<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN >*<* Un jii gnun' que le primtre de 1 habit; t o n f t fait ces jours deniers e'que d ecro'd avec le juge de Paix de la Ooix des Bouquets le propritaire s'tait rendu accompagn duo gerdatme et de 0 n lndp< ndance et se Souverainet. Mr Siadin Gcvais atx bns de s-gaij JOLI BOIS fier leur corg i ceur qui occupaient — Une rtpche de mme tereur l'habition indment depuis des lem-s a t envoy* Mr Pierre AgnuK. A lirjoncuon du Gecdarnc Mar; cel PUpe concernant 'e f'ai d s on Capitale remercier popuU ion Ai"haie accu t il enhouai i*'* *-t sympa tlnqtie qui leur a t fait blfl aprs midi-Vous prleol tre I ur In et prt* pies p'ipula ion Aicdiaie. Meoifeetalion b*er piouve q ;e tout peuple liutien a assez occipa non iniiicaine et desie ardemment Celui qui achte L'EMULSION DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours VEmulsion de Scott) 1 a cirasse i.ux rats Le seiv.ee d Hygine n'aime p;s t Miqi e> ou p'u'6' n aime pis les (I jruis qui leur rouit les rommes Alexandie lule c Na h n, eus n tentsde Pi'ireChs. *znd assailluerl 3 crup de manchetie Me Neve l Constart et 1 IffSJI rtenf lche ment. Le juge DeffiTotl requis hier ve s les 4 heures p m veibalis?. OuelquesarrestatiOESODtt fa ; f??. Cala vaudrait bien la peine, Un — Le geudarme Marcel Plage.b'ess | e ;0 rps mdical que rour le p b'u fui transport i Irpi'il. lui mme, de lixer dans UT Bai'ctirj Les funrailles de Me N. Con.tani QU i rnurrait tre himtsinel; la marLe Purgatif Idai ^ eeat la fr' 'iiuledt:D r D ehaut /tel ia Faabouq lBt-Qnlt PariF Partie a pes communiquer au pub'.ic. C'est on prpart!!, linsi qu'aprs celte funeuse p ; .lI fie ae aravœjM JamaU de *>. TOUS j Su; ; %  p ni la d.' ? donIdfj B %  ultat obtenu. Combien on en a %  %  • .>. 1res, equect, ir.oins <-Mr^. :v? 3 piijlet Mlqla tiennent d'arriver au Grand Holel de Franc Paiie dernier paquebot franaii Vin le Madre Vin de Malaga Eenu -le Vichy C'esiiu Vermouth Ifoillj l'rat Vins lins de Uordeaux Vente en gros et en dtail des prix modrs La Manifestation en ri.nniK'ur dfl Dr|io il ta Pre-e de Pjit su Prince a afIn.de celte da"e i maintenant ? ti rrsafol dari' et a donrla pr.i v -i r :— 3"if PHUMS, ALCOOL 1 :, PIC IjSrNft-l %  •' DEROY FILS L "'T..., { ",...,,.. | ; 3 t* V y /i,r.n eu htl. 3. %  I i %  ,-AH 4J) BUIOE PHlTIOUE iiitofitUMf#i v. \; 3J gallons • nviron. • Iviainll pbint (peintuie naillt) Vernisli (vernis; iler:ne, dans o TKAI-.-2 DE LA CCU1TE AtiUmu Mtdfm 110 M. 1901)' A Mmv la Ai uni In CUri li'l'rudoiul premier mouv.men'. fut de donner t.oo.1 T„..n o lie o ite. u il u.0 Pi M liei;l un d'eux pouss dfleauffrpum ,par|e ne sais quoi de MADRIDLra rwociations pour cheval et l.i liquidation de la d-ite du '.'<> mil Ahxmdre ludes cjui fut re ; (v sur lions coriraele en l'.HO.pnr la Kran le g,/on avec lis contusions la ce paraidPent avoir abouti d'heu f ace reux rtaultett. Le gnuverrpmnt N. U s poilons c: nouveau iiit de Pgpagnol a consenti chelonner sur brula:i !a coni u s.an.e du chef :i enn-a, les vetsemnits auccess.ts d Gtodermihe et ces versements auiont une unpor tence progreaaive su fur et meaute de l'amlioration de charg". PARIS 17— i) apr" une dpcb' — r • i • ... auto qui laisse icc;ssammiui ci actems de la R-aissance t p tuent J c ap S adresser la r e qu i's dtvaent jouer le lendemaii "8 maiAnivs quelques pis du hA re,ils t'ai ctrent aupii —— d'un marchand de irettes el en ache l tn A peii e avaient ils lait quel Vente tfUX enClllCS quis pas qu'Us virent courir sur eux j b idbat ut i mirinescheval.L'ur publique* En ve.Uu 1 dune tommationen date du te ois Mai courant; -J 3 d DM ordonnance de Mr le Doyeu du Trin nipit de coups le ieune'bji al de lie Instince JJ ur au Prince, en da e du onze Mai courant iiec ijication Notre confiera le Nouvelliste, a de" iiriin.upe note ofticielle. nnou piODOS d'un passage de notre ar icle ce qe'en excution de P-'Itimstam sut le Livre li'eu c nous avons du des allie, obligeant l'Allemagne q Ue i e gouvernement n'a, pout la pefer un milliard de met kl or dent. pf em re lois, pens rJ.amer la un dlai de 16 jours, le gouverne W pp re gwoB de la la loi martiale qu'a p que le ( hef de lOxupatlOfl I ment allemand a offert la commis non des rojinra'ions un premier paiement immdiat do 150 millions de marks or, repreeole pr des devises trangres Le veraen-ent en sera etfectu l'et droit dpaig-t par la commiasion des rpwarlinna L reste du paiement &era ttf. eti d-ua le dlai prescrit, Pari si a oa CE SOIR Chillon T os sectimt: i tu .nt A la U.nqu; pour sopo ser au paiem-i t des ordies dn gou veieemeoti I* t ^marquer que, au mois de lum 19 6. une dmaich< avait t d)l f itl d ns :e sens pai le goa^iri e>i ni N .re coi I e r j mte qu'.l fa" cet t ie tilicaticnp\>url'histoire. Nous donnons volontiers acte au PiMder. 1 D* liguenave de ce premier < fl > t de jniu 1916 que cous avions pctdu d. vu:. i MiH, IU H M G ande coem'die p" in.jre L.we G. 100 HEMORRODES Gu A^ rod n cette ville, la vente au j ^l?I^ 'plus otfraut et dernier enchrisseur : des marchandises suivantes donnes j en g nantie di la somme de neuf mille : huu cent dollar 18,00 or980016j ^ana prjudice des trais de pour-! sure et honoraires u.-utla d'avocat.; — t 10 caisses 1 enfermant 801) pices! Ne.son blue XX. p-m j 18 baies contouaut 400 pice J (tUdC Prescott. ; A la requte de la Royal Bank ol Caada, Socit anonyme, ayant ton] sige social Montral. Canada, et: l'une de ses succursales l'oit-auj iTince, o elle est reprsente par H* 0 J. Rrandt son Directeur, iieDnient Port-au-Prince; ayant) jour avocats con titus Mes Louis, 'orno et Lon Drjean, au cabine | •'pquetg fn cette ville, rue Frou, elle lit domicile. Contre l. s sieurs A.Salara Frres. commpr^,•an's• demeurant Porru-P incr. dbiteurs gngis'ps. A chai V, par les djnojcareirei dp pty r roreptant E8ua peice de folle ncLre* Potl-au-Prircp. IP 17 Mal 1021. EdouaidE DUUISMUNU I Goutte Rhumatisme C rat elle Artrio-Scl A igreurs Apres In rurr d'Lrodonal L'URODONAl est au rhumatl oe que le quil est la fivrei Vamianlns l'avarie.. Kl.ibliM* i;iialclin. !" -*** Vilenci'* l'ani, l •" % %  ] phaimM"*-'V L'URODONALneitoielercin.Iave le) foie c los articulations. 11 assouplit lss t\?tcrc3 et vite l'obsit. J^ZJLZ3KE Vaillant S; Houet A'/enta gnraux pour Haiti 1720, Rue du Magasin de lB 1 Scaferlati AlexaM D.UJL dollars e kilo Ariivpnr le dernier vapeur ^ ACCOVnUrXn, Rne IraversireiMaison Bo#> Vins d'Espagne et de Bordea mm On trouvera lu Maison L PREEl/MAMt-AGuB vins suivants : hwilW 5 Madre sec e'el. u.\. Malagi pale et brfln Xrs ep \ ]fl i 4 lire*. .Moclre,V!aUga,< Iperlo en causes


PAGE 1

(ftin iiaw inne ff# 4084 Port au Pnr.ce, luli h w Jeudi 19 Mai ifcM 01RtCT£UR-PROPRIETAIRBC rjment-MAGLOIHE | lt NUMERO 20 CENTIME Quotidien % I a vritable libert rside dans tes lois, l es lois seules peuvent laJfaire respecter, et leur mpris toujours entrane la t >vt 3 de la libert. Feratnd NAUDIBR rthDACTION; Rot Amricaine No, I.T.S TtltfHOMfJi — %  %  QUESTION DU JOUR Deux rapprochements Dei informations venues de Pan;communiqus oralement et personmitera la fin de Mars dernier nous,nellement au Congrs, fait ressortir oot appii8 la eomination de ai. ; les diffrences profondes qui existent ajduou T Hua.i, notre ancien Cou e ntre les mthodes de prononciation Millir linancier, au poste d'agent adoptes par le Chef actuel du Pouflical Panama pour une priode voir Excutif et son prdcesseur i deux aones, a commencer le 26" immdiat.Il arrive a cette conclusion flirter dernier, poque laquelle a que M Harding eut plus amricain pire ion prcdent contrat en de genre et de pratique, piin-.-ipale(gte qualit. Malgr ce dernier cou ment en ce que ses laons de ru tut, M Ru?n fut quelque temps sans noncer les a ne soi, t pas ai s pmvoir exercer ses fonctions finen larges que I accent a jglic S et affec i Panama, le prsident l'orras t de M Wilson. et en ce qi'il met li suite de certaines difficults plus de dlibration et plud'oerlioistrativts et politiques, ayant gie dans lus premire syii'ibes non cid de nommer un panamien a'accentues de certains mots, tels [plireDans |l interv*lle. M. Ituanlqus • protoundiy et compa ible Li F8 ; e Nouvelles Etrangres PAR CABLE dsiga au mme poste e> provi mem Costa Htca qui 8ubiasait ici moment une crise politiqae de cartiine gravit L'est au lort de la dispute arme ira Costa-Bica et Panama que le gouvernement amricain a exprim ce derpier pays le dsir d* von citoyen amricain exercer les feulions d'agent liscal. L acceptaboa du gouvernement de i'anaua a affen un certrin mirt* eu raison 4 M concidence avec la dcision M Panama de s'armer contre Costa pu st avec le refus d accepter U ,*ggeation ces I tats-Ums de consi itrer la dispute de lion ires reg e mr ,1a hase de la dcision Wbite. I Tonicela sigmlie que du mutant damn, le gouver-emem dPinama a pu avoir comme conseil linancier un paoamanien, saua trop doppositiou de la part du gou Tiraeiftant amricaiu qui, pour com %  latarlt temps qui reatait a ,courir HT ion contrat, a uulis provisoire tant M. Huan Costa Rict. Mai, •aot l'aitiiude devenue inamicale Panama, le gouvernemeut amri JJ a fait cesser cet Wt de choses • Revoyant M. Ruan a Panama. wci n'eut paa indiffrer pour *•• L'article s? de la Convention Chaque homme, en fait de prononciation, a sa propre i Jio-yncraaie, et il oy pis de i*ie lixe sur une telle ma ire. Dans ce qdil s, f?it de dire, il y a d abordla lion de I exprimer, et ensuite, la faju de le lueLe sentiment gnrai semble tre que M Harding, compar son prdcesseur, est p.us concret et va plus directement au but. U sait ce qu'il a besoin do dire et le dit, sans accorder une attention exagre l'envetoppe qui CJitient ses penses. II en resuite qu'il est clair e facilement compris mme de l homme des tues, quil est dgag de toute tendance aux gnraliaattons, a 1 ODCU rite et a la pra ique des anacoluthes, qui tait la caractristique uu Ung* ge travaill de MWilaon. Les para es de ce dernier etai eu certaines occasions, aussi longues, aussi embrouilles et aussi obscures que celles de John Stuart Mil! lui-muie. D un autre cte, ce u est pas a M. Hardmg mama.it si Clairement ses propositions qu'on pourrait appliquer te cynique d cUn que la patois a ete donne l'nomme pou. dguiser ses peu u'u-i • l.'uo singulire continuation de cette opinion pratique l'gard de M. Ilardiug par la gnra 1 des On ses: b'?,aucoup dpens pour donner c-'t'e anne, d c II.lh d instiiuioa toute r cente. Uaematia saasso'.ei', ielaesgouUe letts de p ui; qui toiibnt.par inter val es, un emps ni laid, ni beau, maisons d* la ville p avo s?saux cocleuis ratio a'es, les e if^ots en costumes de dimanche avec la bautoime la cocirde bleue et roug* tel tai hier l'-spect de notre capitale. Il est huit heff:, les diguion; de nos diffrents tab issem ots scolaites se rendeot, bannie es ta vent, i Paris' an i dont les vastis salle-, les balcons tt les loges taient couverts d; feuibes de p I meis et d'o 'thm N.:W YOK 16,5— Franc 11.78 S erling 400 LILLE 16— Le prsident Millerand ,lU( „,.. 1, : c u. t a pioonce aujaurd'hti un discous fu cas o | r t H e,nagne 1 : H*,,.-. 1. .1—u„ u. 1 :ij e la baot* Silaie, les tranannonce que qui viect de Ul \l l Uilill'UUU *"> "v f'A'i. N '.conversations aurait roul sur le problme de la Hante Siltaia et l'at *e que prendrait les deux paya 'ouciierait & devant la ihamb'e de Lille. U a '? D1 ?J! 6!le81P 8 Q s l'auioriaalio.i montr que I union de tous les Iran1 ",. u, ais ex.ste ; car lo.que le .^ r^td.TR.^aTSl ment rclame p^ur la Lrance son |ueillO0 e „ COlplet e V sa. s ra j es du, rien que son du. nui; tout son vea .lTX ,C ^ l0Ul """i ******** Pa.l.ntensuieiun btoq.c, m^jS^S*^*^ .„„ loue a acclam cJnleuteisement. | U nelei.ie au praident le la com M Milleraud a dclar ^ue les popu misson interallie e, dclare tue sa Jalons des rgions d/asie>, veudmiitio] est rao ive par le fait lent la justice cooire le go iverntd,"'' ne russit plus se ta re cou ment dUn p;up e qui sans ncessiler a Berlin. ts m ut ies a p par par le pilla1 ^ e P riQ ce rend hommage l'irapsr get I'IQCC idie. a pidominin-e m allt v d onl ,e nr al Lrond a tou dustr.elle. Le p.s.dent a ajoute, que l SL % Jrl i p /T, r aid des alle mes IDes maires de ce monte iW feg /oLaV, T^uWZifM informa vo.vent les inv^l : Le Conseil des n,er *MPM!-b M dans la gitarr, tl0 0i q-ie le came l" w di IIr Secr airci d Etat occupe la loge pla P'-clame hser une fois de plus par gin. ce i gauch du 'hi-re ; 101 places J K'OveroemLt des fcUtiUlif, il U 1 mande d'Oppelo que la aitaa d honneur se -rouvent S. G Mgr V ura P* 8 de P il Ielle d ns l'Archevque de Port au P.ince le mon ^ tl la *rce devra tait resp Clerg*. 1 s Congrgitions reiigieu iW l J *J ,fo 1, .. ses, les reDi.tntant de l'0;:upaL AUemagae, dit le p:std nt. tion, le Corps diplonuVque et con rcus s tion reste grave Lia membres de la com i.irt.sioii interallie s'efforcanl d'agir la fj.s B ur les Polonais et les allemands en vue d'atuenur la paisement, nuit ils constate \\ q 1e suiaire, les Membies de la Presse,les c '' cc Membres du Corps liastignint tt moirit attames de .travail de les diver es noiabil.ts del ville La P* u fl e peacle offert par c-tte salle de Parisiana tait devenue, i & riodi tl ''eaae cit, apporte la lepoase dcis ve i des calom irei magae, ait le p:std nt ne • c • %  en vue a amener la pas a intuvtiur Us r es P !" *22i: ,Uii * constater, qie 'est pas du ct de no t-li' lt0T, *a\ent plus de chin u It.maL 1 LS L c . 8 ae 8ucci ' l troap.s dont ils leg sous lieutenants italiens tus en h S.Us e au cours des derniers u pn dont ils dis jotent.taient rentorces da (alla manire que les trois puissiacii allies v fuiseot reprsentes '•L* Temji" rappelle ce sjje*, que laconf^rencj des ambasaadsurs anima, la semaine dernire, der qu'on exiget sais re voi de renforts at'ie et Hanta SilsteUnedp;h) de Urne annono debout, coute avec recueillement c^s^arquK^^ lignes de son programme. tSLiL^tST^'' * P*" B1 5S5S521S1 ta&S MrBoiamy. pr.iient du Trbu ?* adaai i l [ ou P :s %  • %  *• Wrtt invariable dans son S'tltode nal de Cassation e m=mb e du Cjn J1 f* ie . aa6 Ur au garat Leroad sur la question silsienne. qui est de seb Naiioaal de lUoiversit tl prima t ci d'un Praident jo^POltque C est M Harding Ce ••an COra P ft, ' aon prdeces•tDrL P0,Dt de vue de le faon de SS 8 1 voici ce qu'il dit et tt mr. UIB a y O're Intention,sous ^''T^epriHdeniel. ^ dn" r u du, Mas-"ichuaur i e 0De mtereasant^ canaene 1 ^aiDa 8 ?" 88 P'sidennel. consi r^MQtot daos loi outi^i comineniaires de la presse italienne eu sujet de I adresse de M llardmg La Tribuna de H me crit : Avec te uiesa^e dd MHardmg. la uttra ture politique revient ses juet s tradiitons de piose simple, dexposi tiou claire et de pense prcise... L*adresoe ae MHaiding est aussi utile aux esprits faibles qu une dou che truide la celonne pinite elle fait voir que les aven uraa ilo logiques passem tandis que les ra lues hifctonques demeurent. Le Mesaagero. de son ct, prononce ce vaidict. Le message du successeur de M, Wiison clarifie la pohti que des Etats-Unis, Et'le journal d nous puisons linit atusi souatticle : "C'est, aprs tou', une grande chose que d'tre matre d'un langage qui, a la lois, dit ce qu'on peuae et pense ce qu.on dit.' Si on ne peut pas dire autant de tous les Prsidei ta de Rpublique, on peut au moins esprer que lu rgne des mensonges, des penses lausses et des phrases alambiques doit liniiun peu partout, et que, nous aussi, nous pourrous dire un |our d'une paro'e prsidentielle claire, nette, catgorique, qu'elle est d ua*sprit droit et qu'elle clarifie la politique hatiennequ'e pays. Des etirccca de gymnases, des chants, de posies, des sayntes et l'interprtation de qu;!ques scns du Misanthrope 0 it ce excuts par les lves de Sainte Rose de Lima, des Filles de la Sagesse et du Lyce N -Lion.il.— Durant la crmonie, la tantare de Saint Louis de Gorzigue joua la titude de la presse allemande au su) t des dclarations de M. Lloyi GtO'gfl et de la rpoase de Monsieur B.rand Leur opinion se rmme daas la phrase de !'E ho de Pa-is I .Vieprises d'accord avec les allis, LILLE 17 — Keoondant au to't de M Millerand, au banquet de la prat'ec uie, le roi des belges voqua les heures tragiques qui oit nnu entre les deux pays des relations qui taient le gsge du j ra F proclie ment dlinitif. H rappela le souvenir de la visite m gje se rend compte que la Praoce que fit Mr Milleraud, alors ministre de %  guerre, l'ex prsident Poincar etle |*q.tral J jflrt, le 2 Novembre* est mai resse de l'h:ure Le Petit journal a fait remarquer que le gouvernement de B.-rlio es plus b.-aux morceaux des'on'f, be ? 5 !" ?/" Ia r Pase 'B.iaod 1 M. L'oyd George, 1 noo rpertoire et fut vivement applaudie. | H iaQd M. L oyd George, annoaU J choeur avec un drapeau dploy, • l0 L*"f s \ | a Reichsw.-r loterveoaii entonoe La D.* s silinienne • que eQ Hut *Utn, les forces tran u ses salue l'as is'ance et lentement on se '"" ' retira de Parisiana tandis \\iz la mu sique entonne un Pas redoubl. 11 a manqu 4 cette fte un carac 1re national. Les points ports au programme quoique bien rendus n taient pas de circonstances. U fallait ^' quelque chose de local pouf clbrer Ula,s a acce Pt* sous 1 a fte du Drapeau Hatien. Reprsenter le gooverne Aussis'explique-t-on diIQcilemeat W** "1 Vati:ao M %  -%  • que les organisateurs de cet e mani **& V !" t'=cepterait 1 ambassade IMMUA* nurintinn n'jiiC, „,„ „.„ de l'.ance que pour un temps 1914, a Pdroea, au moment ou ba-Hille d Nprea faisait rage. Le roi Ul I loge des vaillantes pupulatious et des incomparables soldats du nord oont il rappela l'hroque par Le Plgtro mesure l'tfncacit tion de Lille et la grandeur d S qu'aurait l'occupation de la Khur 1 France. Aprs le banquet la nref la terreur qu'elle inspire aux ailetare le roi due bjlgss et M -Milleraii il mands. co versreut IJ -iguatmntA I'USJJ PARI 16 Oa annonce que M ^ cett '' cor/orsatiji la non tairai Pas dt8 a ? le coininuoiqie la pressa Aptes le banquet, M. Millerand et l roi des belges, e sont entretenus cordialement data le salon de le pr Charles [onnait, snateur du Pas d; coniitioas de ment franc lis fonnart a d festation patriotique n'aient pas pen ^ ;i dans les morceaux choisis L fjeture, eu prsence de MM Harthja l.-ji'ii.Mr. Juspar et des ambasia deura des deux paya. HOMK Lu derniers riu'cis in se i puiser dans les morceaux choisis l f." 116 P iuoic de ,x mois .-. %  ..-.„„,„ d'auteurs hatiens au tieudenou; ,'V I 00011 partira la semaine projdique it q i en p us du 1er ministre servir du ; Coeur de (eanne d'Atc, ch,ae pour o.-cuper soa nouveau Oroltlte tous las membres du cabi • Mon moulin J, La mre JeM.de P osle sa nomination sera ratifie' 0 *! 00t t relu < tiusi q is les ex La laitire et le pot au lait demain i ua C9nseil de cabinet. loc, etc. Le Malin PARIS 17,; Reate j 0,0 s7.60 Sterling 47,461' Dollar 11,875 NEW YORK 17,; Franc n,, 9 Sterling 43019 PARIS 17 5 — Les journaux PAR MOIS PORT AU-PRIN-E DcPARrEUKNT ETRANGER \j. 2.00 G. ,jo G. J,oo Le public et le commeice en gnral SOL t aviss, que Monsieur Henry SENDRAL est nomm procurateua de noue Mai i on dePor-au-Punce et .,.,.,,. Mois.rur Hugo MEVS est pomi ^SS^iStJm^J!SS!!!f a f^ljf^ TW ? < C 3 !" id * du I,,...„r cin,, des Succmsales SXSlTlPjrB^ Port au Prince le Ma, 9 „ roi del Ue.gea et dea mini.ue.'fr.n, national SaS omuiun^TrJ i RYAN o. BARBER gais et belgesVivant LeMatin, les Oa OOoflrtas la victoire du b: oc ni presideoli du Conseil, Orlendo Sa undra et Nil i ; l'ex prsident de i.* Clu nbre DaoliTQll a t tlu i Na pies. Parmi lt-s socialistes minents 'us as trouvent l'uran, Trves et iiara gona Les jjurujvix annoncent n n les S'ovoes ont t combl eine,ii attabattus Tnes'.e c J cindidat du


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05378
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, May 19, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05378

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
(ftin
iiaw inne ff# 4084
Port au Pnr.ce, luli
hw
Jeudi 19 Mai ifcM
01RtCTUR-PROPRIETAIRBC
rjment-MAGLOIHE
|
lt NUMERO 20 CENTIME
Quotidien
%
I a vritable libert rside
dans tes lois,les lois seu-
les peuvent laJfaire res-
pecter, et leur - mpris
toujours entrane lat>vt 3
de la libert.
Feratnd NAUDIBR
rthDACTION; Rot Amricaine No, i.t.s
TtltfHOMfJi

QUESTION DU JOUR
Deux rapprochements
Dei informations venues de Pan;communiqus oralement et person-
mitera la fin de Mars dernier nous,nellement au Congrs, fait ressortir
oot appii8 la eomination de ai. ; les diffrences profondes qui existent
ajduou T Hua.i, notre ancien Cou'entre les mthodes de prononciation
Millir linancier, au poste d'agent adoptes par le Chef actuel du Pou-
flical Panama pour une priode voir Excutif et son prdcesseur
i deux aones, a commencer le 26" immdiat.Il arrive a cette conclusion
flirter dernier, poque laquelle a que M Harding eut plus amricain
pire ion prcdent contrat en de genre et de pratique, piin-.-ipale-
(gte qualit. Malgr ce dernier cou ment en ce que ses laons de ru
tut, M Ru?n fut quelque temps sans noncer les a ne soi, t pas ai s
pmvoir exercer ses fonctions finen larges que I accent a jglic s et affec
i Panama, le prsident l'orras t de M Wilson. et en ce qi'il met
li suite de certaines difficults plus de dlibration et plu- d'oer-
lioistrativts et politiques, ayant gie dans lus premire syii'ibes non
cid de nommer un panamien a'accentues de certains mots, tels
[plire- Dans |l interv*lle. M. Ituanlqus protoundiy et compa ible
Li F8;e
Nouvelles Etrangres
PAR CABLE
dsiga au mme poste e> provi
mem Costa Htca qui 8ubiasait
ici moment une crise politiqae de
cartiine gravit
L'est au lort de la dispute arme
ira Costa-Bica et Panama que le
gouvernement amricain a exprim
ce derpier pays le dsir d* von
citoyen amricain exercer les
feulions d'agent liscal. L accepta-
boa du gouvernement de i'anaua a
affen un certrin mirt* eu raison
4 m concidence avec la dcision
m Panama de s'armer contre Costa
pu st avec le refus d accepter U
,*ggeation ces I tats-Ums de consi
itrer la dispute de lion ires reg e
mr ,1a hase de la dcision Wbite.
I Tonicela sigmlie que du mu-
tant damn, le gouver-emem d-
Pinama a pu avoir comme conseil
linancier un paoamanien, saua
trop doppositiou de la part du gou
Tiraeiftant amricaiu qui, pour com
latarlt temps qui reatait a ,courir
ht ion contrat, a uulis provisoire
tant M. Huan Costa Rict. Mai,
aot l'aitiiude devenue inamicale
Panama, le gouvernemeut amri
JJ a fait cesser cet Wt de choses
Revoyant M. Ruan a Panama.
wci n'eut paa indiffrer pour
* L'article s? de la Convention
Chaque homme, en fait de pro-
nonciation, a sa propre i Jio-yncra-
aie, et il oy pis de i*ie lixe sur
une telle ma ire. Dans ce qdil s, f?it
de dire, il y a d abord- la lion de
I exprimer, et ensuite, la faju de le
lue- Le sentiment gnrai semble
tre que M Harding, compar son
prdcesseur, est p.us concret et va
plus directement au but. U sait ce
qu'il a besoin do dire et le dit, sans
accorder une attention exagre
l'envetoppe qui CJitient ses penses.
II en resuite qu'il est clair e facile-
ment compris mme de l homme des
tues, quil est dgag de toute ten-
dance aux gnraliaattons, a 1 oDCu
rite et a la pra ique des anacoluthes,
qui tait la caractristique uu Ung*
ge travaill de m- Wilaon. Les para
es de ce dernier etai eu certaines
occasions, aussi longues, aussi em-
brouilles et aussi obscures que
celles de John Stuart Mil! lui-muie.
D un autre cte, ce u est pas a M.
Hardmg mama.it si Clairement ses
propositions qu'on pourrait appli-
quer te cynique d cUn que la pa-
tois a ete donne l'nomme pou.
dguiser ses peu u'u-i
l.'uo singulire continuation de
cette opinion pratique l'gard de
M. Ilardiug par la gnra1! des
On ses: b'?,aucoup dpens pour
donner c-'t'e anne,
d c II.- lh d instiiuioa toute r
cente.
Uaematia saasso'.ei', ielaesgouUe
letts de p ui; qui toiibnt.par inter
val es, un emps ni laid, ni beau, *
maisons d* la villepavo s?saux coc-
leuis ratio a'es, les e if^ots en cos-
tumes de dimanche avec la bau-
toime la cocirde bleue et roug* .
tel tai hier l'-spect de notre capi-
tale.
Il est huit heff:, les diguion;
de nos diffrents tab issem-ots sco-
laites se rendeot, bannie es ta vent,
i Paris'an i dont les vastis salle-, les
balcons tt les loges taient couverts
d; feuibes de p I meis et d'o 'thm
N.:W YOK 16,5 Franc 11.78
S erling 400
LILLE 16 Le prsident Millerand ',lU(
,.. 1, :cu.t a pioonce aujaurd'hti un discous fu cas o |rtHe,nagne
1 : H*,,.-. 1. .1u u. 1 :ije la baot* Silaie,
les tran-
annonce que
qui viect de
Ul \l!l Uilill'UUU *"> "v f'A'i. n '- .conversations aurait roul sur le
problme de la Hante Siltaia et l'at
*e que prendrait les deux paya
'ouciierait &
devant la ihamb'e de Lille. U a '? D1?J! 6!le81P' 8Qs l'auioriaalio.i
montr que I union de tous les Iran-1 ",. u, *
ais ex.ste ; car lo.que le .^ r^td.TR.^aTSl
ment rclame p^ur la Lrance son ,|ueillO0 e COlplet eV sa. s ra
jes du, rien que son du. nui; tout son vea
.lTX ,C ^ l0Ul """i ********
Pa.l.ntensuieiun btoq.c, m^jS^S*^*^ .
loue a acclam cJnleuteisement.|Unelei.ie au praident le la com
M Milleraud a dclar ^ue les popu misson interallie e, dclare tue sa
Jalons des rgions d/asie>, veu- dmiitio] est rao ive par le fait
lent la justice cooire le go ivernt- d,"'' ne russit plus se ta re cou
ment dUn p;up e qui sans ncessi- ler a Berlin.
ts m ut ies a p par par le pilla-1 ^e PriQce rend hommage l'irapsr
g- et I'iqcc idie. a pidominin-e m "alltvdonl ,e nral Lrond a tou
dustr.elle. Le p.s.dent a ajoute, que lSL%Jrlip/T, raid des alle
mes IDes maires de ce monte i- W feg /oLaV, T^uWZifM informa
vo.vent les inv^l : Le Conseil des n,er" *MPM!-b M dans la gitarr, tl00i q-ie le came l" w di IIr
Secr airci d Etat occupe la loge pla P'-clame hser une fois de plus par gin.
ce i gauch du 'hi-re ; 101 places J K'OveroemLt des fcUtiUlif, il U 1 mande d'Oppelo que la aitaa
d honneur se -rouvent S. G Mgr V 'ura P*8 de Pil Ielle dns '
l'Archevque de Port au P.ince le mon^tl la *rce devra tait resp
Clerg*. 1 s Congrgitions reiigieu iWlJ*J,fo1, ..
ses, les reDi.tntant de l'0;:upa- L AUemagae, dit le p:std nt.
tion, le Corps diplonuVque et con rcus s-
tion reste grave Lia membres de la
com i.irt.sioii interallie s'efforcanl
d'agir la fj.s Bur les Polonais et
les allemands en vue d'atuenur la
paisement, nuit ils constate \\ q 1e
suiaire, les Membies de la Presse,les c'' cc
Membres du Corps liastignint tt moirit attames de .travail de
les diver es noiabil.ts del ville La P*u .fl e, peacle offert par c-tte
salle de Parisiana tait devenue, i &riodi tl ''eaae cit, apporte la
lepoase dcis ve i des calom irei
magae, ait le p:std nt ne c en vue a amener la
pas a intuvtiur Us r es P*22i: ,Uii* constater, qie
'est pas du ct de no t-li' lt0T,*a\ent plus de chin
u It.maL 1 LS L c.8 ae 8ucci. ' l troap.s dont ils
leg
sous lieutenants italiens tus en h
S.Us e au cours des derniers
u
-----pn dont ils
dis jotent.taient rentorces da (alla
manire que les trois puissiacii
allies v fuiseot reprsentes
'L* Temji" rappelle ce sjje*,
que laconf^rencj des ambasaadsurs
anima, la semaine dernire,
der qu'on exiget sais re
voi de renforts at'ie et
Hanta Silste-
Unedp;h) de Urne annono
debout, coute avec recueillement
c^s^arquK^^
lignes de son programme. tSLiL^tST^'' * P*" B1 5S5S521S1 ta&S
MrBoiamy. pr.iient du Trbu ?*adaai ,i" l[ouP:s " * Wrtt invariable dans son S'tltode
nal de Cassation e m=mb e du Cjn J-1 f*ie. aa6-Ur* au garat Leroad sur la question silsienne. qui est de
seb Naiioaal de lUoiversit tl prima dans des termes levs le but que.celle raaique de ly.np.th.e.
M1915 qui cre les postes de Hece, Ain.ucuitis se uouve dans quelques
*v gnral et de Conseiller finan
tir n exige pas que ces tonciionuai
^oientdesAmeiicains Poutquoi
**M pas essayer, puisque le pre
wnt panamien existe, de faire}
jccaptar qu'un de ces fonctionnaires
notai puisse tre choisi
^Hatiens, sinon les deux.1
* certains
poursuitjl Universit hatienne et" ce1 ~ Ll PieSse ili0i cousidre
"e i-/e pour la juaessi du fom ne. pa'/tculirement sigiifi ative
parm
Dj,
, services financiers, et
wcol.ersment dans les douanes,
w pu mettre la
HaiUe
main sur de
rJJJHf cotaptents, honorables et
Jn|Oere do.t il ne semble pas
, aepuit plus de quatre annes,
VaL M P,a,nd'-
^JJpsroos que, quand redevien
jw' propices on essayera quelque
E?; d* cette vote. Mais, hlas '
J'i^P* 'snnooeent inclments et
1 il P1' aax bonzes du jour qu'il
JJ^PWer de choses psteilles. Le
"Si'paS lft panique et au sauve

ij^** ne suffisait pas pour
gjwihui de ce peiit rapprocha-
MUf na concerne qu'un Cou-
21; noaocier. voil qu un journal
ifxamsa'il ne suffisait pas pour
)procha-
in Con-
*airiJta:""***",',' vo"a fl0 un JurDal
p|J"n, sa moment on je finis ce
5 fol entrefi|e. m offre I occasion
Und7 Qn raPProchement plus
tlTLrK.11 'R>t ci d'un Praident
jo^POltque C est M Harding Ce
an COraPft,' aon prdeces-
tDrLP0,Dt de vue de le faon de
SS8-1 voici ce qu'il dit et
tt mr. UIB a yO're Intention,sous
^''T^epriHdeniel.
^ dn" 'r"u du, Mas-"ichu-
aur ie 0De mtereasant^ canaene1
^aiDa8?"88 P'sidennel. consi
r^MQtot daos loi outi^i
comineniaires de la presse italienne
eu sujet de I adresse de M llardmg
La Tribuna de H me crit : Avec
te uiesa^e dd M- Hardmg. la uttra
ture politique revient ses juet s
tradiitons de piose simple, dexposi
tiou claire et de pense prcise...
L*adresoe ae M- Haiding est aussi
utile aux esprits faibles qu une dou
che truide la celonne pinite
elle fait voir que les aven uraa ilo
logiques passem tandis que les ra
lues hifctonques demeurent. Le
Mesaagero. de son ct, prononce
ce vaidict. Le message du succes-
seur de M, Wiison clarifie la pohti
que des Etats-Unis,
Et'le journal d nous puisons linit
atusi souatticle : "C'est, aprs tou',
une grande chose que d'tre matre
d'un langage qui, a la lois, dit ce
qu'on peuae et pense ce qu.on dit.'
Si on ne peut pas dire autant de
tous les Prsidei ta de Rpublique,
on peut au moins esprer que lu
rgne des mensonges, des penses
lausses et des phrases alambiques
doit linii- un peu partout, et que,
nous aussi, nous pourrous dire un
|our d'une paro'e prsidentielle clai-
re, nette, catgorique, qu'elle est
d ua*sprit droit et qu'elle clarifie la
politique hatienne-
qu'e
pays.
Des etirccca de gymnases, des
chants, de posies, des sayntes et
l'interprtation de qu;!ques scns
du Misanthrope 0 it ce excuts par
les lves de Sainte Rose de Lima,
des Filles de la Sagesse et du Lyce
N -Lion.il. Durant la crmonie, la
tantare de Saint Louis de Gorzigue
joua '
la titude de la presse allemande au
su) t des dclarations de M. Lloyi
GtO'gfl et de la rpoase de Monsieur
B.rand Leur opinion se rmme daas
la phrase de !'E ho de Pa-is I .Vie-
prises d'accord avec les allis,
LILLE 17 Keoondant au to't
de M Millerand, au banquet de la
prat'ec uie, le roi des belges voqua
les heures tragiques qui oit nnu
entre les deux pays des relations
qui taient le gsge du j raFproclie
ment dlinitif.
H rappela le souvenir de la visite
m gje se rend compte que la Praoce que fit Mr Milleraud, alors ministre
de ' guerre, l'ex prsident Poincar
etle |*q.tral J jflrt, le 2 Novembre*
est mai resse de l'h:ure
Le Petit journal a fait remar-
quer que le gouvernement de B.-rlio
es plus b.-aux morceaux des'on'f, be? 5?/" Ia rPase
'B.iaod 1 M. L'oyd George, 1 noo
rpertoire et fut vivement applaudie. |H iaQd M. L oyd George, annoa-
U j choeur avec un drapeau dploy, l0L*"f s\ |a Reichsw.-r loterveoaii
entonoe La D.*ssilinienne que eQ Hut *Utn, les forces tranuses
salue l'as is'ance et lentement on se '"" '
retira de Parisiana tandis \\iz la mu
sique entonne un Pas redoubl.
11 a manqu 4 cette fte un carac
1re national. Les points ports au
programme quoique bien rendus n
taient pas de circonstances. U fallait ^' .
quelque chose de local pouf clbrer Ula,s a accePt* sous 1
a fte du Drapeau Hatien. Reprsenter le gooverne
Aussis'explique-t-on diIQcilemeat W** "1 Vati:ao M -- -
que les organisateurs de cet e mani **& V t'=cepterait 1 ambassade
ImmUa* nurintinn n'jiiC, , . de l'.ance que pour un temps
1914, a Pdroea, au moment ou
ba-Hille d Nprea faisait rage. Le roi
Ul I loge des vaillantes pupulatious
et des incomparables soldats du
nord oont il rappela l'hroque par
Le Plgtro mesure l'tfncacit tion de Lille et la grandeur d S
qu'aurait l'occupation de la Khur 1 France. Aprs le banquet la nref
la terreur qu'elle inspire aux aile- tare le roi due bjlgss et M-Milleraiiil
mands. co versreut Ij-iguatmnt- A I'usjj
PARI 16 Oa annonce que M ^ cett'' cor/orsatiji la non tairai
Pas d- t8 a ?le coininuoiqie la pressa
Aptes le banquet, M. Millerand et l
roi des belges, e sont entretenus
cordialement data le salon de le pr
Charles [onnait,
snateur du Pas d;
coniitioas de
ment franc lis
fonnart a d
festation patriotique n'aient pas pen ^
;i dans les morceaux choisis L'
fjeture, eu prsence de MM Harthja
l.-ji'ii.Mr. Juspar et des ambasia
deura des deux paya.
HOMK Lu derniers riu'cis in
se i puiser dans les morceaux choisis l f."116 Piuoic de ,x mois- .-...-.,
d'auteurs hatiens au tieudenou; ,'V I00011 partira la semaine projdique it q i en p us du 1er ministre
servir du ; Coeur de (eanne d'Atc, ch,ae pour o.-cuper soa nouveau Oroltlte tous las membres du cabi
Mon moulin j, La mre JeM.de Posle' sa nomination sera ratifie'0*! 00t t relu< tiusi q is les ex
La laitire et le pot au lait demain i ua C9nseil de cabinet. '
loc,
etc.
Le Malin
PARIS 17,; Reate j 0,0 s7.60
Sterling 47,461'
Dollar 11,875
NEW YORK 17,; Franc n,,9
Sterling 43019
PARIS 17 5 Les journaux
PAR MOIS
PORT AU-PRIN-E
DcPARrEUKNT
ETRANGER
\j. 2.00
G. ,jo
G. J,oo
Le public et le commeice en gn-
ral sol t aviss, que Monsieur Henry
SENDRAL est nomm procurateua
de noue Maiion dePor-au-Punce et .,.,.,,.
Mois.rur Hugo MEVS est pomi ^SS^iStJm^J!SS!!!fa f^ljf^ ,TW?<* C 3 id* du
I,,...r cin,, des Succmsales SXSlTlPjrB^
Port au Prince le Ma, ,9 roi del Ue.gea et dea mini.ue.'fr.n, national SaS omuiun^TrJ i
RYAN o. BARBER gais et belges- Vivant Le- Matin, les Oa OOoflrtas la victoire du b:oc ni
presideoli du Conseil, Orlendo Sa
undra et Nil i ; l'ex prsident de i.*
Clu nbre DaoliTQll a t tlu i Na
pies.
. Parmi lt-s socialistes minents 'us
as trouvent l'uran, Trves et iiara
gona Les jjurujvix annoncent n n
les S'ovoes ont t combl eine,ii
atta- battus Tnes'.e c J cindidat du


LE MATIN
>*-
<*
Un jii \
r
assassine
A la popu'alion de 1 roah 10
Koi'ci le t Xt du tfUyramM qm <
i t%VOUi ce malin il
la pofivlalio-i
Apis <*f |natr| revendu- tons ile Uraiiaie ti ia Sl(lte ,ie la WitlanU
prs drsT boDlfil comptents,oo re llltimiestaliun ulm-r
ami M' Nevers Constart j.'ge pu SEft IN
Tnbanal d'Appel, aval obtenu un; Magistrat convnuial
ug'meni qui lui rendait sf terres de] A nhWB
de Mollaid dans la Plaine du ru|' Permettez Presse et popni
ia Plaine du fui
de Sac aux droits de on gand r'e
le Gnral I:imon.
C'est en excution de c j> gnun'
que le primtre de 1 habit;ton f t
fait ces jours deniers e'que d ecro'd
avec le juge de Paix de la Ooix des
Bouquets le propritaire s'tait rendu
accompagn duo gerdatme et de 0n lndp< ndance et se Souverainet.
Mr Siadin Gcvais atx bns de s-gaij JOLI BOIS
fier leur corg i ceur qui occupaient Une rtpche de mme tereur
l'habition indment depuis des lem-s a t envoy* Mr Pierre AgnuK.
A lirjoncuon du Gecdarnc Mar;
cel PUpe concernant 'e f'ai d s
on
Capitale remercier popuU ion Ai"-
haie accu t il enhouai i*'* *-t sympa
tlnqtie qui leur a t fait blfl aprs
midi-Vous prleol tre I ur In et
prt* pies p'ipula ion Aicdiaie.
Meoifeetalion b*er piouve q ;e
tout peuple liutien a assez occipa
non iniiicaine et desie ardemment
Celui qui achte
L'EMULSION de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours VEmulsion de Scott)
1 a cirasse i.ux rats
Le seiv.ee d Hygine n'aime p;s
t Miqi e> ou p'u'6' n aime pis
les (I
jruis qui leur rouit les rommes
Alexandie lulec, Na h n, eus n
tentsde Pi'ireChs. *znd assailluerl
3 crup de manchetie Me Neve l
Constart et 1 IffSJI rtenf lche
ment.
Le juge DeffiTotl requis hier ve s
les 4 heures p m veibalis?.
OuelquesarrestatiOESODtt fa;f??. Cala vaudrait bien la peine, Un
Le geudarme Marcel Plage.b'ess |e ;0rps mdical que rour le p b'u
fui transport i Irpi'il. lui mme, de lixer dans ut Bai'ctirj
Les funrailles de Me N. Con.tani QUi rnurrait tre himtsinel; la mar-
Le Purgatif Idai ^
eeat la fr'
'iiuledt:DrDehaut
/tel ia Faabouq lBt-Qnlt PariF
Partie a p-
es communiquer au pub'.ic. C'est on prpart!!,
linsi qu'aprs celte funeuse p;.l- Ifie ae aravjM JamaU de *>.
, TOUS j Su; ; p ni la d.'
? don- Idfj b ' :timeS- ' .:.: ,":. : ebamtro,
P'',ur mie qiji a lait tant de i.v g", rous
re coi tuissons aucun chilire don
rant le nombre ex.et des v et
fprool lieu cet ipia rr.idi.
Nous prsentons nos sncres cor
dolances aux nombreux parents du
regrett dfur.t. ______
che de ce Service i;npo tut, et qri
figure pour une g'o;:e pat dans ro-
ue budget.
D puis que le Dcret dexleimim
(ion a ei pria contre toute la rce
des ioheuis cous sommes dins la
pius grande ignorance i l'gard du
r> ultat obtenu. Combien on en a
''.>. 1res,
equect, ir.oins <-Mr^.
:v- ? 3 piijlet .
Mlqla
tiennent d'arriver au
Grand Holel de Franc
Pai-
ie dernier paquebot franaii
Vin le Madre
Vin de Malaga
Eenu -le Vichy C'esiiu '
Vermouth Ifoillj l'rat
Vins lins de Uordeaux
Vente en gros et en dtail des
prix modrs
La Manifestation en
ri.nniK'ur dfl Dr|io il
ta Pre-e de Pjit su Prince a af- In.de celte da"e i maintenant ?
ti rrsafol dari' et a donrla pr.i v de a force par le succs imme-S' voir pour nous la question n? per
qu'elle a obtenu en organinanl renie, dons par ce point de vue que
avec ses uuiques ressources la g-a n'e:t plus r,io que qu'un
d h er en 1 hon-
Nul
rai
dose m;mfe talion d h er en
oeur du Diapesu Nar ml.
Cette I&tC marquera dms lei sn-
rales du Fer pie Haiti n D mii
nous en donnerons lt Ce m pie ren-
du dtaill...
C'.^Juf..
La fin d'un incident
Le Dpartement de I Insfution
Publique i la uite d un incident ur
vtnue ce- jcur< derniers suLycNa-
tional fDlre le Censeur drs Eiuief,
Mr v'ictor DelbctB et Mr Louis Mo -
peau, vient de trancher sans h'irt
U queton qui promettait de deve
nir btuyante.
Par dcision de l'Administration
sup'ieure : Mr
t-CUVEAUX ALAMBICS ,
_ -_ rJ31 Diamua KEmriEP.
f J- Les EAUX DE-vl ,
> -ir:3"if PHUMS, ALCOOL1:, PIC
IjSrNft-l ' DEROY FILS
" L "'T..., { "- ,...,,..
|;3 t* Vy /i,r.n eu htl. 3. '
I i ,-AH 4J)
BUIOE PHlTIOUE iiitofitUMf#i v.
\;<- tnrjk'cca *" manukl, < ruthui (n
tous Iospecteur d atroudissement de
cette cir.onscr ption a re nomm
professeur auLy e en remplacement
de Mr Momeau et celui ci passe 1
'.Inpection Scolaire en lieu et place
d: Mr HoDo.t.
Ainsi prend tin. croyons-nous, ce
pelit mais d'sag ble incidtnt.
Acte, de brutalit
M rJisoir vers l?s.S heures lejem e
Alexandre Charte, fis de L'aiuste
N C hirle0, accompagn de son cou-
sin Jean L 'z du n me ge que
Georges Honcrat, lui. uvenai i,t de Paiisiana o es
Vente l'encan
En vertu d'ordre de Mr EL L.
Maiir, Directeur de la Dooene, selon
l'article 101 da 'a loi des douanes,
il are procd devant la porte de la
Douane vendredi %) Mai 1921 10
heures du tua.iu, ;'i la vente l'en
con de* marchandises suivantes :
CJi'zonite paint kpeiiiture> 3j gal-
lons nviron.
Iviainll pbint (peintuie naillt)
Vernisli (vernis; OU peint (huilj peinture 110 gal-
lons environ*
Curpolum 110 gallons environ,
Roollng ciment (ciiuentj pour toi
tur) ti gallons environ-
Mdntbruo EL1K
Encanteur publie
Occasion
m
pour le No d
do.:, places so t rl^ts dans une
iccessammtni cette,
pour e Lao S adresser au
Buieau du Joum.d.
Gurit le rhumatisme
Rpcomrr.nncl pnr 1
I.ANCEREAUl
Ancien Pr'.id'-nt de
l'Acad6mie d'- M> ile-
r:ne, dans o
TKAI-.-2 DE LA CCU1TE
AtiUmu
Mtdfm
110 m. 1901)'
A Mmv la
Ai uni In CUri
li'l'rudoiul
___ premier mouv.men'. fut de donner
t.oo.1 T..n o lie o ite. u il u.0 Pi M liei;l un d'eux pouss
dfleauffrpum ,par|e ne sais quoi de
MADRID- Lra rwociations pour cheval et
l.i liquidation de la d-ite du '.'<> mil Ahxmdre ludes cjui fut re;(v sur
lions coriraele en l'.HO.pnr la Kran le g,/on avec lis contusions la
ce paraidPent avoir abouti d'heu face
reux rtaultett. Le gnuverrpmnt N. Us poilons c: nouveau iiit de
Pgpagnol a consenti chelonner sur brula:i. !a conius.an.e du chef
:i enn-a, les vetsemnits auccess.ts d Gtodermihe
et ces versements auiont une unpor
tence progreaaive su fur et meaute
de l'amlioration de charg".
PARIS 17 i) apr" une dpcb'
......r --------- i ... auto qui laisse icc;ssammiui ci
actems de la R-aissance t p tuent J c ap S adresser
la r e qu i's dtvaent jouer le len-
demaii "8 mai- Anivs quelques
pis du hA re,ils t'ai ctrent aupii ,-----------------------------------------
d'un marchand de irettes el en ache
l tn A peii e avaient ils lait quel Vente tfUX enClllCS
quis pas qu'Us virent courir sur eux
j b id- bat ut i mirinescheval.L'ur
publique*
En ve.Uu 1 dune tommationen
date du te ois Mai courant; -J3 d DM
ordonnance de Mr le Doyeu du Tri-
n nipit de coups le ieune'bji al de lie Instince Jj ur au
' Prince, en da e du onze Mai courant
iiec ijication
Notre confiera le Nouvelliste, a
de" iiriin.upe note ofticielle. nnou piODOS d'un passage de notre ar icle
ce qe'en excution de P-'Itimstam sut le Livre li'eu c nous avons du
des allie, obligeant l'Allemagne qUe ie gouvernement n'a, pout la
pefer un milliard de met kl or dent. pfem re lois, pens rJ.amer la
un dlai de 16 jours, le gouverne WppregwoB de la la loi martiale qu'a
p que le ( hef de lOxupatlOfl
I
ment allemand a offert la commis
non des rojinra'ions un premier
paiement immdiat do 150 millions
de marks or, repreeole pr des
devises trangres Le veraen-ent en
sera etfectu l'et droit dpaig-t par
la commiasion des rpwarlinna L
reste du paiement &era ttf. eti d-ua
le dlai prescrit,
Pari si a oa
CE SOIR
Chillon
T os sectimt: i
tu .nt A la U.nqu; pour sopo
ser au paiem-i t des ordies dn gou
veieemeoti I* t ^marquer que, au
mois de lum 19 6. une dmaich<
avait t d)l f itl d ns :e sens pai
le goa^iri e>i ni
N .re coi I e r j mte qu'.l fa"
cet t ie tilicaticnp\>url'histoire. Nous
donnons volontiers acte au PiMder.1
D* liguenave de ce premier < fl > t de
jniu 1916 que cous avions pctdu
d. vu:.
i MiH, IU H M
G ande coem'die p" in.jre
L.we G. 100
HEMORRODES
Gu POMMADE DU DOCTEUR ZYLOR
T.* TU11E8 FORMANT BEH1NOOE
PROPRETE COMMODITE
00 M TOUJOURS UM flESULJiT
Liboritoira DUPR il. m enirta-Ullllll. NECILLT iluri)
A Port-vu Prlne : *'- PtTRUS
e
dhviee en conformit de l'art'cle -i
de la loi du 10 Septembre 18OT sur
le gage commercial;
Il ara procd, le samedi que I 00
complta vingt et'n Mai courant dix
Heures du metln, devint le dpt de
la Royal Bank of Canada, sis rue F-> A^
rod n cette ville, la vente au j ^l?I^
'plus otfraut et dernier enchrisseur :
des marchandises suivantes donnes j
en g nantie di la somme de neuf mille :
huu cent dollar 18,00 or980016j
^ana prjudice des trais de pour-!
sure et honoraires u.-utla d'avocat.; t__________
10 caisses 1 enfermant 801) pices!
Ne.son blue XX. p-m j
18 baies contouaut 400 pice J (tUdC
Prescott. ;
A la requte de la Royal Bank ol
Caada, Socit anonyme, ayant ton]
sige social Montral. Canada, et:
l'une de ses succursales l'oit-auj
iTince, o elle est reprsente par
H* 0 J. Rrandt son Directeur, iie-
Dnient Port-au-Prince; ayant)
jour avocats con titus Mes Louis,
'orno et Lon Drjean, au cabine |
'pquetg fn cette ville, rue Frou,
elle lit domicile.
Contre l. s sieurs A.Salara Frres.
commpr^,an's demeurant Porr-
u-P incr. dbiteurs gngis'ps.
A chai v, par les djnojcareirei dp
pty r roreptant E8ua peice de folle
ncLre*
Potl-au-Prircp. Ip 17 Mal 1021.
EdouaidE DUUISMUNU
I
Goutte
Rhumatisme
C rat elle
Artrio-Scl
A igreurs
Apres In rurr
d'Lrodonal
L'URODONAl
est au rhumatl
oe que le quil
est la fivrei
Vamianlns
l'avarie..
Kl.ibliM*
i;iialclin.-***
Vilenci'*
l'ani, l "]
phaimM"*-
-'V
L'URODONALneitoielercin.Iave
le) foie c los articulations. 11 assou-
plit lss t\?tcrc3 et vite l'obsit.
J^ZJLZ3KE
Vaillant S; Houet
A'/enta gnraux pour Haiti
1720, Rue du Magasin de lB1
Scaferlati AlexaM
D.ujl dollars e kilo
Ariivpnr le dernier vapeur ^
ACCOVnUrXn, Rne IraversireiMaison Bo#>
Vins d'Espagne
et de Bordea
mm
On trouvera lu Maison L PREEl/MAMt-AGuB
vins suivants : hwilW5'
Madre sec e'el. u.\. Malagi pale et brfln Xrs ep \]fli4
lire*. .Moclre,V!aUga,< Iperlo en causes ttlaoc de Bordea ixen caisse ie 12 b uleid^se U"Tqp
Pru modre


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM