<%BANNER%>







PAGE 1

•> '. • \ I :*-taix.' ^BBMcaaaacs^'miaBWMCJittCBtr^^ nn ha t uildie' ri qu un depuis quel jjt'i MM i>i l CMM Q'le d'une .:. lurt paeaiouoan'.o L* ton acuel. lea sujets tIT notes, voue mme, te itreu* H: ,'nnd qu** fiacgtia lu diqovnt le manqua dertrm u t-i goal que eiioae comme l de-ir laiton neble de:directeurs ce p eduire le uuiuiu lllCOt blbUUt. Pouitaul, nialgi eux, ja pense tue c eal ma'gi eux, le bouuiiaire nu t;o journaux tnaq'ie uu aigne ues temps, tl de cette nouvelle mo uire n'U' uue paitie lis intiea *anis ne la socit hatienne peut, tivec de bonnes rauons. se if jouir. i'.u ell.i, nos quotidiens COuUeiiOnul ;ous ensemble, plus UILIOIUHUIOUB o ordre agricole, induatnei, cuuimer Liai et conomique que iea colle .ions de luute une decbdtOU' je ne suis poiiu torii, pour est banudi 2 vei.ir eUier ICI, Mloa it goti Uu qiT'ura lieu 8 heures du loir, une impudique mttl.igeoce MV'siana.la reprise del peut; oeb causes de uos uu ltturs Mais nie locale u st rconfortant de tculifener qu'eu d'auties ttmps, mme le voit ue lois ou de mesures adrnms rati M (uKCtoiiiaul • uujuii e Uts clO yens n'auraient pas eu dans notre pi cas, les colonnes u hoiii eux o nous aou lu, par exemple, les piojete de Taxes sur llrriga'ion. Les purcqaux quotidiens de la LES PE RSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus mdicament est un puissant ali ment concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) wmmmmmœm.vsl irsmmmam<^^x^mmmmmir^mmmm La Renaissance Athltisme ^i A propos du Coton d'Hati sor, a cornAvant, et Pendant. du Dr Paul 11 sera en outre donn cette so re tUa Candidat siieuxi du m.ne auteur Ls rptitions marchent active mer t. de faon assurer un sucs complet i celte prochiine 't Nous fcherons de renseigner plus TailUt prochain Un grand-event sportif Cepiiale. en ont parle; chaque jour, amplement nos lecteur?, s; avides de bal ait uue inforiii non a ce tujet le ministre mlereafe est .Iflltlviewe, le -Syi ilicut des Hsnteuis de la P. C. s renat de ses cemlies, rajeuni H tortill de deux rouies ; e lu Sienia opinions tout causesu • ••ne qu'un mdecin, avant deinetiw la t...-i.i.M a cru devoir s'excuser d'en trer dans un icud o l'ou ne louait l u H pour lui. ilpour dire quoi sil vous pliit'.' hn uie.u L\ seule chose quil lai.u dite eu celte occureuce. Lt dussent, seul;tie.r la undei* lie du ut e uu piuUue, la vauilo du cote des oillioaoxes, ji lais a I 'hoiiuuh'e Dr Franois LUleucour mes plus clialeuieux coaipumeus tt reineicieiueuts au nom des cultivateurs de plaintAprs tant d'autre, il a paru du pioiet de Taxes eu bgriculteuien patriote, uu econoiitll le. Mua il semble que ia population igncole huit condamne a n'avou que des taiisfacliune tronques, que iu (Jiande Mamelle ue sera jamais sur les lvies de ses I.OUI l i ions in conscients que pour re, pus caiese< nais moidue secee mal dtendue. Comment! Tout le mande es d'.ccord pour adtnetue que le payMr, le cultivateur sont pietepat remua subir la charge dsunit', pour admettre que lAgncultuie liai tienne n'a jamais eu la sol'iciludt des pouvoirs puLlu s, imlgi sa con trihution sculaiie i'J licatiun d'empires lantatmegoiiques, d Cathdrales sais btyu. de mannes il d'armes en car.on, vola ilises ai. premier pianl, ptu a Mombin Crichu ou OuauainiotlitTout le monde est d accord poui admettre que le pays Q ayam f.as et depuis cent ans ni produits mlutte, m produits tuunnlitlurs ei or'.er, ni colonies S exploiiei, C nom les piodai s et lea oaUivateun du sol qui ont pay la IHUCOII d' rindfpeudance, ulitnen une popu lation sans esse croissante, eu un mot ddi la lortuue riatiai aieCiKt main enaotquecetu Uu lieuse branche de isctivi sociale, suis lt> lisii ...tic ns •---?" .' %  TSV.T!. De nouvelles de Hambourg at| d'un peu partout annoncent que d'3"Rocords battus fores quantits de balles de coton, venant d'Hati et pirticulrement d aVUl violations d^s i>lement> tedalfts at'x se laaaer manger une sauce mo ns piquante qce celle cuisine par le Depaitementl£u Jab rsignes ils ont dit au ministre: — la quau n >1 eau dariosage dirige eut les II* Ouations par les coiotis lraut;ais. dvaut, et depuis ITndpeodapce ranonne et reconnue, a loujouis t donne gratuitement aux culu vatautsCelle eau a t kurpro L'iiwt dujrant i>lua d'un sicleElle a t l'objet de initie uauuactious 11 r vocables. L'fvat ces |Ourb-ci veut 1e piendre cette eau j uni la louer nouveau, nue ea volont Boit taite 1" A mon avis I'IL lustice ne sera pas uioiudre si le Dpartement eje.il a ta ^UISH que si eu dernier couuescto iait uue rduction de sa taxe au la icuaian, ses", tu 1 tx.uion norme qu'il -e fait e;i ve. .oo specuuurs, tait compose Uc | me rce. M\l, C. liencomo, B. Dartiguenive,! C'est surtout aux spculateurs en Li, Roy 4 S. Prade|, S. Archer, Ed.',denres iotermidiaires^obligs atie Estv, LS liamo, Saotartcq, et Us les producteuiset les ugo.nt s qu'il membres de la Presse; bsaucoup oejesi fait l'Obligation de ne pas iteevoitures, d auto au milieu desquelvoir des denres 'mpronre au coui ies Us dames formaient des mus de j mer ce d cxporiatiou. lii. qua. %d Lia tuis de toutts nuances. Du grenat tout un mlange du bon coto n avec r !c._ ' touc au rose_ Les preuves se i'o;die suivant : droulrent dans le mauvais ou l'infrieur, jour le vendre au prix du bon ou du rotou loyal ei marchand, l'on voa r'.'ici la lesponsabili pnale, qai'pe sut eux. Aussi il impo;li aux pceMOtn publics l'obligation de t;nir iode-iware, quincaillerie. mat la mata a I excution i e ia loi Marque F & Co dans l'ioti* des producteu-s dans !<'-B30' l causa un 100 Utitrts plat.— Finale :i R K'hart, A. li'.heait, 5 P. Chenet (ESC), uelle de P 1^ P. '1 par calfeau.j Temps no.i constat. Comme dans •• Le Nouvtllisie du 0 Juinlon beanbtyle, li y eut 4 siies. nous annonce que !lr le M. nia re L 800 m, plat •• I. Em. Armand. (o)_ e j u dacommerce ei du bo 1 renom itoy trouve ca deinier Chiffre ittlU iti ,-. Dupuy, (ESC); Bruno des pr0 uru d'Haiti i'etran ger. soue, maie voyom ( ahandoon ) Course intressante' || a l cm u3 u ,i a i d Saint et brc.i meue par Dupuy qui ne j\i arc J € ray er le cotaa de t eue ville succombe qu 2 mtres du poteau clu clllie J c s „ s enV ois 1 tranger, Lancement du poids — 1 |n R'gaud e"7tl poursuivant. — Hlle Tni* Andr brosite. Le 1 jlare incomptent et 1 ies se pourvoit par 1 droit — Carlua Carriei Edouard le deleuSK, 1 1* par dfaut i payai 17") gourdes et a (ai des lieux lous. — Lascaza Meozi chaudCelui qui d valable la H une arrt I que .Yt'.i m*le de a] 1 iLuri a.iiles appoin endeur. — Joinvil BloDcoarti ) lnlj. Li k comp*ra Jet parti-st t'audtei Juille proebaia fciK — A Lueran cooiwl ielui q u .reoit l'opiM maudctir donne jue la crance rclia 100 gourdes; ea consi) et ennu e le du juge nain le demandeur 1 par corps la sommai lui accorde la facult! uar des termes meut Vente En vertu d ordre 1 rieCollecteur de la l'article 101 de la lo ns' il sera procd le Juille* '.9:21, I lubie"' •levan lea portes oel vente l'encan Ces suivantes Marque M. H Ci pices pour aute. Marque C. A A P. I Le lis intrtsant lappoit des dlgus da Syndicat des t'iameurs A Dttn expumo que la quant.t Jeuucpee e&t l..ei.Ui3ttnt-, Ct'fl m r s 1S r75 Concour dispu' A remars'il veut conserver la &p.. tatiou de son usineD autre pa t du fait de la mauvaise natuee du ;coton, cette d.me qui qaer llginci et la belle dtentde tait au u /re a ,g, t aaCi :;t lom u.jjir, la souplesse de Rigiud.Poids 0 een 21 heures Lfr; Ce cart ncpat tgiementaire iihte piovient en grande Autre du Sam en bailleur— 1 Sy'.vio Cator rnauvaliUt dtt coton hai-ieo, sor nnyo 2 Dioie IESCJ et H Sandia' Coa de; granit mu rclamer, patca qu? dcourage de lavoir toujoure vuiueiiunt f il.— mrite quelque considercion et une part du budget. On lui dit iPayt/., voue sert/, consir're . — L'est sreintut taire faueie routi • et se mettre aur la p*n d ii justices et de coinphcanona 111.vitauleLt voir uue noiiou M U< • taiaiste dea nceasits inimdia'W de I Agricultuie chez Mr Luuis K y. Qui ne saurait tre un ludsualic la t e du Dpauuifiit de l'AgriCU' tare e dea T av ux Pub'xs, cau§ de son ducation, de son niveau II tellfcluel il se maintient dans MIC'i'iirs, cet'e amertume indlbile ie tontiment que notre eon nuioui d'h 1 comme hier, est aux main? d'trangers on d'indiffreuts 11 nouslcorapagau ds vien l'esprit, cette rf'exion pleine ia cul urn 1 • *•> d^ %  I, exprime, je crois par.l'Ai ge de C*vaillon qu'Adrien Cane mr.' rapp lait rcemment noti aouveuir. 'Si le sel n *st pas sale. a 1 c quoi l-ler-t-on '?' Si I> SW .1 ra des Planteurs n 1 ris ei v !•§. vomuie le le savoir c nt'ir.t es, C est une performance La dist'ibution d s eaux sar les remarquable, domaines colouuux n'a pas tte Une, ^ utt m ,„^„ ( /r -1 S. Ci'or 6m2;; eui|>itiu iemei 1 uxm u'une faoo a L s.I>Ji0i 1S1 et R Etbait 6mc8 quitable, malti,u..i:que eNep-.,,; 1 A thtait m 4 Bruno le pHUCUea de ., 1 u J. • r Par un b >n d antilope Cato; u liai mouiu uvec iw a science agiicole franoates ceilpoquo. Lo-s mne qirun domaine •'rtu,iussait lea meilleure)! COid ions l x! itude et de nivellement, il ne ocevait pas du l'eau pou la tcUht 1e tuii t due — il de/au avou ine Buifttce voisine du quart occu je par la jacliie, une culture d obe ou non iniguee. Ciait une terme dont la mach.ueiie icd lat le e at n nulle -es pre uires de tout le domaine. i.ofs pKUtiiKri; Ingnieur Ayrunume, Vice Praident du SuMiieat det Planteurs d$ la P.Q.SLu. fin d main p <,m 82 safhme un c^ack en a'.eq;nint 6.n da premier ;), ballant ordit le le tes de valeur et dignes du plus grand ioitt, Et si hier, on enregistrait les dbuti fantastique? du footbaP, nous constatons aujour } dhui que les sport?: ath'liqaes vont jouer, dins l'ducation de notre, jeunesse, un r'e si consid^rb'e.par es fortes et aine^Nvaktis qu'ils en cor.1 6 m 10,dtenu par C. Heniiquez ^endrent par l'enthousiasme qu'ils US.4, le 4 Eviier iyob mt provoqu 1 la runion de di lyoo m plat — i A. Etharl, 2 LJ Sautay jo t lemps 7 minutes. Nov uayes ue connaieteut psi encore L manene. U ie mention Chenft qui se honorable i Paul clause comme un "•'. raani e de courir ceite preuve. L-jspo:tsman complet Rgrettons q-i'AiJ ) e j t emps fait est plut miuviis Record) mand bless, se soit laiss ravir le 1 hatien 4.40 G Martelly lUSHj, Sjsiut a la percheconteoent \ peUtef l.'.euo check Port au Pnoce. Kacanteur poun-^ —if< C'est le 58 sera bni "" n maiaged-MAUMCl ANNA Pi**' Nos compllO Act 1 ^0). Saut d la perche— 1 Louis D joie IES 1 ; m 10; 2 F Dupuy ESC ; n; )' POneotl ESC 2 m JJ ; Ami.: ( .J 1 2 .no Concourt lie au ossant w*Ct au tour Je D.joie de fstUattei aux ieco'd'i. DUM un enlvement souple et gracieux Bjpst passe U h.uteur 6ie.battant dj 13 centimeTes le i^co'd ptcdett t El^j. Ehe. %  S juil. i>o6 ComD'iments aux orgmisateurs et oatticuh-emeni a l'infalgbf Louis Djoie, dont D iten'ion du record du saut a la percha couronne les < f forts. Ho r ri ?h ! .' CAP. N. B— Le ci:s em-nt J-^U oub't demain. Tous les records .... nj|dt horro'^ijU-. r>j^es m-f ores partir < *'* enl *' ^ compieuts de 1 U S S II k.wai tort-a"-Pn^, •. ^cordmen.— C. Le tteamtr ^ Ici demain v*f'.*' .arts du Aer** \)0ur pour IW I ports du SuaJ)f$ P"-" a ,, (3 < % 



PAGE 1

-*• I LE MATIN %  s. %  i % > 6 C ) Crme %N fF 3 n i\ n mmim V I C'est dsormais Grand Htel de France An Bar de la Prisse que 'on rencontre le midi PI le so r On en sort rer*ii r 5tr les o v velles du monde iD'iir cl ce a i peu de (rais i Union patriotique Vendredi 4 heure* de I pre i midi, runitn do comit su sige 1 socialVaillant $ %  Houet Agents gn vaux pour llaiti 1720, Rue du Magasin de l'Etat Peines HouTelles Un candidat srieux La ft? qu'organise L? Re* aisance poor Samedi prochain. 2 luillet, se P—Les name'aqae doivent sabir ra „„ vrai r t ga | pour j es ?ma e urf *os normaliennes auront lieu le 19 de Tha re u y Sfra epr j s Avant SS?!?' 06 ^ 11 ft DOn H . S LS. 0B Pendant. ..comdie I loc.'e du Di Hier, les 'ves de Mlle Anaia en sus de Un Candidat riAHi, Boochereau ee aont rendue en pnouvel e et allchante cotr.ee te ai m ne auteur. • On eu MM MM peur son a gen', Samedi ro : r. — Entre ga'e : 2 Gdki . Remerciement Mme Vve Ni ma Feirus M enfan'S, Mr et Madame (i'-^ton ParrHrevi'e et entants. Mret M* (Carri Dviei x et enfants,Mrs Cas n et Georges S clait.Mr et Mme A lrn Siclait et co fants, Mi Ferumd Siclait, MrctMmt Marcel Ferrus. M r el Mme Emmanuel Estor, Mr et Mme B. P. Rid. Mn-f Marie Siclait, Mme Vve Th. N L*Ttoo, Mr Gtin H* ier pcqufbo (f4;ncais V n (le Madre \ in de \hl*ga K*Q iU Via lav !( O'osii,, V rniouih Noillv-Pral Vins lins d • Il rdeaux Vente en gros et t>n dtail !iuroovel ha eu:Antoine Jean, d^ mnl J( mis5 j ons p, 0 les!auUs] \ rationalit syrienne, lequel a reoen w h uiD Le secrtlai Ce .oute antre oalrm qu Hait, I } u JJ au • Le corn t r!e direction du Or c u% %  / "* c .. r ., ^Sportif de M-, uni a t lu: Conseil ldral des Eglises do Ch isl Ooigeade Leapioaaie. prsident; en Arrriqu, lettre publie MU Joie* Phippa, vice prAniden ; Richarel Me Goftie, ro 1 r jQlea Faine, ae ^'aire gn.al Meilleurs cornpli MU. a Me Brdy qui est I homme < %  • )or cause de la puhlicil donnV I • des dclarations conce nant la re "'cherche de trsors proteaie contre Moterview relats an Noovellive <. notre confrre publie auiourd hui la ttto d M,tre. On 'tirme que le chef | de \ a lecqm V purd'hui par le Coosei mand l'tablissement de m^s on; chrtiennes Haiti. Cette lettre tai une rponse une demande du Cbn aeil qui dsirait connatre l'opinibo de Mr D'nby Le secrtaire a prorfcis la coopratioi de h Mirioc A celte oeuvre. j Le Comit administrait d J (.( n seil qui se runit i NewYok aujdur d'hui iudirra une recommandatibn de ses reprsentants de Washirgtfcn l'invitant commencer ses missio t, vr,! e urine que 1 %  M Noire aurait f n potieiaion ^Plaaieor passeports grce aui* JJla il a pu pendant quelque temps j Mr Deoby a exprim sa surprise "otHtraire aox r*chercbes 1 voir n Ue les hglises ne staient p .7.*!M e aujourd hui heures encore occupes d Hati. H a d'cl lll '"' H m J... •• .iz-anla vieil df US 11 es Eglise —-r .. r ., .BQi nPur,,B encore occupes d ii l S li n,Ml re ,,OC0M ? d ?." que dans sa rcente visite itli S rw i to,f p n d rild 1 ;: n'avait pas rencontr un seul ?3 %  o fflA'i iate 'de^T'ioonaire^e. Etats Unis Hoc et B oc?. C, E,.*o,' l8 pre, d enU lgi <* Courrur des Etats Un.s du rircbeet|ueConan. Mgr B*ajiger, le lutn 19.2t) ISS** ^qw memfri, A* X[ftvltl 8 fAraicaie, u" ( \ irD QC l'ai resta ion de * Vve Edmoiid Cameau, coupo %  "• dans l'Affaire. VENDBEW Co'ur d'Hrone Suite etlio '•ilUTIIIEl MUTl nomnadt ranime ^^aiataln. mr r Valncl>in Pana Conriquc en 2 PMtic Entre S G l LC Panama Eailroad Stamshfp Lioe. Service de fret el de passagers New-York Hati Port~au-Ptinee, le 1er Septembre 1990 Precaol expdil'ons direcies p">ur l'Anglelerre et l'Europe et *ioera. Connexions de ba'faux New York. 1 e plu rapide et le plus direct service de el p-uir I Eoro| e. Adresse A. E. Paterfon, General Freiph Agent, 24, State Street, New Ycil< << ty— fret payable tl.atinatiofj i l'exception du Miel. Un dpart par semainede New York directement pour Pof PU Prince el un autre paf mo'fl pour lo"s le c ports d'Hai i. — Seu'emeni pas ge de prrmi-e classe.— Les loivtotl f oiit i:os <4gei4l dans les principaux por's d'Europe el d' u.l terre %  aiujleterre. Ecosse *t France : MM. G.iV. Shelden •# Co, 17, Jams Street, Liverpool y Englnd Copenhague, Danemark MM. A.E.Bendix & Co t ^>i, aUteyade, Copealiague Gnes Italie : MM Henri Coe # ClericL Piaf&Ai S. Matteo. 15 Cnes Italie Christiania Norvge : T International Speditionsselskap, Christiania ^Humbourg Allemagne: B.Vogemunn, Hambourg* Golhenbourg Sude : I\odish Express, Oothenbnurg Le iervice de Panama Une ent e New-York et Htiii, M vu* ,'*; arrai>g* y uven f ivrason soit f 9ndtee 0. B. THOMPSON, i*2 % *ew,i agent pour Hoi



PAGE 1

If Vis*IN --• La Foyal Bank of Caoada A ie {'affir Bf | oru l~coi)aiM*re de a cliente •? t du public eu gnral q telle tient Uur dpotiiiOD. partir de cel'e datf, pour le Afti des titres de proprit, papier* de fa m lie, bijoux, objet* prcieux, etc. De* coffre fort de la dernire perfection renfermant des Miniers de trois dimension* diffrentes Ces ettn>n ir.gnrieu^enent dposs et tout tait indpendants les uns des autres, conti nnent — l'intrieur Je la rremicre jorte — aes tiroirs termes et sont absolument inviolables Bien quucorabuslibles, ils sont ienferms u"aDs le Caveau Je la Banque o ils se trouvent l'abri de toux risques. 11* reprsentent le fermer mot dts progrs raliss en ce genre et constituent p^ur leuislocaliirea une garantie absolueolrant 'o tes Ifs conditions de scurit et de commodit dsirables. L'on ne sairaii rien recommander de m'eu\ tous ceux qui sont a la recherche d'ui lieu sr, l'abri d< toute ven • tutllt lcheuse ei ii> lots -isques pour leurs obiels pr-ieux. Pour les condi'ions de location, s'adresser La Royal Bank of Canada Port-aU'Prinee ^ —— %  -' Noire Caisse d'Epargne Kous profitons de cette occasion pour rappeler la population la ncessit d'pargner. Par ers le.n s d'incendie o chacun se trouve expos perdre en un instant le fruit de lou'e son existence, l'on re saurait mieux faire que de conlier la CaissedEpargne de la ROYAL BVNK Of CANADA le montant de ses conomies et tout l'argent qu'il sera't dangereux de garder chez soi. L'aigenidpoi ; La Caisse d'Epargne de la Royal Bank ol Canada Eapporte trois ponr cenl (9 010) d'int'ls pur an sans aucuns risques pour les dposais et constitue ua placement le premier ordre et de toute scurit. Port auPiince. Hati, le I ir Juin IU2I. BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle dus Rues du Peuple # Dams Destouche* Port-au-Prince (Haii) I s YFNTEavant l'Inventaire de ucn demie, une, deux gourdes efc, continue toujours. Pluaieur midis fini eniirerofnt ("couls, d'autres presque tons vendus. Afin de remplacer ceux-l i c Dt r jouions lei rna'chardigfs suivsnies la vente ; W/III/IU II i//i/ijtiu Rve Piose, L'ia-, Hliotrope, Ne M'oublirz SaWl Wt IIIIUIHB pa?) Oeille', BoisdeSsndal Savons Colgate* ^^"*.w^i*pf P rix rgulier O 15 Maintenant une boite de 3 savons O 35 Arriv par le steamer Gorgm % Pneus & Chambres air ~ Les propritaires d'autos et le* chauffeur* trouveront J 4 parti" d'aujourd nui J'-s C.lumbres air et Pau FIRES'O. fi 1 t)B'M dinenim %laU la mol ces anich* sont d' qualit suprieure et out d^nn e.i liaiii un rendement apprsiabi j. LPreetmann AggerUi La Maison Antoine Talamas Vient de recevoir par le derniers les marchandises suivante* i Prix rgulier Prix spcial Itouuillea huile Carafes en v 4.25 80 40 V 14 55 llncus ri sic quelques paquets de biscuits anglais uni gourde le paquet. • •--, . Prix rguli* r F rix spci 1 Taftiire tir^oiee Z l'ct th >'IH Pot rau bis c C.oveftes Ulaclx s lio.,ui in gr s-'i otr lait itnesins pou r lit de malade llatsines pour vjesel HassoirFP rrur l'nr/e Houille'-. l'If is Houilloiifs. blet s &f •o s i uce Tioœpf t'es Plateaux giia Maori creux, i an tu Sceaux a luit uns ulanri b'rua Teriine puddirg Savooires < .lie mu''en Tasses eouccure. et ttiitttCI or 1 96 I 120, 1.:C t 2 MO 2.00 !I0 1.30 lfO uo f.B0 1.85 1.25 00 TU 13 50 00 28 O.tCi 80 95 1 60 2C0 1.M T.") 1.00 80 :to oo 05 'X m 30 ;to 45 20 N l outeimeion8 toute lu joune du lundi 30fatal pour prendre l'inventaire, Voile de aine barres tU C'pon de soie couleur fleurs (.i eson de soie couleur unie Kstice bla >c grande Isrgeur peur japes Voile me; criai'e couleur et unie Mousseline) mise couleur b. rrea et mouchai Voile b'anc birres Voile banc a barres suprieur Sa inette couleur grande largeur Soie lavable couleurs varie Nansook blanc grande largeur Judian Head, t > e Indien Cot n drap W pou:es de larga Voile barr< s Dr.H blanc graaJe largeur Drill blanc suprieur rjuck bianc auprleur KUi blanc us suprieur Mai elle coton t'iai.e'le molleton Flanelle mollelon suprieur Haut le u ine et colon Flanelle Iein6 pure 30 pouces Klareilo laine pure 3ti pouces Flanelle laine pore Flanel e extra auprieure Flanelle mousseline Et d'autres articles de cl Depuis tout uo sicle le monde (dit stt dlices de LEau de rioride i %  Murray & Lanmal Ce lemarquable pair" JUJ jouit d^ne grande vogue populaif* | J emploi dans le monde entier et son adaptabilit gnrais aox. 1 tebte de toilette il est connu comme Le parfum universel Aucun autre ne le surpaaae daus son edeur dlicieuse: aucun i rafrachissant employ soit pour L ) toilette ou le bain Indispensable pour combattre toutes fivres. Universellement agre, lui aussi, est le Tonique Orienta^ POUR LA CHEVELURE C'est une prparation Fgrable et de cocfiaoce pour bellir les cheveux 11 leur doone du lustre et une ieai Nourriassnt les racine, il atimule la croissanceSes effs 80ut prompts et remarquab'es. I t'ai' dtsparaitre les pellicules et retarde l'apparnr est Lanman $Kemp> NewYork Propritaires et seuls fabricants '-^A. Victor GentiF Agent gnral pour Hti* •SSKmWBBme*!'**' :\ \'.H Viennent d'arriver De h ronce par le Sa.Maons les produits pharmac*^^ Sirop llemog'ibine Deviens, vin Deschient. OoliJ !" 1 que.grand Ilicon.Elixir de Virginie iVyrdbal.SwBiJJ'niodol loterne Santal iidy, Goudron Gu/oli • Ouina Lrro.ln. Urodonal, Globol, Pagol, P 10 6 ^ -, A* Pr x dfiint toute concurrence — fros et dtau * t ranch J. Martin _. Rue Pave, en jace de la Glacire. Port-au n** I V E lt M 0 U T H C I N Z A N 0 '•* "7 !" „ ^,.„, ^ % 



PAGE 1

Oui^'mt acte (ta 4H9 Port tu Prince, Hati Jcufli 30 Juin 1921 flHttCTTUR PROPRiniwr, dment MAGLOIRfi IE NUMERO 20 CENTIMES Quotidien On ne peut apprcwr ex.icieuient la reconnais sinee d'un homme^que lorsqu'il n'a plus^rieu attendre de son bienfaiteur. CH. de FREYC1NET REDACTION; RoelmricaineNo.fltf* ^ Notre Enqute Sur les Chefs d'Etat Hatiens Monsieur le Direct car, Lsoqote que le Mutin vient feavnr • toute ion utilit et tout ipistr ; ses rsultats permettront fesser quelque peu les ide sur gft'oo doit penser de la sigoiiica •a point de vue na ional, de ee chefs politiques qui ont do' la socit libtienneiei galement bien inspir tabli, pour la facilit des les catgories btes sur dont ont pris fin ces diff pouvoirs. Non pas que ce mt soit absolument ration voua tes sans doute le i sn convenir, — mais ai prsente l'aspect bigarr bai tien tour tour occu les personnages si diffrent s Mer le domaine dea compa que voua sollicitez est cer permettre d examiner avec eciaien et de dtail, de lpoudre aujoordbui Hr en ce qui concerne vo •Mire catgorie et de dire a l£4w.it aller mes prfrences, chefs de gouvernement qui %  * • qai sont morta de -jVMiiDte daoa 1 exercise de i fonctions : Desaalioee, ChrisSllnave, Leconte, Vilbrun i produire tout d'abord e remarque, l'gard de • l'gard de Saloave. I Noble que la situation leve *tflpe Deasalinob titre de ton %  Wde I indpendance nationile napirer de le laisser au-det lJ pareil dbst; en le compa IBB nique-1 on pas de i a moin A. J 0 ue f0M ' P* ".t Hz fi?P uie et J e troove que vous %  S 00, Lor8a ue Dessalinee eut Mf.fa >re acclamer cbef d Etat UUld'empueur.l'indpendan • %  WOnale tait deia un fatt accom clat des faits d'armea ailau Jg* l explication des quali ipacioqoea ; u ne s'agieaait plus ^"* œaiB d'administrer; [Wat dimimer en tien Desea • de dire qu'il n isit k i B Iniatrateor, ni un penseur, ni "ae d Eta*, et que ai. 1 iod i aie tu:.-, proclame,il avait NU de rentier dauj le ra> le jeune Etat naissant Ms vo, a au d. ii or s du mi 'de 1 absol tisme. il et Jintactesaut de gloires dou ^Veit durant le, lu tes poui ace et ses titres la renationale fussent de I •" u w "Quelque dt tre iW* *ort de la naiion, ss tt domin effectivew le ooa chefs de gouver LftS?? 61, """heureusement ^? oi f e %  cd !" P !" i calculs politiques qui a Mrm dans l'esprit des rfiS5S!? ,M,M trlomphaota: *'cueillir dana aa personne lesproli'sde la plua hauti situa tion. A un eicle de distance, tout gnral hatien triomphant du a et rptera ; Nul plus que moi n'a le droit de prtendra la premire magistrature de l'Etat D s vne meots ssnglan s viendront mme appuyer et dfendre an r| droit. En acceptant de duig?r. apr-j l'indpendance, les destines du pays en qualit de chef d E at, Dee salines s'est soumis lui-mme au jugement que I hiatoire doit poiter sur nos chefs de gouvernement: et il serait souverainement injuste que le fait d'tre le principal auteur de notre indpendance dut avor pour effet de lui valoir le* ftveqrs spcia les de l'histoire, au dtriment de ceux qui, lui ayant succd, pour raieni avoir plus que lui dmontr dea qualits d'administrateur et d'ami du bien public. Notre jugement sur DesBalines ne s'embarrassera donc pas de son • Ole lumineux de fondateur de l'in dpendance, et, dans nos apprcia lions nous viterons avec soin de confondre les deux personnages que lea vnements ont cis en lui. Pour Salnave, je veux seulement vous faire remarquer qu'il n'est pas mort dans l'exercice de ses fonctions. Seulement' il appartieot votre claa semeut par le lait qu'il a t tu, pour employer une expression trs connue, I occasion de cet exercice Au surplus, il ne faut pas perdre de vue, et c'eat ce que voua avez fait, — que balnave, en quittaut le palais national, n a pas entendu se depouii 1er de ses attributs prsider lies C est mme pour pouvoir mieux con tiouer la lutte qu'il est sorti de Port au-l'iioce, testant, tout le loi g de sa traverse de 'ihamp-de-Mara a la frontite dominicaine, de rallier autour de lui tous sej partisans et les fonctionnaires militaires do eoo gou vernement sur lesquels il cioyait pouvoir toujours compter 11 est bien •tram que. il, par impossib e. il avsit obtenu le dessus dans c Utmite, par suite de quoique rvera inat'tndu de fortune,il ft pureneee'ersimpltuient continu l'exer c ce de ses tondions piaidei.tielles en rentrant triomphalement l'oit au-l'rince comme aq es la chute de Geffaard et en se faisant coostruiie un nouveau palais national. Encore que le fait d'avoir t traqu et pria laos les bois soit de nature taire oaraitre dite proposition paradoxs le, cous devons admettre que bal nave est tomb en qualit de cbtl d Etat entre les mains des rvolution astres et que c est comme tel qu'il fut jug, condamn et excu rvo lutioQQtn-eraent, J'ewe mamtenrnt dana la que s lion en disant ce que je crou devjir penser, I occasion du genro de mort qui les a frapps.de Dessalines, de Cliris'oph >, de Salnave. de Lt conte et de V. Gailiau.no et de leur admiuis'ration. Jean-Ma ie ^^^ Fourth oTJuly AMERICAN CITIZENS |For your fourih ol Jtilv cehbration buy Wgne Pol Roger <$• Vu Sparklin liwgundy from P.N.GMY S Company fne Nouvelles Etrangres Htel Hati PAR CABLE Les Cours TAR1S28 — Rrnte ; ojc 561(2 Sterling 46 6t Dollar 12 6t NEW YORK Franc 1241 Sterlirg j 7625 j Les ourniux parisiens %  l u ligoett i'e caractre sensat^ocn'l d la Je I d atation de M de S>hoen, avouant lia home qu'il icssentit appoiter au gouvernement franc is c s bon eux prte xt-s de g'erre. C 'est uo dmenti cirg'ant aux alfiimations d s propa gandis'es allemands.. t I PAJUS'aft— Le rrsideot Mille rnl a ollert ce soir en dner en. PARIS 28— M. Brisnd a reu 1 honneur du roi d'Espiga qui al aujourd'hui M Corneios, ministre quit Paris i minuit etournm". du Prou Paris, h s'est IonMaddd. guement entretenu ave, lui des ra-| cL'olticiel publie un dcie dcet lations amicales des deux rpubli-' n ant la mdaille en ver m t il del ques A propos de la future miss on reconnaissance franctise i Mm: mili'-.ire frapsise, M Btisnd a con lhtbodoie Hoosevelt, Mme Lura lirm que le gnral Mangin S'gnera Stewart et aux associations des Etats personnellement le contrat en ie les Unis des chevalliers Colomb, de t'ai Jeux pays. Faisaot ailtsion aux !tes mie du salut, |\v sh. Welfare ttoard, du eeotsoaire, M. Brtaftd a dit com-'et des Youngmen et Young Women bien le gouvernant nt franc is tait jAssucial ou. Li n me mdaille est heureux dy participer brillamment. |dceroe i M Federico Pugaboroe Mr Cornejos rpte la leconniiEsance du Chili. du Ptou. Le prsident Millerand recevra de main dans la soire M.Cornejos. PARIS 28 — Une dpche de Ber lia dit que le c Ber iner Tsgsblets cite un passage des souvenirs de Mr S, hoen, ambassadeur d'Allemigne i jfaris 1914 daos lequel celui-ci d claie que le peuple Iraciis ne songeait nullement i la guerre au moment de la remise de l'ultima'um autrichien Bel egrade.M.de Schoen d;t en outre, que la demande de livr;i en de I oui et Verdun, comme giranue de la reutralit fraaaie, tait absolument folle. Il conclut en cordamnaut en termes nergiques les assertions allemandes relatives i des incjrsions d'aviateurs franiis au dt.sus de Nuic mberg. ainsi que r r celles relatives une violation de la dres annonce ofhciellement que neutralit b;-'g\ 'cor t'des mineurs est term.n. Mt Viuiani a convoqu pour le 16 luii'et Paris, la cennission du dsarmement. Le dlgu d'Ar.gota. Bekirsamy est arriv i Paris le 28 Juin L'Allem.gnea vers ea m^aaaies eu'opeones. 44 millions de marks or destins 4 l'sroortrjsement des 8 J9 574 000 de marks or rep sents par les traites i trois mois remises fin mais pour le paiement du mil liards convenir, sur lequel elle avait vets immdiatement io millions 127 000 mark' en esp:es Le to:al des versemenis de l'Allemagne pour 1 am artiste ment des traita s'lve avec le versement _d'aujonrd'hui, i 839 496 000 maiks or portant ainsi le total des versements en espces , 2I4 J7) 690 m^iks or. PARIS 38— Une ppcbe de Lone J. A:GERDK*. PromHai-e Aux ijiiiia, it-iili. Confort moderne, Flectricite, Chambres ares, Service soiqne Prix madres Frglish SDoken Se hablo spagncl Man spricht Deulachl Parisiaua CE SOIR 1 lim Isiiii \,\ demi Grande comdie satirique en 2 parties Une Volont Grand dreme moderne, uetgique et senaationnel en V parties a

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05413
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 30, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05413

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Oui^'mt acte (ta 4H9
Port tu Prince, Hati
Jcufli 30 Juin 1921
flHttCTTUR PROPRiniwr,
dment MAGLOIRfi
IE NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
On ne peut apprcwr
ex.icieuient la reconnais
sinee d'un homme^que
lorsqu'il n'a plus^rieu
attendre de son bienfai-
teur.
CH. de FREYC1NET
REDACTION; RoelmricaineNo.fltf*
^
Notre Enqute
Sur les Chefs d'Etat Hatiens
Monsieur le Direct car,
Lsoqote que le Mutin vient
feavnr toute ion utilit et tout
ipistr ; ses rsultats permettront
fesser quelque peu les ide sur
gft'oo doit penser de la sigoiiica
a point de vue na ional, de
ee chefs politiques qui ont do-
' la socit libtienne-
iei galement bien inspir
tabli, pour la facilit des
les catgories btes sur
dont ont pris fin ces diff
pouvoirs. Non pas que ce
mt soit absolument ration
* voua tes sans doute le
i sn convenir, mais ai
prsente l'aspect bigarr
bai tien tour tour occu
les personnages si diffrent s
Mer le domaine dea compa
que voua sollicitez est cer
permettre d examiner avec
eciaien et de dtail,
de lpoudre aujoordbui
Hr en ce qui concerne vo
Mire catgorie et de dire a
l4w.it aller mes prfrences,
chefs de gouvernement qui
, .* qai sont morta de
-jVMiiDte daoa 1 exercise de
i fonctions : Desaalioee, Chris-
Sllnave, Leconte, Vilbrun
i produire tout d'abord
e remarque, l'gard de
l'gard de Saloave.
I Noble que la situation leve
*tflpe Deasalinob titre de ton
Wde I indpendance nationile
napirer de le laisser au-det
lJ pareil dbst; en le compa
ibb nique-1 on pas de i a moin
a. J0* ue f0M ' P* ".t
Hz fi?Puie' etJe troove que vous
S00, Lor8a.ue Dessalinee eut
Mf.fa >re acclamer cbef d Etat
UUld'empueur.l'indpendan
WOnale tait deia un fatt accom
clat des faits d'armea ailau
Jg* l explication des quali
ipacioqoea ; u ne s'agieaait plus
^"* aiB d'administrer;
[Wat dimimer en tien Desea
de dire qu'il n isit kiB
Iniatrateor, ni un penseur, ni
"ae d Eta*, et que ai. 1 iod
i aie tu:.-, proclame,il avait
NU de rentier dauj le ra> *
le jeune Etat naissant
Ms vo, a au d. ii or s du mi
'de 1 absol tisme. il et
Jintactesaut de gloires dou
^Veit durant le, lu tes poui
ace et ses titres la re-
nationale fussent de
I "u.w"- Quelque dt tre
iW* *ort de la naiion, ss
tt domin effective-
w le ooa chefs de gouver
LftS??61, """heureusement
^?oife' cd P-
i calculs politiques qui a
Mrm dans l'esprit des
rfiS5S!?,M,M trlomphaota:
*'cueillir dana aa personne
lesproli'sde la plua hauti situa
tion. A un eicle de distance, tout
gnral hatien triomphant du a et
rptera ; Nul plus que moi n'a le
droit de prtendra la premire
magistrature de l'Etat D s vne
meots ssnglan s viendront mme
appuyer et dfendre an r| droit.
En acceptant de duig?r. apr-j
l'indpendance, les destines du
pays en qualit de chef d E at, Dee
salines s'est soumis lui-mme au
jugement que I hiatoire doit poiter
sur nos chefs de gouvernement: et
il serait souverainement injuste que
le fait d'tre le principal auteur de
notre indpendance dut avor pour
effet de lui valoir le* ftveqrs spcia
les de l'histoire, au dtriment de
ceux qui, lui ayant succd, pour
raieni avoir plus que lui dmontr
dea qualits d'administrateur et
d'ami du bien public.
_ Notre jugement sur DesBalines ne
s'embarrassera donc pas de son
Ole lumineux de fondateur de l'in
dpendance, et, dans nos apprcia
lions nous viterons avec soin de
confondre les deux personnages que
lea vnements ont cis en lui.
Pour Salnave, je veux seulement
vous faire remarquer qu'il n'est pas
mort dans l'exercice de ses fonctions.
Seulement' il appartieot votre claa
semeut par le lait qu'il a t tu,
pour employer une expression trs
connue, I occasion de cet exercice
Au surplus, il ne faut pas perdre de
vue, et c'eat ce que voua avez fait,
que balnave, en quittaut le palais
national, n a pas entendu se depouii
1er de ses attributs prsider lies
C est mme pour pouvoir mieux con
tiouer la lutte qu'il est sorti de Port
au-l'iioce, testant, tout le loi g de
sa traverse de 'ihamp-de-Mara a la
frontite dominicaine, de rallier au-
tour de lui tous sej partisans et les
fonctionnaires militaires do eoo gou
vernement sur lesquels il cioyait
pouvoir toujours compter 11 est bien
tram que. il, par impossib e. il
avsit obtenu le dessus dans c Ut-
mite, par suite de quoique rvera
inat'tndu de fortune,- il ft pure-
neee'ersimpltuient continu l'exer
c ce de ses tondions piaidei.tielles
en rentrant triomphalement l'oit
au-l'rince comme aq es la chute de
Geffaard et en se faisant coostruiie
un nouveau palais national. Encore
que le fait d'avoir t traqu et pria
laos les bois soit de nature taire
oaraitre dite proposition paradoxs
le, cous devons admettre que bal
nave est tomb en qualit de cbtl
d Etat entre les mains des rvolution
astres et que c est comme tel qu'il
fut jug, condamn et excu rvo
lutioQQtn-eraent,
J'ewe mamtenrnt dana la que s
lion en disant ce que je crou devjir
penser, I occasion du genro de
mort qui les a frapps.de Dessalines,
de Cliris'oph >, de Salnave. de Lt
conte et de V. Gailiau.no et de leur
admiuis'ration.
Jean-Ma ie

^^^
Fourth oTJuly
AMERICAN CITIZENS
|For your fourih ol Jtilv cehbration buy
Wgne Pol Roger <$ Vu
Sparklin liwgundy from
P.N.GMY S Company fne
Nouvelles Etrangres Htel Hati
PAR CABLE

Les Cours
TAR1S28 Rrnte ; ojc 561(2
Sterling 46 6t
Dollar 12 6t
NEW YORK Franc 1241
Sterlirg j 7625
j Les ourniux parisiens luligoett
i'e caractre sensat^ocn'l d la Je
Idatation de M de S>hoen, avouant
lia home qu'il icssentit appoiter au
gouvernement franc is c s bon eux
prte xt-s de g'erre.C'est uo dmenti
cirg'ant aux alfiimations d s propa
gandis'es allemands.. t
I PAJUS'aft Le rrsideot Mille
rnl a ollert ce soir en dner en.
PARIS 28 M. Brisnd a reu 1 honneur du roi d'Espiga qui al
aujourd'hui M Corneios, ministre quit Paris i minuit etournm".
du Prou Paris, h s'est Ion- Maddd.
guement entretenu ave, lui des ra-| cL'olticiel publie un dcie dcet
lations amicales des deux rpubli-'nant la mdaille en ver m t il del
ques A propos de la future miss on reconnaissance franctise i Mm:
mili'-.ire frapsise, M Btisnd a con lhtbodoie Hoosevelt, Mme Lura
lirm que le gnral Mangin S'gnera Stewart et aux associations des Etats
personnellement le contrat en ie les Unis des chevalliers Colomb, de t'ai
Jeux pays. Faisaot ailtsion aux !tes mie du salut, |\v sh. Welfare ttoard,
du eeotsoaire, M. Brtaftd a dit com-'et des Youngmen et Young Women
bien le gouvernant nt franc is tait jAssucial ou. Li n me mdaille est
heureux dy participer brillamment. |dceroe i M Federico Pugaboroe
Mr Cornejos rpte la leconniiEsance du Chili.
du Ptou.
Le prsident Millerand recevra de
main dans la soire M.Cornejos.
PARIS 28 Une dpche de Ber
lia dit que le c Ber iner Tsgsblets
cite un passage des souvenirs de Mr
S,hoen, ambassadeur d'Allemigne i
jfaris 1914 daos lequel celui-ci d
claie que le peuple Iraciis ne son-
geait nullement i la guerre au mo-
ment de la remise de l'ultima'um
autrichien Bel egrade.M.de Schoen
d;t en outre, que la demande de li-
vr;i en de I oui et Verdun, comme
giranue de la reutralit fraaaie,
tait absolument folle. Il conclut en
cordamnaut en termes nergiques
les assertions allemandes relatives i
des incjrsions d'aviateurs franiis
au dt.sus de Nuic mberg. ainsi que _____ ....._ r.r___
celles relatives une violation de la dres annonce ofhciellement que
neutralit b;-'g\ 'cor t'des mineurs est term.n.
Mt Viuiani a convoqu pour le
16 luii'et Paris, la cennission du
dsarmement.
Le dlgu d'Ar.gota. Bekirsamy
est arriv i Paris le 28 Juin
L'Allem.gnea vers ea m^aaaies
eu'opeones. 44 millions de marks
or destins 4 l'sroortrjsement des
8J9 574 000 de marks or rep sents
par les traites i trois mois remises
fin mais pour le paiement du mil
liards convenir, sur lequel elle avait
vets immdiatement io millions
127 000 mark' en esp:es Le to:al
des versemenis de l'Allemagne pour
1 am artiste ment des traita s'lve
avec le versement _d'aujonrd'hui, i
839 496 000 maiks or portant ainsi
le total des versements en espces ,
2I4 J7) 690 m^iks or.
PARIS 38 Une ppcbe de Lon-
e
j. A:GERDK*. PromHai-e
Aux ijiiiia, it-iili.
Confort moderne, Flectricite,
Chambres ares, Service
soiqne
Prix madres
Frglish SDoken Se hablo spagncl
Man spricht Deulachl
Parisiaua
CE SOIR
1 lim Isiiii \,\ demi
Grande comdie satirique
en 2 parties
Une Volont
Grand dreme moderne, uetgique
et senaationnel en V parties
a Entre G. 1.U0
Balcon 2UU
Avin
LVafatneai CIGARES Caballeros
IJ gourdes les loo.
En vente an Dpt de la DieUiUri*
Nous rappelons nos cnenta qui
raiaou 1a li biiate dji UjooU iji*
uiiiriteooos la prix de 0 goirdei
pour notre rhum Soleil.
DISriLLBRiB 0U334IIL '
2lo hue des Csara
Les Vieux
fcN PASSANT t pour lui, qu'il puisse i nouvjau bnif
de tout ce dont il a joui, aimer tout
[ce qu'il a aim, et revivre tout es
j qu'il a vcu .
Mais son rve se cogne i la tri I :
^ ^ ^ [vidence et il comprend que ses der
-"-*'*'* : niers jours ne seront plus qu'une Ion
Us root les hommes des temps loin 8U* ovran:e
tains, tr lointains pour nous, et ce-1 Ce 1u'' ne SJ,t P*s comprendre,
pendant si proche.. 'tMt I1"" la place est i ctni qui lui
Continuellement obsds pr Ici ^"'vivent dans le tooibilloo del
pa^s, ils sont Us soogmrs ternels. v,e- V1* "W OQt d,DS le moade
Oa les voit, danihpnombe des, a Pucf qu'.l occupnt jidii Cir
chambres, sile-.cieu e?, compt:r au le raoode esl un pectacle universel
rytgme des pendules mono-oaes ies;et g'gaotesque o les spectateurs l-
ban es grises qu'ils nt encore i vi- changent suivant un cycle inexj.a-
ie. La v.c des v ellarJs est une atten e jbls lgulier.
*anstivedelamortqui vent.,etcete: Alors I homme vieux et cass se
attent; chz cux.quoicju hallucinant-, bre et s indigre contre cette cyni-
est rsigne. 1ue f'talit.. Mus son ind'gnat'on
Cas ils 03t une ph.osophie mo e sert I^P1" encote lerappro.h r
ne et due, et 11I1H plaigicnt, a tembe gajet.
c'est dans un ultime et nunaio dsir L dernires annes de l'homme
d'apitoyer encore ceux qui sont moins;SOnt une Pr'ode '* g" q'l P*s-
malheureux qu'eux mmes. isc wapirai des 11 tuis fanes.
L'aieul lve souvent prs de l'fttftj LOIN DU BRUIT ,
aux temps passs pour toujours. ,ai; l'aimeiais une maisen ti, peti e
la lUmmetougoya.1 e lui reamoie'et t es calme, au mi lieu des camia
d'aures ardeurs de sa jeunesse di-lgnes. U y aurait uu uit en tuile*
fit:t !mog s avec un: moussr b en veit
Le spectre de ;on i/e c'est lirr
mdiable, la nete omprhensioc
4i\-i e qui ist pss e ne reviendra
p us
I vnoii a 1 b c, I aeul branlant
iq-ir lou'es ces sp end tus renaissent
Et un tilleur couterait durant le
rur chanter les abeilles au soleil
Ce sont les plus eudrernent be les
lies qui sont simules au m eu d s
chrrnps. EU s sont ileacssases, f
la Uni y er.t e ?ve: n--e p a r re
de soleil clair. L-bis. au loin, c'est
le moutonnement des bls dans I.
plaine, et le bleu d'un ciel pur, et Ira
feuillages gras que b?rce la brise.
D li campagne monte la chanson
ds gens du terroir, cadence et rus-
tique. Et dans le lointain un clocher
chante la joie des hommes des
champs.
Et c'est la demeure rustique, celle
quont peinte et chante, nos anc-
tres qui demeure la plus belle C'est
vers elle qu'on revient toujours dans
une joie de vir des choses belles et
si m r'es. .
Oh' l'intimit des maisons claires,
avec le recueillement des crpuscules
M le r/e bleu l'heure de vns...
I ES PASSANTS
l's pisseut, ils passen;, ils nassen1
loueurs jythmiquei et indiftirents
din* les rues ttio.'asf, .
Et pour cela oj les nomme le*
passants, parce que. figures toujours
nouvelles et touj jars trangres, oa
ies voit u.n our et que jamais plus
on ne 'm reverra, car ils sont la tro?
vivant-- incarnalio 1 de l'indiflirenee
des hommes.
!.- passant forme ainsi h foule
d! se et presse que chaque jour on
voi &ui lis trottoirs gris, et qui tou-
jours sont indiffrents ou railleurs...
Il; ont 1 air rsign i passer ainsi
f es de nn is en cachant l'intinsii^
d leur ne 'menue, le monde se
rvlant pas les .teurs, mais les eau
lanl pour ainsi dire tous sur le m-
me moule de lin personnalit.
Et 1 ur ma'cbe est presqu'un sym
bo'e d 1 homme aveugl marchant
toujours vers le but.. les yeux ten-
dus vers la lum re]
Suty NOKAC '

-. 40

aaai J


>
'. \ I
:*--
taix.'
^BBMcaaaacs^'miaBWMCJittCBtr^^
nn ha t
uildie' ri
qu un
depuis quel jjt'i MM
i>i l CMM Q'le d'une
.:. lurt paeaiouoan'.o L* ton acuel.
lea sujets tIT notes, voue mme, te
itreu* H: ,'nnd qu** fiacgtia lu
diqovnt le manqua dertrmu t-i goal
que eiioae comme l de-ir laiton
neble de:- directeurs ce p eduire le
uuiuiu lllCOt blbUUt.
Pouitaul, nialgi eux, ja pense
tue c eal ma'gi eux, le bouuiiaire
nu t;o journaux tnaq'ie uu aigne
ues temps, tl de cette nouvelle mo
uire n'U' uue paitie lis intiea
*anis ne la socit hatienne peut,
tivec de bonnes rauons. se if jouir.
i'.u ell.i, nos quotidiens COuUeiiOnul
;ous ensemble, plus UilIoiuhuioub
o ordre agricole, induatnei, cuuimer
Liai et conomique que iea colle
.ions de luute une decbdt-
OU' je ne suis poiiu torii, pour est banudi 2
vei.ir eUier ICI, Mloa it goti Uu qiT'ura lieu 8 heures du
loir, une impudique mttl.igeoce MV'siana.la reprise del peut;
oeb causes de uos uu ltturs Mais nie locale
u st rconfortant de tculifener
qu'eu d'auties ttmps, mme le voit
ue lois ou de mesures adrnms rati
M (uKCtoiiiaul uujuii e Uts clO
yens n'auraient pas eu dans notre
pi cas, les colonnes u hoiii eux o
nous aou lu, par exemple, les
piojete de Taxes sur llrriga'ion.
Les purcqaux quotidiens de la
Les Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
wmmmmmm.vsl irsmmmam<^^x^mmmmmir^mmmm
La Renaissance Athltisme
^i A propos du
Coton d'Hati
sor, a
corn-
Avant, et Pendant. du
Dr Paul
11 sera en outre donn cette so
re tUa Candidat siieuxi du m.ne
auteur
Ls rptitions marchent active
mer t. de faon assurer un sucs
complet i celte prochiine 't
Nous fcherons de renseigner plus
TailUt prochain Un grand-event sportif
Cepiiale. en ont parle; chaque jour, amplement nos lecteur?, s; avides de
bal ait uue inforiii non a ce tujet
le ministre mlereafe est .Iflltlviewe,
le -Syi ilicut des Hsnteuis de la P.
C. s renat de ses cemlies, rajeuni
H tortill de deux rouies ; elu
Sienia opinions tout causes- u ne
qu'un mdecin, avant deinetiw la
t...-i.i.M a cru devoir s'excuser d'en
trer dans un icud o l'ou ne louait
l u h pour lui.
il- pour dire quoi sil vous pliit'.'
hn uie.u L\ seule chose quil
lai.u dite eu celte occureuce.
Lt dussent, seul;tie.r la undei*
lie du ut e uu piuUue, la vauilo du
cote des oillioaoxes, ji lais a I 'ho-
iiuuh'e Dr Franois LUleucour mes
plus clialeuieux coaipumeus tt re-
ineicieiueuts au nom des cultiva-
teurs de plaint- Aprs tant d'autre,
il a paru du pioiet de Taxes eu
bgriculteui- en patriote, uu econo-
iitll le.
Mua il semble que ia population
igncole huit condamne a n'avou
que des taiisfacliune tronques, que
iu (Jiande Mamelle ue sera jamais
sur les lvies de ses i.ouiliions in
conscients que pour re, pus ca-
iese< nais moidue secee mal
dtendue.
Comment! Tout le mande es
d'.ccord pour adtnetue que le pay-
Mr, le cultivateur sont pietepat
remua subir la charge dsunit',
pour admettre que lAgncultuie liai
tienne n'a jamais eu la sol'iciludt
des pouvoirs puLlu s, imlgi sa con
trihution sculaiie i'J licatiun
d'empires lantatmegoiiques, d Ca-
thdrales sais btyu. de mannes il
d'armes en car.on, vola ilises ai.
premier pianl, ptu a Mombin Cri-
chu ou Ouauainiotlit-
Tout le monde est d accord poui
admettre que le pays Q ayam f.as et
depuis cent ans ni produits m-
lutte, m produits tuunnlitlurs
ei or'.er, ni colonies S exploiiei, C
nom les piodai s et lea oaUivateun
du sol qui ont pay la ihucoii d'
rindfpeudance, ulitnen une popu
lation sans esse croissante, eu un
mot ddi la lortuue riatiai aie-
CiKt main enaotquecetu Uu lieuse
branche de isctivi sociale, suis lt>
lisii ...tic ns
---?"
.' TSV.T!.------
De nouvelles de Hambourg at|
d'un peu partout annoncent que d'-
3"Rocords battus fores quantits de balles de coton,
____ venant d'Hati et pirticulrement d<-
Par un temps nurveil'eux s'est Sai.it Mire, sont mvudues par le
disput, dimanche, sur 'a pelouse fait de la mauvaise rature de Ctitte
du Parc Lecome, par les membres marchandise.
de l'Staltioi Sjo.t Club, de 1U ym Elle! restent dins ces divers en-
pique et diverses o:its, le liiand droits poar compta des expdieir-.
Cntrinm athltique eganis par Nous itiiroos 1 sitention sur la
PU S S li. Succs complet au point fraude qui consiste a mlanger du
de vue rpnrtif bon coton, c est 1 dire du coton
Ce succ:,cous l'atlrrcocs, ievient machin, loyal tt'marchaad ava; du
trois d:s lonla'euis de l'USSli miuv^is c-jion c'est dire- du rebut
( A. Liicclw, A. Chevallier et C,
ftenriquti ) qui tu 19 s mtlg' les
cab lis tt les protestations de ceux
qui trouvaient li.le tiop premau-
cour. !a uratuit de l'IirigatiOP, c'rst le, ont cooquis U victoire d h er a
que ses ineiLbres Le sont pua des'iVce. .1 iLteii gence. d'initiative coav
pub'icsies et qu'eu |jens pialiquei. bfUive, de couraga ei doergi?. Le
eoiQioe leur nom l'indiqoe du leste lUVAii atoeioara sa rcompense.
- il so.it descendus la Hauteur ^ Plaident de la Kipubliq.ie, commtrc et suivants.
le II pnible situation actuelle pour sous j, hdu) pil;roaagi doqael esii| L; produasur ut- rtich 1 pas ai-
de coton, du coton matelas sauf
du coto 1 ordiniina, et improp- e m
commerce.
La loi de 1846'sur la bo? ae pr
parai on des dnies du pays est
cucoie en v inicles du code pnal iclalil> aVUl
violations d^s i>lement> tedalfts at'x
se laaaer manger une sauce mo ns
piquante qce celle cuisine par le
Depaitement- lu Jab rsignes ils
ont dit au ministre: la quau n
>1 eau dariosage dirige eut les II*
Ouations par les coiotis lraut;ais.
dvaut, et depuis ITndpeodapce
ranonne et reconnue, a loujouis
t donne gratuitement aux culu
vatauts- Celle eau a t kurpro
L'iiwt dujrant i>lua d'un sicle- Elle a
t l'objet de initie uauuactious 11 r
vocables. L'fvat ces |Ourb-ci veut 1e
piendre cette eau j uni la louer
nouveau, nue ea volont Boit taite 1"
A mon avis I'il lustice ne sera pas
uioiudre si le Dpartement eje.il a ta
^uish que si eu dernier couuescto
iait uue rduction de sa taxe au
la icuaian, ses", tu1- tx.u-
ion norme qu'il -e fait e;i ve. . u !ue 1a mauvais niacCfaanUe, c est a
Le public, nomDreux de ptus dise un pioJuu iu? propre au corn-
1 >oo specuuurs, tait compose Uc | merce.
M\l, C. liencomo, B. Dartiguenive,! C'est surtout aux spculateurs en
Li, Roy4 S. Prade|, S. Archer, Ed.',denres iotermidiaires^obligs atie
Estv, ls liamo, Saotartcq, et Us les producteuiset les ugo.- nt s qu'il
membres de la Presse; bsaucoup oejesi fait l'Obligation de ne pas itee-
voitures, d auto au milieu desquel- voir des denres 'mpronre au coui
ies Us dames formaient des mus de j mer ce d cxporiatiou. lii. qua. %d Lia
tuis de toutts nuances. Du grenat tout un mlange du bon coto n avec
r!c._ .......' -.......... '
touc au rose_
Les preuves se
i'o;die suivant :
droulrent dans
le mauvais ou l'infrieur, jour le
vendre au prix du bon ou du rotou
loyal ei marchand, l'on voa r'.'ici la
lesponsabili pnale, qai'pe sut
eux. Aussi il impo;li aux pceMOtn
publics l'obligation de t;nir iode-iware, quincaillerie.
mat la mata a I excution i e ia loi Marque F & Co
dans l'ioti* des producteu-s dans !<'-B30' l causa un
100 Utitrts plat. Finale :i R K'hart,
A. li'.heait, 5 P. Chenet (ESC),
uelle de P 1^ P. '1 par calfeau.j Temps no.i constat. Comme dans
Le Nouvtllisie du 0 Juinlon beanbtyle, li y eut 4 siies.
nous annonce que !lr le M.nia re L 800 m, plat I. Em. Armand. (o)_eju, dacommerce ei du bo 1 renom
itoy trouve ca deinier Chiffre ittlU i-ti ,-. Dupuy, (ESC); Bruno des pr0uru d'Haiti i'etran ger.
soue, maie voyom ( ahandoon ) Course intressante' || a l cm u3 u,iai d Saint
et brc.i meue par Dupuy qui ne j\iarc J rayer le cotaa de t eue ville
succombe qu 2 mtres du poteau clu clllie Jc ss enVois 1 tranger,
Lancement du poids 1 |n R'gaud
Chronique
1-' iiitunal Oduii,
rendu daussm ^
deaWrtaujS,
menu kuivauta;
Surin EvmiVrdi
Marc Desgiam.Lit
condamne payt a
dollars; l execetion.
caution' dn prtant
irdonne.
Nicolaa Jaaieri_
gols. Celui.ci qui dicte
a demande iutiodaa,
leur dans sa citatien.
B Dufanal coatri
me. Le dfeeepur *,
teur du demandeur (H|
lu dollars et d5goi
de du principal eli 1
prjudice des in____m
et des honoiai>e"7tl
poursuivant.
Hlle Tni*
Andr brosite. Le 1
jlare incomptent et 1
ies se pourvoit par 1
droit
Carlua Carriei
Edouard le deleuSK, 1
1* par dfaut i payai
17") gourdes et a
(ai des lieux lous.
Lascaza Meozi
chaud- Celui qui d
valable la h une arrt I
que .Yt'.i m*le de a]
1 iLuri a.ii- les appoin
endeur.
Joinvil BloDcoarti
) lnlj. Likcomp*ra
Jet parti-st t'audtei
Juille proebaia fciK
A Lueran cooiwl
ielui q u .reoit l'opiM
maudctir donne
jue la crance rclia
100 gourdes; ea consi)
et ennu e le du juge
nain le demandeur 1
par corps la sommai
lui accorde la facult!
uar des termes meut
Vente
En vertu d ordre 1
rie- Collecteur de la
l'article 101 de la lo
ns' il sera procd le
Juille* '.9:21, I lubie"'
levan lea portes oel
vente l'encan Ces
suivantes
Marque M. H Ci
pices pour aute.
Marque C. A A P. I
Le lis intrtsant lappoit des
dlgus da Syndicat des t'iameurs
a Dttn expumo que la quant.t
Jeuucpee e&t l..ei.Ui3ttnt-, Ct'fl
m r s
1S r75 Concour dispu' A remar-
s'il veut conserver la &p.. tatiou de
son usine-
D autre pa t du fait de la mauvaise
natuee du ;coton, cette d.me qui
qaer llginci et la belle dtent- de tait au u/re a ,g, t aaCi :;t lom.
u.jjir, la souplesse de Rigiud.Poids 0een 21 heures Lfr; Ce cart nc-
pat tgiementaire iihte piovient en grande Autre du
Sam en bailleur 1 Sy'.vio Cator rnauvaliUt dtt coton hai-ieo, sor
nnyo 2 Dioie iESCj et H Sandia' Coa de; granit mu uS^ ;m (y-y (deai heaO ; } Armandloorammeut de Soint Mrc.
uno tVideuce poui' lOJi les .-,... .,. ,BCr,
,es, U mmoiie, crit a l'adresse5 Tippeuhadtr 9m; Le. U)^e(.b5Uj
lu U'paiteineut n'a pus ciu devo i
la dmoulrer puisque, mi ux i}u
personne ou est reuteig .0 uu D -
partetuent aur ce.te quanili\ but
out depuis I i s'.a'laiiou dans ies
plaines de Logai e et du Cul de
Sac de huieauA u Inigatiun et d'un
lersoonel qui couiiiem bebioma
(0) ec Bruno [deadheai, im6oC:t'.e
Ln ami d'haiii
Rciexuiis et commei.tairei
Comme on le voit ce ns sera pa.
laiu iiuiit lo dbit des ri vie. es.
Mais la faiblesse du dbit uest preuve t,ei dispute est le vrai cn-
jaa la cause unique d=. I iusullijauco tnu m de 1 ap.s-milt. Cator qui
i.s e.ux d'irngauoo. Il y eu u plu s:mb e s'en'ever tel un avion fran-
iieuri autres que les lecteurs pio hit facilement la bure.lvant ainsi j oser que de dire i Is. ivoire des vain- j 1 A N C.
a'iis tu choses eg-icoles mentent 1 ancien record d E'ie Cuiia de 15 queurs que nous possdons des atblj (jup llaitien No
f
Port-au- Prince, le J
ncanteur public,
Vente U
En vertu d'ordre!
rie, Collecteur de la<
l'article 59 de ll'
il sera procd de"
h Douane, le wojlfj
l^l. i0 neures*
vente a l'encan
suivantes :
Manille MiKnel 1
des cffaotillon* de
reiio.
R G & Co
Sa-i Jasn N ,
Sine parque, M1
rassorte pour li'i
Siub m miue.
en suivre.
%
>
rclamer, patca qu? dcourage de
lavoir toujoure vuiueiiunt f il.
mrite quelque considercion et une
part du budget. On lui dit iPayt/.,
voue sert/, consir're .
L'est sreintut taire faueie
routi et se mettre aur la p*n
d ii justices et de coinphcanona 111.-
vitaule- Lt voir uue noiiou m U<
taiaiste dea nceasits inimdia'W
de I Agricultuie chez Mr Luuis K y.
Qui ne saurait tre un ludsualic
la t e du Dpauuifiit de l'AgriCU'
tare e dea T av ux Pub'xs, cau
de son ducation, de son niveau II
tellfcluel il se maintient dans mi-
C'i'iirs, cet'e amertume indlbile
ie tontiment que notre eon nuioui
d'h 1 comme hier, est aux main?
d'trangers on d'indiffreuts 11 nouslcorapagau ds
vien l'esprit, cette rf'exion pleine ia cul urn 1 *>
d^ I, exprime, je crois par.l'Ai
ge de C*vaillon qu'Adrien Cane
mr.' rapp lait rcemment noti
aouveuir. 'Si le sel n *st pas sale.
a 1 c quoi l- -ler-t-on '?'
Si i> Sw .1 ra des Planteurs n 1
ris ei v !. vomuie le
le savoir c nt'ir.t es, C est une performance
La dist'ibution d s eaux sar les remarquable,
domaines colouuux n'a pas tte Une, ^utt m ,^(,/r -1 S. Ci'or 6m2;;
eui|>itiu iemei 1 uxm u'une faoo a Ls.I>Ji0i 1S1 et R Etbait 6mc8
quitable, malti,u..i:que eNep-.,,; 1 A thtait m 4 Bruno
le pHUCUea de .,1 u j- r-
Par un b >n d antilope Cato;
u liai mouiu uvec iw
a science agiicole franoates ceil-
poquo. Lo-s mne qirun domaine
'rtu,iussait lea meilleure)! COid ions
l x! itude et de nivellement, il ne
ocevait pas du l'eau pou la tcUht
1e tuii t due il de/au avou
ine Buifttce voisine du quart occu
je par la jacliie, une culture d
obe ou non iniguee. Ciait une
terme dont la mach.ueiie icd lat le
e a changement ne e'oet opr d puis,
l'eau duiirt liai lutiuu uevait t>t uieuiparaitre inauliinai 0 l.tndu*
triel moderne et suitout la grands
dsireuiju de pratiquer
aivH > n nulle -es pre
uires de tout le domaine.
i.ofs pKUtiiKri;
Ingnieur Ayrunume,
Vice Praident du SuMiieat det
Planteurs d$ la P.Q.S-
Lu. fin d main p
<,m 82
safhme un c^ack
en a'.eq;nint 6.n
da premier
;), ballant
ordit
le le
tes de valeur et dignes du plus
grand ioitt, Et si hier, on enre-
gistrait les dbuti fantastique? du
footbaP, nous constatons aujour }
dhui que les sport?: ath'liqaes vont
jouer, dins l'ducation de notre,
jeunesse, un r'e si consid^rb'e.par
es fortes et aine^Nvaktis qu'ils en
cor.1 6 m 10,dtenu par C. Heniiquez ^endrent par l'enthousiasme qu'ils
US.4, le 4 Eviier iyob mt provoqu 1 la runion de di
lyoo m plat i A. Etharl, 2 Lj
Sautay jot lemps 7 minutes. Nov
uayes ue connaieteut psi encore L
manene.
U ie mention
Chenft qui se
honorable i Paul
clause comme un
"'. raani e de courir ceite preuve. L-jspo:tsman complet Rgrettons q-i'Ai-
J)'ejtemps fait est plut miuviis Record) mand bless, se soit laiss ravir le
1 hatien 4.40 G Martelly lUSHj, Sjsiut a la perche-
conteoent \ peUtef
l.'.euo check
Port au Pnoce.
Kacanteur poun-^
* if<
C'est le 58
sera bni "" .n
maiaged-MAUMCl
Anna Pi**'
Nos compllO,-
Act 1 ^0).
Saut d la perche 1 Louis D joie
iES 1 ; m 10; 2 F Dupuy ESC ; n;
)' POneotl ESC 2 m jj ; Ami.:
(.j1 2..no Concourt lie au ossant
w*Ct au tour Je D.joie de fstUattei
aux ieco'd'i. DUM un enlvement
souple et gracieux Bjpst passe U
h.uteur 6ie.battant dj 13 centime-
Tes le i^co'd ptcdett t El^j. Ehe.
S juil. i>o6
ComD'iments aux orgmisateurs et
oatticuh-emeni a l'infalgbf Louis
Djoie, dont D iten'ion du record
du saut a la percha couronne les
< f forts. Ho r ri ?h ! .'
CAP.
N. B Le ci:s em-nt j-^u oub't
demain. Tous les records ....... .... .
nj|dt horro'^ijU-. r>j- ^es m-f ores partir <*'*enl*' ^
compieuts de 1 U S S II k.w- a- i tort-a"-Pn^, .
^cordmen. C. '
Le tteamtr ^ .
Ici demain v*f'.*'
.arts du Aer**
\)0ur pour IW
I ports du Sua-
J)f$ P"-"a ,,(3<



-* I
LE MATIN
s. i %>
6

C )
Crme
%N
fF3 n i\ n
mmim
V I
C'est dsormais Grand Htel de France
An Bar de la Prisse que 'on
rencontre le midi pi le so r
On en sort rer*- ii r 5tr les o v
velles du monde iD'iir cl ce a i peu
de (rais i
Union patriotique
Vendredi 4 heure* de I pre i
midi, runitn do comit su sige1
social-
Vaillant $ Houet
Agents gn vaux pour llaiti
1720, Rue du Magasin de l'Etat
Peines HouTelles
Un candidat srieux
La ft? qu'organise L? Re* aisance
poor Samedi prochain. 2 luillet, se
PLes name'aqae doivent sabir ra vrai rtga| pour jes ?maeurf
*os normaliennes auront lieu le 19 de Tha,re u y Sfra ,eprjs Avant .
SS?!?'06^11 ft DOnH .SLS.0B! Pendant. ..comdieI loc.'e du Di
- Hier, les 'ves de Mlle Anaia en sus de Un Candidat riAHi,
Boochereau ee aont rendue en p- nouvel e et allchante cotr.ee te ai
m ne auteur.
On eu MM MM peur son a gen',
Samedi ro:r. Entre ga'e : 2 Gdki
.
Remerciement
Mme Vve Ni ma Feirus M enfan'S,
Mr et Madame (i'-^ton ParrHrevi'e
et entants. Mret M* (Carri Dviei x
et enfants,Mrs Cas n et Georges S -
clait.Mr et Mme A lrn Siclait et co
fants, Mi Ferumd Siclait, MrctMmt
Marcel Ferrus. M r el Mme Emmanuel
Estor, Mr et Mme B. P. Rid. Mn-f
Marie Siclait, Mme Vve Th. N L*t-
too, Mr Gtin H Mr et Mme B. M. |Dapitsy, Mr il
Mme Eugne Heutebu, Mr LsmJti
re Heur-telou il Us autres mimons
de la (amnle remercient sincn-
ment les amis qui, de pis on c'e
loin, leur ont dorn des preuves c'e
sympathie l'occsiou de la rer'e
qu'ils ont piouWe da s la peisonre
de
MaduneVve D. SICLAIT
ne FodalieHeuiieleUj eurtrgrett
mre, belle-me, giani'a re, lanl
et parente, dvid le i; courant.
Ils les prient de r oire a leur pro
fonde reconna; sance
Petit Gcilve le 25 Juin iji'i.
}*nr le t(p>* ier pcqufbo (f4;ncais
V n (le Madre
\ in de \hl*ga
K*Q iU Via lav !( O'osii,,
V rniouih Noillv-Pral
Vins lins d Il rdeaux
Vente en gros et t>n dtail ! prix modrs
Tuberculose
h It'ai'ttieni efficace et assur de li tube culou pulni)>iur<- ptr
de* \ Ufcms spciaux,
application facile et non dmloureute
Xo 1 raitemerit soici'il et mis en et a did/MS' dti orginisni
a/j liblii nir de* b'-oc'iit** tuiflC'i.
Pour emeignemtnts- s'adresser
LaClinipdesDrsDoiooQiletEiRoy
1526, Rue du Cent e: l caili 2 heures
^""^fiaii 1 ' 1 |
Annexe des
Caves de Bordeaux
V. s
1 i 1
\L LUOLL P
I AUX GAZEUSES n
Fitrbtl m n aration
[ .1. i.:.li ,-v
D'un ir..ai.'mriit faclta
lr.truc liona gratuites
0
u,,
r.\P VONUR ONt r*aiQ'.iE
luMtmtnMtHi on piut
coTcwn un racrn annuci
Il 2BOOO FRANC&
FLL1GEL& 0-EtT-o.GreenUnM
'ONDRES. N.I6. ANOUCTWIR
|fc]. DEREIX, Propritaire
U 1 pdr le steamer Alacori.s :
I- pt detux lonm e IVauc par iMuriquea jroa et del I
Vins tins par caiase
Beurre iraotie de la maisju Si ; 01 Camus eu Uoite tl'l et 2 livre--.
Vin de tfea '( re et inalaga
Attendu mer. 1 d par le l'auama :
Heure 'rais, tharcuurie de la maison franaise l'erceval et
un grand assortiment de provisions franaises.
Pharmacie Centrale
Produits Ide toute Iraicheui- Excution prompte et soigne dm*
ordonnances Spcialits pour toutes les maladies-
En Hailir
Itrioiga la Chapelle de St Franois
Klltaont pi 1. Bernent aaaist aax c
lrconiea et chant pluaieuta can-
tique h-
- Dps 'onavea noua arrive la
nouvelIp de la mort de Mme Vve
Mayard qni f mporfe les regrets d^ ----------- 1
1001. Coci*olan-ei. ^ U Secrtaire Denby rclame l talMsse-
->oovel ha eu:Antoine Jean, d^ mnl J( mis5jons p,0les!auUs] \
rationalit syrienne, lequel a reoen w h ,uiD_ Le secrtlai
Ce .oute antre oalrm qu Hait, I } u JJ au
Le corn t r!e direction du Or *c u% " / "* c .. r. .,
^Sportif de M-, uni a t lu: Conseil ldral des Eglises do Ch isl
Ooigeade Leapioaaie. prsident; en Arrriqu, lettre publie mu
Joie* Phippa, vice prAniden ; Richarel
Me Goftie, ro 1 r jQlea Faine, ae
^'aire gn.al Meilleurs cornpli
MU. a
- Me Brdy qui est I homme <
)or cause de la puhlicil donnV
I des dclarations conce nant la re
"'cherche de trsors proteaie contre
Moterview relats an Noovellive <.
notre confrre publie auiourd hui la
ttto d M,tre.
On 'tirme que le chef | de \
a lecqm
V
purd'hui par le Coosei
mand l'tablissement de m^s on;
chrtiennes Haiti. Cette lettre tai
une rponse une demande du Cbn
aeil qui dsirait connatre l'opinibo
de Mr D'nby Le secrtaire a prorfcis
la coopratioi de h Mirioc A celte
oeuvre. j
Le Comit administrait d j (.( n
seil qui se runit i NewYok aujdur
d'hui iudirra une recommandatibn
de ses reprsentants de Washirgtfcn
l'invitant commencer ses missio
t, vr,! e urine que 1
m Noire aurait f n potieiaion
^Plaaieor passeports grce aui*------------------
JJla il a pu pendant quelque temps j Mr Deoby a exprim sa surprise
"otHtraire aox r*chercbes 1 voir nUe les hglises ne staient p
.7.*!Me aujourd hui heures encore occupes d Hati. H a d'cl
lll '"' 'H___m J... .iz-anla vieil df US 11
es Eglise
-r ..r.,.BQi nPur,,B encore occupes d
ii lSlin,Ml.re ,,OC0M? d?." que dans sa rcente visite
itliSrwito,f pn.d rild1;: n'avait pas rencontr un seul .
?3 offlA'i iate 'de^T'ioonaire^e. Etats Unis
Hoc et Boc?.C,E,.*o,'l8pre,denU lgi <* Courrur des Etats Un.s du
rircbeet|ueConan. Mgr B*ajiger, le lutn 19.2t)
ISS** ^qw memfri, A* X[ftvltl
8
fAraicaie,
u" (\ irDQC l'ai resta ion de
* Vve Edmoiid Cameau, coupo
" dans l'Affaire.
VENDBEW
Co'ur d'Hrone
Suite etlio
'ilUTIIIEl
MUTl
nomnadt ranime
^^aiataln. mr r Valncl>in Pana
Conriquc en 2 PMtic
Entre S G l LC
Panama Eailroad Stamshfp Lioe.
Service de fret el de passagers
New-York
Hati
Port~au-Ptinee, le 1er Septembre 1990
Precaol expdil'ons direcies p">ur l'Anglelerre et l'Europe et *ioera. Connexions de
ba'faux New York. 1 e plu rapide et le plus direct service de el p-uir I Eoro| e. Adresse
A. E. Paterfon, General Freiph Agent, 24, State Street, New Ycil< << ty fret payable
tl.atinatiofj i l'exception du Miel.
Un dpart par semainede New York directement pour Pof pu Prince el un autre paf
mo'fl pour lo"s lec ports d'Hai i. Seu'emeni pas ge de prrmi-e classe. Les loivtotl
f oiit i:os <4gei4l dans les principaux por's d'Europe el d' u.l terre '
aiujleterre. Ecosse *t France :
MM. G.iV. Shelden # Co, 17, Jams Street, Liver-
pooly Englnd
Copenhague, Danemark .
MM. A.E.Bendix & Cot ^>i, aUteyade, Copealiague
Gnes Italie :
MM Henri Coe # ClericL Piaf&Ai S. Matteo.
15 Cnes Italie
Christiania Norvge : T .
International Speditionsselskap, Christiania
^Humbourg Allemagne: B.Vogemunn, Hambourg*
Golhenbourg Sude :
I\odish Express, Oothenbnurg
Le iervice de Panama Une ent e New-York et Htiii, m
vu* ,'*; arrai>g* teta d'une utiliti considiabU, et est U voie U plus r\pidl pr l.iqi:'!: vji
c'tie expdie
Us connaissemei t: cou\r.nt het pojr New Yo k nu ov.bu;
le Havre. Horde... ou Anveis seront livr
i'S
nr.'i n l y uven f
ivrason soit f 9ndtee
0. B. THOMPSON, i*2% *-ew,i

agent pour Hoi


If Vis*IN
--

La Foyal Bank of Caoada
A ie {'affir Bf | oru l~coi)aiM*re de a cliente ? t du public eu gnral q telle tient Uur
dpotiiiOD. partir de cel'e datf, pour
le Afti des titres de proprit, papier* de fa m lie,
bijoux, objet* prcieux, etc.
De* coffre fort de la dernire perfection renfermant des
Miniers de trois dimension* diffrentes
Ces ettn>n ir.gnrieu^enent dposs et tout tait indpendants les uns des autres, conti nnent
* l'intrieur Je la rremicre jorte aes tiroirs termes et sont absolument inviolables Bien quucora-
buslibles, ils sont ienferms u"aDs le Caveau Je la Banque o ils se trouvent l'abri de toux risques.
11* reprsentent le fermer mot dts progrs raliss en ce genre et constituent p^ur leuislocaliirea une
garantie absolueolrant 'o tes Ifs conditions de scurit et de commodit dsirables. L'on ne sairaii
rien recommander de m'eu\ tous ceux qui sont a la recherche d'ui lieu sr, l'abri d< toute ven
tutllt lcheuse ei ii> lots -isques pour leurs obiels pr-ieux.
Pour les condi'ions de location, s'adresser
La Royal Bank of Canada
Port-aU'Prinee
^ -'
Noire Caisse d'Epargne
Kous profitons de cette occasion pour rappeler la
population la ncessit d'pargner.
Par ers le.n s d'incendie o chacun se trouve expos perdre en un instant le fruit de lou'e son
existence, l'on re saurait mieux faire que de conlier la CaissedEpargne de la ROYAL BVNK Of
CANADA le montant de ses conomies et tout l'argent qu'il sera't dangereux de garder chez soi.
L'aigenidpoi ;
La Caisse d'Epargne de la Royal Bank ol Canada
Eapporte trois ponr cenl (9 010) d'int'ls pur an sans aucuns
risques pour les dposais et constitue ua placement le premier
ordre et de toute scurit.
Port auPiince. Hati, le I ir Juin IU2I.

BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle dus Rues du Peuple # Dams Destouche*
Port-au-Prince (Haii)
I s YFNTEavant l'Inventaire de ucn demie, une, deux gourdes efc, continue toujours. Pluaieur
midis fini eniirerofnt ("couls, d'autres presque tons vendus. Afin de remplacer ceux-l
i c Dt r jouions lei rna'chardigfs suivsnies la vente ;
W/iii/iu II i//i/ijtiu Rve Piose, L'ia-, Hliotrope, Ne M'oublirz
SaWl Wt IIIIUIHB pa?) Oeille', BoisdeSsndal
Savons Colgate* ^^"*.w^i*pf
P rix rgulier O 15 Maintenant une boite de 3 savons O 35
Arriv par le steamer Gorgm%
Pneus & Chambres air ~
Les propritaires d'autos et le* chauffeur* trouveront J
4 parti" d'aujourd nui J'-s C.lumbres air et Pau
FIRES'O. fi1 t)B'M dinenim %laU la mol
ces anich* sont d' qualit suprieure et out d^nn
e.i liaiii un rendement apprsiabi j.
LPreetmann AggerUi
La Maison
Antoine Talamas
Vient de recevoir par le derniers
les marchandises suivante* i
Prix rgulier Prix spcial
Itouuillea huile

Carafes en v Verre a lampes fantains
Verres pour boire
l'oudie de lig'ire
Ciandes semetUs a ligure
Kau de toilette Wi'liams
Verres co. k ail, la douzaine
Noix salles en becaux
Olives inies
J'oudie de .inurt Klorient
Coudre de ligute Mlodie
1 uki| ts 1 livra
or 0 tt)
45
40
35
95
50
'*
I 0
85
48
48
18
75
" 32
99
:
:t0
20
38
4C
tf>
4.25
80
40
. V
14
55
llncus ri sic quelques paquets de biscuits anglais uni gourde le paquet.
--, .
Prix rguli* r F rix spci 1
Taftiire tir^oiee Z
l'ct th >'ih
Pot rau bis c
C.oveftes Ula- clx s
lio.,ui in gr s-'- i otr lait
itnesins pour lit de malade
llatsines pour vjesel
HassoirFP rrur l'nr/e
Houille'-. l'If is
Houilloiifs. blet s
?o s i uce
Tiopf t'es
Plateaux giia
Maori
creux, i an tu
Sceaux a luit uns
ulanri
b'rua
Teriine puddirg
Savooires
< .lie mu''en
Tasses eouccure. et ttiitttCI
or
1 96
I
120,
1.:C
t
2 MO
2.00
!I0
1.30
lfO
uo
f.B0
1.85
1.25
00
TU
13
50
00
28
O.tCi
80
95
1
60
2C0
1.M
T.")
1.00
80
:to
oo
05
'X
m
30
;to
45
20
Nlouteimeion8 toute lu joune du lundi 30fatal pour prendre l'inventaire,
!
Voile de aine barres tU
C'pon de soie couleur fleurs
(.i eson de soie couleur unie
Kstice bla >c grande Isrgeur peur japes
Voile me; criai'e couleur et unie
Mousseline) mise couleur b. rrea et mouchai
Voile b'anc birres
Voile banc a barres suprieur
Sa inette couleur grande largeur
Soie lavable couleurs varie
Nansook blanc grande largeur
Judian Head,t>e Indien
Cot n drap W pou:es de larga
Voile barr< s
Dr.H blanc graaJe largeur
Drill blanc suprieur
rjuck bianc auprleur
KUi blanc us suprieur
Mai elle coton
t'iai.e'le molleton
Flanelle mollelon suprieur
Haut le u ine et colon
Flanelle Iein6 pure 30 pouces
Klareilo laine pure 3ti pouces
Flanelle laine pore
Flanel e extra auprieure
Flanelle mousseline
Et d'autres articles de cl
Depuis tout uo sicle
le monde (dit stt dlices de
LEau de rioride
i

Murray & Lanmal
Ce lemarquable pair"juj jouit d^ne grande vogue populaif*|J
emploi dans le monde entier et son adaptabilit gnrais aox.1"
tebte de toilette il est connu comme
Le parfum universel
Aucun autre ne le surpaaae daus son edeur dlicieuse: aucun i
rafrachissant employ soit pour
L ) toilette ou le bain
Indispensable pour combattre toutes fivres.
Universellement agre, lui aussi, est le
Tonique Orienta^
POUR LA CHEVELURE
C'est une prparation Fgrable et de cocfiaoce pour
bellir les cheveux 11 leur doone du lustre et une ieai
Nourriassnt les racine, il atimule la croissance- Ses effs
80ut prompts et remarquab'es. ,
I t'ai' dtsparaitre les pellicules et retarde l'apparnr est
Lanman $Kemp> New- York
Propritaires et seuls fabricants '-^-
A. Victor GentiF
Agent gnral pour Hti*
SSKmWBBme*!'**' :\ \'.H
Viennent d'arriver
De h ronce par le Sa.Maons les produits pharmac*^^
Sirop llemog'ibine Deviens, vin Deschient. OoliJ1
que.grand Ilicon.Elixir de Virginie iVyrdbal.SwBiJJ'-
niodol loterne Santal iidy, Goudron Gu/oli
Ouina Lrro.ln. Urodonal, Globol, Pagol, p10*6^ -, a*
Pr x dfiint toute concurrence fros et dtau *
t ranch J. Martin _.
Rue Pave, en jace de la Glacire. Port-au n**
I V E lt M 0 U T H C I N Z A N 0 '* "7^,., ^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM