<%BANNER%>







PAGE 1

..I • 1 IE MATIN A propos* .'Impt *ur| ^ M ft frtfUfM le revenu Sers iontK-lle runion li er BOU des ce iiiiiifiai.l de l W.CB BU lo cbl de lu Umitlie du Commerce M •rjet de la loi de 1913 concernt.! 1 Impt sur le revenu commercial et industrie lcemmert remise sur l. t^.i Pr le Scrtai-e d Etat %  • Finances. Aiua quelles changes de viy;* p a ulus Sanon et P la uu-euier*u Upa temein de* IInonceiaet dclare inrpponui e &f lune rsolution fut voHu dans n %  eua — U. commission de oi : %  merxbres a t et t.le forme aui mission de piaentt-r an Prsidai de la Rpublique les dol r.ncea du commerce. Nouvelles Elrangres [•Dite. AVIS L'Administratif n du .Comnet du Soirannonce au publie. I ses :bcn ns en particulier que ron notmaa local est i l'irrpriment Centrale, Rue Dr Atb y, toit pr. d'Akill Laroche. Par consquent pour cause de dem nfgeirent, ie journal ne paratra QO jeudi ou vendreCi de cette semaine. J oeuvre philantrop que-insi crie est certes d'eue exiteme utilit, de haute envetguie. Nul ne peut le con'.esler Bile a soulag bien d'S misres humaines, elle a ramen au bercail nombre d'enfants prodigues, rlleafsir 'cher d'slarmesa dts pre et mre : gss, dsol Four eue dus sommes considra bls or t quo idennemeot dpense. Pouitanr. elle ne pourra atteinte toutes ^es fins suprieures, que ri Ton remonte encore plus hau.. poiv rechermer la cause du mai 4 pour le mirai migrer e< le draciner toi l jamais : que si l'on veut bien chan f r sur des bases rationnelles l-imanclie procbata,28 A' t 3 h -'du malin, an thtre ransiana, i Union patriotique ttera en eanct solennelle le retour de Mf •'' Vincent, qui, aprs les Compilai Il de bienvenue de l'llBluii'fateui !) lgu, Mr G.tge Sylvain, expo %  artlas faite deaa mitetoo, poe* ri' ur BU dpnrt le *<>* collgue.) Th byt.e public est cordialement, lovte tte sance en pvlic-ol er tous 1er militante dy l'oeuvre e> Icuref uu.liea CONVOCATION -M.jonrd'hui. 4 heures p m. au aiiii social de l'Uoioa Petrio Iqw le Corn: est apcier m ni convoque pour entendre les coomanlcattOQl du Dlgu S tno VlOCect e pour piHiidre connaissance aune BOg{eenon de Me Alplio. J Heeriqoci PAR CABLE NEW YORK -Wood.no,,, bassadeur des buts Uois •? hier MADRIDPAR.17-Dapi* une dpche de Itqmmnm 7L \ na !!, 0 'f* Dar.z g a pres P publie une" dclara o ; qaiser, lejga>£*>j if tion du consul amricain Diwson la confrence dclara au snat quui ao? se"on £ iu Uuctiois du drar'fera.t tous ses rfto-ts pour arriver Mt *B at dment oMici.llem-nt la rduction det aroiementa mais un m -irform;!,o,dit.DanV.ige r Wque U rduction doit M Mr.. .e N-chrichten. disant eue le prs.Le secrture M}?** !" ^ "^ dent Harding aurait lclui -tf | pension %  £*• J % £!xn.ilrait Dm zg c.maie un tat disant : li passage t ave: d s E a. uutrendant Mr Dewon MciM QnelUoii de. taWMi£~W.£* VirHuding n'a r.u:unemeat dfini d.es d un pay< "* ] !" ; l'i titode des Etats-Unis dans laques Cette mesure a t pw i^1. sui.e tion de Dan z g. Le haut comrnissai de la p ***** %  ^"L ^JZ. rde U tocitl des nations Damertaira du travail d-t }71 00O B pe t /ea attribue la Pologne tous les tonoei sont sans emploi aux c aichemins de ter i voie oormUe l'n.Uoi. Le prix du dtail des denre • 1 t • : .. v .. r*y n <1 l .1 11' I l Il C • El DiaroUn dit que le gnral ri-renguer commissaire d'^spsgoe a „ qu*ili i ra . T e o*n-ngocier U l s iondes pr.nc, P j UX chet| go i. L'expdition pour U des rebelles necotnmtncerinn le mois prochaia. — Le nouveau cabinet est biei accueilli, la baaisc rab ement impressioaoe C, d'Etat moulrent d'un po'mi PAMPELUNE -Plusieurs m d' commerce prparent deTL pour l'exposi oi internitioatV * BuenosAyres. Varils MKaCBEOI Le Conclave alimentaires augmn ; i en J rlii de 2 7 Dni cent r ur la'n. niqu* ception del ligne du po t. r'A'.ui, 17— La presse est unminv rendre un homitage mu i la mi moire du roi Pierre dont elle r ap pelle la sincre amiti paur la Fran ce et la vie pleine d'hroism-. L* P'. jident de la Rpub iqu: et M Biand taire Quelques coaceasio^ s ont adreeo leurs con4o!-n:e laJcM Comm-DCent anjou'dliui. Siibie. Les peso na'.itdiplomi'i avec la clbre N?pier>knwslu. Uu'.ques et rnt iutrea se aot iascrt's coi-u dd a'unes de ce lilui ont t la lgit or. PARU— .V-'on lEclur les m< BERLINLa Bourse,., tempirauemeot lesopiri;ioniojl DUBHN-V.leri d:!"" 1 h'e'qi son desao rns spculations le D il Bre.no n'a cv-at r^s l conditions du go-iternem a] bn%\ Cp a ndi^t il pa'aii dipo a saa e? ses par la b>i<;s" dti rnak PARIS—\lr B-iand i -oire le* rei>r< se 'ut de* I H i' S' recevant 1 V'"L'-t>deU| ara ions conceroil il d U'queM >' t': d S nitlQi J oi-.sfis lors de l'lection du Pape 15 noit X.V. Apr3 ce li m on aura un comi \u* hilaiant. Entre 1 G. mauvais ts conditions de vie de II La Fte de St-LouU i a fte d.j plis v-'t-Tux des rois diFrancea'aoooace b-ti'ante a Tur ge-au D'maach28 i 7 Ii2, un cbœof bien en'r in. des art s es dr; prtmiet ordre se feront entendre en des morceaux •op.rbS Apri la c-mon-e teig'eu e il y aura kermesse, et un phonographe mciveiUeux enn h r a Ls ottractto ii mises a la po.te J e toutes les bi i r forge au invite celte f Fnn dtn> le monde entier j PARISU ne dp:he de i.y an nnnee que la d'gi'ioi de la 'g'O \ amricaine arrive her Lyon aux acclimations d'une toute iram nsa vU;t* la vi h L a p.og-anv.ne a li oiel a t diminu sur leur demanda. —Par suite de la situ t o 1 i Bra rya la confrence des aonbaisaleun: a dcid de faire une dmarche im mdiatemeat i Be'grad; pour l'vicuaion du territoire hnng os co\ lormment atrait. S-loi ua tl g-ammde Calais le nageur Tirab>s chi adicltr qu'il reco-nmtn:era't sa tentuive d< la l'teofa. de la G r NEVE— La conf-ence su* lesjseil de U s %  .•< t • d-s naioistrl secon la Rus-ie adop a une r-o' r a la so'uiion conforme a te lut ; on prvoyant la ce tnn d 4 ure %  a I esori' lu tr.i . Poiu-n! commission dse ours r ou coor poursuit M Bn-.d ] ai pleine, donner le troits de tout** les o'gi fimee en'm et j • p'ouve nitaiionsphhntropiquesetotfiriele; fois de plus qu!e gouv ra| Hoover et Nn en sont nommas fra-.ts. quaquoi ait dtf.1 hauts commissaires pour l'entente pourvu daas l affaire d toatj avec les soviets afin d. coot '.er, dis pris trjbuer et rpartir le=s ; l'a: tec. Mr Briaad a dclar iloH cord serait sign prochaiosmeot discours de M L'oyd Geo BELGRADE— Le gouvernement identique i celui qu'il prono., publia la proclama on dem-ndant Conseil Sua'me. mais qu'H au peuple de se rallier autour du bit en rien la ths dans lequel le plbiscite i t i NOUVEAU BAZAR Ancien Ltcal Airican Foreign banking corporation Rue nonne-Foi No 228 FAISA EN TOUS RES: Mercerie, Quincaillerii fumer, Bonbons, Gai Chaise, chocolat al ommes, modistes cordoiniieisArticle c lies pure caille avec pierrerie>,chapeaux,crpe gebrgett et de Chine. Parfumerie, Toile fine. Literie, Argenterie, Tabac nitures pour Ho! e, Savon sorti.—ARTICLES POUR i a Prxerior P'. : i • Ch. im^L'a. ri e p l omaM|>• 8 75 ^*^ !" * A ^Z pilf.ee pour homme idloeie i r ur I 00me Chemise ar:ir ciuierr ir Itrm %  conli ur rie il dol i e Chni le* t!e pour liom up. I g < li. iniaeite tricot de 1 ut U J Chi^attepn ti' rnercsotWe.o. fl %  .''-tiseete eoif c^ui pr it f dz 4 Co. MO. pa'Me Un nsport-ment choisi bonne qo.lit de 8 dnl 0 03 • Ubapeeci P.oema ion ij 90 I j C;\ Hgnx l^ir • ool j„, >A • h-" raroft.d 1 Jai d t. *oi blanche ood de cira raeid Cravate l-rg" l> > b. et noire Puni col! la d:>t z Uie Piiu>b 'ch soprleor l'anno m Pu en r Prix en or tkntipoar ilme Hche assoit. Eoit RI8 oh veux U rnaeee Uu,le p qa


PAGE 1

LE MATIN Mme Vve H. Thaes et ses erfsnts. Mr ThorVe Thae* et ses er farts Mr et Mrre Che nrl Guignard, Mr Mme Lisius Thaes, l'emercien' v Acdf Mu.:ci, Mme Vve j bien stncremrj t 'ous (.eux qui leut l P£ir tscs fil*n's, Vii et! 0 J ovv des ptenvea de symi lh : l |k T'' :— M.ir.-i et leurs f*.; l'orcsion dr la Derte crut IF OU ils %  i Actoioe Mucci et 'Vlirs Magl-'enr. Tj re Mucri Melle Mr Georges LabrousP Douyon, M" leur PUT s ehI M Co'ilde Mr et f 'cd perte crut ir qu hilde viennent d'pionm en la p-rao : de leur ifgreit : ., ,. uttujw, .• f t Mrre i„V M i:cci ttleur enfant, jjLapottf.Ies fanvlle M o'. Pilippi et Lota rmercunt Chrement feus crus qui leui 2 ts preuves de symp;lhif icD de la Ferre cruelle qu'ils td'rp'oavrr en U personne regrett : fjene Andr Saovni' Murci hu\t Verdredi 19 Ac couran'. jfjp'fnt de foire leur pio it(orc*i:sanc\ Hermcvne Tha'le lundi 8 courant. Ils les pnen de crriie 1 fonde reconnaissons^ S' Mrc le 22 Aot iftl. I( ur pto DA. Saint-Louis Spcialiste les maladies &9 veux Mdecin Chuurgien 4 /e plaisir d'aviser ses arris et le rubhr qu'il a ouvert saCiinique lihutttuCentre{halle Baussan) ConiuaHon tous les jours de" 10 et 3 5. AVIS IMPORTANT Office ds Squestres Liquidateurs Mi. 1 En vertu de l rticl-' 7 de l'A du dix D'Cfmbre n il n! C*il d>| huit, les propiMMshta d#a • '' %  • mentionne* lnrNrt Hqoidateurs les ma* I' •' i" di ' 1 b'no i c mai ne,den*-ii h> ires Ou i-.ht.f a midi, et de deux heur-a d* lapi* midi quatre heuies. pour asmter 1P vrification et l'admission de leurB crai ces L* vrr fkation aura litu maiaoo par maison et par ordre alphabtique fix i'ii,M qu il suit ; 1 Afg Ahrendis Port au Prince 2 W Bauck Cayes ; Otto B:tber&Co Port au Prince 4 I harmacie Centrale c Usine i glace t li Juigensen Saint Marc 7 I hs (acebsen Csycs 5 lohs lie bsen Aquin U G Kfiwi & Co Fort au Prince Dernire Heure La Maison \nloiue Talainas isnal Fire Insurance Co oi Hartford %  fpnissan'e frrrjpapniewnl d'entrer dai s leS; mwivertaire)' l0 Pha kh&Welaenhori Jrmi fjoid ion e< ce propos des chiffres ont %  rmmiiiiiqu^ ;, t F Lunau Cap Hiitiea In.crvHl ux, l quan'ii d va turs vene^ aux ptvo^ants q i I12 h^w utz & Co t [.••U' h ors maisons' IJ A. Morch Port au Prince Assurez donc Vos immai blei la JM H 'Vlun.hrreyer & ^o Cayes t 1 B~> B [ 15'H Mun< hmiyer & Co lrmie lahonal i ire insuraice i 6 ^ n ,h,m) e '' N ve & c< "" m oinpanv oK tlarloni thez-vous df df mander fous les rerse : gn< irif nU ncessaires Brandi Co BeprstnUtntt pour Hati, LS H\ & FINR INC 4 1 7 O ctlson Lucas & 1 la beaut et la fi lesse des ma thiniises rcemment arrives par le dernier bateau. Cayes -, Co l'oit au P. Gcnaives Saint Maie Petit C-'olve Mirage ne Dame Marie \ %  *m F a au, cigaies L ; JOHNSON Ht Petit Four Tea-Room ous p oduils vharmaeeuttqw* et '.ou* ^^ e .i c il 0 fi ISSEvi ttkltx vendables dans une pharmacie r ; b ma l r te nu mdeltlbUi3tul0Ul l0 CCTALITES • Lysol di'sinlectan*, sa on L\o>, Shaviwg fream 0 y l gen u mq| JUe crm la Lysol, Pebtcco : [dentifrice) iucomparcole l'hu le d 1 glace de f^t u Pitaco fnafUbla ncgnirtrar * %  •". pr^orlt pr l'SIlU mdlMl*. Bapirlsur la riMid cru • i* /rru(iiiuac. Admla d !•• mpiaux a t ri Du l Uniul DISCMIlH, •), Ku* r*al Juar. rM I Phi UIMIM. Si •il s'anowhemcnts et kt l mps Cpidmies le lyso! s'.mpo^e qued^Ls lo s ai 1res c;* lzi< ujoi rsuoeiso tiiioadehysoid DiCni quo th aibre d foire apparus et C baque Hacon conlieul m prospectus fhu cStink lue. Lon • ihbaad Mit' YORK Agent pour Hem t eeux qui dsirent des t relations srieuses Confiez vos commandes uux mai* on s suhan'ea: lAVENFON & SONS, Savons J W KAhNelt Ji Sacrf, K /.. KpICCI UUN & FINK.|lrc prod'-itn 1 humac^utiqae M. LO H ENCLIN & SONS, Ti-sus en gnral T HE QUAKEK OATS CO, hanteft no1mts de crales NES!El-N TOBACCO Co. Tibac cnfemllts BAZiK iEIKOPOLITAIiV Maison de confiance \nyle des Rues du Peuple $ Dam es Destowhet* ^~ Port-au-Prince (Hll'l) Viwtient d'arriver par le*i& Advance r


PAGE 1

. s .1 i n N Un teir^ de \ \ ; s •a.— n %  M*l I'MJ jir Tiind< :v DU. fir rlirir rote njiurrl, tut* pour hfima, -,. chcl clair, rirhet fonvi . ._ a> .1 Tciatojn Eau Ttmdcly. .. UN Teiadtly...._ fVM Tciadeiyv !TdHOU. f UlflKM Taxt romprti. Aucun tn-.oi voulu '••ntuutitmem i -.^. f.'.\oi ut 6trr, ndt ri.i Ctrntt *' bi-auip du w Btyirwndon. Embellit 9/fa : • les r ;iides. 5-p£ A F. Y S 3. tue de la Pais i, Toutr Pat' .~ tt Ciui:i|j Ha ^a^etaPUP-a/' *& Vaillant tf llouet Agents gnraux pour llaiti 1720, Rue du Mryasin dp l'Etat La Royal bank of canada Por -au-Prinee Noire Caisse d'Epargne JSoux profitons de cette occasion poir rappeler population la ncessit d'pargner. | ar ces tMrs d'iiuendie o rhacun se trouve expos petdre en un instant I* irn't da tou'J TANAXU i re s iUra,, mieux ,aird qu9 (,r confier la Caisse dEna-goe de la ROYAL R* A V, V ,e M < n|,n de ses conomies et tout l'argent qu'il sera't dangereux d^ carder ehrz Lt argent dpos La Caisse d'Epargne de la Royal Bank oi Cau I apporte tr.is pour cent (3 oioj d'intrts par aa sans aoi rit-ioe pour les deposuLs et coistitueua placement de prt ordre et de tou e scurit. P.r au-P.icce Hai{tale(le Lydia F. Pinkham, dans de tels ca^. m%?y A t % Sfe losus Del Monta, Ilav.ma, ("iibn.— J'.ii tttifiafi avN •UeBU lsulti'ts. votre Composition Vgctslo da Ltdla I'.. l'inkliaui, le nialicamert que vou> r*C< miMOdtl pour 1 • maladies dos fmRiM, AjrLs trnii ivortcmenti ; i pu donner mgiunce h un enfant J i e puia ii tuvai da aaota pour vow ex|M-imer ma recono ) %  ri ma:do votre Biddicament .\ toOtei > %  t qui comme vt.int leur s.ilut. Si vous u'rc publier i.. lettre, je vous dor.ne penr.i^si,m do la faire."—! vn. Teauna VIOIAT, Madiid i, letra C, Jecos dcl '. ll.t.ar.a, Tulia. Celle httrr ilrvrnit IBJ I] -i r •'.'•.. .. i II .• i .<>\yr.'..: Composition \^gstalo de Lydia E. Pinkham lMM MIDICIxa C) iv.. %  -'-•.. < .. &. Panama Hailroad Steamship Line. Service de fret el de passagers New-York Hati Port an-Prince, le 1er Soptembre 1020 \ Preranl expditions directes p-.nr!'inglelerre et l'Kurope el vice-versa. Connexions-la IA I? D t a' l e I ? ,,1, 1 r:, ridf\ U n'. s d.tvct s,rvicp de el pour lEuroi e. Adrei Un dpart par SemainedeWew Vork directement pour Port n Prince tt un autre ^ lnfrSS listel d W • ~ S "' em nl P^ (|J W ^ dii" ^ 1'oi.trosiigenudaiislni principaux nor s d Europe el d'Wl tene : [avgleterre, Eeofite . 21, alhgade, Copenhague Gnes Italie : l M M Henri C oe # Clerici, Piazza S. Mattea lo Cnes Italie Christiania Norvge International Spcditionsselskap, Christiania. lUmboxirii AU magne: H.Vogemann, Hambourg Oolhtnbowg Sude : l Aodirh Exprs, Gothenboura r^l" ^.^^!, 1 ^ !; l New-Yo:k et Hut,. en vu" I c ervice de Psoama li • u t ie NewYo-k et H riTZ **" *J mi (u*! '••d^Decti'itecooaiJi.ble.eleaUavo.eLni -/ Ue d M arraD 8 ? raet1,s ^'.""IS et e expdi.^ ie P ljs ra P lde P a r ^quelle VO maiwhindisei pW' les cocnaissrmei [< convriol fi^t aa u „, v i • r mtrff 0. B. iH0MPS0.\, ^-iffBVERMOUTH C t i\ Z A J\ 0 ^T?S1 pour Agent gnral pour tt^



PAGE 1

^a^m athe Ne, 4164 Port tu friD.ce, liiiii OIRWTEUR-PROPRIglAIRr • ament-MAGLOIRE H NUMERO 20 CENTIMES Quotidien Mer en* dl 34 Aot 1921 L'esclave n'a qu'an matre ; l'ambitieux en a autant qu'il y si de gens utiles sa fortune. La BRUYRE KEOi Tlj\ ; R,, 6 Aniriciia, so. UBb ^e Contrle Amricain des Fifliyiees;Wpn .coiiiMois sur lu IIHM 1 Efiiois de ne de la classe mm : ttr m Eiift-iis ns et le Trait de 1915 totavons t heureux de mettre 'disposition s-a'oRnAfAr 7, dn tui -io "ur un petit opuscule dit Il Couverneraen' amricain et wod public le dernier rappoa •irsss par le Receveur gnral manes hatiennes. y avoas puis des rensei MOU oues que nous nous pro Il de communiquer & nos in. Le rapport et adress au Ire d'Etat des Finances et du ires d'Ha i en mme temps bureau comptent des Etats Oo pourrait donc avoir quel 0 de s'tonner que ce soit imprime venue de Washing m e-nt ainsi nous apporte peMignement locaux.toais nous tonnons pas. connaissant ment les choses bstrienues expliquer spontanment les. 1 texte du trait de 1915 tt rglemente ia prsenta M rapport : Vif.— Le Uecevjur Gn i rapport nuntul aux fonc atiuens comptente et ta ni d'Etal des Etats-Unis les recouvrements, les reh dpenses; ces rapporta (Munis en tout temps l'eut la vrification des auto[tfcp^Unte de chacan des dits snts. Mjpto m$nu*U et au Dpari* pelef. que noua venona de sou impliquent difticilemeni lea JUtulvants qui noua ont frap "' mme du petit opuscule, nier un ces taita est le sut rapport commence ainsi: aoQiur de dposer le rsp l**ot sur 1 admiuiatrtion des !dt *a Rpublique dH.ii Lvm? de commenant le 1er %  i i 9#l liu "*o !• 30 Sep iu, cousmuant la quatn r"d fiscale de tadmiuisua i Receveur des douanes bsl Le traite entre lea Etats tu* ., K P u biique d'Ha i, pro aj d Mai lyl( j # continue de LTj' 6 de 1 autorit sous la Jjnctonue l administration do 1 privoit ainsi an rappor • '•odis que le prambule eot qui est eu notre posjMnonce uu rppon aunuel, M que ce document est le fi entre l*s Ktatt-Uol *i ||*iH i* borean des Affaire losulaires 'du Dpartement de la Gurre iHtiime h>centrle immdiat du Receveur <1eb douanes hatiennes et l'eiameo %  lea comptes de cette administration •n ant que cela revient aux Etat Unis, conformment telles instructions rela ives cet objet qui seroo •eues du Prsident ou par linter mdie're du Secrtaire d'Etat en adoptant, autant qu j cela peut s faire, pour la direction de I sdmmi 'rntion des douanes hiitiennes. les rglemente gnreux du 25 Juillet Nil relatifs la direction de l'adroi nistration des douanes dominicaines et y aioutant telles clauses qui peu vent tre, aors cornai stion entre les deux Dpartements reconnue judicieuses en raison des diffrence* entre les deux conventions. J'ai I honneur d'tre. Monsieur votre obissant serviteur. (.Poar le Secrtaire d'Etat) Norman H. DAVIS Sot a Secrtaire Doartement de le Guerre, 2i Septembre 4920 L'honorable Secrtaire d'Etat Monsieur, Je vous accuse rception d votre le tre du 21 Septembre 1920 (la), solicitant que le bureau des Affsires Insulaires du Dpartement de la Guerre assume le conule imm diat de l'adminiatiation de* douanes hatiennes, conformment telles instructions relatives :tt objet qui seront i eues du Prsident on par l'intermediairadu Dpartement d Etat En rponse cete scmmucica tion, J'ai | honneur de dclarer que le Dpartement de la Guerre est tii heureux de taire dioit A cette re qute. Le chil de but eau des Affai rea Insulaires a reu instructions l'assumer ces les^ousabthta et d'avoir cooferer avc >eis fonction oairea qie VOJS pouvez dsigner en vue de prparer des lglemeuts gnraux pour la direc iou de l'adminiatraiioj des dousues li itieuoee.Bien respectueusement Newon D. BAKER Sicrtsiie de la Ujerre Et c'est l le second fait qui noua s frappe : le rit dit a Dpartement d Etat*, tandis que la corresponde —--. que te cocuiiieut est le — '• TiTT,' 1 ,J,T r^Tr" •depuis l'isblissement de ce que voil dit Affaires Insulaires ra Receveur gnral du Dpartement de la Guerre. Et J non. n e LOui empressons'"!* depuis le mois de Septembre E** • la violation; n tant 1 *• ''yrqooi cela? 1 n qc il n existe pas d au ^eut-tre que. en rapprochant ns que OO. ceux dont il est J*><1 fait ensiste dans la i BA-V 1 ;* oivante publie SX?J U 'PPori; entre le *jnjdEat et le Dparte •Ooerredee Eiau-l'm "•Ptttement a E'at X5 ; 2i Septembre 1920 m wlaire. de la Guerre , JM dateaie 1 les vnement, ou pourrait dgsger quelque deru-axplication. Maie nous oe devons pas. Consulat Gnral de la Rpublique Dominicaine II est port la connaissance du commerce et du puilic ei g! nrai que le trafic par les frontires est rtabli, et que ceux qui mmes, sans aucune discipline, taos „„ aucun conseil, par coarqueot iiaa ^'^^^J^\ll^^^J^P^ pour la morale so Ul Quoique £^ZSL~£ d Uaive > leacenU. ils ne possdent plus leur' ISLSP** *' ? Ul 4UDe ionoceoce, ils root perdue depuis^," 1 avec aox,l des marc lurette, et ils ont d,! al Z P P S'ia U \ !" {0i ^* des maladies 'olectau tes, coa aL.^J" ?,? P re !" es. **" l "|lfI, }oo millioas de *JM m ; uvaisM L to ,dilioos dans les f s 1 gr.nd chose, en v t csol quelles de nombreuse gens de la ( u es poids presque mort, Ce5 MQ mu" P1UVrC £?* daDS Ce UirS ^'happer 4 ce triste x quebe^u milieux, rons.ituent une grave me-icoup d entre eux, encore? lotit ieu mo^e^iais 5 ^ **** "! ^ 'iT^ 1 !" ^^T^L I.. !" i.l pus clments, dans des centres in |J!M I "' W"" 1 ddustnels importants o ils peuvent I veloppent facilement dans ces .ni svoti un peu de confort de satire ?*iiV rm,0eD dC V 1' i!ab!eS pe ,i0D tl mme de l'pargne mes pidmies— Jesqueihs se renou I h vlant constamment finissent par al-l xx trer le fonctionnement normal des! organes des 18 jets ai souveat atteints L eniaats de la classe ncess ; leu1c ces maladies infectieuses ; il s'en se iO 0* pour la pupatt livres i euxtnil une rductiou notable de leur capacit de travail. 1 y a des endroits qui ne convien oent nuilemeat comme kabitation humaine, et cela pour plusieurs rai sons : Centres insalubres, ventilation in iuiBsante. Irop de gens dans un mo diqae espace, vivant entasss les uns sur les autres, trs l'troit. Il est incontestable que si ces conditions pouvaient tre changs, la sant de ta communau en binsi:ierait et la puissance industrielle du peuple auc menterai, La grande propagation de la tuber culose, et d'autres affections graves, dpend eo grande partie de la mau vaise habitation du peuple qui n'a qu'une seule pice, trs exigu, ser vant de chambre i tout dire, le plus souvent, sale, incommode, mal coos truite.saas cour ou sans cour pave, humide, sans latrine ou sans bonne latrine, dont les eaux souilles vont contaminer celles usages domesti que ; sans aucun moyen de protec non contre les rats, les puaaises, ces agents de propagation des maladies pestilentielles, les moustiques ces agents inoculateusj des parasites paludisme, i filariosedes bacilles encore invis bls : la livre amaiylien ns ;les ncs.ces h:es intermdiaires des maladies a babiia etc.ll faut des avis techniques pour la construction des maisons des pauvrcs.il faut une loi spciale sur la matire venant de la municipilit, ind quant les me*u res des chambres, rejetant celles non convenabhs pour lieu d kabitation, spcifiant la quantr de gens qui o^ Amn-ain dtiennent JUO millions de dollara en or, oit 35 p lOOdu stock mondial Les Etats-Unis rejivent de grandes quantits d'or L importation d or qui siteigoat peine io millions de dollars en ie>ij a dpass 150 mil ons n 1,17; elle s est maintenue en 1920 i 120 millions de dollars otl afltux d'or I aie ceria.ns co lonmtea. amricains qui craignent que la repnse des allures en soit re tarde et alourdie. Ces;,eue situation anormale crit M FWGehle.quecettea"orb d; lor des nations trangres Uaivers.bien et marchs miers mois de Je dollars ont t revus aux fctats Unis. Dans tous itinov belle bien des giensci La principale c.use de la terrible 1, --"> %  • situation o'se irouvent ces ^{VS^^S^Sl^ I *" leuses cratures est cette existence eo t %  %  hs ttaas le oat eommun, dans la p:lite chambre coucher, cette pice unique os se tient tout un nioade cagueuiile, des deux — mu %  pays plus duo tiers infeur ce qu'il est ea 1921. jusqu'au mois de ma peuvent se coucher dans un mme *u pouse actuel. ement de haut cris promuscuit coru rante, sans idal, sans but, tas de gens amoraux, ignorants, isols. Et cesi dans un milieu si dsolant, si dprimant, que vivent ces jeunes entants. Que de vilaines choses se tont 11, sous leurs yeux, que de propos incongrus se tiennent a leur face oaire, dans cette atmosphre sur hauffe I autant de flches, qui pe^ rem profondment dans leur jeuac cœar et les empoisoanent irrmiu olement. Alors lsdeviennaentles vritables igenti propagateurs des maux cruels aot sourire l'humanit. Ainsi ils vont tialner une bien douloureuse existence qu'ils achveront un iour oit dans une maison pnitentiaire, ou sur un lit d'hpital, A cet.e sour ce impure, tout le danger parait eue a pour b.en des gens, beaucoup, trop souvent hlas I viennent s'y ca tamiuer, sy infecter. Voici pou-quo. tt les In ngoe, le Canada, des anglaises. Actuellement les E ats Uns dtien neof joo millions ue dollars, c'est i Jue environ 35 pour ceni du itxk meadial. M PJf, Gehle dit : Lt raison de ce dluge d or des nations tran Kres dans uoire pay,,est la sigmb.a ton de noue impuissance, comme cenire haancier universel, i gouver ner les rserves de crdit, fi n'est pas b.soio de beaucoup d'exphea iions pour faire iaisu les constquen ces directes qui en rsultent pour les Etats Unis. Lor lai mme contribue alioiitiea, la paralysie des achais contribue i amener uu ani des af4 (aires. appartement, tabissant les fosses d'aisance dans les meilleures condi lions hyginiques possible, dfendaoi qu'on se serve des cours comme la inns, dmolissant les maisons d'ha bitation insalubres par une loi con munale accordant descompensa*ioas .es grands philantro,es du ma ., .,civilis en sont eflrays, alarms Four combattre le mal il lancent un peu partout, mme bien prs denoas, mais pa* encore ehen aous hlas I des missaires, de vritables mission naires Ut jues, chargs de taire d magique pour la dmonstration Ju •uiueuse des vrits qui'ti. clament tuette. Sur l'cran que de tristes choses se droulent f on y voit des descendants des infects. Cst une lgion de rabougris, de detorms, de paralytiques, d'aveugles, de soeru* mueis, aidioti. dimoecilis, d.m., nuques, de tous, tous poit:nt des marques indlbiles des fautes graves d* leurs gnraieurs; c'est la grnme 1 nwL"" %  Procdure suivie."."'T'— "Trr" ": T ~n,—ri'"" Fwvaioeaient en matiie * dsirent se diriger la Rpublique M ,z* d Co ll P^a du Keeevenr j Dominicaine peuvent le faire rom • rtiri I ?v n c l ntB 80U8 e ' me auparavant par la vmede DaISW-ULV^^SM ib> n Gomend'dor^ La8 Lajas. ^.Wiat.n!f*' n A C4 W^ ; iL, i eus empire d'une' Oharg du Consuiat bnral r .w—. , ......gva ut une U ; n en payant les propritaires de mapropagande ducative, d'enseigner les u S leurs gnraieun, >,1, „" sons ou en leur donnant d'autres : moyens efficaces pour se dbarrasser Je toutes les aaa.Vn L J immt proprit, hors de, endroit, condamne toutes ce, lpres, e, surtou" d F S son!?„ eS hXi^^ n, On ne paye parfois que la valeur j prendre les viter, tout en a tirant Jaus toute leur laideur di„ a ^ de la terre.LS autorits locales consl'ortementl'attention sur les attreuse leur livreur qu. dfilent £ ?JZ* truiront des petits cottsges pour lesj^onsquences que ces maiad.es peu ne devant i yei, df!nft ? e dasses ouvrires et donneront ce vent dterminer. Ils crent i tfiad 'On& ahuri au. ,.„„ ?Ublu monde de, rgie, sur la meilleure;t ..s dan, les d.Hrents centra de .guora.'t eto?e Soi K^B manire devivre Ils devront prendie .mmenses laboratoi.es municipaux, oauche. cotent 4 souvent ts ch, ilsfoadent de belle, bibliothques e qu un sang impur i nationale,, il, tablissent des disV-s 'que des avortons des *£.?£ rc Il est inoatestable que ie taupe aire, gratuits dans le, vUle/, Cest o a^wttfS^ nsme est la ra.,on frenjire de la|bougrs.tes canpagnes; ,1s d.stnbuentil JS£^V^hSTlZ fson antihyginique de vivre de cer.auxpavres des meJicamentsspciaux bons bourueoil I s l m tains individu, ; maigre,salaires.ren : i ls forment des syndicats £ mJ. n „\ a ?J g \ 1 COaaa, 'ent tes insuffisante,, donc nourriture in CM! spcialistes pour la eSrtSio, S 1 d /8 io,, 1 ttv,flBU 'Cei complte, juste de quoi pour ne pa, scientifique 1 donner leur noble S lava,Jot'oat ZZVi^^n n Cit mourir de faim A quoi peuvent ,„'entreprise, il, envoient de, contrea al elles en,!r' • ? T *• C '* v,r une communaut de tels dsh c.ers i travers le monde oui M r i£ "* eDdreQt loutM "ia nt. du sort ? Ces pauvres diablesj vent du cinma T&fft£Z\E£i 0CCaS,030eD, • <*** **i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05458
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 24, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05458

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^a^m athe Ne, 4164
Port tu friD.ce, liiiii
OIRWTEUR-PROPRIglAIRr
*
ament-MAGLOIRE
H NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
Mer en* dl 34 Aot 1921
L'esclave n'a qu'an ma-
tre ; l'ambitieux en a
autant qu'il y si de gens
utiles sa fortune.
La BRUYRE
KEOi Tlj\; r,,6 Aniriciia, so. UBb
^e Contrle Amricain des Fifliyiees;Wpn .coiiiMois sur lu iihm1
Efiiois de ne de la classe mm :
ttr m Eiift-iis
ns et le Trait de 1915

totavons t heureux de mettre 'disposition s-a'oRnAfAr 7, dn tui
-io "ur un petit opuscule dit
Il Couverneraen' amricain et
wod public le dernier rappoa
irsss par le Receveur gnral
manes hatiennes.
y avoas puis des rensei
MOU oues que nous nous pro
Il de communiquer & nos
in. Le rapport et adress au
Ire d'Etat des Finances et du
ires d'Ha i en mme temps
bureau comptent des Etats
Oo pourrait donc avoir quel
0 de s'tonner que ce soit
imprime venue de Washing
m e-nt ainsi nous apporte
peMignement locaux.toais nous
tonnons pas. connaissant
ment les choses bstrienues
" expliquer spontanment
les.
1 texte du trait de 1915
tt rglemente ia prsenta
M rapport :
Vif. Le Uecevjur Gn
i rapport nuntul aux fonc
atiuens comptente et ta
ni d'Etal des Etats-Unis
les recouvrements, les re-
h dpenses; ces rapporta
(Munis en tout temps l'e-
ut la vrification des auto-
[tfcp^Unte de chacan des dits
snts.
Mjpto m$nu*U et au Dpari*
pelef. que noua venona de sou
impliquent difticilemeni lea
JUtulvants qui noua ont frap
"' mme du petit opuscule,
nier un ces taita est le sut
rapport commence ainsi:
aoQiur de dposer le rsp
l**ot sur 1 admiuiatrtion des
!dt *a Rpublique dH.ii
Lvm?de commenant le 1er
ii9#l liu"*o ! 30 Sep
iu, cousmuant la quatn
r"d fiscale de tadmiuisua
i Receveur des douanes bsl
Le traite entre lea Etats
tu*.,K.Pubiique d'Ha i, pro
aj d Mai lyl(j# continue de
LTj'6 de 1 autorit sous la
Jjnctonue l administration do
1 privoit ainsi an rappor
'odis que le prambule
eot qui est eu notre pos-
jMnonce uu rppon aunuel,
M que ce document est le
fi entre l*s Ktatt-Uol *i ||*iH i*
borean des Affaire losulaires 'du
Dpartement de la Gurre iHtiime
h>centrle immdiat du Receveur
<1eb douanes hatiennes et l'eiameo
lea comptes de cette administration
n ant que cela revient aux Etat
Unis, conformment telles instruc-
tions rela ives cet objet qui seroo
eues du Prsident ou par linter
mdie're du Secrtaire d'Etat en
adoptant, autant qu j cela peut s
faire, pour la direction de I sdmmi
'rntion des douanes hiitiennes. les
rglemente gnreux du 25 Juillet
Nil relatifs la direction de l'adroi
nistration des douanes dominicaines
et y aioutant telles clauses qui peu
vent tre, aors cornai stion entre
les deux Dpartements reconnue
judicieuses en raison des diffrence*
entre les deux conventions.
J'ai I honneur d'tre. Monsieur
votre obissant serviteur.
(.Poar le Secrtaire d'Etat)
Norman H. DAVIS
Sot a Secrtaire
Doartement de le Guerre, 2i
Septembre 4920
L'honorable Secrtaire d'Etat
Monsieur,
Je vous accuse rception d votre
le tre du 21 Septembre 1920 (la),
solicitant que le bureau des Affsires
Insulaires du Dpartement de la
Guerre assume le conule imm
diat de l'adminiatiation de* douanes
hatiennes, conformment telles
instructions relatives :tt objet qui
seront i eues du Prsident on par
l'intermediairadu Dpartement d Etat
En rponse cete scmmucica
tion, J'ai | honneur de dclarer que
le Dpartement de la Guerre est tii
heureux de taire dioit A cette re
qute. Le chil de but eau des Affai
rea Insulaires a reu instructions
l'assumer ces les^ousabthta et
d'avoir cooferer avc >eis fonction
oairea qie vojs pouvez dsigner en
vue de prparer des lglemeuts g-
nraux pour la direc iou de l'admi-
niatraiioj des dousues li itieuoee.-
Bien respectueusement
Newon D. BAKER
Sicrtsiie de la Ujerre
Et c'est l le second fait qui noua s
frappe : le rit dit a Dpartement
d Etat*, tandis que la corresponde
--. que te cocuiiieut est le ' TiTT,'1 ,J,T r^Tr"
depuis l'isblissement de ce que voil dit Affaires Insulaires
ra Receveur gnral du Dpartement de la Guerre. Et
J non. ne LOui empressons'"!* depuis le mois de Septembre
E** la violation; n tant 1'* ''yrqooi cela?
1 n qc il n existe pas d au ^eut-tre que. en rapprochant
ns que
OO.
ceux dont il est
J*><1 fait ensiste dans la
i ba-V1;* oivante publie
SX?JU, 'PPori; entre le
*jnjdEat et le Dparte
Ooerredee Eiau-l'm
"Ptttement a E'at
X5; 2i Septembre 1920
m wlaire. de la Guerre
, _____ JM
dateaie1 les vnement, ou pourrait
dgsger quelque deru-axplication.
Maie nous oe devons pas.
Consulat Gnral
de la Rpublique
Dominicaine
II est port la connaissance
du commerce et du puilic ei g-
! nrai que le trafic par les fron-
tires est rtabli, et que ceux qui
mmes, sans aucune discipline, taos
aucun conseil, par coarqueot iiaa
- ^'^^^J^\ll^^^J^P^
pour la morale so Ul Quoique ^ZSL~, d* Uaive>
leacenU. ils ne possdent plus leur' ISLSP** *' ,?Ul '4UDe
ionoceoce, ils root perdue depuis^,"1 avec aox,l des marc
lurette, et ils ont d,! alZP PS'iaU\*{0i^*
des maladies 'olectautes, coa aL.^J" ?,? Pre
es. **"l"|lfI, }oo millioas de
*Jm m;uvaisMLto',dilioos dans les f s 1 gr.nd chose, en v t c- sol
quelles de nombreuse gens de la(ues poids presque mort, Ce5 MQ
mu" P1UVrC ?* daDS Ce'UirS ^'happer 4 ce triste x quebe^u
milieux, rons.ituent une grave me-icoup d entre eux, encore? lotit ieu
mo^e^iais5^ **** "! ^ 'iT^1 ^^T^L
I... i.l pus clments, dans des centres in-
|J!m'I "' W""1 d- dustnels importants o ils peuvent I
veloppent facilement dans ces .ni svoti un peu de confort de satire
?*iiVrm,0eD! dC V1'i!ab!eS pe- ,i0D' tl mme de l'pargne
mes pidmies Jesqueihs se renou I h
vlant constamment finissent par al-l xx
trer le fonctionnement normal des!
organes des 18 jets ai souveat atteints L eniaats de la classe ncess;leu-
1c ces maladies infectieuses ; il s'en se iO0* pour la pupatt livres i eux-
tnil une rductiou notable de leur
capacit de travail.
1 y a des endroits qui ne convien
oent nuilemeat comme kabitation
humaine, et cela pour plusieurs rai
sons :
Centres insalubres, ventilation in
iuiBsante. Irop de gens dans un mo
diqae espace, vivant entasss les uns
sur les autres, trs l'troit. Il est
incontestable que si ces conditions
pouvaient tre changs, la sant de
ta communau en binsi:ierait et la
puissance industrielle du peuple auc
menterai,
La grande propagation de la tuber
culose, et d'autres affections graves,
dpend eo grande partie de la mau
vaise habitation du peuple qui n'a
qu'une seule pice, trs exigu, ser
vant de chambre i tout dire, le plus
souvent, sale, incommode, mal coos
truite.saas cour ou sans cour pave,
humide, sans latrine ou sans bonne
latrine, dont les eaux souilles vont
contaminer celles usages domesti
que ; sans aucun moyen de protec
non contre les rats, les puaaises, ces
agents de propagation des maladies
pestilentielles, les moustiques ces
agents inoculateusj des parasites
paludisme, i filariosedes bacilles en-
core invis bls : la livre amaiylien
ns ;les ncs.ces h:es intermdiaires
des maladies a babiia etc.ll faut des
avis techniques pour la construction
des maisons des pauvrcs.il faut une
loi spciale sur la matire venant de
la municipilit, ind quant les me*u
res des chambres, rejetant celles non
convenabhs pour lieu d kabitation,
spcifiant la quantr de gens qui
o^Amn-ain* dtiennent
JUO millions de dollara en
or, oit 35 p lOOdu
stock mondial
Les Etats-Unis rejivent de gran-
des quantits d'or L importation d or
qui siteigoat peine io millions de
dollars en ie>ij a dpass 150 mil
ons n 1,17; elle s est maintenue
en 1920 i 120 millions de dollars
otl afltux d'or I aie ceria.ns co
lonmtea. amricains qui craignent
que la repnse des allures en soit re
tarde et alourdie.
Ces;,eue situation anormale
crit M FWGehle.quecettea"orb
d; lor des nations trangres
Uaivers.bien
et
marchs

miers mois de
Je dollars ont
t revus aux fctats Unis. Dans tous
itinov
belle
bien des
giensci
La principale c.use de la terrible 1, ------ --"> "
situation o'se irouvent ces ^{VS^^S^Sl^ I- *"
leuses cratures est cette existence eo t *hs ttaas le oat"
eommun, dans la p:lite chambre
coucher, cette pice unique os se tient
tout un nioade cagueuiile, des deux
mu pays
plus duo tiers infeur ce
qu'il est ea 1921. jusqu'au mois de
ma
peuvent se coucher dans un mme *u pouse actuel.ement de haut cris
promuscuit coru
rante, sans idal, sans but, tas de
gens amoraux, ignorants, isols. Et
cesi dans un milieu si dsolant, si
dprimant, que vivent ces jeunes
entants. Que de vilaines choses se
tont 11, sous leurs yeux, que de pro-
pos incongrus se tiennent a leur face
oaire, dans cette atmosphre sur
hauffe I autant de flches, qui pe^
rem profondment dans leur jeuac
car et les empoisoanent irrmiu
olement.
Alors lsdeviennaentles vritables
igenti propagateurs des maux cruels
aot sourire l'humanit. Ainsi ils
vont tialner une bien douloureuse
existence qu'ils achveront un iour
oit dans une maison pnitentiaire,
ou sur un lit d'hpital, A cet.e sour
ce impure, tout le danger parait eue
a pour b.en des gens, beaucoup,
trop souvent hlas I viennent s'y ca
tamiuer, sy infecter. Voici pou-quo.
tt les In
ngoe, le Canada,
des anglaises.
Actuellement les E ats Uns dtien
neof joo millions ue dollars, c'est i
Jue environ 35 pour ceni du itxk
meadial.
M PJf, Gehle dit : Lt raison
de ce dluge d or des nations tran
Kres dans uoire pay,,est la sigmb.a
ton de noue impuissance, comme
cenire haancier universel, i gouver
ner les rserves de crdit, fi n'est
pas b.soio de beaucoup d'exphea
iions pour faire iaisu les constquen
ces directes qui en rsultent pour les
Etats Unis. Lor lai mme contribue
alioiitiea, la paralysie des achais
contribue i amener uu ani des af4
(aires. *
appartement, tabissant les fosses
d'aisance dans les meilleures condi
lions hyginiques possible,dfendaoi
qu'on se serve des cours comme la
inns, dmolissant les maisons d'ha
bitation insalubres par une loi con
munale accordant descompensa*ioas
.es grands philantro,es du ma., .,-
civilis en sont eflrays, alarms
Four combattre le mal il lancent un
peu partout, mme bien prs denoas,
mais pa* encore ehen aous hlas I
des missaires, de vritables mission
naires Ut jues, chargs de taire d
magique pour la dmonstration Ju
uiueuse des vrits qui'ti. clament
tuette. Sur l'cran que de tristes
choses se droulent f on y voit des
descendants des infects. Cst une
lgion de rabougris, de detorms, de
paralytiques, d'aveugles, de soeru*
mueis, aidioti. dimoecilis, d.- m.,
nuques, de tous, tous poit:nt des
marques indlbiles des fautes graves
d* leurs gnraieurs; c'est la grnme
1 nwL"" ' Procdure suivie."."'T' "Trr" ": ,T~n,ri'""
Fwvaioeaient en matiie * dsirent se diriger la Rpublique
M,z*dCo'llP^a du Keeevenr j Dominicaine peuvent le faire rom
*rtiriI?vnc*,lntB 80U8 e' me auparavant par la vmede Da-
iSW-uLV^^Sm ib>n Gomend'dor^ La8 Lajas.
^.Wiat.n!f*' n AC4W^ ;
iL,i eus empire d'une' Oharg du Consuiat bnral
------- r----- .w. ,-----, ......gva ut une U; n
en payant les propritaires de ma- propagande ducative, d'enseigner les uS leurs gnraieun, >,- 1, "
sons ou en leur donnant d'autres : moyens efficaces pour se dbarrasser Je toutes les aaa.Vn lJimmt
proprit, hors de, endroit, condamne toutes ce, lpres, e, surtou" d ,FS son!? eS hXi^^
n, On ne paye parfois que la valeur j prendre les viter, tout en a tirant Jaus toute leur laideur dia ^
de la terre.LS autorits locales consl'ortementl'attention sur les attreuse leur livreur qu. dfilent ?JZ*
truiront des petits cottsges pour lesj^onsquences que ces maiad.es peu ne devant i yei, df!nft ?e
dasses ouvrires et donneront ce vent dterminer. Ils crent i tfiad 'On& ahuri au. ,. ?Ublu
monde de, rgie, sur la meilleure;t ..s dan, les d.Hrents centra de .guora.'t eto?e Soi K^B
manire devivre Ils devront prendie .mmenses laboratoi.es municipaux, oauche. cotent4 souvent ts ch,
ilsfoadent de belle, bibliothques e qu un sang impur i
nationale,, il, tablissent des disV-s 'que des avortons des *.? rc
Il est inoatestable que ie taupe aire, gratuits dans le, vUle/, Cest o a^wttfS^
nsme est la ra.,on frenjire de la|bougrs.tes canpagnes; ,1s d.stnbuentil JS^V^hSTlZ
fson antihyginique de vivre de cer.auxpavres des meJicamentsspciaux bons bourueoil I s l m
tains individu, ; maigre,salaires.ren:ils forment des syndicats mJ. n\a.?Jg\ 1 COaaa,'ent
tes insuffisante,, donc nourriture in CM! spcialistes pour la eSrtSio, S 1 d/-8 io,,1'ttv,flBU'Cei
complte, juste de quoi pour ne pa, scientifique 1 donner leur noble S lava,Jot'oat ZZVi^^n nCit
mourir de faim A quoi peuvent ,'entreprise, il, envoient de, contrea al elles en,!r' ? T- * C'*
v,r une communaut de tels dsh c.ers i travers le monde oui m r i "*eDdreQt- loutM "ia
nt. du sort ? Ces pauvres diablesj vent du cinma T&fftZ\Ei 0CCaS,030eD, <*** **i


..I
1 .
IE MATIN
A propos* .'Impt *ur| ^ M ftfrtfUfM
le revenu
Sers iontK-lle runion li er bou
des ce iiiiiifiai.l de l W.CB bu lo
cbl de lu Umitlie du Commerce m
rjet de la loi de 1913 concernt.!
1 Impt sur le revenu commercial et
industrie lcemmert remise sur l.
t^.i Pr le Scrtai-e d Etat
Finances.
Aiua quelles changes de viy;* paulus Sanon et P
la uu-euie- r*u Upa temein de* II-
nonceiaet dclare inrpponui e
? lune rsolution fut voHu dans n
eua U. commission de oi :
merxbres a t et t.le forme aui
mission de piaentt-r an Prsidai
de la Rpublique les dol r.ncea du
commerce.
Nouvelles Elrangres
[Dite.
AVIS
L'Administratif n du .Comnet du
Soirannonce au publie.I ses :bcn
ns en particulier que ron notmaa
local est i l'irrpriment Centrale,
Rue Dr Atb y, toit pr. d'Akill
Laroche.
Par consquent pour cause de dem
nfgeirent, ie journal ne paratra QO
jeudi ou vendreCi de cette semaine.
J oeuvre philantrop que-insi crie
est certes d'eue exiteme utilit, de
haute envetguie. Nul ne peut le
con'.esler Bile a soulag bien d'S
misres humaines, elle a ramen au
bercail nombre d'enfants prodigues,
rlleafsir 'cher d'slarmesa dts pre
et mre : gss, dsol
Four eue dus sommes considra
bls or t quo idennemeot dpense.
Pouitanr. elle ne pourra atteinte
toutes ^es fins suprieures, que ri
Ton remonte encore plus hau.. poiv
rechermer la cause du mai4 pour le
mirai migrer e< le draciner toi l
jamais : que si l'on veut bien chan
fr sur des bases rationnelles
l-imanclie procbata,28 A' t 3 h
! -'du malin, an thtre ransiana,
i Union patriotique ttera en eanct
solennelle le retour de Mf ''
Vincent, qui, aprs les Compilai Il
de bienvenue de l'llBluii'fateui
!) lgu, Mr G.tge Sylvain, expo
artlas faite deaa mitetoo, poe*
ri' ur bu dpnrt le *<>* collgue.)
Th by-
t.e public est cordialement, lovte
tte sance en pvlic-ol er tous 1er
militante dy l'oeuvre e> Icuref uu.liea
CONVOCATION
-M.jonrd'hui. 4 heures p m. au
aiiii social de l'Uoioa Petrio Iqw
le Corn: est apcier m ni convoque
pour entendre les coomanlcattOQl
du Dlgu S tno VlOCect e pour
piHiidre connaissance aune BOg{ee-
non de Me Alplio. j Heeriqoci
PAR CABLE
NEW YORK -Wood.no,,,
bassadeur des buts Uois ?
hier
MADRID-
Par.- 17-Dapi* une dpche de Itqmmnm 7-L\,*na!!,0'f*
Dar.z g a presP publie une" dclara o; qaiser, lejga>*>j if
tion du consul amricain Diwson la confrence dclara au snat quui
ao? se"on iu Uuctiois du drar'fera.t tous ses rfto-ts pour arriver
Mt *B at dment oMici.llem-nt la rduction det aroiementa mais
unm-irform;!,o,dit.DanV.iger Wque U rduction doit M Mr..
.e N-chrichten. disant eue le prs.- Le secrture M}?**^ "^
dent Harding aurait lclui -tf | pension * J% !-
xn.ilrait Dm zg c.maie un tat disant : li passage t ave: d s E a.
uutrendant Mr Dewon MciM QnelUoii de. taWMi~W.*
VirHuding n'a r.u:unemeat dfini d.es d un pay< "* ] ;
l'i titode des Etats-Unis dans laques Cette mesure a t pw i^1. sui.e
tion de Dan z g. Le haut comrnissai de la p ***** * ^"L^JZ.
r- de U tocitl des nations Dam- ertaira du travail d-t }71 00OBpet.
/ea attribue la Pologne tous les tonoei sont sans emploi aux c ai-
chemins de ter i voie oormUe l'n.Uoi. Le prix du dtail des denre
1 t : .. v .. r*y n <1 l .1 11' I l Il C
El DiaroUn
dit que le gnral ri-renguer
commissaire d'^spsgoe a '
qu*iliira .Teo*n-ngocier U
lsiondes pr.nc,PjUX chet|
go i. L'expdition pour U '
des rebelles necotnmtncerinn
le mois prochaia.
Le nouveau cabinet
est biei accueilli, la baaisc
rab ement impressioaoe C,
d'Etat moulrent d'un po'mi
PaMPELUNE -Plusieurs m
d' commerce prparent deTL
pour l'exposi oi internitioatV
*
BuenosAyres.
Varils
MKaCBEOI
Le Conclave
alimentaires augmn;i en J rlii de
2 7 Dni cent rur la'n.
niqu*
ception del ligne du po t.
r'A'.ui, 17La presse est unminv
rendre un homitage mu i la mi
moire du roi Pierre dont elle rap
pelle la sincre amiti paur la Fran
ce et la vie pleine d'hroism-. L* P'.
jident de la Rpub iqu: et M Biand taire Quelques coaceasio^ s
ont adreeo leurs con4o!-n:e laJcM Comm-DCent anjou'dliui.
Siibie. Les peso na'.it- diplomi'i
avec la clbre N?pier>knwslu. U- u'.ques et rnt iutrea se aot iascrt's
coi-u dd a'unes de ce lilui ont t la lgit or.
Paru .V-'on lEclur les m<
BERLIN- La Bourse,.,
tempirauemeot lesopiri;ioniojl
DUBHN-V.leri d:!""1 h'e'qi son desao rns spculations
le D il Bre.no n'a cv-at r^s l
conditions du go-iternem a] bn%\
Cpandi^t il pa'aii dipo a
saa
e? ses par la b>i<;s" dti rnak
PARIS\lr B-iand
i -oire le* rei>r<
se 'ut de* I
H i' S'
recevant 1
V'"L'-t>deU|
ara ions conceroil
" il d U'queM
>' t': d S nitlQi J
oi-.sfis lors de l'lection du Pape
15 noit X.V.
Apr3 ce li m on aura un comi \u*
hilaiant.
Entre 1 G.
mauvais
ts
conditions de vie de II
La Fte de St-LouU
i a fte d.j plis v-'t-Tux des rois
di- Francea'aoooace b-ti'ante a Tur
ge-au D'maach- 28 i 7 Ii2, un
cbof bien en'r in. des art s es dr;
prtmiet ordre se feront entendre en
des morceaux op.rbS
Apri la c-mon-e teig'eu e il y
aura kermesse, et un phonographe
mciveiUeux enn h ra Ls ottractto ii
mises a la po.te Je toutes les bi ir
forge au invite celte f mai) '- --------- Ses- iui^cii
classe ("uvre La ralisation de patei s Jfg amiS de ,a rp|,Rjnn et du bsar.
Incntbondans.ecoeurdeihomm(-.| jj^^ LarOC]ie
Comptable teneur d* livre*
Hue du Centre No 1527
quoni.it simtement une grande
piti des ma heureux.
Dotteui Ju tin DOMINIQUE
lieci bien informs, virent que M-
B i-nd profi'era de la conf-ence de
Wa'h ngton pour voquer la plupri
des g anisprob'mes ioterna'ioam
lii cx-oserait noramme t les b ts !
'gi m*s de la pol r que le > Fnn-
dtn> le monde entier
j Paris--Une dp:he de i.y an
nnnee que la d'gi'ioi de la 'g'O \
amricaine arrive her Lyon aux
acclimations d'une toute iram ns-
a vU;t* la vi h La. p.og-anv.ne a li
oiel a t diminu sur leur demanda.
Par suite de la situ t o 1 i Bra
rya la confrence des aonbaisaleun:
a dcid de faire une dmarche im
mdiatemeat i Be'grad; pour l'vi-
cuaion du territoire hnng os co\
lormment a- trait. S-loi ua tl
g-amm- de Calais le nageur Tirab>s
chi adicltr qu'il reco-nmtn:era't
sa tentuive d< la l'teofa. de la
GrNEVE La conf-ence su* lesjseil de U s .< t d-s naioistrl
secon la Rus-ie adop a une r-o'ra la so'uiion conforme a te
lut;on prvoyant la ce tnn d4ure - a I esori' lu tr.i . Poiu-n!
commission d- se ours r ou coor poursuit M Bn-.d ] ai pleine,
donner le troits de tout** les o'gi fimee en'm et j p'ouve
nitaiionsphhntropiquesetotfiriele; fois de plus qu- !e gouv ra|
Hoover et Nn en sont nommas fra-.ts. quaquoi ait dtf.1
hauts commissaires pour l'entente pourvu daas l affaire d toatj
avec les soviets afin d. coot '.er, dis pris
trjbuer et rpartir le HOME H*ssaggs;o 11 que le; Br'-'1 pond^e au d'sconj
n^ociations
de l'a-cord .o omique Llnvd G n g?, paisqui! n* p
II
et commercial avec la d g t on des le t'-re dev-nt lea chanb-ei
soviets sont presque te-m >=s ; l'a: tec. Mr Briaad a dclar iloH
cord serait sign prochaiosmeot discours de M L'oyd Geo
BELGRADE Le gouvernement identique i celui qu'il prono.,
publia la proclama on dem-ndant Conseil Sua'me. mais qu'H
au peuple de se rallier autour du bit en rien la th prince Alexandre, rger.t actuelle- par erreur, ajoute Mr Bnana qm
meut surces'eur au trne spcifiant Lloyd Geo-g1 attribue notre atti
que le prince fut lev dans les m- 1 l'unique fojci de notre sci
mes ides que le pre. nous soramts comme lai txcli
BERLIN 2I po'oaais tus, plu ment attach h justice et il'e
sieurs b'esss hier dans une rencon tion du trait o nos points *^
treen'reles trotp^s rgu'-es aile di lrert c'est dans la mao
la'mandes ef ro'oiai!e-p < des vilU- t*rp ter l'art. 88 et surtout
Manche an dbit de Septembre ges frontires as Teroalitzz et M >s dans lequel le plbiscite i t
i
NOUVEAU BAZAR
Ancien Ltcal Airican Foreign banking corporation
Rue nonne-Foi No 228
FAISA
EN TOUS
RES:
Mercerie, Quincaillerii
fumer, Bonbons, Gai
Chaise, chocolat al
......._______ ommes, modistes
cordoiniieisArticle
c lies pure caille avec pierrerie>,chapeaux,crpe gebrgett
et de Chine.
Parfumerie, Toile fine.
Literie, Argenterie, Tabac
nitures pour Ho! e, Savon
sorti.ARTICLES POUR
i
a
Prxerior P'.: i
Ch. im^L'a. ri e p l omaM|> 8 75 ^*^* *A^Z
pilf.ee pour homme
idloeie i r ur I 00me
Chemise ar:ir ciuierr ir Itrm
conli ur rie il dol
i e
Chni le* t!e pour liom up. I g
< li. iniaeite tricot de 1 ut U J
Chi^attepn ti' rnercsotWe.o. fl
!.''-tiseete eoif c^ui pr it f dz 4
Co. MO. pa'Me Un nsport-ment
choisi bonne qo.lit de 8 dnl 0 03
Ubapeeci P.oema ion ij 90 I j '
C;\ Hgnx l^ir (C|,ti;-. ni feu'" oui dv S 9
tVft'llMKMdtd ";n 4
: -.(r |opif)k.^ott.baa i
ft-e-wlie \oi- MifeoldOi ic-- o
Cetntu <'? ea.lr chaque
Cent ' "' "'J:U de < l
g^. ,, Ai I i i '> ool
j, >a h-" raroft.d 1
Jai d t. *oi
blanche ood de cira
raeid
Cravate l-rg" l>!"> b. et noire
Puni col! la d:>t z Uie
Piiu>b,'ch soprleor l'anno
m
Pu en r Prix en or
tkntipoar ilme Hche assoit. Eoit rI8 oh veux U rnaeee Uu,le p qa i 'Ganmio.nio.,iraB Rgle de furet No U, 2, 1 | Papier fin OulfeUJ ijj!
050 Jartv..|eeoiecoullaallclttrgaoni8') lamas e 0 DO Parapluie on ^ b^|
X Jtrtelle soie couleur, l'eune U 40 BpiDjI d i i urel noire 0 50! Lacet 40 P0";
i M Wguin pour bb t Q|I"C l'e'gi- rorre arg'a-e. la grosse 0 21 jaune, lu grea3 o0ir,
o Si f ". h -rd vtloura, ri< lie aatort Peigne raeloir, U douzaine 2 50 Lacet rotd ju po
P.l.nb^ch eupeiiein I "ne f ^ 0Iget pr m,et?e Pt dame cliaq 8 Peigne rfce.lle. la dODSaine i
lApedeChiteeiiiUiMoeerB 100 BUton ,,,s0 jrorte 8 peigQ0 w It chque deO O
C'pt SS^'^P.TS'toJ AgrrHee la demain. 0 10 l'e.gn^ Foocbei pu.e ecaili**
Un ortun.-nt Cboftl de c pea, ayeC ^^.erier., a--, choisi de 3 0 50
oo i cuei ra toiea le u^mee Mruph((ir. f mHr4 Mp rionz 5 -M c M _e te( Ia 88e G
atin r oanci d itrei te l jre Mou, hoirs taox footardi d^uz I
T'u"u,'g0,J,';n,''iwi 0 8? Mouchoirs bleoa dooz 1
poenco diffrente I mum < .....
U ip eole co'iUur l auna
Voile lwt'8 i'uuue
Voile v 1 l a' ne
020
h lune, la grosse .,
ilMIe'vo.lelealOW*^
'pommade CrnojiCJP^
Pommade Ml de Mfam
\o*i
j ^q Mouchoir taptlete la di : /.une
4 r 1 Mouchoir de p iche la'g cooi :
' Mouchoir soie couleur 00 a-sot
" *(' tirneni, la djuzsine
Voie couleui uuar.ee difuTente 0 40( jj0i;i ^oir f40taii i brod
Si- maiu latin brod cuir 2 iFd Ford's. la gro-se
0 '" sac roalo veloore brod i.Ut '2 < Kl Hae; la grosse
1 50 S"' i m ^iT' 1 il K h'wn'r5 "qJJO, le pfeue^
jiiii'rMemi'M roavr dame t *'. n p< 'ot. la lir
2J L ]j po ' rOL.aiea. 0.tdoleUJn M A.guiiiea a coodit aaa. m..,e
12
8
7
3 90
0 25
h 50
1
Sivon Colossal. B.y Hum Colo
gne Banque, la douzaine 1 00
atvon Glycrinc Casbtcere Boa
q iet, la doizaire 1 60
Sivoii a^ssitt Bosapon argKIs
Bosh de moi' rve Violei Lerys
l bic Sr*f!laii Marc Sget I E-
lo:ie le Kt o
Eau de quinme la ,
Huile qnmine la ao'^]
Ex mit concentre, we
uiiche. lefltfoa ^,
B sentis s- erV. ? %nt
ftf.a'B, I- boue < "proae.
Faux de joie Spa.Wer^.e
2 40 Brosse pour cheval. '
igar t'-a Il8?ir, Lr.r Ly, Strit, B otse dente, en m fl,
' Broeae pour habit-e^;a
Brosse four cheval"
Happy B. t. Omar, le paaei 1 W Broase pour habit
Cigarettes Igypueai ee Stnigh s

r k


j



LE MATIN
Mme Vve H.Thaes et ses erfsnts.
Mr ThorVe Thae* et ses er farts
Mr et Mrre Che nrl Guignard, Mr
Mme Lisius Thaes, l'emercien'
v Acdf Mu.:ci, Mme Vve j bien stncremrj t 'ous (.eux qui leut l
Pir tscs fil*n's, Vii et!0,J ovv des ptenvea de symi lh:*
l|kT'' : M.ir.-i et leurs f*.; l'orcsion dr la Derte crut If ou ils
i Actoioe Mucci et
'Vlirs Magl-'enr.
Tjre Mucri Melle
Mr Georges LabrousP
Douyon, M"
leur
put s eh-I"
M
Co'ilde
Mr et f
'cd
- perte crut ir qu
hilde viennent d'pionm en la p-rao :
de leur ifgreit :
., ,. uttujw, . f t Mrre
iVMi:cci ttleur enfant,
jjLapottf.Ies fanvlle M o'.
Pilippi et Lota rmercunt
Chrement feus crus qui leui
2 ts preuves de symp;lhif
icD de la Ferre cruelle qu'ils
td'rp'oavrr en U personne
regrett :
fjene Andr Saovni' Murci
hu\t Verdredi 19 Ac couran'.
jfjp'fnt de foire leur pio
it(orc*i:sanc\
Hermcvne Tha'-
le lundi 8 courant.
Ils les pnen de crriie 1
fonde reconnaissons^
S' Mrc le 22 Aot iftl.
I( ur pto
D- A. Saint-Louis
Spcialiste les maladies &9 veux
Mdecin Chuurgien
4 /e plaisir d'aviser ses arris et
le rubhr qu'il a ouvert saCiinique
lihutttuCentre{halle Baussan)
ConiuaHon tous les jours
de" 10 et 3 5.
AVIS IMPORTANT
Office ds Squestres
Liquidateurs
Mi. 1
En vertu de l rticl-' 7 de l'A
du dix D'Cfmbre n il n! C*il d>|
huit, les propiMMshta d#a ''
mentionne* lnr alina de la loi du '2 A' tt m1 Ri I
cer.t vingt et un. ou ! ut rvprauo-
ants, poo invi es te preenter
I Office dr SqM>Nrt Hqoidateurs
les ma* I' ' i" di ' 1 b'no icmai
ne,den*-ii h> ires Ou i-.ht.f a midi,
et de deux heur-a d* lapi* midi
quatre heuies. pour asmter 1p
vrification et l'admission de
leurB crai ces
L* vrr fkation aura litu maiaoo
par maison et par ordre alphabti-
que fix i'ii,M qu il suit ;
1 Afg Ahrendis Port au Prince
2 W Bauck Cayes
; Otto B:tber&Co Port au Prince
4 I harmacie Centrale c
, Usine i glace *
t li Juigensen Saint Marc
7 I hs (acebsen Csycs
5 lohs lie bsen Aquin
U G Kfiwi & Co Fort au Prince
Dernire Heure
La Maison
\nloiue Talainas
isnal Fire Insurance Co oi Hartford
fpnissan'e frrrjpapniewnl d'entrer dai s leS; mwivertaire)'l0 Pha kh&Welaenhori Jrmi
fjoid ion e< ce propos des chiffres ont rmmiiiiiqu^ ;, t F Lunau Cap Hiitiea
In.crvHl ux, l quan'ii d va turs vene^ aux ptvo^ants q i I12 h^w utz & Co t
[.U' h ors maisons- ij A. Morch Port au Prince
Assurez donc Vos immai blei la JM H 'Vlun.hrreyer & ^o Cayes
t 1 B~> B [ 15'H Mun< hmiyer & Co lrmie
lahonal i ire insuraicei,6^n,h,m)'e''N've"&c<""m"
oinpanv oK tlarloni
thez-vous df df mander fous les rerse:gn< irif nU ncessaires
Brandi Co
BeprstnUtntt pour Hati,
LS H\ & FINR INC
417 O ctlson Lucas &
1 19 Rei bold & Co
2- Ktit boid & C j
21 Reif bald et Co
22 Kembold & Co
2) Keir bold et Co
24 P. G. S.hun & Co
2s bl. Tcher
16 C. Voigt
En face de Semon Vieux
Yier.t de recevoir des Huut toutes sortes, remarquables var leur
beaul et (sur finesse, ei dis prix dfiant toute concurrence: tels que l
Soierie Jackaide, couleurs vari s
Crpe dn Chine i barret pour cqrmiiea hommes
Noie lavBble, nuancea varea
Crpon de soie, couleurs varifb
Mouasline hatrea de soie
Organdi couleur
Voile raerc?rie couleur
Indienne baires pour cherriaes
Pszin & ban ta couleur
Nansouk percale
Flanelle, diffrentea quai.ts
Calicot L dor
Calicot d? famille
Voile blanc bsrrea
Zphyr anglais pour pijarpaa et chemises h j.umes
Toile drap suprieure
(irise jaune
Nansoi k blanc et couleurs
loile matelas ;
Bszin blanc suprieur pour lapas
Ktoffea varies pour jupea
Kt-ki blanc aupneur
Duc k blanc auprieu
Voile de laine
Demi demi
Serviettes de bain
T Chemines hommes
Bts merceius suprieurs
Bas de soie suprieurs
Bis sianl couleur
Chemisettes
Chaussette noifts) tf couleura
Ctnpeaux du pkille Imumes
Lotions Piver; Armour. Colgate
Acocurez vite viiittr Antoine 1 alemas pour voi>- la beaut et la
fi lesse des ma thiniises rcemment arrives par le dernier bateau.
Cayes -......-,---------------------------
Co l'oit au P.
Gcnaives
Saint Maie
Petit C-'olve
Mirage ne
Dame Marie \
*m
F
a
au, cigaies
L; JOHNSON
Ht
Petit Four Tea-Room
ous p oduils vharmaeeuttqw* et '.ou* ^^e.icil0fi ISSEvi
ttkltx vendables dans une pharmacie ,r;bma"lrtenumdeltlbUi3tul0Ul l0
CCTALITES Lysol di'sinlectan*, sa on L\o>, Shaviwg fream 0 yl gen u mq|JUe crm la
Lysol, Pebtcco : [dentifrice) iucomparcole l'hu le d 1 glace de f^t u Pitaco
fn ( hocolat en poudre de L fc F. c'esl exqui* ; ,elcPrr.nriAlllif.
Poud e Talcum Lltr; C'est l'txiie supiion r"P"*1*1^
bon march e'c de
Demandez le prix courant
,YS0L : le meilleur et le plus conomique des dsinfectants
La dsinl'ecUnt employ daul fous Us g tndl hop Uux.
tlYE psiie cuillere du Lysol d'ns une pin'e d'eau atout
,a solution i'\i
btlJX 2 o|o
T/jOIS 3 0.0
fllne pinte reprsenle environ la cont3nance de deux verres orut
m/ ysol s4e plo:e parlicufirenwiit dms les cis de : Accouche
f.Tuberc-lnse/liiteiiion, Mouurca de clrens. Piqres ei mor
d'in-ecUs E upiiits d* la peau. Biessur s PiauS, Broltres.
peur I hvji' e persourelle. la l i'e le, le I) iin. Dans les ( ham
des imi d. . la chn bre de baiu. le \va er close les curie,
m 1 apiit. le balayage Poui cicatnse les blessures des animaux
lenir projres.
SIROP M
DESCHIENS
l'>afUbla
* ncgnirtrar * ". pr^orlt pr l'SIlU mdlMl*.
Bapirlsur la riMid cru i* /rru(iiiuac. Admla d ! mpiaux a t ri
Du l Uniul DISCMIlH, ), Ku* r*al Juar. rM I Phi uiMim.
Si
il s'anowhemcnts et kt l mps Cpidmies le lyso! s'.mpo^e
qued^Ls lo s ai 1res c;*
lzi< ujoi rsuoeiso tiiioadehysoid DiCni quo
th aibre d foire apparus et
C baque Hacon conlieul m prospectus
fhu cS- tink lue. Lon ihbaad
Mit' YORK Agent pour Hem
teeux qui dsirent des
t relations srieuses
Confiez vos commandes uux
mai* on s suhan'ea:
lAVENFON & SONS, Savons
J- W KAhNelt Ji Sacrf, K /.. KpICCI
UUN & FINK.|lrc prod'-itn 1 humac^utiqae
M. LO H ENCLIN & SONS, Ti-sus en gnral
THE QUAKEK OATS CO, hante- ft no1mts de crales
NES!El-N TOBACCO Co. Tibac cnfemllts
BAZiK iEIKOPOLITAIiV
Maison de confiance
\nyle des Rues du Peuple $ Dam es Destowhet*
^~ Port-au-Prince (Hll'l)
Viwtient d'arriver par le*i& Advance
r I f:0N lllEDAVD,\ei\\ p
classe
pour Mai i
&
*<*dez: le CUO^OUTe powfr* ou COT.OA de Lehn ft F in h
plument pur et d'un aot 11 et oarfiobl : c es "3"
n nnte dans toutes Us bonnes pharmacies et maisons de ittail% \
Froiirge pat- grasse rj- 0 60 la livre
Frcmtge ^uifse or o^O la livra
louifius de tr rre or U.C7 la livre
Oignons or 0,(9 la livre
foudre de toilette Talc Colgate
l'te dentifrice
Pethffl en fetb'anc
l'i nent doua en fet blanc
Grspe nuts
broment
Botaase Monnqre
Confiture de fraise
. ontiture de mre auvage
Amendes, Noisettes et Pecana en coquille mol
un prix extra bas
Grape juice
Huile salade en petit ferblanc
Gele de relsius
Eau de quiniua
Huile de quir.ine pour chaveux
Le prix de (ou* savons de fantaisie cet consi-
drablement rduits
Beurre de pi-ache, gros bocal
Prunee ppr livra
Mlasse en feiblenc
Hutres en ftrbianc
Asprits en ferblanc
Saunsice de Frar ktort en vern
Sardines Californie er troa feiblare i la sauce de
trmatra r t an vinaigre
Tn de ( hire Orange Pcal
O'ge perle Robinson
Oeri- re Gordon
Lard furr en vura


. s .1 i n n
Un teir^ de \
\
; s
a. n ____
r=x]


La Royal Bank of Canada!
A le i'a:sn de |orfer la connaissance de .a client'e el du public eu gnral qn'ii
disposition, pai tir de celle laie, pour *"e liant j|
/ e dpt des titres de proprit, papier* de familL
bijoux, objets prcieux, etc. '
Des coffre jorts de la dernire perfection renfermant
casiers de trois dimensions diffrentes,
disposs 11 lou' lait indpendants les uns des autres, comj
-te ues tiroirs lenns et sont absolument inviolables.' h^ ?"
Os csieis. ingnieusement
l'inirieur de la Premire pone ues mous termes ei soin ausoiuuieui inviolables u
t'ii.subles, us sont renferms dans la laveau Je la banque o ils se trouvent l'abri'de |D<,~
11 itpraiaolett le dernier mot despro^ii raliss *n ce genre et constituent ppur leurs In? ^ '
y nantie tbsolue cilrant lottes les conditions, de scurit et de cJmraodit dsirables. L'on
r en leeommandei de m'eut tous ceux qui sont a h reclierch d'un lieu sur, l'abri aV J**
tu*Jit lcheuse tt de tous risques pour leuis obieis prcieux. J*
l'vur les loi.dhions de lo atiui., s'adresser
Conser*)e
la Fracheur
de !o Jeunesse.
Crtrr.r Tru. ir'
P ! .. MM tf>M*l
I'mj jir Tiind< :v
! DU. fir rlirir
rote njiurrl, tut*
pour hfima, -,.
chcl clair, rirhet
fonvi........_
a> .1 Tciatojn -
Eau Ttmdcly. ..
UN Teiadtly...._
fVM Tciadeiyv
!TdHOU. f UlflKM
Taxt romprti.
Aucun tn-.oi voulu 'ntuutitmem
i -.^.
f.'.\oi ut 6trr, ndt ri.i Ctrntt
*' bi-auip du w Btyirwndon.
Embellit.
9/fa :
les r;iides.
5-p
A F. Y S
3. tue de la Pais i,
Toutr Pat' .~
tt Ciui:i|j Ha
^a^etaPUP-a/' *&
Vaillant tf llouet
Agents gnraux pour llaiti
1720, Rue du Mryasin dp l'Etat
La Royal bank of canada
______________________________ Por -au-Prinee
Noire Caisse d'Epargne
JSoux profitons de cette occasion poir rappeler
population la ncessit d'pargner.
| ar ces tMrs d'iiuendie o rhacun se trouve expos petdre en un instant I* irn't da tou'J
TANAXU i re s'iUra,, mieux ,aird qu9 (,r confier la Caisse dEna-goe de la ROYAL R*
AV,V ,e M. Lt argent dpos
La Caisse d'Epargne de la Royal Bank oi Cau
! I apporte tr.is pour cent (3 oioj d'intrts par aa sans aoi
rit-ioe pour les deposuLs et coistitueua placement de prt
ordre et de tou e scurit.
P.r au-P.icce Hai Cacao Peters
E\ VKXTECtlFZ V.c'or Matrones S mon Vieux IWhivera
u PREETZtoAJSJS-AGGERHO^L

i .... i. . .i
^JZMME^ZZli
m


3.~
La joie
atve mi'e.
Plusieurs fojren,
une foil sans tante, sont main*
tenant gays par
la prsence d'en-
tante sains et
heureux. La.
Compoa ition
Visitait de
Lydia E.Pinkhajn
a rtabli les mre<,
une fois de plu a
normales et en
1h<:v.ii' sant.

I.a lettre suivar.S'
crite par une jeune
femme, prouve la
valeur de la Com-
posi!iiMi\'>{tale(le
Lydia F. Pinkham,
dans de tels ca^.
m%?yA'

t
%
Sfe
losus Del Monta, Ilav.ma, ("iibn. J'.ii tttifiafi avN
UeBU lsulti'ts. votre Composition Vgctslo da Ltdla
I'.. l'inkliaui, le nialicamert que vou> r*C< miMOdtl pour
1 maladies dos fmRiM, AjrLs trnii ivortcmenti ; i
pu donner mgiunce h un enfant J i e puia ii tuvai da
aaota pour vow ex|M-imer ma recono ) . ri
ma:do votre Biddicament .\ toOtei > t qui
comme vt.int leur s.ilut. Si vous u'- rc publier i..
lettre, je vous dor.ne penr.i^si,m do la faire."! vn.
Teauna Vioiat, Madiid i, letra C, Jecos dcl '. .
ll.t.ar.a, Tulia.
Celle httrr ilrvrnit IBJ I]-i r '.'.. .. i II . i .<>\yr.- '..:
Composition \^gstalo
de Lydia E. Pinkham
lMM MIDICIxa C) iv.. -'-.. < .. &.
Panama Hailroad Steamship Line.
Service de fret el de passagers
New-York Hati
Port an-Prince, le 1er Soptembre 1020 \
Preranl expditions directes p-.nr!'inglelerre et l'Kurope el vice-versa. Connexions-la
Ia I? D t a' l.eI?,,1,1r:,rid- f\ U n'. s d.tvct s,rvicp de el pour lEuroi e. Adrei
Un dpart par SemainedeWew Vork directement pour Port n Prince tt un autre ^
lnfrSS listel- d W ~ S"'em nl P^ (|J W ^ dii" ^
1'oi.trosiigenudaiislni principaux nor s d Europe el d'Wl tene :
[avgleterre, Eeofite MM. G.W. Shelden ( o, i7, James 67rte?r, Liver,
pool, Englnd
Copenhague, Danemark :
MM. A .E.Bendtx $ ( <>. 21, alhgade, Copenhague
Gnes Italie : l
M M Henri Coe # Clerici, Piazza S. Mattea
lo Cnes Italie
Christiania Norvge -
International Spcditionsselskap, Christiania.
lUmboxirii AU magne: H.Vogemann, Hambourg
Oolhtnbowg Sude :
l
Aodirh Exprs, Gothenboura
r^l" ^.^^!,1'^ !;l" New-Yo:k et Hut,. en vu"
I c ervice de Psoama li u tie NewYo-k et H riTZ **" *j mi (u*!
'd^Decti'itecooaiJi.ble.eleaUavo.eLni -/Ue d.M arraD8?raet1,s ^'.""IS
et e expdi.^ ie Pljs raPlde Par ^quelle vo maiwhindisei pW'
les cocnaissrmei [< convriol fi^t aa u , v i r mtrff
0. B. iH0MPS0.\, ^-iffB-
VERMOUTH C t i\ Z A j\ 0 ^T?S1
pour
Agent gnral pour tt^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM