<%BANNER%>







PAGE 1

r MA ri* du hommage 1 M. Millerand £ e collOC St VtiV n prdcesseur M. Poincar —m %  cent ai Paul Uae gcoUiti p*tie it* iMg?ai par le Directeur de c*t et blisscm t| a eu le suct* q j'en lire ait d n n che matin a P.riun .D • beaux P x ont tdiitr bj %  •xe"' • %  %  '• %  ••• %  lHa p ; ces de ihti ti ii ._*&* A: beaucoup d'en:r.\m. Y assistaient 1rs I -sp rt ;s 4*a'i roudissemert, lit memb-f* du Co* s' Enseignan l'Associauon mir.c de %  , ,. l'Œuvre chrtienne et .e* pui.e ce f.ruplesfnconau'att ses filon ^^ ilvs r < foui I pacification gniale tu in-, __ %  culqaaut les principe* de resprct et. d-obissancedui aux pouvoirs pub icsjfito du 4 1 nui et eu prchant l'union de touslesjLa _* ttli 1J l#OU citoyens au nom de la pallie et de la religion. Mgr Crt t i a termin en| La Vile de Port la-Priftr* a b 11 a ren et a son p'_ qut reparent la reprise des relations diplomatiques lec le Siiot 4 ge. leprise qui constitue un e\anemeot bi* touque d'une i.npoi• n•. ce excep tionnel.c U Noncs a dc'ar que le P*pe a toujours t iwmt d'une bien \eiilance spciale Ugrd de la I loiituse nation Franaise et o il a iccueilli avec un ns vil plaisir la lipifsf dfs reliions diplomatiques vrc la France I' s|oute que le Saint S:ge dsire cooprer au beni Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMUL SION DE SCOTT Puissant aliment et mdecine sans le .faux estimulant de l'alcohoL ., t ii .. i i 'r^>>'^r>iw>i'B!iaKMif—aMM—****** • 4 lu fitatfon b linaire de Thor Dim rch* an mili 'e r * Bro Christ ophaC et de confiance rciproques et de co laboier avec le Saint S.ge partout ou les intrts de la France se renmontrent avec ceux de l'EgliseC-.thj I flU (. Le Prsident de la Rpublique a jju-e que l'airive de Mg On ti •chevtra de rtablir les relation* enue le Saint S;ge dont la put> La M->isori ds cuivi s Reconnus d utUili publique .*e dttijtreni vrrs l'htel o l'on pro 'cda la ri*oiver ur du Bu, ^ e-s %  >m nos compiim n:s " ami in pi trier. der la punition dea amricain* nui se sont rendas coupables detrocita dana l'le et pntir nb nnir una repa ration financire pour I* tort cana nove ?** l'tmotndfiweTun d lt souverainet dea ny* <1P lllt" I Me MonlUld S o^ey a : iu pr Les abonns du jaum A m Le MM* h de s inidi soi a l'oeuvr: 'uniou daut la guerre, et de paix. Pn d t il, les ministrts detous'ks cultes et tous les fran vus out rivalis d'abngauon patno (.que et de fraternit. Dans les tran § ches, cette abngation et ctttt^frt-.pUn*aM et voeui d'i rel, suc .. ternie ont suiv<-u aux hostilits et, pour contribuer les ma-ntenir il i a_w n m iit permis de compter sur I icluence de ui qui ne prtende, t eue que dc.sion oppo.laiif d-s B s eurs d'mts. Le :iJeut de! — Suivant une dpche d< Rome la Rpublique a termine en remerune rote officielle df La T .rret a cartle nonct des voeux du pape tt ministre des .iire ranges, en ^ hlim !i( i0 lu adressant Us lien.. ce qui concerne la H,u> b,,e pr JJ^i,, S0PH1A 8—LAgence Bu g.rt pu eue que I Italie sou'ie da u-e fo blte une no'e olficieuse p:oiestant n !" 1 tenant compte ds rsultais dr. demande de la commission plbiscite et d e hoxea a mtrio p-r do *if spn au fi-*emi n s l<* t'iomvln dt P< h 3 r sur ton c.rnpitor irait! au 6' ron-ri. A quand la revanche? LOfficiel de SiTiedi Pfbts an .i r entte le S.mi 5^ ^;. F-, t de c a rant d utilPn,^ ,,ue i'.cu „nce mora % ^fJJJ^ • de la rna-son des U tint. Vfucu'ies sa confi tnce car elle se Noua app'aujis'ons c temesnre U KU d> Cin f srla r K or par>tu ci las haut'"' C ttle Cfuvre r? t Ql **ft c t'e Mail dawcto'enr troju" de tou^oi sacr.fi touiours pour e pius a ^ l < i mnernmenl gocia|e s n b t „,, J( par H hn „. , .,„,, h olla eng grt idal de lusttce nuira. irecu-illir les entants do U case ce * '* •'**^" u idvuratrrr !a kTft M MiMerand .j-ult qu il ne doueMJ1 t,. u ^ e fa poo -Toir Uai ii-t-uc <*'ot. Ls-.. % %  •• • A\A Ho fi p i„s in tiit pif de l'utile ion-ous que .Mgr, {wn e j f|U A(Ju iIO( physique et ter-BMn-p, la pobhC ans eur ^p Ctretti apportait au ^• f S^J[ r B ; 1 J*j q aonle.de tourmrdes ?ec?urs ileu-s ; ro r es auxquel!e3el!e s vertue i pro ,curfir du travail en l*ur se vanl dtn termdiaire auprs des famille. Aux mitiat*urs de cel'e oeuvre hit „______ manitaire nous envoyons not.com *" '" ~^ ~ •"^ Fflrs pa^-t funbre Lwi ftii'iflB M-n Vvo st t/cpr l'^-ripr Duolpsav. Ch"rlpi Fnmbnm, Ut'ni-plon ont la douleur de vp^a f i' nit Ac h r>io' A* Pierre Jo s 3 ph Beauvais Mo-ti'y Du plessy.Siire t dimanche 4 hra ][-l d l'aprs midi apr^ une vie i H d'huni'ii'* Mtini de* Knnr m n'B d I Ez'fee, il n -ondu son Ama D 'H •, dix j->""-s ap > la mort de \,\ir une no't uiuvm. r „....-. ,,,... son **nona ' ! de 78 an*. contre la demande de la commission plbiscite et des Int'l t polilqus, |. fln tfir>m-1 i on lfl Jo „|. iIir H o nordre innr H', mvus p r le irai de paix RUe ajon dtt quune d Stine dmitons dMa x g* rie 3 m. !• l ame| 13 teduelademvniedf la commi-si n oaysant er'fnr dvns la R i *'* poM courant 4 lir* d* l^i.-a midi, t impressionn pn bornent le pu '' par la I m -e vs ^ v ;i „, r0 blic et 1a presse bu ga-es quafin que le pays ne lent les ordres contre coeur en soit oas un moment pitv comp gnant la contagon car lh aoHaire tement d'arme %  W'^ que le cho a d.im* PARIS 8— Le Matin aunove es' li'ovablque*M Letroqu^r, uiinife dtt iri '• } % % %  vaux'pub'ics, a dcid de procte immdiatemetit dans la lgoa Brtst lbb'issemeot d uuc iA.po tante sta'ion d'ati'.is. t.uu de la toce motrice Jes mare.s. —La dlp'ioi au c if s termin virtuelltmentves t'.vaux. U ^>. d9lMUUIIH Devant rimpo-.sibilit d'aboutir 1 a, Spcialiste an maladm v x oanimit et d'interprter les rsuit ts Mdec-n Chiru yien du plbiscite, 1rs experts ont dcid ,,..„• „ remettre au Conseil Suprme un A b plaisir a twxw %  (tt e rapport exposant les d ftirentes soin !,• mhUcq'fil n oui"-' • %  • ' i i tiooe suggres ave: lesa-gumenis U Racdu!>entre (halle l :;<..s m favorables ou dfavotablet souleves! ,. lu cours de ce dernier eiame. et| C^uftajon M V^i laisunt au Cocseil d'apporter une de n tu • O. A qui la cl f? • |l a et* trouv 1 d;m • < h din* la ra'njflq de la Ph^'m^'in Oamjlla, G nd ruy, "n" clef nvi- nn* fio\r. d. are?4 Son crotrMn'* neo' i rclamer au bure m di journal vu t l'on* de* diyfr"s • -s m -, al t s < onin ; oues pr le r >' nnttaeni p-o VOCJU r uni* eri n t trtei • %  torils — M A-leed't A'as %  '. : i I •'u co**eetl, t*. ffi |, t ] l'en PU'M I la so'aticn i ; s qu s oi '• M-M i il coivifnd •'' de fo"m-r un gn .v.*r ii'meut com t nt n\ pirl-mnt une r.i'i'jil cuve certaine Les dten firuis it Z-'O'itA v-t [le te repdVa, o 't iQce M 4i l*i btrrq t"rnen't r i les avions. O i n's pas d %  : no-c' es d: h co'o>ue N v. rr\ Fianailles N'.-IHB nvos rr-; |o f.ire part ripg Q i %  : i'1 a d M n Luee Maignan sv*-<; M' S--vmonr Donqi; — de MUe Uns 1 Willwohl BV(C M 1()c f r F. H ''rrrke. ltHIedfi coraplim?ctf. contre la 'CGHSTiPATIQN prenez lem SUSSSES da DSLOR, Pharmacien, 2i>, J'-- lSaiii-Anoij C'EST I..E MEILLEUR DES rURnVlFS Ait/ "i-nvmc-.e A'.T.r,r_rn Pbni-^^r' • d i O' J-.utun VI A RU •• Kif l~> horn" l'iinrrr-i-v. r ; l\ODON AL nettoie le rein. I*** o v'm ot 'es articulations. 11 estoa: les artres et vite l'obtlt^ "^_PW %  Vaillant jf Houet A genls gnrnur. pour Hati 1720, Rne dq Magasin de l Cacao Peteis EN VENTE CHEZ nv>rt V.c or Maiigons S mon Vieux. Lope Hiv^> L. Freetzi gger VERMOUTH CIKZ \N0 4


PAGE 1

3jlndJ* iriatfrUi A i .17 Port au'Princo,'tiaiti MirJi 16 Aoilt Mil HRkCTeURPROPRIEl AIR K. Oment-MAGLOIRE LKNUMFR*) '/Ocramiiis Quotidien h pouvoir que lies pi rMiDfi qaeiious aimou* ont sur uou> vsl prtsttim toujours plut-yra.* que celui que nous avo :§. sur nous-menu s. LA IO:HKFOUC/ULD H ACTION; Rue A iceini N -, i I Trois Chets d'Etat Hatiens IXepire fond par Dessalmea, la •oblique, œuvre de Plion, la Ko ( tb!i par Christophe, voil itrcis toi mes >ypes de gouverne it appliques chez • OUH danir ce de tept anne-.^epiernbie loin 11 lj(mllefii celle qui convenait le HX la jjuie notion nouvelleptoe la libertV iqiu6t:o;. eunsi pose me parai! or un nii-i ! : nouveau : tout rn limaut sa prdilection pour l'un trou premiers chefs de notrt i, on peut aussi parler du rgime in on! employ et dire quel es! dqui • donn un meilleur lsul lirtei, me rpliquera-t-oo, l'Emma devrait imi eue |ug* d', rs lgue de Dessalines Le Souve iDidoit |:(.s noua porter a ad In od K K|eer P systme aui|l emploi qu'il en furA .m.' M en le systme, au le chose qui l'ai pnque .toutauiie que Jnc % %  j les lot la l'Emplie d liai i aurait appo: aoue esprit au ponvoi suivi p du et on, inomr d'autres if.it e'butiae ILIH. it noe irrtui. L'iimpire, cca mer, et De&sahnes lui-mme pae ui e peieOunmite unique : tyrttohm mut un groupe, innotlendts delamajon de qui avaient la haute direction m %  iMtotendu qu un autre que lui %  un. ne pouvait pas eue rv %  li premire autour. De Bon* ijaipiie qui a t la premire b flooi a toutteii Htti, ne peui HpirA de Uissaliuee e, celui ci M milieu. Hat, uiobj-ctera ton. oonrquo' K œe n'a t-il pas continu apie, le du Rom rouge? bit bonnement parce que l'essai j b'e ait d'en faire avait revote, buect, brutalement qu il ne co^i mt paaei les eepn s ont pris •Mire orien lai i on. ont cherch •Us moyen de placer sur une "Plus terme eu plus unie lu chui •jwine uatiou pour uue maiche P*Wi l'avenu. *Poplt8 sont comme I Ocan : ** as rvolutions les pousse, %  *Vb, lm bouleverse en 'ous %  R c'est le mme 0:an, ce P mmes vagues qui prenuen iiui une Uirection cou'raire w la veille; le vont # seul dernier argument pour me p parait tre celui ci ; Et •jau de Desaaliuea nous avions .Je lpunds: Pttou ne seWlmpeitur. il ne voudrait !*id ue commettrait pas cette £ nous rsumer nous disqps : ^J 8 e t le. tort de Dessslines ei H 8 '* P n P ereur t le tort de jT^u 11 vs sans dire que ro'ia Ih4.;* n nullement parler ici du j, jT de notre Indpenlanco L"Posla Uoyant de Henri 1er; "e, malgr tes imposante .Qi font de lui un homme iKBk D *' re nea P aB nanmsi' s %  %  *P0III,,UH qu'on uous pr K œinant 'tion et l'clipsant fcff 0Mnt la monarchie la UaJ*~ Py" soumise son cou C T^,H n'a pens qu' h i despotique u exercer avec '"nrmainterir i e rgne dars Roulement ift-! 1 1 cu '-oavoi ," %  %  capable d. hl?i"" nMArjpi.ie, ef montrer N)|p ?, tua ^o-iverain noir tait 'il pas devant lui, rcent encoe, l'exe bpl.i d Touasainl-Loi veiturerUl devait. M iwopeler qm es qui hvait perdu ld gouvrei'i.eur d. .Saint Doiningue tait le vertige qu'a porte le veni des hauteurs i ceu> qui viennent des lieux bus. En *t de liant de lu mme, il devait aussi se dlier du peuple, et montrer pat >a uue tlaae connaissance des boa 'Les et dss choses, qui est lu marqui du i^nio politiijuebupposous Henri 1er mort sur leilut tt eu couronne chue & ui uneLe successeur qui n'auri pus la cruaut du IOI mon, le. n guaotf dune discipline de fr acq i lu rude cole de Tonaeual, ui issit efi;aut qui le tiendrait IOIL du peuple uetublant et sans cess< au iiavuil, le aucces^ear, dis je, su rait bien vite chang la ( our ue baoi souci eu celle de Marciiaud. .N"es ce pas tiiste, ditaft un jou Cluiatophe. vuyaul UaLker Discal ns, que nous ayons noue tte u,. eauicui do celle totue V SU sautait ki idlgremeni, ce qu'il tait joyeux, ne sentant pas (M sei tur sa conscience un poids aussi loimtuab.sinent lourd que devrait l e te la cuadeili s Lateinre. Le lgue de Curistopbe est un eau ehsmsi stfreux qui ne paile yuie eu f&v< ur U j et monarque 11 n'a pa possd le secre d 3 gouverneur i. s est lev eu loulai.t -d un pi D u'al et p ssaio, le peuple dont 11 oVtit aesu erle \> n.hr.uiCoi .strui sez ded i a ai.-, tutz des hommes, vous u'dinziienLes paitis s'et fiundreni et lombeui un ruine*, tandis, que les soeietes humaines se succdent et s ac:roiasei't et porteai dm s l'avei.u lontain l'j nom de celui qui les a Uit vivre par les insti totions. Toj-saii-t Lo.vorture avait com mis la ir.me fau'e et C Ml bien et qui s bit sa perte. U tait mont op hnui pour endie BU bias patti net aux noires pencnsjp BUI lagib". lit sur q 101 donc UevsK repoaei N puissance V Le dos tourn la Fian ce. a une main ciasant les anciens* l.oieaet de l'autie caitaut ses fi les, c est dans celie postuio qu'est tomb le premier des uoirs, qui, ba tous nous de le dire, sous ceitaiu rapports en a t le deruier. La teDtative as Cunstophe a donc t italheuieuse bien qu'elle ait laisse des traces iutlisaolee, ein prciotesdela toute puisaaucs d'un nomme extiaodiuaue. bon rigno se prsenta & nous entre d'eux eaireiuite*. L une manquant l'allgresse d*un subit avumea*. ; l'autre uue poignante tragdie. Et entre le aebut et la lin le silence de loppressiou trouble par le.bruit d'uu peuple au travail. C'est comme un long prlude du drame du suicide. Les clata de rira.du banquet a la An duquel un chef d mine sortait roi, oot eu pour cho le coup de pis tolet tir dans la chambre vicie et morne, o le* larmes qu'on doit au pre et poux devaient seules tomber en silence. 6s coup de pis elet n'a pas seule ment tu Christophe, mais aussi la uonarchie eu Hati ou'on ne ncua objecte pas Soulou qa, il s'es' maintenu sur le trne pjp'u fusiHedeet !e massacre. Potion seul av ni t raison; il a t! i e urand gnie politique qui d'un; :eup d'œil d'aiglo a pntre les pro fondema delme hatienne* clair les ombres qui vuilaunt eccore, < uro.ed notre exiatence L'illustre; fondateur de la Rpublique a t,en ralit, le fondateur de la nation nei lioiil^mpr.* m tt i ; r ; 1 C ^i )n di cor\f''" itn n- 1 '' soor b mfrcrtdi 17 Ar. 1!U : . lix !:• tu %  du roaim. Go r "'il d'Etal Louis Ans GnUlsuAit Nom E!n ingres _.. 0 — l'iibunal l'arojoei l'oomon pressa Syndicat ^a \gnts de C'nrg Ordre les Avocats Commerce Notaire K 111: il j tuvoii liPtnl lisymoud S A 1 %  1 rln S j r i*•' %  •' t-nidiM t ,, n l,i f, !l et PO t tu IViice, lo !'i iiillet IV121 Vl temporaireaIVovtoee Muro ; PARIS'Un repiventant du Herald uin A'1.; ie a inferwiew Mr Cosme de le Tur amaia t ni m u.e i\:uie seule a pisaq.i'-' to jo-irs impose sa loi au peuple E. | 101 .' i'.i c 1 que le uupuuiu • ni 1 uvit LSISC tenstiqu^ Ue l'esprit bai : n Alors si l'HiRieu. soumis an rgi me druocratiqui i\ iespec<' p< i.iibr.t^de ses fterer, que feim Bs'eeu euvoys Sauasoa pour les ev cuer. UERNBS — (kralreao in*erneto ouvriers tn aux s/oevre Lucer 1 %  tour discuter oosb.'eejei impo; iMiites questions i;oiitinij.;u:' propuy ii'wi dioncaino cfS8a:iou produc nous niumtio.ii dans cas nouvel'e pays. Le journal co.i>acte un les; arti* de au ceo enairc de lialpendaoce du Prou il se rcjouil de la prsence de la mission t/aniise ILiiat qti lui prouva la rsion militaire .interal.ie, le ChA de l'htat Mtjpr a fu* eu s eatimenis douanes cont.i iiA. r i „„ „ Cent itock matires iniiammat, ss f'*^ ** P aud e licenciement ie dgts cousidrabks l'arme Bu g-e rgolln et de recru uUbU.N M-MobivsS.un Feiners! tmeo1 de vo.ouuires. hile ajoute pailsmeut lrlsudaje prinounieis mi*:1 ue daBS ei '"lirux Bulgares on ilOCTie exe ption Mck'on avenue Blsultre Me u ;•> luspeu eut uis du f. lui uees on ues jjuruaua es 1 q ia 1 importance do Peute du gouvei nemeoi eai compromis-) par lexoep tiou de |lcb%WOWa Kaputition de la trve eu Augieteire est considre possible si ia gouvernement persis tau u>ai)s le refus de libert MckwunJ t'AKli— L'j prsident du couseil et %  li. Benhelot aecrtaue g'ne;ni nu minis.eie des aiiaues 'jtiaugres ont examine dsos la mstinus les (i Hstions a loiure du 10ur du conseil aupime Le rapport des experts gur la beats silesie sera leuus uujjuid hui aux diverse dlgations. Suivant une dpech* de Varsovie au I.OUM unua ueclatauon au joui nalisius le ministre des attaires e.rm, gereei declai qu'il dsirait uuero'u tiou rapide do la question ailesibnut mais pas n i.npoae laquelle, il 1 desne coufonuo uu traite et au p.ebiscite. L ministre'a dmenti le relaCbi meut des relations lui.co polouaist ei a rappel quil avait pose cornant conditions a la eeprisu des relation g iiii.u.opolonaises la recounaissai en pai 1 Allemagne de l'alliance han C J pilouaue sur la oase du 11 ail La pietsj parisienne, sans dissuuu lai la complexit des piobliaes S rnoudie, attend avec grande coi. Hacce las travaux du conseil supr me Elle attache une Itnpor ance pettlonbre a la prsence de M liai vey, amoa&saaeur des Etats I | aoldat, l'ami et le serviteur du [eu Londres pie et le martyr trlete et muei, iui| Le journal cit que la rrsecce qui n'a fait veiser de Uimes qa'.ffttud -g i amricain aux dlibra sa naort"". 'lions du conseil snpiroe est ni j .ri piu bemi fcitt que le tjon lvnement diplomsiique conwidi! et qu'il es' |us'e, q^s-id on a sssu ble.qui marqueta vo'ont du gouvei me la t-lie am'e du gouvarneueiiient de Waakung'.on de renoncei niant Oee hommes je le politique de dsintressement .'.11 ni que le ch II e de 12000 voootaire, jg ncessaire pour la gar le Ces tiuutrer et le maintien de ,'oidre, ne puifeqe pas '.re atteint le 1er Octobre. BKUXtiLLLES Aujourd'hui i'est droul a L he, p'ovmce de Lux fmbour l'inaugurt.ou du mouuaneat lev i la mmoire de 2I) htbitants se U locali' qui tarent I;hemcjt ajsassins en seAl 1914 par les Allemands ou; *e veuger de la rsistance des soldats Psassif, Le K;pr;entani du Koi, les ambassadeurs le France d Italie, ai isi qu'uae aor ms fouit assisiaieat i la cim>aie. A. Canon de Wiart, prsident, du .onsil, tendit hommage aux victimes et exprima l'espoir que celte ce* rmonie rveillerait chez tous, y compris les fnciens ennemis, le seus U la lusuce. L'oubu et l'impunit lit le M.nistie ne doivent pas receuvnr de i?urs cendres la b;ue et le sang injustement accumuls. MADRID 8Des nouvelles o!fie les de Nielilla disent que deux :orb2Ues ont trlectn des reconnai? lances sut divers points, ravitaille les positions et amlior les commu oiceliona Tlphoniques. L'epinicn laerele est que M Alleudes Alazar 001 servera ls pouvoir mais introduis ra dans le Cabinet des membies des lmentsconservateursqui n'y taient pas reprsents. Les troupes Espaoccupart les Faueourgi de £101 .vidill is a sont tonstmraent en tai d'alerte. Le bruit couitque le guxal sylvestre serait encore vivanl. I ARIS 8— Au|ouidkui au Palaia 1e Kambouilet Mgr Ceietti Nonce lu Pape a prsent ses lettres de ance au Prsident de la Epublia^ut


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05451
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, August 16, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05451

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
3jlndJ*
iriatfrUi A i .17
Port au'Princo,'tiaiti
MirJi 16 Aoilt Mil
HRkCTeURPROPRIEl AIR K.
Oment-MAGLOIRE
lknumfr*) '/Ocramiiis
.

Quotidien
h pouvoir que lies pi r-
MiDfi qaeiious aimou*
ont sur uou> vsl prts-
ttim toujours plut-yra.*
que celui que nous avo :.
sur nous-menu s.
la io:hkfouc/uld
H ACTION; Rue A iceini N -, i I
Trois Chets d'Etat Hatiens
IXepire fond par Dessalmea, la
oblique, uvre de Plion, la Ko
( tb!i par Christophe, voil
itrcis toi mes >ypes de gouverne
it appliques chez ouh dani-
rce de tept anne-- .^epiernbie
loin 11 lj-
(mllefii celle qui convenait le
HX la jjuie notion nouvelle-
ptoe la libertV
iqiu6t:o;. eunsi pose me parai!
or un nii-i ! : nouveau : tout rn
limaut sa prdilection pour l'un
trou premiers chefs de notrt
i, on peut aussi parler du rgime
in on! employ et dire quel es!
dqui donn un meilleur lsul
lirtei, me rpliquera-t-oo, l'Em-
ma devrait imi eue |ug* d', rs
lgue de Dessalines Le Souve
iDidoit |:(.s noua porter a ad
In od k K|eer p systme aui-
|l emploi qu'il en fur- A .m.'
M en le systme, au le chose
qui l'ai pnque
.toutauiie que Jnc j les lot la
' l'Emplie d liai i aurait appo:
aoue esprit au ponvoi suivi
p du et on, inomr d'autres
if.it e'butiae Ilih.
it noe irrtui. L'iimpire, cca
mer, et De&sahnes lui-mme
pae ui e peieOunmite unique :
tyrttohm mut un groupe, in-
notlendts delamajon de
* qui avaient la haute direction
m
iMtotendu qu un autre que lui
un. ne pouvait pas eue rv
li premire autour. De Bon*
ijaipiie qui a t la premire
b flooi a toutteii Htti, ne peui
HpirA de Uissaliuee e, celui ci
M milieu.
Hat, uiobj-ctera ton. oonrquo'
Ke n'a t-il pas continu apie,
le du Rom rouge?
bit bonnement parce que l'essai j
b'e ait d'en faire avait revote,
buect, brutalement qu il ne co^i
mt paa- ei les eepn s ont pris
Mire orien lai i on. ont cherch
Us moyen de placer sur une
"Plus terme eu plus unie lu chui '
jwine uatiou pour uue maiche
P*Wi l'avenu.
*Poplt8 sont comme I Ocan :
** as rvolutions les pousse,
*Vb, lm bouleverse en 'ous
R c'est le mme 0:an, ce
P mmes vagues qui prenuen
iiui une Uirection cou'raire
w la veille; le vont#seul
dernier argument pour me
p parait tre celui ci ; Et
jau de Desaaliuea nous avions
.Je lpunds: Pttou ne se-
Wlmpeitur. il ne voudrait
!*id ue commettrait pas cette
nous rsumer nous disqps :
^J8et le. tort de Dessslines ei
H8'* PnPereur t le tort de
jT^u 11 vs sans dire que ro'ia
Ih4.;*n' nullement parler ici du
j, jT de notre Indpenlanco
L"Posla Uoyant de Henri 1er;
"e, malgr tes imposante
.Qi font de lui un homme
iKBk D*'re' nea PaB nanmsi' s
"*P0Iii,,uh qu'on uous pr
Kinant 'tion et l'clipsant
fcff0Mnt la monarchie la
UaJ*~ Py" soumise son cou
CT^,H n'a pens qu' h i
despotique
, u exercer avec
'"nrmainterir ie rgne dars
Roulement
ift-!1*1 cu '-oavoi
," capable d.
hl?i"" nMArjpi.ie, ef montrer
N)|p ?,tua ^o-iverain noir tait
'il pas devant lui, rcent
encoe, l'exe bpl.i d Touasainl-Loi
veiturerUl devait.m iwopeler qm
es qui hvait perdu ld gouvrei'i.eur d.
.Saint Doiningue tait le vertige qu'a
porte le veni des hauteurs i ceu>
qui viennent des lieux bus. En *t
de liant de lu mme, il devait aussi
se dlier du peuple, et montrer pat
>a uue tlaae connaissance des boa
'Les et dss choses, qui est lu marqui
du i^nio politiijue-
bupposous Henri 1er mort sur le-
ilut tt eu couronne chue & ui
une- Le successeur qui n'auri
pus la cruaut du ioi mon, le. n
guaotf dune discipline de fr acq
i lu rude cole de Tonaeual, ui
issit efi;aut qui le tiendrait Ioil
du peuple uetublant et sans cess<
au iiavuil, le aucces^ear, dis je, su
rait bien vite chang la ( our ue baoi
souci eu celle de Marciiaud.
.N"es ce pas tiiste, ditaft un jou
Cluiatophe. vuyaul UaLker Discal -
ns, que nous ayons noue tte u,.
eauicui do celle totue V
SU sautait ki idlgremeni, ce
qu'il tait joyeux, ne sentant pas (M
sei tur sa conscience un poids aussi
loimtuab.sinent lourd que devrait
l e te la cuadeili s Lateinre.
Le lgue de Curistopbe est un eau
ehsmsi stfreux qui ne paile yuie
eu f&v< ur U j et monarque 11 n'a pa
possd le secre d 3 gouverneur i.
s est lev eu loulai.t -d un pi
D u'al et p ssaio, le peuple dont 11
oVtit aesu erle \> n.hr.uiCoi.strui
sez ded i a ai.-, tutz des hommes,
vous u'dinziien- Les paitis s'et
fiundreni et lombeui un ruine*, tan-
dis, que les soeietes humaines se
succdent et s-ac:roiasei't et porteai
dm s l'avei.u lontain l'j nom de
celui qui les a Uit vivre par les insti
totions.
Toj-saii-t Lo.vorture avait com
mis la ir.me fau'e et C Ml bien et
qui s bit sa perte. U tait mont
op hnui pour endie BU bias patti
net aux noires pencnsjp bui lagib".
lit sur q 101 donc UevsK repoaei N
puissance V Le dos tourn la Fian
ce. a une main ciasant les anciens*
l.oieaet de l'autie caitaut ses fi
les, c est dans celie postuio qu'est
tomb le premier des uoirs, qui, ba
tous nous de le dire, sous ceitaiu
rapports en a t le deruier.
La teDtative as Cunstophe a donc
t italheuieuse bien qu'elle ait
laisse des traces iutlisaolee, ein
prciotesdela toute puisaaucs d'un
nomme extiaodiuaue.
bon rigno se prsenta & nous entre
d'eux eaireiuite*. L une manquant
l'allgresse d*un subit avumea*. ;
l'autre uue poignante tragdie. Et
entre le aebut et la lin le silence de
loppressiou trouble par le.bruit
d'uu peuple au travail. C'est comme
un long prlude du drame du sui-
cide.
Les clata de rira.du banquet a la
An duquel un chef d mine sortait
roi, oot eu pour cho le coup de pis
tolet tir dans la chambre vicie et
morne, o le* larmes qu'on doit au
pre et poux devaient seules
tomber en silence.
6s coup de pis elet n'a pas seule
ment tu Christophe, mais aussi la
uonarchie eu Hati
ou'on ne ncua objecte pas Soulou
qa, il s'es' maintenu sur le trne
pjp'u fusiHedeet !e massacre.
Potion seul av ni t raison; il a t!
ie urand gnie politique qui d'un;
:eup d'il d'aiglo a pntre les pro
fondema delme hatienne* clair
les ombres qui vuilaunt eccore,
< uro.ed notre exiatence L'illustre;
fondateur de la Rpublique a t,en
ralit, le fondateur de la nation nei
lioiil^mpr.* m tt i ; r ; 1 C '
^i )n di cor\f''" itn n-1''
soor b mfrcrtdi 17 Ar. 1!U:. .
lix !: tu * du roaim.
Gor"'il d'Etal Louis Ans GnUlsuAit
Nom
E!n
ingres
_.. 0
l'iibunal
l'arojoei
l'oomon
pressa
Syndicat ^a
\gnts de C'nrg
Ordre les Avocats
Commerce
Notaire
K 111: il j tuvoii
liPtnl lisymoud
S A 1 1 rln S jri Le liai la as
\ : '1. Paul
I ei'o Jns r
EUREKA Ca' fernie S V*oen tiaoaports M pajse !/''" "' !':: |,,,#coula,n oasi aonstre coiobuo est justrfis l opl
'-'';; ':|^ '''' cnenu(|ue I embaieadeur
; '-:'' "' ifir mmovw ! s K .1 s Uoii reprsentent une
-, autrui viilegAg, forte psrsoonalil.
a' leenttrto-i i. -M .tin-* dit que la prsence d*
h rserver in claeeoujllr iiarvey est na nouveau motif
:' :' moti i [ista^s.!avec beaucoup d'autres de parler
IIOME ;hambra 'jjroe bi- 'frarg et d avoir le bon droit avec
isoi.
Une dpche de Home annonce
r Kjiioini, prsident du cou
Mr Soierie sont pariis pour
lC, ... ., :|'' a*"! '^" -1'' I n li nnihilWUjqoe Mi
llenrv A " -t.. *>*'* ' t-nidiM t ,, n l,i f, !l et
PO t tu IViice, lo !'i iiillet IV121 Vl temporairea- IVovtoee Muro -; PARIS'Un repiventant du Herald
uin A'1.; ie a inferwiew Mr Cosme de le Tur
amaia t
ni m
u.e i\:uie
seule a pisaq.i'-' to jo-irs impose sa
loi au peuple E. | 101 .' i'.i c 1
que le uupuuiu ni 1 uvit lsisc
tenstiqu^ Ue l'esprit bai : n
Alors si l'HiRieu. soumis an rgi
me druocratiqui i\ iespec<' p<
i.iibr.t^de ses fterer, que feim
Bs'eeu euvoys Sauasoa pour les ev
cuer.
UERNBS (kralreao in*erneto
ouvriers tn aux s/oevre Lucer
1 tour discuter oosb.'eejei impo;
iMiites questions i;oiitinij.;u:' propuy
. ii'wi dioncaino cfS8a:iou produc
nous niumtio.ii dans cas nouvel'e
pays.
Le journal co.i>acte un les; arti*
de au ceo enairc de lialpendaoce
du Prou il se rcjouil de la prsen-
ce de la mission t/aniise ILiiat qti
lui prouva la r<- o iiiaissince del
Fran.e pour l'amiti paituulire que
ui tmoignaient toujonis le Pion
i. s'il ta t mpeieur ou 10.* queed gurrs v indiait ecin'er. (iuzi najet les Pruviei s qtu n'attendirent i
sou pouvoir ne s ru pi le u orsin
e Lui te; qu u u au.u ( 1 nu 1 oui ne
un ,"iUi'r S lecdr. et qu ti us ssnli
ri tas le couttls du peuple drea
ser une banire de ter paitout au.
son chemin ?
L .yia.uno de la plupart de nos
P.sident de ferai pas lougu* eenon
cutu.ua un crime qui lui serait itnpu
tabl?, s il pouvait revenir dsus ss
Obra pu ne au < .mu* re, tout le
mal .jue nous avons a ueploier pfo
v eut du l-. bience oc la venu qu est
lu dmooai.e et qu'il possdait a un
haut degr.
L'epieuve imposer nu peuple
balbsu tait bieu te HpuOUipis.Mal
gr les chiites, les tatouueiuent et
les fautes que nous avons 1 relever;
ce regiiaje a seul duie : celui e,- Des
Bahuts 'eat ei/auuni, celui de Chili
topha s est etfondre
Cependant, ni) diia'l-on; Christo
pbe a ete uu homme doidce et un
administrateur lucomparable, et h
mouarctue d 1 Mord a ralis plur
de progrs que la Republniue de
l'ouest.
A premire vue luvre de Cbrii
tophe semble plus u.'ilaut-i ut sond
que celle d sou graud competueui
dont ls mollesse 'imprimait aucun
lan a l'adminiiiialiou des u(tairs
publiques.
l'etion, ina'gr aoa laisser aller et
ges faiblesses, occups une pisce-
d honneurs, et des plus grandes,
ct des cundacteursde peuples .-Ses
dfauts u taient pss eucote ngiblee.
car ce qui leur a manque devait se
retrouver, pour complu.cr l'homme
et le renefrt, paiiait, dans le lguue
qu il se ait ctioisi et qui teclauu la
collaboration de tous si l'eueigia d
chacun. Tous pour un, un pour
tous.
Lus fois que lpe dn gusin.i
n'avait plus a cheicher de ka pomtt
Irt Frerais dfiniti/'ineut vaincu,
l'.'-tion est devenu le com; 1 goon du
i'o is ij . sen alives par soixame la Ma ne, ni V'eidun, pour prvoir
dlgu, fdration compte u'oupesjh revarch; dss armes rraecaisee.
sdix huit paya avec 3^4o40ol PAKli 8-Suivant une d,;he
llil- ISBUi -#*.
CaSABLANUA -- Incendie dtruit
iJiUj vu s batlm
deSohi, de la ronmi>sion militaire
.interal.ie, le ChA de l'htat Mtjpr a
fu* eu s eatimenis douanes cont.i iiA.ri '
Cent itock matires iniiammat, ss f'*^ ** P aude licenciement ie
dgts cousidrabks l'arme Bu g-e rgolln et de recru
uUbU.N M-MobivsS.un Feiners!,tmeo1 de vo.ouuires. hile ajoute
pailsmeut lrlsudaje prinounieis mi*:1ue daBS 'ei '"lirux Bulgares on
ilOCTie exe ption Mck'on avenue
Blsultre Me u ;> luspeu eut uis
du f. lui uees on ues jjuruaua es1
q ia 1 importance do Peute du gouvei
nemeoi eai compromis-) par lexoep
tiou de |lcb%WOWa Kaputition de
la trve eu Augieteire est considre
possible si ia gouvernement persis
tau u>ai)s le refus de libert MckwunJ
t'AKli L'j prsident du couseil
et li. Benhelot aecrtaue g'ne;ni
nu minis.eie des aiiaues 'jtiaugres
ont examine dsos la mstinus les
(i Hstions a loiure du 10ur du con-
seil aupime
Le rapport des experts gur la beats
silesie sera leuus uujjuid hui aux
diverse dlgations.
Suivant une dpech* de Varsovie
au i.oum unua ueclatauon au joui
nalisius le ministre des attaires e.rm,
gereei declai qu'il dsirait uuero'u
tiou rapide do la question ailesibnut
mais pas n i.npoae laquelle, il 1
desne coufonuo uu traite et au p.e-
biscite.
L ministre'a dmenti le relaCbi
meut des relations lui.co polouaist
ei a rappel quil avait pose cornant
conditions a la eeprisu des relation
g iiii.u.opolonaises la recounaissai
en pai 1 Allemagne de l'alliance han
C j pilouaue sur la oase du 11 ail
La pietsj parisienne, sans dissuuu
lai la complexit des piobliaes S
rnoudie, attend avec grande coi.
Hacce las travaux du conseil supr
me Elle attache une Itnpor ance
pettlonbre a la prsence de M liai
vey, amoa&saaeur des Etats I |
aoldat, l'ami et le serviteur du [eu Londres
pie et le martyr trlete et muei, iui| Le journal cit que la rrsecce
qui n'a fait veiser de Uimes qa'.ffttud -g i amricain aux dlibra
sa naort"". 'lions du conseil snpiroe est ni
j .ri piu bemi fcitt que le tjon lvnement diplomsiique conwidi!
et qu'il es' |us'e, q^s-id on a sssu ble.qui marqueta vo'ont du gouvei
me la t-lie am'e du gouvarne- ueiiient de Waakung'.on de renoncei
niant Oee hommes je le politique de dsintressement
.'.11 ni que le ch II e de 12000 vo-
ootaire, jg ncessaire pour la gar
le Ces tiuutrer et le maintien de
,'oidre, ne puifeqe pas '.re atteint le
1er Octobre.
BKUXtiLLLES Aujourd'hui
i'est droul a L he, p'ovmce de Lux
fmbour l'inaugurt.ou du mouuaneat
lev i la mmoire de 2I) htbitants
se U locali' qui tarent I;hemcjt
ajsassins en seAl 1914 par les Al-
lemands ou; *e veuger de la rsis-
tance des soldats Psassif, Le K;pr-
;entani du Koi, les ambassadeurs
le France d Italie, ai isi qu'uae aor
ms fouit assisiaieat i la cim>aie.
A. Canon de Wiart, prsident, du
.onsil, tendit hommage aux victi-
mes et exprima l'espoir que celte ce*
rmonie rveillerait chez tous, y
compris les fnciens ennemis, le seus
U la lusuce. L'oubu et l'impunit
lit le M.nistie ne doivent pas receu-
vnr de i?urs cendres la b;ue et le
sang injustement accumuls.
MADRID 8- Des nouvelles o!f-
ie les de Nielilla disent que deux
:orb2Ues ont trlectn des reconnai?
lances sut divers points, ravitaille
les positions et amlior les commu
oiceliona Tlphoniques. L'epinicn
laerele est que M Alleudes Alazar
001 servera ls pouvoir mais introduis
ra dans le Cabinet des membies des
lmentsconservateursqui n'y taient
pas reprsents. Les troupes Espa-
occupart les Faueourgi de
101
.vidill
is
a sont tonstmraent en tai
d'alerte. Le bruit couitque le guxal
sylvestre serait encore vivanl.
I ARIS 8 Au|ouidkui au Palaia
1e Kambouilet Mgr Ceietti Nonce
lu Pape a prsent ses lettres de -
ance au Prsident de la Epublia^ut


r ma ri*
du hommage 1 M. Millerand e collOC St VtiV
n prdcesseur M. Poincar m
cent ai Paul
Uae gcoUiti p*tie it* iMg?ai
par le Directeur de c*t et blisscm t|
a eu le suct* q j'en lire ait d n n
che matin a P.riun .D beaux P x
ont tdiitr bj xe"'' '
lHa p;ces de ihti ti ii ._*&* a- :
beaucoup d'en:r.\m.
Y assistaient 1rs I -sp rt ;s 4*a'i
roudissemert, lit memb-f* du Co* s'
Enseignan l'Associauon mir.c de
--------- ,. l'uvre chrtienne et .e* pu- i.e
ce f.ruplesfnconau'att ses filon ^^ ilvs r <
foui I pacification gniale tu in-, __________________
culqaaut les principe* de resprct et.
d-obissancedui aux pouvoirs pub icsj- fito du 4 1 nui
et eu prchant l'union de touslesjLa _* ttli 1J l#OU
citoyens au nom de la pallie et de
la religion. Mgr Crt t i a termin en| La Vile de Port la-Priftr* a b
11 a ren
et a son p'_
qut reparent la reprise des relations
diplomatiques lec le Siiot 4 ge.
leprise qui constitue un e\anemeot
bi* touque d'une i.npoi n. ce excep
tionnel.c U Noncs a dc'ar que le
P*pe a toujours t iwmt d'une bien
\eiilance spciale Ugrd de la
I loiituse nation Franaise et o il a
iccueilli avec un ns vil plaisir la
lipifsf dfs reliions diplomatiques
vrc la France I' s|oute que le Saint
S:ge dsire cooprer au beni
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
* L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine sans le
.- faux estimulant de l'alcohoL .,
'tii'..ii'r^>>'^r>iw>i'B!iaKMifaMM******
4 lu fitatfon
b linaire de Thor
Dim rch* an mili 'e r * Bro
ChristophaC
et de confiance rciproques et de co
laboier avec le Saint S.ge partout
ou les intrts de la France se ren-
montrent avec ceux de l'EgliseC-.thj
I flU(. Le Prsident de la Rpublique
a jju-e que l'airive de Mg On ti
chevtra de rtablir les relation*
enue le Saint S;ge dont la put>
La M->isori ds cuivi s
Reconnus d utUili publique
* .*e dttijtreni vrrs l'htel o l'on pro
'cda la ri*oiver ur du Bu,
^ e-s .
>m nos compiim n:s "
ami in pi trier.
der la punition dea amricain* nui
se sont rendas coupables detrocita
dana l'le et pntir nb nnir una repa
ration financire pour I* tort cana
nove ?** l'tmotndfiweTun d lt souve-
rainet dea ny* <1p lllt" I
Me MonlUld S o^ey a : iu pr Les abonns du jaum
a m
Le Mm* h
de
s inidi soi
a l'oeuvr: 'uniou
daut la guerre,
et de paix. Pn
d t il, les ministrts
detous'ks cultes et tous les fran
vus out rivalis d'abngauon patno
(.que et de fraternit. Dans les tran
ches, cette abngation et ctttt^frt-.pUn*aM et voeui d'i rel, suc ..
ternie ont suiv<-u aux hostilits et,
pour contribuer les ma-ntenir il i a_w n m......
iit permis de compter sur I icluence
de ui qui ne prtende, t eue que dc.sion oppo.laiif
d-s b s eurs d'mts. Le :iJeut de! Suivant une dpche d< Rome
la Rpublique a termine en remer- une rote officielle df La T .rret a
cartle nonct des voeux du pape tt ministre des .iire- ranges, en ^hlim,!i(,
i0 lu adressant Us lien.. ce qui concerne la H,u> b,,e pr JJ^i,,
S0PH1A 8LAgence Bu g.rt pu eue que I Italie sou'ie da u-e fo -
blte une no'e olficieuse p:oiestant n1" tenant compte ds rsultais dr.
demande de la commission plbiscite et d
e
hoxea a mtrio p-r do *if spn au
fi-*emi n s l<* t'iomvln dt P<,h3r
sur ton c.rnpitor irait! au 6'
ron-ri.
A quand la revanche?
LOfficiel de SiTiedi Pfbts an .ir
entte le S.mi 5^ ^;. F-- ,t de'c,arant d utilPn,^ ,,ue i'.cu
nce mora % ^fJJJ^ de la rna-son des U tint.
Vfucu'ies sa confi tnce car elle se Noua app'aujis'ons c temesnre U KU d> Cin f srla rKor
par>tu ci las haut'"'Cttle Cfuvre r?'t Ql**-ftc t'e Mail d- awcto'enr troju" de tou^oi
sacr.fi touiours pour e pius a^l idal de lusttce nuira. irecu-illir les entants do U case ce * '* '**- ^" u idvuratrrr !a kTft
M MiMerand .j-ult qu il ne dou- eMJ1t,.u^e fa poo-Toir Uai ii-t-uc <*'ot. L- s-.. A\A Hofi pis in
tiit pif de l'utile ion-ous que .Mgr, {wn e, jf|U A(Ju.,iIO( physique et ter-BMn-p, la pobhC ans eur ^p
Ctretti apportait au ^fS^J[r*B*;1J*jqaonle.de tourmrdes ?ec?urs ileu-s
; rores auxquel!e3el!e s vertue i pro
,curfir du travail en l*ur se vanl dtn
termdiaire auprs des famille.
Aux mitiat*urs de cel'e oeuvre hit________________________
manitaire nous envoyons not.com *" '" ~^ ~ '-------- -----"^
Fflrs pa^-t funbre
Lwi ftii'iflB M-n Vvo st t/cpr
l'^-ripr Duolpsav. Ch"rlpi Fnmbnm,
Ut'ni-plon ont la douleur de vp^a
f i' nit Ac h r>io' A* Pierre Jo
s3ph Beauvais Mo-ti'y Du
plessy.Siir- e t dimanche 4 hra
][-l d l'aprs midi apr^ une vie
i h d'huni'ii'* Mtini de* Knnr
m n'B d I Ez'fee, il n -ondu son Ama
D 'h , dix j->""-s ap > la mort de
\,\ir une no't uiuvm. r ....-. ,,,... son **nona ' ! de 78 an*.
contre la demande de la commission plbiscite et des Int'l t polilqus, |.flntfir>m-1 interallie de licencier l'arme bul conomiques et motant des alh Ar'en o-ilin d^ ia y noelhie d'nn
aare ditis un dlai de deux mois mands et des prloiais E"e proc'am- grand nombre d amis
tiawloimation en arme de vo- ncessit d fter de rdaee la ko o Dcs
lootaites.U notedd.re que larme |M dtMW et dA[^r'^Q. [,PS eponx Ludov.c kmhr** r^
actuelle ne dpasse pas les cadies r%K7- Une d henv R v>i on lfl Jo|.iIir Ho nordre innr H',
mvus p r le irai de paix RUe ajon dtt quune d Stine d- mitons d- Max g* rie 3 m. ! l ame| 13
teduelademvniedf la commi-si n oaysant er'fnr dvns la R i *'* poM courant 4 lir* d* l^i.-a midi,
t impressionn pn bornent le pu '' par la I m -e v-s ^ v;i , r0
blic et 1a presse bu ga-es qu- a aident de la SocitA. Le ronafil con;n nultatif comprend M VI Robert Hr- .....M3 .,, **. jTI
sultarir comprend M VI *"-..HaMirot sml prM lU ^
rick. ds Chicago; Mis* Anne Martin,', "
du Nevada et lejngs Baa U L-odaey, *"*r* abv*n)rtionsmn\rML
de Danver. i /'orf-au-'Vtn^, ,\o{U
DUC ei ta B""' 1. r *,
ratent que le licenctemeut s-cft ctue- voyes pour combat i-xnl
ratt par tapes >fin que le pays ne lent les ordres contre coeur en
soit oas un moment pitv comp gnant la contagon car lh aoHaire
tement d'arme * W'^ que le cho a d.im*
PARIS 8 Le Matin aunove es' li'ovabl-
que*M Letroqu^r, uiinife dtt iri ' }
vaux'pub'ics, a dcid de procte
immdiatemetit dans la lgoa
Brtst lbb'issemeot d uuc iA.po
tante sta'ion d'ati'.is. t.uu de la toce
motrice Jes mare.s.
La dlp'ioi au c naUanal de tirs A lyone-i ar.iy
au complet dans ce te d -rm e vul<-
Elle comprend notamment le co o
ncl Sntder, des troupes d occuption
de Coblence et le commodor Car
bone comraaod?nt la dvg.tion.
PARIS 7 L Agence. U^vasi cro t
atvoir que la commission cnaiee ________ _______________
de procder un eaarren t'a'able
e la question de la Haute S.lMte a .-* y. q J" r> if s
termin virtuelltmentves t'.vaux. U ^>. d9lMUUIIH
Devant rimpo-.sibilit d'aboutir 1 a, Spcialiste an maladm v x
oanimit et d'interprter les rsuit ts Mdec-n Chiru yien
du plbiscite, 1rs experts ont dcid ,,..
remettre au Conseil Suprme un A b plaisir a twxw (tt e
rapport exposant les d ftirentes soin !, mhUcq'fil n oui"-' '.' i i
tiooe suggres ave: lesa-gumenis U Racdu!>entre (halle l :;<..s m
favorables ou dfavotablet souleves! ,. .
lu cours de ce dernier eiame. et| C^uftajon M V^i
laisunt au Cocseil d'apporter une de n tu O.
A qui la cl f?
|l a et* trouv1 d;m < h din* la
ra'njflq de la Ph^'m^'in Oamjlla,
G nd ruy, "n" clef nvi- nn* fio\r.
d. are?4 Son crotrMn'* neo'
i rclamer au bure m di journal
vu t l'on* de* diyfr"s -s m -, al ts<
onin;oues pr le r">' nnttaeni p-o
vocju r uni* eri n t trtei torils
M A-leed't A'as '. : i I
'u co**eetl, t*. ffi |, t ] l'en pu'm i
la so'aticn i ;s qu s oi ' M-M i
il coivifnd '' de fo"m-r un gn-.v.*r
ii'meut com t nt n\ pirl-mnt une
r.i'i'jil cuve certaine Les dten
firuis it Z-'O'itA v-t [le te repdVa,
o 't iQceM4i l*i btrrq t"rnen't r i les
avions. O i n's pas d : no-c' es d:
h co'o>ue N v. rr\
Fianailles
N'.-ihb nvos rr-; |o f.ire part ripg
Q i : i'1 a d M n Luee Maignan
sv*-<; M' S--vmonr Donqi;
de MUe Uns1 Willwohl BV(C
M1- ()cfr F. H ''rrrke.
ltHIedfi coraplim?ctf.
contre
la
'CGHSTiPATIQN
prenez lem
SUSSSES
da DSLOR, Pharmacien,
2i>, J'-- lSaiii-Anoij
C'EST I..E MEILLEUR
DES rURnVlFS
Ait/ "i-nvmc-.e A'.T.r,r_rn
Pbni-^^r' d i O' J-.utun VIA RU
Kif l~> horn" l'iinrrr-i-v.
r ; l\ODON AL nettoie le rein. I***
o v'm ot 'es articulations. 11 estoa-
: les artres et vite l'obtlt^
' "^_PW -_____
Vaillant jf Houet
A genls gnrnur. pour Hati
1720, Rne dq Magasin de l
Cacao Peteis
EN VENTE CHEZ nv>rt
V.c or Maiigons S mon Vieux. Lope Hiv^>
L. Freetzi gger
VERMOUTH CIKZ \N0
4 qevt gnral V0**
m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM