<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATI N PelS iHVdB i Nouvelles Etrangres SAINT-MARC l'AR CABLE — Nous avons reu le h'cicule de Mai du lournal mdical hatien qui vient d'entrer dans si t'euiim inne. — Li rt-pr^sentitioi de la R rais sance est renvoye • cause de la co.i f-ence de Mme Luce Archin Lay qui est fix au mme jour. — Le cN'ouvelhste annonce qu il est bruit que le Gouvernement au rait l intention d'acheter l'Usina i Glace de Po:t au Prince. — Le lieutenant lord a t install la Compagnie des Pompiers libres. — Le prsident Harding a nomm Ministre de 1 Education Mme Haut F. Upton.C'est pour la p'em o efois qu'a ne temme est appel: au m assira. — D'aprer une enqute faite par le Dpart:ment du Travail, il y avait [^"^.j i Italie, d • Les Cours PARIS ]i— Rente ) qo }~ 4: Sterling 4, 21 Dollar 1221 1.2 12 Pince i U confrence d: Londres la run u e qui eut p'J soif e s il av fil le g- un armistice s 1 .ulaa: que les b:.ii grant devro 1 |r star sur leurs lignes ICtQll s — M Maye-, \m't s^admr d'APe mg e. lemplaint M. Rirgmin, a ren-• dais la mtin* a h onm^sion d; repiut.ons viog toit4 3 mois s if le trsor allemmi de du million de dollars chacun quival j n' huit cen quirmte millions c (dcisive : le DparteuM.nt de I Intf) p. %  ^ ~r; rieor a deigna le t a membres d'nna LilVUe Mfj'UUSllip l.om'n's^ion cha^g^ d'mvia -gt^r n r Gompt a population miiotien du .jouta qu' ujourdhji, comme il y a de ntfk or. [| de. ar; que Allemaquate ans, nous a/ons prendre charge des devoirs qui du comit, au ug9 aocia besoin d lui cio.t a la jusThe luist motor girAoline Veruna •JO heures la traverse Pail-aul'ruice Sdi)tiao de Cobfl. Sera ici ce'te einaiLe, et repartir 2 heures a[ird Bon arrive en prenant des passagers directement pour Santiago de Cubi. Pour toiiten informa'iaoi k'adresaer a G M. CATOR, Agent. Pon nu Prince, le lu A-lai 1921 incombent, mis ele lice et c'est de; amis tels que le, me toi'e amricains qu'elle doit sa coanance magne l'est dans*ses destines, Une musique, un dtachement d a mne.1:1 i de 1 arme du Rhu. des [gnraux f anais. des troupes frin 'tises, des dlguions des anci Avis important ll.io aervietie featonn-'e marque N D A. qui. Qgord I exposition du 1er Mai, 1 Chambre, a t enleve au No 75, Avenue Magloire AmbroiMi Pi tAre est faite toute personne a qui elle pouira tre offerte ou la trjuver en poaaesiioa d'un tiers d>> vouloir bien la retenir et de donner avis au No ci de;9us ou la Police. l ains c uns approbation tacite donne kde9 fautes individu les sus ceplib'-es d compromette ^ar C00 tre coup la bonne rputation oues intrts d'J Corp* ajo.iic.il de la rgion. Aprs avoir suivi visa via du d linquant prssum la procdure pi vue par led atatuis et qui est desti ne a permettre au GOQCrre Incrlini n Je venir s'expliq 1er sur les faits qui lui sont reprochs, ll peuvent. avec Ifs formes <| 11 convi^n'jen'.usM" vis-i vu de lui des sanction* telles que l'aVortfftfSHntflt du b'me oade la mise S l'index \\\ll. outre flatte action discipli catro le oyndicat constitue pour les coufrk'es d'une mne rgion an lien solide qui leur permet delrsilor sut un pied d'galit aver" les eotlec'ivitsMilreriMOt tudies, apouv^* de la volont de Loua, *es dcisions auruut toujours plus do poids ^que celles d un praticien isn di premier Iminift'e B uni, relit va >a reunion d 1 CJIISL'I! supruis des alli i, i >siata 4*1 nli d<* I4 ru.iion co.r.ba cants frau i et b itannq'as de ce c , i-n ;d #e| onlpucic.yelacmoaieofane.e u ^^^ da cimetire de Soresnes u mtiieu' priDeipe Qi6 fc ^ FMU ,./ d >ail dune grande altiuence. exame 1 de ques ion sisienne pa M Millerandet les m nistrei cute .1 une C o omission spciale d'experts, reprsentes; apij une pr.eredu pjs mais prcouise la runion pralable eur Goodrich, ie colonel Cibot'du to iseil et non le dlai de cette Wa.d exprima la gratitude des t'.ats session, jns 1 l'aprs ie rapport dei Unis envers le gouvernement et le e*per, ainsiqie l'avait suggr U peuple franais pour l'imposanthom *JQCe. Dis n.t armalions di Silj; m/e rendu aux soldats amricuns Ul qw es polonais et les alhsur l^a dol'Jano.s di qui ni'O^'O c jntre le Marob du Cimetire. 1: g mme, ds qaoi s'sg U 1 ? U l'impossibili' d* continu r le Marcha au CimetireVlaia coromant lui. le Ministre ds l'Intrieur, nat-il pas ' frapp de la ciuntire avec le trac march'? D'autrs par-, Mr le Migls '^ 2>= ' Ltkt h no laisst trat communal, n'avait il pa pour Yo k le 9 courint directement devoir di ne pis prendre l \rr o Port an-P ince. FOREir,\ SERVICES Le S,S cL V' F. macs laiss] York le 28 Mai pour Por Q .p via les ports du Nord II sera ici] medi le 4 courant "t laisseraltl proximit" d'i me Jour pour la Co'ombie viil ; du nouveau P 0Tls (iu s,d en vertu duquel le mnrcliA t transfr au cimetire? D'aHeurs, il es' un fait qui demeure pa'ent et dont 1 vidence ne donne pircieiiirit%\ M.n; Vve Chiries Dinaery, Mrj presqae dans le"ci^ere~Nattriie M'e Ed nondD mnry e t leureafa ment les p .M sonnes qui ont d-iji Mr et .Ni m s Desux Dennery etf construit n'entendent pas tre duo'i.s enfants, Mr et Mm? Henry Hl_ !• %  h i." iiaprWnyacca : d o ptition et loir enfnts, \\Chtrl-.sHi sur ptition, intriguas sur Intrigaes, rv g s,MretMn> Le'rn: ihevilf msnœavres sur uji'inuvres. Kt < %  • \i>'-iLuire D:mrv, Mr I .torCh'vallieret le u et(nt;j lerieUe: sortir* U dsnnlot eo're^V. Mm? Vve Athinr^ors •iina "es dune mun fmvlle, Kodob ie Dinnry tt roa-. led ie^ f.acti > s d une mi m po ni iiio 1 ptr^nN a'M^re nei: n'ioai ldH Il <--t dplorer aussi l attitud .quleur ont domi dei tmoij* li M r gi f. t communal. Jnst au d sy noathi ; i %  > ::\ -o % %  de lti enomenf il davait panser iri-r : i le |^„ r re?r tt i c,,/,, ll'tnaj.] il davait panser rir ; d e | e t ne Port aa-P. :: '-* r •'" '( .: M, dDh-'AS] D^-s l'explicalioi desquels 11 :i • u > bypo'hes est ferm; \bord)0| main R^ dcd hir tenant la qoettioa In M n '1 -Cim |j) 4tt | ,; rdlUey tirei j |.H f,in >• %  ii! ^ auront lieu Examine h lumire de la v>n-, pra )v ^ .. i.,., Sle ADBSI ti, cette question ne pr-r tre Goidoltnces LUX nn.llMia tionne que dans un tns; >''. noie v s voulo is bien le croire l'e io lis 1 ment dps pat*ione, le dveloppa-i raen*. de lacnpidi n influeront point! sur U dcisioi des m; libres dj la: EL ;5ES ie.ss:r eia patipn a la guerre mondiale. U itl Ptai i salua au non de la Frsoce entire les tmricstoi aai moururent pour eaire lhanioi.i mcil.eure et il ajout 1 que le meilleur bemmige a nos moils sera a r e"jUu"n"o"u de raliser liiat U>'jl entrevu. Li Praocc restera fidle a eax qn on missrre d 1 G ) ive.n 1 u 1 it e: 1 1 ia ojpojij une cade ultrieure d a prob'mee sdesu I.I 9Ste ur.ur.ouant toutetm sur .ce terraio, q l'aucune intervjution ne serait peun *e aori la co if.'ience flaalj^ie d s pre miers ministres). L'anwee de prs 111 iS d) traites anglai . %  s. don. lei derniers S OQI tttenqm[soi e((j ti d: la ligae 1 vu: tnj ). J nai en Hiuo Silsie. mitrs faUsatioi du but pour-ui/:. Il l'roiien ,i,IC9. menl racil* r, gratuites [ r,iBBiOilt ) %  !' ANWIU 01 FRANCS cUHlOgO inui^e^B flii • OLi'.Creenlimel in-u.in-, N.16. AMOI a d* lectuelle latine et l'a remerc' visit a iu: q 13 le franc.. <-!. t o il lispos i s m KI.i paemet, exigibles de UB i a ud i 4 f ro ,, .-J uihiuim Lli'al s.s u lecteur des RCO'PI, anrost dij leur responsHb li'- moral* • ant l'a'tsnt'n des uns et aer troa. Kt, ils / nirvieniroaM'i' sii.ant le danger pns tif el n d at q ai monice toite Is pop" do -.'.Marc, et tenant coop" sacrilices que se sont imf ] qu'il hiera.t b.?att li dite de les proprit;•%  dima^oij d 1 .11 J i 1 n • i c ai llemande pir l ? wla J t clat et en L* > aM '' l polonais aal a P'4t pjJflud-. deipzay.iei march de la me Marine (l 1 '1 nia ceux qui oit construit" du cioa 1 1 lien d:s' DOUV an mirchi cl lent qn'il v e .!•.. l iUArcli3d'ud4'lAn/edJ r ' f ,J *on et Manne iusjas i' J lgulier de ss profession doit apporj ter su Mdecin les r.'8*ources legiti trai', le prsident de u com nissiOO mes sur lesqueilei il est o: droit de dj,, ta prsence d s opu.iois de ses corap r, et, avec elle?, Ia consid-| d lttertnli co ,^.q f ac opter u i ch t travaux. K 1: l'Aile msqoe, d'autre psit la commisMttendso*, sr Ko faoty et les aures'qiun birnu internttiuiil P r ll ; J^V d^a"iV> i*veUe"cJ^> r,Bi s'oi des tpar >n mi tonciipoQtat m neurs insa gi polonais auraient [n m pou/ les pi iimie, serait cre' H nt9nf j u |l je j i x \*rv f 1 ''"j l/tvtn des difficults de tonte natare elop une stiinde plus raisjica,i Paris. Coatuirement i ce qu sej| fl cjrnu "e. Di cdte n*^ 99 .o'St|'e le refu; dM'A'.ieraag it ne pin-roir p'.' l vaq.i ileuut fis r notre crance, • *J-Cf et bieoia t)i 'gu. tlemiais m>osaien leur point ,dre les p-opri^ares la veille de l'cii-iA e priyue pa le P \RlSjo.— L p: fre dun h consid ration qui lui est due Mais il faut, en retour, que chacun de s-s ges es uuuliq emen accomplis au g • i e s'inspire que de lin en malade, da respect de ses V 1 "' et de sa rrodie dig'iit. 3aO inilliaid utr eu i celui M |our. it son n confi es, "j; qu'il aurait voul ,maicraiiemmi s pn-ur celui qu 1 dautri-dluraieu. testnsstco labirat'Oa .uud rajpe a l'a titud.' de la prince heViti.nde vae, et*e ane les trois dlgi&s m ir m v. car leurs du J pou e t ari.v aa iLi/re. d i R ich (S raie eut aux iugg ton vero it placs e de dro;t laterstiOJilJl i tises, qa. io i es, pr lu -1 e. ^L'lt'.t.s a r. :. Qi p. .• d...t IJ e it adoot:; i l'aoe nm t L; C-> tilieu. Il a dedi que Islmi' France et \ hiqi: a reu le ru i a '. M pro lune sessioo aurait lien a Kimeiginrtl Miug a a p.eNen'e de tous le 2i Orob.e a mihittrCJ ti Fr.i..:e ds l'Ane i M, Miilerand a re : u ie d:Wga fue 1 tine, '^ui ;hanareot da vu-> t-ou 1: la ligue de h fuera.LiateiUar h prochain; u.i.siondu gnral : de trs le daox %  ( ,,J "-. i dposition >\n gn^s danr l'Ar h munit, p.ibulors ditr"' l'an :I.J.I mirch 0 r s>1 NOM m eommei ni dis "hvaries rtrog-ad. ^ ( j sons no re devoir ^i.^pH Ccrres



PAGE 1

LE MATIN | Panama Railroad Stanishp Line. Lvicc de fret et de passage s U-York Hati Port-au-P ince, f e f r S Membre 1920 C New \ork. 1 -er.lu< rapide a h plus l.r. et ter de et pour 1 Enro, e ld-* fpaierfon. GeDeral Frei lit Agent, M, Stata Street, New York Cly.| %  ,u e k^oatien l'exception du Miel. r wc ff'ndpart par semaiiiede New ork directement pur Po t PU Prioceel m au rp:r £ pour tous lf port* d IJan. Seulement psw;p di premire classe Les Miva.its y nos Agents dans Us pnne paux por sd L irnpe et d' u le/erre : tjte^rr^ Ecosse ot France : U. G. I V. Shelden # Co, i7, Juntes Street, Liuer. W, Eng'nd \Copenhogue 9 Dinemark : JJ. A.E.Bendix <* Co, 2/, lllejade, Copenhague fflne* Italie : |Uf. tifm- Toc cV Clerici, Piaszx S. Mattoo., $ Cents Italie Christiania Norvge : yemationil Spcilitionsslskap, Chris i nui. Wumbourg AU magne: U.Votjemann, Il ami ourq. fothtnbouvy Sude : mdkk Express, uothenboa r • K de Panama Liae entre N A k ej Hati, e:, nia des ar .-g me ils qui se son Lits Ifiae uti iti coasidtable, et est h voie la plus rapide par laque'le vos 3w I M, Pet* colle et /<>'* *( uditri De la WA81 I1N GHCUSJ-.: I l f? i o P c olle c I ; ; il" s %  '' %  < rit' rebi iqu^a par'n Waa'irgbooe om nrl• autres mtao;v i n L %  { %  : %  )., j, t j, i H arndun 'e< triquev d< I Wa8tirgbon9 son aaa [#arl;lia nnr.i ^tia rl c< r( aiq el BfBurent on peint solid mme ei nraii u Daol.le B* al fordp. UP I r. CO'IM *t \, t |tl I accr'i le f'ec riqnc p> dt IH Wsalinj^li a M • ( i t lai i:: h\n !• : 01 raiacl^iiaHaoa aux aioduii de Ii W MI i, '. c un ( en ne tcus ks .milles de \* waslinuljcuse, lit 50DI • tVCC l0Bd|U it peu %  IIBI bUDpOltCI \.a \v.isii i m tous Iianictes'eciriques, \ Wt'siwjlioiisp Draine ^s . al *-JI kc5" LEHA &FIXK l\C ^ on* produits pharmaceutiques et tou* a*Jrl rrbrs ris nTM,1a Lnimbre de bain,le Wi trr ,Iosei, les Bkuriea Avant rt ap ,s le balavase ^our eicatri* r Un h1a nrei d s animaux et Us r-njr p-op-es Dans le. ccoucbtmtnli a les ttmps d Epidmies, le Lysol s impose p'ua qve dans 'oui autres rat. Ayez toujours une loiulioo Je lysol d^ns chati ci t hamhf^ de vore appartement Chaque flacon cont:erit un prospectus LthnSrFtnk Inc. J.on Thhand. N,VV ^ 0 RK Agent pour ,H iti Htel liellevue Et b'i.'scment de pr m*er ordre — Vue sur la mer, — Cu sine et Lvrviceirprorhabl..--PtD8ion t s condil uns avaopge s;s La QitfxtlOD gaianiil ux clirD'a sB.istaction entire pour tons iee services de ri Intel. t^n qumze minutes I es cheveux les pli s fr^s o" crepds djvieunem soup'es e 1 t la'*, gtce La fameuse pommade Morgan Fu vert dix A. Victor Gentil 1~S1, Rue du M igatin Je l'Elut Pharmacie F. Sjourn AngL d* Rut* H <>• /;• ,/,/ CnUre 2 MEDAILLES LTAHGENT EXi US'TIOR D8 BRUXELLES IV 10 Drojuerj$% S ( %  ><>n >.%  < ,/1 ,nq j ,t Pharmaceutiques. PtO "i S /"!> ';"/.; < l ( rir,s P paralion fe 0 leœp M I M iin.ii am< ni-, sfs siri'i-rs u, iiee bes.SpCialits:S< ru n.os mque SIMPLE et finuaiNicui lonitVDRAGYRE Se mu d ) .tloi.xnii, ieiiip|xr n t r8 Pau tels r.) ca! ili 11 deFerrier-t Podia. Il a U ujours en stock /VgvnosTHEoai Mu< PPBCT( BAL i.i.ixinde I'K.N.VI.N wu D. • s taire uu 'BEVENT^'L Rep niant du abt rat* i*tt 1ER! i /. 1JM't'ilPnii ''""' iM la^'qua — Comaaiec Oui MM *>* II/*.! U% pa ro ialea baies al culaoei. SP^'di |iie de la l'O.NSl ll'AT.cM .e (iraud lintjasn 206 t>H, li'ip 7 r-irersire. (Mire ses clien's un rab, s eonatd i I.IJ sur des tftklag tons de cimuetd'i p !" eo D M franuaa qn'oo a tonjoan ap^.-is Laraliais se pou nu wa jusqn'au io J. m aruleirenL Aos r.liei 8 s'anerce vront sremeu. de la rMreoc Colf o!p 8 %  b .manfccnaatl L)-1 o pondra ppn t i rg< T'i'g lie le L-e garoi 5 00 "'i* %  ''' %  '' 1 ,r Bi i 4 emant 4 ^> ' '. r.fanl 7 • onpeao hua renr 1 (rame 8u suy^rietr 12 C; bateau i llle u a le pr hem 50 olie ciava'e I usa n 2" 1 D I .A' : (f : > B < 0 [ iri fciide .10.1 2t<) 1 50 %  ?-<> 3 u Ijg %  .. %  • %  •



PAGE 1

IF MAI IN I. ATTENTION!.. P tir • eifre fin lou'e 'onhisiod I a Socit lndu*trt<>lle le /} 0 ; Situe /'' nol" d* la Rue Lamarre XQ \^ tt venue Jolir B rouon (Lulue) m pa • T H "jour s1 foirons gaieusttk m PRIX Tfijs? KEUUl Ko/a eh mpag e g^^d Select-kola et Uinger*A Par 5 douzaines Par douziine Grand stock de liqueur* et Slroi Porl-au-Piioc, le i5 avii 102/ f La DIRECTION Par le derii'e. s'eamer La Maison Bigio FrreA Angle des Hues Courbe et des i'ronls-bnrts Vient la recevoir pourau'o un p.tit lot fie rhamb-ese marque HOOD/qualit COREtft 32 x l ; J x 4 V a i l l a il <# //ouc£ Agent* gnlraus pour Hati 17i!0. H e du Magasin de l'E at r' Viennent d'arriver an (liant! Htel de France Par le demi** paquebot franati Vin s de It rdeaux Vente en gros et, en dtail des prix u olrs 30 x ::o ij2 Cet'e quai i est la plus apprcie de loules parce qn'e unisab'e. L'essaver. c'est l'adopter* la coDt'eelnn de costumes homme, robes pourdj cunes files, fillettes, eiihnts, couvertures pour meuble* J M argeur 3^ pouets Prix : 3 courues l'aune, Toile fil drap 'i largeur, prix .'1 dollars l) l'atUM Voila pour premire communion et moustiquaire. Lino'i baptis e roloD, 1 irgeur .'io pouces a 2 kurdes LU l'i vuouc ci au commerce en panuu Allez rite .ahe vos achats carcesmarchamlisessen'seni rapi( ,li*r que la maison de commerce qui t. tablie Jacmel tous la r,tison sociale G*baiJlJc Cxi a cesl exister. En consquence de Avis c oui me rc ia l $6 celle dissolution, le, sieur Atout* Sirsirn i'cess d'tre le procura h uret le permu de la dite maison dff.ws le premier mai courant: Jeyes Fluide jeyes Fini ri BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Hues du Peuple $ Dan es Des touches Port-au-Prince (Iki i) Marchandises fraich s extra bon march Pte d'Anchois 0 part 3 in Huile Savon pour la be en hi\ Pefgne blanc iyuill s en tub Biscuit doux avx raiin* Biscuit Yum ) umkl imon snaps 15 • 12 Gtme polir Electrio Silicon etBO* 25 le piquet MuuUn viande 2JJ0 chaque Porte un ni au eu bais ct& or 80 chaque l'i le c*% or 40chaque N B.C. RoyalLuvch, Sut nnes, Piy Newton* 21 c p l\.B.i lU'fehi r vnch,Vneeda.Uicvil ele i5paquet Kt la t< ajoura 05 lu bouteille Uire clsor 10 Le Usinfectant Royal ( PRODUIT ANGLAIS ) Par ia Commission spciale Da Sa Majest George VUoid'Aoj Pu t ..L-Pmi-T, le $8 Mai 1921 1S0 MdailU-a d'honneur lai ont t dcern. Jeyas FluideJ %  ruciilenr dsinfectant du mor.de entier et le mieux cunnu dauil-i mm — ..— — .y, 'peux hpitaux tt aux Dpaiirineu's Sanitaires d Kuro..e, li eatl couia-C'est pourquoi il ni:i toujours irsisier d avoir Jeyes lEfticace, sain et coco.nique, employ dans la Maison loyale trois lgoei uccesaifa. AucuiiM famille ni3 devait rester eans un petit bidon de Jeyes liaoa oublier le Sivoi dsiofectant JYK3 pour te bain et':, oa j est ineiveilleuaa contre lei pidmies, piqres d insec • J eai la porte de toutes les bourses; le bidon se vend G. 1. 111 5 00. Baril da 10 plions &"' dollars. Le savon J> j yea se vend g. 2i^ prix spci 1 pour l'achat en y us. h ranch J. Martin agent gnral, -liai Pave, en face de la Glacire, Port-au PrB ef.r tr> maint. 2.~> :r> 30 35 :\o 25 20 iO 08 27 20 Cercueils I-a maisan, dont la rfutation n'est plus dire pjur la fabM-, des cercueil?, avis^ le public qu'elle vient de r.i .ire le priij cercueils simples coivemiblenicii'. dcors l'tirieur et bieat 1 fonni h l'intrieur Gd sa \W. ^ Pour les cercueils de luxe qui est u nptiali' de la s'entendra toujours pour un prie satisfaisant. f La M'ison entrt'preud aussi la rparation de miroirs tchsHenry Stark Pue du Quai, en face de laG^ Vins d'Espagne el de Bordeai On trouvera *a Maison L PltitilZMAftb-AGbbBBOU^ vins suivants : ... M Madre sec e* doux. Malaga pale et brunXrs en D *" ,W J: li res. >ladre,MaUga,()perlo en cases de 12bouteilles."^J blsnc de bordeaux en caisse de 12 bouteilles et barrique Prix m odrs Profitez ~k celle bonne occasion [ 0.000 jolies cravate de sojfi A deux gourdes chaque En vente chez Shemtob $ Co



PAGE 1

ooi^fc *• n de !" U ne fils 4094 Port tu Prince; Hait DIRLCTKUIM'KOPRIETAIRE meDt-MAGLOiHh LE NUMERO '^0 CENTIMES Mercredi 1er Juin 1921 • u Quotidien RKDACTION: Rae Amricaine No. 135b GoniiiieUiv UL6 erreur est humain;y persvrer c'est diabolique. Vieux dicton On dsire la paix,corn me si la paix veuiait dire quelque chose : ce sont les conditions qui (ont;tout. NArCLON fi titssisl CJi jcurs derniers uc incident de cheval, je voitur [k pMger, d a nue pelure d ,Lap--'Uic d'o a ge, chacun [depuis o>g*eraps, peut jouer jile de cnute dcisif dans le. gratres conjonctures. Ici, c"es I pelure d. mapgot. Ijibot d'un cheval, qui passai idcuus : la bte s abattit et on retira bo teux d'une foulure, eu ljfclflt, il dmantibula tout u Jdn brancard de la voiture qu'on lianercT/ .e cro.sier; t[ le pa ;iae le contre coup projeta ej ",cn lut (juile pour une lger un au poignet. cheval, voiture et passage i contribuables et despateui.v %  tiques, j ignore si ou peut ei. Dliotde i homme des rues qu eet ignorauce.tut la caust le de ce triple accident. lu vint ds iors de suggl'm prenne une mesure prohi l'en mange le mangot p.ein issus les rues, ace aprs le oyauet pelure sont naturel .•**• r la voie publique. I|ii rflchi qu'on reste txcrt indouvniecl ausit iongilarnnuic;palit n'aur* pis lies mes de pouttlies. Jicependant quelque chose hcttlc voie et je cherchais ipie je tombai sur Particu t d'an journal de Washiug Un Trava 1 pour ch cun *. Washingtoaiens doivent t , leur ville et aux mil ipersonnee qui for t constan Joui le monde sait que la division la Mus malheureuse a toujours boulver l, Corps Mdical IiaiienLe^t l une cous tatation mi personne n osera dmentit et qui a toujours attrist les mdecins qui censiderent la Mdecine coin m.un vrai sa cerd e et non comme un moyen d c\p 'oita i ton ou une boite intrigue et tripotages, entranant la de onsidraliondes bonniUs jens II est temps que lexerci e de la Mas on mdicale soit judicieusement rglemente in des buts de la cration a* louruai Mdical Haitien es' de poussa la rglementation, toute de justice, de lutte et de moralit, de l exercice de lu \1edecoie en Hati, afin de faire de cettt belle profession un signe distinctif di noblesse sentimentale et de grandeur d n me. Sous faisons un appel pub.ic au Svndicat des Mdecins de Port au Pi m ce et particulirement so i prsident Monsieur le Dosteur D.uiiei Uomond En at endant. et jusqu nouvel ordre tous les mdeens soucieux de la puret et de la dignit de la profession mdi cale feraient bien d adopter ces : Principes Adont^s par le Conseil de la {Fdration des Syndicats mdicaux de l'Hrault dans sa sance du 17 Oct 1020 notarie lg'ti ne et du.able garanties pour les m lsd?. quit U-.e localit aut > que SI Ont in'HldlC ni..-t. r,,y a .' nnir '<. ^n-.ii:. • li 1 o% ..I. ..... celle o il commet un manque te \ei 'P"Uc ou ULt rue. Hjpp. 1'* vous devez vous coa; • — ,J*^ pub.ic poirsuppr vous envers eux-mmes, envers leur K? Ue S e et dsi, g r *' b e ville e' enver* leurs millions de visifT 1 !? i uvcr u rcce P lacl( eors. Il y a l un travail pour chi "ic'in* 11 1 iD8i Vous au La municipali: ne peut rien si 'Ibli oir accj B ?'' c'iacun ne remplii soa dsveir muniI u cipal. Le syslne eommuniutaire * v!i,.* pro P se d,re • ,ar ^quel les devoirs publics incom taela'rW 1 f ay ; elIe doil ent aux instituions demande parprem re n silubri lois i le aid du systme particula I ; M .! l0ro nie ei ioul ,. risiequi demande caicua d y mettre JJ %  *?di!iiled.t du Mto. U Voj L ? L o oael SherrJ El ce qui ..once-nt la question %  w" e ules,e ts ^ et uebucna n e de la pelure de uiangot, ont rl a n ,D eVouus. lU.oa peu. i.ouvcr Ua-s cet ex r-it la %  P ls dans leurs de] matire d'une solution. XXV. La conaultaion ne devra doue tre demande avec un contr re 14a eu cas de Dceasit. I) autre part, elle ne dvia jaunis tre reluse, saut le cas d indignit professionnelle du consultant, surtout ai elle est sanciiounee d une rgulire mise 11 index. .Ivi cas de dsaccord grava au cours de la consulta ion, la Uuitlle en doit :re avise, Ui qu'au tiere consultaut vienne arbitrer le diffrend. Le Mdecin traitant dont Isa avis u'euraient paa prvelu euprs du client doit I sa propre dignit de se rntirerXXVI Dsigns au malade par le Mdecin traitant, le consultaut ou les spcialiste* doivent aussitt lu* fonnir par crit celui-ci du rsultat de leur examen. Leur mission spciale termine, il ne doivent jauiaia reatar eu relations directes avec le demande expr.-s.e de la part"det utd P U8 jeUne ,a,aj ' ner de *• %  resss sera ton cl on de la ravi d.. " "' ieM •!*. ^^ / llllade de m "" r "" "* ' cas. Il est tout aussi b lm$> £ dWceux-f "" ^^ C0 '' d a,e eov ers .nalede. surtout pour d'.utre. ££ ce, ou d>oit.i .es examens qofEj ^XVI*!! convient de s interdire J$* ^ ^ ^^ d ^ *" multiplier visiies et prescriptions ou; f eOQ absolue tout A propos ou toute poussera des consultations ou interven attitude de naiure a dcconsidrer un lions vitables Le Mdecin doit tre C00I rre 8urtoul dau les radieux d'autant pius scrupuleux sur ce point eXtra '"d'eaux et plus encore dans qu'il n'a le plus souvent d'autre con, u ne taini,le ou ce,ul Cl a dj donn 6.61e que celui de sa cons:ience. d 8 S0UJ8 *}' li ttUSd '' ,,e ,aat V* VU Coniiient oblig du maiad* u^STl ft 8aQ8 tW a Ur de u M.w.n o. h ,*-* u la ralit de leur existance, de pu le Mdecin est tenu au secret e plus; p ro8 dsobligeants que de^ tiers.sou inviolable pour toat ce qu il a vu.went intresse prtendraient avoir entendu ou compris du fait de sa, t tenus par un confrre, profession, Ce s uci de discrtion; XVII Au cas de difihults ave doit tre apport jusque dans la te| u n couhie, le Mdecu essaiera nue de ses livres d.comptes, la r-l l 0Jl d'aborp l'aplanir le dsaccord HT .WVIL En cas d'intervention, le c.Jiru'yieo, seul responsable, uistn bue les rles de ses collaborateurs. Mais il s'ellorcera de provoquer l preeence du Mdecin traitant! euqcel un rle bonoraoe sera rserv XXVil. L'exprience a prouv que pour viter parla suire d inaccepta Pies contes.ations les transactions J honoraires doiveut se faire au comptant-Kl les s'eliactnent exclusive mj.it du ciali. i-.. ou de la famille do naade et leurs aides, dispeussteurs de soins. uuc ue se imeu u; cotnpies, la r-i* uul UOW, F "H ,a "" 'o usaccoru ue soins, daction des obiervations,!,cientiliquesjP ai 00e dmarche personnelle Faute XXIX Taut rlnb tion dirt ou des cerlificais ue dts. d'aLoutir le l'rsrdeut r'u Syndicat confrre a confrre rotatif Vlll Mais le malade a le droit 1 5 e a J daI3 1 dei u,ta da la Ca -*3. a "^ delgoa SJUS le nom dediono Vill Mais le malade a le d'exiger la rcit toachint SOJ eut; en particulier, il peut se fane dlivrer tous certificats qu'il juge i pro pos, charge pour le mdecin de n'y f*ire figurer que des constata lions rigoureux ut exactes. Lin ctr dcat dit .;.• complaisance est un faux tmo'gnage. C— Devoirs du Mdecin envers les collectivits IX. Publiques ou pru-ees,diverses collectivit; ont recours au Mdecin. Sollicit d'entrer en relatiens avec elles, il doit adresser son in'erlocu teur au Syndicat donl i! relve et qui a, seul, lau.urit et l'indpendance voulues pour dlendie. a 1-occasion du cas particulier, 1rs lai.ts profes sionnels collectifs. X Ladigut du Corps mdical. racle de iiremeut _. ___ aeelg-oe SJUS le nom djdictioto nie h 'vv d ..1 lbltr T> |edt "correcte en prtent par io XVIII. S le malade a le droit de caractre clandeetin a la io'picm donner ou de refuser sa confiance dgradante de comortoa qui lui convient.nul Mdecin ne peot (C'est la malade, auquel seul sa permettradeeeever de wnplanier se vice a t renia qui doit h... uncoaircre auprs de ses malades rer chacun das Mdecins qui ont ^xl.Vliors le cabinet qui est lorrain uoilelure eupri da lui.Mais liaojar neutre ou chacun esr libre de rece lient ft celui dee Mdecioe qui aioa voir tout venant, le Mdecin ne peut le premier rle, 00 ne allant ou chise rendre auprs d'un malade incou rorgieo, de fixer ouverte.njut dan nu qu-il nat obtenu le preuve que sa nc'e globale le quiutum d ciu le confrre qui la prcde a t d cun, •intress des soins antrieurement' H spcifiera pour la coisultstion vv 8 ,'. ., < UB l8 honoraires doivent ;re alloues XX. Cepeniaot, s il est appel au en sus des siens.au mdecin traitaoT prs d'un malade eu cours de traite, Ua mme pour une opration le. ment, eu cas dextrne urgaoce ou 'quote part de cha:uo des collab'jr. en labsenca du mdecin traitant, leurs doit tre tixia a la la n.ha iilr l'humanit peut faire au Mdecin un! l e chirurgien qui veillere a ce ,.ta devoir de viilier ce maladeDs le les ini.ets du Miec.o trauant dont retour du coulrerei. doit I informer il esr euiidare, soient en.ieie.ueot du traitement mstitu ti ceser ses J respects, selon le taux syndical H,I vnites. Pas davantage ne peuvent vigueur. la bonne confraternit et l'intrt re continues des vi8ites,faites un IX X. Pour le cas o bien cornons du malade exigent que ce soit mis hors de discussion le libre choix du Mdecin par le raa.ade avec tarif d la visite i un taux aussi voi sin que po^ibie de celui de la clieo tie Ordinaire. Tout loriV forfaitaire es. rejeter corn ne irom irai. XI Pour les fonctions publiques, le Sndicat doit reitoroet dob.cuir le principe de la nominauoi cours le mdecin 1 remplace,traitant prfrerait traiter directement do .-es honoraires avec la (a •u Ite.toute rmunra 101 par le con malcde l'occasion ment. XXIS'installer sans son assenti , in ment formel dans la localit eu sultaut ou le clnruruien est irS exerce u,. confrre que l'on a rem'e ue saurait sollicite dans a ...,! place, ou commuer a exeicer darij'cas ulUQ le.ayon daction duue clientle ej XXXI les syndicats rgoii-o des a titre oureux sout ges es gi • meut cons .luis oui nm 1 tJ .. '•?!! l i J, "iT'" ,) *' a ,'connatre d.M infractions H„ X re ? ( E XML Le Mdcn qui. en douors. du u Dontologie commisea m. mnc.pe de la nommatio 1 sp.ei .con.^ tout ap^el ptisouuel.Uit des toor Mdecin, mme non v, du,,S

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05388
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 01, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05388

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ooi^fc *nde U
ne fils 4094
Port tu Prince; Hait
DIRLCTKUIM'KOPRIETAIRE
meDt-MAGLOiHh
LE NUMERO '^0 CENTIMES
Mercredi 1er Juin 1921
u
Quotidien
RKDaCTION: Rae Amricaine No. 135b
GoniiiieUiv ul6 erreur
est humain;y persvrer
c'est diabolique.
Vieux dicton
On dsire la paix,corn me
si la paix veuiait dire
quelque chose : ce sont les
conditions qui (ont;tout.
NArCLON
fi
titssisl CJi jcurs derniers uc
incident de cheval, je voitur
[k pMger, d a nue pelure d
,Lap--'Uic d'o a ge, chacun
[depuis o>g*eraps, peut jouer
jile de cnute dcisif dans le.
gratres conjonctures. Ici, c"es
Ipelure d. mapgot.
Ijibot d'un cheval, qui passai
idcuus : la bte s abattit et on
retira bo teux d'une foulure, eu
ljfclflt, il dmantibula tout u
Jdn brancard de la voiture qu'on
lianercT/ .e cro.sier; t[ le pa
;iae le contre coup projeta ej
",cn lut (juile pour une lger
un au poignet.
cheval, voiture et passage
i contribuables et despateui.v
tiques, j ignore si ou peut ei.
Dliotde i homme des rues qu
eet ignorauce.tut la caust
le de ce triple accident.
lu vint ds iors de sugg-
l'm prenne une mesure prohi
l'en mange le mangot p.ein
issus les rues, ace aprs le
oyauet pelure sont naturel
.** r la voie publique.
I|ii rflchi qu'on reste tx-
crt indouvniecl ausit iong-
ilarnnuic;palit n'aur* pis
lies mes de pouttlies.
Jicependant quelque chose
hcttlc voie et je cherchais
ipie je tombai sur Particu
t d'an journal de Washiug
Un Trava 1 pour ch cun *.
Washingtoaiens doivent t
, leur ville et aux mil
ipersonnee qui for t constan
Joui le monde sait que la division la
Mus malheureuse a toujours boulver l,
Corps Mdical IiaiienLe^t l une cous
tatation mi personne n osera dmentit
et qui a toujours attrist les mdecins qui
censiderent la Mdecine coin m.- un vrai sa
cerd e et non comme un moyen d c\p 'oita
i ton ou une boite intrigue et tripotages,
entranant la de onsidraliondes bonniUs
jens II est temps que lexerci e de la
Mas on mdicale soit judicieusement
rglemente in des buts de la cration a*
louruai Mdical Haitien es' de poussa
la rglementation, toute de justice, de
lutte et de moralit, de l exercice de lu
\1edecoie en Hati, afin de faire de cettt
belle profession un signe distinctif di
noblesse sentimentale et de grandeur d n
me. Sous faisons un appel pub.ic au
Svndicat des Mdecins de Port au Pi m
ce et particulirement so i prsident
Monsieur le Dosteur D.uiiei Uomond
En at endant. et jusqu nouvel ordre
tous les mdeens soucieux de la puret
et de la dignit de la profession mdi
cale feraient bien d adopter ces :
Principes
Adont^s par le Conseil de la
{Fdration des Syndicats
mdicaux de l'Hrault
dans sa sance du 17 Oct 1020
notarie lg'ti ne et du.able garanties pour les m lsd?. quit U-.e localit aut > que
SI Ont in'HldlC ni..-t. r,,ya .' nnir '<. ^n-.ii:...... li 1 o% ..I. ..... _____
celle o il
commet un manque
te
\ honn es, tous actes de rabattage ou e.subi'u pour len i u'ai-rs. iu*0t ae9 P'l,s r^prhersibles.surtuT
/z comprage, rem ses ou gratifiai \u cas de rvocation de'ceux ci, alor8 ll ,e 0m"ee confiera exer-
toas i pisteurs, hteliers, sages fem nu! n:en peut accepter la succession cen,.da.u,J Celle localit,
mes; a? o ia i n ou partage de bn sans autorisation expresse du Sv.id,- Coa,Jtl ue paiement un a;le
dee avec les mme personne;; acep '' K' i, ,, ....
Uiion d'une cemmission pour 'a
prescription de mdicaments ou d'ap
pareill, pour l'envoi dans une mai
caractre clandestin de tels piocds
norme assez 4ue leurs auteurs eux
mmes les tiennent pour inavoua
ol i- r
IV. L'en'ente enfin avec des empi
riqaes, sous formes de prescription
eau Elle ne sera donne aue'si C0,,currenCe dloyale le lait de
rit iV i _, l,t ou d*118 la rgio.i, et arrts tu
M Mi. Les mdecine de collectivits le Syndicat en proportion du tx
sout tenus v.s^-vis de leurs clients, | moyeu de I* vie La Mdecine eu ia
aas r^ea o dnaires da tertt pre bais diminue toujours le Mdecin e;
feuionnel, Il doivent doDC se refuser n'a rien de commun avec l'exercice
a faire aux collectivits toute dcls d'une bienfaisance discrte et avise
ration qui v.olerait ce rcret. j XXIV. Toute COiletooreioo ent?e
MII.Harcontre,tour.W.'deirtt..fp,.r/ co.J.res, provoque dans la ral*
inspecteur ou ventilateur a le droit,par le mdecin traitant ou plu* rae
Urines secrets ou de collaboration fete^faU ?.' 3a -WJ^JpSa
ira des reboiitcun ou des somnambu men. puisqu'il a t ds.gn expr. du b9ul intrt du client iu il,-
ta, constitue plus quune incorrec.emant cet gard et que le patient *e de consultation ou dWr!tioi
non e< relv. du Code pnal au titre ne s'eat.laiss examiner qu'en pleine
i Si le Mdecin a le droit de pri
tendre 1 l'estime de ses conlrie tl
a la gra'itude tftectives de ses clients
il doit pour eu tre digne, s'inspire;
dans tous se< actes de quelques dire<
tives qui constituent l'essence d; i.
Dontologie It appartient aux Synd
Ctta maicaux.gardiensdes tradition:
qui sont 1 honneur de ia pioiession
d'ea ormuler les lgles genralts.
et de veiller, le cas chant, a leu
nie e application.
A Devoirs du Mdecin envers
lui mime
Il Avant toj e chose U liiiscii
se don e lui mme, connu n doi:
au \Joips doat u fait partie, d'tre
unpailait hjnntt homme. A ce litre.
il s abstiendra de oue lorme, mmt
dtourne, de charlatanisme qui, dans
le lod, vise l'txpio'tation ue ia cre
iulue publique : usurper des titre*
ou eMeef le pub ic sur la valeur di
ceux qu'on possde, recouru poui
drainer la cueui.e une pubiicitc
exfa mdicale, tl dont le raaiai; nt
peut connatre Je bien fond, son;
getes eeeeelteilemcnt incorrect;.
111. Sont gilement cojdamoable.-
outes pratiques visant l'dification
du .e situation professionnelle pai
d'autres procd que la scu.jcj et
le deveneait.it, s;uies bis:s de tou
de complicit d'escroquerie.
B. Devoirs du Mdecin envers
la clientle
V. Hormis le cas o l'humanit lui
e i hi'. le devoir ceux d'engagements
antrieurs ou derquisition juiicaire,
le mdecin a le droit de refuser ses
soins iaa malade. Mais s'il accepte,
certaines ob'igations ea dcoulent
riour lui.
VI Le malade escompte les soins
les meil ms, d t'.., patfi'te'Mrcin.
l'obligation d; se temr au courant du
mouvement scientifique; toute ngU
g*a-ede sapart peut tie tenue pour
fautive.
Uuel que soit le milieu social du
cli-nt, la frquence des visites, sauf
connaissance de cause.
Il en tsulte que les fonctions de
BtaJecin tiaita c ft ,e Meddcin ex-
part sont incompatibles
. -- Devoirs du Mdecin
envers ses confrres.
XIV. Adopter, via a vis u'auirui.la
m ne attitude qu'il souhaiterait, par
reprocit, ire prisa son endroit,
tel doit re le principe qui r^la les
rappoita du Mdeein me ses con
frres.
XV Ds son irtallat;on dans
ui-.e localit deji pourvus d e Mde
ciu, le nouveau venu ir se p aen
ter ses aines cette visite dvia
re rendue.
Daos les rar.ports ultrieure,'.si le
min i diplme conire les mme*
prorogatives ses possesseurs, le
plus jeune tmoignera des
J plerinage de la capitale de
[Mtouid piopre. L'appel sdre.s
"ar le Colonel Sneiiil.
litilutr en *gent d inspec
lue de prserver la beaut
Jion d- la souillure des
(toutes soites, ce sera pa
las des oreilles de sourd
ittchatuue prennent sa pan
"ligne ayant pour but de
lluuaJuDr.l ei la pratiqui
' jeter les db.is pel
M des parcs et des rues
|_|W a s'tn trouver sensi
M.
devoir pour chicun di
fjo i l'uvre de rendu
ftngonplus jolie encoie
'ous hers de la vill.
is it lappel du sup
^eedjti.es tl dis terrain
^'ipour veiller nota
^propre municipal.
laviz un vuux p pier en
f2Jln,e de ''"it ou n un
Jj**"tus, ne vous en ser-
[.r'tni,0untr eu Iura>ei
'P"Uc ou ULt rue. Hjpp.
1'* vous devez vous coa; ---------------------------------------
,J*^ pub.ic poirsuppr vous envers eux-mmes, envers leur
K?Ue S e et dsi,gr*' b e ville e' enver* leurs millions de visi-
fT1!?iuvcr u rccePlacl( eors. Il y a l un travail pour chi
"ic'in*111 *iD8i' Vous au La municipali: ne peut rien si
'Ibli oir accj B?'' c'iacun ne remplii soa dsveir muni-
I u' cipal. Le syslne eommuniutaire
* v!i,.* proPse d,re ',ar ^quel les devoirs publics incom
taela'rW1 fay'; elIe doil ent aux instituions demande par-
prem re n silubri lois i le aid du systme particula
i;m .! l0ronie ei ioul ,. risiequi demande caicua d y mettre
JJ *?di!iiled.t du Mto.
U Voj L?Lo oael SherrJ El ce qui ..once-nt la question
' w"eu-les,e ts^ et" uebucnan,e de la pelure de uiangot,
ont rla*n.,DeVouus. lU.oa peu. i.ouvcr Ua-s cet ex r-it la
" Pls dans leurs de] matire d'une solution.
XXV. La conaultaion ne devra
doue tre demande avec un contr
re 14a eu cas de Dceasit. I) autre
part, elle ne dvia jaunis tre relu-
se, saut le cas d indignit profes-
sionnelle du consultant, surtout ai
elle est sanciiounee d une rgulire
mise 11 index.
.Ivi cas de dsaccord grava au
cours de la consulta ion, la Uuitlle
en doit :re avise, Ui qu'au tiere
consultaut vienne arbitrer le diff-
rend. Le Mdecin traitant dont Isa
avis u'euraient paa prvelu euprs
du client doit I sa propre dignit de
se rntirer-
XXVI Dsigns au malade par le
Mdecin traitant, le consultaut ou
les spcialiste* doivent aussitt lu*
fonnir par crit celui-ci du rsultat
de leur examen. Leur mission sp-
ciale termine, il ne doivent jauiaia
reatar eu relations directes avec le
demande expr.-s.e de la part"det utd P'U8 jeUne ,a,aj'ner* de" *
resss sera ton cl on de la ravi d.." "'ieM !*. ^^ ,/llllade de "m. "" r "" "* '
cas. Il est tout aussi b lm$> dWceux-f "" ^^ C0''d'a,e eovers .nalede. surtout pour d'.utre.
ce, ou d>oit.i .es examens qofEj ^XVI*!! convient de s interdire J$* ^ ^ ^^ d ^ *"
multiplier visiies et prescriptions ou;feOQ absolue toutApropos ou toute
poussera des consultations ou interven attitude de naiure a dcconsidrer un
lions vitables Le Mdecin doit tre C00I'rre 8urtoul dau* les radieux
d'autant pius scrupuleux sur ce point eXtra '"d'eaux et plus encore dans
qu'il n'a le plus souvent d'autre con,une taini,le ou ce,ul Cl a dj donn
6.61e que celui de sa cons:ience. d"8 S0UJ8- *}'li ttUSd'' ,,e ,aat V*
VU Coniiient oblig du maiad* u^STlft 8aQ- 8 tW a"Ur de
u M.w.n o. h ,*-*u- la ralit de leur existance, de pu
le Mdecin est tenu au secret e plus;pro8 dsobligeants que de^ tiers.sou
inviolable pour toat ce qu il a vu.went intresse prtendraient avoir
entendu ou compris du fait de sa,t tenus par un confrre,
profession, Ce s uci de discrtion; XVII Au cas de difihults ave
doit tre apport jusque dans la te-|un couhie, le Mdecu essaiera
nue de ses livres d.- comptes, la r-ll0Jl d'aborp l'aplanir le dsaccord
HT
.WVIL En cas d'intervention, le
c.Jiru'yieo, seul responsable, uistn
bue les rles de ses collaborateurs.
Mais il s'ellorcera de provoquer l
preeence du Mdecin traitant! eu-
qcel un rle bonoraoe sera rserv
XXVil. L'exprience a prouv que
pour viter parla suire d inaccepta
Pies contes.ations les transactions
J honoraires doiveut se faire au
comptant-Kl les s'eliactnent exclusive
mj.it du ciali. i-.. ou de la famille do
naade et leurs aides, dispeussteurs
de soins.
uuc ue se imeu u; cotnpies, la r-i*uul uow,f "H,a"" 'o usaccoru ue soins,
daction des obiervations,!,cientiliquesjPai' 00e. dmarche personnelle Faute XXIX Taut rlnb tion dirt
ou des cerlificais ue dts. d'aLoutir le l'rsrdeut r'u Syndicat confrre a confrre rotatif
Vlll Mais le malade a le droit 15e a JdaI3.1 dei u,ta da la Ca-*3. a"^ delgoa sjus le nom dediono
Vill Mais le malade a le
d'exiger la rcit toachint soj eut;
en particulier, il peut se fane dli-
vrer tous certificats qu'il juge i pro
pos, charge pour le mdecin de
n'y f*ire figurer que des constata
lions rigoureux ut exactes. Lin ctr
dcat dit .;. complaisance est un faux
tmo'gnage.
C Devoirs du Mdecin envers
les collectivits
IX. Publiques ou pru-ees,diverses
collectivit; ont recours au Mdecin.
Sollicit d'entrer en relatiens avec
elles, il doit adresser son in'erlocu
teur au Syndicat donl i! relve et qui
a, seul, lau.urit et l'indpendance
voulues pour dlendie. a 1-occasion
du cas particulier, 1rs lai.ts profes
sionnels collectifs.
X Ladigut du Corps mdical.
racle de
iiremeut
_. ___ aeelg-oe sjus le nom djdictioto nie
h'vvd..1lbltrT- > |edt "correcte en prtent par io
XVIII. S le malade a le droit de caractre clandeetin a la io'picm
donner ou de refuser sa confiance dgradante de comortoa
qui lui convient.nul Mdecin ne peot (C'est la malade, auquel seul
sa permettradeeeever de wnplanier se vice a t renia qui doit h...
uncoaircre auprs de ses malades rer chacun das Mdecins qui ont
^xl.Vliors le cabinet qui est lorrain uoilelure eupri da lui.Mais liaojar
neutre ou chacun esr libre de rece lient ft celui dee Mdecioe qui aioa
voir tout venant, le Mdecin ne peut le premier rle, 00 ne allant ou chi-
se rendre auprs d'un malade incou rorgieo, de fixer ouverte.njut dan
nu qu-il nat obtenu le preuve que sa nc'e globale le quiutum d ciu
le confrre qui la prcde a t d cun,
intress des soins antrieurement' H spcifiera pour la coisultstion
vv8,'. ., XX. Cepeniaot, s il est appel au en sus des siens.au mdecin traitaoT
prs d'un malade eu cours de traite, Ua mme pour une opration le.
ment, eu cas dextrne urgaoce ou 'quote part de cha:uo des collab'jr.
en labsenca du mdecin traitant, leurs doit tre tixia a la la n.ha iilr
l'humanit peut faire au Mdecin un!le chirurgien qui veillere a ce ,.ta
devoir de viilier ce malade- Ds le les ini.ets du Miec.o trauant dont
retour du coulrerei. doit I informer il esr euiidare, soient en.ieie.ueot
du traitement mstitu ti ceser ses J respects, selon le taux syndical h,i
vnites. Pas davantage ne peuvent vigueur.
la bonne confraternit et l'intrt re continues des vi8ites,faites un IX X. Pour le cas o
bien cornons du malade exigent que
ce soit mis hors de discussion le libre
choix du Mdecin par le raa.ade avec
tarif d la visite i un taux aussi voi
sin que po^ibie de celui de la clieo
tie Ordinaire. Tout loriV forfaitaire
es. rejeter corn ne irom irai.
XI Pour les fonctions publiques, le
Sndicat doit reitoroet dob.cuir le
principe de la nominauoi
cours
le mdecin
1 remplace,traitant prfrerait traiter directe-
ment do .-es honoraires avec la (a
u Ite.toute rmunra 101 par le con
malcde l'occasion
ment.
XXI- S'installer sans son assenti .......... , in ,
ment formel dans la localit eu sultaut ou le clnruruien est irS
exerce u,. confrre que l'on a rem'e ue saurait sollicite dans a ...,!
place, ou commuer a exeicer darij'cas ulUQ
le.ayon daction duue clientle ej XXXI les syndicats rgoii-o
des a titre oureux sout ges es gi meut cons .luis oui nm1 tJ ..
'?!! liJ,"iT'",)*' a ,'connatre d.M infractions hx re?(!E
XML Le Mdcn qui. en douors. du u Dontologie commisea m. *
mnc.pe de la nommatio 1 sp.ei.con.^ tout ap^el ptisouuel.Uit des toor Mdecin, mme non v, du,,S ours, sur titres toul au moins, d'o nes jour et ft heures fixes dans'tenir, quivaudrait en effet dans


LE MATI N
PelS iHVdB i Nouvelles Etrangres
SAINT-MARC
l'AR CABLE
Nous avons reu le h'cicule
de Mai du lournal mdical hatien
qui vient d'entrer dans si t'euiim
inne.
Li rt-pr^sentitioi de la R rais
sance est renvoye cause de la co.i
f-ence de Mme Luce Archin Lay
qui est fix au mme jour.
Le cN'ouvelhste annonce qu il
est bruit que le Gouvernement au
rait l intention d'acheter l'Usina i
Glace de Po:t au Prince.
Le lieutenant lord a t install
la Compagnie des Pompiers libres.
Le prsident Harding a nomm
Ministre de 1 Education Mme Haut F.
Upton.C'est pour la p'em o efois qu'a
ne temme est appel: au m assira.
D'aprer une enqute faite par
le Dpart:ment du Travail, il y avait [^"^.j
i Italie, d
Les Cours
PARIS ]i Rente ) qo }~ 4:
Sterling 4, 21
Dollar 1221 1.2
12
Pince i U confrence d: Londres
la run u e qui eut p'J soif e s il av
fil le g- taire, I a France, dit il, ne
au i?r Janvier 1921, 645 4; person
n*s sans emploi dans 1a ville et 1 B
tat de New York.
Une loi rcen e vo'.e par le
grand coi-eil de H:rne limite la du
re des discours des dpu's a vingt
minutes.
Le 1) P.ancois l)len:o.ir ta
vaille II cration d'un m Dtstie de
l'Hyg'n: en Hiiti.
Parisiana
' JlsIJDl '
S ir demande gnrale
Une Volont
Aver William Farnum
Lr.tre G 1.00
Onion Patriotique,
Aujourd h'i 4 bref p- va-, ruiinio
12 24
PARIS J9UMe ttorial Diy fesi
pourvu vi pirdes crmonie lani
le? cimetires d: Sjresnes o u n
fouh d' plusieurs milliers d* p;rso-
nes vint dposer du couronnes sui
les tombu des hros de la grand'
guerre. Puis ensuite, aprs un li-
cours de l .mini Touchard au nom
du rcravenii tri-us, le pre H ;
mock binn les tombes Puis le li
gus des sssociations fraoiises e
amricaine et celles des armies a!
ment de la lielgq ie, d<
h Tchroslovaquie, de ti
Yougos'.v trois salves de ouoji
que taire et le detil des troupe- cl-
tur enl la crmonie.
Des crmonies analogies eurent
l.eu dans lites les villci po sia.t
un cimetier: amricain.
nu cours des crmonies officielles
d:-- discours on' t pronon es par
le colonel Cihji Ward, M. Hughes
VVMlace an bissadeur d.s Etats U lis,
M, Marcel tiraud au nom des asso-
:iaiions frn.is battants, afhima no-, sent m;nts de
fCCinnaissacce pour le. .soldais am
fretins qui pisscren: l'o;an poarj
conbi-tie sur la terre fraeaisj. lil
e*
u
de
i.h-ich ;
sas bomilier les peuples m
vaincu;, mas elle veut q :e le aeu-
Die al.enmd ait con;cieoce d si
ai
Une soire
m-M m
Si la journe d*Occide
par un confrre n* voit
D lu i3 u-i prsident ar icle pub'ld
, ce'te ma ne place, nous avoni
dfaite |e veux donner "au monl poas,4 un cri d'alarm qui. semble
limoresMon de notre entire loyau'e t.iit a lvo,v^ kO c 10 en hait lien.
etdino're bonn;lv, nous avon- L question du Mar-h d* S -Mire
obtenu tttisi clion, le dsarm?m;n v. mt d'en Ter dttfs un phrse aigu-*
est en borne vo e et nos satisfc [dcisive : 'e Dpartement de
lions continuerai tant que nous a
foas ia force.
Briaod mo.tn que le goivr
Ptai
se le m soi soleil, le pi'bf*,.
dra avec plaisir qu- Cin V.
prpare une grande soire
du talrntueux musicien.
Ds que U dae dc cetf ffJ
prise, nous aviserons n0; lt
qui ne manqueront d y m*
en toule. Nous ne devons oai
sr prir 1 artiste qui a souvintW
nos rves, les soirs de
Champ de Mars
v-eiti
nemmt dacrord avec "les a'I.s, peu
atteindre ave: tux ses bu s,mais ce .
ae sigoifi; pas le i-a:riii:c de ses in-
t ta 11 se peatque la France set
amene a ?g r stule, elle s?ra suivie
avec -ympithie p.r les allis. Voil,
dit M B iand. comment je com-
prends la pol tiqifl d'accords et d'al-
liance?.
S aiva U u e dp.'i; d Bea-
thea aux jouriaux, les polonais et
ics alieminds aoraient conclu le 2(>
un armistice s 1 .ulaa: que les b:.ii
grant devro 1 |r star sur leurs lignes
ICtQll s
M Maye-, \m't s^admr d'APe
mg e. lemplaint M. Rirgmin, a
ren- dais la mtin* a h onm^-
sion d; repiut.ons viog toit4 3
mois s if le trsor allemmi de du
million de dollars chacun quiva-
ljn' huit cen quirmte millions
c (dcisive : le DparteuM.nt de I Intf) p. ^ ~r;------
- rieor a deigna leta membres d'nna LilVUe Mfj'UUSllip
l.om'n's^ion cha^g^ d'mvia -gt^r n r
Gompt
a population
miiotien du
.jouta qu' ujourdhji, comme il y a de ntfk or. [| de. ar; que Allema-
quate ans, nous a/ons
prendre charge des devoirs qui
du comit, au ug9 aocia
besoin d
lui
cio.t a la jus-
The luist motor
girAoline Veruna
JO heures la traverse Pail-au-
l'ruice Sdi)tiao de Cobfl.
Sera ici ce'te einaiLe, et repartir
2 heures a[ird Bon arrive en pre-
nant des passagers directement pour
Santiago de Cubi.
Pour toiiten informa'iaoi k'adres-
aer a G M. CATOR, Agent.
Pon nu Prince, le lu A-lai 1921
incombent, mis ele
lice et c'est de; amis tels que le, me toi'e
amricains qu'elle doit sa coanance magne l'est
dans*ses destines,
Une musique, un dtachement d a
mne.1:1 i de 1 arme du Rhu. des
[gnraux f anais. des troupes frin
'tises, des dlguions des anci
Avis important
ll.io aervietie featonn-'e marque
N D A. qui. Qgord I exposition
du 1er Mai, 1 Chambre, a t en-
leve au No 75, Avenue Magloire
AmbroiMi
Pi tAre est faite toute personne a
qui elle pouira tre offerte ou la
trjuver en poaaesiioa d'un tiers d>>
vouloir bien la retenir et de donner
avis au No ci de;9us ou la Police.
lains c uns approbation tacite
donne kde9 fautes individu les sus
ceplib'-es d compromette ^ar C00
tre coup la bonne rputation oues
intrts d'J Corp* ajo.iic.il de la r-
gion.
Aprs avoir suivi visa via du d
linquant prssum la procdure pi
vue par led atatuis et qui est desti
ne a permettre au GOQCrre Incrlini
n Je venir s'expliq 1er sur les faits
qui lui sont reprochs, ll peuvent.
avec Ifs formes <| 11 convi^n'jen'.usM"
vis-i vu de lui des sanction* telles
que l'aVortfftfSHntflt du b'me oade
la mise S l'index
\\\ll. outre flatte action discipli
catro le oyndicat constitue pour les
coufrk'es d'une mne rgion an lien
solide qui leur permet delrsilor sut
un pied d'galit aver" les eotlec'i-
vits- MilreriMOt tudies, apouv^*
de la volont de Loua, *es dcisions
auruut toujours plus do poids ^que
celles d un praticien is donc de l'intrt bien rompus de
tout je 10e mdbCiti d y adhrer d*
le dbat de sa vie professionnelle
Bq lsum, l'exercice uormd t
me ii a i la dis:" si 10 1 de la com
missio i une som ne e 1 o' de quinz.*
millio is de rauki o p ti it laso n
d'un n il i .d qte l'Aile
agne l'est engage i verser.
Uno nr.i de ia Grvid; U.eia^ne,
reone anjourdhoi e 1 rpoisa a la
_ rcent i communicati >n di premier
Iminift'e B uni, relit va >a reu-
nion d 1 cjiisl'i! supruis des alli i,
i >siata 4*1 nli d<* I4 ru.iion
co.r.ba cants frau i et b itannq'as de ce c, ,i-n ;d #e|
onlpucic.yelacmoaieofane.e u ^^^
da cimetire de Soresnes u mtiieu'priDeipe Qi6 fc ^ FMU,./d>ail
dune grande altiuence. exame 1 de ques ion sisienne pa
M Millerandet les m nistrei cute .1 une Co omission spciale d'experts,
reprsentes; apij une pr.eredu pjs mais prcouise la runion pralable
eur Goodrich, ie colonel Cibot'du to iseil et non le dlai de cette
Wa.d exprima la gratitude des t'.ats session, jns 1 l'aprs ie rapport dei
Unis envers le gouvernement et le e*per, ainsiqie l'avait suggr U
peuple franais pour l'imposanthom *JQCe. Dis n.t armalions di Silj- ;
m/e rendu aux soldats amricuns Ul qw es polonais et les alh-
sur l^a dol'Jano.s di
qui ni'O^'O c jntre le
Marob du Cimetire.
1: g mme, ds qaoi s'sg U1?
U l'impossibili' d* continu r le
Marcha au Cimetire- Vlaia coromant
lui. le Ministre ds l'Intrieur, nat-il
pas ' frapp de la
ciuntire avec le trac
march'? D'autrs par-, Mr le Migls '^ 2>= ' Ltkt h no laisst
trat communal, n'avait il pa pour Yo k le 9 courint directement
devoir di ne pis prendre l \rr o Port an-P ince.
FOREir,\ SERVICES
Le S,S cL V' F. macs laiss]
York le 28 Mai pour Por Q.p
via les ports du Nord II sera ici]
medi le 4 courant "t laisseraltl
proximit" d'i me Jour pour la Co'ombie viil
; du nouveau P0Tls (iu s,d
en vertu duquel le mnrcliA t
transfr au cimetire? D'aHeurs, il
es' un fait qui demeure pa'ent et
dont 1 vidence ne donne pi aucune controverse i c'est que tiuri
la population de St-laarc protesta
contii l'iablissera^iv du march
Por. ai Pr-nce le 1er Jais
fi. F. CLEMENTS '
Agent Garil
li*in<>rcieiiirit%\
M.n; Vve Chiries Dinaery, Mrj
presqae dans le"ci^ere~Nattriie M'e Ed nondD mnryet leureafa
ment les p .m sonnes qui ont d-iji Mr et .Ni m s Desux Dennery etf
construit n'entendent pas tre duo'i.s enfants, Mr et Mm? Henry Hl_
! h i." iiaprWnyacca : d o ptition et loir enfnts, \\- Chtrl-.sHi
sur ptition, intriguas sur Intrigaes, rv g s,MretMn> Le'rn: ihevilf
msnavres sur uji'inuvres. Kt < \i>'-i- Luire D:mrv, Mr I
.torCh'vallieret le u et(nt;j
lerieUe: sortir* U dsnnlot eo're^V. Mm? Vve Athinr^ors
iina "es dune mun fmvlle, Kodob ie Dinnry tt roa-. led
ie^ f.acti > s d une mi m po ni iiio 1 ptr^nN a'M^re nei: n'ioai ldH
Il <--t dplorer aussi l attitud .qu- leur ont domi dei tmoij*
li M r gi f. t communal. Jnst au d sy noathi ; i > ::\ -o de lti
enomenf il davait panser iri-r:ile |^r're?r.tti c,,/,, ll'tnaj.]
il davait panser rir;de |e a.mp'te iodjpsohnce, la . prieal d. ,,,e
iro |hA!inStilS*.PV.Urlld seit.m-nt le ral
la p'ii- o
mis
M. Wallace,ambassadeur des Buts
Unis, voqua l'esprit desacr ti;epoar
la dtense de la civilisation, de ceux
qui moururent pour qjj les autres
a
mands, aves U md.a'.io.-idj la co n
mission int'irallie.sont d'accord 1 m
uu anuis.ice L* premier ministre
anglais pldidj pour d ux runions
du conseil, l'une pour la uo oiostio 1
vivent 11 ajouta : cha:une de c :s de lacom.n ssio 1 dei exoeit* et l'an
croix est un symbole de sicrice ter- tre pour enteudre leur rapport et
res-.re qui certainement ne passera statue:-.
pas inaperu dans le ciel. j LOXLMGS- La Grande Bretagne
Le geneul Allen, commandant les n'est pas dispose accepter la hu^
forces amincmes sur le Rhin, di- gestion dj Mr Briaud, demandant
llara que cette crmonie accrotra M^e la luu'.on du conseil suproje.miivashn denqae.
l'sttec 101 et l'estime tuditioaaelle "'^.retirdie poar permettre ienqu( Pae l, d, h ,nb esse de lear:
des Etait Uns enveis la France et Ie ^ u'e cjmmttsioi, sur Ja situa roie,de limpo ooe de le qneitioo'
les h-os- damiti durab'e ^ U suie buesie.argaa.it qu'une loanisstlear isn.toasls su,,
- ijestiou di principe s-i trouva sole'vegi-d* da liacosrciQe I rg \i 1 d ;
ti.isg ' coram? mnnb de 1 r
C)'irais8)n denqaete es qii a
ai rina!, il entreprend m 1 lyage
F rciut3rince aven l'on des oro ',
pritiir^s di march-:\m 1 i.'e. G,:t!,
fao 1 di se sjii larissr av se a ne de e
prtiP3 e 1 canes dit asssz 11 i n'a]
pas t ; 1 l pir h seul enAt da
bien pobli:, en p"enant le lcisiou
de transfrer le mrch, m u qu'il
ava't voulu eiraplem int rcompe 'ser
quelques a aie- Vo la 1 m : 1 1 poor
les
e e.i
tude.
lui* ni lfinioaU
lesoassign: d:lire ai n.ibli|
au conmerc 0 tee 'oius ie$j
ble des a:ts *t ir-ois li
pouse n Ali r / ti ses gr'.v.-s, ".y 1 p ''I
mande en d; .'v : s > t ne
Port aa-P. :: '-*r '" '(
! .: m, dDh-'AS]
D^-s
l'explicalioi desquels 11 :i u >
bypo'hes est ferm; \bord)0| main r^ dcd hir
tenant la qoettioa In M n '1 -Cim |j)4tt| ,; rdlUey
tirei j |.h f,in > ii! ^ auront lieu
Examine h lumire de la v>n-, pra ,)v^ .. i.- ,., Sle adbsI
ti, cette question ne pr-r tre Goidoltnces lux nn.llMia
tionne que dans un tns; >''. noie v s
voulo is bien le croire l'e io lis 1
ment dps pat*ione, le dveloppa-i
raen*. de lacnpidi n influeront point!
sur U dcisioi des m; libres dj la:
EL
;5ES
ie.ss:r eia
patipn a la guerre mondiale.
U itl Ptai i salua au non
de la Frsoce entire les tmricstoi
aai moururent pour eaire lhani-
oi.i mcil.eure et il ajout 1 que le
meilleur bemmige a nos moils sera are"jUu"n"o"u
de raliser liiat U>'jl entrevu. Li
Praocc restera fidle a eax qn on
missrre d 1 G ) ive.n 1 u 1 it e: 11 ia
ojpojij une cade ultrieure d a
prob'mee sdesu i.i9Ste ur.ur.ouant
toutetm sur .ce terraio, q l'aucune
intervjution ne serait peun *e aori
la co if.'ience flaalj^ie d s pre
miers ministres). L'anwee de prs
111 iS d) traites anglai
.s. don. lei dernierssoqi tttenqm[soi e((j ti d: la ligae 1 vu:
tnj ). J nai en Hiuo Silsie. mitrs faUsatioi du but pour-ui/:. Il
l'roiien
,i,IC9.
menl racil*
r, gratuites
[ r,iBBiOilt
. )!' ANWIU
01 FRANCS
cUHlOgO inui^e^B
flii OLi'.Creenlimel
in-u.in-, N.16. AMOI
a d*
lectuelle latine et l'a remerc'
visit-, a iu: q 13 le
franc.. <-!. t o il lispos i s m ki la
; 1 i/.:r ie n^nl
iq n iu
combattu pour e le e'. sauve la civi la com nissiun ae c latrole a
lis lti on menacer l'eierc r ta plus srieuse au'Qiil.i.j.
Au snat.au cou s de la d.SCUSJiOi & W1* f( l4t" \ "d U *' Q '
.,.,., if il polonais et des a
du budget des dpenses recouvre,. lJU ,U1| dj| Cdl 0
MrMuaud h la dcliratio.i su.vante g.Jlt0 le ,. fj J;UOllL Ua<
au su; >.i paemet, exigibles de UBia ud i4 fro ,, .-j uihiuim Lli'al s.s
u
lecteur des Rco'pi, anrost dij
leur responsHb li'- moral*
ant l'a'tsnt'n des uns et aer
troa. Kt, ils / nirvieniroaM'i'
sii.ant le danger pns tif el n
d at q ai monice toite Is pop"
do -.'.Marc, et tenant coop"
sacrilices que se sont imf ]
qu'il hiera.t b.?att li dite de les proprit;- dima^oij
d 1 .11 j i 1 n i c ai
llemande pir l?wla J ,
t clat et en L* >aM '' l '
polonais aala P'4t pjJflud-. deipzay.iei
march de la me Marine (l1'1
nia ceux qui oit construit"
du cioa 1 1
lien d:s'
douv an mirchi
cl lent qn'il v e
.!.. l
iUArcli3d'ud4'lAn/edJr'f,J
*on et Manne iusjas i' J
lgulier de ss profession doit apporj
ter su Mdecin les r.'8*ources legiti trai', le prsident de u com nissiOO
mes sur lesqueilei il est o: droit de dj,, ta prsence d s opu.iois de ses
corap r, et, avec elle?, Ia consid-|dlttertnli co ,^.q ,f ac opter u i ch t
travaux. K 1:
l'Aile msqoe, d'autre psit la commis- Mttendso*, sr Ko faoty et les aures'qiun birnu internttiuiil P *r ll ; J^V d^a"iV> i*veUe"cJ^>r,Bi*
s'oi des tpar >n mi tonciipoQtat m neurs insa gi polonais auraient [n m pou/ les pi iimie, serait cre'H"nt9nfju |-lj-ej ix\*rv f1''"j
l/tvtn des difficults de tonte natare elop une stiinde plus raisjica,i Paris. Coatuirement i ce qu sej|fl cjrnu "e. Di cdte n*^99
.o'St|'e le refu; dM'A'.ieraag it ne pin-roir p'.'l
vaq.i ileuut fis r notre crance, *J-Cf et bieoia t)i 'gu. tlemiais m>osaien leur point ,dre les p-opri^ares
la veille de l'cii-iA e priyue pa le P \RlSjo. L p:
fre d- un
h consid
ration qui lui est due Mais il faut,
en retour, que chacun de s-s ges es
uuuliq emen accomplis au g
i e s'inspire que de lin en
malade, da respect de ses V1"'
et de sa rrodie dig'iit. 3a-
o
inilliaid
utr eu i celui M
|our.
it son n
confi es,
"j; qu'il aurait voul ,mai- craiiemmi
s pn-ur celui qu1 dautri-dl-
uraieu. testnsstco labirat'Oa
.uud rajpe a l'a titud.' de la
prince heViti.nde vae, et*e ane les trois dlgi&s m ir m v. car leurs
du J pou e t ari.v aa iLi/re. d i R ich (S raie eut aux iugg ton vero it placs e
de dro;t laterstiOJilJl i tises, qa. io i es, pr lu -1 e. ^L'l-
t'.t.s a r. :. Qi p. . d...t Ij e it adoot:; i l'aoe nm t L; C-> "
tilieu. Il a dedi que Islmi' France et \ hiqi: a reu le
ru
i a
'. m
pro lune sessioo aurait lien a Kimeiginrtl Miug a a p.eNen'e de tous
le 2i Orob.e a mihittrCJ ti Fr.i..:e ds l'Ane i
M, Miilerand a re : u ie d:Wga fue 1 tine, '^ui ;hanareot da vu->
t-ou 1: la ligue de h fuera.L- iateiUar h prochain; u.i.siondu gnral :
de
trs le daox
(-,,J"-.,i d-
position >\n gn^s danr l'Ar h
munit, p.ibulors ditr"'
l'an :i.j.i mirch 0,r s>1
Nom m eommei ni
dis "hvaries rtrog-ad. ^(j
sons no re devoir ^i.^pH
Ccrres


LE MATIN
| Panama Railroad Stanishp Line.
Lvicc de fret et de passage s
U-York Hati
Port-au-P ince, fe f r S Membre 1920
C New \ork. 1 -er.lu< rapide a h plus l.r. et ter de et pour 1 Enro, e ld-*
fpaierfon. GeDeral Frei lit Agent, M, Stata Street, New York Cly.- | ,ue
k^oatien l'exception du Miel. r*wc
ff'ndpart par semaiiiede New ork directement pur Po t pu Prioceel m au r- p:r
pour tous lf port* d IJan. Seulement psw;p di premire classe Les Miva.its
y nos Agents dans Us pnne paux por sd L irnpe et d' u le/erre :
tjte^rr^ Ecosse ot France :
U. G.IV. Shelden # Co, i7, Juntes Street, Liuer.
W, Eng'nd
\Copenhogue9 Dinemark :
jj. A.E.Bendix <* Co, 2/, lllejade, Copenhague
fflne* Italie :
|Uf. tifm- Toc cV Clerici, Piaszx S. Mattoo.,
$ Cents Italie
! Christiania Norvge :
yemationil Spcilitionsslskap, Chris i nui.
Wumbourg AU magne: U.Votjemann, Il ami ourq.
fothtnbouvy Sude :
mdkk Express, uothenboa r
K de Panama Liae entre N a k ej Hati, e:, nia des ar .-g me ils qui se son Lits
Ifiae uti iti coasidtable, et est h voie la plus rapide par laque'le vos kipedies. v
fcoBoaissemcct' convrani (;ct peur New Yo:k ave: o? bni de livraison soit f rrdtee
[ le Havre. Bordeau* -a Ai vtis srrnrt livrs.
. B. TUUMPSOiN,
Wfestin
Agent gner tl
agent pou II iiti
ELECTRICAL AP.^.EATUS
FO! EVEIIY PURPOSE
1000DI
"^i
f
w

&-+L
JSl
\\

//;
v5-
.i i"
wmr,.
:-w.- ^
?2>3w
I M,
Pet* colle et /<>'* *( uditri
De la WA81 I1N GHCUSJ-.:
I l f? i o p c olle c I ; ; il" s- ''' < rit' rebi iqu^a par'n Waa'irgbooe om
nrl UtlifS-u< t.te irr'uB'rifls du rrende tbai donnent i pidfrnen l'ancien aya
Km< i l : i ( i I |. ? f.uvi bU.
i H | et- ii i IV c II i ff< : l'Mi Ctl ci r d ,la Wl Bill gbOi :-o tbol .i D r, j,
me tir n .M d i n ; s I c I ; d i lanltu ; 11< i t a -o le la ( tapera tut
urrm it < t l'y nii n i.u'i i r it ir n< ; avec ma oi il i n 'a c i omie d< U uipa, ^UbvpI'. j'(, | ,;,.,, ,|i, i( i oi dur, \^ pion b, IVtain *> autres mtao;v
i n L {,:)., j, t j, i h arndun 'e< triquev d< I Wa8tirgbon9 son aaa
[#arl;lia nnr.i ^tia rl c< r( aiq el BfBurent on peint solid mme
ei nraii uDaol.le B* al fordp. Up i r.- co'Im *t
\, t |tl I accr'i le f'ec riqnc p> dt Ih Wsalinj^li a
m ( i t lai i:: h\n ! : 01 raiacl^iiaHaoa aux
aioduii de Ii W mi i, '. c un ( en ne tcus ks .milles de
\* waslinuljcuse, lit 50DI tVCC l0Bd|U it peu
IIBI bUDpOltCI
\.a \v.isii i
m tous Ii- anictes'eciriques,
\
Wt'siwjlioiisp Draine
^s
. al
*-ji
kc5"
LEHA &FIXK l\C
^ on* produits pharmaceutiques et tou*
a*Jrl EIK \-., Lv o i< i fecttnt, Savon Lpot, Shtviog Cream Lvsrl.
Ph ^o il'ntfrice incomparable. L'huile de foie de Mo-
ru l -m s^on, Eainits.
( 1 ( ICC i AT en pcud.e 'e L & F : c'est txqu.s
POt H l'alcum fcF: CVst Irxlrcme Bpiivfi*i :
bon mai li eic. ele etc.
Demande* le prix courant
LYSOL: Le medlear et ta plat coro*n:atue des'dliafecj u
I- dsinte. I.nt emp'oy d.ns loui ta grands hpitaua
UNh Petite cu.ilif de Lysol dans une pinte deau donne la solution i r oio
I I-. U \ '
TROIS \ -
(Un- pi' |. rfw**i,environ.h conentret ldeoi vatt| ordinaire')'
Le i ysol s'emp-o<* partieoli'tmeoi dana les c?s de : Aceoochment
Tib-rulose la'-ct-op*. Mor.u-es de chiens Pourrai mo sures d'ir
sectes Eroptirm d In peao, Bls ures Plai-s. B U'e<, H.Ue pour lhv-
|lre prTBonrall-, U toilette. le bain Pars les rh->rrbrs ris nTM,1a
Lnimbre de bain,le Witrr ,Iosei, les Bkuriea Avant rt ap,s le balavase
^our eicatri* r Un h1a nrei d s animaux et Us r-njr p-op-es
Dans le. ccoucbtmtnli a les ttmps d Epidmies, le Lysol s impose p'ua
qve dans 'oui autres rat.
Ayez toujours une loiulioo Je lysol d^ns
chati ci t hamhf^ de vore appartement
Chaque flacon cont:erit un prospectus
LthnSrFtnk Inc. J.on Thhand.
N,VV ^0RK Agent pour ,H iti
Htel liellevue
Et b'i.'scment de pr m*er ordre Vue sur la mer, Cu sine et
Lvrviceirprorhabl..--PtD8ion ts condil uns avaopge s;s
La QitfxtlOD gaianiil ux clirD'a sB.istaction entire pour tons
iee services de ri Intel.
t^n qumze minutes
I es cheveux les pli s fr^s o" crepds djvieunem soup'es
e1 t la'*, gtce
La fameuse pommade Morgan
Fu vert dix
A. Victor Gentil
1~S1, Rue du M igatin Je l'Elut
Pharmacie F. Sjourn
AngL d* Rut* H <> /; ,/,/ CnUre
2 MEDAILLES LTaHGEnT EXi US'TIOR D8 BRUXELLES IV10
Drojuerj$% S ( ><>n >.- <,/1 ,nq j ,t Pharmaceutiques.
PtO "i S /"!> ';"/.; < l ( rir,s
P paralion fe 0 le- p m Im iin.ii am< ni-, sfs siri'i-rs u,
iiee bes.SpCialits:S< ru n.os mque Simple et finuaiNicui
lonitVDRAGYRE Se mu d ) .tloi.xnii, ieiiip|xr ,nt r8 Pau tels r.)
ca! ili 11 deFerrier-t Podia. Il a U ujours en stock /VgvnosTHEoai
Mu< pPbct( bal i.i.ixinde I'k.n.vi.nwu .
D. s taire uu 'bevent^'L
Rep niant du abt rat* i*tt 1ER! i /.
1JM't'ilPnii ,''""'iM' la^'qua Coma- aiec Oui
Mm *>* II/*.! U% pa ro ialea baies al culaoei.
SP^'di |iie de la
l'O.NSl ll'AT.cM
.e (iraud lintjasn
206 t>H, li'ip 7r-irersire.
(Mire ses clien's un rab, s eonatd i I.Ij sur des tftklag tons de
cimuetd'i p eo D m franuaa qn'oo a tonjoan ap^.-is Lara-
liais se pou nu wa jusqn'au io J. m aruleirenL Aos r.lie- i8 s'anerce
vront sremeu. de la rMreoc roui eo profi^r ea compara ni \tt i ou veaux pria I, CPb nufim e,
articles p i p*-rople avec ceu'dp bicremort ^
VrriUbleCr^ieMtVo'e.l'iooe 12-LUt Bes Ht nrir la'p/ro
Vr,:al,'er |. Cor.e'te Hun T.^sioh.- o.n'.iH:, noira et muU\ n
FUr.elle jure laireHU de large :. :<) :iiale lafn Rng 6t Cou'1' "'
peiif 1-igeur I D r .1 |,8r*
5> Colf o!p8b.manfccnaatl
L)-1 o pondra
ppn t i rg<
T'i'g lie le B*l'''ste irprcetiB rouleui
Lm i(;e '' Diaf i ou
Cr | on di m er
Laii Pg cr.' leur leire ri oi
rour j r. *t cob u o
( pon i I* ulu
Mo- a<. lr e I i tip ll< ur
Lniirttp A rRyuie
Voile l)"re
Vritable Va'encieuce.pour
juron i i.ice
S mil 8 d' ,'b i ii'- et roee
bu.m de soie brocli noir
s 0
9 0
4C0
, P>L-e garoi 5 00
"'i* ''''' -1 ,r Bi i4 emant 4 ^>
' '. r.fanl 7
onpeao hua renr 1 (rame 8u
suy^rietr 12 C;
bateau i llle ua le pr hem 50
olie ciava'e I usa n
2" PO lut-on l'iveit
.I0O Poudre Java
l-'au p .' logrn p e l
ili.ri .. -yr Galet
dite ecohre)
:> 1 d
I .A'
: (f
: >
B < 0
[
iri fciide
.10.1
2t<)
1 50
?-<>
3 u
Ijg


..

.


IF MAI IN
I.
ATTENTION!..
P tir eifre fin lou'e 'onhisiod
I a Socit lndu*trt<>lle le /}0;
Situe /'' nol" d* la Rue Lamarre Xq \^
tt venue Jolir B rouon (Lulue)
m pa t H "jour s-1* foirons gaieusttk
m PRIX Tfijs? KEUUl
Ko/a eh mpag e g^^d
Select-kola et Uinger*A
Par 5 douzaines
Par douziine
Grand stock de liqueur* et Slroi
Porl-au-Piioc, le i5 avii 102/ f
___________________________________La DIRECTION
Par le derii'e. s'eamer
La Maison Bigio FrreA
Angle des Hues Courbe et des i'ronls-bnrts
Vient la recevoir pourau'o un p.tit lot fie rhamb-ese
marque HOOD/qualit COREtft
32 x l
;
j x 4
Vailla il <# //ouc
Agent* gnlraus pour Hati
17i!0. H e du Magasin de l'E at
* r'
Viennent d'arriver an
(liant! Htel de France
Par le demi** paquebot franati
Vin Vin de Mal iga
fe*u le Virhy G'estio
Vrii'OtJ!li tfoill) Prsl
Vins li> s de It rdeaux
Vente en gros et, en dtail des
prix u olrs
30 x ::o ij2
Cet'e quai i est la plus apprcie de loules parce qn'e
unisab'e. L'essaver. c'est l'adopter* donc pas l'occasion de l'essaye*.
La Maison a rgaleiren' reu une toile 'A;olane puri,
vaut servir > la coDt'eelnn de costumes homme, robes pourdj
cunes files, fillettes, eiihnts, couvertures pour meuble* J
Margeur 3^ pouets Prix : 3 courues l'aune,
Toile fil drap 'i largeur, prix .'1 dollars l) l'atUM
Voila pour premire communion et moustiquaire.
Lino'i baptis e roloD, 1 irgeur .'io pouces a 2 kurdes LU l'i
vuouc ci au commerce en panuu Allez rite .ahe vos achats carcesmarchamlisessen'seni rapi(
,li*r que la maison de commerce
qui t. tablie Jacmel tous la
r,tison sociale G*baiJlJc Cxi a ces-
l exister. En consquence de
Avis c oui me rc ia l
$6
celle dissolution, le, sieur Atout*
Sirsirn i'cess d'tre le procura
h uret le permu de la dite maison
dff.ws le premier mai courant:
Jeyes Fluide jeyes Fini
ri
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Hues du Peuple $ Dan es Des touches
Port-au-Prince (Iki i)
Marchandises fraich s
extra bon march
Pte d'Anchois 0part
3 in Huile
Savon pour la be en hi\
Pefgne blanc
iyuill s en tub *
Biscuit doux avx raiin*
Biscuit Yum ) umkl imon snaps 15 12
Gtme polir Electrio Silicon etBO* 25 le piquet
MuuUn viande 2JJ0 chaque
Porte un ni au eu bais ct& or 80 chaque
l'i le c*% or 40chaque
N B.C. RoyalLuvch, Sut nnes, Piy Newton* 21 c p
l\.B.i lU'fehi r vnch,Vneeda.Uicvil ele i5paquet
Kt la t< ajoura 05 lu bouteille
Uire clsor 10
Le Usinfectant Royal
( PRODUIT ANGLAIS )
Par ia Commission spciale Da Sa Majest George V- Uoid'Aoj
Pu t ..L-Pmi-T, le $8 Mai 1921 1S0 MdailU-a d'honneur lai ont t dcern. Jeyas FluideJ
ruciilenr dsinfectant du mor.de entier et le mieux cunnu dauil-i
mm------------------------ .. .y, 'peux hpitaux tt aux Dpaiirineu's Sanitaires d Kuro..e, li eatl
couia-C'est pourquoi il ni:i toujours irsisier d avoir Jeyes
lEfticace, sain et coco.nique, employ dans la Maison loyale
trois lgoei uccesaifa.
AucuiiM famille ni3 devait rester eans un petit bidon de Jeyes
liaoa oublier le Sivoi dsiofectant JYK3 pour te bain et':, oa
j est ineiveilleuaa contre lei pidmies, piqres d insec ibn'i'ures el aprs avoir pris un bain av^c le Savou JIlVESou w]
ment heureu.
Daiofectez vo3 miions, gots curies, watsr.closLt e c etc.
Destructeur des punaises et tout autre msejtas avec succi l>J
eai la porte de toutes les bourses; le bidon se vend G. 1. 111
5 00. Baril da 10 plions &"' dollars. Le savon J>jyea se vend g. 2i^
prix spci 1 pour l'achat en y us.
h ranch J. Martin
agent gnral, -liai Pave, en face de la Glacire, Port-au PrB
ef.r tr> maint. 2.~>
:r> 30
35 :\o
25 20
iO 08
27 20
Cercueils
I-a maisan, dont la rfutation n'est plus dire pjur la fabM-,
des cercueil?, avis^ le public qu'elle vient de r.i .ire le priij
cercueils simples coivemiblenicii'. dcors l'tirieur et bieat1
fonni h l'intrieur Gd sa \W.
^ Pour les cercueils de luxe qui est u nptiali' de la
s'entendra toujours pour un prie satisfaisant.
f La M'ison entrt'preud aussi la rparation de miroirs tchs-
Henry Stark
Pue du Quai, en face de laG^
Vins d'Espagne
el de Bordeai
On trouvera *a Maison L PltitilZMAftb-AGbbBBOU^
vins suivants : ...M
Madre sec e* doux. Malaga pale et brun- Xrs en D*",WJ:
li res. >ladre,MaUga,()perlo en cases de 12bouteilles."^J
blsnc de bordeaux en caisse de 12 bouteilles et barrique
Prix modrs
Profitez ~k celle bonne occasion
[ 0.000 jolies cravate de sojfi
A deux gourdes chaque
En vente chez
Shemtob $ Co


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM