<%BANNER%>







PAGE 1

l.E MAI H V I T Gurit le s : J. 41" %  -•%  i' p %  COT r U Ptol i 1 A ..'...• .. ::, Ancien Pr< i A di • .: .i TRIrt DS L.'. Wi %  ? %  ,trr&? i i, I 5 r'. I '. I • % %  ( I .. c. .,' .1 >. n l ^-' *•""-. .1-7* •* %  tf Goutte Rhumatismes GraVe le A rtrio-Sclrosi' S igreurs L'URODONAL est eu rhuninti^nrio ce que lia quinine est A la fivre, la Vamianltie u l'avarie. mu r. BRONCHITE, CATARRHES. Si vous commencez par L'EMULSION DE SCOTT srement vous n'aurez besoin de recourir a aucun autre mdicament. Tandis que si vous commencez par un autre mdicament c est plus que probable qu'il faudra recounr L'EMULSION DE SCOTT V,j-> V, i I i Vaillant S? Ilouel A '//?w' '/ '> c.r i"X pour Hati 17'JO Hue du Magasin de l'Etat App'ications nouvelles get iiu.iuieuses de %  %  -*-*" l'lectricit De plus en plus on dcouvre If possibilit de nouvelles applicationde l'lectricit et presque irujour; les expiiecces tentes deviennent concluantes. C"est ainsi que l'ancien vapeui tPowhaian ayant appartenu i II ligne Old Dominion . qui ^vail coul dans The speake depuis lorgtemps, a l transform ent re me ni par les chantiers Morse.a Soi th B^oo klyn.et s'appelle aujourd'hui le Cuba. Ce paquebot est m par des moteurs lectriques et les nouvelles dispositions adoptes, reid.-nt lr tnanixuvresd'une tlttflftC 'aci'i .Le premiers essais ont eu lito au large de Sandy Hook prs de New Yoik a la plus grande sati tccn des ir.ven leurs. Le rteau lile a une vit ;sa de I7ia8 noeuds l'heure et jeta tecM au service de 11 Ccast S'eam bip Company. CtH le couronnem nt de la premire ipplicition de 1 lectricit i la tavigaUCB. Ce n'est pas tout. En marcht* les croissances ont adhr 'a ccque du navire dtruisant pour une lois la vrit du vieux proverbe pris dens sr lettre : l'iart qui roule n'amasse pas de OIOUSU, les icvrnteuis tatigai d'entendre les reciim^a'.ions des coir paecies de navigation au iDjet denettoyages ritrs, ont construit ur. appareil simp'e e pas c< eux er pioport on des servies qu'il rend et quils ont appe' le Tcpedo submarine ship dearer Commason nom Nr.dique il es' submersible Par son action la vieille mihode qui consistait rrt.it e h bateau en cale sche pour le curer n'est plus de mode, le travail pour un gros navire peut se 'ai e en uni journe en n'employai fui, le s d'parts sont fixs conmesuit : Le LukKlmac e;t Otendu i. jeudi f" fiap Hatien et 10 le i courent, via ht por s du Nord, lawera le n or pour la C i l'mi'ie en f i a: escale z" x po a 'du Sud. — Le %  L ki K i laiereta N w Yo k le '. courait, directement pou. p, r( •.., Prince, et en iteener pott ra de New Yc ri; I ; i(j i o r toua 1(8 : or • i aitiena. r de l'Ios amples informitions e i ub ic e.t pie c'e s'^dieespr aux LL.I-.UX de la Compagnie I :rggoprienr dea btimetita Madeer, ror : au Prince, le r r Ju.a i v -iE. F. CLEMENTS Agent Gnral Avis matrimonial le soussign c'cla:'.' au public et au commerce n tre plus ii-rpor sable des nts et actions de noi fO'! e ne -• •• h 'OUI c;ui n stt ndant qu'une d.mandi *n divorce lui soil in'enti'e. Po:l a Pii ce, le t r luia 1921 iVcirx DEP/.8 I a maiaftD, Hont la riuiaiion n'est rjlus i ure p w lalabricaliot dascercueiKavisi 1A public qu'elle vient da iv.l :tre le pm dei cercueils simples coQvnablmpnt dcors l'alcrteur et bien cap? tonns l'inl-ieur Odes \00] \. Pour les cercueils dp, Ivxe pu est U/pe*ia 1 e de la Maison, ot s'enlciidra toujours po'ir un r-rix Mlitf teaot. La M ison cittrop-end aussi la ip-raton de m>rmrs tacJiit. BAnry Stark Rue du Quai, en jace de la Gan Vins d'Espagne el d^ Bordeam On trou* 111 .a Maison I. rilKBT/.VASti-AGGlRUOLM vins suivants : L lladra soc e doux. MalaRi pale el brunXis ra Inn'leUdij litre,. Madra.Hal*ga,0^r'o en ca-jew a de^abvue. ^'a blanc de Bordeaixen c.-sse ,1e Ubduleiilrs e. b.rrquea debOf 1 Prix modrs Profitez e cette bonne occasion 6.000 joliesi'ysravate* du xoe A deux (rjardes chaque En vente chez tihemtoh iS* to m .\ •• jLa Rtinc ",,%  : '' ( (INVOCATION I deux sections de .la Socit ont convoques pour ce s-oir 6 htures p:ci^es en Asrcmblle ploire, au domicile de Mr Flix Diam bo ; . Rue Mota'ais No 1507. aux lins d^ dcider de ceit^ices qeest oos trs impor'antes conceruant la bon e m r:he de la Soci' Ef cas de plaie, la convocation cidessus est maintenue four demain soir la mme hiu e. L BUREAU Union Patriotique Venhtdi 4 ccuranl, a .1 henrei O'cucs de l'apis midi, ruuion du Comit au lige social. r' arisiana JEUDI Surdom ode guralo Une Volont ijBZARMETROPOLITAIN Maison de confiance Angle dvs Hues du Peuple V Danis Deslouche l'ortau-Frince (Hi i> Marchandises Iraiches extra bon march \ver William Farnrm fci.lrJe Gl.(K) %  >*.. • "j; t';'.* M— / nte dAnchoi r> in Huile Savon pour ha be en tui Peigne blanc aiguilles en tuba ami t cls' f maint. 25 35 10 "20 08 '20 12 Ci i Vendre CHEZ ira soeeaa Trading Co Rue du Quai l : irrigua i > les en bois al M In, Sacs anglais neufs doubl culture Sacs de s-conde main, Grau bacs trs bon vbirchc pour graines et bulles de colonBicuit doux aux raisin* 27 Biscuit Yum Yum& Le won snaps 15 me polir Etectrio Silicon cts or 25 le paqm Moulin viande 8,90 chaque Porte niant'au en bois cls or #0 chaque ) Pole cts or 40 chaque i IX. B .C. Royal Lunch, SaltinneSyHg Newton* 2/ cp ft.BAJUneeda Lunch,T)needa.Biscuit etel opaqw Kola toujours 05 la bouteille Bire cls or 10 J ,u



PAGE 1

Quin jme anne rlas 4095 DIBLCTEUR-PKOPRJTAIRE flment MAGLWRE H NUMERO '20 CENTIMES Port ta Prince, Hati f Jeudi 2 Juin VJ21 Quotidien Heureux le prince quand ses sujets craignent pour Im et ne le craignent pas," i PITTACUS QUESTIOM DU JOUR UEDACT10N: K ie A.ru.sricaine No. 1;CJS Par le menu fen'ai pis de quesiim du jour lo flltousla main il y a p m-ie etpom oiK.Cependant, rour ne pas priver bmiile dj Matin de ce qui lui idcveau, sinon un agrment, an pus une habitude, je puis vou te ce qui vient d'arriver ua amilimricain dans le voisinage d'un •otirc. Accompagn de son aide, il jeia K panique complte i travers tou BDC ville en faisant jouer du ma Lri pleine vitesse. Ce n'est ni 1 leor ni la vitesse qui fut respon de cette panique,mais son uni e qui, nmporte comment li it passer pour le chef de l'E z vous de grand; |tt ayant l'air de ne p.ts rnecom B? Le fa't vous parait inviaibile ? Voici cependant des pr It. itie-amiral en question est Philip t*$, commandant destorces de amricaines dans l'Atlantique. H qcc Si rapide tiaverse mu %  ique est Neukironen, au suc! aoe, sur la t.ontiie austro ue. Le chet de lEtat pour le •nie prit est l'amiral Horihy, hctueldela Hongrie et dont (Hirichieus orl peur comme d [luigrand enneuv. Le corrre Jmricaia n'tait qu'en tour*'P rxptims plus d'une fois par les Pin lippines d'avoir leur pleine et comp'ete indpendance.Aussi, le prenvt cte de la mission a t de rend < publique la dclaration que ses ins tructions sont de faire l'tude de l • tuation de l'Ile de hon pouvoi prsenter au Prsident Harding ur rapport complet, loyal et impaitial ; elle n'a aucune prvention Cintra b peuple philippin lui mme. Pour ceux que les mouvement^ des choses amricaines intressent c'est bon 1 savoir. 11 est g lement utile de savoir que M. Viviam, pirlant i des correspondants amricain> de Paris de la prochaine assemble, en septembre, de la Ligue des nations et des impressions rapportes de sa rcente mis ion aux Eats-Uti*, a exprim h conviitioa que les EtatsU t is exa mineront favorablement la quest on de faire par'ie de la Ligue, aprs que certains amend.-mentj auront t introduits daas le covenant de cette association. 11 est particu 1 meut qrest'oi de supprimer tous les articles qui corformment aux objections et aux critique! amricaines, toi apparatie ta Ligue comme une sorte ae supeiBtel dominant les volonts nationales. L'a titude des Etats Un.s a l'gard le la Ligue des natious ne saurait tre indilfreot: aux petites nations amricaines qui, comme nous en font partie,— attendu que.de ce ct ci de l'Atlantique,— DOUS I'I vnns djl dit, il y a une d ict.'iue avec la quelle il faut compter. PROBLciadJz.S SOCIAUX Il II Tl \ II %  '2?2 dbl i nr tive <** | a Fle y. Bleron* 'oues les paroia L p 0rla Catfid.a'e il y aura oirs rue du Centre, les i2i? ; ~ rua *>r Aubry, i m fcxiern t!firrae quedans l'affaire de [•sou e lreors " 80af ci a ^'uL P ers !" igeB impor"^.OMteursdB/ionrlr.int des Moitrujiion rserve d U .•urpnifg, JJJipr.mideut lie,, c!. z LI !" .* J oa Dh -"tha an* na.WW'eicmion duo pro y Q f ut ^ .f.t. •0(51 l dLa D08 increi cei Oi amie Ludere et Pierre Mose qui o .t eu la douleur de perdre leur beau-frre Mr Herbier HicharJson— Le Nouvelliste publie le M. t sau'J du Prsident llarding en rponse cslul du Prsident d'Hati. — La ques ion hydraulique est re venue sur le tapis, avec la nouvelle loi tabliasint le compteurNous publierons bientt ce sujet des a tic es docamen es da Mr l'Ingnieur EagJ. Miximilien, Oa annonce le prochain retour de MM. UP Sinon, St^nio Vincent et P.Tboby, dlgne k (ieeblog'on. — Un jo'i birviont de s'ouvrir, i Grand It n. p de la Po <*e, maison Sirdy: il s \;>plle FavonU Uir et est tio< b: *:i a oen'ig^— Un g oup. dt) p riitli^AJ, do S'p-Vone n >m d^'iu-idonl dj:s nau' tell s d'.'S clo:.hdJ do Lur Eglise Nous trausmf f ot:" cjtta dea:ad-j L'intelligence de Ceefant est no'n >a rimoine le plus eicr. 'eet I hri *i{3 que nous lgue la garatioi lefaote, eu noui donnant punimil i >a da le grer au mieux ne loM i de la patrie C'eel la g al e des nolseone fataree et le pays sen ton ou faible, prospre ou 'pauvre, i*lorj li nature des soioi que Jouuerons cette graine* vci nous inoe a lire avec a'ie iori — -Hi's parti-oris politique : avec tou e impartialit le projet te M, PtrdinauJ uisson. prsijju. le la Ugue des Droits d riloni a mr ia porte de ltcole unique Vautear constate avec peine que ls leur pie nier ge, les eu: >u •ont aibiiraiiemeni parqus eu deux ;ttgorias : les dcslientes et les pi /•l^gi^s. Il u'est pas d,a olasseiueo l n soit plus injuste, car rien Q< tous dit que les plas intelligent ieront paini ceux dont les paron i .ont les plus noues(jjaele gnie %  guores. quelles puissantes intelli gences ns prenuent pas le che nii li l'usine, avec le Jagage trop le^i une instiuct on ruoimenteire? h laeiies pertes irrptirao.ei n'eu reilte-t-il pas puur le paya en entier. MFerdinand bniesoa propos doue d'ouvrir une cola unique o tous les eofauts. L'enfant y apprjnu lire, crire, co.opter et au.s 3 i i vivra. C'est la .Socit dos eofattai Il faut la rendre juste et Inurens ; la maison doit tre sa ne. si.uple et riante : eau, sir et loini o a j.rof eion. Sortant do ce te cole, o il a dj apprie choisir ses cauiaiaies paimi tous les petit-, lee pauvres coi ue les rtehei,l'adolescent a le choix entre trois etablisaemanta daire, prol'ess.o inel ou complmentaire, I Lbs coles second .ires — af an iea ou lyces — doivent re giatuiu-s connue les autres, pour periu-tie aux mieux dooi Je s il ver sans iraisUn exaui >n, au s Mr de 1 uloole primaire, desiguora ceux qui, isans distinction drj loi tune, mritent Ile pouisuivra leurs tudesCa serti l'lue de la gnration, iite vrit ble et intgrale. Au-dessous de ces lus,il faut soi ger aux moins bien doua qui feront d'excellente coutrd-natre, des tHCliuicirtiiS adiou. 'la cjltivatoui> aviss. Il faut prparer les sous lof Sciera dont la giaudu anne du travail a besoin* <>. -a iront veis das coles professionuelles de tout ordre pur des tuJes appro.friejrt, ils seront aiguills vers das vmploia la hauteur de leur Intelligence moyenne dans toutes les carrires Enfin, les plus obtus-, les luoiu.Nouvelles Etrangres l'Ait CABI E littsUours 25 1 • PARIS i I — V-n'e ; [o ?y Sterling \j 05 DJ.I IT 1 : NEW Vj.;;v Franc*il,9d Sterlinu 51 < PAULS 31 Mr Loacbenr, m \b p| il >, %  •' %  ):-. a ei m s %  1 \ :, i s rojeta .>ii ; r vi ri dYaates Nous ne sommes, dit QtuMtrg q • "au CJUIU C L >' 1 iconatra :tio IUH e 1 1.: : v 1 grandi Irava 11 de re 'onstractloo, '••••u, ij tal • •) Lo 1 .i mr, cntiq 111 :e q n a t 1 lit jaa [U ici, m da po u v.c-i 11-1 > il 11 .t { %  uir 1 >mpte •, on liions cli ,r.i | • 1 iui exis 011 .e ministre dit, q il ava>t examin es prix dea entrepreneurs qa'i iv^it obtenu des rductiosa 1 l. 'e:np up;>rooiie o l'o.i pourra esn nar le cot des kravani |de rpar 1 trots foiwnt la e M i'avant guerre par SJIUI .ij 1 1 bauslu caarbia et des autre* m itras 11 ^ drea. M Lo re conclure evi l'AUem ign d s contre •> 1 vorabi tour les iiKtiiaux tt ccinpte i %  • oropdiiMoa le I AU m i,; ie de coni rnire2000 maiaone dam les retfja dvastes, pjurre obtenir une solution aatlfaiaente-La m oiatre dclare qu'il f avait pau de ebance, l 1 10 la . pour que la mari d < le Paria''. Isa reprsentants aacrera sa r alisaion un nombre de 430.000 onrriere runie eu ooncoolirable de millione. Peu fe^ra, se sont pronjoca l'onanim 1 n'y pourra t 0:1 ou^er q-^e lors'pio"e iuur ie dsarmement. les goaveroaoti seront debarraeeea L3 gouverne neot franais raton le oui militaire D utr* ,| -'a la note rpandant" la no'e part, le> pree de fanoi.la inique, au eu)e' de la HenU Si ause preuii 1 du mal lie 1 ac o de l'accepta ion par • aur 'ine vaste chelle.y'eepr^ dit •l Loucbeur qu'au co umsaoemaal da 1912 il ny aura plus de .ravaux faite >ar ccnt.ats du gouveru. u nt dans ise rglons dvastes, noie dcentre lona L'u3 ivre accomplir riJ t -ur 1 imam* et elle prendra du te nos. %  1 ince parvient recinstruire a sz i • e-i dix ns.oe esre le pins de ebose i il Mrs jemsjj t ;q>lie par notre pays. 1 e minis re dit que les paiements %  1 inea qni oat a ibi IJ^H oertee so il tait 1 ma : na il \ raison ix mille par jour, mais qn'i'i ent lamenta mille par mur dix mois. Il jouta qu aeiuHIe n i f lee paiement taien-. retards *r l'approbation des demaudeuis al nou pirce que lea demandsnre 1 le p ne aent. Monseigneur Marbeau, vqus da .vidt -le mourir La cour d Appel d i Toulon s aonu l le jugement du tribunal de Si t; ta ons qui avait val. M le Uatsmeic le A. iipene.iuaiituau la roi d'i-;)'.;!ie sou lagiteaea universel, it •ai a a inbn la s-eur du dfi a la to'.a'it de IMi *ritage de MrSipa-n lui tait uni-, dins un asile dVli1 : %  Le prince hritier da Japon Miriil ', 1 arriv 1 auuurdiiiii a Pans trald apcial. La oaverneuenl 11 • tsit reor-seu.o la g*i- oar Mr Q listbau, mi.iistrede lame '"". et Mr Msrraad, miaiatra j 0 iu inenr. qui ont at-jouipagu le pria en automobile l'smbaaaade lu I ip >n, rsidence du prince, pendant son jour rariaLe pnnee l'oitaita.'a b i.itonnlre la rosstts de lalgl m ihjcneur Le vicomte isuiii, ambassadeur du Japon, lui sert: d'irit rprte Le prince comprend lement le franais, mais bai le parler. Le prince restera Paria 'ix ions. Il djeunera demain iL'yse. laol de fa Hpub'iqne a [ %  .yieite au pi loesiil apia I arrive dec^ dcin er I ambasaidn •rince rendit anaai(6t aprs u vi 1 a du pisident u l'Elyse \" b'Livre, la runion du Lonstnl suprme naura pas lieu qu ipra l-enqute ju une commis ai 11 d uxper.-s effectuerait on Haute bi i-sie. ceux qui oat en recueillir le montant des sousc iptioni;— Uns nouvelle disparition : oaUe du jeune G!'• Potoia qui n'est pas rentr cli z lui depuis huit jours Ses paren's ne peuvent danner aucun reeseigneuiant. — Les travaux de capta ion do la source de Dquini seront achevs BOUS pouLes quipes sont actuelle meut tjut pii de lio'osea. — On rvcommande spcialement la gr-nde Cj'np^k'iie d'aainraiices contre le feu < I l.jpe.ul L.fa A-aarance of Canada que repr (n IMi MM lirandt S Ci; i* inurg eafan s en lee retirant tro tt da r i>le, m lea poasa int V.:IH Isa b •; i tes irvilea qui les abru it et ob itrent luur i-i ellig aatarelle. .s J lion do lea Contra cette sotorit patern le mal place, la soci 'it< vrait avoir le le la i lunion d'une co' >n d'experts, admat que r> H ||„ a. se tranaport en Haute Silsi "n., c u m inopportun* et lod4a| jrable.la runion i nmJiate da C>i seil cuprm^ qui nu pouvait pis ••rendre de dciBio.H. avaai le chou droit d'agir avec le p i I inerte quu les cbancslier g .e, car HI lanfan; appartient s. peuvent dsigner, fompera l'eitaota lamille, son intelligence si i aussi II parie et nul n a le dr.il de priver le pays d'un lmeut d'lite Ces rserves tanl faites, il et 8,UCJX d pop-ilations l'itert-, ci era euro e 'se paaaia s. Lai experte poliraient immdiate ment effactu r lee eaqotes et en verraient dans une q lii • ne, le rap e3t pas moins ut.le de conseiv^r portqueleco il ea ne examina sous les yeux ce projet qu'inspire n I Boulogne. En terra lent U n> huit et pur idalisai 'Sans r an i l ' aiate 1 ,^ u'uiu dre encji , ooti Ito 1 co nma 1e i Ho lui et Vadanooeenra d 1 ainsi l'union de (! %  la vie d' nomme vue des a.iis. tant de tendra vers i vrl *. Une dpche OH V'ars^v e m avoir 1 ambition de la toucher n ce que le conasil des laimale 1. I.WIAUMH -taisou de IJ ai.uauo.. eu


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05389
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 02, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05389

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quin
jme anne rlas 4095
DIBLCTEUR-PKOPRJTAIRE
flment MAGLWRE
H NUMERO '20 CENTIMES
Port ta Prince, Hati
f
Jeudi 2 Juin VJ21
Quotidien
Heureux le prince quand
ses sujets craignent pour
Im et ne le craignent
pas,"
i PITTACUS
QUESTIOM DU JOUR
UEDACT10N: K ie A.ru.sricaine No. 1;CjS
Par le menu
fen'ai pis de quesiim du jour lo
flltousla main il y a p m-ie etpom
oiK.Cependant, rour ne pas priver
bmiile dj Matin de ce qui lui
idcveau, sinon un agrment, an
pus une habitude, je puis vou
te ce qui vient d'arriver ua ami-
limricain dans le voisinage d'un
otirc.
Accompagn de son aide, il jeia
K panique complte i travers tou
bdc ville en faisant jouer du ma
Lri pleine vitesse. Ce n'est ni 1
leor ni la vitesse qui fut respon
de cette panique,mais son uni
e qui, nmporte comment li
it passer pour le chef de l'E avec lequel les relations, pou
de pac iication, sont pluto.
et rserves.
panique {ut telle qu'elle gagna
ment les rgions gouvernemen
lorsque la police des frontire
' ma i la capitale pour infor-
fait que le Chet voisin avai
la (routire, lui de qui on a
ir pour seulement comparable
qu'inspire le diable On crut
int i un coup d'tat,
aadaat, l'motion cessa dette
fible lorsque le contre-amiral
in, mis tn tat d arrestition
police locjle, fit connatre son
et expliqua avec le plus grand
qu'il tjit en tourne d'inspec
pour compte de sea gouverne-
il..
(Bquoi ouvr> z vous de grand;
|tt ayant l'air de ne p.ts rnecom
B? Le fa't vous parait inviai-
bile ? Voici cependant des pr
It.
itie-amiral en question est Philip
t*$, commandant destorces de
amricaines dans l'Atlantique.
H qcc Si rapide tiaverse mu
ique est Neukironen, au suc!
aoe, sur la t.ontiie austro
ue. Le chet de lEtat pour le
nie prit est l'amiral Horihy,
hctueldela Hongrie et dont
(Hirichieus orl peur comme d
[luigrand enneuv. Le corrre
Jmricaia n'tait qu'en tour-
*'P F
m de tource d'inspection,
^'tatx cm d vous apprendre
^nvston spciale amricaine
I i M ior gnral Lonatd
ltt W. Camerou Forbes.aocien
cmuv.'rneur des Philippines vien'
, l'tre envoye dans ce piysp-.r I
Prsident Huiing.
Aussitt arrive destination, 1
\6 Mii dernier, et aprs une bnlnn
| parade d'hoineur, la mission dclerf
que sa tch? commeuui- U i avt
officiel lit connatra que deux li?m-
le matin, et deux heures de l'apri
midi, seront consacres chique jou
i recevoir et a entendre toute per
sonne ayant des communicit ons ;
faire concernant les affaire; Philippi
aes
Vous savez sans doute dj qu<
!e Prsident H rding a d.idque !
rapport de cette mission doit lui s-i
vir de base pour examiner les voeu>
rxptims plus d'une fois par les Pin
lippines d'avoir leur pleine et com-
p'ete indpendance.Aussi, le prenvt
cte de la mission a t de rend <
publique la dclaration que ses ins
tructions sont de faire l'tude de l
tuation de l'Ile de hon pouvoi
prsenter au Prsident Harding ur
rapport complet, loyal et impaitial ;
elle n'a aucune prvention Cintra b
peuple philippin lui mme.
Pour ceux que les mouvement^
des choses amricaines intressent
c'est bon 1 savoir.
11 est g lement utile de savoir que
M. Viviam, pirlant i des correspon-
dants amricain> de Paris de la pro-
chaine assemble, en septembre, de
la Ligue des nations et des impres-
sions rapportes de sa rcente mis
ion aux Eats-Uti*, a exprim h
conviitioa que les Etats-Utis exa
mineront favorablement la quest on
de faire par'ie de la Ligue, aprs que
certains amend.-mentj auront t
introduits daas le covenant de cette
association.
11 est particu1 meut qrest'oi de
supprimer tous les articles qui cor-
formment aux objections et aux
critique! amricaines, toi apparatie
ta Ligue comme une sorte ae supei-
Btel dominant les volonts natio-
nales.
L'a titude des Etats Un.s a l'gard
le la Ligue des natious ne saurait
tre indilfreot: aux petites nations
amricaines qui, comme nous en
font partie, attendu que.de ce ct
ci de l'Atlantique, dous I'i vnns
djl dit, il y a une d ict.'iue avec la
quelle il faut compter.
PROBLciadJz.S SOCIAUX
Il II
Tl \
II
'2?2dbl'i nr'tive <**|a Fle
y. Bleron* 'oues les paroia
Lp0rla Catfid.a'e il y aura
, oirs rue du Centre, les
i2i?; ~ rua *>r Aubry,
i m fcxiernt-
!firrae que- dans l'affaire de
[sou e lreors " 80af ci'a
^'uL PersigeB impor-
"^.OMteursdB/ionrlr.int des
' Moitrujiion rserve d U -
.urpnifg,
JJJipr.mideut lie,, c!. z
LI .*Joa 'Dh -"tha an*
na.WW'eicmion duo pro
yQ'f.ut^.f.t.
0(51 "ldLa D08 increi
cei Oi amie Ludere et
Pierre Mose qui o .t eu la douleur
de perdre leur beau-frre Mr Her-
bier HicharJson-
Le Nouvelliste publie le
M. t sau'J du Prsident llarding en
! rponse cslul du Prsident d'Hati.
La ques ion hydraulique est re
venue sur le tapis, avec la nouvelle
loi tabliasint le compteur- Nous
publierons bientt ce sujet des
a tic es docamen es da Mr l'Ing-
nieur Eag- J. Miximilien,
- Oa annonce le prochain retour
de MM. U- P Sinon, St^nio Vincent
et P.Tboby, dlgne k (ieeblog'on.
Un jo'i birviont de s'ouvrir,
i Grand It n. p de la Po <*e, maison
Sirdy: il s \;>plle FavonU Uir et
est tio< b: *:i a oen'ig^-
Un g oup. dt) p riitli^AJ, do
S'p-Vone n >m d^'iu-idonl dj:s nau-
' tell s d'.'S clo:.hdJ do Lur Eglise
Nous trausmffot:" cjtta dea:ad-j
L'intelligence de Ceefant est no'n
>a rimoine le plus eicr. 'eet I hri
*i{3 que nous lgue la garatioi
lefaote, eu noui donnant puni- mil
i >a da le grer au mieux ne loM
i de la patrie C'eel la g al e des
nolseone fataree et le pays sen
ton ou faible, prospre ou 'pauvre,
i*lorj li nature des soioi que
Jouuerons cette graine*
vci nous inoe a lire avec a'ie
iori -Hi's parti-oris politique *:
avec tou e impartialit le projet
te M, PtrdinauJ uisson. prsijju.
le la Ugue des Droits d riloni a
mr ia porte de ltcole unique
Vautear constate avec peine que
ls leur pie nier ge, les eu: >u
ont aibiiraiiemeni parqus eu deux
;ttgorias : les dcslientes et les pi
/l^gi^s. Il u'est pas d,a olasseiueo
l n soit plus injuste, car rien Q<
tous dit que les plas intelligent
ieront paini ceux dont les paron i
.ont les plus noues- (jjaele gnie
guores. quelles puissantes intelli
gences ns prenuent pas le che nii
li l'usine, avec le Jagage trop le^-
i une instiuct on ruoimenteire? h
laeiies pertes irrptirao.ei n'eu re-
ilte-t-il pas puur le paya en entier.
M- Ferdinand bniesoa propos
doue d'ouvrir une cola unique o
tous les eofauts. L'enfant y apprjnu
lire, crire, co.opter et au.s3i i
vivra. C'est la .Socit dos eofattai
Il faut la rendre juste et Inurens ;
la maison doit tre sa ne. si.uple et
riante : eau, sir et loini o a j.rof
eion.
Sortant do ce te cole, o il a dj
apprie choisir ses cauiaiaies pai-
mi tous les petit-, lee pauvres coi
ue les rtehei,l'adolescent a le choix
entre trois etablisaemanta
daire, prol'ess.o inel ou complmen-
taire,
I Lbs coles second .ires af an iea
ou lyces doivent re giatuiu-s
connue les autres, pour periu-tie
aux mieux dooi Je s il ver sans
irais- Un exaui >n, au s Mr de 1 u-
loole primaire, desiguora ceux qui,
isans distinction drj loi tune, mritent
Ile pouisuivra leurs tudes- Ca serti
l'lue de la gnration, iite vrit
ble et intgrale.
Au-dessous de ces lus,il faut soi
ger aux moins bien doua qui fe-
ront d'excellente coutrd-natre, des
tHCliuicirtiiS adiou. 'la cjltivatoui>
aviss. Il faut prparer les sous
lof Sciera dont la giaudu anne du
travail a besoin* <>. -a iront veis
das coles professionuelles de tout
ordre pur des tuJes appro.friejrt,
ils seront aiguills vers das vmploia
la hauteur de leur Intelligence
moyenne dans toutes les carrires
Enfin, les plus obtus-, les luoiu.-
Nouvelles Etrangres
l'Ait CABI E

littsUours
25
1
PARIS i I V-n'e ; [o ?y
Sterling \j 05
Dj.i it 1 :
NEW Vj.;;v Franc*il,9d
Sterlinu 51 <
PAULS 31 Mr Loacbenr, m
\b p| il >,
'):-. a ei m s
1 \ :, i s rojeta
.>ii ; r vi ri
dYaates Nous ne sommes, dit
QtuMtrg q "au cjuiu c l >'
1 iconatra :tio IUH e
1 1.: : v 1
grandi Irava 11 de re 'onstractloo,
'u, ij tal ) Lo 1 .i mr, cntiq 111
:e q n a t 1 lit jaa [U ici, m da po u
v.c-i 11-1 > il 11 .t { uir 1 >mpte ,
on liions cli ,r.i | 1 iui exis 011
.e ministre dit, q il ava>t examin
es prix dea entrepreneurs qa'i
iv^it obtenu des rductiosa1 l.
'e:np up;>rooiie o l'o.i pourra esn
nar le cot des kravani |de rpar
1 trots foi- wnt la e m
i'avant guerre par sjiUi .ij 11 baus-
lu caarbia et des autre* m itras 11
^ drea.
M Lo re conclure evi
l'AUem ign d s contre > 1 vorabi !
tour les iiKtiiaux tt ccinpte i
oropdiiMoa le I AU m i,; ie de coni
rnire2000 maiaone dam les re-
tfja dvastes, pjurre obtenir une
solution aatlfaiaente-La m oiatre d-
clare qu'il f avait pau de ebance,
l 1 10 la . pour que la mari d vre alldmaade fut e nploye en l
fort", feront leur apprentissage dana
un ate''pf, counne aujourd'hui. i.;a 1
la SOCl' 06 les ab'.ndouiiera
pour colea dites eorop
s 1 iront c i leor In-
teiit.o L apprenti aura s'y rend e
la 1 rza dix-sep ans jour y
'ecevoi: une h^ure de cours oar
jour, prise 8-ir le b irea de rav*il.
Les i.'. -Unis poeaden. dj di
nombienses c ilea Je ce ge.ire, q 1
lonneoi 1 renltats.
Tel est le plan scolain- 1
VI. Ker.lm c i S j
lion 'ii Mit <, BViJwnan 1 de Oapre unedpebe da ManJcb
aonbrux obataclea II faudra >< le Paria''. Isa reprsentants
aacrera sa r alisaion un nombre de 430.000 onrriere runie eu oon-
coolirable de millione. Peu fe^ra, se sont pronjoca l'onanim1
n'y pourra t 0:1 ou^er q-^e lors'pio"e iuur ie dsarmement.
les goaveroaoti seront debarraeeea L3 gouverne neot franais raton
le oui militaire D utr* ,|'-'-a la note rpandant" la no'e
part, le> pree de fanoi.la inique, au eu)e' de la HenU Si
ause preuii 1 du mal lie 1 ac o de l'accepta ion par
aur 'ine vaste chelle.y'eepr^ dit
l Loucbeur qu'au co umsaoemaal da
1912 il ny aura plus de .ravaux faite
>ar ccnt.ats du gouveru. u nt dans
ise rglons dvastes, noie dcentre
lona L'u3 ivre accomplir riJt -ur
1 imam* et elle prendra du te nos.
1 ince parvient recinstruire
a sz i e-i dix ns.oe esre le pins
de ebose i il Mrs jemsjj t
;q>lie par notre pays.
1 e minis re dit que les paiements
' ' 1 inea qni oat a ibi iJ^h
oertee so il tait 1 ma : na il \ raison
ix mille par jour, mais qn'i'i
ent lamenta mille par mur
dix mois. Il jouta qu aeiuHIe
n if lee paiement taien-. retards
*r l'approbation des demaudeuis
al nou pirce que lea demandsnre
1 le p ne aent.
Monseigneur Marbeau, vqus da
.- vidt -le mourir
La cour d Appel d i Toulon s aonu
l le jugement du tribunal de Si t; ta
ons qui avait val. M le Uatsmeic
le A. iipene.iuaiituau la roi d'i-;-
)'.;!ie sou lagiteaea universel, it
ai a a inbn la s-eur du dfi a
la to'.a'it de IMi *ritage de MrSipa-n
lui tait uni-, dins un asile dVli-
1 :.
Le prince hritier da Japon Mir-
iil ', 1 arriv1 auuurdiiiii a Pans
trald apcial. La oaverneuenl
11 tsit reor-seu.o la g*i-
oar Mr Q listbau, mi.iistrede lame
'"". et Mr Msrraad, miaiatra j0 iu
inenr. qui ont at-jouipagu le pria
en automobile l'smbaaaade lu
I ip >n, rsidence du prince, pendant
son jour raria- Le pnnee
l'oitaita.'a b i.itonnlre la rosstts
de lalgl m ihjcneur Le vicomte
isuiii, ambassadeur du Japon, lui
sert: d'irit rprte Le prince comprend
lement le franais, mais bai
' le parler. Le prince restera Paria
'ix ions. Il djeunera demain
iL'yse.
laol de fa Hpub'iqne a
[.yieite au pi loesiil apia
I arrive dec^ dcin er I ambasaidn
rince rendit anaai(6t aprs u
vi 1 a du pisident u l'Elyse
\" b'Livre, la runion
du Lonstnl suprme naura pas lieu
qu ipra l-enqute ju une commis
ai 11 d uxper.-s effectuerait on Haute
bi i-sie.
ceux qui oat en recueillir le
montant des sousc iptioni;-
Uns nouvelle disparition : oaUe
du jeune G- !' Potoia qui n'est pas
rentr cli z lui depuis huit jours
Ses paren's ne peuvent danner au-
cun reeseigneuiant.
Les travaux de capta ion do la
source de Dquini seront achevs
bous pou- Les quipes sont actuelle
meut tjut pii de lio'osea.
On rvcommande spcialement
la gr-nde Cj'np^k'iie d'aainraiices
contre le feu < I l.jpe.ul L.fa A-aa-
rance of Canada que repr
(n IMi MM lirandt S Ci;
i* inurg eafan s en lee retirant tro
tt da r i- >le, m lea poasa int v.:ih
Isa b ; i tes irvilea qui les abru
it et ob itrent luur i-i ellig
aatarelle. .s j lion do lea
Contra cette sotorit patern le mal
place, la soci 'it< vrait avoir le
le la i lunion d'une co'
>n d'experts, admat que r>H||
a. se tranaport en Haute Silsi
"n., c u m inopportun* et lod4a|
jrable.la runion i nmJiate da C>i
seil cuprm^ qui nu pouvait pis
rendre de dciBio.H. avaai le chou
droit d'agir avec le p i I inerte quu les cbancslier
g .e, car hi lanfan; appartient s. peuvent dsigner, fompera l'eitaota
lamille, son intelligence si i
aussi II parie et nul n a le dr.il
de priver le pays d'un lmeut d'-
lite
Ces rserves tanl faites, il
et 8,ucjx
d pop-ilations l'itert-,
ci era euro e 'se paaaia s.
Lai experte poliraient immdiate
ment effactu r lee eaqotes et en
verraient dans une q lii ne, le rap
e3t pas moins ut.le de conseiv^r portqueleco il ea ne examina
sous les yeux ce projet qu'inspire n I Boulogne. En terra lent U n>
huit et pur idalisai 'Sans r an i l' aiate 1 ,^ u'uiu
dre encji , ooti Ito 1 co nma 1e i Ho lui et Va-
danooeenra d 1 ainsi l'union de
(!! la vie d' nomme vue des a.iis.
tant de tendra vers i vrl *. Une dpche oh V'ars^v e m-
avoir 1 ambition de la toucher n ce que le conasil des laimale -
1. I.WIAUMH -taisou de Ij ai.uauo..
eu


l.E MAI H
V I t '
Gurit le s : j.
41" '
--


i'
p cot r U
Ptol i
1 a ..'... .. ::,
Ancien Pr<
i A di .: .-
i
TRIrt DS L.'. Wi ?
*
,trr&?
i .

i,
I
5 r'.
I '. I
% -(
I .. *
c. .,' .1 >.
n

'l
^-' *""-. .1-7*-


*
tf
Goutte
Rhumatismes
GraVe le
A rtrio-Sclrosi'
S igreurs
L'URODONAL
est eu rhuninti^nrio
ce que lia quinine
est A la fivre, la
Vamianltie u
l'avarie.


mur. BRONCHITE, CATARRHES.
Si vous commencez par
L'EMULSION DE SCOTT
srement vous n'aurez besoin de recourir
a aucun autre mdicament. Tandis que
si vous commencez par un autre mdicament c est
plus que probable qu'il faudra recounr
L'EMULSION DE SCOTT


V,j->
V,

i
I


i
-
Vaillant S? Ilouel
A '//?w' '/ '> c.r i"X pour Hati
17'JO Hue du Magasin de l'Etat
App'ications nouvelles
get iiu.iuieuses de
*-*-*" l'lectricit
De plus en plus on dcouvre If
possibilit de nouvelles application-
de l'lectricit et presque irujour;
les expiiecces tentes deviennent
concluantes.
C"est ainsi que l'ancien vapeui
tPowhaian ayant appartenu i II
ligne Old Dominion . qui ^vail
coul dans The speake depuis lorg-
temps, a l transform ent re me ni
par les chantiers Morse.a Soi th B^oo
klyn.et s'appelle aujourd'hui le Cu-
ba. Ce paquebot est m par des
moteurs lectriques et les nouvelles
dispositions adoptes, reid.-nt lr
tnanixuvresd'une tlttflftC 'aci'i .Le
premiers essais ont eu lito au large
de Sandy Hook prs de New Yoik a
la plus grande sati tccn des ir.ven
leurs. Le rteau lile a une vit ;sa de
I7ia8 noeuds l'heure et jeta tecM
au service de 11 Ccast S'eam bip
Company. CtH le couronnem nt
de la premire ipplicition de 1 lec-
tricit i la tavigaUCB.
Ce n'est pas tout. En marcht* les
croissances ont adhr 'a ccque du
navire dtruisant pour une lois la
vrit du vieux proverbe pris dens sr
lettre : l'iart qui roule n'amasse pas
de OIOUSU, les icvrnteuis tatigai
d'entendre les reciim^a'.ions des coir
paecies de navigation au iDjet de-
nettoyages ritrs, ont construit ur.
appareil simp'e e pas c< eux er
pioport on des servies qu'il rend
et quils ont appe' le Tcpedo
submarine ship dearer
Commason nom Nr.dique il es'
submersible Par son action la vieille
mihode qui consistait rrt.it e h
bateau en cale sche pour le curer
n'est plus de mode, le travail pour
un gros navire peut se 'ai e en uni
journe en n'employai nombre d'hommes- D'O rxor.mie
de temps et d'argrnt. la n u en cala
ieche tcessitar.t des dcptesctM
lieuses. .
C'est le progrs en n arche. Mcu
:e qui fat le bDnlnur de l'un fait le
ise^poir de l'autre. A chaque non
/elle petite invention l'ouvrier sic
quite car il croit que 1 heure appre
.he c la main d oeuvre deviendra
.empitement unisile ei sera reropla
:e avantageusement-.,
! lyde Steamship
;' m| any
FOREIGN SERVI: ES
/ a arv des mcaniciens aux
Etats bris a p i> fui, le s d'parts
sont fixs conmesuit :
Le Luk- Klmac e;t Otendu
i. jeudi f" fiap Hatien et 10
le i courent, via ht por s du Nord,
lawera le n or pour la C i
l'mi'ie en f i a: escale z" x po a
'du Sud.
Le L ki K i laiereta N w
Yo k le '. courait, directement pou.
p, r( .., Prince, et en iteener pott
ra de New Yc ri; I ; i(j i o r toua 1(8
: or i aitiena.
r de l'Ios amples informitions
e i ub ic e.t pie c'e s'^dieespr aux
Ll.i-.ux de la Compagnie I :rg-
goprienr dea btimetita Madeer,
ror: au Prince, le r r Ju.a iv-i-
E. F. CLEMENTS
Agent Gnral
Avis matrimonial
le soussign c'cla:'.' au public et
au commerce n tre plus ii-rporsa-
ble des nts et actions de noi
fO'! e ne - h 'OUI c;u-
i n stt ndant qu'une d.-
mandi *n divorce lui soil in'enti'e.
Po:l a Pii ce, le t r luia 1921
iVcirx DEP/.8
I a maiaftD, Hont la riuiaiion n'est rjlus i ure pw lalabricaliot
dascercueiKavisi 1a public qu'elle vient da iv.l :tre le pm dei
cercueils simples coQvnablmpnt dcors l'alcrteur et bien cap?
tonns l'inl-ieur Odes \00] \.
Pour les cercueils dp, Ivxe pu est U/pe*ia 1 e de la Maison, ot
s'enlciidra toujours po'ir un r-rix Mlitf teaot.
La M ison cittrop-end aussi la ip-raton de m>rmrs tacJiit.
BAnry Stark
Rue du Quai, en jace de la Gan
Vins d'Espagne
el d^ Bordeam
On trou* 111 .a Maison I. rilKBT/.VASti-AGGlRUOLM
vins suivants : L
lladra soc e doux. MalaRi pale el brun- Xis ra Inn'leUdij
litre,. Madra.Hal*ga,0^r'o en ca-jewade^abvue. ^'a
blanc de Bordeaixen c.-sse ,1e Ubduleiilrs e. b.rrquea debOf1
Prix modrs
Profitez e cette bonne occasion
6.000 joliesi'ysravate* du xoe
A deux (rjardes chaque
En vente chez
tihemtoh iS* to
m .\
jLa Rtinc
",,-: '' ( (INVOCATION
I deux sections de .la Socit
ont convoques pour ce s-oir 6
htures p:ci^es en Asrcmblle pl-
oire, au domicile de Mr Flix Diam
bo;. Rue Mota'ais No 1507. aux
lins d^ dcider de ceit^ices qeest oos
trs impor'antes conceruant la bon
e m r:he de la Soci'
Ef cas de plaie, la convocation ci-
dessus est maintenue four demain
soir la mme hiu e. L BUREAU
Union Patriotique
Venhtdi 4 ccuranl, a .1 henrei
O'cucs de l'apis midi, ruuion du
Comit au lige social.
r------------'
arisiana
JEUDI
Surdom ode guralo
Une Volont
ijBZARMETROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle dvs Hues du Peuple V Danis Deslouche
l'ortau-Frince (Hi i>
Marchandises Iraiches
extra bon march
\ver William Farnrm
fci.lrJe G- l.(K)
>*.. -
"j; t';'.*M
/ nte dAnchoi
r> in Huile
Savon pour ha be en tui
Peigne blanc
aiguilles en tuba
ami t cls' f maint. 25
35
10
"20
08
'20
12
Ci
i Vendre
CHEZ
ira soeeaa Trading Co
Rue du Quai
l : irrigua i > les en bois al m
In, Sacs anglais neufs doubl
culture Sacs de s-conde main,
Grau bacs trs bon vbirchc
pour graines et bulles de colon-
Bicuit doux aux raisin* 27
Biscuit Yum Yum& Le won snaps 15
me polir Etectrio Silicon cts or 25 le paqm
Moulin viande 8,90 chaque
Porte niant'au en bois cls or #0 chaque )
Pole cts or 40 chaque i
IX.B.C. Royal Lunch, SaltinneSyHg Newton* 2/ cp
ft.BAJUneeda Lunch,T)needa.Biscuit etel opaqw
Kola toujours 05 la bouteille
Bire cls or 10 J
,u


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM