une dpche reue par le
Matin la question irlandaise emp
cheiait Lloyd Georg; de participer a
la ceifience de Washington.
KOMh 14 Launiversaire de
Dante a t clbr avec entaousias
me. Les difices publics sont pavoi
ses et les journaux consacrent de>
pages spciales au clbre pote. A
Ravenne les ftes ont t particuli
; rement brillantes. Les banquets ont
t nombteux, des discouri giori
jantle pote ont t prononces et
des crmonies ont eu lieu dans plu
sieurs glises.
PARIS Le ministre du travail a
j reu une dlgation des syndicats des
ouvr.ers de l'industiie textile du
'no:d.La d gatiou a accept en priu
ctpe une entrevue avec les dlgus
de; pat on;'.
Uae dpche ds Roubaix annonce
que la journe a t olme, les sou
lacgers o.-t repiis le travail dans la
matine, plusieurs meetings ont t
orgmiss sans incidents A la sortie.
les grvistes esv.o:ts par les gendar
mes o.it parcouru les quar'iers de la
vu!e Di* troupes sont arrives pour
protger les servit! pub''-$ et les
usines La commission patronale del
lindustiie textile de Rjub.< x t dej
T urcoing a adjpt 1 l'unanimit i
une i-o.uion dclarant que pour'
>.!v raisons -onotuiques elle ae peut
revenir sur sa decis.on d abaisser les
s.laires. Elle ajoute que les scrtai
ICI ouvriers rdamao 1 maiotien
etvre hs ouvriers et les patrons s*
rait sunerllue et ne ferait qu'aigrir e'
' t orolongar le co M t
LONDRES 14 Venlralos ancien
premier grec pousa i;ier Mademoi
[elle. S:liilizzi fille de l'hotn ne d'af
If ire yec & Loodroi. La crmonie
IrargieoN a eu heu sujoard taui
lAprl un voyage eu liretagne le
koupl" s embarquera pour I Amri
que cii VenfZtloi parlera en faveur
jd^ la Socit des Nt'loot.
DUBIN- "Le Dali'- approuva U
i nomma ion dea plnipotentiaires
nour ngocier avec les reprsentant
.britanniques snr le rghcool de la
pues i ni irlandaise au cas da 1 ojsi
I li A d une confrence.
I BERLIN Le "Stawa Zeiyung"de
1 Munich dit qu'il "audra ii 3 semai
ns avant que le nouveau cabinet
puisse re forme. La socit bava
toise doit tre coivoq-ie et les n-
gociations avec Berlin sur les points
en litige doivent re cootiuues. et
e. fia U dcision des par i -s polili
q ea doit Intervenir.
Ce joumai ajoute que Us conaer
valeurs anviaroi* so tt anxieux ds
prolonger la priode d incertitude
dans l'espoir de reraat're von Kafr
au pouvoir-
L'Echo de Hamkjurg signale que
le goral Erhardt est Hosenheim
( Haute Bavire ) et qu'un grand
nombre de ses anciennes troupes
ont quitt Hamboug
Des anciens membres de la brigade en act vite D I.
Erhardt, sont souponns d'tre
impliqus dans ls meurtre d'>zber-
ger.
WASHINGTON Le gouverne
ment amricain prit aouveile initih
tive en envoyant aux puissances in-
tresses la liste des sujets suscep-
tibles de la discusaioa. La liste se
borne grouper des questions gn
raies sans envoyer dans des dtails.
PAKISDapti une dp lie d An
gora les turcs contre attaquant l'aile
droi e dispensrent deux b:igades
grecques sur l'aie gauche. D apr*
le violents combats les lurcs occu
prent les positions grecques corn
prenant trois lignes ds retranche-
ments.
A U UoinuiMie
Uu coalit a clat entre l'Officier
Conseil prs de la Commune et le
conseil Communal a propo>du Bud-
get i2i-ia22 qui a t vol sans
ta participation du Mijor Lmory.
3 sait que depuis quelque temps,
toutes les recettes et dpenses de I.
Commune sont cociti.es par un
othcier de la Gendarmerie. Le Ma-
gistrat Comnauaal veut ailranchir la
Commune de cette tutelle. D'e le
coeffr.
Lopmioa est que l: Dpartement
de Ultrieur n'approuvera pas le .<,,
Budg t sans qu'au pralable il ait t ans.
accept pas l'officier-con^il Ft r..i", VaIai
Sus publions avec plaisir la Uttre
wttunb qut ext>o<, quelques comblera-
110ns nouvelles sur h question que nom
niMIMiH l autre jour'*
1.8 Prsideoi M
le li Mpiiijip
N'est pas rligible
Mon th:r Directeur.
La proximit de l'expiration du
nandat prs.d.n.iel ea notre m'ortu
B pays1 semble avoir pr ipit les
^ pr.tsdans une ag utiou Luicte
r^hVeraC?r,a,aeS 4ues.i0Dqs ou
ont chapp i nos cons e U prparation et de | di? ,'s
notre dern. e Constitutio, !!
Limprm.on. du reste, s'attache
corrlaltvemenUi^avrelaboieus.
complexe et dlicate qu'est une cons'
ututton comme toute ln-ilat n
qu, s'labore dans la h edKe sauver
une soci en nro e l'auarchS -
Vins soaoe fatalement une heure o
^fa.tsenurlancesai. de co iR
une ftotr., de comb er une IacunV
impu-ab.es a u rapiJl, seule du
temp-:. *
le trs judicieux art.cie du .Matio.
du de ce mois, relatif 4 Jiricoost.-
tuttonnalit de notre Loi lecl,rae
mme fjjn;
vous vous expliquerez, probable-"
ment' pourquoi j attire ici, sur un
point constitutionnel imposant la,,
tention d: nos concitoyen i si pr-
occups, i ce que je constate cha-
que |our. dune rlection imme
aiate du prsident Dut.guenave
tllil d'assurcr' ^00, cette
rlection, on ne oarU de rite de
oins que daJres.es a faire liarje
par le peuple en ce moment dans
une protonde dtresse, et que dl r
^ocat.ons de fuoetionnaires publiic
qumau.-aieot pas voulu se p.ter i
ce procd ancien dan, nos ,nurs
>>0,,l,4-u" ? Admettant, sous b!
b:e d inventaire, la vracit de ce
quisecopoite. ,.-raesuis plac en
acedelinterrogat.o suivante le
prsident a.tu.i d Hait, e,l .1 :mQ,
utement rebgtbie t Dsire*
U sa isfaire ma cunoiit, j ., con
fiont la Cons. tatioo qa/'rL":
sentement la Rpublique et a t
promulgue le Itfnin LOig, A !
^onsntution de i8g9> SOUs I emp.tt
le laquelle le snateur Dartigueive
ISt prem"ie "5S
Cette Constitution da \U& atblil
c Art. 9o -Le Prsident de a fSnn
blique est lu pour sept toi; K
" onction le 15 m?,t*%}*%
W fUdfra un inttroatle
'le
te. pi
Voici la d apoaition corrnaKM,
1 1 !,: Le pfeijdeiit deJa
accept pas l'ofcier-consed. Et l'otfi
ci*r conseil ne l'acceptera pas.
Le Conseil Communal qui n
reviendra pas sur
toute la
cet e a flaire a donn heu se Huuverl MeMi 8tc,etc"
probablement daas la ncessit de se ii,-.i,iJri*ide*t
retirer. rilifibl.1'
Las deux pactes constitutionr-eln
instituent donc la rlection
eat annlirah a a,% urA.u... n .r"
i.uuuat vjui ne "'t. IL -
son vote, aprs R*PoWique est lu pour otMtaa*
correspondance laquelle mJSJSn 'onction le j 15 y a,
**t immtiiatemrxt
1
Avis
Me J. B. W. Fiancis,avocat a une
commu ncaiion importante & faire
t applicable bu Prsident Dartigu,
Dav ' Je rpond ainsi : 8U
x nomm" Joseph "Mace, Mis "de IbBtf Ms twSif! foudICQta! de
* prsidecuel, enti autre celui d%

'.
L,- ... uXThlii'fci


le maux
La grive in Bouchers on est la Maine?
-, ______ Cette ch toe r'a jamais appartenu
a ia Commune. Le Collector cl
// n y a pas eu de viande aujourlhui, Cutlcrns l'avait mi e en vente a l'en
les bonJws $itant nus en ^rive. On tu can.L'acqn-sition ayantilaite par laj
sait puqvo s'arrtera tel tat de ebo- Panama Line le p oduit de la vente j
ses. Le Magistral Lommunal nous COm a t dpos la Ha que Nationa'ej
mimique la lettre nuvante : au compte du Reciveur Gnral des;
Port au Prii ce 15 Sep embre 1921 Douanes.
A
Monsieur l'Ingnieur Charg du
Seivue National d'Hygine Publique
Monsieur llngnieu
La give des bouchers commente "'devant ,e,8 porte de la Douane.
depui? mer rs.lte de ia mesure in Sep.embre JWI a 10 lira.
Pi 1 m ,.,. finie* avait du matin, il sera procd la vente
qualifisble que VOUS Olnce avait (. ^rch.nd.seo em-
prise dans le lerops et contre laquelle vantet .
l'avais proteste. Il s'agit; bien enten Atlicle ut
du, de la saisie de la viande prove sang marque et S,N 1 colis de bou
nant d'une vache pleine de deux clei en mtal pour elle,
mois. Sn marque et S|N Tbaireseuter
Et, comme jusqu'ici, aucune solu Ks| haei 1 coli ; 500 eLveloppes
lion n'a eit donne, il ieu esl suivi1 non titre,
une lotte peituibatiun ..e vitinaite E H H WW fouille* de papier non
pus de peur, ail * MMl9Mr' biDk of CftQada CQ%
abattre les vaches ei Us veudeuis, '< ,-----co mmmm lMn,amta
haussaai les pua des uureaui dan
une piopuition tioibuantc, les bou
chers oui d, poui sauwgaider leur
mitais, eu aiiivet cule ir.esuie
c*lietiic,t*poiaot a>nsi la populatio.
eue pnvic de viande.
Un ui ettl de chtscs, vous en cou
vieuuttz umc moi, lai Hl pujudi
ciade, Uut aux uieits de ia popula
ion qua CtltS de la Commune.
Ln consquence, il y a lieu d'y
anpoitei une solution rapide et ddi
nitive.
Monsieur LIONEL BERMINGfiv
AUX CAYLS, Hati
Reprsentant d'une grande lahri)
que de moulins cauue,Disiilleri|
et autres machines de^Glasgo'
dont la renomme est faite|depui|
longtemps,
Offre ses services tous ceux qui dsirent avoir
installation de Sucrerie. Dlitilleriefitc. Conditions
paiement triavantageuses. Longs urmes contre boni
Garanties,
tormes pour tlgramme j" -
1 cou : ooo feuiiiee d*ji^italoi nie s et renseignements seront envoys sur dematt
papier avec en iei. '
i Vente a f encan
En vertu d'ordre de Mr L. IV Ma
rie, Collector of Customa, aelou les
article 59 et 101 de la loi Je doua
iticle 101
C. S. RainBey 1 colis 1 raine avec
enttes wharf fiasco.
1 colis 1 rame avec
enttes wuart Hasco.
F H H 1 clair-voie, 1 chiffonnier.
boiasco
ANC 1 boite: accessoires et pices
L & t.M pour bicyclette
li ti. Vol d caisses piodui s phar
macemiques.
1 L. D R. 1 caisse de peinture
rn nusoicutous, reicv. z. Monsieur 1 lu' Montbrun EUE
gnieur, .ns salutations distingues
DrANNUlML,
Al.gulut Lommunal
Retour de
Mes Lespinasse
Encanteur public
La Crche
Socit de protection de
l'Enfance
AVIS IMPORTANT
Les Membres du Conseil d'Admi-
nistralon ei lesMembres Fondateurs
de la Uche, sont pris de se runir
Nous avons t heureux de revoir le mercredi, ai Septtmbre courant,
les sympathiques Mes Ed. de Lespi- a neul heures prcise du matin,
nasse et son ftils Pierre Eug. de Les- dans les salons de la Prsidente, Ma-
pinssse revenus de New Yo k o ils dame Veuve lancrde Auguste, au
taient rendus la suite d'un acci- Bois Verna, en vue des mesures im
dent dont ils tedouiaieot les suites portantes piendte pour le bon tonc
iAchtuses. Nos excellents amis sont tionnement de l'iJtuvre.
Poit au Prince, le IJ Sep. H921
eu paiiaiie sant; nous leur sou-
haitons une cordiale bienvenue.
recevoir, pendant sept ans, une in-
demnit annuelle paye par le T et or,
ttndis qoe la Loi un lai e de 1918
accorde les 24000 dollars pendant
quatre aua seulement.
2 Le Praident Dartiguenave n'a
pan cess de ee reclamer de la Cous
uiutiou de ltfb'J, notamment quand
il fut agi de avoir si on lui ferait
la premire pplicat.on de aa dure
du mandat ptesidentiel oe la nou
ve.to Cooatitutton*
Elle ue devait point avoir d'tfTet
rtroacif
De par la rlection de votre der-
nire Loi suprme, le citoyen prsi
dent peut garder huit aus la haute
direction de l'Etat, teinpa qui,en ra
lue, ne saurait qu re eiceaail aua
yeux de ceux ayant labor et vot
cette Loi.puiaque. trouvant trop long
le septennat de la prcdente Couali
union, ils lut out substitue quatre
uns saut la possibilit d une prolon-
..iti-i de quatre autrea anueea. -
A cet gard, il impoite devoter que
le ru " atucle 72, dj 1 appui te en
partie, dcide que ; c Un Prsident
qui a t telu ue peut l'tre poui
un troisime mandai jusquce qu'un
dlai de quatre aua ue auit coul
I a sunibcatioo de cet alina et
nue I* Consutution eu vigueur n'a
naa ciu devoir aller au del de huit
annes conscutives pour l'occupa
tion de la prsidence. Or, qu ad
viendrai 1. > >e P>vident en tonc-
Uon tait rlu en 1922. coniraiie
oeot au rgime coutiitotiouuel au-
au* )l doit on lection et qui lui
retuse la rlection immdiate V 11
adviendrait tout oouneinent que le
Guet de l'Etat resterait conscutive
inen, oozi ans au pouvoir, quand
la CoustiiUtiou dont il a lui-mme
do la nation tiouve qu il eut ete
exo'i.Haut la dpasser huit annes
c.onecoUvee.
Creyez, mon cher Directeir. mes
aiucres cordiali .
Un ex Dpute d peuple
Varits
VENDREBl
Les Mystres
de iXew-Yok
1er, 2e et 3| pisodes
En.ie G. 1
Clyde Steamship I
Company
Foreijn Services
L s'esmer GREAT PALLS lais-
sera Port an Prince le 17 Septembre
pour N'f w Yoik via les roits rtu nord
nienaot du f et pour New York et
l'Eu ope via New Yok.
Pour de piua amples rpnapi(;re-
mants ou pst pri de s'adiesser a
lo'flce de l'Agent gnral.
Port au Frince le 15 sep'.emb-e
1921.
E- F. CIEMENTS.
Agent Gnral
Imprial Lite Insurani
Company o Canada^
Par de lgeis verseunu) s annuel ^ous ro ivez assurer voini
L'Imprial i ife assurance Comi
of Car a du
Toutes 3orles d'ftvftDtig'i : paiemeot de Jtvi lnd* 'n
lous les 5 ans. lesquels diviuetdfs rapponeni 0;o d'iui
n'a anrts iroi'i'iis, ob'en i mi (J*un emprun s'levanl jusqu')]
du uioniai 1 tla ia Lelice. elc, snil gara tris par le Couver
Canadien
Pour plus amplei renseignements, adres-ez vous
Brandi Co
BeprtcaUaBts pour Hati
Rue Courbe, 12m
* Farisiaua
a
A vendre
Matriaux de loute prmi.e
m ... auslil; provenant d'une dmo-
La grande ptca Binuureuse de H.de {;10/'' ...*
Clerc, mise eu scne par M. Violet S'adresser rue du 'ai, [Nol/2/-
Papillons
i),500 pieds
Fera les dlices d'une salle en-
bouaiasme, voyant drouler les
aspects de la vie daus l'apillou
Bunc, Uleu et Noir Les io!es pnn-
cipsux sont tenus par Mr Margin.
Mme Nie, Mlle Hacliel Dovuis.
Aubert Journal
indit fera le complment du
V'
'
^1
r-j.

.; ,. l. % ,
m>'
mm.
i
t-:ft0
%'
M
11

Knlie
grsmma.
pro-
b. _
Sk|j
O M
B u
t
-.
* i S -m m
G. 1
Avis important
Les abonns qui avaient com-
muniqu la Direction du Ser-
vice Hydraulique, cou Ire rvus,
des dOflWLM'i concernant leur
droit d'eau, sont piis de venir
les rclamer au bureau de la Di-
rection Gniale des Travaux Pu
blics en apportant le reu qu'ils
dtiennent la place ues dits do
cumeuts.
Port au Prince.le Usap'. P.-12I
Avis de dpart
Les dpches pour New Yoik >'
l'Europe Gorges seront fennes demain aa J
meoi 17 du courant i tires pr- '
ci'es de lai rs m di I
- 3^
O _- T
K ^ 3 o

& un
i 1 a ^ 2
? .a .s s
z-
X
u.\m,'0 m * z
_ .3 S ce a
oD'-*<8 3 -j -r.

j
m
u

K
[Q
in
i
Vu
tjjfc*

y-~r.
Poudre
Idale
a
VH.
V-*^- V ^E:ac
^' W >.':. :i>^ cuT(
SL9
Impalpable, adh*rznt
"un rarf-itn
sTH
I
pOr
(flicct, const.-Ve la fracheur de la
tnMtO, embelli:, effee-: Us rtdoi
dor.nc vsa teint
de lya
Poo< ' Tfmiltlyi .b'jitr**.'.et*;-.1, r..-. i.jtu. '. rrt*- I
rtiiMt .... fj'iJwl (ulu.. ' ''
r il .' WbC .!!
I"l-..'' i Cjii lu."

: -
Fr4(lOutti ;m;*i
/M.n .-..w. tc.Jf r.T.ji._.-ff--."
B 4 S
CX m 2 a:
*Sa5 * h d6- rntrTT* rt.v.r.'Krtcm
l|2BBS Q f ^ oaxa-M lUOASn
-o w fc u j !
l'Vfi
*
x ^ ~
"Z. s <
3 *-
i
o "-S u-
Qfi
O
06 <
Vaillant 4- f/ouel
i^enf* gnraux pour Hati

V 1
V E II M O U T II C I i\ 7, A IV 0 *"" H"7'f.
Agent gnral Vnr
H(
*** ~
^
-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM