<%BANNER%>







PAGE 1

I E MATIN Brlenieut 11 iti brl ce maltn, apris Us for mslttis Uzaui ;j OJO gourdes de billets retraites dis anciennes animons. Ntus rappelens au public que ces billets seront compUtenientdmontisesaprrs 6 heures du soir. Un brlement suppl mentaire aura Iteu sitt la rception des stocks de province par la Banque. m Noua pouvons donc dire que le march hatien ne lire aucun profit de cette dernire exportation. Lin ouitrle agricole de la canne rend, il est vrai, dans le pays, quelques snr vices individuels, en assurant le p)a cemeot dea cannes de quelques rendes habitations et d'utilisation d un peu de main d œuvre. Mais II en est ainsi du cal, du miel, de nos boiade teinture, du coton qui toot vivre une grands masae de travailleur! et une proportion d interra^ diairea indispensables. L'industrif sncrire ne lait, cet gard, rien d plue. Mai, part ces avantages indivi duelg, nos denre d'exporfatio.j ren dent au march haitien le service essentiel de l'enrichir, puisque leuralisation sur les plac* trangres dtermine l'entre en Hati de nouvelles rtcbMMa, diiia lu SJUB eono inique du mo*. La ricfnsre rsultant de la ral astion des sucres de la Hayian American Sugar Company ne ren irent pie, elles, dansje pay*; elles restent o elles sont ou vont ailleurs. De l une snotna ie coooroiqni grce laquelle la paya est const. lue victime de sa proiucHon. an lieu d en proticer. Toute-iprit srieu pensera HVPC nous qu'il faut remdier nne telle situation qui n'est pes sbua pril Comiiien :' Pot au Piince, le 4 Sept. 1921. MM. lesDiecteurs du Nouvelliste En Ville Mes chers conLres, Vous avez publi dans votre di Septembre tion du 3 Septembre courant une note inexacte in iiu'eaL'atiaire Cordasco a. Vous avez, sans doute, lu dans le t:rops, auesi bien dans le c Matin que dans L'Essor , les dtails de l'a fi ire en premire instance. Les eftoita d'un intermdiairr qui ivait essay de tous les moyens pour soutirer de l'argent Cordasco s'ttnt briss contre l'application saine, im partiale de la loi par des juges corn pteuts et incorruptibles, l'on a re cours votre )ouroal poar uo. nou veau genre de chantage. Il n'est pas vrai que Cordasco ait 1 jimais touch mme un mois de loyers. La vente de l'immeuble taie! dans les conditions que tout le mon Je sait. l'Etat, CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT Nouvelles Etrangres PAR CABLE PARIS 2 — Les lgionnaires am.4ncins clamas oar I* foule son partis I H h. 50 oour le Havre ils on t SHlua la*ro Dar y||. Bnn n d Barthoa Bmerick.Le marchal Foch sait, l'Etat, qui a toujours recon : 17'' gmces de Cordasco quant au paie Plusieurs millie: d'enf n'a da la lient des loyers. Do le procs 1:1 tsnt contre 1 Etat par Cordasco qui Seine soutenu oar la cimiN* d" KVharleas Chi'd.'en assistaient au dpart dea lgionnaires La .\'o re lgislation douanu'-i-e. jusqucea derniois temps, prvoyait une prions l'aiportitioj au sucre: ruait le Dramback qal assurait au ngociant ayant exporte du 80OT6 le retour d'une valeur quivalente celip de c*'tte exportrtion. sous for me de dduction de droits d'impor •atioo. 3'tait an encoursuemem wr t uu mouvement d'exporta tion devant inlluencerUvorablement aur 110.. e baiauce ooimuercuie. Les rares usines aoorires du paye, qui exportaient aiasi, soui le nom d'uu ngociant tabli en Hati, de tafblet quantit* de sucre, taient ellesmmes tablira dans le pav-, de aorte qu aucun don te n'tai possible que l'argent provenant du sucre export dut revenir en Haiti De l 1 l'explication et la justification de cette prime. Or, eu ce qui concerne le sucre Ce la Sugar, nous avons toutes sor tes d'aseurancea c,ue le produit de aea ventes ne revient en Hai i que juste dana l'infinitsimale raejure dei frais gnraux et dea besoins de I entreprise; le groa de cet argent tombe dana l'actif des socits d'ex ploitatino sigeant New Yoi k ou a Chicago, e, loin de revenir en Hati aoua une forme quelconque, vont probablement en Europe con tribuer sa reconstruction. A ce point da vue, il ne faut pas craindre de le dire, Hati ne joue qne le rle d'exploite. Il faudrait aviaer. par une mesure lgislative fiscale approprie tierd e*l fcheuse situation d* la prodno'ion hsltieooe via-e-vis .\ ,.„„ ^ xti^t^. financires e ..b'ie* S l'eCran^r, 'in proli' pouvant DO(D0#ni*r le dAcil que caus a notre ba'auce conmei Ciale cite exportation sans conte partie; et Isnt •i'autres varfagps liacaux dont bioiioie l'organisation dont r"'f pailong Nous croyons Bivoir, par eierarle, que, excfoaj' d 1109 disposition de notie iL'Kibiaiou communale, In 11 a cne pi>e pu de lie >nce ni de pa te'itH pjur uax franale partie d* son pei.-nnii.'' traogsr il M iiamea. aona prt-, M>\ i C ro it des ouvrier* agricoles I' r I* fut (pj on sige aocibi ti tel pis tHbii %  Il 1 1 ell> thajpyd •'galsmeatj aeioi toute pro habilite, 4 uouibre de ctu-^es pe saut hiu IB .intreii en reprises U un tsiei Nou>( aurions nnuvi's • grce dt> Tcriui ner contre pa eilleti faVenr: aile sucre il* la ilasoj >osH d-toa DOUe eph a>ent acquiesc 1 l'arrt de la'liu u e rception. Ils on t reu* ..our d'appel eu prenan', en vertu tu dit airi, hypothque judiciair; •ur le bin coatre Pierre Paul est en Manquant a la Binque une Saisis >ppOM:iOd sur les 4200 dollars de fiPiiiite leur arrive au Havre mairie Pt se sont embirqu sur le Looold Dina qui est repari senr te par dea avisos New'oo PacLa BOUS secrtaire d'tat d'agHoalton a reu Mr Arthur, envoy de l'Aso oyers encaisss au crdit de celui ci. cittion Fofe „ Pp aajrjcrm ,„ .ls ont ceprudaut annonc par acte examiner* la ralliement coacua 1 avocat de Pierre Paul non I aller en Cisssation. Monsieur Pierre Paul, daas ses noyeos en appel, a volontairement leur iote 1 tif aux d rvention de l'arme au cas de conflit et dont la dlsation fraoai se demande le maintien intgral, jusqu'au jonr qu'on connatra l'opi niou des Eta's L'ois su sujet de l-osjocia'ioo dea ngociations Mr Balbur a propos le renvoi de. l'article i la commission des juris-' consultes pour l'interprtation. Le' Conseil de la socit a reu corn mu nicatioo v\\ les alli: d'une note des Et le Unis relative i la question, des mandats. Cette note constitue un nouveau prog es dans les ngo dations poursuivies dans les sens indiqus par Mr Dacunhi. Il a t 1 SOII o S i ffQ D orlA l dcid qu'il n'y avait pas lieu dn'er-J S0us *7 Ue p ." e vrnir. mais dedemin P der aux ilSs na ^ ance da P-Wl 60 de btir les ngociations de la dfi nilioi pu le conseil des ternes &t mandats. Mr Noblemiiir, dlgu trars 1 a socit des na'iois. a soulev d vant la commission du dsarmement quelcoiquos la proposition de MrLon Bourg-or, Port au Prince, montrant que le gouvernement Irin iis n'^ pas vari sur la question dui dsarmement, depuis l'poque o il susit la confrence de la pi>x de pro Avis et du commerce en pu. qie devant parti'* aonr ger, Monsieur WADYT est charge de le procul 'ou'?s ses a liires gn( 'e 5 S'pie VINCENT G MAI 4. 6 & 10 RueTrai Pott au Priocel Vente l'encl Il sera procd vendredi tembre 192 1, 10 heures daj rue des Miracle, en ftee da t"re*tre. i le 1 rations forestires et les des Landesnuycus eu appci, a volontairement' LONDRESEtant doao les se oitit dcompter Cordasco les 7000 rieuses questions 'raites le premier dollars, prix auquel l'immeusla convoqu a la runion de la conf4 t l.vi au derniu. E-, la Cot d'an LV]!" ult r o l, OQ'e i p4ciale sur h oel a.en tt\:t, condamn Pierre Pau' d ** rrai,nent> (i *" Inqueile tous lei ~ L TT. au rnboursemen de cet e va'wr" pay •' V 0 1 "/ 11 ' c,tM ouvrire P 0 ; ill " sembles i celles quil DVco"da!S a nraiisn J !.i Mrr T nt r§ ?f i t ". d"m,nda aussi (p^ente ata Hement. La France ne i. M pratiqu une sa. q ., e le contro'ede la socit des na "mplit pas pou soa plaisir le rle lil oppo non sur une somme de tion. soieot tmdu aux manufa^t de gendarmequi est impos parles 4200 dliais. Pierre Paul n'a plus res prives. cncontianr.. nJ • • rue a -, wr u oue 2 8 3 o dollars a lui verser, vafeur WUUji Le gnra. Wod %  • l bS53bJll^^ d. TMgmX pour ? urei et garan-ie de hquelle oon. aoo acecotatioo au ooste de du dsarmt lJ. L vl s ,av ls l'en-an des marchandiseii ca 0 ire a ;ur £ &T ""^ ** !" ^N ^^^pV"^^ ^VT^A %  Vvo-i de Pierre Paul faisait che8 •" %  nceot que l^ccord frsSe ***** st * La commis-' r ron de fil D0 '; ? ' ix^ac.^^Jli?ltl!^!ni Tarquie a , re 8 "csmmen La SI0Q d mements a adoo'. en l <*"" contenant a8te rt1 : P larr. et le signi conclusion du nouvel accord a t Pncipe, la proposa on de Mr louv,ron ass,el,e$ tmi lel U UrtMW en vue de lu. a„e rendue ncessaire quand le, turcs haux au sujet de l convo'iwi l CaisM con,CDant ,8 deM des oftres relles quand celui c. lui firent l'objection coi-re les clauses ventuelle dune ^teZ> annona par exploit d'hu.ss.er son du premier accord ngoci Paris tionale su^ la suppression ou le w machine a tei "" tsouoo de lev.r lu. mme l'ant ptr f>kir Stm. Lim* armements 2 5 W birriques de vin pour soumettre au Tr.bunal de Cas J 5o Franaia, retenus prisoooisrs PARIS ,,L,i i til B An Mm Ebrdeiux et divtrsW saion l opinion souveraine des premiers P ar le Ta !" *. ont t conduit dans d!?. ***** da 5 oasei1 1 Djraeaui luges sur une question U apprciation de nn Dorl de '' A,le rai "eur pour U L rt ^c i; aDt de TAU et ,es faits Ir rapatriement, accords hnanciers du 11 aot est in Vous conviendra avec m^i m-s J*i U *J*f'f 9 '^ m a P r8 d n rouv; P"'es milieux pulementai et comptaient grdercs chers confr-es, oue l'iateTcs'^u uTo^^'l'T "iS* 09 U "'' f """O" w 6nu:ei et la o*ae en cas de co." remis i vot.e ou.n.l note paae AnLor. La f .£s. Z ? " !" Ver P T' o • u 'o- d meurt.ier du uns I, aumJo de LfflSB SESVft^fa^jRtS Doamef EL£A uf.T Mf M ^ v.ns a nul reoacigia rieurs en nomhreVavaiet JSV I 7 dr Bma'lf ^^? ,r n L ?' PARI S L ,oa,MM M Veuilui agrer, mes chus confr diflalois centre tonte l'arme are.nini d, vnVi"L et Kjme £x P 0lCr le flwe Carp-ntie. reoconreri • n ce.nbre i Londres le cniO| Mootbrotl hncaniej c mes salutation dis j gara. Ptlers K A VEAU Dite tnt de Li Souvellt haiti que Les grscs sont maintenant 8j kilomtre! d'AngoraAvant de corn mander leur re-raite Iss turcs dirig rent une violente contre ataiiue Liliilvers tire r'uutifical c Aujour.l but at I ami vnsaire de l a iiiKiiient du pa^e Iha.nt XV au tnhu p.mlifhiit Sur la demand du Clerg, le\ Ugationi et L'onsukls ont arbtrt lUTS couleurs ue bruit repioduit par que'ques lourd australien Cork, journaux que l'ex kaiser se s. rut en Le ministre de l'Intrieur M ui ne Ujurn en JVIOU pour une des d au maior Flool. % U utton inconauf, t dmen.i par ricaine. la mdaille TLO.NORBSMrLloy George en/o un,? de peche d Amsterdam, yi LonJrea pour communication U dp.h d Oppel 1 annonce L W?l brM dU CJ,,inef la r P n8e qU ua h 'niaire britannique de la P/B,"',,... commission et son cbiufiur trai^AHIS-.'-Lcln v de Paria"dclre as ari es le jo aot p . dOjoeln qn. le cabinj B^^lnert.,. P de. allemand*.,m ^ ont'^Sme gent de lre classe pa' I*1 1 en lus pendant la guerreLe, docteur Ernest Dap de l'Acadmie de MJdecu*. aujourd'hui. ,• Le ministre de l'Agi a L3 PEUPLE HAITIENDEMAI que noua tirons un licence certain lempltcf tait Mr Dnmor t un JHie.pKUtio.rtuc.h r b nflea aaUnr p-nira.t U por..tsoUls da %  om.u-iculluu. serai nul si. nom rgion.T| brBe. H ffaSbS on! .u|oirls ,,nna notre Cal tait la cl, ;1 .„ en'ier dm-ps ouns a ii % xplou pour le corn ,te de B rsode que Mr tt i ud pj j gge \ 9 reconalit. ar ompaguiaslliaonireeqal araient plus ta iiement ^onati^ar *Ubl. l'iraogar, La cm ser ^ve^.iP|i*mii* de JH ZiX^— 1 -^ !" iar i : "* : rd B lclMr ,a ,l non dit dj rgime con lrabla 1,'uj rg'e I %  i n SUli(c Intolrable n est pa trep dire; conldratio'i gdrJe d'travaTl sis M.ecdiiijunt se* produits sans Frauce. rdoraenlaii. ua travail a l --^* ^ uunr ci r'?"r %  % %  len lecevoir e.i ch-ngs nn psyg co nmiasion da dsarmement de a DPPffno la Tk*exT% on i*,# \p aappauvni.er nnricliiasantd autres, Sicii da atleta pracata u a le ^''lf ae/rtHI ^ traugers. teolu^O demandant la rauion V^% en leUI'K COmiCe8. Les Elections Lgislatives po^ i ^^on^io riiiVa ^—^ !" vue des lections ^ fitaJKJa^^^ q'ovnit le if lobrj ton le Gouvernement 8** saX i • m• J.', %  3 ,7 4 >



PAGE 1

Antoine Talamas M c du Msgt*'n in i'F,t v ,-.. RrtfcV;na; l'Eut, N 0 "i 7n fa M a: son vient dr • £oie lavabi. cou eurs va es Hipe do C.rne* bar.ea S Crflre de Chine bf r es franais Jffe s su.rieor noira r ^PP r rshine (oulecr S>i#iie Jackaid Voile barr*a de soie couleur Ciron de soie. fripon de soie japonais coulenr fleura Voile blanc wuri Voile roerc rie couleur Voile de Uioe Mousseline bai ire de soie Mousseline a barres cou'eur Toile A drap 9 ( i Toi'e drap 8,4 Noniotk blanc N nsook rce Flanelle coon FUnelle de laine 3) pourog Flanelle de laine Sri pouces F'aneMe mouai>p|ir.e Zrhyr anglais suprieur Indienn aupi'riecre Voile Heurs Nananuk peicale Tte indien Reps couleur pour juprg abai ciiii pour jupes Toile blanche A para Toiles varies pour jupes uoile A rnatelae Rriae jaune Grise couleur Calicot L dor" suprieur, p'ct Calicot dj famille Poplin suprieur pour hpes Kki blanc suprieur Duik blanc Chemisettf s saprieurea firetellea divurrea qualitfj Chapeaux de paille Chapeaux de paille snp^rieure BHB A femmes menaii7 Ba* femmes de soie upriun Bas A femme infrieur Chaussettes mercerises Ctuutseties co on Chaufstties ordinaires Chemines hommes Palm beach supritur I Saga anglais L, Ssrge bleu msrio suprieur Diagonale noire suprieure Souliers divers pour hommes Tapis cirs pour tsble Demi-comat ) Lotions Pi ver S v n boite Poudre Sactal Broderies, pices de 2 A 5 gourde* Ruban uni et A 11 aura, tootea qualits et outes dimeoaioos. troufaru auasi d'aunes articles de choix A des prix trs avantageux 12 1-2 n 5 3 3 256 150 175 4 2*0 2 50 5 4 50 2 175 9JSQ, 8 et 4 fi H 11 2 • 1 m 1 75 2 175 2. R 0 260 2 16) 1 73 1 1 25 25 20 2 2 2 4 *> 7 8 2 o 10 10 8 5 7 aune paire !doi zaine douzaine douzaine douzaine 10, 9 et aune 10 or 8 or H or .5 paire aune G 5 15 Flacon 2 50 1,50,2 et 2;50 2 1 la Trop faible pour travailler La vie courante des femmes n'est souvent lu'un travail incessant. Combien plus ardue est 'a tche quand des malaises particuliers leur sexe rendent chaque mouvement pnible. Le systme nerveux est drang et la vie est loin detre gaie. Les femmes qui se trouvent dans cette situation devraient profiter de l'exprience de celle qui nous a envoy cette lettre: Uaez Co Que Cette Femme Dit > Manzaniiio, Oriente, Cuba.—" J'tais anmique et souffrais lors de n^es rgles. Ces douleurs me foraient souvent a rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ventre, taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomisaais souvent J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je l ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de mme malaise."— Srta. MARINA MILAN, Calle de Caridad, 4. Manzanillo, Oriente, Cuba. 1*3 femmes souffrant* ne Verraient pu felr* d'Huit %  Mla doivent lnilitcr pour I* Composition \fegetale de Lydia E. Pmkham "*1 HNKHH M(D CIMK CO. IV I. V.*-A. LS MATIN En Veille fanaux M kl en P ur biKjjv ^hezHenrv STARK Ru* du Quai. ?n f,.e d, \ 9 n r £mg*rv contre ^ pi -.•; <*z ji?^ ce M F RU. £3 6I1I9HS3 J de DLL OR T. Fharrnacien C'ICT IF MFTLLF.UR H'rtO TIF8 Cacao Peters ENVEXTECllriL^ctor M.i, K nnto S non V eu LoDelliV.r, Pharmacie '-'Centrale nauiis de toute frauheut. Excution prompte ti >oi Q ne des • ordonnmes — Spcial. ii fou • toutes les rmladiit. 6 ' tiTIOll .' I • W.KFPTIM < ti' %  i„ J u -in VJASU ^ •^••• l w |^, K.... OU ... l ...... ,' -rrr,ri~. Pharmacie F. Sjourn 9 uroiAu A&A Rues ,imr " Centre 2 MEOA1LLKS ffAROENT EXPOSITION DC BRUXELLES lUIQ urojuertes. Spcialit Chimique* et liarmaceu'iques. Produits franais et amricains. F/eparaiion de joutes empou| mdicamenteuse strilises ei ..ecUli'es.6pc,al,^ : Sr m „ -ros nque taiPU et h "H K KUV eUmap. de Ferner >t Rodi.,. Il toa^u.-s en -ock V^ r £ MROP PE.:roR.\L — bmue de FLV > LTANIE. UposiUire du PRBVKNTYL ; R-prs*.ntani dnt l.'i'ijraiwei JE il XL Panama Hailroad Steamship Lins. Service de fret el de passagers IVew-York Hati p r „ !" t< P ^ t ~ n ?~ Prince > e ler Septembre 1920 • nos W daK'ScIpau^^?,BpWftffS: f* T !" Z "ngleterre, Econe n France %  p 0 M oi, ^ s r m c ' i7 me s > !" << !" Copenhague, Danemark : Christiania Norvge : International Spedtiionsselskap, Christiania. JSodish Express, Gothenboura Le seiv ce de Panama Une entre New York et Hati #-n fi. sera d'une utilit considrable, et est la voie1. plus tLL L a aD emea s 5* ont faUs tre expdies plUS ra P ,de P ar laquelle vos marchandises pjuven les connaissements couvrait fret pouc New-York ,„.-„,;„, A i • le Hlvre, Bordeaux ou Auve seront livr P livraison toit Londree 0. B. THOMPSON, A9ent •&* „ w 1 pour flatti /|| Monsieur L01VEL BUKMINGHrfl AUX CAYtS, Hati Reprsentant dune grande fabrique de moulins canne,Distillerie et autres .machines de Glasgow, dont la renomme est faite depuis longtemps. Offre set service, tous ceux qui dsirent avoir Ul installation de Sucrerie, Distillera etc. ConditinL il Catalogues etrens:i gn e. n ents se. ont envoys sur dnia ul H



PAGE 1

ip. MATIN Un mois de maladie abrge Votre Vie d'mne anne. Le GLOUOL permet d'viter les maladies en augmentant la force de rsistance de l'organisme puisement nerveux Convfcesccn.c r: Neurasthnie Ples couleurs Surmenage A3 M../ tt*s fortifie EB% -^ La eure de GLODOL augmente la force nervnw et rand uux nerfs rajeunis toute leu.nergie, leur souplesse et leur vigueur. Ce n'.t.'f pas TIOI qui sais .'* viritabit tiainautnr e'tsl et pult flacn d* GLOBOL Vaillant tf II ;, | tl.rgo notablement la %  • .,,.. et PU s'expll,, mecl. Mal, d'une fa?. P gnrale, on pwKllretu'U e te k.s|/eciniue par i etWW* J • toute maladie de lari^'u:'. C'e.l un toniqtie de I -, .• ordr qui, contrairemanl "• ex-*anla habituels, manifeste U:M* action reafleriient utile et persistante. Il abrge la convalesnenoe et autfiniTite. pour ainsi dire, la forte de vivre, oont tout le secret rcside, noua l'avons vu, dans le soutien des conditions essentielle* de rsistance. C'est pourquoi nous prescrivons les cures de Globol a la plupart de nos malades, cette medicatkm ne rencontrant aucune contre-lndlcUon et permettant une lutte eftlo.ee contre la dchance limalognlque D' Ktlenne CMMUNO, Ancien Interne a Paris. ICii'ol" ChaUlain, t, rue d Valenciennec. Pri. eftoutei phHrmaciee •s* WFM tus La Royal Bank of Caimla A le pi.i ir dd poifer la ronofcittftore de s* c'ien oie ei du public eu b oral qu'elle Itil leor i i po*i'ioi*i pa"ir de cle due, |f i r / v dpt d 1 s Ulre de proprit, papier* bijoux, objet* prcieux % etc. de famille, Des evff e forts de ta dernire perfection renfermant de casiers de trois dimennions diffrentes. Ces cifiers, inguiense-neut disp>ss tout tait iiiiependanis le.s uns de au i"s. contiennent — 'in'ieur de a pende' por e dts lireifa termes et sont absolument in iolibles Dieu qu'ueom lacneuse ei aa tous pour ietis UDJPH preneur Puur les conditions de locatiou, s' rjreiter • La Royal biitk of Canada I ort au-Prince Noire Caisse d'Epargne A" on profitons d* cette occasion pair rappeler la population la ncessit d'pargner. Par efs f.irs d'incendie o rhacun se trouve xpos pe-dre en un n starr | fnrl de ton** son existence, l'on e sautait mieux l'aire 0113 d co li if la (Jairtsd'Eoa'g ie dd la ROYAL B*NK OK CANADA le M OQttnl de ses conomies et toui l'argent quil sera'l daugeraux de garder ehfz soi. L'argent dpec La Caisse d'Epargne de la Boyal Bank oi Canada Rapporte tn.is pour cent | 1 \ oio) d'intrts par an sans aucuns roques peur les dposant! et eooslilue 11.1 placement de premier ordre el de tuile lennt. P, r ;.u Piittce. liai i, le I v Juin 1921 w ~ Jour ionien ros commandes gnraltmenl qaeU-mques au* Elatt Uni s, "dressez vout t\. Lawrence Smith Expoit Jmpoit co Ru du Quoi J'icrr j lituri* CiidiliODi avFutaiusee CKfZ H. Lhiarvree Smith £ia(i(>. • tV lnipurt (o Kuf du Qinu Ou trouve Du 1er rond M bties du .1 ii ri iliim'rison* 1/2 3, r .\S 5/ I l'nx tant jal. A ceux qui dsirent d relations srieuses a Confi -o commandes atur ma*o< s suivan'ea: EAVENSON & SONS, Savons J. WKABNER Jr, Sucff. Hn Epicei EHN & FINR, toc. 9rrMHj ha m, C po.q". y LOHiNSTErN & SONS, TISBQB en gnral M nCAKEK OATS LU, J-'Hiibe et pto^uit de cralei WESTEKN TOBACCO Co. IV bac en feuillet ( V vint dis maisons de confiance et de premire clam i.e son L tm 7 [ 1EUA ^ Agen) ^^ Grand H(>lel de France J\ l\ LATIUZI, propritaire Viennent d'arriver par le dernier paquebot fraucti* Vins de bordeaux loogi 6 00 g d. Illai.c ,' 6(0 •' il s vinlis p T caisse i 'oi'jours le fameux vin lu CAP CORSE l'.itte en f/ro ei en dtail a des prix > ai*aimables, LEHN & FI\R IN Tous produits pharmaceutique et i articles vendables dans une phavim SPECIALITES I ASOI drsnlecian 1 savon Lyol, Sh&ving % Lvsol, Peb cco : dentitrice iiicomparcole lt fo e d'e mo-ue, Kmulsion, Extrait, (hocolat en poudre de L TTE1S jcit(j*nral P ur -. 11W



PAGE 1

L^assums .Vo 4175 Port U Prmee, Hati Mardi 6 Septembre 121 jUUXTTEUR PHOPRlillRB. flmant-MAGLOIRE IINOMIR ^OCKNTIIIES mm i m Quotidien Il faut une grande prsomption ou beaucoup de lgret de conscience pour prendre de gaiet de cœur la responsabilit^des choses humaines quand on n'y est pas oblig. Ernest RENAN REDACTION. R .a amricaine No, 1JO mutm LA LOI LECTORALE est inconstitutionnelle JOutyiits Noies releve; dans le Rapport k Receveur Gral 'slections de 1922 pourront tre annules de ce chef par le Tribunal de Cassation. suffira pour cela de l'action d'un •oupe d'lecteurs intresss dans ique circonscription lectorale. Ucessit de modifications immdiates r du Conseil d'Etat. des Douanes Exercice 1919-1920 Une anomalio conomie lie est encore temps d viter les plus jjraves complications politiques. 124 de la Constitution A partir de ce moment, le Scrutin consl tut'onnalit de la dite loi '.ec \'*loutes les lections se feront n'est plus secret, et le principe coustotale de 1919 (article 99 de la Con> H* secret i. titutionnel est ouvertement viol. tilubon), que cette loi ne constituant [M'uneloi constitue la loi du Ap:scette premire violatioa, une plus ds lors la loi du Pays, aux iei ItoU qu elle soit dcrte con autre suit immdiatement. Lorsque mes de l'article 127 de la Gonsluti %  4 la Consl.tunon (article l'lecteur remet son bulletin au prtion. les lections qui auront et-. Constitution ). jsideot, celui-ci doit l'ouvnr, le lift,.faite* sous sone.npije sc:out nulles 1 loi lectorale du-tAoti*^, 1 lui en donner lecture voix basse, jet non avenues. Mtttie de piOt^cr l'lecteuri A voix bassetsi charman. Le naf Gt'e s'tualioi peut donner lieu (contient un article }6 abso jlgislateur de 1919 s'esi-il riguie Icontrane au principe coosti-i qu'il sulfnait que celle lecture ou do scrutin secret. bulletin de vote fut fane voix basse MM ne constitue donc pas la TMux termes rrme de l'ai* Jj7.au pacte fondamental qui Mu. •JitsciM.en ttlst.que l'lecteur liie son vote ou le faire crire i. par|te a la ioi de 1919 des modifications consquent, inconstitutionnelle ; indispensables. Le rapport noua apprend qu'un quantit de prs de trente million* de livres de sucre a t exporsdani !e cours de cet exercice. Il n'ait pe> trner*ira ae supposer que !a pic grand* pirtie de ce stock, pour m pas dire presque tout ce stock r< prsente In production de la llay iar American Simar Company. Otte Compagnie, depuis quelque temps, t'ait beaucoup parler d'elle, prcisment depuis que la baissa du sucre sur les mai cites trangers fai. ntrevcir que lus deux ou trois exei cices brillants qua la Sugar a eu a enregistrer aeiont probablement su> vi8 d une priode dficits r*. il faut uldrs aviser, et nous voyons, par les >nfoi mations voisines de la liquida tion et de la panique qui nous uni veut depuis qii"lqu*>s mois Je NewYoik sur les indurs de la Socit, avec quelle aitenticn aussi fbrile que tardive on essaie d'aviser,— autant que le permet d ailleurs, l'tat ns affaires la ve.lle des prochaines loulaisons. Mais c'est un point de vue plus lev, parce qu il est plus national, que les atianes de cette socit industrielle et linaucire nous iute ressent : au point de vue qui nonoccupe eu ce mome.it, de a* proruc .ion expoitable La situation, & c joint de vue. mise au regard d • % %  %  X10O1U conomiques qui ont couis j.aitou', constitue a nos yeux un<* noomalie que r.ous allons exposer, sans grandes prtentions doctrinales, 1)8 1 10 profl des Icteuia que la question peut intresser, qu-aucune loi ne pouvant droger a la Constitution, la let re de cette Constitution devant toujours ptvaloir ( article 26 de la Cous 1 uuoo) u Tribunal de Cassation ne saurai. r-----^.* m .11. MU. eu *-*** •— .— — iabord le votedel lecteur. | h. iter une minute a proclamer lin Le Corps lectoral dc-narde en out;e qu on revienne aux garanti. s de sincrit de 19:7 par la piscoce dans ies bureaux a : voie d un le. leur reprsentant chacun des candi dats en lutte. >n de la Presse L T!*kurs de animaux se sont <**x bureaux du MATIN pour L* dcision relative l invita Jf fasse de Honelulu.— On •* projet d une lettre de ili ,a Prsident de la presse de Ho ri* Priant de transmettre au Con l *hfoni Varits MERCREDI Vlnstinct D aprs la pice de Kistmstker regret des journalistes pouvir se taire reprsen U ot intressants travaux, 'prsents cette runion.UU \iu Nouvelliste tiruc Dr ,, : ;'£jiur Lanoue, du §u iJT^ m D. Vieux, du Courrier^ n Clment Maglotre,du Matinale du Tigre lie lie pisode r La pluie ayaat empch plusieurs r c.lieu s de voir diinautbe le 0tt e P' Reprsailles du Commerce Par suite de la dcision du Gou vernement d'appliquer la Loi de l'ira pot sur le revenu, ies commerants on dcid d'augmenter le prix d* ver. te de leurs marchandises. Oa devait s'attendre une consquence pareille; toutefois, cous atti icn. l'atieniion de l'Administration 'Sipirirure pour que celle mesure ; c te hausse ne uepa>e pas ies bornes et shn que le psuvre hibitrnt n'en 50' p?s encore l'ternelle victime l'accord pour dclarer que ce p*v* w st en tat de prosprit cononu lue,— tat qu'il s'agit lors de co 1 wver eu essayant de l'accentuer le plus possible. Lorsque des ngociants tablis eu Hati et y ayant if> aige de leurs uincipaux intrt?, exportent de^ lenres. c'est qour en raliser le oa les le uifiii* qol delermiuent Is balance lomin ic aie de ce pays. Le suce hatien, au coutraire ne i.uo aucun rOle diiit> la balancecom uerciale d'Hn'.i : encore une fois, il sort du pays dfloltteemeut, sane stprit de re our euus aucune tortue. LVconomio politique saine not-s apprend que les produis H achtent avec des produits; ce qui signifie que le bien-tre conomique, poui un payi, consiste pouvoir payer les uiaichaudiees qu'il reoit du douors avec celles licit conbtate l'exportation et i ne pas le laisser se rei.o;Ve.ler sous peine de courir littralement la ruineTout le monde Ht d ac cord Mir ce pointInversement, si la balance com meicu'e est' en lin d'exercice, :v rable au pays considr, c'est--dire jet les marchandises que nous irnpor s'il a pu arriver (lacer sur les mar tons doivtut .re payes su >JOVH chs trangers plus de piodui'b qu'il d toutes nos ecti-s expo.tniione, n'a du en importer, on est galement moins le sucre, mom la canne. J 011 ie M. .u d s 24. 30 bo&t d M Septembre


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05469
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 06, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05469

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

L^assums .Vo 4175
Port U Prmee, Hati
Mardi 6 Septembre 121
jUUXTTEUR PHOPRlillRB.
flmant-MAGLOIRE
IINOMIR ^OCKNTIIIES
mm
im
Quotidien
Il faut une grande pr-
somption ou beaucoup
de lgret de conscien-
ce pour prendre de gaie-
t de cur la respon-
sabilit^des choses hu-
maines quand on n'y est
pas oblig.
Ernest RENAN
REDACTION. R .a amricaine No, 1jo
mutm
LA LOI LECTORALE est inconstitutionnelle JOutyiits Noies releve; dans le
Rapport k Receveur Gral
'slections de 1922 pourront tre
annules de ce chef par le
Tribunal de Cassation.
suffira pour cela de l'action d'un
oupe d'lecteurs intresss dans
ique circonscription lectorale.
Ucessit de modifications immdiates
r du Conseil d'Etat.
des Douanes
Exercice 1919-1920
Une anomalio conomie
lie

est encore temps d viter les plus
jjraves complications politiques.
124 de la Constitution A partir de ce moment, le Scrutin consl tut'onnalit de la dite loi '.ec
\'*loutes les lections se feront n'est plus secret, et le principe cous- totale de 1919 (article 99 de la Con>
H* secret i. titutionnel est ouvertement viol. tilubon), que cette loi ne constituant
[M'uneloi constitue la loi du Ap:scette premire violatioa, une plus ds lors la loi du Pays, aux iei
ItoU qu elle soit dcrte con autre suit immdiatement. Lorsque mes de l'article 127 de la Gonsluti
4 la Consl.tunon (article l'lecteur remet son bulletin au pr- tion. les lections qui auront et-.
Constitution ). jsideot, celui-ci doit l'ouvnr, le lift,.faite* sous sone.npije sc:out nulles
1 loi lectorale du-tAoti*^,1 lui en donner lecture voix basse, jet non avenues.
Mtttie de piOt^cr l'lecteuri A voix bassetsi charman. Le naf Gt'e s'tualioi peut donner lieu
(contient un article }6 abso jlgislateur de 1919 s'esi-il riguie
Icontrane au principe coosti-i qu'il sulfnait que celle lecture ou
do scrutin secret. bulletin de vote fut fane voix basse
Mm ne constitue donc pas la
TMux termes rrme de l'ai*
Jj7.au pacte fondamental qui
Mu.
JitsciM.en ttlst.que l'lecteur
liie son vote ou le faire crire
iMnd l'lecteur n'aura pas
rae son bulletin, il deira
niquer au prsident qut lut
**l*cture voix basse.
Ma premier meabre du Bu-
:iux plus g aves compl catioai poli
tiques.
Nous esprons que le Gouverne
pour conserver auscrutin ie carac re ment de la Rpub'ique, prvenu a
secret exig par la Constitution ?... temps, saura viter au Paya de telles
! compilations, en prenant ds main
Il ^'ensuit que l'article *6 de la leijtcoai t 1rs m sures ncessaires pour
lecto'ale de 19:9 est en contud c ,que le Coase I d'bt d, mme sur une
tion 11 g a: e avec l'article 124 de a conocation 1 l'extrsordioae, appui
Consutuuon; que cette loi e>i. par|te a la ioi de 1919 des modifications
consquent, inconstitutionnelle ; indispensables.
Le rapport noua apprend qu'un
quantit de prs de trente million*
de livres de sucre a t exporsdani
!e cours de cet exercice. Il n'ait pe>
trner*ira ae supposer que !a pic
grand* pirtie de ce stock, pour m
pas dire presque tout ce stock r<
prsente In production de la llay iar
American Simar Company.
Otte Compagnie, depuis quelque
temps, t'ait beaucoup parler d'elle,
prcisment depuis que la baissa du
sucre sur les mai cites trangers fai.
* ntrevcir que lus deux ou trois exei
cices brillants qua la Sugar a eu a
enregistrer aeiont probablement su>
vi8 d une priode dficits r*. il faut
uldrs aviser, et nous voyons, par les
>nfoi mations voisines de la liquida
tion et de la panique qui nous uni
veut depuis qii"lqu*>s mois Je New-
Yoik sur les indurs de la Socit,
avec quelle aitenticn aussi fbrile
que tardive on essaie d'aviser, au-
tant que le permet d ailleurs, l'tat
ns affaires la ve.lle des prochai-
nes loulaisons.
Mais c'est un point de vue plus
lev, parce qu il est plus national,
que les atianes de cette socit in-
dustrielle et linaucire nous iute
ressent : au point de vue qui non-
occupe eu ce mome.it, de a* proruc
.ion expoitable La situation, & c
joint de vue. mise au regard d
X10O1U conomiques qui ont couis
j.aitou', constitue a nos yeux un<*
noomalie que r.ous allons exposer,
sans grandes prtentions doctrinales,
1)8 1 10 profl des Icteuia que la
question peut intresser,
qu-aucune loi ne pouvant droger a
la Constitution, la let re de cette
Constitution devant toujours pt-
valoir ( article 26 de la Cous 1 uuoo)
u Tribunal de Cassation ne saurai.
- r-----^.* m .11. mu. eu *-*** - .- ----------------------------
iabord le votedel lecteur. | h. iter une minute a proclamer lin
Le Corps lectoral dc-narde en
out;e qu on revienne aux garanti.s
de sincrit de 19:7 par la piscoce
dans ies bureaux a : voie d un le.
leur reprsentant chacun des candi
dats en lutte.
>n de la Presse
LT!*kurs de animaux se sont
' <**x bureaux du Matin pour
l* dcision relative l invita
Jf fasse de Honelulu. On
* projet d une lettre de ili
,a" Prsident de la presse de Ho
ri*Priant de transmettre au Con
l*hfoni
Varits
MERCREDI
Vlnstinct
D aprs la pice de Kistmstker
regret des journalistes
* pouvir se taire reprsen
U
ot
* intressants travaux,
'prsents cette runion.UU
\iu Nouvelliste. tiruc Dr
,,:;- 'jiur Lanoue, du u
iJT^m D. Vieux, du Courrier^
n Clment Maglotre,du Matinale du Tigre .
lie
lie pisode
r La pluie ayaat empch plusieurs
r c.lieu s de voir diinautbe le 0tt eP'
Reprsailles du
Commerce
Par suite de la dcision du Gou
vernement d'appliquer la Loi de l'ira
pot sur le revenu, ies commerants
on dcid d'augmenter le prix d*
ver.te de leurs marchandises.
Oa devait s'attendre une cons-
quence pareille; toutefois, cous atti
icn. l'atieniion de l'Administration
'Sipirirure pour que celle mesure
;cte hausse ne uepa>e pas ies bornes
et shn que le psuvre hibitrnt n'en
50' p?s encore l'ternelle victime
l'accord pour dclarer que ce p*v*
wst en tat de prosprit cononu
lue, tat qu'il s'agit lors de co 1
wver eu essayant de l'accentuer le
plus possible.
Lorsque des ngociants tablis eu
Hati et y ayant if> aige de leurs
uincipaux intrt?, exportent de^
lenres. c'est qour en raliser le
o ' hinge, soit de la merchandiae,oU
les espces, merchandlses et es
pces qui viftunent en Hati mat
riellem^nt. ou constituent, l'trsn
xei par. contre valeur, un crdit en
tttveur des n^go Jsn exportateurs,
qui. par profession, l'utilisent d'une
faon ou d'une aine pour les be-
soins de leur commerce en lleiti-
Voil un ins dont ou peut riirn
qu'il reprsente on lment normal
de notre commerce, un cas o le
r'''. le miel, le cuir ou les bois
hatiens sont appels jouer un loi*
ians l'amnag-rrent du bien-tre
tsconomiquo d'il nti.
A t'aide de cts donnes, dtOMP
lous.nous hous quel point de vue il
tau cousidrer les oprations duuj
grande corapanniesucrire.quipien l
ies cauues a sucie de no plainas
ta plus fertiles, lus mauueuCiouue,
es convertit en sucre dont elle ex
un la msse, non eu vue de l'e-
.lianger (tranger contre de I ar-
gent on contre d'autres marcliaiidi
ies qui. revenues dans le pays, cu-
raient ainsi augment U puisaai ce
d'achat liaitibnne ou le crdit ha-
tien, mais en vue d me.Ire tout ce
suce la dispos lion du tige social
de New-York, MM itfrii de retour,
esst dire que laigeni frovananl
des ventes reste I eliaogei
La 1 1 i-1 lit* commer'jiaie de Cu
bti considre daus les temps nur
invux, set, en grande partie 1 oeuvre
de sa production sucrii'io parce
que cette uvre se taliBe daon d'au
trs conditions que celles que nous
venons d'exposer. Les grandes coin
pa^n'es d'exploita'iou de la canne a
bUcre sont des oi bcamsines cubaine
pour la plupart, tt ont, dans tous les
cas, le :.<,< de leurs inttu Cu
ha; elles sont li lances par il.s uan
ques nationalor. et le produit de la
; I tranger des sucu.s co-
pairid Mvitnt (Juba sous une for
me oa sous une autre' entrani ainsi
en li^ne de compte di>a les le
uifiii* qol delermiuent Is balance
lomin ic aie de ce pays.
Le suce hatien, au coutraire ne
i.uo aucun rOle diiit> la balancecom
uerciale d'Hn'.i : encore une fois, il
sort du pays dfloltteemeut, sane
stprit de re our euus aucune tortue.
LVconomio politique saine not-s
apprend que les produis h achtent
avec des produits; ce qui signifie
que le bien-tre conomique, poui
un payi, consiste pouvoir payer
les uiaichaudiees qu'il reoit du do-
uors avec celles mesure d expdier son tour an
dehois Efl d autres tenues, le si
vices commerciaux d'un pays con
siaieui tlieoriquement et esseutie1.^
mant daus l'change des produits.
S'il arrive que, daus le cours
d une puode donne, ce pays a re-
u du dehors pLis de produits qu'il
n"'.-u a pu lui-mme exporter, le re
subut d'une telle activit commer-
citie est considr comme fiant d'vento
lavoi'bble et ou dt que la Palace.-
coin netciale est d-favorable pour ce
Il lanC alors aviser a comblui
le d> licit conbtate l'exportation et
i ne pas le laisser se rei.o;Ve.ler
sous peine de courir littralement
la ruine- Tout le monde Ht d ac
cord Mir ce point-
Inversement, si la balance com
meicu'e est' en lin d'exercice, :v ,
rable au pays considr, c'est--dire jet les marchandises que nous irnpor
s'il a pu arriver (lacer sur les mar tons doivtut .re payes su >jovh
chs trangers plus de piodui'b qu'il, d toutes nos ecti-s expo.tniione,
n'a du en importer, on est galement moins le sucre, mom la canne.
J 011 ie M. .u d s 24. 30 bo&t d M Septembre


I E MATIN
Brlenieut
11 iti brl ce maltn, apris Us for
mslttis Uzaui ;j ojo gourdes de billets
retraites dis anciennes animons.
Ntus rappelens au public que ces bil-
lets seront compUtenientdmontisesaprrs
6 heures du soir. Un brlement suppl
mentaire aura Iteu sitt la rception des
stocks de province par la Banque.
m
Noua pouvons donc dire que le
march hatien ne lire aucun profit
de cette dernire exportation. Lin
ouitrle agricole de la canne rend, il
est vrai, dans le pays, quelques snr
vices individuels, en assurant le p)a
cemeot dea cannes de quelques
rendes habitations et d'utilisation
d un peu de main d uvre. Mais II
en est ainsi du cal, du miel, de nos
boiade teinture, du coton qui toot
vivre une grands masae de travail-
leur! et une proportion d interra^
diairea indispensables. L'industrif
sncrire ne lait, cet gard, rien d
plue.
Mai, part ces avantages indivi
duelg, nos denre d'exporfatio.j ren
dent au march haitien le service
essentiel de l'enrichir, puisque leu-
ralisation sur les plac* trangres
dtermine l'entre en Hati de nou-
velles rtcbMMa, diiia lu sjub eono
inique du mo*.
La ricfnsre rsultant de la ral
astion des sucres de la Hayian
American Sugar Company ne ren
irent pie, elles, dansje pay*; elles
restent o elles sont ou vont ailleurs.
De l une snotna ie coooroiqni
grce laquelle la paya est const.
lue victime de sa proiucHon. an
lieu d en proticer. Toute-iprit srieu
pensera hvpc nous qu'il faut rem-
dier nne telle situation qui n'est
pes sbua pril Comiiien :'
Pot au Piince, le 4 Sept. 1921.
MM. lesDiecteurs du Nouvelliste
En Ville
Mes chers conLres,
Vous avez publi dans votre di
Septembre
tion du 3 Septembre courant une
note inexacte in iiu'eaL'atiaire Cor-
dasco a.
Vous avez, sans doute, lu dans le
t:rops, auesi bien dans le c Matin
que dans L'Essor , les dtails de
l'a fi ire en premire instance.
Les eftoita d'un intermdiairr qui
ivait essay de tous les moyens pour
soutirer de l'argent Cordasco s'ttnt
briss contre l'application saine, im
partiale de la loi par des juges corn
pteuts et incorruptibles, l'on a re
cours votre )ouroal poar uo. nou
veau genre de chantage.
Il n'est pas vrai que Cordasco ait 1
jimais touch mme un mois de
loyers. La vente de l'immeuble taie!
dans les conditions que tout le mon
Je sait. l'Etat,
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT

Nouvelles Etrangres
PAR CABLE
PaRIS 2 Les lgionnaires am.4-
ncins clamas oar I* foule son
partis I h h. 50 oour le Havre ils on
t SHlua la*ro Dar y||. Bnnnd
Barthoa Bmerick.Le marchal Foch
sait, l'Etat, qui a toujours recon : 17''
gmces de Cordasco quant au paie Plusieurs millie: d'enf n'a da la
lient des loyers. Do le procs 1:1
tsnt contre 1 Etat par Cordasco qui
Seine soutenu oar la cimiN* d"
KVharleas Chi'd.'en assistaient au
dpart dea lgionnaires La
.\'o re lgislation douanu'-i-e. jus-
qucea derniois temps, prvoyait
une prions l'aiportitioj au sucre:
ruait le Dramback qal assurait au
ngociant ayant exporte du 80OT6 le
retour d'une valeur quivalente
celip de c*'tte exportrtion. sous for
me de dduction de droits d'impor
atioo. 3'tait an encoursuemem
wr t uu mouvement d'exporta
tion devant inlluencerUvorablement
aur 110.. e baiauce ooimuercuie. Les
rares usines aoorires du paye, qui
exportaient aiasi, soui le nom d'uu
ngociant tabli en Hati, de tafblet
quantit* de sucre, taient elles-
mmes tablira dans le pav-, de
aorte qu aucun don te n'tai possible
que l'argent provenant du sucre ex-
port dut revenir en Haiti De l
1 l'explication et la justification de
cette prime.
Or, eu ce qui concerne le sucre
Ce la Sugar, nous avons toutes sor
tes d'aseurancea c,ue le produit de
aea ventes ne revient en Hai i que
juste dana l'infinitsimale raejure
dei frais gnraux et dea besoins de
I entreprise; le groa de cet argent
tombe dana l'actif des socits d'ex
ploitatino sigeant New Yoi k ou
a Chicago, e, loin de revenir en
Hati aoua une forme quelconque,
vont probablement en Europe con
tribuer sa reconstruction.
A ce point da vue, il ne faut pas
craindre de le dire, Hati ne joue
qne le rle d'exploite. Il faudrait
aviaer. par une mesure lgislative
fiscale approprie tierd e*l
fcheuse situation d* la prodno'ion
hsltieooe via-e-vis .\ ,. ^ xti^t^.
financires e ..b'ie* S l'eCran^r, 'in
proli' pouvant DO(D0#ni*r le dAcil
que caus a notre ba'auce conmei
Ciale cite exportation sans conte
partie; et Isnt i'autres varfagps
liacaux dont bioiioie l'organisation
dont r"'f pailong
Nous croyons Bivoir, par eierarle,
que, excfoaj' d 1109 disposition de
notie iL'Kibiaiou communale, In 11 a
cne pi>e pu de lie >nce ni de pa
te'itH pjur uax franale partie d* son
pei.-nnii.'' traogsr il m iiamea. aona
prt-,m- >\ i C ro it des ouvrier*
agricoles I' r I* fut (pj on sige
aocibi ti tel pis tHbii *, Il 1 1 ell>
thajpyd 'galsmeatj aeioi toute pro
habilite, 4 uouibre de ctu-^es pe
saut hiu ib .intreii en reprises U un
tsiei
Nou>( aurions nnuvi's grce dt>
Tcriui ner contre pa eilleti faVenr:
aile sucre il* la ilasoj >osH d-toa
DOUe Soi lu< jrvietu M*u ngua venons de
injiJii'i le'contraire,
1,3 rep. oit iij It.civo'ir n'-nral
de.- ilon.'im OfliiO*, a rg notie Caf, dei r4dKlo.it tria jadi
cieuaes aur U dimuiu mn d- notre
pouvoir d achat du a la crise que
le caf subit en ce moment aur le
marchs trangira. Il fait reniaiquei
poteuimeiit que .: j^-ya rit puucipa
i t vaincu tant en premire instan JP*rt des lsionnaires La m'jor
e qu eu appel. lEnn-y remercia de l'accueil encore
Le montiot des loyers de la halle i'1 *."* IA8ion.naire8 dont ils garde
Irpuir la date de l'acte simul pass E}t222l 3^' 'eUr ,eri t0U
a veur de Cordasco, alias eS^EKJ^ rfl ,
.o;ePh es jndtf:i. B,.i:^?M
elvt 410Jf dollars. acclamaient rn4r|qne Ls IsgVn
Hi^n que (.ordasco et Emilia |o natre se sontar-^s a Houn ou eut
>eph a>ent acquiesc 1 l'arrt de la'liu u e rception. Ils on t reu*
..our d'appel eu prenan', en vertu
tu dit airi, hypothque judiciair;
ur le bin coatre Pierre Paul est en
Manquant a la Binque une Saisis
>ppOM:iOd sur les 4200 dollars de
fiPiiiite leur arrive au Havre
mairie Pt se sont embirqu sur le
Looold Dina qui est repari senr
te par dea avisos New'oo Pac- La
bous secrtaire d'tat d'agHoalton a
reu Mr Arthur, envoy de l'Aso
oyers encaisss au crdit de celui ci. cittion FofePp aajrjcrm, ,
.ls ont ceprudaut annonc par acte examiner* la ralliement coacu-
a 1 avocat de Pierre Paul
non I aller en Cisssation.
Monsieur Pierre Paul, daas ses
noyeos en appel, a volontairement
leur iote 1 tif aux d es amlio
plantatians
Bareau de 1 Ageat
Fort au P ince le { Scsi
BULIfcTlNNolT
LeS,SGen W C Go?
teadu i Port au Prince.
7 septembre 1921 Teoiai
mot de New-Yo-k avec:
250 loones de ma
, 12 Passagers
70 sacs de lettres
et partira dans l'aprs
mme jour pour Cristobtl
directement.
0- B- THOI
d'nnn conf4rpnre in'erostionale-
GKNEVE La commission des
Amendements au pacte a abord le
amende la proposition Canadienne
'^ndant la suppression de l'article
10 du pacte imposant aux Etats
lin*.>rvention de l'arme au cas de
conflit et dont la dlsation fraoai
se demande le maintien intgral,
jusqu'au jonr qu'on connatra l'opi
niou des Eta's L'ois su sujet de
l-osjocia'ioo dea ngociations
Mr Balbur a propos le renvoi de.
l'article i la commission des juris-'
consultes pour l'interprtation. Le'
Conseil de la socit a reu corn mu
nicatioo v\\ les alli: d'une note
des Et le Unis relative i la question,
des mandats. Cette note constitue
un nouveau prog es dans les ngo
dations poursuivies dans les sens
indiqus par Mr Dacunhi. Il a t 1 SOIIoSiffQ DorlA l
dcid qu'il n'y avait pas lieu dn'er- -J S0us*7Ue p."e
vrnir. mais dedeminPder aux ilSs na^ance da P-Wl 60
de btir les ngociations de la dfi
nilioi pu le conseil des ternes &t
mandats.
Mr Noblemiiir, dlgu trars 1
a socit des na'iois. a soulev d - .......
vant la commission du dsarmement quelcoiquos
la proposition de MrLon Bourg-or, Port au Prince,
montrant que le gouvernement Irin
iis n'^ pas vari sur la question dui
dsarmement, depuis l'poque o il
susit la confrence de la pi>x de pro
Avis
et du commerce en pu.
qie devant parti'* aonr
ger, Monsieur WADYT
est charge de le procul
'ou'?s ses a liires gn(
'e 5 S'pie
VINCENT G MAI
4. 6 & 10 RueTrai
Pott au Priocel
Vente l'encl
Il sera procd vendredi
tembre 1921, 10 heures daj
rue des Miracle, en ftee da
t"re*tre. i le 1
rations forestires et les
des Landes-
nuycus eu appci, a volontairement' LONDRES- Etant doao les se
oitit dcompter Cordasco les 7000 rieuses questions 'raites le premier
dollars, prix auquel l'immeusl- a convoqu a la runion de la conf4
t l.vi au derniu. E-, la Cot d'an LV]!" ultrol,OQ'eip4ciale sur h
oel a.en tt\:t,condamn Pierre Pau' d**rrai,nent> (i*" Inqueile tous lei ~LTT. -
au rnboursemen de cet e va'wr" pay ' V0"1"/11 ' c,tM ouvrire P0;ill" sembles i celles quil
DVco"da!S a nraiisn J !.i MrrTnt r?fi"t". d"m,nda aussi (p^ente ata Hement. La France ne
i. M pratiqu une sa. q.,e le contro'ede la socit des na "mplit pas pou soa plaisir le rle
lil oppo non sur une somme de tion. soieot tmdu aux manufa^t de gendarmequi est impos parles
4200 dliais. Pierre Paul n'a plus res prives. cncontianr.. n- J rue a -, wr u
oue 283o dollars a lui verser, vafeur WUUji Le gnra. Wod lbS53bJll^^ d. TMgmX -
pour ?urei et garan-ie de hquelle oon. aoo acecotatioo au ooste de du dsarmt lJ. L vls ,avls l'en-an des marchandiseii
ca0irea;ur &T ""^ ** "^N ^^^pV"^^ ^VT^A
Vvo-i de Pierre Paul faisait che8 "nceot que l^ccord frsSe ***** st * La commis-' r ron de fil D0'; ?'
ix^ac.^^Jli?ltl!^!ni Tarquie a , re*8* "csmmen La SI0Q d" mements a adoo'. en l <*"" contenant a8te
rt1 :P larr. et le signi conclusion du nouvel accord a t Pncipe, la proposa on de Mr lou- v,ron ass,el,e$ tmi lel
U UrtMW en vue de lu. ae rendue ncessaire quand le, turcs haux au sujet de l convo'iwi l CaisM con,CDant ,8 deM
des oftres relles quand celui c. lui firent l'objection coi-re les clauses ventuelle dune ^teZ>
annona par exploit d'hu.ss.er son du premier accord ngoci Paris tionale su^ la suppression ou le w machine a tei" ""
tsouoo de lev.r lu. mme l'ant ptr f>kir Stm. Lim* armements 25 W birriques de vin .
pour soumettre au Tr.bunal de Cas J 5o Franaia, retenus prisoooisrs Paris ,,L,iitil.B An Mm Ebrdeiux et divtrsW
saion l opinion souveraine des premiers Par le Ta*. ont t conduit dans d!?. ***** da 5oasei11 Djraeaui
luges sur une question U apprciation de nn Dorl de ''A,le rai"eur pour U L rt^c i; aDt de TAU*et ,es
faits Ir rapatriement, accords hnanciers du 11 aot est in _____________
Vous conviendra avec m^i m-s J*iU*J*f'f9'^m aPr8 d n rouv; P"'es milieux pulementai et comptaient grdercs
chers confr-es, oue l'iateTcs'^u uTo^^'l'T "iS*09 U* "'',f """O" w 6nu:ei et la o*ae en cas de co."
. remis i vot.e ou.n.l note paae AnLor. Laf.s. Z ? " Ver* P T' o u 'o- d meurt.ier du
uns I, aumJo de LfflSB SESVft^fa^jRtS Doamef ELA uf.T Mf M^ .
v.ns a nul reoacigia rieurs en nomhreVavaiet JSV I 7 dr Bma'lf ^^? ,rn L?' PARI-S" L" ,oa,MMM
Veuilui agrer, mes chus confr diflalois centre tonte l'arme are- .nini d, vnVi"Let Kjme xP0lCr le flwe Carp-ntie. reoconreri
' n ce.nbre i Londres le cniO|
Mootbrotl
hncaniej
c, mes salutation dis j gara.
Ptlers K A VEAU
Dite tnt de Li Souvellt haiti
que Les grscs sont maintenant 8j
kilomtre! d'Angora- Avant de corn
mander leur re-raite Iss turcs dirig
rent une violente contre ataiiue
Liliilvers tire r'uutificalc
Aujour.l but at I ami vnsaire de l a
iiiKiiient du pa^e Iha.nt XV au tnhu
p.mlifhiit Sur la demand du Clerg,
le\ Ugationi et L'onsukls ont arbtrt
lUTS couleurs
ue bruit repioduit par que'ques lourd australien Cork,
journaux que l'ex kaiser se s. rut en Le ministre de l'Intrieur M
ui ne Ujurn en jviou pour une des d au maior Flool. % U
' utton inconauf, t dmen.i par ricaine. la mdaille T-
LO.NORBS- MrLloy George en/o un,? depeche d Amsterdam,
yi LonJrea pour communication U dp.h d Oppel 1 annonce
L W?lbrM dU CJ,,inef' la rPn8e qU'ua h'niaire britannique de la
p/b,"',,... commission et son cbiufiur trai-
^AHIS-.'-Lclnv de Paria"dclre as ari es le jo aot p . dOjoeln
qn. le cabinj B^^lnert.,. P de. allemand*.,m ^ ont'^Sme
gent de lre classe pa' I*-1
1 en lus pendant la guerre-
Le, docteur Ernest Dap
de l'Acadmie de MJdecu*.
aujourd'hui. ,
Le ministre de l'Agi a
L3 PEUPLE HAITIENDEMAI
que noua tirons un licence certain lempltcf tait Mr Dnmor t un
JHie.pKUtio.rtuc.h rbnflea aaUnr p-nira.t U por..tsoUls da
om.u-iculluu. serai nul si. nom rgion.T| brBe. H ffaSbS on!
.u|oirls ,,nna notre Cal tait la cl, ;1. en'ier dm-ps ouns a ii
? xplou pour le corn ,te de Brsode que Mr tt iud pjjgge \9 reconalit. ar
ompaguiaslliaonireeqal araient plus ta iiement ^onati^ar
*Ubl. l'iraogar, La cm ser ^ve^.iP|i*mii* de
JH ZiX^1-^ - iar"i:"*:rd B ",lclMr ,a ,l
non dit dj rgime con
lrabla 1,'uj rg'e I
in SUli(c
Intolrable n est pa trep dire; conldratio'i gdrJe d'travaTl sis
M.ecdiiijunt se* produits sans Frauce. rdoraenlaii. ua travail a l --^* ^ uunr ci r'?"r -
len lecevoir e.i ch-ngs nn psyg co nmiasion da dsarmement de a DPPffno la Tk*exT% on i*,# \p
aappauvni.er nnricliiasantd autres, Sicii da atleta pracata u a le ^''lf ae/rtHI ^
traugers. teolu^O demandant la rauion V^% en leUI'K COmiCe8.
Les Elections Lgislatives po^i
^^on^ioriiiVa^^ vue des lections
....... ^ fitaJKJa^^^ q'ovnit le if ,
lobrj ton le Gouvernement 8**
saX i
m- J.', 3*,74 >


Antoine Talamas
m c du Msgt*'n in i'F,t v ,-..
RrtfcV;na; l'Eut, N0"i7n
fa M a: son vient dr
oie lavabi. cou eurs va es *
Hipe do C.rne* bar.ea - S
Crflre de Chine bf r es franais
Jffe s su.rieor noira
r ^pp r rshine (oulecr
S>i#iie Jackaid
Voile barr*a de soie couleur
Ciron de soie.
fripon de soie japonais coulenr fleura
Voile blanc wuri
Voile roerc rie couleur
Voile de Uioe
Mousseline bai ire de soie
Mousseline a barres cou'eur
Toile A drap 9( i
Toi'e drap 8,4
Noniotk blanc
N nsook rce
Flanelle coon
FUnelle de laine 3) pourog
Flanelle de laine Sri pouces
F'aneMe mouai>p|ir.e
Zrhyr anglais suprieur
Indienn aupi'riecre
Voile Heurs
Nananuk peicale
Tte indien
Reps couleur pour juprg
abaiciiii pour jupes
Toile blanche A para
Toiles varies pour jupes
uoile A rnatelae
Rriae jaune
Grise couleur
Calicot L dor" suprieur, p'ct
Calicot dj famille
Poplin suprieur pour hpes
Kki blanc suprieur
Duik blanc
Chemisettf s saprieurea
firetellea divurrea qualitfj
Chapeaux de paille
Chapeaux de paille snp^rieure
Bhb A femmes menaii7
Ba* femmes de soie upriun
Bas A femme infrieur
Chaussettes mercerises
Ctuutseties co on
Chaufstties ordinaires
Chemines hommes
Palm beach supritur
I- Saga anglais
L, Ssrge bleu msrio suprieur
Diagonale noire suprieure
Souliers divers pour hommes
Tapis cirs pour tsble
Demi-comat '
) Lotions Pi ver
Svn boite
Poudre Sactal
Broderies, pices de 2 A 5 gourde*
Ruban uni et A 11 aura, tootea qualits et outes dimeoaioos.
troufaru auasi d'aunes articles de choix A des prix trs avantageux
12
1-2
n
5
3
3
256
150
175
4
2*0
2 50
5
4 50
2
175
9JSQ, 8 et 4
fi
H
11
2
1 m
1 75
2
175
2.R0
260
2
16)
1 73
1
1 25
25
20
2
2
2
4
*>
7
8
2
o
10
10
8
5
7
aune
paire
!doi zaine
douzaine
douzaine
douzaine
10, 9 et
aune
10
or 8
or H
or .5
paire
aune G 5
15
Flacon 2 50
1,50,2 et 2;50
2
1
la

Trop faible
pour travailler
La vie courante des femmes n'est souvent
lu'un travail incessant. Combien plus ardue
est 'a tche quand des malaises particuliers
leur sexe rendent chaque mouvement pnible.
Le systme nerveux est drang et la vie est loin
detre gaie. Les femmes qui se trouvent dans
cette situation devraient profiter de l'exprience
de celle qui nous a envoy cette lettre:
Uaez Co Que Cette Femme Dit >
Manzaniiio, Oriente, Cuba." J'tais anmique et souf-
frais lors de n^es rgles. Ces douleurs me foraient souvent
a rester au lit. Les douleurs, toujours dans le bas ventre,
taient quelquefois aigus, quelquefois sourdes et je vomis-
aais souvent J'ai souffert de ce malaise pendant quatre ans
avant de faire connaissance par l'entremise d'un fascicule
de votre Composition Vgtale de Lydia E. Pinkham. Je
l ai prise avec complte satisfaction et je me fais un plaisir
de la recommander a toutes mes amies qui souffrent de
mme malaise." Srta. Marina Milan, Calle de Caridad,
4. Manzanillo, Oriente, Cuba.
1*3 femmes souffrant* ne Verraient pu felr* d'Huit
Mla doivent lnilitcr pour I*
Composition \fegetale
de Lydia E. Pmkham
"*1 HNKHH M(D CIMK CO. IV I. V.*-A.
LS MATIN
En Veille
fanaux M kl en
P ur biKjjv
^hezHenrv STARK
Ru* du Quai. ?n f,.-e d, \9 n r.
mg*rv contre
^
pi -.; <*z ji?^
ce m f ru. 3
6I1I9HS3
J de DLL OR t. Fharrnacien
C'ICT IF MFTLLF.UR
H'rtO TIF8
Cacao Peters
ENVEXTECllriL^ctor M.i,Knnto S non V eu LoDelliV.r,
Pharmacie '-'Centrale
nauiis de toute frauheut. Excution prompte ti >oiQne des
ordonnmes Spcial. ii fou toutes les rmladiit.
6
, ' tiTIOll
.' I W.KFPTIM
< ti' - i Ju-in VJaSU
^ ^l.w |^, K- .... OU ... l
. ...... ,' -rrr,ri~.
Pharmacie F. Sjourn
9 uroiAu A&A Rues ,imr " Centre
2 MEOA1LLKS ffAROENT EXPOSITION DC BRUXELLES lUIQ
urojuertes. Spcialit Chimique* et liarmaceu'iques.
Produits franais et amricains.
F/eparaiion de joutes empou| mdicamenteuse strilises ei
..ecUli'es.6pc,al,^ : Sr ,m -ros nque taiPU et h "h kkuv
eUmap. de Ferner >t Rodi.,. Il toa^u.-s en -ock V^r
Mrop PE.:roR.\L bmue de Flv > lTanie.
UposiUire du Prbvkntyl
;_______' R-prs*.ntani dnt l.'i'ijraiwei JE il XL
Panama Hailroad Steamship Lins.
Service de fret el de passagers
IVew-York
Hati
prt<.P^t~n?~Prince> 'e ler Septembre 1920
nos W daK'ScIpau^^?,BpWftffS: f*T Z
"ngleterre, Econe n France
p0Moi, ^srm c' i7 me* s><< "-
Copenhague, Danemark :
Christiania Norvge :
International Spedtiionsselskap, Christiania.
JSodish Express, Gothenboura
Le seiv ce de Panama Une entre New York et Hati #-n fi.
sera d'une utilit considrable, et est la voie1. plus tLL L a"aDemea s 5* ont faUs
tre expdies plUS raP,de Par laquelle vos marchandises pjuven
les connaissements couvrait fret pouc New-York ,.-,;, A i
le Hlvre, Bordeaux ou Auve seront livr P livraison toit Londree
0. B. THOMPSON, A9ent &*
w"1* pour flatti /||
Monsieur L01VEL BUKMINGHrfl
AUX CAYtS, Hati
Reprsentant dune grande fabri-
que de moulins canne,Distillerie
et autres .machines de Glasgow,
dont la renomme est faite depuis
longtemps.
Offre set service, tous ceux qui dsirent avoir Ul
installation de Sucrerie, Distillera etc. ConditinL il
Catalogues etrens:igne.nents se. ont envoys sur dnia ulH


ip. matin
Un mois de maladie abrge
Votre Vie d'mne anne. Le
GLOUOL permet d'viter
les maladies en augmen-
tant la force de rsistance
de l'organisme
puisement nerveux
Convfcesccn.c r:
Neurasthnie
Ples couleurs
Surmenage
A3 M../ tt*s
fortifie
EB%
-^
La eure de GLODOL
augmente la force ner-
vnw et rand uux nerfs
rajeunis toute leu.- ner-
gie, leur souplesse et leur
vigueur.
Ce n'.t.'f pas tioI qui sais .'* viritabit tiainautnr
e'tsl et pult flacn d* GLOBOL
Vaillant tf II A gents gnraux pour Uaili .
L'CriNl.N MEDICALE.
St pvla a'"rrwr rue le Cli>
;, | tl.rgo notablement la
. .,,.. et pU s'expll-
,, mecl. Mal, d'une fa-
?. p gnrale, on pwKllretu'U
e te k.- s|/eciniue par
i etWW* J toute maladie de
lari^'u:'. C'e.l un toniqtie de
I -, . ordr qui, contraire-
manl " ex-*anla habituels,
manifeste u:m* action reafle-
riient utile et persistante. Il
abrge la convalesnenoe et
autfiniTite. pour ainsi dire, la
forte de vivre, oont tout le
secret rcside, noua l'avons
vu, dans le soutien des con-
ditions essentielle* de rsis-
tance.
C'est pourquoi nous pres-
crivons les cures de Globol
a la plupart de nos malades,
cette medicatkm ne rencon-
trant aucune contre-lndlc-
Uon et permettant une lutte
eftlo.ee contre la dchance
limalognlque
D' Ktlenne CMMUNO,
Ancien Interne a Paris.
ICii'ol" ChaUlain, t, rue d
Valenciennec. Pri. eftoutei
phHrmaciee

*
s*
wfm tus
La Royal Bank of Caimla
A le pi.i ir dd poifer la ronofcittftore de s* c'ien oie ei du public eu b oral qu'elle Itil leor
i i po*i'ioi*i pa"ir de c- le due, |f i r
/ v dpt d1 s Ulre de proprit, papier*
bijoux, objet* prcieux % etc.
de famille,
Des evff e forts de ta dernire perfection renfermant
de casiers de trois dimennions diffrentes.
Ces cifiers, inguiense-neut disp>ss tout tait iiiiependanis le.s uns de au i"s. contiennent
'in'ieur de a pende' por e dts lireifa termes et sont absolument in iolibles Dieu qu'ueom
lacneuse ei aa tous pour ietis udjph preneur
Puur les conditions de locatiou, s' rjreiter
La Royal biitk of Canada
I ort au-Prince
Noire Caisse d'Epargne
A" on profitons d* cette occasion pair rappeler la
population la ncessit d'pargner.
Par efs f.irs d'incendie o rhacun se trouve xpos pe-dre en un n starr | fnrl de ton** son
existence, l'on e sautait mieux l'aire 0113 d co li if la (Jairtsd'Eoa'g ie dd la ROYAL B*NK OK
CANADA le m OQttnl de ses conomies et toui l'argent quil sera'l daugeraux de garder ehfz soi.
L'argent dpec
La Caisse d'Epargne de la Boyal Bank oi Canada
Rapporte tn.is pour cent |1\ oio) d'intrts par an sans aucuns
roques peur les dposant! et eooslilue 11.1 placement de premier
ordre el de tuile lennt.
P, r ;.u Piittce. liai i, le I v Juin 1921
w~ -
Jour ionien ros commandes g-
nraltmenl qaeU-mques au* Elatt
Uni s, "dressez vout
t\. Lawrence Smith Expoit
Jmpoit co
Ru du Quoi
J'icrr j lituri*
CiidiliODi avFutaiusee
CKfZ
H. Lhiarvree Smith
ia(i(>. tV lnipurt (o
Kuf du Qinu
Ou trouve
Du 1er rond M bties du
.1 ii ri iliim'rison*
1/2 3, r .\S 5/ I
l'nx tant jal.
A ceux qui dsirent d
relations srieuses
a
Confi -o commandes atur
ma*o< s suivan'ea:
EAVENSON & SONS, Savons
J. W- KABNER Jr, Sucff. Hn Epicei
, EHN & FINR, toc. 9rrMHj ha m,Cpo.q".
y LOHiNSTErN & SONS, Tisbqb en gnral
m nCAKEK OATS LU, J-'Hiibe et pto^uit de cralei
WESTEKN TOBACCO Co. IVbac en feuillet
( V vint dis maisons de confiance et de premire clam
i.e son L tm 7[1EUA^ Agen) ^^
Grand H(>lel de France
J\ l\ LATIUZI, propritaire
Viennent d'arriver par le dernier
paquebot fraucti*
Vins de bordeaux
loogi 6 00 g d.
Illai.c ,' 6(0 '
il s vin- li- s p t caisse i 'oi'jours le fameux vin lu CAP CORSE
l'.itte en f/ro ei en dtail a des prix
> ai*aimables,
LEHN & FI\R IN
Tous produits pharmaceutique et i
articles vendables dans une phavim
SPECIALITES-IasoI drsnlecian1, savon Lyol, Sh&ving
% Lvsol, Peb cco : dentitrice iiicomparcole lt
fo e d'e mo-ue, Kmulsion, Extrait,
(hocolat en poudre de L Poudre Talcum Lit*; C'esl l'txtrme su
bon march e'c de
Demandez le prix courant
l"V*SOL : le mril'eur et le plus conomique des dsinlactanli
La dsinfectant empley dans tous les g andi hpilr1
LiM-: piile cuillere de Lvsol dans une pm'e d'eau doote
la solution 1 lo
DhUX ? 1
TflOlS *fi .
(Une pinte reprsente snuron 'a conte ance de deux vertaj
Le / ysol s'emploie pariicuherem nt d*ns les os d : Ai
ment'. Tub^rr.ulrse, Inledion. Morur.s de clrens. Piqres J
"res d'insed s. Ivnptons de la p au. Bleswrvg. Pla.tJ.Bir*
Mle, p< uM hvrine per*onnel''1* i'e e, le h un. Dins ls
b es des m ud-s. la chambre d) bain le wa er close les *
Avant fl ap* U balayage Po .r ccau isoles blessures des anu
lie? tenir propres, _# .... ,J
l)as l s accouchements e< les lmps Vwdem;es le L^so! u
plus que dms te)S aulres cas .
Ayrz Mi jours uoe solution de L)soi dans eu
ch uibre de votre pparte et
( bague faon'contient un pro / ehn $ Fink Inc. Lon H. Thi
hEW YORK _____Asenip.urHain
DEMANDEZ
Le chocolat en poa
ou t s
Cocoa de Lehn & Fij
HigheM Purity
Absolument pur et d'un got lis agrnbk c est le mt
En vente dam toutes les bonnes ph nmaaes etmaisont e#i
Imprial Lite Insurai
Company of Cana<
Par de lgeis versement annuel vous pouvez assurer
L'Imprial Life -ssurance Lo\
of Canada
Tout1 sortes d avantag s : paiement de divi^ndej^^
ouslesf) ars. lesiuels dividendes rapportent Go'o du
an. aprs irotans, oben.i-n U*un emprun a'ievanl J?*;,^
du irontaii ds la pelice. ete, sont garants par le 0 Canadien x
Pour plus amples renseignements, adressez***
Brandi ? t.o
Reprsentants pour Hati
RueCourbeJt^^
PNIS FIRESTONi
Par le stearrV "|A|liana |d hier sont stti^
des Piipus 30 x 6 & 30 x 3 1|2 ^
que je puis vendre pi il excessivemeni
L. Preetzmann
RUE DU QUAI
VERMOUTH C I N Z AN0
A.de M >TTE1S
jcit(j*nral Pur-.
11W


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM