<%BANNER%>







PAGE 1

LFJMHN Parisiana DIMANCHE 1> nTgumnie comporte Due Volont en \ anii a 1> fi'm qu'un d* ntif roi frrp* avait hsaiHi l'esaai et parlait de tes m. rvcillei ara ic ea Lapiiuie ESI iipi m Utile comdie en 2 partie avec U dlicieux et cem u l HIH : I ,| En're G 1.00 balcon 2 00 La Renaissance ivh important avisr le publ c tt le commerce que k I ibunal Je Premier1 1 t.o ce, m ses attributions corrm "Ci*i*e au mois de Dcembre de l'a-..*e derrire, m'a nomm Squ-Mre Liquidateur de la (Maison de corn ne; ce de Mr Bui'e Massm. Quoique maintenu pour la dea xime fois, en cette qualit jl viens de donner ma dmission pour des aiso s qui me sont personnelles l'ortau Prince le v Mai 1921. Elle PIKRRE ANTOINE Ane m administrateur et liquidt ur de la Maison de Commerce et de la Succession de ftu Justin Thomas ••.+• Vente aux MUU L'EMULSION de SCOTT est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. 4 • GVfl ce o'r quf la R-naissarre donne a Pansiana la te. r^stt.t tien dis 2 peti'ts comdies ocalrs d ja ar oonces cne semaine ; rappelons qu il y seta |oi Uneaidtenc > comdie en 1 acte il t Avant tl 2 tableaux Major C ni Tout non* n'unit ra d'un propret de 1* darre Raibe Yenvejpsn louis it la p^riior le Inaopb Maippillo -uquol c*-l v ci i irr i t IIP a 'tvi'udo f ur cent vint! troit •i.(eiitnne de Alexis Hilaue Brone Pend t. ure corn i, %  acte -t n" JT-B?*! Monsieur le au .Sari par la proprit de leu le a date do d'i aepi laBflrr mil huil hnd 1 ' D 7 f .duTiibunal de Premire iosgnral I! I A-Voirie, I l>t pur lvent soixante et ow enieg'are ; 0 ^ D'ure portion (le t rr*in Bis • —. r cent vingt et un et I Est pnr le ieie. du lot No %  chilien o.-iiq viiu a I extrmr4 Mr les hritiers de fru la dame VT *mi'i Tub ; n,au Sud par le reste.] a pirprit Girard, et i l'Ouestpt '* roi du Centre ainsi dsignpirm comparant. Bi 9 de l'appartement, rtsai le la rr aison bVse couverte en aistu le--, sise en cette ville, Pang'e Sud. Est des rue du B 1 Air et du Reiet* voir. Tels que 'es dits hif ns, se pourwi vent et se comportent sans exception ni rserves.— La dite vente aur lira ur la mise i piix de deux milk quatre vingt cirq dollars soliait centimes, mon'art m principal k l'obligation des indemnits dues* chues et les houoraiiea de l'ivorf poursuivent• Aux requte, poursuive et diligent] de Messieurs Emmanuel, louisVt^j bil d'arpontoge de .1Rfta en date dp menay, Corlia, Maria et F premier bvner mil huit cent quatre Vilmenay, propM^aire?, derae vingt quinze regiatr j et domicilis Poitau Prince, ca* l^. ,)u rPP!: ll0, l d l ler 'A. 8 1tue dernire puan autorise du laquelle potion dfiuolrcemr nt eai proprit Carr euiva i| p r ocs ver de l contenante r*e stiz-* piedb li] pouces de l rs' Pooeit sur quarar: te huit pieds du N id au Sud avec droi de se; vitude c'a-s un | as?8< r >f commun | ourla Circula'Ion de la'* 1 cette ville, l'endroit connu POUS p'" ,, , , i =, -, 1(ir J, die cour la tue e te ea tnfne nu' 1 ^ n-m de St MarMo, de la cone peo.^s Breton tous britiersde Nord pir If Gnral, O RameauP l nre de Cloquant* netf iied rt de f ur F ere T* e les peux KUM au Sud pa C AM o n*' 1 E>t rar! mi rie lar rt sur tiois cent quatie ^ lmtnay. ayul peur avocat COM ,S tCO et les bnti is Mane Ncel tl !iouz^ pieda de profor kur lom. au ti Me LucT'v ',n-c lection vingt nuit fa-sses ce saven (28) a ruu 6l par le (ll pBB „ K e conja un j Nord et POueat par MIM I z1 < =•. domicile en s > c b>et contre; un Boucaut de libtc (>) suivant plan et p-ocs veibnl d'ar [ %  > Sud par le chen i.i t'e Sa ni Matlm 1 e sieur li %  ,t C?rire'eau Al 1 Aux rr qutes, poursuiie et diligence [peutage de Sai ..onge en dite du el Me* Pr un paatrie romn un n( porri'ar' Jn-rur nt et M du sieur C. F. M dsen, ngo iai_t de douze juillet mil huit cent quatre suivant procs verbal d n> 1 r.tng df u -: c j Poil au ".".nce fynt ving' quinza enrpgisii : j Pamphile Noipelte en d-te du vingt 5 3 D'une portion d'en r lacement i c in Q J uin mti huit cent quatre vingt extri'ite d'une ptoprift-pisern ceitt* i < ioc7.< enregistr, ville rue T rcntfaa eur le Bel Air| 8 D'en empbccmfnt sis en ede de la contenance de vii g f phdi de ville, me du Ccr' r e entre les /ues faade sur" la dite rue, non tomi MP j des Csirs et du Bel Air. de h COT un pesarge de quatre 11< da entie U meuiaot i Port av Prince, domicili a Nacstved v^Dinnemaik) dmei t pa lente, ayant pour avocats constitus Mes Mcrel et |. Llio Joseph, avre !e:t.cn de domicile au cab.cet dts di's^ avocats, 15. rue Prou. Contre le 3itur Fabius K.-nlique, comn e nt demeurant Poitau P.ime. dbiteur g giste. Ncrologie Nous avons reu le faite pail de la mort de Melle Maiie Claire Alic e Bertboumieu, dcde aujourd'hui minuit 1 l a. — Les funrailles auront lieu cetap es midi 3 heures ptci es. Le convoi partira de la maison, mortuaire, sise rue des honls Forts. I A thar e 1*\ les ^judicataucs dt No 426. pour se rendre la Bas lique JW C mp S US pcme de ,0 De e la pat des ramilles Be.thou' i .. n P 0f ,al ;? ince sept m i nrl neuf mien, nn'oine Tlmaque, F.be '; l .Kiob, Paul Saba'at, Maurice DesMOULL av. JLlio JOSE 11 av. btossea et de tous les au tes patents tenance de v'rgt pieds de 1 v'e sur avocat Me Edmond Millet, Peur p'us amples renseignes s'>d rester au notaire dpositaire c h'f r des charges. Po t au Pria ce le 7 Mai ltf LUC THEARD, a?ot C' alli?. Nos condolances. Clyde Steamih'nt Company (FORE1GN SERVI ES) — Le Steamer Lake Stbago venant de la Colombie seta ici vtrs le loducourant pour prendre du f et et l:isera le mme jour pour NtwYok via les ports du Nord.— Pour plus amples renseignements,veuillez vois adresser l'oltke de l'agence gnrale. Port-au-Prince, le 2 Mai 1921. E. F. CLEMENTS, Agent gnral IViisiou Rouzier Champ de Mars • Confoit et bon got. FOttTAlttP. r>E SODA TLUGEL" Panama tooai hmy Service de i\cw-ork Linc. u _. J-;m,\rvdcz itiustrAtlone \ FUOGFJ. .-.^ LONDRES. -ft. fret et de passagers Hati Vente par Convention Spciale Il ara procd, le Mercredi que faade jur quatre vingt de profonl*OB comp'.era ouze Mai mil neuf deur. born ; au Nord par le chemin cent vingt et un dix heurea du ma de LogAce, au Sud et lOueat par lin en I tude de Me Christian Four feu.Julea Mge et a l'Est ptr la dame nier i.otaire requie la vente au plus Milhade Naar suivant plan et proca offtautet dernier enchnaaeur en teibel d'orpootage de B. C Sainioovertu dune gioese en forme excu ge en date du trois janvier mil huit toire dune obligetion hypoihcaire cent q jatre vingt quinze euir glaire passe en l'tude de Me Chriatian '2 I'OUB aes d oita, actiona et pi Fournier dment enregistre et en entions cooai*t nt dani lis cinu date du i janvier liilO et d'un joge d uz rae lo d un emplocem t.t s tu ment contradictoiremeut rendu par Piion Ville, rut Og No l) de la le Tribunal civil de Port au Prince!contenance de soixante pitda de faen date du dix neuf juin mil neofeen ede sur cent viog de prclondeur, dix huit, aignili avocat et panie born ; au Nord par l'emplacement et pass en lorce de chose juge.ain | No 0, au Sud par la dite rue, I O ai que d un commaudement 6ignili par l'emplacement No9 et l'Es'. au dbiteur, lequel est demeur in fructueux 1 Dune portiou d'emplacement eiiiai'e d une proprit situe a Pt au Piincehors du portail de Lcga re de la di e i^oition d'emplacemeni OM ia • on'enauce de Ueule pied de Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920 Prer.ant exi)(lilions directes peur l'AnRlcle-re el l'Europe ci Mc>ve-?a. Connexions dd bi.'j'aux a New York. Le plu rapide el U o'us direct service le et pnir 1 Kurore. Adresse AL. I aierson, beneial Frtiih' Agent, zl Stttp Slreel, New Voik C ly.Fret payable ei.ilmaiion 1 exception du Rliel Un dpart par semaiuede New York dircctemoul peur Pot\ an Prince et un autre par n.o-s pour lo s le po.is d liai i. -Seulcin ni p ssag* le pr^r, 1re classe.Les suivants sont nos Agents dans les principaux por s rj E'irope el d'iugl /erre : Angleterre, Ecosse t H tranceL: MM. G.W. Shelden S? Co, 17, James Street, hiverpool, hnyind Copenhague, Danemark MM. A.KBmdix $ o, 21, Allt>gad<; Copenhague iiene Italie i ^-^. Mil Henri Coe C ClerM, Piazzi S. Matteo., lo Cnes Italie Christiania Norvge International Spedltionstclskap, Christiania. \ Htnnbourg Alltniagne: 11. Vogemann, Hambourg* Uotlunbourg Sude ; par ceux Noa 133 et£95 suivattiro ces veilnl tl plan d'arpentage de Simon Qaotbil r ci d.vaiit arpen.eur public en date du (|uatcrze Septem Lr mil huit cent soixante ut uu aurci^tr. U = D une pot'ion de teue aituo biodUU Exprs., Gothenboura Le service d; Panama Liae ent:; New-Y-rlc f H,;. , sra dune ul.l.ti coas.Juble, cl est U vo'e ia laSu?' *i M 1 an ' ;me,ls ? tre expd c. pltt1 ra P ;i P'Iao,iUi voi muchu tpd Us connaissements ut sesoat laj iniises por o. a. IHOMPSON, i Agew gnerai ayenl pour Hati



PAGE 1

Qqin 'loi* frine Hes 4075 Port au Prince; IIMU Samedi 7^ Mai 1921 DIflLCTEUR-PKOPRJfiTAJRE Clmeot-MAGLOIRB LE NUMERO 20 CENTIME / Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, 135s Nul iic mutait Itoiiii tn soi, tt-ul c'y M p. connue d'un y./ de nu volont, /.i puissance ti sur ce qui s y tDans une conversation deuc sans doute plua propice poui le* an eiposaot lea faite s-ocre Mat, exactement et d'une faon gouvernions, raiia qu'il ferait son possible jour me donner su plus loi saiistac ionUn heureux hasard im le lit ieocomrer chez MSnarp ambassa leur des Etats-Unis, uu amer jffeit, le 22 Fvrier, a l'oxi-.ou de lanniversaie de Washingtoi, J'tais table place a ses cteo. Je i lolicai de I occasion pour IJI parler dd i en trevue demande. Il n'en ai -MI: rien; il 84 r-maeigneiuit auptes de sou secrtaire, >e le priai de vouloir bien me 11 ter uu jour Uda n tait pas usa plus faciles, sou temps tant entremeoi absorb par les travaux de la Confrence En tout cas, il m'autorisait a lui tlphoner pour iVj r une rponse. Je tlphonai le Ai fvrier, et t'ou manoou* entiu que Je pourrais voir m. Lansnig ie %  eu demain, a 11 tires \yl\ ce qui me in d'a.lleurs coulinne par uue i >i'M reue quelques heures p us tard Outl Quolle courses vrai m u / Uu " lanvier au 25 hevrier. (jaand on rdige des ii ructions au Dparte ue..i des Helaliooa Extrieures pour ptescrire des t e-a-t:e diplouiau qies, o.i n'a Viaimout aucune ide Je la chose. M. Lsnsiag est et lin trouv, Dieu soit loue/ Voyons ce qu'il en advint. J'arrive donc le 20 Fvrier l Htel Cnilou cuntiuue notre ininis re plnipotentiaire.Accueil trs cour U iTi'iltll'l firali en i IUIIIH\li pin, .IIIIIO isjnislie fincur l'a |iris(iiiiiifr> adtlisjant. J*J ixcuter sans lieiVCS ni ttard les mesu'es concernant 'es dsarmements mi'nair--, naval et arien rti hs pu les pu 'ssancer allies au goiveoenent a'Iemand dans leur PARIS lierlin que'ques journaux seulement commentai] anjouid hui la lponse de l'Ain^rin e.li le fo: t tous en ter mes ameis. UEKL1N 'il e Tageblalt" d t que le gouvernement amricain s'tl'ioire •risblement le si liire !a France e ! ole du 2 ^ janvier 1921. mesures I e Prsident Hardi'?, a nrdoni qu ainsi a chou ui e tenta ive sur jd'cx-cu'ioa di] venues chances su rocureur gnral Harry M Daulaquelle personne ne noumuait de qui doivent l e accomplies s.ns re gheny de prend< les dispoeltiooa g'andea illusions I tard ; les autres devant tre rahst3 ncessaires oour la rerlfiio du cas "Le Lokll A> z iger constate qm'aux dates hxer, de Boanio V. [)be• l'Amrique coivre de [ion autorit .• de proder sans rsprv** M AA. Mr Debs ft le c.ndfuat du Parti les x g.rices que le B W oea,ent| Ui < au ^^^TTk^SSSff de Jtalle, de nous faire rendre jue-.toiEntre M, Lansing et mo prand jy parle Praideni Wileoo.. Ku lin, 'pi ce son secrduro, M Liusing ne agir ainai, il y a une autre iat-jpar.aut paa franaisJe commence |ui n'en pas moins importante p ar lui transmettre vos c pai' Nom croyons qud le gouver'de reconnaassnce... J'arrive enlin Jaint amricain ara p us dispos 'ce qui fait 1 objet de la miss on ap I accueillir nos rclamations, ai -cialo que voua avez bien voulu m •U ID Chprrhnna lu a,.lntinn ,in„v COllliflr et lui (lis: la nifl 11H1IMPL1 qui n'en pas moins importante t par lui transmettre vos compimentb yeux et qui ne vous chappe-' fuis, je lui exprimai nos seu iments spe m -. ao cherchons la solution dans confier et lui dis : '. Je me peunets, M. le Scrtait e d Etat... etc•' Apra avoir cout avec la plus grande ailen.ion, MLanaing lp >od: "i.tsi Wasniog'On quil taui r oui cela s'adresserC est la que Ite sel vices comp euts possdent tous I-B renseignement? toutes les dounees OQeutietien asujet de la eincessaires pour rsoudre ta que n anormale o ae trouve notre, non... Je n ai en ce moment aucuue *)* %  Et le ministre raconte tout ce ; quai t pour ra'occuper de pai eii e Ha (ait pour obtenir cet entre-! questions-U la ut aadiaaaei SVas ntitej.tHe avec lui, plu que de P porter directement a la Coul-; |NaM...i U 25 Mars iuian, le ministre i IBUtt Paris rpond : Avaut %  • d'avoir reu vos instructions, m song a avoir avec M Lan las cest vraiment rendre bale-'binglou-" L-deasus, il se lve e •Mti Pie personnel dune lgation MiTezvoui mme : Dana cette in I ??' j'vai8, le 9 Janvier 1919, £2J de lui (M. Lanaing; une a'ul***a. lia lettre demeura aans re Je fis prendre des renseigne : son secrtaire dclara u'a ai 1p ne conn i nce de cette Hi* ? Rvtl1 P url8nt t recom ^joeeIl voulut bien, nanmoius, | g avoir consult M. Laming m* jncouniilre que celui-ci m'atteD I a?.,. envier, a 11 b. 30. Aux ail M IA F* in(ll( l-8, je me prsen %  \1 Htel Grillon o se tient le l|ri US^VA mric oe. M. Lausing ^Si ifu tre *PP el aQ ministre BMaa, r 8 tr LBreE. J ai eieay, 5S H* crtl,ire a uQ de voua vi liaCi. pliceœeul lnul "e, de voue £ iSL 1 ^ t61 P"Ode; mais il m'a ^poaaible d'obtenu la commu aMTp Lanaing regrette viveleaito 0 Dlrel npa et vous prie hJS" c ; p L r aimable secitai qaTii ? 8 ,Qe ll 6ploaeq aussi. *• recavoi? ,l,JB M il 9D mC Ure hrn^SS ou '" e P^esect : ani deS U,Cilion renouvelai !^iaa .? U6 foia par letlre ,e N lu! avec v deireptioo. Wepbf.n..^ 6 .^. Plus heureux. Je le louai renat at l i? tel Crillon. On me H u M. Uniing ait tra.audisuoe.i 1 au Jience prend fin-" 1 dtail bieu la peine de se don her'Unt de mal pour mettre la maie sur M. Lausing. M ia au^si bien no re excellent ami Pieire Hud cour dana aon analyse du Lvre Bleu, vous a bi-n expliqu, a 1 occasion Je M. Fquire signant Washin^ ton uu accord liuancier eu quahti de Miu'stru det Fiuances, alors qui c'est M. Roy qui possdait celte qua lit provisoirement Port au Prince, que ces. une erreur da croiie qut 10 fonctionuaira por e avec lui d*u* ses dpl cments toutes ses qualit et reiqouaabili es; ces dernires ut sont pour ainsi dire que territoi laies Vous voyez doeo quoi notre diplo matie a accul notre mima re a fa ris en le chargeant d'une mission qui n'appartient m propre qu son c (lgue de Washington, et auprs d'un personnage uou qualifi, eiani lui-mme en mission spci-le. Mais MGuilbaud ne veut pas st tenir pour battu, ayant dcid de se dvouer jusqu au bout 11 se re tourne doue aupios du prsident W laon< et le 2'> Mars il c it au gou vernement : -, li me ren mjiu.enao voi M le pieidentdesEats-Uaia Je vous cDlerai le rsultat de cet'e dmarche ds que M Wilson m au ia tait l bouueu de m accorda uuo Soiilis e a i* l'rsi l--i.ee lois des de 1 em. ne, le itticlistag et Copiuioo dtr.ires ihctions 11 fut jug et cou publiq 1e allemande dclarent uuani damn sous l'inculpation devoir miment Inacceptables Un peut s contrari Ivxculion dt U l..i sur te'deiii ind.-r si la oemarch .', quo 1 recrutement durant I* K'i*rrepeuple allemand considrait coin n. Moirieur Hard ng a reu ces nos u '' manque nent la dignit natiopasss plusieurs uiemoirs lui deuale. ai ncessaire, manda it de prciser BOO attitude au "La F.eiiieif* considre qu'aprs sujpt de l'incarcra ion de Debs Le a rponse araericai.ie la 6ituaiion s premier an si^n de Parley P.Chris empi e normment Le gjuvarne leiia-iii — le candidat la l'i idnii me a allemau.1, dit elle a eu bisou, ce dj.l'arti Travuilliste qui deinanJa de l impulsion de l'ex'tieur poul Monsieur llaiding ds qu'il fut ngocier diretemeat avec lei allis dsign comme candidat parle Parti 0 est une Uon qu'il aurait pu s'llpub!icaio, d et e favoroble la pargnercause de D bi L. gaz >tte de 1' VlU-inijne" d^cla "Je crois ncessaire lamn ; iie gn ra queu praaence des dcisions du ralo en faveur des prisonniers po'i'iConseil Supine il ne lemblfl uie ques a dit M llarding.imiacette gn poj'ibie de fane des otlres directes reuse mesure n'empche dans au m 1 a I E itente. casque le \ formalits ne soient obser Li Uezet e de la Croix censtad v es liane m'appaitWnt d'exsurner querA'iemagne est auj >urd'buif9uli aucune si ble pour vous de me faire avjir un que la commi.smn des rparations mmorandum crit sur les affaires a u j^ 80 niI) 4 | Allemagne de payer que vous dsirez di cuter avec moi, acelte ,j ate TerMo. Le jugeunnt des adn que je puisse tre sur de trou a hl de #3 fa nier et 17 mai 1910 ver une lunre inoccupe a U importa QUAI TO -Ctrtiines autres ques qiel moment des vingt| a atre '' ,io .s importante no am nent celles ttS!^ U oaQer lft p,ui &*"* L a,,,c es du tra 2b A c l Lu diplomate soucieux de ne pas "*• *7i *• !• %  el / 2 7 dci ou rj passer s^s inalruc iona, notre aei11 dc procder di aujurdhu J ministie Paris, en coin nun qua it tou es les mesures prliminaires n cette le.lre au gouverne neot, aioute: cessaires i lo.cupation de la valle 'Il m'a poru ueeaBaux "de vous dede la Rhut par les Loupes allies mander vo re av.s. parce que, d'apia sur le Shia dans les conditions prvus instructions mes commuuica vues au paragraphe d, b, d inviter la noua M Laos.ng et au Prsident C9mmii5loa a:s r par .t.on-, conlor Wiiaoi doivent tre laites MJV. # ^ | lartielf ajj du tra-i, i voix Cest dam un tte a tte av c „. ,.1 J Z m.uenl ps.SOUnagas] que le notd.ir au gouvernemen allem.ni ouverneimut m'a recommaud de us dlai, des paaiei et modal ts ohetcher la solu 10.1 du prob.u, d acquittement par 1 Allemagne de sa qui uoua inlre.-ae .." dette et i aaaoncer sa dcision u Les nouvelles uis ructions rcU ce point au gouvernement allemau.1 m es par M. (juilbaud n'ont BSUB le 6 mai au plus tard, de sonmer le loute pas eu le temps de lui arri gouvernement allemml de dclarer ve-; car au moment o uotre minis catgoriquement sa dcision dans le tre crivait sinsi Pon au Prince, le j e lai de six jours put if de la d 1 Praideni amricain aii suprme, aprii hiiuce d. ddrn're sigfltfure. M. R.-und s'est adress i M. Lloyd 1 > gl t' a exprima les remercim-nts de taus les dlgus pour la -o.dile hospitalit reue Londre*.' [I a dit • Nous avons le sentiment jue c'en g :e i votre autorit cou 61m C "i que nnus avuus pu condll re les choses bien. Nous avoas travers des mo men s diffi.iles parfois angoissant?! finalement g i;e l'esprit de conci liation du corn e Sforza et a la droi turedu repre-entai' uu J.poi.noi"* avons travers les bourrasques et p coaJuire le navire i bon port. Je mis heureux de voir que les coups Je mer n o t pas emport 1 quipa 4e li en sen lojjou s -usi tant que no s resterons unis, la solidarit mtera lii so t encore .renforce. De cett: oaf:ence nous regret ton* de devoir e nployer la COOtrain e, mais nous so n n s convaincus jue, d vin* U vo ont unanime des allis l'Allemagne compreudra q a'ell Jo t s'ex:uter.a Mr Lloyd G;orgi a rponJu en re merciani M. li.iand de ses aim,i b'es paroles, disant qu'il a fait dt son mieux au milieu des dif*i;jltis considrables intrieures et aitlieu re. Irouiquemmt Mr Lloyi Georg a ajOU' : aletp'e OUI vous n'av"-c pas trop >ouf(ert d U crise du dur boa et coniauint il dit: i Nom avons eu d.*s mo iients d tli:iles, or geux rc ne; nui nous so n ns d;* marins expnm;.t.>s et je suis coavaincu, que nous touchons au but.. Nous avons toutes lesraisoas.de nous (nciter d'tre venus au bout d?s difficults qui paraissaient insur monables au premier abord Si nous restois tous d accord, nous serons capables de r.'garer PKarope. —Contrairement:aux informations d'origin; :ra-gra on dment ab

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05369
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, May 07, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05369

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qqin
'loi* frine Hes 4075
Port au Prince; IImU
Samedi 7^ Mai 1921
DIflLCTEUR-PKOPRJfiTAJRE
Clmeot-MAGLOIRB
LE NUMERO 20 CENTIME
/
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, 135s
* Nul iic mutait Itoiiii tn soi, tt-ul
c'y m p. connue d'un y./ de nu volont, /.i
puissance pril qui menace, quand ou ne s est pas ni-
nag a avance une si. nation permettant
d'agir,
CK1.UUN
^KLFFHO^t'M
QUESTIOIM DU JOUR
Une Page gaie du Livre Bleu
Mise en libert probable
V Dabs,
Eugenio
Candidat Socialiste h Prsi-
dence <'es Etats Unis
Nouvelles Etrangres
l'Ait CABLE
-Suivwt une dpensa de mission des
riparuions.
Le 22 Janvier 1010, le
mot bai tien lit crira par son minn-
IN des Relations Extrieur's toi
nioistre plni, oten iaire l'aria un-
lettre o on peut lire : Noua vou*
tbirgeoni dune mission spciale
lopri do prsident Wilson et d <
Secrtaire d l'Ait Lanaing* Vous les
une: personnellement pour leur de-
Moder au nom du gouvernement
jsitien : (a Abolition en HaLi du
Tajimcj de la loi mai i le et des cours
votales institu depuis l'arriv
l'Occupation amricaine en Ha i
que rieu ne juelifle plus; (b He-
loaiaaaace du droit paur le g h
ornement hatien- conformment
rarticle 'i de lu Convention du lu
Septembre 19fi5, de nommer et de
rroquer les employs baiens dam-
antes les douanes de laHoub.ique.i
U lettre continue : cNous avons
prfr adopter cette voie parc
litUt nous s psru plus susceptible
ritoutir des .rsultats p atiquea
as effet, il sera plus facile d arriver
lia solution de ces difficults ai
adressant p$rsom*4Untent au
len Wilaon et aon Secrtaire
ffoit qui, pensons-nous, a ont pat:
Moari t fidlement renseigns pat
pan agenta en 11 >ti sur ce qui s y
t- Dans une conversation deuc
sans doute plua propice poui
le* an eiposaot lea faite s-ocre
Mat, exactement et d'une faon
gouvernions, raiia
qu'il ferait son possible
jour me donner su plus loi saiistac
ion- Un heureux hasard im le lit
ieocomrer chez M- Snarp ambassa
leur des Etats-Unis, uu amer
jffeit, le 22 Fvrier, a l'oxi-.ou de
lanniversaie de Washingtoi, J'tais
table place a ses cteo. Je i lolicai
de I occasion pour Iji parler dd i en
trevue demande. Il n'en ai -mi: rien;
il 84 r-maeigneiuit auptes de sou
secrtaire, >e le priai de vouloir bien
me 11 ter uu jour Uda n tait pas
usa plus faciles, sou temps tant
entremeoi absorb par les travaux
de la Confrence En tout cas, il
m'autorisait a lui tlphoner pour
iVj r une rponse. Je tlphonai le
Ai fvrier, et t'ou manoou* entiu
que Je pourrais voir m. Lansnig ie
eu demain, a 11 tires \yl\ ce qui me
in d'a.lleurs coulinne par uue
i >i'M reue quelques heures p us
tard
Outl Quolle courses vrai m u / Uu
" lanvier au 25 hevrier. (jaand on
rdige des ii ructions au Dparte
ue..i des Helaliooa Extrieures pour
ptescrire des t e-a-t:e diplouiau
qies, o.i n'a Viaimout aucune ide
Je la chose. M. Lsnsiag est et lin
trouv, Dieu soit loue/ Voyons ce
qu'il en advint.
J'arrive donc le 20 Fvrier
l Htel Cnilou cuntiuue notre ininis
re plnipotentiaire.Accueil trs cour
U iTi'iltll'l
firali en
i IUIIIH\li pin, .iiiiio isjnislie
fincur l'a |iris(iiiiiifr> adtlisjant.
J*J ixcuter sans lieiVCS ni ttard
les mesu'es concernant 'es dsarme-
ments mi'nair--, naval et arien rti
hs pu les pu'ssancer allies au
goiveoenent a'Iemand dans leur
PARIS
lierlin que'ques journaux seulement
commentai] anjouid hui la lponse
de l'Ain^rin e.li le fo: t tous en ter
mes ameis.
UEKL1N 'il e Tageblalt" d t que
le gouvernement amricain s'tl'ioire
risblement le si liire !a France e !ole du.2^ janvier 1921. mesures
Ie* Prsident Hardi'?, a nrdoni qu ainsi a chou ui e tenta ive sur jd'cx-cu'ioa di] venues chances
su rocureur gnral Harry M Dau- laquelle personne ne noumuait de qui doivent l e accomplies s.ns re
gheny de prend< les dispoeltiooa g'andea illusions I tard ; les autres devant tre rahst3
ncessaires oour la rerlfiio du cas "Le Lokll A> z iger constate qm'aux dates hxer,
de Boanio V. [)be- l'Amrique coivre de [ion autorit . de proder sans rsprv** m aa.
Mr Debs ft le c.ndfuat du Parti les x g.rices que le B*Woea,ent|Ui< au ^^^TTk^SSSff de
Jtalle, de nous faire rendre jue-.toi- Entre M, Lansing et mo prand
jy parle Praideni Wileoo.. Ku lin, 'pi ce son secrduro, M Liusing ne
agir ainai, il y a une autre iat-jpar.aut paa franais- Je commence
|ui n'en pas moins importante'par lui transmettre vos c
pai' Nom croyons qud le gouver'de reconnaassnce... J'arrive enlin
Jaint amricain ara p us dispos 'ce qui fait 1 objet de la miss on ap
I accueillir nos rclamations, ai -cialo que voua avez bien voulu m
U ID Chprrhnna lu a,.lntinn ,inv COllliflr et lui (lis: la nifl 11H1IMPL1
qui n'en pas moins importante t par lui transmettre vos compimentb
yeux et qui ne vous chappe-' fuis, je lui exprimai nos seu iments

spe
m -.
ao cherchons la solution dans confier et lui dis : '. Je me peunets,
M. le Scrtait e d Etat... etc-
' Apra avoir cout avec la plus
grande ailen.ion, M- Lanaing lp >od:
"i.tsi Wasniog'On quil taui roui
cela s'adresser- C est la que Ite sel
vices comp euts possdent tous I-b
renseignement? toutes les dounees
OQeutietien a- sujet de la ei- ncessaires pour rsoudre ta que
n anormale o ae trouve notre, non... Je n ai en ce moment aucuue
*)* Et le ministre raconte tout ce; quai t pour ra'occuper de pai eii e
Ha (ait pour obtenir cet entre-! questions-U la ut aadiaaaei SVas
ntitej.tHe avec lui, plu que de
P porter directement a la Coul-;
|NaM...i
U 25 Mars iuian, le ministre i
IBUtt Paris rpond : Avaut
d'avoir reu vos instructions,
m song a avoir avec M Lan
las
cest vraiment rendre bale-'binglou-" L-deasus, il se lve e
Mti
Pie personnel dune lgation
MiTezvoui mme : Dana cette in
I ??' j'vai8, le 9 Janvier 1919,
2J de lui (M. Lanaing; une a'u-
l***a. lia lettre demeura aans re
Je fis prendre des renseigne
. : son secrtaire dclara u'a
ai 1pne connince de cette
Hi* ? Rvtl1 Purl8nt t recom
^joee- Il voulut bien, nanmoius,
| g avoir consult M. Laming m*
jncouniilre que celui-ci m'atteD
I a?.,. envier, a 11 b. 30. Aux
' ailmia F* in(ll(l-8, je me prsen
*\1 Htel Grillon o se tient le
l|ri.............,
uS^Va mricoe. M. Lausing
^Si ifu tre *PPel aQ ministre
BMaa, r'8 trLBreE. J ai eieay,
5S H*,crtl,ireauQ de voua vi
liaCi. pliceeul lnul"e, de voue
iSL1^ t61P"Ode; mais il m'a
^poaaible d'obtenu la commu
aMTp Lanaing regrette vive-
leaito -0Dlrelnpa et vous prie
hJS"c;p' Lraimable secitai
* qaTii ?8 ,Qe ll6ploaeq aussi.
** recavoi?,l,JB M"il 9D mC'Ure
hrn^SS 'ou'" e P^esect : an-
i deSU,Cilion- renouvelai
!^iaa,.?U6 foia par letlre
,e N lu! *avec *v deireptioo.
Wepbf.n..^6.^. Plus heureux. Je
le
louai
renat
at li?tel Crillon. On me .
Hu* M. Uniing ait tra.audisuoe.i
1 au Jience prend fin-"
1 dtail bieu la peine de se don
her'Unt de mal pour mettre la maie
sur M. Lausing. M ia au^si bien
no re excellent ami Pieire Hud cour
dana aon analyse du Lvre Bleu,
vous a bi-n expliqu, a 1 occasion
Je M. Fquire signant Washin^
ton uu accord liuancier eu quahti
de Miu'stru det Fiuances, alors qui
c'est M. Roy qui possdait celte qua
lit provisoirement Port au Prince,
que ces. une erreur da croiie qut
10 fonctionuaira por e avec lui d*u*
ses dpl cments toutes ses qualit
et reiqouaabili es; ces dernires ut
sont pour ainsi dire que territoi laies
Vous voyez doeo quoi notre diplo
matie a accul notre mima re a fa
ris en le chargeant d'une mission
qui n'appartient m propre qu son
c (lgue de Washington, et auprs
d'un personnage uou qualifi, eiani
lui-mme en mission spci-le.
Mais M- Guilbaud ne veut pas st
tenir pour battu, ayant dcid de
se dvouer jusqu au bout 11 se re
tourne doue aupios du prsident
W laon< et le 2'> Mars il c it au gou
vernement : -,li me ren mjiu.enao
voi M le pieidentdesEats-Uaia
Je vous cDlerai le rsultat de cet'e
dmarche ds que M Wilson m au
ia tait l bouueu de m accorda uuo
Soiilis e a i* l'rsi l--i.ee lois des de 1 em. ne, le itticlistag et Copiuioo
dtr.ires ihctions 11 fut jug et cou publiq 1e allemande dclarent uuani
damn sous l'inculpation devoir miment Inacceptables Un peut s
contrari Ivxculion dt U l..i sur te'deiii ind.-r si la oemarch .', quo 1
recrutement durant I* K'i*rre- peuple allemand considrait coin n.
Moirieur Hard ng a reu ces nos u'' manque nent la dignit natio-
passs plusieurs uiemoirs lui de- uale. ai ncessaire,
manda it de prciser boo attitude au "La F.eiiieif* considre qu'aprs
sujpt de l'incarcra ion de Debs Le 'a rponse araericai.ie la 6ituaiion s
premier an si^n de Parley P.Chris empi e normment Le gjuvarne
leiia-iii le candidat la l'i idnii me a allemau.1, dit elle a eu bisou,
ce dj.l'arti Travuilliste qui deinanJa de l impulsion de l'ex'tieur poul
Monsieur llaiding ds qu'il fut ngocier diretemeat avec lei allis
dsign comme candidat parle Parti 0 est une Uon qu'il aurait pu s'-
llpub!icaio, d et e favoroble la pargner-
cause de D bi l. gaz >tte de 1' VlU-inijne" d^cla
"Je crois ncessaire lamn;iie gn ra queu praaence des dcisions du
ralo en faveur des prisonniers po'i'i- Conseil Supine il ne lemblfl uie
ques a dit M llarding.imiacette gn poj'ibie de fane des otlres directes
reuse mesure n'empche dans au m 1 a I E itente.
casque le \ formalits ne soient obser Li Uezet e de la Croix censtad
v es liane m'appaitWnt d'exsurner querA'iemagne est auj >urd'buif9uli
aucune si m'est impossible d'eiprimdr aucune ailt-r rsolument au davaut dd a qui J
opinion ju n'ait lien.
Dj Monsieur Marding a t ren NEW YORK 5(3 F.anc 12.48
segn et on espe que le vieux Sterling .'I 9788
Debs pouira jouir b en tt de II lib r PARIS* Les dpjb s de L"n
toque Wneon lui avait tavie Geor difs donnent la teita de la dclara-
ges H i.hristian Jr secrtaire du P. lion qui a t signe d un la muti
Bident a dclar que Mr 11 a di attend le rsultat des in\etgitions sarce du Conseil Su pi <; me. il est
ainsi que lerappoit de M. D ugheny ainai co r
Le puissances allicB| onstatant que
ma'gr les coi.cessious successives
faites par lea alli-t depuis la signa-
luie du uai dd V 'iMAil.e. et en d
pit des averiiaiemsnta et sanctions
noilies Londres et depuis auidi
qu es. le ^luvenement allemand
ma que en oie aux obliga ions qui
lui ucj nli nt 1 a 1, i-, le trait de
pou quil pn-3 ag r.
Au lieu dune audience cest uue
lettre du Prsident Wilson que
notre minis re reoit; elle est ainsi
couua ; "' Je buis bmi durant
ces |ojra d sppeii cons an's et ma'
tendu la Confrence pour tixei le Versallea'en "ce" qui "concerne"
moment o :e peux tre sur dette |',-,raj le dsarmement, sgundo
h pomble ucur une entrevu; -et le vers, m)t)t d9 do za tuiilia da ue
c'est pourquoi je vus prendre la ma.k, 0r chu le 1er Mai 1921. aux
libert de deuauier s il serait posai termei de l'aricle 235 du trait e>
ble pour vous de me faire avjir un que la commi.smn des rparations
mmorandum crit sur les affaires a u j^ 80 niI)4 | Allemagne de payer
que vous dsirez di cuter avec moi, acelte ,jate TerMo. Le jugeunnt des
adn que je puisse tre sur de trou a'hl de, #3 fa nier et 17 mai 1910
ver une lunre inoccupe a U importa QUAI TO -Ctrtiines autres ques
qiel moment des vingt-|aatre '' ,io .s importante no am nent celles
ttS!^UoaQer lft p,ui &*"*L a,,,c es du tra" 2bAcl
Lu diplomate soucieux de ne pas "* *7i * ! el /27 dci
ou rj passer s^s inalruc iona, notre aei11 dc procder di aujurdhu J
ministie Paris, en coin nun qua it tou es les mesures prliminaires n
cette le.lre au gouverne neot, aioute: cessaires i lo.cupation de la valle
'Il m'a poru ueeaBaux "de vous de- de la Rhut par les Loupes allies
mander vo re av.s. parce que, d'apia sur le Shia dans les conditions pr-
vus instructions mes commuuica vues au paragraphe d, b, d inviter la
noua M Laos.ng et au Prsident C9mmii5loa a:s rpar.t.on-, conlor
Wiiaoi doivent tre laites mjv. # ^ | lartielf ajj du tra-i, i
voix Cest dam un tte a tte av c . ,- .1 j
Z m.uenl ps.SOUnagas] que le notd.ir au gouvernemen allem.ni
ouverneimut m'a recommaud de us dlai, des paaiei et modal ts
ohetcher la solu 10.1 du prob.u, d acquittement par 1 Allemagne de sa
qui uoua inlre.-ae .." dette et i aaaoncer sa dcision u
Les nouvelles uis ructions rcU ce point au gouvernement allemau.1
m es par M. (juilbaud n'ont bsub le 6 mai au plus tard, de sonmer le
loute pas eu le temps de lui arri gouvernement allemml de dclarer
ve-; car au moment o uotre minis catgoriquement sa dcision dans le
tre crivait sinsi Pon au Prince, le jelai de six jours put if de la d1
Praideni amricain dpart et le Gdorge Washngto'
sur lequel il devai s embarquer taii
inessamment atten lu "
cision ci dessus.
i d'-xcuter sans ttard, ni is;r-
ves.mco di ions, es oblig tio ste les
Comment trouvez voub cette pei te 1U el'tS ,ont dQltS P*'.1 commis
histoire que le gouvernement racoute S,0D de" fpa"'ons. 2 d accepter tt
mu- xu long dans BOa Livr D'eu0 de raliser sans rserves ni condi-
Gaie. *na dou e, mais est-elle seule Lous relativement a ces obligafon
Oient fais?. .
(ts $aunties prescrites pat U corn
guene ainsi q ^aua autres parties du
traiti, n'ayant pas encoie rtcu sais
action tt mentionne dans le pie
nnr pang aplu de la prsente nore.
Je procd r le 12 nui l'occupation
ie la va le de la Rhur et de prend e
toutes les autres mesares militaires
it nava'.ev fiut.'par le gouverne nen,
allemand d avoil lempli les co.iJi
o s ci d.ssus. Cette o:cupaUon du
era SUHJ longtemps que l'Alema
&ic nain pas excut les conditions
:num es au pjragraphe dp la pr
si.orge, B.iaod, S.'oui, ttayhnh, Ck
lasp.r.
A l'issue de la sance de la mdi
ne du C>aii suprme, aprii
hiiuce d. ddrn're sigfltfure. M.
R.-und s'est adress i M. Lloyd
1 > gl t' a exprima les remerci-
m-nts de taus les dlgus pour la
-o.dile hospitalit reue Londre*.'
[I a dit Nous avons le sentiment
jue c'en g :e i votre autorit cou
61m C "i que nnus avuus pu condll
re les choses bien.
Nous avoas travers des mo
men s diffi.iles parfois angoissant?!
finalement g i;e l'esprit de conci
liation du corn e Sforza et a la droi
turedu repre-entai' uu J.poi.noi"*
avons travers les bourrasques et p
coaJuire le navire i bon port. Je
mis heureux de voir que les coups
Je mer n o t pas emport 1 quipa
4e li en sen lojjou s -usi tant que
no s resterons unis, la solidarit
mtera lii so t encore .renforce.
De cett: oaf:ence nous regret
ton* de devoir e nployer la COOtrain
e, mais nous so n n s convaincus
jue, d vin* U vo ont unanime des
allis l'Allemagne compreudra q a'-
ell Jo t s'ex:uter.a
Mr Lloyd G;orgi a rponJu en re
merciani M. li.iand de ses aim,i
b'es paroles, disant qu'il a fait dt
son mieux au milieu des dif*i;jltis
considrables intrieures et aitlieu
re. Irouiquemmt Mr Lloyi Georg
a ajOU' : aletp'e OUI vous n'av"-c
pas trop >ouf(ert d U crise du dur
boa et coniauint il dit: i Nom
avons eu d.*s mo iients d tli:iles, or
geux rc ne; nui nous so n ns d;*
marins expnm;.t.>s et je suis coa-
vaincu, que nous touchons au but..
Nous avons toutes lesraisoas.de
nous (nciter d'tre venus au bout
d?s difficults qui paraissaient insur
monables au premier abord Si nous
restois tous d accord, nous serons
capables de r.'garer PKarope.
Contrairement:aux informations
d'origin; :ra-gra on dment ab lument que dei troup.'S de couleur
noire o.r t m ses en route sur 'a
valle de la Rhar. en vue de Poccu
pation veniuelle et que des cas de
typhus se sont produits parmi les
rgiments destins i oprer en Aile
m gue. Ls troupes franaises dont
ltal sanitaire est excellent ne com
prendront uniquement que des trou
pes mtropolitaines blanches,

f


LFjMHN
Parisiana
DIMANCHE
1> nTgumnie comporte
Due Volont
en \ anii a
1> fi'm qu'un d* ntif roi frrp* avait
hsaiHi l'esaai et parlait de tes
m. rvcillei ara ic ea *
Lapiiuie esi iipi m
Utile comdie en 2 partie avec U
dlicieux et cem u l hih:i,| .
En're G 1.00
balcon 2 00
La Renaissance
ivh important -
! avisr le publ c tt le commerce '
que k I ibunal Je Premier- 11 t.o
ce, m ses attributions corrm "Ci*i*e
au mois de Dcembre de l'a-..*e
derrire, m'a nomm Squ-Mre Li-
quidateur de la (Maison de corn ne;
ce de Mr Bui'e Massm.
Quoique maintenu pour la dea
xime fois, en cette qualit jl viens
de donner ma dmission pour des
aiso s qui me sont personnelles
l'ortau Prince le v Mai 1921.
Elle PIKRRE ANTOINE
Ane m administrateur et liquidt ur
de la Maison de Commerce
et de la Succession de
ftu Justin Thomas
-
.+
Vente aux mUu
L'EMULSION de SCOTT
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
4
GVfl ce o'r quf la R-naissarre
donne a Pansiana la te. r^stt.t tien
dis 2 peti'ts comdies ocalrs d ja
ar oonces cne semaine ; rappelons
qu il y seta |oi Uneaidtenc >
comdie en 1 acte il t Avant tl
2 tableaux
Major C ni Tout non* n'unit ra d'un
propret de 1* darre
Raibe Yenvejpsn louis it la p^riior
le Inaopb Maippillo -uquol c*-l v ci i
irrit iIp a 'tvi'udo f ur cent vint! troit
i.( on d'emtilac ment es* born ru N.
nar les hritier Vi-nr Civil an Sud
ner l di'e me t'Est par Mr t-ain
flou ati)4 d l'Ooee* par ! gnra'
B"l (olVil.I liai fi rrocs vroba1
,. ..... i ...artin.l l a-i>eiitnne de Alexis Hilaue Brone
Pend t. ure corn i- acte -t n" jt-B?*! Monsieur le au .Sari par la proprit de leu le a date do d'i aepi laBflrr mil huil
hnd"1 D 7f .duTiibunal de Premire ios- gnral I! I A-Voirie, I l>t pur lvent soixante et ow enieg'are ;
0 ^ D'ure portion (le t rr*in Bis
-.........-.r cent vingt et un et I Est pnr le ieie. du lot No chilien o.-iiq viiu a I extrm dsopilant moi ocgue:bi m t blanc, dlivr en conformit de l'article? de-* Lf/"*li uebaria Nol nui vaut leldto commr.neraf n'appelPolygone
L'entre g^rrale r. est que df: ja i0j sur je Gage, (plan et prj . veib.il d'arp. n'ppe de! St MnrMp^p l conierai'ce d'ui quaii
Gde 1. et de Gdes 2. pour les p'a-1
ces du balcon. mmnin Ai. m*, m~. ~,:i -I7. 1J1" tire mil huit cent quatre vu ut dix (par ' re te dp la proprit, au Sud
.dans 1rs environs NorJ da celle ville j-e-pte de la
| l'endroi'connu cous le nom de
Polygone et dspendant de Panctonnc
habitation Sut Martin ; la juelU
portion de te^'e meaurp risquante
pieds d 1 f ade cte Notd tt Su'
En verlu d'un cotr'at de G:ee en 8ur UQe Profondeur do t la rot
da'e du du sept dcerrbre mil neuf *1 m, T3 e.ut & \io#
cent vingt enregistr. 2 d'un corn d'* !T p'*S '? C,", (Bl .deu
wm.mAm*L-tJA-!l < 7 CUt dOUZe. Dltit, l tOUl bOTO
5! emcntdmeurinlrBcueux, Nord par la route de Saint Mai
la proprit, de
An'oine, I t pur
lanee de Port-au Prince, en date du,No G chu aOytnje. Eunbarli Noeij
t-ois mai mil neuf cert vingt et r" ",,i" **....." "**'
'3
Mouvewenldf s navires
Panama. Le s(s A avance sera ici
dtn-ain et partira le n (me jour pour
Ntw Yok.
Le $i$ violon laisse aujourd hui le
7 pout ici dire.ttmeD, venant de
New Yok.
C.yde SteamshipCo.- Le s(s Lake
Sebago Cfct attendu ici veis k * du
louran'; laissera piob-b'ement le
ntOM jour pour New \oik, via Port
de Pau.
Amricaine, en lace de la Madeleine,
la vente au plus c tirant (t deraier
enchris-eur des marchandises sui
vantes donnes en garantie de la
somme de Sept cent quatre vingt
cirq dollars tiente six centimes or
amricain, sins prjudice des autres
valeurs dues et des Irais de poursui
tes
Vinct huit
ren'e J- prototdcur. bo-n au Nf>r4
Mr les hritiers de fru la dame Vt
*mi'i Tub;n,au Sud par le reste.]
a pirprit Girard, et i l'Ouestpt
'* roi du Centre ainsi dsignpirm
comparant.
Bi 9 de l'appartement, rtsai
le la rr aison bVse couverte en aistu
le--, sise en cette ville, Pang'e Sud.
Est des rue du B 1 Air et du Reiet*
voir.
Tels que 'es dits hif ns, se pourwi
vent et se comportent sans exception
ni rserves. La dite vente aur lira
ur la mise i piix de deux milk
quatre vingt cirq dollars soliait
centimes, mon'art m principal k
l'obligation des indemnits dues*
chues et les houoraiiea de l'ivorf
poursuivent-
Aux requte,poursuive et diligent]
de Messieurs Emmanuel, louisVt^j
bil d'arpontoge de .1- Rfta en date dp menay, Corlia, Maria et F
premier bvner mil huit cent quatre Vilmenay, propM^aire?, derae
vingt quinze regiatr j et domicilis Poitau Prince, ca*
l^.,)urPP!:ll0,ldller'A.81tue dernire puan autorise du
laquelle potion dfiuolrcemr nt eai proprit Carr euiva i| procs ver
de l contenante r*e stiz-* piedb li]
pouces de l rs' Pooeit sur quarar:
te huit pieds du N id au Sud avec
droi de se; vitude c'a-s un | as?8f
commun | ourla Circula'Ion de la'*1" cette ville, l'endroit connu pous p'" ,, , i =, -,1(ir. j,
die cour la tue e te ea tnfne nu'1^ n-m de St MarMo, de la cone peo.^s Breton tous britiersde
Nord pir If Gnral, O Rameau-Pl nre de Cloquant* netf iied rt de f.ur Fere t* e les peux kum
au Sud pa C Am o n*''. 1 E>t rar! mi rie larrt sur tiois cent quatie ^ lmtnay. ayul peur avocat COM
,S tCO et les bnti is Mane Ncel tl !iouz^ pieda de profor kur lom. au ti Me LucT'v ',n-c lection
vingt nuit fa-sses ce saven (28) a ruu 6l par le (ll pBBKe conja un j Nord et POueat par Mim I z-1 < =. domicile en s > c b>et contre;
un Boucaut de libtc (>) suivant plan et p-ocs veibnl d'ar [> Sud par le chen i.i t'e Sa ni Matlm 1 e sieur li '. ,t C?rire'eau Al1
Aux rr qutes, poursuiie et diligence [peutage de Sai ..onge en dite du el Me* Pr un paatrie romn un n(. porri'ar' J- n-rur nt et M
du sieur C. F. M dsen, ngo iai_t de douze juillet mil huit cent quatre suivant procs verbal d n> 1 r.tng df u-:c j Poil au ".".nce fynt
ving' quinza enrpgisii : j Pamphile Noipelte en d-te du vingt
53 D'une portion d'en r lacement icinQ Juin mti huit cent quatre vingt
extri'ite d'une ptoprift-pisern ceitt*i ville rue T rcntfaa eur le Bel Air| 8 D'en empbccmfnt sis en ede
de la contenance de vii gf phdi de ville, me du Ccr're entre les /ues
faade sur" la dite rue, non tomi mp j des Csirs et du Bel Air. de h cot
un pesarge de quatre 11< da entie U
meuiaot i Port av Prince, domicili
a Nacstved v^Dinnemaik) dmei t pa
lente, ayant pour avocats constitus
Mes Mcrel et |. Llio Joseph, avre
!e:t.cn de domicile au cab.cet dts
di's^ avocats, 15. rue Prou.
Contre le 3itur Fabius K.-nlique,
comn e nt demeurant Poitau
P.ime. dbiteur g giste.
Ncrologie
Nous avons reu le faite pail de la
mort de Melle Maiie Claire Alice
Bertboumieu, dcde aujourd'hui *
minuit 1 la. Les funrailles auront
lieu cetap es midi 3 heures ptci es.
Le convoi partira de la maison,
mortuaire, sise rue des honls Forts.I A thar*e 1*\ les ^judicataucs dt
No 426. pour se rendre la Bas lique JW Cmp SUS pcme de ,0 "
Dee la pat des ramilles Be.thou'i..nP.0f.,al;-?ince. sept m i nrl neuf
mien, nn'oine Tlmaque, F.be ';l-
.Kiob, Paul Saba'at, Maurice Des- MOULL av. J- Llio JOSE 11 av.
btossea et de tous les au tes patents
tenance de v'rgt pieds de 1 v'e sur
avocat Me Edmond Millet,
Peur p'us amples renseignes
s'>drester au notaire dpositaire
c h'f r des charges.
Po t au Pria ce le 7 Mai ltf
LUC THEARD, a?ot
C' alli?.
Nos condolances.
Clyde Steamih'nt
Company
(FORE1GN SERVI ES)
Le Steamer Lake Stbago ve-
nant de la Colombie seta ici vtrs le
loducourant pour prendre du f et et
l:isera le mme jour pour Ntw-
Yok via les ports du Nord. Pour
plus amples renseignements,veuillez
vois adresser l'oltke de l'agence
gnrale.
Port-au-Prince, le 2 Mai 1921.
E. F. CLEMENTS, Agent gnral
IViisiou Rouzier
Champ de Mars
Confoit et bon got.
FOttTAlttP. r>E SODA TLUGEL"
Panama tooai hmy
Service de
i\cw-ork
Linc.
u
_. J-;m,\rvdcz itiustrAtlone \
FUOGFJ. .-.^ Londres.-ft.
fret et de passagers
Hati
Vente par Convention Spciale !
Il ara procd, le Mercredi que faade jur quatre vingt de profon-
l*OB comp'.era ouze Mai mil neuf deur. born ; au Nord par le chemin
cent vingt et un dix heurea du ma de LogAce, au Sud et lOueat par
lin en I tude de Me Christian Four feu.Julea Mge et a l'Est ptr la dame
nier i.otaire requie la vente au plus Milhade Naar suivant plan et proca
offtautet dernier enchnaaeur en teibel d'orpootage de b.C. Sainioo-
vertu dune gioese en forme excu ge en date du trois janvier mil huit
toire dune obligetion hypoihcaire cent q jatre vingt quinze euir glaire
passe en l'tude de Me Chriatian '2 I'oub aes d oita, actiona et pi
Fournier dment enregistre et en entions cooai*t nt dani lis cinu
date du i janvier liilO et d'un joge d uz rae lo d un emplocem t.t s tu
ment contradictoiremeut rendu par Piion Ville, rut Og No l) de la
le Tribunal civil de Port au Prince!contenance de soixante pitda de fa-
en date du dix neuf juin mil neofeen ede sur cent viog de prclondeur,
dix huit, aignili avocat et panie born ; au Nord par l'emplacement
et pass en lorce de chose juge.ain | No 0, au Sud par la dite rue, IO
ai que d un commaudement 6ignili par l'emplacement No9 et l'Es'.
au dbiteur, lequel est demeur in
fructueux
1 Dune portiou d'emplacement
eiiiai'e d une proprit situe a Pt
au Piincehors du portail de Lcga
re de la di e i^oition d'emplacemeni
om ia on'enauce de Ueule pied de
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1920
Prer.ant exi)(lilions directes peur l'AnRlcle-re el l'Europe ci Mc>ve-?a. Connexions dd
bi.'j'aux a New York. Le plu rapide el U o'us direct service le et pnir 1 Kurore. Adresse
a- L. I aierson, beneial Frtiih' Agent, zl Stttp Slreel, New Voik C ly.- Fret payable
ei.ilmaiion 1 exception du Rliel
Un dpart par semaiuede New York dircctemoul peur Pot\ an Prince et un autre par
n.o-s pour lo s le po.is d liai i. -- Seulcin ni p ssag* le pr^r, 1re classe.- Les suivants
sont nos Agents dans les principaux por s rj E'irope el d'iugl /erre :
Angleterre, Ecosse tH tranceL:
MM. G.W. Shelden S? Co, 17, James Street, hiver-
pool, hnyind
Copenhague, Danemark !
MM. A.KBmdix $ o, 21, Allt>gad<; Copenhague
iiene Italie i ^-^.
Mil Henri Coe C- ClerM, Piazzi S. Matteo.,
lo Cnes Italie
Christiania Norvge *
International Spedltionstclskap, Christiania. \
Htnnbourg Alltniagne: 11. Vogemann, Hambourg*
Uotlunbourg Sude ;
par ceux Noa 133 et95 suivattiro
ces veilnl tl plan d'arpentage de
Simon Qaotbil r ci d.vaiit arpen.eur
public en date du (|uatcrze Septem
Lr mil huit cent soixante ut uu au-
rci^tr.
U= D une pot'ion de teue aituo
biodUU Exprs., Gothenboura
Le service d; Panama Liae ent:; New-Y-rlc f H,;. ,
sra dune ul.l.ti coas.Juble, cl est U vo'e ia la- Su?' *iM '1"an';me,ls ?
tre expd c. pltt1 raP;i- P'Iao,iUi voi muchu
tpd
Us connaissements
ut sesoat laj
iniises por
o. a. IHOMPSON, i
Agew gnerai ayenl pour Hati


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM