<%BANNER%>







PAGE 1

LB MA Nouvelles Etrangres Comment a t vendue l* il tco server la neutralit dans le cor. Il t meut et greco turc tait conlorme 1 la po,ibUmeni icmmuoiiju u.u: I La vente de la H. rtculu du 8 au is *\ rapport era v a aem VVbajf taw uet-rains ,,.•••>• ee dmt que c si une C nuu r PAR CAI3LL : PARIS il— L'ambassadeur Harvey doatriel de k Hante Sil>te; leori tra Haaco, cee< due, la uo dit que la dcision des allis de cou vtux se sont .pouiiivisl-.oii.ble ileotriqun do Uop-Portau l'.i ou uque ue> fctats Unis antrieurement |aux diittrente. del* iio t d,o* JJJ* J g g? | demain matin. Le v^ouse i bu,reme p^OU.) doilere beat ituut une stconJe lois uaas le p |6 e BSt'.OOO dol ? e a l'ap' midi pour examiner les ciau p tt( j u irviog Natuoel Bank pour ^e iie.onauiiques du dsarmement. jli*ncei le rcolte d*rnt •• • I soi 1 es txpeiia militants ont assist leiqu* s .'M, m i le ; • Il '• • ;• l %  5 %  •• i 'a seaucr, le Conseil Su^> uii a tau le veuie du BlCnS H it-xidad de rserver la question de m demi r ont t lemboo ••• • Cpi Jution a 1-Raid de la Tuiqu.s et de •'* "mm i M h Im g Na( oi i la G ce.ceite mdiation opou*aol %  * '!>•< roi ..u %  i, ^.e de B lpas encote donner de rsu Ml Lt| M !" d lo ff£L d2 l HLUi.ieii"! P fie I II-POO po.u l) |auiuani commentent tayo abtrmnt h( ^ |]uii ,,, 2 5 000JO dollar* u ^ e il seconde jotn-e du Conseil Su 0 i n rf u que le aOQIQf de S Billion! p.ne ; ifs se ljouis.-.eni de l elfo t ,j, , aoi diami due po'ii non Je concilution tmant prvoir un *c pu. m i : de tari il i d in eite r coid comi l.-t qui se ralisera proch i le Den in* d j f< r, t a< la go v oemcni. 1 s COJ-I. eut comme h u meut d il Iti fin a pay* aux notion reose l'importante evolutioo qni Lut na.rea ncans, i elle eotjiinaia que !e Conseil invite ici X pris P* v * s 0 ce P8t ^'" <1eux '" tiotver une formule de eo ic.lut on %  el derai ? u ;h mtrtl t 8 ur ) e viron o %  /.*. millions engootii d ta pour laltnbuiiou du bassin ledit .ml et ils y Voitnt la preuve qu .vl.Vl.Lloyi ij o gr et Briud v.'uitn. n v.aituii l'union des allies. !'. a a ta guerre. Il ajouta partager i opinion du Conseil sur la libre laisse au commerce priv de fournir du matt nelaui beli ^erants.LoidCu zou reprit la question de la mi.at oi. disant que des efhts avaient t tai tes par lArgletene seuie en Mars, par l'Anglemre tt la France en |m... toutes deux itpousseis e> que Dan tenant 1 initiative appaitenai aux b. ligrants. Le Conseil dcida de non mer plusieurs missions spciales pou enquter sur la si'uotion pon iqui et miiilaiic ec Ati: Mintuie. Loy Geoige dit que le trait ce Svres i i nus en miet r. par les ail. es sui l'instigation des Turcs bitn que les Grecs fusse t p s d'^c ,ept r et d' gir selon ses clauses. Faisant allusion i h dclaration de M: B iand que le bhi*h\e de Iviitonc revenait au vaii queu,L'oyd George d i qu>U d:laration a'appl quait a proche Orient. M Briand o Vlit la discu-sion des secou s disin I le le peuple russe qji avait uta j.ltu avec les allie au dbit de 1 guerre Uit fond de comp er su leur aide et poposa que les Dation allies s'unisseut aux htats Udis e< aux n.l ons s'inttessant i l'o gui'. tioo des secours. Ml H v y corse' lit de sourneuie au lo ncii ie d'a I des piojtls de srcouis prpaies p.i Mi lloover afin d aider le v_o:.se.l dans sa dhcusion. I a Corn m HQ i au finan :ai in t allie discuta le col de I arme do cupation 11 dcida dformer ni.i..Cs oui tisse e,ue. La dirniie pat e del lancti Mnatarrui inj ; i li.ho de Puis, l'accord est virm le .runi ralise — Uae d.p;he de B.u heu tu IOWKNAL anuoi e qje \.r Ckmi u sou enu par un prince de Hoh.i / > leio.iiiigca un corp de Scriu xbunJ *"' u e< ; en llau;e S.ie^iecojip toant enviioa ~ ( ( ','j)j lion..i.es L. comit dcolen e de< g andes jsso.iaiious ues manies et des a > .itiiMo.nii.iuuij a dresse anxacc eus .on o.iuuts el 1 l.t jiopci tio.i ui ppe. les luviiani a iccueiilii digue iiuni d: ICL'.> f ies d'armes amen :an s qiii vieiiutin en Pfanwe ci a } a voiaer .etr> maiaoos pour jnom tr iux f ies ameiiCiL.s de [* l g ou jjui la Piaoct n oub ie pis. M. Biiand a ua dana la matir.e vli Uspar, ministre des alignes dran n e c-. d.r Belgique el S OIS Biyu la Hao. i. H le i tli T4civtr F monlenl e; vio < i ceut mil" dol en qui son: r>a unU|i'tne n t a dddoireLa livjng Nu ional Bai l< va rorganiser l tffai re, bil y a moyen. Voila la i.o ..velle ofrioi 1 ' ce DH'uiMlieuient lo •• les conli s passes avec les plai leui ont :: FLUGEL f : | •lion i %  . ,O00 TM %  ELLIGELotO nlnne %  sT&nru impalpable, adhrente, d'an parfam dlicat, conserve la fracheur de !.-, jeunesse, embellit, efface les rides donne un teint de lys i inieiyi ibUnehc, chair, i IM naturel, i i ur, r/jtliel l,,: -' '%  I ou lubc a'il -. | Teindrly Elu i -n ". y %  %  frd (louict itiniri Aucun in^oi tomtn rcmovrtt.: i ARVS Va Ulfint $ II crue t A ij n!s gn'nvir pour Haili ,e e d-* HeJgique ci b my B I !•: nt Nouveaut Une • f he Je M lil a reprse le lauuatiou ou g^'t.jl Navano com me des plus criuque;. Varits ci-: SOIR Le Ctmle d Mo)ilc m Gi'i8'o E tr'e G. 1 tel consacie .i la question de L pur ri de la Be'gique dans lr remboui semtnl par l'Ail n gne de la deit de guerre b 1g tfARCEi.ONh il— Le journal Vi u DE l ATALUNYA di que le prem er m itllft Aller.desi.i ::ir conseiv.r: lr prsidence du Conseil dans la rorga nisation piopos t'ansfram)uandr la Cierva au minis e de la gan avec quelques autres ching menti Dans le Miiroc l'opposil on iclitiqu: des ex p emicr.sM..ur.\ et Kom non s par contre, le corresf o dat t du Tt mes Madrid d.t que Allendesl z.r prsentera la dmission du c?bicet au roi qui chargerait probablement M. ura de lotmer le mimslie. WASHINOION u—Le Dpar'ement d 1-iat termina la rdactiou dts invi talions aux cinq puissances pour a i due lo ; 'ilv* [ from C'i "i ba', Cariai Zo i*, Via 11 y, tun boii'hern l'( rt OL Wedoi Bdi Aigui-t24!b, 1./J1. taliiptlng orden will b^ issurd for ce*go lo New York and eutooean pot ta on app ica'oi ai tins i ffise' Th s -t'Binfr will f.il In 'lie aller t ou'' of Mie P nie di-y .'.'i Niw Yoi k, vii St Ma c. G.HuneB and iVit de Faix. O. li. THOMPSON Qruerel Affenl Bureau de l^gei.t General 1 LI t au l'eu ce, le 1! Al lu I9ii BUL1EI1N N i 87 Le SS Adeanceaeai sttendu di f.iiMibnl C'arul Zone, via les [oit* ou .Su J baillera le in. m e diii Act 1931. l.t a 11 unis d'en barque mi nt PI lool c< ii>. ie, 11 ni la fil detu %  i i a >Je .Ntw ioi k et Us iil*Ja euio ( i bi . i ai manda i il I ci Luieau. Lo \fj t i,r laiaai la dai • i'| ta mlol duoenu Jour JOUI Nie o K, v a S MHIC' laoueivti et Port ue P i. u UTHOMSON < v.-;./ gniral Ls n !'•; no f ires sonl ii:l nues ijiieiitsor;nais; i\Ui rO'ii < li:/. moi les Telhiea d'un twunrau nia llc ot d*i trs grande durabil le i ii t : ix in d< ri K l s irouveronl ai s-i Heu lire lait HENRY STiRK Une du Quai, (n fuce de /flfj Cacao Peters ENVEXTECUFZ V c ( i II tiigous S rron Viejx L. Preeteann \'\V'in>, Piiannacie F. Sjouri rili)M Le Purgalif Idal c'est la Plu!eduD r D ehaut AflffU iha Hum fi ur /,'• du Centre 2 MPIUll i Ks O'AKiiE.NT EXPOSITION DE BUL'XKLLlS* Drogueries. Stria les Chimiques et h'ir.itaieu.iquiS Produits frana 3i' s.iaire du PHKVENTVL Reprsentant dts Laboratoires 1ER1&L Ncrologie 1 t ; %  •: pr-n-lto. nean i rptrafil, elle ne afeveaae jamais de dfbt. sriel de guerre.Le Conseil Surr decede ce raatiu auront, lieu cet r r e a dcid de laire une dmarche Pi*i ra ,d '*-* convoi pa tira de In |le e commune aupii des belligrants maison mot.neire, KM Boit Verne r bur assurer II1 J.be.t des dtroit.,. Jo^'poor se ni, ;, i ir. — Lea experts allis et 'es hiuts Nm ; p r ,. n lon8 nosn.mpstbiquea epmraissaires d Oppeln se sont ru eooeoteanc a aux (amitis p ouves ois dans la matine et dans Tapies e j porti. uliiement nos amis Char midi afin d'arrter une ><.'u;:on tran les et Edouard Eatve, li a d • la daciionu lie du partage du bassin in fontet ..Dpartement des Mi',if'.ltS£ m l47 l n t:tduFauboartSaint.D$m S z C v + A„: f tl I Uoilus Jean Charles TicM*l -tions extrieures torpii-ageduiionuai. ^ k>a hiiucie ura pvikunnea dont Jt-ao Bartis'.e Joseph, ^aae. li I.UIBS suiveui i qui n ont pes en i torpillage du •'Montral". rore ^o rrpiae.jlaiu connta, sont Gsbriel Hilwire, victime M invits se piseclar au D^pp-rfe-'lepe du • Monral '. ment dis KeiatiiiQg Ex iuuis avec Les personnes habiles ai lou*e3 le.s p.ces just liant leus la part d indemnit alloue s diolia. a-on de la iLOit des HaiiJJj dnomms ermpris pain" '"., mes des trois bateaux plus M, qni a >ila. IYI U j Vif i S i Nol < ; e Si Loua du No.e, 'e du toiiilia fc e au atei m< i Me lier e '. —— BMiiidi, de II heures i bcafeL ,ii u, ut i i nou' 1 . Potuu-Prii ee, le lo • ol VE R M 0 U T H C I \ 1 A N 0 Ad ^]Jff , Haiti w. \zZ — Agent gnral pour n


PAGE 1

l| nQe rtti 4I Port au Prauca, Hati ^ Vendredi 9 Aot i*2i pU^CTEUR-PKOPRIiTIAIB. Qment MAGLOIRE Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, lifib Nous devons avoir pour maxime de ne pas nous tonner des difficults prsentes non plus que d'un vent qui passe, parcequ, avec un peu de patience, on les verra se dissiper:1e temps ctaau.. M ,,i a d eipr|mM 'j ^ ,.,{ pu m em cher, en lisant les impressions du Route de Ptionville Nous attirons I attention du service %  U s routes sur 1"8 courbt qua les caiam crantes nouvellement ont HiM, parti tolidrement la ooorb • situe au btut da g os m irr.a o il v avau MDartfMt une barricada en b itoo arm. A cet endro't le c*nal c^ns da rt d,j movn" a (filament rduit la largeur du chemin qoadenivol'urti ne oenv-'ir aam de grand's difficul tes paser de front. N %  i o.irrait on pas !atgir la route eu OOQi>aa une partie du morne. Ce pour est eu ralit, bien ou un mal. on,'en France, des s ce dire : le Japon actuel est un roseau peint en ferSous une corce btil -cio'o a,,,e et dure, mais mince et cassa 'if'trateurs,' es" panace le il ei,t creux i u no r of rm < J P** liille question Voici, en rce t. de cradma ei mlange de rserve et fils ^P 1 8 d s i *eles;|*t une masse d el pro$pr< un fU pl. Ces 'lgance discrte et popuai-e compose pour une par ttntimt t g oi^n! Dent im^ginaiif, Les Japo, ,io suprme degr, ls don C euB d I* 1 " •rn, %  •% %  cpi Mie p.tto. esqi* Mais cette!•. %  *• %  initiative et sans moye qui donna jadis l-ur so deotrepnae. l'iquette, son empbase, s* 'horritique et sa ruystrieu t Cette situation est b e.i connue outre Msnch ; elle a dtermin I em Le sott de Toussaint Louvtrture intress les p'us grands crivains, notamment Lamartine, el le plus remarque des po es mtaphysiciens le l'Ang eterre : —William WordsWO'tl. L's deux vers suivants lui ont ins oir les mmes regrets, a la raott de M mre et de notre hiros-martyr : Lost too early for the frquent tear, And il-requitted kv this lurHcU-si^h.• • llaR trop tt pour une Urne irquenie, Kt ce soupir mlincoliqne ne sult pas. le reproduis aveune frle mutio i de gratitjje. ces beaux vers de Wordswj th, en attendant la prochaine publication d'une tude documente de la vie de Toussaint (.ouverture, de son Gouvernement Siint Domingue et de on martyr au Fort de |oux o il mourut en il)}, aprs dix mois de captivit, i'ge de ko ans. TO TOUSSAINT LOUVERTURE Toussaint, the mosi unhappy mao of men I *v.Mu"r the ail ckeerma-sun be (ree to khed Mi. <... i around tnee, r thou rest th head Pillow d in si.ne dark duaiieons's noisome Jen— O miserakle chieltain / wlurt and wh:n rilt thou tind patience. Yet die not ; do thou wear rallier in th/ bonds a clieenul krow : M.gf son enthousiasme de Paris j, leur sang et leur peine. Ce sont iJ^^cffilKiiiW^ et son admiration pour les Francus, des vainqueurs que le reste du raan f-' " W|| < •* '"or thee. air, eanh and nous voyons le jeane prince Nippon de admire, etc, etc. ils ont l'air con. ....... ,„.„,,„, „, „._ sk,es i j There s not a breatlnng ol the common wir Itbique soci-it; et enfin eux 'ion complique, dip'omatie caue I8 la si uation japono-am leuse, territoire hii^s de b o ,, ,, i point dn vue de la ordo nettea et enot d'une flotte d cuirai ? nace Hr01te 8ur Paris et les !•%  •-* %  I" ^ ,,a d '> P a e aux diD dioslavpnir de l'un de ces ses formidablesMais que recouvra *>' de penser Q0US autres, pau-flirs dd -g par t g*d l'au're. C est dire que tout cet apoareil impoaaO, menaant vres Hainen? et i aotfe manie di1 [que sa suuation dsigne, a mme? Sur quels fondemiiits repotestable de nous dnigter entre nous. urendie compte si la >rans le-rir? L'tude que nous venoia d* avec les autres, de nous dnigrer sociale que subit le Ja faire des origines et des vicissitudes sans cesse et partout et toujours. pain olus d'un demi sicle, de la race japonaise nous permet de Certesj le prince i ipoaais appir t fait sortir de aon isolement rpondre cette question et d* t j eni ^ une puissance grand;, belle et prospre; il n'aurait aucune rauoj de n' k re pas fier ds son pays, de ne p*s le vanter. L'obpction parait jus na „ conlre iQX Nou9 p011V0 08 ifflr i; de prime abord; mais au iond aar que tout a t fait par a 14 agis elle u'est pas si srieuse qu'on sem tra a-ant d arriver cette extr e blerait le croire. Et je m'explique : mit. Ces contribuables ne pourront Coutfibiiiblcs i rcalcitrants M i 'j.:\> tO'H l.'.-i avis (Jouiies a Cul tains contribuables concernant l'im po locatif, ils s'obstinent ne pas vouloir l'acquitter On nous apprend i : • >l-i contraintes vont tre dcer H [fibord celle des littrateur I trouverait-on au dedans? Un lueCe o est pas la grandeur et la p-oi s'en prendre qui eux mme* s'ils jrarchie administrative civil ou nih pnta d'un peuple qui le font aimer sont condamns oar le Juge de paix I t aire, dont les lau-ubrea ot.i A looe et respectei ds ses '?, c'est plutt pay-^r l'iSHM. peuple! Sa vie est onnairea et courtisans de pre en i' tmour e tle respect des fils qm tout Nou Pooe..qu'il est encore prcder cet tat, e titre nal te, le tonifier. |e U crois pas soutenir une htsie. temps pour eux d'enter ces pour suites an se mettaut eu r^'e avec la caisse guerriers franiis ) n'ont pas mena tourner sans cesse ses n-guds vers tent de vivre, continue t il %  Wftftiwuwv *.• om UMJWKV UUlltJ MOUl.ll CHOCS UW.OI lUItiU ICM1 • , I i •_ a W.cette fantaisie, qui vous passement avec lequel nos voisins sa P alne ses "gards et sa pense, nœuvrer au soleil, de marcher d seuil de leurs maisons,jia sont lancs dans is affaire* japo malgr toute sa politesie et son de pas allgre. Ils SMC vivait*, si de ma d un vi [ss leur sculpture, se dilate Inais-s, et y ont conquis l'iiTlince l*tA plaire,chaque loge qu'il adres Vants! ^' 1 lgendes.s'amenuise dans constate par le dernier trane, qui se aux Franais est suivi de louau Mais immdiatement aprs, vous lins, cette fantaisie, reine^.tdu Jaoou 1 soldat de l Angleterre ges au japon. Aucune qualit, aucu 1 enteodez qui vous dit: cNotre infan 'M de la vie nipponne, s js en Extrme O.isut.. ue venu, si grande soit elle, que lerir qui s'est beaucoup inspirs des c Kptone-le cette nation bra possde la France, n'est trangre mthodes franaises, a aussi cette al ve, impiessionnable et lgre, il a son pays H en esi jaloux, on le voit, lure martiale et dgage. Imaoq , sous sa brillante e i ff< agile Aprs tout il faut lus ban prince, I Aprs avoir parl de us, et s'assimilent me iqoels traits immuable en sa; I, quels plis rigides en son 1 'homm SnLmnt l'n 0 ir!iiirtn maoq i. sous sa Driiianie e %  tcague Apres tour u iaui e rc non piint, /\pres avoir parie ae rnommig* WtSm-a et %  asmmilent mei 6corw ce c ui faU ,a moe e de8 8 P our ,e s siens surtout, et ne pas, au qu'il a rendu i larme sur la toiiDe lut les n ras le Bin lCl,9 HOllde8 : UDe classe prpaies, ueu de leur recoouaitie du mrite, du Soldat inconnu, ce combattant iQtarvsalfl rt,r Annah*\ ,psr h co-stitution sociale de la rac-, leortailler des croupires, etde dures! au repos qui symbolise le dvoue JMirgaral faire progresser en Voyons un peu de quel ce 1 1 h itmeot anonyme et terael la patrie. tier japonais regarde U France, et si, seloa ses propres expressions, il quand il le tourne vers son pays il vous fait savoir que : • Personne a soin de mettre ses verres fums, mieux qu'un lapoaais ne saurait Cttte faon de se protger la vuegd e la vie chez nous. Iqoe sera le Japon, vous le' p leine indpendance le travail du 'Tins quelques snns S'il IpeuDle entier. Au contact des natio > %  iir sans encombre pendant |occidentales, c-tte lacune de la soi temps, maintenir son ciduci'^ jnonais^ apparat d autant plua rver la paix intrieure e t grave que la force poltique et mili ire, il parviendra un degr bjoutez encore • Et nos soldat;, le coursge, la bravoure, l'hroisme, Monseigneur, lui dit le journalist le sacrifice, dans ce qu'il s ae surfin i*fin>L>.;^l/>.> n • TV Saint m Tannin P r, sien, avez vous vu nos soldats ? humain, ait inspirs i l'homme, au H CambriOlee U ^VaUWll-UUUlB r ^._. -ksg yus lpona k prince poni de l'lever i la hauteur dun Spcialiste des maladies dm yeux H to.t.javan suivi par des rappotts dieu ? Qui le croit I Qai le d.t I .. Mdecin Chirurgien dtaills leurs exploits pendant la Si l'on n'attend rien de l'.veoil, 'ffUCrTf ttc, etc Mais son pays dont peut on e flacer Ir pass ? nier son moinr. juste oe ce que peui irpie, loHre intellectuel, un abl sent-r, en ralit, cette foiotiou du "• "Jk %  'J, Profond que les Ocans Japon qui iotrigue les meilleurs es c.ivue ruraie M ; ils ont pu s'spproprier pn s daus le monde entier. M nmes a leur Rue Lamarre fe est venu rocs Kr* c,e vx dont il a ^a la signala t fie* nuit de samedi di posent de son domicilei i le A le olaisir d'aviser Ses amis et h souvenir le haote, ui me sans p'us immo vubiicquil a ouvert saClimque tarder ces paro es a la bouche ; .An tends PT 1 T/' L-iuR n ..;\ lanon. nous avon • 'e ro'te de 1 h on lei '^t..Ul. cutaaiissace Consultations tous les jours de 7 10 et 3 5. immo telle b.-au ? cependant l'en souvent dire du mal des aieux. leur dnie les vertus qu'ils poss dsintressement person daient au plus haut degr ?.. C'est nel et l'amo >r b o'u du pays s nt pourquoi j'ii trouv intressante des venus capit.lci. Les busbi ( les c t'.e interview du prince japonais. La s Irne d'alarme Hier, vers I.M luit Inurs du suir, la population a t miseen tmm par U sirno d'dlarme anuonint un incendie en ville, AUX abords ils la ou lui men ou cojdtata uu camion m flammes. On a t quitte pour la peur, car le cemurj a t vue mis dehors et le ftu teint sans autre accident f"k?ux. %  •— Commission de contrle du retrait Billets retraiter d'uprs U conl vealion du 12 Avril 1019 ae-ftjonnat parla loi du S Mai loi 9 G. 8 H ', 7 978 Effectivement retrait luaqu' la dat du 20 Juillet 1921 8,050,000 Brleaient du 17AotlWil :r,oo Urea'e ||>f'uaittr 8.05,t0o 798,078


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05454
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, August 19, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05454

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
l|nQe rtti 4I
Port au Prauca, Hati
^
Vendredi 9 Aot i*2i
pU^CTEUR-PKOPRIiTIAIB.
Qment MAGLOIRE
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, lifib
Nous devons avoir pour
maxime de ne pas nous
tonner des difficults
prsentes non plus que
d'un vent qui passe, par-
cequ, avec un peu de
patience, on les verra se
dissiper:1e temps ctaau-
Saint Vincent de PAU L
- ^

o
notre me-
l'est pas inutile d'examiner pa notre outillage, Don
lafitioo. tous ceux quinte-[(Marcel Moanier.)
L problme de l'action de la|
oo occidentale europenne' t Au premier aspect, l'em.iire du
liff-enten aociis du mon Soleil-Levant nou- apparait comme
usai ceux qu'intresse la un Ltat moimn- en voia de a' vr
H de la rpercussion de celte au rang de egrande puissance
la force pro constitution
i propos il'ifi fiisr-
.WftipsgJiaiiis
A propos d'uneinterview du pria
ce japonais par un rs-peter du Mi-
tin de Paris, il m'es veau quelques
rtexions qu il serait peut-tre utile
etilisa'ii.-sur I" force pro corisiit.it.un pu I,m-..t.ui>.. m ,,ia d.eipr|mM 'j ^ ,.,{ pu m'em
cher, en lisant les impressions du
Route de Ptionville
Nous attirons I attention du service
U s routes sur 1"8 courbt qua les
caiam crantes nouvellement ont
HiM, parti tolidrement la ooorb
situe au btut da g os m irr.a o il
v avau MDartfMt une barricada en
b itoo arm.
A cet endro't le c*nal c^ns da
rt d,j movn" a (filament rduit la
largeur du chemin qoadenivol'urti
ne oenv-'ir aam de grand's difficul
tes paser de front.
N i o.irrait on pas !atgir la route
eu OOQi>aa une partie du morne. Ce
pour
est eu ralit,
bien ou un mal.
on,'en France, des s
ce dire : le Japon actuel est un roseau
peint en fer- Sous une corce btil
-cio'o 'a,,,e et dure, mais mince et cassa
'if'trateurs,' es" panace le- il ei,t creuxi u no rof*rm liille question Voici, en r- ce. Iformule des deux opinions pai"ntes n-lions modernes
Si 1 corcti veneit se baiser,q<
politiques
I trar je
ut
liecllmonia^iuat ^villageois primitif dnus de ca
nt imaetnaiif. le* Jann dre, pour I autre pa>t. de cradma
ei mlange de rserve et fils. ^P1"8 d" si*eles;|*t une masse d el pro$pr< un fUpl. Ces
'lgance discrte et popuai-e compose pour une par ttntimttg,oi^n!
Dent im^ginaiif, Les Japo,
,io suprme degr, ls don CeuB d* I*1" rn, - cpi
Mie p.tto.esqi* Mais cette!. * initiative et sans moye
qui donna jadis l-ur so deotrepnae.
l'iquette, son empbase, s*
'horritique et sa ruystrieu
t Cette situation est b e.i connue
outre Msnch ; elle a dtermin I em
Le sott de Toussaint Louvtrture *
intress les p'us grands crivains,
notamment Lamartine, el le plus re-
marque des po es mtaphysiciens
le l'Ang eterre : William Words-
WO'tl.
L's deux vers suivants lui ont ins
oir les mmes regrets, a la raott de
M mre et de notre hiros-martyr :
Lost too early for the frquent tear, *
And il-requitted kv this lurHcU-si^h.
llaR trop tt pour une Urne irquenie,
Kt ce soupir mlincoliqne ne sult pas.
le reproduis ave- une frle mu-
tio i de gratitjje. ces beaux vers de
Wordswj th, en attendant la pro-
chaine publication d'une tude do-
cumente de la vie de Toussaint
(.ouverture, de son Gouvernement
Siint Domingue et de on martyr
au Fort de |oux o il mourut en
il)}, aprs dix mois de captivit,
i'ge de ko ans. ,
TO TOUSSAINT LOUVERTURE
Toussaint, the mosi unhappy mao of men I
*v.Mu"r the ail ckeerma-sun be (ree to khed
Mi. <...i around tnee, r thou rest th head
Pillow d in si.ne dark duaiieons's noisome Jen
O miserakle chieltain / wlurt and wh:n
rilt thou tind patience. Yet die not ; do thou
wear rallier in th/ bonds a clieenul krow : "
M.gf son enthousiasme de Paris j, leur sang et leur peine. Ce sont iJ^^cffilKiiiW^
et son admiration pour les Francus, des vainqueurs que le reste du raan f-' " W||< * '"or thee. air, eanh and
nous voyons le jeane prince Nippon de admire, etc, etc. ils ont l'air con........ ,.,,, , ._ sk,esi
' j There s not a breatlnng ol the common wir
Itbique soci-it; et enfin eux 'ion complique, dip'omatie caue
I8 la si uation japono-am leuse, territoire hii^s de b o ,, ,, ,
i point dn vue de la ordo nettea et enot d'une flotte d cuirai ?nace Hr01te 8ur Paris et les !--* I" ^,,a"d '> Pae aux diD
dioslavpnir de l'un de ces ses formidables- Mais que recouvra *>' de penser Q0US autres, pau-flirs dd -g par tg*d-
l'au're. C est dire que tout cet apoareil impoaaO, menaant vres Hainen? et i aotfe manie di-1
[que sa suuation dsigne, a mme? Sur quels fondemiiits repo- testable de nous dnigter entre nous.
urendie compte si la >rans le-rir? L'tude que nous venoia d* avec les autres, de nous dnigrer
sociale que subit le Ja faire des origines et des vicissitudes sans cesse et partout et toujours.
pain olus d'un demi sicle, de la race japonaise nous permet de Certesj le prince i ipoaais appir
t fait sortir de aon isolement rpondre cette question et d* tjeni ^ une puissance grand;, belle
et prospre; il n'aurait aucune rauoj
de n'kre pas fier ds son pays, de ne
p*s le vanter. L'obpction parait jus na conlre iQX. Nou9 p011V008 ifflr
i; de prime abord; mais au iond ,aar que tout a t fait par a 14 agis
elle u'est pas si srieuse qu'on sem tra a-ant d arriver cette extr
e blerait le croire. Et je m'explique : mit. Ces contribuables ne pourront
Coutfibiiiblcs
i rcalcitrants
M i 'j.:\> tO'H l.'.-i avis (Jouiies a Cul
tains contribuables concernant l'im
po locatif, ils s'obstinent ne pas
vouloir l'acquitter On nous apprend
i : >l-i contraintes vont tre dcer
H
[fibord celle des littrateur I trouverait-on au dedans? Un lue- Ce o est pas la grandeur et la p-oi s'en prendre qui eux mme* s'ils
jrarchie administrative civil ou nih pnta d'un peuple qui le font aimer sont condamns oar le Juge de paix
Itaire, dont les lau-ubrea ot.i A looe et respectei ds ses '?, c'est plutt pay-^r l'iSHM.
peuple! Sa vie est onnairea et courtisans de pre en i'tmour etle respect des fils qm tout Nou' Pooe..qu'il est encore
prcder cet tat,
e titre nal te, le tonifier. |e u
. crois pas soutenir une htsie.
temps pour eux d'enter ces pour
suites an se mettaut eu r^'e avec la
caisse
guerriers franiis ) n'ont pas mena
tourner sans cesse ses n-guds vers tent de vivre, continue t il
Wftftiwuwv *. om umjwkv UUlltJ MOUl.ll CHOCS UW.OI lUItiU ICM1 I i _ a
W.cette fantaisie, qui vous passement avec lequel nos voisins sa Palne- ses "gards et sa pense, nuvrer au soleil, de marcher d
seuil de leurs maisons,jia sont lancs dans is affaire* japo malgr toute sa politesie et son de pas allgre. Ils SMC vivait*, si
de ma
d un
vi
[ss leur sculpture, se dilateInais-s, et y ont conquis l'iiTlince l*tA plaire,chaque loge qu'il adres Vants!
^' 1 lgendes.s'amenuise dans constate par le dernier trane, qui se aux Franais est suivi de louau Mais immdiatement aprs, vous
lins, cette fantaisie, reine^.tdu Jaoou 1 soldat de l Angleterre ges au japon. Aucune qualit, aucu 1 enteodez qui vous dit: cNotre infan
'M de la vie nipponne, s js en Extrme O.isut.. ue venu, si grande soit elle, que lerir qui s'est beaucoup inspirs des
c Kptone-le cette nation bra possde la France, n'est trangre mthodes franaises, a aussi cette al
ve, impiessionnable et lgre, il a son pays H en esi jaloux, on le voit, lure martiale et dgage.
Imaoq , sous sa brillante e i ff< agile Aprs tout il faut lus ban prince, I Aprs avoir parl de
us, et s'assimilent me
iqoels traits immuable en sa;
I,quels plis rigides en son1
'homm
SnLmnt l'n 0ir!iiirtn maoq i. sous sa Driiianie e. tcague Apres tour u iaui e rc non piint, /\pres avoir parie ae rnommig*
WtSm-a et asmmilent mei !6corw ce cui faU ,a moe"e de8 8- Pour ,es siens surtout, et ne pas, au qu'il a rendu i larme sur la toiiDe
lut les n ras le Bin lCl,9 HOllde8 : UDe classe prpaies, ueu de leur recoouaitie du mrite, du Soldat inconnu, ce combattant
iQtarvsalfl rt,r Annah*\ ,psr h co-stitution sociale de la rac-, leortailler des croupires, etde dures! au repos qui symbolise le dvoue
' JMirgaral faire progresser en Voyons un peu de quel ce 1 1 h itmeot anonyme et terael la patrie.
tier japonais regarde U France, et si, seloa ses propres expressions, il
quand il le tourne vers son pays il vous fait savoir que : Personne
a soin de mettre ses verres fums, mieux qu'un lapoaais ne saurait
Cttte faon de se protger la vuegd e
la vie chez nous.
Iqoe sera le Japon, vous le'pleine indpendance le travail du
'Tins quelques snns S'il IpeuDle entier. Au contact des natio >
iir sans encombre pendant |occidentales, c-tte lacune de la so-
i temps, maintenir son ciduci'^ jnonais^ apparat d autant plua
rver la paix intrieure e t grave que la force poltique et mili
ire, il parviendra un degr ^mee tout fait surprenant. Iqui h r'e patronal soit rempli; et
sTimme 'rilitaire et naval dj nous voyons la main ang''U
pourra diminuer conside
M ses dpenses et qmi'brer
icerlsinement son buaget- Il
yupect, sinoo rdou par
Sur la demau 'e qui lui a t faite i
propos de ses excursions lurs de la
saxonne s'introduira daus ce g^nte- capitale, sur ce qui l'a le plus frap-
let dj 1er. (A- de Prville.; p, il a rpondu tCest le caractre
, de la campagne franaise et l'ordon
Toute socit qui ne sa dveloppe naQCC Je vos propnelSi yos f iUages
aora des
mettra
saisir la valeur d'un semblable culte.
l'ai vu, dit-il encore, beaucoup de
l:urs sur la tombe du hros fran-
ais. Celles que j'ai dposes l'ont
tti au nom d'un pays o la rl'gion
du courage est particuliereme.it en
seigoe et suivie.
UN citatioas suf&ieat, croyons-
nous.
D: tant d'loges adresss avec u-..*
si lgitime fisit la nation qui s'est
levs au rang des premires du
Th it will forget thee ; thou hast great allies ;
Thv Iriends are i-iultations, atonies.
Aid lw, and nan's unconquerable nund .
c Toussaint, le plus infortun de
tous les hommes Soit que le sole 1
rpande gaiement ses rayons autour
de toi,ou que ta tte repose dans Us
sombresoubliettes bruyantes -O mal
heureux leader Jaos quel lieu et
quand seras-tu rsign la patience?
Mail ne meurs pas : conserve plu-
tt dans les ters ua regiri serein :
Qaoique tu sois toi-mme tomb
pour ne plus le relever, vis et rsi-
gne-toi. Tu as laisse aprs toi des
forces puissantes qui travailleront
pour toi l'air, la terre et les cieux.
Aucii sou fi e de la bis: priodi-
que ne t'oubliera tu as de valeu-
reux allis tes amis sont les trs-
saillements .11 joie, les agonies, la*
mour tt l'Ane in:oaquise de l'hom-
me Si
Traduction conforme l'original.
J. R. CHENET.
8 I avenir probable de ce puy. S3S uaiure qcuicuk um .uuu wji*tbv u iaug ucs premires au
Sdetiois militaires ne renseignent pus part. Mus il a soin d'ajomer tout de j monde, il y en aurait un, au moins,
e'suffisamment sur son vritable tat suite, en manire de comparaison*'qu'un jeune Hiitien pourrait retenir
N* grand Jipon. Il
superbes. Il ae
lAsU; ou peui- re mme'-----
Pttnr (OpinioQ da M. Ch. social; el cest pourquoi, nous t au lapon nous sommes habitus pour en orner le front tristement
'finissons comme noua avons corn- rencontrer sossi une fou'.e de travail'pench de notre Haiti : c'est l o le
menc, il ne saurait ire sans in- jeur, jaQS jes zizire& et les cultures.'prince du soleil parle de la religioa
owtt-inant l'opinion des so- trt. pour I homme d'tude, s essa Ils kimeot jeur BUlo. Il est certes du courage.
yT de m '* rtr/'SnS! dicile de comparer le paysan de Ne l'avons nous pas eue, nous
mOlOiijQ ' iAle !1*,.l_J?l".t: ches BOOS avec M v're. Cepecdant aussi, cette religion du counge ?
e et l'attachement des Notre hutoire, plus que celle d'au-
ppropnei pr. nau ia , ; ,: .,,.,.. --- ----------ol natal se ressem cun autre peuple, n'est elle pas rrnv
1 blcnt. pie des faits les plus brillants que
.. > bjoutez encore Et nos soldat;, le coursge, la bravoure, l'hroisme,
Monseigneur, lui dit le journalist le sacrifice, dans ce qu'il s ae sur-
fin i*fin>L>.;^l/>.> n TV Saint m Tannin Pr,sien, avez vous vu nos soldats ? humain, ait inspirs i l'homme, au
H CambriOlee U ^V- aUWll-UUUlB r ^._.-ksg. yus lpona k prince poni de l'lever i la hauteur dun
Spcialiste des maladies dm yeux H to.t.javan suivi par des rappotts dieu ? Qui le croit I Qai le d.t I ..
Mdecin Chirurgien dtaills leurs exploits pendant la Si l'on n'attend rien de l'.veoil,
'ffUCrTf ttc, etc Mais son pays dont peut on e flacer Ir pass ? nier son
moinr. juste oe ce que peui irpie- ,
loHre intellectuel, un abl sent-r, en ralit, cette foiotiou du " "Jk 'J,
Profond que les Ocans Japon qui iotrigue les meilleurs es- c.ivue ruraie
M; ils ont pu s'spproprier pn s daus le monde entier. M nmes a leur
Rue Lamarre
fe est venu rocs
Kr*c,evx dont il a
^a la
signala
t fie*
nuit de samedi di
posent de son domicile- i
i
le
A le olaisir d'aviser Ses amis et h souvenir le haote, ui me sans p'us immo
vubiicquil a ouvert saClimque tarder ces paro es a la bouche ; .An tends
PT1 T/'____,L-iuRn..;\ lanon. nous avon 'e ro'te de 1 h on lei

'^t..Ul.
cutaaiissace
Consultations tous les jours
de 7 10 et 3 5.
immo telle b.-au ? cependant l'en
souvent dire du mal des aieux.
leur dnie les vertus qu'ils poss
dsintressement person daient au plus haut degr ?.. C'est
nel et l'amo >r b o'u du pays s nt pourquoi j'ii trouv intressante
des venus capit.lci. Les busbi ( les c t'.e interview du prince japonais.
La s Irne d'alarme
Hier, vers i.m luit Inurs du suir,
la population a t mise- en tmm
par U sirno d'dlarme anuonint un
incendie en ville, aux abords ils la
ou lui men ou cojdtata uu camion
m flammes.
On a t quitte pour la peur, car
le cemurj a t vue mis dehors
et le ftu teint sans autre accident
f"k?ux.

Commission de con-
trle du retrait

Billets retraiter d'uprs U conl
vealion du 12 Avril 1019 ae-ftjonnat
parla loi du S Mai loi9 G. 8H',7 978
Effectivement retrait '
luaqu' la dat du 20
Juillet 1921 8,050,000
Brleaient du
17AotlWil :r,oo
Urea'e ||>f'uaittr
8.05,t0o
798,078


LB MA
Nouvelles Etrangres
Comment a t
vendue l* il tco
server la neutralit dans le cor. Il t meut et
greco turc tait conlorme 1 la po,i- bUmeni icmmuoiiju u.u: I
La vente de la H.
rtculu du 8 au is dernier fout ixq ce l >*\
rapport era v a aem VVbajf taw uet-rains ,,.>
,ee dmt que c si une C nuu r
PAR CAI3LL:
Paris il L'ambassadeur Harvey doatriel de k Hante Sil>te; leori tra Haaco, cee< due, la uo
dit que la dcision des allis de cou vtux se sont .pouiiivisl-.oii.ble ileotriqun do Uop-Portau l'.i
ou
uque ue> fctats Unis antrieurement |aux diittrente. del* iio t d,o* JJJ* J g g? | .
demain matin. Le v^ouse i bu,reme p^OU.) doilere
beat ituut une stconJe lois uaas le p|6, e BSt'.OOO dol ?e a
l'ap' midi pour examiner les ciau ptt(- ju irviog Natuoel Bank pour
^e iie.onauiiques du dsarmement. jli*ncei le rcolte d*rnt I soi
1 es txpeiia militants ont assist leiqu* s .'M, m i le ; Il ' ; l"5
i 'a seaucr, le Conseil Su^> uii a tau le veuie du BlCnS h it-xi-
dad de rserver la question de m demi r ont t lemboo C- pi
Jution a 1-Raid de la Tuiqu.s et de '* "mm i M h Im g Na( oi i
la G ce.ceite mdiation opou*aol * '!>< roi ..u i, ^.e de B l-
pas encote donner de rsu Ml Lt| M d loffLd-2 l ,
HLUi.ieii"! p fie I II-poo po.u l)
|auiuani commentent tayo abtrmnt h(^|]uii, ,,, 25000jO dollar* u ^ e
il seconde jotn-e du Conseil Su ,0inrfu que le aOQIQf de S Billion!
p.ne ; ifs se ljouis.-.eni de l elfo t ,j, aoi diami due po'ii non
Je concilution tmant prvoir un *c pu. m i : de tari il i d in eite r
coid comi l.-t qui se ralisera proch i le Den in* dj f< r, t a<- la go v
oemcni. 1 s coj-i. eut comme h u meut d il Iti fin a pay* aux notion
reose l'importante evolutioo qni Lut na.rea ncans, i elle eotjiinaia
que !e Conseil invite ici X pris P*v* s "0" ce P8t ^'" <1eux '" '
tiotver une formule de eo ic.lut on el derai ?u';h mtrtl t,8ur)e' "
viron o /.*. millions engootii d ta
pour laltnbuiiou du bassin ledit
.ml et ils y Voitnt la preuve qu
.vl.Vl.Lloyi ij o gr et Briud v.'uitn.
n v.aituii l'union des allies. !'. a
a ta guerre. Il ajouta partager i opi-
nion du Conseil sur la libre laisse
au commerce priv de fournir du
matt nelaui beli ^erants.LoidCu zou
reprit la question de la mi.at oi.
disant que des efhts avaient t tai
tes par lArgletene seuie en Mars,
par l'Anglemre tt la France en |m...
toutes deux itpousseis e> que Dan
tenant 1 initiative appaitenai aux b.
ligrants. Le Conseil dcida de non
mer plusieurs missions spciales pou
enquter sur la si'uotion pon iqui
et miiilaiic ec Ati: Mintuie. Loy
Geoige dit que le trait ce Svres i
i nus en miet r. par les ail.es sui
l'instigation des Turcs bitn que les
Grecs fusse t p s d'^c ,ept r et d'
gir selon ses clauses.
Faisant allusion i h dclaration
de M: B iand que le bhi*h\e de I-
viitonc revenait au vaii queu,L'oyd
George d i qu>- U d:laration a'appl
quait a proche Orient. M Briand o
Vlit la discu-sion des secou s disin
I le le peuple russe qji avait uta
j.ltu avec les allie au dbit de 1
guerre Uit fond de comp er su
leur aide et poposa que les Dation
allies s'unisseut aux htats Udis e<
aux n.l ons s'inttessant i l'o gui'.
tioo des secours. Ml H v y corse'
lit de sourneuie au lo ncii ie d'a I
des piojtls de srcouis prpaies p.i
Mi lloover afin d aider le v_o:.se.l
dans sa dhcusion.
I a Corn m HQ i au finan :ai in t
allie discuta le col de I arme do
cupation 11 dcida dformer ni mu con.pos des nnnisies des li .i
cis ail es pour fixer le mon'ai t -o'..
}uiqu'an le: Mal letl- Le com'
e L: :oldat anglais tc ant quirx
mai ks tandis que le frarcais c< e
seulement six maiks or dectetier.il
Mr Loucheur insista sur 1 ur. I..rm i- I Je gus
du rct suggrant comme bast i i i m, ,
maiksor.la suj;g stion ne lut Fa MADRID u- U i communique
*tce^ie par la dlgation britani ijolti ie, dl que les no>.i..Cs oui tisse
e,ue. La dirniie pat e del lancti Mnatarrui
inj
;
i li.ho de Puis, l'accord est virm le
.runi ralise
Uae d.p;he de B.u heu tu
Iowknal anuoi e qje \.r Ckmi u
sou enu par un prince de Hoh.i / >
leio.iiiigca un corp de Scriu xbunJ *"' "u e<;
en llau;e S.ie^iecojip toant enviioa ~
((','j)j lion..i.es
L. comit dcolen e de< g andes
jsso.iaiious ues manies et des a >
.itiiMo.nii.iuuijadresse anxacc eus
.on o.iuuts el 1 l.t jiopci tio.i ui
ppe. les luviiani a iccueiilii digue
iiuni d: Icl'.> f ies d'armes amen
:an s qiii vieiiutin en Pfanwe ci a } a
voiaer .etr> maiaoos pour jnom tr
iux f ies ameiiCiL.s de [* l g ou
jjui la Piaoct n oub ie pis.
M. Biiand a ua dana la matir.e
vli Uspar, ministre des alignes dran
ne c-. d.r Belgique el S OIS Biyu
la Hao.
i. h le i tli T4civtr f monlenl
e; vio < i ceut mil" dol en qui son:
r>a unU|i'tnent a dddoire- La livjng
Nu ional Bai l< va rorganiser l tffai
re, bil y a moyen.
Voila la i.o ..velle ofrioi 1 ' ce
DH'uiMlieuient lo les con-
li s passes avec les plai leui ont
:: FLUGEL f

: |
lion

i

' ,O00 TM
ELLIGELotO nlnne
. sT&nru
-

impalpable, adhrente, d'an parfam
dlicat, conserve la fracheur de !.-,
jeunesse, embellit, efface les rides
donne un teint de lys
i inieiyi ibUnehc, chair, i im naturel, i i
ur, r/jtliel l,,:-' '-
I ou lubc a'il -. |
Teindrly Elu i -n ". y
'
frd (louict itiniri
Aucun in^oi tomtn rcmovrtt.: i
ARVS
Va Ulfint $ II crue t
A ij n!s gn'nvir pour Haili
,e e d-* HeJgique ci b my B ntitvi nt di gouverucm.u' uaiiooa P^'liji!/! hHfilil!JO
.se lu c. Il aclfcit uud.)cuoer sus I Uf UlUU llvlliUUU
italiens du Cou^cii Su, i
1720, H u*' du M I !: nt

Nouveaut !
Une f he Je M lil a reprse le
lauuatiou ou g^'t.jl Navano com
me des plus criuque;.
Varits
ci-: soir
Le Ctmle d ,
Mo)ilcmGi'i8'o
E tr'e
G. 1
tel consacie .i la question de L pur
ri de la Be'gique dans lr remboui
semtnl par l'Ail n gne de la deit
de guerre b 1g .
tfARCEi.ONh il Le journal Vi u
de l atalunya di que le prem er m
itllft Aller.desi.i ::ir conseiv.r: lr
prsidence du Conseil dans la rorga
nisation piopos t'ansfram)uandr
la Cierva au minis e de la gan
avec quelques autres ching menti
Dans le Miiroc l'opposil on iclitiqu:
des ex p emicr.sM..ur.\ et Kom non s
par contre, le corresf o dat t du Tt -
mes Madrid d.t que Allendesl z.r
prsentera la dmission du c?bicet
au roi qui chargerait probablement
M. ura de lotmer le mimslie.
Washinoion uLe Dpar'ement
d 1-iat termina la rdactiou dts invi
talions aux cinq puissances pour a<-
ji 1er i la coifrtnee du dsarma
ment le 11 Novemb e ; pas de dtail
sur la lent ur des notes.D ap's le 11
mesL'oyd C' oigeaurar i'inient omi-
se rendre Wshuglon pour icpr-
senter la CiraLd- Brdegne.
PARIS ir Le Conseil Suprme
a i'-'.i u' que les allis coi seiveiont
la ntui.. lue ia plus si CM dans la
guene greco turque i les allis n'in
i -i v .t'iidront dkds le o il t sous au
cune forme d'assistance.qu il s*.gis c
d^eoxoi d ucu (S, d'amies ou d
iiedi1 sans que ces dcitiom puis
sti t i or'er ftUtuie a la la lib*ne du
ii mneice prive. Kesutant de le l
piii.'.on ictpc le .o particuliers au
toi t doue te droit decorlinuera Les funra Iles de Mme Vve Au-
lournir aux Giecs et aux Turcs du puete Es've, ne Cornflie Carr,
m
me
contre
la
CONSTIPATION
prenoa /
COMPRIMS
Jo DELORT, i ?r.,
1X9, i : D
i .
C'EST I ' LLEUR
: I ROATira
Aln.rr'i ..... .\' i
Office of General Agent
1 ol-ajrP'inr.. A i s IM, 1021
. i 'J Iip S'S Advancr > i due lo ; 'ilv* [
from C'i "i ba', Cariai Zo i*, Via 11 y,
tun boii'hern l'( rt ol Wedoi Bdi ,
Aigui-t24!b, 1./J1.
taliiptlng orden will b^ issurd for
ce*go lo New York and eutooean
pot ta on app ica'oi ai tins i ffise'
Th s -t'Binfr will f.il In 'lie aller
t ou'' of Mie p nie di-y .'.'i Niw Yoi k,
vii St Ma c. G.HuneB and iVit de
Faix.
O. li. THOMPSON
Qruerel Affenl
Bureau de l^gei.t General
1 li t au l'eu ce, le 1! Al lu I9ii
BUL1EI1N N i 87
Le SS Adeanceaeai sttendu di
f.iiMibnl C'arul Zone, via les [oit*
ou .Su J baillera le in.mediii Act
1931.
l.t a 11 unis d'en barque mi nt pi -
lool c< ii>. ie, 11 ni la fil detu
i i a >Je .Ntw ioi k et Us iil*Ja euio
( i bi . i ai manda i il I ci Luieau.
Lo \fj t i,r laiaai la dai i'| ta
mlol duoenu Jour joui Nie o k,
v a S MhiC' laoueivti et Port ue
P i.
u U- THOMSON
< v.-;./ gniral
Ls n !'; no f ires sonl ii:l nues ijiie- iitsor;nais; i\Ui
rO'ii < li:/. moi les
Telhiea d'un twunrau nia llc ot d*i
trs grande durabil le
i ii t : ix in d< ri
K l s irouveronl ai s-i Heu
lire lait
HENRY STiRK
________________ Une du Quai, (n fuce de /flfj
Cacao Peters
ENVEXTECUFZ
V c ( i II tiigous S rron Viejx
L. Preeteann
\'\V'in>,
Piiannacie F. Sjouri
rili)M
Le Purgalif Idal
c'est la
Plu!eduDrDehaut
AflffU iha Hum fi ur /,' du Centre
2 MPIUll i Ks O'AKiiE.NT EXPOSITION DE BUL'XKLLlS*
Drogueries. Stria les Chimiques et h'ir.itaieu.iquiS
Produits frana P paration te oul-s mpoules mdicametitenses s!
t iecl lus S[, '(.llii s.'Snim n^ros mque Simple et fERD .
I( DHYDRAGYRE Srum de AIoharu, rcinpla 'lacitiain de Perrier.it lodin. Il a ouiours en stock Ve#roii*
Snt^ p Pectoral bXixjr de Pen ylvame.
I>3i' s.iaire du Phkventvl
Reprsentant dts Laboratoires 1ER1&L
Ncrologie
1 t ; : pr-n-lto.
. nean i rptrafil,
elle ne afeveaae jamais de dfbt.
sriel de guerre.Le Conseil Surr decede ce raatiu auront, lieu cet r r
e a dcid de laire une dmarche Pi*i ra,d'- *-* convoi pa tira de In |le e
commune aupii des belligrants maison mot.neire, Km Boit Verne
rbur assurer II1 J.be.t des dtroit.,. Jo^'poor se ni, ;, i ,
ir.
Lea experts allis et 'es hiuts Nm ,;pr,.nlon8 nosn.mpstbiquea
epmraissaires d Oppeln se sont ru eooeoteanc a aux (amitis p ouves
ois dans la matine et dans Tapies ej porti. uliiement nos amis Char
midi afin d'arrter une ><.'u;:on tran les et Edouard Eatve, li a d la d-
aciionu lie du partage du bassin in fonte-
t ..Dpartement des Mi',if'.ltSm'
l47lnt:tduFauboartSaint.D$mS,z. Cv + A:ftl I Uoilus Jean Charles TicM*l
-tions extrieures torpii-ageduiionuai. ^
k>a hiiucie ura pvikunnea dont Jt-ao Bartis'.e Joseph, ^aae.
li i.uibs suiveui i qui n ont pes en i torpillage du 'Montral".
rore ^o rrpiae.jlaiu connta, sont Gsbriel Hilwire, victime M
. invits se piseclar au D^pp-rfe-'lepe du Monral '.
ment dis KeiatiiiQg Ex iuuis avec Les personnes habiles ai
lou*e3 le.s p.ces just liant leu- s la part d indemnit alloue s
diolia. a-on de la iLOit des HaiiJJj
dnomms ermpris pain" '".,
mes des trois bateaux plus m,
qn uaitement les lundi, ercn"-
K. ,:ls,l,r .Lr*. W!lOUfe3 ,es P-CPS JUStfl
i dii'i<
tj clic r.t cause n ...
i Ardre Dci-yon. n k i\
P r" K vi.tiiiio du twi; ;,. du
'or Saint,
slesmei
. UMATIVK, ?
LAX*T ; >ia>ila.
IYI U
j Vif i S
i Nol <;e Si Loua du No.e,
'e du toiiiliafce au atei m< i
' Me lier e '.

BMiiidi, de II heures i
bcafeL
,ii u, ut i i nou'1" .
Potuu-Prii ee, le lo ol
VE R M 0 U T H C I \ 1 A N 0 Ad' ^]Jff Haiti
w.\zZ Agent gnral pour n

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM