<%BANNER%>







PAGE 1

IF MAW Deux femmes en avance sur leur siele Cest i l.i capitale de la ''chchcSlovaquirque s'ioaugareun nouveau mouvement social. Melle Betia Kttpijkowi dput au parlement^de Prague a dpos un projet de^loi rendant la bigamie obligatoire pour tout homme g dt moins dt ^o ans. Ce trait donc comme pour le Service Militaire. Ce lui qui s'y ictuserait serait corsidr comme dseiteur. Serait-ce dans le but de (aire accrotre la natalit ? Bien que l'initia tive dans ce cas viserait i un bu tout patriotique m; is il par;il quand ir.me trange qu'une femme s'ec soit charge. Nous ne savons p s quel soit va tre fait A ce projet de Loi qui a eu bien accueilli PiPgue. Cela est si vrai que suivant 1: pente Melle OlgaFar^tra de la menu chambre a rclam la reernna ssana lgale de l'amour libre. Ne trouvez vous pas ce piojet i -cohrent } Lf fait de rclamer i:ne reconnaissance li"gale n'enlve i il pas i l'amour son charme qui est justement la libert suivant l'ide avance, car eomatiif d'amour ori ne dtrrsnde pas que sa libert soit recourue. Un se contente de la pitndre et c'est tout.. Il s Berner ciments Monsieur Laborde Corvoisier. Mr| n Mme losej h Corvoisier, Mret; Mme laborde Corvoisier fis. Mrs u g p r a procd le mardi nuatoi/.a Dougl a, Nelson et Caiteron Corvo.j.,, n 1M1 dis heures du matin, en 18 ., 4 ,j| e | a dite proprit de laconj de la sympa hie l'occasion de la leD ance de 2! pied de large au cut perte douloureuse quils ont faite nor d. '20 piedB au c aud. wrM dans la mott de \ profondeur de 66 1 & Pedeau lor g Clairement Corvoisier, ne Dodard, ct est et " pieds nu %  ', ix durable doit reposer sur la justice. Ht la justice exige la rparation du tort tait autiui. Dieu luimt'mr, pour pardonner, impose cette orditiun. Tel est l'enseignement de l'Eglise et nous le prchons tous deux bmkmcs, la patunec de la Irancest bout. /<• le dit non pas seulement paur faire eho la parole d/ nos hommes d Hiat, mats parce que, dt Untes paris, cela se voit, cela se seul. On ne heurte pas im punment C)H\ un peuple le sentiment de la histice. Et c'est la justice seule que nous rclamons. Vous ne pouvez ne pas la rclamer avec nous. Au-dessus de la mle des pas* sions et des intrts politiques,lev/ la voix. Eminence, la grande voix d'un prince de l'Eglise. Et puissiez-vous tre entendu. Alors,mais alors seulemen', des re latioos normales vous redeviendront possibles et la charit pourra de nouveau s'exercer sans cbitacle ende la t rince et l'Allemagne. D'.eu sera sa tisfait et le rtablissement de l'ordre viol assurera le resne de la paix Hte/, Eminence, par vetre haute entremise la venue d? ce. te re nou velle— l're de la chant chrtienne entie les peuples (onde sur le res pect de la jus'ice internationale Commission du Contrle du retrait Billets retraiter d aprs la Conx* rt'on du 12 aviil i*.' 1 %  &f sanctionne par la loi do 2 Mai 1019 v .G 8,#77,972 Effectivement retrait ioaqn' la date du 10 Mai 1.021. 7,679.000 Br'mpnidu 17 mai 1921 30 000 liri< ui-nt du 81 mai 1921 05.000 7 774 000 nord par Neieatant. au audt. ^r un paeeege commun, ('ouest par Lon ce D joie it Nreatao, auivact plan et proci verbal d'arpentage, de, ll.ldtverren date du in Janvier WJ, Eo veilu I = de la groaae ed totale excutoire d une obligation by =r, poiuoaire passe au tapport de1 Me Mme Vve Charles Dennery, M * 5odoon Ctiarlea, notaire Fort Mme EdmondDftOoeryet leurenl-i t, ai j p,, LCe eu date du 19 Avril IflSO, Mr et Mm; Desaix Dennery t leurs -^o tfan jugement en date du 1 enfants, Mr et Mme Henry Hogaith Fvrier 1921 du Tiibuoal de Ire lus f\ leurs enfants, Mr Ch.nl s D.nieiy tance de Fort au Prince, er.it g-atre filsMretMmeLefranct heval'ie ,Melle et aiguill tant avocat qu Prti^ ; Lau.c Deooeiv.MreiMmeV ctorChe-i Aux regu^p poursuite et d.ligeM vall.eietleureafant.Mel'eTh^eDe. ce d e la dam e ^u r Hobe pro eiy.MrA.ben Dennery. Melle ^ ^g^^^itffg^] ; 2 lea potl etairea' ilf.neu „ Poii au Prince! Rodolphe Denneiy tt tous les autresl |,i vente aura lieu aur la mise | parents aliisremercient\ous les ami.|r.i\x du six cent quatre vicgi un dolj qui Uui ont donn des tmtrgotgei fera ho xante centimea ( or Obl.OUj.l au 'born, savoir cote' au \Y~r\ fi %  &, F. / ^BW ^>^L Poudre Idale -ery.MrA'bert Dennery. Melle Mme P/Wt T,, aameur.u -. u, D Jolle Germaine Denne.y Mr \ffffr -5^ Iernand DeDneiy, Mme Louise Dey Emi e A \,^ am pIO prietair neiy. Mme V ve Athimer Cornet, Mr railt et domicili* Poii } de fympathie i l'occasioi de la mo:t de leur regrett Charles Dennery Us les prient de cioire en itur profond sentiment de gral lude. Crme Teindely* Ctme distingue et aristocratique par excellence qui assure un terni clair et /rais, adoucit, asou plitet blanchit la peau tans la lubrifier ni la faire luire, On ne saurait trop recommander V application de la POUDRE TE'N1>£CYS aorcs la friction la ctme 'leindelys. Ln vente dans foutes les bonnet mai'uns de la place notamment Vaut E Avxila, Mme d'Ennery Dejoi, Pharmacie Centrale, Si mon Vieux, G Gut/t* Salon de coiffure Vablo lorres e'c. Tour la vente Migrai suhmsut Vaillant 8? §jouet X'jinls gnraux des parfums d'iri/8 1720, Rue du Magasin de l'Etat. s Pour gurir ou viter MIGRAINES CONSTIPATION JOftOESTIONS-CTOUBC'CSCMNT: EMBARRAS 0ASTBI00E IL SUFFI i de prendre Ju l'un de VCMB n>ptxm tout 1er d.iux jour e jler.iwn une Pilule liu D r Dliant 147, rue du Faub" St-Dcrs. Taris Mais ii aut exiger les vritablss qui font tout *it blanches •t sur chacune daulle IM (POti DCHAUT A PARIS *' TeiniJrtjr% tju Triil'i'.J'. %  tau Tinai .i- Savon TWnaciy . Fatdi (louiei 'cmirt TOCTfJI TAWLTVHTWTa l f s .-AAj,xm HAOA^IN ARYS 3. Roc de tt Paix. r.UUU Vaillant S* Houet Agent* gnraux tour Hati 1720, Rue du Maaaain de l'Etat o vous fera le plus charmant accueil Mr F ravcois Letellter. Prix modresIl est port la connaissance du ( public et du commerce en /)a' lieu lier que la maison] de commerce. qui a t tablie Jacmel sous la raison sociale GbsuTlaV CJ a ces, se d existerEn consquence de cette dissolution, le lieur Atouh | Saisine a cess d'tre le procura leur et le grant de la dite maison depuis le premier mai courant: yo\ t au-Prmce, le 26 Mai |9fi • m %  — ai Par le rteamer Dana* Un chargement de ciment danois Marque O K l'.n renie chez C.f.MADSEN Htel Bellevue Etab'issement de premier ordre — Vue sur h mer,— Cad service irrprochabl". — Pension des conditions avantg^ La Direction garaniil ?ux clitw's silfslaciion eti're pour iee services de l'Htel. En quinze minutes Les cheveu^ les plus friss ou crepeis deviennent souplel] et plats, grce La fameuse pommade Morgan Fn ver-te chez A. Vctor Gentil fjSU Rue du Magatin de l'Etal A Vendre Clyde Steamship Company FOREIGN SERVICES / a grve des mcanicien aux Etats Unis a prit fin, nos dparts sont fixs comme suit : Le Lake E'mac eel itfcndu demain jeudi, au Cap Hatien et ici le 4 courent, via les port6 du Nord, laiaaera le moine j>UC pour la Co lombla en taisant eacaie aux rorti du Sud. I — Le t Lako Elilo laisaera New Yoik le U courant, directement pour Port au Prince, et un ateamer paiti ra de New York le 10 pour tous les por's hatiens. Pour de plus amples infornrtioni le. pub ic ett pri de a'pdreeier aux bureaux de la Compagnie l'tage suprieur des btimei ta Madsen. Port au Prince, le ier Juin 1921. E. F. CLEMENTS Agent Gnral' ( i 3 La maison,dont la rfutation "'est plus fiire pjurla fabj ce s cercueils, ayise le public qu'elle vient de rtl-ire le pnj tcueils simples cqnvenaLilemeui dcors rtxii': r ieur et bieaj 'oona A l'intrieur G4 lU. ^ Pour les cercueils de luxe q'ii est la sp:ia!ii de U Ml^ s'entendra toujours pour un prix sitislaisaut. .[ Lu Maison enlrepreud aussi la tparatiou de miroirs tehml Henry Stark Rue du Quai, en lace de la G* U uiterc'rtiter G 1,103.972 CHEZ Transoeean Tradiaig Go Rue du Quai Barriques vides en bois et en fet. Sacs anglais neufs double couture Surs de seconde main, Grass bags trs bon march pour graines et balles de coton~m ~ !" 5"l Avh matrimonial le soussign dclare au public et IU certmerce n tti plus responsable des actes et sciions de mon pou e ne Alun leUmaquc pour causes guves, en attendant qu'une demande en divorce lui soit intente. Port aa-Prince, le ter Juin 1921 Edouard DEPAS Vins d'Espagne et de Bordeai On trouvera .a Maison h PIlEElZMAbb'AGGbBBOV] vins suivants : 1 'iieM Madre sec et douxMalagi pale et hrunXrs en D !" J litres. Madre,Ualaga,Operto en causes de 12 bouiei les jfl blanc de Bordeaux en caisse do 12 bouteilles et bvry Pn x nwares^ ^ Profitez de cette bonne occasi 6.000 jolies cravates^de soie A deux gourdes chaque En vente chez Q p n \ Shemtob Co #



PAGE 1

Quin ueme anne ries 4096 Port tu PriLce. ihi OWiCTEUR-PKOPRJETAIRE Clment MAGLIllUi tE NUMERO 20 CENTIMES Vendredi 3 Ju.n lu, r Quotidien Xavier de Maistre a remarqu dopais longtemps que l'amas des lois crite* est une grande preuve de dsorganisation. Dans on Etat sain, la lgislation est courte. Louis FORfcST CHOSES ET AUTRES f COUPS DE GRIFFE lo (il poli m coana Mathig'ion, qui incarjt || galanterie a un degr q i jiaimi depaHsd. Dans le Iran j, 1 mtro ou le h ai (i, est hom %  uqun s inquitait de De pas fies voisins et ne fumait qu'aavoir pos vingt questions, il jtiassi le bb des bras de la mre et le tenait indticimeni it le voyage. A l'entre en enlevait les valises du file lit sur la tte les colis de* Toyigeurs, tant il est vrai que nest touiours rcompense. ngQon mourut un soir, non roir accuraul les politesses. M auprs de sa famille de qail allait causer et pria le de DP pas lui en voulon drobait ses remdes pour dans uu monde meilleur, rt de Mathignou me ht beau peine. Il me semblait qu'a dpart la mullene allait une vigueur nouvelleLB •'teignait avec le dfunt. :mais, loutes femmes seOMdamnes demeurer dates wagons. Sans entondre regrett:! ; Madame, pe< de vous olfrir ma place.> j'allais cbez Madame Vve i qui m avait assur qu'ell %  foin. Etle devait, pour uu (Tin imea don' j tais, ve |biairi bien.4im et le faire psr l'entremise d un guri ion fir rooge. irite se ni. La chaine des ••vnt le gaiidon qui cru *œit napper vigoureuse tdl. Madame Mathigoon le tnaniijs.i.tiona broyan 1 table ot nous annona ait en coinmuui.jat'on avei U'ioumaz, ami d eufance ion tt dcd depuis 19 3 alors uu dialogue que je point,duee-je vivre deux REDACTIO N: Rue Amricaine No.fi;** De notre Correspondant] Nous tions lues sur les origioe n ?" connaiiiiooi les dessous du oolclivis.n-. issu de bochis.ne ni i imprialisme, plusieurs socialiste* autoris* ds Russie et d'Allemagne tyaot rvl comment Lnine et a banda entrrent au service ds I tal maior de Guillaume II. Mais voulue Luliendorff y revient. Il prcise Son article qa il a donn la -Mili 'arwocbenblatt'-, est, en quelque t>o; te une conclusion. foui d abord Ludendoiff dclarr que la rvolution russe celle de Kei reneky — eut sur l'arme alternat)Je un ellet tellement dsastreux que lt haut commandement allemande devait tout naturellement se dOOOCi pour bot immdiat d'eit finir avcii Iront •riental". ; •Nous aurions tous pens cotnia>lui. "Seulemen .pour atteindee ce but, les farce* militaires faisaient dfnut J'estelois qu il fut dcile d'organi %  •or la propagande bolcnsvik 'sut une grande chelle". G Ile 9 Jacob, probablement et vraisemblablement. !'* ,Ml ma J r alIoeMod; poursu t Faoce et Japon PAB CABLE l'ArtlS 1er Mai Le prince hritler du Japon, s'est rendu dans la uatiuee a l-Eiyse o il a re-ms a %  i • Miilerand ieahjaig.es de ordre Ju G'ys nibemi. Mi Milleraod a offert un djeuner wpriuce si. Brhod. Us minisires, a* tnareenaux Joilro. Foch, Pmlu t "ayons y Maillaient. M r Milierand iouiiaita la bienvenue au prince et •Vu ua des vœux pour la pro^uen i do Japon. Le prince rpond t eu ;-ii-rca lt de ia chaleureuse resp .ion dans laquelle il voit uoe nouei.epieuve de 8,-uiiment, d'amiti •imasaut le Japoi e la France, qui Nouvelles Etrangres FAR CABLE jes Cours PARIS i,6R.nie ; o|o ^7 10 Sterling^ 42 Dollar 1 1,91 PARISUn communiqu do .-, C immiesion des rparations annonce la commission a pris acte de peuple e.jurgiq aoonoux repare e* ruiu h tt duie *us la paix et l'oedre d'une nouvelle prosprit. 'UJe.nay it remplit voir prendre, ds maintenant, de us bas es , nt ; ,,ure8 P or • enai; des traite. Le gouvernemement n'a pu* encore rpondu la no'e franaise lise latMi. eu dans la matine \? Longar^. ambassadeur M.llr ln k .. comte lonio tes e.Mjit jrine* LES" 89S ,0, ; ce8 e ""*•. H anamrale! meeorea D r M n rt „ri r pjndu q e 80n hoon8ur d soldai l, o ... P !" e8 P T 8 p P J3,t ce recu t Qe d'rtilleurs ? vous, mon cher M. JBimoi, Madame Mathignon. *->us vu mon gros chri'? 'Madame, hoe fut il %  1 Won 11... 11. tyje vous en supplie/ SeJwn, Madame, %  y-Alors il est en Paradis: 1 [••ncore, Madame. I JJe/.. Mansieur B.rou IJ!*œpcbed'y tre'/ Aurai —MM cette terre des pch JJj. Madame. Maie... "[•une fois, parlez! ilTf' MadaiQ e. Voir. £• la po itesse mme, %  £b bien? IWKr n t "H uefoi8 i u '' 1 vi L rdg I8 i e i aradj „ u ^^ Aloiail.^ntdt* JJtt.' C'est pou. quoi M 1 M 'toojours la orte. IRED JU de rni! ^e la dissolu d evait en rfrer aux autints po i iidPnin-ff"'i.Y."~ -'-—• i'JJ des gardes Civiques ne tomba _^_^ * n .uaeniotf -atait. en cela, qie pas s jue le coups du trait sur i fil a C 'w d or a ?' 8,ir le voy-ge tfe Le chancelier exposa le procram W tiques et promit de ne pas dpasser la l|US que ses trn.„H oc atremte Une dpche d'Oppe!.. annorre que les ehefe loeorga DOlOQSH or-r renouvel, la commission mtera' 'i*e, I assurance qu ils taient pr. retirer leurs troupsaux CO idltiOLI imposesJ'" U i S ~i' e minitr e des .fuir, trangres dit aujourd'hui qoll tait dstul ignorance au sujet du proje du gouvernement amricain, en tu qui concerne la discuss.o.i de la r ducion des armements afec le< principales nations. I/att.tude franaise est que M rrance doit rester prt, jaiqVa ce ffiRJMW 8a8 " iSa du cot de 1 est. F Le gnral M aogin, qui va en mis IZW f rou e8t partl da 3 •• Wl re destination de Toulon ou il Ntw-YURK i— Les socits natioaalesd ingnieurs amneains cblrent M. hugne Saeider. direc teur. directeur du Creusot Paris 1 informant qu'i.s venaient de lui d^ cerner la mdaille d'01 |ohn FriU. le nlus grand honneur qui puise tre aonfr pour le dveioppemeni de I artillerie spcialement le canoa de 7S. de Bethmanu-Ho.l.eg., taTBI5'SSWiTOK'd ^ Dans toutes les Eglises il y messe solnnelle elles maisons eu de hSS'.i^ 01 '•' ,e,e 1 m ondj d0Ii le! veaux "impts et ApossTe 1 grar bo cuvisme S ses horreurs. I1W conoa.que, puis pariant de 5 L-m.ne vivait en SU.S.P, en excel Haute .Silsie ,l' leva contre l'in ... i ^ W8 av ec ia pollce '•* w •aCoo polooaiss et proclama la !a ville sont pavoises. avalUttterrog qn une seule fois, ncessit de l'auto protection aile Fuissent les prires des mes ferven mande et dclare qu'oile devait ros 'e*. monter en ce jour saint vers le t;r I Allemagne. Le chancelier ttr Sacr-Coeur de |4IOi><'pll portanles et les plus dlicates. I La pet.te l'e Uieq a |i clbre Les malades tant de Poit-au Piirjjavec :lat djns la paroisse de Sunt ce que de la piovisce qui dsirent st laite oprtr peuvent i'.dre.^ser poui tous auttts lenseigncmems au Doc ;eur Paul Salomou, Directeur Mdi de l'Hpital Saint Franois de Les noces d'or Nolre>nfrri tait ass.s- dMe i\o ,V#/#t* lii>,i>i,*/> Lei P laassp Hudicourtjei K-gal.— Lm, mgr Veauge mi SC ra rendoVrobXiWi Aujourd hu Monseigneur Beaug au ) 3 Urd nuuNous souhaitons de tout compte cinquante ans depuis qu il a cocur ^ '' soit en faveur de Lanou -. t consacr pitre. Ce long parcours dans tette voie Alllli Vi'i's 111*-. %  ->— toute de sacr.hce et dabagauon est *T W iiCd !" y*l lout aussi une satisfaction pour l'an %  A J P ura "hui est l'anniversaire d^ cien cur de Sainte Auue qu'une jeMMOCe de S. M G.:orgea V gloire pour le Pays. r 0, ,ii Grau Je Bretagae et Trls/ldi Nous prsutoos au vnrable Pr cm P ereu r des ledss Le souverain eu at avec nos voeux de bonne sant 1 0, | l ,ula l86 S10s plus sincres lli.itauoa. L L< Iuj J^'^^ierre exerce le n,i %  ._ Wbir aiA'.i.i ... rtnt l.s p'us 0 ibteus. s victimes— t ut au moins plus dans les pays tt les plus intressantesC es* eox d'Emope la pjite de sa patte. mi'on a brims, quoi a rxploits.' Et pounanr.avrc DOS inconscience q'i'on a ma sacres, qu'on rnasacre rare la plupsrt de. chefs socialistes eu coie. ont tout luit ttfonl.touttouj jurs.pour Alors, ceux rolchf nou-, vantent sauver I Allemagne de l imouiesauce ce rgime, gj.tis dupes ou coin Guilaum 11 remonterait sur oon mi pl'Ces ? ne, ti cela ne dpeudell que d'eux. Il faut bien se m-Ntre dans 1 ide (Ja hime mieux les croira coinpn q'i> si l'Alicmogre avait gagn la ces.Dapee.il beiuiet.t trop daiigejKUtiie — &a gutre—: les socialistes rtux.-r Jti'cxiaterpirr. 1 u:!e tart anjoard'huj,, ARYS lo^eph. Hemarqu particulirement le eposoir dress ch z Lon Bongard tt reprsentant l'apparition de Notre Dame de Lourdes exactement comm. !a montrent les gravures.— La grotte en roses naturelles tl les Heurs taient d'un eifet g acieux. 43 tas) u excutif par l'iutermdiaire de "*J'Mt ta non temps le Chef

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05390
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, June 03, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05390

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quin
ueme anne ries 4096
Port tu PriLce. ihi
OWiCTEUR-PKOPRJETAIRE
Clment MAGLIllUi
tE NUMERO 20 CENTIMES
Vendredi 3 Ju.n lu,
r
Quotidien
Xavier de Maistre a re-
marqu dopais longtemps
que l'amas des lois cri-
te* est une grande preu-
ve de dsorganisation.
Dans on Etat sain, la
lgislation est courte.
Louis FORfcST
CHOSES ET AUTRES f COUPS DE GRIFFE
lo (il poli
m coana Mathig'ion, qui incar-
jt || galanterie a un degr q i
jiaimi depaHsd. Dans le Iran
j, 1 mtro ou le h ai (i, est hom
uqun s inquitait de De pas
fies voisins et ne fumait qu'a-
avoir pos vingt questions, il
jtiassi le bb des bras de la
mre et le tenait indticimeni
it le voyage. A l'entre en
enlevait les valises du file
lit sur la tte les colis de*
Toyigeurs, tant il est vrai que
nest touiours rcompense.
ngQon mourut un soir, non
roir accuraul les politesses.
m auprs de sa famille de
qail allait causer et pria le
de dp pas lui en voulon
drobait ses remdes pour
dans uu monde meilleur,
rt de Mathignou me ht beau
peine. Il me semblait qu'a
dpart la mullene allait
une vigueur nouvelle- Lb
'teignait avec le dfunt.
:mais, loutes femmes se-
OMdamnes demeurer da-
tes wagons. Sans entondre
regrett:! ; Madame, pe<
de vous olfrir ma place.>
j'allais cbez Madame Vve
i qui m avait assur qu'ell
foin. Etle devait, pour uu
(Tin imea don' j tais, ve
|biairi bien.4im et le faire
psr l'entremise d un guri ion
fir rooge.
irite se ni. La chaine des
vnt le gaiidon qui cru
*it napper vigoureuse
tdl. Madame Mathigoon
le tnaniijs.i.tiona broyan
1 table ot nous annona
ait en coinmuui.jat'on avei
U'ioumaz, ami d eufance
ion tt dcd depuis 19 3
alors uu dialogue que je
point,duee-je vivre deux
REDACTION: Rue Amricaine No.fi;**
De notre Correspondant]
Nous tions lues sur les origioe
. ,n?" connaiiiiooi les dessous du
, oolclivis.n-. issu de bochis.ne ni
i imprialisme, plusieurs socialiste*
autoris* ds Russie et d'Allemagne
tyaot rvl comment Lnine et a
banda entrrent au service ds I tal
maior de Guillaume II. Mais vou-
lue Luliendorff y revient. Il prcise
Son article qa il a donn la -Mili
'arwocbenblatt'-, est, en quelque t>o;
te une conclusion.
foui d abord Ludendoiff dclarr
que la rvolution russe celle de Kei
reneky eut sur l'arme alternat)Je
un ellet tellement dsastreux que lt
haut commandement allemande de-
vait tout naturellement se dOOOCi
pour bot immdiat d'eit finir avcii
Iront riental". ;
Nous aurions tous pens cotnia>-
lui.
"Seulemen .pour atteindee ce but,
les farce* militaires faisaient dfnut
J'estelois qu il fut dcile d'organi
or la propagande bolcnsvik 'sut une
grande chelle".
G Ile 9 Jacob, probablement et
vraisemblablement.
' !'*,Ml,maJr alIoeMod; poursu t
Faoce et Japon
PAB CABLE '
l'ArtlS 1er Mai Le prince hri-
tler du Japon, s'est rendu dans la
uatiuee a l-Eiyse o il a re-ms a
i Miilerand ieahjaig.es de ordre
Ju G'ys nibemi.
Mi Milleraod a offert un djeuner
wpriuce si. Brhod. Us minisires,
a* tnareenaux Joilro. Foch, Pmlu t
"ayons y Maillaient. Mr Milierand
iouiiaita la bienvenue au prince et
Vu ua des vux pour la pro^uen
i do Japon. Le prince rpond t eu
;-ii-rca lt de ia chaleureuse resp
.ion dans laquelle il voit uoe nou-
ei.epieuve de 8,-uiiment, d'amiti
imasaut le Japoi e la France, qui
Nouvelles Etrangres
FAR CABLE
jes Cours
PARIS i,6- R.nie ; o|o ^7 10
Sterling^ 42
Dollar 1 1,91
PARIS- Un communiqu do .-,
C immiesion des rparations annonce
la commission a pris acte de
peuple e.jurgiq
aoonoux repare e* ruiuh tt duie
*us la paix et l'oedre
d'une nouvelle prosprit.
'UJe.nay it remplit
voir prendre, ds maintenant, de
us bases,,nt;,,ure8 Por' enai; des traite.
Le gouvernemement n'a pu* en-
core rpondu la no'e franaise
lise latMi.
eu dans la matine \?
Longar^. ambassadeur
M.llr
ln ,k .. comte lonio
tes e.Mjit jrine PAR CABLE 1 "Le Temps'* publie uni dpche
li&liL l\ An \taiah t 1 id Ujpeln, annonant qus le nral
* gouvernent J. invit par la commission lotereJU.
aeu\ ses engagement P >* LES" 89S ,0,;ce8 e" ""*. *
H anamrale! meeorea DrM. nrtrir*pjndu-.q*e 80n hoon8ur d soldai
l, o ...Pe8 PT 8 pPJ3,t ce recu t Qe d'rtilleurs
?
vous, mon cher M. JBi-
moi, Madame Mathignon.
*->us vu mon gros chri'?
'Madame,
hoe fut il !
1 Won 11... 11. .
tyje vous en supplie/ Se-
Jwn, Madame,
y-Alors il est en Paradis:1
[ncore, Madame.
I JJe/.. Mansieur B.rou
IJ!*pcbed'y tre'/ Aurai
mm cette terre des pch
JJj. Madame. Maie...
"[une fois, parlez!
ilTf' MadaiQe. Voir.
la po itesse mme,
b bien?
IWKrnt'"Huefoi8 ,iu''1 vi
L rdgI8 ie iaradj u
^^ Aloiail.^ntdt*
JJtt.' C'est pou. quoi M
1M'toojours la orte.
IRED
ju de rni! - ^e la dissolu devait en rfrer aux autints po
i iidPnin-ff"'i.Y."~......-'- i'JJ des gardes Civiques ne tomba _^_^ *n
.uaeniotf -atait. en cela, qie pas s jue le coups du trait sur i-----------------------------------------------
fil aC'w d'ora?'8,ir le voy-ge tfe Le chancelier exposa le procram W
tiques et promit de ne pas dpasser
la l|US que ses trn.H oc, atremte
Une dpche d'Oppe!.. annorre
que les ehefe loeorga DOlOQSH or-r
renouvel, la commission mtera'
'i*e, I assurance qu ils taient pr.
retirer leurs troupsaux CO idltiOLI
imposes-
J'"UiS~i'e minitre des .fuir, ,
trangres dit aujourd'hui qoll tait
dstul ignorance au sujet du proje
du gouvernement amricain, en tu
qui concerne la discuss.o.i de la r
ducion des armements afec le<
principales nations.
I/att.tude franaise est que M
rrance doit rester prt, jaiqVa ce
ffiRJMW 8a8" iSa du
cot de 1 est. F
Le gnral M aogin, qui va en mis
IZW frou e8t partl da"3 Wl
re destination de Toulon ou il
Ntw-YURK i Les socits na-
tioaalesd ingnieurs amneains c-
blrent M. hugne Saeider. direc
teur. directeur du Creusot Paris
1 informant qu'i.s venaient de lui d^
cerner la mdaille d'01 |ohn FriU.
le nlus grand honneur qui puise
tre aonfr pour le dveioppemeni
de I artillerie spcialement le canoa
de 7S.
de Bethmanu-Ho.l.eg., taTBI5'SSWiTOK'd ^ -
Dans toutes les Eglises il y *
messe solnnelle elles maisons
eu
de
hSS'.i^01" '',e,e1.mondj d0Ii le! veaux "impts et ApossTe 1 grar
bo cuvisme S ses horreurs. I1W conoa.que, puis pariant de 5
L-m.ne vivait en Su.s.p, en excel Haute .Silsie ,l' leva contre l'in
... i ^W8 av.ec ia pollce '* w aCoo polooaiss et proclama la !a ville sont pavoises.
avalUttterrog qn une seule fois, ncessit de l'auto protection aile Fuissent les prires des mes ferven
mande et dclare qu'oile devait ros 'e*. monter en ce jour saint vers le
t;r I Allemagne. Le chancelier ttr Sacr-Coeur de |4 mua en faisant appel tous les ar sur le pays en ro e de bndZn. DjMSinTllle, diiedeur de l' Essor M|
is. nour axriiipr ini,fl. u,; ldictions. Cment Migioire.directeurdu Ma-
tin .
"i\
prisiaua
J"11' amande fnrale
Lfnnr entier Reine .
na d,macche.
S,cula deux erre if
SttiileriG- .
pour Mi laire dclarer sur Ihonoeui
qu'il n'tait pas journaliste anglais
Un wagon blind fut mis sa dispo
aition.Oo le dposa l-exir ne fron
tire orientale de l'Allemngue. La
Russie tait erapoisonna.
La sottise de Kerenrky li' le reste
Ludendoiff croit que Uetumenn-
Holivveg a t conseill eu ct-la par
les social-dmocrates.Et son opinion
est que 'Me gouvernement iinorial
a eu raisou, ae point de vue militai
re, de fournir de I argent Lnine,
carie plan conu par (Allemagne
est amplement ralis'*, la tin justi-
lie les moyens. Aussi't Lsnini au
pouvoir, la paix avec la Russie a t
obtenue et l'Allemagne a eu les
mains .ibres pour sa grande offeusi
ve sut le front occidental '.
-Pwrrce qu ell<|lui a rissi I...
Mais encore faut il y ineUter au-
prs dessosielistes.moins cou8cienls
que nafs, qui se dfendent furieuse
ment d'avoir jamais pactis avec le
Boche.
- Bokhevistfl seulement, disent
ils
N'est-ce pa6 la mme chose :'
Et contre qui fut institue en Rus!
me la prtendue dctatnra du pro!-'ca
tariat, cel! d : l'Allamagne reptaec- Sa,es-
te par L'toiue ? Les ouviiers en fu-|
Hier matin, i I-ta6e du bureau.
WW du de la Gendarmerie a eu lieu le joti
ment de notre confrre foseph la-'
noue On iva.t ft chercher, com-
me tmoins i dcharge MM Brorl
Chauvet, Duvigaaud, Lon Laissa
directeurs du t Nouvelliste Vira |p
du mftmc Journal. H-irr
tis, pour excuter loyalement lesi
prestations assumes par I Alterna]
l Clinique Chirurgicale
La Direction de l'hpital Saint
Fraaoh de Sales p.j;le i la connai:
sance du public que cet tablissement
pos Je une sille d'opration avec
tout 'e confort dsirable et des chi a0S P
rurgiens comptents pouvant entre- J Slhit Inuonh
prendre les opra ions les plus ira- OUi/CC >IOi><'pll
portanles et les plus dlicates. I La pet.te l'e Uieq a |i clbre
Les malades tant de Poit-au Piirjjavec :lat djns la paroisse de Sunt
ce que de la piovisce qui dsirent st
laite oprtr peuvent i'.dre.^ser poui
tous auttts lenseigncmems au Doc
;eur Paul Salomou, Directeur Mdi
de l'Hpital Saint Franois de
Les noces d'or Nolre>nfrri tait ass.s- d- Me
i\o ,V#/#t* lii>,i>i,*/> LeiPlaassp- Hudicourtjei K-gal. L-
m, mgr Veauge mi SCra rendoVrobXiWi
Aujourd hu Monseigneur Beaug au)3Urd nuuNous souhaitons de tout
compte cinquante ans depuis qu il a cocur ^ '' soit en faveur de Lanou -.
t consacr pitre.
Ce long parcours dans tette voie Alllli Vi'i's 111*-. ->
toute de sacr.hce et dabagauon est *T ,W* iiCd y*l
lout aussi une satisfaction pour l'an AJPura"hui est l'anniversaire d^
cien cur de Sainte Auue qu'une jeMMOCe de S. M G.:orgea V
gloire pour le Pays. ,r0, ,ii Grau Je Bretagae et Trls/ldi
Nous prsutoos au vnrable Pr cmPereur des ledss Le souverain eu
at avec nos voeux de bonne sant10,| l ,ula l86S-
10s plus sincres lli.itauoa. L L< Iuj J^'^^ierre exerce le n,i
._ Wbir aiA'.i.i ... *
rtnt l.s p'us 0 ibteus. s victimes t ut au moins plus dans les pays
tt les plus intressantes- C es* eox d'Emope la pjite de sa patte.
mi'on a brims, quoi a rxploits.' Et pounanr.avrc dos inconscience
q'i'on a ma sacres, qu'on rnasacre rare la plupsrt de. chefs socialistes
eucoie. ont tout luit ttfonl.touttouj jurs.pour
Alors, ceux rolchf nou-,vantent sauver I Allemagne de l imouiesauce
ce rgime, gj.tis dupes ou coin Guilaum 11 remonterait sur oon mi
pl'Ces ? ne, ti cela ne dpeudell que d'eux.
Il faut bien se m-Ntre dans 1 ide (Ja hime mieux les croira coinpn
q'i>, si l'Alicmogre avait gagn la ces.Dapee.il beiuiet.t trop daiige-
jKUtiie &a gutre: les socialistes rtux.-r
Jti'cxiaterpirr. 1 u:!e tart anjoard'huj,, ARYS
lo^eph. Hemarqu particulirement
le eposoir dress ch z Lon Bongard
tt reprsentant l'apparition de Notre
Dame de Lourdes exactement com-
m. !a montrent les gravures. La
grotte en roses naturelles tl les
Heurs taient d'un eifet g acieux.
43 tas)
u excutif par l'iutermdiaire de
"*J'Mt ta non temps le
Chef e n5 q.e Lssyno,i et nomme
lu^ prlats. Les ministre* sont choisis
du rsjf.mtot.
nnil0h0a d* cet aonversaire,
? M'Bf.,Un?Pue, M. Edmond Wati
1 expression de notre admiration pour
sa grande et belle patrie.
Confrence
Nous ranpelcns au publie
A CMS de \a confrence de Mme
Lay annonce pour demain soir,
Pansiana, la reprise de sAvaat.. et
, ..-wMS auu excellente c
!. . asM M p Pau. r*Ra-arfti no,^
au ru [M,-
Mml fttf1 rS0'r Paris,an 2e
Mme Archin Lav, sur ] demanda
'U^nce^' .-""ntr '


IF MAW
Deux femmes en
avance sur leur siele
Cest i l.i capitale de la ''chchc-
Slovaquirque s'ioaugareun nouveau
mouvement social.
Melle Betia Kttpijkowi dput au
parlement^de Prague a dpos un
projet de^loi rendant la bigamie
obligatoire pour tout homme g dt
moins dt ^o ans. Ce trait donc
comme pour le Service Militaire. Ce
lui qui s'y ictuserait serait corsidr
comme dseiteur.
Serait-ce dans le but de (aire ac-
crotre la natalit ? Bien que l'initia
tive dans ce cas viserait i un bu
tout patriotique m; is il par;il quand
ir.me trange qu'une femme s'ec
soit charge.
Nous ne savons p s quel soit va
tre fait A ce projet de Loi qui a eu
bien accueilli PiPgue.
Cela est si vrai que suivant 1:
pente Melle OlgaFar^tra de la menu
chambre a rclam la reernna ssana
lgale de l'amour libre. Ne trouvez
vous pas ce piojet i -cohrent } Lf
fait de rclamer i:ne reconnaissance
li"gale n'enlve i il pas i l'amour son
charme qui est justement la libert
suivant l'ide avance, car eomatiif
d'amour ori ne dtrrsnde pas que sa
libert soit recourue. Un se contente
de la pitndre et c'est tout..
Il
s
Berner ciments
Monsieur Laborde Corvoisier. Mr|
n Mme losej h Corvoisier, Mret;
Mme laborde Corvoisier fis. Mrs u gpra procd le mardi nuatoi/.a
Dougl a, Nelson et Caiteron Corvo.- j.,,n 1M1 dis heures du matin, en
Me e Claire O rvosier. M- et Mme D.eudonn GJMihM. notaire ajron
limns Dodar. Mis Gracia et S. eu-Pn ce to tgj^^JS
nio Dadard. les familles Coivoisier, pue ottra.it et detoter eimmr
DodarJ.Lalanne Pmch na Dems.etc SS^OSSv^^SS^ *
remercient bien sincrement tous Us ^" l e" virone du l'oete UaiH
amis, tant des Gonaives que des au- tnan(j st-Antoine non loin de la
trs localits qui leur ont lmo gu c>18.,4,j|e, |a dite proprit de laconj
de la sympa hie l'occasion de la leDance de 2! pied de large au cut
perte douloureuse quils ont faite nord. '20 piedB au c aud. wrM
dans la mott de \ profondeur de 66 1 & Pedeau lor g
Clairement Corvoisier, ne Dodard, ct est et " pieds nu ',
et "
le tout
et usine, dcde le 2; du co-jraot
6htu'esi,2 du so.r dans sa cm
quannme anne
Us en girderont toujours u. e af-
fectueuse reconnaissmee
Gonaives le 2; mai 1921
la patience fle la
Priflce est tel
crit le cardinal Dubois ]\
l'archevque cie Cologne f |
COLOGNE.9 mai.La presse ri-
Mie la rponse du cardinal Dubois i
l'archevque de Cologne, qui lui
avait fait part de son lvation au
cardinalat.
Oins ce'.te letlre.date du 17 aviil
l'aichevque de Paris, aprs avoii
iul pel les bienfaits prodigus pen-
dai.t la guerre aux prisonniers par
Mgr de Cologne, poursuit tn ces
tei mes :
Votre oeuvre ne me parait pas en-
core acheve.Vous pouvez beauccup
pour tablir entre nos deux nations
une Jpsix jusqu'alors malheureise
ment instable.
La pa>ix durable doit reposer sur la
justice. Ht la justice exige la rpara-
tion du tort tait autiui. Dieu lui-
mt'mr, pour pardonner, impose cette
orditiun. Tel est l'enseignement de
l'Eglise et nous le prchons tous
deux
bmkmcs, la patunec de la Iranc-
est bout.
/< le dit non pas seulement paur faire
eho la parole d/ nos hommes d Hiat,
mats parce que, dt Untes paris, cela se
voit, cela se seul. On ne heurte pas im
punment c)h\ un peuple le sentiment de
la histice.
Et c'est la justice seule que nous
rclamons. Vous ne pouvez ne pas
la rclamer avec nous.
Au-dessus de la mle des pas*
sions et des intrts politiques,lev/
la voix. Eminence, la grande voix
d'un prince de l'Eglise.
Et puissiez-vous tre entendu.
Alors,mais alors seulemen', des re
latioos normales vous redeviendront
possibles et la charit pourra de nou-
veau s'exercer sans cbitacle ende la
t rince et l'Allemagne. D'.eu sera sa
tisfait et le rtablissement de l'ordre
viol assurera le resne de la paix
Hte/, Eminence, par vetre haute
entremise la venue d? ce.te re nou
velle l're de la chant chrtienne
entie les peuples (onde sur le res
pect de la jus'ice internationale
Commission du Contrle
du retrait
Billets retraiter d aprs la Con-
x*rt'on du 12 aviil i*.' 1 .? sanctionne
par la loi do 2 Mai 1019
v .G 8,#77,972
Effectivement retrait
ioaqn' la date du 10
Mai 1.021. 7,679.000
Br'mpnidu
17 mai 1921 30 000
liri< ui-nt du 81
mai 1921 05.000 7 774 000
nord par Neieatant. au audt. ^r un
paeeege commun, ('ouest par Lon
ce D joie it Nreatao, auivact plan
et proci verbal d'arpentage, de,
ll.ldtverren date du in Janvier WJ,
Eo veilu I = de la groaae ed tot-
ale excutoire d une obligation by
---------=r- poiuoaire passe au tapport de1 Me
Mme Vve Charles Dennery, M * 5odoon Ctiarlea, notaire Fort
Mme EdmondDftOoeryet leurenl-i t, aij p,,LCe eu date du 19 Avril IflSO,
Mr et Mm; Desaix Dennery t leurs -^o tfan jugement en date du 1
enfants, Mr et Mme Henry Hogaith Fvrier 1921 du Tiibuoal de Ire lus
f\ leurs enfants, Mr Ch.nl s D.nieiy tance de Fort au Prince, er.it g-atre
filsMretMmeLefranct heval'ie ,Melle et aiguill tant avocat qu Prti^ ;
Lau.c Deooeiv.MreiMmeV ctorChe-i Aux regu^p poursuite et d.ligeM
vall.eietleureafant.Mel'eTh^eDe. ce d e la dam e ^ur Hobe pro
eiy.MrA.ben Dennery. Melle ^ ^g^^^itffg^]
; 2 lea potl
etairea' ilf.neu
,...... .......... Poii au Prince!
Rodolphe Denneiy tt tous les autresl |,i vente aura lieu aur la mise |
parents aliisremercient\ous les ami.|r.i\x du six cent quatre vicgi un dolj
qui Uui ont donn des tmtrgotgei fera ho xante centimea ( or Obl.OUj.l
au
'born, savoir
cote'
au
\Y~r\ fi &, F. / ^BW ^>^L
Poudre
Idale
-ery.MrA'bert Dennery. Melle Mme P/Wtt,, aameur.u -. u,
D Jolle Germaine Denne.y Mr \ffffr -5^ *
Iernand DeDneiy, Mme Louise Dey Emi,e A\,^am. pIOprietair
neiy. Mme V ve Athimer Cornet, Mr railt et domicili* Poii
}
de fympathie i l'occasioi de la mo:t
de leur regrett Charles Dennery
Us les prient de cioire en itur
profond sentiment de gral lude.
Crme Teindely*
Ctme distingue et aristocra-
tique par excellence qui assure un
terni clair et /rais, adoucit, asou
plitet blanchit la peau tans la
lubrifier ni la faire luire, On ne
saurait trop recommander Vappli-
cation de la POUDRE TE'N1>-
CYS aorcs la friction la ctme
'leindelys.
Ln vente dans foutes les bonnet
mai'uns de la place notamment ,
Vaut E Avxila, Mme d'Ennery
Dejoi, Pharmacie Centrale, Si
mon Vieux, G Gut/t* Salon de
coiffure Vablo lorres e'c.
Tour la vente Migrai suhmsut
Vaillant 8? jouet
X'jinls gnraux des parfums d'iri/8
1720, Rue du Magasin de l'Etat.
s Pour gurir ou viter
MIGRAINES CONSTIPATION
JOftOESTIONS-CTOUBC'CSCMNT:
EMBARRAS 0ASTBI00E
IL SUFFI i de prendre
Ju l'un de vcmb n>ptxm
tout 1er d.iux jour e jler.iwn
une Pilule liu Dr Dliant
147, rue du Faub" St-Dcrs. Taris
Mais ii aut exiger les vritablss
qui font tout *it blanches
t sur chacune daulle IM (POti
DCHAUT A PARIS
*' Pour plus nraplea ronaeigoementa
s'adresser u no aire Dieudonn
Cliarle ou l nvocal aoussjen.
Port au Prince, 90 Mai 1921.
Jules DEVIEL'V
t . '
lout ce que
vous dsirez
De chic, (tlgant, runissant la
simplicit au bon got vous le trou
vtez au
li
Impalpable, adhrents, d'an parfum
dlicat, conserve la fracheur de la
jeunesse, embellit, efface les tidts
donne un tei.at de lys
Pouilre Teui'l^iy* iblanchf. chair, rM u'urei, ro* pour brunr
ratbcl dltir, at.fl lout., Crtmc Trm<*fl>
TeiniJrtjr% tju Triil'i'.J'.
tau Tinai,.i- Savon TWnaciy
. Fatdi (louiei 'cmirt
TOCTfJI TAWLTVHTWTa
l f s.-AAj,xm haoa^IN
ARYS
3. Roc de tt Paix. r.UUU
Vaillant S* Houet
Agent* gnraux tour Hati
1720, Rue du Maaaain de l'Etat
o vous fera le plus charmant ac-
cueil Mr F ravcois Letellter.
Prix modres-
Il est port la connaissance du (
public et du commerce en /)a' lieu
lier que la maison] de commerce.,
qui a t tablie Jacmel sous la
raison sociale GbsuTlaV Cj a ces- ,
se d exister- En consquence de
cette dissolution, le lieur Atouh |
Saisine a cess d'tre le procura
leur et le grant de la dite maison
depuis le premier mai courant:
yo\ t au-Prmce, le 26 Mai |9fi
m ai
Par le rteamer Dana*
Un chargement de
ciment danois
Marque O K
l'.n renie chez
C.f.MADSEN
* Htel Bellevue
Etab'issement de premier ordre Vue sur h mer, Cad
service irrprochabl". Pension des conditions avantg^
La Direction garaniil ?ux clitw's silfslaciion eti're pour
iee services de l'Htel.
En quinze minutes
Les cheveu^ les plus friss ou crepeis deviennent souplel]
et plats, grce
La fameuse pommade Morgan
Fn ver-te chez
A. Vctor Gentil
___fjSU Rue du Magatin de l'Etal
A Vendre
Clyde Steamship
Company
FOREIGN SERVICES
/ a grve des mcanicien aux
Etats Unis a prit fin, nos dparts
sont fixs comme suit :
Le Lake E'mac eel itfcndu
demain jeudi, au Cap Hatien et ici
le 4 courent, via les port6 du Nord,
laiaaera le moine j>UC pour la Co
lombla en taisant eacaie aux rorti
du Sud. I
Le t Lako Elilo laisaera New
Yoik le U courant, directement pour
Port au Prince, et un ateamer paiti
ra de New York le 10 pour tous les
por's hatiens.
Pour de plus amples infornrtioni
le. pub ic ett pri de a'pdreeier aux
bureaux de la Compagnie l'tage
suprieur des btimei ta Madsen.
Port au Prince, le ier Juin 1921.
E. F. CLEMENTS
Agent Gnral'
(i3La maison,dont la rfutation "'est plus fiire pjurla fabj
ces cercueils, ayise le public qu'elle vient de rtl-ire le pnj
tcueils simples cqnvenaLilemeui dcors rtxii':rieur et bieaj
'oona A l'intrieur G4 lU. ^
Pour les cercueils de luxe q'ii est la sp:ia!ii de U Ml^
s'entendra toujours pour un prix sitislaisaut. .[
Lu Maison enlrepreud aussi la tparatiou de miroirs tehml
Henry Stark
Rue du Quai, en lace de la G*
U uiterc'rtiter G 1,103.972
CHEZ
Transoeean Tradiaig Go
Rue du Quai
Barriques vides en bois et en
fet. Sacs anglais neufs double
couture Surs de seconde main,
Grass bags trs bon march
pour graines et balles de coton-
~m
~5"l
Avh matrimonial
le soussign dclare au public et
iu certmerce n tti plus responsa-
ble des actes et sciions de mon
pou e ne Alun leUmaquc pour cau-
ses guves, en attendant qu'une de-
mande en divorce lui soit intente.
Port aa-Prince, le ter Juin 1921
Edouard DEPAS
Vins d'Espagne
et de Bordeai
On trouvera .a Maison h PIlEElZMAbb'AGGbBBOV]
vins suivants : 1 'iieM
Madre sec et doux- Malagi pale et hrun- Xrs en D J
litres. Madre,Ualaga,Operto en causes de 12 bouiei les jfl
blanc de Bordeaux en caisse do 12 bouteilles et bvry
Pnx nwares^^
Profitez de cette bonne occasi
6.000 jolies cravates^de soie
A deux gourdes chaque
En vente chez Q pn \
Shemtob Co #


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM