<%BANNER%>







PAGE 1

< U.S.B. L's membres de IL'nirn S.>crtive Hatienne sont convog/.'*, |*odi, a 5 heures p. m. i l'oiti iee ia 1> Bourar.d, Rue du Ceaiie. Cette roi\o:.tion e*t la je n-' ei dernire et que'que ;o l la hon.b t des mrmbics piVeou on tu. a 1 c d Prire d ft* xact. Le Pr*sideo. Ernes: CLOD1US Varils MARDI Le Masque aux dents blrmehe* "e, 8e et Oi pisodes Entre (j 1 PHARMACIE 'PRINCIPALE H. CAHONNE 49, Rue RCAUMUR 88-90 BOVLSVARO BtBA8*Of0t ve U VBUXItnn v '.:: %  % %  '. :•:. Il >:DB PlDdtfU .... .;ues et toBjenn de i a lra>cknr i NE BEI LE < .. ALIT : %  LA MEILLEURE FORE1GN SERVICES Le xteamca Kl.MAC a laiss >du )orl.le W juillet directement pot'r /'ort on fVtfUM oJI. E I CLK.\ih\\'ls, Agent Gin't l Le plus puissant antiseptique Bans M.rcuri ni Cuirra nlTant la trarall da M. ractufi Chimiste U l'SaaUSM .i.. r 7). Dtruit in< ntitwinent toai les nifri.b** de It i*-. du l.holrm, lt lUlTM, Itimrrb— mBjmmmmrm dey *JMw c ; %  •. %  *•. RAYON HPCIAJj POUR LES COLONIES DKOc.ii:uii:. tllcnHORUTEBIB SPCIALITS Franaises et Etrangres mU DE QUININE l'UIlS 'Jou i / / oduit en flacons, ampoules, comprim) -, cacheta. M LUT10> • IIYI'OI.I RMIQI ES BANDAGES, CEINTURE, BAS A VARICES APPAUBIU HYfilNIQCES pour tous :I-.I. %  APPAREILS ORTHOPDIQUES Seringues hypodermique PHARMACIES DE PCCHF, DE VOYAGE COFFRES PHARMACEUTIQUES pour Usines, Commune^, eto. Projets de Facture d toiift rcnHcifrncments mr demand adrsteie PHARMACIE PRINCIPALE 49, RUE RIt'5tl 33-nO BKLEVM1 SL.ASTOPOL p*ni3 i s UNIQUE AUCUN! SUCCURSALE ni en 'i ir • i:i a l'Etranger, -—--^.aa Indispensable mto jet Ep idmie DOS %  Va |rd< cailler. j „, %  n llir. daau paarjtoua i M UI|,, •* H" MNIOOOL. ."„, SwMilhurl.it "IJ l*tironiquv judiri ii> Jean H* Talarna s contre qui m avait rendu un pljiintp en banqueroute, a t mis en libert (lapai* HHiiit'di, parce q'ie reconnu mineur non tiabilit taire le commerce. Les dernires Nouvelles Walcfi m Grow Fabrique Kola Kingston parmi nous Suivez la foule et profite* aussi O allec-vous. pie de lamille,Et vous, mre des eclints %  ES vous, mes enfants'.' Ki vousljeunes gens.' Kt vous, demoiselles'.' A la Fabr (iu de Kola COCJ A la Fabrique Je Kola COLJ A |j Fabrique de Kela COQ A la Fabrique de Kola COQ A h Fabrique da Ma COQ LE MU IN Dcs LH fnnAaillea *** S'ar.ou Ellirb, li ri Mr Andr El'fch, eet dcda sbrrt'di II le Te* o'au T < lit eu l'ri hiec aori-ra'di lK r i te Me 'rne. N eorro! a CM BUI piienH UT^r I jSKhVTS MllOt '•! IMItl C, %  L jflH / *'4M. S* KIM, fj e.1ki'U Bfe^El /'' '"> Soc.ct de ia Utittf Ira:" P> .Wk AC tS.r.dufJM/a.St-Otm W .Jl ].f ^^^^ mm m £ : m iconir UN FBAMC i i MaMki i > i NOUVEL ALBUM CATALOGUE DE It..'.' t*VO pats jve: bavures aMdfBMj f Fn>i. Pliy:iue, 4<'>u4#iaNt* Sr CoulM MTAr* t Proj ?• &f jirr a< /xoi . /. •„• „ frmdrt -'. -, .•di—n. MUCH O-^l) L. -, II;. i ||. .,|, M e. >ri'rp %  '1 ..'.*• • I IfKrl •• lour a moi r cri,, mI %  '. ,-...' cl / .i. '' %  **" %  l M..|,.,t..i.. TInSlMl, • UW'a.rl eM-,ala Il IL Gurit le rhumatisme* Rirr,.r;.Ti.->nd par V Professeur 1. ANCFREAUX. An r ion Prsident de l'A-admi*' de Mdt* eine, dans ;o %  THAIT£ DE LA 6NTTB S'Cil if. plctlioi u Mm Nous avons publi dernuremert 'es namtl de l'oeuvre qui vent ri Ire err e pour ie p'usgriiod bier-< m e des c's?es 1rs pins in!res c artr-s • %  ncie socit. CtUe ciuvre crJtic dure encoursge, fetouiue, an e dai s la plus !JTO mesure possible i cause de :on but admirable it :o bip. Voici la composition du COTH 1 *; Pi-idene Prsident^ Mme T. Augtte Me Bonamv Vice lsider'e V ce Prsident Mire N, l(g r r Seci taiie Mrre A' g Ko m;in 1 t 01 tic Mai e Cojxii j^on i ooseiilrss Mesdames Ev'. de Lesj inu$e Ed. Lze Dtit.ntiy Djoie Cd. liste ve Onylus G. Sylvie M. ca t.ja Me de Letfio#ie A\crat Ve Piad.l M i e c i n Dr P.Salcmop Conseillers M es si f urs S. Pradrl I Borro Dr P. Salcrror AVillejoict P.Hudicour Aug Bonan y R. Biouarc Goutte Rhumatismes CroVelfc Artirio-Sclras A igreurs LURODONAL est au rhumatismt ce que la quinine •st la fivre, U Vamiantne & l'avarie. Kl il.li r* i Eh bien mes amis, nous suivons donc la (bail II Fabrique de kola COQ. eareo lalil cest la Fabrique de kola de KlogS'oi iransporlee ici. • ( En gros et en dtail chez l.ope Rivera, v'incent Mackloul. CMoataate, Comptoir Fianais; B 8 SaJ* & Co. Miciua Bernard t. Noiaatte, A. En>, Joatia Juate, AGabriel. PajotieF. N. Lalienu, Mme Vve Salnave, NAui?'i-itine et toua le# ida ma^aaiua et cafa aur placelea provinces chez A Saba te Co. Petit-Golf• C iraptoir Fraoal", ijove; Bartoli hres et Joneph Bliaa, Uiragone; Philip Biil^man |d Brire. Jrraie; Mme Vve II UfacM'l, Mme Vve Ferrand ni |tyta> Assad Eliaa & Co. Mme Vve MaileMv. Paul Larone. StJulien llerrar, Petite Kivire; Geo Maililiv. Gooalvea et le fan Aerated Water factary Tis-a-vis Sia'ion em QJJQ Cii EU jua frarais r. '75 Macaroni al[ habe.ique rg A. 0,43 maint o'SQ tUtrai'i purs pour gitepux. aorbets, eic. extra hrta: Amande, fraiies. frabotati, na" 1 citroie, uraoflM, le bataille i ii z r6.ul:Ta-n.|ot 0, maintenant 0 35. A'ouelfes MI Ml Savon Palmo'ive le pain ".•rage 2 in I, la boi'e GIOH noir, la bouteille blanc • .savons William, le pain !.avon Colgate a Extrait de vai ilie, I or ce lii'-r' mricaiiie, l* boutai iti Pommea schea, la livre Putfed IV beat, le boite lireain et Wiieet. ia boile P;te d'Archoi*'. le bocal Poudre d* ligure blanctie et RtCbel, cr 0.10 10 15 15 la 1. 10 10 10 aO itb & 3a te luit %  i T II C I N Z \ N 0 de M ITTEIS 4 ( je


PAGE 1

3uiniiftBM snne Sei 4145 Port au Prince, tftaiti Lundi i-t A^t 1921 BkrUCTEURPHOP RIE! AiM Clment -MAGLWRK LE NUMERO " m i %  Wfm • Noire plbiscite Sur les Chefs d'Etat Hatiens FIN Nouvelles Etrangres JUS llS PAR CABLH Les Cours J'ii hte (d'achever I expo** 4 de [non opinion, en voua priant, Mr le I Directeur, de m'excuser d'avoir t loog Parmi les Chefs d Klat tombs ret ai le mrite en i. v tut au con [ troit parleras' taire du part libraii PARIS 29 — S'erling 46^6 i|2 qualits personnelles de avis, ce mrite doit tre nu aux Nissage. A mon [wtotiocnaireui'nt du pouvoir, je partag: le contrle lgislatif qui soone ma prelrenc, spra Boyer s'exerait effectivement fous Nissa d Canal, au vieux Pierro. L'hisloge, a cerainement servi d6 oupape [mnMadiou dit de lui ce qui suit : aux animations politiques qui for Uo jour, neuf heures du maim, HM.I la trame ordinaire de notre [kprsident Pierrot sortit seul du existence nationale; l'admm'stration [Niait; la po, ulatiou le vit prendre des BU iies publiques et la pra'ique Ugraodrueet s'acheminer vers le 1 de la politique, en s'exertnt d'une portail S Joe M h, on crut une lour fse.-Dn tis ac ive et trs mouvemen ne ea ville H tranchit le portail en lie, ont assoupi pour quelque leraps [dtaaat qu'il allait au Cap Personne les leudancea rvolutionnaires vioOn disait, au surplus. Rente) il 0|o .")0 l) Do'lsr T 3,19 NEW YORK Franc 13,15 Ster irg 3 3675 n'avait t averti de sou rrojet de impart. Ds que le bruit s'en rpau t.tout le personnel du palait>, set ie-camp, ses btes de charge, seancrent a na suilp. et pendant eau heures l'on ne vit que dea otli du Nord galopant de toute pat rt allant le rejoindre. Oue rencon 1 brouillard d'o il continua la Cap. C tait le 19 Mai • Firmin ajoute: Il s'ennuyait vis pii en'iellti qu'il aenan tipUale Pat an aurei4 du 1-1 tors 1845, il transports an titn 1s sigs du gouveroest Celait on cte im politique et kjiaiiiiible.t 11 dit c-ncore que Pier Ht, durant aon sfjoui au Csp, se bssit hab.luellemeiit sur SOU nabi testa CampLouise. ttoetave d'Alaux dit que son lin favori, c'tait d'avancer, sinon M puissance, du moins eu grade, e changer la prsidence au uord, ss l'ousst et du aud, contre ace pe lentes, un disait, au surplus, es qu'on voulait, par la voie de la prs se, c'est plutt par excs qu'on n (•luit sur ce terrain Un peut dire que. sous N'isssge, on li' d • U po'i ique • tde l'adcimiatreion onqu' aucune autre poqce, jamais duut, snateur ou journaha e n'eut l'ocas ton d tre plus souverain, ni plua iudpeodactEt cela, — l'action par leraentaire, la tribune la parole, — lit oublier momentanment le cinssapot. ta renversant phqn saison un minutera ou eu eaipcteeut chaque semaine un cabinet de dormir, on ee cousolait de laisser le Chef de l'Etat eu placeMais tout aussi bien, ct i cela, il faut mettre eu ligne de coup te 1s loogaoiart et le temprament de Nissage q n, plus d'une fois, mso gea SOQ mors et ae re iot de ne pas lai e uu coup d Etat eontre le corps lgislatif Certes, ou le fora de mar cher; d ne lui testait pas moins la hLpie.ue icdsjuice de ae rebeller violernumU ei de renverser d un roi aurait •pat! : Alor il ftut que vous arriviez un arrangenen*: avec eux, cet tat de chose; ne peut pis continuer, le ne veux U's quoi m: lue mes sujets le ente f-on D' son c lo-d Nor'h:''!! dment avoir attribu de semb ab'e;{ puoles. L'amb's.dfur Gedd-?? W<-; shingtou a suo>-im le dner qu'il ;ss proposait do damer fn l'honneur i :de Noithrlilt' a cuise dj langige WASHINGTON — Les Etats U-iia do ll c de-O'cr s'e-t servi envers! reje teront la suggestion d engager lori Outzon. • dea pourparlers par iculiers avec PARIS 29— La temprtu r e a t aucune d*s uaions invites a lt coi plus 'eve depuis root. Lia vtri frenc*. II semble qu le gouverne se mb!ab!e au stroco rendit latmosment est conva.ucu qu'aucun o phre tonttfilt Cl ctusa de nomnce ne pourrait provenir les discus b a-iden's '< s'ous antrieures la confrence qui 'crkout* ci i. •• %  oourraient para.tre discourtoises SPHAw$Hrnbahniky premier l'g-rd des autres nations invites. m ,n,s,re v ,sl eu ,es Eteti Unis cette, —Les exportations des Etats-Unis. ieia ne pour l'Europe diminu'ent de i$oo : BUDAPEST— La mauvaise encre mil lions de dollars et pour l'Amri • -employe sur les billets de banque 1 que du Sud augmentrent de p s'tend snr les bdleli par suite de k' millions pendant l'anne fcscsti U ichi'eur et produit an illreui birnissan-. le 2J)ain. .bouillage Les capitalistes les dpo1 Les fxsoiUtions pour l'Europe i,[ sent dans 1rs rfng^rateu'a le theromb-e, g^ ti 1 u^rengaer 1 tite loyaut dans le nord > Si ou pnsaqoe l'ierrot tait le beau lire aroi Lhriatophe et un assidu de coup de pmd tout l'chafaudagu par ementaira, comme UQI d'auti^a qui 408 millions de dollars contre 486,:mom,tre atteint } a degrs h aunce pi;ddcu;. p >ui i Amrique) MAftRIL) — L-g^ lral liire auxjque \6 officiers. 1 : >ncc u Sid -,>f mrftt -,\r. LONKES-Lloyd tSeof^ lut Comotuaes un sec par le roi disant qu ; l'interview de lord NorthcliHe publia par le Datif Mtil le Daily Kipw et les journaux irlarjaii, est co np recula dlsmid aurait t coupe tement invente. Dapicttt^ interpa r co'ounes g'ecqnei cen' k'iom view le roi autau la a p.emisr tre~ au nord d'Es:kheir. ministre A!lez-vou faire txcuieri Constai'in, suivi d'aae brillante tous les irlandais Lloyd G.oi;e auMcects, ferait dimanche son atre rait rpondu : NJ.I Mqcste . Le hs.kheir. 450 ioldats oit l d:laratioi aotiribless* dans les derniers combats Mehlla et ont trouv un-refuge dans le camn franais de B;siaaa. SMYRME 29— Li retraite sur Pe Par Cable PARIS SB L'ambassadeur de Grande Ureta ,.':!• a remis dans la matine Mr liriand, la rponse du gouvernement anglais la dernire note franaise. (Quoique le ton de la note anglaise soit conciliant il ne semble pas que le gouvernement britannique ait fait des progrs sensibles dans la voie de la thrse fraunse.La note allirme le dsir de trouver une aolution acceptable pour la France, maia elle luaidtaent son opposition 1 envoi de renfotte avan' la runion du Cou seil Suprme du 4 aotCependant la note ne ferme pas la voie la dia cussion que laisse augurer de la pos sibilit d'une solution acceptable pour la France et l'Angleterre. MrBriand arriv tardivement au Conseil de l'Elyse.ne peut pas expo ser la situation diplomatique. Au cours un second conseil, qui eut lieu dans 1 aprs midi aous la prai dence de Mr. Millerand. Monsieur Briaod rendit compte de le conversation qu'il et dana la matin* surtout n'e air, c'est le tau d'tie dgot des jlMguss de la politique hatienne, '•qellei battaiant ce moaien etr plein, et lattraction quexerait •v l'iepri: et le cœar de Pierrot la '••setiva-et rurale qu'il menait .avant epteidence, BUT son habitation • Camp Louise. Avec de tels senti %  *Qt| et n a.i-ce l'instabilit de Is •nation politique qui suivit ls chu 5* Boyei, il eat lies probable que ne reculrent pas devant un dcret signer pour avoir ls paix ou ce qu'is ont cru telle. L'hisioire doit lui savoir gr ue s'tre retenu e d'avoir considr que c'tait tout simplement honnte de ne pas ruiner les institutions de sou pays au protit d'au pouvoir passager, peudaoce du Prou Con PriairP IIM I'IIIIIP et les hros de l'ini'ppndanre Ji 1 A •' LM,rf iK S8ieprou n Maoci tvec nthousisame la France ,a la joie nationale du l'rou et porta un toast en l'h mPar Cible nenr ^" l ,erou ^ e 80fl prsident et de 11. Gornejodont l'amiti se nonPAB15 2tf — Aprs une rception tre ; toujours agissan*. Monsieur dea plus brillantes a Iaqu9l!e le tout Myron Herrich associa les Kss Farts assista et apporta ses vnjax Unis la m%nifestation de syrap1 ^a reste, sur la chose publique %  m l Pour rsumer, disons que j exprime mes sympathies comme suit : 1re catgorie : Christophe Leconte, Daasalines, Salnave, Vitbrun r Guillaume; arrot eut beaucoup tent pour le -3 catgorie : l'tion, Hich, Guer Jp'loppement de travail et de U rier, Hyppolile. T Augu.te; %  prive. de catgorie : Koyer, Boisrond-Ca oal. lierrot; 4e catgorie : les mrites de ls prsidence de Nissage sont parts ger entre le contiie lgislatif et le temprament du Cnef de 1E at, qui fut par lui-mme un admiuiatiateur ordinaire eiuo militaire moyen,mais qui fut et reats an honnte it JUIHH. Ea tenant maintenant compte des premiers de chsque catgorieil me faudrait choisir entre les trois chefs suivante; Christophe, l'tion et Bo ytr. Mais jebjrne ici ma dposition. Jean-Marie $ %  e ut Bme et sou admioistration.aes itious taient des meilleures plua honntes, s'il faut s en Mer aux lignes suivant ea ^cri HT aladiou : Le prsident Pier ^-Wona sudienca une foule de JJtocuaires publics ( c'tait peu JJJ* r Pts son lection); il les !" *M*s l'conomie, se sacrifier !" \leur paye, s'imposer des pri j~*e>i sfia de rparer les grandes 9*1 wi carts de ls rvolution de £J termina en disant : < Je veux t?r tiDii ( i ue CD8( I ae citoyen, 1 S?S* le P eu Ple n'a confi,pour j !l? U o tfe mon administration, | IJi 6 loi t la dore qu'il plaise %  tem 1 lui doDne1, J e puisse dire H ri n *^i" ce que vous m aF*I W voici ce qe i vou > r e >li position de voira ph'bif6u . — .w... K .. — %  •aaSf i,,eDdez que jj dise enfin i" W •doainiatraiioo de Nisss lai (,u, • 8eul de tou n0 cbpfa lu,.' '. Pu puiser sou œsndst mi rt bou: I; 8 8 1" <*• "voir !" cirou, aace ttibaer ce fait Commission de contrle du retrait Bille H retrsiter d'aprs laConven don du 12 Avril 1911) sanctionn** par ls loi du2 Mai 1919 G 877,97:: Effectivement retraitias qu' la date du 2*2 Juillet 1921 8.010 oon Brulement du 20 Juillet 1921 40 000 8,000 000 et ses thcitatio a a Mr Cornejo, A l'occaeio:i du centenaire de I ind pendance du Prou, le ministre dou na un grand dner auquel Mr Corne jo runit tous le pruviens et amis du l'rou. Tout les co'ps diplomati que y tapotait, ainsi sjue de nombreux gnraux, crivains, juriscou suites ainsi que quatre membres du gouvernement franais. MM. Millj rend et Briand y taient reprsents, i Mr Cornejo remercia chaleureuse meut les personnalits d** tour pari cipation la fte de la Wserti du P rouII Attribua 1 indpendance peru vienne aux ides lpublicaines et diiocratiques manant de Pans. C est pourquoi, dit-il, Paris est un end oit sympathique pour la ce eration du grand vnement de l humanit, couronnant les rvolutions amricaines et donnante li prise de la Bastille sa signilicstioa intgrale, celle d avoir ouvert un costinent tout entier les portes de 1 bis oire thie du Prou, il ports un 'mat la Bant du prsident ainsi qu' la paix, la prospri et au bonheur du Prou I.ministre d'Ilaiti lit galement, au nom de l'Amrique de langue it a ng-iise. des vo*ux o our lebonheuret la prosnrit du Proo. Apre4 les flicitai io is les cooversstiona elles danses se prolongrent fort avant dans la nuit. Mort do Monsieur Uugon Lechq,ud Une des personnalits les plus mar quantes de notre ocit vient de disparatre, emportant l'estime et le resptet de tous : HUOON LECHAUD, grandes ancien secrtaire d'Etat de la Justice, ancien Pr ident du Tribaml de Paris, cspi sis du monde moderne Cassation— Dans l'exercice U cr est devenu le temple o les peuples bautes et dlicates (ooetioas. nul librs recoonsissent sa glorieuse n p po ; u plu* de droiture, de conseohdaiitil continua e exalter U capitale dont le grand honneur est de s approprier toutes les ttes de ls libert pour leur imprimer quelque chose de sa beaut et de sa lamineuse immortalit. sir Ledtu miiiisue de 1 hyg oe de 1 reste Arstrcittf %  %  %  %  I reeaiataoos -. de 'a aanl publique, G, 827,972j**l-ia respic.u-'ujrn^nt les sftfft cience, de probit et de comptence. Les funrailles auront lien cet aor9 midi.— L: MAT. s prsente ses coudolances aux parents prouvs et re^ noavelle en la douloureuse dKf> tance le tmoignage de sa sy-r^ son ami et collaborateur Ltchaud. StatiOQ balnaire Nous avons appris que Mr F. faCharles, s'est dcid 1 taire une rouit sur sa proprit Tbor reliant son bain de mer a la graaJe route de Lotjiae. Cette ide est merveilleuse et sera tout profit pour les habitants des eovirons. N'y aurait-il pas moyen que la P. C S. tasse, ce que nous avons souvent demand ici, une halte eu cet endroit pour permettre aux voyageurs d'y deserndte. C'est aussi l'occasion de rappeler notre supplique au sujet des stations intermdiaires eotte Bizaton tl Cirrelour-'ulette. I Nous ctoyuas que ces mesares so*t de toaif utilit surtout pjahot la saison dEt. On travail atile t Nous avons admir, hier D^ che un travail qui se fait en le macadam du grand cher 1IASCO la Croix des-Mil toute la Urftel de la roaj uce couche de graviej du sable; un roules '' vapeur nivelle et un travail durable pense aux diftici par a vaut pour dre dans cette. po.jue des plj Nos comj routes quii >* •%


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05439
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, August 01, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05439

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
3uiniiftBM snne Sei 4145
Port au Prince, tftaiti
Lundi i-t A^t 1921
BkrUCTEUR- PHOP RIE! AiM
Clment -MAGLWRK
LE NUMERO " Quotidien
La naissance n'est rien
o le reste n'est pas.La
vertu est le premier ti-
tre def noblesse.
MOLIERE
KEDACTIONilRae Aniricainei,NoI|t:JS
*> m i
Wfm
-
Noire plbiscite
Sur les Chefs d'Etat Hatiens
FIN
Nouvelles Etrangres JUS llS
PAR CABLH
Les Cours
J'ii hte (d'achever I expo**4 de
[non opinion, en voua priant, Mr le
I Directeur, de m'excuser d'avoir t
loog
Parmi les Chefs d Klat tombs r-
et ai le mrite en i. v tut au con [
troit parleras' taire du part libraii PARIS 29 S'erling 46^6 i|2
qualits personnelles de
avis, ce mrite doit tre
nu aux
Nissage.
A mon
[wtotiocnaireui'nt du pouvoir, je partag: le contrle lgislatif qui
soone ma prelrenc, spra Boyer s'exerait effectivement fous Nissa
d Canal, au vieux Pierro. L'hislo- ge, a cerainement servi d6 oupape
[mnMadiou dit de lui ce qui suit : aux animations politiques qui for
Uo jour, neuf heures du maim, hm.i la trame ordinaire de notre
[kprsident Pierrot sortit seul du existence nationale; l'admm'stration
[Niait; la po, ulatiou le vit prendre des bu iies publiques et la pra'ique
Ugraodrueet s'acheminer vers le 1 de la politique, en s'exertnt d'une
portail S Joe m h, on crut une lour fse.-Dn tis ac ive et trs mouvemen
! ne ea ville H tranchit le portail en lie, ont assoupi pour quelque leraps
[dtaaat qu'il allait au Cap Personne les leudancea rvolutionnaires vio-
On disait, au surplus.
Rente) il 0|o .")0 l)
Do'lsr t 3,19
NEW YORK Franc 13,15
Ster irg 3 3675
n'avait t averti de sou rrojet de
impart. Ds que le bruit s'en rpau
t.tout le personnel du palait>, set
ie-camp, ses btes de charge,
seancrent a na suilp. et pendant
eau heures l'on ne vit que dea otli
du Nord galopant de toute pat
rt allant le rejoindre. Oue rencon
1 brouillard d'o il continua
la Cap. C tait le 19 Mai
Firmin ajoute: Il s'ennuyait
vis pii en'iellti qu'il aenan
tipUale Pat an aurei4 du 1-1
tors 1845, il transports an
titn 1s sigs du gouveroe-
st Celait on cte im politique et
kjiaiiiiible.t 11 dit c-ncore que Pier
Ht, durant aon sfjoui au Csp, se
bssit hab.luellemeiit sur SOU nabi
testa Camp- Louise.
ttoetave d'Alaux dit que son
lin favori, c'tait d'avancer, sinon
M puissance, du moins eu grade, e
changer la prsidence au uord,
ss l'ousst et du aud, contre ace pe
lentes, un disait, au surplus, es
qu'on voulait, par la voie de la prs
se, c'est plutt par excs qu'on n
(luit sur ce terrain Un peut dire
que. sous N'isssge, on li' d U po'i
ique tde l'adcimiatreion on- qu'
aucune autre poqce, jamais duut,
snateur ou journaha e n'eut l'ocas
ton d tre plus souverain, ni plua
iudpeodact- Et cela, l'action par
leraentaire, la tribune la parole,
lit oublier momentanment le cins-
sapot. ta renversant phqn saison
un minutera ou eu eaipcteeut cha-
que semaine un cabinet de dormir,
on ee cousolait de laisser le Chef de
l'Etat eu place-
Mais tout aussi bien, ct i
cela, il faut mettre eu ligne de coup
te 1s loogaoiart et le temprament
de Nissage q n, plus d'une fois, mso
gea soq mors et ae re iot de ne pas
lai e uu coup d Etat eontre le corps
lgislatif Certes, ou le fora de mar
cher; d ne lui testait pas moins la
hLpie.ue icdsjuice de ae rebeller
violernumU ei de renverser d un
roi aurait pat! : Alor il ftut que
vous arriviez un arrangenen*: avec
eux, cet tat de chose; ne peut pis
continuer, le ne veux U's quoi m:
lue mes sujets le ente f-on
D' son c lo-d Nor'h:''!! d-
ment avoir attribu de semb ab'e;{
puoles. L'amb's.dfur Gedd-?? W<-;
shingtou a suo>-im le dner qu'il
;ss proposait do damer fn l'honneur i
:de Noithrlilt' a cuise dj langige
WASHINGTON Les Etats U-iia do ll c- de-O'cr s'e-t servi envers!
reje teront la suggestion d engager lori Outzon.
dea pourparlers par iculiers avec PARIS 29 La temprture a t
aucune d*s uaions invites a lt coi plus 'eve depuis root. Lia vtri
frenc*. II semble qu le gouverne semb!ab!e au stroco rendit latmos-
ment est conva.ucu qu'aucun o phre tonttfilt Cl ctusa de nom-
nce ne pourrait provenir les discus b a-iden's '<
s'ous antrieures la confrence qui 'crkout* ci i.
oourraient para.tre discourtoises SPHAw$Hrnbahniky premier
l'g-rd des autres nations invites.'m,n,s,re'v,sl eu ,es Eteti Unis cette,
Les exportations des Etats-Unis. ieia'ne-
pour l'Europe diminu'ent de i$oo: BUDAPEST La mauvaise encre
mil lions de dollars et pour l'Amri -employe sur les billets de banque1
que du Sud augmentrent de p s'tend snr les bdleli par suite de k'
millions pendant l'anne fcscsti U ichi'eur et produit an illreui bir-
nissan-. le 2J)ain. .bouillage Les capitalistes les dpo-1
Les fxsoiUtions pour l'Europe i,[sent dans 1rs rfng^rateu'a le ther-
omb-e,
g^ ti1 u^rengaer
1
tite loyaut dans le nord > Si ou
pnsaqoe l'ierrot tait le beau lire
aroi Lhriatophe et un assidu de coup de pmd tout l'chafaudagu par
ementaira, comme Uqi d'auti^a qui
408 millions de dollars contre 486,:mom,tre atteint}a degrs h
. aunce pi;ddcu;. p >ui i Amrique) MAftRIL) L-g^ lral liire
auxjque \6 officiers.

1 : >ncc
u Sid -,>f mrftt -,\r.
LONKES-Lloyd tSeof^ lut
Comotuaes un
sec par le roi disant qu ; l'interview
de lord NorthcliHe publia par le
* Datif Mtil le Daily Kipw
et les journaux irlarjaii, est co np recula dlsmid aurait t coupe
tement invente. Dapicttt^ inter- par co'ounes g'ecqnei cen' k'iom
view le roi autau la a p.emisr tre~ au nord d'Es:kheir.
ministre A!lez-vou faire txcuieri Constai'in, suivi d'aae brillante
tous les irlandais Lloyd G.oi;e au- Mcects, ferait dimanche son atre
rait rpondu : Nj.i Mqcste . Le hs.kheir.
. 450 ioldats oit l
d:laratioi aotiri- bless* dans les derniers combats
Mehlla et ont trouv un-refuge dans
le camn franais de B;siaaa.
SMYRME 29 Li retraite sur Pe
Par Cable
PARIS SB
L'ambassadeur de Grande Ureta
,.':! a remis dans la matine Mr
liriand, la rponse du gouvernement
anglais la dernire note franaise.
(Quoique le ton de la note anglaise
soit conciliant il ne semble pas que
le gouvernement britannique ait fait
des progrs sensibles dans la voie
de la thrse fraunse.La note allirme
le dsir de trouver une aolution
acceptable pour la France, maia elle
luaidtaent son opposition 1 envoi
de renfotte avan' la runion du Cou
seil Suprme du 4 aot- Cependant
la note ne ferme pas la voie la dia
cussion que laisse augurer de la pos
sibilit d'une solution acceptable
pour la France et l'Angleterre.
MrBriand arriv tardivement au
Conseil de l'Elyse.ne peut pas expo
ser la situation diplomatique. Au
cours un second conseil, qui eut
lieu dans 1 aprs midi aous la prai
dence de Mr. Millerand. Monsieur
Briaod rendit compte de le con-
versation qu'il et dana la mati-
n et da rsultat dea dlibrations du
conseil des mtniatics uriaiuiique*.
Mr Briand exposa minutieusement
les conditions dans lesquelles il ss
p.opoaait de rpondre su gou/erne
ment anglais. Le conseil spprouva
ses vuss l'unanimit. La France
maintient son point de vas sur le
ncessit de l'envoi des renforts mais
laiss su Conseil .Suprme, le soin
de lier leur dpars, et leur impor
ISQCS.
a cour, on ne trouvera pas traDge
qi'illui ft peut tre rest quelques
NQfsoirs ambitieux de ce rgne,
saice que je veu>* surtout n'e
air, c'est le tau d'tie dgot des
jlMguss de la politique hatienne,
'qellei battaiant ce moaien
etr plein, et lattraction quexerait
v l'iepri: et le car de Pierrot la
'setiva-et rurale qu'il menait .avant
epteidence, but son habitation
Camp Louise. Avec de tels senti
*Qt| et n a.i-ce l'instabilit de Is
nation politique qui suivit ls chu
5* Boyei, il eat lies probable que
ne reculrent pas devant un dcret
signer pour avoir ls paix ou ce
qu'is ont cru telle. L'hisioire doit
lui savoir gr ue s'tre retenu e
d'avoir considr que c'tait tout
simplement honnte de ne pas rui-
ner les institutions de sou pays au
protit d'au pouvoir passager,
peudaoce du Prou
Con PriairP iIm I'Iiiiip et les hros de l'ini'ppndanre Ji1
A ' LM,rf- iK S8ie- prou n Maoci tvec nthousisame
la France ,a la joie nationale du
l'rou et porta un toast en l'h m-
Par Cible nenr ^" l,erou ^e 80fl prsident et
de 11. Gornejodont l'amiti se non-
PAB15 2tf Aprs une rception tre ; toujours agissan*. Monsieur
dea plus brillantes a Iaqu9l!e le tout Myron Herrich associa les Kss
Farts assista et apporta ses vnjax Unis la m%nifestation de syrap-
1 ^a reste, sur la chose publique
m l
Pour rsumer, disons que j exprime
mes sympathies comme suit :
1re catgorie : Christophe Le-
conte, Daasalines, Salnave, Vitbrun
............ r______ Guillaume;
arrot eut beaucoup tent pour le -3 catgorie : l'tion, Hich, Guer
Jp'loppement de travail et de U rier, Hyppolile. T Augu.te;
prive. de catgorie : Koyer, Boisrond-Ca
oal. lierrot;
4e catgorie : les mrites de ls
prsidence de Nissage sont parts
ger entre le contiie lgislatif et le
temprament du Cnef de 1E at, qui
fut par lui-mme un admiuiatiateur
ordinaire eiuo militaire moyen,mais
qui fut et reats an honnte it juihh.
Ea tenant maintenant compte des
premiers de chsque catgorie- il me
faudrait choisir entre les trois chefs
suivante; Christophe, l'tion et Bo
ytr. Mais jebjrne ici ma dposition.
Jean-Marie
$
e
ut
Bme et sou admioistration.aes
itious taient des meilleures
plua honntes, s'il faut s en
Mer aux lignes suivant ea ^cri
HT aladiou : Le prsident Pier
^-Wona sudienca une foule de
JJtocuaires publics ( c'tait peu
JJJ*r Pts son lection); il les
*M*s l'conomie, se sacrifier
\leur paye, s'imposer des pri
j~*e>i sfia de rparer les grandes
9*1 wi carts de ls rvolution de
J termina en disant : < Je veux
t?r tiDii (iue CD8(Iae citoyen,
1 S?S* le PeuPle n'a confi,pour
j *!l?Uo tfe mon administration,
| IJi6 loit la dore qu'il plaise
tem 1 lui doDne1, Je puisse dire
hri n *^i" ce que vous m a-
f*I W' voici ce qe i vou>re
>li
position de voira ph'bif-
6u . -------- .w... K..
aaSf i,,eDdez que jj dise enfin
i" W doainiatraiioo de Nisss
lai (,u, 8eul de tou" n0 cbpfa
lu,.' '. Pu puiser sou sndst
mi rtbou:* I; 8'81" <* "voir
* cirou, aace ttibaer ce fait
Commission de
contrle du retrait
Bille h retrsiter d'aprs laConven
don du 12 Avril 1911) sanctionn** par
ls loi du2 Mai 1919 G 877,97::
Effectivement retraitias
qu' la date du 2*2 Juillet
1921 8.010 oon
Brulement du
20 Juillet 1921 40 000 8,000 000
et ses thcitatio a a Mr Cornejo, A
l'occaeio:i du centenaire de I ind
pendance du Prou, le ministre dou
na un grand dner auquel Mr Corne
jo runit tous le pruviens et amis
du l'rou. Tout les co'ps diplomati
que y tapotait, ainsi sjue de nom-
breux gnraux, crivains, juriscou
suites ainsi que quatre membres du
gouvernement franais. MM. Millj
rend et Briand y taient reprsents,
i Mr Cornejo remercia chaleureuse
meut les personnalits d** tour pari
cipation la fte de la Wserti du P
rou-
II Attribua 1 indpendance peru
vienne aux ides lpublicaines et
diiocratiques manant de Pans.
C est pourquoi, dit-il, Paris est un
end oit sympathique pour la ce -
eration du grand vnement de
l humanit, couronnant les rvolu-
tions amricaines et donnante li
prise de la Bastille sa signilicstioa
intgrale, celle d avoir ouvert un
costinent tout entier les
portes de 1 bis oire
thie du Prou, il ports un 'mat la
Bant du prsident ainsi qu' la paix,
la prospri et au bonheur du
Prou
I.- ministre d'Ilaiti lit galement,
au nom de l'Amrique de langue
itang-iise.des vo*uxoour lebonheuret
la prosnrit du Proo. Apre4 les
flicitai io is les cooversstiona elles
danses se prolongrent fort avant
dans la nuit.
Mort do Monsieur
Uugon Lechq,ud
Une des personnalits les plus mar
quantes de notre ocit vient de
disparatre, emportant l'estime et le
resptet de tous : Huoon Lechaud,
grandes ancien secrtaire d'Etat de la Justi-
ce, ancien Pr ident du Tribaml de
Paris, cspi sis du monde moderne Cassation Dans l'exercice U cr
est devenu le temple o les peuples bautes et dlicates (ooetioas. nul
librs recoonsissent sa glorieuse n.ppo;u plu* de droiture, de cons-
eohdaiit- il continua e exalter U
capitale dont le grand honneur est
de s approprier toutes les ttes de
ls libert pour leur imprimer quel-
que chose de sa beaut et de sa
lamineuse immortalit.
sir Ledtu miiiisue de 1 hyg oe de
1 reste Arstrcittf ' Ireeaiataoos -. de 'a aanl publique,
G, 827,972j**l-ia respic.u-'ujrn^nt les sftfft
cience, de probit et de comptence.
Les funrailles auront lien cet aor9
midi. L: Mat.s prsente ses cou-
dolances aux parents prouvs et re^
noavelle en la douloureuse dKf>
tance le tmoignage de sa sy-r^
son ami et collaborateur
Ltchaud.
StatiOQ balnaire
Nous avons appris que Mr F. fa-
Charles, s'est dcid 1 taire une rou-
it sur sa proprit Tbor reliant
son bain de mer a la graaJe route
de Lotjiae. Cette ide est merveil-
leuse et sera tout profit pour les ha-
bitants des eovirons.
N'y aurait-il pas moyen que la
P. C S. tasse, ce que nous avons
souvent demand ici, une halte eu
cet endroit pour permettre aux voya-
geurs d'y deserndte. C'est aussi l'oc-
casion de rappeler notre supplique
au sujet des stations intermdiaires
eotte Bizaton tl Cirrelour-'ulette.
I Nous ctoyuas que ces mesares
so*t de toaif utilit surtout pjahot
la saison dEt.
On travail atilet
Nous avons admir, hier D^
che un travail qui se fait en
le macadam du grand cher
1IASCO la Croix des-Mil
toute la Urftel de la roaj
, uce couche de graviej
du sable; un roules ''
vapeur nivelle et
un travail durable
pense aux diftici
par a vaut pour
dre dans cette.
po.jue des plj
Nos comj
routes quii
>*
% -
*




<
U.S.B.
L's membres de IL'nirn S.>crtive
Hatienne sont convog/.'*, |*odi, a
5 heures p. m. i l'oiti iee ia 1>
Bourar.d, Rue du Ceaiie.
Cette roi\o:.tion e*t la je n-' ei
dernire et que'que ;o l la hon.b t
des mrmbics piVeou on tu. a 1 c d
Prire d ft* xact.
Le Pr*sideo.
Ernes: CLOD1US
Varils
MARDI
Le Masque aux
dents blrmehe*
"e, 8e et Oi pisodes
Entre (j 1
PHARMACIE
'PRINCIPALE
H. CAHONNE
49, Rue RCAUMUR
88-90 BOVLSVARO BtBA8*Of0t
ve .
U VBUXItnn v '.::- ''. ::. Il >:DB
PlDdtfU .... .;ues
et toBjenn de i a lra>cknr
i NE BEI LE <... ALIT :
LA MEILLEURE
FORE1GN SERVICES
Le xteamca Kl.MAC a laiss >du
)orl.le W juillet directement pot'r
/'ort on fVtfUM o AoiU prochain II laixsera te m, t
iuur imur la Colombie ptd KlngtUm.
. it hiittau s-ra de retour .\ea'
\url. cerf le -Jl 4c t. Oen permis de,a
barqwmtnt seront detn/re1 aux dur
yeurtvour .\.. tork et l Europe vid
vern jork ur demande fait a l'office
ne l Agence. G urule
fort au l'nnce. le 'Ml millet \'>JI.
E I. CLK.\ih\\'ls,
Agent Gin't l
Le plus puissant antiseptique
Bans M.rcuri ni Cuirra
nlTant la trarall da M. ractufi
Chimiste U l'SaaUSM .i..r 7).
Dtruit in< ntitwinent toai les nifri.b** de It
i*-. du l.holrm, lt lUlTM, Itimrrb
mBjmmmmrm dey *JMw c ;.*.
RAYON HPCIAJj
POUR LES COLONIES
DKOc.ii:uii:. tllcnHORUTEBIB
spcialits
Franaises et Etrangres
mU DE QUININE l'UIlS
'Jou i / / oduit en flacons,
ampoules, comprim) -, cacheta.
M LUT10> IIYI'OI.I RMIQI ES
BANDAGES, CEINTURE,
BAS A VARICES
APPAUBIU HYfilNIQCES
pour tous :i-.i.
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues hypodermique
PHARMACIES DE PCCHF, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Commune^, eto.
Projets de Facture
d toiift rcnHcifrncments
mr demand adrsteie
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RIt'5tl
33-nO BKLEVM1 SL.ASTOPOL
p*ni3
i s UNIQUE
AUCUN! SUCCURSALE
ni en 'i ir i:i a l'Etranger,
---^.aa
Indispensable mto jet Epidmie
DOS Va |rd< cailler.j , '
n llir. daau paarjtoua i m ui|,, *
H" MNIOOOL. .", SwMilhurl.it "IJ "
l*tironiquv judiri ii>
Jean H* Talarnas. contre qui m
avait rendu un pljiintp en banque-
route, a t mis en libert (lapai*
HHiiit'di, parce q'ie reconnu mineur
non tiabilit taire le commerce.
Les dernires Nouvelles
Walcfi m Grow
Fabrique Kola Kingston parmi nous
Suivez la foule et profite* aussi
O allec-vous. pie de lamille,-
Et vous, mre des eclints '
ES vous, mes enfants'.'
Ki vousljeunes gens.'
Kt vous, demoiselles'.'
A la Fabr (iu de Kola COCJ
A la Fabrique Je Kola COlj
A |j Fabrique de Kela COQ
A la Fabrique de Kola COQ
a h Fabrique da Ma COQ
LE MU IN
Dcs
LH fnnAaillea *** S'ar.ou Ellirb,
li ri Mr Andr El'fch, eet dcda
sbrrt'di II le Te* o'au t < lit eu
l'ri hiec aori-ra'di lKrite Me
'rne. '
n eorro! a cm bui piienH
UT^r I jSKhVTS MllOt '! IMItl C,
L jflH / - *'4M. S* KIM, fj e.1ki'U
Bfe^El /'' '"> Soc.ct de ia Utittf Ira:"
P> .Wk AC tS.r.dufJM/a.St-Otm W .Jl ].f
^^^^mm"m*: m i- conir UN FBAMC i i MaMki i > i
NOUVEL ALBUM CATALOGUE DE It..'.'
t*VO pats jve: bavures aMdfBMj f
Fn>i. Pliy:iue, 4<'>u4#iaNt* Sr CoulM MTAr*tProj ??
jirr a< /xoi . /. frmdrt -'. -, .- din. Much
O-^l) L. -, II;. i ||. .,|,Me. >ri'rp '1 ..'.* I IfKrl
lour a moi la loi. >r cri,, m- I '. ,-...' cl / .i. ''.
**" l M..|,.,t..i.. TInSlMl, UW'a.rl eM-,ala
Il IL
Gurit le rhumatisme*
Rirr,.r;.Ti.->nd par V
Professeur
1. ANCFREAUX.
Anrion Prsident de
l'A-admi*' de Mdt*
eine, dans ;o
THAIT DE LA 6NTTB
S'Cil if. plctlioi
u Mm
Nous avons publi dernuremert
'es namtl de l'oeuvre qui vent ri
Ire erre pour ie p'usgriiod bier-< m e
des c's?es 1rs pins in!rescartr-s
ncie socit. CtUe ciuvre crJtic
dure encoursge, fetouiue, an e
dai s la plus !jto mesure possible i
cause de :on but admirable it :o
bip.
Voici la composition du CotH1*;
Pi-idene Prsident^
Mme T. Augtte Me Bonamv
Vice lsider'e V ce Prsident
Mire N, l(grr
Seci taiie
Mrre A' g Ko m;in
1 t 01 tic
Mai e Cojxii j^on
i ooseiilrss
Mesdames
Ev'. de Lesj inu$e
Ed. Lze
Dtit.ntiy Djoie
Cd. liste ve
Onylus
G. Sylvie
M. ca t.ja
Me de Letfio#ie
A\crat
Ve Piad.l
M i e c i n
Dr P.Salcmop
Conseillers
M es si f urs
S. Pradrl
I Borro
Dr P. Salcrror
A- Villejoict
P.Hudicour
Aug Bonan y
R. Biouarc
Goutte
Rhumatismes
CroVelfc
Artirio-Sclras
A igreurs
LURODONAL
est au rhumatismt
ce que la quinine
st la fivre, U
Vamiantne &
l'avarie.
Kl il.li 1 luic'.in -i ,,.,.
' iencietint,
l'an., i-l iosU
phirmarif,
l
L'URODONAL neitoioisrein, lave
!c Cola et Ifta at-ticolations. il ftaaooa-
rA'A lea artdrca ci 7io l'obsit.
...^.. i...
lai Html $ II \Qmts gnfravx pour llain
1720. Hue du Magasin dp l'Etat
> r* i
Eh bien mes amis, nous suivons donc la (bail II Fabrique de
kola COQ. eareo lalil cest la Fabrique de kola de KlogS'oi
iransporlee ici.
( En gros et en dtail chez
l.ope Rivera, v'incent Mackloul. C- Moataate, Comptoir Fianais; B 8
SaJ* & Co. Miciua Bernard t. Noiaatte, A. En>, Joatia Juate, A- Gabriel.
Pajotie- F. N. Lalienu, Mme Vve Salnave, N- Aui?'i-itine et toua le#
ida ma^aaiua et cafa aur place-
lea provinces chez A Saba te Co. Petit-Golf C iraptoir Fraoal",
ijove; Bartoli hres et Joneph Bliaa, Uiragone; Philip Biil^man
|d Brire. Jrraie; Mme Vve II UfacM'l, Mme Vve Ferrand ni
|tyta> Assad Eliaa & Co. Mme Vve MaileMv. Paul Larone. St-
Julien llerrar, Petite Kivire; Geo Maililiv. Gooalvea et le
fan Aerated Water factary
Tis-a-vis Sia'ion iamer kDVHCE
[ne en barrique eien bidons
;mann Aggerholm,
M
IUZVK METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Ru s du Peup'e f Dant Des ion hu
Porl auPriiice ki'i) *
Savez-fous que le prix des biscuits a baiss ?
In achat Sriai nous pernl d'offrir U. s Biscuits franais, ixlra fins, au prix
exceptionnellement bjs de or or 0,30 la livre.
Varits
Pavs migi es glac's
Abrico ineu
Marie
Kessert indit
Banquet df Fraoce
Emb meb II u;is
Ualelt-H
gala
Molatge
CoroltbODi Liosa et BU. kwella doux et sur*, Co w ,-how, P.caliili, Choullmren moutarle O./a
Ohve Ueiue en puits bocaux or 039
Olives au |*iB>em qjjq
Cii eu jua frarais r. '75
Macaroni al[ habe.ique rg A. 0,43 maint o'SQ
tUtrai'i purs pour gitepux. aorbets, eic. extra hrta: Amande, fraiies. frabotati, na"1
citroie, uraoflM, le bataille i ii z r6.ul:Ta-n.|ot 0, maintenant 0 35.
A'ouelfes mi
Ml
Savon Palmo'ive le pain
".rage 2 in I, la boi'e
GIoh noir, la bouteille
blanc
.savons William, le pain
!.avon Colgate a
Extrait de vai ilie, I or ce
lii'-r' mricaiiie, l* boutai iti
Pommea schea, la livre
Putfed IV beat, le boite
lireain et Wiieet. ia boile
P;te d'Archoi*'. le bocal
Poudre d* ligure blanctie et RtCbel,
cr 0.10
10
15
15
la
1.
10
10
10
aO
itb
&
3a
te luit

' i .
T II C I N Z \ N 0
de M ITTEIS
4(je

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM