<%BANNER%>







PAGE 1

ir MA UN La Renaissance Ce que sont que les \ moae nouvelle* i Vous lYil nus toute ei.leridu piller de ctut danse nouvelle le| Cdant aux nombreuses sollicita• Shiinmy*.Kend.zvousen compte l/oug noues, la Socit L,a Renaisti quaua NOUS auitz vu ce spectacle. t><*nce acct-pte avec plaisir de don-) vous, vous cioiit/ sous ui e ton |,u 'une nouvelle rt-iuHemation des' cti.clut de ses scnes vaudou "-' comdies du Dr l'aullux l'aul.i csques itici nsive>, si critiques etL" ,8 i 8 c 0,um e lp8 "mbres d celte qui lent de jious de cannibaies. | N'importe L'Age Dans cilte danse qui jouit d'une vcgue Mbf gal dans toute 1 Kurope et en Akituqu c'tst iuvariabierncut un dclanchcmcul dis paule* et des hanches.. Nous cous demandons pourquoi faire la guerre a ces pauvies malhfuii ii des noincs pour des tradiiiori* auxquelles ils saitachent quand de si iciu on s'en rspife. Ltiercice c'a pas l'an d'eue plus mauvais que ceia, ou alors si i ous voulons qu'ils s'en corrigent, pichons d'exemple, et de (.tus mette n s le conseil a ha mono Paul en piatique, tu trgani saut des ttes leraues a ltut inlCG tien,.. Autre ihose toujours a pioros dt la mode. Ne vous rappelez vous pas que tOUI ;u dbut de l'Occupt on a.or* queue tait • tout teu. tu.. ll.mmc i.os pauvits comrr.:es de.> campagiie voisinantes, siit qu'elle.' tnuaieLt tn ville se voyaient, CL depi de leurs lainies, d pouilles de: ccollieis maldioc qu'el.es postaient, par ce qu on voul.it ainsi les li aL chir d'ui.e prat que supeistitieuse Depuis quelque ternes, la modi epr cieuse prctCiil des boucles d o renies, des touisdecou des brsceltt:, aux p'ene extravagantes '•t mu'.ticc Joies et qui sot.t devenus le pimci pal atout d ns la toilette de nos ni ru'.rri s. Si comme pensent certains histo riens la civil-ation noire ft la p m re, ce iciait un letour vers H point de dpart Society prparent pour le 18 Map couran jour du Drapeau, u e fte' patriotique o il sera jou Macken-1 liai, lu .oignant drame de M. 1s-{ nardin Vieux, rous pensons que le public ne perdra ne., attendre quelques jours eucore pour la reprise de.AVAiNT...Er PENDANT..'* A bien.t d'autres d.ails sur la 1 eprseutation pa riotique du 18 Mai' ourant. I 4M Lxiin toujours COltO n.igu pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. Parisiana Ncrologie Apies "Marcelle' film majestueux ., .,, ,, ,,, or qui a plu aux plus indillrenls. |J v P ellmo,tde %  pfl "Heine" qu'on ne ce-se de y Mme v hilippe Laaque, ne leCt-uiauder, i'atisiana a exhib in ,e An 'oirette Euilie Sterlin.— ii m oimanclie soir %  •Une volont un r ailles auront qui pt-r le jeu savant des acieurs B ""i en l'Eglise du Sacr-Cœur, (aritibi.s. par la beaui des dcors Condo'ances aux familles prou< i lui rigae ue cde eurieu aux lilms Wtg, parficul -ement a Mr et Mme lei plua randiosed qu.ouait projets W. Buch (t leurs enfants. Nous pigeons la douleur lieu cet aprs pi ijtJuui la saison. La Direction ne tardera pas redonner ce iilm qu'on peut ajouter I jusie titre la srie des filma succs. l'ALttUia llailroad Sieaui Inp Liue Office of General Agent I uit au Prince, May U ijj tfflll Atteijtiou oi abippera is dirteted %  .o tlie SS-iai.biim due to arriva bara ttoin Grietobal, Canal zone, on SuDday May \ th \9ilbbipUiou uidera wui be imed for jargo lu .\t\v Void add Euioptuu l'on on applUa ion at tins olliee ftiia a.eamer will tait lor Ntw m k direct ; in tlie blternroon et ,hd RM day. C. E. VAN FIEET Atting Uer eral Agent de l oux Lu: E >e perdre leur bll-, la icHb Sin res condolances aux les E!ie et M Agi de 5 j,] S a qui viennes t de petite Madeleine, Avis Important La Maison Antoine Talamas Hue du Magasin de l'Etal En face de Simon Vieux Viaot de recevoir par le dernier bateau les mardi indises suroi G. 5 famil%¡ os. Soie levable l'aune Tupsor de soie Crpon de soie couleur 3.50 Crpon de soie llaur 4 T.-t %  Indien 2 Coton drap 10,4 larg. Voile 11 urB 150 Mousseline Heurs G. 2 Voile blanc barres g Duck blanc %  ; Drill b'.anc^supriear 3 K)ki blanc supiieur 2 1 lue par une l^mim ki n iolo< ycleltt Ce rral.n, vers htuits presqu'ei | les chargeurs sont pris de r;oter lace du BZir Mtropolitain, rue que le bUtmar l'anima est attendu DtBll De^tcuthes, une motocyclette 'i-' de Cntttbal, Canal zone diruan bonne allure l,ie '"' X,al ltttt Le Laaut d'en bb,iqucmti;t se (ont dlivres pour le lrt destina qui descendait a une b< lenversa un marchtnd de pain. L i de ceux qui montait la machine le jeune Roger fut projet en avait, le compagnon du cycliste, — le jeune CtlOf, en fut quitte pour l'motion. tjui.ni au vifix marchand d* pain il avait t tu sur le coup. Un camion de 1 Occupation qui passait empoita le cacavre. Ltsdcux|eune> gens ontt invi's aller fane leuis dclarations a qui de d'Oit. Av.s de Dpart Les di lies pour Gofiaives Poitd-I'au. Cp H tien, NwYuk et I u d', w N Y, pai 1 S,S i LAKE SL'iJ.OU , seront ferneis demain u du ccuianl t: heuies pic Kl a. m. l'or*.u Prince, le io mai 192/. i ablcyraiume funbre Un cible ainv h er annonce la mort de Mme Vve N. Dounn suive nue Nice (J-'rana) le 8 counnt. Gondol?uces aux familles epiou* ves et patncutiremeni Mr Marc rk uun, ti.s de la dfun te. Brlement Il a t ce matin livr aux tl mimes pat les soins de la Commission du Retrait la valeur de 43 oco <,oirJe> ( de billets des anciennes mis-sions ; FAITES VOUS HABILLER A LONDRES 11 n'y m 11 cnn riii/m Hlmu n • plua fmeil* CURZON BROTHERS Ltd I. s grands tailleurs sur mesure du monde cnli^r. tous enterront grituii'-inenl.sur siin|.li' demande.les I'-I lunhlioiis d'adinirablrs tissus. Un eatulogue, une mtliode pour prendre vos mesures tous mCme sans issibjlil d'erreur, un centimtre, ele. Vous ,,up 7 ainsi cnTOjrcr otre ordre dneetement Londres. La qualit ttlt coupe mai garanties Toiu nos rompletK sont (ails (irirleuiriit sur ine-ure et llvrea TOlre di-inieile par eolis postal, en p> aut nous mmes tous les trait de port, OOMPHTt SUR MEIURC en serge, tweed >ii,r-l.'J. %  < % %  us 17.1 *)\ .• faits-leiiM'dlesd n-i ir.jourxi 'ir'i-i-iit.on .-ordre. COSTUME TAILLEUS i-.. LI hainei sui mesurBchantilLon gratuit, Iv rivez de auite & CURZON BROTHERS Ltd •a(Uq.t. 1 5 ) 60ei62.Cltr Rgtd, LONDRES.Angletirrta Kaki blanc suprieur Grtfe de Ghinfl bup. Et tous autres articles de choix pondant toac les gots et toutes les bourses. A VENDUE Le Code Kural d'flal Chez POBELIS t L ibiairi Ei l'Imprimerie Edmond (Ihewt, ,*'f,7. Bue Roui Prix de l'exemplaire P. 3 Iodispnsahle ciix offici M de la Gm'Jarm r.e, aux Coowfl .onimunaux, QUI Conseillers de 1 agi i :ultora et tous la hommes de lo s. y lion ae. .New Voik tt des l'oita turo eeer u aui la Uemande laite ce bu %  tau. Le >M fi-r laissera diteclement pour iNew Yotk, dans l*t| lt midi ou nOiue j our, CE. VAN FL£ET Actn g lienial Agent Le Rhum d Hati est le meilleur du n oude. BHUM VIEUX D HATI Distillerie do Soleil lin veuie a b gcuidcs le gai on p ridant 13 jouis seulemen'. bcioi ao Hue des Ceiais contr la COWSTIPATIOW prenez les COMPiRimS SUISSES do DELORT, Pharmacien. "->. lit'. f'"iit-Ar.toin x s\ r< ifei C'EST LE MEILLEUR DES PUBOATIFS 1 'OK'7'A cr-a R I i v, - A 1 n T' 1 a 1 • ..n RT .0 % %  •: m %  < • %  D It %  .. .. *> %  '<:> "— Cacao Pelers Fn vente chex : Victor Mongolie*, Simon Vievx, 1 ope Hiver a. Arrive" par le SlS 1 Gnral boo h.ls tin KSortinui t tle Pneu* Mkfimbre oir URESTONE V( me prix rcihiits L. Hreetzmann i,ggerholm f A g ent^ Paiaod Rairoad Steamsliip Linc. Service de fret el de passagers New-York Hati Port au-Prince, le 1er Septembre 1920 \ Prtant expditions directes pur l'Angleterre et l'Europe el vioversa. Connexions de bateaux New York. Le plus rapide et li plus direct service do et p >ur 1 IvjroieAdresse A. E. IVtiereon, Gnral Frei, lu Agent, l't, Sute Street, New Voik City.— Fret payable t'atination l'exception du Miel Un dpart par semainede New York directemenl pour Por au Prince et un autre pat mois pour lo s le ports dllai i. — Seulem nt p ssage d ; premire classe — Les suivant tout uos Agents dans les principaux por s d K irope el d'Jngle/erre Angleterre, Ecosse et Prance : MM. G.W. Shelden $ Co, 17, James Street, hiverpool, Englnd Copenhague^ Danemark MM. d.E meati qu tpd. les toinaissements (sont £ si ?** couvriol fret pour New York avec o? bn le itavie. Bordeaux ou Anvers seront livrs 0. B. THOMPSON, Agent gnerai agent pour Hati de livraison soit [ ctidt"



PAGE 1

ie inne H> #>77 Port AU Prince, liaili Mardi 10 Mai 1921 WRbCrEUR-l'ROPRJflTAIRS OiBeDt-MAGLOIRK' ^NOMERCT^O CENTWMJ Quotidien Il y a deux manires de tromper le public, soit eu disant ce qui n'est pas, soit en taisant ce qui est. Francisque BOUILIKR REDACTION; R^Ara*ricam:No.!rr,s TBlWFVOfiffli POLITIQUE GENERALE I. fila Nouvelles Etrangres Le [1 U M PAR CABLE lumire s'est faite depuis long sur la question des causes jfcbec de la L'gue des Notions Etats-Unis, chec qui s'atima [lection du candidat rpubli [lia prsidence et s'est raffirm dclarations du prsident et de sou secitaire d fcta a M. Viviaai. lut et restent hostiles tou {international susceptible dt Aemire la libert de mouvement leur pays. L'opposition provient ibir des Amricains ae garde indpendance. Comment M. ne s'est il pas mieux rendu ifte de cet ai d'esptit de ses Moyens ? lies portraits qu'il vient d< des t JJg Four — Wlsoa £i GeorgeS, C menceau ei (_>.M. Lansiog rpond lucide cette toit utressante que* U lecture de cet expose fait e ch:z le lecieur l'irrita c au dbut par l'attitud lion amricaine et fa t n*ttrt ression d'esprance quant Comme le dit le Times . colones duquel les stlhouet Lansing out paru, le Snat pie amiicain ont agi d. fletment a U lin de bon abandonner l'idal qui t conduite au moment o la patticipation des Etat grande luPe pour la liber fMt une paix durable. La d parti dmocrate aux lec novembre 1918 ne con.ti une rpudiation de cet idal lie condamaauon de la Lo ""1. Wilsoa avait essay de l ',*|rd, M Lansing se trpuv %  en opposition coastanU chtf. San principe tait 1 s de l'galit des nations fn par la garantie mutuell M pacte de la Ligue, entr-i 1 la force et a la classi tdei nations en petites et et n Etats fables tl Eta'< ls priominaace— over •Je ces derniers. Or, 1 Wilson, a:riv en France, l entre homme. Faut-il croire eption dlirante dont il j lut tourna la tte au pain r cht= l'homme d'Etat %  • l'opinion de sa valeur per 1 En tout cas, ses quatorze W lemieut de base un J"Mi peu dfiai ei malprpa- J peuples, subirent le est L des hom( nes •2 eo, t ides qui ne corres M pas du tout parfois avec LWii gUeaHX Euu Ujis RUa De P rCDan| conseil que lm l, 4 e r0pp0Sa diUS U SU,U 1 MV 4 '" 5 1 00 quelconque sug Cfi*?" mis soit P" s;s !" U prsident dmocratie politique autocratique .ilsU a Confrence de la l'W i ld0!nieri t*l poiQ' %  eoc t r|i^7 ,a J ence a S"'' du-. N.K.,% comme I Uni.„ 8 hl l l **ut en coir. WASHINGTON 6 La Plaident Lia deux ftes nationales de la llardiog a nomm gouverneur de France, r^un'roT uesoronis tous lea Porto Rico, If, . Mont. frarua q'ii ont le senti m nt de la Jamais le mot na plus de rat PARIS 7 — Les j uniaux enri ni;cor.iinuit Irstoiiqae de la Fiance et son que inaintenart et dune meil trent avec un vive satisfaction la (qui accepte avec| r eCOonaisaanc, 100 leure application Ko prsence le dpche de Washington, annonint noble patrimoine le libe-l, d Lgilit l'impuissance du gouvernement qui que les Etala Unie ont docid* di resociale, decou >rde, spcialits, -xcution prompte les ordonnances, Service de naiw -oyant l attich^men' de M Wilsor. isoa pacte, lui laissrent cute blafl he. dans le but dobieair dauanl P'us aisment son a:qu escement a eurs solutions perso nel'ei M Ci nenceau avait les siennes sur la pr iominance des g andes naiois il mr le systme de l'quihb:e. MUoyd George et les Anglais avattnl es leurs concernant les quesions olontales M Orlando avait en vu. a m.lmse de l Asiatique, le lapon i coasolida'.ioa de sa situahoi au :hintouagetauxr.es du Paciiu m nord de l'Equat.-ur. L* naufrage du pacte WiUon n'ix .lique pourtan 1 celui de Du es pnacipes.Soi suc:esseur eu pu isan d'uae eaiente mondiale en vue a'ms Loin Le Matin revinint sur les divergences qui ae sont manifeste* entre MM. Lloyd George et Hriiul aucojrsdela coufrence de Londres, note que l'opposition do II Lloyd George a c^aa comme pari enclavement le o* mai quand la r ponse des Etatl Uuis l'Allemagne fat coanue 11 ressor. des dpcb M de Herlin que ls parti < s?ntl*s di viss devant 1 ultimatum des allis Sai/ant "Le Jouruat" il y aurait aujourd'hui, autan' de chances pour le rejet quejpour l'accei tation au a* o cette dernire alternative prvau draitC'eat au docteur S'resemann pi incomberait la tache de signer.la candidature de Bulow semble carte ; le concurrent de Stieaemann S3rait le doc'eur SchwanJer, rcgat alsacien, qui aest souvent signal par la violence de ses sentiments galloph .bes PARIS 7 — Le conseil des arnlns sadeura a prescrit la Commission du plbiscite d'adresser une procla mation la population de \x haute ^ilsie dnoaant les dsordres et informant les habitants du recour.- la force des gouvernements allis au sujet de la repartition du territoire le la haute Silsie, conformment aux dispositions du trait de Versailles. Saivant une d^jhe dppeln. la situation s est amliore dans la r ^ion iusurge.les troupes franaises assurent le maintien de l'ordre. Le nouvement n'a pas gagn lea villes; que le gnral Allen, coromanJan* les troupes amricain s doccupafeiODj a dcid d'envoytr Paris le }-i mai, une compagnie avec le dra* peau, pour rendre hommage au so' %  <\i' inconnu. \) e dlgation de 192 nvmres le la rgion, anciens combattants imticaius, visitera les champs de bat.iUe en jui',1 t piocha n ei parti cip:ra i la revue du 14 juillet. • Le lournal promu'gue une oi rtLtive a la libert du commerce tl a la circulation des ciales s i insu-'gV- uine Dcb ois, qui avait t arrt en iennent la catnp.'giee ass z gran I n j rnbre grce U tenue almirabl' les troupe< franaises q li ont partout fut preuve d o"8 fermet et l'un sing fioid dignes de toat loge, 'egre.s. le conflit est en voe t apaisement. PALIS 8— D.ns les milieux auto PAB1S 7—Le corseil des raini8-! : iss f ran4 St 0 a dment formelle tees s eat runi lElya. BJI Bnand; mect u nouve i !e de la G zett; de lexposHa %  %  tuat.oi poli taje eity du j d pil oail ej d cieiire et iadid'ie es ro id t ons dans .* . r ., . i !q ,e?e esUnte.venu l'accord da **£• j !" ft*** pntr daDi o idres et les r^sul a'a q i on a oVe l 8' > de la Rhur nus LeGonatil a app;ou un pro ,,, n i r ^ tel de loi qui sera dpos la chamj C URA KO 9— Trois avions d bre, garanti.sant leir travail ou leir con; ruction franais: pilots par 1? mploi aux hommes rappsMf sous laa drapeaux. LE fl kVRBG^org^s Carpentier, champion d s poids d Euiope, s'est emb rqa o soir pour New York, bord de "La Savoie". PAMUS8 — La tte natioaale de leanne d'Arc a t chaleureusement clbre pour la premire fois, dans toutb la Frauce Le major May, de l arme amrica.ne aisistait aux ftes t Orlans, ou M. Bonnevay, garde des sceaux, a fait dans un discours in loquent paiallle en're lea deux cit*

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05371
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 10, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05371

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
ie inne H> #>77
Port au Prince, liaili
Mardi 10 Mai 1921
WRbCrEUR-l'ROPRJflTAIRS
OiBeDt-MAGLOIRK'
^NOMERcT^O CENTWMJ
Quotidien
Il y a deux manires de
tromper le public, soit eu
disant ce qui n'est pas,
soit en taisant ce qui est.
Francisque BOUILIKR

REDACTION; R^Ara*ricam:No.!rr,s
TBlWFVOfiffli
POLITIQUE GENERALE
I. fila
Nouvelles Etrangres Le
[1 U M
PAR CABLE
lumire s'est faite depuis long
sur la question des causes
jfcbec de la L'gue des Notions
Etats-Unis, chec qui s'atima
[lection du candidat rpubli
[lia prsidence et s'est raffirm
dclarations du prsident
et de sou secitaire d fcta
a M. Viviaai.
lut et restent hostiles tou
{international susceptible dt
Aemire la libert de mouvement
leur pays. L'opposition provient
ibir des Amricains ae garde
indpendance. Comment M.
ne s'est il pas mieux rendu
ifte de cet ai d'esptit de ses
Moyens ?
lies portraits qu'il vient d<
des t JJg Four Wlsoa
i GeorgeS, C menceau ei (_>.-
- M. Lansiog rpond lucide-
cette toit utressante que*
U lecture de cet expose fait
e ch:z le lecieur l'irrita
c au dbut par l'attitud
lion amricaine et fa t n*ttrt
ression d'esprance quant
Comme le dit le Times .
colones duquel les stlhouet
. Lansing out paru, le Snat
pie amiicain ont agi d.
fletment a U lin de bon
abandonner l'idal qui
t conduite au moment o
la patticipation des Etat
grande luPe pour la liber
fMt une paix durable. La d
parti dmocrate aux lec
novembre 1918 ne con.ti
une rpudiation de cet idal
lie condamaauon de la Lo
""1. Wilsoa avait essay de l
',*|rd, M Lansing se trpuv
en opposition coastanU
chtf. San principe tait 1
s de l'galit des nations
fn par la garantie mutuell
' m pacte de la Ligue, entr-i
1 la force et a la classi
tdei nations en petites et et
n Etats fables tl Eta'<
ls priominaace over
Je ces derniers. Or, 1
Wilson, a:riv en France,
l entre homme. Faut-il croire
eption dlirante dont il
j lut tourna la tte au pain
. r cht= l'homme d'Etat
l'opinion de sa valeur per
1 En tout cas, ses quatorze
W lemieut de base un
J"Mi peu dfiai ei malprpa-
J peuples, subirent le
est L des hom(nes
- 2eo,t ides qui ne corres
M pas du tout parfois avec
LWii gUeaHX Euu Ujis-
RUa De PrCDan| conseil que
lml,4,er0pp0Sa diUS U SU,U
1 mV4'"5*1 00 quelconque sug
Cfi*?" *mis' soit P" s;s
U prsident dmocrat-
ie politique autocratique
.ilsU a Confrence de la
l'W ild0!nieri t*l poiQ'
eoctr|i^7,aJence*a. S"'' du-.
N.K.,% comme
I Uni.8 hl *ll **ut en coir.
WASHINGTON 6 La Plaident Lia deux ftes nationales de la
llardiog a nomm gouverneur de France, r^un'roT uesoronis tous lea
Porto Rico, If, . Mont. frarua q'ii ont le senti m nt de la
Jamais le mot na plus de rat PARIS 7 Les j uniaux enri ni;cor.iinuit Irstoiiqae de la Fiance et
son que inaintenart et dune meil trent avec un vive satisfaction la (qui accepte avec|reCOonaisaanc, 100
leure application Ko prsence le dpche de Washington, annonint noble patrimoine le libe-l, d Lgilit
l'impuissance du gouvernement qui que les Etala Unie ont docid* di re- sociale, decou n arrive en dpit des dolances ve prendre leur place dans les conseils de grandeur. D'importants cortges
nues de toutes parts, piendre au de8 alua 01t d' '"' a devant les dfrents
cune mesure susceptible d'amliorer' Cette dcision, dont 1 importance ta u a de Jenne d'Arc. La (t
notre situation econora'q i.le dcou n'chappera personne, dit le Petit de la Sain'e a l clbre solennel
rageraent a lini par gog-ier les urnes 'aiia'en. reprsente 1 heureuse con-.lement dans 'oi'es les glises, en
ea plus robustes" iflusion des efforts prolongs de 'a prsence d'une assistance aussi non
Depiis l'ouvrier des usines bout, di 'oma ie frara-se et s leconmis du magasin dfaillant, le cilirer le rglement gnral le ii IPARIbS Le Matin annonce
spculateur en denres devenu oisif | l'a,x,-
isqu'au banquier au por'efeuille
veuf d'effe s tou*. ila se regardent,
n'interrogent, l'un essayant de acru
u la pense de l'autre et ae deman
tant dt qioi sera fait 1 avenir-
Le prsent, c'est ci- |i le pass on
o'y pense'plus, il eat enterr, mais
demain comment serona nous et ou
serons noua.'Voil la pense lugubre
(ui proccupe tous les esprua et qui
ne laissent indiffient que ceux l
qui nagent en pleine inconscience.
Dea maisons d) commerce fati
gnea d'une lutte d venue impossible
ferment leurs portea, des uaiuea ca
lire en pleine rcolte S'ispeodent
out trafic, une grosse Baaj.ua nui
tellement tablie, s'en .remet une
tutre pour liquider ses oprations et
aisse ainsi dsempars d honntes
ares de famille, le liord de mur ai
mim et qui fut nagure le pour vo
;eur de toates les aclivi es praente
tujourd'hui l'aspect d'un cimetire.
Kntiu du toutes pat, c'est un mme
cri de dsolation qu'on entend sortit
le toutes les poi rines meurtries.
Et toutes ces mes en proie au
funeste dsespoir n entendent poui
toute rponse que l'ch j de leurs
gm'ssementS'


tua
bien
A gard sa vielle rpu'at on de
orrection de promplitudi et de com
ltence. Produits de tontprVlT>
>rde, spcialits, -xcution prompte
les ordonnances, Service de naiw
-oyant l attich^men' de M Wilsor.
isoa pacte, lui laissrent cute blafl
he. dans le but dobieair dauanl
P'us aisment son a:qu escement a
eurs solutions perso nel'ei. M Ci
nenceau avait les siennes sur la pr
iominance des g andes naiois il
mr le systme de l'quihb:e. M-
Uoyd George et les Anglais avattnl
es leurs concernant les quesions
olontales M Orlando avait en vu.
a m.lmse de l Asiatique, le lapon
i coasolida'.ioa de sa situahoi au
:hintouagetauxr.es du Paciiu
m nord de l'Equat.-ur.
L* naufrage du pacte WiUon n'ix
.lique pourtan1- celui de Du
es pnacipes.Soi suc:esseur eu pu
isan d'uae eaiente mondiale en vue
a'ms Loin
Le Matin revinint sur les di-
vergences qui ae sont manifeste*
entre MM. Lloyd George et Hriiul
aucojrsdela coufrence de Lon-
dres, note que l'opposition do II .
Lloyd George a c^aa comme pari
enclavement le o* mai quand la r
ponse des Etatl Uuis l'Allemagne
fat coanue 11 ressor. des dpcb m
de Herlin que ls parti < s?ntl*s di
viss devant 1 ultimatum des allis
Sai/ant "Le Jouruat" il y aurait
aujourd'hui, autan' de chances pour
le rejet quejpour l'accei tation au a*
o cette dernire alternative prvau
drait- C'eat au docteur S'resemann
pi incomberait la tache de signer.la
candidature de Bulow semble car-
te ; le concurrent de Stieaemann
S3rait le doc'eur SchwanJer, rcgat
alsacien, qui aest souvent signal
par la violence de ses sentiments
galloph .bes
PARIS 7 Le conseil des arnlns
sadeura a prescrit la Commission
du plbiscite d'adresser une procla
mation la population de \x haute
^ilsie dnoaant les dsordres et
informant les habitants du recour.-
la force des gouvernements allis au
sujet de la repartition du territoire
le la haute Silsie, conformment
aux dispositions du trait de Ver-
sailles.
Saivant une d^jhe dppeln. la
situation s est amliore dans la r
^ion iusurge.les troupes franaises
assurent le maintien de l'ordre. Le
nouvement n'a pas gagn lea villes;
que le gnral Allen, coromanJan*
les troupes amricain s doccupa-
feiODj a dcid d'envoytr Paris le
}-i mai, une compagnie avec le dra*
peau, pour rendre hommage au so'
<\i' inconnu.
\) e dlgation de 192 nvmres
le la rgion, anciens combattants
imticaius, visitera les champs de
bat.iUe en jui',1 t piocha n ei parti
cip:ra i la revue du 14 juillet.
- Le lournal promu'gue une
oi rtLtive a la libert du commerce
tl a la circulation des ciales farines.
PARIS 8- D'aprs un llgram
me de Berlin au Journal, 'e Dr Ma
yer.a nbassadeur d'Allemage i Paris,
a nuanc A daouer la crise ministi
riell". La ten-.tin:e semblait hiei
eue i la rsistance. Le premier mi-
nistre de 13 vie, Von Karl, mena-
ait de dmissionner si Berlin recoD
nail l'ultimatum. Le Keichstag serait
invit a mettre un vote: l'accepta-
tion ou le rejet de l'ultimatum.
PARIS 8 Une dpche de Berliu
au Jaurnal annonce que les milieux
nilitaires continuent i picher la guer
re contre la Pologne et prconiser
1 envoi de la Reichswer en Haute
Silsie.
P'u'deurs milliers d hommes ap-
partenant i la police militaire et i la
Kei.hswer munis de mitrailleuses et
ie grenades ont dj quitt Berliu
Le Gnral Wooi et W.Garaeion
Fof bes qui furent l'un et l'autre,pre-
mier coinmandiDtfdei loreti mili-
taires amricaines et premier Gon*
verrenr dps lien Philippines, sont
pa lis le ". avril de Sei Ile destina
'ion de ces Ile en mission exlrarr
dinaire bord du b'eau Weuat-
C'IlPi '.
lia y sjourneront au moins deux
mois et f ront une enqute rainu*
lieuse tant au point de vue civil que
militiire.
L gnral Vood et Mr l'orbes d-
cideront de l'opportunit de la ques
lion concernant ^Indpendance
accorder aux Philippins et l'Admima
tration iiarding conformera incoo
leatahlement sa polit que au rapport
qui lui sera prsent.
En considrant la situation de eea
Iles, les commissaires ne pourront
| pu s'empchei: d'envisager la ques
tion japonaise- Durant leur court B
jour sur les ttes du Pacifique.Mes
sieurs Wood et Forbes ont not le
Bentimert et les craintes qu'inspiie
ce poiut d vue dans cette rgion.
e re ver s de la ai lass 0
Sils.e, a re h sur U demind.-
de I amb lisait u de Fiance i Bei
lin La Wilhelmiirasse a xprim se
-B51QS ses collgues eutoje^s, no-des i 1 otavre de la oux
Je prvenir les conlli
le se tenir conp'emeot i l**car
iu nouvel et't de choses cir par le
.rait de Versailles, il s-oppose .t
qu il soit dispos, sans Passeotimcl
le soi pays, d-aacun des terrdotres,
^d'aucun desdroitsque.FAIlemagrie
.aincu: a t contrainte de cder.
vlais il a une maa.ere d.lireote
i'envisager la cooprt on dis lfW
les municipalits lgui es re8ientjpOJ, ia s lsie suprieure. Le capi
10 fonctions Des g cup>s i insu-'gV- uine Dcb ois, qui avait t arrt en
iennent la catnp.'giee ass z gran I
n jrnbre grce U tenue almirabl'
les troupe< franaises q li ont par-
tout fut preuve d o"8 fermet et
l'un sing fioid dignes de toat loge, 'egre.s.
le conflit est en voe t apaisement. PALIS 8 D.ns les milieux auto
PAB1S 7Le corseil des raini8-!:iss fran4,St 0a dment formelle
tees s eat runi lElya. bJI Bnand; mect u nouvei!e de la G zett; de
lexposHa tuat.oi poli taje eit- y du j d pil,oail ej d,
cieiire et iadid'ie es ro id t ons dans .* ,r ., .
i !q ,e?e esUnte.venu l'accord da ** jft*** pntr daDi
o idres et les r^sul a'a q i on a oVe l 8' > de la Rhur-
nus LeGonatil a app;ou un pro ,,,n.,.ir. ^ ,
tel de loi qui sera dpos la chamj C URA KO 9 Trois avions d
bre, garanti.sant leir travail ou leir con; ruction franais: pilots par 1?
mploi aux hommes rappsMf sous
laa drapeaux.
LE fl kVRB- G^org^s Carpentier,
champion d s poids d Euiope, s'est
emb rqa o soir pour New York,
bord de "La Savoie".
PAMUS8 La tte natioaale de
leanne d'Arc a t chaleureusement
clbre pour la premire fois, dans
toutb la Frauce Le major May, de
l arme amrica.ne aisistait aux ftes
t Orlans, ou M. Bonnevay, garde
des sceaux, a fait dans un discours
in loquent paiallle en're lea deux
cit* ,iaant I pope nntionale llrfe cr
uonie officielle .t eu heu Paris.place
des Pyramides.
M \|airaud,ministre de l'intrieur,
prononc un discours, dans
i ui il a rappel le lOle glorieux
1 Jeaune d Arc. Le grand souille
Chevaleresque de la bouue Lorrenit,
ajouta t-iL a ralis l'union de tous
kies franais-
cip.taine Fieschi.chet.ei deux autres
o'fiMers de la mission franaise d a
via 10 1 au Venezuela, viennent d et
fectuer, volant constamment au-des-
sus d'uoe chaine de mo ; lignes, le
voyjge prilleux de Miracay Cari-
cas o ils viennent i 1 occasion des
: es organises en l'honneur du
priace Fernani, inl^nt d'Fpagoe.ac-
tuellement hte du gouvernement
Vmizuliea.
Av'n commercial
Le public et le commerce en gn
rai soct aviss, que pour le temps
de mon absence, MM. Camille, M
Auxila et Georges Mag'oire, oat
chirg's de ma procuration, et ils si
gietont conjointement.
Port au Prince, le 7 Mai 1921.
Paul E. AUXILA
Suivant les derniers renseigne-
ments que nous avons eus, la ques-
tion de la mlasse se corse de plus
en plus et devient mme un sujet
d'aogoisse pour plus d'un.
Quand il y a trois ans la Sugar s'
tait dcide i passer de s contrats pour
la livraison de la mlasse, elle ne
pouvait point disposer d'une quanti-
t suffisante de ce liquide pour r-
pondre aux demandes produites
Alors, le sucre tait haut c', le
clairin et le tafia galement.
Les heureux contractants n'envi-
sageant que les prix allchants du
moment n'avaient nullement perdu
leur temps 1 discuter et taient
toul simplement empresss d''ablir
ieur contrat sur les bases prsentes
par la Hasco Afin d'en tirer meilhur
pari, beaucoap d'ti re eux engag-
reot leurs te res pour une p iode
p us oj miini'o^gae. A ce moment,
ceux qui n'avaient pas russi A ob-
tenir pareille faveur et lient regaids
com nej d-s Milhirceux..
M.is, vola qae depuis quelques
mo s la s.tuatioo d i sucre de canne
s'st toalement tran.foime daas le
moadr, et de; conomistes remarqua
bls croient, i une revanche dcisive
du sucre de betterave.
Pour ce qui a trait a notre rnaichi
paniculi emenl.tous les produits de
la cannne sont en baisse et on pr-
voit que ce contretemps durera aus-
si longtemps que le cours du sucre
ne s sera pas rallermi 1 tranger.
D o une situation absolument in-
verse pour ceux qui avaient j tirer
il y a quelque temps des profits si
rnumrateurs de la mlasse. Tout
en payant le mme prix pojr la ma-
lirr premre, en ayant les mmes
La s gnraux, les mmes dchets,ils
s- voient obligs de vendre le mme
produit au tiers dj mix des annes
prcdentes. Certains d'entre eux
voudraient bien rsilier leur contrat,
mais se heuiterd i l'opiau rct judi
cieuse des Directeurs des grandes
Usines de Chanccrelle. Et c'est ainsi
que la mlasse a ses revers.-.


ir ma un
La Renaissance
Ce que sont que les
\ moae nouvelle*
i Vous lYil nus toute ei.leridu
piller de ctut danse nouvelle le| Cdant aux nombreuses sollicita-
Shiinmy*.- Kend.zvousen compte l/oug noues, la Socit L,a Renais-
ti quaua nous auitz vu ce spectacle. t><*nce acct-pte avec plaisir de don-)
vous, vous cioiit/ sous ui e ton |,u'une nouvelle rt-iuHemation des'
cti.clut de ses scnes vaudou "-' comdies du Dr l'aullux l'aul.i
csques itici nsive>, si critiques etL",8i8.c.0,um.e lp8 "mbres d celte
qui lent de jious de cannibaies.
| N'importe L'Age
Dans cilte danse qui jouit d'une
vcgue Mbf gal dans toute 1 Kurope
et en Akituqu c'tst iuvariabierncut
un dclanchcmcul dis paule* et des
hanches..
Nous cous demandons pourquoi
faire la guerre a ces pauvies malhfu-
ii ii des noincs pour des tradiiiori*
auxquelles ils saitachent quand de
si iciu on s'en rspife. Ltiercice
c'a pas l'an d'eue plus mauvais que
ceia, ou alors si i ous voulons qu'ils
s'en corrigent, pichons d'exemple,
et de (.tus mette n s le conseil a ha
mono Paul en piatique, tu trgani
saut des ttes leraues a ltut inlCG
tien,..
Autre ihose toujours a pioros dt
la mode. Ne vous rappelez vous pas
que tOUI ;u dbut de l'Occupt on
a.or* queue tait tout teu. tu..
ll.mmc i.os pauvits comrr.:es de.>
campagiie voisinantes,siit qu'elle.'
tnuaieLt tn ville se voyaient, cl
depi de leurs lainies,dpouilles de:
ccollieis maldioc qu'el.es postaient,
par ce qu on voul.it ainsi les li aL
chir d'ui.e prat que supeistitieuse
Depuis quelque ternes, la modi
epr cieuse prctCiil des boucles d o
renies, des touisdecou des brsceltt:,
aux p'ene extravagantes 't mu'.ticc
Joies et qui sot.t devenus le pimci
pal atout d ns la toilette de nos
ni ru'.rri s.
Si comme pensent certains histo
riens la civil-ation noire ft la p
m re, ce iciait un letour vers h
point de dpart .
Society prparent pour le 18 Map
couran jour du Drapeau, u e fte'
patriotique o il sera jou Macken-1
liai, lu .oignant drame de M. 1s-{
nardin Vieux, rous pensons que le
public ne perdra ne., attendre
quelques jours eucore pour la re-
prise de.AVAiNT...Er PENDANT..'*
A bien.t d'autres d.ails sur la1
eprseutation pa riotique du 18 Mai'
ourant. I
4M
Lxiin toujours
COltO n.igu
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
Parisiana
Ncrologie
Apies "Marcelle'! film majestueux ., .,, ,, ,,- ,
or qui a plu aux plus indillrenls. |J v P ellmo,tde
pfl "Heine" qu'on ne ce-se de y Mme v hilippe Laaque, ne
leCt-uiauder, i'atisiana a exhib in ,e An'oirette Euilie Sterlin.
ii m oimanclie soir Une volont *unrailles auront
qui pt-r le jeu savant des acieurs B""i en l'Eglise du Sacr-Cur,
(aritibi.s. par la beaui des dcors Condo'ances aux familles prou-
< i lui rigae ue cde eurieu aux lilms Wtg, parficul -ement a Mr et Mme
lei plua randiosed qu.ouait projets W. Buch (t leurs enfants.
- Nous pigeons la douleur
lieu cet aprs
pi ijtJuui la saison.
La Direction ne tardera pas
redonner ce iilm qu'on peut ajouter
I jusie titre la srie des filma
succs.
l'ALttUia llailroad
Sieaui Inp Liue
Office of General Agent
I uit au Prince, May U ijj tfflll
Atteijtiou oi abippera is dirteted
.o tlie S- S-iai.biim due to arriva
bara ttoin Grietobal, Canal zone, on
SuDday May \ th \9il-
bbipUiou uidera wui be imed for
jargo lu .\t\v Void add Euioptuu
l'on on applUa ion at tins olliee
ftiia a.eamer will tait lor Ntw
mk direct ; in tlie blternroon et
,hd RM day.
C. E. VAN FIEET
Atting Uer eral Agent
de l oux Lu: E >e
perdre leur bll-, la
icHb
Sin res condolances aux
les E!ie et M
Agi de 5 j,]S.
a
qui viennes t de
petite Madeleine,
Avis Important
La Maison
Antoine Talamas
Hue du Magasin de l'Etal
En face de Simon Vieux
Viaot de recevoir par le dernier bateau les mardi indises suroi
G. 5
famil-
? os.
Soie levable l'aune
Tupsor de soie
Crpon de soie couleur 3.50
Crpon de soie llaur 4
T.-t Indien 2
Coton drap 10,4 larg.
Voile 11 urB 150
Mousseline Heurs G. 2
Voile blanc barres g
Duck blanc ;
Drill b'.anc^supriear 3
K)ki blanc supiieur 2
1
lue par une
l^mim kiniolo< ycleltt
Ce rral.n, vers htuits presqu'ei | les chargeurs sont pris de r;oter
lace du BZir Mtropolitain, rue que le bUtmar l'anima est attendu
DtBll De^tcuthes, une motocyclette 'i-' de Cntttbal, Canal zone diruan
bonne allure l,ie '"' 'X,al ltttt*
Le Laaut d'en bb,iqucmti;t se
(ont dlivres pour le lrt destina
qui descendait a une b<
lenversa un marchtnd de pain. L i
de ceux qui montait la machine le
jeune Roger fut projet en avait, le
compagnon du cycliste, le jeune
CtlOf, en fut quitte pour l'motion.
tjui.ni au vifix marchand d* pain il
avait t tu sur le coup. Un camion
de 1 Occupation qui passait empoita
le cacavre.
Ltsdcux|eune> gens ontt invi's
aller fane leuis dclarations a qui
de d'Oit.
Av.s de Dpart
Les di lies pour Gofiaives Poit-
d-I'au. Cp H tien, NwYuk et
I u d', w N Y, pai 1 S,S i LaKE
SL'iJ.- OU , seront ferneis demain
u du ccuianl t: heuies pic Kl
a. m.
l'or*.- u Prince, le io mai 192/.
i ablcyraiume funbre
Un cible ainv h er annonce la
mort de Mme Vve N. Dounn suive
nue Nice (J-'rana) le 8 counnt.
Gondol?uces aux familles epiou* ,
ves et patncutiremeni Mr Marc
rkuun, ti.s de la dfunte. ______
Brlement
Il a t ce matin livr aux tl mimes
pat les soins de la Commission du
Retrait la valeur de 43 oco <,oirJe>(
de billets des anciennes mis-sions ;
FAITES VOUS HABILLER
A LONDRES
11 n'y m 11 cnn riii/m
Hlmu n plua fmeil*
CURZON BROTHERS Ltd
I. s grands tailleurs sur mesure du
monde cnli^r. tous enterront gri-
tuii'-inenl.sur siin|.li' demande.les
i'-i lunhlioiis d'adinirablrs tissus.
Un eatulogue, une mtliode pour
prendre vos mesures tous mCme
sans issibjlil d'erreur, un centi-
mtre, ele.
Vous ,,up7 ainsi cnTOjrcr otre
ordre dneetement Londres.
La qualit ttlt coupe mai garanties
Toiu nos rompletK sont (ails
(irirleuiriit sur ine-ure et llvrea
TOlre di-inieile par eolis postal, en
p> aut nous mmes tous les trait
de port,
OOMPHTt sur MEIURC en serge, tweed
>ii,r-l.'J. < us 17.1 *)\ .-
faits-leiiM'dlesd n-i ir.jourxi 'ir'i-i-iit.on .-ordre.
COSTUME TAILLEUS i-.. li hainei sui mesur-
BchantilLon gratuit,
Iv rivez de auite & CURZON BROTHERS Ltd
a(Uq.t. 1 5 ) 60ei62.Cltr Rgtd, LONDRES.Angletirrta
Kaki blanc suprieur
Grtfe de Ghinfl bup.
Et tous autres articles de choix
pondant toac les gots et
toutes les bourses.
A VENDUE
Le Code Kural d'flal
Chez POBELIStLibiairi
Ei l'Imprimerie Edmond (Ihewt, ,*'f,7. Bue Roui
Prix de l'exemplaire P. 3
Iodispnsahle ciix offici M de la Gm'Jarm r.e, aux Coowfl
.onimunaux, qui Conseillers de 1 agi i :ultora et tous la
hommes de lo s.
y
lion ae. .New Voik tt des l'oita turo
eeer u aui la Uemande laite ce bu
tau.
Le >M fi-r laissera diteclement
pour iNew Yotk, dans l*t| lt midi
ou nOiuejour,
C- E. VAN FLET
Actn g lienial Agent
Le Rhum d Hati est le meilleur
du n oude.
BHUM VIEUX D HATI
Distillerie do Soleil
lin veuie a b gcuidcs le gai on
p ridant 13 jouis seulemen'.
bcioi ao Hue des Ceiais
contr
la
COWSTIPATIOW
prenez les
COMPiRimS
SUISSES
do DELORT, Pharmacien.
"->.
lit'. f'"iit-Ar.toin
xs\ r< ifei
C'EST LE MEILLEUR
DES PUBOATIFS
1 'ok'7'- a cr-ariiv,-
a 1 n T' 1 a 1 ..n rt .0
: m < ' D It .. .. *> '<:>
"
Cacao Pelers
Fn vente chex :
Victor Mongolie*, Simon Vievx,
1 ope Hiver a.
Arrive" par le SlS 1 Gnral boo h.ls tin KSortinui t tle
Pneu* Mkfimbre oir URESTONE
V( me prix rcihiits
L. Hreetzmann i,ggerholmfAgent^
Paiaod Rairoad Steamsliip Linc.
Service de fret el de passagers
New-York Hati
Port au-Prince, le 1er Septembre 1920 \
Prtant expditions directes pur l'Angleterre et l'Europe el vioversa. Connexions de
bateaux New York. Le plus rapide et li plus direct service do et p >ur 1 Ivjroie- Adresse
A. E. IVtiereon, Gnral Frei, lu Agent, l't, Sute Street, New Voik City. Fret payable
t'atination l'exception du Miel
Un dpart par semainede New York directemenl pour Por au Prince et un autre pat
mois pour lo s le ports dllai i. Seulem nt p ssage d ; premire classe Les suivant
tout uos Agents dans les principaux por s d K irope el d'Jngle/erre
Angleterre, Ecosse et Prance :
MM. G.W. Shelden $ Co, 17, James Street, hiver-
pool, Englnd
Copenhague^ Danemark
MM. d.E Gne* Italie :
Mu Henri Coe $ Clerhi, Piazza S. Matteo
lo Cnes Italie
Christiania Norvge : \
International Spvdaionsselskap, Christianii.
Hambourg Allemagne: H. Vogemunn, Hambourg
Gothtnbourg Sude *
ioUh Express, Oothnboaro
Le service de P^ama L.ae entre New-York et H ut., ej vu: de; arranR>meati qu
tpd.
les toinaissements
(sont
si ?**
couvriol fret
pour New York avec o? bn
le itavie. Bordeaux ou Anvers seront livrs
0. B. THOMPSON,
Agent gnerai agent pour Hati
de livraison soit
[ ctidt"


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM