<%BANNER%>







PAGE 1

LG VAT'N Autour d'un procs ".•*•' .->* v.i'.>i"-'.i Saint Mue, le 26 hiilUi 1921 A Monsieur If Directeur du |ou n i • U Nouveiiist: Potl au l\iace Monsieur I : I) tec'.iu-, )'ai lu Mir !e[Numro du 20 [ai! let de votre Jouirial un passage d-| j'article intitul houvtlUi de Sainl Marc, relatif a ce que votre Corresj pondantappelle le scandaleux procj Sjourn Lysius Louis jeune. Voire Correspondant crit entre: autres choses Il est certain que sij le dossier d c ce procs ava t : tu di par trois de nos anciens [uges. les coos'dratiGns qui en soitiraieat n'auraient pas t certes celles fret dment mries et prononces dans . a •"-•'..%  r,i..uM m ) ( } i \ y 1 l or ,4 S'aod- exporate'"; rotimme 're AfSidt Ellti & <~o. et aoe ' ri t ^n • i ro c> nr> notai est chu qae parc: qi'i v hVi" gros risques 1 s e:i p e 1 dre ici pui-sans N* fnt il pti que les petits pi issent loaj>uri d.s qu' r elies des grtnds ? Pour le corresponJan' de votre i vunal. le jug aurait commis une iniquit en refusant de se proioictr mon I) puis du P.iiem nt in idi \>.i-o ivetlei p'u 04 moi ai ni ijriitei sont lances dam le bvS'i: i D'Ot-lf du piiement -\ rrois : luitlet qui ne se ter.t pas, d 'O0. Ct* nouvel!* si elle est fond*, wt 'e n 'ur,> je^er tm don danr, sont au courant des particule its il fiantes et honteuses de celte 1 ttaif touche qui tranait Irai respectueux de h mor-lett'd sa conscienc. ou de celui qui a ac quitt parce que quelqut temps devant ies Tribunaux M Vous av. / rclam de VOJ corres %  -'vijiA a l'occasion mme du poces S(|Ouri){*Loeil jeun' que votre oi moi m inacdites qui circulent. tojs les liaioiftej Le chef 4,4 Oparteiit'it des h'i£ts ont t favorables au pivenu — n'"c*s dit l't^ao "t d^-Un ent)<\notamment CPUX du eipofl.tteri Cux !d qui fo" CQorir ce bruit dont on fein' d e prends les inti ts * P'o rensei^^i qu aeii Monsieur Antoine Daraod lut de| A terdoa; depuis IOJSI plus acharn cmtre moi O DlMANiJIIh esi maurg — w — — — g — j — — --— ^ Journal so t lenscigo avec impartia v*' 1 le p'us d obtenir ;ool:e .U ,ur les faits ci brui s de leutsl* fondimnationj attendue, Monsieur Durand l'employ de Mon sieur Si-journ, qui avait partie p 1 toutes les enqutes, i tjotel la pr quisilions domiciliaire q'.'i i'eflir noi V.j-: parti-' §fC 1. nm/ PI KraasaU TiailK SACHE :.' pirilei avec Hutti Roland. Entre G1 ces venaient dt sance, cnnime nu H |M V localits, |e crains bien que le ts! s eur Durand ayant "ympath nue pbaunaci-n du coin de refusa de dire que 1 LG acdl'ue n'ait consenti avec trop de facilite i vous envoyer des notes qti lui ont t remises par ceux qui, :ont ccids a leprendre dans la'P'*ce de celui ta il appelle le fameux presse Us db s de ie procs quil. l i nge Unique, ne pourrait ripojdre ne pouvaient gagner devant les Tri iec'hfMits d'.tu'os D pus ii*'qaei jours des pecid-its s epteol frquemment tint domin''Cjine du Travail, Annexe des Caves de Bordeaui F. iJillElX, Propritaire. Ailemiu n ir A'liar .•. marli 11 mercredi : beurre 'rais, Uiarcuien^ .J^ ia miiso Imnciiseli Itguues et un .-and ass:rriment U -nr.sion-. f J .rs^^r^^e* (jjj teii>.t d< \"*rn S im SUISSES ds DELORT, Pharmaetea. /7u Snint-Antomt HST ?'Trr.r -v.r,. A: r.PKTi •., / treiiK z Aux Ouvriers de la Rpublique d'Hati. Messieurs. Proclamation fabrique hatienne de Tabac Les amalfur.-, apprendront avec. Natio-jjoie l'arrive d'une grande ma; rvflfrvifP L\ Fraternit Communale 1 na '' ,i,e ( Confdration Dominicaine l i h ine rinarAttPt np-ffrtinr.ti/. tuaient notre anceu Tribunal civil du 'travail >, envo.e ses meilleure, SSSh 19%"lk'&FL et sur lesquels 01 lui fait verser si salutations a tous. I Z Z ,1 / P jT^? ile a tristement ces larmes de regret, et Le Conseil Eicut.f s'empresse de 2 n \ / l \" .fc*'*""** 0 de que tout, dans l'olricine de la Grand' vous informer que dan le but d; J anliUonhailhaai Rue respire la rforme judiciaire le tablir un troit rapprochement tntiel v ue e ( onner s-ili^fad on juge unique et la nouvelle lgisla les deui peuples: Dominicains et au P 1 *"""* P0"t-au princim et tion. Pourquoi alors invoquer le Hatiens, il vient de nommer, i Joule la /i.iubliqac, de* tuefiursi souvenir des anciens juges qui lucette date Moiteur Carlos Euriqoe'ki vont cire pliccs dam les difl xeot lellement probes et honntes ? Castillo son reprsentant en Htiiilrents quartiers d' la ville A dans Histoire d'entourer la cause qu'on auprs de la classe Ojvrire, avec : 'ou/es les Villa de la province d end de quelque sympathie en sp mission d'organiser avec elle une; On trouvera aus sans cram'e culant sur ces malheureuses victimeConfdration d ouvriers hatiens namti* A„ m/T. ,,.,/,.', de la rforme; Habile faon ddire qui sera en '., on constante \^^J^A^ S!^^^^ i l'avance aux juges d'Appel la jusla Confdration Ouvrire Pan-A ' tice de cette cause. miicjiae. j Votre correspondant termine sa Convaincu qu.; les camarades note en prenant la dfense des El d'Haiti ne manqueront p l8 d'accueil • % % %  l^lait • 1lia /-alla _l_ J 9 __ %  > %  t > t • %  %  _) ConserVt portateurs de cette place et des intlu no-te Mprentiot Mr Cirlo E cts de notre march si dcri. Je me Caslil'o avec bi nveillince tt une dispense de qualiliu le zle qu'il fraternelle amiti r.ous les convions Teut bien manifester en faveur d'in l'unioo fralcntlle pour la con trts si respectables. Vos ronbreux qute du droit U di la Justice, lacteu 's le feront euz-rrmes lorsqu'ils sa net que \\ insive avait , PJ KlMlIARDT. t dirige d abord co tre ces p'us Prsident de la M. Co vocation !.•* me,,!In;* ilii Cercl Hatien sont. prV§ de te runir m AutmbUt gi<%4 -nie au loirnl du Cercle le, dimanche %  'il Jutll t ro'irant Kl hr prfa'aei du lU'i in ii I occasion de la rc-ption de de a r nowiOUSD nutttbrt tt attu, /f|de statu r sur d a qucst.o*s Un t et g-ifralLe Secrtaire, LA HESS RACINE ARY £ 3. eue de te P. "P Toute ?***** et Crandt Ma|** Vaillant # Uouel A 'jenls gnraux pour ilai 1720, Rue du Magasin de l'Etat VERMOUTH G I iV Z i\ 0 *-" e MAFF ^ Agent gnral p*>ur flfj



PAGE 1

|tn ni" !44 Port IU Prince, ils ti Samedi 90 Juillet 1VT21 ^ent-MAGLOtRK Quotidien Tout le uioode (en Polo gii Je riait pour la liber!. %  et la jusiice^uiais person DO ne savait ce quj c'tait d'tre libre et juste. \'OLTAlRE _ REDACTION; Rue Aairicsine;No,ft;io8 •s feor enfoui en Hati Nouvelles Etrangres Suite K Fin PAR CABLB fcydiauliqve, co cmi veut bourd ci.rA de M reb h Mr le aigoiliant, son tour, Art au, mdecin du Moi au ('. t .| qui lait .nouvoir les r machines productives, friche8te, coule sans cesse rteeti Hati, une anntVs ht, cepeodanj que le cuir. Hait ml •:rogs s'ir la 10irci tau eaux mtoralea fnrr| tr* | quen 'es eu 17."') et 1751, pour leur caci' dans 'e* ffa tiodt eut: •'••-; lies disparurent la mite dn I d'au'rrs matires pre.blemeot d* terre du lOOcti 1751 (nesRonts> xports pour (ei non pas 1752. comme le dit i m par la main d'u n-u Siboiidi. t< %  uarue en 170 les *, puis ra'ourns pour aux s^ deaecbraot oojveau loi producteurs de la iTil) pour U mme rano i >f l raœjre avec une majora vin>pjarp' d o e bs avaient t ' Ut point n'est besoin,; pour le tiouvei. d'un, UUfkicB ou d'au c Lonj (•avec 'une carte de pi la distance du pu mire d'outili ut d'ius Idi raenLouns et dont i. allait', cette chose deux i qui asppella le travat' chaudes da Mireba MdS u.'.uvVea de MomtUeiy, l*Oi ; Prcise iRacli; et pies de la lig-n lirroo iitsement de Mii) la l'en e Rivite, mai ritoire du pemier et sui de l'Artiboni'e se trou fflfnt d ui.o source, lin lirput ton dcida Lar faire analyser les eaux oppe-Despoites, mdecu iCap. Ce dernier b'y re< [Dcembre 17 il. H la irouvl'une ravin escarpe La ml df plusieurs li sure [butoux eu taient d'uni [Modree tait tin plaisn f! baigner, -: loin de seu i I abandonner, c'est avri le baigneur en sortoii poiltH, qui faiBSirnt d "Me tous les moyeuB d an ba'rvatiou, dclara (vol,IL pour leur mesura d • r c i iftructiou Mr KOIO.CS e Lit par iculirement applaudi et til en tanne mouvants i Histoire d i l'egreasiou ai:-"!: iode 1 lettsa les crimes coma u li i ejms*a uelira itea. conduit JS p i dea otii-Li enivrs d mi'.inhsai Les 'iOiirs PARIS 25 -S %  tjft Roote %  (J Do'.l'r t2 NEW YORK Frai; n,'7 SUrlafeg i,) >j PARIS 9d La Crmonie d la p )ia d 1,1 pn mil i q pj irri de la btbliolh 11 : du t. wvsin %  -t l>re devant u 16 SiSistSDCS DO sble. Pouiquor.' Parce' expulsera .s'taiv d s'oque fut rem tireuse comptant des %  o.uvereios.deg idit qu'il n'y a pag de'place par une m vnlique cav.> ou ministres, da membres dJ corps irlindusuie en Hati, diVpersoui e ne pouvait eu-ier, disait-il, diplomatique etdes delg i : Iran de combust'ble pour 1 tarce que les ijitemens d'ai'^H grta.E'b kit pr nergio • Ht ci ne eoiv.di raombrablee chauves-souris qui Bok,nnelieau cour* da ique'ia le iblepar ie des nombreix'y avbiunt lu domiciecl tennimieiK cal llnsl Mercier, le docteur Racler gisent euiouis en Hati. Je te.s courants d'air qu9 les chan PI Mr. Poinca r prODOceeraei des ai en Hati? Comme il 1 dlies n y pouvaient res'ej ai a Des di-cou s l ij "i ersi que lu cave est a envi Les orateurs rappel reot 1^ desro ) IOO toisas, tiiO piede, du eu r truclioo le U b btiotbeej .e par les oe connue sous i nom de SQorca aliecnsods, iu rein irci ml li s promo Oartsau . L, entre de la cave es' taura notamment les amricama! large da UJU pied-;; l'intrieur naa%  uroebera a trois pointer; i suie 70 piod de hau'Un peul faut pour le creuser enfoncer jusqu' an pan plu-s de 300 pieds, et slois on rencontre une jitire de trois pid ta cubas en dispose coin ne si elle eut el |alis un aaiel, tl appuremnent imite p'i pieds, les cbanves-aoiria 'ji.e la /. me occioenUie est calm-a 6 eignireoi leurs tofcbea t ra 1*1 'e de la iear av bUrre; celle Ci roula pendant quel u ij i du youverueiueut puai ton iu c tuiops. pus oinbj uiuyainment pur'.er les ttou P es au Msioc. La co* n un |ont o eiie bembla avoir io:iel Lopez, ui.ie de camp du ^e i* en.•outr da l'eau, ce qui leur enlo rl Sylvst ie, e-t arriv a Madud et a tuu-.e euviti do paubstr plus lui J BjCOofi a.ee le roi; leurs cecbarcbas. IAUIS— Leoauia'.ra da P r oi La suuicj reparut en 1777 d n'es' accamp-u i des luemuica da la iga jas :e seul point Mtiebdais o lioo du cooabUt et de la colonie l'on poisse trouver des eaux tli^r dposa uue magaifijja^ pelma d,t lea, eJ i donne le nom de Ravin* brouii ai.x couleurs piuvienneF,sitn rsmdsa Nus. 194 et 195 d au t'ait msadauf Muty, cempu^at Mi Rai iue son euu etl minimale. Sur ur o mou ao.-ci.il: Paris. jolline appeiri aune fois Morne du M.GoroejO acUra q ie dans in cn slvaire, les Epsgaola qui vivaient mage ce uros dd u grau la gueriu lOLg de 1 Artibunite rigrent trois re, le Prou vouluit booorer la plai vaae'd'ar" cicis. d'OQ le nom da h collineK le grandi arme do i histoire, I arme lieuettdtinie de la de la l;bu eLe co.niniuda.il Mat'iy |re", publient ^' lera^nt de3 tude> isorla Prou ei P>* libration. I PARIS Mr Milleiaud est arrive" Djoord'bni Diepre. Le co-tge;prr t 'ideniiel st lendu a.la j:ar mari jiime ou !e prsident de la rpubb que s'est i inbsrqo sur un navire, I il assist quelques milles ei mer une pcha tll-ctue par def ctislotiera Mr Millerand au retom est rendu l'HiV.el de Ville, puis ai C J no ou tait servi un tnnque offert par la municipalitA l'issu du bmquet, le l rsident est lep-Mt' l'our Paris o il est arriv M lie i'i I ne foule nombreuse l'attoudai' et l'a cbaleureiisemeut acclam. MrSteegp-t nomm gotiverneui ^-aiial de l AigrieUu phnomne PxtraorJinairelare s'est produit aujourd'hui dsna Is rgion parisienne entie du et tro a heures. [}i\ vent sec et brt lant, un vritable siroco, souilla er ta'upte et aprs survint une baiss 'baromtrique trs rapide. La chos :a plus surpienaute, au point de vu uitorologiquSiia i!ier de V E cole Normale £ (Jue les invits n'oublient pas que c'e^t ce soir 8 heures prcises que U Directrice et les professeurs le l'Hcole Normale d luatitutiices itfrent a Pariaiana une reprsenta ion thtrale l occasion de la tin l'anne ScolaiieIl y sera jou La .Samaritaine'' Jringoire et Cendrillon. La rptition 4 gnrale d'hier soir l'ait prvoir le eucca clatant de la tte. St-Donmgue, page 311 j 1 *au minrale contenait ui il qui en constituait la in ttm une vapeur • %  oing abondtrte, selon la, balais got 1 et leg feuilles do baua de ses eaux Un' les œufs frai?, pou %  erlo gtemps sang aal"•nimaux et spcialement •[,*'.' %  chevaux montraient '"•ction ma ime poar ce ie idaient mme leur tour, '•it. pour arriver en boire. >>fr* i.eco le.potnlant du -Petit Par lien' Hdibo mande que le brui Coort que le kroupnnz a deiainae au Kouvernement bollendaia l'auto nsation de qui ter Wienogen pou. aller rsider daua 1 Ar:nque du Sud. / Le prsident du gyndicat des bla a dclar ce mitin que les premier battat-iis indiquant un rendement su .Kllea eurent La coma^gnie trausatiautiaue eapapiiour de 4 a quiuiaux par bec rs force une gnolo a uns a es vapeurs a la dispo are au rendeineiit eanme pendant U IsuchiisonLes bls donnent envi ion i kilos de plus l'tiectarr que nui iiuleinen'. ils rendront en farni" I reaq ae 5 oio du plus que d'habitude sans aucuie impuret. Il est proba aie que 1 imponaaou ne sera pas uec-'ssHire, le raatsot de la rcolte ie M2o est estim 8 raillions de quintaux La baisse est donc proba Me. l'OULOUSE 28Li ijme session de i.i SLinaine so:iale tient sance depuis deux jours 1 loulouse. O nomb.eux caiholiques fraaus e 1 itiangeil y assistaient, notamment des amricains. Aujourd'hui, au cours d un bauqjet. Mr Chartier, directeur de l'institution catholique de Montral a rappel que > millioneanadieas frauiis coaservieut en mmstemps que la langue de la Mre Patrie, ses meilleures traditions et la toi franaise en prolongeant par del l'ocan la irai semaine sociale qui se tiendra Qubec. LONDRES a8-Mr Lloyi George anioni la chambre des communes que le 1er Septembre serait la date olii: eile de la bu de la guerre. Cette indication prparera la voie pour le lglement des transactions entr^ '.a banque d Angleterre et la propn.. Un pouvait ins tre altr et ri nuuve a une Jait le mtin une veneur tente Rivire, sur la route de Mire adl H Coruejo, q ie le inuiigt.e et au sud du Maruo a iubie. de la guerre et la tr*QCe. en ere % aeiw et uao I odeur li Les Espagnols deignreiit ueue Ri taient profond munt lOUCUs de C |thinueai( auHui connue la' vme Ctiaude soui lu nom de Kaviue gesie .Lbcai des pruvien de Pans. aile navait aucun gotiPuanu. cause da l'cdeur ftide II rappela que pinieure s taient sacrifis lai cause de la ibul et do la justice. La jouirai, Le lampe , a consa cre uu long article a i h.atone du centenaire d'* l'indpendance du P rou Nous sommes baoreei dit il, en ieiminant, Ue clbrer ce cent-.naire Paris avec Mr Larnejo qui Dutcli Line — Le Prins F. lien jMbuorbe ap i un j u'dr.ck est a. endu ici le 1er Ao.V. ve fat penisnt tajairriOu es ptomo f?'oqaait deenauai et nant de Guat'inai*. Kioga-oe et JO !" JZ&J^YSA&2SI 'Bantg; elle pu-geait,au 8 mei ; Prendra fret et peessgers que le Prou fjfo^J^V?*!.! 1 ^ m i8 b'limioait, d ordi pour l'Europe et partirai jonr de baurs.-. Oi est contnoiau|ourdhui u l j dmirche frao v -ise 1 Berl ntiigues pour le retou r au tine de Charles continuent i courir. Cepen iant l'ancien empereur est oblig de nnt ber au gouveroL-ment suisse son ntention de partir trois jouis avant l'exketion du piojet. L: c M ttagam Ziitung anoouce e$ liiniilles otticielles de l'archiduc sjbert d'Autriche et la tille aine de amiral Honby. — Des dpches de B.'lgrade anoncent que suivant le trait* entre taamanie, Tchcoslovaquie et You ^oslavia, la guerre serait dclare a tloogrie si Chties remontait sur le ttne. RUMK-Tutoni, prsident du se >at uslisn,vie*t aux Etats Unis com ne citoyen priv. Si visite n'aurai. ien a faire avec la politique trange e italitnne. WASHINGTON.-Li commission les finances a vot la dcision tavo -ble au projet de confrer au sna eur Mellon des pouvoirs illimits our l'enc.usspment des emprunts itrangera 1 la seule condition que le embouts.ment de la dette devrait tre termin en 5 ans. PARIS 28—L'agence Havas donne les prcisions sur le tlgramme re u dans la matine des ambissadeurs :t adress le 19 Juillet 1921 pir ] a commission d'Oppeln.Les trois haats oramiesaires constatent qu'une nie lace trs srieuse existe sut le t;rri oire de la Haute Silsie. Us estiment que l'tat de surexcitation piovenaot ie l'antmosit des partis se prolongeta aussi longtemps que la situation d'incertitude ne prendra pas b 1. Le< hauts commissaires disent textuellement ; Le gouvernement interalli D'CSt pas en mesure d'y mettre compltement ordre car ce n'est pas seu lement une question d'autorit mais c'est aiuni une question dt force et temps.• — Le charg d'affaires britannique, visitant M Briaod, en prsence de M. Birtbelot, a recommand l'adoption d une propsitiou tendant 4 remettre de; maintenant PAjRemi gne et la Pologne les territoires uon contests. — Au Conseil de l'Elyse, Mr Briand a expos la situation sur les questions poses par le gouverne, ment franais. Le Conseil se runi demain pour examiner les rpœses, britanniques. Lie solution uaoa. tiounelle, recueillant l'agrateot des deux puissances mteivieodfait. F.'je consisterait associer l'Aogleterw i lia ta vue d'obtenir de l'Allemagne 4 prea dre de-mesures pour assurer le 'aux maladies del •l*nne origine v ^"venait p.g dan •^•chroniques fe 8e r,,t contrari tP tsbliaa sur la solutions du problme irlandais et bien que les ngociations de .soient longues, on croit qu'un r-|transport des renforts allis sa Haiile uimde et dclareIglemer.t pourra intervenir, en attenle S lsie. Une dmarche laite par it Conseil Suprme fixerait alo r s, le la date de l'envmdes; b ir un Sanato,tira le mme men. de cure que %  •Ppeisit do ses vœu. a t ;; e 1 ^ 0l M r en dBte our four New xotk. |P steamer "HodgM" venait de N "i est attendu au Cap le 31, M rend-a au Gopaivea, et IQ| porta du W, de Hr l'abb bi-,svd* dant l'armislice suit son cota. -—Lebrun qui avai couru que cai. chanl es Tore auraient demand l'interlenforts^. venticm des ans, .pour faire cesser Cette procdure satisteu ainsi ks naturelles nrroae du arngde! 1 bost,l,i s ei t formellement dlgitimes proccupation de scoril sl"nlani1 pour le mitoUeo dla %  %  '•L* ratfiili des I a rcs se serait de lopieion franaise, en tums aol fanta sud amricaine effeaoa habilement *K des pertes temps que iAilemagne venak l'afhi l'bommes e; ae mater tell lgers. mation twuvelle de solidarit trance britanninop I es grandes revues tondant* et "La R-vue Ucudomaaa.' Vlt^NE—L.s bruit: de nouvelles' briuanique. • 'f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05438
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 30, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05438

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
|tnni" *!44
Port iu Prince, ils ti
Samedi 90 Juillet 1VT21
^ent-MAGLOtRK
Quotidien
Tout le uioode (en Polo
gii Je riait pour la liber!.
et la jusiice^uiais per-
son do ne savait ce quj
c'tait d'tre libre et jus-
te. _
\'OLTAlRE
_
REDACTION; Rue Aairicsine;No,ft;io8
s
feor enfoui en Hati Nouvelles Etrangres
Suite K Fin
PAR CABLB
fcydiauliqve, co cmi veut bourd ci.rA de M reb h Mr
le aigoiliant, son tour, Art au, mdecin du Moi au ('.
t.| qui lait .nouvoir les
r machines productives,
friche8te, coule sans cesse
rteeti Hati, une anntVs
ht, cepeodanj que le cuir.
Hait ml :rogs s'ir la 10irci tau
eaux mtoralea fnrr| tr* | quen
'es eu 17."') et 1751, pour leur
caci' dans 'e* ffa tiodt eut: '-;
lies disparurent la mite dn I
d'au'rrs matires pre.blemeot d* terre du lOOcti 1751
(nesRonts> xports pour (ei non pas 1752. comme le dit i
m par la main d'u n-u Siboiidi. t< uarue en 170 les
*, puis ra'ourns pour aux s^ deaecbraot oojveau
loi producteurs de la iTil) pour U mme rano i >f l ra-
jre avec une majora vin>- pjarp' d o e bs avaient t
' Ut point n'est besoin,;
pour le tiouvei. d'un,
UUfkicB ou d'au c Lonj
(avec 'une carte de pi
la distance du pu
mire d'outili ut d'ius
Idi raenLouns et dont i.
allait', cette chose deux
i qui asppella le travat'
chaudes da Mireba
MdS u.'.uvVea de Mo-
mtUeiy, l*Oi ; Prcise
iRacli; et pies de la lig-n
lirroo iitsement de Mi-
i) la l'en e Rivite, mai
ritoire du pemier et sui
de l'Artiboni'e se trou
fflfnt d ui.o source, lin
lirput ton dcida Lar
faire analyser les eaux
oppe-Despoites, mdecu
iCap. Ce dernier b'y re<
[Dcembre 17il. H la irouv-
l'une ravin escarpe La
ml df plusieurs li sure
[butoux eu taient d'uni
[Modre- e tait tin plaisn
f! baigner, -: loin de seu i
Iabandonner, c'est avri
le baigneur en sortoii
poiltH, qui faiBSirnt d
"Me tous les moyeuB d an
ba'rvatiou, dclara (vol,IL
pour leur mesura d r c i iftructiou
Mr koio.cs e Lit par iculirement
applaudi et til en tanne mouvants
i Histoire d i l'egreasiou ai:-"!: iode 1
lettsa les crimes coma u
li i ejms*a uelira itea. conduitjs p i
dea otii-Li enivrs d mi'.inhsai .
Les 'iOiirs
PARIS 25 -S tjft
Roote ' (J
Do'.l'r t2
NEW YORK Frai; n,'7
SUrlafeg i,) >j
PARIS 9d La Crmonie d la
p )ia d 1,1 pn mil i q pj irri de la
btbliolh 11 : du t. wvsin - -t
l>re devant u 16 SiSistSDCS DO '
sble. Pouiquor.' Parce' expulsera .s'taiv d s'oque fut rem tireuse comptant des o.uvereios.deg
idit qu'il n'y a pag de'place par une m vnlique cav.> ou ministres, da membres dJ corps
irlindusuie en Hati, diVpersoui e ne pouvait eu-ier, disait-il, diplomatique etdes delg i : Iran
de combust'ble pour1 tarce que les ijitemens d'ai'^H grta.E'b kit pr
nergio Ht ci ne eoiv.di raombrablee chauves-souris qui Bok,nnelieau cour* da ique'ia le
iblepar ie des nombreix'y avbiunt lu domiciecl tennimieiK cal llnsl Mercier, le docteur Racler
gisent euiouis en Hati. Je te.s courants d'air qu9 les chan pi Mr. Poincar prODOceeraei des
ai en Hati? Comme il1 dlies n y pouvaient res'ej ai a Des di-cou s
l ij "i ersi que lu cave est a envi Les orateurs rappel reot 1^ des-
ro ) iOO toisas, tiiO piede, du eu r truclioo le U b btiotbeej .e par les
oe connue sous i nom de SQorca aliecnsods, iu rein irci ml li s promo
Oartsau . l, entre de la cave es' taura notamment les amricama!
large da UJU pied-;; l'intrieur naa-
uroebera a trois pointer; i suie 70 piod de hau'- Un peul
faut pour le creuser enfoncer jusqu' an pan plu-s de 300
pieds, et slois on rencontre une
jitire de trois pid ta cubas en
dispose coin ne si elle eut el |a-
lis un aaiel, tl appuremnent imite
p stas-rz lapide qui mne d j i h cres u i bOQueuj de la acieuce.ou
.leaulond de le cave.ee damier de I be**..l et.tn exprimant 1 eap ni
piseutaut plusieurs petites tissures, q ie la p ix ue yermtt e pas la le
dont (pielquefcunea ot'fraut un pas- jtinoi d.' se-noiab!''- bonvrs.
sap.j tii tacite. Plusieurs parsounea PARIS 18- Une dpjba ollij.elie
laver.-rent une fois la cave avec de mi id au que les ecp^ u s mr
Jee toicties. mais apis avoir descen repouas4 une l'Oavelle ai aquo des
lu la pente sur une distance d'envi Itiilaus dans la rgion di Melilla.
roi \'>'i pieds, les cbanves-aoiria 'ji.e la /. me occioenUie est calm-a
6 eignireoi leurs tofcbea
t ra 1*1 'e de la iear av
bUrre; celle Ci roula pendant quel u ij i du youverueiueut puai ton -
iuc tuiops. pus oinbj uiuyainment pur'.er les ttouPes au Msioc. La co*
n un |ont o eiie bembla avoir io:iel Lopez, ui.ie de camp du ^e i*
en.outr da l'eau, ce qui leur enlo rl Sylvst ie, e-t arriv a Madud et
a tuu-.e euviti do paubstr plus lui j BjCOofi a.ee le roi;
leurs cecbarcbas. iauis Leoauia'.ra da Proi
La suuicj reparut en 1777 d n'es' accamp-u i des luemuica da la iga
jas :e seul point Mtiebdais o lioo du cooabUt et de la colonie
l'on poisse trouver des eaux tli^r dposa uue magaifijja^ pelma d,-
tlea, eJ i donne le nom de Ravin* brouii ai.x couleurs piuvienneF,si aud-i la su uce qui traversa la la tombe uu soldai in ;utiuu. li tut
ligue de sparation entre les les py- rej a r.src de irio.upn par la g >tn
rsmdsa Nus. 194 et 195 d au t'ait msadauf Muty, cempu^at Mi Rai
iue son euu etl minimale. Sur ur o mou ao.-ci.il: Paris.
jolline appeiri aune fois Morne du M.GoroejO acUra q ie dans in cn
slvaire, les Epsgaola qui vivaient mage ce uros dd u grau la guer-
iu lOLg de 1 Artibunite rigrent trois re, le Prou vouluit booorer la plai
vaae'd'ar" cicis. d'OQ le nom da h colline- K le grandi arme do i histoire, I arme
lieue- ttdtinie de la de la l;bu e- Le co.niniuda.il Mat'iy
|re", publient ^' lera^nt de3 tude>
isorla Prou ei p>* libration.
I PARIS Mr Milleiaud est arrive"
Djoord'bni Diepre. Le co-tge;prr
't 'ideniiel st lendu a.la j:ar mari
jiime ou !e prsident de la rpubb
que s'est i inbsrqo sur un navire,
I il assist quelques milles ei
mer une pcha tll-ctue par def
ctislotiera Mr Millerand au retom
est rendu l'HiV.el de Ville,puis ai
C j no ou tait servi un tnnque
offert par la municipalit- A l'issu
du bmquet, le l rsident est lep-Mt'
l'our Paris o il est arriv M lie
i'i I ne foule nombreuse l'attoudai'
et l'a cbaleureiisemeut acclam.
MrSteegp-t nomm gotiverneui
^-aiial de l Aigrie-
Uu phnomne PxtraorJinaire-
lare s'est produit aujourd'hui
dsna Is rgion parisienne entie du
et tro a heures. [}i\ vent sec et brt
lant, un vritable siroco, souilla er
ta'upte et aprs survint une baiss
'baromtrique trs rapide. La chos
:a plus surpienaute, au point de vu
uitorologiquSiia i!ier quait '''< dgrs a 1 ombre.
Uue di-jlie de Rome anno ict
que le Pape a ie*;j Mr Jonnart atn
Dtm*adeu' -le la rpublique franaiet
i du Vatican-
La F de VEcole
Normale
(Jue les invits n'oublient pas que
c'e^t ce soir 8 heures prcises
que U Directrice et les professeurs
le l'Hcole Normale d luatitutiices
itfrent a Pariaiana une reprsenta
ion thtrale l occasion de la tin
l'anne Scolaiie-
Il y sera jou La .Samaritaine''
Jringoire et Cendrillon.
La rptition 4gnrale d'hier soir
l'ait prvoir le eucca clatant de la
tte.
St-Donmgue, page 311 j
1 *au minrale contenait ui
il qui en constituait la
in ttm une vapeur
oing abondtrte, selon la, balais
got1
et leg feuilles do baua de ses eaux
Un' les ufs frai?, pou
erlo gtemps sang aal-
"nimaux et spcialement
[,*'.' chevaux montraient
'"ction ma ime poar ce ie
idaient mme leur tour,
'it. pour arriver en boire.
>>fr* i.eco le.potnlant du -Petit Par
lien' Hdibo mande que le brui
Coort que le kroupnnz a deiainae
au Kouvernement bollendaia l'auto
nsation de qui ter Wienogen pou.
aller rsider daua 1 Ar:nque du
Sud. /
Le prsident du gyndicat des bla
a dclar ce mitin que les premier
battat-iis indiquant un rendement su
.Kllea eurent La coma^gnie trausatiautiaue eapa- piiour de 4 a quiuiaux par bec
rs force une gnolo a uns aes vapeurs a la dispo are au rendeineiit eanme pendant U
Isuchiison- Les bls donnent envi
ion i kilos de plus l'tiectarr que
nui iiuleinen'. ils rendront en farni"
I reaq ae 5 oio du plus que d'habitude
sans aucuie impuret. Il est proba
aie que 1 imponaaou ne sera pas
uec-'ssHire, le raatsot de la rcolte
ie M2o est estim 8 raillions de
quintaux La baisse est donc proba
Me.
l'OULOUSE 28- Li ijme ses-
sion de i.i SLinaine so:iale tient s-
ance depuis deux jours 1 loulouse.
O nomb.eux caiholiques fraaus e1
itiangeil y assistaient, notamment
des amricains.
Aujourd'hui, au cours d un bau-
qjet. Mr Chartier, directeur de l'ins-
titution catholique de Montral a
rappel que > million- eanadieas
frauiis coaservieut en mmstemps
que la langue de la Mre Patrie, ses
meilleures traditions et la toi fran-
aise en prolongeant par del l'o-
can la irai semaine sociale qui se
tiendra Qubec.
LONDRES a8-Mr Lloyi George
anioni la chambre des commu-
nes que le 1er Septembre serait la
date olii: eile de la bu de la guerre.
Cette indication prparera la voie
pour le lglement des transactions
entr^ '.a banque d Angleterre et la
propn.. Un
pouvait ins tre altr et ri-' nuuve a une
Jait le mtin une veneur tente Rivire, sur la route de Mire adl H Coruejo, q ie le inuiigt.e
et au sud du Maruo a iubie. de la guerre et la tr*QCe. en ere
? aeiw et uao I odeur li Les Espagnols deignreiit ueue Ri taient profond munt lOUCUs de C
|thinueai( auHui connue la' vme Ctiaude soui lu nom de Kaviue gesie .Lbcai des pruvien de Pans.
* aile navait aucun gotiPuanu. cause da l'cdeur ftide II rappela que pinieure s taient
sacrifis lai cause de la ibul et
do la justice.
La jouirai, Le lampe , a consa
cre uu long article a i h.atone du
centenaire d'* l'indpendance du P
rou Nous sommes baoreei dit il,
en ieiminant, Ue clbrer ce cent-.-
naire Paris avec Mr Larnejo qui
Dutcli Line Le Prins F. lien
jMbuorbe ap i un j u- 'dr.ck est a. endu ici le 1er Ao.V. ve fat penisnt tajairriOu es ptomo
f?'oqaait deenauai et nant de Guat'inai*. Kioga-oe et JO *JZ&J^YSa&2SI
'Bantg; elle pu-geait,au8' mei ; Prendra fret et peessgers que le Prou fjfo^J^V?*!.!1^
mi8 b'limioait, d ordi pour l'Europe et partirai jonr de
baurs.-. Oi est contnoiau|ourdhuiulj dmirche fraov-ise 1 Berl
ntiigues pour le retour au tine de
Charles continuent i courir. Cepen
iant l'ancien empereur est oblig de
nnt ber au gouveroL-ment suisse son
ntention de partir trois jouis avant
l'exketion du piojet.
L: c M ttagam Ziitung anoouce
e$ liiniilles otticielles de l'archiduc
sjbert d'Autriche et la tille aine de
amiral Honby.
Des dpches de B.'lgrade an-
oncent que suivant le trait* entre
taamanie, Tchcoslovaquie et You
^oslavia, la guerre serait dclare
a tloogrie si Chties remontait sur
le ttne.
RUMK-Tutoni, prsident du se
>at uslisn,vie*t aux Etats Unis com
ne citoyen priv. Si visite n'aurai.
ien a faire avec la politique trange
e italitnne.
WASHINGTON.-Li commission
les finances a vot la dcision tavo
-ble au projet de confrer au sna
eur Mellon des pouvoirs illimits
our l'enc.usspment des emprunts
itrangera 1 la seule condition que le
embouts.ment de la dette devrait
tre termin en 5 ans.
PARIS 28L'agence Havas donne
les prcisions sur le tlgramme re
u dans la matine des ambissadeurs
:t adress le 19 Juillet 1921 pir ]a
commission d'Oppeln.Les trois haats
oramiesaires constatent qu'une nie
lace trs srieuse existe sut le t;rri
oire de la Haute Silsie. Us estiment
que l'tat de surexcitation piovenaot
ie l'antmosit des partis se prolonge-
ta aussi longtemps que la situation
d'incertitude ne prendra pas b 1. Le<
hauts commissaires disent textuelle-
ment ; Le gouvernement interalli
D'CSt pas en mesure d'y mettre com-
pltement ordre car ce n'est pas seu
lement une question d'autorit mais
c'est aiuni une question dt force et
temps.
Le charg d'affaires britanni-
que, visitant M Briaod, en prsence
de M. Birtbelot, a recommand l'a-
doption d une propsitiou tendant 4
remettre de; maintenant PAjRemi
gne et la Pologne les territoires
uon contests.
Au Conseil de l'Elyse, Mr
Briand a expos la situation sur les
questions poses par le gouverne,
ment franais. Le Conseil se runi
demain pour examiner les rpses,
britanniques. Lie solution uaoa.
tiounelle, recueillant l'agrateot des
deux puissances mteivieodfait. F.'je
consisterait associer l'Aogleterw i
lia ta
vue d'obtenir de l'Allemagne 4 prea
dre de-- mesures pour assurer le
'aux maladies del
l*nne origine v
^"venait p.g dan
^chroniques
fe8e r,,t contrari
tP tsbliaa
sur la solutions du problme irlan-
dais et bien que les ngociations
de .soient longues, on croit qu'un r-|transport des renforts allis sa Haii-
le uimde et dclareIglemer.t pourra intervenir, en atten- le S lsie. Une dmarche laite par it
Conseil Suprme fixerait alors, le
la date de l'envmdes;
b ir un Sanato,tira le mme
- men. de cure que
Ppeisit do ses vu.
at;;e1^0lMr en dBte
our four New xotk.
|p steamer "HodgM" venait de
N "i est attendu au Cap le 31, M
rend-a au Gopaivea, et IQ| porta du
W, de Hr l'abb bi-,svd*
dant l'armislice suit son cota.
-Lebrun qui avai couru que cai. chanl
es Tore auraient demand l'inter- lenforts^.
venticm des ans, .pour faire cesser Cette procdure satisteu ainsi ks
naturelles nrroae du arngde!1" bost,l,is eit formellement d- lgitimes proccupation de scoril
sl"nlani1 pour le mitoUeo d- la 'L* ratfiili des Iarcs se serait de lopieion franaise, en tums
aol fanta sud amricaine effeaoa habilement *k des pertes temps que iAilemagne venak l'afhi
l'bommes e; ae mater tell lgers. mation twuvelle de solidarit trance
britanninop -
I es grandes revues
tondant* et "La R-vue Ucudomaaa.' Vlt^NEL.s bruit: de nouvelles' briuanique.

'f


LG VAT'N
Autour d'un procs

".*'
.->*,v.i'.>i"-'.i
Saint Mue, le 26 hiilUi 1921
A
Monsieur If Directeur du |ou_n i
U Nouveiiist:
Potl au l\iace
Monsieur I : I) tec'.iu-,
)'ai lu Mir !e[Numro du 20 [ai!
let de votre Jouirial un passage d-|
j'article intitul houvtlUi de Sainl,
Marc, relatif a ce que votre Corresj
pondantappelle le scandaleux procj
Sjourn Lysius Louis jeune.
Voire Correspondant crit entre:
autres choses Il est certain que sij
le dossier dc ce procs ava t : tu
di par trois de nos anciens [uges.
les coos'dratiGns qui en soitiraieat
n'auraient pas t certes celles fret
dment mries et prononces dans
rnique, cti'e monstrucsitt- de noue
i.ou-.elie lgislation.
uumLmoN
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
n
9
i
*a
Enifai I >. a
"-'..- r,i..uM
m
)
(
}

i
\
y
1
l
or
,4
S'aod- exporate'"; rotimme
're AfSidt Ellti & <~o. et aoe
' ri
t ^n
. i ro
c> nr> notai est chu qae parc: qi'i
v hVi" gros risques 1 s e:i p e 1
dre ici pui-sans N* fnt il pti
que les petits pi issent loaj>uri d.s
qu'relies des grtnds ?
Pour le corresponJan' de votre
i vunal. le jug aurait commis une
iniquit en refusant de se proioictr
mon
I) puis
du P.iiem nt
in idi \>.- i-o ivetlei p'u
04 moi ai ni ijriitei sont lances
dam le bvS'i: i D'Ot-lf du piiement
-\ rrois : luitlet qui ne se ter.t
pas, d 'O0.
C- t* nouvel!* si elle est fond*,
wt 'e n 'ur,> je^er tm d C"npltt tar le m "ch q ii d Farisiaba
DIMANCHE
Peine
Lo grnnd Qlrj) d'intrt intrigant
1 Prologuo t S punies.
Hun mille pied*
Entre
Ontro*
(( LessonT
Hatian C
nrzPaw!fy.J
au Lurpau ,]e j
?a 'frile sra ,er^
HATI AN S3L
. Holel de France* t1
nieqe Marine caoteeo
. Profits tobedorwe la
pilai of the tiendar
eu
qui doivent .se louvru bienlt au In
runal d'Appel des Gonaives, mail
qu il me soit peinait de vous d'ie
qu'il n'en sera pas ainsi de ceux qui.
uwur paiier comme votre corres->on
danr, sont au courant des particule
its il fiantes et honteuses de celte
1 ttaif touche qui tranait
Irai respectueux de h mor-lett'd
sa conscienc. ou de celui qui a ac
quitt parce que
quelqut temps devant ies Tribunaux
M Vous av. / rclam de voj corres
-'vijiA a l'occasion mme du po-
ces S(|Ouri){*Loeil jeun'-, que votre
oi moi m inacdites qui circulent.
,........ tojs les liaioiftej Le chef 4,4 Oparteiit'it des h'i-
ts ont t favorables au pivenu n'"c*s dit l't^ao "t d^-Un ent)<\-
notamment cpux du eipofl.tteri Cux !d qui fo" CQorir ce bruit
dont on fein'de prends les inti ts * P'o rensei^^i qu aeii
Monsieur Antoine Daraod lut de| A terdoa; .
depuis IojsI plus acharn cmtre moi O
DlMANiJIIh
esi maurg
w_ g j -- ^
Journal so t lenscigo avec impartia v*'1 le p'us d obtenir ;ool:e
.U ,ur les faits ci brui s de leutsl* fondimnationj attendue,
Monsieur Durand l'employ de Mon
sieur Si-journ, qui avait partie p 1
toutes les enqutes, i tjotel la pr
quisilions domiciliaire-, q'.'i i'eflir
noi
V.j-:
parti-' fC 1. nm/ pi Kraasa-
U TiailK SACHE
:.' pirilei avec Hutti Roland.
Entre
G- 1
ces venaient dt
sance, cnnime nu H |m v
localits, |e crains bien que le ts!s'eur Durand ayant
"ympath nue pbaunaci-n du coin de refusa de dire que 1
LG acdl'ue n'ait consenti avec trop
de facilite i vous envoyer des notes
qti lui ont t remises par ceux qui,
:ont ccids a leprendre dans la'P'*ce de celui ta il appelle le fameux
presse Us db s de ie procs quil.linge Unique, ne pourrait ripojdre
ne pouvaient gagner devant les Tri
iec'hfMits d'.tu'os
D pus ii*'qaei jours des peci-
d-its s epteol frquemment tint
d 12 i|r'atres hier soir m jeune nom
FOREIGN SERi
orkle W juillet eU
l*oriau Prince oilltl.
Aot prochain. H hiutnl
mur vour la ColombU^
te bateau s,ra de nto.
Urkiw le-il AoAt.ttI{
barquement seront dtliiire],
Ueuispour .\ew York d H
Xem York sur demande lai
de i Agence iUnirak
Port au Prince, le 20
tu% a es
limite, Votre concsponJant, la
que comme a rpondu Durand ei
bunaux. comme rpondront tous ceux i qui
Je ne m'imagine point l'avenant cette cause sera soumise, pourvu
Monsieur liomais du coin de la qu'ils soient drs hommes probes et
*'.irand'i:ue que 1 ous avons accueilli libres,
avec le plus grand empressement, il| Veuille* agrer. Moasieur le Direc
y a quelque trois ans i son dbar teur, l'assurance de m*s sentiments
p- serm-nijfne a td renvers par une auto, re-
bri.-s 0ves 1 Uv inanim il a t transport illi-
lot. Li recoja;is ^o dans la machine qui vernit de
causer I,accident.
Il serait boa de rappeler i l'ordre
les chiulleuistro? oublieux des rgle
ments e: de demander un peu d at-
tention aux pitons.
Du
quemem i la Gare de cette ville,
g:e 1 ses manires arables et si
pailaite courtoisie, accoud derrire
ses pots de teinture et de liniraents
et distillant l'infamie qu'il se propose
de |eter par la voie de vote journal,
i la (ace d uu citoyen contre lequel
il r.e peut prtexter aucun griet Le
malheur a voulu que Monsieur Ho-
mais soit commandit et qu'il ne
peut dplaire a certains sans encou-
rir le danger de voir s'erloodrer la
petite droguerie qui lui assure sa!
tranquille existence. {
Oui pense-l on tromper ? Ce n'est!
pas le public de Saint-Marc; il sait
parfaitement que l'auteur de la no'e
du Nouvelliste a une opmioo toat'
autre que celle qu'on lni douue sur
le juge qui a ign le jugemeut qu'il
critique; il sa.t aussi que votre cor-
lespondant ne sait uen ou peu
prs rien des magistrats qui consti
distingus.
I LOUIS |EUNH
Confdration Doaiiui'
caiao Nationaliste
Porto-Plat, le 9 Tu-llet 192 t.
La Fraternit Communale
Nationaliste
Conlddration >omin''Cjine du Travail,
Annexe des
Caves de Bordeaui
F. iJillElX, Propritaire.
Ailemiu n ir A'liar .. marli 11 mercredi :
beurre 'rais, Uiarcuien^ .J^ ia miiso Imnciiseli
Itguues et un .-and ass:rriment U -nr.sion-. f J
.rs^^r^^e* (jjj teii>.t d<
\"*rn
S
im
SUISSES
ds DELORT, Pharmaetea.
/7u Snint-Antomt
hst
?'Trr.r -v.r,.
a: r.PKTi ., ,
/ treiiK
z


Aux
Ouvriers de la Rpublique d'Hati.
Messieurs.
Proclamation
fabrique hatienne
de Tabac
Les amalfur.-, apprendront avec.
Natio-jjoie l'arrive d'une grande ma-
; rvflfrvifP
L\ Fraternit Communale
1 ------- na'',i,e ( Confdration Dominicainelihine rinarAttPt np-ffrtinr.ti/.
tuaient notre anceu Tribunal civil du 'travail >, envo.e ses meilleure, SSSh 19%"lk'&FL
et sur lesquels 01 lui fait verser si salutations a tous. IZZ ,1, / P jT^? ile.a
tristement ces larmes de regret, et Le Conseil Eicut.f s'empresse de 2 n \ / l\" .fc*'*""**0" de
que tout, dans l'olricine de la Grand' vous informer que dan le but d-; J anliUonhailhaai
Rue respire la rforme judiciaire le tablir un troit rapprochement tntie- lv,ue "e (*onner s-ili^fad on
juge unique et la nouvelle lgisla les deui peuples: Dominicains et au P1*"""* P0"t-au princim et
tion. Pourquoi alors invoquer le Hatiens, il vient de nommer, i Joule la /i.iubliqac, de* tuefiursi
souvenir des anciens juges qui lu- cette date Moiteur Carlos Euriqoe'ki vont cire pliccs dam les difl
xeot lellement probes et honntes ? Castillo son reprsentant en Htiiilrents quartiers d' la ville A dans
Histoire d'entourer la cause qu'on auprs de la classe Ojvrire, avec:'ou/es les Villa de la province
d end de quelque sympathie en sp mission d'organiser avec elle une; On trouvera aus sans cram'e
culant sur ces malheureuses victime- Confdration d ouvriers hatiens namti* A m/T. ,,.,/,.',
de la rforme; Habile faon ddire qui sera en '., on constante\^^J^A^ S!^^^^
i l'avance aux juges d'Appel la jus- la Confdration Ouvrire Pan-A '
tice de cette cause. miicjiae. j------------------
Votre correspondant termine sa Convaincu qu.; les camarades !
note en prenant la dfense des El d'Haiti ne manqueront pl8 d'accueil
l^lait 1- lia /-alla _l____ J___9 __ > t > t _)

ConserVt
portateurs de cette place et des int- lu no-te Mprentiot Mr Cirlo E
cts de notre march si dcri. Je me Caslil'o avec bi nveillince tt une
dispense de qualiliu le zle qu'il fraternelle amiti r.ous les convions
Teut bien manifester en faveur d'in l'unioo fralcntlle pour la con
trts si respectables. Vos ronbreux qute du droit U di la Justice,
lacteu 's le feront euz-rrmes lors-
qu'ils sa net que \\ insive avait , PJ KlMlIARDT.
t dirige d abord co tre
ces p'us
Prsident de la M.

Co vocation
!.* me,,!In;* ilii Cercl Hatien sont.
prV de te runir m AutmbUt gi<%4
-nie au loirnl du Cercle le, dimanche
'il Jutll t ro'irant Kl hr prfa'aei
du lU'i in ii I occasion de la rc-ption
de de a r nowiOUSD nutttbrt tt attu,
/f|de statu r sur d a qucst.o*s Un
t et g-ifral-
Le Secrtaire, LA HESS RACINE
ARY
3. eue de te P. "P
Toute ?*****
et Crandt Ma|**
Vaillant # Uouel
A 'jenls gnraux pour ilai
1720, Rue du Magasin de l'Etat
VERMOUTH G I iV Z i\ 0 *-"e maFF^
Agent gnral p*>ur flfj


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM