<%BANNER%>







PAGE 1

riN CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, il n'y a rien de tel comme Gurit le rhumatisme L'EMULSION DE SCOTT 13 Recommand par ,e Proieneur L ANC ERE AUX, Anri"n ?:'. ident de l'Acatttnie de M" r.ine, tat soTWITI H n Gni .< mu In ri//< dlrodonal a ajourn la c"-nciu*ii de ce accords jufqu'api le rg manl d |n ( ju suon silsierQ. MUritad a dore les mains absolument libre*. La commission des rtptri1O0B communiqu que les virement? effectus actuellement p<" l'Alluma eue ont permis le retrait il 3 sur 2o des effets de lo million ng b.eu. s onnet e *tph.n>que oiganisateu, Mr lh. bmc, Il tu pone u MM rvn Liga:d. jdont amour dulieau.ie comtuuuna du commerce et au puiltc en gt | & Goutte Rhumatismes CraVelte Artrio-Sclin*] Aigreurs Apf'S lt rurr (TUrodooal LURODONAL est au rhumat ce que la qulni •st la fivre.. Vamianlnt I l'avarie. Kl 'i.Mc!.v' .'.r ^ IClICl'IlLf, i Paru, cl luMt] pb-imii ,ri iabac de l* liisie franaise ScajerUtU $ui,nur,papier bbu Kitog. 16' Ude*Paquet Gt 0,'O \ Escompte de ^ V kilos 7 0fU, \U i'J tkiloi 6 uiU 30 it'ystt au-dttsus U H(V I>ortaul J nnce, le IV uo' tM\ L'gg ent.&ptuU, t UUnfc J-N Uue oouvellt) loutaint Ce matin LOUS avons tous aie' devant la gare du noid des ouvntis creasaoi des fondations. Renseigne mens pris, c'est une tontame que II seivice hydraulique Uit riger en cal eodio.L La"Soiree au 15 A'ifu Felit-tiove .. Bobo, il fallait I cette chie cite our la secouer de sa luoioode et inexplicable totpeui uue unpuls.ou venue de bien loin, fci c'est a la soi) hcitude avise de Mr caus Lberisson que reveut lojt /honotirde cette originale initia ive dont lucontestab.c succs incliue a la persi, tance, On turait mauvais grce ess yer d'esquiiser le talent de ce coule renaer connu qui un-; rputation unanimement sympathique nous a valu cette fois d'avoir une salle ap piciable dans un milieu quelque peu hostile aux choses dt ce genre Et U soiie littraire organise cette occasion en a avantageusement piotit Aprs que 1 Hymne national en tonn par un Chœat de douze fil ltties eul )> ses acceds vib.anis au milieu de l'ploiement combien signihcatit de notre drapeau bicolore, le Docteur Salomon devant l'imprvu de ce t ma .ilesat on prono a une brillante a'.loculion en vue de pisen 1er le conldrencier qui, comme nous venons de le dire, jurait bien pu s'en passer s'il liui caiter Usconsi difttiOBI de vive amiti et de person nelle admiration qui l'ont dte:mic a se faire cette v.oleuce si goutee. .u' d-ordiniire si JJ'OUX de sa corn •tence. en'.ii'iement cons.ieucifux. encore une pcicrpt on ntt e et la saine comprhens.on des nos vises pu l'auteur, p.rccLtioj tt comp:t instiUwii\'cs bojld un ap^oit pi.ieux jju, loue mat on qi il impoite d im atiincr a IJ a.* de lt j.-unesse pour %  I.UV S im S *-! U m ~ "~ Zj "~" 13. . .* %  •> r : %  rJ Cacao Peters BNVESECUE2 Vie OrMibgons SmonVieai Lop^liU'era. L. Preetzmaon Agger Y i. ii/# • Flkj GontKoi^tiK ctsi boino sa *;y%  >' • %  Vot Devriez ITtre ku-J*'Hs %  : nbred ai •• B femawan'entrent pa c.v:: le domain* de \\ eWfargit. La chirurgie ne peut riei i etildrfp'.icerlen wlu moins rien de 'a . : \i t JUM;U''I mali t. nant Ca petit t..' • d'une pend le peol deatener et \\ iduls .. ance ou retarde. Si le m1 aaisaie ; 'est rra ilacedei totubtret causer descj n C'est exact rtt la mme chose i : -, '. -: elles< icimeacent d'un rien mais H i' : i • ; .... tution c!... prodiiisent des s ku a t ioas \\ • • .. %  laseut prene* ).! ( i L] -i : i ; 1' nk'...:.i : : -, | r viter qu'il ne dgnre en uns %  • %  ;:;.: %  % %  'al ; : %  : : Ctnaposltit %  :'.". %  1 i:i.:hsm nour r. te ; u i ir d< : : %  Il i i i i bl i ma dont ,ii liai iffUn pe, %  > Itali toujouri fatiantv • I j .r .i tmn • %  M i doolrara. Uni an %  i>' ma : • | exe :i.nt-! !•. %  c ira CocrtpoaiUon \ i : galoraaat bhtlM per cn mptol .' : ^ rlcl "• i • i • taj .• 1 %  i %  :ni;. m.>!. il .. ii' anlas. Jp loi doit MU isntl > t en i louai %  cLa^ae Jour."— ZOKAITJA LAJ.'.... Ha .i . Puerto RI i. iu . • trw* LaUuU-es pror.vcui le: YfrtUSfl Co U Composition wgetale de )'*>vi E.1 • akair quelesoiten mffure de sub r sr ns TOUIQUFH lc$ dfaillance la rgle de vie qu seule,, *nnfi modttt-. FetdtLl plusieurs CO art toujours y vont en p annes il a dirig la Dcuir e de t t affirment avoir vu rlit Port en qualit dr Collecteur. Cesi|| eS p lmes ces mysiiieWtl ce poste important qnt la mort i de Vierges stupide l'a trappe. Il tut un des meilleus dnous taus Aussi no:s prions sa piuvre Veuve,ses entants. CB fireset icrari tt icu ceux que touche e cruel deuil, d'agrer nos sentiments de condolances mu:i. Ap.s" 'out laissons j! gens a leurs c.oyances. WV la toi qui sauve ? IAJ. Lir.i*. r %  ' ; 1 H •ii 8 si • 6n P our W* cl 1 1 1 il % |* orf ail urine Fianai 1 s Nous apprenons av;c beaucoup de plaisir les fianailles de Mcl e Yves ne Souze avec Mr Alexandre bobo, fils.—Tous ncs corn 1 mects FarisiaDaf. DIMANCHE L'n immense titeci — Wil'iam Farnum dans D nOurde t'ilaka I) tme | o l'.tiani, trs puissant et au. dema iue ^ n <.i. il sera redonu LAubert"Journal o l'on voit carpentier mari Entre G. 1 IJalcou 2 St Ligne Panama ;— £ vanc?. parti de CnitoW du courant, est attendo Prince vers le a4.^" kf Sud, partira pour New jri. Saint Marc. Gona.ves. W^ LeS.S.Goethals.auradW New York le iy dJJJ Pot tau Prio,-* a0 Ligne Hollandaise.--" :ker. c a du laisser Ne* iu courant pour Cap : auPricce.lesayes.^ t'8 prenant fret et p* '^.Neptuous^ t ; daaileiiducrt,^ veis le 6 du mo.s de s-F chain. 0 U T li il i i\ Z A i\ 0 l h AgenfoHral pour BA



PAGE 1

JBUUIMU tniLlt M #i 4161 Porl u"i > nuc, r ll*itj Samedi 20 Aot 1921 DlfttOThUR-PKOPRJriAIRE, ament-MAGLOIRK LE NUMERO '10 OBNT1HBS ;:• y. Quotidien REDACTION; Rae Amricaine No, Ufib Le patriotisme se renforce sous l'oppression ; il s'enivre d'esprance au plus dur de l'preuve, en rvant les jours bnis de la consolation; il se confond avec la, religion mme. Le Pre DIDON h lisant mon journal ce BEL ft* Viiiani |ctd> fai e ma chronique, |e,public, ne DOiirront exercer le d oi' lia mon journal d'outre-rafr cher de rpoos une critique que si le Hla peine dlectation quotidienfh-irnalitta a port a teinte leur bitra, et je tomba aur honneur. Le .Syndicat de la Presse a dai go MM de Nalclie, Brisson, Balby, no] Dupuy et Henry Simond pour faire partie de la commission qui sera charge do faire aboutir CB pro jet dans le plus bref dlai. \? rang re s devant la Commission Snatoriale PAR CABLE taire PL.X Irinlet Bui.'aut agriculture. — La Confdra ntion&le agricole vient de tenir, ni,ja runiun plnire annuelle, qiella assistaient les dlgus diffrents dpaitementa Les des questions d'actualit agri : Chambre d'agriculture, droit ircolatioa aur les via, rgime l, hausse illicite, ont t sueiwment traites. Les pouvoirade prtidet.t, M. Jules Giufier, et vice prsident, M. Hiverain t renouvels pour cette anne, nul de se sparer, 1 assemble ootre tenu donner une raar wticulire d estime M, Ricard h comptence avec laquelle il ipli les fonctions de ministre ifricoltaie pendant l'anne 1920 • dcern par uu vote unanime I de prsident d honneur de NA. in eue er Vendredi jime dis que ce n'est pas par B l'encouragement l'agricul qu'on vain mot, et qu il ittliument des pays au l'ou IMi classes agricoles autre fM pour alimenter le budget N, en moi mme : heureux poules organisations et les ( %  eota spciaux peavent lo • œemtiies du gouvernement w comptence/ Mnuis ma lecture et je reninoformation ci-des*ous : jSyndicatde la Presse. Wnt qui s impose. — Hcem[ lRevue des lieux Mondes a t Jrta.eri vertu du texte littral %  wr la presse, insrer une • %  un article de criiiqae pure '•it publie. '* sens dit que lorsqu'un %  M ite les critiques aasister "Prsentation ou leur envoie, %  Pouren la ra la critique. *• le dro t de dire ce qu'il •jlœjvre, sans s'exposer t> %  oabea polmiqua obliga t C'est la presse qui se dfend,aprs l'agi iculture. La presse rencoutre donc des ennuis sous toutes le latitudes; car partout, parait-il, il y a des gens qui entendent pro duire e; agir sans que la critique ail le droit (!•: dire ce qu'elle en pense. Les Syndicats solidement constitus sont une forceretenone-le,co jfrres Je tourne u pag-j et le suis arr. par cette autre information d ordre ecolaire : c La question scolaire en Alsace.— Colmar— Laasa'obiw des pres et mres chrtiens, runie Colmar, vient de rclamer le btriOl maintien de l'cole confessionnelle eu Alsace et, dane ce bat. elle demande le remplacement des iusiitu %  eurs non croyants par des instituteurs uoyants- De mieux en mieux : il n'y a pas que les professions et les syndicats a pouvoir se dt.>dre; voila que les famille elles-mmes et directement lvent la voix sur une ques ion d'en seignement et de fol, ai uettemeut leur f V WASHINGTON. lt Les invitations en Russie toit dsigne avant lla A Lt)(|lieie (levr l COin officiels sdressea i la Grande lire%  lisstment de IJ procdure a suivre Ugit, il alie, ie Japai. la Chiae, M d ian.t, en sa qualit de pr'i n'indiquent auc-aae rse.v sale dont du Conseil Sipreme, a uotifi • %  but des discusson qui auront lie a au pisidem du Conseil d* la soci „, , ... r . 'e u Novemb e. L'invitation d'. la dtl nat.o.is, le vicomte Ishi, la rso Washington t Aot 1 Chine com pocf selimi ont de lut.o.i par le Coa.eil Suprme ne munie de prendre part aut discus mandant au Conseil de la socit sions des ques'ioiis da Pacifiant l son avis sur le trac de la trontire de l'hxtrrae Orient, de la Haute S.lsie. Le vicomte Ishi Bjutun II — Lj drapeau rpub i est pri de convoya r d'urgence le Gaia il t*aM hi?r .^ur I d fi:e da gou conseil de la socit, versement a l'occasion dasecoai ( Le Conseil les miaistres s'est ru anaiversiir de la ooavalla constita ; "i ce matin a Q heures sous la prsi tiir. L'o'dre de pavoiser aux cou-J d et.ee de M. Mlleraod ; il a approu leurs rpublicaines a t donn pour v i l'unanimit l'attitude de Mr populariser la nouveau drapeau le public gardant en gnral la laveur pour i'emblm: imprial. LJVDREI r— • La teneur de la r ponse de Mr Vaiera tenue secr e doit tre soamise a la coul^enct parle cabinrt et ni sera pas diva! £ue avan' quelques jours. — Les milieux officieux britanni ques dmentent le bruit de la rup ture des ngociations irlandaises c .que Latine, dit.,' en a,ouunt que) d clarent e u ^ } .or del visite de I ancien Ministre ,, oave M re de Xwail* POU: Colby dan* I Amrique ou .Sud une r ^., Dlgt*0 Dnminua,:,,. l'y va,, p^RlS i rLes Premiers ang!.ipar temeji de la Marias. pouvoirs publics du soin de mouler, comme il peut leur convenir, l'esprit et le coeur dt leurs enfants* N'y a t il pu* lieu de reteuir cette leon, par le temps qui court f J'allais L'rruer l- journal et pass-ar mu chronique lorsque mes yeux tombrent sur le titre suivant : Lies mauvais franais, prcdant uue demi douzaine e courtes informa tion i. Itieu ne me rvolte comme %  de leocontrec cet sortes de nionstret moraux que constituent les geu qui n'aimaut oan leur pays. Je lui men fpaitus durant le di ici o L'oyd (Uu Cvtmng Posi du ) Atut) J*justice en a jug autre (donc avec avidit ce c,ui suit. y! e le ^" ia ,0 fl3t en effet WD e eo 8a brotalii. Ou ne La Cour d'assises d la Somma H ^Qe louer La critique est condsrarii Dair ttiudoael GiSlon k IJjodou, de S bourg (Nord), par %  Pourquoi le Comit du Syi< contumace, la dtention perpe ^|* Presse s'est ruui en tueile dant "uer ,a situa ion cre ment. O s d'accord pour detnan meut la modilicaiion de a la loi de 1881 et a Projet de rduct-on soi y rs propos lexaineu associations in>respersouii'a qui, par la J 1 reprsentation, Tinter w lexpo-ition d'une s ur.e enceiute fnrtlfla pour avoir dnonc plusieurs de leuis compatriotes durant l'occupa lion allemande-* m ils MUtaf jCeoge tait prsent. WASHINGTON r t Le gnra j Wood choisi par Hardiag coin rai gouverneur gnral des Philippine; %  aurait exprim l'intention d accepter j BRUXKLLES u— Li pluie, tom jbant tjute la nuit sur une grandi paatie de la Belgique apporta un bo. grande scheresse, cor tomber hier matia. L ains, saut l'avoine, ei dclare excellente, mais le manque Dr ri A %  %  **# u une uiiw i tuo w. rvoqu le jugsment du I rien, Je frmie, en vrit, devant ce spbc tari degoia'.am de ces deux frres trahissant ainsi leur pays at leuis compatiottia; et je jette mou joui nal au panier. \t\ c te indignation vous prive de ueulma chronique, Mais vous ne perd i arils LttMVNCll,.; re du pardon 4 parties x jarretires 3 Parties iioi^' 001 exhibs pour li ko T'9 re sacr itJI'podt Ci Avis Le fojssign, ancion lve de l'Kco'e des Ar's et Mtiers mcanicien diplm, informe SPS anciens clients ainsi que les propritses do uanc bines qu'il se titnt leur disposi ition pour l'eicutton des trBvaux d'ajustage, de tour, de fonde;ie, de chaudron et de forge : confection, rparation de toutes sortes de pice de rnach ne e' monlin, etc e*c Mon t-'g> de moulins et machines gnra lement quelconques. Atelier MAX1 BE*LBRUN Rue dit Casernes — Port au Prince. Nous avons t douloureusement surplis dapprendre, par dpche, la moit suivenue hier, i St Marc de ootre agent Andr Mucci. Pendant de longues annes, Mr Mucci avec un rare dvouement a dtendu les intrts de notre journal dont il tait ainsi un collaborateur e.'tim. Aussi sa mort est une venta b:e perte pour notre maison. Lh MATIN prsente ses sincres compliments de condolances 1 tou te la iam lie du cher et Kgrett d iuntI !•; %  : fi.i au Conseil Suprme, notam ment eu ce qui concerne la Haute Silsie. M VI. Briand et Lou:h:ur se rendi rtot aussitt l'htel Crillon et s'en retintent quelques minu es avec M. Lloyd Ceorge. Uaand MM. Btiand et Louchent lui firent savoir que U Jonscil des ministres trans Uit J avis que tonte concession au del de la 1 gae Stoiza tait impossible, vl. Lloyd George proposa l'arbitrage ie la socit des nations pour ue pas ompre l'entente, l'opinion des deux ...i). ayant pris \t jp fortement posi non pour aboutir i une solution trao saJioanelle accepte par les deux pays.Li ligne S'or/. t.dont il est ques (.on, donne i la Pologne la partie ouc>tdudisuict industriel notamment GIciwits, Zibrge et Tarnowitz. Le trace de Mr Liuyd G:orge, pour la pu lie industrielle de la Haute Sil >i.', correspond compltement la li v*.: prunuive ttercival Damafnis at :.i'.ui)l a la Pologne les districts de ti/bnick et de Pless ties tendus mus difOcilemeut exploitables, peu uju.i i'i et laissant a l'Aultmagai 3^u heu, Z-b^e, Gifiwilx, Taroo vv.tz, Katluwitz et K >.n gsnutte an trs industriels en p.ciue exploita .ion. Le rapport de la commisiion des ixpcns. remis hier au Conseil Supr .K-, conclut l'existence dans l'en iemb.e du ut>iia industriel silsiea le SJIXI insparables, dix sont nett* neut polonaises et su allemaadcs. ,'.timi ces dernires sont : B:ulh:a, de lourrage oblige de faire pjur ItjKitowl, Cleiwiiz, /tb.g; et Kœ ie sacrifice d: bean:uu,' l .. %  %  < Accident d'auto Ce matin i 8 heures et demie l'auto No 128 conduite par MrRen Auguste a renvers devant la Gare nu Nord une petite fille ge de huit ans environ. De suite les gendarmes du poste d* la gare scoorurem et l'enfant rleve inanime tut irans porter, dms l'auto mme, i l'hpital gnral. Souhaitons q ie cl accident n'ait pas de suites t.heuses. boucheiie de btai ROME u— Un message de Valo na annonce un combat sur la rivire Drin au nord de l'Albanie entre les yougoslaves et les albana s. 2 00 J yougoslaves dfaits par les albanais se retireraient sur Kossovo. ANGORA u— La guerre saint: a t proclame par le roi Hedjuz pjut aider les Turcs contre les Grecs. PARU 12— Mr Briand a fait pari au Conseil des ministres runi dans la soue de son entretien avec Mr L'oyl George et de la dcisio 1 prise par ie Conseil Suprme au C^jacii Jli soc:etc des uations la question de la Haute Silsie. Le Conseil des ministres a approuv l'unanimit Mr Briand. Le Conseil Suprme terminera ses travaux demain.Au cours de la ?an ce du ma.in il rglera la question des renforts envoyer en Hiu S l sia,celle de la levedes sanctions co aomiques.Les dlgus britanniques repartiront dimanche. Il semble peu probable que la commission charge Ipa'ogne %""""'• aeudier la question de la famine et militaire, nigshutte. lia dpit du dsacenrd ab.nlu p.-r sistant entre la thse franc use et an glaue les jauruaux du Mttm n'in.er pretent nullement la dcision de Mr LloyJ Georg: de Mgigncf LonJ.ea aujjurdhai comme udiquaat une j aunaci de rupture. Ls inat remar qier d auteurs que lord Curzon et les experts angais demeurent a Paris. Oioiqu'il en sou les journaux sou tiennent nerg quement le gouverne item franc•> la conomique piecise que Mi Bruotft m % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05455
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 20, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05455

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
jbUuimu tniLlt M #i 4161
Porl u"i>nuc,rll*itj
Samedi 20 Aot 1921
DlfttOThUR-PKOPRJriAIRE,
ament-MAGLOIRK
LE NUMERO '10 OBNT1HBS
;: y.
Quotidien
REDACTION; Rae Amricaine No, Ufib
Le patriotisme se ren-
force sous l'oppression ;
il s'enivre d'esprance
au plus dur de l'preuve,
en rvant les jours bnis
de la consolation; il se
confond avec la, religion
mme.
Le Pre DIDON
h lisant mon journal ce bel ft* Viiiani
|ctd> fai e ma chronique, |e,public, ne DOiirront exercer le d oi'
lia mon journal d'outre-rafr cher de rpoos une critique que si le
Hla peine dlectation quotidien- fh-irnalitta a port a teinte leur
bitra, et je tomba aur honneur.
Le .Syndicat de la Presse a dai
go MM de Nalclie, Brisson, Balby,
no] Dupuy et Henry Simond pour
faire partie de la commission qui
sera charge do faire aboutir cb pro
jet dans le plus bref dlai.
\?
rang re s
devant la Commission
Snatoriale
PAR CABLE
taire pl.x
Irinlet Bui.'aut
agriculture. La Confdra
ntion&le agricole vient de tenir,
ni,ja runiun plnire annuelle,
qiella assistaient les dlgus
diffrents dpaitementa Les
des questions d'actualit agri
: Chambre d'agriculture, droit
ircolatioa aur les via, rgime
l,hausse illicite, ont t sue-
iwment traites. Les pouvoirade
prtidet.t, M. Jules Giufier, et
vice prsident, M. Hiverain
t renouvels pour cette anne,
nul de se sparer, 1 assemble
ootre tenu donner une raar
wticulire d estime M, Ricard
h comptence avec laquelle il
ipli les fonctions de ministre
ifricoltaie pendant l'anne 1920
dcern par uu vote unanime
Ide prsident d honneur de
NA.
in eue er Vendredi
jime dis que ce n'est pas par
Bl'encouragement l'agricul
qu'on vain mot, et qu il
ittliument des pays au l'ou
IMi classes agricoles autre
fM pour alimenter le budget
N, en moi mme : heureux
poules organisations et les
(eota spciaux peavent lo
emtiies du gouvernement
w comptence/
Mnuis ma lecture et je ren-
inoformation ci-des*ous :
jSyndicatde la Presse.
Wnt qui s impose. Hcem-
[lRevue des lieux Mondes a t
Jrta.eri vertu du texte littral
wr la presse, insrer une
un article de criiiqae pure
'it publie.
'* sens dit que lorsqu'un
Mite les critiques aasister
"Prsentation ou leur envoie,
Pouren la ra la critique.
* le dro t de dire ce qu'il
jljvre, sans s'exposer t>
oabea polmiqua obliga
t C'est la presse qui se dfend,aprs
l'agi iculture. La presse rencou-
tre donc des ennuis sous toutes
le latitudes; car partout, parait-il,
il y a des gens qui entendent pro
duire e; agir sans que la critique ail
le droit (!: dire ce qu'elle en pense.
Les Syndicats solidement constitus
sont une forceretenone-le,co jfrres
Je tourne u pag-j et le suis arr.
par cette autre information d ordre
ecolaire :
c La question scolaire en
Alsace. Colmar- Laasa'obiw
des pres et mres chrtiens, runie
Colmar, vient de rclamer le btriOl
maintien de l'cole confessionnelle
eu Alsace et, dane ce bat. elle de-
mande le remplacement des iusiitu
eurs non croyants par des institu-
teurs uoyants-
De mieux en mieux : il n'y a pas
que les professions et les syndicats
a pouvoir se dt.>dre; voila que les
famille elles-mmes et directement
lvent la voix sur une ques ion d'en
seignement et de fol,
ai uettemeut leur
fV Washington. lt Les invitations en Russie toit dsigne avant lla
a Lt)(|lieie (levr l COin officiels sdressea i la Grande lire- lisstment de Ij procdure a suivre
Ugit, il alie, ie Japai. la Chiae, M d ian.t, en sa qualit de pr'i
n'indiquent auc-aae rse.v sa- le dont du Conseil Sipreme, a uotifi
--------- *----------- but des discusson qui auront lie a au pisidem du Conseil d* la soci
, ... r.. 'e u Novemb e. L'invitation d'. la dtl nat.o.is, le vicomte Ishi, la rso
Washington t Aot 1 Chine compocf selimi ont de lut.o.i par le Coa.eil Suprme ne
munie de prendre part aut discus mandant au Conseil de la socit
sions des ques'ioiis da Pacifiant l son avis sur le trac de la trontire
de l'hxtrrae Orient, de la Haute S.lsie. Le vicomte Ishi
Bjutun II Lj drapeau rpub i est pri de convoya r d'urgence le
Gaia il t*aM hi?r .^ur I d fi:e da gou conseil de la socit,
versement a l'occasion dasecoai( Le Conseil les miaistres s'est ru
anaiversiir de la ooavalla constita ; "i ce matin a q heures sous la prsi
tiir. L'o'dre de pavoiser aux cou-Jdet.ee de M. Mlleraod ; il a approu
leurs rpublicaines a t donn pour v i l'unanimit l'attitude de Mr
populariser la nouveau drapeau le
public gardant en gnral la laveur
pour i'emblm: imprial.
Ljvdrei r La teneur de la r
ponse de Mr Vaiera tenue secr e
doit tre soamise a la coul^enct
parle cabinrt et ni sera pas diva!
ue avan' quelques jours.
Les milieux officieux britanni
ques dmentent le bruit de la rup
ture des ngociations irlandaises c
.que Latine, dit.,' en a,ouunt que)d,clarent *e u ^ }
.or del visite de I ancien Ministre ,, oaveMre de Xwail* POU:
Colby dan* I Amrique ou .Sud une r^., '
Dlgt*0 Dnminua,:,,. l'y va,, p^RlS i r- Les Premiers ang!.i prcd pour dvol.-ra ces peuples et (raniia oni loin d re d'acLrd
ce que nous avojs perpet. dana ur u nouvee ,. de dmlcii{OT1
leur paja. id(J j^ Haute Sils.e. LloyJ G.-or
tion Amricaine en Hati et St Do-
mingue a t dpeinte aujourihui
par Oiwald Viliard de New York
comme tant ieCbapitre le plus noir
dans l'Histoire des Btats-Uois aux
Antilles et en demandant d u'gence
une enqute spciale par le Snat.
Il paria pour l'Union Patiiouque,
l'Association Nat'onale pojr l'avance
ment desgensde couleur, et la Socit
pour llidpen lance d'Hati et S'. 15 j-
miogne.et dclara qu il n existait pas
deuoubles eu Hai i jusja'aujour Ue
noire interveutien
Le retrait immdiat serait un d -
sastre, dit-il au Comit, mais l'D:-
cupiwon raiiiiaire devrait cesser.
L'attitude du Gouvernement en Ha-
ti etSi Damingue poite une atteinte'
profonde i nos relaiions svec l'Ame
Mr Viliard dit avoir rea des in
recevant la rponse irlandaise par
ormatonsdHu.iqu.ino.qaeutq.e courrier arien et trouvant la situa
indiquant aiu les lmo.os ue consentiraient i dpo tioa sl|Sienae pleine de nouvelles
intention de ne ser devant la Commission Suatona iitc .uilia dlt n,.'H ULnli,
, -n, ,n,u, exdusivemeotauxi^u.u coad:t,as ,M leurs vies fS^J^SjSTS^
soient protges contre les troup-s per:s poar coatinuer ,M lravaux
et es Orcurs Amricains. avtc ks autres membres du Coasr
La Commission commencera son Les dlgus italiens tent.ent vain,
enqute Vendredi en entendant Mr m20. damener une entente entre les
Viliard et les ieprsecUn s du D>par
temeji de la Marias.
pouvoirs publics du soin de mouler,
comme il peut leur convenir, l'esprit
et le coeur dt leurs enfants* N'y a
t il pu* lieu de reteuir cette leon,
par le temps qui court f
J'allais L'rruer l- journal et pass-ar
mu chronique lorsque mes yeux
tombrent sur le titre suivant : Lies
mauvais franais, prcdant uue
demi douzaine e courtes informa
tion i. Itieu ne me rvolte comme
de leocontrec cet sortes de nions-
tret moraux que constituent les geu
qui n'aimaut oan leur pays. Je lui
men
fpaitus
durant le di ici o L'oyd
(Uu Cvtmng Posi du ) Atut)
J*justice en a jug autre (donc avec avidit ce c,ui suit.
y!e*le ^" ia ,0' fl3t en effet
WD e eo 8a brotalii. Ou ne La Cour d'assises d la Somma h
^Qe louer La critique est condsrarii Dair ttiudoael GiSlon
'k IJjodou, de S bourg (Nord), par
Pourquoi le Comit du Syi< contumace, la dtention perpe
^|* Presse s'est ruui en tueile dant
"uer ,a situa ion cre
ment.
O s d'accord pour detnan
meut la modilicaiion de
a la loi de 1881 et a
* Projet de rduct-on soi-
yrs propos lexaineu
associations in>res-
persouii'a qui, par la
J1 reprsentation, Tinter
w lexpo-ition d'une
s ur.e enceiute fnrtlfla
pour avoir dnonc plusieurs de
leuis compatriotes durant l'occupa
lion allemande-*
m
ils MUtaf
jCeoge tait prsent.
WASHINGTON r t Le gnra
j Wood choisi par Hardiag coin rai
gouverneur gnral des Philippine;
aurait exprim l'intention d accepter
j BRUXKLLES u Li pluie, tom
jbant tjute la nuit sur une grandi
paatie de la Belgique apporta un bo.
grande scheresse, cor
tomber hier matia. L
ains, saut l'avoine, ei
dclare excellente, mais le manque
Dr ri a ***# u une uiiw i tuo w.
rvoqu le jugsment du I rien,
Je frmie, en vrit, devant ce spbc
tari degoia'.am de ces deux frres
trahissant ainsi leur pays at leuis
compatiottia; et je jette mou joui -
nal au panier.
\t\ c te indignation vous prive de
ueulma chronique, Mais vous ne perd i

arils
LttMVNCll,.;
re du pardon
4 parties
x jarretires
3 Parties
iioi^'001 exhibs pour li
ko
T'9
re sacr
itJI'podt
Ci
Avis
Le fojssign, ancion lve de l'K-
co'e des Ar's et Mtiers mcanicien
diplm, informe sps anciens clients
ainsi que les propritses do uan-
c bines qu'il se titnt leur disposi
ition pour l'eicutton des trBvaux
! d'ajustage, de tour, de fonde;ie, de
chaudron et de forge : confection,
rparation de toutes sortes de pice
de rnach ne e' monlin, etc e*c Mon
t-'g> de moulins et machines gnra
lement quelconques.
Atelier MAX1 BE*LBRUN
Rue dit Casernes Port au Prince.
Nous avons t douloureusement
surplis dapprendre, par dpche, la
moit suivenue hier, i St Marc de
ootre agent Andr Mucci.
Pendant de longues annes, Mr
Mucci avec un rare dvouement a
dtendu les intrts de notre journal
dont il tait ainsi un collaborateur
e.'tim. Aussi sa mort est une venta
b:e perte pour notre maison.
Lh MATIN prsente ses sincres
compliments de condolances 1 tou
te la iam lie du cher et Kgrett d
iunt- I
!;: fi.i au Conseil Suprme, notam
ment eu ce qui concerne la Haute
Silsie.
M VI. Briand et Lou:h:ur se rendi
rtot aussitt l'htel Crillon et s'en
retintent quelques minu es avec M.
Lloyd Ceorge. Uaand MM. Btiand
et Louchent lui firent savoir que U
Jonscil des ministres trans Uit
J avis que tonte concession au del
de la 1 gae Stoiza tait impossible,
vl. Lloyd George proposa l'arbitrage
ie la socit des nations pour ue pas
ompre l'entente, l'opinion des deux
...i)-. ayant pris \t jp fortement posi
non pour aboutir i une solution trao
saJioanelle accepte par les deux
pays.Li ligne S'or/. t.dont il est ques
(.on, donne i la Pologne la partie
ouc>tdudisuict industriel notamment
GIciwits, Zibrge et Tarnowitz. Le
trace de Mr Liuyd G:orge, pour la
pu lie industrielle de la Haute Sil
>i.', correspond compltement la li
v*.: prunuive ttercival Damafnis at
:.i'.ui)l a la Pologne les districts de
ti/bnick et de Pless ties tendus
mus difOcilemeut exploitables, peu
. uju.i i'i et laissant a l'Aultmagai
3^u heu, Z-b^e, Gifiwilx, Taroo
vv.tz, Katluwitz et K >.n gsnutte an
trs industriels en p.ciue exploita
.ion.
Le rapport de la commisiion des
ixpcns. remis hier au Conseil Supr
.k-, conclut l'existence dans l'en
iemb.e du ut>iia industriel silsiea
le sjixi insparables, dix sont nett*
neut polonaises et su allemaadcs.
,'.timi ces dernires sont : B:ulh:a,
de lourrage oblige de faire pjur ItjKitowl, Cleiwiiz, /tb.g; et K
ie sacrifice d: bean:uu,'
l ..
'<
Accident d'auto
Ce matin i 8 heures et demie
l'auto No 128 conduite par MrRen
Auguste a renvers devant la Gare
nu Nord une petite fille ge de huit
ans environ. De suite les gendarmes
du poste d* la gare scoorurem
et l'enfant rleve inanime tut irans
porter, dms l'auto mme, i l'hpi-
tal gnral.
Souhaitons q ie cl accident n'ait
pas de suites t.heuses.
boucheiie
de btai
ROME u Un message de Valo
na annonce un combat sur la rivire
Drin au nord de l'Albanie entre les
yougoslaves et les albana s. 2 00 j
yougoslaves dfaits par les albanais
se retireraient sur Kossovo.
ANGORA u La guerre saint: a
t proclame par le roi Hedjuz pjut
aider les Turcs contre les Grecs.
PARU 12 Mr Briand a fait pari
au Conseil des ministres runi dans
la soue de son entretien avec Mr
L'oyl George et de la dcisio 1 prise
par ie Conseil Suprme au C^jacii
J- li soc:etc des uations la question
de la Haute Silsie. Le Conseil des
ministres a approuv l'unanimit
Mr Briand.
Le Conseil Suprme terminera ses
travaux demain.Au cours de la ?an
ce du ma.in il rglera la question
des renforts envoyer en Hiu S l
sia,celle de la levedes sanctions co
aomiques.Les dlgus britanniques
repartiront dimanche. Il semble peu
probable que la commission charge Ipa'ogne %""""'
aeudier la question de la famine et militaire,
nigshutte.
lia dpit du dsacenrd ab.nlu p.-r
sistant entre la thse franc use et an
glaue les jauruaux du Mttm n'in.er
pretent nullement la dcision de Mr
LloyJ Georg: de Mgigncf LonJ.ea
aujjurdhai comme udiquaat une
j aunaci de rupture. Ls inat remar
qier d auteurs que lord Curzon et
les experts angais demeurent a Paris.
Oioiqu'il en sou les journaux sou
tiennent nerg quement le gouverne
item franc b.euses concessions de la France de
pais laiumti:e. lis dclarent que la
riance ne saurait aller plus loin ni
tre tenue responsable de 1a situation
actuelle.
c Le Petit Parisien" qui fut tou
jours partisan dtermin de la con
ciliation, dclare que ai la popula
non, dc'are que si la position au**
glaise reste invariable tous les fran
ois approuveront la rsistancj du
^juveroetnsnt franais.
'Le Journal- faisant all'iaion
certaines informations anglaises pi
tendant qae la France est li >> la
conomique
piecise que Mi Bruotft
m


riN
* CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
il n'y a rien de tel comme
Gurit le rhumatisme
L'EMULSION DE SCOTT
13
Recommand par ,e
Proieneur
L ANC ERE AUX,
Anri"n ?:'. ident de
l'Acatttnie de M" -
r.ine, tat so-
twitI h n Gni
.< mu In ri//<
dlrodonal
a ajourn la c"-nciu*ii de ce
accords jufqu'api le rg manl d
|n (ju suon silsierQ. M- Uritad a
dore les mains absolument libre*.
La commission des rtptri1O0B
communiqu que les virement?
effectus actuellement p<" l'Alluma
eue ont permis le retrait il 3 sur 2o
des effets de lo million mis par le trsor allemand. Le
espces demeurant er tre las main
del connu ssion et les DOOveaoi
versements annoncs permet root I*
rachat de deux tuirtt tttjiB pour U
\'2 Aot. _^____
Ensu.te, te fut le tour de MrG o-jl^ns oa sans lesquelles tout essai
4:!. D svaneux qui reudu a L p*tno j aans ce sens et eu quelque milieu
uque pice cie l'cituiiiea eju.ioauajque ce soii se hsuue a unecbec.
.Hymt e i i-wij uuc .1 ne q ji ' llmieusemeut que la raanse de
ptui re que 1 expier ou v a* desJM-Ssieur. Mmrict Messido |dS-p
OtimtaU de Uuieui. jMichaud et L. Joutard y a MiOtaiie
Le sucs dis ux monologues; incDt sujpiee Lt soire 141 en som
4m suivnent dus p*r Mi AiCistcl ,ne de mieux eussic. 61 si la gloire
ndouatd et Joseph M.chaud,celui-c ,\ea revient au piestigieux conteun
piop
re crateur de son oeuvre, tmfcici dont tou ce qu'uu aurait pu
Consulat Gnral
de la Rpublique
Dominicaine
t table p*i ei chalcuicuso uva.iou : i,te eu tait de louanges srail Dieu
qui sauereutleur inicipietaiiou.Fui:au-dessous de 1 oeuvie g-gantesque
4 posie l'Ane due p*t le |:uue! lUrm documente qui 1 gard de
Simon Desvincux dont le utbaij petit Gcvc, H a souin.se, a la sans
pisugedcs a^tAuJes cciUiDC.fcub ..ilact on des petit goavieiis, elle lui
vlr A.lied Mutinez vint, ci de MMijett, celtes, pas .b^uinn-l ex;iusiv ,
umbre capuvant, tint lassiit nce,car, sil laui b.cn rendic a ctstr ce
une lois de pius, sous le chnmc^u, iUi appartient,l'an ne peut omet
i;i/imiiih,uh.. J uue dictioa preoanieet bien seutie.r.re saos quelque lmnie le ^ympa
lient vort la Hmnamanm] i*na*>ng b.eu.sonnet e *tph.n>que oiganisateu, Mr lh. bmc,
Il tu pone u mm rvn Liga:d. jdont amour dulieau.ie comtuuuna
du commerce et au puiltc en gt | &
Goutte
Rhumatismes
CraVelte
Artrio-Sclin*]
Aigreurs
Apf'S lt rurr
(TUrodooal
LURODONAL
est au rhumat
ce que la qulni
st la fivre..
Vamianlnt I
l'avarie.
Kl ' <:>i.Mc!.v' .'.r
^ IClICl'IlLf, i
Paru, cl luMt]
pb-imii ,ri
iabac de l* liisie
franaise
ScajerUtU $ui,nur,papier bbu
Kitog. 16' Ude*-
Paquet Gt 0,'O \
Escompte de ^ V kilos 7 0fU,
\U i'J tkiloi 6 uiU
30 it'ys- tt au-dttsus U H(V
I>ortaulJnnce, le IV uo' tM\,
L'ggent.&ptuU, t UUnfc J-N
Uue oouvellt) loutaint
Ce matin lous avons tous aie'
devant la gare du noid des ouvntis
creasaoi des fondations. Renseigne
mens pris, c'est une tontame que II
seivice hydraulique Uit riger en cal
eodio.L _______________________
La"Soiree au 15 A'ifu
Felit-tiove
. .. Bobo, il fallait I cette chie cite
our la secouer de sa luoioode et
inexplicable totpeui uue unpuls.ou
venue de bien loin, fci c'est a la soi- )
hcitude avise de Mr caus Lberis-
son que reveut lojt /honotirde
cette originale initia ive dont lu-
contestab.c succs incliue a la persi,
tance,
On turait mauvais grce ess -
yer d'esquiiser le talent de ce coule
renaer connu qui un-; rputation
unanimement sympathique nous a
valu cette fois d'avoir une salle ap
piciable dans un milieu quelque
peu hostile aux choses dt ce genre
Et U soiie littraire organise
cette occasion en a avantageusement
piotit
Aprs que 1 Hymne national en
tonn par un Chat de douze fil
ltties eul )> ses acceds vib.anis
au milieu de l'ploiement combien
signihcatit de notre drapeau bicolore,
le Docteur Salomon devant l'imprvu
de ce t ma .ilesat on prono a une
brillante a'.loculion en vue de pisen
1er le conldrencier qui, comme nous
venons de le dire, jurait bien pu
s'en passer s'il liui caiter Usconsi
difttiOBI de vive amiti et de person
nelle admiration qui l'ont dte:mic
a se faire cette v.oleuce si goutee.
.u' d-ordiniire si jj'oux de sa corn
tence.
en'.ii'iement cons.ieucifux.
encore une pcicrpt on ntt e et la
saine comprhens.on des nos vises
pu l'auteur, p.rccLtioj tt comp:t
instiUwii\'cs bojld un ap^oit pi.ieux
jju, loue mat on qi il impoite d im
atiincr a ij a.* de lt j.-unesse pour
I.UV SimS*-! Um! ~ "~ Zj "~"
____13-
.
. .- *
> r
: -

rJ



Cacao Peters
BNVESECUE2
Vie OrMibgons SmonVieai Lop^liU'era.
L. Preetzmaon Agger '

Y i. ii/#

Flkj GontKoi^tiK
ctsi boino sa
*;-
y-
>'


Vot Devriez ITtre ku-J*'Hs
: nbred ai b femawan'entrent pa
c.v:: le domain* de \\ eWfargit. La chirurgie ne peut riei
i etildrfp'.icerlen wlu moins rien de
, 'a . .: \i t jum;u''i mali t. nant
Ca petit t..' d'une pend le peol deatener et \\
iduls .. ance ou retarde. Si le m1 aaisaie ; 'est
rra ilacedei totubtret causer descj n
C'est exact rtt la mme chose i
: -, '. -: elles< icimeacent d'un rien mais
h i' : i ; .... tution c!... prodiiisent des skuatioas
\\ .. laseut prene*
).! ( i L] -i: i ; 1' nk'...:.i :
. : -, | r viter qu'il ne dgnre en uns
. ;:;.: . 'al ; -: : : Ctnaposltit :'.".
1 i:i.:hsm nour r. te ; u i ir d< :: ' Il i i i i bl i ma dont
,ii liai iffUn pe, > Itali toujouri fatiantv I
j .r .i tmn M i doolrara. Uni an i>' ma :
| exe :i.nt--!!. c ira CocrtpoaiUon
\ i : galoraaat bhtlM per cn m-
ptol .' : ^ rlcl " i i taj . -1 i :ni;.
m.>!. il .. ii' anlas. Jp loi doit mu isntl >-t
en i louai cLa^ae Jour."Zokaitja Laj.'.... ,
Ha .i . Puerto RI
i. iu trw* LaUuU-es pror.vcui le: YfrtUSfl Co U
Composition wgetale
de )'*>vi E.1 akair
quelesoiten mffure de sub r sr ns TOUIQUFH lc$
dfaillance la rgle de vie qu seule,, *nnfi d un unanime avis est ie chemm appaVlllif
du salut et se liions, en ces dtux i)ern;rement nous sigot1
mots qu Alexandre Pumas a immoi s;ng0|jere apparition d'
taliss : A tead;e tt tsprer au b ___________________G-AM D-____ du Whitt z'heibis. La polictj
- T7^ teiven-r dtvant les dst
iMeCrOlOgie commttaienictioui retirai.
Lundi, t hruies de ('aprs midi, die. Celte apparition n'lsg
est mort Mr Heimrj-ie Thal, g cxp'oititon.
de 3} ans. Si biu que disparition Muntenant les miracle*
jette la ville de Sjint-.vlarc dans une r; vont leur train et c'est i
piolonde coostetoalion.'l'ha fut q je des tait? pareils se sol
raalgi ses granits qualits, un hom L):S gens simples comme oo
me ti> modttt-. FetdtLl plusieurs COart toujours y vont en p
annes il a dirig la Dcuir e d- e tt affirment avoir vu rlit
Port en qualit dr Collecteur. Cesi||eSp lmes ces mysiiieWtl
ce poste important qnt la mort i de Vierges
stupide l'a trappe.
Il tut un des meilleus d- nous
taus Aussi no:s prions sa piuvre
Veuve,ses entants.cb fireset icrari
tt icu- ceux que touche e cruel
deuil, d'agrer nos sentiments de
condolances mu:i.
Ap.s" 'out laissons j!
gens a leurs c.oyances. WV
la toi qui sauve ?
!
IAJ.
Lir.i*. r '

.
;
1
H
ii8 si 6n* Pour W*
cl 111 il % |*orf ,ail,urine
Fianai 1 s
Nous apprenons av;c beaucoup de
plaisir les fianailles de Mcl e Yves
ne Souze avec Mr Alexandre bobo,
fils.Tous ncs corn 1 mects
FarisiaDaf.
DIMANCHE
L'n immense titeci Wil'iam
Farnum dans
D nOurde t'ilaka
I) tme | o l'.tiani, trs puissant et au.
dema iue ^ n <.i. il sera redonu
LAubert"Journal
o l'on voit carpentier mari
Entre G. 1
IJalcou 2
St
Ligne Panama ; ,
vanc?. parti de CnitoW
du courant, est attendo
Prince vers le a4.^"kf
Sud, partira pour New jri.
Saint Marc. Gona.ves. W^
LeS.S.Goethals.auradW
New York le iy dJJJ
Pot tau Prio,-*a0
Ligne Hollandaise.--"
:ker.c* a du laisser Ne*
iu courant pour Cap *:.
auPricce.lesayes.^
t'8 prenant fret et p*
'^.Neptuous^
t;daaileiiducrt,^
veis le 6 du mo.s de s-F
chain.
0 U T li il i i\ Z A i\ 0 'lh' AgenfoHral pour
bA


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM