<%BANNER%>







PAGE 1

•*• Notre pays est hab tu voir de beaux lans et dis chutes lamenta bls. L'enthousiasme ne dure qu'on moment ce n'est pas lui qui rde dsns les hauteurs les mes qu'il sou lve. Il n'aime pas les tches inap parentes et sans gloire. Ce qui pour suit, pour la pat faire, 1 œuvre com mence, c'est la constance. Voil la tutrice des oeuvres. Interrogez-la, elle vous dira que tout n'ei pas gai dans l'ducation de l'enfance. Il y a des crises moi telles i prvoir et d'angoissantes douleurs conjurer, La sollicitude est b. Ile, l'affection est pure, le dvouement admirable Mais le compos de tout cela, c es' la constance. Cependant beaucoup refusent de lo pratiquer. Elle om poite, il faut le dire, des exigence.* auxquelles bien peu veulent se pi terElle soumet ceux qui l'aiment a toutes les preuves. doutr,sirca?me, rcrimination. Ils sont en trs petit nombre les hommes d'initiative qui acceptent cette situation, Marcher ave: patian ce est un rle secondaire aux yeux de ceux qui ne voient la grandeur que dansla cration. Ils sont fiers de sed rt fondateurs. Insouciants du mal qu'il taut se donner dans la priode des ttonnemen.s invitables, ils vi' n dront vingt ans aprs, lorsque l'œu vre sera en pleine floraison, revend qurr une paternit oublie. Non, je prfre la constance d tous les instants l'enthousiasme d'une heuie. |e ne dnigre certain ment pas l'enth jusiasine, puisque j'ai dj reconnu avec les sociolc gus que rien de grand ne s'entrt lire ni sans lui. Mus, quand il s'agil de lcompenser le mrite obscui j'oublie l'enthousiasme crateui pour donner la ptemire place sa seivantf; la constance. H y a des oeuvres qui sont d'uni prire lente et qu'il faut proigei contre .1 action dissolvante du m> lieu. Les associations fondes en vue du progrs social sont de celles la. L'ide qui, hier, a pouss les hoo mes i se runir pour raliser un rv commun, les sollicitera demain i reprendre leur indpendance. Ch cun veut trouver chaque instan* l'occasion de parti're tout seul, 01 d'affirmer mieux que les autres s personnalit. Cela arrive surtout dans les cet des o les bonnes manires ne %  e suffisent pas il faut plut discourir discuter. Les homme.' de discussion deviendiont des i ne se Aot Iti put i u> f>isnoci4i pat Mr Eug. tirdinand, ajmmutrttur iili gui U riumtn d'avant bxtr : Messieurs, En ma qualit de Dlgu Gnral; ',\i |la fte des Nom rtuvtm la Uttrt iui.aute: Port au P/ince,leia S'ptembre 1921 Mon cher recteur, Veuill 2 je vous prie, rectifier dans et fromoteur du B o: National je me il nBœro m me c ftjMS dois de vous remercier de l'emes filet paru au Ain/m de samedi dernier sment avec lequel vous avez rpondu a notre patriotique appel. Vous avez par ainsi rconfort noune petite eneur qui s'y est glisse par manque d'information prcisr. Eneflet.il n'est nullement met de Infirmires Squestres AVIS IMPORTUJ Belle organisation.cour iicherntn; Afin d acclrer la prijl dcore, comp'oirs assortis et la-Comptes, des Maiions laV-*' porte de tontes les bourses rien [convient de fixer pc-urc !" n'y avait manqu pour assurer lel*on une d,te laquelle!,, succs complet de la fte donne i tion des ciances sera ant par les lofi-mires de 1 Hpital G En consquence,! ^rii nral au profit de leur role. A re [crances sera arrt pour gret la p'uie se mit de la paitie et! Aug. Ahrend's, W. ^ les recettes n'ont pas t ce qu'on | Buck; Bieber&Co. Phcie pouvtiesprer Tout de mmelaparjle jeudi 8 Septembre, tiethtiale fut excuteeton eut le) usine i Glace,lurgesm an . Weienhorn— | e tembre. Edw. Lu*, Mo lrmte, Cayes, cour ^xlw"^ru^cCZ'\uslu'l combien regrettable de ce tmraire t trs go e de l auditoire. u our puaiv u, H u i ^ pj^ Nous pensoas que les organisa J'tais aid en ce moment, de l'in teurs ne se feront pas prier pour re semer tous les vieux thmes de dis* coides, a rappeler toutes les veilles le jeudi 22 Septembre. Oloftson, Lucas & Co & Co ( Pou au Prince, ;p P Vlatio"7VJ\e7d'7n"p;"que' i v -a sieur u Marie, cafetier donner la fte coatrane en P* lU ig^ a ? 8 ? "£^ nous voulons liquider franchement ** b j J" e de "*! usl0e ,e %  al P" ,a P lU,e ^."WB*: <1\JUJ VUiWU IIUUIUWI IIBUWUbUl^UI ... 1 .. nos statuts l'ont loquemmect f u r f, dbarrass des mitai de dit / Tout cela dans le but d'emp l saillant, qu aprs avoir t atteint cher la constitution du Bloc Natio P" ul d un 5 b le8 ? ure a Ia ma,D /, nal.lequel est appel rendre dc'-aPlus ard lc d,t geur tant tant* services toutes les classes du venu furieux comme jamais, a. Pavs sans d.stiuction aucune. ^""r' *&£££?*+****• Mtorologue du L'Union ICI, Messieurs, est sin re 00 %  a 'l" "* £, L" „,I Pet. Sminaire Collge St Martial et vraie. Nous sommes tous des fr Jfg L^J*^^/^ 1 ^. >'" for < '*' ••" de * %  ,a res. Et c'est dans l'oubli dun Pass de "• 1 aI ****** mo ? P ,us date du '. septembre qu* d aprs Avis i Weather Bureau la IL PSchHrer, directeur de S huit. H Tischer, C. VOM, mardi 4 Octobre. ~ Pert-au-Prince,le6Sep'tBlj Les Squestre Uqul A.) O SCARfA, m En Venli auquel aous tous avons une pa't de § ra J/, fg,e1, qa ,l mit eU lc empS vis du Weather Bnroau resro habilits —Pass que nous vou i. 1 Ions conjurer tout en respectani ses Bien y're. plus chres et belles tradi.iocs que Cha,lS DESBAS je vous mie de crier avec moi : Vive TT . r As s,i nl f """ Haiti, Vive le Bloc National. 1 U$,oe a Glace de Port au Pr,QCe hiURton. les navires voulant voygerp tt ****^*^ ^•CRl%\ vers le Pelitei Antilles du Venezuela doivent retarder le voyage au moins pour 30 heun R. AVIS Communiqu Les membres du Bloc National sont invits i se rappelerquedemain mardi i quatre l'ap e: midi aura lieu la runion p. v jete toujours au local ordinaire de Assemble gnrale ont procd, q te devant partinour I riinn. l'Associat.on No 2136, Turgeau. fP rs Ic vote du rapport gnral .u gef, Monsnur W ^UY BOJb/;. Le Bureau aura i leur faire part la marche de l'œuvre, la formation eS | chirg) de U procuraiio.l e ,v ? TS .. a '* "" l/*lnii<* d'importantes communications. d un nbuveau conseil dAlmins'r loatfl ses a 1 lires ffuralimeut Port au Prince Mutualit scolaire Li s)ussigiie porte ' U COQ S^SSCSM Hi malin les membres de la Ma aaissance da public en gnral heu la runion pro tuali, Scolaire du Bel-Air, runis et d l commera en p irliculier. pou bt Chez Henry STAI„ Rue du Quai, :n face de ui AUeutioi Colonnes Balustrades, nieras et blocs on cit arm A partir de cef'e daU on Mr L Louissaint, prsident r u, Dmostbie Massante. Secrtaire rlu; Bienaim Hyppolite. Tisoii^r, Une brochure du UT .4 Il OC II/ rlu; ojt t ..nomms conseillers. v, MM. Chris'ian Coicou, Antoine hNous avons reu un opuscule in__„„. x o,„„ c t.,. .t n r titul .Rapport entre l'Instruction, la tf C ot J^S^JS? Psychologie et l'Etat social., par 00 aviL N( mpl.ments. VINCENI G MAKHLOUF 4, 6 & 10 Rue T averi-e de l'tltat, ces article* ct-d dnomms et dernier en toute concurrence. Pour les commande; M aussi s'adresser au burml Port au Ptince H ITI, journali nitf a re ami le Dr Anhur C. Hoily.— L'ouvrage e instant plusieurs se voient et se pat lent Aursi, le droit de runion estil le droit primordial pour les soci ts civiles comme pour les. socits politiques. Mais, ce qui est dans l'esprit, ft-il le piusgrard b ; en, Le ralise pas toujours le bonheur. <*>a sort d'une assemble tumultueuse avec dans le cœur, cette parole de Sn que le ne suis jamais revenu de la socit des hommes sans me sentir motns homme. Ce qui fatiqae le plus le penseur, c'est le doute. U peine, il blanchit, moins sou* le fardeau des ans que sons le poids du travail intrieur. Lorrqu tl essaye de sortir de lui mme c'est pour tiouver la vrit que ses semblables ont pu dcou vrir Mais .s'il ne trouve que la con fusion chez ceux li qui se prten deat les plus clairs, il prouvera le rrgret d'avoir quitt un moment sa solitude. Cependant, nous sont mes unanimes a dire que l'isolement Il n'est jam ils trop tard pour faire des entan s L'affaire dite des trsors Letiibunal de Cassa ion rendra Vouhz vous que votre fils soit ur demain matin lo haurex on arrt 4eme Ne layiz jimsis avant lge dedsaisistement du Juge Lecouf>sir de 40 ans. dans l'affaiie Cuebas. C'est, du moins, ce qui semble r Samedi aprs midi la Justice mis sulter d'une communication d'un sa en ,,be J t Nerva ? D ?. onlre T 1 ] vant nord-amricain. une ordonnance de non lien a t Le pre de Benjamin Franklin eoque — .va.t 51 ans quand son illustre 61s Clude Steam<i)) vint au monde. Celui d Edison eu -, avait 4), celui de Washington 38.ee CoiiipaUU lui dt Sh.kespeare ;> et celui de Walter Scott 42 ans .. Mais il y a mieux. Le pre de E uKRElX,Propita?i-e. Pour rporirtre la de 1 aide 1I3 nombreux din s, Ur DE a crer a partir de jeu {i 1er Septembre : Le Djeuner du PU] U est rappel aux socitaires que Jour avec lio'-s l'œu re, Dsert et caf au prix dliant toute 1 le Comi'4 s ge aujourd'hui partir currence de 1 rois gourdes le djeuner, de 4 hres p m, au s ge social. j Le mtnu sera a'fich lous les matins 9 heures. Us repas seront servis de 11 heure* \\2 2 heu esImprial Life Insiiram Company of Canada Par de lgers versements annuel, vous pouvez assurer wf U Imprial Life assurance Comr of Canada Toutes 3ortes d avantages : paiement de dividendes tn ousles ans. lesquels dividendes rapporteul 6§|o d'intf) .., • n ,.-n •„,-. ...r %  ~, „,, ,, .,,,, r ,, „, • n> a prs I rois a ils, ob'eQ li m d'un empr un s'le vanl j usqu> J Ueaudelaire-un mdecin—avait soi directement de New Yoik est atten d montant de la palice. ele, sont garan'is par le Go sant ans passs quand naquit le fu du ici vers le 14 du courant et lais Canadien ; Pour plus amples renseignements, adressez-vous Brandt d> Co Foreign Services Le steamer Lak Fariaton venant ur pote. Donc, vous tes prvenu .. Les Elections Communales Le journal officiel publie des circulants du Secrtaiie d Etat de 1 Iatsera le mme jour pour la Colombie via Kingston. Port au Priocfl.le 12 Septembre 1921 EFCLEMENTS, Agen*. Cnral CLYDE STEAatSHIP COMPANY Foreigo Services Le steamer Oreat Falla sera de retour k Fort au Prince le 15 de ce Reprsentants pour Haiti Rue Courbe, 1257 mois et laisser* directeraeut pour rieur aux magistrats communaux de New York le 17, prenant du fit ia Rpublique teia'.ives aux prochaipour New York et l Europe via N. ns lections communales Four de plus amples renseigneA partir du 1er Octobre prochain IU3nt " **t pri de s'adresser tous les citoyens jouissant de la ca'office de l'Agent gnral. facile lectorale seront invits par le Conseil Communal i venir se faire insciire i l'Htel Communal sous le conule de la Commission lectorale. Port au Prince le 12 septembre 1921. E F. CLEMENTS, Agent Gnral Salon de coiffure tue. La socit haitienne se creuse, se divise, parce qu'elle s'ennuieFaites qu'elle rapproche dans toutes ss JfiS? £* ,vii B qa H 9 ,a ,0 ^ t — 1 J -.i ae coinore de Jusu Rodriuuez e l pait.es. et par la vertu de 1 unit tranafer su No I6I0 de elle sera rgnre. Hue presqu'eo face de IFREMIE. Keitul. la Grand a maison The ta Miller's Tnnic Wiit Est la fontaine de la jeunease Toutes les personnes dbtl r devraient acheter une bouteille. ^# ueatsuBBi le tonique reconstituant qui cote le meilleor • %  Allez aujourd'hui mme la Pharmwie Centrale d'Hati csrla quaulit reue est trs minime. # Ben miller's Tonic w Fontiin of youth apply to Pharmicie u5Q(rale d'H-Ui Prt au Prirut i.



PAGE 1

! tir. i %W3 Crrr 3 i \ \ \ Ivr *ci'."r. *. ^ .„ %  :.ii> i. %  • fnor.'ci • v> E; *.-* • • V : i I. I Ml-.. t .^ lin-. f fui i li ti ••• i iaJi" 'i teianir. j.. Icled I, .... llVrtitlO. 'i"le i 1aj:t r.'.n,. n .. Ixun envci ,-.>.<•.• r •ntjartrment t-io*! atr-:iei K % Carnet Ci K..c.r H y I I i II ., l.don, Vaillant <$llouet Agents gnraux pour Hati Revue des Deux Momies i. '* Jf / £ t.iwute Pins SOMMAIRE DE I IIV RAISON D'i if ACl*T if si Suprme Visiond O rm J • lo < H de J Acadmie jtn an Lnorrire rux ;tb DX cum:, bC 'eu. — \uiime p rue Louis Bertrand L'tat fcfp'Hes tsnrto __ aui E t. L' v .\ -Y • • v r;,j) er No grarc.N ih.J*. I Gei M| de C?tflrati._ || \j loi (! ,-ud Ap;>! quicze a"s d* Sparation — | i Le C'eig Vte Georges d'Avenel Jem de La Fontaine III Psych. Les a m-'s de la Fofitiitf* > Andr Hallays Noix Dttusre r.s\ale Rer La Bruyre Un Bi urgcoir. Parisien pendant la] Rvolution Lcuis de Laurayl de l Acadmie des Se ie ne es. %  le Corg es de la Chamb:e de Commeice Internat nna'e Mauri e L'wardcw?ki Revue Scient fique. Pour piuder l''ude d'Eics-nn Charles Norimann Chronique de la Quitzi ne Histoire Politique Raymond Poincar de l'Acadmie franaise PRIX DE L'ABONNFMENT Un an Six mon TMt Pans, Seine i Seineet-Oiie So Ir 7 • ?• l ous I es Jours, un menu rci'l qni sera alficli t 11s les HOTEL?nfTRANr&^^iKSL 1 ^ d i euner • GH\iVli bourses. l lta ** S8roDl • PO: e de toutes les le menu complet avec vio toujours m dollar. n L v c 5 ie 1 > u cou ant irenant du On y trouve dea channsures en fret pour n,,m.,r su. !. J tousgeores tl 8 que ; Bouliera d No r cf ^uiopr, va 1rs ports dt foot bail, Baodalee. LPR travaux ^ont D , ^. V -~„ VT ^ excuts lelon le gi 'a lanodel Kobc.ts DU ilON et Co franaiie ou amricaine. Gr al Agents.. Les prix sont lai s avec conscicncs > et dflsnt tootn copnrrfnce. Edgard Laroche Comptable teneur de livre* Rue du Centre No 1527 Avis Ma J. B. VV. Francis,avocat a ur e rorareut ica ion importune A f ire au nomm Joser h Marcel, ii' de ^ arie Valvert. n .fort au 1 r n t, le 8 Mari lef 8fiez vous des imitations •Jv* untat reconnu que la Composition Vgtale il-. yd'a E. Pinkham est le meill, ;.r remde pour les msta des femmes. Des milliers de femmes tmoignent d art Malgr' cela il en est qui se mprennent ta ost*y aautres romries, soit disant RUS i aces. <-'5v ce DUS risquer besui a d'essayer ces rem^•'t t.W-il r .r, prfnabla de t'en tenir ni m jnt reconnu comme efficace e! SafiS gal peadltt prlj 06 enquant ans. Lise* ce que cette fer .nr 3 on pense San Jos, Costa Rica, C. A.-" J'ai employ la CornPWBtion \ gtale de Lydia E I' nkham pour ies malaises "*| )y aouffrah depuis deux ans. J'avaJa des douleurs • la tte, le dos et le ventre. Des vonji.sscr.Knts (i jwta m'empchaient de travailler mon mtier de couy^ e J a i ,l1 un fascicule concernant la Composition f ta | de Lydia E. Pinkham et \t Fai prise; ma sai t ^maintenant rtablie. Je ne manque pas de L dire 1 Srt V*** a l!es *' ui m# questionnent sur ma sant *• .AU* MARIX C. 8va Ave, Calle Puebb, San ^* Wc a, C. A. \^9r" 8 y e Prndenms—T.Vn-. \>tn qo U Composition X^gatala ^J lydia E. PnkKam M v K %  i puissant aiioupiqus Sans Mercure ni Guirre %  ulvant le travail da M. arOVABtft Chliul-.to de 1 lu.tttat Hltatr (1B07) JMte^ jaajMtoBJaMBj tons les microbes de I et Z>yaoria de. f r heuttiT Indispensable contra les Epid mie* H.' 5 '* le calllereu .v, in ,"^ %  a litre 'an poarteaa les naa r „.. SeeMM de rAMOOOUSr, Rue t.. -.lf, 0 Hni. "Anrs / Pharmacie F. Sjourn MEDAILLES /JARKM' EXPOSITION DE BRUXELLES l'JlO Drogueries, Spcialits Chimiques et harmaceutiguss. D A .• J Produits franais et amricains. m^S^^L\X}^Si m a ^ Mm Wicament-mw. stril.^. et niett-bles.pc.alnes : Serutn n /rosa.que SIMPLE et t SaSSm ODHVDnAGVRK Srum de Monvau, rernpUini le ??ax^ t. calcrt,dn 4 dei W et Hodm. Il a toujours en stock VKV'I^OT, SIROP PfCTORAL — fcLLVtR de PENIYLVANIB, Dpositaire du PMVBNTYL neprsenlant des Laboratoiies 'LEBl\L tu resta : raajai IM rtt.n Hnxjua Cacao Peters f V ^2o2?l? n ^Ae* S %  Vieux Lope Mr B Monsieur LIOJXEL BERMIiVGHN Keprsenlant dune grande fabrique de moulins canne,Distillerie et autres machines de Glasgow, dont la renomme est faite depuis longtemps, piiimS! I l^nSZ!^""^.^^ -Comlttto! ris //r!i^. S,eU8C8 L "* <"* conte kw^rl ^aralotfucs etrenseignemmt m>ont envoys surd.m.r, le. s %  --,-& "i-L, sV ^' .-*



PAGE 1

MATIN La Rov>l Bnnk of Canada A le plahii d i poiler la coontienan e de sa clien'le et du publies b l a L M d^pcsiiion, panir de ceite dal , peur pxpi r* d fam lie, Le dpt des titre de propr t b juur, < bj h p clat r t *>U\ Des roff e forts de la denxiie p faction cnfmi des casiers de troin dimensions diffrente*. Ces casiers, ingnieusement disposes tout lait indpendants es uns ijes 'r coatieaneni— l'io'rieur de Mi premire porte des lireirs ferms mit absolmes in* iola bls Bien quir.eotn, bus'ibles. ils sont renferms am le Caveau de l< BaBque o ils s> irouvju i I abri da tous nqnea Ils repliement le dernier moi des progrs raliss i n ci Jiore e" cona ituent pour leurs locataires une garantis absolue toutes les conditions; de scurit t.! da coDinodr darrab'csL/OO ne saurai: recommander de mf'e. \ tous ceux qui fout la recherche d'un lieu ifl, l'abri de touie tfeatualite lcheuse et de tous pour leurs objets prcieux' Pour les conditions de locatiou, s'adresser a La Royal bank of Canada Port a u Prince Noire Caisse d'Epargne Aot profilons de cette occasion pour rappeler la population la ncessit d'parg ne%\ Par ces ". s d'incendie, o chacun se ire uve expos perdre < u i u Bt, u 1 Iru't d- ton & so [}'/s J> Z UJ') T et\stence, l'on re saurait mieux faird aue d confier la Causa dEpa>gr*e de la ROYA.flj li.NKOr CAAYADA le ont nt de ses conomies et eut l'argent qui! serai dapgereui d i garder chez Soi. L'ar^ r ot dpot a m\ & FIXK i^ Tous p <)dtiiixpharmaceut'up i{ z e \\ a ticb s ve< dabletdan* ute phuv^ I ys< 1, t'ilicu : uei-.til ice ucompara "i i ",. ,, L n o :i Ki ulsiou, i.\ ru U, -fo'ai ••• !" ; '" l1 ''• & *' c*.Mexq u i i { e Talcuiu \.fi' ; C tsl i' x rie ** b>a msicn e*d. etc. Demandes le prix courant uYSOL : le meilleur et le plus :ono niqje d s ianfow La dsi l'ii i u.t employ da-.s tous les g a xji i 1( -, pl I .VI : p tite cuillere d : L\sii d us une un e d'eau d J De ,u aelutiou 1 1) DEUX ~l (tne pini reprsente eni o.i la conienince de deux Terrai naires) Le / ysol s'emploepiriic lierem n djpii),.s i\i la p-'a 1. Biessur s l\;,. tS \H llle, p' ur I hyjii.e personnelle la '-i et e, b 1. MIL Ihnj'iJ b es des m 1 :•{' %  % %  I •. cli niibrj il %  b un I : vva'er closet. les j Avant tl apiI ; balayage Pour ccauiserles bls ure^dtsai il la tenir propies, Dans i s a Pri n i r e classe.— Les sivanta sont nos Agents dans les principaux por s d Europe et d' ( n, leferre : anglelerre. fOSfie 't P ronce : ] M M. G.W. Slirld n 4* < o, 11\ James Street, Liver[pool, Enyind Copenhague, Danemark MM. .E,Bendix V (o, t?/, allegad?, Copenhague Gne Italie : M M Henri Coe *f 1er ici, Pia-AAi S. MatteoA l Cnes Italie I Lhritiania Norvge : Internationa i >*p ditionselkap, Christiania, llumbowi y Ait m ag : B.Vogemanni Hambqurq, Oolhenbourg Si de : b/odish Ejcpi'css, Qoth en bourg Le stiyue de Panma l.i ie ertre New Yo k et HiUi, en vue des imogimeoil qui se sont ( iera d'une uti.it considrable, il ts. la voie 1* j 'us rapide par laq M l \O; maichiadiaei psaveu cite expdies ks connaiisemcnts couvrant ( Ot pour New -Yu k ve; opinai son roil fondre? le Havre, l'ordcaui ci: Ai vers ?erort livr o. B. THOMPSOX J "';;„r !" ,', Confies vos r \comm'aulc> aux ni a in o s c u i va : i e : VW< NSON >S, Savons .!. w KARNFB Jr, Socre. Riz, Bpicei IEHN& FINK Inc Prodoit'* pba maeeotiqoM M. I.d U HN-n:iN & S(NS, Tiaans en ,' i THK QUAKKH t)ATS CO. i MU ^ nroiniti a.' rt-r&iea WK'-'IKMN lOBACCOto. r bac ^s Ce sont dts maisons dp. c wfi-mee et d' premire classa • LU 7/i£tt VA Agent poarfl .DKM-IMDEZ Le cliocotaf en poui Cocoa de eiin & Fi Wghest Piaity Absolument / ur tl d'un qol trs ajri-abl : Ctstjenitjlli La i ente dm % %  U les ion ia phirm i ;<:. %  n mataomsa Pharmacie Central! Produits de luiie frakhew. Excution protnotettU ordonnances— Spcialit* pou.' toutes les mulw* V E R M O UT il C N Z ,V N 0 A d c AT !" ? Columba orafouolas & ite Vin-z voir l'espoiiion ds bieis cornu: Cola^^a v--^ vous aurez tn mne tf mps voue .ho x er-tre 1200 Disqus — -u deroiei p? x et baisse, — rots trouver r. un morceii nue TX Toc joui en sol; Tons les riers'ones pour pr-fo? "^ B ^ R;ssort. A gui'.ks en acier, a'ors )s vja< ircomniiid-' '* 7• "% j veaut : les AigotCts m 6bre, Co.nint ua sai doux et si ;f0 '"" rauique drg Cjlombia", ... A'iencu sous p;u. Les Mr npues Natio:a'es dJ 1U* IUSTIN ki lli b En vent*, chez ; L Fraetzrnnn Agjerholi, .1 9 W n r 1: p I ir 11 u!, — Porl-au Pr"> ce RUE DU UUM J I Agent gnral po |ir



PAGE 1

Quiuaiue anne .Vo 474 •on au Prince., Ltajfj DIRECTEUR l'HOPRIElAiHK €ImenS MAGLOIRE LE NU MER) 20 CENTIMES Quoidiei Lundi kl Septembre 1924 1 C'est aux peuples se faire les taaitres d'euxuieuies ; ils ne doivent jamais se tourner en suppiiauls verses personnalits ; ils accepieut e& concours et uon des douiiuatious. Lon Cr\MaErr.i. REDACTION; Uae Amricaine No, I i h Le Prsident Darfiguenavo esi-il ritigi I au 15 Mai -NON, rpond la Constiliilion ympaihi;liritolo Uu Prsident qui a -e! !" \ ZJt l 8 ,?; la que8 T-** u ne P eut ltre PO" on irotS •aines lchons prsente me mandat jusqu' ce qu'un d lai Particulier quedes coude quatre au* ne soit coul. . le.-.'-!: M M -lu Conseil] que l'existence du Conseil Ce sont les mots souligns : .Le' E?u ?.' fo >*tioune la. Prsident est immdiatement rlie M. narti^neoH?e. jgible. qu'on voudraii pouvoir inter .aouucs si.uaginont, tort! prter dans un sens raverable au 100,pour nous rpter, prsident actuel. M.-., < le Prsident JS pays est appel, en Jauvier ; que ce texte dclare immdiatement' m, a lire ai leprsentation roligible est le Prsident qui u t VJ H ?. 8elrouv,> a P a il "ellu dans les conditions que ca mme Qiiucilemeu' dans sou sein' t iM' vient do prvoir, c'est- dire nijurit dpose rlire lipcur quatre ans, et sous le rgime! *swel; tandis que, si le* lecjde ceue mme Cons nuiion. Il ne K-Bralea n'ont pae lieu e: que., saurait tre aucunement question ic< : masquent, le rgime suppltif d'un mandat qui n'est pas le fjit de c **" afc tnt doit continuer, il l a LOU itution actuelle Et cela, pour! oie H doute que les Con-ila raison que lunule 12 de ce a Ktat ne prolongent encore, mme Constitution dit : t Au une loi I M du Prsident pour une; ne peut avoir d clfet i roac'.il', et| priode lit l-dessus, on i que l'iU'iicle 2 du Code civil ajoute ;, [lue ce serait la moindre don! La loi no dispose que pour I avenir.:' D'autre part, la doctrine est una-l Ooe question prjudiciel)..(niait admettre que la loi rtioagi • piante : quel que doive tre ; tout s I. -s lois qu't lie i-vit d-s dron' %  r|l K> l"'quH qui eera appel Ajucquis Or, partir de l'lection de 1 iMtctiou prsidentielle du IH£! \U. Dartiguenavu dwns les condition? consti'.u loMniieraent ccnaid; dicte* par la L'oustituhon do I8M) J-Hjuna reli^ible le Prsidant I i l y e dtu.laeiuia pour tout citoyen { jj la Rpublique ? lg ble la fonction de Prsident de lia RptiUlique do prtendre navoir 'pas, pour lui barrer le chemin, la concurrence tedouteblode l'hommt qui. occupant la pluct dispose de tous les moyeas d'viction possibles Donc, ou bien le texte en question ne dispose que pour l'avenir ai es par consquent, incompalib e vue iu lhgibiht du Prsident de 19 %  ">• ou bien lu Coistiiutioc de lUlb e contredit elle mme, en rtro* Hissant, ce que nous ne pou von admettrenous d'expoppr le montr, sur damnent, m mandat de '. DsrtiK'ienavo tant sntiienr !u t. tntion d!.'>; r a tlle-ei n pourrait parfaire nu-, parexetaple, sa dure fi)ldaiie (]1 iUe i tons ltroagif, ."Si. dans le mo de t ., eu p de l'laboration de* rticiaa Iran aitoirea, il s'est-nants lue trouv des ex prit* pour penser qo il ta*i utile de dposer cet RI \ dam h nouvelle Constitution oour sait vegarder les droi'9 formels que le Prsident en exercice Unt de Ja ConatitutJou de l§8e, c"*.st par pur exc^a de prcaution, pour ne ras dire par pusillanimit. Car, encore une lois, le mandat de U, D-mi^ue nave a eu BOJ sort d j rgl depuis 1915, poque partir do las uelle il a tu parlai n niant entendu q.u ce rnandut do;t finir an Pi.'_\ 1.8 spleen pi rp Cette poque priente des peiticn '••rites qo1,poor r-,e pas trp dplora J %  %  w pas moins loq litao • i Dana notr siole, ce iont lee es qui *on! rmludea, en proie a la lei i inatedie existant dj ayant h gue're, mais aujourd'bu' > | lu rpandue : le spieen. C< s arme* de Booffranea et d'kor "' ont laij • profond! em•'" te, non seul noant sur l<*s per ; ">' 1, mr, mais aussi — et Ces! \i n \ en le d^ryer — sur les jeunet. Pour l'espoir et l avenir du P pour celui du moade, H f ll "e I men p r, Maiafiteol. On a dit liien souvent avec raiaor, q:i la joie d^ nos ; res n'existi Pluett pta devient un fait. i h D" en ca ifuirt-ei. Leiire te roort. Il •' '' ' ,N Par le sourire IJ'HS et muni i ni .i.-jabud Cependant un prverbe dit que c'en le lire qui ' i itj et beauco ip l'entre lea viens" craignant de voir une ration tcalir.gr* perptuer leur anjvr \ u est vrai aup t.-u jeun is diojani 1 h i DesontplaR les robnatea inrona i i latent les jeunes d'autan.Uu abl Voelniiift"; K p tsentaUon La rebrhtniahcm ,/ Baif de l'Aigu! dt Mr Ptcrrt HrMik eti fhh n 8 Ostobn protbm — Bien M k pu! lie • ni A/./ en 1 occasion 'appreem /,-•/#uni du dlicat frite, il nous esl agra bh dt lui offru ujourdbui eu vtn %  lui nt Wci lent M rien M ceu\ ,',,j te. bhis. Septembri tropical M Jitttinum Haut J ilu.r d u dironnler, epniM une Outtmxe. un doiiK pirtirn dins r.„r delicieux i^'L. vaaqw de mwkretu astre Mneite* m u luuc CM un lytmu irui \uiint audiui; L'enbce miit|i|iigp Mai M uoril aux OUBl( s fc ultiran for des w,s r#ttiKs le afai PU M Opiu.oi, est que NON : et • faisons d'ordre cousiitttion letayei.t, ^J a la Consolation da 11)18, iS ,B rie ,iSfey; c est donl ^•ulre qu'il i aut consultei ttiuer dans queliea coudi •andat a t oclioy et tS'yo 0101 ce qu elle d,u eD '^•iderd de la Rpublique Ltai or -? ep a,u '; il ntre en PfaloMai.et i! n'est rli j.jJJ^Prs un n.ervalle de NtuS* cl irf 'ment et nettement WE 81 '' l>r 8 >d*nt Dartigu* ti, M ,a puur une puodedt JT aai uvec condiiiou de non i*p r l!l immdiate. iJJJ^tmien de 188U tait en > r 5H5 Ur la cb0f6 n eul F" 8 •m D1 !L aon doute. Maie puisque H J: 1 d "s le s. ns de la posH'ia ,?f. re lectioo, c'eBt donc iWun tUtr argument de *sjhlu L0D8l "tuiion de 1918. KiT ,eme Dt quelle peut tie 'Cat^'^Buojent. ^ """t on actuetiu dispose ^"'otie" qu08Uon ,iu uian L'article A des.di-po&i ions -ansi loues, nui est de nulle signification ce poiqt lie vu •. demeureiait doue parfartement inutile s'il ne fallait paUi recono itr* lu porte suivante.— qui e.~t la conli main ri de I en rit o de la letiie rie la Conatitution d, lHal'.t, et qui est la seule luti t r ti tiou logique dt)ua l'eapct : II o^t bien entendu que le ma dat du Prsident actuel, q ij rsun d'une l^islatiou antrieure et q reprseutj une lltsilion que noui ; end ma liquider 'dUeitivement, prendra fin le 15 Mai 1922, cVs'--dire ne pourra pat sirs i)'r loogi au del. Une dernire considration, El C'est ici que nous allons voir c-.i qm pense la Conttttotion actuelle du mandat du Prsident actuel. Dans ses dispositions trousitoires la nouvelle Conititution dit, au su article A : La dure du mandat du citoyen e rsident de la Rpublique au ma ment de l'adoption de la prsente Cnns ilution prendra /lu le 15 Mai 1922 Kuellaestla vritabh porte de Bette disposition? Ei'.end-elle dit* que le Pnsidtut qui tait en fonc non au motneut de Padop'ion de l Jonatit itiou n^ doit pas eortir d* fonction avant le 15 Mai I9s?2? A ce comp'e, elle arait partaitemeot inutile, tout ce que nous veLes deux Constitutions sont ain^ d'accord pour carter la etndidston du Prsident aciu I de l comptioii praidentielle de 1032; H les al •• leurs do Paune proebaina, — SJQ'J| soient dputs, seaatjiif. ou hi t seil ers d Etat, — auront raoudr ettecetts importante qu-siiou pra lable. avant do passer au vote. Compagnie Gnrale TiM isitl,tnti rouram et repartira Cap Baitii a, Pot ta, San |i U Coetgot et le Havre :s le ; rant. E. RORELIN. agent apsre c t dans gnrations. | %  rx-tt .lifiui p*ulj5ranti i liw u ; >^; m autant ceux-ci sont rsufertnesetlroidt.il sembla que '<* %  ces jeunes yeux aient gatc ine borriuie et terntlle viiiou de la guerre. Jadis, il v avait parmi tes jeunes, |<:e!ques auitl que l'on qjaliliait I excentriques qui "broyaiprit du ooir-. Maintenant, chaque ftoie dt ni gt ans rve les pire cosat do lh vie, sans c.pendant— comme on pourrait le penser— la craindre uest que les jeunes daujjurdliui ut une manlaiii profoomeot rt*. I tel point que tout idal es exclu de leur 'ne. ou no peut pa reprocher cea jeuoes. d'avoir uni ide quajivoxacio de la UOttOU de lu • cet e "faucheuse d'illusion*, ce tt oe s c*es dsttpoirt -, comme ds le disant eux mmes. Ll eit vilentqut la vie en elle-miiu n'a %  ien ue trs attrayantii si uu veui diiieqner toutes lei carctiiat-quej. Kt C< pendant, rares sont les pbilo?o tJbcs, qui oct pu saisir la concept txsci de et nui '|| vie' que l'jn nivloie peu -trs rop la lgre taas entrevoir uute la richesse d i l< es qu'elle coruieu. M lis, '• t .sprit raliste de la vieqne les ) unt a ont cueilli pour l plupart dans de deseapran'a romans modernes — doit tre mitig d'un brin d'tdealisme. . et voil le rfrand dfaut de notre sicle, o.i d rstt que les belles lies qui ont fait Brmir les gnrations passes n'exis eut plua. .injoird hui rien o'exlsts plus, liormi9 Psrgeol.. Ur, .me vie hsmee par l clat Los tbeiHa, d.m, le Mounlooncni en Uil canucha et iiqi les vignes. inl'du >avoureu\"buliu. Confine un pm la peur etfr^n moa Comme ju :.,,,„ dr I Amour. m n UntS^', t epul.re du Wve, au|.urd'liui sans defeoK, l r de icune* bapoin mon ctur an eimlii. Vv.m tes cUirs nutins ei te-, splen.t.de ou,tO Septembre rayai qui veut qu'on l'agenouill.Jmnjctm sv.-lw pjlne, ic irissonnc et le JU.S Hercule au pie ds d'Oiuphale et 01MM ira .,unouille. nent, je n'ai de lorce Vuture de rve•ue oi .eue inoniegard et tourna vers mon cœur MaiII juffi, htflas ,, uc vers roi je te lve • our que mon or K ueuil iomt et eue ru •,„;, vanqueur, PIEHE BKEV1LLE 1 ubacs de li Renie franaise Scaferlati tu t fur.papier blet Kilog Gdii %  Paca* d i 0J5 labin caporal ordiamn pn u*. Qris Moyydes ItiO vnqii't 11, ',U Escompte, d -2 9 Kilos ? n,Q W M Kiloi S OjO OQKtfi et au-dessus 90,0 Port-nu-Prince, h U sept. \9tl L'Agent.Spsial, E.IIOBEUN Or, crt eipri' cri : >nn tttta alnii ration du veau 'or.ee ralisme dans leaconceptiona. il fautj* ne dis naa supprimer tout crta, maia certes l' dulcorer. en rduire lea effets dias treux.tt q,| rs: le facteur qji rr i vera ce rsultat t Cctt le t, a.ail lotecat des cerveaux. tl faut que noi jeunes IravsiPeut nlus de leur cprvean. tron appliqua .rd^^l.^^C'U^merdevrlient^!. bot qu tnd eu e.t jeune, de se sen 'srr p-ufo s le .no.t ."'1 ^ n ite,n> ai rythme graud.oie det trop brutal, pour an ivre d L belles Mi e. qui ont i m M mr le* relcber on p, 0 les exerc cea c ?, itiona, d-adm.rer naivemsot, raie pour s'appliquer d bauS i-apwdecriuqat, avec Uut Cbo.JY II faut un brin de kkS % %  >r ecrtuse qui bon. dans de dns chaque vie, il f„t desi rvea S auoei .eines. kt je touche, |rj en fous lOieoMli, des Mtbouaittinf, un dos g. t t r,ds dfauts de ce dUranff. vains. qu'i.upo?to le, I esprit de critique Poa jinne*, avant fr.t ,upm > les jeun?e dsmolisseui ilatout ce que Vi i '•HIMM oour tre vraio,.,, Ion tait .ccoutum.unt pa.u pt... bsha, doit ^ p 41r fl (le JJJ Jj lereapau..,• %  ; PoorqooiqualdleoMIa ffmvm tamrgira d',des P Tro^•viaiiea niquw dlncoiHesja Lliedoi, ooulller lanT S -Jiet gnies 1 i „t ce pour hissesur rve, de ce .Ave qu l'on Blaoerf. •iMv.:. d autres Idoles qjiig Itt otuvretda pa?s le ditVJl5 TJientterneilea ?• Peut-tre. 4 M • I u.a d i ls!) 1 i ^ ^ •i surtout pour montrer uues t n claire Pi bjaa et a'e-'s Ol,, 2! o.veau.anim du souffle de rve".rf rt Inir-j.o. 7 r, n ,,, ,. ..;'' M OOtXt qui nest plua. { T.SSt


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05474
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, September 12, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05474

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quiuaiue anne .Vo 474
on au Prince., Ltajfj
DIRECTEUR l'HOPRIElAiHK
ImenS MAGLOIRE
LE NU MER) 20 CENTIMES
Quoidiei
Lundi kl Septembre 1924
1
C'est aux peuples se
faire les taaitres d'eux-
uieuies ; ils ne doivent
jamais se tourner en sup-
piiauls verses person-
nalits ; ils accepieut e&
concours et uon des do-
uiiuatious.
Lon Cr\MaErr.i.
REDACTION; Uae Amricaine No, I i h
Le Prsident Darfiguenavo esi-il ritigi
I au 15 Mai
-NON, rpond la Constiliilion 1889 dont il tient son mandat et
qui a rgl les condMions d
son lection
El la Constitution actuelle continue.
CHRONIQUE
s
u semble, si nous no no.s Le Prsident de la Rpublique
que. pour un grand nom jst lu pour quatre tnVvfi jSS'
ruTw qa.e"CH 'e C,Vel fldent est immdiatementriJ
liirtnn \r PM. >ympaihi;liritolo Uu Prsident qui a -e!
\ ZJt l8,?; la que8 T-** u ne Peut ltre PO" on irotS
aines lchons prsente me mandat jusqu' ce qu'un d lai
Particulier quedes cou- de quatre au* ne soit coul. .
le.-.'-!: m m -lu Conseil]
que l'existence du Conseil Ce sont les mots souligns : .Le'
E?u ?.' .fo>*tioune la. Prsident est immdiatement rli-
e M. narti^neoH?e. jgible. qu'on voudraii pouvoir inter
.aouucs si.uaginont, tort! prter dans un sens raverable au
100,- pour nous rpter, prsident actuel. M.-.,< le Prsident
JS pays est appel, en Jauvier ; que ce texte dclare immdiatement'
m, a lire ai leprsentation roligible est le Prsident qui u t
VJH?.8elrouv,>'a Pa-il "ellu dans les conditions que ca mme
Qiiucilemeu' dans sou sein'tiM' vient do prvoir, c'est- dire
nijurit dpose rlire lipcur quatre ans, et sous le rgime!
*swel; tandis que, si le* lecjde ceue mme Cons nuiion. Il ne
K-Bralea n'ont pae lieu e: que., saurait tre aucunement question ic<:
masquent, le rgime suppltif d'un mandat qui n'est pas le fjit de
c**" afc'tnt doit continuer, il,la lou itution actuelle Et cela, pour!
oie h doute que les Con-ila raison que lunule 12 de ce
a Ktat ne prolongent encore, mme Constitution dit : t Au une loi I
M du Prsident pour une; ne peut avoir d clfet i roac'.il', et|
priode lit l-dessus, on i que l'iU'iicle'2 du Code civil ajoute ;,
[lue ce serait la moindre don! La loi no dispose que pour I avenir.:'
D'autre part, la doctrine est una-l
Ooe question prjudiciel)..(niait admettre que la loi rtioagi
piante : quel que doive tre ; tout s I.-s lois qu't lie i-vit d-s dron- '
r|lK>l"'quH qui eera appel Ajucquis Or, partir de l'lection de1
iMtctiou prsidentielle du IH! \U. Dartiguenavu dwns les condition?
consti'.u loMniieraent ccnaid; dicte* par la L'oustituhon do I8M)
J-Hjuna reli^ible le Prsidant Iil y e dtu.laeiuia pour tout citoyen
{ jj la Rpublique ? lg ble la fonction de Prsident de
lia RptiUlique do prtendre navoir
'pas, pour lui barrer le chemin, la
concurrence tedouteblode l'hommt
qui. occupant la pluct dispose de
tous les moyeas d'viction possibles
Donc, ou bien le texte en ques-
tion ne dispose que pour l'avenir
ai es par consquent, incompalib e
vue iu lhgibiht du Prsident de
19 "> ou bien lu Coistiiutioc de lUlb
e contredit elle mme, en rtro*
Hissant, ce que nous ne pou von
admettre-
nous d'expoppr le montr, sur
damnent, m mandat de '. Dsrti-
K'ienavo tant sntiienr !u t.
tntion d- !.'>; ratlle-ei n pourrait
parfaire nu-, parexetaple, sa dure
fi)- ldaiie (]1 iUe i tons
ltroagif,
."Si. dans le mo de t ., eu
p de l'laboration de* rticiaa Iran
aitoirea, il s'est-nants lue trouv
des ex prit* pour penser qo il ta*i
utile de dposer cet ri \ dam
h nouvelle Constitution oour sait
vegarder les droi'9 formels que le
Prsident en exercice Unt de Ja
ConatitutJou de l8e, c"*.st par pur
exc^a de prcaution, pour ne ras
dire par pusillanimit. Car, encore
une lois, le mandat de U, D-mi^ue
nave a eu boj sort d j rgl de-
puis 1915, poque partir do la-
suelle il a tu parlai n niant entendu
q.u ce rnandut do;t finir an Pi.'_\
1.8 spleen pi rp
Cette poque priente des peiticn
'rites qo1,poor r-,e pas trp dplora
' J '' " w pas moins loq litao
i Dana notr siole, ce iont lee
- es qui *on! rmludea, en proie a
la lei i inatedie existant dj
ayant h gue're, mais aujourd'bu'
> | lu rpandue : le spieen.
C< s arme* de Booffranea et d'kor
"' ont laij profond! em-
'" te, non seul noant sur l<*s per
';">'1, mr, mais aussi et
Ces! \i n \ en le d^ryer sur les
jeunet. Pour l'espoir et l avenir du
P pour celui du moade, H
f ll" "e I men p r, Maiafiteol.
On a dit liien souvent avec raiaor,
q:i la joie d^ nos ; res n'existi
Plue- tt pta devient un fait. i h d"
en ca ifuirt-ei. Leiire te roort. Il
' '' ' ,N Par le sourire Ij'hs et
muni i ni .i.-jabud Cependant un
prverbe dit que c'en le lire qui
' i itj et beauco ip l'entre
lea viens" craignant de voir une
ration tcalir.gr* perptuer leur
anjvr \
u est vrai aup t.-u jeun is diojani
1 h i DesontplaR les robnatea inrona
i i latent les jeunes d'autan.Uu abl
Voelniiift";
k p tsentaUon
La rebrhtniahcm ,/ Baif de l'Ai-
gu! dt Mr Ptcrrt HrMik eti fhh n 8
Ostobn protbm Bien m k pu! lie
ni A/./ en 1 occasion 'appreem /,-/#-
uni du dlicat frite, il nous esl agra
bh dt lui offru ujourdbui eu vtn
lui nt Wci lent m rien M ceu\ ,',,j te.
bhis.
Septembri tropical
M Jitttinum Haut
j ilu.r du dironnler, epniM une Outtmxe.
un doiiK pirtirn dins r.r delicieux
i^'- L. vaaqw de mwkretu astre Mneite*
m u luuc cm un lytmu irui \uiint audiui;
L'enbce miit|i|iigpMai M .uoril. aux ,OUBl(.s
fc ultiran for des w,s r#ttiKs le afaiPU*

M Opiu.oi, est que NON : et
faisons d'ordre cousiitttion
letayei.t,
^J a la Consolation da 11)18,
iS,B rie ,iSfey; c'est donl
^ulre qu'il iaut consultei
ttiuer dans queliea coudi
andat a t oclioy et
tS'yo0101 ce qu'elle d,u eD
'^iderd de la Rpublique
Ltaior-?ep a,u'; il ntre en
PfaloMai.et i! n'est rli
j.jJJ^Prs un n.ervalle de
NtuS* cl*irf'ment et nettement
WE81'' l>r*8>d*nt Dartigu*
ti, M,a puur une puodedt
JT aai uvec condiiiou de non
i*prl!l immdiate.
iJJJ^tmien de 188U tait en
>r5H5Ur' la cb0f6 'n'eul F"8
m D1!Laon doute. Maie puisque
H J:1" d"s le s. ns de la pos-
H'ia ,?f. relectioo, c'eBt donc
iWun tUtr argument de
*sjhlu L0D8l"tuiion de 1918.
KiT,emeDt quelle peut tie
'Cat^'^Buojent.
^ """t on actuetiu dispose
^"'otie" qu08Uon ,iu uian
L'article A des.di-po&i ions -ansi
loues, nui est de nulle signification
ce poiqt lie vu . demeureiait doue
parfartement inutile s'il ne fallait pa-
Ui recono itr* lu porte suivante.
qui e.~t la conli main ri de I en rit o
de la letiie rie la Conatitution d,
lHal'.t, et qui est la seule luti trti
tiou logique dt)ua l'eapct :
II o^t bien entendu que le ma
dat du Prsident actuel, q ij rsun
d'une l^islatiou antrieure et q
reprseutj une lltsilion que nou-
i;' end ma liquider 'dUeitivement,
prendra fin le 15 Mai 1922, -
cVs'--dire ne pourra pat sirs i)'r
loogi au del.
Une dernire considration, El
C'est ici que nous allons voir c-.i qm
pense la Conttttotion actuelle du
mandat du Prsident actuel.
Dans ses dispositions trousitoires
la nouvelle Conititution dit, au su
article A :
La dure du mandat du citoyen
e rsident de la Rpublique au ma
ment de l'adoption de la prsente
Cnns ilution prendra /lu le 15 Mai
1922
Kuellaestla vritabh porte de
Bette disposition? Ei'.end-elle dit*
que le Pnsidtut qui tait en fonc
non au motneut de Padop'ion de l
Jonatit itiou n^ doit pas eortir d*
fonction avant le 15 Mai I9s?2?
A ce comp'e, elle arait partaite-
meot inutile, tout ce que nous ve-
Les deux Constitutions sont ain^
d'accord pour carter la etndidston
du Prsident aciu I de l comptioii
praidentielle de 1032; H les al
leurs do Paune proebaina, sjq'j|
soient dputs, seaatjiif. ou hit
seil ers d Etat, auront raoudr
ettecetts importante qu-siiou pra
lable. avant do passer au vote.
Compagnie Gnrale
TiM isitl,tnti Le sis SAINT RAPHAL est tt ;
Ju le 2i courant et r^p^iiira p-ob,
blement le mme jour poui Jrmie
Cayes, [acrael, Santo Domingo, : '
coris, Ponce. Muy quez, 1* Q
oupe et la M -t i me.
-Le sji OaK WHLLE est att
vers le 2> rouram et repartira
Cap Baitii a, Pot ta, San |i
U Coetgot et le Havre :s le ;
rant.
E. RORELIN. agent
apsre c t dans gnrations.
| rx-tt .- lifiui p*ulj5ranti
i liw u ; >^; m autant ceux-ci sont
rsufertnesetlroidt.il sembla que
'<* ces jeunes yeux aient gatc
ine borriuie et terntlle viiiou de la
guerre.
Jadis, il v avait parmi tes jeunes,
|<:e!ques auitl que l'on qjaliliait
I excentriques qui "broyaiprit du
ooir-. Maintenant, chaque ftoie dt
ni gt ans rve les pire cosat do lh
vie, sans c.pendant comme on
pourrait le penser la craindre
uest que les jeunes daujjurdliui
ut une manlaiii profoomeot rt*-
. I tel point que tout idal es
exclu de leur 'ne. ou no peut pa
reprocher cea jeuoes. d'avoir uni
ide quajivoxacio de la UOttOU de lu
cet e "faucheuse d'illusion*, ce tt
oe s c*es dsttpoirt -, comme
ds le disant eux mmes. Ll eit vi-
lentqut la vie en elle-miiu n'a
ien ue trs attrayantii si uu veui
diiieqner toutes lei carctiiat-quej.
Kt C< pendant, rares sont les pbilo?o
tJbcs, qui oct pu saisir la concept
txsci de et nui '|| vie' que l'jn
nivloie peu -trs rop la lgre
taas entrevoir uute la richesse d i
l< es qu'elle coruieu.
M lis, ' t .sprit raliste de la vie-
qne les ) unt a- ont cueilli pour l
plupart dans de deseapran'a ro-
mans modernes doit tre mitig
d'un brin d'tdealisme. . et voil le
rfrand dfaut de notre sicle, o.i d -
rstt que les belles lies qui ont fait
Brmir les gnrations passes n'exis
eut plua. .injoird hui rien o'exlsts
plus, liormi9 Psrgeol..
Ur, .me vie hsmee par l clat
Los tbeiHa, d.m, le
Mounlooncni en Uil
canucha et iiqi les vignes.
inl'du >avoureu\"buliu.
Confine un pm la peur etfr^n moa
Comme ju :.- ,,, dr I Amour.mn UntS^',
t epul.re du Wve, au|.urd'liui sans defeoK,
l r de icune* bapoin mon ctur an eimlii.
Vv.m tes cUirs nutins ei te-, splen.t.de ou,t-
O Septembre rayai qui veut qu'on l'agenouill-
.Jmnjctm sv.-lw pjlne, ic irissonnc et le ju.s
Hercule au pieds d'Oiuphale et 01mm ira .,u-
nouille.
nent, je n'ai de lorce Vuture de rve-
ue oi .eue inoniegard et tourna vers mon cur
Mai- II juffi, htflas ,,uc vers roi je te lve
our que mon orKueuil iomt et eue ru ,;,
vanqueur,
PIEHE BKEV1LLE
1 ubacs de li Renie
franaise
Scaferlati tut fur.papier blet
Kilog Gdii '
Paca* d i 0J5
labin caporal ordiamn pn u*.
Qris Moyydes ItiO
vnqii't 11,',U
Escompte, d -2 9 Kilos ? n,Q
W M Kiloi S OjO
OQKtfi et au-dessus 90,0
Port-nu-Prince, h U sept. \9tl
L'Agent.Spsial, E.IIOBEUN
Or, crt eipri' cri : >nn tttta alnii
ration du veau 'or.ee ralisme dans
leaconceptiona. il fautj* ne dis naa
supprimer tout crta, maia certes l'
dulcorer. en rduire lea effets dias
treux.tt q,| rs: le facteur qji ,rri
vera ce rsultat t Cctt le t,a.ail
lotecat des cerveaux.
tl faut que noi jeunes IravsiPeut
nlus de leur cprvean. tron appliqua
.rd^^l.^^C'U^merdevrlient^!.
bot qu tnd eu e.t jeune, de se sen 'srr p-ufo s le .no.t ."'1 ^
n ite,n> ai rythme graud.oie det trop brutal, pour an ivre d L
belles Mi e. qui ont i m m mr le* relcber on p, 0 les exerc cea c ?,
itiona, d-adm.rer naivemsot, raie pour s'appliquer d bauS
i-apwdecriuqat, avec Uut Cbo.JY II faut un brin de kkS
>r ecrtuse qui bon. dans de dns chaque vie, il ft desi rvea S
auoei .eines. kt je touche, |rj en fous lOieoMli, des Mtbouaittinf,
, un dos g.ttr,ds dfauts de ce dUranff. vains. qu'i.upo?to *
le, I esprit de critique Poa jinne*, avant fr.t ,upm>
les jeun?e dsmolisseui ilatout ce que Vi i 'himm oour tre vraio,.,,
Ion tait .ccoutum.unt pa.u pt... bsha, doit ^ p,41r,fl (le JJJ Jj
lereapau.., ; PoorqooiqualdleoMIa ffmvm tamrgira d',desPTro-
^viaiiea niquw dlncoiHesja Lliedoi, ooulller lanT S
-Jiet gnies 1it ce pour hisse- sur rve, de ce .Ave qu l'on Blaoerf.
iMv.:. d autres Idoles qjiig Itt otuvretda pa?s le ditVJl5
TJientterneilea ? Peut-tre.4M I u.a d i ls!) 1 i ^ ^
i surtout pour montrer uuestn. claire Pi bjaa et a'e-'s Ol,, 2!
o.veau.anim du souffle de rve".- rfrt Inir-j.o. 7r, ,n ,,, ,. ..;'' M
OOtXt qui nest plua. { T.SSt "


*
Notre pays est hab tu voir de
beaux lans et dis chutes lamenta
bls. L'enthousiasme ne dure qu'on
moment ce n'est pas lui qui rde
dsns les hauteurs les mes qu'il sou
lve. Il n'aime pas les tches inap
parentes et sans gloire. Ce qui pour
suit, pour la pat faire, 1 uvre com
mence, c'est la constance.
Voil la tutrice des oeuvres. Inter-
rogez-la, elle vous dira que tout
n'ei pas gai dans l'ducation de
l'enfance. Il y a des crises moi telles
i prvoir et d'angoissantes douleurs
conjurer,
La sollicitude est b. Ile, l'affection
est pure, le dvouement admirable
Mais le compos de tout cela, c es'
la constance. Cependant beaucoup
refusent de lo pratiquer. Elle om
poite, il faut le dire, des exigence.*
auxquelles bien peu veulent se pi
ter- Elle soumet ceux qui l'aiment a
toutes les preuves. doutr,sirca?me,
rcrimination.
Ils sont en trs petit nombre les
hommes d'initiative qui acceptent
cette situation, Marcher ave: patian
ce est un rle secondaire aux yeux de
, ceux qui ne voient la grandeur que
dansla cration.Ils sont fiers de sed rt
fondateurs. Insouciants du mal qu'il
taut se donner dans la priode des
ttonnemen.s invitables, ils vi' n
dront vingt ans aprs, lorsque l'u
vre sera en pleine floraison, revend
qurr une paternit oublie.
Non, je prfre la constance d
tous les instants l'enthousiasme
d'une heuie. |e ne dnigre certain
ment pas l'enth jusiasine, puisque
j'ai dj reconnu avec les sociolc
gus que rien de grand ne s'entrt
lire ni sans lui. Mus, quand il s'agil
de lcompenser le mrite obscui
j'oublie l'enthousiasme crateui
pour donner la ptemire place sa
seivantf; la constance.
H y a des oeuvres qui sont d'uni
prire lente et qu'il faut proigei
contre .1 action dissolvante du m>
lieu. Les associations fondes en vue
du progrs social sont de celles la.
L'ide qui, hier, a pouss les hoo
mes i se runir pour raliser un rv
commun, les sollicitera demain i
reprendre leur indpendance. Ch
cun veut trouver chaque instan*
l'occasion de parti're tout seul, 01
d'affirmer mieux que les autres s
personnalit.
Cela arrive surtout dans les cet
des o les bonnes manires ne
e suffisent pas il faut plut
discourir discuter. Les homme.'
de discussion deviendiont des i
ne
se
! Aot Iti put i u> f>isnoci4i pat Mr
Eug. tirdinand, ajmmutrttur iili
gui U riumtn d'avant bxtr :
Messieurs,
En ma qualit de Dlgu Gnral;
',\i
|la fte des
Nom rtuvtm la Uttrt iui.aute:
Port au P/ince,leia S'ptembre 1921
Mon cher recteur,
Veuill 2 je vous prie, rectifier dans
et fromoteur du B o: National je me il nBro m*me c ftjMS
dois de vous remercier de l'emes filet paru au Ain/m de samedi dernier
sment avec lequel vous avez rpon-
du a notre patriotique appel.
Vous avez par ainsi rconfort no-
une petite eneur qui s'y est glisse
par manque d'information prcisr.
Eneflet.il n'est nullement met de
Infirmires
Squestres
AVIS IMPORTUJ
Belle organisation.cour iicherntn; Afin d acclrer la prijl
dcore, comp'oirs assortis et la-Comptes, des Maiions laV-*'
porte de tontes les bourses rien [convient de fixer pc-urc
n'y avait manqu pour assurer lel*on une d,te laquelle!,,
succs complet de la fte donneition des ciances sera ant
par les lofi-mires de 1 Hpital G En consquence,! ^rii
nral au profit de leur role. A re [crances sera arrt pour "
gret la p'uie se mit de la paitie et! Aug. Ahrend's, W. ^
les recettes n'ont pas t ce qu'on | Buck; Bieber&Co. Phcie
pouvti- esprer Tout de mmelaparjle jeudi 8 Septembre,
tiethtiale fut excuteeton eut le) usine i Glace,lurgesm
an . Weienhorn |e
tembre.
Edw. Lu*, Mo
lrmte, Cayes,
cour ^xlw"^ru^cCZ'\uslu'l combien regrettable de ce tmraire t trs go e de l auditoire.
uour puaiv u,Hu i ^ pj^ Nous pensoas que les organisa
J'tais aid en ce moment, de l'in teurs ne se feront pas prier pour re
semer tous les vieux thmes de dis*
coides, a rappeler toutes les veilles
le jeudi 22 Septembre.
Oloftson, Lucas & Co
& Co ( Pou au Prince, '
;pPVlatio"7VJ\e7d'7n"p;"que' iv -a sieur u Marie, cafetier donner la fte coatrane en P*lUig^a?8? "^
nous voulons liquider franchement **bj J"e de "*! usl0e' ,e al P" ,a PlU,e' ^."WB*:
<1\JUJ VUiWU IIUUIUWI IIBUWUbUl^UI ... 1 ..
- nos statuts l'ont loquemmect fu rf, dbarrass des mitai de
dit / Tout cela dans le but d'emp l saillant, qu aprs avoir t atteint
cher la constitution du Bloc Natio P" ul d.un5 b.le8?ure a Ia ma,D/,
nal.lequel est appel rendre dc'-a- Plus ard- lc d,t geur tant
tant* services toutes les classes du venu furieux comme jamais, a.
Pavs sans d.stiuction aucune. ^""r'*&?*+**** Mtorologue du
L'Union ici, Messieurs, est sin re 00' * *a'l" "* , L" ,I Pet. Sminaire Collge St Martial
et vraie. Nous sommes tous des fr Jfg L^J*^^/^1^. >'"for< '*' " de * ,a
res. Et c'est dans l'oubli dun Pass de " 1 aI ****** mo? P,us date du '. septembre qu* d aprs
Avis i Weather
Bureau
la IL P- SchHrer, directeur de
S huit. H Tischer, C. Vom,
mardi 4 Octobre. ~
Pert-au-Prince,le6Sep'tBlj
Les Squestre Uqul
A.)
O SCARfA,
m
En Venli
auquel aous tous avons une pa't de raJ/,fg,e1, qa ,l mit eU lc empS vis du Weather Bnroau
resro habilits Pass que nous vou i.1" .
Ions conjurer tout en respectani ses Bien y're.
plus chres et belles tradi.iocs que Cha,lS DESBAS
je vous mie de crier avec moi : Vive TT r, As.s,i"nlf """
Haiti, Vive le Bloc National. 1 U$,oe a Glace de Port au Pr,QCe
hiURton. les navires voulant voygerp tt ****^*^ ^CRl%\
vers le Pelitei Antilles du Venezue-
la doivent retarder le voyage au
moins pour 30 heun r.
AVIS
Communiqu
Les membres du Bloc National
sont invits i se rappelerquedemain
mardi i quatre
l'ap e: midi aura lieu la runion p.v .
jete toujours au local ordinaire de Assemble gnrale ont procd, q te devant parti- nour I riinn.
l'Associat.on No 2136, Turgeau. fPrs Ic vote du rapport gnral .u gef, Monsnur W ^UY BOJb/;.
Le Bureau aura i leur faire part la, marche de l'uvre, la formation eS| chirg) de U procuraiio.l e,v?TS..a'* "" l/*lnii<*
d'importantes communications. d'un nbuveau conseil dAlmins'r loatfl ses a 1 lires ffuralimeut
Port au Prince
Mutualit scolaire
Li s)ussigiie porte ' U coq
S^SScSm Hi malin les membres de la Ma aaissance da public en gnral
heu la runion pro tuali, Scolaire du Bel-Air, runis et d l commera en p irliculier.
pou bt
Chez Henry STAI
Rue du Quai, :n face de ui
AUeutioi
Colonnes Balustrades,
nieras et blocs on cit
arm
A partir de cef'e daU on
Mr L Louissaint, prsident r u,
Dmostbie Massante. Secrtaire r-
lu; Bienaim Hyppolite. Tisoii^r,
Une brochure du
UT .4 Il OC II/ rlu; ojt t ..nomms conseillers.
v, ____ MM. Chris'ian Coicou, Antoine h-
Nous avons reu un opuscule in- __. x o, c t.,. .t n r
titul .Rapport entre l'Instruction, la tfCot J^S^JS?
Psychologie et l'Etat social., par 00 aviL" N(" mpl.ments.
VINCENI G MAKHLOUF
4, 6 & 10 Rue T averi-e
de l'tltat, ces article* ct-d
dnomms et dernier en
toute concurrence.
Pour les commande; m
aussi s'adresser au burml
Port au Ptince H ITI, journal-
initfa
re ami le Dr Anhur C. Hoily.
L'ouvrage e Bellegarde et Auguste Magloire
Nous consacrerons on article 1
cette intressante tude et prsen-
tons nos meilleurs compliments i
l'auteur.
ion ?oiip
Caves de Bordeaux
qui
pour
mules, des adversaires
prendront la parole que
omettre.
La mise en pratique d'une belle
ide prsente dans ces conditions
des laideurs qui dsenchantent les
plus fervents. On arrive la convie
lion qu'il vaut mieux se renferme!
chez soi. ou bien, puisqu'il laui
quand mme se communiquer aux
hommes; se contenter de tracer
tour eux quelques lignes qu'on leut
letera par la fentre. Les crits ag
sent au loin et obtiennent mm<
une ampleur que la parole ne sau
rait produire Mais, pour agir direc
tement sur le milieu et obtenir un
rsultat 1.mdiat.ilfaut qu'aumm>
instant plusieurs se voient et se pat
lent Aursi, le droit de runion est-
il le droit primordial pour les soci
ts civiles comme pour les. socits
politiques.
Mais, ce qui est dans l'esprit,
ft-il le piusgrard b;en, Le ralise
pas toujours le bonheur. <*>a sort
d'une assemble tumultueuse avec
dans le cur, cette parole de Sn
que le ne suis jamais revenu de la
socit des hommes sans me sentir
motns homme.
Ce qui fatiqae le plus le penseur,
c'est le doute. U peine, il blanchit,
moins sou* le fardeau des ans que
sons le poids du travail intrieur.
Lorrqu tl essaye de sortir de lui
mme c'est pour tiouver la vrit
que ses semblables ont pu dcou
vrir Mais .s'il ne trouve que la con
fusion chez ceux li qui se prten
deat les plus clairs, il prouvera
le rrgret d'avoir quitt un moment
sa solitude. Cependant, nous sont
mes unanimes a dire que l'isolement
Il n'est jam ils trop tard
pour faire des entan s L'affaire dite des trsors
Letiibunal de Cassa ion rendra
Vouhz vous que votre fils soit ur demain matin lo haurex on arrt
4eme Ne layiz jimsis avant lge dedsaisistement du Juge Lecouf>sir
de 40 ans. dans l'affaiie Cuebas.
C'est, du moins, ce qui semble r Samedi aprs midi la Justice mis
sulter d'une communication d'un sa en ,,beJt Nerva ?D" ?.onlre T1]
vant nord-amricain. une ordonnance de non lien a t
Le pre de Benjamin Franklin eoque'--------------------------------
.va.t 51 ans quand son illustre 61s Clude Steam<i))
vint au monde. Celui d Edison eu -, '
avait 4), celui de Washington 38.ee CoiiipaUU
lui dt Sh.kespeare ;> et celui de
Walter Scott 42 ans ..
Mais il y a mieux. Le pre de
E uKRElX,Propita?i-e.
Pour rporirtre la de 1 aide 1I3 nombreux din s, Ur DE
a crer a partir de jeu {i 1er Septembre : Le Djeuner du PU]
U est rappel aux socitaires que Jour avec lio'-s l'u re, Dsert et caf au prix dliant toute 1
le Comi'4 s ge aujourd'hui partir currence de 1 rois gourdes le djeuner,
de 4 hres p m, au s ge social. j Le mtnu sera a'fich lous les matins 9 heures.
Us repas seront servis de 11 heure* \\2 2 heu es-
Imprial Life Insiiram
Company of Canada
Par de lgers versements annuel, vous pouvez assurer wf
U Imprial Life assurance Comr
of Canada
Toutes 3ortes d avantages : paiement de dividendes tn
ousles ans. lesquels dividendes rapporteul 6|o d'intf)
.., n,.-n ,-. ...r. ~, ,,,,.,,,, r,, , n> a prs I rois a ils, ob'eQ li m d'un empr un s'le vanl j usqu> J
Ueaudelaire-un mdecinavait soi directement de New Yoik est atten d" montant de la palice. ele, sont garan'is par le Go
sant ans passs quand naquit le fu du ici vers le 14 du courant et lais Canadien ;
Pour plus amples renseignements, adressez-vous
Brandt d> Co
Foreign Services
Le steamer Lak Fariaton venant
ur pote.
Donc, vous tes prvenu ..
Les Elections
Communales
Le journal officiel publie des circu-
lants du Secrtaiie d Etat de 1 Iat-
sera le mme jour pour la Colombie
via Kingston.
Port au Priocfl.le 12 Septembre 1921
E- F- CLEMENTS, Agen*. Cnral
CLYDE STEAatSHIP COMPANY
Foreigo Services
Le steamer Oreat Falla sera de
retour k Fort au Prince le 15 de ce
Reprsentants pour Haiti
Rue Courbe, 1257
mois et laisser* directeraeut pour
rieur aux magistrats communaux de New York le 17, prenant du fit
ia Rpublique teia'.ives aux prochai- pour New York et l Europe via N.
ns lections communales Four de plus amples renseigne-
A partir du 1er Octobre prochain IU3nt " **t pri de s'adresser
tous les citoyens jouissant de la ca- 'office de l'Agent gnral.
facile lectorale seront invits par le
Conseil Communal i venir se faire
insciire i l'Htel Communal sous le
conule de la Commission lectorale.
Port au Prince le 12 septembre
1921.
E F. CLEMENTS,
Agent Gnral
Salon de coiffure
tue.
La socit haitienne se creuse, se
divise, parce qu'elle s'ennuie- Faites ,
qu'elle rapproche dans toutes ss JfiS? * ,,vii BqaH9 ,a ",0^
t 1 j -.i ae coinore de Jusu Rodriuuez el
pait.es. et par la vertu de 1 unit tranafer su No I6I0 de
elle sera rgnre. Hue presqu'eo face de
IFREMIE. Keitul.
la Grand
a maison
The ta Miller's Tnnic Wiit
Est la fontaine de la jeunease Toutes les personnes dbtl
r devraient acheter une bouteille. ^#
ueatsuBBi le tonique reconstituant qui cote le meilleor
Allez aujourd'hui mme la
Pharmwie Centrale d'Hati
csrla quaulit reue est trs minime. #
Ben miller's Tonic w
Fontiin of youth apply to
Pharmicie u5Q(rale d'H-Ui
Prt au Prirut
i.
*


! tir. i
%W3
Crrr

3i
\
\
\


Ivr *ci'."r. *.
^ . :.ii> i. '
fnor- .'ci v>
E; *- .-* V :
i I. I Ml-- .. t .^
lin- -.
f fui i li ti
........
i iaJi" 'i
, teianir. .
j.. Icled I, ....
llVrtitlO. -'i"le i
1aj:t r.'.n,.n..
Ixun envci ,-.>.<. r ntjartrment
t-io*! atr-:i- eiK% Carnet
Ci K..c.r H y I I i II ., l.don,
Vaillant <$- llouet
Agents gnraux pour Hati
Revue
des Deux Momies
i. '* Jf / t.iwute Pins
SOMMAIRE DE I IIV RAISON D'i
if ACl*T if si
Suprme Visiond O rm J
lo
. Lnorrire rux ;tb dx cum:, bC
'eu. \uiime p rue
Louis Bertrand
L'tat fcfp'Hes tsnrto
__ aui E t. L' v .\ -Y v r;,j)er
No grarc.N ih.J*. I Gei m| de
C?tflrati._ || \j loi (! ,-ud
Ap;>! quicze a"s d* Sparation | i
Le C'eig Vte Georges d'Avenel
Jem de La Fontaine III Psych.
Les a m-'s de la Fofitiitf*
> Andr Hallays
Noix Dttusre r.s\ale
Rer La Bruyre
Un Bi urgcoir. Parisien pendant la]
Rvolution Lcuis de Laurayl
de l Acadmie des Se ie ne es.
le Corg es de la Chamb:e de
Commeice Internat nna'e
Mauri e L'wardcw?ki
Revue Scient fique. Pour piuder
l''ude d'Eics-nn
Charles Norimann
Chronique de la Quitzi ne His-
toire Politique Raymond Poincar
de l'Acadmie franaise
PRIX DE L'ABONNFMENT
. Un an Six mon TMt
Pans, Seine i
Seineet-Oiie So Ir Dfparthments i
et Colonies Franaises 86 fr. 44 fr. 25 h-
BnAMOn yi (r 47 |r. M ., , |
Lu aboniitmtnts fiai lent du 1er et du 1; J,'
chaqut mois
Ptia Ju Numro 4 f 50 Etranger 5 Irancs
A. Victor Gentil
Ag*nt Gnral pour Haiti
1731. Ihiedu Magasin de l'Blai
BaJaBa
irdoDnerie
* Ii Coosci ne?
,il2L Rue Rpublicain*
JA ct de la Poste
[ Irroux sortis de la Cordon
"i* Conscience, dirige pai
Jble Ernect Camille, ont
uneue et l'une solidit incro
noyai Mail steam Grand Ulei de France
Packet Compemy j P. P. PATRIZl, propritaire
..co ,tfvi7>7 ?lous.Ies Jours, un menu rci'l qni sera alficli t 11s les
HOTEL?nfTRANr&^^iKSL1^ dieuner GH\iVli
bourses. l lta ** S8roDl PO: e de toutes les
le menu complet avec vio toujours m dollar.
n L 'vc'5 ie 1> u cou ant irenant du
On y trouve dea channsures en fret pour n,,m.,r su. !. j
tousgeores tl8 que ; Bouliera d Norcf ^uiopr, va 1rs ports dt
foot bail, Baodalee. lpr travaux ^ont D ^.V-~VT ^
excuts lelon le gi 'a lanodel Kobc.ts DU ilON et Co
franaiie ou amricaine. Gr al Agents..
Les prix sont lai s avec conscicncs >
et dflsnt tootn copnrrfnce.
Edgard Laroche
Comptable teneur de livre*
Rue du Centre No 1527
Avis
Ma J. B. VV. Francis,avocat a ur e
rorareut ica ion importune A f ire
au nomm Joser h Marcel, ii' de
^ arie Valvert. n .fort au 1 r n t,
le 8 Mari lef 8-
fiez vous
des imitations
Jv* untat reconnu que la Composition Vgtale il-.
yd'a E. Pinkham est le meill, ;.r remde pour les msta-
des femmes. Des milliers de femmes tmoignent d
art Malgr' cela il en est qui se mprennent ta ost*y
aautres romries, soit disant rus i aces.
' <-'5v ce dus risquer besui a d'essayer ces rem-
^'t t.W-il r.r, prfnabla de t'en tenir ni m
jnt reconnu comme efficace e! SafiS gal peadltt prlj
06 enquant ans.
Lise* ce que cette fer .nr 3 on pense
San Jos, Costa Rica, C. A.-" J'ai employ la Corn-
PWBtion \ gtale de Lydia E I' nkham pour ies malaises
"*|)y aouffrah depuis deux ans. J'avaJa des douleurs
la tte, le dos et le ventre. Des vonji.sscr.Knts (i
jwta m'empchaient de travailler mon mtier de cou-
y^ ,e" Jai ,l1 un fascicule concernant la Composition
f ta| de Lydia E. Pinkham et \t Fai prise; ma sai t
^maintenant rtablie. Je ne manque pas de L dire 1
Srt V*** a"l!es*'ui m# questionnent sur ma sant
* .au* Marix C. 8va Ave, Calle Puebb, San
^* Wca, C. A.
\^9r" 8ye* PrndenmsT.Vn-. \>tn qo U
Composition X^gatala
^J lydia E. PnkKam
M v K

i

puissant aiioupiqus
Sans Mercure ni Guirre
ulvant le travail da M. arOVABtft
Chliul-.to de 1 lu.tttat Hltatr (1B07)
JMte^jaajMtoBJaMBj tons les microbes de I
et Z>yaoria de. f r. heuttiT
Indispensable contra les Epidmie*
h.' 5 ,'*,"le calllereu .v,in,"^
a litre 'an poarteaa les naar.. '
SeeMM de rAMOOOUSr, Rue t.. -.lf,0Hni. "Anrs /
Pharmacie F. Sjourn
- MEDAILLES /JARKM' EXPOSITION DE BRUXELLES l'JlO
Drogueries, Spcialits Chimiques et harmaceutiguss.
d a . j Produits franais et amricains.
m^S^^L\X}^Sima^Mm Wicament-mw. stril.^. et
niett-bles.pc.alnes : Serutn n /rosa.que Simple et t SaSSm
ODHVDnAGVRK Srum de Monvau, rernpUini le ??ax^ t.
calcrt,dn4 dei W et Hodm. Il a toujours en stock Vkv'I^oT,
SIROP PfCTORAL fcLLVtR de Peniylvanib,
Dpositaire du Pmvbntyl
__ neprsenlant des Laboratoiies 'LEBl\L
tu resta : raajai im rtt.n
Hnxjua
Cacao Peters
f V^2o2?l?n^Ae* S Vieux Lope Mr
b Monsieur LIOJXEL BERMIiVGHN
Keprsenlant dune grande fabri-
que de moulins canne,Distillerie
et autres machines de Glasgow,
dont la renomme est faite depuis
longtemps,
piiimS!I l^nSZ!- ^""^.^^ -Comlttto! ris
//r!i^. S,eU8C8' L"* <"* conte kw^rl
^aralotfucs etrenseignemmt m>ont envoys surd.m.r, le.
s
--,-& "i-L,
sV ^' .-*-


MATIN
La Rov>l Bnnk of Canada
A le plahii d i
poiler la coontienan e de sa clien'le et du publies b l a 'L"M
d^pcsiiion, panir de ceite dal , peur
pxpi r* d fam lie,
Le dpt des titre de propr t
b juur, < bj h p clat rt *>U\
Des roff e forts de la denxiie p faction cnfmi
des casiers de troin dimensions diffrente*.
Ces casiers, ingnieusement disposes tout lait indpendants es uns ijes 'r coatieaneni
l'io'rieur de Mi premire porte des lireirs ferms mit absolmes in* iola bls Bien quir.eotn,
bus'ibles. ils sont renferms am le Caveau de l< BaBque o ils s> irouvju i I abri da tous nqnea
Ils repliement le dernier moi des progrs raliss i n ci Jiore e" cona ituent pour leurs locataires
une garantis absolue toutes les conditions; de scurit t.! da coDinodr darrab'cs- l/oo ne saurai:
recommander de mf'e. \ tous ceux qui fout la recherche d'un lieu ifl, l'abri de touie tfea-
tualite lcheuse et de tous pour leurs objets prcieux'
Pour les conditions de locatiou, s'adresser a
La Royal bank of Canada Portau Prince
Noire Caisse d'Epargne
Aot profilons de cette occasion pour rappeler la
population la ncessit d'parg ne%\
Par ces ". s d'incendie, o chacun se ire uve expos perdre < u i u Bt, u 1 Iru't d- ton & so[}'/s J> Z UJ') T
et\stence, l'on re saurait mieux faird aue d confier la Causa dEpa>gr*e de la ROYA.flj li.NKOr ,
CAaYADa le ont nt de ses conomies et eut l'argent qui! serai dapgereui d i garder chez Soi.
L'ar^r ot dpot a
m\ & FIXK i^
Tous p <)dtiiixpharmaceut'upi{ze\\
a ticb s ve< dabletdan* ute phuv^
I ys< 1, t'ilicu : uei-.til ice ucompara "i
i ",. ,,L. n o :i Ki ulsiou, i.\ ru !
U, -fo'ai !" ; '" l1'- ' & *' c*.Mexq u
i i { e Talcuiu \.fi' ; C tsl i' x rie **
b>a msicn e*d. etc.
Demandes le prix courant
uYSOL : le meilleur et le plus :ono niqje d s ianfow
La dsi l'ii i u.t employ da-.s tous les g a xji i1(-,pl
I .VI : p tite cuillere d : L\sii d us une un e d'eau dJDe
,u aelutiou 1 1)
DEUX ~l
(tne pini reprsente eni o.i la conienince de deux Terrai
naires)
Le / ysol s'emploepiriic lierem n d menls i io'.e, iit3tlj n, .worsurs de clrens. Piques*
res d'insecl s. Iv>jpii),.s i\i la p-'a 1. Biessur s l\;,.tS \H
llle, p' ur I hyjii.e personnelle la '-i et e, b 1. mil Ihnj'iJ
b es des m 1 :{' I . cli niibrj il b un I : vva'er closet. les j
Avant tl api- I ; balayage Pour ccauiserles bls ure^dtsai
il la tenir propies,
Dans i s a plus <|ue d^us lo s ai 1res cai
ujo isuuesolulioodei vs -tlnsctaj
bre dt* voire apparto eot
baqtu 'lacon conlunt un protptctus
La Caisse d'Epargne k la Hop! Bank oi Oao
m
Lehn <$' Fink lue.
M II YORK
Lon li. Thbi
Aynl pour- Hai
lf^pporte ?rois pour cent (3 oioj d'inl (s par ai suis apeans
rkqoei pow les dposants et constitue uj placeinen! de premier
ordre et de toule iferrit.
Porl nu-P/iiice. Hati, le IjrJuin llUl.
1
Service de fret et de passagers

New-Yorl
Hati
i ceux qui dsirent d|
ivlalious srieuses1
Port-cu-PrLtcc, le 1er Septembre 1920
Prtant expdiions directes pour finglelerre f\ l'Europe et ?ice-vrw. Connexions de'
bateaux New York. Le i lui r^ ide pi 1 dm s direct aen ice le i t p mr l'Euroj e. Adresse
A.E. Palenon, Gnral Freii b Agent, l'i, Stala Street, New Voik C ly fie: payable
eUtinaticn l'exception i!u Miel.
Un dpart par semaine^ New York d tectt ir.enl pour Port po P'i- ce et on autre par
mo's pour tous le- po^s d'Hai i. Sen'i m p i i ur;' (lf> Pri n ire classe. Les s- ivanta
sont nos Agents dans les principaux por s d Europe et d'( n, leferre :
anglelerre. fOSfie 't P ronce :
]MM. G.W. Slirld n 4* < o, 11\ James Street, Liver-
[pool, Enyind
Copenhague, Danemark .
MM. .E,Bendix V (o, t?/, allegad?, Copenhague
Gne Italie :
M M Henri Coe *f 1er ici, Pia-AAi S. MatteoA
l Cnes Italie I
Lhritiania Norvge :
Internationa i >*p ditionselkap, Christiania,
llumbowi y Aitmag : B.Vogemanni Hambqurq,
Oolhenbourg Si de :
b/odish Ejcpi'css, Qoth en bourg
Le stiyue de Panma l.i ie ertre New Yo k et HiUi, en vue des imogimeoil qui se sont (
iera d'une uti.it considrable, il ts. la voie 1* j 'us rapide par laq m l \o; maichiadiaei psaveu
cite expdies
ks connaiisemcnts couvrant ( Ot pour New -Yu k ve; opinai son roil fondre?
le Havre, l'ordcaui ci: Ai vers ?erort livr
o. b. thompsox J""';;r,',
Confies vosr\comm'aulc> aux
ni a in o s c u i va : i e :
VW< NSON >S, Savons
.!. w KARNFB Jr, Socre. Riz, Bpicei
IEHN& FINK Inc Prodoit'* pba maeeotiqoM
M. I.d U HN-n:iN & S(NS, Tiaans en ,' i
THK QUAKKH t)ATS CO. i mu ^ nroiniti a.' rt-r&iea
wK'-'ikmn lOBACCOto. r bac ^s
Ce sont dts maisons dp. c wfi-mee et d' premire classa
lu 7/itt VA Agent poarfl
.DKM-IMDEZ
Le cliocotaf en poui
Cocoa de eiin & Fi
Wghest Piaity
Absolument / ur tl d'un qol trs ajri-abl : Ctstjenitjlli
La i ente dm ' U les ion ia phirm i ;<:. n mataomsa
Pharmacie Central!
Produits de luiie frakhew. Excution protnotettU
ordonnances- Spcialit* pou.' toutes les mulw*
V E R M O UT il C N Z ,V N 0 A'dc AT?
Columba orafouolas & ite
Vin-z voir l'espoiiion ds bieis cornu: Cola^^a v--^
vous aurez tn mne tf mps voue .ho x er-tre 1200 Disqus
-u deroiei p? x et baisse, rots trouver r. un morceii nue TX
Toc joui en sol; Tons les riers'ones pour pr-fo? "^B ^
R;ssort. A gui'.ks en acier, a'ors )s vja< ircomniiid-' '* 7 "% j
veaut : les AigotCts m 6bre, Co.nint ua sai doux et si;f0'""
rauique drg Cjlombia", ...
A'iencu sous p;u. Les Mr npues Natio:a'es dJ 1U*
IUSTIN ki lli b
En vent*, chez ;
L Fraetzrnnn Agjerholi,
.19W n r 1: p I ir 11 u!, Porl-au Pr">ce
RUE DU UUM J
I
Agent gnral po|ir


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM