<%BANNER%>







PAGE 1

LE VI AflN l.S.S.H. I a soire d'Occide Demain aprs miJi 4 heures match entre une quipe commande par Chen. t et l'quipe de |n|acques. Equipe de (henet : but: Tip-Mti hauer< arrire s Jourdan,Bruno ; de mis, Andi Etnart, Edouard Cassa gnol, Edris Pierre Louis: avants: Paul de 2 gouides. Chentt (cap) Friz Dupuy, Cardozo, Louis Dejoie, Ren Ltbart. F.uipede|n|acques. but. Fiublii; arrires, Anatin, Kgoiei; demis, Armand. Cator, Fleurvil Laloret;avants, Jean lacques ^cap). Lavelanet, Kaci oe, Murad, Cham — aibitre Cl ment Coicou, luges des bu.sJoseph Cassagno), Chauvin. Elections des" Conseils de l'O'.ym pique et de l'Avenir Club. Olympique— Prsident,Ch. Franck Roy, Vice Prsident. Flix Lys, Se crtaire,LouisSoray. Trsorier. Sylvio Cator, Conseillers, Lon 1 ?leau. Alphonse Racine, |. M Murad, AVaval. hugut Bruno, Constant Leys, Ren Ethart. Capitaine de la 1re quipe : 1 hi lippe Cham. C'p taine de la 2me quipe: Andi tthait. Avenir Club.— Piiden'. Ciment Em Coicou, Secrtaire, Hermann Boyer, Tisorier, Victor M. Coicou, Conseillers, Me Pierre Blot, Bruno Andr, FaubV." Capitaine, Arsne Coicou. La ite au bnhee de notre musi cien national est renvoye A la se maine prochaine, plusieurs artistes et musiciens ayant cflert leur con cours. Il y aura un programme vrai ment merveilleux par la varit et le choix des parties qui y figurent. Les caites sent en venir, au prix *i! Un pays que les allemands rida ment Vous ne le croiriez pas, c'est la France. I! est rapport que 1 Office des biens et intits privs de Ver saillts tout rcemment a t saisi par l'oficice allemand de compensation, d'une demande de remboursement de o.lr 60 augments des intrts de 4 0, Cette somme serait due depuis le } Act 1914 par la soct franaise Gardy Argenteuil, la Jaiosiaws Ersste Glimer VVaren Fabrik, Berlin. Ce fait qui peut paratre insigni 5Clil j„u. .*.. — fiant en raison du chithe prouve l'on comptera Quinze Juin co-irant a cependant que dans les pays lesplus dix heures du matin en 1 tude de intresss les lglemects e font avec Me Louis Viimer ay, no'aue n cet;e 1 :_._ J.. ttH.x. _-n_ 1 ..„ n lnc nrt an! Pt CEI fc -MULSION de SCOTT est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. -' Il sera pro d le mercredi que Depuis tout un sicle le monde h i s-s lliccsde L'Eau de Flori'.c Murray & Lanman! Journalistes condamns Le semaine dernire i eu lieu, ainsi quelei journaux l'ont annonc, le jugement de nos conf/res Joseph Lanoue et Jolibois fils, directeurs du Courrier Hatien lesquels en vertu de la loi n attiale, comparaiseaient ce vant une cour militaire. L'iiisor annonce dans son dition d hier que ces deux journalistes ont t condamns a 6 mois de prison et 300 dollais d'amende chacun. les sujets du Reich. ville. la vente su plus ofl ant et der nier enchrisseur en vertu de trois Le jeune Thbaud mit en libert Hier a midi le Chef de l'Occupa lion a fait mettre en libert le jeune V'v Thbaud qui, reihetih', serait O remarquable p rfum jouit d un* g-de vogue poyu a.e\ pu, emp'oi dans le moi.de enfer e< son ndapttbilil gu.ale aux b totoil t*bie de toilette, il est connu comme # Le parfum universel S^ssssS A uouD ,u e De ,e - www" ,uc 1 obligations hypothcaires du mims %  ,„:i^.^ L. 1^ KoSn 1re du mme notaire en daie des 25 Mu, 15 )uin, 15 Septembre 1917 iet d'un commandement signifi la dbitrice et re;t int u.tueux dune propiit fonds et t'isses sise en cette ville avenue Charles Sumner fTu-g au)No n mesu.an sjxanPOUR LA CHEVELURE te dix pieus de large a la iajue prin ^ prpara'ion egrable et de confiance pour nerver opale sur la dite Avenue, Dm CCDI ^^ |M f hd l f UIi [| | eur donne du lustre et one seupless" f soixante six pieds au ct oppos sur Nourrif8Htjt | eg rac ioes. il stimule la croissanceS.l c\\ la bienli une prolondtur de deux cent trente g0it prom p Tg e t remuqnub'ea. quatre pieds au long, ct Ouest, et [{ f ai d B p ara itro les pellicule et retarde [apparence des ch.tlj trois cent quatre vingt cinq pieds au Latiman &KemD, JSleW'OrK S^WlttrtSS Pro.maires e, seuls **.* de Cinquante sept pieds et dunedeuxime de trois cent trente huit pieds le tout bein savoir : au Nord e: 1 Ouest par Mme Augustin LauI U1 1 WtUinBHI nC J •>•• L> toilette ou le bain IndisDftnmble pour combattre toutes fiort*. Universellement agre, lai aussi, est le Tonique Oriental Avis commercial m r Devant partir pour l EurOpM nay a u Sud par le reste ue luigeau porte la connaissance du public et l'Bl par te MltM JMJJMJJJ en gnral et du commerce en par ticulier Que MM. A. Samson et Lhf. Durant sei ont charges, duA. Victor Gentil Agnt gnral pour Haitt • constitu prisonnier.— Le Chef de \ rani mon abscence, de d direction rO:Cuptioa a pus en considration rinrxpeiiei.ee du jeune lion:me qui a t itrais i sa faœille. Parisiana Sur demande gnrale Parisiana hibe sa soire de dimanche : de mu maison de commerce Port au Prince et signeront collective ment par procurationl'on au Prince, le J J i l^l J UAALDEB Jr lieprsentanl Socict Coin 1 cr.ule HeUaodliM 1 >*n>aiUmiquc Fi'm mouvan Entre 0. 1 00 Union Patriotique Lundi prochain, 3 h 12, p. m. lunion plnire e comit au sige sociala'ix a gerant,ila devienr'ront plus laid d>s vices d'ducation haisaeble?. L* fait d une bonne dot c de en commune itncontreront ni l-txti.ine mdul genee, ni le dvouement auxquels *>"c IJOL les avons habitus II faut noua imio*r nous mmes le devoir de les policer vcui la vie en commun ans les tyranniser, il laut exiger A Vendre des biitit Norbert Ga'eau iu vrnt dsignation des paittefKl DUO dais en milieu eu ils j FeidlMOd ancien l'rlti Ct .nirsrnnt ni •txti.ine mdul 1 l b Llc Luc THEARD -, f.s. nx*A. qu'ils se souuidttent 4 ceitains proto ^Tr USKVFS • coltt. qu l sachent se contraindre J*s &£ y h -; £> A3C aw Hoheliu '* A. • 0IIS3 Ont* "* l M, n mm, M tmn^ itkbndonntrr leurs ieui pour ac fegi^: ,.. ^^gSffSSXm omnh'un acte de politesse ou de ^-^r'^i^M Iflinr.Ut ClftiiVOM tt suivroit df.enca; qu'ils oient preaeivj ou t^r^^SSZSJSLfm^^l gubumtcti avenir. de fausse lM. fej.&3 le pu ccuran s se.o: l F^isl Agenl Spc aide la Bgie Franaise Attend par le S t S MA ORIS. un ritmiCI 'o. de T.bac Scl.ilan Su wrs sf5 s M u; tout de ces ides R .DC. de inttMM'.qui MU cjm 5 ,:. ^-r^-ffgg Iprccbainemcnt. ropouveni inculque t.tuon ne les ^.^ ,. ,,,.„.. u***** ••*• 'r aoncte p pour un sccioc a leur robe ou pour une culotte dchire*, • mais' qu'il' achent eiu'on ne tolre r pas aa manqua d'gards,un men %  oon. une petite peitldir. — Beaucoup rapprocher de toi es Sru-aotBe' le grand ecret. Da 11 un bon milieu il 'imprgnent tjul na Snlliont des ide, ntora intw AZHXX Or un des grards tuei.*. une 1. iiincipales diftcuH. de I du bYtjoiSXot est dans la d tfu.jno ^ dans le mlange de tou SSXS-rtf8 0Q cUoi8it i\ 0 gure e.reUt,o,, peCARoN j Impalpable, adhrente, d'un parfum dlicat, conserve la fretchear de la jeunesse. tmheV.lt. efface les nes donne ua teint de !ys , (acao Peters 1 N VK.\T'. nu:/ l'.co M rdg' %  •*. Str.K.ti V, ei )x, L"pe T.'ve'j Vente prix < lin'* 1 1 rtiofiy MancM.cMir, >•-< •'•""[ ^' t r 'J rchl rtf, c'"''•"'••, .... Pot ..„ iu6e uet%  l,i J (ini.'.et ll b:un' .-i 4MM er.voi c? |M m****** T0OTM rA*ruK-*iv* ^ %  Jfc V "J U ARYS Vat//"'t M^ 4 ^nfs gnraux pour HaUi 1720, Rue du Magiu de T9* h H



PAGE 1

Ue^-4103 Port m Prince, llaili Samedi 11 Ju-n 1W1 rEUR-P K0PRIKTA,R ^ ,nl-MAGLOIRIi 1101010 10 CENTIMES Quotidien REDACTION; Hue Amricaine No. Y.f.b En vrit, le iiu'iitir est un maudit vice. Si nous eu conuaissioiis l'nomMii' et le poids, nous le poursuivrions a feu. plus jusleuieut que d'autres crimes. MONTAIGNE \ QU E S TION DU JOUR ; lulle des cailleurs Avin La Hini'ie Niiionile dt ta H Dublique d'ilni a h; plaisir le pur t< r ,,i(<'hitdtss,inr r. irait ri Me relever dans une crin i dernirement Paria vique_ russe. Et c'est prcisment; d'apri lui, ces diapoaitious qui mau lrieliques. le prsent,quem aux nous. rscee, dts considraflttreuaea pour la race c Les 'volutionnsirpR spci-dint**, iiue consolant de vous dit-il, qui Ion mtier de cnang*r Ig grves en meutes ont borreur d< ce* uiavtH mili aires nniis qu'il ny l Uut d'abord que, a pas moyen d'eudoclriner, qui oppcril de l'invasiou jaune poeut aux dclamations o.-m-'g'viliveilo d^ se ra aer, 'inos une rne comme aoe figure dt i Chinois que les bolcb b onz? et sur q.ii les behe concepl maintiennent leur rtioos de Karl Marx glissent corum< I liaient-cC est avec le une boulette de papier m.icli sur le| que Lnine tt'frotsky cuir d un rhinocros* Le ooir ne ope Comme les auconnat que la consigne il ne con paient leurs janissaires au pus la manœuvre le la eio-.se gyptiens leurs marne Hn Bir C'est pour cela qu'on U ud, en elle, que de redoute. ingents clnuois sont Ftceat aussi pourquoi, dans le bolchevistes et que dveloppement des hypothses qui qu'ils rpriment les nous occupent, on envisage qu ua russes avec lu cruaut l' %  "'• comme les Amiicams 10 s a sa demande si, avec jouer eu pleine Europe le 10 e d* bolC visque, ces con sauvean, commj dai.ieurs ils oui %  o e deviendront peut eu le jouet de| en peut par le* ombreux ei -i le mou Sngalais. Us Amricains colors, oera pas le Turkestan'des grou.es d Hatiens voiontain a, nt ainsi un immense;dans le cours des derniers venolUfir.afSi I heure sonne, lisonsnous dans celte eonfreucc rcoofoi tanie, o la civihsawou chrtieuut ae voit srieusetn.-nt menace de submersion, une to s de. plus, par la vieille barbarie asia tique, nos loi ces uauiiiaaates iro'jveroui dans la jeu oe Atnque un ptcieux secours. La Providence, comte le pril jaune, nous a peut tre mnag le aulu noir. L'arrive de M. Davis Pal l'un d;s steamers de la ligne Panama est arriv cette semaine ve\dupuhkcengniralquellevientde nanl d N * York £ DiV l s n ^ re^oirnoltfTcationol/icteUeQueiis wo, t du ^ ues,re 1te jour appele le. sauver un des belalors, dans ces accs et ue dtresse, ou i tacroit que la rpul •• chinoise? pour i or [llsl de recepiivr.e d • gard des teveiiica du socialiame coini rendu facile leur eiu IpVle rgime bolcb Maia la religion chrtienne nous appieud elle-mme qu'il faut ussuici aou salut. Assurer ton salut,dans 1 espce, aiguitiu ue pas mpriser le noir, ne pas le coubiderer connue rroducuoleuiem intrieur, et le mnager dans le piaseni, u est-ce pas".' Jo Le VOUS ai cependant pas QU le nuiij de mon conlereucier. J'ai rua la touta'aoord VOUJ faire apprcier son langage et lui ussuiet votre sympathie Car par lui mme il iu. iiombte el u y a Ues chance pour que vous ne le connaissiez H.er aprs midi, Mr Louis Rov, ministte des Travaux Pub'ics e M ijoat Louis Maival, Contaistaka du Ci ou France vernement prs la PCS, ont t vi suer le pont de Tab*rre. Nous croyons savo r qui des rpa laver entre les *">" *ero bten.ot fuies a la leui pnvs quicjllBl.or.Mrnt ior J onrs'P asserelle e ce P ont afin ^ Per.netco/d aieraeot u paix i.. mo.ido. i l re aux pitor?s de traverst U rtviUne dp-ho de la Haye annonce re qui est toujours en huteseias. que id miniatre ues >uiaire8 trange! <^ 4 est un travail d'utiiit pub'iqu ree a dematiJ uu crdit poac les qu'on doit entreprendre le plus viti nouveaux postes des ministres possible.car comme nois l'avons lit, l rangn". Au Mexiqm le ministre de IlolUn Je aura le titre de consul g moral avec un pouvoir de juridrjtuj sten dant sur l'Equateur et la llolivie. Le miuis.re du Veuezuela cumulera cet e qualit pour la ColombieA la suite dun acte de sabotage, per U dboulonnemeut dadeux rails, deux trains de marchandises des m Hgri-a ont daraill pies de Choisy le Koi. L/AUHci — Mr Austin Cbam :,. il ...i a uclar cet .,,,M--, midi la uu petit marchand de sucre s'esl noy cette semaine en essayant de passer U courant. Nous esprois que le Dputement des Travaux Publics fera toote diligence pour donner s-ttisfac'i J I 1 l'intressante population del Plain; du Cul de Sac. 3 U socit des nattons par Mr Ren Viviani, a moins que M. Viviani ne chambre des communes que la pro s'en trouve empch par son voyage position relative une alliance anglo|en Suisse pour certaines affaires imfianuse. mne sain la participa ^portantes dont il s occupe actuellelion des Eta'a Unis, n-av-it pas en ment> el qui p 0Urrai ent n'tre termd-'s core t porte PAIIIS —Le la di cussio ij'ed d aucune AcaJe.ui; {seVittlt luvelles trangres gouv,rnement Iran nes Hemps. AU cas ou M V man ., aisdans une nom adresse l'An ne P ourrait s,sler L^tPft eaijgleterre. a demande s ue les prcpn i s era,t remplac P ar ^ J Ga 4 b ne 1 Ha 3ea|Uiraa l anais fussent eicep es dans; n otaux L Ut de saat de M Bourar.ceute dcision de la justice an 'geois laisse tellement i dsirer qu il c*est M. Viviani des Sevieta qui prsidera la dlgation franaise I 1 assemble de la socit des na tions en septembre prochain. INDIANOPOLIS 9 — Mr F. W. Galbranh |r, commandant de 1 A ne ricin lgion, a t tu daas un acci dent d'automob.le survenu a une pas. H s'appelle U.ego iju court ei'glaise au sujet des biens expiopries est probable que PAR CABLE l sucie.e par le .gouvernement Uu ses. cette no e.qui a oui envoye Londres le 35 mm. a pio'este con tre l'application universelle de la dcision qui maintenait que puisque le rgime des Soviata avait ct reCOQ uu comme gouvernement de tait eu hussie. il iait pod^esseur des biens qu'.! a/ait pris aux par par consquent, qus udus eu angleterre, les imitera et que j h euri: **•• du matin aIor s qu'il „1 C es biens revenait d'un c ub i une faible dis tance d'ici. Li mort a t presque insta'Uin'e. DOX amis qui se trou _i, M M l'aient veuaus cm Le Dr Msyer a visit que 1 accord cnninrciol franco-polo,^,^,.,,5, nr j 0 rita..es n avaient pas "•exprim leregreis uai, ara incess-.mnen| sign 11 f>e* le droit de faire de rclauntions. ivaient avec L>co.iimindantGilbrjith • pour I incident dont probable que PaniLessadeur franais, L r M io M sa t ad l Wgfea|0| b i csss Ge soat •^rs.MS.T. gs3^d^?G^i^;t p^* -? \> *—.arss MVI m r ] irr d \ Ch ^ JM soldats du gnral que M-Briand demandera Loud.es ^..faisante. U |0 urnal dclare que et rie ry Ryan d ladunapolis. lous ryaimis uue mprise en de s associ r cette dmarcheJ le P 1U< de VJe 'rmus ne se basait ; d eux sont .jlhciers d l'Ameruan :"atcaia i,n„r u nn Ji Uue dpche de Bruxelles annonce pa? seulement sur le sentiment du lgion. M Gi bruth a eu le crne que l'arme d'occupation p^rma peuple fraoii=, mais sur l'opioioi fracass et a succomb quelques mi nente sera constitue le mois daot exprime ic^emjnent par Mr Charles nutes aprs l'accident Pendant la prochain. K,rloghes.secrtaire d'Lut amricain guerre, le co'oael Galbraith s'lut PARIS — La coinmissijn des li et sur l'opinion de tous les trangers distingu en France et en Belgique nancea de la chambra a adressa a qui ont des oiits ea Rassie. i la l;e du 47^ rj ment d'infante Mr Briand une lettre relative U La France a demand que le gourie et avait Bfii unt part importante uue mprise en tceis pour les polo* 4 que le gnral llof iiw!" excuses la comjvPem.Mr Briand a expn •œeottu Dr Msyer sa Wnrao acte inqu^niia '•PPel que la restaura-! ,J]M de u commission I rpartition du premier milliard reri vernement anglais iilormail tous --s aux batailles qui lu-^eni livres aupar l'Allemagne et reclam int la pno hommes d'allures qui font le corn tour de St Mihiel, dans l'Argoane et i l fl Dr ( it pour I* Franc?, en varta du pa ayec u Russie( ^ uc j, s droits lus Ufd eQ Belg.que Pour sa b a *"" %  '•• reaFr nrl' 0 "" <* np d""^' * 'cco:d de f socl pt J t ,| fCli| AX vouie lc coloael (J aibr aith av.it i 'Mua prcaire : pa, que les avances %  'ona^r. ;• u JeMvn au cmf anglai* Eint dcor par les gouvernements fran Mbo ';": 7 • <*-* I" *" "*" de sant de Mr qui "i6a n'auront pas adopl'Allemagne par l J conduis dli i.iveTournimtes de ch u Jfel extrme urgei.cc •wiuea croit v.iseto.'ge ainsi que par soi po doSveotie remboursiea au p.ua Lon Uou-g ois, la France sera reprepre gouverieraent. U avait sa .u i-rJ le 1er mai avec priorit sur les prisrr.ttr a la runion du conseil de la croix de guerre avec pa me. V CAUSERIE FEMININE Le rle lie la mre Ku dpit Je la transforma'! in des mee irs et des us^gos, o'eat une gra re cireur de p.mser que le rle de 'a mre peut se modifier sensiblerientLa maternit, cet ternel chai, non qui de 1 une l'autre renoue la tradition, perptuera jamais la dlemiance de la l'anime dans la famille Le niaiiage des lions de plus louants, mais eaiste-t il un esclavage plus complet que celui de la are t Les premiers vagieaeaieati de I "niant qui vient de nai ie veillent, fans l;ne,|une ivresse inoonun, dt|>ori. subjugue par un autre tre, ra.lle lois plus cher qua soiui me, en lui seul rsideront le bon uour et la peine. A tout ge l'enfant est le matre de la destine maternelle, il y versera ;oules les inquitudes, toutes les consolations,toutes les douleurs,toutes les dlices suprieure aux Ion des tiommes.la maternit nous asser vit jamais C'est nous bteu gou verner dans cette condition de do.ni nation absolue que nous devons teu dreues mores, les plus parfaites, sont les plus esclaves, mais ce sout :elles aussi qui lalSMOI le moins deviner hur servitude. Elles niellent les limites leur laiblessa daus 1 1 i trt n ue de l'enfant. Comment accomplir catt9 tcln i difficile de bieu lever S-JS enr"ats, lorsque d'une gniatio.i Patre toutes los ides sa so.it trans'or nies ? Comment enseigner ce qu'on ne nous a point appris ? Selo;i cha qie poque, les procds dlflera-n. La famille moderne n'offre aucmn ressemblance avec ce qje fut h f-i mille telle qu'elle tait constilue ja dis. Le rle des femmes y tait moins actif Assuiment les seutimsnts sort reste les mnes, L'amour des 11:, des.lilles poar leur parents prend a sourca dans un instinct qui ne rafla pas. Mais ils tendent a s'alfranchi.. i. autorit paternelle absolue, inflexible, telle qu'elle existait autre/oi*, courbaut toutes les volont-;, n'est plus applicable auiuui'j'h ii. Les proi les mieux p.'trs de leur rle l'ont co npns ; il se fout v iloutiers les ca narades di leur lils abandonnant la plus granda partd leur autorit la uict de tamilie dont les Chargea et la responsabilit sonl graudes Actuellement un enfant di dit ans diicute et rais J. in . O lai a dj-m le droit sa l'admettant a l'intimit tanuliale.lt assiste a tou* t? dtails d". lexistencaDiVaot lai se debattect toates les question di lamil.e et d affaires. I! est prse aux repas aux prjmanaJes. ait vj yag's. aux socits. C'Ue fi mliarr i a engendr plm d tniumti, plus d* tendrdsie peut tre, nuis lu Uj/aM pea de prestige daus l'esprit de l'on taut si prompt saisir I-JS co.;s /aibles du caractre do ses parent*. Les familles nombreuses sout bien plii rares aussi qu'elles a'taiso. %  .us. L'eularu unique sent mien aoq I -ivoir. L'iohuence de la oif inq-iite tendresse, dveljppk fi ( sonniltt et favorise la puissante tyranuique de l'euliiit. L'aveug). ment mstornel est alors un rel an ge-.'. contre lequel l'intrt, h,,t ||| gance et l'amour doivent ragir uergiquement. Ne pas voir | M ." IUS oetauts de ses enU".ts, na osa y attacher d'impoiiauce.ne pu c ner cher les corriger, est m g cet malheur pour eux comme pour iicur* ue. Ces dfauts ao.it pittji. a j lgers qu ils valent a p,-u,e u l( r mjuUuce, semble fil M n -, eu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05397
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 11, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05397

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Ue^-4103
Port m Prince, llaili
Samedi 11 Ju-n 1W1
rEUR-PK0PRIKTA,R^
,nl-MAGLOIRIi
1101010 10 CENTIMES
Quotidien
REDACTION; Hue Amricaine No. Y.f.b
En vrit, le iiu'iitir est
un maudit vice. Si nous
eu conuaissioiis l'nomMii'
et le poids, nous le pour-
suivrions a feu. plus
jusleuieut que d'autres
crimes. .
MONTAIGNE
\ QUESTION DU JOUR;
lulle des cailleurs
Avin
La Hini'ie Niiionile dt ta H
Dublique d'ilni a h; plaisir le pur
t< r ,,i(<'hitdtss,inr r. irait ri
Me relever dans une crin
i dernirement Paria
vique_ russe. Et c'est prcisment;
d'apri lui, ces diapoaitious qui mau
lrieliques. le prsent,quem aux nous.
rscee, dts considra-
flttreuaea pour la race c Les 'volutionnsirpR spci-dint**,
iiue consolant de vous dit-il, qui Ion mtier de cnang*r I-g
grves en meutes ont borreur d<
ce* uiavtH mili aires nniis qu'il ny
l Uut d'abord que, a pas moyen d'eudoclriner, qui op-
pcril de l'invasiou jaune poeut aux dclamations o.-m-'g'v-
iliveilo d^ se ra aer, 'inos une rne comme aoe figure dt i
Chinois que les bolcb b onz? et sur q.ii les behe concepl
maintiennent leur r- tioos de Karl Marx glissent corum< I
liaient-cC est avec le une boulette de papier m.icli sur le|
que Lnine tt'frotsky cuir d un rhinocros* Le ooir ne
ope Comme les au- connat que la consigne il ne con
paient leurs janissaires au pus la manuvre le la eio-.se
gyptiens leurs marne Hn Bir- C'est pour cela qu'on U
ud, en elle, que de redoute.
ingents clnuois sont Ftceat aussi pourquoi, dans le
bolchevistes et que dveloppement des hypothses qui
qu'ils rpriment les nous occupent, on envisage qu ua
russes avec lu cruaut l'"' comme les Amiicams lade sait. le* noirs peuveut li'b .. p> 10s a
sa demande si, avec jouer eu pleine Europe le 10 e d*
bolC visque, ces con sauvean, commj dai.ieurs ils oui
.oe deviendront peut eu le jouet de| en peut par le*
ombreux ei -i le mou Sngalais. Us Amricains colors,
oera pas le Turkestan'des grou.es d Hatiens voiontain a,
nt ainsi un immense;dans le cours des derniers veno-
lUfir.a- fSi I heure sonne, lisons-
nous dans celte eonfreucc rcoofoi
tanie, o la civihsawou chrtieuut
ae voit srieusetn.-nt menace de
submersion, une to s de. plus, par la
vieille barbarie asia tique, nos loi ces
uauiiiaaates iro'jveroui dans la jeu
oe Atnque un ptcieux secours. La
Providence, comte le pril jaune,
nous a peut tre mnag le aulu
noir.
L'arrive de
M. Davis
Pal l'un d;s steamers de la ligne
Panama est arriv cette semaine ve-
\dupuhkcengniralquellevientde nanl dN* York- DiVls n^
re^oirnoltfTcationol/icteUeQueiis wo,"t du ^ues,re 1 a t choisie comme, dpositaire en
H mil des fond du Gouvernement
amricain
tlie est certaine que sis nom-
Il a pour mission dj contrler !es
admiuistralims 'e la Haifan Ame-
ricin Sugar, d- la Compagnie du
VV.'il, de l'ElectricU et de la P.C.S
Xnus esprons qu'avec celle uou-
breui amis se rjouiront avec elle vtl orient l'on, ces diverses corn-
de li grande marque de confiance pagnies preu lions de l'extrosioa.car
que l Gouvernement, amricain, il est bruit que M. Elliot, qui sera
noi h Gouvernement hatien, M au commencement du mois de
vient de lui donner, en l'instituant 1
aussi sa 'Ironcrc.
PortatfPrinc*. le // Juin YJ2L
tant; pour lancer ces industries dans
la voie de la prosprit
premires sommes v ts.'es par l'Ai
lemagne.
in Bi-ticw par Ifl (Matit lu p;ince
ilirobite s est dclar enchant en
on sjour an PVance or a
ma le Japon gude envers la
I* gra itu mae du droit dins l'humanii.
i' aeiprim la couviction qu'aucun
La
rivire de
Tabarre
[O des avalanches de
iliarises pojrront s'a-
pEarope 0:, la Chine,
Italienne le tiers de la
Ida globe et 1 Asie la moi
fbiKussiequi iepisenie
iras popula.ion, le tiers
et deuiamit/.-vouB a
I expose celle-ci dans le
|STuioo de celie en ver
i frmir, et il parait que
? manquent pas, d au-
i c'ait une conjoncture
1oo ne von pas trop
lcoucoui des htati-Unis
[{omme dans la vulgaire
ie lau>te jour appele
le. sauver un des bel-
alors, dans ces accs
et ue dtresse, ou
i
ta- croit que la rpul
chinoise? pour i or
[llsl de recepiivr.e d
gard des teveiiica
du socialiame coin-
i rendu facile leur eiu
IpVle rgime bolcb
Maia la religion chrtienne nous
appieud elle-mme qu'il faut ussu-
ici aou salut. Assurer ton salut,dans
1 espce, aiguitiu ue pas mpriser le
noir, ne pas le coubiderer connue
rroducuoleuiem intrieur, et le m-
nager dans le piaseni, u est-ce pas".'
Jo Le vous ai cependant pas QU
le nuiij de mon conlereucier. J'ai
rua la touta'aoord vouj faire appr-
cier son langage et lui ussuiet votre
sympathie Car par lui mme il
iu. iiombte el u y a Ues chance
pour que vous ne le connaissiez
H.er aprs midi, Mr Louis Rov,
ministte des Travaux Pub'ics e! M
ijoat Louis Maival, Contaistaka du Ci ou
France vernement prs la PCS, ont t vi
suer le pont de Tab*rre.
Nous croyons savo r qui des rpa
laver entre les *">" *ero bten.ot fuies a la
leui pnvs quicjllBl.or.Mrnt iorJonrs'Passerelle.e ce Pont afin ^ Per.net-
co/d aieraeot u paix i.. mo.ido. ilre aux pitor?s de traverst U rtvi-
Une dp-ho de la Haye annonce re qui est toujours en huteseias.
que id miniatre ues >uiaire8 trange! <^4est un travail d'utiiit pub'iqu
ree a dematiJ uu crdit poac les qu'on doit entreprendre le plus viti
nouveaux postes des ministres possible.car comme nois l'avons lit,
l rangn".
Au
Mexiqm le ministre de IlolUn
Je aura le titre de consul g moral
avec un pouvoir de juridrjtuj sten
dant sur l'Equateur et la llolivie. Le
miuis.re du Veuezuela cumulera
cet e qualit pour la Colombie-
A la suite dun acte de sabotage,
per U dboulonnemeut dadeux rails,
deux trains de marchandises des
m Hgri-a ont daraill pies de
Choisy le Koi.
L/AUHci Mr Austin Cbam
:,. il ...i a uclar cet .,,,m--, midi la
uu petit marchand de sucre s'esl
noy cette semaine en essayant de
passer U courant.
Nous esprois que le Dpute-
ment des Travaux Publics fera toote
diligence pour donner s-ttisfac'i j i 1
l'intressante population del Plain;
du Cul de Sac.
3
U socit des nattons par Mr Ren
Viviani, a moins que M. Viviani ne
chambre des communes que la pro s'en trouve empch par son voyage
position relative une alliance anglo|en Suisse pour certaines affaires im-
fianuse. mne sain la participa ^portantes dont il s occupe actuelle-
lion des Eta'a Unis, n-av-it pas en ment> el qui p0Urraient n'tre term-
d-'s
core t porte
PAIIIS Le
la di cussio
ij'ed d aucune AcaJe.ui;
{seVittlt
luvelles trangres
gouv,rnement Iran nes Hemps. au cas ou M V man
., aisdans une nom adresse l'An ne Pourrait "s,sler L^tPft "
eaijgleterre. a demande sue les prcpn isera,t remplac Par ^JGa4b.ne,1 Ha"
3ea|Uiraa l anais fussent eicep es dans;notaux- L'Ut de saat de M Bour-
ar.ceute dcision de la justice an 'geois laisse tellement i dsirer qu il
c*est M. Viviani
des Sevieta qui prsidera la dlgation franaise
I 1 assemble de la socit des na
tions en septembre prochain.
INDIANOPOLIS 9 Mr F. W.
Galbranh |r, commandant de 1 A ne
ricin lgion, a t tu daas un acci
dent d'automob.le survenu a une
pas. H s'appelle U.ego iju court ei'glaise au sujet des biens expiopries est probable que
PAR CABLE
l sucie.e par le .gouvernement
Uu ses. cette no e.qui a oui envoye
Londres le 35 mm. a pio'este con
tre l'application universelle de la
dcision qui maintenait que puisque
le rgime des Soviata avait ct reCOQ
uu comme gouvernement de tait eu
hussie. il iait pod^esseur des biens
qu'.! a/ait pris aux par
par consquent, qus
udus eu angleterre, les
imitera et que jheuri: ** du matin aIors qu'il
1 Ces biens revenait d'un c ub i une faible dis
tance d'ici.
Li mort a t presque
insta'Uin'e. Dox amis qui se trou
_i,MM l'aient veuaus cm
Le Dr Msyer a visit que 1 accord cnninrciol franco-polo,^,^,.,,5, nrj0rita..es n avaient pas
"exprim le- regreis uai, ara incess-.mnen| sign 11 f>e* le droit de faire de rclauntions. ivaient avec L>co.iimindantGilbrjith
pour I incident dont probable que PaniLessadeur franais, L. r M io M sa,t.ad l Wgfea|0| bicsss Ge soat
^rs.MS.T. gs3^d^?G^i^;t p^* -? \> *.arss mvi, mr] irr d\Ch^
Jm soldats du gnral que M-Briand demandera Loud.es ^..faisante. U |0urnal dclare que et rie ry Ryan d ladunapolis. lous
ryaimis uue mprise en de s associ r cette dmarche- J le P1U< de VJe 'rmus ne se basait ;deux sont .jlhciers d l'Ameruan
:"atcaia i,nr u nnJi Uue dpche de Bruxelles annonce pa? seulement sur le sentiment du lgion. M Gi bruth a eu le crne
que l'arme d'occupation p^rma peuple fraoii=, mais sur l'opioioi fracass et a succomb quelques mi
nente sera constitue le mois daot exprime ic^emjnent par Mr Charles nutes aprs l'accident Pendant la
prochain. K,rloghes.secrtaire d'Lut amricain guerre, le co'oael Galbraith s'lut
PARIS La coinmissijn des li et sur l'opinion de tous les trangers distingu en France et en Belgique
nancea de la chambra a adressa a qui ont des oiits ea Rassie. i la l;e du 47^ rj ment d'infante
! Mr Briand une lettre relative U La France a demand que le gou- rie et avait Bfii unt part importante
uue mprise en
tceis pour les polo*
4 que le gnral llof
iiw!" excuses la com-
jvPem.Mr Briand a expn
eottu Dr Msyer sa
Wnrao acte inqu^niia
' 'PPel que la restaura-!
,J]M de u commission
I rpartition du premier milliard reri vernement anglais iilormail tous --s aux batailles qui lu-^eni livres au-
par l'Allemagne et reclam int la pno hommes d'allures qui font le corn tour de St Mihiel, dans l'Argoane et
ilfl Dr. ( it pour I* Franc?, en varta du pa ayec u Russie( ^uc j,s droits lus Ufd eQ Belg.que Pour sa b a
*""' reaFr nrl'0"" <*np d""^' * 'cco:d de f socl ptJt,|fCli| AX vouie lc coloael (Jaibraith av.it i
'Mua prcaire : pa, que les avances 'ona^r. ; u JeMvn au cmf anglai* Eint dcor par les gouvernements fran
Mbo ';": 7 <*-* I"*" "*" de sant de Mr
qui
"i6a n'auront pas adop- l'Allemagne par l
J" conduis dli i.iveTournimtes de ch
uJfel extrme urgei.cc
wiuea croit
v.iseto.'ge ainsi que par soi po
doSveotie remboursiea au p.ua Lon Uou-g ois, la France sera re- prepre gouverieraent. U avait
sa .u i-rJ le 1er mai avec priorit sur les prisrr.ttr a la runion du conseil de la croix de guerre avec pa me.
V
CAUSERIE FEMININE
Le rle lie la mre
Ku dpit Je la transforma'! in des
mee irs et des us^gos, o'eat une gra
re cireur de p.mser que le rle de
'a mre peut se modifier sensible-
rient- La maternit, cet ternel chai,
non qui de 1 une l'autre renoue la
tradition, perptuera jamais la d-
lemiance de la l'anime dans la fa-
mille Le niaiiage des lions de plus
louants, mais eaiste-t il un escla-
vage plus complet que celui de la
are t Les premiers vagieaeaieati
de I"niant qui vient de nai ie veil-
lent, fans l;ne,|une ivresse inoonun,
dt|>ori. subjugue par un autre
tre, ra.lle lois plus cher qua soi-
ui me, en lui seul rsideront le bon
uour et la peine.
A tout ge l'enfant est le matre de
la destine maternelle, il y versera
;oules les inquitudes, toutes les
consolations,toutes les douleurs,tou-
tes les dlices suprieure aux Ion
des tiommes.la maternit nous asser
vit jamais C'est nous bteu gou
verner dans cette condition de do.ni
nation absolue que nous devons teu
dre- ues mores, les plus parfaites,
sont les plus esclaves, mais ce sout
:elles aussi qui lalSMOI le moins
deviner hur servitude. Elles niellent
les limites leur laiblessa daus 11 i
trt n ue de l'enfant.
Comment accomplir catt9 tcln i
difficile de bieu lever s-js enr"ats,
lorsque d'une gniatio.i Patre
toutes los ides sa so.it trans'or
nies ? Comment enseigner ce qu'on
ne nous a point appris ? Selo;i cha
qie poque, les procds dlflera-n.
La famille moderne n'offre aucmn
ressemblance avec ce qje fut h f-i
mille telle qu'elle tait constilue ja
dis. Le rle des femmes y tait moins
actif Assuiment les seutimsnts sort
reste les mnes, L'amour des 11:,
des.lilles poar leur parents prend a
sourca dans un instinct qui ne rafla
pas. Mais ils tendent a s'alfranchi..
i. autorit paternelle absolue, inflexi-
ble, telle qu'elle existait autre/oi*,
courbaut toutes les volont-;, n'est
plus applicable auiuui'j'h ii.
Les proi les mieux p.'trs de
leur rle l'ont co npns ; il se fout
v iloutiers les ca narades di leur lils
abandonnant la plus granda partd
leur autorit la uict de tamilie
dont les Chargea et la responsabilit
sonl graudes Actuellement un enfant
di dit ans diicute et rais j.in . O
lai a dj-m le droit sa l'admettant
a l'intimit tanuliale.lt assiste a tou*
t? dtails d". lexistenca- DiVaot lai
se debattect toates les question di
lamil.e et d affaires. I! est prse
aux repas aux prjmanaJes. ait vj
yag's. aux socits. C'Ue fi mliarr i
a engendr plm d tniumti, plus d*
tendrdsie peut tre, nuis lu Uj/aM
pea de prestige daus l'esprit de l'on
taut si prompt saisir I-js co.;s /ai-
bles du caractre do ses parent*.
Les familles nombreuses sout bien
plii rares aussi qu'elles a'taiso. .
.us. L'eularu unique sent mien aoq
I -ivoir. L'iohuence de la oif
inq-iite tendresse, dveljppk fi .(
sonniltt et favorise la puissante
tyranuique de l'euliiit. L'aveug).
ment mstornel est alors un rel an
ge-.'. contre lequel l'intrt, h,,t |||
gance et l'amour doivent ragir
uergiquement. Ne pas voir |M ." .
IUS oetauts de ses enU".ts, na osa
y attacher d'impoiiauce.ne pu cner
cher les corriger, est m g cet
malheur pour eux comme pour iicur*
ue. Ces dfauts ao.it pittji. aj
lgers qu ils valent a p,-u,e u l( r
mjuUuce, semble fil M n -, eu


LE VI AflN
l.S.S.H.
I a soire d'Occide
Demain aprs miJi 4 heures
match entre une quipe commande
par Chen. t et l'quipe de |n|acques.
Equipe de (henet : but: Tip-Mti
hauer< arrire s Jourdan,Bruno ; de
mis, Andi Etnart, Edouard Cassa
gnol, Edris Pierre Louis: avants: Paul de 2 gouides.
Chentt (cap) Friz Dupuy, Cardozo,
Louis Dejoie, Ren Ltbart.
F.uipede|n|acques. but. Fiublii;
arrires, Anatin, Kgoiei; demis, Ar-
mand. Cator, Fleurvil Laloret;avants,
Jean lacques ^cap). Lavelanet, Kaci
oe, Murad, Cham aibitre Cl
ment Coicou, luges des bu.s- Joseph
Cassagno), Chauvin.
Elections des" Conseils de l'O'.ym
pique et de l'Avenir Club.
Olympique Prsident,Ch. Franck
Roy, Vice Prsident. Flix Lys, Se
crtaire,LouisSoray. Trsorier. Sylvio
Cator, Conseillers, Lon 1 ?leau. Al-
phonse Racine, |. M Murad, A- Vaval.
hugut Bruno, Constant Leys, Ren
Ethart.
Capitaine de la 1re quipe : 1 hi
lippe Cham. C'p taine de la 2me
quipe: Andi tthait.
Avenir Club. Piiden'. Ciment
Em Coicou, Secrtaire, Hermann
Boyer, Tisorier, Victor M. Coicou,
Conseillers, Me Pierre Blot, Bruno
Andr, FaubV."
Capitaine, Arsne Coicou.
La ite au bnhee de notre musi
cien national est renvoye A la se
maine prochaine, plusieurs artistes
et musiciens ayant cflert leur con
cours. Il y aura un programme vrai
ment merveilleux par la varit et
le choix des parties qui y figurent.
Les caites sent en venir, au prix
*i!
Un pays que les
allemands rida ment
Vous ne le croiriez pas, c'est la
France. I! est rapport que 1 Office
des biens et intits privs de Ver
saillts tout rcemment a t saisi par
l'oficice allemand de compensation,
d'une demande de remboursement
de o.lr 60 augments des intrts de
* 40,
Cette somme serait due depuis le
} Act 1914 par la soct franaise
Gardy Argenteuil, la Jaiosiaws
Ersste Glimer VVaren Fabrik, Berlin.
Ce fait qui peut paratre insigni 5Clil ju. .*..
fiant en raison du chithe prouve l'on comptera Quinze Juin co-irant a
cependant que dans les pays lesplus dix heures du matin en 1 tude de
intresss les lglemects e font avec Me Louis Viimer ay, no'aue n cet;e
1______:_._ j.. ttH.x. _-n_ 1 ______.- . nlnc nrt an! Pt CEI
fc -MULSION de SCOTT
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
. -'
Il sera pro d le mercredi que
Depuis tout un sicle
le monde h i s-s lliccsde
L'Eau de Flori'.c
Murray & Lanman!
Journalistes
condamns
Le semaine dernire i eu lieu,
ainsi quelei journaux l'ont annonc,
le jugement de nos conf/res Joseph
Lanoue et Jolibois fils, directeurs du
Courrier Hatien lesquels en vertu de
la loi n attiale, comparaiseaient ce
vant une cour militaire.
L'iiisor annonce dans son dition
d hier que ces deux journalistes ont
t condamns a 6 mois de prison et
300 dollais d'amende chacun.
les sujets du Reich.
ville. la vente su plus ofl ant et der
nier enchrisseur en vertu de trois
Le jeune Thbaud
mit en libert
Hier a midi le Chef de l'Occupa
lion a fait mettre en libert le jeune
V'v Thbaud qui, reihetih', serait
O remarquable p rfum jouit d un* g-de vogue poyu a.- e\ pu,
emp'oi dans le moi.de enfer e< son ndapttbilil gu.ale aux b totoil
t*bie de toilette, il est connu comme #
Le parfum universel
S^ssssSAuouD ,u"e De ,e - www" ,uc 1
obligations hypothcaires du mims ,:i^.^ L. 1^ KoSn
1re du mme notaire en daie des
25 Mu, 15 )uin, 15 Septembre 1917
iet d'un commandement signifi la
dbitrice et re;t int u.tueux dune
propiit fonds et t'isses sise en
! cette ville avenue Charles Sumner
fTu-g au)No n mesu.an sjxan- POUR LA CHEVELURE
te dix pieus de large a la iajue prin ^ prpara'ion egrable et de confiance pour nerver
opale sur la dite Avenue, Dm ccdI ^^ |m f hdl'f,UIi [| |eur donne du lustre et one seupless" f
soixante six pieds au ct oppos sur Nourrif8Htjt |eg racioes. il stimule la croissance- S.l c\\ la bienli
une prolondtur de deux cent trente g0it prompTg et remuqnub'ea.
quatre pieds au long, ct Ouest, et [{fai, d.Bparaitro les pellicule et retarde [apparence des ch.tlj
trois cent quatre vingt cinq pieds au Latiman &KemD, JSleW'OrK
S^WlttrtSS Pro.maires e, seuls **.*
de Cinquante sept pieds et dune-
deuxime de trois cent trente huit
pieds le tout bein savoir : au Nord
e: 1 Ouest par Mme Augustin Lau-
I U11 WtUinBHI nC J > -
L> toilette ou le bain
IndisDftnmble pour combattre toutes fiort*.
Universellement agre, lai aussi, est le
Tonique Oriental
Avis commercial m_____r___
Devant partir pour l EurOpM nay, au Sud par le reste ue luigeau
porte la connaissance du public et l'Bl par te MltM JMJJMJJJ
en gnral et du commerce en par
ticulier Que MM. A. Samson et
Lhf. Durant sei ont charges, du-
A. Victor Gentil
Agnt gnral pour Haitt
constitu prisonnier. Le Chef de\rani mon abscence, de d direction
rO:Cuptioa a pus en considration
rinrxpeiiei.ee du jeune lion:me qui
a t itrais i sa faille.
Parisiana
Sur demande gnrale Parisiana
hibe sa soire de dimanche :
de mu maison de commerce Port
au Prince et signeront collective
ment par procuration-
l'on au Prince, le J j i l^l
J UAAlDEB Jr
lieprsentanl
Socict Coin 1 cr.ule HeUaodliM 1 >*n>aiUmiquc
Fi'm mouvan .
Entre
0. 1 00
Union Patriotique
Lundi prochain, 3 h 12, p. m.
lunion plnire e comit au sige
social-
a'ixagerant,ila devienr'ront plus laid
d>s vices d'ducation haisaeble?.
L* fait d une bonne
dot c de
en commu-
ne itncontreront ni l-txti.ine mdul
genee, ni le dvouement auxquels *>"-c
ijol les avons habitus II faut noua
imio*r nous mmes le devoir de
les policer vcui la vie en commun
ans les tyranniser, il laut exiger
A Vendre
des biitit Norbert Ga'eau iu vrnt
dsignation des paittef-
Kl impos .u No 4625 se poui.'U ', lOffl
poiie et l'etecd sans ix.p toa ui l-
aeives.
La ven:e se fera sur la mise a p.ix
de Ctq mille neuf cect qu.r. te
otut doilais montaut en pnucipa,,
des InJemDi'.s ei des honor.ires et
l'avocat rouisuiVdQi iaus nul piju-
dice.
Aux r q Us, 10 rsui es it di igen
e. du iieur Edoujrd G Mevs, pro
plUUllt demeurani et domici 1e
t'oit au-Prince ayant pour avoc^l
constitu Me Luc l'haid avec lec
ion de domicile ea iva Ctblttt cor.
b:e ladameVve Lub.ncius Lubio.i et
Alcz.Iu Ssmou. piopnune, demeu
'iant et domicili aux Cayes. (
Four tous rtBM gntmuvs. sadiei.
=er au notaiie uquis Fait Po.tau
Uue proprit, ayant dessus unejPunce ce II |uin 19JI.
dune bonne ?duca'ionest ( ma,sor, a la Uue du l'aie le
piparer tos enfants vivre \ No 2 lU Uce des manor>
duo dais en milieu eu ils j FeidlMOd ancien l'rlti Ct
.nirsrnnt ni txti.ine mdul 1-lbLlc
Luc THEARD
-,........... f.s. nx*A.
qu'ils se souuidttent 4 ceitains proto ^Tr UskVfs
coltt. qu l sachent se contraindre J*s & y h -;
> A3C aw
Hoheliu
'* A. -
0IIS3 Ont* "*l
M, n mm, m tmn^
itkbndonntrr leurs ieui pour ac fegi^: ,.. ^^gSffSSXm,
omnh'- un acte de politesse ou de ^-^r'^i^M Iflinr.Ut ClftiiVOM tt suivroit
df.enca; qu'ils oient preaeivj ou t^r^^SSZSJSLfm^^l gubumtcti avenir.
de fausse lM. fej.&3 le pu ccuran s se.o: l F^isl
Agenl Spc aide la
Bgie Franaise
Attend par le StS MA ORIS. un
ritmiCI 'o. de T.bac Scl.ilan Su
wrs sf5 s
Mu; tout de ces ides
R.DC. de inttMM'.qui MU cjm 5 ,:. ^-r^-ffgg Iprccbainemcnt.
ropouveni inculque t.tuon ne les ^.^ ,. ,,,... u***** * 'r
aoncte p pour un sccioc a leur -
robe ou pour une culotte dchire*,
mais' qu'il' achent eiu'on ne tolre
r pas aa manqua d'gards,un men
oon. une petite peitldir.
Beaucoup rapprocher de toi es
Sru-aotBe' le grand ecret. Da 11 un
bon milieu il 'imprgnent tjul na
Snlliont des ide, ntora intw
aZhxx Or un des grards tuei.*. une
1. iiincipales diftcuH. de I du
bYtjoiSXot est dans la d tfu.jno
^ dans le mlange de tou
SSXS-rtf-8 0q cUoi8it
i\0. gure e.reUt,o,,peCARoN j
Impalpable, adhrente, d'un parfum
dlicat, conserve la fretchear de la
jeunesse. tmheV.lt. efface les nes
donne ua teint de !ys
,
(acao Peters
1 n VK.\T'. nu:/ ,
l'.co M rdg'!*. Str.K.ti V,ei)x, L"pe T.'ve'j
Vente prix < lin'*
1 1 rtiofiy MancM.cMir, >-< '""[ ^'t'r'J
rchl rtf, c'"''"', .... .
Pot .. iu6e uet- .
l,i J (ini.'.et ll
b:un'
.-i
4MM er.voi c? |M m******
T0OTM rA*ruK-*iv*
^Jfc
V "J U
ARYS
Vat//"'t M^
4 ^nfs gnraux pour HaUi
1720, Rue du Magiu de T9*
h H


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM