<%BANNER%>







PAGE 1

IB MATIN \ Foot-Ball Le match da 22 Mai m MAI ; " y pel' C'est en prsence de prs de 410c spectateurs qu'a eu lieu dimauthe sur le Parc Leconte le GranJ match entre l'quipe du Capitaine O cai Helmcke et l'quipe du Capitaine Sony. Il est 4 heure*; la musique du P. lais joue la Dts;alinienn; lottj monde se dcouvre. L'arbitre Clment Coicou prue survie terrain du jeu et et alu pi les applaudissemeits du public. Il donne un coup de Millet ei les deui quipes te pisentent. Aprs le tirage au :ort, elles prennent leur place respective. La musi que entame une marche (ls entranante et la partie commence L'quipe du Capitaine Hein ke prend 1 ot-1 ralat. tensive et la maitteot pendant tou'< ] ,<— ls premire mi-temps. Cator, Bruno et surtout Rgnier protgeant te bol de Soray sans cesse menac par Chenet, Caidozo, Maurice Elie et Dupuy. A la deuiime mi temps, les joueurs de Soray plus entrains, ont lolten sive. Malheureusement, au lieu de faire no beau jeu de passes, ils lan cent de trs mauvais shoots qui n a mnent aucun rsultat. A 1-ezcep tion de Murad, les avants ont mal jou. Rscine a*a pu t i ss place i 1 sile gauche et Alvars a t plu'cV un joueur encombrent s'occupactj plus de charger que de faire des pas ses ses collgues. Tontes les attaques des avants de So rayse brisrent devant la dure rsista ncedeHelmke,£douardCassagccl,Bear, Rigaud et Del va. lit la partie se Mil mina sans but des denx ctes. Le |tn| a t atim et les deux quipes se sont rvles pen prs d'gale force. | Nous leur prsentons nos meilleurs compliments ainsi qu'a Clment Coicou qui a magistralement bien aibitr le match, sans oublier le pu •lie qui cette lois ci s'est trs bien conduit. C Jeudi prochain, probablement, d' prs ce que BOUS avons entendu, l' quipe Jean lacqurs rencontrera l' quipe de Helmcke. A bientt d'autres renseignements.— Spectateur. Le Pttil Sminaire Col'ge Si Ma ni fte aujoutd hui les oocei d'argent, c'est i dire le 2) annrve-s de l'i lection de Monseigneur Le R y i la tte de de la cocj.r^anoi des Pffl du Si fcpiit e' do S ci Coeur de Marie. A cet e occa ioi, a ru mesre solennelle i ' chi c de l'.t bi sem-nt huit heurt matin. Banquet LU Sminaire lu midi, prsents le Buieau de 1 Amicale et Mgr Ccnar, Fisident d Honneur. U^e adresse de toit le personnel du Coi g\ enseignant et tud ant. a t (\i adresse a Mgr Le Roy pour lui exprimer les \œux et tlic.t-uons de St Martial. A celte occasion, nous, prions les Prs c"u Sminaire d'. gilet nos sincres lliciUlions et sou haitons Mgr Le Roy une longue et 1 iheuieuse continuation de son g(n CHOYEZ-LE, POUR LES Y "ST ENFANTS, "^ il n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT m s: o ENTERITES > et MMLADIia GAS1 KO-OiTE.: rtfiALSj Diarrhe verte ci nom rl osons,Bntirlt inuuoncrribrfenuuso, tubor-'.i!. L*e de r LaPLOS POISSANT A NIS UPT1QU£ %  ou* W./onre ni Culrre miTlMnU ivrrwrnt twntisy.tii \ntritinale, I dosp do 60 4 Ou roulUi par JoDf J'ANiODOf, !KT~RNI dans une (tua ,<:• flcupi d'onr.fer, ! C-JalAHXOIiOUao Itv< Coo ur .-t.Pjrl Parisiaua JEUDI A 1 occasion de la Fte Diec, Direction offre Une Volont Grand sbef-d'astivre avec William Fsrnoojfi'naTgiqae et ldnissnt article* Entre G 1 00 Le Matin et g %  o "" 1 c •— D 1 •£ CD O •-W.!, 93C CD r. r. §1 sa %  z . V. 3 CD E m c> 9 La Maison j Grande liquidation a Grande liqnii Fncore'un g\and rabais c/ie* A tloii.c Talamas Rue du M a g Util de l'Etat En [ace de Simo i Vieux Le pubhc apprendra avec plai i>' Que la miison Antoine 7< fait encore un grand rabai< sur tous s s articles, particuli cl M uscli.ie il m s 0 btr H] Monasohne il mrs djibl>ltn| Ut mirants : Grieo Marc 1 aune G-0.7." Nortfook t) T e* R'bhoeofort gran le Ivg „ Voilr lil a 11 uif i;rarvie larg 1 iK) Drili b'anc. gra-di la-gstr Narpouk coi i?' r lieu s t 2 D il! Tiicgnp, grande U-peur / c rabais se fait sur le slodi en gnral. C'est un avantaj lior.nel, Pai vrcs e'. u hv>, ne perde: pas 10 vision de vous k avec trs peu d'argent. A ccoun z vite cht z s ntoine 1\ /ai C ILOF.OSE, J3!L-;E ckose pour avilir un peuple qui ne ( voos a fait et ne peut vous Lire au coo mal I | losqo ce jour, 1 atfaire n'a pas t dfre au Parqutt Pourquoi? Un haitien authentique Notre ami Monsieur Louis Porno est un Haitien authentique. V a de qui '.enir. La dmonstration n est premptoire. Son pre, son grand pre et son oncle lurent des hai iens Cependant, lors mme que le grand'pre eu le r e auraient appai tenus a la nat onaht franaise. Mon s eur Louis Homo n'en serait pas moins b.itien. Quoi que l'on dise, si chaque ville et chaque bourg de ce malhru reux pays avait dix Louis Homo, Hati en seraitort heureuse, a cotre humble avis d arrires petits fils de paysans hatiens J PAR MOIS POUl Al'-PlilNCE Di.PAlUi-MFNT ETRANGER A louer contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien. 1J9, /,'...> Saint-Autoine P AH ia C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS V, P r/eiiie maison L'ois Vern, H n Mtorrptt, mctblt'e cri nen, aynt long I. s prcominodfni nid. SadreEsea au N mme rue. SIR, DESCHIE! HmogloMncl a f.tginvDtcT du Sang, preacrlt ;i:.r l'lito mdicala. SuprUur la vlaudo crus <•< i-ux ttrruginiax. Admirn dans les Hpitaux dt 1 btii Otulni DCti il:ttNS, 0, Hue Paul Baudry, PARU .1 fhiruiKlH PORT-ATJ-PKINOB Alem.PETRU3; Pliarrmcie ALBF.RTIWI Pharmacie rtu D" Juatin VUiU) er tout** /, hnf'nf' Plmrmdoift.. Dcs Un llgroOQOia d-sGonaivf nn uni en la uii.it deAugualtt Shombei^. Condolances sa famille. Liquidation Liquidation Encore un grand rabais chez Antoine Talamas En face de Simon lieux La Maison Autoina Talamas est une des raaisons d > ce le iTac qui donnant le plus d'avsnlages au pub'ic Ella li le i'hibillar l pauvre ausii bien qt • ln?ilre 4ujounlhu • rcore elh hit ui grand rablis sur son s ork en gAoril, parUculiretn ni les article suivants : Maon G 20. Chai.eau* de paille peur nom Lotion Lozor Violette Sylvan I ompia,Florai livre, Azurea 'J 00 2 00 3-0' 1,50 I mes suprieure 0 00 Qtepati laine prboori. sup. 0.00 i'. %  .%  •il* lie suprieure, I amie S 00" J'alru beacli eup. nuances var. 1U0O LbtOiMttOI inercpriz^PR riz 1000 Bretelles supqualits varies 2-UU SSTOO (boite de 3) Ce rabais ne durer i que 10 jwrs. accourez vile t 115 ilV. Adi-eafr] bis aiiia nauroao mm\ Service de fret cl dejjpassayerd New-York HaliJ Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920 u Prenant expdii ons direefes p^nr l'Ioglelerre ai l'Eurnaa et \ic!-ver*a. Conaexh b eaux New York. I e plus rapide si 1 1 pus direct service -le et pour 1 Iv.roie Ad A. L. 1 alartoo, General Freipht Ageui, i, SUU blreil, New VoiL C (y.rVet niya t'oiinalicn I exception du Miel Un dpart par Bemainede New York ireclemenl pour Po-t an Priuceel tu SII*M piri moi pour lo s ta ports dHai .. Seulement passage


PAGE 1

u-iaMie*"! 4088 %  a Prit ce, Hati OiafcCTEUR-PROPRIErAttE; Oment-MAGLOlHl!"; LE: NUMERO 20JGENIIIIUI Quotidien REDACTION; Rae Amricaine No, ls* TELEFHO*t:* Mardi 24 Mai 1921 .Aussitt qu'une pense vraie est entre dans noir e];esprit,Kelle jatejuiie lumire quijnous tait],voir une foule,! (d'autres objets que nous n'apercevions pas auparavant. Vie de CHATEAUBRIAND -QUESTION DU JOUR SPECIAL SPECIL • Alternative in joeer par k-s apparences, laituela. *.n rhaigi de ce-' svantpge, fctioude la question araiicano ; nous olfrons loua au're i < uvant voue semble tre actuellement convenir aix paya qui sont nos voi|. e ina. Leur intrt, ainsi rjns le notre, I „ „„ Hi 0 r.na nr.no on* cornraanden/ de nous accommoder Allez vous en, d '8on 8 -noua aux s Da co nca.ne;; puwqua you dues que| comprennent ainsl.il n'y a rien regpectez les dioits Uesprti ts, craindr £ Tout ,., fclea.que vous ne.ea |.as des : ,, iant au ireurs et que vous condamnez.* dune toute i:ente d'un gou em imprialiste qui a iutro Chambres air \ous met'ons en veUeun grand assortiment de chambra des pris trs rduits Cet asFort'menl Comprend I s dimensions iuiv&i'ei '1 air ?3 x4!j2 x I 3i ;i2x \ ;tix \\\l xi 3i x 'i |*2 9 .T) 3: x \\i X 1 Cap-Bain dans sotie pwys un ri fc?i.nd':ti %  lion jolitiqui! q .i a eouapiiin les libe't' s e^ toutes les co t l. Si vous tenez au pro.i r %  ooi amiu-diii i-t a la byuimainte peuples de cet limnpb e, alltz H. Nous ne demandons pas mieux le nous eu allei > rpliquent les iiricuna, mais 1M prestige des rUois veut qub l'oidresoit as partout dans c-t hiniaphic; mut notre arrive, voua av< /. le votre libert absolue un useg mettait constamment eu pnl ordre public sans lequel une ne peut se dvelopper. Nous eo nous lorsque vous pouriez offrir des gigea cettaina quel pouvez voluer par vos propre-' eo et autrement que vous ne z lut daus le paas. -Allez-vouj-ui e 1 nous marc'n uai de 1915 M peut re un bon lustruinei r comme il peut tre un mauvais. Nous pouvons on dire au aut de la prsence des Amricains : nous reve-iuns au point de dpirt. — Oui. et noustournoua dana un cercle vicieux qui trangle le paya. Renoncez la Conven ion, enlev z l'Occupation et nous seroraheure — L't:ez-vous avant notre ar Toute votre iatoire ect faite sang, de rvolutions, de dilapi tions. C'est voua mme qui l'avez dit tt crit sous toutes les formes. — Parce que, trs peu d'excqp lions prs, nous avoua en di mau vais gouvarnoments. LB exceptions ne font que co.uti m--r la r^ie. — Et maiLtecant? En ave/.vous un bon V United States Tabs are good Tiib^s PNEUS Nous mitions en vente cN Pneus ayint les dimensions suivante des prix tris rduits .il s i x i 3i x//l|2 d. x lOnilelSlalesTirenrpiTira^ Laiss'Z-nous vous procurer un gran l profit sur vos arli ils Un led We l Incites Corporatio i //. P. DA \ IS v P <" %  General Manager K fe rjn li (JUre Me D>nall Hue du otra iiidependduce; en la lais L uo g 0urferU eruental-Avec ce sttu eAiilS. — Suivant une dpche *~ perptuer trop longtemps etL u0 e9l .{| possib e dfrer un d'Ar uentii-ei, la crois de gierre a accordant notre collebo a!^;^^ Q6 nt dans l'ac ion d j s fine M cette cond.tljn, noua crB, nous la possdions s 0S88b310 do 80 '**'*** 8U H aaice de notre rputation tele U Use ot9Qdoni., avec les grand.tni '"* de ll0ie histoire, u Jieuiiau rti-ard du monis eu j^^oua n avons jainaii uluve son N jvuaance aucun petit peuple. art" 8 de ''rire dans lee BHBB Ctt ''.Miiispbre sans q i d u yns gua par lindpenUi, ^ "-canpay:, Au besoia, cous Hun-* M8uiur cetie indpendance IHIIXW, t-ulja ^ a diapjaition d j iloir a l ox,a,l r oua font u ^da/" a8 *aurer la do n u touu-r '** '"animes | u, eu ca ^ %  "•'•Poairaieui tre utilise Uja *"ai'deiialvji-aAi es v u ienps derniers q ie le gouvernedes rgu.is libres l-a ment dj Waslnngton a certaineFoi 11, l'rau b t i Esperey et le mmeut en mains d^ quoi se tracer ,.iat e de I! 'gque Uevtze y bssiauue ligne de con lune conforme aux t fe a i. Une ioaie iiombrewea accla iutd ta bilieae, ail vu prends ueuaiuiuiav.se'. 'es rUircbi.x. en maina ii defi-iae Ai cea lot r s Uuedepciie de .Nmes annoou M,18, de gin;?, s'il a'ir.e ui qu une urogaie ^ il % %  i.iaugu.e eu liii;euiMit q lolconqne, oit iiiieuces d'une grve Par su ti de '.a gi/ uib*ii Uais au.ua tit^au u'est tuiri tu notre rade depuis trois iciu3iuts, vtuani ia ports amricaine. It s'ensuit qui U crise d-arg'Oi que nou> lub*Sons avec tant d'in Lns.t e t venue se i'i lier ctl.e de atidei ds t^ute pumire ncessn dTrnj raie:. C'est ainsi e,ue la mantgue et 1. b.une q -i e vcntl unt ies 5 lifi" raiion ue G S-5 ,J tl ^ 7S -e ven d ut en ce mom.n ti 12 ei G. 15 e 1 z don la livie co ait 0.40 :ents Ei %  Vh:oes prcises da1 m ijj ruge de Mademoiselle Liitu ^^V^p.^-.ant .es circoaOso ces oui cb..iwiit les c:m.neriau de ... ... ~. n.U" JI. Arcahiiece 20 Mai 1921 AuxMmbtcs de la Presse d Tortau Prince le Nouveili-te. le Matin. l'E.sor, le Courrier Ha tien, 1 Etendard. Port au Prince. ^hcis Concitoyens, Nous avonl 'honeur de vois ex primer le voeu mis par la popul lion de l'Arcthlll de taire appel i votre patriotistiie pour l'aider daoi une large mesure a raliser \t nob e ide d'riger sur notre place d'armes un monument pour commmorer h crahon du Drapeau National Vo 1 voudrez bien retenir que ces labnl Isnte manitcsiation rlu 18 Mai chfz nous dont vous av t. eu l'h^ureusr ioitiatwe ^ui cous a sugget ce pro je-, c'est donc vous particuli e%  nent que notre cit devra d sroii ui jour ce monument dnt vouconnaissez roite l'utilit. Naus vou Irions associer i cette entrepristoule la Presse hii*.ienne ptr votre intermdiaire D'autie part nous lirions appel tontes le* localit! o ne s'di ert pas de puroaux. e qai ne resteront pas hdiHeeeJtf esp rons nou>. Nous soumettt>rs >J* p puisse t-elle recevoir votre adhsion et se ralise par votre prcieuse co!liro.ation Recevez, cheis Mtsieury, l'expression sincre de nos stn'nnenti les meilleurs en 1a Patrie. meiueuie partit poss.b'.e de la raret de ces aiticies, nous leur de miodons d'tie plus quitables eu faisant une augmentation raisouua b.c. Pierre Pyrrhus Agnaat, Dr |h. Armand, ]. Armand, J D. Ddw.Alcius Bazile. D. Bernadoile, D. Agnant, Dalzon |eune, Lonce John Cassus.'aussi, (Du Petit Cipoi) L'enqute sur les priaons Que devient-elle ? Pourquoi le go veine ment, aprs l'avoir autorise, garde -t—il le silsnee Pourquoi es administrateurs de nos bastilles qui savent avoir mrit de ls civilisa tion, de la justice, de l'humanit, de a pnilantropie, de la ngroph'lie, pourquoi ne pressent-ils pas le gou ver n: ment de taire procder l'enqute ? Pourquoi le successeur de Monsieur le gnral Wise. dont on vanquinze jours, le respect lgalit pour s'tre substitu strature, nous ne savons en lue.le arconsunse,pourquoi ne suegtrt t-.l p is, pourquoi ne recommandet il pas les investigations ncessaires au bon tenom de Messieurs les administrateu s et directeurs de nos jii 0 1. ? Une fonction supprims reparait furtivement Noos avertissons ls dpartement de la jus.'i.x que plusieurs justices de paix des communes du Nord •ont en train de faire revivre ls i obe les foicdons de ministre public supprimes ; rs les tribunaux de simple police pu l'art. 22 de la toi oganique du 4 sepienbre 1918. Sous les yeux, no as avon un: sentence reniue c entre le Oporil de la gendarmerie, cantonn en ce bourg, agissent pour la v'ndute publique... Et... etc. Uans un autre jugement, le nwf istrt d une au re commune, nous sons au point de droit ; c Le rquisitoire de l'o g>ne de la loi est il justice et bien fond ? • Il faut avilir 1 Haitien Voici les dtrniers rea e gnemeats relatifs A la co nbiaaison oirdic 4 S Raphal. C'est dan> la sedioa a Montagne Noire, entre Bahoa et St Kaphael, qu'un voyeur fut and. daas la journe du MJI, SOUS le prtexte d avoir des papiers et... autres dans un sac ( muoutil ). Conduit, on ne sait en vertu de que'.ll disposition pnale, au bureau de police, l'oCici.r le miintint en at d'arrestatio 1 et l'expdia lt |ustce de paix sou; la prvention n'avoir, d'aptes uae pr'endue liste. 1 achet duept perioones nota • bll du Sou ii *t les noms suive it oulre trois g n Jar.nes. Li lnnii.se ste est ainsi lib:lle. < UtU des personnes que y ai achetes • Di ClUi L ml, l-onlu. Victor, |*m Bstisiire, Mire Muscadin, Vil* b un Franois, Misset Djlc, Ancus |ean 1 .aoois, M -tas |ean ITUIJIS, H ctor |ean Franois. Guillaume Louis. En.le riion, S. Victor Gour gue ,St Firmiu Pierre.Nirmil Mjise, Chris M )ise, Facius Moise, Louise Moidestin et t oit gendarmes. O/, ces vi igt pe'soioes sont toutes vivan es, bien vivantes, en parfaite saui. Lili/e accuiauice a , nous at-on utiii.ni. rite l'arrive du ma.heureux au bu-eau de la g.-nJsr mre., on au at mme essay de tjiinir,le vietlltr le p pier. Le cannibilv n'a paseucore mitig. Mais il a achet pour manger N est ce pas honteux, diabolique, et stupide d'imaginer pareille / e r-' J* *fcJ


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05382
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 24, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05382

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
u-iaMie*"! 4088
a Prit ce, Hati
OiafcCTEUR-PROPRIErAttE;
Oment-MAGLOlHl!";
le:numero 20jgeniiiiui
Quotidien
REDACTION; Rae Amricaine No, ls*
TELEFHO*t:*

Mardi 24 Mai 1921
.
! .Aussitt qu'une pense
vraie est entre dans no-
ir e];esprit,Kelle jatejuiie
lumire quijnous tait],voir
une foule,! (d'autres objets
que nous n'apercevions
pas auparavant.
Vie de CHATEAUBRIAND
-QUESTION DU JOUR
SPECIAL
SPECIL

Alternative
in joeer par k-s apparences, laituela. *.n rhaigi de ce-' svantpge,
fctioude la question araiicano ; nous olfrons loua au're i < uvant
voue semble tre actuellement convenir aix paya qui sont nos voi-
|. .e. ina. Leur intrt, ainsi rjns le notre,
I Hi0r.na nr.no on* cornraanden/ de nous accommoder
Allez vous en, d'8on8-noua aux s Da co
nca.ne;; puwqua you dues que| comprennent ainsl.il n'y a rien
regpectez les dioits Uesprtits, craindr Tout,,.,
fclea.que vous ne.ea |.as des : ,, iant au
ireurs et que vous condamnez.*
dune toute i:ente d'un gou
em imprialiste qui a iutro
Chambres air
\ous met'ons en veUeun grand assortiment de chambra
des pris trs rduits
Cet asFort'menl Comprend I s dimensions iuiv&i'ei .
'1 air
?3 x4!j2
x I
3i
;i2x \ ;tix \\\l
xi 3i x 'i |*2
9
.T)
3:
x \\i
X 1
Cap-Bain
dans sotie pwys un ri fc?i.n- d':ti
lion jolitiqui! q .i a eouapiiin
les libe't' s e^ toutes les co t
l. Si vous tenez au pro.ir
ooi amiu-diii i-t a la byuimainte
peuples de cet limnpb e, alltz
H.
Nous ne demandons pas mieux
le nous eu allei > rpliquent les
iiricuna, mais 1m prestige des
rUois veut qub l'oidresoit as
partout dans c-t hiniaphic;
mut notre arrive, voua av< /.
le votre libert absolue un useg *
mettait constamment eu pnl
ordre public sans lequel une
ne peut se dvelopper. Nous
eo nous lorsque vous pouriez
offrir des gigea cettaina quel
pouvez voluer par vos propre-'
eo et autrement que vous ne
z lut daus le paas.
-Allez-vouj-ui e1 nous marc'n
uai de 1915 M
. peut re un bon lustruinei r comme
il peut tre un mauvais. Nous pou-
vons on dire au aut de la prsence
des Amricains : nous reve-iuns au
point de dpirt.
Oui. et noustournoua dana un
cercle vicieux qui trangle le paya.
Renoncez la Conven ion, enlev z
l'Occupation et nous seroraheure
L't:ez-vous avant notre ar
Toute votre iatoire ect faite
sang, de rvolutions, de dilapi
tions. C'est voua mme qui l'avez dit
tt crit sous toutes les formes.
Parce que, trs peu d'excqp
lions prs, nous avoua en di mau
vais gouvarnoments. Lb exceptions
ne font que co.uti m--r la r^ie.
Et maiLtecant? En ave/.vous
un bon V
United States Tabs are good Tiib^s
PNEUS
Nous mitions en vente cN Pneus ayint les dimensions suivante
des prix tris rduits
.il s
i x i
3i x//l|2
d. x
lOnilelSlalesTirenrpiTira^
Laiss'Z-nous vous procurer un gran l profit sur vos arli ils
Un led We l Incites Corporatio i
//. P. DA \ IS v P <" General Manager
K, fe rjn li (JUre Me D>nall Hue du \ju\ les Etrangres jMqq q me ni ^
commmort if
Amene sur ce terrain' fa question
parait s clairer. Ko effet, ivec un
(bon g uvernem&ni btcien l'action
[amricaine peut devenir de moins
'ei moins ncessaire, et si elle est
tre* bien avec nos propr. s1 iQtelli^nte et bien intentionne, et'e PARUS 2i Ml Tejed^r, charg
i.NouBpraiqueionsl oubli li-M'aba|,dorine|.a peu peu gej p).j d'affalrea de Cub . a pronooei hier
querelles et nous ferons evo tij(13 en faveur de l'action nationale me alo^utton nouvaute sur la
peuple. IC'est la ii i avoue du train*. Un tel lombi du lOldit inconnu lia a-ili
Vpinmeuci/. par prouver, par'tu ne clioses ne supjoie mm dana c- berui r incarna ion de la
que vous pouv.z rgu ainsi pa^ de ,naaVai8 fon :lionnairjs uni i moleaUeetdu dsiotreaaem#nten
nous en iruus aprs; P4S ,it.,jn8 pour [a raison qu un li^uicr otfrant si fte pou- ialb- ne produit pas de roses. Ceci est un p es,et rappel le rle de Cubi dont
^M*i8 vol-.' [-r.Vi.Mice est en t lie a8pec de la question. i di. i a lai o s dainou: pour la
un outrant) notre 80uverai'!e| L'autre aspect suppose noire s'.atu Fr.nc-
J>otra iiidependduce; en la laisLuo g0urferUeruental-Avec ce sttu eAiilS. Suivant une dpche
*~ perptuer trop longtemps etLu0 e9l.{| possib e dfrer un d'Ar uentii-ei, la crois de gierre a
accordant notre collebo a!^;^^ Q6nt dans l'ac ion djs fine
m cette cond.tljn, noua cr Sili foice un tut accompl'; 'an Ipossible d'esprer une af.njituju
ifieo nous refuaint, cela con3tijdu riiimo a nri:ai.j .',
fuie, es
eo oois refuaint, cela coii3ti:du rgime anrhai
es re *- Loia dt
l'i t d -iniietei
o
o it :^
e r aai e a q "rd h ii cette ville
io th lua^niii 11 elfo.t a relev
p.us de la nijiti de ruines a cumu-
l s par le boiiibardem-fiii de qua-
ueann-jo-'. M LoucbeUf, tn.niitre
uoarcbaux
reu la leiire suivante
tmpressons de bublur,
UproMVOHt I txalknU ide qu'ilk com
port :
hous arias
que nous nous
menacer votre indpen
Jset voire bouveiainet, nous les
JJhoa' Nous socomea le seul
Jpapeutio doiit lliiaoire ui-
jl*tij.ue uv.c votie p^ys n'ai
Mae pa^H a ulinn.tum ni uut:
'fjliiie aymt reposij sur l abus d.1
Ifce Coimne le demi r mot d un"
1*ia iou. Avec notre assis anco,
n'avez plus besoiu d'avoir peur
Iros canons de eaux qui puven'
|^l des contestations avec vous
*f% indpendance est plus garauti3
^limais.
* C'est--dire que vol'3 tjs d-
^ aeuia U menacer et vous
*JJ'nteit la dfendre contre
Jf'Hes que pour pouvoir en use
**' seul prolit. le le est l Inaioi
Mi Convention de l'Jl, cause
) miiheuia actuels
JI, ' mil^ro ses ricliesaes na-
_cee, ne vaut pas que nou au re^
J>b, nous la possdions s
0S88b310" do" 80 '**'*** 8U
h aaice de notre rputation tele
UUseot9Qdoni., avec les grand.-
tni '"* de ll0ie histoire, u
Jieuiiau rti-ard du monis eu
j^^oua n avons jainaii uluve son
Njvuaance aucun petit peuple.
art"8 de ''rire dans lee
bhbb Ctt ''.Miiispbre sans q i
* d"uyns gua par lindpenUi,
^ "-canpay:, Au besoia, cous
Hun-* M8uiur cetie indpendance
IhiixW, t-ulja' ^a diapjaition dj
iloir a l' ox,a,l r-oua font u'
^da/" a8 *aurer la do n u -
touu-r '** '"animes | u, eu ca
^"'Poairaieui tre utilise
Uja*"ai'deiialvji-aAi es v u
ienps derniers q ie le gouverne- des rgu.is libres l-a
ment dj Waslnngton a certaine- Foi 11, l'rau b t i Esperey et le m-
meut en mains d^ quoi se tracer ,.iat e de I! 'gque Uevtze y bssia-
uue ligne de con lune conforme aux t feai. Une ioaie iiombrewea accla
iutd ta bilieae, ail vu prends ueuaiuiuiav.se'. 'es rUircbi.x.
en maina ii defi-iae Ai cea lot r s Uuedepciie de .Nmes annoou
M,18, de gin;?, s'il a'ir.e ui qu une urogaie ^ il i.iaugu.e eu
liii;euiMit q lolconqne, oit cot amricain, loit du co' bal'iao; .aned'fc: ai a t aeronau ique.qui uuibi
que C; ebange nent ne se fa M a \ a q )t) plusieurs Dotablliti,aO0t amves
u cemini oi Qu'on ne caluiaie pas par la *o
aur les m ilifs les dplacements n-
ces-iaiies' Qu'on dise carrment.
nousTaisous telle rforme dans le
monde a n,-ricain pirce (i ie l telle
cjndude laissai' dsirer; et i.ous
fusons telle autte dans le personnel
bel un, parce que l hs iutis
iiai'ieua ont t trubii ou vendus
il u y a pas de r t rme qui puisse
pretendn la saer plu* ou m jus la
tact le rgime cre d na le paya
puis UIJ, si e fe n a pis ce que no
renons de dire piur point de dpare
il pour avertiaaemout en vue de
l'avenir-
dei tira.
La g a;.de cote eycliat
Bordeaoi Pana, a eie gagne
(jtiiiato, bs.frsosii1
aunuelle
par
Mariages
lEgiie du Sscf-Cnr ds Jur
;hnu, d
C
bn le jeidi 2 (u r:
de MaJei
Oancombe ave: Monsieur Riymood
1 -"/' mercredi ier loifl,J ? htl
J(C es du matin, en ls Bwiiqns
j ; i),n- sera cl-b. le mar.-gS
a Mel.e A .ne D .sque iv:c lr f hi
.ippe li.uiia.
Lei coii>iiiieuces
d'une grve
Par su ti de '.a gi/ uib*ii Uais
au.ua tit^au u'est tuiri tu notre
rade depuis trois iciu3iuts, vtuani
ia ports amricaine.
It s'ensuit qui U crise d-arg'Oi
que nou> lub*Sons avec tant d'in
Lns.t e t venue se i'i lier ctl.e de
atidei ds t^ute pumire ncessn
dTrnj raie:.
C'est ainsi e,ue la mantgue et 1.
b.une q -i e vcntl unt ies 5 lifi"
raiion ue G S-5,J tl ^ 7S -e ven
d ut en ce mom.n ti 12 ei G. 15
e 1 z don la livie co ait 0.40 :ents
Ei
Vh:oes prcises da1 m ijj
ruge de Mademoiselle Liitu ^^V^p.^-.ant .es circoaOso
ces oui cb..iwiit les c:m.neriau de
...____... ~. n.U" J- I.
Arcahiiece 20 Mai 1921
AuxMmbtcs de la Presse d Tort-
au Prince le Nouveili-te. le Matin.
l'E.sor, le Courrier Ha tien, 1 Eten-
dard. Port au Prince.
^hcis Concitoyens,
Nous avon-l'honeur de vois ex
primer le voeu mis par la popul
lion de l'Arcthlll de taire appel i
votre patriotistiie pour l'aider daoi
une large mesure a raliser \t nob e
ide d'riger sur notre place d'armes
un monument pour commmorer h
crahon du Drapeau National Vo 1
voudrez bien retenir que ces labnl
Isnte manitcsiation rlu 18 Mai chfz
nous dont vous av t. eu l'h^ureusr
ioitiatwe ^ui cous a sugget ce pro
je-, c'est donc vous particuli e-
nent que notre cit devra d sroii
ui jour ce monument dnt vou-
connaissez roite l'utilit. Naus vou
Irions associer i cette entrepris-
toule la Presse hii*.ienne ptr votre
intermdiaire D'autie part nous li-
rions appel tontes le* localit! o
ne s'di ert pas de puroaux. e qai
ne resteront pas hdiHeeeJtf esp
rons nou>. Nous soumettt>rs >J*p
puisse t-elle recevoir votre adhsion
et se ralise par votre prcieuse
co!liro.ation
Recevez, cheis Mtsieury, l'expres-
sion sincre de nos stn'nnenti les
meilleurs en 1a Patrie.
meiueuie partit poss.b'.e de la
raret de ces aiticies, nous leur de
miodons d'tie plus quitables eu
faisant une augmentation raisouua
b.c.
Pierre Pyrrhus Agnaat, Dr |h. Ar-
mand, ]. Armand, J D. Ddw.Alcius
Bazile. D. Bernadoile, D. Agnant,
Dalzon |eune, Lonce John Cassus.'aussi,
(Du Petit Cipoi)
L'enqute sur les priaons
Que devient-elle ? Pourquoi le
go veine ment, aprs l'avoir autori-
se, garde -til le silsnee Pourquoi
es administrateurs de nos bastilles
qui savent avoir mrit de ls civilisa
tion, de la justice, de l'humanit, de
a pnilantropie, de la ngroph'lie,
pourquoi ne pressent-ils pas le gou
ver n: ment de taire procder l'en-
qute ?
Pourquoi le successeur de Mon-
sieur le gnral Wise. dont on van-
quinze jours, le respect
lgalit pour s'tre substitu
strature, nous ne savons en
lue.le arconsunse,pourquoi ne sue-
gtrt t-.l p is,pourquoi ne recommande-
t il pas les investigations ncessaires
au bon tenom de Messieurs les ad-
ministrateu s et directeurs de nos
jii 0 1. ?
Une fonction supprims
reparait furtivement
Noos avertissons ls dpartement
de la jus.'i.x que plusieurs justices
de paix des communes du Nord
ont en train de faire revivre ls
i obe les foicdons de ministre
public supprimes ; rs les tribunaux
de simple police pu l'art. 22 de la
toi oganique du 4 sepienbre 1918.
Sous les yeux, no as avon un:
sentence reniue c entre le Oporil
de la gendarmerie, cantonn en ce
bourg, agissent pour la v'ndute pu-
blique... Et... etc.
Uans un autre jugement, le nw-
fistrt d une au re commune, nous
sons au point de droit ; c Le r-
quisitoire de l'o g>ne de la loi est il
justice et bien fond ?
Il faut avilir 1 Haitien
Voici les dtrniers rea e gnemeats
relatifs A la co nbiaaison oirdic 4
S Raphal. C'est dan> la sedioa a
Montagne Noire, entre Bahoa et St
Kaphael, qu'un voyeur fut and.
daas la journe du Mji, sous le
prtexte d avoir des papiers et... au-
tres dans un sac ( muoutil ).
Conduit, on ne sait en vertu de
que'.ll disposition pnale, au bureau
de police, l'oCici.r le miintint en
at d'arrestatio 1 et l'expdia lt
|ustce de paix sou; la prvention
n'avoir, d'aptes uae pr'endue liste.
1 achet du- ept perioones nota
bll du Sou ii *t les noms suive it
oulre trois g n Jar.nes.
Li lnnii.se ste est ainsi lib:lle.
< UtU des personnes que y ai achetes
Di ClUi L ml, l-onlu. Victor,
|*m Bstisiire, Mire Muscadin, Vil*
b un Franois, Misset Djlc, Ancus
|ean 1 .aoois, M -tas |ean Ituijis,
H ctor |ean Franois. Guillaume
Louis. En.le riion, S. Victor Gour
gue ,St Firmiu Pierre.Nirmil Mjise,
Chris M )ise, Facius Moise, Louise
Moidestin et t oit gendarmes. O/,
ces vi igt pe'soioes sont toutes vi-
van es, bien vivantes, en parfaite
saui.
Lili/e accuiauice a , nous a-
t-on utiii.ni. rite l'arrive du
ma.heureux au bu-eau de la g.-nJsr
mre., on au at mme essay de
tjiinir,le vietlltr le p pier. .
Le cannibilv n'a paseucore miti-
g. Mais il a achet pour manger ,
N est ce pas honteux, diabolique, et
stupide d'imaginer pareille
/
e
r-' J*
*fc-
J-


IB MATIN
\
Foot-Ball
Le match da 22 Mai
m mai
;
" y
pel'

C'est en prsence de prs de 410c
spectateurs qu'a eu lieu dimauthe
sur le Parc Leconte le GranJ match
entre l'quipe du Capitaine O cai
Helmcke et l'quipe du Capitaine
Sony.
Il est 4 heure*; la musique du P.
lais joue la Dts;alinienn; lottj
monde se dcouvre.
L'arbitre Clment Coicou prue
survie terrain du jeu et et alu pi
les applaudissemeits du public. Il
donne un coup de Millet ei les deui
quipes te pisentent.
Aprs le tirage au :ort, elles pren-
nent leur place respective. La musi
que entame une marche (ls entra-
nante et la partie commence L'qui-
pe du Capitaine Hein ke prend 1 ot-1 ralat.
tensive et la maitteot pendant tou'< ] ,<
ls premire mi-temps. Cator, Bruno
et surtout Rgnier protgeant te bol
de Soray sans cesse menac par Che-
net, Caidozo, Maurice Elie et Dupuy.
A la deuiime mi temps, les joueurs
de Soray plus entrains, ont lolten
sive. Malheureusement, au lieu de
faire no beau jeu de passes, ils lan
cent de trs mauvais shoots qui n a
mnent aucun rsultat. A 1-ezcep
tion de Murad, les avants ont mal
jou. Rscine a*a pu t i ss place i
1 sile gauche et Alvars a t plu'cV
un joueur encombrent s'occupactj
plus de charger que de faire des pas
ses ses collgues.
Tontes les attaques des avants de So
rayse brisrent devant la dure rsista n-
cedeHelmke,douardCassagccl,Bear,
Rigaud et Del va. lit la partie se Mil
mina sans but des denx ctes. Le |tn|
a t atim et les deux quipes se
sont rvles pen prs d'gale force. |
Nous leur prsentons nos meilleurs
compliments ainsi qu'a Clment
Coicou qui a magistralement bien
aibitr le match, sans oublier le pu
lie qui cette lois ci s'est trs bien
conduit.
C Jeudi prochain, probablement, d'
prs ce que bous avons entendu, l'
quipe Jean lacqurs rencontrera l'
quipe de Helmcke. A bientt d'autres
renseignements. Spectateur.
Le Pttil Sminaire Col'ge Si Ma
ni fte aujoutd hui les oocei d'ar-
gent, c'est i dire le 2-) annrve-s
de l'i lection de Monseigneur Le R y
i la tte de de la cocj.r^anoi
des Pffl du Si fcpiit e' do S ci
Coeur de Marie. A cet e occa ioi,
a ru mesre solennelle i ' chi
c de l'.t bi sem-nt huit heurt
matin. Banquet lu Sminaire
lu
midi, prsents le Buieau de 1 Amicale
et Mgr Ccnar, Fisident d Honneur.
U^e adresse de toit le personnel
du Coi g\ enseignant et tud ant. a
t (\i adresse a Mgr Le Roy pour
lui exprimer les \ux et tlic.t-uons
de St Martial. A celte occasion, nous,
prions les Prs c"u Sminaire d'.
gilet nos sincres lliciUlions et sou
haitons Mgr Le Roy une longue et1
iheuieuse continuation de son g(n
CHOYEZ-LE,
POUR LES

Y
"ST
ENFANTS,

"^
il n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
m

s:
o
ENTERITES >
et MMLADIia GAS1 KO-OiTE.: rtfiALSj
Diarrhe verte ci nom rl osons,Bntirlt inuuo-
ncrribrfenuuso, tubor-'.i!. L*e Accidents append'ci..ntrcr.,FI iliiadiesMltFMaiAon.Eecma, Fuionci-'j. m.
guerison csafA-.ne par l'ou> de r
LaPLOS POISSANT A NIS UPT1QU
ou* W./onre ni Culrre
miTlMnU ivrrwrnt twntisy.tii \ntritinale,.
I dosp do 60 4 Ou roulUi par JoDf
J'ANiODOf, !KT~RNI
dans une (tua ,<: flcupi d'onr.fer,
! C-JalAHXOIiOUao Itv< Coo ur .-t.Pjrl
Parisiaua
JEUDI
A 1 occasion de la Fte Diec,
Direction offre
Une Volont
Grand sbef-d'astivre avec William
Fsrnoojfi'naTgiqae et ldnissnt
article*
Entre G 1 00
Le Matin
et g
o ""
1 c
D
- 1
CD
O
-W.!,
93-
C
CD
r. r.
1
sa .'
z .
V. 3
CD
E


m
c>
9
La Maison j
. Grande liquidation a Grande liqnii
Fncore'un g\and rabais c/ie*
A tloii.c Talamas
Rue du M a g Util de l'Etat
En [ace de Simo i Vieux
Le pubhc apprendra avec plai i>' Que la miison Antoine 7<
fait encore un grand rabai< sur tous s s articles, particuli
cl
M uscli.ie il m s 0 btr h]
Monasohne il mrs djibl>ltn|
Ut mirants :
Grieo Marc 1 aune G-0.7."
Nortfook t) t e* R Cr^jon pon^e b!ai c I 00 ,, , ,
Voile lla.irs I ou t>'bhoeofort gran le Ivg
Voilr lil a 11 uif i;rarvie larg 1 iK) Drili b'anc. gra-di la-gstr
Narpouk coi i?' r lieu s t 2 D il! Tiicgnp, grande U-peur
/ c rabais se fait sur le slodi en gnral. C'est un avantaj
lior.nel, Pai vrcs e'. u hv>, ne perde: pas 10 vision de vous k
avec trs peu d'argent.
A ccoun z vite cht z s ntoine 1\ /ai
C ILOF.OSE, J3!L-;E
ckose pour avilir un peuple qui ne (
voos a fait et ne peut vous Lire au
coo mal I |
losqo ce jour, 1 atfaire n'a pas
t dfre au Parqutt Pourquoi?
Un haitien authentique
Notre ami Monsieur Louis Porno
est un Haitien authentique. V a de
qui '.enir. La dmonstration n est
premptoire. Son pre, son grand
pre et son oncle lurent des hai iens
Cependant, lors mme que le
grand'pre eu le r e auraient appai
tenus a la nat onaht franaise. Mon
s eur Louis Homo n'en serait pas
moins b.itien.
Quoi que l'on dise, si chaque
ville et chaque bourg de ce malhru
reux pays avait dix Louis Homo,
Hati en serai- tort heureuse, a cotre
humble avis d arrires petits fils de
paysans hatiens J
PAR MOIS
POUl Al'-PlilNCE
Di.PAlUi-MFNT
ETRANGER
A louer
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien.
1J9, /,'...> Saint-Autoine
PAHia
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
V, p r/eiiie maison L'ois Vern,
H n Mtorrptt, mctblt'e cri nen,
aynt long I. s prcominodfni nid.
SadreEsea au N mme rue.
SIR,
DESCHIE!
HmogloMncl
a
f.tginvDtcT du Sang, preacrlt ;i:.r l'lito mdicala.
SuprUur la vlaudo crus << i-ux ttrruginiax. Admirn dans les Hpitauxdt 1
btii Otulni DCti il:ttNS, 0, Hue Paul Baudry, PARU .1 fhiruiKlH
PORT-ATJ-PKINOB
Alem.PETRU3; Pliarrmcie ALBF.RTIWI
Pharmacie rtu D" Juatin VUiU)
er tout** /, hnf'nf' Plmrmdoift..
Dcs
Un llgroOQOia d-sGonaivf nn
uni en la uii.it deAugualtt Shombei^.
Condolances sa famille.
Liquidation
Liquidation
Encore un grand rabais chez
Antoine Talamas
En face de Simon lieux
La Maison Autoina Talamas est une des raaisons d > ce le iTac
qui donnant le plus d'avsnlages au pub'ic Ella li le i'hibillar l
pauvre ausii bien qt ln?ilre 4ujounlhu rcore elh hit ui
grand rablis sur son s ork en gAoril, parUculiretn ni les article
suivants :
Maon G 20. Chai.eau* de paille peur nom
Lotion Lozor
Violette
Sylvan
I ompia,Florailivre,
Azurea
'J 00
2 00
3-0'
1,50
I
mes suprieure 0 00
Qtepati laine prboori. sup. 0.00
i'. .-il* lie suprieure, I amie S 00"
J'alru beacli eup. nuances var. 1U0O
LbtOiMttOI inercpriz^PR riz 1000
Bretelles sup- qualits varies 2-UU
Sstoo (boite de 3)
Ce rabais ne durer i que 10 jwrs.
accourez vile
t
115 ilV.
Adi-eafr]
bis
aiiia nauroao mm\
Service de fret cl dejjpassayerd
New-York HaliJ
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920
u Prenant expdii ons direefes p^nr l'Ioglelerre ai l'Eurnaa et \ic!-ver*a. Conaexh
b eaux New York. I e plus rapide si 11 pus direct service -le et pour 1 Iv.roie Ad
a. L. 1 alartoo, General Freipht Ageui, i, SUU blreil, New VoiL C (y.- rVet niya
t'oiinalicn I exception du Miel
Un dpart par Bemainede New York ireclemenl pour Po-t an Priuceel tu sii*m piri
moi pour lo s ta ports dHai .. Seulement passage font nos Agents dans les principaux por s d Eirope el d' Angleterre, Ecoa.se et France :
MM. &.W. Shelden cV Co, 11\ James Street. Liueri
pool, Englnd
Copenhague. Danemarh
tIM. A.EBendix (tende Italie :
MU Henri Coe # ClericU Piazza S. Matteo.,
lo Cents Italie
(Jiri&tiania Norvge :
International SpedlUoxehkap, ChristUnii.
Hambourg Alltmagne: U.Vogemann, Hambourg,
uothtnbourg Sude:
Aociia/i tixprea, Oothenboura
Le serv.e di l'inama bue eut e Nevv-Y ru .- u,;, '' .t liii
rjndr
itre expdies.
lts coun;ssemer;ls
couvrit fret pJJf N w \'j,k
le ii.ie, Uordeaux eu Acvetl
iuor.t livrs.
avs: o) ijjj 1^ iivra:3ja so'.t
O. B. THOMPSON,
Agent gnerai agent pou Hati


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM