<%BANNER%>







PAGE 1

,1 UM B&nlzig deaieurcjalleinande malyr tuut Voui savez san? docte commenl la conclusion de la Pais lut cr> la ville libre de D .r z g ? Ce tut tout simplement poupet meure i la Po loene d'avou ui. d'bouch suri; Baltique. Mais eu veitudu d o t des peuple; de disposer d'eux mmes, les Daoi z koi.ne veulent point de cette libsiW qui leur a t octroye tout simp'e ment parce qu'ils sont allemands el qu'ils ne veulent servir que la patrie allemande bn cela, Mr Paderewski doit tre d/u lui qui s'est donnrf tant de mal pour que lt rgl i Ciei vt selon ses vues le :oit di cette ville. Ce fut lui qui lit signei le protocole nommant une commis sion de douze membres.six polonais H six Dantz kois; pour administrer le port. Ces membres s'entendirent si peu qu'on dt dsigner en lieu ei E la;e un prsident d or.giae suisse le T Sahm. Dans la su te le prsident nomm reconnut lui mme la maladresse de la Ugue des Nations en trouvant cote que cote 1 Dtntzig un tei tain propice au dveloppement du tommerce polonais On aurauneidedelimportanced l'lment prdominant, dans l'admi niatrat'ou de ce port quand on saun qu'au snat compose de c-.nt virgt me-nbres dont sept remplissent tt fonctions de ministres, l'lment po ljnais necomp eaucun repisentant S ; l'Entrait pouvait douter un im tant de la vritable situation, elle et sans doute d*ji prpos un p! bis ite. Oun'y penset on pas Le %  riocipe du Droit des peuples de dis pjser deux mmes i< t une nou Celle lois mis rpreuve. Toujours propos de rautomatic systJie Grmme u matinnonsealretenoins avec un Ingnieur au sujet des obse valions que nous avions produites avant hier 1 1 gard da nouveau Sys t^me Tlphonique qu il nous a du tre justes, il nous nt remarquer au surplus que cette iostallauoo ne pour ta desservir que aoo abonns. OS'il en est aiflu notr: opinion tes 3snt i croire que ie Dpartement au I H tu en vue de gnraliser l'usage iu tlphone ne serait pas fonde. £o extrayant dce ch ftre de 400 es installations ncessaires aux ser yice* publics, il ne resterait a peu pTtsqacsso abonnements disponi Nous voudrions avoir de nouveaux renseignements ce sujet. • Le Docteur Beuoit 0. Alexandre Nous avons reu ce matin, avec in uniment de plaisir, la visite de notre charmant ami le Dr Alexandre, qui revient de Santo Domingo Nous lui souhaitons un sjour parmi nous. •/.#; Journaux de C.ubi s>es pour le premier Cabinet dent Zayas bous ci oyons latte plaisir nos lecteurs en leur prsentant Us personnages qui viennent d assumer la direction des affaires de notre flo rusante voisine. Dr JUAN GUITEIUS Ministre de 1 hygine L illustre docteur qui occuie Rpublique de Cuba portefeuille de l'Hygiua est or gi aaire de Matauzas o U naquit lu i lauvier 18.V2 et obtint le grade de Bachelier en l anne 1*07 — Fit ses tudes universitaiiee a la Havaiie, tes termina Pensylvanie.pra'iquanl comme Mdecin interne a 1 Hpital de Philadelphie en 1873En 1879 il fut dsigne par le GJU vernement amricain pour tudiei a livre jaune Cuba ; en 188Guittras lu • ailla auprs des Autoiites de Wasnington poar taire reconnatre l bslhgrauce des rvolutionnaire cubains et lclamer la Rpublique Eu l.'/oo il fonda de concert avec le Dr t inlay la revue de Mdeeiu* Tropicale qui contribua la dcou verte du moyeu transmetteur de h> fivre jaune En l'ij;' il fut nomm Directeui Ju Service d H.gioe en 1U10 l'Io* titut Kockfeller le designs pour etu dier la livre jaune dans I Amrique du Sud, tl est professsur l'Universit d< a Havane, occupant la chaire dt Pathologie Gnra e et des Maladies 1'ropiCaies ; Prsident de la Commit %  ion Nationale d Hygine ; Membre de la Commission des maladies infectieuses Membre de l'Acadmie dt sciences et de la bocit des Etude* cliniques de la Havane : Membre ho iiorane et distingu d %  la Socit de Mdecins de Pnuadelphie de la Socit Amricaine de Mdecine Trop cale,Membre de l Acsdmie de Scieo ces de Caracas, Membre de l'Acadt saie de Sciences de Venezuela et du Ursil et Membre prominent de l'Institut RockfellerUne des œuvres scien'ifiques les plus importantes du savant mdecin cubain est la dmonstration 4e 1s propagation c*e la lllariose de Haut roft. Dr Rafal Montoro Secrtaire d Etat Une autie des hautes mentelils du pays qui se trouve dans le Gouvernement est le Dr Rafal Montoro dont la vie, qui s'entoure d'une bru lante histoire civique, tcule ddie au service de la Patrie est bien cou na de 1s nation. H naquit la Havane le 24 Octobre 186-2 d'une famille tis distingue ayaut de grandes relations en Esps gue A l'Age de 15 ans il lit ses met de sont plein d loi r eprsenta aox Cort* espigoolea la Mbinet du erisx provnce de Puer.o Principe. Au dbut <1e la guerre di l Iod podance en l5, le Docteur Mon toro se trouvait a Madrid, travail! .n la formation d'uu Gouvernement autonjme pour Cuba. — En 18!7. au piqa fort de i gtwr, il parvint obtenir la formation d'u.i ooiveau genre d* Gouvernement pour Cuba, et occupa la charge de Viinie re des Enances dans le Cabinet ao rouorae. dont la vie fut phmre. Le Dr Mon uo se retira ds lors dt la vie publique, en 1808. en renon aot la cm ge de Professeur d Philosophie de 1 Universit de la HavaneEi 1!>J2, le gnral Bliss, du gou vernement de l'Intel ventioo, le nom ma membre de la commission des unp'.s ; cette mme anne, son ta lent et aun caractre le dsignrent tu choix du Prsident Estrada P<*lma jour're E et Ministre Pinipo tentiaiie de Cuba en Angleterre d o •i fut transfr avec la mme charge JU AllemHgne. En 19J0 il par t comme Dlgu \ ta confrence Pan Amri:an de Itia Janeiro : la mme anne lit pat ie de la Commission Consultative |ui rdigea de nombreuse-; lois ivant pour bisi le dVvj'oppament le nouveau gjuvernemeutEn (anne 19c8, il entra dans le l'arti Conservateur et tut candiJat li Vice prsidence lors de la dfaite le la csndidature du Gnral Menu l la Pisidencc retournant de puu a son poste de Miuistre S lier lin. Ei 191O il fat nonm Dilgu la Coofrence Pan American de Buenos Aires et en 1912 il fut Sacr -aire a la Prsidence. U est Directeur dj l'Acadmie des Ueaux Ai 19 et membres de l'.Vade mie d'Histoire. Hi gtaude culture et soi loquen ie de tribun sont biau connus de tous. m lias HUS Voici d'aprs "Le Nouvelliste-' l^e considrante e' les grandes ligbasdii f.rojet df loi sur la remise des bieoi Allemands, lequel projet dit le Si crtaire d'Etat Barrau a t par pure courtoisie nternadonal, coin num • IM aux repraentauts les Puissances intresses. Eprom que sous peu la loi vote par le CsJbiell d'Etat, entre enliu en vigueur : tte de Saint Ltd —~—j'n Les Frres de l'Iottructisa tienne feront chanter uot fe_ hnnelle dans la chapelle L ^3 tution St Louis de Gona mardi 21 juin, i 7 hres M" l'occasoi de U tte oeJ patron de rublissensu. Les anciens lves et !•, J l'Institution sont invies \gm morne. "^ Amour de U ood lion de AI.BriJ comme vice prsidai de la P. C. sT^ Les renseignement qut\— eus u sujet desobserjcuioMt\ tentent des Jravauxpublia 1 le texte de la loi qui t>MtjJ Brignac justifie son titre adil de li PCS par la poutuu actions de Or ooo nom p*i d affirmer que le nouveau vin dent a saUsfiit aux prescri/ti* s'arrtte !e rle du Dparti* Travaux publics. A partir mes heureus et choisis su discours bit n tourn du soas-inspecteur, el prseuU des hommages au ministre des Finances dont la prsence) reaaus sa la solennit du jour. Aut membres de l'inspection, au |ury et VawiMance.il adressa ses plus vil i r-micieraenis du concours sympaIbiqe qu'ils ont tmoign lfc bhs-ement. par leur prsence. Aussi nous ne pouvons nue joindir .ns flicitations ces difterents sortons adresss i cette importante Eolqn rend vraiment des services appr-cubles tant au public quau Corn nerce et formons aussi des voeux fia que les pouvoirs publies vien neot eu aide l'volution d'une peu vie qui est un vriub'e ceom rglement techrique. Gtnral Demetrio Castilio Duany Minisire de la Guerre et de la Marine SJQ hi-toire rvolutionnaire est les plus brillante et ses actes dans a vie polit que se carac'r sent par 1 honorabilit dans Us principes et les procds. Il naquit Santiago de Cuba, le 17 Novembre 1 6, d'une de ces taTilles de cette rgion indomptable o il reut l'esprit national. Il ft ses tude en France, su Lyce de Borleaux, o il demeura plusieurs an nes, ayant auparavant tudier l'anglais aux Etats Unis o il travailla lans une muson de commerce. En 1878 i lge de 22 ans il retourna i Santiago de Cuba pour se mettre la .tc des allures de la famille. U ie anne plus tard la petite guerre l'obligea i migrer aux Etats Unis o il demeura jusqu'en 188s.— La Guerre de 1895 le trouva :n parfaite condition pour se consacrer la lutte dcisive. Il s'incorpora ians les forces rvolutionnaires de Victoriano Gazon, passt t ensui e i l'Etat-M jor de |oi Miceo o il rendit de valeureux services. Si valeur et sou audace le poussrent avantageusement et avec une rapidit tonnan'e il parvint au g.aie ie lieutenant colonel par ses belles ictions de la Yerba, de la Gqinei et 4e la Curia ; et colonel par celles de Sio del lndio et de el' Triunfo — Trois jours avant la fatale rencontre pris la Kevue" Cuba Cootempora le la Loua del Gito.o tomba Jos nea' dont il fut 1s Directeur. .%laco. v-astulo De an y rtteignit le Membre distingu. de l'Athne de raic de B g.d.er Gnral. Madud il occupa la charge deViCil*. g tiats Unis dclar Prsident en donnant des confren lo "4 les ctaw unis oeciare ces politique, et de sciences morales teat U gM %••. Ci .xto En 1V77 il occupa sussi 1s charge de agrablelde j e j. r0 | t j tf uttrat philosjpuie S Madrid. U fut un diteur remarquable de la 4 Bvue Europanne" et de uom oreuias autres publications y coin Considrant, en vertu du paragra phe b de I art 21)7 du Trait de Paix quil est facultatif aux Puissances Allies et Associes de retenir et de liquider les bien, droits et intrts ipparieoant des ressortissants allemand 1. Considrai, en virtp du parsgra phe h de l'article 997 du Trait de Paix, que le proiuides liquidations effectues dans les Etats qui rfe pai ticipeot pas aux rparations payer oar l'Allemagne doit 're vers di rectement aux propritaires, sous rserve des droits di la Commission ment commence celui da Dip de-i Rparation* ; de Unances l'gaiidik M Considrant qui la Rpublique : timbred'Hati est dans la catgorie des -" -— E'ats qui ne participent pas aux r .\|0IllUii3Ul (16 parations payer par l'Allemagne : Considrant que i^e valeurs dj encaisses provenant de la liquida tion des.biens, droits ci int t'-ts appartenant des reesortissints aile inands sufliseit poar rg'er les obligations p^cuoiairej prvues par le Trait de Paix. Qj'il convient en consquence de ue r.lus con inuer la liqui(ition. Est rapporte la loi du 13 Novem bre yiri o"donnan> la liquidation des maisons allemard H squestres Les valeurs provenant des biens dj liquids sont rserves 1 ) aux frais dbourses par le Gou vernement Haitien pour l'interne ment et le rapatriement de quelques Allemands. '2) au paiement des rclamations pr/ues au paragraphe 4 de l'Annexe de la S^ctio 'IV di la Paille X du. •Trait de Paix. :i) au lglementdia cbl'gttione pcuniaires ^revues a 1 art •!''•! du Traii de Paix et qui rentren. dns es a tnbutioas de l'Offiee de V.ili cation et de CompensationLe montant de ces vtleurs sera tix par le Secrtaire d Etat de la Justice. 4 ) au paiement des crances exis tant contre les maisons allemandes. Les Squestres Liquidateurs sont chargs de cette catgorie de paie ment qui doit se faire selon les rgles traces par le Code de Com merce. Les vileurs rserver pour les deux premires catgories de paie* ment seront tires par prorata des valeurs appartenant aux maisons qui sont au-dessus de leurs affaires et il en seia de mme pour les ob'.igi 'ions pcuniaires prvues 1 l'art, 296 du'Trai' de Paix en .e qui con cerne les AMcrnands rsidant en Aile rnago Toussaint Lou?, C'est sur la Place Lecoultt lifi le monument qu mu publique lve ToutsaiiU] Le monument sera plaeii Palais Sattonal. Le Comit organise tout j t Journe de Toussaint confrences qui seront fait-l Prince el dans d autres vilk publique la veille de monument de Toussaint 1 proche du 1 /5e aanit naissance le 20 Mai lgi. Premre Comt — Il y aura premirif i la Chapelle du Petit! samedi 18 juin, i 6 hein du matin. S G Mgr tl administrera ensuite le d' Conlirm.tiou. Vaccination obl Un projet de loi d ment sur les bureaux dEtat dclare oblisUoinI de la vaccinatios. Noos dit. ici mme, lors de Ui demie de variole, 1a pareille loi. Tout en demandant d'Etat de h er l'examen portant proj.-t, nous M! nous empcher de louer 1 i nitiative .' Mariage Mardi soir s en lin' de Melle Francesci Mr Geo. Piynes— taient, pour le mari:] M. Richardsoa. Mtitleurs comprimes*. d'en Secrtaire de rrssocutiou des ~ Kcri vains et des Artls es espagnols. A la lin de Is guerre de lo 0ns eu U7, il revint Cuba, fonda le jour nsl "El Triunfo*' en compagnie de plussieurs amis y fut le Uirectcur et eommana ds lors dan ses colon nea, dfendre l'autonomie de C 1,1 L'anne auivaiite il fut lu membre duCoroP Central du P.ru autono miste et dsign comme Dput aux Co-ts espagnoles reprsentant la proviii' e de la Havane.fcn 18W5 et en guerre Garcia le digna comme dlgu pour eoatrer avec l'am.ral bamp son, Le solde des valeurs provmant des Watt et D Euneiy biens liquids seiadirectem:nt,vers marie MM. Arlhur dt leqrs propritaires, do dre du Secrtaire d'Etat de la justice. La restitution des b eus non liqui ds ainsi que des livre, domments, papiers d'affaires etc sera faite pu le Secrtaire d'Etat de la lustie directe ment aux ch:(s des Maisons allemandes ou leurs reprsentants autoris?. La m.ssioa conne aux Sques res Liquidateurs prendra ha daas les jo jours qui suivront la promulgation de la prsente loi. Ils dposeront au i bard du cui'ass New Yoik te la Province. Ei 1906 il tut qn des fondateurs du Parti Rpublicain en Ocien'.e et s'asso.ia au Comit rvolutionnaire, il fut arr. et gud en prison juset la il coac-iu le dbirquement qui l'arrive des commissaires amd-s troupes amricain:* et laide que ricaics. les tiqupes cubaines devaient leur 1 Durant la seconde intervention le jpr ei Sous su oidres les Coupas Gouverneur Magoon le nomma Ch'l {cubaines s'empaireot de S.bjney, d : la Piison principale; en cons ce qui facilita le dbarquement du quence de la rvoluiiou de ;


PAGE 1

LBBIVriN %  Jbn Royal Bank of Canada / 0MB, du type tuloub; ou 39 x i rouces, de ltes droitsJ.inti x dmontables. Roues ; Bo boi, (du type artil 1 umage: Par magotto litote ierie ) tenue" Couleur ; Cairosseiie, bleue ou Carburateur ; Rglable grise. Il y a daus ce pny- une rg'on disponible irl avantageuse pour les agents et no -H tenons liemeux de recevet des tuaisons srieuses et sol Vib'etf les demandes coi lernai t ce', e reprsentation Port au Prince, Hai'i, le I r Juin 19211 Vendre k.ilst proprit, ayant desau une ite maison, la Rue du Parc L* 'No 422 m face des maisons De Feidioand ancien Hrtet de S'adresser A Mr P. Raveau Compagnie Gnrale A ., ... fjf ** Le paquebot tSatr.l Raphal venant lraOSat antique d$ Santiago Je Cuba est attendu vers le paquebot Maons* attendu vers le \g courant repartira pro battement le 20 pour Santiago de Cuha. La date de dpart pour l'Europe sera fixe uUi ieurement. le 20 courant. Il repartira probablement le nn'me jour pour lermie, Cayes lac met, Sanlo lomingo. Ponce, Maya^m^ Guadeloupe et Martinique prenant tri et passagers. mp.& r.u LA BRE FRONTENAC EST DE LA VRAIE BIRE Dsaltrez-vous, avec un verre mousseux de BIR FRONTENAC. Son got dlicieux, ses ingrdients purs, sa force d'avant-jguerre satisfont l'envie que vous avez d'une bonne bire. Demandez la Bire FRONTENAC tiquette Rouge et Etiquette Bleue votre caf ou restaurant favori. Pour chez vous commandez-la par caisse a votre fournisseur. Hupmobile The HJPP MOTOR CAR CORPORATION DEIIROIT EU. d A Adresse UlgraphiqV Cad* e-mnlayt* I1UPI DKIIttUT Lieher A UC. 5a "dition WESTERN UNION Proliiez de cette bonne occasion BfiOO folies cravates df* soie A deu gourdeachaque En vente chez SHEMCOB "' FRONTENAC BREWERIES.LTD. Montral* ji i FOiKES de LEIPZIG Foire gnrale bl Foire technique Du M Aot au S Septembre Ivi2 1 — Du § au H Mars \9ft. Laplut grande Foire du Continent europen pour les changes interna)lonaux de toutes sortes de marchandises cl de produits' F De la plus haute importance, tant pour les exposants Que pour !r ls acheteurs: 8 \Elle mente h titre de : March^Central du Commerce International 6 Pour tous renseignements supplmentaires, s'adresser la" Lgation du lieich Allemand et la Messa~l fuer dio Mtistormessen in Leipzig (0 ti ;e les Foir, s de Le pzig ) Parisiaai I Varits CE SOIR DEMAIN Les 2 ares sociales N'oublions jamais Entre G'*} Entre G100 4 ''s*.* F 1*.



PAGE 1

LE MATIN **—. —t. ,_, M '-r-r -T *_ ^^.-. / -J,-s --/~, "*-~tr?? mr '*?£ ^ '-v.*.--.' 3 <^ T" tCi.*** ~*~ */w tt ^ *-' -* Jt / Crme % E. Robelin Aglfflt Spc'aldela Rgie Franais* Attend pi le S t S MACORISs un ritmiei lo. de T-osc Scaferlati Su piieuLesexrditons se suiviott lauliiemett a lavenir. Us prix courants seiont publis prochainement. Depuis tout an sicle le monde fi* se? dlices de L'Eau de rioride\ i 2 out ce que vous dsirez De chic, d'lgant, runissant la simplicit au bon got vous le trou vtez au r o voua fera le plus charmant accueil Mr Franois Lettllier'* ConserVr lu frucheur de to Jeatxes'.e. CfMM *'• %  <' :, • %  Pl Mi l>lt>' ••> o u 4 rr riiiO'riV : ,'.. cm ghtlf %  %  %* nxturt l, t :* i i' fui', l'tcfiei Il UII %  / %  • %t • I il.Jr' • *>i 1 't.'^r 1 ; .. i a. .mj. i -VJU l'eiiU'.i.^ ; IWt* 4CM f'iio* CHU* r. •utoAittmem Murray & lin m an Ce temtiq jablw parfum jouit d OUP grande vogue populaire t i emploi dans le monde entier et aon deptsbilit guiale IDI b *> table de toi ee. il eat connu comme Le parfum universel Aucun autie ne le Burpeaae daua aon odeur dlicieuse: aucun o'ti rafrachissant t uip'oy aoit pour Li toilette ou le baiu Indispensable pour combattre toutes fivresUniversellement agre, lui aussi, est le Tonique Oriental II POUR LA CHLVELURE '" C'eat une prparation agrable et de confiance pour consenti tu bellir lee ch*eux. Il leur do ceo limes U bou cille Frappe. Kola Champagne. Oirger Aie, Le* mon Soda,Banana Champagne,Lima fuice & Soda,American Cieam S d., Orange F zz Koot Ber, Birch Ber, Strav, b.ny & Cream Soda etc. Gc'.er c'est adopter. A voua donc amateurs pour tre convaincus. S tir A. Victor Gentil Agent gnral pour Haiti Panama Railroad Stamsbip Line. Service de fret et d passagers New-York Hati Port-au-Prince, la 1er Septembre 1920 mois pour ouf le porta d liai h — aeu'emeni vf**v i ; l0 i.irr* : sont nos Agent dans lea principaux pors d Europe el d A ngleferre analeterre. Ecoute et France : AIJM. G.W. Shelden (o, 17. James Street Liverpool, Englnd Copenhague, Danemark : MM.A.EBendix Co. 21, alhgade, Copenhague Gnes Italie : M M 4 MM Henri Coe Clerici, Ptazza S. Matteo., 15 Cnes Italie Christiania Norvge : „,..,International Speditionstelskap, Christianit, Hambourg Ail magne: H.Vogemann, Uambourg. Golhtnbourg Sude : JSodih Expretss, Gothenbourg i A D tinp i\trp \iw York et Haiti. en vue des arrangements qui se sent faits i^StSM^at. couvrant l.t pour New Yo.k av:c opiioai de livraison soit Loadrte le Hlvrl Bottaui ou Anvera seiont livres. 0. B. THOMPSOJN, luftmtvSuTiaui Viennent d'arriver au Grand Htel de Fram Par le dernier paquebot franai Vin de Madre Vin de Malaga Ee*u de Vieil/ ( Ce'est in Vermouth Noill) Prat Vins fius de Bordeaux Vente en gros et en dtail Ae prix modrs Htel Bellevue Etablissement de premier oi^re — Vue sur U mer, — Cu service irrprorhab'e.— Pension des conditions avantagetl La Direction garanti aux clitsnnn depuis aeu en Ha 'i un rendement apprciable Jeyes Fluide Le Dsinfectant Royal (PRODUIT ANGLAIS) nikiA > kt M Par la Commission spciale tDa Sa Majeet G-orge y'J^.lr\d 150 Mdaille d'honneur lai ont t dcern. Jeyas FI 7^!' M | meilleur dsinfectant du monde entier et le mieux connu awpeut hpiteax et eus i)partemeoe Seniteiree d'tarose. "J —i coureC'eat pourquoi il fut toujours ineiater d avoir JOJ Efficace, aain ei conomique, employ daue la yaiaon nor trois rgnes successifs. ves Aucun famille ne deveit r*eter eana on petit bidon a '^ J at •ans oublier le Savon deinfectant JEYES pour le bain aie, et merveilleuse contre lee pidmies, piqrea d'iodecj*". " ^ bilorea el aprs avoir pria on bain avec le Savon JB* ment heureux. ... ne. DsinfecUz voe maisone, gte. curies, water.cloaei v ^ Destructeur dea puoauea et tout autre insectes avec suce ( ^ eat la porte de toutes lea bomaci; le bidon se vend u. • 2 j 5 50. Baril da 40 gtllone 85 dollars. Le savon Jeyes se vana s prix apcial pour l achat en groa. Franck J. Martin £ A§ent g^ral,-H**Pave, en ,ac de la Glacire, Port'** )!



PAGE 1

Qpjnjien aucie fUs 4107 Porl au Prince, ll.uii % %  'g. 1 ^ *>-! Jeudi 16 Juiq OIAWMUR-PKOPftlCTAIRI. Oment-MAGLOIRt UNUMERO 20 CENTIMES Quotidien UeM des pauvres qui deviennent des criminels parcequ'ils ont oubli que la socit nv permet de voler qu'aux riches. ETIENNE ivhY REDACTION; Rue AoiricairSfcNo. t;*b %  % %  %  •**WBS""H Les jeux sanglants et les races riment, ie journeJ-franeii, des chiem laitier*. orotetii.it contre finu dit comment, a ioen France du sport brutal -*Angleterre IOUI le nom Ce jeu, on le sait, eat essen ot sog'o-saxon. Un Franais m pratiquer i Denver. au l'on association de jeunea l'en cre uniquement pour > de toutea lortei de pugi%  ia,fait l compte rendu mijf-olite cherche bien mp [en laites dangereuses, mais i facilement sa surveillance: et tenu secret, cba bre de l'association quitte sou ct, cheval, eu sa chemin de fer, puis on ITI dsos quelque proprit i convertie eu champ clos (.a, rla ceinture et sans ganis i, lei adversaires, choisis possible d'gale force, ttt des coupa avec arI libralit. Des jugea co;npI sombra de pointa obtenus fis combattant, et, au bout [isttaiii tampa ou d'ua certain > sa points, on proclame lea 'gigner un de ces points.il i pu de toucher son ad ver • tant lui causer un dommage ^arisua et dtermin. Ainsi; qui fait couler le aang de jjatfque un poiot Pour cela. ">de loi atteindre le nez ou la bouche; on marque n'bjiwint chaque fois qu'on le •m et qu'il reste sans se cuauf 15 ou 30 aecondes, i ameutionsCe rsultat i ordinairement par l'adroite W que voici : un coup de %  *ye bien di oit dans la rKur coupe la resni atiot; appliqu immdiatement iP-oeant que l'adversaire a "i aor une des veines du cte r nTfr i' *O !• ao'. c'est 'bUiivDe psreils p'aiaii ataauvfgfaj.maiaiia reo i Dure gnrale, gi ost puisaaule... Pt dure a'eat cru le de ..'la voix contre la franci JE" %  J %  bt il concluait **• POtr eics, il valait r e.poir les races latines, '(tculuie de leur eeprit,e besogn absolument aprs lea comba's de coqs, on met dans des sacs les btes et on lea assomme le long d'un mur, aprs qu'elles se som bravement battues. Il parle des cour ses de taureaux et des conditions ignobles dans lesquelles les chevaux ventrs sont cousus et recousus, fct ii conclut : c La Frsnce est dure aux btes On y voit des spectacles que (Angleterre, 1 Amrique; la Hol lande ne tolreraient pas. Ce qu'il dit de la France psut tre gnralis et tendu toute la latinit. C est ce qui explique Is formidable bulle c valoir perptuit .du pape PieV contre lea couraes de taureaux que lis de ispectaclea aaoglants, bon teuz, non d'hommes, mais de dmons' — et pourquoi Mgr Besson, vque de Nmes, dfendait eua jourcaux catholiquesd annoncercess combats abbora par l'Eglise—que Benoit XV a cr le subside Is Socit romaine contre la cruaut envers lea animaux; — qu'enfin lo cardinal Oaaparri nvoya d ordre suprieur tous les prtres italiens une lettre- lire en chaire o sont condamoea • (ou es les formes de cruaut envers les btes • CHRONIQUE Nouvelles Etrangres PAR CABLE PARIS 14 — Mr Loucheur, minis lr des riions 'itres, a rendu court; au Coiseil des ministres de l'E've de ses entretiens avec Rahenau Oa due dans les principales villes. ne signale aucun trouble. Le gouvernement a interdit le; Mr runions et les cortges. Les socia'istent recommandent le calme. —Une dpche de Berlin annonce' — Aujourd'hui au snat, Mr Duque le gouvernement alle-nand a te |plumier, snateur de la Vienne, denu secrte jusque lundi aprs midi J mande a interpeler le gouvernemrnt 'entrevue entre MM Loucheur et [sur les mesures qu'il compte prendre eu Oa ne saurait non rcriminer con tre la dplorable habitude qu'ont :er tains parents de se rendre iu Mcti\i\ a ,l i de avec leur bb. Celui-ci. ap , i£ !" S*J „ e £LEttJ2B2X r rr tun accord d e r^l^^. ta ^ Ua son pre, commence bient sfa? U r les l \ vuliOQ • %  %  %  "* les P r *.* * uI '8 >Wfoei de la d.scus a communiqu qu un [au sujet de la mise eu |ugement de programme de travail a t ab'ijCiu llaume et des aut es inculps de pour lui. depuis oog*mp.. de Son Ser Qt J22S£ A fl sommeil accoutum. Mais comment JTAE "I" u nn .irr.it si A~.~>.. A %  baden.les ournaux regre lent que Mr CSSS&f^fei*S T C2! *** . toute prcision et incomoM*. pr.v de son buceau s esl content de critique" ctttainei ion, tant donn les jugements seau daleux de laCour de Lip/.'g ; la discussion a t ajourne. PARIS 14— Mr de Fleuriau, conseiller d'ambassade A Londres, a t nomm ministre de France Pkin. — La Confrence internationale Ce petit ceup d œil montre que. chez les Ane o-Sazona anasi bien que chez les Latine, on pratique des jeux ssoglanta qui provoquent les proteststions des gens de cœur. Mais, tandis que chez les premiers c'est sur eux-mmes que les homme* eierceot ces cruauts dans ou but ducatif certainement exagr; chez les dernire, c'est sur les btes que les nommes les pratiquent.pour le aeul plaisir des yeux et pour l'ori ginalit des sensations.. Et nous ddions ce petit morceau aux demi-latine que sont bien des intellectuels hatiens et qui ce sont sux Latine vritablea que ce que lea demi-aavanta sont aux ssvants u beuUques. En change contre 200 timbres-poste oblitrs et toutes valeurs bien assorties de la Rpublique d'Haiti et des pays voisin, js vous eiviiia^.-^u'axiB'rrr'' donnerai des cartes postalra illusSiW sous q de.Cme lrM de va de '* !" d guerre *w n: ini.i ,.,,„, VwroptDD, dei vue anglaises fa *• sosi sauvages, • • europe meus s. e'c • journal fransis, sons la' Ml T V'. Ki> 0n > Stockwrt,Un <• Pierre L'IraSt. signadrei Angltiww^••ot lea* mauvaia traite Jttqoala les animaui sont %  F rance et il le faiaait \9 repriae dea combats T lea rgions dvaatei *otci que-quek-unes de vas: ,. .Ju jour, le laboratoire J^dox pe its jeunes u 1 m£?\, < ,eveotrer tout \i rJTjwhque chien, et l'un F*trf 2* pmca d cier ll il Itoif "'ernum eo diaant ifWec-nef-l.ces V *oor*nce.. • Je pjMlyeni fous du chien, %  f ci!5*, ,a ie[ nue darni "HtSna df Province; des pa•rt.„ ,e DrQ taleBeot "• *corcburee. la rtfute Avi* o ses BtFft mrmK *i nrnv.ni c*i CM tonieme ae critiquer certaines — i-a ^ourerence internationale relatives au jugement des intractions au rglement sur la navigation et U police. Elle a commenc 1 eximer. d'un article relatif aux dt((reui pouvant s'lever tntre les Etat, et la Commission internationale. Les Cours PARIS .4Rente j o\o 57.^5 Sterling 47,11 i f a Dollar I2.S4 NEW YORK Franc 12,5 r Sterling 5,7668 des artitt L U 2a2 S A f£R et de *•+* de Londr sans < JH g^ J£*VM %  •'ftr: muiei la moindre proposition terme S'BsV^S P ttrleur rempl.cemeat. Ils notent LL 1-1 M C mt \ dlD l U Uo ue Toutefois que Mr Rathoau a recoofeUCfL. fl ?* A fTS^Sfi ou !" ••Allemagne pouvait et dequ .j jprouva, iUemander* t i pamr vtil ^ ire un efto f t fi|e J u d S t u H msUmme r t soa d odo le tableau des restric ions des impt lenc des tout petits qui ne ogaient 1 ob ; ets de { ZZLtfZn^ 'Jttu J*\ %  %  •'.ionaliste* considrent l'entrevue ses sanglota monotone!, S il est la1 de WiesbadeQ comme un suc;! ITi. ~ h,i. ?.. '5 de ' ville 40,000 c.rloach on, sussUEisusiS: i -AM,oich,u g ,, C s '.su, : ,b d*pu!,"?. bSU C,i<,n Ch "'' 1 A U suit, d'uo brilltmmeo,i L pmou i voot av leur b "''"• > Utio, m,o tt I 5,:"^^^".^'' s '! 1 *"'' 1* nn iniiA'irit sir et qu'ils frustrent dans l.ur droit de Ptsteurs des films c dramati de s'amustr (ques ou, souvent, la violence et la mot jouent les grands premiers 'ta Mais vo'ci que lenfant s'ouvre len temeat i la vie i: l'intelligence et de la kensibil t morale. Sa curiosit merveille pat i la dcouverte du monde. I a quatre ans, aix ans, huit ans. Faut-il, i cet ge, o dj il sait ie tenir devant la foule, le conduire au spectacle, et spcialement au cinma dojt il ne tarde pas i ratNon, il ne faut pas. C est un danf ;er dont on ne comprrn j pu assez a grivit. • • L'entint qui assiste i ces reprsen tations en reoit une impression qu'il n'oublie pas, lui, presque tout de suite Sa mmoire emmagasine les pripties tragiques des aventures qu'il a vues et vcues avec une ioten su singulire. 11 les revoit et^es ieJ 77*r mm ."•^ vit sans cesse. 11 y pense pendant ffit. *l i f\ B V e h e o du re 8 rett des jours. Elles hantent ses nuit,! JJ*' 1 !" Jf ,ut QSLESZ L prives du calme sommeil de soo : L U / f y a ,"" ~PO de:Mrs Hermano Ige. Elles lui servent i chalau4erl?f r aux ; "Pf" comptab e, D.recteui dfsch mres o il se comptait defe. Ly j£ P Uo \ P > complab.plusen plus. L'enfant arrive ainsi SLllSt Boucher eau avot ^ I. .;.r ..— iAA.. .1,....^. Ji. .1 .t-onseiller dEtat. pour le Droit Ton __mplable. 1.e sontMr Hermann Cbancy, Julien Benoit fils, Lo Pierre Louis et Hans Hepple — Cet important Eta bassement qui compte d] A 21 annes de succs est actuellement dirig par Mr Alphonse Francoeur, comptable dip'u.n du dit Etablissement sous la direction de teu Gabriel E. Pierre, son fondateur. C'est vraiment un bel effort que ce diget lve a su accomplir pour maintenir intact le prestige et la r pu un on incontestables de cet e Ecole. am Elle est certaine que breux amis se riouiront avec elle J' a rr ve J %  n'arrive vaincre que parce qu* de la grande marque de onfianx te SJ vie aux objeta qai a que l Gouvernement amricain, our ent. II es. impressionnable et prs U Gouvernement hatien, crdule comme toutes les imaginavient de lui donner, en {instituant tions neuves Les histoires le terri? r aussi sa Irsorire. 'heo qui avoewoi i ses yeux l-O-l posent leurs petits I Port-au-Prince, le H Juin \92l.git, le Loup, le Croqueav.Uine, les] ARYS se faire une ide sbsurde de la vie relle. Etat, pour le Droit Corat • merci.'; Tir. Laleau, btonnier de Oanuit ainsi son dveloppement \]2£l f. !" CllS !" 1,S M,h r.lt.rh^l nrm,l I .nrn,. „r.l .. "qU" CO.TlmerCUleS. intellectuel normal. L'ordre moral il Lei travaux durrent deux heures lordre physique exercent .'Ottsarj.t -, r-"";" l'auui une rieicussion dcisive. lf l Jl raie d: ,em P s Me f 0 " D oviei Pour touUs ces raisons les parents' !' ? US Tf ^ *! C les prsida n'ont pas le droit d'entrslier Irurs' J J'\ '* c ola 1 re dt J >'"" enfants au spectacle, to drog-ant i .', P 10 /-. 1 !" '" rsultats; puis, rette .Kleubolue. ils comrn t enti k a d IM,atl i,a 00 !" oreu*e assisUnce. un manquement bJn.bc a devoirs essentiels. u ce Mais que de parents, dsireux de b en faire, ignorent le pril auquel leurs!" ce n"^" de souligner tes im -mr-cies servtes djA rendus par l'Ecole au pays; il prsenta ensuite des souhaits aux imptrants qui, dit-il ont su couronner leurs eflo t s de si clatants succs. LDirecteur, Mr Alph. Francoeut rpondit eu de r.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05401
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 16, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05401

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qpjnjien aucie fUs 4107
Porl au Prince, ll.uii
'g.1^
*>-!
Jeudi 16 Juiq
OIAWMUR-PKOPftlCTAIRI.
Oment-MAGLOIRt
UNUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
UeM des pauvres qui
deviennent des criminels
parcequ'ils ont oubli que
la socit nv permet de
voler qu'aux riches.
ETIENNE ivhY
REDACTION; Rue AoiricairSfcNo. t;*b

**WBS""H
Les jeux sanglants et les races

riment, ie journeJ-franeii, des chiem laitier*.
orotetii.it contre fin- u dit comment, a
ioen France du sport brutal -*-
Angleterre ioui le
_ nom
Ce jeu, on le sait, eat essen
ot sog'o-saxon. Un Franais
m pratiquer i Denver. au
l'on association de jeunea
l'en cre uniquement pour
> de toutea lortei de pugi-
ia,fait l compte rendu mi-
jf-olite cherche bien mp
[en laites dangereuses, mais
i facilement sa surveillance:
et tenu secret, cba
bre de l'association quitte
sou ct, cheval, eu
. sa chemin de fer, puis on
iti dsos quelque proprit
i convertie eu champ clos (.a,
rla ceinture et sans ganis
i, lei adversaires, choisis
possible d'gale force,
ttt des coupa avec ar-
Ilibralit. Des jugea co;np-
I sombra de pointa obtenus
fis combattant, et, au bout
[isttaiii tampa ou d'ua certain
> sa points, on proclame lea
'gigner un de ces points.il
i pu de toucher son ad ver
tant lui causer un dommage
^arisua et dtermin. Ainsi;
' qui fait couler le aang de
jjatfque un poiot Pour cela.
">de loi atteindre le nez ou
la bouche; on marque
n'bjiwint chaque fois qu'on le
m et qu'il reste sans se
cuauf 15 ou 30 aecondes,
i ameutions- Ce rsultat
i ordinairement par l'adroite
W que voici : un coup de
*ye bien di oit dans la r-
Kur coupe la resni atiot;
appliqu immdiatement
iP-oeant que l'adversaire a
"i aor une des veines du cte
- r*nTfri' *o ! ao'. c'est
'bUiiv- De psreils p'aiaii
ataauvfgfaj.maiaiia reo
i Dure gnrale, gi os-
t puisaaule...
Pt dure a'eat cru le de
..'la voix contre la franci
JE" J * bt il concluait
** POtr eics, il valait
re.poir les races latines,
'(tculuie de leur eeprit,-
e besogn absolument
-----------, aprs lea comba's
de coqs, on met dans des sacs les
btes et on lea assomme le long
d'un mur, aprs qu'elles se som
bravement battues. Il parle des cour
ses de taureaux et des conditions
ignobles dans lesquelles les che-
vaux ventrs sont cousus et re-
cousus,
fct ii conclut : c La Frsnce est dure
aux btes On y voit des spectacles
que (Angleterre, 1 Amrique; la Hol
lande ne tolreraient pas. Ce qu'il
dit de la France psut tre gnralis
et tendu toute la latinit. C est
ce qui explique Is formidable bulle
c valoir perptuit.du pape PieV
contre lea couraes de taureaux que
lis de ispectaclea aaoglants, bon
teuz, non d'hommes, mais de d-
mons' et pourquoi Mgr Besson,
vque de Nmes, dfendait eua
jourcaux catholiquesd annoncercess
combats abbora par l'Egliseque
Benoit XV a cr le subside Is
Socit romaine contre la cruaut
envers lea animaux; qu'enfin lo
cardinal Oaaparri nvoya d ordre
suprieur tous les prtres italiens
une lettre- lire en chaire o sont
condamoea (ou es les formes de
cruaut envers les btes

CHRONIQUE
Nouvelles Etrangres
PAR CABLE
PARIS 14 Mr Loucheur, minis
lr des riions 'itres, a rendu
court; au Coiseil des ministres de
l'E've de ses entretiens avec
Rahenau
Oa
due dans les principales villes.
ne signale aucun trouble.
Le gouvernement a interdit le;
Mr runions et les cortges. Les socia-
'istent recommandent le calme.
Une dpche de Berlin annonce' Aujourd'hui au snat, Mr Du-
que le gouvernement alle-nand a te |plumier, snateur de la Vienne, de-
nu secrte jusque lundi aprs midi J mande a interpeler le gouvernemrnt
'entrevue entre MM Loucheur et [sur les mesures qu'il compte prendre
eu
Oa ne saurait non rcriminer con
tre la dplorable habitude qu'ont :er
tains parents de se rendre iu Mcti- \i\a,l i
de avec leur bb. Celui-ci. ap , iS*J e
LEttJ2B2Xrrrtun accord,de r^l^^.ta^Ua
son pre, commence bient- s- fa- ?U.r les l\vuliOQ* *"* les Pr *.* *uI'8 >Wfoei de la d.scus
a communiqu qu un [au sujet de la mise eu |ugement de
programme de travail a t ab'ijCiu llaume et des aut es inculps de
pour lui. depuis oog*mp.. de Son SerQt J22S. a fl
sommeil accoutum. Mais comment JTAE "I" u
nn.irr.it si A~.~>.. a baden.les ournaux regre lent que Mr
CSSS&f^fei*S T C2! *** . toute prcision et
incomoM*. pr.v de son buceau s.esl content de critique" ctttainei
ion,tant donn les jugements seau
daleux de laCour de Lip/.'g ; la
discussion a t ajourne.
PARIS 14 Mr de Fleuriau, con-
seiller d'ambassade A Londres, a t
nomm ministre de France Pkin.
La Confrence internationale
Ce petit ceup d il montre que.
chez les Ane o-Sazona anasi bien
que chez les Latine, on pratique des
jeux ssoglanta qui provoquent les
proteststions des gens de cur.
Mais, tandis que chez les premiers
c'est sur eux-mmes que les hom-
me* eierceot ces cruauts dans ou
but ducatif certainement exagr;
chez les dernire, c'est sur les btes
que les nommes les pratiquent.pour
le aeul plaisir des yeux et pour l'ori
ginalit des sensations..
Et nous ddions ce petit morceau
aux demi-latine que sont bien des
intellectuels hatiens et qui ce sont
sux Latine vritablea que ce que
lea demi-aavanta sont aux ssvants
u beuUques.
En change contre 200
timbres-poste oblitrs et toutes va-
leurs bien assorties de la Rpublique
d'Haiti et des pays voisin, js vous
eiviiia^.-^u'axiB'rrr'' donnerai des cartes postalra illus-
SiW sousq de.Cme lrM de va" de '* d guerre
*w n: ini.i ,.,,, VwroptDD, dei vue anglaises fa
* sosi sauvages,

europe
meus-s. e'c
journal fransis, sons la' Ml" TV'. Ki> 0n> Stockwrt,Un
< Pierre L'IraSt. signa- drei- Angltiww-
^ot lea* mauvaia traite '
Jttqoala les animaui sont
France et il le faiaait
\9 repriae dea combats
t lea rgions dvaatei
*otci que-quek-unes de
vas:
,. .Ju jour, le laboratoire
J^dox pe its jeunes u
1 m?\,<,eveotrer tout \i
rJTjwhque chien, et l'un
F*trf 2* pmca d "cier- ll il
Itoif "'ernum eo diaant .
ifWec-nef-l.ces
V *oor*nce.. Je
pjMlyeni fous du chien,
fci!5*,,a ie[nue darni
"HtSna df Province; des pa-
rt.,e' DrQtaleBeot
" *corcburee. la rtfute
Avi*
o ses BtFft mrmK *i nrnv.ni c*i CM tonieme ae critiquer certaines i-a ^ourerence internationale
relatives au jugement des intractions
au rglement sur la navigation et U
police. Elle a commenc 1 eximer.
d'un article relatif aux dt((reui
pouvant s'lever tntre les Etat, et
la Commission internationale.
Les Cours
PARIS .4- Rente j o\o 57.^5
Sterling 47,11 ifa
Dollar I2.S4
NEW YORK Franc 12,5 r
Sterling 5,7668
des artittL U 2a2 S A fR et de *+* de Londr" sans <
JH g^*J*VM. ''ftr: muiei la moindre proposition terme
S'BsV^S Pttrleur rempl.cemeat. Ils notent
LL 1-1MCmt\ dlDl U,Uo*ue Toutefois que Mr Rathoau a recoo-
feUCfL. fl ?* A fTS^Sfi ou * Allemagne pouvait et de-
qu .j jprouva, iUemander* t i pamr vtil^ire un eftoft fi|eJ u d
S t u H msUmmert .soa d,odo- le tableau des restric ions des impt
lenc des tout petits qui ne ogaient 1 ob;ets de {
ZZLtfZn^ 'Jttu J*\ '.ionaliste* considrent l'entrevue
ses sanglota monotone!, S il est la1 de WiesbadeQ comme un suc;!
ITi. ~ h,i. ?.. '5 de ' ville' 40,000 c.rloach on,
sussUEisusiS: i -AM,oich,ug,,Cs'.su,. :
",bd*pu!,"?.bSUC,i<,n "Ch"''----------------------- 1 A U suit, d'uo brilltmmeo,i
L pmou i voot av leur b "''" > Utio, m,o tt I 5,:"^^^".^'' s'!1*"'' 1*
nn iniiA'irit trouvables...
Or, le cinma droule aux regards
i d Mtiif j* / o^ L'enfaot est surtout un eue d'ima
La Banque Nationale del R iatioQ Cell un hliluciaftoujour$
publique dUaUi a le plaisir de por eo rou,e ver, |e paya de chimres.
ter la connaissance de tes clients et Lorsqu'il joue, le jeu n'est point
du public en gnral qu'ellevient de (pour lui un vain simulacre. Juch
recevoir notificationofficielletfu'elle.sur un cheval de bois, il fait vrai-
a t choisie comme dpositaire en, ment des courses dsordonnes
Haiti des fonds du Gouvernement traveis l'espace, et sa monture qui
amricain. s'emballe quelquefois, lui donne dea
StSS nom frayeurs, ah I mais.des frayeura qu il
'il eat
une indlicatesse envers les sutres
spectateurs doqt ils troublent le plai 0r ,e c,en <*'<>
sir et qu'ils frustrent dans l.ur droit de* Ptsteurs des films c dramati
de s'amustr (ques ou, souvent, la violence et la
mot jouent les grands premiers 'ta
Mais vo'ci que lenfant s'ouvre len
temeat i la vie i: l'intelligence et
de la kensibil t morale. Sa curiosit
merveille pat i la dcouverte du
monde. I a quatre ans, aix ans, huit
ans. Faut-il, i cet ge, o dj il
sait ie tenir devant la foule, le con-
duire au spectacle, et spcialement
au cinma dojt il ne tarde pas i rat-
Non, il ne faut pas. C est un dan-
f;er dont on ne comprrn j pu assez
a grivit.

L'entint qui assiste i ces reprsen
tations en reoit une impression qu'il
n'oublie pas, lui, presque tout de
suite Sa mmoire emmagasine les
pripties tragiques des aventures
qu'il a vues et vcues avec une ioten
su singulire. 11 les revoit et^es ie- j 77*rmm."^
vit sans cesse. 11 y pense pendant ffit. *li f\BVe 'h,e odu re8rett
des jours. Elles hantent ses nuit,! JJ*'1 Jf ,ut QSLESZ L
prives du calme sommeil de soo:LU/fya,"" ~PO de:Mrs Hermano
Ige. Elles lui servent i chalau4erl?fr,aux; "Pf" comptab e, D.recteui
dfsch mres o il se comptait defe.Lyj P'Uo\ P > complab.-
plusen plus. L'enfant arrive ainsi SLllSt ,Boucher,eau' .avot^
I. .;.-r.. iAA.. .1,....^. j- i. .1 .t-onseiller dEtat. pour le Droit Ton
__mplable.
1.e sont- Mr Hermann Cbancy, Ju-
lien Benoit fils, Lo Pierre Louis et
Hans Hepple Cet important Eta
bassement qui compte d] A 21 annes
de succs est actuellement dirig par
Mr Alphonse Francoeur, comptable
dip'u.n du dit Etablissement sous
la direction de teu Gabriel E. Pierre,
son fondateur.
C'est vraiment un bel effort que
ce diget lve a su accomplir pour
maintenir intact le prestige et la r
pu un on incontestables de cet e Ecole.
am
Elle est certaine
que
breux amis se riouiront avec elle J'a.rr've J.
n'arrive vaincre que parce qu*
de la grande marque de onfianx te SJ vie aux objeta qai ,a.
que l Gouvernement amricain, ,ourent. II es. impressionnable et
prs U Gouvernement hatien, crdule comme toutes les imagina-
vient de lui donner, en {instituant tions neuves Les histoires le terri-------.......?--------- r
aussi sa Irsorire. 'heo qui avoewoi i ses yeux l-O-l posent leurs petits I
Port-au-Prince, le H Juin \92l.git, le Loup, le Croqueav.Uine, les] ARYS
se faire une ide sbsurde de la vie
relle.
Etat, pour le Droit Corat
merci.'; Tir. Laleau, btonnier de
Oanuit ainsi son dveloppement \]2l f. CllS' 1,S M,h
r.lt.rh^l nrm,l I .nrn,. r.l .. "qU" CO.TlmerCUleS.
intellectuel normal. L'ordre moral il
Lei travaux durrent deux heures
lordre physique exercent .'Ottsarj.t -, r-"";"-
l'auui une rieicussion dcisive. lfl Jl raie d: ,emPs ,Me f0" Doviei
Pour touUs ces raisons les parents' !' ?US Tf ^ *! Cles prsida
n'ont pas le droit d'entrslier Irurs' JJ'\ '* c'ola1re dtJ >'""
enfants au spectacle, to drog-ant i .', P10/-.1 '" rsultats; puis,
rette .Kleubolue. ils comrn t entik.ad_IM,atl i,a 00oreu*e assisUnce.
un manquement bJn.bc a
devoirs essentiels.
u ce
Mais que de parents, dsireux de
b en faire, ignorent le pril auquel
leurs!" ce n"^" de souligner tes im
-mr-cies servtes djA rendus par l'E-
cole au pays; il prsenta ensuite des
souhaits aux imptrants qui, dit-il
ont su couronner leurs eflo ts de si
clatants succs. L- Directeur, Mr
Alph. Francoeut rpondit eu de r.


,1 UM
B&nlzig deaieurcjalle-
inande malyr tuut
Voui savez san? docte commenl
la conclusion de la Pais lut cr>
la ville libre de D .r z g ? Ce tut tout
simplement pou- pet meure i la Po
loene d'avou ui. d'bouch suri;
Baltique.
Mais eu veitudu d o t des peuple;
de disposer d'eux mmes, les Daoi
z koi.ne veulent point de cette libsiW
qui leur a t octroye tout simp'e
ment parce qu'ils sont allemands el
qu'ils ne veulent servir que la patrie
allemande bn cela, Mr Paderewski
doit tre d/u lui qui s'est donnrf
tant de mal pour que lt rgl i
Ciei vt selon ses vues le :oit di
cette ville. Ce fut lui qui lit signei
le protocole nommant une commis
sion de douze membres.six polonais
H six Dantz kois; pour administrer
le port. Ces membres s'entendirent
si peu qu'on dt dsigner en lieu ei
Ela;e un prsident d or.giae suisse le
t Sahm.
Dans la su te le prsident nomm
reconnut lui mme la maladresse de
la Ugue des Nations en trouvant
cote que cote 1 Dtntzig un tei
tain propice au dveloppement du
tommerce polonais
On aurauneidedelimportanced
l'lment prdominant, dans l'admi
niatrat'ou de ce port quand on saun
qu'au snat compose de c-.nt virgt
me-nbres dont sept remplissent tt
fonctions de ministres, l'lment po
ljnais necomp eaucun repisentant
S; l'Entrait pouvait douter un im
tant de la vritable situation, elle
et sans doute d*ji prpos un p!
bis ite. Ou- n'y penset on pas Le
riocipe du Droit des peuples de dis
pjser deux mmes i< t une nou
Celle lois mis rpreuve.
Toujours propos de
rautomatic systJie
Grmme u matinnonsealretenoins
avec un Ingnieur au sujet des obse
valions que nous avions produites
avant hier 1 1 gard da nouveau Sys
t^me Tlphonique qu il nous a du
tre justes, il nous nt remarquer au
surplus que cette iostallauoo ne pour
ta desservir que aoo abonns.
OS'il en est aiflu notr: opinion tes
3snt i croire que ie Dpartement au
I H tu en vue de gnraliser l'usage
iu tlphone ne serait pas fonde.
o extrayant d- ce ch ftre de 400
es installations ncessaires aux ser
yice* publics, il ne resterait a peu
pTtsqacsso abonnements disponi
Nous voudrions avoir de nouveaux
renseignements ce sujet.
Le Docteur
Beuoit 0. Alexandre
Nous avons reu ce matin, avec in
uniment de plaisir, la visite de notre
charmant ami le Dr Alexandre, qui
revient de Santo Domingo
Nous lui souhaitons un
sjour parmi nous.
/.#; Journaux de C.ubi
s>es pour le premier Cabinet
dent Zayas bous ci oyons latte plaisir
nos lecteurs en leur prsentant Us
personnages qui viennent d assumer
la direction des affaires de notre flo
rusante voisine.
Dr JUaN GUITEIUS
Ministre de 1 hygine
L illustre docteur qui occuie
Rpublique de Cuba
portefeuille de l'Hygiua est or gi
aaire de Matauzas o U naquit lu i
lauvier 18.V2 et obtint le grade de
Bachelier en l anne 1*07 Fit ses
tudes universitaiiee a la Havaiie,
tes termina Pensylvanie.pra'iquanl
comme Mdecin interne a 1 Hpital
de Philadelphie en 1873-
En 1879 il fut dsigne par le Gju
vernement amricain pour tudiei
a livre jaune Cuba ; en 188 tut nomm Mdecin de m|M arme d
Guerre des Etats Unis.
Eu i88C U fut nomm professent
de Mdecine a l'Universit de Cnai
leaton i tudia uu cours de patboio
gie a l'Uoivarait de Frankfon "Ait*
magne. En 1889 il occupa la chaut
de pathologie l'Universit de Pei
sylvanieet fat dsign en 189o poui
tudier le bacille le Koch ; cette an-
ne il fut appel en diverses repriae
par les plus mineuts patbologiites
l'Allemagne pour occuper une cuai
re 1 Universit de Ueruu.
A la dclaration de la Guerre dt
l'Indpendance de Cuba>Guittras lu
ailla auprs des Autoiites de Was-
nington poar taire reconnatre l
bslhgrauce des rvolutionnaire
cubains et lclamer la Rpublique
Eu l.'/oo il fonda de concert avec
le Dr t inlay la revue de Mdeeiu*
Tropicale qui contribua la dcou
verte du moyeu transmetteur de h>
fivre jaune
En l'ij;' il fut nomm Directeui
Ju Service d H.gioe en 1U10 l'Io*
titut Kockfeller le designs pour etu
dier la livre jaune dans I Amrique
du Sud,
tl est professsur l'Universit d<
a Havane, occupant la chaire dt
Pathologie Gnra e et des Maladies
1'ropiCaies ; Prsident de la Commit
ion Nationale d Hygine ; Membre
de la Commission des maladies in-
fectieuses Membre de l'Acadmie dt
sciences et de la bocit des Etude*
cliniques de la Havane : Membre ho
iiorane et distingu d la Socit de
Mdecins de Pnuadelphie de la So-
cit Amricaine de Mdecine Trop
cale,Membre de l Acsdmie de Scieo
ces de Caracas, Membre de l'Acadt
saie de Sciences de Venezuela et du
Ursil et Membre prominent de
l'Institut Rockfeller-
Une des uvres scien'ifiques les
plus importantes du savant mdecin
cubain est la dmonstration 4e 1s
propagation c*e la lllariose de Haut
roft.
Dr Rafal Montoro
' Secrtaire d Etat
Une autie des hautes mentelils
du pays qui se trouve dans le Gou-
vernement est le Dr Rafal Montoro
dont la vie, qui s'entoure d'une bru
lante histoire civique, tcule ddie
au service de la Patrie est bien cou
na de 1s nation.
H naquit la Havane le 24 Octobre
186-2 d'une famille tis distingue
ayaut de grandes relations en Esps
gue A l'Age de 15 ans il lit ses m-
et de
sont plein d loireprsenta aox Cort* espigoolea la
Mbinet du erisx provnce de Puer.o Principe.
Au dbut <1e la guerre di l Iod
podance en l5, le Docteur Mon
toro se trouvait a Madrid, travail! .n
la formation d'uu Gouvernement
autonjme pour Cuba. En 18!7. au
piqa fort de i gtwr, il parvint
obtenir la formation d'u.i ooi-
veau genre d* Gouvernement pour
Cuba, et occupa la charge de Viinie
re des Enances dans le Cabinet ao
rouorae. dont la vie fut phmre. -
Le Dr Mon uo se retira ds lors dt
la vie publique, en 1808. en renon
aot la cm ge de Professeur d
Philosophie de 1 Universit de la
Havane-
Ei 1!>j2, le gnral Bliss, du gou
vernement de l'Intel ventioo, le nom
ma membre de la commission des
unp'.s ; cette mme anne, son ta
lent et aun caractre le dsignrent
tu choix du Prsident Estrada P<*lma
jour're E et Ministre Pinipo
tentiaiie de Cuba en Angleterre d o
i fut transfr avec la mme charge
ju AllemHgne.
En 19j0 il par t comme Dlgu
\ ta confrence Pan Amri:an de
Itia Janeiro : la mme anne lit pat
ie de la Commission Consultative
|ui rdigea de nombreuse-; lois
ivant pour bisi le dVvj'oppament
le nouveau gjuvernemeut-
En (anne 19c8, il entra dans le
l'arti Conservateur et tut candiJat
li Vice prsidence lors de la dfaite
le la csndidature du Gnral Menu
l la Pisidencc retournant de
puu a son poste de Miuistre S lier
lin.
Ei 191o il fat nonm Dilgu *
la Coofrence Pan American de
Buenos Aires et en 1912 il fut Sacr
-aire a la Prsidence.
U est Directeur dj l'Acadmie des
Ueaux Ai 19 et membres de l'.Vade
mie d'Histoire.
Hi gtaude culture et soi loquen
ie de tribun sont biau connus de
tous.
m lias hus
Voici d'aprs "Le Nouvelliste-' l^e
considrante e' les grandes ligbasdii
f.rojet df loi sur la remise des bieoi
Allemands, lequel projet dit le Si
crtaire d'Etat Barrau a t par pure
courtoisie nternadonal, coin num
IM aux repraentauts les Puissan-
ces intresses.
Eprom que sous peu la loi vote
par le CsJbiell d'Etat, entre enliu en
vigueur :
tte de Saint Ltd
~j'n
Les Frres de l'Iottructisa
tienne feront chanter uot fe_
hnnelle dans la chapelle L^3
tution St Louis de Gona
mardi 21 juin, i 7 hres m"
l'occasoi de U tte oeJ
patron de rublissensu.
Les anciens lves et !, j
l'Institution sont invies \gm
morne. "^
Amour de U ood
lion de AI.BriJ
comme vice prsidai
de la P. C. sT^
Les renseignement qut\
eus u sujet desobserjcuioMt\
tentent des Jravauxpublia 1
le texte de la loi qui t>MtjJ
Brignac justifie son titre adil
de li PCS par la poutuu
actions de Or ooo nom p*i
d affirmer que le nouveau vin
dent a saUsfiit aux prescri/ti*
s'arrtte !e rle du Dparti*
Travaux publics. A partir
mes heureus et choisis su discours
bit n tourn du soas-inspecteur, el
prseuU des hommages au ministre
des Finances dont la prsence) reaaus
sa la solennit du jour. Aut mem-
bres de l'inspection, au |ury et
VawiMance.il adressa ses plus vil i
r-micieraenis du concours sympa-
Ibiqe qu'ils ont tmoign lfc
bhs-ement. par leur prsence.
Aussi nous ne pouvons nue join-
dir .ns flicitations ces difterents
sortons adresss i cette importante
Eol- qn rend vraiment des services
appr-cubles tant au public quau
Corn nerce et formons aussi des voeux
fia que les pouvoirs publies vien
neot eu aide l'volution d'une peu
vie qui est un vriub'e ceom
rglement techrique.
Gtnral Demetrio
Castilio Duany
Minisire de la Guerre et de la Marine
Sjq hi-toire rvolutionnaire est
les plus brillante et ses actes dans
a vie polit que se carac'r sent par
1 honorabilit dans Us principes et
les procds.
Il naquit Santiago de Cuba, le
17 Novembre 1 6, d'une de ces ta-
Tilles de cette rgion indomptable
o il reut l'esprit national. Il ft ses
tude en France, su Lyce de Bor-
leaux, o il demeura plusieurs an
nes, ayant auparavant tudier l'an-
glais aux Etats Unis o il travailla
lans une muson de commerce.
En 1878 i lge de 22 ans il re-
tourna i Santiago de Cuba pour se
mettre la .tc des allures de la
famille. U ie anne plus tard la pe-
tite guerre l'obligea i migrer aux
Etats Unis o il demeura jusqu'en
188s. La Guerre de 1895 le trouva
:n parfaite condition pour se consa-
crer la lutte dcisive. Il s'incorpora
ians les forces rvolutionnaires de
Victoriano Gazon, passt t ensui e
i l'Etat-M jor de |oi Miceo o il
rendit de valeureux services. Si va-
leur et sou audace le poussrent
avantageusement et avec une rapi-
dit tonnan'e il parvint au g.aie
ie lieutenant colonel par ses belles
ictions de la Yerba, de la Gqinei et
4e la Curia ; et colonel par celles de
Sio del lndio et de el' Triunfo
Trois jours avant la fatale rencontre
pris la Kevue" Cuba Cootempora le la Loua del Gito.o tomba Jos
nea' dont il fut 1s Directeur. .%laco. v-astulo De an y rtteignit le
Membre distingu.de l'Athne de ,raic de B g.d.er Gnral.
Madud il occupa la charge deViCil*. g tiats Unis dclar
Prsident en donnant des confren lo"4 les ctaw unis oeciare
ces politique, et de sciences morales teat U gM %. Ci .xto
En 1V77 il occupa sussi 1s charge de
agrablelde je j.r0|t jtf uttrat
philosjpuie S Madrid.
U fut un diteur remarquable de
la 4 Bvue Europanne" et de uom
oreuias autres publications y coin
Considrant, en vertu du paragra
phe b de I art 21)7 du Trait de Paix
quil est facultatif aux Puissances
Allies et Associes de retenir et de
liquider les bien, droits et intrts
ipparieoant des ressortissants
allemand 1.
Considrai, en virtp du parsgra
phe h de l'article 997 du Trait de
Paix, que le proiui- des liquidations
effectues dans les Etats qui rfe pai
ticipeot pas aux rparations payer
oar l'Allemagne doit 're vers di
rectement aux propritaires, sous
rserve des droits di la Commission ment commence celui da Dip
de-i Rparation* ; de Unances l'gaiidikm
Considrant qui la Rpublique : timbre-______________
d'Hati est dans la catgorie des -" -
E'ats qui ne participent pas aux r .\|0IllUii3Ul (16
parations payer par l'Allemagne :
Considrant que i^e valeurs dj
encaisses provenant de la liquida
tion des.biens, droits ci int t'-ts ap-
partenant des reesortissints aile
inands sufliseit poar rg'er les
obligations p^cuoiairej prvues par
le Trait de Paix.
Qj'il convient en consquence de
ue r.lus con inuer la liqui(ition.
Est rapporte la loi du 13 Novem
bre yiri o"donnan> la liquidation
des maisons allemard h squestres
Les valeurs provenant des biens
dj liquids sont rserves
1 ) aux frais dbourses par le Gou
vernement Haitien pour l'interne
ment et le rapatriement de quelques
Allemands.
'2) au paiement des rclamations
pr/ues au paragraphe 4 de l'Annexe
de la S^ctio 'IV di la Paille X du.
Trait de Paix.
' :i) au lglementdia cbl'gttione
pcuniaires ^revues a 1 art !''! du
Traii de Paix et qui rentren. dns
es a tnbutioas de l'Offiee de V.ili
cation et de Compensation-
Le montant de ces vtleurs sera
tix par le Secrtaire d Etat de la
Justice.
4 ) au paiement des crances exis
tant contre les maisons allemandes.
Les Squestres Liquidateurs sont
chargs de cette catgorie de paie
ment qui doit se faire selon les
rgles traces par le Code de Com
merce.
Les vileurs rserver pour les
deux premires catgories de paie*
ment seront tires par prorata des
valeurs appartenant aux maisons qui
sont au-dessus de leurs affaires et il
en seia de mme pour les ob'.igi
'ions pcuniaires prvues 1 l'art, 296
du'Trai' de Paix en .e qui con
cerne les AMcrnands rsidant en Aile
rnago
Toussaint Lou?,
C'est sur la Place Lecoultt
lifi le monument qu mu
publique lve ToutsaiiU]
Le monument sera plaeii
Palais Sattonal.
Le Comit organise tout j
t Journe de Toussaint
confrences qui seront fait-l
Prince el dans d autres vilk
publique la veille de
monument de Toussaint 1
proche du 1 /5e aanit
naissance le 20 Mai lgi.
Premre Comt
Il y aura premirif
i la Chapelle du Petit!
samedi 18 juin, i 6 hein
du matin. S G Mgr tl
administrera ensuite le
d' Conlirm.tiou.
Vaccination obl
Un projet de loi d
ment sur les bureaux
dEtat dclare oblisUoinI
de la vaccinatios. Noos
dit. ici mme, lors de Ui
demie de variole, 1a
pareille loi.
Tout en demandant
d'Etat de h er l'examen
portant proj.-t, nous M!
nous empcher de louer 1
initiative.' _
Mariage
Mardi soir s en lin'
de Melle Francesci
Mr Geo. Piynes-
taient, pour le mari:]
M. Richardsoa.
Mtitleurs comprimes*.
d'en
Secrtaire de rrssocutiou des ~ Kcri
vains et des Artls es espagnols.
A la lin de Is guerre de lo 0ns eu
U7, il revint Cuba, fonda le jour
nsl "El Triunfo*' en compagnie de
plussieurs amis y fut le Uirectcur et
eommana ds lors dan ses colon
nea, dfendre l'autonomie de C 1,1
L'anne auivaiite il fut lu membre
duCoroP Central du P.ru autono
miste et dsign comme Dput aux
Co-ts espagnoles reprsentant la
proviii' e de la Havane.fcn 18W5 et en
guerre
Garcia le digna comme dlgu
pour eoatrer avec l'am.ral bamp
son,
Le solde des valeurs provmant des Watt et D Euneiy
biens liquids seiadirectem:nt,vers marie MM. Arlhur dt
leqrs propritaires, do dre du Secr-
taire d'Etat de la justice.
La restitution des b eus non liqui
ds ainsi que des livre, domments,
papiers d'affaires etc sera faite pu le
Secrtaire d'Etat de la lustie directe
ment aux ch:(s des Maisons alle-
mandes ou leurs reprsentants au-
toris?.
La m.ssioa conne aux Sques res
Liquidateurs prendra ha daas les jo
jours qui suivront la promulgation
de la prsente loi. Ils dposeront au
i bard du cui'ass New Yoik
te la Province.
Ei 1906 il tut qn des fondateurs
du Parti Rpublicain en Ocien'.e et
s'asso.ia au Comit rvolutionnaire,
il fut arr. et gud en prison jus-
et la il coac-iu le dbirquement qui l'arrive des commissaires am-
d-s troupes amricain:* et laide que ricaics.
les tiqupes cubaines devaient leur 1 Durant la seconde intervention le
jpr ei Sous su oidres les Coupas Gouverneur Magoon le nomma Ch'l
{cubaines s'empaireot de S.bjney,'d: la Piison principale; en cons
ce qui facilita le dbarquement du quence de la rvoluiiou de ; pr m er coitiDg*nt m-cain. A'de 1917 il renona l'eieicicej de:
la tiu de hostilits il rentra dars la e ; plois publics.
pOlique.Fnt nomm en 1898 Gou-i L apporte a &oa nouveau poite d
verneur de Santiago de Cubi etiMtnis:re del Gaerre et de Marim
Dipailiment de la ljj
tvies et documents delir^
eurs comptes t un ris?
quant les dtails de wo
Le* S;crUire d'BUt^j
apri rception du
commis-'ion et api W
la vrifi:atioi des cor
questres Liquidateurs' '
niers sont trouvs rff
ns aux pices, aux m
instances, en rlrers
les Secrtaires d'EW
1 donner d harg: as
Sauf notifie'tioo d'
:harge mot.ve dans1 M JJ
suivront ls dpt da1 "
commission spciale, _^
auront acquis leur * H
droit.
Aucuae aciion
iulre qMcelMBfj ^j
8i, pour Is JMM et 'ima fois illplus tard Gouverneur Civil d- tou-'le prestige de toute sa vie.
CD
postal
ne sera
les
ss'1
xercer l'Eiat
ribunaux contre
midateurs relapveai
iu mandat qu. leo *"
cootormitdeslvs,J


LBBIVriN
-
Jbn Royal Bank of Canada
/ l bi/oux9 o6/et p cieux, etc.
\Des coffre forts de ta dernire perfection renferma ni des
I entier* de trois dimensions diffrants.
tocisier*. inginieutement disposs et Ion' fait indpendants les uns dis auires, contiennent -
kfkiirieur de la premire porte des tiroirs ierms et sont absolument inviolables. Bien riit'iucaa-
lluubles, iw sont renferms dans le Caveau Je la Banque c ils se trouvent a l nlir, de loi.' i is.iues
reprse nieat le dernier mot des procs raliss en ce genre et constituent pur leurs locataires une
binlie absolue otlrant lo tes les conditions d* scurit et de cOnotnodt dsirables. L'oi ne Mirait
peo recommander de mieux tous ceux qm sont |a rechercha du i lieu sur, l'abri dl toute ven
IgnWfath^u.ett de Iols isques pour leuis obie s prcieux.
Pour les conditions de location, s'adr sser
Dan la llupraobie Ia dessin m'cniqn e' le plan gnral rie conttroc
Uon rrrjeia ds le dbat 0*1 donn de bonnes epieuven o qui tsi tu
rellemeiit une garantie de lies 0"gue dute; et rend mutiles les modifies
tiors radicales annuelles dans le mcanisme.
v
La Royal Bank of Canada
Porf-au-Prince
la
Noire Caisse d'Epargne
bous profitons de ceVe occasion pour rappeler
population la ncessit d'pargner.
Par ces Kuis d'incendie o chacun se trouve expos perdre en un instant I* fru \ de tou'e son
ISn* " e sau,a,11 m,eux falrd 1ue d confier la Caisse d'Epargne de la ROYAL. B*iNK &1t
WAD\ le onanl de ses conomies et tout l'argent qu'il serait dangereux de carder chez. soi.
L argent dpos
La Caisse d'Epargne de la Royal Bank oi Canada
Emporte trois pour ceut (|3 oiu) d'intrts par ail sans aucuns
que pour les dposants et constitue un placement de premier
ire et de toute scurit.
Brefs dtails
Types de carrosseries : Voila
re de tour nue cinq places, voi
ture routire deux places.
Empattement 111 pouces(-.'(i84)
cylindres : ijiatie, londus en un
seul bloc. CUIMI4 demuuiabU ; in. a
ge : 9 1,4 pouces, ccurse : I,*.'
pences (Kl \ 10 m(D*j
Mise en marche et Kclaira
ge : Sys ine htCtliqut. de dtu
units.
Amene de combustible .Sys
Oiut ue dep.eseiou (de vide ).
Graissage : Sou* pression, psr
pompe.
Embrayage Du type disques
secs t-ki'b ^isitsagej Sept plaques.
Pneus BIS x K.*> 0MB, du type
tuloub; ou 39 x i rouces, de ltes
droits- J.inti x dmontables.
Roues ; Bo boi, (du type artil
1 umage: Par magotto litote ierie )
tenue" Couleur ; Cairosseiie, bleue ou
Carburateur ; Rglable grise.
Il y a daus ce pny- une rg'on disponible irl avantageuse pour les
agents et no -h tenons liemeux de recevet des tuaisons srieuses et sol
Vib'etf les demandes coi lernai t ce', e reprsentation
Port au Prince, Hai'i, le I r Juin 1921-
1 Vendre
k.ilst proprit, ayant desau une
ite maison, la Rue du Parc L*
'No 422 m face des maisons
De Feidioand ancien Hrtet de
S'adresser A Mr P. Raveau
Compagnie Gnrale A ., ... ,
fjf ** Le paquebot tSatr.l Raphal venant
lraOSat antique d$ Santiago Je Cuba est attendu vers
le paquebot Maons* attendu
vers le \g courant repartira pro
battement le 20 pour Santiago de
Cuha. La date de dpart pour
l'Europe sera fixe uUi ieurement.
le 20 courant. Il repartira probablement
le nn'me jour pour lermie, Cayes lac
met, Sanlo lomingo. Ponce, Maya^m^
Guadeloupe et Martinique prenant tri
et passagers.
mp.& r.u
LA BRE FRONTENAC
EST DE LA
VRAIE BIRE
Dsaltrez-vous, avec un verre mous-
seux de BIR FRONTENAC.
Son got dlicieux, ses ingrdients purs,
sa force d'avant-jguerre satisfont l'envie
que vous avez d'une bonne bire.
Demandez la Bire FRONTENAC
tiquette Rouge et Etiquette Bleue
votre caf ou restaurant favori. Pour
chez vous commandez-la par caisse a
votre fournisseur.
Hupmobile
The HJPP MOTOR CAR CORPORATION DEIIROIT
E- U. d A
Adresse UlgraphiqV Cad* e-mnlayt*
I1UPI DKIIttUT Lieher A U- C. 5a "dition
WESTERN UNION
Proliiez de cette bonne occasion
BfiOO folies cravates df* soie
A deu gourdeachaque
En vente chez
SHEMCOB


"'

FRONTENAC
BREWERIES.LTD.
Montral* ji i
FOiKES de LEIPZIG
Foire gnrale bl Foire technique
Du M Aot au S Septembre Ivi21. Du au H Mars \9ft.
Laplut grande Foire du Continent europen pour les changes
interna)lonaux de toutes sortes de marchandises cl de produits'
. F De la plus haute importance, tant pour les exposants Que pour
!r ls acheteurs:
8 \Elle mente h titre de :
March^Central du Commerce
International 6
Pour tous renseignements supplmentaires, s'adresser la"
Lgation du lieich Allemand
et la
Messa~l fuer dio Mtistormessen in Leipzig
(0 ti ;e les Foir, s de Le pzig )
Parisiaai I Varits
CE SOIR
DEMAIN
Les 2 ares sociales N'oublions jamais
Entre G- '*} Entre G- 100


4 ''s*.* '
F1*.


LE MATIN
**-
.
t.
,_, - M'-r- -r -T *_ ^^.-. / -J,-s --/~, "*-~tr??mr'*?
^ '-v.*.--.' 3 <^ T" tCi.*** ~*~ */w tt^ *-' -*
Jt

/ Crme %
E. Robelin
Aglfflt Spc'aldela
Rgie Franais*
Attend pi le StS MACORISs un
ritmiei lo. de T-osc Scaferlati Su
piieu- Lesexrditons se suiviott
lauliiemett a lavenir.
Us prix courants seiont publis
prochainement.
Depuis tout an sicle
le monde fi* se? dlices de
L'Eau de rioride\
i
2 out ce que
vous dsirez
De chic, d'lgant, runissant la
simplicit au bon got vous le trou
vtez au
r
o voua fera le plus charmant ac-
cueil Mr Franois Lettllier-
'*
ConserVr
lu frucheur
de to Jeatxes'.e.
CfMM *' ,<':,
Pl Mi l>lt>' >
" o u 4 rr riiiO'riV
: ,'.. cm ghtlf
%* nxturt l, t :*
i i' fui', l'tcfiei
Il UII / .....
%t I il.Jr' .
! *>i 1 't.'^r 1 ; ..
i a. .mj. i
-vju l'eiiU'.i.^
; i loue f*>Wt*
4CM f'iio* chu* r. utoAittmem
Murray & lin m an
Ce temtiq jablw parfum jouit d oup grande vogue populaire t i
emploi dans le monde entier et aon deptsbilit guiale idi b *>
table de toi ee. il eat connu comme
Le parfum universel
Aucun autie ne le Burpeaae daua aon odeur dlicieuse: aucun o'ti
rafrachissant t uip'oy aoit pour
Li toilette ou le baiu
Indispensable pour combattre toutes fivres-
Universellement agre, lui aussi, est le
Tonique Oriental II
POUR LA CHLVELURE '"
C'eat une prparation agrable et de confiance pour consenti tu
bellir lee ch*eux. Il leur do Nourrissant les racine*, il atimule la croissance- S'a effets bien
aot prompte et remarquable.
Il fait daparaitie lea pellicules et retarde lepparenre des chasj
Lanman $Kemp, New-York
Propritaires et seuls fabricants
^ttk
Vaillant t# Houet
Agents gnraux pour Haiti
1720, Rue du Magasin de l'Etat
Vox populi esK
uprema lex
90 0|O de la popula'ion dePott-sa
"'rince dclarent qui les boissons ga-
zeuses fabriques nar leMtlropolitan
Aerated Water Fattoiy via a vis dt
Sation des Pompiers sont les mti
leuies tt pour convaince ( t vaincr)
lea sutres w 0[o la f.bique offre
Kur nae trs courte priode, les
issons gazeuses suivantes a> ceo
limes U bou cille Frappe.
Kola Champagne. Oirger Aie, Le*
mon Soda,Banana Champagne,Lima
fuice & Soda,American Cieam S d.,
Orange F zz Koot Ber, Birch Ber,
Strav, b.ny & Cream Soda etc.
Gc'.er c'est adopter.
A voua donc amateurs pour tre
convaincus.
S
tir
A. Victor Gentil
Agent gnral pour Haiti
Panama Railroad Stamsbip Line.
Service de fret et d passagers
New-York Hati
Port-au-Prince, la 1er Septembre 1920
mois pour ouf le porta d liai h aeu'emeni vf**v i ;l0i.irr* :
sont nos Agent dans lea principaux pors d Europe el d A ngleferre
analeterre. Ecoute et France :
AIJM. G.W. Shelden (o, 17. James Street Liver-
pool, Englnd
Copenhague, Danemark :
MM.A.EBendix Co. 21, alhgade, Copenhague
Gnes Italie : M M 4
MM Henri Coe Clerici, Ptazza S. Matteo.,
15 Cnes Italie
Christiania Norvge : ,..,-
International Speditionstelskap, Christianit,
Hambourg Ail magne: H.Vogemann, Uambourg.
Golhtnbourg Sude :
JSodih Expretss, Gothenbourg
i a d tinp i\trp \iw York et Haiti. en vue des arrangements qui se sent faits
i^StSM^at. couvrant l.t pour New Yo.k av:c opiioai de livraison soit Loadrte
le Hlvrl Bottaui ou Anvera seiont livres.
0. B. THOMPSOjN, luftmtvSuTiaui
Viennent d'arriver au
Grand Htel de Fram
Par le dernier paquebot franai
Vin de Madre
Vin de Malaga
Ee*u de Vieil/ ( Ce'est in
Vermouth Noill) Prat
Vins fius de Bordeaux
Vente en gros et en dtail Ae
prix modrs
Htel Bellevue
Etablissement de premier oi^re Vue sur U mer, Cu
service irrprorhab'e. Pension des conditions avantagetl
La Direction garanti aux clitsn tes services de l'He--
\ AiTiv par le steamer Gorgai
Pneus & Chambres air Fn
Les proprilaires d'autos et le* chauffe iri trouerant U l"1
LPreetzmann
A pirtir d'aujourd'hui des Clnrabres -ir^P^
F 1RES'ONE, de toutes dimension Malg.la modicit; jp
ce* articles font d- qualit suprieure et ont d->nn depuis aeu
en Ha 'i un rendement apprciable
Jeyes Fluide
Le Dsinfectant Royal
(PRODUIT ANGLAIS) nikiA>ktM
Par la Commission spciale tDa Sa Majeet G-orge y'J^.lr\d
150 Mdaille d'honneur lai ont t dcern. Jeyas FI7^!'M|
meilleur dsinfectant du monde entier et le mieux connu aw-
peut hpiteax et eus i)partemeoe Seniteiree d'tarose. "J i
coure- C'eat pourquoi il fut toujours ineiater d avoir joj
Efficace, aain ei conomique, employ daue la yaiaon nor
trois rgnes successifs. ves
Aucun famille ne deveit r*eter eana on petit bidon a'^Jat
ans oublier le Savon deinfectant JEYES pour le bain aie,
et merveilleuse contre lee pidmies, piqrea d'iodecj*". " ^
bilorea el aprs avoir pria on bain avec le Savon JB*
ment heureux. ... ne.
DsinfecUz voe maisone, gte. curies, water.cloaei v ^
Destructeur dea puoauea et tout autre insectes avec suce ( ^
eat la porte de toutes lea bomaci; le bidon se vend u. 2j,
5 50. Baril da 40 gtllone 85 dollars. Le savon Jeyes se vana s
prix apcial pour l achat en groa.
Franck J. Martin
Aent g^ral,-H**Pave, en ,ac de la Glacire, Port'**
)!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM