<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAfiN Union Patriotique %  **&*****,§ PREMIER OUI Pcrt au Prince, icr Septembre 19^1 Mr le Directeur du Matin En Ville. Monsieur le Directeur, Au moment o l'agitt on cU par l'approche de la priode lcco raie tend jeter de la contusion dans les esprits et o la malveillan ce, rptant une ancienne manceu vre, essaie de prsenter l'Union p* inotique comme une Œuvre de par li. voue a la mesquine Mtifftctioij d'ambitions personnelles, il nous parait opportun de rappeler quels, principes et a quelles rgles notre Association a toujours subordonn aa conduite. Nous vous saurons, en consquen ce; infiniment gi de publier 1 d claration ci-join e dans le prochain numro de votre journal. Veuillez. Monsieur le Directeur, agrer avec mes remerciements mes Macres civilits, Georges SYLVAIN. Dclaration L'Union Patriotique Croit utile de renouveler la dclaration, plusiems lois tendue publique, qu'elle Ht pationne aucune candida ture. prsidentielle ou aulie, et qu'ille s'est interdit dans ses statuts toute polit que de paiti eu de personne. Travailler de toutes ses forces i la ? oir ncus *von* t aux ioWgtation de la Nation haiiiennej meDts P ,es du Directeur Jars icseicice intgral de ses dio.is| Pgoi>. Il nous a t dit que ce man d'tut souverain et indptn-lact,telle| q ue de lumire provient d'un ett sa pro upaticn constante et son unique raison d'tre. Chacun de ses membres garde sa libert d'action individuelle, mais ils restent comptables envers l'O u vie de leur bdlit aux lins nationa les, dont ils se sont jut de poui Eclairage lectrique Une grande pariie de la Ville n'a yant pas ft encore claire samedi • t dimanch* dp six i neuf heures du rerseigne de la Corr Convocation Nous esprons qu'imbusdenob!e s sentiments dont sont anims les in> 1 CXtrOrdmair meurs du Bloctous ceux qui s'y in Pressent sincrement ue manqut lont pas de rpondre notre attente Fort au Prince $ Septembre 1921 Le Bloc National te lumire provient d'un ICO dfnt i la machine de B zoton et que Its ii aations s achevant avec la plus gr a le ictfvi , il est proba b!e que ce suir la Ville soit claire comme a ordinaiie — Dont acte. suivre en commun la ralisation, et cont les desiderata du Peuple ha tien, formuls par le comit cen tral et latines par tous les aunes ( orci es, censtituent une partie in igrante. Lts actes et les opinions des mem bres de 1 Union patriotique n'enga L* Solidarit Intressante runion hier, au tem pie du Mocl Liban, des membres de it So dankbous la psidrnce de Les membres ainsi que 'es amis du Bloc sont invits se rerdre i l ancien local de l'association Maison, du Dlgu, Eugne Ferdinand,pour deli se rtndie au sige transfert i urgeau i l'occasion dune sance extraordinaire qui aura lieu le mer credi 7 Septembre courante 4 heures prcises d Tapies midi. De grandes et importantes ques tioos seront soumises l'apprcia tion de l'Assemble aux fins de pren je des mesuies dfinitives roncer Grand Concert Demain soir, i Paruma. grand concert organis par lean Biptist Man'gat, Candio. etc.— Eotre gn raie. Une gourde. Avis de Dpart Les dpches pour New-York et l'Europe, via N. Y', par le S|S Gen GOETHALS, seront fermes cet MrAug. Bosq de nouveaux membres! nant ont .e reus,puis on a entendu une ptti e causene de Mr Jn-Claude Berna d. Des dispositions seront pri es peu xpiis nu il i ) heures prcises, •voluuon du Bloc National.'Port au Prince, le 5 Seperabre 1921 gent d aucune manire l'Association fcr au r mos de Noven br .'anu quand elle n'y a pas paiticip, a moins que celui de qui ils pio"ien nent n'ait reu de ses collgues le manda) formel de parler ou d agir eu leur nom : auquel cas il corn m en ce par 1 indiquer. Seul l'Admi nistraieur-dlgureprsente l'Union vis i vis du ptulic, sans avoir be soin d-y tie spalemint appoint. 11rs membre* de U RKWlNNWl 1. sont rompues peur ci air il heures as local de la Umk Ise Lamarre lo. IS9(drrrir le Snuiuairt) 4 Labor—Day Aujourd'hui est tt dans certains Etats de;l Union Labor Dy. Cette )ourne est piincipalemen' • < ta honneur i Buzil ( Etat d'Ama zone ), Canada, Panama, dans U distaict de Colombie et dans \e> pays suivants : i ono Kico, Alask et Hawai. veisaire de la fondation d. ce te As iocianon de bientaisarce; le choix de vingt nouveaux achieats a (l soumis i l'agrment de l'assemble. A l'occasion de la prestation de ser u.ent de ces nouviatx mtmbie?, il y aura une huilante lcepiion dont l'organisation sua laite par e bureau D.veises questions dinlit gn rai ont t soultvt et ont fait l'ob ).t de discussions tni| riimts de cour loisie it de toidiaiite. Imprial Life Insurance Company ol Canada Par da lgers versements aunutl ,xpus pouvez assurer votre via L'Imprial tife assurance Company 0/ Canada Toutes 3or'es d'avantags: paiement de divifande* en espces 'ous les o ai s. lesquels dividendes lapportent t5o;o d'intrts par an. aprs iroi ans, ob'enii m d'un emurui s'levant josqu* u\ do du moulant d) la police, ele, sont garantis par le Gouvernement Canadien nal. Nous pouvons, nous devons miT.e le faire sans acrimonie, sans montrer aucune hostilit envers le gouverne ment et le peuple amri cains. Mmorisant de nos rapports d'i initi il un peu aussi de 1 exprience acquise dans les flaires publiques, je vons soumets, mon cher Alexis, ces quelques n ilexiop*. que ma suggres votre intressant article. le? pre que i>ous tomberons d'accord Comme je n'ectetds faire atcur mystre de ces ides, faites de mr ttue I uagque vous venli /. Cioy mon cher A'"xir, i mes iWtiiiu r .ts cerdiats et dvoues. [H. Paulus SANNON Situation Co'on 9 'S.SGen. G. W Goetbalil DeN.w Yo k p*ur tous hatien*. SrS Gen H. F. Hodgss-I r NRisSOBTHOI 4MN Avis eommer^ Les soussigos lont voit dbiteurs, leurs cisBCWJ* 1 blic en gcnial qMJJJ. tablie sur cette place sa ociale de Geoiges Francis* moment sous 1a rss w> J. et \. Francis. 4 Port-au PraceJO R 2|J i l.A. PNEUS FlKESTONri Par le steame 1 Alliara "[d hier sont arrivs des rVus 30 x 6 & 30 x :i f|2 que je puis vendre pi ix excessivement bon march. • L. Preetzmann Aggerholm, rENTRŒ ;8 OArruo-igg .,noumrJ ^ -, ubrol^7' M |l Dlorrheovo.-lr •. nourri. menibronoM Aocldont P"'";":S,(* RUE DU QUAI KAWIODOUHVERMOUTH INZANO '•* *?**, M



PAGE 1

fpflrto^^aato'j^i^ Port AU PVince, llili WfttCTEUR.PMOPRiKlAlRK ament-MAGLOIRK LINUMER 20 CENTIMES Lundi 5 Septembre 1921 Quotidien Qael dangereux poste que celui qui expose tous moments un homme nuire un million d'Hommes. La BRUYRE KKDAlflON. Rie Ajirisuie N HfiAj Une Ligue anti—alcoolique Le danger alcoolique univer seilemenl reconnu Nouvelles Elraugres PAR CABLE co Li question a'coolique est rendue Nlaiioo rels'ivernent aise, par bit que Is'cool est universelle tt reconnu de consommation gsreuie et toxique. Le difficile K pour tou le monde, dans faire pour restreindre oa rwppiunerce'ie consommation. •i, devons noue noue incliner ibti ta spectaclti de la leon il que donneut les diffrents • de l'Amrique du Nord dan 9 de haute moralit e de grand i social M" il accomplissait en Meut radicalement la coosom loa de I alcool daos l'iotrieui UU Unis. astsc-e I alcool remonta A la liante antiquitet I ivrognerie Il Ions les tempe, sans que loi. N fixer aucune origine cei i, chose cnrieuae. les premiers Gailien en lte, cherrooios 3 interdire 1 ueage o J de l'alcool qu' rechercher le • de rendre aa consommatior itabie et moins nuisible B la mdecine prconisait autres moyensdt mlangei ai certains aromates susceptii d'empcher l'ivresse, tels I *f. le gioiembre, les pices et Mis fromage. Les Romains pn sveai, eox, i eau sale et un atn conait sot en une pierr. Jebyite suspendue au cou. 1 ca recommandait de mangei wop d'escaigou et d'oignons mot cet excitants la vertu de "Itrla oit. Plus urd, cepei Un commena chercher le E L noo de faciliter la coi som de l'alcool, mais, u con ra m dgoterOu connat I bis •s* la fameuae fontaiue d'Arca |ii passait pour dgoter du vu *'" personnes qui buvaieo %  •sa. }*J ai river au sixime aicU •peter en Angleterre les prt pnalits et les premiie PM prohibitives contre l'iro *• y c'est dans les monastre l'ivi!i ni Da '" ,nce • 00 canoi %  U ildaa condamnait lea moi eiui ,er 8e C0U D ' •" il ..''* Prohibition pas, ooataoce attnuente. Et cette indui geoce, jointe celle que noue prati quone dans le inonde, sert naturel lement d'eocouragemen", Cu'on veuille bien noter que nous e parlons pas ici en moralistes, niais au nom de l'hygine. La guerre contre U tuberculose entrane la guerre contre les abus Une ligue co Par cble PARIS— Le Matin publ-e un message de Mr Nicolas Murrav Butler daos lequel le prsident de TU oiversit Columbia dclare que con natre la France, c'est l'aimer. Li vi site dans les rgions dvastes lui a laiss un souvenu inefliable et lu a rvl quelles turent les souftran ces et quel fut le superbe routage de es bas alcooliques, n FfanCf A Ver dun. le Chemin des! Dtre I a lcoolisme doit V l mes R fims Soisso^s, Arras on PARIS tL* e dpche de Gen |Ve annonce qu; ls membres du Lonseil qui, depuis deux jours.s'en '.etiennent de la question silsienn. paraissent optimistes, mais refuser de rien rvler de leu.s entretiens Une dpche de G:cve dit qu le ^ouvern:m-nt Ira u a remi au secrtaire gnral de U socit des BIU01I un amendeoieu au sujet de u vrification des armements demandant U constitution d'une com e m(-.t!p.,r -c^,. x -•• %  ! i coasiiiuuoa a une com ^? 1 , 6 ne P"' tous nission permanante psnr procda e M\ H nll 9V §mm V UI ****** que le Conseil jnge' ieois ont n. T B Ur "I" ***** en dehors des inv-stigi fSSmTUSST m F ff?" 11 | Ho spcialement prvues. Bo cas c a. se a 1 1 La aCC f rd de pr,D ***<> le (: D "'' ^"itrait la com t'pes seia intervenu sur la question de la procdure Bar laquelle la dcis on serait prise dl aujourd hui. nusion lui pio.ioser des mesurrs itlticiles immdiate?. %  '^taltiioa civief on [ u. i %  TJlv 1 ei "octions de I auoœpiendre dans sou programme comme partout,l'encouragement des barsidits de temprance, c'est dire : I on ne consomme pas de bois t rame A peu prs le plus d'lcool i)e sorte qui* le devoir de lt Ligue leraii plutt de combattre la Ire iu. utauo de ces cercles, i moins te Itifc amener A oomposition, cesi A dire A transformationIl fauaraii demander ensuite A la lgislation criminelle une sanction positive rigeent en dlit plus ou moins grave le cas d ivrognerie et autorisant, par consquent, la mise 1 1 ombre immdia e de tout ditn quant doue I tat est patentIl fau trait y ajouter, par voie de cons mne*, les dispositions lgales n cestatres pour que, a 1 avenir lat aeb.iet jouAi, dans les instaucss criminelles ou correctionnelles, le tle de circone aoce aggravanteIl y uraii eusuite lieu d'imposer d'une f .on trs sensible le dbit de l'alcool laos les bars publics, en t'ai eant p y r. par exemple, une furte ta&* communale A tout tablisse mon.', oe consommation qui se pro pose de dbiter l'alcool. Cette tsxe estai', bien entendue, rpte par 1 .abiissement sur le consommateur et ce serait tome justice de fa:ie fayer le prix le plus bant possible ceui qui lienneni quand mme s* m tue de l'alcool dans l'estomac et dsns le cerveauVoas voyez donc qu'une L gue antialcoolique A Poit au Prince se Notaire beloo mo*. poursuit M Butler, le people smncain ne rester jamais es bras croiss si la Rsasca devait tre de nouvsau ravage et dmembre p.r le brutal envahieaement. S'il n'est pas dans latradilb'i am leatne de f Aire des traite d'lliauce deteuaiveet offensive la conscience amricaine, la foi amricaine dans le S ice et la libert, le lu ne am ircainepour tout ce qui est cruaut *>t injiiRiice. la chevalerie amricaine ont des lments pins puissants que loue ls traites et plus c ruina que toutes les promesses crites.La Frao ce eet aseure de la scurit parce qu elle a conquis le cœur du monde qui battra toujours .pour elle. Roulement isft le contraire d'uae sincure Elu 1 ifT""" ,wu u,Y,,r ua P UDI euiait besucop A faire, et cestjus icgnene psr I ti k ositio i pi tement 1A la raison pour laquelle il ^'a plu tard, ^ar des pe< y sursit lieu de commencer sana \rj 6 *. tarder davantage; car il y a aussi le lgislation, a Angleterre, temps perdo A raitrspper. Je tiens A dire; en finissant, que mon intention n est pas de brever les foudres des alceo iques; je res to>Z "" "rogne : le peines pacte les situations acquises, et, Mien < l'emprisonnepour ne pss perdre trop de tempe, DB """*""" j'entends proposer A la Ligue, ds se fondation Roulement snt psr la Commis "ion de contrle du btlemeut pour le rnsrdi 0 Septembre 1921. A dix heures du matin. Conseil d Etat Charles Bouchereau Tribunal Dur.ci"e Vaval Parquet Unard Riymood Commune s Antoine Soray Prease Le Matin a Syndicat dea Agents de Change Mrov Pierre Odre des.Avocats J Lho Joseph Commerce Victor MargonHenry Augustin Poit au F.ioce.le 5 oeptflabre 1921 — *• %  puac u aujoura nui. Une d.vhe de Gencve di que la' P*S8 Le gouvernement f:sn rommisson des amendeme lis aul' ;,H a ,H 1 t? "" ****** gnml pacte s'est runie j ln ain9 dem nt au 8U l et dea vrm MB OJ'L-O.S a H^nni „ j 'tioo d-nandaut la constitution dem-nt i 5S. ,i mea *** ****** permanente pour dem m l article 9 du pacte approu Drocdereoi coosiatatioosqoeleono 1 1 P V f^ uv =raemeni iranus 'e il ji'gera ncessaire en dehors des 1 *. le '" n > e n t are per Mr Dou mn du oroblme d'n„—*.. mec de 1 accord financier du 13 aot Salon piuneurs journaux le conseil des m mstres qui examinera aujourd hui cet acco d, se retuseraic de le ratifier. m-n du problme d'une manire approfondie et cartera tout soupon de partialiten faveur d'un pays qutlconque. Mr Bourgeois a expn m sa confiiuce aux reprsentants de la Belgique, du Brsil, d' la Chi ne et de Usipagoa, Mr lmpsrult a defar qu'il tait entirement d>ccord avec les reprsentants de la Grande Bretagne et de la France.Les quatre membres du Conseil ont dclar qu'ils accepteraient le lle offert. ' CiLNEVE La commission inter nationale dee secours A la Russia a adopt une rsolution tendant A eu courager l'action des organiaatiooa charitables en vue de reunir u-i fonds et d.u deuree et d'obtenir des gouvernements respectifs tome las aistance possible en laveur de U RussieIf .foiuos Sflfion Le lllub Maoauique amricain reoit les maons haitiens Hier, de quatre i sept heures du soir ont t reus i la M ironie So %  ser a la Li^ue. d^RKll 1 !!! £ 9?Xi ^""u! dxercer principale M rdre Maonnique tybtu Aug H ., ••,. i 1..... ,.x_ raui. auelnue< membres du C.nnc.n iV • e rVJIliiiation n'taient pas ten gjr le, Jvrognee : les peines alsr; ,U,e* mpnsonne. t*roastuusteot la base, JJ'eos Franois 1er, l'tat le fonda)ioo, dxercer principslel* K Jia nnoique /%men Aug ne ^ OBjustuisble de tribunaux ment eon action sur les j unes gn uux qu el 9,u membres du Conseil jT*'On servait de dreonatan raUone. en vertu de l'axiome qu il et des dignitaires de 1 O.dre. Les V tJVJDte; auiourd'hui, fl aert est plus facile de prvenir que de nrablss en exercice s aient abst gj?"*nt de circoosteoce att combattie, ; *iiiio* rtit dimc,,e d'imsginer Au anrpluB. la manœuvre peut tre ers prime A l'ivrognerie, habile, car elle peut mettre de notre ci ceux mmes que connat dj iqne. qui, tout en le ont conscience de la enfin, '•nniuiT. wv,uc,, e. presque aonde boit, et il n est jamais kiVf 1 f l c 0mmeDc e"An point ikuJ' '*8>ia'ioo, i cootribu •M ua de la c ol existe le mal alcoolique, qui, tout .* r,Dd e chelle; presque pra quant, ont conscience K nocivit de ses effets, et qui. l,i _„ -,—— %  •*, %  %  WUUIUU H eet nulle, si ce n est ^ or les prcdents frsn wnsptudence criminelle 1 di\i t kbt C0IBrae voudront peut tre nous apporter leur concours, ne serait-ce que...psr reconnaissance que nous les lais sioos tranquilles, enx. Notre sctiou ne vise pas le pr cir-aent, mais l'avenir. Pmr le Matin

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05468
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, September 05, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05468

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
fpflrto^^aato'j^i^
Port au PVince, llili
WfttCTEUR.PMOPRiKlAlRK
ament-MAGLOIRK
LINUMER 20 CENTIMES
Lundi 5 Septembre 1921
Quotidien
Qael dangereux poste
que celui qui expose
tous moments un hom-
me nuire un mil-
lion d'Hommes.
La BRUYRE
KKDAlflON. Rie Ajirisuie N HfiAj
Une Ligue antialcoolique
Le danger alcoolique univer
seilemenl reconnu
Nouvelles Elraugres
PAR CABLE
-------co-------
Li question a'coolique est rendue
Nlaiioo rels'ivernent aise, par
bit que Is'cool est universelle
tt reconnu de consommation
gsreuie et toxique. Le difficile
K, pour tou le monde, dans
faire pour restreindre oa
rwppiunerce'ie consommation.
i, devons noue noue incliner
ibti ta spectaclti de la leon
il que donneut les diffrents
de l'Amrique du Nord dan
9 de haute moralit e de grand
i social M" il accomplissait en
Meut radicalement la coosom
loa de I alcool daos l'iotrieui
UU Unis.
astsc-e I alcool remonta A la
liante antiquit- et I ivrognerie
Il Ions les tempe, sans que loi.
N fixer aucune origine cei
i, chose cnrieuae. les premiers
Gailien en lte, cher-
rooios 3 interdire 1 ueage o j
de l'alcool qu' rechercher le
de rendre aa consommatior
itabie et moins nuisible
b la mdecine prconisait
autres moyens- dt mlangei
ai certains aromates suscepti-
i d'empcher l'ivresse, tels I
*f. le gioiembre, les pices et
Mis fromage. Les Romains pn
sveai, eox, i eau sale et un
atn conait sot en une pierr.
Jebyite suspendue au cou.
1 ca recommandait de mangei
wop d'escaigou et d'oignons
mot cet excitants la vertu de
"Itrla oit. Plus urd, cepei
Un commena chercher le
EL noo de faciliter la coi som
de l'alcool, mais, u con ra
m dgoter- Ou connat I bis
s* la fameuae fontaiue d'Arca
|ii passait pour dgoter du vu
*'" personnes qui buvaieo
sa.
}*J ai river au sixime aicU
peter en Angleterre les prt
pnalits et les premiie
PM prohibitives contre l'iro
* y c'est dans les monastre
l'ivi!ini Da'",nce 00 canoi
Uildaa condamnait lea moi
eiui ,er 8e C0U*D' "
il ..''* Prohibition pas,
ooataoce attnuente. Et cette indui
geoce, jointe celle que noue prati
quone dans le inonde, sert naturel
lement d'eocouragemen",
Cu'on veuille bien noter que nous
' e parlons pas ici en moralistes,
niais au nom de l'hygine. La guer-
re contre U tuberculose entrane la
guerre contre les abus
Une ligue co
Par cble
PARIS Le Matin publ-e un
message de Mr Nicolas Murrav But-
ler daos lequel le prsident de TU
oiversit Columbia dclare que con
natre la France, c'est l'aimer. Li vi
site dans les rgions dvastes lui a
laiss un souvenu inefliable et lu
a rvl quelles turent les souftran
ces et quel fut le superbe routage de
es bas alcooliques, n FfanCfA Verdun. le Chemin des!
Dtre Ialcoolisme doit Vlmes Rfims. Soisso^s, Arras on
PARIS t- L* e dpche de Gen
|Ve annonce qu; ls membres du
Lonseil qui, depuis deux jours.s'en
'.etiennent de la question silsienn.
paraissent optimistes, mais refuser
de rien rvler de leu.s entretiens
Une dpche de G:cve dit qu le
^ouvern:m-nt Ira u a remi au
secrtaire gnral de U socit des
BIU01I un amendeoieu au sujet de
u vrification des armements de-
mandant U constitution d'une com
! e m(-.t!p.,r -c^,. x----- ------ -! i coasiiiuuoa a une com
' ^?1 ,6ne P"' tous nission permanante psnr procda
e M\ Hnll 9VmmV *UI ****** que le Conseil jnge'
ieois ont n. T BUr"I" ***** en dehors des inv-stigi
fSSmTUSSTmF ff?"11* |Ho" spcialement prvues. Bo cas
c a. se a' 11 La aCCfrd de pr,D ***<> le (:D"'' ^"itrait la com
t'pes seia intervenu sur la question
de la procdure Bar laquelle la dci-
s on serait prise dl aujourd hui.
nusion lui pio.ioser des mesurrs
itlticiles immdiate?.
'^taltiioa civief on [ u. i
TJlv1 ei "octions de I au-
opiendre dans sou programme
comme partout,l'encouragement des
barsidits de temprance, c'est dire
: I on ne consomme pas de bois
(era d encourager leu. f ^ueotatioo. seule, mais elle 2
Pour cela le concoure de nos divers u,veIS ocefd/n !
i.icls moodainsue serait pas '
ldaigoer si, molheureusement, ils
e Coustituaieni eux mmes
des noms qui marquent la hauteur
suprme ou peuvent atteindre l'en
durance humaine.lecoutage humain,
la patieoca et la foi* humaines La
France s'est d dfendu tout l'u-
-------- les en
n 0i'8 de notre socit o il se con
>t rame A peu prs le plus d'lcool
i)e sorte qui* le devoir de lt Ligue
leraii plutt de combattre la Ire
iu. utauo de ces cercles, i moins
te Itifc amener A oomposition, cesi
A dire A transformation-
Il fauaraii demander ensuite A la
lgislation criminelle une sanction
positive rigeent en dlit plus ou
moins grave le cas d ivrognerie et
autorisant, par consquent, la mise
11 ombre immdia e de tout ditn
quant doue I tat est patent- Il fau
trait y ajouter, par voie de cons
mne*, les dispositions lgales n
cestatres pour que, a 1 avenir lat
aeb.iet jouAi, dans les instaucss
criminelles ou correctionnelles, le
tle de circone aoce aggravante-
Il y uraii eusuite lieu d'imposer
d'une f .on trs sensible le dbit de
l'alcool laos les bars publics, en t'ai
eant p y r. par exemple, une furte
ta&* communale A tout tablisse
mon.', oe consommation qui se pro
pose de dbiter l'alcool. Cette tsxe
estai', bien entendue, rpte par
1 .abiissement sur le consommateur
et ce serait tome justice de fa:ie
fayer le prix le plus bant possible
ceui qui lienneni quand mme
s* m tue de l'alcool dans l'estomac
et dsns le cerveau-
Voas voyez donc qu'une L gue .......
antialcoolique A Poit au Prince se Notaire
beloo mo*. poursuit M Butler, le
people smncain ne rester jamais
es bras croiss si la Rsasca devait
tre de nouvsau ravage et dmem-
bre p.r le brutal envahieaement.
S'il n'est pas dans latradilb'i am
leatne de f Aire des traite d'lliauce
deteuaiveet offensive la conscience
amricaine, la foi amricaine dans
le S ice et la libert, le lu ne am
ircainepour tout ce qui est cruaut
*>t injiiRiice. la chevalerie amricaine
ont des lments pins puissants que
loue ls traites et plus c ruina que
toutes les promesses crites.La Frao
ce eet aseure de la scurit parce
qu elle a conquis le cur du monde
qui battra toujours .pour elle.
Roulement
isft le contraire d'uae sincure Elu
1 ifT""",wu u,Y,,r ua PUDI euiait besucop A faire, et cestjus
_ icgnene psr I tik ositio i pi tement 1A la raison pour laquelle il
^'a plu tard, ^ar des pe< y sursit lieu de commencer sana
\rj6*- tarder davantage; car il y a aussi le
lgislation, a Angleterre, temps perdo A raitrspper.
Je tiens A dire; en finissant, que
mon intention n est pas de brever
les foudres des alceo iques; je res
to>Z "" "rogne : le peines pacte les situations acquises, et,
Mien < l'emprisonne- pour ne pss perdre trop de tempe,
DB"""*""" j'entends proposer A la Ligue, ds
se fondation
Roulement snt psr la Commis
"ion de contrle du btlemeut
pour le rnsrdi 0 Septembre 1921. A
dix heures du matin.
Conseil d Etat Charles Bouchereau
Tribunal Dur.ci"e Vaval
Parquet Unard Riymood
Commune s Antoine Soray
Prease Le Matin a
Syndicat dea
Agents de Change Mrov Pierre
Odre des.Avocats J Lho Joseph
Commerce Victor Margon-
Henry Augustin
Poit au F.ioce.le 5 oeptflabre 1921
* puac u aujoura nui.
Une d.vhe de Gencve di que la' P*S8 Le gouvernement f:sn
rommisson des amendeme lis aul';,H a ,H"1't? "" ****** gnml
pacte s'est runie j ln ain9' dem nt au 8Ulet dea vrm
M-Boj'l-o.s a H^nni j''tioo d-nandaut la constitution
dem-nt i 5S. ,i 'mea' *** ****** permanente pour
dem m l article 9 du pacte approu Drocdereoi coosiatatioosqoeleono
1 1 PV f- ^uv=raemeni iranus 'e il ji'gera ncessaire en dehors des
1 *. le'",n>e adaptes aux circoasun:es prsen es Uan*;ies cas orgend le r-ooseil invite
qo'a propos la confrence de l
fi x Oi annonce olticiellemeni qu'a
P's la heture du programm? de
procdure pour le rglement de la
question de la Hiute Silsie, Mr Bal
lour dclara que la mthode ishii
tait la commission A lui proposer
des masures d'une efficacit imm-
diate.
Pa&Q Les j jurnaux parlent de
divergence qui se serait produite
entre Mr- Ujumei. ministre dea n
donnera l'impression que la disloo(^*oc*, et lttB au,re ministres au
du Conieilest le rsultat d'd ex* Uu|,t dft ^ >ntare per Mr Dou
mn du oroblme d'n- *.. mec de 1 accord financier du 13
aot Salon piuneurs journaux le
conseil des m mstres qui examinera
aujourd hui cet acco d, se retuseraic
de le ratifier.
m-n du problme d'une manire
approfondie et cartera tout soupon
de partialit- en faveur d'un pays
qutlconque. Mr Bourgeois a expn
m sa confiiuce aux reprsentants
de la Belgique, du Brsil, d' la Chi
ne et de Usipagoa, Mr lmpsrult a
defar qu'il tait entirement d>c-
cord avec les reprsentants de la
Grande Bretagne et de la France.Les
quatre membres du Conseil ont d-
clar qu'ils accepteraient le lle of-
fert. '
CiLNEVE La commission inter
nationale dee secours A la Russia a
adopt une rsolution tendant A eu
courager l'action des organiaatiooa
charitables en vue de reunir u-i
fonds et d.u deuree et d'obtenir des
gouvernements respectifs tome las
aistance possible en laveur de U
Russie-
If .foiuos Sflfion
Le lllub Maoauique
amricain
reoit les maons haitiens
Hier, de quatre i sept heures du
soir ont t reus i la M ironie So
ser a la Li^ue. d^RKll1!!! 9?Xi ^""u!
dxercer principale M rdre Maonnique tybtu Aug H
., ,. i 1..... ,.x_ raui. auelnue< membres du C.nnc.n
iV e*
rVJIliiiation n'taient pas ten
gjr le, Jvrognee : les peines
alsr;,U,e- mpnsonne.
t*roastuusteot la base,
JJ'eos Franois 1er, l'tat le fonda)ioo, dxercer principslel*KJia" nnoique /%men Aug ne
^ OBjustuisble de tribunaux ment eon action sur les j unes gn uux quel9,u membres du Conseil
jT*'On servait de dreonatan raUone. en vertu de l'axiome qu il et des dignitaires de 1 O.dre. Les V
tJVJDte; auiourd'hui, fl aert est plus facile de prvenir que de nrablss en exercice s aient abst
gj?"*nt de circoosteoce att combattie,
;*iiiio*rtit dimc,,e d'imsginer Au anrpluB. la manuvre peut tre
ers prime A l'ivrognerie, habile, car elle peut mettre de notre
ci ceux mmes que connat dj
iqne. qui, tout en le
ont conscience de la
enfin,
'nniuiT. wv,uc,,e. presque
. aonde boit, et il n est jamais
kiVf1flc.0mmeDce"- An point
ikuJ' '*8>ia'ioo, i cootribu
mua de la'col existe le mal alcoolique, qui, tout
" .*r,Dde chelle; presque pra quant, ont conscience
K nocivit de ses effets, et qui.
l,i-_ -,*, WUUIUU
H eet nulle, si ce n est
^ or les prcdents frsn
wnsptudence criminelle
1 di\itkbt C0IBrae
voudront peut tre nous apporter
leur concours, ne serait-ce que...psr
reconnaissance que nous les lais
sioos tranquilles, enx.
Notre sctiou ne vise pas le pr
cir-aent, mais l'avenir.
Pmr le Matin nus.
Les invits sont sortis enchaats
des marques de courtoisie dont a ie
entoure cette rception qui tut de
plus grandioses.

Convocation de (a Presse
Les Directeurs de journaux 00
leurs reprsentants son' pris de se
runir cet aj ia-midi A i heures aux
bsreicx du t Matin .
Sur la demande de beaucoup de nos
abonns, nous r/pqoduisons la lettre sut
tant: qui a t publie par notre con
frre L Ar iDoaite dans son dition du
10 Aot :
Ptionville, le 11 Aot 1921
Monsieur S ephen A'exis
Directeur de lArtibontte
Gonaives
Mon cher Alexis,
Un sriicfe publi dan* le dernier
No de tL'Artibonite f, et que i atiri
bue i votre plume lgante et alerte,
a retenu longuement mon attention !
Il est relatif i U ncessit d'une
entente haitiano amricaine.
l'en appiouve entirement l'esprit
e crois, en Ait, qu'une entente
simpu.e de plus en plus entre oot e
peti.e Rpublique et celle des Btate
Unis, parcequ'u devient chaque jour
plus vident que nons n'avons 1 at
tendre aucune assistance, aucun: aide
d'aucun genre de lEaiope. La ques
ti0n qui doit.nous pro cjper cette
ueurt, c'est de tiou/er une formule,
une aiodahtqui ralise cette entit
en sauvegardaut notre entit pouti
que et administrative.
11 est certain que la gographie
tait de notre pays le tribut ure .oao'
igWlt du tColo'K du No-d; mais'
j c'est aussi une raison pour tous de
nous arrangci, de faon viter uoe
absorption toujours possible.
1 Tous nos eflorts doivent tendre i
conserver jalousement nos traditions
propres, notre cu.ture latine et notre
personnalit dH at libre et indpen
dant.
Le jour que les Etats Unis auront,
par un*-, dclaration de principe afr
m dfinitivement leur dsir de res
pecler notre indpendance, touies
nos inquitudes se dissiperont, et
1 entente si dsirable se fera sponta
nment entre les deux pays.
Je pense qu'il est dune prudence
je mentaire, en parlant de cette en
, tente qui dcoule de la nature des
; choses, de rclamer en mme tempi
de nos puissants voisins, des gaian
lies indispensables pour notre eutit
politique l administrative.
Par ailleurs, le moment ne me
semble pas encore arriv pour la dis
cuter publiquement, cette entente
Nous devons attendre la fia des tr*
vjux de la Commission Snaloriale
chirge d'enquter sur la situation!
guerale du pays.
Apre, que des rparations nous
auront t accordes pour tes torts
et crimes dont nous avons sotil-rt
p.-ndant ces sx dernires anne*
-pr; que 1- gouvernement ee fcta
Unis aura formul les g.-andes|I1 de la nouvelle politique qu'il entend
suivre i notre gard, il ra temps
ne le croyea voy z pi, de prctftr
notre dsir d'rntente. JusL "
nous dtvaas noui borner Irava i- r
1 nous fait urr couscferCe co bel
ve,ea!rli.nt k sentimen nati^
*3k


LE MAfiN
Union Patriotique
**&*****,
PREMIER OUI
Pcrt au Prince, icr Septembre 19^1
Mr le Directeur du Matin
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Au moment o l'agitt on cU
par l'approche de la priode lcco
raie tend jeter de la contusion
dans les esprits et o la malveillan
ce, rptant une ancienne manceu
vre, essaie de prsenter l'Union p* !
inotique comme une uvre de par
li. voue a la mesquine Mtifftctioij
d'ambitions personnelles, il nous
parait opportun de rappeler quels,
principes et a quelles rgles notre
Association a toujours subordonn
aa conduite.
Nous vous saurons, en consquen
ce; infiniment gi de publier 1 d
claration ci-join e dans le prochain
numro de votre journal.
Veuillez. Monsieur le Directeur,
agrer avec mes remerciements mes
Macres civilits,
Georges SYLVAIN.
Dclaration
L'Union Patriotique
Croit utile de renouveler la dclara-
tion, plusiems lois tendue publique,
qu'elle Ht pationne aucune candida
ture. prsidentielle ou aulie, et
qu'ille s'est interdit dans ses statuts
toute polit que de paiti eu de per-
sonne.
Travailler de toutes ses forces i la?oir ncus *von* t aux
ioWgtation de la Nation haiiiennej meDts P,es du Directeur
Jars icseicice intgral de ses dio.is| Pgoi>. Il nous a t dit que ce man
d'tut souverain et indptn-lact,telle|que de lumire provient d'un
ett sa pro upaticn constante et son
unique raison d'tre.
Chacun de ses membres garde sa
libert d'action individuelle, mais
ils restent comptables envers l'O u
vie de leur bdlit aux lins nationa
les, dont ils se sont jut de poui
Eclairage lectrique
Une grande pariie de la Ville n'a
yant pas ft encore claire samedi
t dimanch* dp six i neuf heures du
rerseigne
de la Corr
Convocation
Nous esprons qu'imbusdenob!es
sentiments dont sont anims les in>
1 CXtrOrdmair meurs du Bloctous ceux qui s'y in
Pressent sincrement ue manqut
lont pas de rpondre notre attente
Fort au Prince $ Septembre 1921
Le Bloc National
te lumire provient d'un ICO
dfnt i la machine de B zoton et
que Its ii aations s achevant avec
la plus gr a le ictfvi , il est proba
b!e que ce suir la Ville soit claire
comme a ordinaiie Dont acte.
suivre en commun la ralisation, et
cont les desiderata du Peuple ha
tien, formuls par le comit cen
tral et latines par tous les aunes
( orci es, censtituent une partie in
igrante.
Lts actes et les opinions des mem
bres de 1 Union patriotique n'enga
L* Solidarit
Intressante runion hier, au tem
pie du Mocl Liban, des membres de
it So dank- bous la psidrnce de
Les membres ainsi que 'es amis
du Bloc sont invits se rerdre i
l ancien local de l'association Maison,
du Dlgu, Eugne Ferdinand,pour
deli se rtndie au sige transfert i
urgeau i l'occasion dune sance
extraordinaire qui aura lieu le mer
credi 7 Septembre courante 4 heures
prcises d Tapies midi.
De grandes et importantes ques
tioos seront soumises l'apprcia
tion de l'Assemble aux fins de pren
je des mesuies dfinitives roncer
Grand Concert
Demain soir, i Paruma. grand
concert organis par lean Biptist
Man'gat, Candio. etc. Eotre gn
raie. Une gourde.
Avis de Dpart
Les dpches pour New-York et
l'Europe, via N. Y', par le S|S Gen
GOETHALS, seront fermes cet
MrAug. Bosq de nouveaux membres! nant
ont .e reus,puis on a entendu une
ptti e causene de Mr Jn-Claude Ber-
na d.
Des dispositions seront pri es peu
xpiis nu il i ) heures prcises,
voluuon du Bloc National.'Port au Prince, le 5 Seperabre 1921
gent d aucune manire l'Association fcr au rmos de Noven br .'anu
quand elle n'y a pas paiticip, a
moins que celui de qui ils pio"ien
nent n'ait reu de ses collgues le
manda) formel de parler ou d agir
eu leur nom : auquel cas il corn
m en ce par 1 indiquer. Seul l'Admi
nistraieur-dlgureprsente l'Union
vis i vis du ptulic, sans avoir be
soin d-y tie spalemint appoint.
11rs membre* de U RKWlNNWl 1. sont rompues
peur ci air il heures as local de la Umk
Ise Lamarre lo. IS9(drrrir le Snuiuairt)
4 LaborDay .
Aujourd'hui est tt dans certains
Etats de;l Union Labor Dy.
Cette )ourne est piincipalemen'
< ta honneur i Buzil ( Etat d'Ama
zone ), Canada, Panama, dans U
distaict de Colombie et dans \e>
pays suivants : i ono Kico, Alask
et Hawai.
veisaire de la fondation d. ce te As
iocianon de bientaisarce; le choix
de vingt nouveaux achieats a (l
soumis i l'agrment de l'assemble.
A l'occasion de la prestation de ser
u.ent de ces nouviatx mtmbie?, il y
aura une huilante lcepiion dont
l'organisation sua laite par e bureau
D.veises questions dinlit gn
rai ont t soultvt et ont fait l'ob
).t de discussions tni| riimts de cour
loisie it de toidiaiite.
Imprial Life Insurance
Company ol Canada
Par da lgers versements aunutl ,xpus pouvez assurer votre via
L'Imprial tife assurance Company
0/ Canada
Toutes 3or'es d'avantags: paiement de divifande* en espces
'ous les o ai s. lesquels dividendes lapportent t5o;o d'intrts par
an. aprs iroi ans, ob'enii m d'un emurui s'levant josqu* u\ do
du moulant d) la police, ele, sont garantis par le Gouvernement
Canadien
nal. Nous pouvons, nous devons
miT.e le faire sans acrimonie, sans
montrer aucune hostilit envers le
gouverne ment et le peuple amri
cains.
Mmorisant de nos rapports d'i
initi il un peu aussi de 1 exprience
acquise dans les flaires publiques,
je vons soumets, mon cher Alexis,
ces quelques n ilexiop*. que ma sug-
gres votre intressant article. le?
pre que i>ous tomberons d'accord
Comme je n'ectetds faire atcur
mystre de ces ides, faites de mr
ttue I uag- que vous venli /.
Cioy mon cher A'"xir, i mes
iWtiiiur.ts cerdiats et dvoues.
[H. Paulus SANNON
Situation Samedi 3 Septembre 1920
Cette semaine marque le record
de l'iilactioi .
Les dernires nouvelles de baisse
eu Sartos, ont | cial dans le march de cal. Avec les
dlais dans les transmissions de c* I
b'e, aux qUi r o.vtm d nouvelles!
ne peuver t plus le baser sur des co '
tat ors vieilles de fiis cirq joui*;
verdeurs et acheteurs s'abstiennent, j
Le aux de 12 F. O B. pour le caf:
tst tout--fait nominal.
Les autres dentes : cacao, camp
cbt, coton, sont d aisses, oublie.',
Les ventes des marchandises lestent
nsipnitiantes, limites au strict n-
cessaire, il n'y a pas d'a'gent en cir-
cula on. (Le Boss)
lunraille*
Est dcde samedi 4 heures de
de I ap's midi, la jeune Carmen
Aodi Ettick.
Les lunrailles ont eu lieu hier
apis riiidi A Ste Anne, au milieu
d un grand convois d amis.
4^Nous pisenlorS nos condolances
aux patents piouvs, particulire
ment, i MM. Andr Ellick, In Bap
liste loseph et Mme Zilla Tessier.
Pour plus amples renseignements, adressez vous
Brandi $ Co
Reprsentants pour Hati
Rue Courbe, I27
Le Gonoral
A?ent prventif et bcal des infections des v0ie3 uiidaires
Gucrison rapide en quelques jours
En vente dans toutes les plnrmacbs.
Theanglo-american t*harmaceulical Corp.
Dpi chez
A. Victor Gentil
Agent Gnral pour Haiti
1731. Bue du Magasin de l'Elat
Attentif
Colonnes, Balustrade
nieras et blocs or^Sj
arrn ^
A partir de cette fa A
d* Ttat, ces rfefj
dnomms et dernier en
uute concurrence.
' Pour les commanda.,
iussi s adresser au ''-
tournai
Clyde Sanii
E Cotnu
Foreicjn ServiofT
Le steamer GreiT5
aiss New-York le 2 dQ Q
era ici vera le 11 via Les
Nord-11 laissera le ment*
New-York via tout les rwi]
i Kingston. r
Ge bateau devant tre
vers I i!3 de ce mois laTi
d embarquement pour Nevl
t'Kuiope via New York m
is par cet otlice.
Pott-u-Prioce, te 3 Septet
E- F. CLEalL
.Gnrale
FONTAINE "Plitt
' A EAU DE SELTZ f ^
11
FLUGEL BI Londi
r
i
1
Office of General At
l'ort-ao-Prince, Sept 2,
HLLLKINNoW
S.h'dule ( 1 Proposed
trom New Yoik for Port-il
SiS Gen W. C Gogas
N.R.Spt;
StS Colon
S(S G?h G W. Goetbals
. *Pi|
F.ora New Yo.k tor ski
ports.
S|S Gen H F HodgM Pkrl
Septrf
0, B. THOM
( \eiier*l |
Bureau de 1 Agent
fort au Prince, le S Sept.,
BULLETIN No t]
Liste des Depuis Al
New-Yo'k pour Port tu-1
ii.S Gen. W, C. Gorgtf
N.Ra*
S> Co'on 9 ,
'S.SGen. G. W Goetbalil
DeN.w Yo k p*ur tous
hatien*.
SrS Gen H. F. Hodgss-I
r NRisS-
obthoi
4MN
Avis eommer^
Les soussigos lont voit
dbiteurs, leurs cisBCWJ*1
blic en gcnial qMJJJ.
tablie sur cette place sa
ociale de Geoiges Francis*
moment sous 1a rss w>
J. et \. Francis. 4
Port-au PraceJOR2|Ji
l.A.
PNEUS FlKESTONri
Par le steame1* Alliara "[d hier sont arrivs
des rVus 30 x 6 & 30 x :i f|2
que je puis vendre pi ix excessivement bon march.
L. Preetzmann Aggerholm,
rENTR
;8 OArruo-igg
. .,noumrJ ^
-, ubrol^7'M|l
Dlorrheovo.-lr . nourri.
menibronoM
Aocldont P"'";":S,(*
RUE DU QUAI
KAWIODOUH-
VERMOUTH INZANO '* *?**, M *


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM