<%BANNER%>







PAGE 1

LG MVTINI funrailles de 1 m L douleur se repose et d'upe en tape icloigne, et, prte a s'envoler limite au borJ du cour, lve l'aile et s'chappe Le coeur -l'.adigne : Dieu qui trappe Use du &oh lie com pte r. SONNET /f*VfK W t fil DOW l %  '': k . % % %  , %  & %  *>.: %  ': retn /'o/a /r discourt fiononc sur lu tombe ilu cher dfunt par Mr Emit j'ir-rau \A un ami ont rm demand des vers pour une pUre qui blturt i %  ( entant. MtsJjmis, Meilleurs, Tu ccxuuii don-; dc> mots dont l'cxquiie dou• reur I PuiMC eu un tel moment consoler une mire .' Ce n'est pas sans uo ceila'P tmpi iucroi> donc qull esJste, tolie. chimrr, que. pour lpondre *u \au d'amis tepWhm qui rpuii en DOU l'oubli vainqueur :incres et douloureusement frapps, ... i .• i une heure pai i e — _. „_ ,,.,K r>lnc IAA liant i A 'i ions cet vains mot, rnurrnur* t l'oreille giiutioo, un veibr plus loquentL^^ llmwimaa tescharme menteur,, peur uppeler, comme je le vou-j Urais. la belle et prcbl'gttOM figure lt e n ltA \ pJS( troublant une peine si nsade oc Celui qui n st plus et dont la lue m* ver,ses pieds, lui dpoter l'offrande trusqur u.span.iou c.eu • %  >•* U.m. ami. coter m pleur,. N.de dans la Socit Hoit-au-Plin' ,.,,„_ I uin ijii, • iicnat, mais, si le ceeai neoi supj '.Matrice m B RAGHB j Iftr ces deui qualit s. croyiz quicest du p u> proond du mien qu'au r o.n de li leoBJMe, d: celle eprisr d'ail tt de beaut, fervente admira tnce de Celui qui, aux heurts de t.ouble et d'MgdMC, lui tait, vo tateui d idal, un lcoulort et un appui, 1 Mr liugue de Lespmasse, •lacomn'uable artiste, j'adresse l'ul n K ^ ri i pare la ves-s^ i -to — N. 1). L. R. — Les trois sen nets [.u'ilii avan-hur ont t %  x traits uel'Anthologia de Louis M rpeau ils ont t publis sou la signe lure de Maunce de Bche. M'oubliez pas d'ajouter le comprim de GYRALDOSE L'OPINION MEDICALE • L yraW.u'closinlprtnfnmmi iinn litre produit r..i P^waltlSIlllf D' C*!•-, I lamais parole ne fut plus viaie, car toujours par ses exquises posies, empreintes d'une si douce rofclaoco lie, ses dlicieuses mlodies, si pU ns d'harmonie et de tendiesse, Mo i sieur de Lespinas;e, en littrature Maurice de Hrache, vivra parm< cous. Il ne saurait mourirVirtuose du verbe, orateur diter et attiqve, il avait le chai me qui lapuvr, la giace qui retient, liriou btigneur, il avait la suprme le game de cacher sous la plus exquist courtoisie sa piolonde rudition Crmce de l'cspj t, il l'tait aussi dt la Porme, car, en de tels hemmej, l'oime et Esprit ne sont qu'un. Un il dor les relie. Des voix plus autorises que 1 mienne vous diront quel iucomp. lable poux fut Monsieur liugue dt Lespinasse. Comment, par son Met et son cour, durant cinquante an nes de joie et de bonheur, dans ute intime communion dame et de peu se, il tut tout pwur celle qui U pleure aujourd'hui, lalisant ains son beau pome d amour. — 1 i admirable, dvou jusqu'au sacnb ce, u ayam qu'un eu. le. qu'une reli gion le bonhenr des sitns. il fu pour vous, Madame, lami sin cre et attentif i vo>. moindres d sirs et pour loi. mon cher Gto gtt, le compagnon "ti l'e de toutes les, heures, le guide avis, la vooni pris r %  ) sa no-nbreuse clientle qu'elle vient k recevoir les aitickx iw.vants : lv; ifi'iiUi pies la prsentation et la d .cuia.on rjlivrei! ponr IJ Ire. d< d'un mmoire sur ce qoili au.,.:i t d Ntvv Vo k e deB p0lU vu ou fait dans un chantier, Nos compliments ces quatre nou veaux ingnieurs. — Aux Ecoles de BaUmen' tt la* dustuelie touches l'Scole d--s Sn^ric^H Appliquer il dont les pio grammee o:it t agencen do tel le %  Ortfl que l lve quia acli.v ces ', trois annf s de li* IIUPIII pi'8?e d un ble l'Ecole l-duii;el'e et d" cette dernire I Ecole des Scleocet Appliques, Eiveiinde ces lglenuotl quatre elvjs de ffi'olfl lodi strwIleoDt en leur n oyenn* aux derwrs da.i-* a sii vr Us cours de I Ecole d< s i"' > • t* .\| pli qu 99, Ce som lus jeu ce Marcel et ller|Hinin iSylvis'ri, Arnold D.'lv.i et Matlilea Nollicilfcli 'i s d embarquement s* 1 S 'i l'i 1(1 la ut m.o 2 2.50 •> 5 7 :i 2 1,50 H 10 173 Varits ( E SOIR Le Masque aux dent* bl'inches i .">e et lie pisod* 0 Entre 0 MX) r? Te.;gurir ou viter ^ %  'r. T I h T I 3 N )OftJ %  • : .• Mi '• • %  :•-* %  . rdcp radre S • a !.-: -i?. r.. qui lONl • J fait blancl:e( ut sa.('..tcuno dciivaolioe '.ut meta : D£HAUT A PARIS % *>nt trs It iitomont imprims en nt.r \>3eaexm Filtrs! Eau En pierre naturelle tans bougie Il re fa'it pis c niondr.3 les F.l res ri p erre na ti'cllo wee 1rs il T'S ; bbugie I %  s r l'm'^rs sont narjna rnmp KIM^S. nlns lik''lr-s I netnyer tA par Oo^q eni plus aurobUs quo le 'ttlllit'i:. En nw'o i h HEMiY STARK lluclu Quai, en face de la Gare, VniY dp luine forai* FI p'ritur cime • i r pon de loe a Qaari r." P" 'ioie uni roul^uri varies Toile dt pp. grarde largeur Vo |R nni couleur si mi i blanc 1 praode lrgpur Nancock blanc* prnr.d larcpu' Niinpltp couhur. y nde laig*tur ''wnle blanc luperieor kaki blanc raperleui Uni k lilonc Soif lav-.l l i urnc(8 varii s l'rfe dp Ch n" oui tir llatine b'anc peur jup s l e indien Drili blanc m ite do b!c lary-'ur Palm bfci: suprieur r.uarce& vptit'os I'tn b'anc opertf ur Flanelle < oto 2 50. :i it 4 K a' e lle de lair.o upOiieure .'{ pence 1 de leirge 8 Jili pctl de l9rgl 7,8 i monaceljne suprieure 10 Caairsl cooleur suprieur or") Serge b eu >i gli H or r > i oir suprieur or 0 Diagooi ii> i oire tupr'eore or 5.51 tUblll !' %  in, Hi'Oiir ntiiii ces varies G 2.5U < : M i 'o,i es coiilens Pt tout.s iorg 0 40 2 CIBV ira siipiieurta de iboiz 2-50 Ti 880r L', si ie 5 Lli n i es hommes couleur 7.0 t M mi/ea a i Dmœa < oolear Kupf'reures i Gli mite: les couleur de Si m it blanc 4 (h i-s-1 s r our lioinine couleur doi z. ", 8 CbanMCt t u poar horumes mercerises 10 BK> b'i Dca femmes 9 Bas de toie nova 4 feafmrf 15 Bas rie to e sup'iieurs, la paire W ( iiiusB t:B couleur pour eufau's douz 0* Stvcn laStlineoat $ boite 4 s von Gaidon 2 H Savon Ki i>; kwi 2 Savon Colgi a ti roudru a s '" houppes douziine 12 Lo io;i PIVM tojtes q lalitoa. QicOfl J l.o ion Colite flacon 2.M Lotion Armopr 2 Bette les l'oie 2 Bt>tell s m, i ares 250 Cha; eaux i'u P mie hommes 9 Chaieiu.r de paille bommea suprieurs 8 Souliers d^ooavsita qualits v-ries In paire or t:o an i i q ii Twdll. or 4 Btodeiij P ;C3 do G3 4 3 Et d'autres articles de choix* H' :. % %  / p ii steamer KDVNQE Huile Volarine en barrique eien W L. PreeizmaaQ hmk VERMOUTH lu 1 i\ L ,\ U firent gnral pour B#



PAGE 1

Quinxima anne lei 4143 Port au Pncj, iiaiti Vendredi 29 Juillet ltf_>i 0IRiCT£UR.PROPRI£l Alftf ClmMitMAGLOUn' LE NU !*!*<> ^OnRVTl-'ES Quotidien O ne peut rien Fur au trui tant qu'on n'est pas matre de soi. Marit_STAR REDACTION; Rue mricaJneSNo. liftb "Ht %  — m %  —• %  Trsor enfoui en Hati j Nouvelles Etrangres Ch r Directeur, Connue /e m'intresse vivement // fWritou dmttprises agri&rttm r. m j ai essay de prouver,' tant par l hunil que j ai eu d faire que pat ttthve propagande que jai men* fsrmi Us Hatiens, dam le but de Uut mrir Us yeux sur les possibilits d> krtk merveilleuse, permette: moi d7 tiUr (<,rd?e Iti courtoisie de Mr W. .s' MtUheics, Receveur Central adjoint ia Douanes) un article publi dam IJW bulletin ournal 0. h B0MP80N, >t gnral de ia Panama H lilroao Stearaship Line Ikjoe torte que soit l'opioioo lire, cause ciit. cer tomes pern par une rcente dsillusion, res'e pas œoioa vrai que lia o! d'Hati git un trsor I ai orruu richesse que, cornsut, lei mines lgendaires iSalomon ne semblent gure "Mrestes du cambriolage d'une ^•"•Bfant. Noua n entendons er des coffres tant vants de i Espagnols, de* pices do • Huit ou des reluisants Louis qui, s'il faut en croire les l qui circulent le soir, I heure ltiails, sur presque toutes pitalires veiandabs de llle, liai abondamment rpandus %  P aya que les mangues en yWa que, pour une raison mal ^J nul mortel n'a jamais pu are au grand jour, • ou qu'il a dans I ombre quand le sor ^•JOti. Non. les trsors qui nous Tt ici sont de ceux que peut %  Tir tout cherebsur aim des BflQls et outils coovenab'es. Qtoe lui est besoin d'avoir cun P*Qr ou une taiguille megiff^ja.chanter quelque plaiutive Wi ou de se tenir sur la tte, aimer les ressentiments de 'ardien jaloux, depuis long i aefunt to qu'il faut' ce sont la d"ton le jugement, le savoir, libre de toute imenixite in J. avoir un ceitain capital et Maaaqce illimite de travail Avec cela, ou peut trouver ose trsor sou* le sol d'Ha -T*?. ? 80B u forœe de •mus dors cd-gues; de lacculents, que l'on peut jw leg j0 Ori de |' anne( 8I ito l u,eu *nt prendre la pelll_.\J > t er de 8>n occuper J" rcolter, et qu un mareb u.iP wl b,e 4 i ou, u JJJflutaoce, i saame grands %  jy d e les psyer des prix rj*oran six longs mois ctia Hul\ Novembre Mais, w* PP'oviaionne actuelle^melons cultivs eu serre E^talsdea et ajtres lgu j..?"* de la Calilornie, de ^de Cuba. La poswoi "Joe de ces centres produc Jjuucuoe faon, plus aveuta (5J* i }e de .ils d Hati t il [feu? prob,We M lcouo ^u J* nsf0rt maritime per ^aW. Il8er ur 'e fret ftrro >e_tr__ e Ca de deux Pre' for. V Dd,c l u 8. laisserait une litftir., ,i* Dce en f *veur de r llait, Q pour fournir uu appoint appr irtblp *QX revenus loonni^rn ries Etats(jois Comme temple de e qui a !i savoir que c'ei' M S eeg. aie-en minis;re d* hi r'eur, q u e-a nomm goavtracUl gnral d: l'Aig^ne. L'Acadmia des biaai arts % dcern le R<-A^4 prix de Kotnt dsculp ue i M. V / eu, iasj i n Cou • Haivey, lai et de Culi, et II premier seconi ^&iŒ£2£SS& administration a du secrtme d Etat Hugh-s pour la WrtCatUeS dl Hati mise en !ib'r< des prisonniers am *# O.i^a n v, '•' :om:e de >t AuUire, ambissadeur, ricains en Rissien remise hier *• •S'MUl UOHttH'IUf} insister a nouveau tr; vivement soir parla consul Albrecht I Leooid CiHfl /iu t //>,,,.., qui. avec les l-hes -'P1 ;* dugouv rn ? ment britannique Stttlt mmUtre bo'chviste de ceite WWnUWT SCm — --M— or la ccessf ab.olue pour la ville. La demande du secraire Hu TOV%t UUitk* i-raaec d'assurer h scutit de ses gliss devait '.re remise Maximlet9 troupes en Haute Silsie. vioolf, chf de< lgitions des soviets • —A la confrence des ambassti l'tranger, mais en son absence on d..urs, iadeux cme commission coul'a remise au minutie Stark Voici ya8e d tu de a visit aujourd'hui le de dollais. Celciut ainsi. 1 o La situatma en Hiue le texte de la communication du s-£ 0lt mariti, " et le port fluvial de promet d tre S.lsic a.t srieuse tt Dlite l'altsocrta re dE-.at amricain • Le souver e q ^' P euven t maintenant rece •i.^? 1 1 Cor l" immd l ate des gouvernements neraeot est inform que m .lire les !S&W2* mm Un Q avires et allies, a La situation menace de effets de M Minsen pour Auqk de C \h S^miS^ ;' dpuii 191i !rter instable aussi long-emps qu'U mise en libert dis prisonnim L t Dfii^ l L l une dciuon quitable, g^m'ent . amricains en Russie. Us fout encore ^^^S^S^£i dasan par Us deux lattis ne sera retenus et durement traits, au nom traverser le fleuve T alKr T., otervenue. ? Le, forces mises dlhumanit. le gouvernement am m*mer le puissant dock tlit commission ricain demande aux autorits des so tant ll vi8 t ^ chantiers, lea navi seulemect viets que ces piisoimers soient im "", e a cooitruciloi, Us quait de *| —-0 —— — — — —~.....v-t>vd Wffjsj j. — w mm %  ••••a %* %j\ parvenus d'antre put duce u,le de minire ce qu'elle par djeuner aux notabilits}. Une foule autorise au gouvernement ViQl ea Uu891e a Peu prs, eu mme norme acclama chaleureusement ""—i* ~ >.~.j io prsident. "ui plua de ptrole qu on n en produit, franais et qui sert ac bise son t3m P" 4 ae ,e message envoy par le C'est sur le aiock de lse.ve que o pioion que tes effectifs allis sont f ecrta, f re ,,(JJVer v en rponse WASHINGTON Li rponse i|. 'on vit DJ toute vidence, il imiasnlfiiaoti ec HauLS.TlJ POU U P pel f ? U H Par ,. M ,m Grk >'Ponweeat parvenue. A lin d'assurer porte d'ouvrir de nouvelles aour' in enir i' or S re f ^ L note du dpartement d-tat est lo 8UCC de la confrence le UOQ. ces de ce prcieux fluide. m .i.i m i '\ !" r o rore . csosidre ofticiellement comme veruement japousis croit cnvanihU PARIS 17-.L1 commission frantout fait indpendance do la cor rai !" n*Vn 9 £2iSX^ suisse, relative aux zones rir.-n iimuUnra RMM „ o..;,. J. n !" ta hiraiAni. „..„„,._. /nce. aans retatd. Cett un fait inc^n! %  auo iciuiu. uoei uu lUU IHCOQ test que l'on peut compter jusqu' c0 suisse I( trois localit de la H-pubiique d Hat ses a l s 'l ti o il exis e des indications trs '""' lur es de suintements la surface du sol, 1 — j •"-pouuauio uu m carres ^rt o o H'u)t"*** ^ communication .cales, de grandes nappes dd cet ar-'deux amricains Mr t Mme Taelr rerajDl ,l9 ,a mamre dont les amVale, *i m-ins favorable qu'on oen : du monde aujourd'hui,telle la lidtie .._..v. HU iiuniie. 11 y -—• %  --• — • KOUUU a Mr. Llevil huit ou dix piisonniors ueorgea-ies usjociafioo eamiMlii Mafjaliordint.atteuda^aTa'on'^ co iect.on a.niiceios en Hussie. On pense OaHtAmmfLK^SVL chevalier vienne la dlivrer du Ura ?f ub eaux ', de "pissenes, de meuqu un plu grand nombre est retenu * !" e d'iutervemr anori des alita. ,, ,,, ,.i,.-.i.... ,..„I„.<,A Dlei et d'ahi( s d .m li'uiic vilonr sur U t.'rniiin,. maaa A~~t. 1 nniir fil.uimr 1. ... i. ra, " 0j 000 boiituns. chevalier vienne la dlivrer du Ura gon, au chteau euchant. ( b leiet d'objtts dart, dote valeur A ce propos, il n'est peut-tre pas! u 'mab;e.Pour permettre l'installa sans intic de noter le passage sui 1 00 de cette collection, au Petit vaut de la rsolu ion adopte par la Palais, les doaateur> oat lgu, en Chambre Interna loiiah de commer outre un million. ce de PariB, au mois de Juin der I — Mr Milleraod a r^u dans la nier, rclamant des mesures qui ten matine Mr Myion Hernck, ambassa draient encourager la production deur des fors Unis, et le comte ^&.r1it?3S |. consomomn Longare. ambassadeur d Italie, mation du ptiole travers le mon-! de dpasse la productionque la ~— consommation va constamment en augmentant, rjue le monda est expo velopparaant des ressources ptroli t u „„ se une grave d sette dans un avefores du monde soient rappels ou fJ np fl ( J a u prf t d< oir prochain, moins que des efforts abrogs, et que des privilges gaux lin ma H A U ce nergiques ne soient faits pour en dans toutes les paries du monde "," *' f mme ,.. accrotre la production; que, leur soient accords aux nationaux de 1 ** 8 aoiV8ul •* t'raace, avis, il exiate. de par le monde astous les psys, en ce qui concerne lalifV.E? P BUVeQt av ; o, r conllincei,. 0 (iij NM srzde gisements de ptrole aour rroductioo d ce te grande et utile !" >t !" ce ortie de la guerre 12L..i A^ e ? 1 N,, . ouliauone du sur la territoire russe," dont quel pour obteoir la cessation dos bati" ques uns ne peuvent circuler q-ie m dans des limites ind.qjesIls so.it ATHENES 0 dclare aue U 'oujours soumis una siricts sur rsistance des na.ionahstes turcs Vdiilance et ils savent que tout effort Asie mineur es. co npltement bride leur part, pour sortir de ce* huit •*> Les rertes turques afeudraient tes, serait suivi de restrictions plus K "" l svres. PAKlS — Au cour* du voyage du Havre Hoaeo. la flo'.ille prsidea tielle s'est snte Oaillebœaf. M. Mi'leraod descendu terre su milieu des vivats enthousiastes. Le prsident rpo dant au diacour* de bienvenus au prf t dclar Eiamens gnraux Tiifir. '.de gisements de ptrole pour rroductioo de ce te grande et uuie'v- iwa 1 H ,e guerre :pvuroir aux besoins prsents et furessource nationale, si intimement ln^iii p 8rsndp l estigd jturs; que la diminution de la prosle u progrs de l'humanit. F.* 1 ." J nais connu, pectiou et de la production a pour C'est un fait tabli que dsus *-.iiu<* rfo I,IIJ I t iLitui^t %  > n : n :— f Ci 1 i_.ni' /4__i I .. _... 11 \. 1 i.,i 1 i srz po i'iot lglemeots resiric r n*ur de lie se trouvent de riches laspeeti •ucci aux candidate. Accident d'auto Hier ap i-midi Mr lh. Kcfe a rf pecuo cause des lois jtif* de plusieurs gouvernement.; filons de charbon, cuivre, fer et or, quil conviendrait d accorder aans dormant leur long sommeil et rvant rserve tous nationaux l entire ladu Jour o ils seront enfin librs dtude de prospecter etde dvelopper de lfi urs privons de pierre, afin de leb lessources mondiales de ptrole, pouvoir jouer leur rle dans la con en quelque psrt qu'on les trouve; du ita dacet d li.e que nous appe fr;f," "*.'"."" JM OB %  wasTOanonai"'" cv -usporie immdia'erfi k ils recom-nandent que les lois, r'o. s la civilisation vers la li-i qui loi na _;_ V** \ ^"'ture. puis au Pharmicie A Robeitt o il reu administra Ieatssrigne. i ilta P Uf le **** ** N 1 ?lCtnicSS soios a P' Voi .1tS ardtrledLi hn demain I Mr fillerand „„,.„„ emmen i l'Htel Montagne. glemeuts ou mesures sd La France veut U paix et entend la maintenir. E'ie ectenU que cette paix ao.t faite de scurit, de dV"i r ^ m telle que Pont avou ses mon. 'invers devant l maison de com La tiotille prsidentielle a pour merc f de Bll 'cni par un camion suivi son voyage vers Koueo ou elle' q ui desceoda > d c la rue Bonn'-Foi arriva a 18 heures Ja Le prsident 1 1 fut releve avec de fortes cuntuae rendit au milieu des scc!aniatioos! s ion5 et transport immdiatement SSW?.!!* ?!**•> Puw u!!Pharmuie A Robert, o r7e U ves RU^ceutibies de e 9*'mrl"-+ w retarder y r Viii„--.j -. emmen i l'Htel Montas Mr Millersnd poarsmvtnt son vol Son tat est asjei RU VC •" e grave. ••J ~+c.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05437
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 29, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05437

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quinxima anne lei 4143
Port au Pncj, iiaiti
Vendredi 29 Juillet ltf_>i
0IRiCTUR.PROPRIl Alftf
ClmMitMAGLOUn'
LE NU !*!*<> ^OnRVTl-'ES
Quotidien
O ne peut rien Fur au
trui tant qu'on n'est pas
matre de soi.
' Marit_STAR
REDACTION; Rue mricaJneSNo. liftb
"Ht
m


Trsor enfoui en Hati j Nouvelles Etrangres
Ch r Directeur,
Connue /e m'intresse vivement //
fWritou dmttprises agri&rttm r.
m j ai essay de prouver,' tant par l
hunil que j ai eu d faire que pat
ttthve propagande que jai men*
fsrmi Us Hatiens, dam le but de Uut
mrir Us yeux sur les possibilits d>
krtk merveilleuse, permette: moi d7
tiUr (<,rd?e Iti courtoisie de Mr W.
.s' MtUheics, Receveur Central adjoint
ia Douanes) un article publi dam
Ijw bulletin Ctt article, d mon avis, intressera
tm les lecteurs; tout prendre, fin
me croire qu'il soit assez ton
bien faire ressortir les richesse
tsiti que nous avons sons la main
tousserais infiniment oblig, s il
Hait possible de le faire paratre
Us colonnes de votre >ournal
0. h B0MP80N,
>t gnral de ia Panama H lilroao
Stearaship Line
Ikjoe torte que soit l'opioioo
lire, cause ciit. cer tomes per-
n par une rcente dsillusion,
res'e pas oioa vrai que
lia o! d'Hati git un trsor
I ai orruu richesse que, corn-
sut, lei mines lgendaires
iSalomon ne semblent gure
"Mrestes du cambriolage d'une
^"Bfant. Noua n entendons
er des coffres tant vants de
i Espagnols, de* pices do
Huit ou des reluisants Louis
qui, s'il faut en croire les l
qui circulent le soir, I heure
ltiails, sur presque toutes
pitalires veiandabs de llle,
liai abondamment rpandus
Paya que les mangues en
yWa que, pour une raison mal
^J nul mortel n'a jamais pu
are au grand jour, ou qu'il a
dans I ombre quand le sor
^JOti. Non. les trsors qui nous
Tt ici sont de ceux que peut
Tir tout cherebsur aim des
BflQls et outils coovenab'es.
Qtoe lui est besoin d'avoir cun
P*Qr ou une taiguille megi-
ff^ja.chanter quelque plaiutive
Wi ou de se tenir sur la tte,
aimer les ressentiments de
'ardien jaloux, depuis long
i aefunt
to qu'il faut' ce sont la d-
"ton le jugement, le savoir,
libre de toute imenixite in
J. avoir un ceitain capital et
Maaaqce illimite de travail
Avec cela, ou peut trouver
ose trsor sou* le sol d'Ha
-T*?. ? 80B u fore de
mus dors cd-gues; de l-
acculents, que l'on peut
jw leg j0Ori de |'anne( 8I
ito l'u,eu*nt prendre la pel-
ll_.\J> ,ter- de 8>n occuper
J" rcolter, et qu un mareb
u.iPwl"b,e 4 iou, "u
JJJflutaoce, i saame grands
jy de les psyer des prix
rj*oran six longs mois ctia
Hul\ Novembre Mais,
w*,PP'oviaionne actuelle-
^melons cultivs eu serre
E^talsdea et ajtres lgu
j..?"* de la Calilornie, de
^de Cuba. La poswoi
"Joe de ces centres produc
Jjuucuoe faon, plus aveuta
(5J*i}e de .ils d Hati t il
[feu? prob,We M lcouo
^u J*nsf0rt maritime per
^aW. Il8er ur 'e fret ftrro
>e_tr__e Ca" de deux Pre-
' for.VDd,clu8. laisserait une
litftir., ,i*Dce en f*veur de
r llait,Q pour fournir uu
appoint appr irtblp *qx revenus
loonni^rn ries Etats(jois Comme
temple de e qui a te direction par op.a pay* tan
^rs capables do produire de cil-
i.res maiaichras durant le* roo!S
1 hiver dans les conues du Nord,
'oici un passage dtach do la p.e
W du Hulletiu 1 ao-,.aieucain dr
uni 1921 :
t La premire expdition de fruits
iu Chili est arrive rcemrueut
New Yok. en parfait ta, et fut vei.
Jue a des prix qui rspportieot un
xceilent bntice tous les int-
resss. Les melons melons d eau
et pastques
mimaient le gros de nvoi/be veu
lu eu jusqu' (i doits pice. Les pio
moteurs de cette premire expdition
mt conclu des accords pour da
muvelles importations d'une valeur
d'environ un million
commerce nouveau p___
lucratif, puisque 1 t au Chili cor
respond l'hiver aux Etats Cuis.
Ce que le Chili a fait, Hati peut
e faire, tant Icomrae il l'sjstj situ
besucoup plus prs du marcha,
sans parler de beaucoup d'autres
avantages qui sautent aux yeux,
oour peu qu'on soit au couiam do' la disposition
la lituatiOD, telle quelle axiale dans sont iasuili .ant--s
cea deux pays, ---------'- --
Ce u'est la qu'un des nomb
PAR CABLE
PARIS 27 Mr t'ey! (iorg- a
iiec;d dfinitivement de ne pas aller
iiciao;er passer ses WCiQCer, il
m reteaa en Ar*^'r 'ire mr les af
(irrj latrieorfs Lord CutZJl et M.
dallour icpiser.tcroit l'Angleterre
ia confrence d^ U "i-.x dcfioitiye-
ment use' au I ro" M
imbassadeur tfes litais U lis iLi
d:e?, y assis:erait a titr^ d'obiervi-
cur.
Le gouvernement a iovitl le
\Vashiu(jlon. L# Se-
nat a adopt lu r-
solution de M. Car*
mick pour enquter
sur l occupaio i et
a* v *
^.e Tjiip ci>!i savoir que c'ei'
M S eeg. aie-en minis;re d* hi
r'eur, q u e-a nomm goavtracUl
gnral d: l'Aig^ne.
- L'Acadmia des biaai arts %
dcern le r<-a^4 prix de Kotnt d-
sculp ue i M. V / eu, iasj in Cou
Haivey, lai et de Culi, et II premier seconi
^&i2SS& administration a
du secrtme d Etat Hugh-s pour la WrtCatUeS dl Hati
mise en !ib'r< des prisonniers am *# O.i^a n v,'','
:om:e de >t AuUire, ambissadeur, ricains en Rissien remise hier * S'MUl UOHttH'IUf}
insister a nouveau tr; vivement soir parla consul Albrecht I Leooid CiHfl /iu t //>,,,.., ,
qui. avec les l-hes -'P-1;* dugouv rn?ment britannique Stttlt mmUtre bo'chviste de ceite WWnUWT SCm
--m ......... *or la ccessf ab.olue pour la ville. La demande du secraire Hu TOV%t UUitk*
i-raaec d'assurer h scutit de ses gliss devait '.re remise Maximlet- 9
troupes en Haute Silsie. vioolf, chf de< lgitions des soviets ----------------------_______________
A la confrence des ambasst- i l'tranger, mais en son absence on
--------------- d..urs, iadeux cme commission cou- l'a remise au minutie Stark Voici ya8e d'tude a visit aujourd'hui le
de dollais. Celciut ainsi. 1 o La situatma en Hiue le texte de la communication du s-- 0lt mariti," et le port fluvial de
promet d tre S.lsic a.t srieuse tt Dlite l'altso- crta re dE-.at amricain Le souver e" q^' Peuvent maintenant rece
i.^?1!1, Cor" l" immdlate des gouvernements neraeot est inform que m .lire les !S&W2*mm Un Qavires et
allies, a La situation menace de effets de M Minsen pour Auqk de C\h S^miS^ ;'dpuii 191i
!rter instable aussi long-emps qu'- U mise en libert dis prisonnim L t Dfii^lL,l
une dciuon quitable, g^m'ent . amricains en Russie. Us fout encore ^^^S^S^i
dasan par Us deux lattis ne sera retenus et durement traits, au nom traverser le fleuve T alKr T.,
otervenue. ? Le, forces mises dlhumanit. le gouvernement am m*mer le puissant dock tlit
' commission ricain demande aux autorits des so tant ll vi8't ^ chantiers, lea navi
seulemect viets que ces piisoimers soient im "",ea cooitruciloi, Us quait de
*|----------------. ------ --0 ----- ~.....v-t>vd Wffjsj j. wmm a %* %j\
parvenus d'antre put duce u,le de minire ce qu'elle par djeuner aux notabilits}. Une foule
autorise au gouvernement ViQl ea Uu891e a Peu prs, eu mme norme acclama chaleureusement
""- i* ~>.~.j......------. io prsident. "ui
plua de ptrole qu on n en produit, franais et qui sert ac bise son t3mP" 4ae ,e message envoy par le
C'est sur le aiock de lse.ve que'opioion que tes effectifs allis sont fecrta,fre. ,,(JJVerv en rponse WASHINGTON Li rponse i|.
'on vit Dj toute vidence, il im- iasnlfiiaoti ec HauL- S.TlJ POU UPpel f?U HPar,.M",m Grk>'- Ponweeat parvenue. A lin d'assurer
porte d'ouvrir de nouvelles aour' in,enir i'orSre f^ L note du dpartement d-tat est lo 8UCC de la confrence le uoq.
ces de ce prcieux fluide. m .i.imi'\'r *orore- csosidre ofticiellement comme veruement japousis croit cnvanihU
PARIS 17-.L1 commission fran- tout fait indpendance do la cor rai *n*Vn92iSX^
suisse, relative aux zones rir.-n iimuUnra Rmm o..;,. j. n ta hiraiAni. ..,._. /nce.
aans retatd. Cett un fait inc^n!
auo iciuiu. uoei uu lUU IHCOQ '
test que l'on peut compter jusqu' c0 suisse I(
trois localit de la H-pubiique d Hat ses' a *l* s'l
ti o il exis e des indications trs '""'
lur es de suintements
la surface du sol, 1
j "-pouuauio uu m carres------^rto o H'u)t pondance Hoover au sujet de Cor en anuonie avec l'objet
1 '-'"....... " de la diacuiiioo
Piiucipal
relative aux zones Irarai
sigr.e hier i Brue. Lam ky.Oa pense toutefois qu'elle servira ae la dacus3ion vita'nt d ,,,,,
,,. Wl,,,. ,llo bassadeur de Francs et le conseiller Iattitude priso par le secriaire Hoo Mirtdii problui qui n'ont d'iu
1 dd ptrolo fdra!, M. Mjta. oat exprim leur ver- Ge drnier a donn clairement t,t W0 Pour certaines puissance*
l'resqu coup satisfacnoi de 1 heureuse solu ion a en'Ddr que les secours donn* a de latioT considres Cjimc
ibui, u an uuuo quelque part gous des pou parlers en-re les deux pays PM ,ei K'*1- ,ai* Pyur 'e soulage df,J ^'*s.
! ces montagnes et ces valles tropi-j -Les journaux annoncent que 512 de T;1"8. dpendraient e me >"*** ^ communication
.cales, de grandes nappes dd cet ar-'deux amricains Mr t Mme Taelr rerajDl ,l9 ,a mamre dont les am- Vale,*i m-ins favorable qu'on oen
: du monde aujourd'hui,telle la lidtie '
.._..v. HU iiuniie. 11 y - -- kouuu a Mr. Llevil
huit ou dix piisonniors ueorgea-ies usjociafioo eamiMlii
Mafjaliordint.atteuda^aTa'on'^ co iect.on a.niiceios en Hussie. On pense OaHtAmmfLK^SVL
chevalier vienne la dlivrer du Ura ?f ub eaux', de "pissenes, de meu- qu un plu grand nombre est retenu *e d'iutervemr anori des alita.
,, ,,, ,.i,.-.i.... ,..i.<,a Dlei et d'ahi-(s d .m li'uiic vilonr sur U t.'rniiin,. maaa A~~t. ____1 nniir fil.uimr 1. ...____i- ra,"
0j 000 boiituns.
chevalier vienne la dlivrer du Ura .
gon, au chteau euchant. (bleiet d'objtts dart, dote valeur
A ce propos, il n'est peut-tre pas!,u"!'mab;e.Pour permettre l'installa
sans intic de noter le passage sui1'00 de cette collection, au Petit
vaut de la rsolu ion adopte par la Palais, les doaateur> oat lgu, en
Chambre Interna loiiah de commer outre un million.
ce de PariB, au mois de Juin der I Mr Milleraod a r^u dans la
nier, rclamant des mesures qui ten matine Mr Myion Hernck, ambassa
draient encourager la production deur des fors Unis, et le comte
^&.r1it?3S,|. consom- omn Longare. ambassadeur d Italie,
mation du ptiole travers le mon-!
de dpasse la production- que la '---------------------------------------~
consommation va constamment en
augmentant, rjue le monda est expo velopparaant des ressources ptroli tu
se une grave d sette dans un ave- fores du monde soient rappels ou fJnpfl(Ja u prf t d<
oir prochain, moins que des efforts abrogs, et que des privilges gaux lin ma h aU ce
nergiques ne soient faits pour en dans toutes les paries du monde! "," *' f mme ,..
accrotre la production; que, leur soient accords aux nationaux de 1 ** 8 aoiV8ul * t'raace,
avis, il exiate. de par le monde as- tous les psys, en ce qui concerne lalifV.- E? PBUVeQt av;o,r conllincei,.0,(iij ...... Nm
srzde gisements de ptrole aour rroductioo d ce te grande et utile >t *ce ortie de la guerre 12L..i,A^e?1 N,,. ouliauone du
sur la territoire russe," dont quel pour obteoir la cessation dos bati"
ques uns ne peuvent circuler q-ie m
dans des limites ind.qjes- Ils so.it ATHENES 0 dclare aue U
'oujours soumis una siricts sur rsistance des na.ionahstes turcs
Vdiilance et ils savent que tout effort Asie mineur es. co npltement bri-
de leur part, pour sortir de ce* huit *> Les rertes turques afeudraient
tes, serait suivi de restrictions plus "------K"........ ""l
svres.
PAKlS Au cour* du voyage du
Havre Hoaeo. la flo'.ille prsidea
tielle s'est snte Oaillebaf.
M. Mi'leraod descendu terre su
milieu des vivats enthousiastes. Le
prsident rpo dant au diacour* de
bienvenus au prf t dclar
Eiamens gnraux
Tiifir.
'.de gisements de ptrole pour rroductioo de ce te grande et uuie'v- iwa 1 h ,e guerre
:pvuroir aux besoins prsents et fu- ressource nationale, si intimement ln^iii p 8rsndplestigd
jturs; que la diminution de la pros- le u progrs de l'humanit. F.*1." J nais connu,
pectiou et de la production a pour C'est un fait tabli que dsus
*-.iiu<* rfo I,iij I t iLitui^t >n:n: f Ci 1 i_.ni' /4__i I .. _... 11 \. 1 i.,i. 1 i
srz
po
. i'io-
t lglemeots resiric rn*ur de lie se trouvent de riches
laspeeti
ucci aux candidate.
Accident d'auto
Hier ap i-midi Mr lh. Kcfe a rf
pecuo
cause des lois ........
jtif* de plusieurs gouvernement.; filons de charbon, cuivre, fer et or,
quil conviendrait d accorder aans dormant leur long sommeil et rvant
rserve tous nationaux l entire la- du Jour o ils seront enfin librs
dtude de prospecter etde dvelopper de lfiurs privons de pierre, afin de
leb lessources mondiales de ptrole, pouvoir jouer leur rle dans la con
en quelque psrt qu'on les trouve; duita dacet d li.e que nous appe fr;f," "*.'".""JM "OB wasTOanonai"'" cv -usporie immdia'erfi k
ils recom-nandent que les lois, r- 'o. s la civilisation vers la li-i qui loi na_;_ V** \ ^"'ture. puis au Pharmicie A Robeitt o il reu
administra I- eatssrigne. i ilta PUf le **** **N1 ?lCtnicSS soios aP' Voi .1tS
ardtrled- Li hn demain I Mr fillerand ,. emmen i l'Htel Montagne.
glemeuts ou mesures sd
La France veut U paix et entend
la maintenir. E'ie ectenU que cette
paix ao.t faite de scurit, de dV"i r ^ ',"m ,
telle que Pont avou ses mon. 'invers devant l maison de com
La tiotille prsidentielle a pour mercf de - Bll'cni par un camion
suivi son voyage vers Koueo ou elle'qui desceoda> dc la rue Bonn'-Foi
arriva a 18 heures Ja Le prsident 11 fut releve avec de fortes cuntu-
ae rendit au milieu des scc!aniatioos!sion5 et transport immdiatement
SSW?.!!* ?!**> Puw u!!- Pharmuie A Robert, o r7eU
ves RU^ceutibies de
e 9*'mrl"-+ w
retarder
yrViii--.j -. emmen i l'Htel Montas
Mr Millersnd poarsmvtnt son vol Son tat est asjei ruvc
, " e grave.
- J
~+c.


LG MVTINI
funrailles de
1
m
L douleur se repose et d'upe en tape
icloigne, et, prte a s'envoler
limite au borJ du cour, lve l'aile et s'chappe
Le coeur -l'.adigne : Dieu qui trappe
Use du &oh lie compter.
SONNET
/f*VfK W t fil
DOW l ''-: *
k... , &*>.:
': retn
/'o/a /r discourt fiononc sur lu
tombe ilu cher dfunt par Mr Emit
j'ir-rau
\A un ami ont rm demand
des vers pour une pUre qui
blturt i ( entant.
MtsJjmis, Meilleurs,
, Tu ccxuuii don-; dc> mots dont l'cxquiie dou-
reur
. I PuiMC eu un tel moment consoler une mire .'
" Ce n'est pas sans uo ceila'P tmpi iucroi> donc qull esJste, tolie. chimrr,
que. pour lpondre *u \au d'amis tepWhm qui rpuii en dou l'oubli vainqueur :-
incres et douloureusement frapps, ...
. i . i jentteprtndf, ICI, la tache llitieust Wns w;c cn is, ,r tepouTOil iphmie.
utaot Que prilleuse ilcllrir au, Vene~le ooui, s'u nous tend u coupe moins
crand dispaiu que nous pleurons!, .. ,,,","'''
f,. ,.r 1 r Si dans nos Cur! meurtris, il endort l.i doa
kU|ouid-hui i hommage lespfctueux' irut .
de nos pioionds regieis. Lerles, il)
ire faudrait une plus brillante ima- i Mail moi, moi qui jadis, Jan> une heure pai i e
_.__ _ ,,.,k r>lnc Iaaliant iA'i ions cet vains mot, rnurrnur* t l'oreille
giiutioo, un veibr plus loquentL^^ llmwimaa tescharme menteur,,
peur uppeler, comme je le vou-j
Urais. la belle et prcbl'gttOM figurelte n-ltA\ pJS( troublant une peine si nsade
oc Celui qui n st plus et dont la lue m* ver,ses pieds, lui dpoter l'offrande .
trusqur u.span.iou c.eu >* *U.m. ami. coter m pleur,.
N.de dans la Socit Hoit-au-Plin' ,.,,_
I uin ijii,
iicnat, mais, si le ceeai neoi supj '.MatricemBRAGHB
j Iftr ces deui qualit s. croyiz qui-
cest du p u> proond du mien qu'au
r o.n de li leoBJMe, d: celle eprisr
d'ail tt de beaut, fervente admira
tnce de Celui qui, aux heurts de
t.ouble et d'MgdMC, lui tait, vo
tateui d idal, un lcoulort et un
appui, 1 Mr liugue de Lespmasse,
lacomn'uable artiste, j'adresse l'ul

n
K ^ ri
i
pare la ves-s^ i
-to

N. 1). L. R. Les trois sen
nets [.u'ilii avan-hur ont t x
traits ue- l'Anthologia de Louis M r-
peau ils ont t publis sou la
signe lure de Maunce de Bche.
M'oubliez pas d'ajouter le comprim de GYRALDOSE
L'OPINION MEDICALE
L yraW.u'closinlprtnfnmmi iinn litre produit r..i P^waltlSIlllf
D' C*!-,
I Et.nbliss" '-Kslelaio. :. r. leacicrtnvs. Prwt l1" ohurmc.

/e comprim de G y/lALDOSE ^ -^W*^' "^IL,- !"., '*
'r ::i '.-.!. -'. '
...
nm
.a i.f-r.J
<'" ;!. tissil
il
__ rvt nini 'r Pagni u i' donnr ii foin
rfrn fs.s'"s "'"'* 'f '."'i ''''' ' !
I , a u- piostmtc.
Le Pagol dtc -gestionne raj-ur.it Vu tiiw (Un v .
nalrc:', qu'il remet compUtc.nent n n.v. .i i ..[.; .,.Uj i.s ^.(cratM
ijui les habiltiu.
i: nt.-i'?-1 K.Main.i;, r. Vt;-n~ i..i.-. p... ,vl I-I-Ui^aj
VA MI AN NE : Av^e .m.-. b p
produit mclentlfinUM.
Nouvmi
time salut.
Jl nt mi plus quel auteur disai':
< un beau livre, un beau tableau
sol les ceicueils d'une pense vi
vante, mais ces cercueils lui suivi
v-r.i et- parlent plus haut qu'elle.
i-.ti art, les morts agissent avec la
mme autorit que les vivants. >
lamais parole ne fut plus viaie, car
toujours par ses exquises posies,
empreintes d'une si douce rofclaoco
lie, ses dlicieuses mlodies, si pU
ns d'harmonie et de tendiesse, Mo i
sieur de Lespinas;e, en littrature
Maurice de Hrache, vivra parm<
cous. Il ne saurait mourir-
Virtuose du verbe, orateur diter
et attiqve, il avait le chai me qui
lapuvr, la giace qui retient, liriou
btigneur, il avait la suprme le
game de cacher sous la plus exquist
courtoisie sa piolonde rudition
Crmce de l'cspj t, il l'tait aussi dt
la Porme, car, en de tels hemmej,
l'oime et Esprit ne sont qu'un. Un
il dor les relie.
Des voix plus autorises que 1
mienne vous diront quel iucomp.
lable poux fut Monsieur liugue dt
Lespinasse. Comment, par son Met
et son cour, durant cinquante an
nes de joie et de bonheur, dans ute
intime communion dame et de peu
se, il tut tout pwur celle qui U
pleure aujourd'hui, lalisant ains
son beau pome d amour. 1 i
admirable, dvou jusqu'au sacnb
ce, u ayam qu'un eu.le. qu'une reli
gion le bonhenr des sitns. il fu
pour vous, Madame, lami sin
cre et attentif i vo>. moindres d
sirs et pour loi. mon cher Gto gtt,
le compagnon "ti l'e de toutes les,
heures, le guide avis, la vo dissipe le doute, L main qui tract*
la route, caitant de ton chemin, les ^
ronces et les pines pour l'ouvrir, |
large et belle, .telle qu'il le la \oj'
laii, la voie du bjnhcur. Ausm
n'essaierai je point par de vaines
paroles de vous dtourner de voire
culte au mort, le voulu.r serait len
tretenu et la vertu des mots ne sau
rait tre assez forte pour que leur
souille vide emporte le plomb tixe
du Souvenir. Les discours ni le bruit
ne vous seront un lconforc. M.n
qu'il me soit permis, Mesdames
mon cher Geo ges, au pote dlicat
3ue lut vofre poux, votre irr.
'opposer en allgeance, si pcm.blf,
votre peine, U consolation d'un
autre pote qu'il aimait entre tous :
Il taui que la douleur par les sanglots brise
se divise un peu chaque jour.
Et dans '.es libres pleurs, dissolvante ros^e
Sur le tombeau qui l'i cause
s puise par un lent retoui.
Alors le dsespoir devient uistessc et pue
Le coeur moins serre l'ouvre un peu
I^e ne id qui l'treigoait, doucement, se dlie
Et /.laie retombe aflaiblic.
Mais plus sage et scieine en Dieu
SSS^'"''"
A VEcole des
Sciences appliques
Les examens pour l'anne scoUii-
1920*1921 ont pria lin tundi d* cetti
semaine 1 licole des ScienceH Ap
pliquees qui rend de lignall s-1
vices au pays. L^s membres du c m
lell d Hflministralioi) de cet iahl^',
seun lit assistaient le personnel dan.-'
les nrerronatioiirf. ',
Ont t admis pastel :
Kh - arme le* lves Konot, P-
reira, Ilolly et Liijou.
Eu ile ; briiz Uupuy, Gaeljd: s Ctl
cia tt Geoiyis Douybn.
Nouveaux ingnieurs
Ont eu leur moyenne) de diplorce
aprs trois annes d tudes : (Jpoi
ges Dieyfuss- Louis Abraham, M,r:
Calixie et Uobert Corvingion. fciu ver [( ^
lu des lglementa de I Ecolo les } a: 1())|
chemins ne leur seront dlivrs qu'u
imm Mm
u
m
' Oif co of General Agent
K-rl-au-l'rinco, le 'J7 Juile' 19-1
BULLETIN No si
Lm <.i..i;:-: r* >oni pris ijde le .SS. G u. il. VV. lld'Miul- -
ui Btiendii h l oit au L'rinre de Ci \*
Canal /jce. le luudi 8 A- lit
Vaillant 41 Houet
Agents centraux pour llaitx
1720, itu- du Magasin de l'Etat
ha Maison
Anfl iiie Talamas
/c plaisir '/ annonc> r ) sa no-nbreuse clientle qu'elle vient k
recevoir les aitickx iw.vants :
lv; ifi'iiUi
pies la prsentation et la d .cuia.on rjlivrei! ponr Ij Ire. d<
d'un mmoire sur ce qoili au.,.:i t d Ntvv Vo k e. deB p0lU
vu ou fait dans un chantier,
Nos compliments ces quatre nou
veaux ingnieurs.
Aux Ecoles de BaUmen' tt la*
dustuelie touches l'Scole d--s
Sn^ric^H Appliquer il dont les pio
grammee o:it t agencen do tel le
Ortfl que l lve quia acli.v ces ',
trois annf s de li* iiupiiI pi'8?e d un
ble l'Ecole l-duii;el'e et d"
cette dernire I Ecole des Scleocet
Appliques,
Eiveiinde ces lglenuotl qua-
tre elvjs de ffi'olfl lodi strwIleoDt
en leur n oyenn* aux derwrs meoe et ont e > da.i-* a sii vr Us
cours de I Ecole d< s i"' > t* .\| pli
qu 99, Ce som lus jeu ce Marcel et
ller|Hinin iSylvis'ri, Arnold D.'lv.i et
Matlilea
No- llicilfcli 'i s
d embarquement s*1-
S 'i
l'i 1(1
la ut m. n*ens sur
i ren,
Co v) p p" IniFee'ft lieclemml
i un ,N w ^ o k, omis la. ls ru di
du osme jour.
0 B IHUMI' ON
kgtnt Ml cral
:i0
:t
5
2
*2
2
~2,:>o
2
2.50
>
5
7
:i
2
1,50
H
10
173
Varits
( E SOIR
Le Masque aux
dent* bl'inches
i .">e et lie pisod*0
Entre 0 MX)
r? Te.;- gurir ou viter ^
. ' '- r. T I h T I 3 N "
)OftJ
: . Mi '- ':-*
. rdcp radre
S a ! .... ..isr.t
:-. i-.i L-.\'y :>.-: -i?. r..
qui lONl J fait blancl:e(
ut sa.- ('..tcuno dciivaolioe '.ut meta
: DHAUT A PARIS
% *
*>nt trs It iitomont imprims en nt.r
\>3eaexm
Filtrs! Eau
En pierre naturelle tans
bougie
Il re fa'it pis c niondr.3
les F.l res ri p erre na ti'cllo wee
1rs ilt's ; bbugie
I s r l'm'^rs sont narjna rnmp kim^s. nlns lik''lr-s
I netnyer tA par Oo^q eni plus aurobUs quo le
'ttlllit'i:.
En nw'o i h
HEMiY STARK
lluclu Quai, en face de la Gare,
VniY dp luine forai* fi p'ritur cime
i r pon de loe a Qaari
r." P" 'i- oie uni roul^uri varies
Toile dt pp. grarde largeur
Vo |r nni couleur
si mi i blanc1 praode lrgpur
Nancock blanc* prnr.d larcpu'
Niinpltp couhur. y nde laig*tur
''wnle blanc luperieor
kaki blanc raperleui
Uni k lilonc
Soif lav-.l l i urnc(8 varii s
l'rfe dp Ch n" oui tir
llatine b'anc peur jup s
l e indien
Drili blanc
m ite do b!c lary-'ur
Palm bf- ci: suprieur r.uarce& vptit'os
I'- t- n b'anc opertf ur
Flanelle < oto 2 50. :i it 4
K a'elle de lair.o upOiieure .'{ pence1 de leirge 8
Jili pctl de l9rgl 7,8
i monaceljne suprieure 10
Caairsl cooleur suprieur or")
Serge b eu >i gli h or -r>
i oir suprieur or 0
Diagooi ii> i oire tupr'eore or 5.51
tUblll !' in, Hi'Oiir ntiiii ces varies G 2.5U
< : M i 'o,i es coiilens Pt tout.s iorg 0 40 2
Cibv ira siipiieurta de iboiz 2-50
Ti 880r l', si ie 5
Lli n i es hommes couleur 7.0
t m mi/ea a i Dma < oolear Kupf'reures i
Gli mite: les couleur de Si m it blanc 4
(h i-s-1 s r our lioinine couleur doi z. ", 8
CbanMCt tu poar horumes mercerises 10
Bk> b'i Dca femmes 9
Bas de toie nova 4 feafmrf 15
Bas rie to e sup'iieurs, la paire W
( iiiusB t:B couleur pour eufau's douz 0*
Stvcn laStlineoat $ boite 4
s von Gaidon 2 H
Savon Ki i>; kwi 2
Savon Colgi a ti
roudru a s '" houppes douziine 12
Lo io;i Pivm tojtes q lalitoa. QicOfl J
l.o ion Colite flacon 2.M
Lotion Armopr 2
Bette les l'oie 2
Bt>tell s m, i ares 250
Cha; eaux i'u p mie hommes 9
Chaieiu.r de paille bommea suprieurs 8
Souliers d^ooavsita qualits v-ries In paire or
t:o an i i q ii Twdll. or 4
Btodeiij p;c3 do G- 3 4 3
Et d'autres articles de choix*
H' :./ p ii steamer KDVNQE
Huile Volarine en barrique eien W
L. PreeizmaaQ hmk
VERMOUTH
lu 1 i\ L ,\ U firent gnral pour B#-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM