<%BANNER%>







PAGE 1

l£ MA'fiN S Lettre ouverte J'ort au l'iince, le 10 Mai l'.'-M A UttUun II, Doisinville C'tait! *f gloire. Conatart Vieux Eme>t G. Llituvt t, J. Lencue 11 Joliboia lils C Fli Diaœbois respectusosemmt Directeurs des journaux ; I Essor, le Matin. l'Etendard, le Nouvi l!ist-, le Courrier hatien tt U B*niMau e itevae. Messieurs les l)ire( Uuis M fis far le gi ie de la l'aire agoni aante voueavizaccoin li un acte auai simple qu mpor:ani.en protestait collectivement contre l'otCOpthn d'Hati dans dt<* co d.tioi.B ausei anormales et ec HagelUi!'. tout) cr-ux l qui, hatiens ou 'ranijers conapi ren< ostensiblement ou c lai deetinc ment contre la souverainet < t l'indu pendante du paya Mois roulfrez Ht CM* IIIH, que je vous dite, que votie *cte serait superlitivviti' ni ira puitant t-t aurait une porte interna tionale bieD yrBr.de, si vous avez perse protester 8U-ei tupis de lgations trangres contre cttla' de clios' intolratle et attentatoire au rcent tiait de Versailles dout les Etats Unis sont pourtant sin a airei et dont l.'H puissances de 1 Knten engagtHOU non. auraient du du rclamer l'4xcu ion d'autant que la cause primo'diale et gnratrice d la participation de lAngleteire la guerre europenne, fut, a en croire les allis, la violation prmdite pai les Allemands de la neu r alit de I. ieit' Unique s e peut-il qaec plein XX sicle, Hati libre et in l< pendante comme les E ata Unis, / Ai 1er BgO de l'Amrique au point de vue du droit international, ibttrat tion fait-* de l'enilue de ton tern toiie, soit depuis six ana occupe par une puiosance qui n'a pas eu a lui dclarer rgulirement la guerre et qui par dessus le march ne I jamais vancue ? Se peut il encore qu une r;a IUII qui nagure avait voir au secours descubmia <|u'oprm ment not e indpendance apr rious avoir prjinid l'honneur et L bonheur Ua si llrtiti devait perdre son u.d pendante la laveur i la guerre europenne et au mpris da t a>t de Versailles qi'elle a s'gne eu ttu' que Nation libre et inlependtn e si les amlioras devaient se rvi la co. te .'lion de co.dume hoaunp. robes pourjd, leuneafiles, fi'lefe?, e-Unis, couvertures pour me. bls et, jargeur 3 pouc. s Pr \ : 3 go rues 1 !"!" > Toile fil drap 4 largeur, prix 3 dollars 50 latine. Voile pour premire co umunion et moustiquaire, Linoi h.'pis e | o o. 1 rgeur 3n pou en 2 gardes 50 \ m liez vie ai e ^os *cln's cai c's marchand s s s n'eveut rapidenj lai etc. LEH\ .& *I\K li\C Tous produilsphurmaceutiques etto aticles vendables dans une pharmaU S-ELIC ATES • Lysol desinfectart, Sivon Lyso 1 Sh.vrug Cream LjJ Pebecco: denlifrice in-cmparable.L huile de foie de %  rue E-nuls on, Extraits CHOCOLAT en poud'f de L & F : c'est exquis POUDRE Talcum L & F ; C'est leit.me sup ixi bon m.rch etc. e te etc. Demandez le prix courant LYSOL 1 Le meilleur et le plus cooom que des dsir.leciau L J dsintecttnt employ dins tous le grand, bpiun^ UNE petite cuillie de Lysol dans une pinte d'e IO donae la solutions DEUX 'a contenance de deux verres ordii -— ne arou scq-n f -. Ton te 'es vi! ru>s I Goi'ave bleutre '"^ '• %  • de |, v i a.fliVmt devant la na : (Une pinte reprsente,eav:ron H te ou des voiles blancb,comrn | rJ ,. n ^ Hii pnU nrtap nn] | ^ v { ^ particulirement dans les cas de : A:couch Tub.-rculose. Infections, Morsures de chiens, P.qures et morsures le grandi oiseaux, Port Uns clameur dans I* hioialn. Qaaj re hcurail Drb ut Sybarite/ Vite ; N'" -je pa^ prorais un vieil smij .i alle a jourdh'ii au l'arc Lecont*] von un uiH'ch de football. j b'ootbdl 1 que di souvenirs ton. nom sa dressent devant jnea yeux ; JUVH' illej ardeurs de la ITme anne.. coureablis l'arc doj l'iire.--..1; '( %  (> %  ) j i.'s Brayrea, Pelooaea vertes du lt*j ciog, un frais matin de Printemps oui; oliu 'ard.h retour an pays na ta', Io sport cit"^ d n t ho ;siss gotstea,coups i • pi.ds pour iu giio-ie brutalits to il i* lyre ei tin, nu a \ i l |J -s cboaea moPii la loynte la camaraJeri-i ranche, la discipline, rei,int tpor.if Un huilemeiii, Gjal, Non, oui, Accord dit l ArbitreSuant, boit, epe l'ont 'e revo'ver au < t, /tu de jaune, un gnral 1e Ihvision. div.sionnaiie d'uni ar m*a lan IIP, bj dit sur la pelouas suivi d'un Prsident d'Union b.audia Mini sa carme co nme Uou (Jan.lu.le d'illustre mmoireDes mots ben i jues sont entendus ( iJambrun.i" is tu reaiMcil 7 L-nguo de rutre mre' pou:qool te meurt'i' ton auon :' La pudeur diarouclie se voile les V.LX, se bouene loa oreilles tt a'ei.vole. Bsaipra, la l'OJla biise les. znrii,.- et de rue sur I Arbitre cœuto il. s co'0 do pieds.copsdo poingt offertes par la M.g.s.ra'ure le ILi j^V^our cfiie la tte, o Knapp/ tro s reau, le Corps Eiaogant Au cimej • i nflg | nBO laQti et mpriaanta fatire plusieurs discours furent pro noucs par le juge S Milord, G deurd'nfldii rle princ pal. se luteut vers ie ErVe Q ( Q -HiNEFLUGEL F. 0|1N i i i uiles. D'un i %  • n ni Inst-i II Ht! r.liutes MO MCNMKUNt rABRIQlIC IMMEOiAl! VINT ON PUT OCIL: I ' "NNUt Oi ZftOOO tRANCi i 1 ti.r,< Ooma.Oi'r loa l BtSlOguM iiius'ra FLUGEL &. C5 L'-". Green 1 ane i INDRES. N. 16. ANCLETE-niie sectes Eruption* de la pean, Blessures. Plaus. Bru ures, Haie, ponrl g=ie'personnelle la toilette, le bain. Dins les chambre, a.smilsW Chtmb.e de bain.le water doser,les E.uries Avant et ap-et le balay Pour cicatriser les blessures d-s animaux et les tenir propres. Dans les Accouchements et Ici temps & Epidmie*, le Lysol simposej que dans tout autres cas. i • J Ayez touj'jurs une soiuuon Je lysol dios Cutaqit^ chainjr de vitrs dp^ift) 1 Chaque flacon contient un pr jsp >. '.J Lehn#FinU Inc. Lon /t. /'/iJM KBW YORK A i OU! Iliittj flaircad Stamship Lino. s Imposantes i funrailles f Ce fut au milieu d'un .mmrnse co voi qu eurent li u hier 1 s lunrai.le de Nevers Constant, juge au Tri bunal d'appel. Autour du cercueil port 1 bra se remarquaient de; p-rsonnt'it' diverses appartenant i toutes les classes de notre socit. De nombreuses couronnes tjt.ct M f Moi*e et Tho; H Augustr, Lechaud. Nous renouvelons aux prentsdu ( re^itti Vfunt l'eiprcsion mue dejv.^ COJ condolances, '. i dpe*i e* ni • i'/3 to l crus par | sHd ptee foo be i qe\ K, dans le soir lom i i i la un Wre ; dlU. e expdies. Ici connaissements riogements q ul J 5 C ;."7iir i l le vo; ma.chaad.snP' 1 couvrant fret pour New York avec optons le Havre, Bordeaux eu Anvers seront livrs. 0. B. THOMPSON, Agent gnerai agent pou Hati de livraison soit L %  a*



PAGE 1

Qjnxtto" inne llta 40fto Porl an Prince, lUli Vendrai 20 Mai J0M DIRECTEUR-PROPRIETAIRE: fJment-MAGLOIRF; NUMERO ^OCENTIUMI %  la paix pour uu peuple dsuni est un teiguoi**, pour uo peuple uni c'en un* alluiiiette. Quotidien REDACTION; Rae Amricains No, VJl ROBERT GUILLOU 7EIEFHOMi'4 l Ili-JL" % % % %  * % %  pnifestalion Grandiose l'occasion de la Fte du Drapeau La Presse affirme sa solidarit Iles populations de Port-au-Prince et de i'Arcahaie Iraleraisent. Nouvelles Etrangres PAR CABLE CVPHLM notariats ei K vhn \' es Ce fat avant-hier aae manifestasacrifier pour la dfense du Droit et ioo grandiose et loquente. D initia de la Libert. Toujours glorieux, nopurement prive, aana aucun tre petit Drapeau allait son chemin ors du Pouvoir, avec ses resjusquau jour o la catastrophe surircei propres, spontanment, lo vint.. Tout cela c'est dj h pass i a su raliser 1 ide opportune Sur nos aeux nous avons l'avantage arquer cette date du 18 Mai de l'exprience, ayooa foi en noua pierre blanche. C'est un jour irisais magnifi dans la sublime e des Aieux. matin ds 7 tires \\Q uns foule ibreuse tait venue assiger le du < Courrier Hatien' De Dt taient arrive de nombreux reoti qui demandaient par ii ce nouvel lan de tout un le clamant son droit & la vie oe fut qu 8 tares \\> que le ge commena ddier, muai sa t:e, le Drapeau bicolore fini su gr du vent aux accords tu et nergiques de 1804aissnt par la place du Panthon, ils devenue une multitude %  veia le monument de DKATIL FONDATEUR DE L'INDEl'ENDANCB {•superbes geibea de fleura y "~ dposes, 1s • Deasalinienne loue par loichestre, tandia M groupe d coliere repreuait en Wles vaillants couplets de no aymoe national• foli suivant le protocole arrt sarde G. Vitux, Directeur de l.Eteniar l > po) ter la parole. 1 1 fi avec aiaance en protonl. B ? ri iW rquiaitoire contre •aura de nos malheurs, mous faut uaer de toutes les paciflquea pour a river au r 4 sir, et si cela devient nces JL n momeot donn nous ins l exemple de nos Pres J leurs chanes, "oale fut contente d entendre comme il convenait avec oer Wnviction; aussi, elle ne mena JJJK aes appiiuisaementi discours avait en eftet terroi ia J aoistre de l'Intrieur qui 'gar su milieu de cette ma|won populaire dt se sauver Bf flMit 8 ' ee huei d '• on nouveau salut l'Eaope cortge repassa la place du J dvisageant aur son par J Palais de la Prsidence ^nate en un si grand jour, ^onument de Ption Ht? n S 0ndateur de la Rpublique lai^'^i ce mme moment 5JWJ membres de I Union PaQfcJlan.. U ?' Ge rea Sylvain'aiiK rtconfortantea P*oha S^f/^.PWladminiarateur iJJJ aeiUn.oo la Presse qu. *?c!ra fion clatante une V K la tn„ P w 8 iea C(Bart hiena. fc -l2? ar -,? enolro conf.re •rjjwlte. Directeur d*LE**or ^ saS que du Drapeau, rappe ""H* Dha A 6Q reVae '* %  d f f* faoschS , ? e national auUo J d* Ql C 2' de b,tailie qe dans v v *iuSW ei u et e Europe. iHdunJ..' 1 ^ 0 ^ Wer encore a jeonea baitieni te firent 7 Le co-n l ei'cut'f Sl*sie d ml *de'b rt prsid'n, a I^'graphi la commission interallie die qu> Ifs insurgs sont disposs i 5; retire; pour assurer la eeuatioi immd'a'e des hos'ili a avec le a'IeQiandl, pourvu q te le te r nin abndoin soit o-cjp pir les allis ift rot pw par le troupe? aile usa le. — Le con i t po|o i% ii uns son me>s g aimet que les iatargsoa n?at de 1^0 millions de mvk, :o*ailS la prem re preuve de boi ra'ea et de bonne fji de l'A'Ierru le, on^juenc de la po'itiqude froid et de ferme. de la Frao peut re ootrepiss les Haittaie datent la gare. Aprs une traverse qui dura ih i[2 m mmes et puisqn'aujourd'hui, nous avons la garde de ce petit Drapeau lavons-le de toute souillure; le ren dam tel que noa Prea avjeat voulu qu'il ft toujours. Me G. Sylvain avec la die ion que tout le monde lui connait lut ensuite L Ode aux Aieux S ni fut salue par les chaais de Is essslinienne et de iH'JiCe ne fut pas tout comme il avait t arrt dans la premire partie du programme. La foule mise en train ne voulut ae disperser. Folle de joie> s accroissant toujours d vantage, ce fut du dlire quand Torchetre se mit en marchejouan le td8 Redoubl des "Vautours du 6 Dcembre '' C'eat aux cria de "Vive la Presse" que la multitude parcourut la ville, saluant de sea vivats chaque bureau de rdaction et rendant ainsi bom mage aux organisateurs de cette journe. H tait midi prs quand prit fin ce premier plerinage aprs un discours enlUmra de noire confrre Jolibois au local du ^Courrier Ha ien'remer ciaut le peuple d'avoir contribu ce magnifique rsultat. Sios g a de perte de temps, il fallait ae rendre : Au djeuner chez Dereix O un menu de choix attendait les membres de la Prsse et leurs invns.Ils taient nomb.eux et une grande table, A laquelle U a fa'lu eucore deux a loogts, les unit tcus i peu p > une titotaine. Nous les ci tous da >s aucun ordre particulier ce sont: MM Ls jgl Pouget, Th. Wuner, G. Migloire, H. Dorsinville, Thos A. Vilmenay, Ch Rouzier, Ch. Rosemond, Lon Liautaud, J Ltuoue, C. Vieux, L Mo peau. M. Rampy, (o'.ibo.s, J Surle. Malheibe Peipigaan, Felu Courtois, Fiancœur, C Baug, Ch. Votbe, ilustache bt Le, h.n. A m.nd, v"Thomas, DuqueiouetteJ. D. Thi bulle, Me Diambois, H. Chancy. A table un entrain merveilleux avi'so deueVre .D.ssaliies et un rgna entre les convives eui r.vahtut ofterl a a Pressc pir lc fi| d ? srent d esprits de gal.. des auciens ofhcicrs .de la Manne de Quand on arriva au cbaiiipagnt.hAet Gurie de la Rpublique d Hati... Ch. Rosemond et H Dorsinville fuGe fut ensuite la billade travers rent dsigns pour portei les toasts, le bon bourg hospitalier jusqu'au l'un au nom de l'Union Patriotique, moment o ta locomotive de sa voix I a utre au nom de la Presse. Ils s'en stridente rappela que 1 heure du deacquittrent i la giaode satisfaction part tait venue et ce (ut ave: regret de tous, le premier en tappel nt la que les htes se spairent de leur ncessit d'avoir les mmes vues, unjampbytrioos. Le train partit 6 h Le dfil vers la Gare Ce tut encore l le mme enihou s'arme. Les cars taient combles et i 1 fallut les fuire vicuer pour que les membres dt la P esse tt leur? invits prudence d*ns leurs actes. pjsseat y I otva p'ace. I y eu uil vacarme pouvin-able comme i" a:-' — Les ch fs dinJastnes allcrive toujours dins lr gnies m i-'mauls qii n^ieaient avec Uortifl nifes'atiens populaires. Ity au s-jj*t de SOT uliimilum, leur Il n'y eut plus aucune possibilit. o rlonnaot de sig 1er l'mission spde maintenir l'ordre et le silence. Le ciale de papier -mo maie polonais si dlire avait ( ant ig 1* la foule qu'il lsien. oit refus d'approuver ctte fallut prcipiter le dport du Irain c ar! mesure, et oninterromps les n^j des groupes de manitestants dbor ciations 1 un ce. — Yfr M'.yer, a nbisiJeur d'Aile igie, a eu avac M Brian i m e ,i 'reti-n dua ciractre panoaasl. M. Vlay.T a renouvel de nouveau Passa rince que soa gouvernement ait rsolj i excu er tontes les clauses de l'ultimatum, il a rappel dj les conditions pour le 17 mai des dau ses ariennes da trait. Le garal Mtngin a t dsign, en qualit dambissadeur extraordi naire, pour reprsenter le gouverne men traniis aux ftes du centenai ie de l'indpejdance qui seroat cel bres i Li na en i aille! prochiin. — Mr Veni/.los est arriv Vichy. K )Mh 18 L:? pumaux consta P\RISi8La presse coisHte et ~ r T souligne une amhorauoa sensible tent la dfaite complte des lments on arrivai l 'Arcahueau milieu dune de la situation en Hiute SiliieE le'extrmits aux lections enril copulation transporte ' ' , > Me Pierre Pyrrhus Agnant Daus nne vibrante allocuuon rap "pela les sentiments levs qui ins^i 'rent nos Pres leur geste imraor tel en ce jour tt la ncessit pour aous de nous en inspirer 1 notre tour dans nos dtresses actuelles. Le cortge dfila et arriva sur la Place d'Armes et i endroit mne o du geste h'ro''que naquit le Ora peau, Me Pierre P Ag.iant voqua les circonstances qui motivrent cette rsolu ion et remercia la Piesse -u nom de la population de I'Arcahaie d'avoir eu cette initiative couronne de tant de succs. Ce fut ensuite le tout des membres de la Piesse qui lou? rappel en l'attachemat d ce symbole glo'g'.eerre qai lui a demani, au nom rieux qu'est Je Uiipeau en renouve de son gouvernement, s'il accepte lant leurs protestations cqatre l'0:-|r*il de paiticiper 1 la confrence in reg'e.te tout.fois que 1 Allemagne coatinue i tolrer le passage en Hau*e S-.lsie d hommes et de muriel alots que la Pologne persvrant dans son atlituie pleine de mo drat'on tient sa frontire stricte ment ferme. — Suivant c Le Petit Parisien • une ngociation finale prpare activement par les aids serait im niPARIS 18 L'premier paiement alleminl, de lDu laillioai de mtLj 01 la commission de* rparations, ara etfec ui de la minire suivante 1 1,675,0JQ doltara, ;itJ0,00J livres sterlidg, ^2i miliioaa de franc?, 4 millions da francs nuisis. 12 millions de francs belge, S millions de florins hollandaise millions JOOOO de courcunes dano'see, .'{ millions de couronne sudoises, iJ.Coo.noo cou neute. Le comte Sforzi achverait ,'ronnea norvgienries.8 oosoo pes actuellement l'laboration d'jn pro jet de solution de la que.tion aile sienne suscep ible de donner satisfic lion. Le comte Sfoizi est parti pou* Tarin confrer avec Mr Gio'.itti sur la poltque extrieureAvant son dpart, il a reu l'ambassadeur d An cupation u.gale du territoire et ei l'tat actuel d la situation une solu dsirable disant leurs espoirs ec la lin d'uu tel tat de ch lies Ap:s MM. ClMagloire. Lon Laleau, |os. Lacoue, V. Thomas, tion npide lui semblait parla en dernier lieu au nom du Cer dans l'intrt gnral, cels Musardises M. Tnbaudj PARIS 18— Les |ournaux accuei qui exposa les desiderata de la |eulent la nouvelle du nesse en termes foi nuls qui lui va-l lurent de chaleureux applaudissements... A ce moment les membres de la Presse remirent au Magistrat Communal de 1 Arcahaie en commmoration de ce grana anniversaire un Drapeau vieux de )) ans qui flatta il y a longtemps au mt de notre t rallie pour la solution de la ques tto 1 silsienne Le comte a rpoadu, aPirmuivement et dclare que dans K'^woement amricain, pour ol 1 mmm nu aon aide dans la IIUMI tas et 10 millijna de rnarka or. Les 10 million* mark* or, aeront peut tre envoys aux Etats Unis.o ils auront leur plu.-, grande valeur. Les aile nauds n ont pas encore fait cou0ai re la commiasion.quaod ils ett ctueront leur premier versement les tournai iodiqjea plua iiaut, ne BU it pai entirement fournies' en espcesIl ny a qu'une partie la ba lance sera coua'.uu)e en devises ponvaol tre convertie! en espce. WASHINGTON Le gonvei.ie ment polo.iais a envoya un appel a 1 juestioo de si ldie l.n secrtaire Hughea a rpon du t jnnellemen', qua lea reprseu tanti amricains en Ejrope.iH pren draient aucune part eux discusaioua T a -—"' —*-— uiavuoeiut premier verse au sujet de la question de Silaie. ncessit ilal commun de f on toujours ce lut avec le mme entrain le mme (irave accident Aujourd'hui est le 19e saire de 1 Indpendance cubaine. A cete occasion les Lgations et Con sulats ont arbor leur drapeiu res p et t. Nous profitons de cette occasion pour renouveler au distingua chirgi d Affaifes 1 1 honorable Monsieur Bmcomo l'expression de nos sympathies et nos voeux de grandeur et de pros prit pour la Rpublique de Cubt qu'il reprsente ici avec >ant de dis tinct'oa. prsentei 1 l'adversaire un irojt uni, enthousiasme, les mnes vivats quel — C'est aussi aujourdkii l'anni second en souhaitant que la Prs-, la fte se poursuivi: |usqu' la gare. Jversaire de la naissance de Ton mi ni lier v.*rs les deax heures de l'apr? midi des travailleurs s occupaient de dcharger une cargiison de anniver_ g 'zoline du tran port amricain Biufuit . au cours de la manuteo fou, le cab'a principal qui retenait les poulis s'tanl rompu,'a cargaison s'affaissa sur un po 1 imorovis sur lequel se t.naieot les travailleurs. Le poat cda emportant avec lui'dans la cale tous les do:kers qai s'y troa vaient. (Jiatre d'.mlre eux ont t traos ports i I ho/it.l gnral dans uu et t assiz g ave et les deux autres I hpital amricain. continue daus la voie qu'elle a prise en tonnant une assocutioa dfinitive pour sa propre force. Et tandis que les convives s'appr taient tous i quitter la t ble, ils virent braqus sur eux : L'Objectif dun Kodak Deux poses furent prises successi vemeat et c'tait ; Cette manifesiat.ou prouve ce queLouveiture sur l'habitation peut 1 union et le lsultai auquel oujaj Haut du Cap. peut arriver quand l'enteate lgue, mais elle est d'une graade porte morale pour le gouv.nemeut, car, en ce jour daaniversaire glorieux, le peuple posnivemect affirme son dsir de : VIVE LIBRE UU MOURIR !.... Bria ha effe, ce tut le 20 raii 1746 que naquit celui qui fut le prcurseur de notre Indpendance Natio nale ^ue s'il n'a point faite, il a du moin rendu possible. C est une des dates importan'esj de notre Histoire. Mortalit Est dcle ce matin i 3 heures M ne Daubign R-gjud ne Anne Marguerite Dauphin. L'enierremeot aura heu d-mam matin i la Basilique Notre Damr. Nos condolances aux familles prouves.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05379
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 20, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05379

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qjnxtto" inne llta 40fto
Porl an Prince, lUli
Vendrai 20 Mai J0M
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE:
fJment-MAGLOIRF;
NUMERO ^OCENTIUMI
.
la paix pour uu peuple
dsuni est un teiguoi**,
pour uo peuple uni c'en
un* alluiiiette.
Quotidien
REDACTION; Rae Amricains No, VJl
ROBERT GUILLOU
7EIEFHOMi'4
l'Ili-JL" *
pnifestalion Grandiose l'occa-
sion de la Fte du Drapeau
La Presse affirme sa solidarit
Iles populations de Port-au-Prince et de i'Arcahaie Iraleraisent.
Nouvelles Etrangres
PAR CABLE
CVPHlM
notariats ei
K vhn \' es
Ce fat avant-hier aae manifesta- sacrifier pour la dfense du Droit et
ioo grandiose et loquente. D initia de la Libert. Toujours glorieux, no-
- purement prive, aana aucun tre petit Drapeau allait son chemin
ors du Pouvoir, avec ses res- jusquau jour o la catastrophe sur-
ircei propres, spontanment, lo vint.. Tout cela c'est dj h pass
i a su raliser 1 ide opportune Sur nos aeux nous avons l'avantage
arquer cette date du 18 Mai de l'exprience, ayooa foi en noua
pierre blanche. C'est un jour
irisais magnifi dans la sublime
e des Aieux.
matin ds 7 tires \\Q uns foule
ibreuse tait venue assiger le
du < Courrier Hatien' De
Dt taient arrive de nombreux
reoti qui demandaient par i-
i ce nouvel lan de tout un
le clamant son droit & la vie
oe fut qu 8 tares \\> que le
ge commena ddier, muai
sa t:e, le Drapeau bicolore
fini su gr du vent aux accords
tu et nergiques de 1804-
aissnt par la place du Panthon,
ils devenue une multitude
veia le monument de
dkatil Fondateur de l'Inde-
l'ENDANCB
{superbes geibea de fleura y
"~ dposes, 1s Deasalinienne '
, loue par loichestre, tandia
M groupe d coliere repreuait en
Wles vaillants couplets de no
aymoe national-
foli suivant le protocole arrt
sarde
G. Vitux, Directeur de l.Eteniar l
> po) ter la parole.
11 fi avec aiaance en proton-
l.B ?'riiW rquiaitoire contre
aura de nos malheurs,
mous faut uaer de toutes les
paciflquea pour a river au r
4sir, et si cela devient nces
JLn .momeot donn nous ins
l exemple de nos Pres
J leurs chanes,
"oale fut contente d entendre
comme il convenait avec oer
Wnviction; aussi, elle ne mena
JJJK aes appiiuisaementi
discours avait en eftet terroi ia
J aoistre de l'Intrieur qui
'gar su milieu de cette ma-
|won populaire dt se sauver
BfflMit 8',ee huei d '
' on nouveau salut l'Eaope
cortge repassa la place du
J dvisageant aur son par
J Palais de la Prsidence
^nate en un si grand jour,
^onument de Ption
Ht?nS0ndateur de la Rpublique
lai^'^i ce mme moment
5JWJ membres de I Union Pa-
QfcJlan.. U?' Gerea Sylvain-
'aiiK rtconfortantea P*oha
S^f/^.PWladminiarateur
iJJJ aeiUn.oo la Presse qu.
*?c!ra fion clatante une
VK la tnPw8 iea C(Bart hiena.
fc-l2?ar-,?enolro conf.re
rjjwlte. Directeur d*LE**or
^ saSque du Drapeau, rappe
""H* Dha a 6Q reVae '* dff*
faoschS ,?e national auUo'
J d*QlC2' de b,tailie qe dans
v v*iuSWeiu et e Europe.
iHdunJ..'1^0^ Wer encore
a jeonea baitieni te firent
7 Le co-n l ei'cut'f
Sl*sie d ml *de'b rt
prsid'n, a I^'graphi
la commission interallie die qu>
Ifs insurgs sont disposs i 5; reti-
re; pour assurer la eeuatioi imm-
d'a'e des hos'ili a avec le a'Ie-
Qiandl, pourvu q te le ternin abn-
doin soit o-cjp pir les allis ift
rot pw par le troupe? aile usa le.
Le con i t po|o i% ii uns son
me>s g aimet que les iatargsoa
n?at de 1^0 millions de mvk,
:o*ailS la prem re preuve de boi
ra'ea et de bonne fji de l'A'Ierru
le, on^juenc de la po'itiqu- de
froid et de ferme. de la Frao
peut-re ootrepiss les Haittaie
datent la gare.
Aprs une traverse qui dura ih i[2
m
mmes et puisqn'aujourd'hui, nous
avons la garde de ce petit Drapeau
lavons-le de toute souillure; le ren
dam tel que noa Prea avjeat voulu
qu'il ft toujours.
Me G. Sylvain avec la die ion que
tout le monde lui connait lut ensuite
L Ode aux Aieux
S ni fut salue par les chaais de Is
essslinienne et de iH'Ji-
Ce ne fut pas tout comme il avait
t arrt dans la premire partie
du programme. La foule mise en
train ne voulut ae disperser. Folle
de joie> s accroissant toujours d
vantage, ce fut du dlire quand
Torchetre se mit en marche- jouan
le td8 Redoubl des "Vautours du
6 Dcembre ''
C'eat aux cria de "Vive la Presse"
que la multitude parcourut la ville,
saluant de sea vivats chaque bureau
de rdaction et rendant ainsi bom
mage aux organisateurs de cette
journe.
H tait midi prs quand prit fin ce
premier plerinage aprs un discours
enlUmra de noire confrre Jolibois
au local du ^Courrier Ha ien'remer
ciaut le peuple d'avoir contribu
ce magnifique rsultat.
Sios g a de perte de temps, il
fallait ae rendre :
Au djeuner chez Dereix
O un menu de choix attendait les
membres de la Prsse et leurs invns.Ils
taient nomb.eux et une grande ta-
ble, A laquelle U a fa'lu eucore deux
a loogts, les unit tcus i peu p >
une titotaine. Nous les ci tous da >s
aucun ordre particulier ce sont: MM
Ls jgl Pouget, Th. Wuner, G. Mi-
gloire, H. Dorsinville, Thos A. Vil-
menay, Ch Rouzier, Ch. Rosemond,
Lon Liautaud, J Ltuoue, C. Vieux,
L Mo peau. M. Rampy, (o'.ibo.s, J
Surle. Malheibe Peipigaan, Felu
Courtois, Fiancur, C Baug, Ch.
Votbe, ilustache bt Le, h.n. A m.nd,
v"- Thomas, DuqueiouetteJ. D. Thi
bulle, Me Diambois, H. Chancy.
A table un entrain merveilleux avi'so deueVre .D.ssaliies et un
rgna entre les convives eui r.vah- tut ofterl a ,a Pressc pir lc fi| d?
srent d esprits de gal.. des auciens ofhcicrs.de la Manne de
Quand on arriva au cbaiiipagnt.hAet Gurie de la Rpublique d Hati...
Ch. Rosemond et H Dorsinville fu- Ge fut ensuite la billade travers
rent dsigns pour portei les toasts, le bon bourg hospitalier jusqu'au
l'un au nom de l'Union Patriotique, moment o ta locomotive de sa voix
Iautre au nom de la Presse. Ils s'en stridente rappela que 1 heure du de-
acquittrent i la giaode satisfaction part tait venue et ce (ut ave: regret
de tous, le premier en tappel nt la que les htes se spairent de leur
ncessit d'avoir les mmes vues, unjampbytrioos. Le train partit 6 h ,
Le dfil vers la Gare
Ce tut encore l le mme enihou
s'arme. Les cars taient combles et i1
fallut les fuire vicuer pour que les ,
membres dt la P esse tt leur? invits prudence d*ns leurs actes.
pjsseat y I otva p'ace. I y eu- uil
vacarme pouvin-able comme i" a:-' Les ch fs dinJastnes allc-
rive toujours dins lr gnies m i-'mauls qii n^ieaient avec Uortifl
nifes'atiens populaires. Ity au s-jj*t de sot uliimilum, leur
Il n'y eut plus aucune possibilit.orlonnaot de sig 1er l'mission sp-
de maintenir l'ordre et le silence. Le ciale de papier -mo maie polonais si
dlire avait (ant ig 1* la foule qu'il lsien. oit refus d'approuver ctte
fallut prcipiter le dport du Iraincar! mesure, et on- interromps les n^j
des groupes de manitestants dbor ciations
1
un
ce.
Yfr M'.yer, a nbisiJeur d'Aile
igie, a eu avac M Brian i m e,i
'reti-n dua ciractre panoaasl. M.
Vlay.T a renouvel de nouveau Passa
rince que soa gouvernement ait
rsolj i excu er tontes les clauses
de l'ultimatum, il a rappel dj les
conditions pour le 17 mai des dau
ses ariennes da trait.
Le garal Mtngin a t dsign,
en qualit dambissadeur extraordi
naire, pour reprsenter le gouverne
men traniis aux ftes du centenai
ie de l'indpejdance qui seroat cel
bres i Li na en i aille! prochiin.
Mr Veni/.los est arriv Vi-
chy.
K )Mh 18 L:? pumaux consta
P\RISi8- La presse coisHte et ......
~r --------.....t------......,- souligne une amhorauoa sensible tent la dfaite complte des lments
on arrivai l'Arcahueau milieu dune de la situation en Hiute Siliie- E le'extrmits aux lections enril
copulation transporte , > '
Me Pierre Pyrrhus Agnant
Daus nne vibrante allocuuon rap
"pela les sentiments levs qui ins^i
'rent nos Pres leur geste imraor
tel en ce jour tt la ncessit pour
aous de nous en inspirer 1 notre
tour dans nos dtresses actuelles.
Le cortge dfila et arriva sur la
Place d'Armes et i endroit mne
o du geste h'ro''que naquit le Ora
peau, Me Pierre P Ag.iant voqua
les circonstances qui motivrent cette
rsolu ion et remercia la Piesse -u
nom de la population de I'Arcahaie
d'avoir eu cette initiative couronne
de tant de succs.
Ce fut ensuite le tout des membres
de la Piesse qui lou? rappel en
l'attachemat d ce symbole glo'g'.eerre qai lui a demani, au nom
rieux qu'est Je Uiipeau en renouve de son gouvernement, s'il accepte
lant leurs protestations cqatre l'0:-|r*il de paiticiper 1 la confrence in
reg'e.te tout.fois que 1 Allemagne
coatinue i tolrer le passage en
Hau*e S-.lsie d hommes et de mu-
riel alots que la Pologne persv-
rant dans son atlituie pleine de mo
drat'on tient sa frontire stricte
ment ferme.
Suivant c Le Petit Parisien
une ngociation finale prpare ac-
tivement par les aids serait im ni-
PARIS 18 L'premier paiement
alleminl, de lDu laillioai de mtLj
01 la commission de* rparations,
ara etfec ui de la minire suivante
11,675,0JQ doltara, ;itJ0,00J livres
sterlidg, ^2i miliioaa de franc?, 4
millions da francs nuisis. 12 millions
de francs belge, S millions de flo-
rins hollandaise millions joooo de
courcunes dano'see, .'{ millions de
couronne sudoises, iJ.Coo.noo cou
neute. Le comte Sforzi achverait ,'ronnea norvgienries.8 oosoo pes
actuellement l'laboration d'jn pro
jet de solution de la que.tion aile
sienne suscep ible de donner satisfic
lion.
Le comte Sfoizi est parti pou*
Tarin confrer avec Mr Gio'.itti sur
la poltque extrieure- Avant son
dpart, il a reu l'ambassadeur d An
cupation u.gale du territoire et ei
l'tat actuel d la situation une solu
dsirable
disant leurs espoirs ec la lin d'uu
tel tat de ch lies
Ap:s MM. Cl- Magloire. Lon
Laleau, |os. Lacoue, V. Thomas, tion npide lui semblait
parla en dernier lieu au nom du Cer dans l'intrt gnral,
cels Musardises M. Tnbaudj PARIS 18 Les |ournaux accuei
qui exposa les desiderata de la |eu- lent la nouvelle du
nesse en termes foi nuls qui lui va-l
lurent de chaleureux applaudisse-
ments...
A ce moment les membres de la
Presse remirent au Magistrat Com-
munal de 1 Arcahaie en commmo-
ration de ce grana anniversaire un
Drapeau vieux de )) ans qui flatta
il y a longtemps au mt de notre
t rallie pour la solution de la ques
tto 1 silsienne Le comte a rpoadu,
aPirmuivement et dclare que dans K'^woement amricain, pour ol 1
mmm nu aon aide dans la iiumi
tas et 10 millijna de rnarka or.
Les 10 million* mark* or, aeront
peut tre envoys aux Etats Unis.o
ils auront leur plu.-, grande valeur.
Les aile nauds n ont pas encore fait
cou0ai re la commiasion.quaod ils
ett ctueront leur premier versement
les tournai iodiqjea plua iiaut, ne
bu it pai entirement fournies' en
espces- Il ny a qu'une partie la ba
lance sera coua'.uu)e en devises
ponvaol tre convertie! en espce.
WASHINGTON Le gonvei.ie
ment polo.iais a envoya un appel a 1
juestioo de si
ldie l.n secrtaire Hughea a rpon
du t jnnellemen', qua lea reprseu
tanti amricains en Ejrope.iH pren
draient aucune part eux discusaioua
----- T -------a-"' *- uiavuoeiut
premier verse au sujet de la question de Silaie.
ncessit
ilal commun de f on
toujours ce lut avec le mme entrain le mme
(irave accident
Aujourd'hui est le 19e
saire de 1 Indpendance cubaine. A
cete occasion les Lgations et Con
sulats ont arbor leur drapeiu res
p et t.
Nous profitons de cette occasion
pour renouveler au distingua chirgi
d Affaifes1 1 honorable Monsieur Bm-
como l'expression de nos sympathies
et nos voeux de grandeur et de pros
prit pour la Rpublique de Cubt
qu'il reprsente ici avec >ant de dis
tinct'oa.
prsentei 1 l'adversaire un irojt uni, enthousiasme, les mnes vivats quel C'est aussi aujourdkii l'anni
second en souhaitant que la Prs-, la fte se poursuivi: |usqu' la gare. Jversaire de la naissance de Ton mi ni
lier v.*rs les deax heures de l'a-
pr? midi des travailleurs s occu-
paient de dcharger une cargiison de
anniver-_g'zoline du tran port amricain
Biufuit . au cours de la manuteo
fou, le cab'a principal qui retenait
les poulis s'tanl rompu,'a cargaison
s'affaissa sur un po 1 imorovis sur
lequel se t.naieot les travailleurs.
Le poat cda emportant avec lui'dans
la cale tous les do:kers qai s'y troa
vaient.
(Jiatre d'.mlre eux ont t traos
ports i I ho/it.l gnral dans uu
et t assiz g ave et les deux autres
I hpital amricain.
. continue daus la voie qu'elle a
prise en tonnant une assocutioa d-
finitive pour sa propre force.
Et tandis que les convives s'appr
taient tous i quitter la t ble, ils vi-
rent braqus sur eux : L'Objectif dun
Kodak
Deux poses furent prises successi
vemeat et c'tait ;
Cette manifesiat.ou prouve ce queLouveiture sur l'habitation
peut 1 union et le lsultai auquel oujaj Haut du Cap.
peut arriver quand l'enteate lgue,
mais elle est d'une graade porte
morale pour le gouv.nemeut, car,
en ce jour daaniversaire glorieux, le
peuple posnivemect affirme son
dsir de :
VIVE LIBRE UU MOURIR !....
Bria
ha effe, ce tut le 20 raii 1746
que naquit celui qui fut le prcur-
seur de notre Indpendance Natio
nale ^ue s'il n'a point faite, il a du
moin rendu possible.
C est une des dates importan'esj
de notre Histoire.
Mortalit
Est dcle ce matin i 3 heures
M ne Daubign R-gjud ne Anne
Marguerite Dauphin. L'enierremeot
aura heu d-mam matin i la Basili-
que Notre Damr.
Nos condolances aux familles
prouves. *


l MA'fiN
S
Lettre ouverte
J'ort au l'iince, le 10 Mai l'.'-M
A
UttUun II, Doisinville C'tait!
*f gloire. Conatart Vieux Eme>t G.
Llituvt t, J. Lencue 11 Joliboia lils C
Fli Diabois respectusosemmt
Directeurs des journaux ; I Essor, le
Matin. l'Etendard, le Nouvi l!ist-, le
Courrier hatien tt U B*niMau e
itevae.
Messieurs les l)ire( Uuis
M fis far le gi ie de la l'aire agoni
aante voueavizaccoin li un acte au-
ai simple qu mpor:ani.en protestait
collectivement contre l'otCOpthn
d'Hati dans dt<* co d.tioi.B ausei
anormales et ec HagelUi!'. tout) cr-ux
l qui, hatiens ou 'ranijers conapi
ren< ostensiblement ou c lai deetinc
ment contre la souverainet < t l'indu
pendante du paya Mois roulfrez
Ht CM* iiih, que je vous dite, que
votie *cte serait superlitivviti' ni ira
puitant t-t aurait une porte interna
tionale bieD yrBr.de, si vous avez
perse protester 8U-ei tupis de
lgations trangres contre cttla' de
clios' intolratle et attentatoire au
rcent tiait de Versailles dout les
Etats Unis sont pourtant sin a airei
et dont l.'H puissances de 1 Knten .
engagtHOU non. auraient du du
rclamer l'4xcu ion d'autant que la
cause primo'diale et gnratrice d
la participation de lAngleteire la
guerre europenne, fut, a en croire
les allis, la violation prmdite pai
les Allemands de la neu r alit de I.
ieit' Unique -se peut-il qaec
plein XX sicle, Hati libre et in l<
pendante comme les E ata Unis, / Ai
1er BgO de l'Amrique au point de
vue du droit international, ibttrat
tion fait-* de l'enilue de ton tern
toiie, soit depuis six ana occupe
par une puiosance qui n'a pas eu a
lui dclarer rgulirement la guerre
et qui par dessus le march ne I.
jamais vancue ? Se peut il encore
qu une r;a iuii qui nagure avait voir
au secours descubmia <|u'oprm les Espagnols, escamote iiii,)un>-
ment not e indpendance apr
rious avoir prjinid l'honneur et L
bonheur
Ua si llrtiti devait perdre son u.d
pendante la laveur i la guerre
europenne et au mpris da t-a>t
de Versailles qi'elle a s'gne eu ttu'
que Nation libre et inlependtn e
si les amlioras devaient se rvi plus imprialiatea que Ita allem md*
prtendus tels il y aurait lieu de re
gretter d'ores etdjlau* nous ayon^
pris pusition contre lAHemjgnj e
que celte guerre malheureuse an t
declanclie en Kuiope- Cependaul
des hommes d'E at europen* tout s
perspicace* qu'on ne djit pastie tro
pesiimiste Auasi bien, Biessie-ara, J
vous conju e de protester sans c os
de proies', r toujours coo're cet eta
de fait et non de droit con J m ; pat
le l'raident Jamkk Munich dm
aes dclart on* clbres il i "
cambre 1821 et que les PeltSiOC-i
civilis -s d i 1 Europe, il fau le Ju.
leur glu re, n'ont jamais ptanq m
aans qu'elles ne puisent leur* d^u ti
dans un trait prxis.act, c< t o
aecret, tmoin, l'iaterveotio i do t'Au
gleler.e et de la France dans iei aff.ii
res in'eroes de la Urece Laissez mut,
en terminai t- Messieurs, roua rappt,
1er que U (juestiou liaineuiu a aie
agite au pailementau^Uiio ju sous
aecrta ie d'Etit. en rponse DOe
question qui lui tait pose, a re^on
du que la grande llretagtie est imbue
de la tiluanon d'Hati, mais qu- \t
hatiens non jamais requis la tod a
tion ou l'intervention daucuno i'ui*
sauce de 1 Europe.
Veuillez agrer, mes cher Dlrec
leurs mea salutations les uvnlleartS
CLMENT A VIN
Licenci en droit
Profitez de cette bonne occasion
6.000 jolies crpvale de soie
A det x g utd.s rha] e
En vente chet a ,,
Shemtab AVIS
Vins d'Espagne
el
  • On trouva U M. mn I. PRESlZHAM-AGGhBBOLM \
    ri h s suivants : pf.
    Manire ec e doux. Melegi pale et b ur. Xtseii ban'ieiide w
    li re--. Modre,HaUge.Oper'o eu eaiaeesde I2b.ni flViBj
    blanc d Liordeauien caisse de Ubouleitl se byrq-i* debOgei
    l'rix n.odrs

    menas!
    .aa* a
    \ Parisiana
    O douceur exquise du dnnnclr mvivpnc
    sur ma verte colline I.ligne parle dimam.iib.
    vpnt du laroe Un rn-.veau rb'H jvip avec Wil
    Obatltadedobon rppiw Cher liam Karnum le H^rrs d'une volont
    ma quarantaine proch". StlHfl filait
    Couch dan. un baraac, poaJaa n.ven r;ntlri] ijgme du pu
    , Imw^mnIM^ bllclaotaiaceplqie Sajel nob'e e'
    m. clos i^'v01-; "n-Y!'*; ;ft; dpourvu dartlflcea. BefendleeiHM
    ., fooe odo an c de m n I art i-, V T ,
    Par ledern:ers'emer ..
    La Maison Bigio Frre*
    Angle des llue Courbe et des Vronls-horl$
    Vient de recevoir pour auto un p t.t ^ ^ [J'^' et p.^
    marque IlOOL), qualit UJliL ue
    JU x SU l| 2 32 x 4 33 x 4
    Cette qualt est la plus, apprcie de toutes parce qtfell,
    inulilisib'e. L'ew^er, c'est I adopte Q ie les am eursne p^
    donc pas l'occasion de l'essaye.
    La Maison a e^iren' reu une toile Ae-oo.anea purfi,
    vaut servir > la co. te .'lion de co.dume hoaunp. robes pourjd,
    leuneafiles, fi'lefe?, e-Unis, couvertures pour me. bls et,
    jargeur 3 pouc. s Pr \ : 3 go rues 1 >
    Toile fil drap 4 largeur, prix 3 dollars 50 latine.
    Voile pour premire co umunion et moustiquaire,
    Linoi h.'pis e | o o. 1 rgeur 3n pou en 2 gardes 50 \m
    liez vie ai e ^os *cln's cai c's marchand s s s n'eveut rapidenj
    lai
    etc.
    LEH\ .& *I\K li\C
    Tous produilsphurmaceutiques etto
    aticles vendables dans une pharmaU
    S-ELIC ATES Lysol desinfectart, Sivon Lyso1, Sh.vrug Cream LjJ
    Pebecco: denlifrice in-cmparable.L huile de foie de
    rue E-nuls on, Extraits
    CHOCOLAT en poud'f de L & F : c'est exquis
    POUDRE Talcum L & F ; C'est leit.me sup ixi
    bon m.rch etc. e te etc.
    Demandez le prix courant
    LYSOL1 Le meilleur et le plus cooom que des dsir.leciau
    LJ dsintecttnt employ dins tous le grand, bpiun^
    UNE petite cuillie de Lysol dans une pinte d'e io donae la solutions
    DEUX
    'a contenance de deux verres ordii
    - ne arou scq-nf-. Ton te 'es vi! ru>s
    I Goi'ave bleutre '"^ ''" de |, vi a.fliVmt devant la na : (Une pinte reprsente,eav:ron .
    h te ou des voiles blancb,comrn |_rJ,. n^Hii pnU nrtap nn] | ^ v { ^ particulirement dans les cas de : A:couch
    Tub.-rculose. Infections, Morsures de chiens, P.qures et morsures
    le grandi oiseaux,
    Port .
    Uns clameur dans I* hioialn. Qaaj
    re hcurail Drb ut Sybarite/ Vite ;
    N'" -je pa^ prorais un vieil smij
    .i alle a jourdh'ii au l'arc Lecont*]
    von un uiH'ch de football. j
    b'ootbdl 1 que di souvenirs ton.
    nom sa dressent devant jnea yeux ;
    Juvh' illej ardeurs de la ITme anne..
    cour- eablisl'arc doj l'iire.--..1; '((>) j
    i.'s Brayrea, Pelooaea vertes du lt*j
    ciog, un frais matin de Printemps
    oui; oliu 'ard.h retour an pays na
    ta', Io sport cit"^ d n t ho ;siss belles parties du Lan I Deiiallne*.
    l'or de paix, L'SH lion du POrl au
    Prfnce, harcel uar les lioncanu BV
    \ : Ligue Athltique. Li poifine
    bombe, les nerfs tendus, f jus dn
    jeu e virilit no s voulions ardem
    meut la victoire, mais la victoire ga
    g-iCe par les m iscles, l'effort disci
    pli i et hirraonisux verd le but,tou<
    pour un, un pour tous.
    Vingt ans d j! o jjnt .10 nergies
    d antau I Floiei Mais no< tila som
    l noi (il, meilleurs que nous, nor |
    ti'a ouh aoa eapoiri l
    Nojs approcho is, le vieux cour
    hier respira la P1 ire,Vite, vue rto
    .1 o N ven iota; clit-v ux sqaelettiques
    ou uas-nnts m fttil.. presaan, se
    drsrsi une maiaoa clinicelauie se
    peueliant mlancuiiq ieinnt r un
    ian i anmique o laatre potf8.x
    da bJis brots flanqu d pieux co
    jhaa celi ts de cordes soriol coi'.i -n
    lient avec peiij un public enlh )'i
    aiast aoivaat angoisw la partie'
    Sur la toache, les vieux bjhI li.
    veol us.cluuvo* et esjufls.mais la
    leu sacr, quai d mme .' lielas C*
    .ouillage.drlbln +> gotstea,coups i
    pi.ds pour iu giio-ie brutalits to il
    i* lyre ei tin, nu a \ i l |J -s cboaea
    moPii la loynte la camaraJeri-i
    ranche, la discipline, rei,int tpor.if
    Un huilemeiii, Gjal, Non, oui,
    Accord dit l Arbitre-
    Suant, boit, epe l'ont 'e revo'ver
    au < t, /tu de jaune, un gnral
    1e Ihvision. div.sionnaiie d'uni ar
    m*a lan iip, bj dit sur la pelouas
    suivi d'un Prsident d'Union b.audia
    Mini sa carme co nme Uou (Jan.lu.le
    d'illustre mmoire-
    Des mots ben i jues sont entendus
    ( iJambrun.i" is tu reaiMcil 7
    L-nguo de rutre mre' pou:-
    qool te meurt'i' ton auon :'
    La pudeur diarouclie se voile les
    v.lx, se bouene loa oreilles tt a'ei.-
    vole.
    Bsaipra, la l'OJla biise les. zn-
    rii,.- et de rue sur I Arbitre cuto
    . il. s co'0 do pieds.copsdo poingt
    offertes par la M.g.s.ra'ure le ILi j^V^our cfiie la tte, o Knapp/ tro s
    reau, le Corps Eiaogant Au cimej !inflg |nBOlaQti et mpriaanta fa-
    tire plusieurs discours furent pro
    noucs par le juge S Milord, G
    , deurd'nfldii rle princ pal.
    se luteut vers ie ErVe Q (,Q
    -HiNEFLUGEL f.0|1n
    i
    ' i i
    uiles.
    D'un i n ni
    Inst-i II Ht! r.liutes
    MO MCNMKUNt rABRIQlIC
    IMMEOiAl! VINT ON PUT
    ocil: I ' "NNUt
    Oi ZftOOO tRANCi
    !
    i1 ti.r,<
    Ooma.Oi'r loa l BtSlOguM iiius'ra
    FLUGEL &. C5 L'-". Green 1 ane
    i INDRES. N. 16. ANCLETE-niie___
    sectes Eruption* de la pean, Blessures. Plaus. Bru ures, Haie, ponrl
    g=ie'personnelle la toilette, le bain. Dins les chambre, a.smilsW
    Chtmb.e de bain.le water doser,les E.uries Avant et ap-et le balay
    Pour cicatriser les blessures d-s animaux et les tenir propres.
    Dans les Accouchements et Ici temps & Epidmie*, le Lysol simposej
    que dans tout autres cas. i J
    Ayez touj'jurs une soiuuon Je lysol dios
    Cutaqit^ chainjr de vitrs dp^ift)1!
    Chaque flacon contient un pr jsp >. '.j
    Lehn#FinU Inc. Lon /t. /'/iJM
    KBW YORK
    A i OU! Iliittj
    flaircad Stamship Lino.
    s
    Imposantes
    i funrailles
    f Ce fut au milieu d'un .mmrnse co
    voi qu eurent li u hier 1 s lunrai.le
    de Nevers Constant, juge au Tri
    bunal d'appel.
    Autour du cercueil port 1 bra
    se remarquaient de; p-rsonnt'it'
    diverses appartenant i toutes les
    classes de notre socit.
    De nombreuses couronnes tjt.ct
    M f Moi*e et Tho; H
    Augustr,
    Lechaud.
    Nous renouvelons aux prentsdu(
    re^itti Vfunt l'eiprcsion mue dejv.^
    coj condolances,
    '.
    i dpe*i e* ni i'/3 to l crus
    par | sHd ptee foo be i qe\
    K, dans le soir lom i i i
    la un Wre clamsnl d i Chsnp v iaiu F. -,q i'e
    oi. tait de i.otre (1 -.- '
    F \
    Service de fret el de passayen
    New-York Hati]
    Tort an-Prince, le 1er Septembre 1920
    ' Prtent exp.Ufons directes pur VnRlelerre et l'Europe et vic3-ver L.vc.uix New York. Le plui rapide et le olus direct sarvice de et p jur I Jyjroi-e. ^'P5'!
    A. i;. Patereon, Gnral Frei/ht Agent, 24, Stria Slret, New York L I/.- Fret payable
    el.atmaticn l'exception Ju Miel. U
    Un dpart par iemaioede New \ork directement pour Pet an Prince el "J suire m
    inos pour Io s le ports d'ilai i. Seulement p-ssage
  • pont nos agents dans les principaux por s d E irope el d'J ugle/erre
    Angleterre. Ecosse et Brame :
    MM. G.W. Sheldtn $ Co, 47, James Street, Liver-]
    pool, Englnd
    Copenhague, Danemark .
    flM. i.EBendix $ Co9 21, AU gade, Copenhagm
    Gms Italie :
    Mit Henri Coe ClerM, Piazza S. Matl
    13 Cnes Italie
    Christiania Norvge}:
    Internatoial pedilions&elskap, Christiania ,
    llumbounj Alltmagne: ll.Vogemann, Hamboum
    (joihenbourg Sude : j
    se;sja
    Aodish Express, Gothenbourg
    Le seivice de Panama Lue entre New-York et Htiti, en vue" des a
    sera d'une utiliti coasiJrable, et est U vore la plus rapide pir laqu
    l e l>; dlU.

    e expdies.
    Ici connaissements
    riogements qulJ5C;."7iiril
    le vo; ma.chaad.snP'1
    couvrant fret pour New York avec optons
    le Havre, Bordeaux eu Anvers seront livrs.
    0. B. THOMPSON,
    Agent gnerai agent pou Hati
    de livraison soit L
    a*


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM