<%BANNER%>







PAGE 1

L MATIN -il ftte thtrale • r./. gratuit* I in nuelques jeunes gens de Pint4rea '"snt quartier du Morne IWJJ l^.seuturefete littraire et H^trae. oui ter donre le dimanche - l'Asile l-'rencsis. Nouvelles ^Iraiigres s PA.P b r. Juillet couran l'occaiion de la Samte AnneP il \< >6 Slerlieg 46,8 > lia Dollar 1286 i|2 NEWYORK F. mia 90 S rling { <>;;>> WASHINGTON IO—L I Hardieg invita I A i g ttern 1 i ce, ll'a'i le lapon ei vi d une confrence iWi dsarmement. MOUNDSVILLE WEST VIRGI NIA io-Sept peisoones a 1 ne cinquaotaire bletsesquand u de bombardement tomba % % %  groupe d'automobiles sur le champ d'aviation HOBCKIN NEWIERSEY to-D*s seivicra comme moi atits, au>qols a s.:tiieDt snateur Lo g s ihirg, Casenave, haut comniiss in tu France ont en lieu ;u dtbaicaC c rps de 7264 ar uul d pi le gouvern9 adversaire dsigner, j iu BUJ de i invitat-on LONDRES MrMoyj du prsident Hardi g aux puissan Mr Ramou Valemg e ren%( c ., a || e cl a n vue d une l-ondrea ipudi dau. u ne T coofrei i nations Washing encore ds-gno, pour le, • t jn.'pour di IPS questions de lions prliminaires au soie, li lis i'U ; ou des armrunnts du paci ment de la quastiou irUM P rtTATFMALA 10 Le gnral ttioe et de l'Est cm Orient. Mr. L'armistice conclu la 8 ^, •lie lir and en rentrant au Ministre, . mre entre vigueur en bC eu> mis au couiaat de c te daiur jnurd nui midi, l'eictS In Belfast qui a vu hier une 4Z nes l9 nlus siug'antes dai toire. Les coralu's s<> soit MVgn qu -car vn'er cette v iotei mpu on trs]et vers le le gou v ri ,n\ f sriil WASHINGTON %  OJ cons'd quele* qoestioaa d'Extrme Orient, iur<"" 7 ou: ie* IJUOIIUJIS UL.AU < — v ,v, ta cectea dpendance, est n,^,^. rotnpria le prob'.in I dans certains districts m „ I r j | ridant son sjour des d r i m !;(i A ,;, ,, ... e s rela'iotis feu qui aval e supprim inist'ce a t r'nb'i tandis' -cl las arms continuent ia police de la ville. 1 ltes 1 t cj c a :s eo son non -jciiino japonaise, porte ouverte de a' un i b.i! lut ve le Snat a vo: lu i e r olu ion supprimant ri ,^., c lentdanstoute laFri D ce 1, r evi 4 lui 1 '. La chaleur rgnent dansioote :e. Hier ie hermomtro est me: 1 i l I atigrad s : Mu sa 11 loillet e. n'esi %  lie deux millimtres d f ''c il qjc le gi Ltiond : obtenu d^ ;.,. ai i. 1 ais l'autorisation 1 veau sa Pis ce pur y sobj uoe Ji Ces petits deviendraient ntres pour qutlques heures tt nous pool rions ainsi les tirer de cette affreuse misre o souvent la nourriture est refuse ces tres qui n'ont pas de mand ni ire '* amricains tomb :s .hamps de bataille tn Frauce LONDRES 10 — Lloyd Georges s %  1.1 La *ie leur est im posttds" leur entre tn ce monde, au lieu d'tre entours de caresse'; de gteries et du bien tre ncessaire 9 i leur dveloppement moral et phy b,c0: sique, ce sont des malheureux aux prises avec les plus tristes soulfran ces. Si nous voulons rgnrer notre peuple, c'est au beiceau qu'il tau aller le chercher pour le delivier. s possible, des tares physiques dont 1 hrite souvent w et aussi des tares no raies. 8*1 in*? Si ds ss petite enfance, lenfan tu est entour de soins, si ds l'vei eoriei;{fi!rde son intelligence, (car il en a un> comme nous), il rencontre des .ime< charitables qui se penchent sur sor berceau, s'il rencontre des cœurs qu cherchent son petit cceur, des iute t: • %  ^aillent nu mlU lisq J Ifii'J inov 01 journe. WASHINGTON io-Ha;diDg su | gre aux puissance.; iuiresses au 1 o a Ci du Pacifique tl de l'Eitt : r.e O i*nt que ks questions soient visage s i la rr.c->"c coafiecceau d scu tra %  H24 Al ligences qui veillent son intell gence endormie, il faut que cet en ?-- — MM MM enn mm ; 01 1 evue des troupes!chin ,*e les relVioi c mmerciales o-ganis par la da Pacifique root discute casion de laco freucesur ia hiuita • K Ba raison de la ch. ton de armements, On ne ptosa 1 QOIOD paisse avoi: lies i !n mi Sap trabtH PARIS S ..v^nt 1*0] iniCD de li ri | mie des membres de la chan i, des dpuea l'occupation Je ! valle de la Robrn'apas et i abandon non par lo gouvernement fianais Cela rsulta iU la dc'aration Ime au|o ird bai la chambre par Mr BnandLa majorit pense aaa lue cupation pourrai) trei HdCtue ia"' le cas o l'Allemagne ne e conloi tus pieacriptiooi de 1 seconde section de lultimatuoi d : es de M 'i dernier, relent au jugsmenl d s ci mi nels de guerre. Mr Biiaiid li. a dclaration suivait te : l'occupa ion du la Ruhr devait avoir lieu en Msra sur le ifas d i cuter lo in L'Allemagne a 1 ce i t l'ultimatum dont lu premire parue s irait ;•. ions, la deuxime au procs de J coupables do guerre tt la troi s;eme au uc.ii 1 Ouaiid U i procs sera examio* les allis tliioiit a I Allemagne AvL vous jog *os loup'bles : j ao mets que le chancellior Wirth aa fdit so J pos-.ible pour g-i >r sa pu meus m is que UOUJ abandonnions les sai.c: OS il ne eufhra pas qu'i montie qail aatafiit deux ou roi Uuiativi a i.our j ; r U 1 coupi le gaerre au milieu de la deappic bdion gorae ne sa presse; Ceit' iiccUia.ioi a at u^-plaudie par on< re en l'honneur des cerps de 7264 | (; op i raMon c.essite parles soldats amricains tombts s^ui lM S n tes d'une blessure 1 reTooteijis le gnral ne viendra i Paris i^u'.pri avoir adress au Conseil transmit A de Valero Reader irlandais, 3 opime ; c rapport del Hante com e message suivant ; Ai reu v0i,e |aiissiou intetallie sur hattributioo tire d'acceptation tt seul heureux ^e ia Haute SHsit. :. _.„.. %  „.. a. inuio r\-nnr HP '.1 peisoone A 0) de l'arrivs de M Nicholas iveevous Mariay | 3 it ler,pr*ideBt delUuiv^i de cette .e l vous voir fins; que toute que vous dsirerez amener a a Downing stittt un joui de cette J~ d ^^ tt f_>E-i a i ra retrace semaine. T.guphhz moi je vous. lc inpo tance de l U prie ia date de votse arrive Loi oiombi.'. 11 conclut, dres. \woX que i'oeuvreetl aliectioadeM BELFAST ioIl y avait cesoir Ba1 i er s03t celles qui demeurent et i dix heures quinze personnes lues ( les gnrations futures de Lan(t plus dune ceutske de blesses A u app '. J ont dans les l.vres d his a iuitc de l'mtu e ayant comroen— ,.... .....:• . ce hier soir et qui a dur tonte la ,0 ics ou ils lirom les ex.' :.p!e; -.x traordinaues de 1 amitu a PARIS 11 —MUriaud, .ant rete obre des dpata M. peiret u lu Rocc, directeur dei ., .,. %  %  r.gu aujour [grande oartie de la enanibred„ .i Mr fcbilSoo Whte llous-, on MiW YORK C ri m 1er signii rt i,i iiiabasad des Et ta U •. |-o couu ai a tare de champion 1 tdiL 1 3. • C %  • L i ' l i m lt. ur: B a:' m si tant ouvre ses yeux, son cœur, son me vers des horizons nouveaux. Et cette œuvre si belle d'abng; tion, d'oubli de soi et de dvouaient, elle est entre nos mains. Nous pouvons la laliser avec un %  seul mot, le plus puissant de tous € Notre Volont. Nos volonts, cai nous taisons appel toutes nos sumts, certaines qu'elles y rp^n dront, csr dans le cœur ue touu hatienne sommeille un tœur de nu m an et c rsa la porte e ee cetui qun nous frappons. Venez donc toutes vous groupe: autour de nous, et fondons celte œuvre sociale si ncessaire et si belle entre toutes... Nous vous demanderons aussi le concours de vos petits. A eux, vou leur diiez qu'Us ont des petits frtes de la mme mre, puisqu'ils sont de la mme • patru ; des petits lrres qui sortirent et dont les yeux tes lent parfois ternellement ferms aux beauts qui nous entourent. Leur ignorsnee n'est elle pas une ccit morale et la plus cruelle de ; toutes ? Vers ces petits, vous les amnerez et vous leur apprendrez i se 1 river parfois pour apporter i ces dres une petite part de leurs jouissances. Ils vous comprendront, car ils sont bons, et alors, petits et grands, la main dans la main, nous irons vers ces souffrances pour en lai t.de )oies vivantes. Lt quand, au cours de nos visites, nous verrons ces petits nous tendre les bias, ou nous sourire gaiement nous rentrerons dans nos loyers le coe.11 heureux d'avoir accompli une bonne oeuvre... Eit ce possible de raliser quelque •ni. cho^e d'auasi beau ? A cela, nous rpondrons : noos a avons qu A intJ vouloir. Port-au Prince, le 1er Juillet 1921. Un croupe de dames. .1 1 Librairie du % M Viennent d ar;;er les oa, suivants 1 G,2o ( Une youri ANDR THEUIUET -U d'Any'e, La l'etue DemieMademo's^lh Gu^nou, FI ce, Au Paradis de* Enfants L ni*, Les Amours d'Ev.e.i llerfloup. Eugne Lombirl .; vieilles barbes JE\N RICHEIMN Mi dr, lravo* gens, MiRaMca, ALPHONSE DAUDET Chon. Port T-umcon, T_ l'arnsien, Robert llelmond, Sinretto, Sapho Tattufl Alpea. PAUL BOliR'.r.r L'tvl fonde, Lrnver d1 denr. MAIL EL PREV'OST.y d'Erminge, Cour.e Lai %  leini vierges.le Unruino lin sec et, LhoncliPttes ie Cl AUDE FARRERl l'opium, Madeiuoiselle fille Dix sept histoires d Le civiliss,L'homme q !, i CHARLES HENRY Hl fhatfnnx de s^hle,Lni>nrel M.W •>' \'-E\. F1SHE8.1 de U petite Dubois, L'mcoai Lucie, Mo sieur TarteraW Dune trs blonde, Camembe dJrioq. Hd ouvrage de : p .i \ i.'in, .\L.lie! Corda^ !" Daudet, LOJH de Uob9it Jal rtre, Paul et NhrKueii'UJ Capus, Louis de Kl Je recueil ir les ^ ments. La France ^ „, l'Allemagne ss Mr Rriand rappel „ cidens de Sil**,^ pouvait devenu J !" if efforc d'entraner J r^ politique srieose. u



PAGE 1

LE viVRtf Cour d'assises mhni urant m's les nomms /'. pti Moniteur ft Ai dus l'ctit uZuur accuss de aime duteen^TitsouilractioH frauduleuse un pria ii Bonheur Lui>uerre J d assassi T 7l r \ a personne de Mme Cloule \ y^id aprs I ordonnance de la ebam fc iinstruction les aranslames du ^Dcembre dernier, Exn Petit Umsieur aytnl pris l'engagement de jLg, une selle un toucan qui lui 0tt prodigu des soins rsolut de voler JL ii sou voisin, Mr Bonheur La fM. S tant assur de I aide de son et rilus, moyennant une rcompense lieux gourdes ds se rendirent sur les j0X im gwtent pour faire diversion M titre te teu d la plus vieille des dcu.\ lisons Je I '"droit et purent aisment Lutte faon accomplir le vol pendant HfLafiuerfcet 'es siens luttaient cuntri HcinJic Le coup ayant icussi Ai Uns nui sa cohabitante Mercte Cloute dt Corner Exn la rcompense promise tyrete '/.' accueillie par des menaces yi/m'e elle traita Exn publiquement il vokxr de selle. Boubtiir 1.aguerri ptnt (* connaissance eb cette sce.it', Notice Exn qui fut arrt et se v t jgd de remettre la selle Dans la suitt h deux frres ne vcurent plus en honni itrmoir.e Us finirent cependant par si Concilier cl depuis Exn ne cessait di 'suader son jeune frre de la ncessite chtier Mercie. — // y parvint et les jx Jrires rsolurent de donner la moit Il ma'hurense lemme. mLs accuses sont dt fendus par Me* P. eueu et L. Leroy — Me F Massa* tau sigedn Mtnis re Public.Le juge' ttivoir prside le tribunal — Le nomme Sdlomon Darius iuq : %t a t conaamdc par le lur\ prsid; ter Mr Duquelouclle > ans de Ira' wx forcis,— Mme Regina Bel for ce.\ mplice contre qui au-une charge n a tskvit, a t a:quitle. Union Patriotique AutourJ but 4 heures pin au sige mul,qumon hebdomadaire du bureau. ftttiiade du gnral Lerond el Hianulise le lche assassinat du cors %  aidant MonUigre. 11 rsume le poiot de vue franais tt constate que selon les termes du{ Trait unepiisomption srieuse exis en faveur de la Pologne la suite %  plbiscite ;en ions cas nous preo foons Ui prcautions ncessaires Au sujtt de 1?. question des cou Jible.s lA.lt m gne r.e fait seule %  ectque le geste de juger, mais la %  ittion franaise Leipzig ne pou wit plus assister une pareille pafadelajustce. CSST~DESORMAIS Au Bar de la tresse que l'on si toconire le midi et le soir Ou en sort renseigu sur les net tll du mcide entier et cela i pei fc frais Le Tribunal rlfl paix, nection MJd, a dans son audience da 11 Jqii>l •oarant rendu l>a Jugements toi VR.-ns : /. D ftjwpW contre JU hetowbe. •"/ i qui dfliou'ile ''emande-r de M timande comme' i rcevuble en tout as mat fonde et U ton ,u,t,.,' ISO gourdes de dommages intrt! Sleven Henry contre James Btis combe, e!. Obvier Moore Le Tribunal se dclare d office incomptent ta rai •M le la matire A. Higal cor.tre Edyrantanil est ordonn aux parties de comparai ir personnellement d l audience du mercreii \3 au ceurant. -Salomou Guerrier contre Neleon taustin C-lui qui reoit [opposition du demandeur en la forme, au fond maintien U dit jugement selon sa forme et teneur. — Fil* Aime iomltim contre lins tave Horeslal Celui qui rejette lex cpliun et'ineomp'tenee et de nullit souleve par le, dfendeur el d,t que '.ee parties comparatront uvs sonnette ment l'audience du meriredi Vd juillet en coins — iJcatnl con're Em. VaUnton. Le dfendeur est condamn par dfau' payer la valeur ricliene et a 15 gourdes de dommay s intrts. Ed Side contre Sereins M a yuan* Celui yui tondant i e U dif i.deur a aayer la swiune de H'i qouracs, /m ne corde la facult ac s'en librer par des terme* mentuel* de 90 gourde* Si Erv Elie contre aaoul Auyus 'in. Celui qui ce.niamne par dfaut le afendeur pay r la va.eur rida me et 12 ciux, etc. De coffre f**rt* d** t demie • •** p** r t l % %  H renferiwint d-m catters de trois dimention* d fi entes Cet C48 6II iugtatl U •• r.enl d spost's I tout i t !it iii'li'piiiduts ei uns des iUttei, CtO'i 11Q n l'int^i i i:r ui [ ira locdUiroi une 0atantit9 ; bolu uffraut '.i >iei l< s condilioib d ; >^curit H' da eu nm idit dAsirables i/o 1 ne saurait riea recommandai de m>cui lou^ cti*qi( anol <• h r< harch >d'*J i lian sur, :i l abrj d i toute ?an tu Li li h Ua>e I de 10 si qu I p >w lauil 11> e s pr i ux. l'our les cvndi loua de loca 101 .s"; dressai La Royal bank of canada For au Prioat Kotre Caisse d'pargne Hou$ profitons d* cttte occasion poir rappeler la population la ncessit d'pargner, Par c s ,f n s d'incendie o chtcun se ronve expos prdre en u:i insiiin 1^ fro'l de 1041*8 son ei'Stanee, l'on re s i u r ;> i t miaux fitaatiue i* co dar la laiM dB>a i^iede la R0Y\fi4 B*NK OK CANAD\ le i ont-ut de tes cu o;ii es el eut l'arg nt qu'il sera*! dangereux de garder clic/ JI. L'arg i.t dpof j La Caisse d'Epargne da la Royal Bank ol Gariadi F apporte ir is pour reul (>l oio) jiint cls pr a s:ns aucu.ts Mj k u es pour les dposiuts et co stiiue ua plmfemftui le premier riordrtl de une icur l. T. r au Piiuce. Hai-i, le l;r Juin 192!. Pharmacie Centrale Avis Produits de. tonte fraicheui. — Excution prompte cl soigne dis Le fameux CIGARES GabtUaroa ordonnana — S pcialits pour \outes les maladies J? ourde les loo. ha vente au Dpt de la Ui&lilleria Noua rappelons noa clieuta qu'An raison de la baisse dea alcools, n ous iinintenona le prix de 0 gourdea poui nuire i luiiu SoleilDISTILLERIE DU S3LEIL 21o hue dea Csars Alphonse Haynes Des lustres lectriques de luxe, — Des lits de camp avec, moustiquaireProduits pharmaceutiques II Grand Hlel de France Vin de Madre Vin de Malaga Eeau de Vichy ( G'esiin Vermouth NoilljPrat Vins ii8 de Bordeaux Vente en gros et en dtail des prix modrs Panama Hailroad Stasfiip Line. Service de fret el de passayers New-York Hati NER-VIGOR du Docteur Huxley Prconis par les autorits mdicales pour relever les forces des convalescents puiss par les grandes chaleurs, la neurasthnie, le surmenage et les excs de toutes sortes. En vente dans toutes les pharmacies Afent: VICTOR GENTIL. ?ort au Prince Port-au-Prince, le 1er Septembre 1UW Prenant expditions directes pour l'Angleterre et l'Europe et vic-vesa. Connexions de bH'aux New York. Le plus rapide et le plus direct service de et pour l'Europe. Adresse A. E. Paterson, General Frei.lu Agent, 'l'i, Stata Street, New York i'. ly.— Fret payable tUtination l'exception du Miel. Un dpart par semainede New York directement pour Port PU Prince et un autre par nrois pour lo s le< ports d'Ilai i. — Seulement pas ge de pr.'mire classe.— Les suivants sorU nos Agents dans les principaux por s d'Europe et 'A ngleterre : angleterre, Ecosse et France : MM. G.W. Shelden *$ Co, 11\ James Street, hiverpool, Englnd Copenhague, Danemark : MM. A.E.Bendix & Co % 21, allegade, Copenhague Gnes Italie : 2 MM Henri Coe tf Clerici, Piaxxa S. Matteo. 15 Cnes Italie Christiania Norvge : International Speditionsselskap, Chrttfanii, Humbourg Allemagne: H.Vogemino, Hambourg Gothenbourg Sude : ftodish Express, Gothenbourg Le service de Panama Line entre New -York et Haiti, en vu: des arraogtaieotl qui se son! f iiis MM d'une utilit considrable, et est la voie la plus rapide par laqoslli vos 1.1 ...n .n h-m p uven tre expdie les connaissements couvrant fret pour New-York avec option; de livraison soit I cadre le HAvre. Bordeaux on Anvers seroat livr 0. B. THOMPSON, "*;,',< u **'.



PAGE 1

I £ M A IN '. rGYRALOOSE pour les soins intime* de la Femme ATonbMez pas d'ajouter le comprim de GYRALDOSE L'OPINION MEDICAL*'. • I. Gyraido. o>sinl*rte eomrnfl Aiirun Atltr* produit ne pr.urrAit le faire Unl donnes l'nergie du tbymol et elle le fait aus danger, iiVtanl i.ulIriuent toxique Klle dterre en outre les mo.]i -..-* autant qu'cllp arriMr toute putrfaction, comme ponrraii le (aire une ponge a'iuitiibunt al a aaaanl 4e te as les produite de seffrtion, grce a l'alummi' inilllnln l.a pr. s i'iration des solutions ncessaires pour les soins de 1A lolleUe i iliuis eut des plus licite, attendu qu'il s agit d'aiouter mpletnenl a I eau bouillie les qinmt. tin indiques pour avoir un litre de liquide tout pr.H pour l'InJaeUon !)• (". A i< A r., • -U la FonilU -* Me*—* -l Miwlwlli' Itsbllas" 'Jstlain. :.r leoclertncs.Psn' l •• t.harm>tiA. ^. % %  %  rpare la vessie i • ^V'I %  •. .' \\\ Gurit vite et radicalement Supprime les douleurs, de la miction vite toute !rVv complication 1 > C .-1 MW I •.,,q > %  • j' •>" . -i. Mi r .41.0. ay >at expriment 1 Pngiii, i'tl i' I t.n.r MI nllMaUs Ktliin Birl-s'i'tln' sur l.i taatM et Je 1 pivert r;il dSJW tous les cas I sera ntcossaiiv • JO '=***** %  — C'est moi !<• l'agM qvl dovne Uni* dm vessi's neui" et m gwTis le: CV*ttU, les pyiltes et tu pniilatitea. IV Jnarpii BW0W, llt-lterll:M HpUnl MdilUlir Auiiir. Le Pa'gol dcongestionne et rajun.t les tissus des voiesiwjnaires, rfu'il remet compltement i neuf en tuant tous les microbes qui les habitent. Kt.lilisseme^t.a.ulel.ii..^ r. V.lcncionnc. P.**. cl V |d..WMClW. VA M I A N I N E : Avarie. Maladie_do la Peu* %  irntifiii"-* Nouvc prodi VutlUfl cV kiou-cl Agents gnraux pour liai 1720, Hat) du Mniidsin ii> l'Etat Annexe des Caves de Bordeaux ti.DERE \. Propritaire Rtu par le steamer Sdacoris i : Vus di fardeaux ronge el lilanc p-f har qu^s gro* et del I Vii.s lins par cai-Fe Peurre Ira? ws de la maison Vi -, or t ainus c boite d'1 cl 2 livre Vin de madre ei m-*la< Ailendu mercredi |> >r le Panarm : Beurre 'rai, Miarcuteri de la maiso < liancaise P^rceval et un yrand assortiment de prev sio ts franc i i s. %  r &f M Sttccet s ion de IL Mu tin dut tiio I : ,glS8nl >n r>H qualit 6e tuteur aa mioeori Vidai. Luit, i rpid t Autoi iu t.'ii HIP, i n nii' critociera de la IUC n Martin dei Kio, a t liieo 1 1 lei i s corrptea au cabitet *JB HOU evoej M i barlee louciu'ieuu, iua Fiou, le marai, jeudi ei samedi de lo 11 uiea i,'a midi. L s d biuuis du de Cujus sont f'guii mua n.vittb solder icura mptn ans retard. l'jilau *r i: c*. le 1! juillet 1931 LYA11ST0 ALVABrZ pierre #, tu f p I b ugUs J -efs |.^ cuio^f leslilires, r e ,, a u ..|u les .i r a bougie. ^ t.*a pfemirs son' in rnmniqqM -r> i veet par eo 'q ei' "p'u ^ Urfl | ru' 'S. En vente c l > | *S4, A FOiiiES de LEIPi Foire gorle et Foire lecU BAZAR MTBOPO 1TAIX Maison de confiance Angle des Jim s du Peuple $ Dant De*louches Port-au-Prioce iUt.i'i) Savez-vou que le prix des biecuits a (misse? L'/t achat spcial nous permet d'offrir des biscuits franais, i.rlra fins, au prix exceptio tn< llement bai de or or 0,30 la livre. Varits PtVl'l D il es ^IEO'B Abricoiinea Marie DefMit iotfdit Itoiiqiidt riFiance (, Emblm s ileuiia Otleltfli Mlu gc tala lliecuila Uoyal Lundi il i la Nalonai li ncuit Co en farblaoc. inaintegaot, la boite or 0.50 Uu stock tiain iir biACUitl de la NaUooal lUseuits Co : F g Newtons, Tek ioe, rau, Uovul l.uitli et V-iiih, le jiii|uei or 0,'i Loties, Anu H*, boinanis ni Ci iian auus, le paquet or0,20 Aussi quelquta boite tia BisCi ils ai gle s a le Na louai Biscuit Co, !" piquai or U.'20 Cii/araitea (.'ruaa eut '^U par paqaal avec fume cigarette, r^yui e e i a l m lioteoaot l Cornichons Cross et BteckweUa doux tt sur-, Cbtw ebow, l'icaiii i, Co il ni en mot aria 0.70 Olives Heine tu ictita bocaux or 0,20 Olives au piment 030 Clii au jus fiai cas t,7"> Macaroiu al, baba iqie rg I. 0,45 maint. 0,35 Kxtraiia pors pour gteaux, sorbet*, eic, txtra forte: amandes, fraltea, fiambois^s, ar.ona? citrons, oranges, le bjuteille dJ /. rdgullremeal u,i > m i it maot u 33. h'oublii x pus crO Savon Pslmolive le pain :irage 2 in 1, la bol e Gloas noir, la bou eille b une S' voi s William, le paie avon Colgate Extrait de taollle, I orce Hire amricaine, la bouitille I cmniPH achep, I livie Prffed liheat le 1 oi'w Cipam of Wheit. la boilo l'.de dAnclioie lo iuf.l Poudre da ii^ure blanche si Racbel, la noite '(i 10 15 l IS 13 •I! la 20 2H 25 ::s Du 28 Aot au S Septembre v.)2\ — Duo au il La plu* grande boire du Continent europen pour intemahonaux de. toutes sortes de marchandises et de pi De la il'is haute importance, tant pour les expetaib les acheteurs. Elh mrite le litre de : March General duCommei Internatimal Pour tous renseignements supplmentaires, s'aire$ser-\ Lgation du Heich Alla et la Messuint fuer die Mastermessn in (Offhe des Foires de Leipz ; g La Maison H. Silvi Vient de recevoir encore pat derniers steamers Or am, Carin.irs anglais exli s surrieuis i : ;nl) •'(..' i atglais noir extra sup. l'hlmbeach Voile couleur et b anc 40 p. o y i 2.75 2-50 6 050 9 6,751 2.401 4 2.40 La Pelite maison • : 1U37, Rue du Centre ^J Vient de recevoir en trs jolis flacons deenExcellente Eau de VoW" G. letG350 Suave Eau dentifrice m %  G 2,2^0,4,00.5,00 n|u| bpciali pour enfanis Trousseaux, Liyalies les p ni ures de la place les derniers moc* Prix trs modrs " %  %  Reu par steamer ADVANCE Huile Polarine en barrique ei*r l Preetzmann Ajjer VER 0 U T H U I X Z A N ••* MA l TEIS Ai>entttnral Vur 0



PAGE 1

Uuiaiitoae inne flts 4130 Port au Princs.Jrlaiii Mercredi 13 Juillet 1921 DlRtCTEUR-PKOPRin AIRt Clment-MAGLOIRP 1 f NUMERO V?0^NT1VFS Quotidien HEDACriON; Hue Amricaine No. MB Dieufa distribu desar-| mes eut ce qui existe. L'oiseau a reu la vitesse et ta lion la force; le taureau se dtend par ses corn s et l'abeille par son aiguillon ; la raison est les d. tentes do l'homme. PHOCLYDE QUESTION DU JOUR ( BRONIQUp Le rgime des prisons M§ g m > ^ Il y a quelqueb annes un membre de l'lD8ti'Ut bulvhy, M. GTnbot concluait une enqute qu'il venar d'eotrf prendre et de raliser dans IM priions de France par cette dclaration inattendue que. dans les raliateotatioD I il esime, en effet. que si on faisait une conomie de 15o|e sur la nourriture, les pnsonnien l'en trouveraient encore bien Ceit. n'est-ce pas, n y pas croire ? En ce qui concerne le travail, — son nom par le fait qu il romane lobiise nce les gens les plus indisCipIlQPb Sir || detniaie de qu-'qaes famil L py des 3 j n ^7~. ,7* ••."p-v.uBo 1 uuiuuui... JS vais VJUR le priseoe de France, on fait de la sudire. Parce que Londres a le chat S 'nro tS O r\ Xk*t UT -ifp bisse 1, da lait de la diversit 1 i-cs 1 ds idiome* empoy^s nconv a pour aquelle mus voy toi is chambre de commace e. r.ombr; d'autres neuf queues #. Le • chat neuf queues esle fameux "martinet'* hatien tomb aujourd'hui presque Sapements conomiques prconiser PP , ', ,.''" U en dsutude V q la gnralisation d'une hngue vhi"'""' MrU ic dutt 'n L'oe crise d'apaches s'tait abattue culaire commune, fa 1 d-s lm-ch „. r un ,v ,, „.;, ; if ur Londres, il y a de cela quelque essentiels de la p'uoi t des linmiM car, en dehnitive, c est l en princ. ; temps raconte son tour un HOgnralement 1 i 1 pe l'essentiel du rgime des prsons clen directeur des affaires criraine les 5L . h!!i emn y^-Les chan voici ce que rvle une statist. d'Angleterre, sir Howard V Se f",' L, s 7!* • qU SC que assez rcente tablie sur ce queic'est au "hard labour'' et au ••chat ? nt res lextenil 3 M prisonniers produisent e: sur ce' neuf queues'" combins oue au : o'nisatio is co lomiques !a cre qoili cornent. .11 y a. en France.(bout de quelques mois. Londres all0n de toutes £0 e de nat.onal l* lansles maisons centrales, en vu on, tait dbarrass de ces malfaiteurs | nouvelles, obliget d: plus en plut Widtenus, dans les maisons d 1 "Les mains coupables furent con-' a cotrcspondrs ave; des persoan-s partementales et autres, environ 14 damns quatorze joure de "hard P a ''* des langues dii-entes [tulle Au total, kO.000 dtenus. Ces lebour", les autres furent soumis au Me l'ruJa nom a fait h pto'w ,/,-' ;i"! W ,J, '^'V/y/./v projti mjtti|les aises nous coeseotiriooi i adpou !" auvrt & bsntmuua ,i /.omettre des peti'a pao laairei n. E2J2?! T f ricbt Cttk %  '"""•• y' 00 "' Pon mensuelle file tnitauve ni duc i un groupt dt damts\w le conseil %  ^"'^ i veulent gardtr lanonv IX Les Dlits entants de nos farril \ ,.,, ,, , |les devront s'intresser i l'oeuvre il /-//,/> rr/"^ ,h "" Ur l )U e P vantde quelque chose de surv r il, ?-f t>r i / '" T cn! """""' l *a.PPorier leur COtiutioa, soit o.ia • Puhhc sam'fU semaine pour secouru leurs frI res dshrits du sort. Cette cotisation des petits foimerait I Ualo.tldaoi unquattier central. ; U De c *>e spciale qu'on emploierait II Commtocai l'oeuvre avec d s ^ P 3ur donner aux ciifaats de I oeuve enfint;. Ag.; du ier ig. i 4 ans. quelques satisfactions : goter, dts ge OJ l'en t an 1 peut tre diri^ vers jouets ttc. etc. une cole j X Ua cours pratique ouvert i touII Les en (mu Mr.i*m im-.i,it'S les jeunes biles dsireusei de S'IDS tous le i matin; a l h :ures parenis ^i repris le soir vers IV 0.1 leur donoerut le intressants personnages coulent par jour et individuellement 2frOS au budget, soit 737 francs par an, et, pour l'ensemble UTiti.H't francs rgime du "chat neuf queues '' La Danemark, depuis 1905.00 sorte que se just'fie a rtabli la bastonnade pnale, en raiBon du nombre croissant des at Or, combien rapportent-ils par leur, t entais esotre les personnes. Dapuis !" %' V 0 'Ci;la recette annuelle | lors ces atteu'ats ont diminu dans tde d,8JJ..( francs, soit 191 fr 45 une norme proportion, et Copenpir tte et par an, ou 0 fr 52 par bague est. prsent; la ville la plus ioQf. Donc, pour un produit de lre qui soit au monde, Or, il devient impossible dappren Das Ju "!*" consistant eu laiti dre tous les id ornes trangrs. El b s:uil, Le repis du midi et u sorte que se iusffie la mnn.imn,-* gr heure? avant de ivn>rr '. amens par leuis o heurts. lejis ; r* -itig:el a l rentrer chta noioi de 4 millions, les dpenses atteignent pi es de 15 millions- "—En Amrique, certains Etats. ont eu recours galement aux peines remarquer nnmn allao rA„i r „ ~ -AJ •• .. tle rapport continue ; tEt eucorpo elles contre .es rdeursore n'est-ce l qu'une des faces de I ,( -A Shangai dans la grarde U question pnitentiaire &u point de ci amricano-anglo et franco-chioe conomiqueC'est pis encore noise, on avait, nagure; supprim— aaos les bagnes, o les foiats, qui videmment sous l'influence des o'enten moyenne et par i>e 3 fr ides franaises — le bambou, la lu quotidiennement, produisent un cangue et la rotin pour les criminels travail qui quivaut moins de 14 Ds lors, Shangai devint le plus ter Mutimes par jour. jrible des coupe-gorges; le brigangaDe France passons ailleurs, et j ai M y rgna en matre; les actes de IMtement sous les yeux quelques banditisme s'y succdrent si nom alitions difiantes qui me dispen-jbreux, l'audace des malfaiteurs s'ac •ent de trop longues recherchesJe, c rut tel point que ces mmes,Euw puise dans une tude de M. Erropens qui avaient fait suDDri'iier d'une langue internaiioaale, tint au cUX point de vue latellectael qa an poiat v u 1 raiecin dont le concours de vue conomique. Voil pourquoi, est s: >r, s; charge de la partie SA dans les milieux industriels et corn Q,tilre et mdicile;— deux nurses merciaux.on applaudit aux choi qui eQlre tenues par l'oeuvre seront chu vient dtre fait par la Cnambre de S 4es d'assurer le service Du* ses commerce de Paris Comme on le fait Je P ens es U sociti devra prvoir DUC avec raison, un espr.t in P ei tJ mbrmene. teinatioaaU'estcr eatn les peuples Ll 'acuit a'avoirdes boiaes denaux idiomes diver;. L'avenir rserve fams MF^** sera tudie pat ;a drxc aux nations les pus difcrren-es, ea ,,oa 4 UI compte preadre dej fillettes raison des fias conom ques et socia COinr ne bonnes et les prparer ainsi les, des rtlaiioas de pusea plus pro c e t l ui leUf permettra aprs un stage fondes, Li v.e sociale, dit un con de nx mois d'oil.ir leur seivice d n^ lesfamiilescomme bonceirtnbais VI Un groupe de dames patron nesses entretiendraient l'oeuvre nio Mit Laut du c l'eut Journal —Contre les criminels endurcis, joi voisins (les Anglais)ont le c hard •wor, le tiavail rigoureux qui •mne vite rsipiscence les pares•W Us plus invtr!. Les coula cangue et la bastonnade, en vin rent rclamer le rtablissement de ces peines corporelles dans leurs concessions. Et tout aussi ot les cri mes cessrent et Shangai redevint une ville habitable' Vous le voyezqu'ils soient jaunes. onea au .karr 1 labour sont obli noirs ou blancs, les malandrins n'ont P* dfaire de l'toupe avec de qu une peur, la peur des coups.." pu cordages de navire, et c'est %  ae besogne qui leur met vite les' Simaintenant.il vous arrive un ^101 en ang; ou bien ils sont em jour de vous faire pincer et si vous s**h ^ a re ** r la ^ orce motr ce en avez d 8 rayons d'ordre pnitentiai tarchant sur une roue dont les pare pour ne pa3 vous laisser prendre Mi e drobent continuellement en Hati, rappelez-vous que c'e9t en %  oui leuri pieds Impossible de sarFrance que vous serez le mieux, Mer i de Mann-un ibBtant, sous p 1 comme logement, comme hygine, • de recevoir sur .es tibias des comme alimeuiation et comme tra'!" %  violents. C'est ce qu'on luvai|. A dfaut t mes indications tread-mill, le moulin de votre instiuct vous guiderait, d'ail •eipline'. qui justifie amplement leur*. fre parisien, mod fie par lvolu net. des conditions de l'eiiittocs, va ctupper aux rgles qu'ea des tempi plus stables, elle s'tait acco vea ani une cotisation de un dollai inmodee de suivr; Des concepts phi P ar mo s Lies dames se runiraient losophiques p'us in'.ellig bls, parce fi eux foij P^ r semaine au local de plus universels vont s'tendre loeuvre que truire se fera au local Je l'oeuvre.Ce sera une prparation pour la grand rU que toute jeune fille est appehc i joaer dans la vie: mre d'aboid, ductttice ensuite. Tous les dons pourront tre adre ses au local de l'oeuvre. XI Les familles dsirant participer celte boone oeuvie pourront s'ins crue et verser suivant leurs raoyeus, une cotisation mensuelle. ippel nos sœurs Pour entreprendre une oeuvre de Bionfaisancs Mesdames, Au moment o un mouvemen se dessine parmi nous dans presque taules les classes de notre socit] au moment o la ncessit de se g ouper se fait sentir pour former des runions mtressaatcs, nous venons i vous. Au-dessus de nos cercles littraire, ncessaires pour rcrer nos espfitl iatigus des ennuis quotidiens, il est de noire devoi; de bonne patinote. d abord, de soeur charitable ensuite, de nous grouper pour crer une œuvre intressant;, uae otuvre ^ tte de dimanche 14 JUILLET nationa'e des glorieux de Cet anniver ^•cour da Mme MevsIl y aurai s aire est con seulement clbr en ^Jeaie, tombola, thtre Ces alJ ^"D" < l dans les colonies franaises SSa commenceront immdiate-} mais un peu partout comme la tte l P's la messe qui sera dite t u de la LibertLe Bisil, le Guatemala, ^oooeurde Notie Dame lu • %  %  „.,, u 1. ,.. Demain est la tte na •"ta n a?m;V r,lta H te la "'f q ! F < aD ^ anniversaire .-anie Bizoton, duraDt toute .„? V o,. i; iu n J journe de dimanche, dans la' I a P ne de la Bai l,le c t Wiconr ds Mm M P V. 11 nr-isaire est con seulement -,— r ._„ -u.. C i3vif, voai seienure 7„ .: et se gnraliser. La vrit, simple vu Ua ) our serait consacr a l'ousynth.c de hits, va correspondre i vr ircar il faudrait travailler pour ha une communion des esprits en une biller les petits. No petits auraient unit toujours plus vaste, toujours UD UQ ''orme plus haute, dirige vers une notion VJ11 Les Messieurs dsireux de s'ia conc te des ensembles Il est donc ter£SSe r %  l'oeuv.e pourront l'inscrireIbl'nfaiiaate. temps, plus que temps que l'on s'ef cornn e membres tondatmrs ou biew L y a donc, direz-vous, lOfLifli force de trouver, dans le chaos, des '* licur u socitaire. |chose de plus intressant et de plus idiomes, les lments constitutifs I grand que tout cela. d'une langue vhiculaire mondiale! %  Cest de se runir, d: se grouoer M.is laquelle choisir? La question l Ama „ %  est assrz dlicate, car il en est plu de principales langues europennes i la fhim ss ucs des P r 'mnives formations plu sieurs. Or. tout rcemment, la Cham loiogques descivilisjtions antiques I semble prouv que bre de commerce de Paris, aprs de, longues et subtantielles ludes, s'est L '., rallie unanimement 1 1 ide de r a ?\ eU pandre, voir d'impo;er l'espranto. JJ,JJ' bile a rclam son universalit er" 1 qu'elle soit admise coaime officielle Jille a mme demand pouvoirs de la prop ;ger. dans une CiirSTiu* wolre Dame du dont!le Honduras, le Nicaragua, Panama, uir 1P ana t'tpra-midi i lires, | l'Uruguay ont fait de ce jour une •tit!. P ai8ir d en,endr deux fie Nationale. LOX. n l B Comdies locales et des Nons autres hatiens qui avom du puissantes raisons d'aimer cette belle ^ologues choisis. U ataj? r,e den 'tee ne cote qu'une JOOVTA n est valBble P ur toute lR •oiII d' neD Sera pa8 vendu a l8 D, o. ? tc tre. Un en tiouvera caczi •% %  God ' e V GuJ'^aud, LhSaint t plus dignes de la libert. Demain, chmage gn-a'. e adroite et relativement aise, quelques exercices, dans un j retour au fonds commun des nations J et des races, dans une heu-euse co.ordinaiion des catactres grama'i |caux. une remarquable puissance d' A-t-on des raisons srieuses de pr daptatioa et de vulgarisation. Ce ne fer l'espranto i tout autre idiom'soat point des qualits Dtliseablei nouveau t II prrait— Ceux qui preC'estiH esque l'on doit leTucci que contient cette langue, point nouvelle l'on fait en ce moment dans aombn il est vrai, prsentent des observademilieux conommuesa l'espraito lions eu'il faut retenir. | M.is qu'on nese mprennent point Cette langue internationale, d sur le caractre du mouvement entre Iun des rapporteurs, est, en efl t, pris dans nombre de pays I! ne s'bffii claire, picise, fortement analytique point, il ne peut |*agii de dtriei file reprsente un tllort ratioaalis-e les langues nationales Non El les pour faire Je bien. farces temps de misre intense, il noas laut quitter nos gaies villas! noire vie agrable et tranquille, pour a langue jdesceudre dans les foyers de noi 1 1 malheunux qui sout nos frres. Plui grandes sont la misre et U soutlrance chez les mres obliges de travailler au dehors et n'ayant pis d'amies, une sœur pour guder le nouveia ni oa ie peut enfant. Dans cenaia c*J ce p;tit est abiadoaa.. NJoai avoiisju/eat vu de cej mires iyaat un pjupoi de huit jours~ le laissant seu. dans uae petite maison ea chaum: pour aller lui cherch.-r u 1 Deu dl nounilure. Dias d'autres cas, la mre un peu lJo!e ia maison, prtexta it qu'elle ne peut laisser seul. Pas de travail, partant nourriture, et alors... c'est trs intressant oppos aux vieux mentalit.des races devro! 7oaj u S !-on e;/?, ^ monuments linguistiques surcharet sexmimer H.n, U. IA --JT "LTS: T2.". M * D r****** lil "*rentant pas de la mimonuments linguistiques surchargs sexprimer dans les id ornes de traditions absurdes, d idiomes tionaux Mais il y a des besoins suranns, d'obeums condamnables, satisfaite. Bt IM vrits universelles ,--", Q.uvre scientifique, et partant de 1 ordre scientifique et de l'ordre et hioique patrie franaise, peasons universelle, elle soumet aux lois social, les notions de la vie connm, au magnifique anniversaire plein de les plus simples, la complexit appa que les plus importantes peu symboles qu'est le 14 luillet et trirente des idiomes et rgit, par une tre demandent i tre dites dan' v.illor. i nous montrer de plus en .syntaxe iigoureuseetsans exceptions, une langue que tout le monde peu. les lments fondamentaux qui, deexprimer. H jpuis das sicles, forment 1rs ra ines L B Cesl vn cette misre, i c •re que nos cceari doivent aller pour la secourir, et le moyeu le seul qui so.i offert, est d: crer ar crcheLie crche? Oui, Mesdames, une maison ou ces pauv:es mres p 0lu raient tous les matins dposer leurs petits pour les reprendre les aprs leur journe Je travail. soirs


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05424
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 13, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05424

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Uuiaiitoae inne flts 4130
Port au Princs.Jrlaiii
Mercredi 13 Juillet 1921
DlRtCTEUR-PKOPRin AIRt
Clment-MAGLOIRP
1
f NUMERO V?0^NT1VFS
Quotidien
HEDACriON; Hue Amricaine No. Mb
Dieufa distribu desar-|
mes eut ce qui exis-
te. L'oiseau a reu la
vitesse et ta lion la
force; le taureau se d-
tend par ses corn s et
l'abeille par son aiguil-
lon ; la raison est les d.
tentes do l'homme.
PHOCLYDE
QUESTION DU JOUR
( BRONIQUp
Le rgime des prisons M gm>^
Il y a quelqueb annes un mem-
bre de l'lD8ti'Ut bulvhy, M. G- Tnbot
concluait une enqute qu'il venar
d'eotrfprendre et de raliser dans
Im priions de France par cette d-
claration inattendue que. dans les
raliateotatioDI il esime, en effet.
que si on faisait une conomie de
15o|e sur la nourriture, les pnson-
nien l'en trouveraient encore bien
Ceit. n'est-ce pas, n y pas croire ?
En ce qui concerne le travail,
son nom par le fait qu il romane
lobiise nce les gens les plus indis-
CipIlQPb
Sir || detniaie de qu-'qaes famil
L
py
des
3--------j n ^7~. ,7* ."p-v.uBo 1 uuiuuui... js vais VJUR le
priseoe de France, on fait de la su- dire. Parce que Londres a le chat
S 'nro tS O r\ Xk*t UT -ifp
* bisse 1, da lait de la diversit
1 i-cs 1 ds idiome* empoy^s
nconv
a pour
aquelle mus voy toi is chambre
de commace e. r.ombr; d'autres
neuf queues #. Le chat neuf
queues es- le fameux "martinet'* ...........
hatien tomb aujourd'hui presque Sapements conomiques prconiser PP, ',,.''" U
en dsutude V q la gnralisation d'une hngue vhi- "'""' MrU ic dutt'n
L'oe crise d'apaches s'tait abattue culaire commune, fa 1 d-s lm-ch
.r un ,v ,, .;, -------; ifur Londres, il y a de cela quelque essentiels de la p'uoi t des linmiM
car, en dehnitive, c est l en princ. ; temps raconte son tour un ho- gnralement 1 i 1
pe l'essentiel du rgime des prsons clen directeur des affaires criraine les 5L . h!!i emny^-- Les chan
- voici ce que rvle une statist. d'Angleterre, sir Howard V Se f",' L, s 7!* qU' SC
que assez rcente tablie sur ce queic'est au "hard labour'' et au chat ? nt res lextenil3
M prisonniers produisent e: sur ce' neuf queues'" combins oue au :o'nisatio is co lomiques !a cre
qoili cornent. .11 y a. en France.(bout de quelques mois. Londres all0n de toutes 0"e' de nat.onal l*
lansles maisons centrales, en vu on, tait dbarrass de ces malfaiteurs | nouvelles, obliget d: plus en plut
Widtenus, dans les maisons d 1 "Les mains coupables furent con-'a cotrcspondrs ave; des persoan-s
partementales et autres, environ 14 damns quatorze joure de "hard Pa''* des langues dii-entes
[tulle Au total, kO.000 dtenus. Ces lebour", les autres furent soumis au
Me l'ruJa nom a fait h pto'w ,/,-'
;i"!W,J,'^'V/y/./v projti mjtti|les aises nous coeseotiriooi i ad-
pou auvrt & bsntmuua ,i /.omettre des peti'a pao laairei n.
E2J2?! T fricbt Cttk '""" y'00"' Pon mensuelle file
tnitauve ni duc i un groupt dt damts\w le conseil
'^"'^ i veulent gardtr lanonv IX Les Dlits entants de nos farril
\ ,.,, ,, |les devront s'intresser i l'oeuvre il
/-//,/> rr/"^ ,h""Ur l)U ePvantde quelque chose de surv r
il, ?-f t>ri '/'" Tcn! """""' l*a.PPorier leur COtiutioa, soit o.ia
Puhhc sam'fU semaine pour secouru leurs fr-
I res dshrits du sort.
Cette cotisation des petits foimerait
I Ualo.tldaoi unquattier central.;UDe c*>e spciale qu'on emploierait
II Commtocai l'oeuvre avec d s^P3ur donner aux ciifaats de I oeuve
enfint;. Ag.- ; du ier ig. i 4 ans. quelques satisfactions : goter, dts
ge oj l'en t an 1 peut tre diri^ vers jouets ttc. etc.
une cole j X Ua cours pratique ouvert i tou-
II Les en (mu Mr.i*m im-.i,it'S les jeunes biles dsireusei de s'ids
tous le i matin; a l h :ures
parenis ^i repris le soir vers
IV 0.1 leur donoerut le
intressants personnages coulent par
jour et individuellement 2frOS au
budget, soit 737 francs par an, et,
pour l'ensemble UTiti.H't francs
rgime du "chat neuf queues ''
La Danemark, depuis 1905.00 sorte que se just'fie
a rtabli la bastonnade pnale, en
_ raiBon du nombre croissant des at
Or, combien rapportent-ils par leur,tentais esotre les personnes. Dapuis
%'V0'Ci;la recette annuelle | lors ces atteu'ats ont diminu dans
tde d,8JJ..( francs, soit 191 fr 45 une norme proportion, et Copen-
pir tte et par an, ou 0 fr 52 par bague est. prsent; la ville la plus
ioQf. Donc, pour un produit de lre qui soit au monde,
Or, il devient impossible dappren Das Ju "!*" consistant eu laiti
dre tous les id ornes trangrs. El b's:uil,- Le repis du midi et u
sorte que se iusffie la mnn.imn,-* g-r heure? avant de ivn>rr
'. amens
par leuis
o heurts.
lejis ; r*
-itig:el
a l
rentrer chta
noioi de 4 millions, les dpenses
atteignent pi es de 15 millions-
"En Amrique, certains Etats.
ont eu recours galement aux peines remarquer
nnmn allao rAir ~ -aj_____ ____..__
tle rapport continue ; tEt eu- corpo elles contre .es rdeurs-
ore n'est-ce l qu'une des faces de I ,(-A Shangai dans la grarde
U question pnitentiaire &u point de ci amricano-anglo et franco-chi-
oe conomique- C'est pis encore noise, on avait, nagure; supprim
aaos les bagnes, o les foiats, qui videmment sous l'influence des
o'enten moyenne et par i>e 3 fr'ides franaises le bambou, la
lu quotidiennement, produisent un cangue et la rotin pour les criminels
travail qui quivaut moins de 14 Ds lors, Shangai devint le plus ter
Mutimes par jour. jrible des coupe-gorges; le briganga-
De France passons ailleurs, et j ai M y rgna en matre; les actes de
IMtement sous les yeux quelques banditisme s'y succdrent si nom
alitions difiantes qui me dispen-jbreux, l'audace des malfaiteurs s'ac
ent de trop longues recherches- Je,crut tel point que ces mmes,Eu-
w puise dans une tude de M. Er- ropens qui avaient fait suDDri'iier
d'une langue internaiioaale, tint au cUX
point de vue latellectael qa an poiat v u 1 raiecin dont le concours
de vue conomique. Voil pourquoi, est s:>r, s; charge de la partie sa
dans les milieux industriels et corn Q,tilre et mdicile; deux nurses
merciaux.on applaudit aux choi qui eQlretenues par l'oeuvre seront chu
vient dtre fait par la Cnambre de S4es d'assurer le service Du* ses
commerce de Paris Comme on le fait JePenses U sociti devra prvoir DUC
avec raison, un espr.t in Pei'tJ mbrmene.
teinatioaaU'estcr eatn les peuples Ll 'acuit a'avoirdes boiaes den-
aux idiomes diver;. L'avenir rserve fams MF^** sera tudie pat ;a drxc
aux nations les pus difcrren-es, ea ,,oa 4UI compte preadre dej fillettes
raison des fias conom ques et socia COinrne bonnes et les prparer ainsi
les, des rtlaiioas de pusea plus pro c.e tlui leUf permettra aprs un stage
fondes, Li v.e sociale, dit un con de nx mois d'oil.ir leur
. seivice d n^
lesfamiilescomme bonceirtnbais
VI Un groupe de dames patron
nesses entretiendraient l'oeuvre nio
Mit Laut du c l'eut Journal
Contre les criminels endurcis,
joi voisins (les Anglais)ont le c hard
wor, le tiavail rigoureux qui
mne vite rsipiscence les pares-
W Us plus invtr!. Les cou-
la cangue et la bastonnade, en vin
rent rclamer le rtablissement de
ces peines corporelles dans leurs
concessions. Et tout aussi ot les cri
mes cessrent et Shangai redevint
une ville habitable-
' Vous le voyez- qu'ils soient jaunes.
onea au .karr1 labour sont obli noirs ou blancs, les malandrins n'ont
P* dfaire de l'toupe avec de qu une peur, la peur des coups.."
pu cordages de navire, et c'est
ae besogne qui leur met vite les' Simaintenant.il vous arrive un
^101 en ang; ou bien ils sont em jour de vous faire pincer et si vous
s**h ^a're **r la ^orce motr'ce en avez d8 rayons d'ordre pnitentiai
tarchant sur une roue dont les pa- re pour ne pa3 vous laisser prendre
Mi e drobent continuellement en Hati, rappelez-vous que c'e9t en
oui leuri pieds Impossible de sar- France que vous serez le mieux,
'Meri de Mann-un ibBtant, sous p 1 comme logement, comme hygine,
de recevoir sur .es tibias des comme alimeuiation et comme tra-
'!" violents. C'est ce qu'on lu- vai|. A dfaut t mes indications
tread-mill, le moulin de votre instiuct vous guiderait, d'ail
eipline'. qui justifie amplement leur*.
fre parisien, mod fie par lvolu
net. des conditions de l'eiiittocs,
va ctupper aux rgles qu'ea des
tempi plus stables, elle s'tait acco veaani une cotisation de un dollai
inmodee de suivr; Des concepts phi Par mo's Lies dames se runiraient
losophiques p'us in'.ellig bls, parce fieux foij P^r semaine au local de
" plus universels vont s'tendre loeuvre-
que
truire se fera au local Je l'oeuvre.Ce
sera une prparation pour la grand
rU que toute jeune fille est appehc
i joaer dans la vie: mre d'aboid,
ductttice ensuite.
Tous les dons pourront tre adre -
ses au local de l'oeuvre.
XI Les familles dsirant participer
celte boone oeuvie pourront s'ins
crue et verser suivant leurs raoyeus,
une cotisation mensuelle.
ippel nos surs
Pour entreprendre une
oeuvre de Bionfaisancs
Mesdames,
Au moment o un mouvemen
se dessine parmi nous dans presque
taules les classes de notre socit]
au moment o la ncessit de se
g ouper se fait sentir pour former
des runions mtressaatcs, nous ve-
nons i vous.
Au-dessus de nos cercles littrai-
re, ncessaires pour rcrer nos es-
pfitl iatigus des ennuis quotidiens,
il est de noire devoi; de bonne pa-
tinote. d abord, de soeur charitable
ensuite, de nous grouper pour crer
une uvre intressant;, uae otuvre
^ tte de
dimanche
14 JUILLET
nationa'e des
glorieux de
Cet anniver
^cour da Mme Mevs- Il y auraisaire est con seulement clbr en
^Jeaie, tombola, thtre Ces al- J ^"D" SSa commenceront immdiate-} mais un peu partout comme la tte
lP's la messe qui sera dite t u de la Libert- Le Bisil, le Guatemala,
^oooeurde Notie Dame
lu .,, u 1. ,.. Demain est la tte na
"tana?m;Vr,ltaHte la "'f q! F .-anie Bizoton, duraDt toute .? V o,.i;iu n
J journe de dimanche, dans la'Ia Pne de la Bai l,le- ct
Wiconr ds Mm mPv. 11 nr-isaire est con seulement
-, r._ -u..Ci3vif, voai seienure 7 .:
et se gnraliser. La vrit, simple vu Ua )our serait consacr a l'ou-
synth.c de hits, va correspondre i vrircar il faudrait travailler pour ha
une communion des esprits en une biller les petits. No petits auraient
unit toujours plus vaste, toujours UD UQ''orme
plus haute, dirige vers une notion VJ11 Les Messieurs dsireux de s'ia
conc te des ensembles Il est donc terSSer l'oeuv.e pourront l'inscrireIbl'nfaiiaate.
temps, plus que temps que l'on s'ef cornne membres tondatmrs ou biew L y a donc, direz-vous, lOfLifli
force de trouver, dans le chaos, des '*licur u socitaire. |chose de plus intressant et de plus
idiomes, les lments constitutifs I grand que tout cela. .
d'une langue vhiculaire mondiale! Cest de se runir, d: se grouoer
M.is laquelle choisir? La questionlAma '
est assrz dlicate, car il en est plu de* principales langues europennes
i la fhim !ss.ucs des Pr'mnives formations plu
sieurs. Or. tout rcemment, la Cham ,
loiogques descivilisjtions antiques
I semble prouv que
bre de commerce de Paris, aprs de,
longues et subtantielles ludes, s'est L '.,
rallie unanimement 1 1 ide de r a?\eU '
pandre, voir d'impo;er l'espranto. JJ,JJ'
bile a rclam son universalit er"1
qu'elle soit admise coaime
officielle Jille a mme demand
pouvoirs de la prop ;ger.
dans une
CiirSTiu* wolre Dame du dont!le Honduras, le Nicaragua, Panama,
uir 1Pana t'tpra-midi i lires, | l'Uruguay ont fait de ce jour une
tit!. P'ai8ir d'en,endr deux fie Nationale.
lox. n l B Comdies locales et des Nons autres hatiens qui avom du
puissantes raisons d'aimer cette belle
^ologues choisis.
U
ataj?r,e den'tee ne cote qu'une
JooVTA nest valBble Pur toute lR
oiII d' neD Sera pa8 vendu a l8
D, o. ? tctre. Un en tiouvera caczi --------------
God e V' GuJ'^aud, Lh- Saint t plus dignes de la libert.
Demain, chmage gn-a'.
e
adroite et relativement aise,
quelques exercices, dans un
j retour au fonds commun des nations
J et des races, dans une heu-euse co-
.ordinaiion des catactres grama'i
|caux. une remarquable puissance d'
A-t-on des raisons srieuses de pr daptatioa et de vulgarisation. Ce ne
fer l'espranto i tout autre idiom'soat point des qualits Dtliseablei
nouveau t II prrait Ceux qui preC'estiH esque l'on doit leTucci que
contient cette langue, point nouvelle l'on fait en ce moment dans aombn
il est vrai, prsentent des observa- demilieux conommuesa l'espraito
lions eu'il faut retenir. | M.is qu'on nese mprennent point
Cette langue internationale, d sur le caractre du mouvement entre
Iun des rapporteurs, est, en efl t, pris dans nombre de pays I! ne s'bffii
claire, picise, fortement analytique point, il ne peut |*agii de dtriei
file reprsente un tllort ratioaalis-e les langues nationales Non El les
pour faire Je bien.
farces temps de misre intense,
il noas laut quitter nos gaies villas!
noire vie agrable et tranquille, pour
a langue jdesceudre dans les foyers de noi
1 1 malheunux qui sout nos frres.
Plui grandes sont la misre et U
soutlrance chez les mres obliges de
travailler au dehors et n'ayant pis
d'amies, une sur pour guder le
nouveia ni oa ie peut enfant. Dans
cenaia c*J ce p;tit est abiadoaa..
NJoai avoiisju/eat vu de cej mires
iyaat un pjupoi de huit jours~ le
laissant seu. dans uae petite maison
ea chaum: pour aller lui cherch.-r
u 1 Deu dl nounilure.
Dias d'autres cas, la mre un peu
lJo!e ia maison, prtex-
ta it qu'elle ne peut laisser
seul. Pas de travail, partant
nourriture, et alors... c'est
trs intressant oppos aux vieux mentalit.des races devro! 7oaj u S !-on e;/?, ^
monuments linguistiques surcharet sexmimer H.n, U. ia --JT "LTS: T2.".M *d r****** lil"*-
rentant
pas de
la mi-
monuments linguistiques surchargs sexprimer dans les id ornes
de traditions absurdes, d idiomes tionaux Mais il y a des besoins
suranns, d'obeums condamnables, satisfaite. Bt Im vrits universelles
,--",- -------------- Q.uvre scientifique, et partant de 1 ordre scientifique et de l'ordre
et hioique patrie franaise, peasons universelle, elle soumet aux lois social, les notions de la vie connm,
au magnifique anniversaire plein de les plus simples, la complexit appa que les plus importantes peu
symboles qu'est le 14 luillet et tri- rente des idiomes et rgit, par une tre demandent i tre dites dan'
v.illor. i nous montrer de plus en .syntaxe iigoureuseetsans exceptions, une langue que tout le monde peu.
les lments fondamentaux qui, de- exprimer. H
jpuis das sicles, forment 1rs ra ines L B
Cesl vn cette misre, i c
re que nos cceari doivent aller
pour la secourir, et le moyeu le
seul qui so.i offert, est d: crer ar
crche-
Lie crche? Oui, Mesdames, une
maison ou ces pauv:es mres p0lu
raient tous les matins dposer leurs
petits pour les reprendre les
aprs leur journe Je travail.
soirs


-
L MATIN
-il ftte thtrale
r./. gratuit*
I in nuelques jeunes gens de Pint4rea
'"snt quartier du Morne IWJJ
l^.seuturefete littraire et H^trae.
oui ter donre le dimanche -
l'Asile l-'rencsis.
Nouvelles ^Iraiigres
s
PA.P
b
r.
Juillet couran
l'occaiion de la Samte Anne-
P il -iIIIl i comdie locale en deux actes Ut
""U'^trinea qui est une pecedunej
**ili kaute porte morale
--JIJ c nui Hbheej|l cordUltIDtol Invit.
. 3 11 y aura aneei tombola, loiene.l
q amusements divers-
DiifribuffoH
de prte
I a proclamation solenr lie
uns au Pensionnat Notre Dame
Sacr-Cur aura lieu le 32 Ju:ll<
Les ( loui
s
70
'
I
il
n
1
01
de
d-i
Il et
Secr-C
7 lires iW du matin,
Une eiposition de travaux ma
nuels et dar se tiendra du 1t au W
Juillet loelailvwnont, do 8
malin et deit D l'epis-midi-
11
Varits
Ce SOIH
polie d'Amour
Entre G. ',0
FARISn i7v2i:ientt j t>\< >6
Slerlieg 46,8 > lia
Dollar 1286 i|2
NEWYORK F. m- ia 90
S rling { <>;;>>
Washington iol i
Hardieg invita IAi g ttern 1 i
ce, ll'a'i le lapon ei vi d
une confrence iWi
dsarmement.
MOUNDSVILLE WEST VIRGI
NIA io-- Sept peisoones a 1 ne
cinquaotaire bletsesquand u
de bombardement tomba
groupe d'automobiles sur le champ
d'aviation
HOBCKIN NEWIERSEY to-D*s
seivicra comme moi atits, au>qols
a s.:tiieDt snateur Lo g s secrtaire de guerre, le P >
ihirg, Casenave, haut comniiss in
tu France ont en lieu ;u dtbaicaC
c rps de 7264
ar uul d pi le gouvern9 adversaire dsigner,
j iu buj de i invitat-on LONDRES MrMoyj
du prsident Hardi g aux puissan Mr Ramou Valemge ren%(
c ., a|| e cl a n vue d'une l-ondrea ipudi dau.uneT
coofrei i nations Washing encore ds-gno, pour le, ,
t jn.'pour di Ips questions de lions prliminaires au soie,
li lis i'U;ou des arm- runnts du paci ment de la quastiou irUM
P rtTATFMALA 10 Le gnral ttioe et de l'Est cm Orient. Mr. L'armistice conclu la 8^,
lie lir and en rentrant au Ministre, . mre entre vigueur en bC
" eu> mis au couiaat de c te daiur jnurd nui midi, l'eictS
In Belfast qui a vu hier une 4Z
nes l9 nlus siug'antes dai
toire. Les coralu's s<> soit
MVgn qu -car vn'er cette v
iotei mpu on trs]et vers le
le gou
v ri ,n\ f sriil
WASHINGTON Oj cons'd
quele* qoestioaa d'Extrme Orient,
iur<"" 7 ou: ie* ijuoiiujis ul.au <------------- --------- ----------------------v,v,
ta cectea dpendance, est n,^,^. rotnpria le prob'.in I dans certains districts m
I r j | ridant son sjour des d.ri m !;(i.A,;, ,, ... es rela'iotis feu qui aval e supprim
inist'ce a t r'nb'i tandis'
-cl las arms continuent
ia police de la ville.
1
ltes
1
t cjca :s eo son non -jciiino japonaise, porte ouverte de
a' un
i b.i!
lut
ve le Snat a vo: lu
.
i e r olu ion supprimant
ri,^., c lentdanstoute laFri d
ce 1, revi 4 lui 1 '. La chaleur
rgnent dansioote
! :e. Hier ie hermomtro est
me: 1 i l I atigrad s :
Mu sa 11 loillet e. n'esi
lie deux millimtres d
f ''c il qjc le gi
Ltiond :- obtenu d^
. ;.,. ai i. 1 ais l'autorisation 1
veau sa Pis ce pur y sobj uoe
Ji Ces petits deviendraient ntres
pour qutlques heures tt nous pool
rions ainsi les tirer de cette affreuse
misre o souvent la nourriture est
refuse ces tres qui n'ont pas de
mand ni ire '*
amricains tomb :s
.hamps de bataille tn Frauce
LONDRES 10 Lloyd Georges
s
1.1
La *ie leur est im
posttds" leur entre tn ce monde,
au lieu d'tre entours de caresse';
de gteries et du bien tre ncessaire
9 i leur dveloppement moral et phy
'b,c0:' sique, ce sont des malheureux aux
prises avec les plus tristes soulfran
ces.
Si nous voulons rgnrer notre
peuple, c'est au beiceau qu'il tau
aller le chercher pour le delivier. s
possible, des tares physiques dont 1
hrite souvent wet aussi des tares no
raies.
8*1 in*? Si ds ss petite enfance, lenfan
tu est entour de soins, si ds l'vei
eoriei;{fi!rde son intelligence, (car il en a un>
comme nous), il rencontre des .ime<
charitables qui se penchent sur sor
berceau, s'il rencontre des curs qu
cherchent son petit cceur, des iute
t:________ ! ^aillent nu mlU
. lisq J
Ifii'J inov
01
journe.
WASHINGTON io-Ha;diDg su |
gre aux puissance.; iuiresses au 1
, o a Ci du Pacifique tl de l'Eitt :
r.e O i*nt que ks questions soient
visage s i la rr.c->"c coafiecceau
d scu tra
H24 Al
ligences qui veillent son
intell
gence endormie, il faut que cet en
?-- ____ mm MM enn mm
; 01 1
evue des troupes!chin ,*e les relVioi c mmerciales
o-ganis par la da Pacifique root discute
casion de laco freucesur ia hiuita
k Ba raison de la ch. ton de armements, On ne ptosa
1 qoiod paisse avoi: lies
i !n mi Sap trabtH
PARIS S ..v^nt 1*0] iniCD de li
ri | mie des membres de la chan
i, des dpuea l'occupation Je !
valle de la Robrn'apas et i abandon
non par lo gouvernement fianais
Cela rsulta iU la dc'aration Ime
au|o ird bai la chambre par Mr
Bnand- La majorit pense aaa lue
cupation pourrai) trei HdCtue ia"'
le cas o l'Allemagne ne e conloi
tus pieacriptiooi de 1
seconde section de lultimatuoi d
: es de M 'i dernier, relent au
jugsmenl d s ci mi nels de guerre.
Mr Biiaiid li. a dclaration suivait
te : l'occupa ion du la Ruhr devait
avoir lieu en Msra sur le ifas d i
cuter lo in
L'Allemagne a 1 ce i t l'ultimatum
dont lu premire parue s irait
;. ions, la deuxime au procs
de j coupables do guerre tt la troi
s;eme au uc.ii 1 Ouaiid U
i procs sera examio*
les allis tliioiit a I Allemagne .
Av- l vous jog *os loup'bles : j ao
mets que le chancellior Wirth aa
fdit so j pos-.ible pour g-i >r sa pu
meus m is que uouj abandonnions
les sai.c: os il ne eufhra pas qu'i
montie qail aatafiit deux ou roi
Uuiativi a i.our j ; r U 1 coupi
le gaerre au milieu de la deappic
bdion gorae ne sa presse; Ceit'
iiccUia.ioi a at u^-plaudie par on<
re en l'honneur des cerps de 7264 | (; opiraMon c.essite parles
soldats amricains tombts s^ui lM!Sn tes d'une blessure 1 reToo-
teijis le gnral ne viendra i Paris
i^u'.pri avoir adress au Conseil
transmit A de Valero Reader irlandais, 3opime ;c rapport del Hante com
e message suivant ; Ai reu v0i,e|aiissiou intetallie sur hattributioo
tire d'acceptation tt seul heureux ^e ia Haute SHsit.
_____ ___:. _... ..a. inuio r\-nnr HP ,
'.1
peisoone _A 0), de l'arrivs de M Nicholas
iveevous Mariay|3itler,pr*ideBt delUuiv^i
de cette
.e
l
vous voir fins; que toute
que vous dsirerez amener a
a Downing stittt un joui de cette J~ d ^^ ttf_>E-iaira retrace
semaine. T.guphhz moi je vous. ,lc inpo tance de l U
prie ia date de votse arrive Loi oiombi.'. 11 conclut,
dres. \woX que i'oeuvreetl aliectioadeM
BELFAST io- Il y avait cesoir Ba1ier s03t celles qui demeurent et
i dix heures quinze personnes lues ( les gnrations futures de Lan-
(t plus dune ceutske de blesses A *u app '. J ont dans les l.vres d his
a iuitc de l'mtu e ayant comroen- ,.... .....: .
ce hier soir et qui a dur tonte la
,0 ics ou ils lirom les ex.' :.p!e; -.x
traordinaues de 1 amitu a
PARIS 11 M- Uriaud, .ant rete
obre des dpata M.
peiret u lu Rocc, directeur dei
. ., .,.., r.gu aujour [grande oartie de la enanibre-
d .i Mr fcbilSoo Whte llous-, on MiW YORK C ri m 1er signii
,rti,i iiiabasad des Et ta U . |-o couu ai a tare de champion 1
.
tdiL
1
3-
C

L
i '
. '
l
i m
lt.
ur- : B
a:'
m si
.
tant ouvre ses yeux, son cur, son
me vers des horizons nouveaux.
Et cette uvre si belle d'abng;
tion, d'oubli de soi et de dvou-
aient, elle est entre nos mains.
Nous pouvons la laliser avec un
seul mot, le plus puissant de tous
Notre Volont. Nos volonts, cai
nous taisons appel toutes nos
sumts, certaines qu'elles y rp^n
dront, csr dans le cur ue touu
hatienne sommeille un tur de nu
m an et c rsa la porte e ee cetui
qun nous frappons.
Venez donc toutes vous groupe:
autour de nous, et fondons celte
uvre sociale si ncessaire et si belle
entre toutes...
Nous vous demanderons aussi le
concours de vos petits. A eux, vou
leur diiez qu'Us ont des petits frtes
de la mme mre, puisqu'ils sont de
la mme patru ; des petits lrres
qui sortirent et dont les yeux tes
lent parfois ternellement ferms
aux beauts qui nous entourent.
Leur ignorsnee n'est elle pas une
ccit morale et la plus cruelle de ;
toutes ? Vers ces petits, vous les
amnerez et vous leur apprendrez i
se 1 river parfois pour apporter i
ces dres une petite part de leurs
jouissances. Ils vous comprendront,
car ils sont bons, et alors, petits et
grands, la main dans la main, nous
irons vers ces souffrances pour en
lai t.- de )oies vivantes.
Lt quand, au cours de nos visites,
nous verrons ces petits nous tendre
les bias, ou nous sourire gaiement
nous rentrerons dans nos loyers le
coe.11 heureux d'avoir accompli une
bonne oeuvre...
Eit ce possible de raliser quelque
ni. cho^e d'auasi beau ? A cela, nous
rpondrons : noos a avons qu A
intJ vouloir.
Port-au Prince, le 1er Juillet 1921.
Un croupe de dames.
.1
1
Librairie du % M
Viennent d ar;;er les oa,
suivants 1 G,2o ( Une youri
ANDR THEUIUET -U
d'Any'e, La l'etue Demie-
Mademo's^lh Gu^nou, FI
ce, Au Paradis de* Enfants L
ni*, Les Amours d'Ev.e.i
llerfloup. Eugne Lombirl
.; vieilles barbes
JE\N RICHEIMN Mi
dr, lravo* gens, MiRaMca,
ALPHONSE DAUDET
Chon. Port T-umcon, T_
l'arnsien, Robert llelmond,
Sinretto, Sapho Tattufl
Alpea.
PAUL BOliR'.r.r L'tvl
fonde, Lrnver d-1 denr.
MAIL EL PREV'OST.y
d'Erminge, Cour.e Lai
leini vierges.le Unruino
lin sec et, LhoncliPttes ie
Cl AUDE FARRERl
l'opium, Madeiuoiselle
fille Dix sept histoires d
Le civiliss,L'homme q!,i
CHARLES HENRY Hl
fhatfnnx de s^hle,Lni>nrel
M.W >' \'-E\. F1SHE8.1
de U petite Dubois, L'mcoai
Lucie, Mo sieur TarteraW
Dune trs blonde, Camembe
dJrioq.
Hd ouvrage de :
p .i \ i.'in, .\L.lie! Corda^
Daudet, Lojh de Uob9it Jal
rtre, Paul et NhrKueii'UJ
Capus, Louis de K tu
Par cble
PAl'lSnLa Chambre M
aujourd'hui les crdits aMf
Mr Biiard, rpondant aW
servations, expose la qur"
Syrie et rappelle qttl1* -,
premiers accords coasse*!
time ictluencc de la rn
qu'A la suite de nouveaux
Tsg.t de prciser la poli
France pour rsoudre If
commun A l'tmente oa-
reviser le Trait Hc ^
Turquie.
Nous ne pouvons.aiw'
Silure et 1' laut y "_
r.t. Les combats ont
avoas pargn aussi le i.
et il appartiendra aux
Je donner des "'<^
qui ne portera pas st eiw
cipe des nationalits et
lgitimes des Turcs, w ,
wgit ni de coloniser!
blir un protectorat
l'administration Iocsk
conciliafon des divers^
a population. ^1
quera pas A JrindoB-e
aux
Les**
en Syrie, elle n
oeuvre
Traitant ensuite
politique extrieur
rn**3
Ht
ELECTRlCAL APIVUtAILt)
iOR iVERY PJUftPOSE
conique c*-"-- ...j
Sue des paroles trop ^
raient tre suspectes, j,,
droit de le dire qj '
la France est lom je^
Pour drfendre se' <" Euel
t. elle possde Ute^,
rail tre me*cepprnllaH',l
vieil esprit ptog ^ >l
Je recueil ir les ^
ments. La France ^ ,
l'Allemagne ss
Mr Rriand rappel
cidens de Sil**,^
pouvait devenu J.if
efforc d'entraner J r^
politique srieose. u


LE viVRtf
Cour d'assises
mhni urant m's les nomms
/'. pti Moniteur ft Ai dus l'ctit
uZuur accuss de aime duteen-
^TitsouilractioH frauduleuse un pr-
ia ii Bonheur Lui>uerre J d assassi
T7lr \a personne de Mme Cloule
\ y^id aprsI ordonnance de la ebam
fc iinstruction les aranslames du
^Dcembre dernier, Exn Petit
Umsieur aytnl pris l'engagement de
jLg, une selle un toucan qui lui
0tt prodigu des soins rsolut de voler
jl ii sou voisin, Mr Bonheur La
fM. S tant assur de I aide de son
et rilus, moyennant une rcompense
lieux gourdes ds se rendirent sur les
j0X im gwtent pour faire diversion
M titre te teu d la plus vieille des dcu.\
lisons Je I'"droit et purent aisment
Lutte faon accomplir le vol pendant
HfLafiuerfcet 'es siens luttaient cuntri
HcinJic Le coup ayant icussi Ai Uns
nui sa cohabitante Mercte Cloute dt
Corner Exn la rcompense promise
tyrete '/.' accueillie par des menaces
yi/m'e elle traita Exn publiquement
il vokxr de selle. Boubtiir 1.aguerri
ptnt (* connaissance eb cette sce.it',
Notice Exn qui fut arrt et se v t
jgd de remettre la selle Dans la suitt
h deux frres ne vcurent plus en honni
itrmoir.e Us finirent cependant par si
Concilier cl depuis Exn ne cessait di
'suader son jeune frre de la ncessite
chtier Mercie. // y parvint et les
jx Jrires rsolurent de donner la moit
Il ma'hurense lemme.
mLs accuses sont dt fendus par Me*
P. eueu et L. Leroy Me F Massa*
tau sigedn Mtnis re Public.Le juge'
ttivoir prside le tribunal
Le nomme Sdlomon Darius iuq:
%t a t conaamdc par le lur\ prsid;
ter Mr Duquelouclle > ans de Ira'
wx forcis, Mme Regina Bel for ce.\
mplice contre qui au-une charge n a
tskvit, a t a:quitle.
Union Patriotique
AutourJ but 4 heures pin au sige
mul,qumon hebdomadaire du bureau.
ftttiiade du gnral Lerond el
Hianulise le lche assassinat du cors
aidant MonUigre.
11 rsume le poiot de vue franais
tt constate que selon les termes du{
Trait unepiisomption srieuse exis
en faveur de la Pologne la suite
plbiscite ;en ions cas nous preo
foons Ui prcautions ncessaires
Au sujtt de 1?. question des cou
Jible.s lA.lt m gne r.e fait seule
ectque le geste de juger, mais la
ittion franaise Leipzig ne pou
wit plus assister une pareille pa-
fadelajustce.
CSST~DESORMAIS
Au Bar de la tresse que l'on si
toconire le midi et le soir
Ou en sort renseigu sur les net
tll du mcide entier et cela i pei
fc frais
Le Tribunal rlfl paix, nection MJd,
a dans son audience da 11 Jqii>l
oarant rendu l>a Jugements toi
VR.-ns :
/. D ftjwpW contre JU hetowbe.
"/ i qui dfliou'i- le ''emande-r de m
timande comme' i rcevuble en tout
as mat fonde et U ton ,u,t,.,' ISO
gourdes de dommages intrt!
Sleven Henry contre James Btis
combe, e!. Obvier Moore Le Tribunal
se dclare d office incomptent ta rai
m le la matire
A. Higal cor.tre Edy- rantan- il
est ordonn aux parties de comparai
ir personnellement d l audience du
mercreii \3 au ceurant.
-- Salomou Guerrier contre Neleon
taustin C-lui qui reoit [opposition
du demandeur en la forme, au fond
maintien U dit jugement selon sa
forme et teneur.
Fil* Aime iomltim contre lins
tave Horeslal Celui qui rejette lex
cpliun et'ineomp'tenee et de nullit
souleve par le, dfendeur el d,t que
'.ee parties comparatront uvs sonnette
ment l'audience du meriredi Vd
juillet en coins
iJcatnl con're Em. VaUnton.
Le dfendeur est condamn par dfau'
payer la valeur ricliene et a 15
gourdes de dommay s intrts.
Ed Side contre Sereins M a yuan*
Celui yui tondant i e U dif i.deur a
aayer la swiune de H'i qouracs, /m ne
corde la facult ac s'en librer par des
terme* mentuel* de 90 gourde* .
Si Erv Elie contre aaoul Auyus
'in. Celui qui ce.niamne par dfaut
le afendeur pay r la va.eur rida
me et 12 tils ; accorde lexcution provisoire,
sans caution, du prsent jugement.
Jul s h yson contre Olive isaac La
dfenderesse est condamn c payer la
somme de 40 gourde* et 10 gourde*
de dommages intrts ; lui accorda la
/acuit le s en lib'rer par des Urmes
mensuels de 8 gourdes
Car Gazoline P.C.S.
Nous avons appris que le moto-
car construit parla PC S est di
nitiveraent achev et qu'un voyage
d'excursion est projet pour le 14
Juillet* Les iuvitatioos vont tre lan
ces pour les notabilits de la ville
et les membres de la Presse Aprs
ce voyage d essai ce car sera mis eu
circulation en ville
Souhaitons que tout marche
souhait
Nous promettons au public de lui
fournir des rens igoements dtail es
sur la construction, la vitesse, la tor
ce du moteur et la marche complte
de ce cat
AT1S
t La Nouvelle Haiti reparat im
mdiakement et l'extraorninaire, a
1 Imprimerie Saint-Joseph Kue du
Peuple a proximit de la Maison
Communale
Le Directeur Propritaire et G
rant Responsable qui tst Monsieur
IPeters Raveau, apprend qu'il a un
co Directeur qui est son ami St Ar
mai d Leiebours
La Royal Bank of Canada
A le p'ftiatr M pot'*' h co "lis- .' d.-. !-a cliH t e l da ptil,;c Ou gnral q'ieie tient Itjur
ci pi-i in ^ "tir ito 1 di1*, pour
$ e dj! de* t fr\s de prop 01 \\ta\rrr* de famille,
h 1 tir. objet* p>ciux, etc.
De coffre f**rt* d** t demie** p**rt l " h renferiwint d-m
catters de trois dimention* d fi entes
Cet C48 6II iugtatl U r.enl d spost's I tout i t !it iii'li'piiiduts ei uns des iUttei, CtO'i 11Q n -
l'int^ii-i:r husiible^, i NOfH uni ri. dai s h Ca^eitu -le la Bnque i i\ \U m l^ouveoi lahn de hm* tn]QO$.
Ils reprite 1 1 m le ' inti 1 n ol di s p'ro r'' r'Atnsii n re g i'e el cous 1! uetit p>ui [ ira locdUiroi une
0atantit9 ; bolu uffraut '.i >iei l< s condilioib d ; >^curit h' da eu nm idit dAsirables i/o 1 ne saurait
riea recommandai de m>cui lou^ cti*qi( anol < h r< harch >d'*J i lian sur, :i l abrj d i toute ?an
tu Li li h Ua>e I de 10 si qu I p >w lauil 11> e s pr i ux.
l'our les cvndi loua de loca 101 .s"; dressai
La Royal bank of canada
_____ For au Prioat
Kotre Caisse d'pargne
Hou$ profitons d* cttte occasion poir rappeler la
population la ncessit d'pargner,
Par c s ,f.n s d'incendie o chtcun se ronve expos prdre en u:i insiiin 1^ fro'l de 1041*8 son
ei'Stanee, l'on re s i u r ;> i t miaux fitaatiue i* co dar la laiM dB>a i^iede la R0Y\fi4 B*NK OK
CANAD\ le i ont-ut de tes cu o;ii es el eut l'arg nt qu'il sera*! dangereux de garder clic/ ji.
L'arg i.t dpof j
La Caisse d'Epargne da la Royal Bank ol Gariadi
F apporte ir is pour reul (>l oio) jiint cls pr a s:ns aucu.ts
Mjkues pour les dposiuts et co stiiue ua plmfemftui le premier
riordrtl de une icur l.
T. r au Piiuce. Hai-i, le l;r Juin 192!.
Pharmacie Centrale
Avis
Produits de. tonte fraicheui. Excution prompte cl soigne dis Le fameux CIGARES GabtUaroa
ordonnana Spcialits pour \outes les maladies- J? ourde les loo.
ha vente au Dpt de la Ui&lilleria
Noua rappelons noa clieuta qu'An
raison de la baisse dea alcools,nous
iinintenona le prix de 0 gourdea
poui nuire i luiiu Soleil-
DISTILLERIE DU S3LEIL
21o hue dea Csars
Alphonse Haynes
Des lustres lectriques de luxe, Des lits de camp avec, moustiquaire-
Produits pharmaceutiques
II
Grand Hlel de France
Vin de Madre
Vin de Malaga
Eeau de Vichy ( G'esiin
Vermouth NoilljPrat ,
Vins ii8 de Bordeaux
Vente en gros et en dtail des
prix modrs
Panama Hailroad Stasfiip Line.
Service de fret el de passayers
New-York
Hati
NER-VIGOR
du Docteur Huxley
Prconis par les autorits mdicales
pour relever les forces des con-
valescents puiss par les grandes
chaleurs, la neurasthnie, le
surmenage et les excs de toutes
sortes.
En vente dans toutes les pharmacies
Afent: VICTOR GENTIL. ?ort au Prince
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1UW
Prenant expditions directes pour l'Angleterre et l'Europe et vic-vesa. Connexions de
bH'aux New York. Le plus rapide et le plus direct service de et pour l'Europe. Adresse
A. E. Paterson, General Frei.lu Agent, 'l'i, Stata Street, New York i'. ly. Fret payable
tUtination l'exception du Miel. *
Un dpart par semainede New York directement pour Port pu Prince et un autre par
nrois pour lo s le< ports d'Ilai i. Seulement pas ge de pr.'mire classe. Les suivants
sorU nos Agents dans les principaux por s d'Europe et 'A ngleterre :
angleterre, Ecosse et France :
MM. G.W. Shelden *$ Co, 11\ James Street, hiver-
pool, Englnd
Copenhague, Danemark :
MM. A.E.Bendix & Co% 21, allegade, Copenhague
Gnes Italie : 2
MM Henri Coe tf Clerici, Piaxxa S. Matteo.
15 Cnes Italie
Christiania Norvge :
International Speditionsselskap, Chrttfanii,
Humbourg Allemagne: H.Vogemino, Hambourg.
Gothenbourg Sude :
ftodish Express, Gothenbourg
Le service de Panama Line entre New -York et Haiti, en vu: des arraogtaieotl qui se son! f iiis
MM d'une utilit considrable, et est la voie la plus rapide par laqoslli vos 1.1 ...n .n h-m p uven
tre expdie
les connaissements couvrant fret pour New-York avec option; de livraison soit I cadre
le HAvre. Bordeaux on Anvers seroat livr
0. B. THOMPSON, "*;,',< u
**'- .
*


I M A IN
'.
rGYRALOOSE
pour les soins intime* de la Femme
ATonbMez pas d'ajouter le comprim de GYRALDOSE
L'OPINION MEDICAL*'.
I. Gyraido. o>sinl*rte eomrnfl Aiirun Atltr* produit ne pr.urrAit le faire
Unl donnes l'nergie du tbymol et elle le fait aus danger, iiVtanl i.ul-
Iriuent toxique Klle dterre en outre les mo.]i.....-..-* autant qu'cllp arriMr
toute putrfaction, comme ponrraii le (aire une ponge a'iuitiibunt alaaaaanl
4e te as les produite de seffrtion, grce a l'alummi' inilllnln l.a pr.si'iration
des solutions ncessaires pour les soins de 1a lolleUe i iliuis eut des plus
licite, attendu qu'il s agit d'aiouter mpletnenl a I eau bouillie les qinmt.
tin indiques pour avoir un litre de liquide tout pr.H pour l'InJaeUon .
!) (". a i< a r.,
-U la FonilU -* Me** -l Miwlwlli'
Itsbllas" 'Jstlain. :.r leoclertncs.Psn' l t.harm>tiA.
^.

rpare la vessie
i
^V'I
. .'
\\\
Gurit vite et
radicalement
Supprime
les douleurs,
de la miction
_ vite toute
!rVv complication
1 *
> C .-1 MW I
.,,- q > j' >". -i.
Mi r .41.0. ay >at
expriment 1
Pngiii, i'tl i' I
t.n.r mi nllMaUs
Ktliin Birl-s'i'tln'
sur l.i taatM et Je
1 pivert r;il dSJW
tous les cas I "
sera ntcossaiiv
JO___
'=*****
C'est moi !< l'agM qvl dovne Uni*
dm vessi's neui" et m gwTis le: CV*ttU,
les pyiltes et tu pniilatitea.
IV Jnarpii BW0W,
llt-lterll:M
HpUnl MdilUlir
Auiiir.
Le Pa'gol dcongestionne et rajun.t les tissus des voiesiwj-
naires, rfu'il remet compltement i neuf en tuant tous les microbes
qui les habitent.
Kt.lilisseme^t.a.ulel.ii..^ r. V.lcncionnc. P.**. cl V |d..WMClW.
VA M I A N I N E : Avarie. Maladie_do la Peu*
.irntifiii"-- *
Nouvc
prodi
VutlUfl cV kiou-cl
Agents gnraux pour liai
1720, Hat) du Mniidsin
ii> l'Etat
Annexe des
Caves de Bordeaux
ti.DERE \. Propritaire
Rtu par le steamer Sdacoris i :
Vus di fardeaux ronge el lilanc p-f har qu^s gro* et del I
Vii.s lins par cai-Fe
Peurre Ira? ws de la maison Vi -, or t ainus c boite d'1 cl 2 livre
Vin de madre ei m-*la<
Ailendu mercredi |> >r le Panarm :
Beurre 'rai, Miarcuteri de la maiso < liancaise P^rceval et
un yrand assortiment de prev sio ts franc i i s.
r ?. M
Sttccet s ion de
IL Mu tin dut tiio
I : ,glS8nl >n r>H qualit
6e tuteur aa mioeori Vidai. Luit,
i rpid t Autoi iu t.'ii Hip,
i n ni- i' critociera de la iuc
n Martin dei Kio, a t liieo 11
lei i s corrptea au cabitet *jb hou
evoej M i barlee louciu'ieuu, iua
Fiou, le marai, jeudi ei samedi de
lo 11 uiea i,'- a midi.
L s d biuuis du de Cujus sont
f'guii mua n.vittb solder icura
mptn ans retard.
l'jilau *r i: c*. le 1! juillet 1931 '
LYA11ST0 ALVABrZ
pierre #, tu fp I
b ugUs
J -efs |.^ cuio^f
leslilires, r e ,,a u..|u
les .i r a bougie. ^
t.*a pfemirs son' in rnmniqqM
-r> i ve- et par eo 'q ei' "p'u ^Urfl|
ru' 'S.
En vente cl> |

*S4,
A
FOiiiES de LEIPi
Foire gorle et Foire lecU
BAZAR MTBOPO 1TAIX
Maison de confiance
Angle des Jim s du Peuple $ Dant De*louches
Port-au-Prioce iUt.i'i)
Savez-vou que le prix des biecuits a (misse?
L'/t achat spcial nous permet d'offrir des biscuits franais, i.rlra fins, au prix
exceptio tn< llement bai de or or 0,30 la livre.
Varits
PtVl'l D il es ^Ieo'b
Abricoiinea
Marie
DefMit iotfdit
Itoiiqiidt ri- Fiance
(, Emblm s ileuiia
Otleltfli
Mlu gc tala
lliecuila Uoyal Lundi il i la Nalonai li ncuit Co en farblaoc. inaintegaot, la boite or 0.50
Uu stock tiain iir biACUitl de la NaUooal lUseuits Co : F g Newtons, Tek ioe,
rau, Uovul l.uitli et V-iiih, le jiii|uei or 0,'i
Loties, Anu h*, boinanis ni Ci iian auus, le paquet or0,20
Aussi quelquta boite tia BisCi ils ai gle s a le Na louai Biscuit Co, !" piquai or U.'20
Cii/araitea (.'ruaa eut '^U par paqaal avec fume cigarette, r^yui e e i a l m lioteoaot l
Cornichons Cross et BteckweUa doux tt sur-, Cbtw ebow, l'icaiii i, Co il ni en mot aria 0.70
Olives Heine tu ictita bocaux or 0,20
Olives au piment 030
Clii au jus fiai cas t,7">
Macaroiu al, baba iqie rg I. 0,45 maint. 0,35
Kxtraiia pors pour gteaux, sorbet*, eic, txtra forte: amandes, fraltea, fiambois^s, ar.ona?
citrons, oranges, le bjuteille d- j /. rdgullremeal u,i > m i it maot u 33.
h'oublii x pus
crO
Savon Pslmolive le pain
:irage 2 in 1, la bol e
Gloas noir, la bou eille
b une *
S' voi s William, le paie
! avon Colgate
Extrait de taollle, I orce
Hire amricaine, la bouitille
I cmniPH achep, I livie
Prffed liheat le 1 oi'w
Cipam of Wheit. la boilo
l'.de dAnclioie lo iuf.l
Poudre da ii^ure blanche si Racbel, la noite
'(i
10
15
l
IS
13
I!
la
20
2H
25
::s
Du 28 Aot au S Septembre v.)2\ Duo au il
La plu* grande boire du Continent europen pour
intemahonaux de. toutes sortes de marchandises et de pi
De la il'is haute importance, tant pour les expetaib
les acheteurs.
Elh mrite le litre de :
March General duCommei
Internatimal
Pour tous renseignements supplmentaires, s'aire$ser-\
Lgation du Heich Alla
et la
Messuint fuer die Mastermessn in
(Offhe des Foires de Leipz;g
La Maison H. Silvi
Vient de recevoir encore pat
derniers steamers
Or am,
Carin.irs anglais exli s surrieuis
" i:;nl) '(..'i atglais noir extra sup.
l'hlmbeach "
Voile couleur et b anc 40 p.
o y Kk< j -1 : . srglais extia suprieur
Crpon bines oie
'l'aile pour voile l p.
Cii usk ut s snpiieures pour liommes
lias suprieurs pour femee
CliPUeBettes pour erfau s ,
Bandebrods Suisse el nansouk de toutes /arj/wn
de* prix dfiant toute concurrence
Vous trouverez ehes
t> i
2.75
2-50
6
050
9
6,751
2.401
4
2.40
La Pelite maison
:
1U37, Rue du Centre ^j
Vient de recevoir en trs jolis flacons deen-
Excellente Eau de VoW"
G. letG350
Suave Eau dentifrice
m G 2,2^0,4,00.5,00 n|u|
bpciali pour enfanis Trousseaux, Liyalies les p
ni ures de la place les derniers moc*
Prix trs modrs
"
Reu par steamer ADVANCE
Huile Polarine en barrique ei*r
l Preetzmann Ajjer
VER 0 U T H U I X Z A N * MAlTEIS
Ai>entttnral Vur
0


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM