<%BANNER%>







PAGE 1

LE MA UN Mon cher Directeur, lin attendant mieux, je vous envoie, apis un silence tiop prolong, les t Nouvelles de St Marc . A part une misre itlioysble 1*1 petite vrole ccmiue ;es ravjges avec une recrudescence d'ictensit telle qu'en se demande si le Docte ur Lon Audain n aurait pas t prophte de Malhenr. — Tandis que la masse campa gnards succombe sous Us coup? de la mauvaise situation actuelle, on lui donne pour la consoler, nne Kxposi tion Communale au ier Mai, oc aurait mieux tait de soulager le peu| pie, par des actes que de lui servir des Expositions, des Messages, des Circulaires—toutes choses inventes pour faire oublier les blessures, plu tt que les panser. Les comrreiants cl industriels de cette ville SOD( au dsespoir. Le coton n'est n me pas rcolt Celui qui acheta L'EMULSON DE SCOTT achte le meMeut aliment mdjcinal que la science a produit en cinquante ans. Il n^st pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott %  • r.' Le colonel Rossell e a t actneilemer t ici venant d qu'on lui appoite, presque le num raire se rarfie de plus en plus. L'Addition de toutes ces misres donne pour total ; la MORT. 20|4[2A Correspondait G Alexandre de Mewark est 1 objet de cat honneur L colonel R i tel qui laisse b au >ou^> de ugiets aux Cayes est bien C0111.U i I on-au-1 un:e o Ys le dbui de lO.cnpa ion, il lut chargf de laDuec'ion de ccitaini setv.ces 1 •>utsecierici de solides et ncn.breuses sympathies. Le D par citent du No d pourra se flicHer d'aveir i sa tte LU Ion ;ne cenect, ou.ieuy de ses devon.et capable de I'I Itirei les n rus iyo pa'hmqu- Potl-au-Prince ei aux Uy s. Pas de nouvel impt possible Quelle que soit l'ait. ut on que rclame Itut aauei de la Con pa-, W it des Pompiers on i e peut cieer i aucua irorl destin a amliorer une u'uvre. La siluaiion est dr;j ajarz ciifque peur qu on i;e la cou iliuue pas di-t tere payer certaines redev.iic.s i ta v*\ ( m m vr ci ai Le i uLiic u le comn.trce sont aviti B que pen< ani Fourla piemire foisdars 1 histoire de New Jersey ua rgre a occup h 'auieuil de la Prsidence d'une ass mb'e lgislative-. Cet honneur al accord W.lter G. Ahxander de N'tws/k c"o.teur en mde ir.e mem oie de la dlgation d Esse, sur la recommandation du PisiJent sor'ant Giorg.,, S. Htbari Ce dernier ayant t des-gn pour Lire paitie d'une commission d enqute de la G?rde VattaotJea recommard i sa place ie n^e qui tat dj memb.e de • c ps. Commune. Alors comment peuser en prsence d'une pareille duesse a augmenter l'impt ? Seule uneiilectation dj uiitante et devenue libre pourra :re attribue pendant un certain temps au dveloppement de cette Compagnie dont l'utilit est incontestable. MAX MONSANTO ( A l'assemble d'Essex Monsieur gorges S. llubart ap:senune ioiulicivjur laquelle il a demand ses col gues de rendre homm;g%  ux coLn^issances du nouvel lu en Di I e de lgislation. C;tte rsolua t adopt a l'unanimiti. On trouvera j^A la Mason L. I'reelzmann ApgejhaJm : hpadriltes tou numros ; Poudre gorgienne glace, Cuiller 1er, \ inaigre en caisse] Sardines detoiu pria, depuis Or 12 iusqu' Or 50 la caisse. Dpart puur Fra ce ~A la li le des passagers que nous avons pub'ie hier partaut aujourd'hui pour Fiance, il faut ajouter les noms suivants : M Vilius Gervui, Mme J cques Anglade, Mr Poits, Dr N. Camille, Mme A. P.ice et une 6 le, Alerte Sa get, Mr et Mme A'ix Roy et enfants, Pre Guillas, Mr et Mme Ch Me Guf le et tamille, Lucien Marchand, Paul Gabriel, H. Florville, M. Renodm, M Can'et, F.itz Lemoine, Ed Danain, Chrtien, Avis du ''Malin 9 I es abonns du journal Jacmel sont pris, de bien vouloir nous en voyer en commun'ouion les der mres quittances dlivres pir fa gnt. Revue des Deux Monde ij, rue de l'bniversit, Paris -"OMMAIRI DE LA LIVRAISON DU ier AVRIL 1921 Un drame dans le monde-— Der nre par ie, Paul Bouigtt de l'Acaimie fraraise. Le Graod Comi.—1. Education des princes, Duc de la Force. La Ru--.i< de-. Tsars pendant la Grande Guerre— V L'Empeteur et a Douma,.Maurice Palologue, La Pense religieuse de loseph de Maistre.— II 1752-1821, GeorgesGoyau. Aprs le voyage de M. Millerand. — L'amnagement du Rhne, Louis Bordeaux. L'aventure de Fiume.-III Epilogue dune dictature, XXX. Revue Littraire.--La Muse au cabaret, Andr Beaunier. •Revue Musicale %  Aotar i l'Opra Camille BellaigueChronique de la Quinzaine.—Hi; toire politique, Raymond Poincari de l'Acadmie franaise. PRIX DE L'ABONNFMENl Un an Six mois Trois Paris, Seine, Seine-et-Oise 80 Ir. 41 lr. iilr.50 UF.PARTSMBNTS, et Colonies Franaises 86 fr. 44 fr. 23 fr. 50 fcTIANB 9 2 (T. 47 tr 3A lr i0 Us abonntmmls paittnt du ur et du li .U ihiqu mois Prix du Numro. 4 ( )0 -~ Etranger: 5 Iran.s New York, 2-J Mai 1J0 Messieura Frederick lograra & Cie La Cime "Mi'kweed" 1 gram eat l'un des plus dlicieux parfuma que je cjnnaisse. Ello est merveilleusement bouue pour la peau et le ttint. Cestungraid plaisir pour moi d affirmer mou entire satiafactiop.' .1 emporte avec moi une grande quan tit en legagodiit !d France. Sincr^ment votre Satah tERNADT pour copie conforme Luc DORSINVILLE & Co Repr errants en lUri de Frd rick F. Ingram Company — Detroi! Midi U S.A%  UtUHI'l Wi Consquences d'une concurrence On se rappelle nagure la course des hxpoitateurs, vers les lignes de bateaux poor assurer une place leur fit. Aujourd'hui c'est juste l'inverse. Une concurrence svre mene I par les quatre principale* agences' entre elles les mettent dans une si-' tuation absolument dsavantageuse. Plus aucun tarif, on traite de gr a gr, et, pour le fret insignifiant qu'il y a c'st rabaissement coot'nu des prix. L'exporteur prend %  a r fvarche et ni iueme ra'son de e pre>er i pieuve : le bJ eau Amo-a de U ligne rio Iandaie ent dar s rare ro t le 18 de ce rro.s, pies une rit nie de nul jou-.s a laiss h:er se ir sans argmetter d une tenr e son fret init 1 -Comme les Ira ps ont charg. Librairie du Matin Ouvrage 5 (jourdes xv • Certes, 1 arbitre hatien gnrale mi i i n est pas conscierciux.il icco M cela vous surprend| P8 rclea riu jeu par co qu'il n-ajinnie ouveat i n livre Ira concernantn ue |uue8 J 'h dn.tr c e ux, trop ventrue, d'au 1 'S trop iropresen leur mise et crai V u de su salir De se toucient %  • t de suivre de prs les volu 1,(18 dfc bal| on et restenl corslam %  i sur la li K iie-de touche sans la nui -ccoo P f K e r la balle au ceiitie %  r iHo ou eccore s'cartent le < ii •* praaiblede la ligne mdiane. ' .Mire conscient et expert peut b i i;|.r c'est entendu.mais il ett 1 '.• i*i bon..-e toi.ll mrite donc quou (il IQ hoi.rete lui faste un l*o IIM -u de t etitn.failliliilii ua'on lui dajt. Uk malrbea y gagneraient 10 lufr.tetlea tiuiiJe, q ui n'osent affronter les critMjuea accrimoDieu aea de ce dur e ug. a t mtier, se dcideraient a j ter les ypux sur le peil livret dt y a pour se mieux p p trerdta p'ua tubtl-s lincesea de ce K o inton p rcble. A l'œune,lilri,t!cae e:. mdi CAl FEAM K.cnrriN PlBRBB Ion PAUL BOURGBT MAUHCB DONNAV FHBRIDAH Ri MHlNjAMN I A. NAU GrDKi.is OUNET ADOLHIE ADPRI R PALL RI n [ x ANK>RB WABKOD MlCHBL COKUAV I IBBRB V'ai DAGMB L'i N'Ki MBNABBBa A.NDRi. Li.ini.Mi ) i.K( J A\I)K! S.M\|, N PtlKcm Crin HBNRI BORDEAUX IEAN MBINAY LON l'i/v AMORI GYB L ULtS \! |EAN DB I A BRJ n CURON.SK Y PAUL AND Docte UI |AK IEAN RAMEAU Jl AN D l.RV PAUL ADAM 1 ALI. CLAUDEL AUBI. PRI'.VOSI CLAUDI. FARFI'.RI-: Les Caresses La Mcit de cotre chre France en Orient L Ecuy-e l)alogues d'hier Car, il voy?if... Amadou BolchevisteJ' ihrse Donali LEto.le Amours de guerre ird,' Isera ici vers le 4 mai et l*i's ra le mm joir directement pour Puero Columb'a. Port au Prince le 27 avril 1921 E. F CLEMFNTS, Agent Gnral Bonne Nouvelle R'jouiisez vous amat-ursde S:.-.' fer ti suprieur.fumeurs distinguer, Sn-ible i la


PAGE 1

Quindtoe anne Nos 40(8 Port tu JPiuce, iifttii DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIIIE LE NUMERO 20 CENTIMES Quotidien REDACTION; Rae Amricaine No. l*fe FILE COPY Columbu MemerlsJ PAN AMBRIL* Jeidi 2&itttJ810Bl ; J. 'J. Ne nous plaignons pas Iropde voir ^l'hypocrisie gouverner les hommes.Le monde deviendrait vite un enfer'si 1 iiypocrisiejen tait lannie,B fl GUSTAVE LE BON THKFH()SF;4f%  L'intrt du peuple Edmoud Paul, en des pages vigou reuses d'conomie politique, a, plus' a-une fois, dnonc 'e systme hp lien de la monoculture, qui, pour I moins, ses yeux, est de nature contrarier noire marche vers la 1 prosprit matrielle. Noos ne four' nuisons gure IVxpoi talion, en effet que notre cal, leqnel tant lourdement tax, pourvoit pnur unpart notable aux voies e> moyens de notre budget. Il y a plus, ce >b,.t Ira drots dexportation don' le raf iournit la meillenre pari; qui garatissent noire dette publique, prmc paiement extrieure, QUESTION DU JOUR A ou* avons reu par le steamer "Ga ravelle" un nouveau lot de Bourgogne mousseux rose que nous recommandons" auofamdm leur de vin /in* lien rsulte qu'une crise sur le trafic dont ie caf est la b*se a ir considre par Edmond Paul, e aprs lui par tous ceux qui a'oeen jent de la question, comme devai t exercer sur i.otre tat ecouomijo un eflet dsastreux. Effectivement pensez un budget don, les droits d exponatioii ne seraient que li moi li ou le quart de ce qu ils doooeni habitue.lemeutComme perapt .est certameœeut du trouble dam les services publics intrieurs, et d, dsarroi dans les services Qnaacier extrieurs. C'est la faillite pour i. pays. Dana tout le cours de sa campu gue eu faveur dt lu pioductiou c letre et de 1'aralioiaiiou du sor de nos paysans, Edmond Paul s'a* toujours montr svre l'gaie des mtermdiaiies que le commet cducale entretien-, particul.ei>inmi a l gard des spculateur. A a ton i H y quelq jei'hoaede ns |u, e Uau ce te tevr.e, car il est auoim. q-e la plus grande pauie des oe.j QOM de ce commeice soit recueiil psi ces intermdiaires; H aembit que c'est autant de voiii au paysai producteur qui sans y neu cuinurei. are, subit le cours capricieux uu. lui paie la spculation Il eat biea vrai pour ant que l< principal iriierm diaue. daoi le et* qui nous occupr, ns pas le spcr leur, mais I Etal iiou.en iu.-.u u, En elld. ,'c'esi lui qui organise I. sortis du cal'j vera les dbouche extrieur et c est lui q .i, pour c* service, prlve sur la deuree ac< vritable pat de Inu, laquelle pan aujouid'liu', bt suprieure au pu o-ine de l article ; d o u crise a. nos jours. Mais c est ici qu* la chose devient intressante. Depuis qu* cette orili a c'at' jaatiflanl ain-i les aiqirh m sions d Edmond Paul, c'e*t un chd'tir ae dolances qui s'lve de la presse et des roillieux officiels pour dplorer le sort du paysan e' rclamer l'applica ion des m sures les plus neigiquesdes sacnliea| mme, pour allger le sort du peuple (Quelque dures que doivent t'e ces mesuHS et quelque durs ces! Hculices l'inteit du peuple les jus t li • l'avance; car, on l'a d.t avant moi, c'est la suprme loi. %  • Le b zarre de la chose, c'est que ie principal intress a I air d'igno rfji que son sort est en question. Le jaysan hatien qui. contrairement pie l'on croit, ne produu pas seulement du saf, commue de venir dans les villes changer -l'autre. •induits de nos jardina cont.e les marcluQdiaea q .1 lui l'jnt besoin. Depuis que la tMse a commeuc, ivtei ea. doue relui d en rt nous qui cit, elle effectuera des amortisse -• Les journaux se riou ssent de meu.s et versera des intrts d, l'en'revue de Lvmpte ,1 de la n 1*11 1 • sil de me'tre Q aux mn-.iivte ticLr 11 i e !" ae AI la,Sseta " ai:, P allemandes par la p ,se de KK S ^LJ\ mU I V :X *•.* % %  pour obtm rie rgle %  -„ %  dilK non nanc.re e conomique En ton des rparations Ils anoroV Z,h d .: Cq M' l,er ,e P : V? p,demCat 'es efforts d'esalliVted.nTrecr possible, elle cooprera i laretau., cher une solution amiable masit non des rgions deva.tes notam dclarent ^u il est indiapoiab'e oie ment par des pi s en ,..tir-. Elle les poorpirlera n abont sseat \Ti et galement d ipu c m ttre i 'a accorJef a lAl.em.gie ua nou dispost.on de la CJ m mission des r. dlai paishoos un m 1 u.J de marks 01 Le Petit Journal assure aue' de Ijon su.van e : 150 m.b.ons d: MM. Bruud et Uoy I GtJ^o r/L /'*' t e t dFm f S c i 85 Paviiag l'hypothse d-une con miLions de nu.ks or ea iett.es de vocation des aPemaads. les alHsl ,meS; r J e PyW ans tant d accord pour laisser i U corn i •eors sur leirangei. indiques que lui donne le trait '"' la 1 lia >i nalater, jeudi 21 %  mi entre ."• et 6 heures p m, sur rrain de devint les Tnhunes, lartie d' i*rainemenl de iniupu 1 'ir:euant quatre associat'oi s ds |m ion, Ces minimes quipes taient diripar doux valeureux capitaines. dont l'une tait commande parle leona et mir^que Louis Dtgtioo, du l'lit t.lub sportif .1 I autre,par le flegnatique \lexis Savin, d'un v-lub du B ds 1 11 • %  ie. l'P'timicli s'est droul aans p0blic,sur un terrain en ass>/. piteux ta'. san^ poteaux de but*. — d ail inqjitant im 1les mamans, ceux-ci ai mt remplac par les "paletots'' de ces aportschildreo. Lal.ure del partie, assez endiable. ait soutenue par d < vigoureuses ripostes des frres Charles Uouzier contre les atta de ptBsee assez, bien esquispeu la souple Larencule bouil lOB, Os dernier, Inut de il pieds est in minuscule issocutioniste qui pro met du faire un joueur d'un grand avenir, si les coups d'encensoir na viennent le gter. e attention Dj, dans sa mani e de jouer, le dribliling eat flst de mou devoir de m3ttre %  n mrda tout joueur qui alople une elle i"' frence. c-iaest certain que •e debling rvle l'habilet individuelle des footballeurs il est trs inl il suivre, il est imprvu 1 il ••si tjujouis nouveau, el il est aussi musant pour celui qui le pratiqua |ue po nie sportsman.Mais quel dan Bre t-il? C'est qu'il ne reste plus uu moyen d'obtenir un rsultat l il devienne une lin, alors, le loueur dnblep mr I ililerl'bndantco oinpa I s, et a coquipiers attendent, ptnient sur place, semblent mutiles et le diiLleur li ut par tre priv de 11 1 a le,que le q 1e so't sa virtuosit. h mon sens, avec la rapidit du |eu, tl (|j on d lit lo jouer ai-i mr1 liai la passe est lo meilleur moyeu latti j ne efficace. A I association les joueurs quivalent aux bandes d'un billird il s'agit di frapper sur cha qu 1 band d • combiner vite et miel iik uiuient ses coups. J nu veux pas dire pour cela qu'uu dnbl ng opp irta i, 1 u| pour se dgs s*sr alors qo'oo se d.Mat seul, est pou u,. irclable, Loin de l. I %  v ux 1 dre %  ulre aux petits qui viennent,qui jjjent suitout sans direction aucune que lednbmg me Ud fatalemeot au jeu individuel et lui qui 1 %  ) pra'.lq ie trop ira vn Is contre sa propre quipe La pr veiti du |ouer du loolull est galion L goste avide de tii > n pbej .' rsoonela .si une peste. ire m /. yarde 11 Pft une autre erreur. Je veix de h inUiide d'euirainemant rige en sysi.' ae dmms quelques innes qui consiste jouer conataiu meut des parnea ou matches organi ses, quant je pian puis les jeux ds football et lorsq 1 ils turent enseigns nos pre mers lves, eut entrana ment se fusaient en dcompossnt le leu.ces due que les diffrentespha ses taient excutes sparment ou bien encore, les avanis d'une des "l'imes jouaient cintre les arrires de I autre et vice versa. (Jind au gir dira, on plaait devant lui iou 0 so Lues gaillards.lins dnbleurs et viuoa |>J ubardaient eotro les goals-Je vous sssurb ju'aprs un exercice, il tait dgourdi u ors. 'Q, il est un autre danger. eW de savoir si, par l'incomptence d*' aoi arbores,le foo'ball scientiliiue ne don pas faire place au tootbalJ dsordoen. brouillon et incohrent sans discipline aussi q l e p, tf queot beaucoup de nos quipes Plus de jeu classique


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05362
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 28, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05362

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quindtoe anne Nos 40(8
Port tu JPiuce, iifttii
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIIIE
LE NUMERO 20 CENTIMES
Quotidien
REDACTION; Rae Amricaine No. l*fe
FILE COPY
Columbu MemerlsJ
PAN AMBRIL*
Jeidi 2&itttJ810Bl
; - J. 'J.
Ne nous plaignons pas
Iropde voir ^l'hypocrisie
gouverner les hommes.Le
monde deviendrait vite
un enfer'si 1 iiypocrisiejen
tait lannie,B fl
GUSTAVE LE BON
THKFH()SF;4f-

_ L'intrt du peuple
Edmoud Paul, en des pages vigou
reuses d'conomie politique, a, plus'
a-une fois, dnonc 'e systme hp
lien de la monoculture, qui, pour I '
moins, ses yeux, est de nature
contrarier noire marche vers la1
prosprit matrielle. Noos ne four'
nuisons gure IVxpoi talion, en!
effet que notre cal, leqnel tant
lourdement tax, pourvoit pnur un-
part notable aux voies e> moyens de
notre budget. Il y a plus, ce >b,.t Ira
drots dexportation don' le raf
iournit la meillenre pari; qui gara-
tissent noire dette publique, prmc
paiement extrieure,
QUESTION DU JOUR A ou* avons reu par le steamer "Ga
ravelle" un nouveau lot de
Bourgogne mousseux rose
que nous recommandons" auofamdm
leur de vin /in*
lien rsulte qu'une crise sur le
trafic dont ie caf est la b*se a ir
considre par Edmond Paul, e
aprs lui par tous ceux qui a'oeen
jent de la question, comme devai t
exercer sur i.otre tat ecouomijo
un eflet dsastreux. Effectivement
pensez un budget don, les droits
d exponatioii ne seraient que li moi
li ou le quart de ce qu ils doooeni
habitue.lemeut- Comme perapt
.est certameeut du trouble dam
les services publics intrieurs, et d,
dsarroi dans les services Qnaacier
extrieurs. C'est la faillite pour i.
pays.
Dana tout le cours de sa campu
gue eu faveur dt lu pioductiou c
letre et de 1'aralioiaiiou du sor
de nos paysans, Edmond Paul s'a*
toujours montr svre l'gaie
des mtermdiaiies que le commet c-
ducale entretien-, particul.ei>inmi
a l gard des spculateur. A a ton i
H y quelq jei'hoaede ns |u, e Uau
ce te tevr.e, car il est auoim.
q-e la plus grande pauie des oe.j
QOM de ce commeice soit recueiil
psi ces intermdiaires; h aembit
que c'est autant de voiii au paysai
producteur qui sans y neu cuinurei.
are, subit le cours capricieux uu.
lui paie la spculation
Il eat biea vrai pour ant que l<
principal iriierm diaue. daoi le et*
qui nous occupr, ns pas le spcr
leur, mais I Etal iiou.en iu.-.u u,
En elld. ,'c'esi lui qui organise I.
sortis du cal'j vera les dbouche
extrieur et c est lui q .i, pour c*
service, prlve sur la deuree ac<
vritable pat de Inu, laquelle pan
aujouid'liu', bt suprieure au pu
o-ine de l article ; d o u crise a.
nos jours.
Mais c est ici qu* la chose devient
intressante. Depuis qu* cette orili
a c'at' jaatiflanl ain-i les aiqirh m
sions d Edmond Paul, c'e*t un
chd'tir ae dolances qui s'lve de
la presse et des roillieux officiels
pour dplorer le sort du paysan e'
rclamer l'applica ion des m sures
les plus neigiques- des sacnliea|
mme, pour allger le sort du peu-
ple (Quelque dures que doivent t'e
ces mesuHS et quelque durs ces!
Hculices l'inteit du peuple les jus
t li l'avance; car, on l'a d.t avant
moi, c'est la suprme loi.

Le b zarre de la chose, c'est que
ie principal intress a I air d'igno
rfji que son sort est en question. Le
jaysan hatien qui. contrairement
pie l'on croit, ne produu pas
seulement du saf, commue de venir
dans les villes changer -l'autre.
induits de nos jardina cont.e les
marcluQdiaea q .1 lui l'jnt besoin.
Depuis que la tMse a commeuc,
ivtei ea. doue relui d en rt nous qui
aysans serait en faillite ou que telu
tisiups auiai-n' t aoaudonnes
causo des ruines que la situation du
Campagne Pol Roger & Co
Demi ^ec et extra dru
P.JV.jSray&CoInc
2Vo vins s)ut e* vente chex:
MM.Lope Rvera,Simon VUuxei
B f A. Sala # Co

ai uuiait entranes a ss suite:'
Lea rumeurs qui nous arrivent
1OQ1. de prfrence, que les specum
euis sont aux abjis; que des expor
atenrs parmi les plus hupps oui
J Ijiraer boutique, e: que le prmc.
, iditun. est dans une ciiuatiou Huai.
ioie et econoin que dsespre .--
.1 < ttncieiH coimii uceiii a la trouai
mauvaise; les boiV.c s publi s oui,
cnique mois, a la veine de ne pluo
dire payes; el les giands, dotn les 111
icuiuiles constitutionnelles represen
jul le bien le plus precieua, bou.
i la veille galement de sabh dau.s
= urs peisouues Ce qu Us appedeu.,
.our parle* comme le Livra b eu,
(00 outrage a toute li uation.t
L'outreg ant aani le savoir, le
'iyrt u, u.Qe comme p.r le paase
on pitito nliom ne de tidin Qjbuj
u aruve dana lea vil us et qo'q cois
ies guna elfara qai d seu quj la
^ncuiiuie mi ni pril ei que I iiitr
lu peuple ecf g<.ve 11 u coin rom,b
jar .a si uatio.i actuelle du cote, il a
ut Je ne pas cjuiprendie e co ti
.lue d'aller a ses allaire.,.
Erance recourt aux reprfsailIfH con IT .?, 1 i
tramteparla minva.se i de so UilMOtO CdT a I PSS II
db; eur *-li 1 dn l'ob'.ignr respeclnr ... ...
a signa ure aprs avcir puis loua on oute probbili' c'est ce-
ls moyens apes midi u,u'aura lieu.J iris L vas-i
Le prsident du Conseil est persua !cour du dpt centril de h I C. S
d que la coe cidou aura un lesuliat l'essai du mo'o car do t nous pif
UIKflill ..f ..,^....1 ..K_ _.. Il- 1 .
minel et moral, elle montrera au {lions dernirement
gojvernem-nt iiemmd qu il ne lient Si cet emi donne lalisffcUon h
Ri! frpa!vf ,'n,"('a t01 l?* ,e8 P^'.foncfonnement de U ligue des t.a
U e< (1 ai'Mnii ol .lut. luo arnnHo j i
mwns de ia vile reprendra ive*.
l^li * d'action et que
mJustuels et Qoaachri allemand,
matre de a presse, dirigent la poli
tique a lem mde
Il est aus-i persuad que lots
que les a'Iemanda v'iiont leurs
intrts bous le couti'e des allis,
ils auront le viai seniimcnt ds la si
tuatioo et siuiout tioiver l'Aile"
magnH des moyens insouponns-
Mr llriand se foliciU de I accueil
Iiit la dclai'htion de Mr. Lloyd
K aux OOmmunea, il ajou a (i 1.) ^UL''US'S. cent parrains et cen
i le c ) avril l'AUama^na nrnn .... Hinei donc cioqutote dames e cin
plus de (or.e et de rgd a:i .
Le baptme dus cloc ies
do la BasMqaeN.Oam
Et dili utivem -nt
de I Ascensior 5 m li
fix au jeud
" y aura deux
our
------ l'Allemagne propose
d ei gager des ngociations avec des ^Ul lle jeunes fi les.
transactions, lea experts lenondro 11 L; pub ic d- Port au Prhce e-
No . (Applaudissements ) i! monni inv ti i prenire part i ceue c'ma
ensu.te que l'Alu-iusg-e na pis x nie
cui le dsirmemen q lestion nul ^.^^^________^_
l';ui -nt lie des iiuposs b 'i es li iaa '
ci es. m lis ui iquemsoi a si volont
Cette mauvaise vuloa', du il, es
inqa' ante pour noie scurit, elle
Couailtne ui.e menace pour l'avenir
ni.ua somm is h s q .< |lH allis
obesl eront 1 b I.uhsu il s'agira do
*t^*Mtof}^ " Baron
le no/s doi er s c % B^ Sn^d^ S
tremeut Mrs t ma quer notre m *"* f?\ H H"M
rulstiiiotiad^ut r T.T.I. * bionveillaote clionl
Malalis des ysux
D teteor Flix Colcoi, obi4 d -
faire a 1 voyage d'todt e 1 Earo 1
liouvelles Etrangres
PAR CABLE
PARIS 20- A la ch0mb;e, Mon-
sieur (Jiiai.d d.cluru qee a conle-
rtnee de llyihe amena uu accord de
pnucipe. il i-jouta que, au poiut de
.vue de l'exetu iou uts tugagemente
auxquels elle aouscnvit par le tiai
Ce Versa Iles. l'Al.emagne est fiilli.,
puis.il montra quapiea s t-;re adies
se la Tchcoslovaquie a la Sunse
et mme Rorae ; 1 Alitmague dd-
mauda aux E'.ats Unis de su lure
mdiatturaet a bine Les Eta.s Unis
rtpoussrem c^t e demaicne de a
mauieie qu il Le lailail pus complet
sur eux, pour une o^erdion de c^tte
nature dn Mr buaud. 1 Adciu-giio .
adicea aux EiaU Uuis des piupo
Binons que nous ignorous.
Ncua coastaious quelle ne s'a-
dresse piua aux ans, car elle sait
que Ceuz-ei se sont rendus cump e
aana les ngociations que les dlais
secords n'ont servie l'Allemagne
qu a gagner du tetnpj-
L Allemagne aVst adresse un
peuple ayant toute uotie cooflance
dans la loyaut auquel nout coinp-
loin pleinement et pourltijuel noub
prouvons une reconnaist-auco dut
u 1 grand peuple qui a d< f ;Ldo no-
ire cause.J ai une profonde contiauce
dans la loyaut et la peiapicacit du
gouvernement des Etats Unis, qui a
donn tant de raisons, de ne pas
douter lju il prenne en face de c tu
dmarciir-, uue uiniative cou foin,
os mteiis ci pouvant n jus conve-
nir.
Mr bnand bfllrme qu il tait cer
twiu qu'aucune aune oeuurche ne
ara toi.e U ajouta noua avoua pus
toutes uoa dispositions pour l'ecbe
auce, nous disposons de moyens de
crcition rapides et efficaces, la
rle tt nofie d,g n'.. Mr Taidiu
de-nuida interpeller, Mr lnan i
i-fma de i|io dre, l'ajo iroem
t vo par iJ voix contre 2'.
Snvant une d--pch ; de b^rlin,
la s ses
fl "' uit si
lon/t'ims on bien voulu llnnorei
do leur coiliince'
Mr le u icteur r 1 mroo
assi p di u |( kBa | || ,.,.
10 n
wss-araat'tt'i;-
des allis, dans la limite d) sa capi '-------------------------------------------->
cit, elle effectuera des amortisse - Les journaux se riou ssent de
meu.s et versera des intrts d, l'en'revue de Lvmpte ,1 de la n
1*11 1 sil de me'tre q aux mn-.iivte
ticLr 11ie,aeAIla,Sseta " ai:, P allemandes par la p ,se de kk s
^LJ\mUIV:X *.* pour obtm rie rgle- dilK
non nanc.re e conomique En ton des rparations Ils anoroV
Z,hd.:CqM'l,er ,eP:V?p,demCat 'es efforts d'esalliVted.nTrecr
possible, elle cooprera i laretau., cher une solution amiable masit
non des rgions deva.tes notam dclarent ^u il est indiapoiab'e oie
ment par des pi s en ,..tir-. Elle les poorpirlera n abont sseat\Ti
et galement d ipu c m ttre i 'a accorJef a lAl.em.gie ua nou
dispost.on de la CJ m mission des r. dlai
paishoos un m 1 u.J de marks 01 Le Petit Journal assure aue'
de Ijon su.van e : 150 m.b.ons d: MM. Bruud et Uoy I GtJ^o
r/L /'*' tet dFmfS.ci 85 Paviiag l'hypothse d-une con '
miLions de nu.ks or ea iett.es de vocation des aPemaads. les alHsl
,meS;rJe PyW ans tant d accord pour laisser i U corn i
eors sur leirangei. indiques que lui donne le trait !
'"' la 1 lia >i nalater, jeudi 21
mi entre ." et 6 heures p m, sur
rrain de devint les Tnhunes,
lartie d' i*rainemenl de iniupu
1 'ir:euant quatre associa-
t'oi s ds |m ion,
Ces minimes quipes taient diri-
par doux valeureux capitaines.
dont l'une tait commande parle
leona et mir^que Louis Dtgtioo,
du l'lit t.lub sportif .1 I autre,par le
flegnatique \lexis Savin, d'un v-lub
du B ds 1 11 ie.
l'P'timicli s'est droul aans
p0blic,sur un terrain en ass>/. piteux
ta'. san^ poteaux de but*. d ail
inqjitant im 1- les mamans, ceux-ci
ai mt remplac par les "paletots''
de ces aportschildreo. Lal.ure del
partie, assez endiable. ait soutenue
par d < vigoureuses ripostes des fr-
res Charles Uouzier contre les atta
! de ptBsee assez, bien esquis-
peu la souple Larencule bouil
lOB, Os dernier, Inut de il pieds est
in minuscule issocutioniste qui pro
met du faire un joueur d'un grand
avenir, si les coups d'encensoir na
viennent le gter.
e attention Dj, dans
sa mani e de jouer, le dribliling eat
flst de mou devoir de m3ttre
n mrda tout joueur qui alople une
elle i"' frence. c-iaest certain que
e debling rvle l'habilet indivi-
duelle des footballeurs il est trs
inl il suivre, il est imprvu 1 il
si tjujouis nouveau, el il est aussi
musant pour celui qui le pratiqua
|ue po nie sportsman.Mais quel dan
Bre t-il? C'est qu'il ne reste
plus uu moyen d'obtenir un rsultat
l il devienne une lin, alors, le
loueur dnblep mr I ililerl'bndantco
oinpa I s, et a coquipiers attendent,
ptnient sur place, semblent mutiles
et le diiLleur li ut par tre priv de
11 1 a le,que le q 1e so't sa virtuosit.
h mon sens, avec la rapidit du
|eu, tl (|j on d lit lo jouer ai-i mr-
1 liai la passe est lo meilleur moyeu
latti j ne efficace. A I association les
joueurs quivalent aux bandes d'un
billird il s'agit di frapper sur cha
qu 1 band d combiner vite et miel
iik uiuient ses coups.
J nu veux pas dire pour cela qu'uu
dnbl ng opp irta i, 1 u| pour se dgs
s*sr alors qo'oo se d.Mat seul, est
' pou u,. irclable, Loin de l.
I v ux 1 dre ulre aux petits
qui viennent,qui jjjent suitout sans
direction aucune que lednbmg me
Ud fatalemeot au jeu individuel et
lui qui 1 ) pra'.lq ie trop ira
vn Is contre sa propre quipe La pr
veiti du |ouer du loolull est
galion L goste avide de tii > n
pbej .' rsoonela .si une peste. ire
m /. yarde !
11 Pft une autre erreur. Je veix
de h inUiide d'euirainemant
rige en sysi.' ae dmms quelques
innes qui consiste jouer conataiu
meut des parnea ou matches organi
ses, quant je pian puis les jeux ds
football et lorsq 1 ils turent enseigns
nos pre mers lves, eut entrana
ment se fusaient en dcompossnt le
leu.ces due que les diffrentespha
ses taient excutes sparment ou
bien encore, les avanis d'une des
"l'imes jouaient cintre les arrires
de I autre et vice versa. (Jind au gir
dira, on plaait devant lui iou 0 so
Lues gaillards.lins dnbleurs et viuoa
|>J ubardaient eotro
les goals-Je vous sssurb ju'aprs un
exercice, il tait dgourdi u
ors.
!'Q, il est un autre danger. eW
de savoir si, par l'incomptence d*'
aoi arbores,le foo'ball scientiliiue
ne don pas faire place au tootbalJ
dsordoen. brouillon et incohrent
sans discipline aussi qle p,tf
queot beaucoup de nos quipes Plus
de jeu classique-


LE MA UN
Mon cher Directeur,
lin attendant mieux, je vous en-
voie, apis un silence tiop prolong,
les t Nouvelles de St Marc .
A part une misre itlioysble 1*1
petite vrole ccmiue ;es ravjges
avec une recrudescence d'ictensit
telle qu'en se demande si le Docte ur '
Lon Audain n aurait pas t pro-
phte de Malhenr.
Tandis que la masse campa
gnards succombe sous Us coup? de la
mauvaise situation actuelle, on lui
donne pour la consoler, nne Kxposi
tion Communale au ier Mai, oc
aurait mieux tait de soulager le peu|
pie, par des actes que de lui servir
des Expositions, des Messages, des
Circulairestoutes choses inventes
pour faire oublier les blessures, plu
tt que les panser.
- Les comrreiants cl industriels
de cette ville sod( au dsespoir.
Le coton n'est n me pas rcolt
Celui qui acheta
L'EMULSON de SCOTT
achte le meMeut aliment mdjcinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n^st pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion de Scott
- r.'
Le colonel Rossell eat actneilemer t
ici venant d v'tenitLt du Sjd. ii sera mnhah'e !
5 Le CoPmm,aPnt. mme au #*\27&E& SiZVt
le plus .doit, ce peut acheter ce Cc;r.giie Ho.'and.ise. XP
Un rjre est uoinin
Prsident du ne assem-
ble Niw-Jerse>
qu'on lui appoite, presque le num
raire se rarfie de plus en plus.
L'Addition de toutes ces misres
donne pour total ; la MORT.
20|4[2a Correspondait
G Alexandre de
Mewark est 1 objet de cat
honneur
L colonel R i tel qui laisse b au
>ou^> de ugiets aux Cayes est bien
C0111.U i I on-au-1 un:e o Ys le
dbui de lO.cnpa ion, il lut chargf
de laDuec'ion de ccitaini setv.ces 1
>utsecierici de solides et ncn.breu-
ses sympathies.
Le D par citent du No d pourra
se flicHer d'aveir i sa tte lu Ion
;ne cenect, ou.ieuy de ses devon.-
et capable de i'i Itirei les n rus iyo
pa'hmqu- Potl-au-Prince ei aux U-
y s.
Pas de nouvel impt
possible
Quelle que soit l'ait.ut on que
rclame Itut aauei de la Con pa-,
W it des Pompiers on i e peut cieer i
aucua irorl destin a amliorer
une u'uvre.
La siluaiion est dr;j ajarz ciifque
peur qu on i;e la cou iliuue pas di-t
tere payer certaines redev.iic.s i ta
v*\ ( m m vr ci ai
Le i uLiic u le comn.trce sont
aviti b que pen< ani
Fourla piemire foisdars 1 histoire
de New Jersey ua rgre a occup h
'auieuil de la Prsidence d'une as-
s mb'e lgislative-. Cet honneur al
accord W.lter G. Ahxander de
N'tws/k c"o.teur en mde ir.e mem
oie de la dlgation d Esse, sur la
recommandation du PisiJent sor'ant
Giorg.,, S. Htbari Ce dernier ayant
t des-gn pour Lire paitie d'une
commission d enqute de la G?rde
VattaotJea recommard i sa place
ie n^e qui tat dj memb.e de
c ps.
Commune. Alors comment peuser
en prsence d'une pareille duesse a
augmenter l'impt ?
Seule uneiilectation dj uiitante
et devenue libre pourra :re attri-
bue pendant un certain temps au
dveloppement de cette Compagnie
dont l'utilit est incontestable.
MAX MONSANTO
( A l'assemble d'Essex Monsieur
gorges S. llubart ap:senune
ioiulicivjur laquelle il a demand
ses col gues de rendre homm;g-
ux coLn^issances du nouvel lu en
Di I e de lgislation. C;tte rsolu-
a t adopt a l'unanimiti.
On trouvera
j^A la Mason L. I'reelzmann
ApgejhaJm :
hpadriltes tou numros ; Pou-
dre gorgienne glace, Cuiller
1er, \ inaigre en caisse] Sardines
detoiu pria, depuis Or 12 iusqu'
Or 50 la caisse.
Dpart puur Fra ce
~A la li le des passagers que nous
avons pub'ie hier partaut aujour-
d'hui pour Fiance, il faut ajouter les
noms suivants :
M Vilius Gervui, Mme J cques
Anglade, Mr Poits, Dr N. Camille,
Mme A. P.ice et une 6 le, Alerte Sa
get, Mr et Mme A'ix Roy et enfants,
Pre Guillas, Mr et Mme Ch Me Guf
le et tamille, Lucien Marchand, Paul
Gabriel, H. Florville, M. Renodm,
M Can'et, F.itz Lemoine, Ed Dan-
ain, Chrtien,
Avis du ''Malin9
I es abonns du journal Jacmel
sont pris, de bien vouloir nous en
voyer en commun'ouion les der
mres quittances dlivres pir fa
gnt.
Revue
des Deux Monde
ij, rue de l'bniversit, Paris
-"OMMAIRI DE LA LIVRAISON
DU ier AVRIL 1921
Un drame dans le monde- Der
nre par ie, Paul Bouigtt de l'Aca-
imie fraraise.
Le Graod Comi.1. Education des
princes, Duc de la Force.
La Ru--.i< de-. Tsars pendant la
Grande Guerre V L'Empeteur et
a Douma,.Maurice Palologue,
La Pense religieuse de loseph de
Maistre.II 1752-1821, GeorgesGo-
yau.
Aprs le voyage de M. Millerand.
L'amnagement du Rhne, Louis
Bordeaux.
L'aventure de Fiume.-III Epilo-
gue dune dictature, XXX.
Revue Littraire.--La Muse au ca-
baret, Andr Beaunier.
Revue Musicale - Aotar i l'Opra
Camille Bellaigue-
Chronique de la Quinzaine.Hi;
toire politique, Raymond Poincari
de l'Acadmie franaise.
PRIX DE L'ABONNFMENl
Un an Six mois Trois
Paris, Seine,
Seine-et-Oise 80 Ir. 41 lr. iilr.50
UF.PARTSMBNTS,
et Colonies Franaises 86 fr. 44 fr. 23 fr. 50
fcTIANB 92 (t. 47 tr. 3A lr. i0
Us abonntmmls paittnt du ur et du li .U
ihiqu mois
Prix du Numro. 4 ( )0-~ Etranger: 5 Iran.s
New York, 2-J Mai 1J0
Messieura Frederick lograra & Cie
La Cime "Mi'kweed" 1 gram eat
l'un des plus dlicieux parfuma que
je cjnnaisse. Ello est merveilleuse-
ment bouue pour la peau et le ttint.
Cestungraid plaisir pour moi
d affirmer mou entire satiafactiop.'
.1 emporte avec moi une grande quan
tit en legagodiit !d France.
Sincr^ment votre
Satah tERNADT
pour copie conforme
Luc DORSINVILLE & Co
Repr errants en lUri de Frd -
rick F. Ingram Company Detroi!
Midi U S.A-
UtUHI'l

Wi
Consquences d'une
concurrence
On se rappelle nagure la course
des hxpoitateurs, vers les lignes de
bateaux poor assurer une place
leur fit. Aujourd'hui c'est juste l'in-
verse. Une concurrence svre mene I
par les quatre principale* agences'
entre elles les mettent dans une si-'
tuation absolument dsavantageuse.
Plus aucun tarif, on traite de gr a
gr, et, pour le fret insignifiant qu'il
y a c'st rabaissement coot'nu des
prix.
L'exporteur prend arfvarche et
ni iueme ra'son de e pre>er i
pieuve : le bJ eau Amo-a de U ligne
rio Iandaie ent dar s rare ro t le
18 de ce rro.s, pies une rit nie de
nul jou-.s a laiss h:er se ir sans
argmetter d une tenr e son fret ini-
t 1 -Comme les Ira ps ont charg.
Librairie du Matin
Ouvrage 5 (jourdes

xv

Certes, 1 arbitre hatien gnrale
mi i i n est pas conscierciux.il icco
M cela vous surprend- |P8 rclea
riu jeu par co qu'il n-ajinnie ouveat
i n livre Ira concernant- nue|uue8
J 'h dn.trceux, trop ventrue, d'au
1 'S trop iropresen leur mise et crai
V u de su salir De se toucient
t de suivre de prs les volu
1,(18 dfc bal|on et restenl corslam
' i sur la liKiie-de touche sans la
nui -ccoo PfK.er la balle au ceiitie
' riHo ou eccore s'cartent le
< ii* praaiblede la ligne mdiane.
' .Mire conscient et expert peut
b i i;|.r c'est entendu.mais il ett
1 '. i*i bon..-e toi.ll mrite donc
quou (il iq hoi.rete lui faste un
l*o iim-u detetit- n.failliliilii ua'on
lui dajt. Uk malrbea y gagneraient
10 lufr.tetlea tiuiiJe, qui n'osent
affronter les critMjuea accrimoDieu
aea de ce dur e ug.at mtier, se
dcideraient a j ter les ypux sur le
peil livret dt y a pour se mieux p
p trerdta p'ua tubtl-s lincesea de
ce k o inton p rcble.
A l'une,lilri,t!cae e:. mdi
CAl
Feam K.cnrriN
PlBRBB Ion
Paul Bourgbt
Mauhcb Donnav
Fhbridah
Ri M- HlNjAMN
I A. Nau
GrDKi.is OUNET
Adolhie Adpri r
Pall Ri n [ x
ANK>RB WaBKOD
MlCHBL Cokuav
I IBBRB V'ai DAGMB
L'i N'Ki MBNABBBa
A.NDRi. Li.ini.Mi)i.K(J
A\I)K! S.M\|, N
PtlKcm Crin
Hbnri Bordeaux
Iean Mbinay
LON l'i/v
Amori Gyb l
ULtS \!
|ean db i a Brj n
Curon.sk Y
Paul And
Docte ui |ak
Iean Rameau
Jl AN D l.RV
Paul Adam
1 ali. Claudel
Aubi. Pri'.vosi
Claudi. Farfi'.ri-:
Les Caresses
La Mcit de cotre chre France en Orient
L Ecuy-e
l)alogues d'hier
Car, il voy?if...
Amadou BolchevisteJ'
ihrse Donali
LEto.le
Amours de guerre
i Les Plaisirs de la lue
Les Feux du couchant
Les bor s mnages
Les Avares
Biche
"est une belle fille
Un AmoLr
Mnages d'iprs-gueire
L'arc-en-ciel
La pc le d s Humbles
Akeste
Le soleil se lve
Les deux semmets
La demi veuve
Conuptrice !""""*
EcOll d'amour et art d'aimer
Du crime i l'amour
LesPoiteusis de tcrcles
Le 1 on d'A' Le Pre Hun i i
' Contes
Melie Dax j une fille
A vendre
Aulomobih ()!(ltnoIiiei ?!
^uiomobl Buickr
Sdd.s s r MrG JUVET,
Hue Imericaine
A vendre
Cae autonobile
Oiwland
S'a Iresssr ici
JOAN.nY ORDASJO
91, fine des FrutlU Forts
Magasin iartales de Cordonnerie
L-c, Et
G
:.' =
Jour n au j' et Revues de Paris
Panama Une
S,S Panama will sil from N.'w
Yok, april 29 th, 1921, for Port au
Piioce, and will arrive, may 4 th,
1921.
^ S(StColom will sail Irom N w
Yoik, m.y 5 h, 1921. for Pou au
Pince, and will arrive, may n.h,
I911.
^ScGeneral C H. Emst will
sail from New York May, 14%
1931, lor ail haytian ports.
O B. THOMSON
Chjde Steamn hip
Company
(FOREIGN SERVI ES)
L- t- m-r rL*te Ll Roi a laiss
N w Y"rk le 27 du courant povr
Port u Prince via les poM'du n">rd,'
I- sera ici vers le 4 mai et l*i'-
s ra le mm joir directement pour
Puero Columb'a.
Port au Prince le 27 avril 1921
E. F CLEMFNTS,
Agent Gnral
Bonne Nouvelle
R'jouiisez vous amat-ursde S:.-.'
fer ti suprieur.fumeurs distinguer,
Sn-ible i la le -erteur du Bjzar des Gentlem n,
peur faciliter ses clients, met i
tir te ce jour, le Scaferlati supneur
la !!'* ma-q-H A'exandre, de
prparation Frarciise, en ven t a
0,70 le paquet.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM