<%BANNER%>







PAGE 1

MAI IN Celui uui achte L'EMULSION DE SCOTT achte b meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion do Scott) JUBOL Laxatif physiologique, le seul faisant^ rducation fonctionnelle de l'int^nu # %  Service Hydraulique Avis important Les fbonoi (jui ivalon' conv muniqu' ld Direct 01 du Service Hydraulique, contre lei.us. des dor.un en's cou ce liant leur rlroil d eau, sont p K;S de venir les rclam rau bufjji d la DiloMice d e rAgent gnr .i. rection Gn aie des rravuxlrii| i>nn BU F-noCe le 15 septembre blies en apportant le ru qu'ils 1921. Clyde Steamship \ Foreicjn Services Lsteamer cGKEAT FALLSs lais sera Poil ffl Piioce le 17 Sertembr pour New Yo k via les rort< du no ri pre> ant du (et pour Ntw Yoik e l'Eu'o-e via New Ydk. Pour 1e rlus rmples renseigre man'i < a pt pri fin s'adresser 1 Dcs LOmpaUlJ helemVi p Marie C'eJftTtorejf Lacro'%, drdeh *l eif auront lincet a-'' midi,— le rrnvoi parir> de I n a'^nn rr.nru^ire, ue v Cenlr* Ne 728 rour e rend'f I B si % N pl me S ncre-: ondol-nc" aux n-ert prouv' &f p 1 i u i"rr ent i Mr H D Li* Pn'on Mrl'p Ca'hrine Bron ( t a ci I res Couba. dtiennent a la rjae ut dits do cuments Poil au Prince.le 13 1 p*.HSll EF. CLEMFNTS. Agent Gnral A vis Lsj Vriusro If La MalSSAKI Nil tNiejlfi |wiir %  sjjr a Heures an local 1I1 |l Sacil. iliic Liiuarrr ( derrire le Sminaire NIUKASTHtiNIC. FAtBUCf CHLOROSE, C3ILI TC ROB dt DESCKIENS tir l'tllto nMHh B.j*nrt9iir du Sanft prnc.rit N do Isoorieux eflon d un hom me qui a vcu et qui a ce inpr 1 la >i-, i livre 4 8t vivant ditiS I UM de celui 'jui ie lit. il es 1 des pnges d'an livre qui deiueurmt terntl'en ont, • ncr*Fairemeuttre corrpiU Un' doit sooltnr avec fon livre, et (.leu 1er av*>c loi. et vivre avtc celui qui l'a fait %  ai'. La il li' ue l'crivain est sacre, car ce qu il crit tant la chair de SIHH'UI palpitant doit taire vivie •a la nourrissant toute une ligne d'hommes qui pensent. ||Le iivre, c'aat l'ideOn fait trop peu de caa da l'ide dans le monde | et cependant c'est Ile qui gouverne' •t doit gouverner les peuplesLt ainsi lea livre sont trop peu lu-. 11 ••• %  t au immense dorait *ge Il est des livres qui ne ont pas l'manation sincre de laie d un omm %  et ceux il ne aot ras des livres dans la pore acception du ter me. Un livre pour tre In. doit tre Beau et la beaut rside enrtoutdans de nous apprendre la mott de noue la sincrit soient A. du Bou quel dcd ce mal'u livre auquel on s attache pro Xlil cure d iotimea a ispititnelles s.tis i tSIatin p CIO nd• SUZY UORAC lie .1. P. W Fisnrip, avocat a une 00m""uni'a ion HT portant a fsirp aa roiriin* Jourt'li Marcel, li'a de Mar K Vaiver. r 4 a Port au Fiince le a Mars IMW. t COMMUNICATIONS A t Acadtmte ie mdecine (}| drtmttn IM. A I Acadmie dei Sclencti m jm B JO,?"'* Constipation Entrite Vertiges Hmorrodes Dyspepsie Migraine • JUBOL Eponge et nettoie l'im-s. Evite l'Appendicite tir Gurit les Hmorrda. Empche l'exct 4'emhb. Rgularise l'IianveeNal L'OPISION MEDICALE : • I no* nrtre* ivurni pi quelque* compr ptrttl pr 1 .11 rlaMii-ue PI a oupleue, -.-ris iiVnTtii ~" la n-**oiiri-(ilo b n'-eiluratloii Hii,iin. „". rompiiriii-rlka oi, Vit"2 JSU i ireirr* ivurni p. n „^ M| wrm># d.Juboi. rrndrT |S*J 1 al "':. .'f 1 '*. ''irue* t | d,, uS3 l.\-i.-ic roM\i>l^ v -/,. d, u rurrL d Monipini^ Klabli*<-nients CkalPlam, . ruf de VaknriMii.' ri luuli". pliauntile*. JUBOLITOIRES: HmornilJ %  upposiloirea aotlbmorraeiquea cal| d'jL Bepprlnani i.' 11. • %  |:' sat, r-" -• •" VIA, n-nin* sate* COU -'.6 "VE. : a a aMuhH 1 V,#*lll • % %  n- t''!' Grand Htel de France P. P. PATR1ZI, propri!aire Ortrc. tous les jours, un menu M ci I q;:i sera fttfieM t .us Ijs matins f* qui portera- ptrt la d'y |OaUo i des plate, le pu dt chacun d'eux. u ... Dectt^ faco^ Us rl-enls poiriont vrnr djeuner au tit*i>i KiTKL DE FRANCE on le prix seront la poite de toutes les *' 0U,:,efi X J II Le menu complet avec via toujours a un dollar, wm Cacao Peters ES VENTE CHEZ Vie or SaW.Rons, S mon Vin L^p i. PLiEETZHASX\GGEW\Ou Panama Hailroad tahip Lins. Service de fret et de passagers \ew-York Halil Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920 Prerant expdiions directes pur l'ii glelerre PI l'Europe et >ic2-vera. Coiincxnusj] b'eaux New York, le i-lus rapide M le p!us dir-ct semee de et pour 1 buroj-e. unj a. E. Psrerro**, General Frei: h Agent, 'J, State Slreei, New Yoik \. ly-— *bi PM 30 destination l'exception du Miel. -, OItlr Un dpart par semained* New York directement pour Port PU Prince et un autre mo s pour tous le* ports dilai i. — Seu'envnt pigtage de pieu ire Cl i 1V sont nos agents dans les principaux por s d E irope et d' < n k l iene nnyleterre. Ecoxxe vt France : MM. G.W. Shelden # ( o, 11\ James Street Live pool, Emjlnd j Copenhague, Danemark MM. S.EBendlx i* Co, "2t, allegade. Copenhag Gnes Italie : M M Henri Coe Clerici, Piaxza S. Malt* 15 Cnes Italie Christiania Norvge : International Spedilionsselskap, Christiania Hambourg AU* magne: H. Vogemann, Hatnboufi Gothtnbourg Sude : IKodhh Express, Gothenbourg le feivice de Panama liue entre New Yotk et Hain, en vue des >eta d'une Qtiiiti coostaiable, et est la voie la plus rapide par laq itre xpdies les cor.naisserc' nt couvrant fat pour New-Yo k avec option le Htvft. Bordeaux ou Auvers seront livr arrangements — f voi ma.chandtse F* qui se sont laqu:lle de livraison.soit la X* 0. B. THOMPSON, A •"*££ -Hfa!?* 1 V E U MOU T 11 G 1 N Z A N 0 Ad \ M4 !" f 4 gnral po"? m



PAGE 1

xfrjlfi&mt*. N*> 4177 Port i Prince, LUiti piflL CTFL' RP ROP RJ Al ta*. Omeof-MAGLOIR IINUMMW '20ciNTlteF-S Quotidien Jud* 5 Septembre 1921 In pays ne se sauve que par des aetes de foi et de confiance ru l'intelligence et en la vertu ae quelques citoyens, EPNEST RENAN RtCACTION; Rue Amricaine No, 13.b POLITIQUE TRANGRE la Conirence do desarmement — Tf— Fur ce, I Ar yU terre et l'I u'ie tewrde paiiiciper la coof Nr li lirai atioo des armep.opoae par M. HsruinR, iljtdPi Ests Uni*. La Chine piDvoy ion approbaiion. U nioivre. La date de la coof ia Pacifique peut tre fixe lacentAu sujet du pro mme de la Confrence stoos tout les yeux une noie meneaine o il est dit in>g• ton mandat, il ne parti Miraclement U Coof ffi* IOQ discours douver \t f? lirera el dlguera ae J u Hu i he . --ist probsble • ". Elia Root. FJJf* amricain, la propo -, Hrdio 8 ie accueillie £M vive sympathie. Le Gon JWe hmreux dtre sorti %  pariode d obstruction Us U s'embourbait depuis 'te snateur Lqdge ausa> ''denuiih*, mais il eioit fiOQ'des 'arminnta oa ••aie re rsolue, si elle %  J* ncessaire dans tous le %  "•r L Lodge, que I aune arme aeaex foi tr m ifafa 'dX-Rd.r'g IQ'D la Nouvelles Elraugres PAR CABLE •f menl des mthodes roj iniree de 'administration diplomat que. et d %  re que le prsident Uardtog s af tirme par sa proposition hmorique n homme d'Etat de premire va leur. Si le prsident parvient vaio •re ainsi la prtlleuse course aux armements, il aura bien mrr de humanit et il aura russi l o le lsident VVileou n'avait rien pu &f aliaer de positif. C est aussi l'opi ion de la New York Tribune'. qui dit tex^tuellem.nt : -Le prsident -t MHughee se sont attaqus au problme de la paix d une faon iiltereote et meilleure que celle eui uloye par le prsident Wilson Il serait intressant de connai re /opinion du prsident Wilson lui mme sur le projet de son succs eur S il veut loyalement la paix — i il ne oous est pas permis d'en JoQtex — il doit l'approuver, mais ce serait b aucoup exiger de aou amour propre que de vouloir qu'il eu fasse l'aveu public. Ce qui doit oous iutreeser par iessue tout dans cette proposition, /est qu'elle mane dee Etats U me .es Cours PARIS I2-S'erling 57.64 Do'lar 11,79 NEW-YORK 12—Sterling 1,71,11 F anc 135 0 WASHINGTON—D'aprs un rapporC n-j du dpartement du ro n mrce. les exportateurs amricains sont i galit avec les al'.einanis sui '•* march de l'Arg*oUne, malgr lt b>s prix des maisons allemandes L4DNDRES— Une commun Cal| • officiel le annonce qui Lloyd Q*nti rr n Boland, scrtai'* de Va'en • PAHis 13MrJueaertod, erfebii ? fi,h l ^ 4,f **. ! ntf V'? >B / 1 di,€ sadeurde France Washington a! ,r < t 4 1lfi ** rc!iI,,J j ' <0, • •rsid hier l'ininguration du mono j** renC8 des ••ptaeotania doSainl i nent lev i Si Kienne la Q)4moi 'oumeii'ait au Daii Aiuam ltm%  e des morts de la guerre Dm* u n de Lloyd Geoige. discours mouvant, l'ambassadeur a| MADRID— Uo communiqu of remerci les amricains qui, en ver ciel annonce Toccupauoa au Souk uantinoaitea.oat ab' la gue. ; rD a d'o les Mauroa s'enfuirent TJ^USSSBT 9 d UD0 ^ \ 9 **ZS m de aornbreux luse,du Suivsot 'L'homme libre-'. l*Ao t. it gleterre proposerait a la France •£'*• Untversa'.. o'gme du et Tltahe une runion du concom e Kjmanoaes, continue 1 tim eeil euprne d ma la premire cfiiu ; orcuve de jugement d'une gtandr /une du.vobie pour dlibrer ^.jrj c lairvoyance au sujet d; la poluiqulaanAs'iona d'O.ient. Une dpche de Lile dit que I situation est station naue le coi ni de grve a au-oria la reprise do ti avait daos certains services pub'nt et ou elle a 1 approbation niniuoi britanniques Cest ,a conte S-hu? llaaUtQi e8t ,n0It 8UJOlH reuce des Dominions qui a eorvi, tm* iiMtitut H o.o m A d'amorce au projet Ha7dg Ceti, | i^ H T*to*w !" !" to* confrence a d|a eu une uttuenje Par J* l nmi 10RI ai,,v8 norme sur M. Lyoyd George. DoHuiAP^iT— iina nn a ^o u u~„ puis quelle se runit, on a peine '" .dwe w alhs Sl m? SS'nl ifoir Ullile dQa lw vaemeots du Bai chapp la pernicieuse mtiusnee genlautqui ont t amens par l'exaij. ratiou de la pjoulaliou. L*iinjo> eestrapproiie 8 ,bilit d'isoler los comitata et ht, la des groa hommes d affaires Grande tire agnt. Il des Jtam Unie, il a tendu la nain j;2£2ai* d Tla geodarmeri M. de Valara, et il a e juaqu s'a| u note n arnre la percevoir de 1 existence des lui es au point d'envoyer un gnral au glaia en visue.daus un uainp oatiu usliste. C'est tout Tiiapriansme' n 1 tanuique deM. Lloyd "George qui a mesures pr. ses par le g^veiuineut souligne I. dfaut' d aComplidsament de rv'.uat'iori d.e larauya par la Youg.nU vie et blU. me la {erme decis'ond'ext cuter; ie nait de Vruoon.miis rel te Q.llemnt eape par cette tVU ^e W ou.re l'ebU-raton d'un nou fhce, U B.omiuioni qtu y p%iua V e* ordre dorei ^Iqs (e CftlQe. L'espoir qui nat eit donc rel et prisse amricaine, elle]de meilleure qualit que celui qui •ctli ntuant i l'Hspagae U ajoute que ds lors, U jiob t ne ne peut tre plus clair. A'iHhNES—Un communiq'At of h:iel du 10 dit que uoiy. avons re Si i..: M |a!j :,. „,, >. "" C fa cadrais pu ns ci mi Sercei tosdooi r^o Staii le lphii a luleins CjaaaJ e courbe u rronitoui le poidt le m vienaiati tn tounaai csnesierie] cha a,. >ije pouvait eafia drriaer leipenaesi 1 |o il m 1 u permis il'eaaucer ici Vam*. iv-s nmadm V'oluotci teraleai r.-jli>ej,. Bainctj :<; 6 Juillet IOSI OJ ald Il): l.i \ EN PASSANT LE RIRE Le Moxn u i*enl tAUUne depclie de ferlin ? u aunoace que le mimstie pub i; ba--P ttM des kltii u <" wpoitwtei con dois a etaou que les deux asBassi()s! l ie coUe 1W l cy,rc aile de Krsbarger sont Henri Schrubz ancien oflioier et Henri tiillasen.ai cieu oflicierde maruie, rsidant : Muuicli et qui ont fait uern*W de la So Nous aroni constat hier que les "i% Mr vWrte, de gu de 1 Austa travaux d'embelliisemsct du-^nd • nftlfoia la toi de lAustrahe :_.... I,-... A1. ...i h.J.i. I\.. le gauche -T:-.— 1 1 1 V l i iiiiiieut homme de lettres nous vi.^i(d j* M Paulgris, par Pierre .point au aaut e ls' ru? Dams Des d n u fjJJ:*. de8 Ne,,0 o. H 9 :*nsidir. ce qu'il touches, prs du Laaoraioi A.. T fOUtnrs, pici uu *.aui MM irnea qna j'ai vu tom Coicdu ont r commenc ^ rrracease Louise d rM wA : t \* hutte du Dr toire du D 'prconis l'arbritege, reor^i^^au. en vue de P eDUOn de8 e "? to l T\ de YD u x recevoir le buste du Dr Destouchei. P*r Fili ntiine do -. 'Wlant.i; oguesLiBlire. ^•nawea, Paul Fort. s wvfesvji. jeune ^arc3Q deyrav pour h a^oe Mv ta cbnfrence du r,-ajihque. H % demand que la eo ciete prit U direction geura'^ au a n rii.mn.air Ces ravaui 80 ! r ? D n*f *H.. ? 1 m de cUto prit u direction Beurala au UonToSu l ,arch: t' cte 4 ^ l \ S P 1,ieV, t S ? ouvnent en fsvei ir p?. M? t uMUisiire !portan\ les p'o i^ aettr'a' seront p'ac< Uehory, de toi aa'Canada, parla n la tormente; distance et relis pir dei chaIao."s dialj i-tntnl sens ht ae fhciti du Le monument sera olaci anuiiiieu.ieeflUt ob'e'uJb tout Le monument sera placi ai uiiiea § 1 eVltatt ohfe'hu. pari fiiui da t wff* No,us D* 'uV^ oaus arrive l'minent LJinmr 'de let'.ies Syrien, Monsieu Hanan Kbj/, t es connu d>£ le monde littrair*. Monsieur ^aU:* sexprim: ave, usai v a plusieurs langues et ex pautt| pat sei compatriotes ici, corn..Auu hooin. ie grand mrit, V a.€'A^ publiersesentreruei *vec Ex>tsi. dautres hautes personnalits. Monsieur K,ab* e-tt cllaHorateo r le plusieurs >outaauiLuiop B .ai,e; A ,.souhaitons la bienvenu: i du rond wint.' % %  a w 6(2^ "eue devrait aiivur k l0Q homme mari devrait lUBI ienna femme devrait homme de 45 ans d 1 ana &> itc. ,^ tout BHIr, Varits VENDREDI Les Mystres d NewYqi-k 1er, 2e et 3a 'pisodes -Egtrffte, : & i Mr vyeliiDg-.ou J^oc> qlgoi 4a 1% ce ho'.e dtsiingu et faisons des voe u hihe> eoregfstra to critiques t t les, pour qu'il empoite un souvenir tari tl,Gitauons adesses au Coa,aii etjible de son s*;our ici. r oQ.au liorn-nage a l'ac'ivite de la f g?>.'ft comoaiisiou dei ar m 3meute. L'iasimlile a reuvoye une coin, mission u.e proposition deir^anuant I emploi de l'espranto comme jjin. gue inieraationale. La co'mmiRiiau 1 du pacte riooiralnerait pas de plana; l'tat de guerre avec Teiat donna aux Aujourd'hui est l'anniversaiie de membres de le Socit le d'oit de -'ludpendance de Costa-Rica, Gurlaoclamer l'tat de guene a regard mala, Handura, Nicaragua et Sin djj violateur. Salvador. iituitM-raf lires d'inipend ince Aujourd'hui est i'ai souvent vu des geni qui ii_'••', et tarement j'ai trouv leur ire Moere. le rire est co qui iao •roche le plua l'homme da la foUa ar souvent la cause en est ai mincsi raele f isa le nant. Et celui ui,i 1 sans raison est un fouJai lu quelque/pan que • | e rire adiq ie q a *ea a'arrte U superlicie ie la choaa loit on ourle" m elle' ai 1 on approfondiaeait la chbaa pour laquelle ou rit, on en vaudrait •.lnourrir que cet: chose pr e plu d. pleurer qu' rire. Le rire smcer. i(:rerjnt j) l'ai trouv, je e rpte, et quand je lai r.uuva. ttall oh i I homme qui H u -apnro •lie le plus de la ua.me, lie. l £111 lie Lenteur, qui et.t la ainplicit n ne ru loujours slncremai;, sou sarveaa restreint ne s'elavaitt pas ncore la peiiidie <\*% ohosea. L nomaas s raple et primi;it,lui aussi. un me Iraoc et naturel qui ne eau rait tromper. Mais le ni* convanuoiuel. Id r ra •el quoa t'admet dam le mojde.aa;. '.--• famentaoleBien souvent, l'hommo qui m C1 : ie derrire cette grimace on sau ,{lot qui sm monte a la gOMM II ru jercaqu il voit rire. U5i que le mjet irai ost tenu poar ritible! 11 il comme pa.lUase, m'.is alors il icaae mordM et sarcaatique, il n :ane la. Couleur de ne plus kvoir On parle souvec* de la gyit eau oise, riuue et aal^qul lait que loi, sepaue. Hwiloa jamais parM i une rtualeur piOverJwaJe, qui f 11 jotvei; lea larmes itncefee ? S ceci jrouve bien l'maoi 6 du rire et ju'un aeniiiaant pour tre sincie tHcit km mtime. Or, le rire n'est p iQtima il aiiiat tu , 1(U| nit4 f J i est pas beau H. ne p< u eu e Sih me ta. vain, lea larmea ao^ luellablemaut bellee. et de mme lo aourire Car le ajunre p.ovieiu d u dlicieux santiment da l'ami 11 e t candide, ou doux, ou jayeux, ou n vrant. ou mma trag.que.ioaia il est UftU. Le rire tant l'effet d-unn cf>aa dispropoa-tioone, est infneuaau sourire et aux larmes qui ruviea nenl d,uue ciiose sentie. Les norires clans daa eHfAeta,les sounres rve, rs des weg#. lsa 1 ir m.48 des meces.lea larmes des dsea i a .. sutau. de ^aura clos^s . jarr'in cmtoauu*^ d s mes.antant d >• Iburs qui ne mruient pae, m.n< deoenrent perptuUlemani tnfouiesj au f)nJ des COMH sereinsLe livr6


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05477
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 15, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05477

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
xfrjlfi&mt*. N*> 4177
Port i Prince, LUiti
piflL CTFL' R- P ROP RJ Al ta*.
Omeof-MAGLOIR
IINUMMW '20ciNTlteF-S
Quotidien
Jud* 5 Septembre 1921
In pays ne se sauve que
par des aetes de foi et
de confiance ru l'intel-
ligence et en la vertu ae
quelques citoyens,
EPNEST RENAN
RtCACTION; Rue Amricaine No, 13.b
POLITIQUE TRANGRE
la Conirence do desarmement
Tf.
Fur ce, I Ar yU terre et l'I u'ie
tewrde paiiiciper la coof
Nr li lirai atioo des arme-
p.opoae par M. HsruinR,
iljtdPi Ests Uni*. La Chine
piDvoy ion approbaiion. U
nioivre. La date de la coof
ia Pacifique peut tre fixe
lacent- Au sujet du pro
mme de la Confrence
stoos tout les yeux une noie
meneaine o il est dit
in>g ii(|Qe et vqste. Le prsi-
irdiog veut que les question*
itJ:re traces dans toute leui
r, avec l'eapoir de pouvoir
Prier ou lea classer en cat-
dinries suivant la lpercub
pmdiaie que leur solution
ifoirmr la paix du monde,
este cote, lea deux quea-
les armement navul et
terrestre doivent tre
tjiiie temps Enfin, le
iot des S, au Unis ne tera
uq i a la pa ticipatiou
wrene d'Etat, aotrea qu
lemeot invits par le
leur prsence aux d-
u'Ue,
18e encore que le prei
0| pro joncera lui mme
n 4 ouverture. Mais, dsi
lecueil auquel le prei
i est heurte au point
!> ton mandat, il ne parti
Miraclement U Coof
ffi* ioq discours douver
\t f?lirera el dlguera ae
JuHuihe. --ist probsble
". Elia Root.
FJJf* amricain, la propo
-, Hrdio8 ie accueillie
m vive sympathie. Le Gon
JWe hmreux dtre sorti
pariode d obstruction
Us U s'embourbait depuis
'te snateur Lqdge ausa>
''denuiih*, mais il eioit
fiOQ'des 'arminnta oa
aie re rsolue, si elle
'J* ncessaire dans tous le
"r L Lodge, que I
. aune arme aeaex foi tr
m ifafa 'dX-Rd.r'g Iq'd
la
Nouvelles Elraugres
PAR CABLE
f menl des mthodes roj iniree de
'administration diplomat que. et d
're que le prsident Uardtog s af
tirme par sa proposition hmorique
n homme d'Etat de premire va
leur. Si le prsident parvient vaio
re ainsi la prtlleuse course aux
armements, il aura bien mrr de
! humanit et il aura russi l o le
lsident VVileou n'avait rien pu
? aliaer de positif. C est aussi l'opi
ion de la New York Tribune'.
qui dit tex^tuellem.nt : -Le prsident
-t M- Hughee se sont attaqus au
problme de la paix d une faon
iiltereote et meilleure que celle eui
uloye par le prsident Wilson "
Il serait intressant de connai re
/opinion du prsident Wilson lui
mme sur le projet de son succs
eur S il veut loyalement la paix
i il ne oous est pas permis d'en
JoQtex il doit l'approuver, mais
ce serait b aucoup exiger de aou
amour propre que de vouloir qu'il
eu fasse l'aveu public.
Ce qui doit oous iutreeser par
iessue tout dans cette proposition,
/est qu'elle mane dee Etats U me
.es Cours
PARIS I2-S'erling 57.64
Do'lar 11,79
NEW-YORK 12Sterling 1,71,11
F anc 135 0
WASHINGTOND'aprs un rap-
porC n-j du dpartement du ro n
mrce. les exportateurs amricains
sont i galit avec les al'.einanis sui
'* march de l'Arg*oUne, malgr lt
b>s prix des maisons allemandes
L4DNDRES Une commun Cal|
officiel le annonce qui Lloyd Q*nti
rr n Boland, scrtai'* de Va'en
PAHis 13- MrJueaertod, erfebii ?fi,h l,^4,f **. !ntfV'?>B/1di,
sadeurde France Washington a!,r<*t41lfi ** rc!iI,,J j ' <0,
rsid hier l'ininguration du mono j**renC8 des ptaeotania doSainl i
nent lev i Si Kienne la Q)4moi 'oumeii'ait au Daii Aiuam ltm-
e des morts de la guerre Dm* u n de Lloyd Geoige.
discours mouvant, l'ambassadeur a| MADRID Uo communiqu of
remerci les amricains qui, en ver ciel annonce Toccupauoa au Souk
uantinoaitea.oat ab' la gue. ; *rDa d'o les Mauroa s'enfuirent
TJ^USSSBT9 d'UD0 ^ \9**ZSm de aornbreux luse,du
Suivsot 'L'homme libre-'. l*Ao t. it ,
gleterre proposerait a la France '* Untversa'.. o'gme du
et Tltahe une runion du con- com'e Kjmanoaes, continue 1 tim
eeil euprne d ma la premire cfiiu ; orcuve de jugement d'une gtandr
/une du.vobie pour dlibrer ^.jrjclairvoyance au sujet d; la poluiqu-
laanAs'iona d'O.ient.
Une dpche de Lile dit que
I
situation est station naue le coi ni
de grve a au-oria la reprise do
ti avait daos certains services pub'nt
et ou elle a 1 approbation
niniuoi britanniques Cest ,a conte S-hu? llaaUtQi* e8t ,n0It 8UJOlH
reuce des Dominions qui a eorvi, tm* iiMtitut h o.om. a
d'amorce au projet Ha7dg Ceti, | i^HT*to*wto*
confrence a d|a eu une uttuenje ParJ* l nmi 10RI ai,,v8 '
norme sur M. Lyoyd George. Do- HuiAP^iT iina nn a ^o u u~
puis quelle se runit, on a peine '" .dwe w alhs Sl m?
SS'nl ifoir Ullile dQa lw vaemeots du Bai
chapp la pernicieuse mtiusnee
genlautqui ont t amens par l'exai-
j. ratiou de la pjoulaliou. L*iinjo>
eestrapproiie 8,bilit d'isoler los comitata et ht,
la
des groa hommes d affaires
Grande tire agnt. Il
desJtam Unie, il a tendu la nain j;22ai*dTla geodarmeri
M. de Valara, et il a e juaqu s'a| u note narnre la
percevoir de 1 existence des lui es
au point d'envoyer un gnral au
glaia en visue.daus un uainp oatiu
usliste. C'est tout Tiiapriansme' n 1
tanuique deM. Lloyd "George qui a
mesures pr.
ses par le g^veiuineut souligne I.
dfaut' d aComplidsament de rv-
'.uat'iori d.e larauya par la Youg.nU
vie et blU. me la {erme decis'ond'ext
cuter; ie nait de Vruoon.miis rel
te Q.llemnt eape par cette tVU ^e W ou.re l'ebU-raton d'un nou
fhce, U B.omiuioni qtu y p%iua Ve* ordre d pem n ayant d autre t^ut u^ue qe voir ^ion iiaeralha.;
a paix rgner non seuleuiuii u
tiurqp, maie, da/u le uftqnq'u entier,
pouf pqyVoff v^vre |j*ttii>orei
^Iqs (e CftlQe.
L'espoir qui nat eit donc rel et
prisse amricaine, elle]de meilleure qualit que celui qui
ctli Pile qm s'caite ai heuieJNido ,a .
internationale. 11 ne manque pat 1
l'occasion de se faire dlenseur ar
dent de la po i ique de collaboration
franco -espagnole dans laquelle 1
ot pour Tcspigne la seule sauve-
jarlr de ses inte ?s Au nom de la
polit que, il re ;rete que l'Eipgn
at repouss l'of((e faite par sou am
bassadeur Paris Le Diario relve
l'artcle du capitaine paru dansMan
:bester Guidian dclarant que les
frariis et Ici espagnols Ofi prati-
quaient pas une politique de meliiu
.e, ailant jusqu viter la commu
ucaiion des inlurmations les plus
neuses pour leur propre acariU,
e dsastre du H M ne serait pas sui-
venu Le Diiiio oppose .-1 cette Uao
g: ultirm.tion son opmon nette
nent expnme dans la presse tttfl
;aise que la France n a aucun ini
rt a voir surgir le Maroc comme
.(oisime pui tana ,sub>ntuant i
l'Hspagae U ajoute que ds lors, U
jiob t ne ne peut tre plus clair.
A'iHhNESUn communiq'At of
h:iel du 10 dit que uoiy. avons re
Si
i..:
m |a ageatillalaueue 1 voi&auce la^ra.
"S;, fue l'aatei ('aarara ouvrtnii n Mupire,
levknOrtttUl iu.tr ac mon cliini le plu, ociu.
Ji i'*M s rjisi-t-o; i; *e.-rti niaslcaui
U nun q uuJ 1 1. 0.11K1I et t oui d* t *ur U
(lut latine y ri ra)-oi >!j :,. ,, >. ""C
fa cadrais pu ns ci mi Sercei tosdooi r^o .
Staii le lphii a luleins
CjaaaJ e courbe u rronitoui le poidt le m
vienaiati tn tounaai csnesierie] cha a,.
>ije pouvait eafia drriaer leipenaesi
1 |o il m 1 u permis il'eaaucer ici Vam*.
iv-s nmadm V'oluotci teraleai r.-jli>ej,.
Bainctj :<; 6 Juillet iosi
Oj ald Il): l.i \
EN PASSANT
LE RIRE
Le Moxn u i*enl
tAU- Une depclie de ferlin ?u
aunoace que le mimstie pub i; ba--PttM des kltiiu<" wpoitwtei con
dois a etaou que les deux asBassi()s!lie coUe 1W *l cy,rc aile
de Krsbarger sont Henri Schrubz
ancien oflioier et Henri tiillasen.ai
cieu oflicierde maruie, rsidant :
Muuicli et qui ont fait biigade Krt:sr^'4 a'aout aetivemeot
"3...CJCwTj." Les membres dune fa
mille de lierlm chez laquelle ils on
sjournes ont t arrtes,'les papiers
1 lfcri| p
!?wsud
ktil est Roi, par J.me
ilotiifiufhou compromettants ont t saisis-
UeMOUtlieS GINEVE- Dsnal;aoda d'au
' jjurd'hui de ,!>uern*W de la So
Nous aroni constat hier que les "i% Mr vWrte, de gu de 1 Austa
travaux d'embelliisemsct du-^nd nftlfoia la toi de lAustrahe
__:_.... I,-... A- 1. ...i h.J.i. I\..
le gauche
------t:-.---------1------1------1----------------------------
Vli iiiiiieut homme de
lettres nous vi.^i(d
j* M Paulgris, par Pierre .point au aaut e ls' ru? Dams Des d*n u fjJJ:*. de8 Ne,,0o. H 9 :*nsidir. ce qu'il
touches, prs du Laaoraioi
A.. T fOUtnrs, pici uu *.aui
mm irnea qna j'ai vu tom Coicdu ontr commenc
^ rrracease Louise d rMwA:t \* hutte du Dr
toire du D 'prconis l'arbritege, reor^i^^au.
en vue de PeDUOn de8 e"?to *l t\ de* YDux
recevoir le buste du Dr Destouchei.
P*r Fili
ntiine do -.
'Wlant.i; oguesLiBlire.
^nawea, Paul Fort.
s wvfesvji.
jeune ^arc3Q deyrav
pour h a^oeMv ta cbnfrence du
r,-ajihque. H % demand que la eo
ciete prit U direction geura'^ au
a n rii.mn.air Ces ravaui 80! r?Dn*f *H..,?1m de cUto prit u direction Beurala au
UonToSu l,,arch:t'cte 4 ^l\S P1,ieV,t S? ouvnent en fsveiir p?. M?
t uMUisiire !portan\ les p'o i^ aettr'a' seront p'ac< Uehory, de toi aa'Canada, parla
n la tormente; distance et relis pir dei chaIao."s dialj i-tntnl sens ht ae fhciti du
Le monument sera olaci anuiiiieu.ieeflUt ob'e'u-
Jb
tout
Le monument sera placi ai uiiiea 1 eVltatt ohfe'hu-
. pari
fiiui da twff*
No,us
D* 'uV^ oaus arrive l'minent
LJinmr 'de let'.ies Syrien, Monsieu
Hanan Kbj/, t es connu d> le
monde littrair*.
Monsieur ^aU:* sexprim: ave,
usai v a plusieurs langues et ex
pautt| pat sei
compatriotes ici, corn..A- uu hooin.
ie grand mrit,
V a.'A^ publier- sesentreruei *vec
Ex>tsi. dautres hautes personnalits.
Monsieur K,ab* e-tt cllaHorateor le
plusieurs >outaauiLuiopB.ai,e; A ,.-
souhaitons la bienvenu: i
du rond wint.'
'aw
6(2^ "eue devrait aiivur
k l0Q homme mari devrait
lUBI ienna femme devrait
homme de 45 ans
d 1 ana
&> itc.
,^ tout
BHIr,
Varits
VENDREDI
Les Mystres
d New- Yqi-k
1er, 2e et 3a 'pisodes
-Egtrffte, : & i
Mr vyeliiDg-.ou J^oc> qlgoi 4a 1% ce ho'.e dtsiingu et faisons des voe u
hihe> eoregfstra to critiques tt les, pour qu'il empoite un souvenir tari
tl,Gitauons adesses au Coa,aii etjible de son s*;our ici. *
,roQ.au liorn-nage a l'ac'ivite de la '
fg?>.'ft"
comoaiisiou dei ar m 3meute.
L'iasimlile a reuvoye une coin,
mission u.e proposition deir^anuant
I emploi de l'espranto comme jjin.
gue inieraationale. La co'mmiRiiau1
du pacte riooiralnerait pas de plana;
l'tat de guerre avec Teiat donna aux Aujourd'hui est l'anniversaiie de
membres de le Socit le d'oit de -'ludpendance de Costa-Rica, Gur-
laoclamer l'tat de guene a regard mala, Handura, Nicaragua et Sin
djj violateur. Salvador.
iituitM-raf lires
d'inipend ince
Aujourd'hui est
i'ai souvent vu des geni qui ii-
_'', et tarement j'ai trouv leur
ire Moere. le rire est co qui iao
roche le plua l'homme da la foUa
ar souvent la cause en est ai mincsi
raele f isa le nant. Et celui ui,i
1 sans raison est un fou-
Jai lu quelque/pan que |e rire
adiq ie qa*ea a'arrte U superlicie
ie la choaa loit on ourle" m elle'
ai 1 on approfondiaeait la chbaa pour
laquelle ou rit, on en vaudrait
.lnourrir que cet: chose pr e plu
d. pleurer qu' rire. Le rire smc-
er. i(:rerjnt j) l'ai trouv, je
e rpte, et quand je lai r.uuva.
ttall oh i I homme qui Hu -apnro
lie le plus de la ua.me, lie. l 111
lie Lenteur, qui et.t la ainplicit
n ne ru loujours slncremai;, sou
sarveaa restreint ne s'elavaitt pas
ncore la peiiidie <\*% ohosea.
L nomaas s raple et primi;it,lui aussi.
un me Iraoc et naturel qui ne eau
rait tromper. '
Mais le ni* convanuoiuel. Id r ra
el quoa t'admet dam le mojde.aa;.
" '.-- famentaole-
Bien souvent, l'hommo qui m C1.
: ie derrire cette grimace on sau
,{lot qui sm monte a la gOMM II ru
jercaqu il voit rire. U5i que le
mjet irai ost tenu poar ritible! 11
il comme pa.lUase, m'.is alors il
icaae mordM et sarcaatique, il n
:ane la. Couleur de ne plus kvoir
On parle souvec* de la gyit eau
oise, riuue et aal^qul lait que loi,
sepaue. Hwiloa jamais parM
i une rtualeur piOverJwaJe, qui f 11
jotvei; lea larmes itncefee ? S ceci
jrouve bien l'maoi 6 du rire et
ju'un aeniiiaant pour tre sincie
tHcit km mtime. Or, le rire n'est p
iQtima il aiiiat tu , 1(U| nit4 f J
i est pas beau h. ne p< u eu e
Sih me ta. vain, lea larmea ao^
luellablemaut bellee. et de mme lo
aourire Car le ajunre p.ovieiu d u
dlicieux santiment da l'ami 11 e t
candide, ou doux, ou jayeux, ou n
vrant. ou mma trag.que.ioaia il est
UftU.
Le rire tant l'effet d-unn cf>-
aa dispropoa-tioone, est infneua-
au sourire et aux larmes qui ruviea
nenl d,uue ciiose sentie.
Les norires clans daa eHfAeta,les
sounres rve, rs des weg#. lsa 1 ir
m.48 des meces.lea larmes des dsea
i a .. sutau. de ^aura clos^s .
jarr'in cmtoauu*^ d s mes.antant d >
Iburs qui ne mruient pae, m.n< de-
oenrent perptuUlemani tnfouiesj
au f)nJ des COMH sereins-
Le livr6


MAI IN
Celui uui achte
L'EMULSION de SCOTT
achte b meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion do Scott)
JUBOL
Laxatif physiologique, le seul faisant^
rducation fonctionnelle de l'int^nu
#
Service
Hydraulique
Avis important
Les fbonoi (jui ivalon' conv
muniqu' ld Direct 01 du Ser-
vice Hydraulique, contre lei.us.
des dor.un en's cou ce liant leur
rlroil d eau, sont p k;s de venir
les rclam rau bufjji d la Di- loMicede rAgent gnr.i.
rection Gn aie des rravuxlrii| i>nn BU F-noCe le 15 septembre
blies en apportant le ru qu'ils 1921.
Clyde Steamship \
Foreicjn Services
L- steamer cGKEAT FALLSs lais
sera Poil ffl Piioce le 17 Sertembr
pour New Yo k via les rort< du no ri
pre> ant du (et pour Ntw Yoik e
l'Eu'o-e via New Ydk.
Pour 1e rlus rmples renseigre
man'i < a pt pri fin s'adresser 1
Dcs
LOmpaUlJ ,helemVi p. Marie C'eJftTtorejf
Lacro'%, drdeh *l eif auront lin-
cet a-'' midi, le rrnvoi parir>
de I n a'^nn rr.nru^ire, ue v
Cenlr* Ne 728 rour e rend'f I
B si % Npl" me-
S ncre-: ondol-nc" aux n-ert
prouv' ? p1 i u i"- rr ent i Mr H
D Li* Pn'on Mrl'p Ca'hrine B-
ron ( t a ci I res Couba.
dtiennent a la rjae ut dits do
cuments
Poil au Prince.le 131 p*.HSll
E- F. CLEMFNTS.
Agent Gnral
A vis
Lsj Vriusro If La MalSSAKI Nil tNiejlfi
|wiir sjjr a Heures an local 1I1 |l Sacil.
iliic Liiuarrr ( derrire le Sminaire .
NIUKASTHtiNIC. FAtBUCf
CHLOROSE, C3ILI TC
ROB dt
DESCKIENS
tir l'tllto nMHh
B.j*nrt9iir du Sanft prnc.rit
N do Isoorieux eflon d un hom
me qui a vcu et qui a ce inpr 1 la
>i-, i livre 4 8t vivant ditiS I UM de
celui 'jui ie lit. il es1 des pnges d'an
livre qui deiueurmt terntl'en ont,
ncr on|c'oablie.
Faisant v.trr ebeqas corde de
notre Ccear, le livre pour 're aire,
doitnce>*Fairemeuttre corrpiU Un'
doit sooltnr avec fon livre, et (.leu
1er av*>c loi. et vivre avtc celui qui
l'a fait ai'.
La il li' ue l'crivain est sacre,
car ce qu il crit tant la chair de
sihh'ui palpitant doit taire vivie
a la nourrissant toute une ligne
d'hommes qui pensent.
||Le iivre, c'aat l'ide- On fait trop
peu de caa da l'ide dans le monde |
et cependant c'est Ile qui gouverne'
t doit gouverner les peuples- Lt
ainsi lea livre sont trop peu lu-. 11
t au immense dorait *ge
Il est des livres qui ne ont pas
l'manation sincre de laie d un
omm , et ceux il ne aot ras des
livres dans la pore acception du ter
me.
Un livre pour tre In. doit tre
Beau et la beaut rside enrtoutdans de nous apprendre la mott de noue
la sincrit soient A. du Bou quel dcd ce ma-
l'u livre auquel on s attache pro Xlil
cure d iotimea a ispititnelles s.tis itSIatin p CIOnd factions. Il devient on vritable sli disnaiifon inattendu- mie
taeut. QoaDd on aime un livre, on f" cel f tffS Jl,'Jv h. rr.PIi
peat s estimer beu.eux. Il est des f famille du cher dfont feiecetou
Sommes qui ont meo toute une vie 1 pression de ses vives condolan- ;
d'apis ou livre qu-ils avaient lu et ces. ____;
urne. ___
Le livre est an lambeau de la vie
d'an somme. Aussi le livre doit il se
perptuer dans las siole*. Il vivra
tant que vivra et respirera le inonde
Le livre est le seul ami qui ne
trompe jamais >
SUZY UORAC
lie .1. P. W Fisnrip,avocat a une
00m""uni'a ion ht portant a fsirp
aa roiriin* Jourt'li Marcel, li'a de
Mar k Vaiver. r4 a Port au Fiince
le a Mars IMW.


t
COMMUNICATIONS
A tAcadtmte ie mdecine (}| drtmttn im.
A I Acadmie dei Sclencti m jmB jo,?"'*
Constipation
Entrite
Vertiges
Hmorrodes
Dyspepsie
Migraine
JUBOL
Eponge et nettoie l'im-s.
Evite l'Appendicite tir
Gurit les Hmorrda.
Empche l'exct 4'emhb.
Rgularise l'IianveeNal
L'OPISION MEDICALE :
I no* nrtre* ivurni pi
quelque* compr......
ptrttl pr 1 .11
rlaMii-ue PI a oupleue, -.-ris iiVnTtii ~"
la n-**oiiri-(- ilo b n'-eiluratloii Hii,iin. ". -
rompiiriii-rlk- a oi, Vit"2JSU i
ireirr* ivurni p. n ^M|
wrm># d.- Juboi. rrndrT |S*J
1 al"':..'f1'*. ''irue* t| d,, uS3
l.\-i.-ic roM\i>l illusiic-. En revaiirli-. l'hunianiie i-oi d*oLi
,u- ouirrwicei dom |f, apoihicure, aiiunTl?
^raYusan'iT' 4 *0U1" '" ^^>^
v -/,. d, u rurrL
d Monipini^
Klabli*<-nients CkalPlam, . ruf de VaknriMii.'
ri luuli". pliauntile*.
JUBOLITOIRES: HmornilJ
upposiloirea aotlbmorraeiquea cal|
d JUBOLITAN : Pommade ceotr* les
rodo externes,
Vaillant Sf llonet
genls gnraux pour Ilaiti
te im\m
Uje dp he des Gonaives vient
1
Si Le Purgatif Ida*
c'est \z
Pilule d DrDehaut
147, Ri'i du Faubourg Coint-Oenla Parir
Au btiffice de Cautiio
Le ptbltc apprendra avec plaisir
que mardi prochain aura lieu, Va-
its ure nigoifiqui soire tu b
i h\c de Caudio qu<, si souvent,
pi'a btcntmsrce. avec une looM g:e
tt uu fin plissement admirables.
B.aacoup d'sitistes contribueront
i asscier le sucis de cette tte A la-
quelle U public se tendra eu ioule.
Paella b i -" In
He n*c*titi/i ad i rati/,
[elle ne sfoveeM 'amaH tt 6'.fn>'jL
Bepprlnani i.- 11.
' N', t : .. i i:i':il.re,
[cite r.v cii.-i ".-' ; (r'v: Ai Ump*.
i :>
|:' sat, r-" - " via, n-nin* sate*
COU
-'.6 "ve. : a a aMuhH
1 V,#*lll n-
t''!'
'
Grand Htel de France
P. P. PATR1ZI, propri!aire
Ortrc. tous les jours, un menu M ci I q;:i sera fttfieM t .us Ijs
matins f* qui portera- ptrt la d'y |OaUo i des plate, le pu dt
chacun d'eux. u ...
Dectt^ faco^ Us rl-enls poiriont vrnr djeuner au tit*i>i
KiTKL DE FRANCE on le prix seront la poite de toutes les
*'0U,:,efi- X J II
Le menu complet avec via toujours a un dollar,
wm
Cacao Peters
ES VENTE CHEZ Vie or SaW.Rons, S mon Vin L^p
i. PLiEETZHASX- \GGEW\Ou
Panama Hailroad tahip Lins.
Service de fret et de passagers
\ew-York Halil
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920
Prerant expdiions directes pur l'ii glelerre pi l'Europe et >ic2-vera. Coiincxnusj]
b'eaux New York, le i-lus rapide M le p!us dir-ct semee de et pour 1 buroj-e. unj
a. E. Psrerro**, General Frei: h Agent, 'J, State Slreei, New Yoik \. ly- *bi PM30'
destination l'exception du Miel. -, OItlr.
Un dpart par semained* New York directement pour Port pu Prince et un autre
mo s pour tous le* ports dilai i. Seu'envnt pigtage de pieu ire Cl i 1V
sont nos agents dans les principaux por s d E irope et d' < nkl iene
nnyleterre. Ecoxxe vt France :
MM. G.W. Shelden # ( o, 11\ James Street Live
pool, Emjlnd
j Copenhague, Danemark .
MM. S.EBendlx i* Co, "2t, allegade. Copenhag
Gnes Italie :
M M Henri Coe Clerici, Piaxza S. Malt*
15 Cnes Italie
Christiania Norvge :
International Spedilionsselskap, Christiania
Hambourg AU* magne: H. Vogemann, Hatnboufi
Gothtnbourg Sude :
IKodhh Express, Gothenbourg
le feivice de Panama liue entre New Yotk et Hain, en vue des
>eta d'une Qtiiiti coostaiable, et est la voie la plus rapide par laq
itre xpdies
les cor.naisserc' nt couvrant fat pour New-Yo k avec option
le Htvft. Bordeaux ou Auvers seront livr
arrangements -f
voi ma.chandtse F*
qui
se
sont
laqu:lle
de livraison.soit la
X*
0. B. THOMPSON, A"*
-Hfa!?*1
V E U MOU T 11 G 1 N Z A N 0 Ad\ M4f4
gnral po"?
m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM