<%BANNER%>







PAGE 1

IE MATIN ni ni m i s Au i i i i i • L'Occupatio i am'uciin-, HII II i* rappoite IB Nriin mteidit ui mettiog popuiHir* do l'Union l'itfio t que tue au 27 Hiis, ie j> J r ruuide la vibiie dj Mr Deiihy, mais autorisa unedanse de vaudou sur lu Place du marche de Port*ao-?rloce, qui fut lllme soigneusement. Il ep' impor aut de noiei q>ie le vaudot qui fut bti vaut noue pio r >8gaud' imprialiste une des causes de notre luterventiou en tlulti a ' etcourt ge par I Occupation amiicaine ellt mme. Depuis Totsaaint l.ouverluh les gouv, rneiii'ii H liai iens out com iBiniuent condamn la preti |ne de tes utts piimiuta auxquels l'altacui t09 fracuon n li-ue 'le la ma ign< raute lia/tienne, et le code civil lui tidu au j je! la loi martiale amru H ne a t ai bilituee depuis 1915, ei dtleiid I exercice Je lac m loi m aile Jmtiaia scne semblable celle qu fut jjo'f ite comme un rgal M< lieijoy n'auraitet couatatee en plein* capualj avant (Occupation amncri litLe but d'uu pareil specuc't j'ii'e ce moment parait absolu uent clair*lr Oenny arriva l'un au-l'uu e h diraancln ma lu et par 11 le len Jeii.a.n de bonne heure. I. u> j muanx hi i eus rappoitent qu'il ut uue euuvtiealion qui dura viog minutes avtc Dirt'gui cave,prsident uui lt impose au pays par les Marines Corps, mais par ailleurs il ne e soucia pont de aetitteteuir avec des parucuiieia, ni aucun mcuibu de 1 Union l'a no ique, et ue prutits puiut de l'occaeion pour se leuafi g->er personnellenHiit de quelque tnaniie que ce lt sur le? guefi tieltieui-. Cependant une dpce de Waabn K'on publie pai lea joui Maux de Ntw-Yok la date du 5 Avq I rappoite qu' son latour. Mr licnly aurait ueciaie qu'il avait Uit uue lude attentive de la ei.ualiou eu liaiti et quil avait nouv les Marinesouoieux tie leur i e, v.vant dant uu espiit de cordialit avec Ici Ha.icteErrai uni Dans la lettre du Jupe dustruc lioo G, Leecor-lliir. publie ici, hier, lisez : lEn ljonse, je me idre mon procs veibsl.t tic, au heu de ie voua rfre* Union Patriotique Prochain meeting 11 auia liu dunan.hc p o hin i 4 h ores de l ap.s-midi, i 'a Croix uca Bossels, au o d point du bir de la Slioe, laide uoid ouest de l'Egl se Si Joseph Comme i! le (ait chaque semaine, 1-Aioiinistiarrur dlgu donnera des nouvelles dprci, de notre cause nationale aux Etats Unis. Puis Me Picne Agnsnt. uue des brillmes intelligences du jeune Barie.u de Port au Prince, en dfroissant le caractre et t'objtl de l'Union Patriotique, dvelopper* les rai'ont pour lesiuelltr ce te Association qui v se a rallier la nation hatienne tout emir', ne saurait eue un parti politique. A la demande gnrale, Me V. Gcivais redira son brillant discours, dont une partie du pub u, dipu< par la pluie, ne put, au meeting dt Me Anne, entendre la on. Les Cours . u,L %  %  %  -• %  •H*? M. —u p...al • liir, r*, r ••:•• :RVER eu pour SOIGNER %  ppe, i A Uua, l ete. % %  .H son RIS ; '.<—R • "i ; c t SI lar 37 NEW YORK 2<),| —;,:,; )2 si il g je.JJJ i\l;lS 2o —Suivaol I L, S journaux le marchal Focli, i gnral Vi >j gar il, le marchal Wil80n tt lord liarzon partlclpreut ft !• confrence de llyllie. Us en coacluen! que la question, prvue dfb sanctions militaires y sr-ra discute. SOIJ'I'I cbo de l'ai ia" M Briaod insiste pour que le drapeau an^laia flotto sur la Hiiur. Il croit en file*, savoir que, duns une lettre M, LloydGeorge Mr Briaod souligne I unanime du gouvernement et du meoi franais, et pense que t'neu'e est venue d'en Hoir avec l"a atermoiements dj l'Allemagne. Mr Bnand a confire avec i marchal Koi h et le gnral Weynand. au SUi;t de li luniri de Lylbe, it *l<> mesures peendre Contre I Allem i i ^u" aj ri chance i i 1er Mai. : Li commLeaion dis rparations a' pics jue achev l ede des diffrer) ; teaca^ori adeii.' ai poin ^amm^,^ le vue de la fixa ion dei Insu d lu taux d'valuht ) i. Bile 8'occupi 1II'DI> <4'.I -> n5 ifi,x-) i tuelle-ne t des donnais aux mi \P"M ues ci aux dit mina de fer ; elle S'J: oupera ensui e d-*a d Q .I I timea et du re i rsemeai des alla Simmoi.ls f e<, I'.IIOI catio'is pour les poiasaocet' autres prirent pari DSS p fuxB niuten lue la France, l'Angle ter re.el 1 1 lia e t commet n s, '1 a t dtoi l'AKIS Uoeootede l'agena * recueillir l'a lh; : onde -ou-, cux qu " %  d uent catgoi |ue uent la nou ont j,,.; ,., %  ., u ^ „.„„,,, .„ „<. voile dur.i.d par certains jouroaui n r i „ i ,•< i irane ina onor^at le rappel de l'amba .'i or de France llasliirt; ou en prteataat l tiii de se^i rela tons trop tiu.tes avec te %  ,ii .SS LES ^fflu A la*uite i une lieu i' y a que'q luiioa qui eat [ours rb /. Mrs "• a r.ou^ >rer de la l'adminisiii) crise actuell; Ce'a rst absolu lent LEH^ & FI^K FXC Tous produits pharmaceutiques fit tous article* vendables dan une pharmacie S r r.C Al H ES : I vto! Jsir trdai I, S vo" Ly o bh.viog Cream Lyso!. i-'b. cco dan I ice lucoup.i-DU. L huile de IMe de MIU'I Ba uis i r, Extraits'. CKOCOLAT en poudie de L & F : c'esl exquis i I UUUKC Talcum L & P: Ce t lext aie suprion. i Lon mai. h etc. d etc Demande/, le prix courant 1 YSOL : le mulleur et 1p'us e:oi omiqu. des desintecaats Le diinleitiOt en-.p.oyi da.us tous les grands hpitaux UNE p(t;lecuilliedelyso!da-sune pinte d'eau donne la solutioni I 0|o 1 EUX 2 1 ROIS ) l (Unepicte tepi^stotr,environ.la coi'ensncede deux verres ordioaues) Le Ly^l s'emploie particulirement dans les cas de : Accouchuenti, iTubeiculose, lafect.ons. Morsures de chiens. Piqres et morsures d'ia • secics, Eiupticns de la pean, Blessures. Fuie-.. B. ures, Hl, pour l'hygot personnelh, la toiletta, le biio Dus lei enambres des malades, la Chambie de bain.le water closet.ks E;unes.Avaut et api le brlayag:. Pour cicatriser les blessures des animaux et les tenir propre?. : Dans les Accoucbmenis et les temps d Epidm'us, la Lysol s'impose p!u$ que dans tout tttttca cas. Ayez toujours une solution de Lysol (IJQS ctaqup chambre de votre appartement chaque flacon contient jun prospectus Lehn flinklnc, Lon H/fMbaud NhW-YORK Agent pour Haiti Le charbon de terre meilleur march que le ; char bo ode bois du pays! L m II. Thbaud Dpt de cbirbou de terre S'aireier Pi)i*t au Prince. tod mocivi'-i umrieainii. L'i no'e conlorm* piiserl les intresss 1 la ujo i que lis considr, resp-jc'i 4 uu^-s D'eu par Us lpublicaini que par les dmocrates, Mr. Jueser-nd COOpte parmi h s uns et lea cutrea des oiuitis anciennes et SJIIIIJS. C^ n'est pas trop de dire que. Mr Ju8S6 rand esttia apprci d.i r.oiu gouvernement fdial, et que d'au ua part il jjuft dd tou'o la co Qaoce du ^ouvenieiije.it franais. Conventtan de 191 > — Il a t lug gre q i? ci'e r' t 01 erait envoye d Mr ffilot CjUi s? chi g'ait ,'e la dire sbjj'.M i djtiaatio 1. Un mystre ; ()a trouvera L. Pree'zmann 4 vis Lommv cal Nous svjrvi i'.vjrl ge dporter i la conoaissmee JJ publ.c eo f,i r*l il du Comoierce en particulier On mu npporte qie hcalavi il un jiuns houm; rp>nin* au Ali .Mr son rom de Co ifian i a *tnu^dns A.TC'Jlnlm '• 1 n r vii a l'e dr.) t iptl t Cirie f ur Biille j*.n dais Us haottufi u px.iriUei lou numros ; Pou\ di ucr ede Mo ita '^ gorgienne glace. Cailler Le cid.vre *v d ja pnsqien pu \ i mi(F e en caisse, Sardines trtfactiol qu : nd arriva le 1 tge Koildm ^ pn ^ defiuis Qr n iusqu ' IARIS a o V MDuio3dput., —i r,.^; 1 •;,:d^s; =s ft^— >>v~* rTSSŒ P.owiere, est ihi.gc par le nmistre f Se Z r a s;ul u d i recl : oa (e ojl;s d: constv, -p ; avoir inlerog^ plu,'" M"*' !" On demanda acheter Pour 2.(00 dollars une bonne maison situe soit i Feu de chose, Turgeau; Bois Verna ou Lalu*. S'adresser au Bureau du journal § ... > l vendre (hte automobile tOv rland i>airess* r i-i .JOANNY uORDAS "O J5I Bue de* Fron s h'vrts Magasin milles Iraocs Lex poi:.t.Ou dts c-b]et' fibnqus BtteiBl 3 mi:haida 331 op o itre 2 milliaida 796 777 pecijut la mm: p. ode de 1920. --La cont-irence des r.mbusideurs 1 diicu' aujoyd lui le. ; lions lurre.s ni lexfcu'loa des irai ts* — U'i^lgation de la rnuoici paill de Prague, ayant sa tte le [flanc liixa, e^ arrive a P*ris Celui c>, >ux SOLII I'.S de bieaveooi du deat du Conseil municipal, a JJar que ia municipalit de gue tbt heur; u:e de tmoigner de vac' le monde entier quu Tch cos'cv ijuie ct pour toujojis la fi de e aille de la l ; aaic no", atfures co.n.ner.ii'es en ila t Ce ai av il 1921 R LAWRENJE vMIlti LVJ:' et Impoit CJ 29 B 01 4 \v y N.w Yo k My L? Rhum d'Hati est le meilleur du monde. RHUM VIEUX DHAITI .^.Distillerie d'J Sol il La veu-e i 6 gourdes le Galion r vaJant ij jours seulement. D f : 2to Rue des Cetera. sieurs p r oanes ia volttlge. L LUGEL p 0 EM'X GATEUSES j U ^ •' '/ 1 jfP : ht p, : -j.te. MM 'tl (ucile ..s grolu.iei HMW 'i > %  '" fkriiQ.it ON P1LT 1 nom NNuti ti. 250CO FRAHC& J) k J I oort FLUGEL & C'r LD Green Lanei IONDRI 9 N. 16. ANCLETERUEFii fiis-Ai Les dbiteurs de l'ancienne maisoi Lonce Fils-Aim sont inv.ts i ve air -,ui> retaid solder leur compte au Syidic de la lailli'e lous ; ga. F*ute de quji, leur cornp'e sera ,'remr< un avocat. Victor Co-mau MONTASSE I 3 '3 Rue Koux Le Husle de Tou&ftiul i.ouvtr un C'est ce so r i s he-ae. au Col Lou-*erture, qu'aura lien la runion des Membtes du (onv't 1 lirg d• ig-.i un huit; 1 Tous, ia: Louv ilurc sur une de nos pi icei |Oet. • A cil e occeeion des ciccBMre* ojl al.e.'kes aux membres d' U < eaae et diveaea socits LU' raiies de Pou au Prince, Home Insurance Companyj Ae perdez pis de vue que la Home Insuanee Company Grce l uilervenion active de MrEucjne LU BOSSE, a ' la rre.nire Gomp^gnifl d'Assurance olMKat xllai'iens u9;i prolec ion ua lt xabordabl*. La Home Assarat^^Company a donn des pieu es d. sa lo/acl, d sou quit dans les rgieinenis d' s:rance aprs incendia Le home Insurance Comimny est h rJm fcr'e SociV d'assura ce de* l'A ts-Unis d* ^rariju^, elle ollre chnc-le plus de garantie de soL abilri en ca. de grade connllagnti n assurt %-vous conte V incendie la iome Insurance Company VyJNSULlL/. 1 Eugne Le BOSSE Avant de cunlractet inculte affairettutaurtmct, 1/ cous difiera gratui'ement par des faits sur les au stions qui vous mtrei-senl, IA noMi'i iysnwNCE COMPANY in maritime au trt contre rhques de mer le* vouugis entiers de nort porl d'flaili. Eugne LE BOSSE Agent pour Hati. — Port-au-Prince



PAGE 1

w (^ .Qumiime anne floa 4ot3 Port tu i'nnce, Hati mbu MemriI Li FAN *.'. MA f ftdradt 22 ATI-JI 1921 ii krtariMi uni. i ii ** DI flLCl LUR-PHOPRJfiTAlKE Clment-MAGLOIR f LE NUMERO 20 CENTlkES Quotidien REDACTION; Rae AmJricaine.No.i t>s Toute jiiarche cnjavaut veut le sacrifice de forii es uses/ellcjse poursuit travers les croulements et sur les dbris de ce qui a cess de vivra. LelPERE DIDON TEIEFHOSk'M %  W^Mgj .j j %  %  Le loiii'iiiinl tragique Ko tout quar.ier ouvrier o ricana la misre tt grimace la Uni); en toute agglomration paysanne sur laquelle s'ternise la menace de discipline draconienne; en toute runion o se sentent les coudes le* lites angoisse s devant I non milit de 1 heure, les penses sont ten dues, anxieuses, vers l'œuvre qu'accomp'issent l-bas sur la terre s m 4 ricaine. les measag rs de la patrie lla'lleurs. les aep icisaies avaien' Eouri leui dpart. Dmunis d'argent toutes les oortes fermes de vant leur couleur, leurs efforts un chue fatal n'taient-ils p d s vous*? Voici pourtant que devant leur foi s'ouvraient les ldachons des grand quo'idiens. des revues; voici qur notaient leurs revendications les lea ders couts du congrs; voici qui s'inquitait de leurs dolances h haute conscience du Pays de Lincoln Pays que remet dans la ligne d. ses traditions l'administra'ion rpt blicaine, enfin victorieuse aprs nui annes durant lesquelles les faust-a un csariume mystique. Le Dier poui tant serait puril; sous >ic Kenly; sous Rooaevelt d'abord se mandes l'imprialisme yankee. Du moin par out o il le pu', il camoufla h gea e de force sous la mamuuvr conomique' Stra ge, I administra Uon insinuait dans les places le* m ssaires de Wall S reet. fourr gcure esperts, tandis que demeurait dsormais au repos, l'infan ene de marine peu heureuse dans ses ren contres; avec Aguinaldo aux Philq pines, ou & Santiago avec Lioara. Or. malgr des victoires provisoi res et des acquittions fragmentaire l'essentiel certes tait sauf, tant que dans Washington, nos Lger comme jadis nos Prestoo st nos Price sou tenaient nos revendica ions, et que dana .l'on aul'nnce devaient use des seules ressources diplomatiques, Bans derrire eux, le kaki de leur Dtaillons, M. Powel, M. Furniss. les •tire... A une telle situation sere-til po- •ible de revenu, un jour? b,facilement,il y a lieu de le craindra.Irapla cablea et dcisifs, des vnementont surgi contra lesquels il faudrait pour prvaloir toute la haute jus lice des Hughes, des Itoot. de Lodge, tout le patriotisme d'un peu pie puissant dana ses origines ch tantes, le dsir farouche de ne parcourir. vnements d'autant plua grave que sont multiples et complexes le facteura qui les conditionnent. D'un myopie dsesprante set ait en effe la vision qui restreindrait aux seules donr-js amricaines la solu ion do problme hatien Tel et, dana Immonde moderne, l'enchanement de faits imprvisibles d a l'interdper dance chaque jour plus troite det peuples, que peut demain dclan cher la catas rophe dans la mer carabe, tel dynamo montri par un contre rcaitre de Pitsbarg dant Shan'ung; t d puits fo r c dans l'Ile Shak ilien par un ingnieur du Steel Trust selon les plans d un mule Jes fcrtiQk, <1 -9 Morgio; telle volu Uon d'une pi rouille japonaise p l le Mjuk 1-jn ou de Vladiwostock, Et cela dvie it vident, chaque jour plus. Contre le pril jaune contre la menace nipponne, le Yank prpare la dfense u:essair\ -Une for e second j ligne de dfense poui protger las si longues ctes du Pacid i e et I Atlantique; pour giran tir c 1RS intrts vitaux de la mer jaraioe, l'actuel secrtaire d'Etat d>-. la Marine ainrica ne, M. Elwm Denby en proclamait la n;dssi .''• tours derniersPour garaa'ir cea intrts vitaux, la mariue amricaine va-t-oile aban donner, sinon ta base navale, du moins l pure qu'elle en esquisse dans la baie de Por -au-Prince? Cela a au moment.ou en dpit de l'errive probable auv Etaa-Unis dan araba* sadeur extraordinaire qui comme Ren Viviani essaierait d'uplanii lea dffrends entre les denx peuples l'empereur du Japon regrette de m pouvoir laisser visiter les Amriques e prince hritier son lils demain ii.o choy des Capitales de I Euro pe; cela au moment o dans lea magasins de Ngaski s'en asse le ot elun )>i rai!' H mi prix par les missaires du Mikado omme l'approcha d'une guerre.. co.itie tmt au ncessits imprieu sesle triomphe est-il poss'ble, dn droit et ruer? a Le droit ne t -t jama s que la conscration de la force* : vainement essaya de le prouver & nos intelligences la dmonstration somptueuse du matre clatant de la iMorale des peuples. Ce sera la li-m de not e gura'ion. de celle qui la prcia de s re unies, & un tournant tragique de noire h sto re, pour se dtesaer contre les d -1 us adversaires pour faire fioul, quand sembla lugubrer le glas de ce qui tut la partie intgrale .. Lsbeur d.iti:i.e, oaitea. non au less is poUitaut des miracles promu iux fois irrductibles Foi qui grce 1 l'Union Patriotique, au pbei.omo.ie le la coutegon mentale gagnaut do proche en prot 1/ •, reodit pour le pays, si gentiment audacieuses, la lourne de l'Union d -s demoiselles, imidea hier; Koi qui far. battre les nains aux fouit s eu housias'es accourues pour s'exa tei aux loq jeu :ea rclamant la ration ii.lgrale.soi' Pariaiana en des confrences savantes, aoit en dis mte inga vthneota sur les places publiques Foi snlio qui, demain apparemment 'nom, hante garantira peut tre 1 aiae les descendances rcoltant en boudeur illusoire le fruit de nos getnamauta et de nos crucillameuts; ou fQtf*q£maiu bafoue-, attesteia une lois de plus, le nant de tout effon levant la Fatalit dea Forces Thomas H Lechaud Nouvelles de Washington LES Eias-Biiis A Mm Laiae Aux Caves de Bordeaux • Chez Dreix C'est |i qu'on tiouve les n pilleurs rafrachissements, le meilleur service et aussi, les meilleures cigarettes et des Cigaies dlicieux, gice a la nou velle et coquette installation faite ces jours derniers. L'auto cSterosKnight Le tirage de la ratle est fix a sa medi 23 avril courant i 3 heures 30 m' p. m. au Champ de Mars dans la cour du Quartier Gnral du Ma une Corps. ;i2 av.'i' 1921 Il p rait que sur la dnonciation qui a t fait: p.r des intresss, la police a procd l'arrestation de p'usieurs persoonrs sous la prven lion d'avoir des responsabilits dans les recherches de trsors hypoihti ques sigills ces jours derniers. C'est une question I es dlicate sur laquelle, esprons I*, la justice tera le jour le plus tt possible avec l'impartialit et 1 indpendance qui doivent la caractriser. L trait de Co'.o tibie A la fin d 1 dernier Congrs, le prsiJent Hardi: g avait, dans son premier m sipge ao. Snat, demand que le trait peudaut avec la Colom bie fit pris en consi ,'f.aiion et rati li le plus tiV poss'b'l L'oppostiion contre la rantiuij'i se manifesta dauslosmsde dsipprojver tout effort tendant il prise en consid ration du traite j isqu la session spciale du Coog's.qui vient de s'ou viii le 11 avril Ojelques changes le vues furent plus ou moins faits sur ce sujet durant Is dernire demi heure de la session ordinaire ; unis il tsit entendu qu'on se unttrait d'accord sur un programme d actioi et l'impression finale avait t q ie la qiesdon de ratiti:aUon ne serait pas ajourne plus longtemps, quel que d, re le vote, ai tel tait le Js r du PrsidentLes e mateurs lea plus informs de la situation estimaieut q'ie le nom \> e de votes contre ne s'lverait pas plut que 35, et que de ce nom bre uue vmguiae probablement vien draient des Rpublicaine Du c des dmocrates, il y aurait peut tre seulement deux vo es en faveur. Uue des questions les plus discutes tut de savoir si la discussion du trait devait se faire en sance publi que ou huis clos La majorit avait 1 air dopiuer en faveur de la discua siou pub'iqae. Le texe du message d 1 prsident ne fut pas rendu public. Un sait seu lemeut que ce message tait trs bref et que la recommandation ea faveur de la ratiUcaiji tait base >ui l'opinion qnuu tel acte non seu l -j.lient amliorerai: matitellement lea relaona d-a Utata Uois avec la Colombie, mais encore exercerait uue influence trs avantageuse sur les relations des Etats Unis avec tous les.Lta s latino amiicains,, 01 sait dj Lue, parmi ses dispo sitiooa essentielles, le trait prvoit ie paiem iit a u Colombie d'une m dlimit de itfj millions de dollars en cinq annuits.en compensation de la peite de tous droita que ce paya pourrait avoir sur le parcouradu canal de panama. Quelq es unes des raisons qui roiliteut eu faveur de la ratilicatiou du ttau furent, en une autre circonstanceexposes comme suit par h amateur Knox "L'utili. de ra'ilier un irai si loyal repose sur de profondes considerstiona. La Colombie est U voiaine de no're extraordinaire installation dans l'isth me de Panama La Colombie est pis ce en face d'u:ie sphre d intrts vitale pour nousen raison du yoisi nage du canal de Panama et de il / JIIO des Carabes o,r*es raiaons stra tgiaues nous out amens tout rcein meut faire l'acquiaaioa co suse des indea Occidsntales Danoises La 1 olombie et les Etats l'nia oat une mutualit d intn'-t tis particulire en raison dea circo.ii ances gogra pli qaes.conotniqueset stratgiques Les deux pays BOI.I ipciaement luiereass uue amm et une coop ration troites. Peut tre la plus un portante dea dispositions du trait est elle celle qui a trait l'ajuste ment des rela ions politiques entre Panama et la Colombie. U api es cetti disposition, la Colombie reconnat Panama comme une nation indpen dinte, et de plus, acquiesce un l rogtamme tendant a l't bassement d J relatioiii d p!o iuti maa et au r glement de toutei con'e-utiona entre les deux pays. G*t e disposition est pour nous de la plus grauda impor tancu, su point de vue de nos rela lions a-iec l'anam et spcialement de uotre garantie de son indpendan ce. O 1 cro't dans certains milieux po litiques que la ratilhation du trait avec la Columbie ara auivie de ngociatio.is en vue du trait avec certains autres paya l tiuo amri caina 11 y a apparemment, dans les projeta da I administration llardiug un plan complet de rajustement dea relations dea Eta %  Unis aved'autres psys de cet hmisphre, tiaaucoup de traits existants doivent repren dre date •' presque tous remontent quarante et cinquante annes, et le seul existant actuellement avec la Colombie est celui de i8't*i sign ave -, la rpublique de la Nouvelle Grenade dont la Colombie a pria la auite.C'est moin une violation d une clause de ce trait que ta Colombie allgue pour appuyer aa position l'gr d du traite peniau'. A pat ies considrations que nous venoos d exposer, d'autres que>tions vitales sont subordoines pour les Etats Unis i la iatifi:ation, entr'au t es c:lle des app r ovisionaements d'huilet. La Colombie est t i riche en dp'.sd'huiles pouvant tre u iles comme combustibles pour notre ma riae marchande et de g erre Dans la concurrence ayant l'huile pour ob; M, U Grandi Bretagnei'est assure qutljues-uos des plus riches dpts iu monde 1 lie a principalement un monopole au Venezuela, et elle con voi e les dps colomb.eas. Les industriels amricains qui explo tent 1 huile eo Colombe ne re cueillent actuellement que peudavao tag-s. Les perspectives sont cepen daut troubles, biea qu'il faille sai tendre l'action des Inll.iences an tsg nistes et hostiles. Si le trait est ratifi, la consquence naturel! : sera que la po.ition amricaine en Co lombie sera grandement amliore. La Grand: Br:tagoe est trs active en Colombie. D^s oltres ont t faites pat des corporations anglaises pour de fortes avances datgmt ; 11 millions ont t ollerts pour des concessions de terres publiques en vue d'exploita ion d'hui es Ces n gociations peuvent tre, sero.it srement renouveles dans le cas d'insuccs des ngociations actuelles de la Colombie avec las ^'a,)*1 %  %  < Le trait pendant fixels frontires entre la Colombie tt Panama, et sa ratification mettra fia i la dispute de frontires entre les deux pay, laquelle atfccte les intrts des Litats Unis. | Un considre aussi que l'ami entre les l'.tats l'ois et la Colombie sera tortille par le trait dans un sens milita re avautig-u\ pour les deux p.ys. Le sen'iment anti amri cain cr par une hostile propagaa de est en voie de s'tendre aujurd'hui dans tou e I Amrique la me ; a ce point de vue, le lglemeot de ces questions entre les b ats l'iis et la Colomh-e sera d'uu rttsl heureux. La, si'uation financire de la Co lombie est trs mauvaise. Avec un bodgetdc30 ml'.ioas, ses rev.uus ne s'lvent pu au deU 4e 14 milSitualioi du Cotoa D.'puis hii r il s'est produit une baisse pouventable eur le coton cause principalement par le refus des Banques de la Place de recevoir ea Portefeuille les traites documentes tires en couverture des expditions faites. Le cours de cette denre, peu ferme d]*, suit aujonrd bui une pente qui quivaut i une dgringolade. On ne trouve p'us acheteur pour le coton en Balle Or ,so les 100 lbs (. o b. ce qui met le prix du coton brut 4 or 0,01 la livre. Quel va tre l: sort du pauvre planteur si cette situation persiste, quand on se rappelle que l'anne der mre .1 pareille poque le cotoa b.'Jt se vendait G. 1,2) la 1b. ttouvemeat maritime Le nettoyage de machines i bord du Caravelle taat reconnu aces saire, ce bateau ne partira probable ment que samedi -, lions. Or, le gouvernement compte, pour y remdier, sur les assurances solennelles donnes par les deux branches executives et lgislatives da gouvernement des Etats Unis. Le gouvernement colombien actuel a t accus dans le pays de trop d'* miti envers les Etats U lis, et si le le trait est rejet, des troubles rvolutionnaires peuvent clater en Colombie. La Colombie a certaines rclamations contre les E'ats Unis, s'levant au total! $0,146,942,75. Elles corn prennent 16,446,942 pour la voie ferre de Panama ; n,000,000 pour prix du transfert de cette voie : 17, $00,000 pour la concession Wise devant expirer en 1984 et 200,000 lu chef de la dcision arbitrale Loubet qur, incidemment,Panama vient de contester dans sa dispute avec Costa Rica. Ce sont 11 des lclamations sur esquelles il n'y a pas dt doute qu'on s'entende. Au point dt vue amricain, les deux principales objections ont t cartes. L une a trait au* e>>:uies i taire la Colombie et a lgiid desquelles les itntl de M. Roosevelt avaien, dans le temos.fiit d'amers rep o.hs L'autre a trait 1 une clause de regret qu'on avait es* say de subi'ituer 1 la clause d'excu ses et qui fut ua projet des Dim >;r les Uie au'.re obJKtioa trait t mise en ivani : elle est base sur le secret colombien qui, l'instar du dcret mexicain de Carranza, avait a (mis U nationalisatio 1 de re.soar.es nat'j relies Mais tout rcemment, les tribunaux colombiens ont eu l'occasioi de dclarer le dcret inconstitutioj ael i lgard du Mexique. D: sorte qu'il est tout naturel que le pays n'acquiesce pas i un tel dcret, puisque, pour une question identique, le cas est dclar inapplicable au Mexi qoe Li rat Ii.atiOQ du trait colombien laissera intact I ancien trait de la Nouvelle Grenade II a t suggr d'inscrire dans le nouveau trait sup p nentaire avec la Ca'ombie an amcndem.-nt 1 l'article \) du vieux t.-nt i 1 ttl t je placer sous la pro tjciij-i du trait les droits de proa prti des trangers. Une des principales proprits qui intressent les citoyens ami icaja. e 1 Colombie est celle ayant le d,o d huile pour objet ; or, le dveloppement de cette expioitat.on n'a jamais . co tran sous t empire du trait de 1846. -T* &f&f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05357
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, April 22, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05357

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
w
(^ .Qumiime anne floa 4ot3
Port tu i'nnce, Hati
mbu MemriI Li
FAN *.'.
MA f
ftdradt 22 ati-ji 1921
ii krtariMi uni. i ii
**
DI flLCl LUR-PHOPRJfiTAlKE
Clment-MAGLOIR
f
LE NUMERO 20 CENTlkES
Quotidien
REDACTION; Rae AmJricaine.No.i t>s
Toute jiiarche cnjavaut
veut le sacrifice de for-
ii es uses/ellcjse poursuit
travers les croulements
et sur les dbris de ce
qui a cess de vivra.
LelPERE DIDON
TEIEFHOSk'M
W^Mgj.j______j
"*
Le loiii'iiiinl tragique
Ko tout quar.ier ouvrier o ricana
la misre tt grimace la Uni); en
toute agglomration paysanne sur
laquelle s'ternise la menace de
discipline draconienne; en toute
runion o se sentent les coudes le*
lites angoisse s devant I non milit
de 1 heure, les penses sont ten
dues, anxieuses, vers l'uvre qu'ac-
comp'issent l-bas sur la terre s m 4
ricaine. les measag rs de la patrie
lla'lleurs. les aep icisaies avaien' '
Eouri leui dpart. Dmunis d'ar-
gent toutes les oortes fermes de
vant leur couleur, leurs efforts un
chue fatal n'taient-ils pds vous*?
Voici pourtant que devant leur foi
s'ouvraient les ldachons des grand
quo'idiens. des revues; voici qur
notaient leurs revendications les lea
ders couts du congrs; voici qui
s'inquitait de leurs dolances h
haute conscience du Pays de Lincoln
Pays que remet dans la ligne d.
ses traditions l'administra'ion rpt
blicaine, enfin victorieuse aprs nui
annes durant lesquelles les faust-a
un csariume mystique. Le Dier poui
tant serait puril; sous >ic Kenly;
sous Rooaevelt d'abord se mandes
l'imprialisme yankee. Du moin
par out o il le pu', il camoufla h
gea e de force sous la mamuuvr
conomique' Stra ge, I administra
Uon insinuait dans les places le*
m ssaires de Wall S reet. fourr
gcure esperts, tandis que demeurait
dsormais au repos, l'infan ene de
marine peu heureuse dans ses ren
contres; avec Aguinaldo aux Philq
pines, ou & Santiago avec Lioara.
Or. malgr des victoires provisoi
res et des acquittions fragmentaire
l'essentiel certes tait sauf, tant que
dans Washington, nos Lger comme
jadis nos Prestoo st nos Price sou
tenaient nos revendica ions, et que
dana .l'on aul'nnce devaient use
des seules ressources diplomatiques,
Bans derrire eux, le kaki de leur
Dtaillons, M. Powel, M. Furniss. les
tire...
A une telle situation sere-til po-
ible de revenu, un jour? b,facile-
ment,il y a lieu de le craindra.Irapla
cablea et dcisifs, des vnement-
ont surgi contra lesquels il faudrait
pour prvaloir toute la haute jus
lice des Hughes, des Itoot. de
Lodge, tout le patriotisme d'un peu
pie puissant dana ses origines ch
tantes, le dsir farouche de ne pa-
rcourir.
vnements d'autant plua grave
que sont multiples et complexes le
facteura qui les conditionnent. D'un
myopie dsesprante set ait en effe
la vision qui restreindrait aux seules
donr-js amricaines la solu ion do
problme hatien Tel et, dana Im-
monde moderne, l'enchanement de
faits imprvisibles d a l'interdper
dance chaque jour plus troite det
peuples, que peut demain dclan
cher la catas rophe dans la mer ca-
rabe, tel dynamo montri par un
contre rcaitre de Pitsbarg dant
Shan'ung; t d puits forc dans l'Ile
Shak ilien par un ingnieur du Steel
Trust selon les plans d un mule
Jes fcrtiQk, <1 -9 Morgio; telle volu
Uon d'une pi rouille japonaise p l
le Mjuk 1-jn ou de Vladiwostock, .
Et cela dvie it vident, chaque
jour plus. Contre le pril jaune
contre la menace nipponne, le Yank
prpare la dfense u:essair\ -Une
for e second j ligne de dfense poui
protger las si longues ctes du
Pacid i e et I Atlantique; pour giran
tir c 1rs intrts vitaux de la mer
jaraioe, l'actuel secrtaire d'Etat d>-.
la Marine ainrica ne, M. Elwm
Denby en proclamait la n;dssi
.'' tours derniers-
Pour garaa'ir cea intrts vitaux,
la mariue amricaine va-t-oile aban
donner, sinon ta base navale, du
moins l pure qu'elle en esquisse
dans la baie de Por -au-Prince? Cela
a au moment.ou en dpit de l'errive
probable auv Etaa-Unis dan araba*
sadeur extraordinaire qui comme
- Ren Viviani essaierait d'uplanii
lea dffrends entre les denx peuples
l'empereur du Japon regrette de m
pouvoir laisser visiter les Amriques
e prince hritier son lils demain
ii.o choy des Capitales de I Euro
pe; cela au moment o dans lea
magasins de Ngaski s'en asse le
ot elun )>i rai!' h mi prix par les
missaires du Mikado omme
l'approcha d'une guerre..
co.itie tmt au ncessits imprieu
ses- le triomphe est-il poss'ble, dn
droit et ruer? a Le droit ne t -t jama s
que la conscration de la force* :
vainement essaya de le prouver &
nos intelligences la dmonstration
somptueuse du matre clatant de la
iMorale des peuples. Ce sera la
li-m de not e gura'ion. de celle
qui la prcia de s re unies, & un
tournant tragique de noire h sto re,
pour se dtesaer contre les d -1 us
adversaires pour faire fioul, quand
sembla lugubrer le glas de ce qui
tut la partie intgrale ..
Lsbeur d.iti:i.e, oaitea. non au
less is poUitaut des miracles promu
iux fois irrductibles Foi qui grce
1 l'Union Patriotique, au pbei.omo.ie
le la coutegon mentale gagnaut do
proche en prot 1/ , reodit pour le
pays, si gentiment audacieuses, la
lourne de l'Union d -s demoiselles,
imidea hier; Koi qui far. battre les
nains aux fouit s eu housias'es ac-
courues pour s'exa tei aux loq jeu
:ea rclamant la ration ii.lgrale.soi'
Pariaiana en des confrences sa-
vantes, aoit en dis mte inga vth-
neota sur les places publiques Foi
snlio qui, demain apparemment
'nom, hante garantira peut tre 1 aiae
les descendances rcoltant en bou-
deur illusoire le fruit de nos getna-
mauta et de nos crucillameuts; ou
fQtf*qmaiu bafoue-, attesteia une
lois de plus, le nant de tout effon
levant la Fatalit dea Forces
Thomas H Lechaud
Nouvelles de Washington
Les Eias-Biiis A Mm Laiae
Aux Caves de Bordeaux
Chez Dreix
C'est |i qu'on tiouve les n pilleurs
rafrachissements, le meilleur service
et aussi, les meilleures cigarettes et
des Cigaies dlicieux, gice a la nou
velle et coquette installation faite
ces jours derniers.
L'auto cSterosKnight
Le tirage de la ratle est fix a sa
medi 23 avril courant i 3 heures
30 m' p. m. au Champ de Mars dans
la cour du Quartier Gnral du Ma
une Corps. ;i2 av.'i' 1921
Il p rait que sur la dnonciation
qui a t fait: p.r des intresss, la
police a procd l'arrestation de
p'usieurs persoonrs sous la prven
lion d'avoir des responsabilits dans
les recherches de trsors hypoihti
ques sigills ces jours derniers.
C'est une question I es dlicate
sur laquelle, esprons I*, la justice
tera le jour le plus tt possible avec
l'impartialit et 1 indpendance qui
doivent la caractriser.
L trait de Co'.o tibie
A la fin d 1 dernier Congrs, le
prsiJent Hardi: g avait, dans son
premier m sipge ao. Snat, demand
que le trait peudaut avec la Colom
bie fit pris en consi ,'f.aiion et rati
li le plus tiV poss'b'l L'oppostiion
contre la rantiuij'i se manifesta
dauslosmsde dsipprojver tout
effort tendant il prise en consid
ration du traite j isqu la session
spciale du Coog's.qui vient de s'ou
viii le 11 avril Ojelques changes
le vues furent plus ou moins faits
sur ce sujet durant Is dernire demi
heure de la session ordinaire ; unis
il tsit entendu qu'on se unttrait
d'accord sur un programme d actioi
et l'impression finale avait t q ie
la qiesdon de ratiti:aUon ne serait
pas ajourne plus longtemps, quel
que d, re le vote, ai tel tait le
Js r du Prsident-
Les e mateurs lea plus informs de
la situation estimaieut q'ie le nom
\> e de votes contre ne s'lverait
pas plut que 35, et que de ce nom
bre uue vmguiae probablement vien
draient des Rpublicaine Du c
des dmocrates, il y aurait peut tre
seulement deux vo es en faveur. Uue
des questions les plus discutes
tut de savoir si la discussion du
trait devait se faire en sance publi
que ou huis clos La majorit avait
1 air dopiuer en faveur de la discua
siou pub'iqae.
Le texe du message d 1 prsident
ne fut pas rendu public. Un sait seu
lemeut que ce message tait trs
bref et que la recommandation ea
faveur de la ratiUcaiji tait base
>ui l'opinion qnuu tel acte non seu
l-j.lient amliorerai: matitellement
lea relaona d-a Utata Uois avec la
Colombie, mais encore exercerait
uue influence trs avantageuse sur
les relations des Etats Unis avec
tous les.Lta s latino amiicains,,
01 sait dj Lue, parmi ses dispo
sitiooa essentielles, le trait prvoit
ie paiem'iit a u Colombie d'une m
dlimit de itfj millions de dollars en
cinq annuits.en compensation de la
peite de tous droita que ce paya
pourrait avoir sur le parcouradu ca-
nal de panama. Quelq es unes des
raisons qui roiliteut eu faveur de la
ratilicatiou du ttau furent, en une
autre circonstance- exposes comme
suit par h amateur Knox "L'utili.
de ra'ilier un irai si loyal repose
sur de profondes considerstiona. La
Colombie est U voiaine de no're
extraordinaire installation dans l'isth
me de Panama La Colombie est pis
ce en face d'u:ie sphre d intrts
vitale pour nous- en raison du yoisi
nage du canal de Panama et de il
/ jiio des Carabes o,r*es raiaons stra
tgiaues nous out amens tout rcein
meut faire l'acquiaaioa co suse
des indea Occidsntales Danoises La
1 olombie et les Etats l'nia oat une
mutualit d intn'-t tis particulire
en raison dea circo.ii ances gogra
pli qaes.conotniqueset stratgiques
Les deux pays boi.I ipciaement
luiereass uue amm et une coop
ration troites. Peut tre la plus un
portante dea dispositions du trait
est elle celle qui a trait l'ajuste
ment des rela ions politiques entre
Panama et la Colombie. U api es cetti
disposition, la Colombie reconnat
Panama comme une nation indpen
dinte, et de plus, acquiesce un
l rogtamme tendant a l't bassement
d j relatioiii d p!o iuti maa et au r
glement de toutei con'e-utiona entre
les deux pays. G*t e disposition est
pour nous de la plus grauda impor
tancu, su point de vue de nos rela
lions a-iec l'anam et spcialement
de uotre garantie de son indpendan
ce.
O 1 cro't dans certains milieux po
litiques que la ratilhation du trait
avec la Columbie ara auivie de
ngociatio.is en vue du trait avec
certains autres paya l tiuo amri
caina 11 y a apparemment, dans les
projeta da I administration llardiug
un plan complet de rajustement dea
relations dea Eta Unis ave- d'autres
psys de cet hmisphre, tiaaucoup
de traits existants doivent repren
dre date ' presque tous remontent
quarante et cinquante annes, et le
seul existant actuellement avec la
Colombie est celui de i8't*i sign
ave -, la rpublique de la Nouvelle
Grenade dont la Colombie a pria la
auite.C'est moin une violation d une
clause de ce trait que ta Colombie
allgue pour appuyer aa position
l'grd du traite peniau'.
A pat ies considrations que nous
venoos d exposer, d'autres que>tions
vitales sont subordoines pour les
Etats Unis i la iatifi:ation, entr'au
t es c:lle des approvisionaements
d'huilet. La Colombie est t i riche
en dp'.sd'huiles pouvant tre u iles
comme combustibles pour notre ma
riae marchande et de g erre Dans
la concurrence ayant l'huile pour
ob; m,U Grandi Bretagnei'est assure
qutljues-uos des plus riches dpts
iu monde 1 lie a principalement un
monopole au Venezuela, et elle con
voi e les dps colomb.eas.
Les industriels amricains qui ex-
plo tent 1 huile eo Colombe ne re
cueillent actuellement que peudavao
tag-s. Les perspectives sont cepen
daut troubles, biea qu'il faille sai
tendre l'action des Inll.iences an
tsg nistes et hostiles. Si le trait est
ratifi, la consquence naturel! : sera
que la po.ition amricaine en Co
lombie sera grandement amliore.
, La Grand: Br:tagoe est trs active
en Colombie. D^s oltres ont t fai-
tes pat des corporations anglaises
. pour de fortes avances datgmt ; 11
millions ont t ollerts pour des
concessions de terres publiques en
vue d'exploita ion d'hui es Ces n
gociations peuvent tre, sero.it sre-
ment renouveles dans le cas d'in-
succs des ngociations actuelles de
la Colombie avec las ^'a,)*-1 ''<
Le trait pendant fixels fronti-
res entre la Colombie tt Panama, et
sa ratification mettra fia i la dispute
de frontires entre les deux pay, la-
quelle atfccte les intrts des Litats
Unis.
| Un considre aussi que l'ami
entre les l'.tats l'ois et la Colombie
sera tortille par le trait dans un
sens milita re avautig-u\ pour les
deux p.ys. Le sen'iment anti amri
cain cr par une hostile propagaa
de est en voie de s'tendre aujur-
d'hui dans tou e I Amrique la me ;
a ce point de vue, le lglemeot de
ces questions entre les b ats l'iis et
la Colomh-e sera d'uu rttsl heureux.
La, si'uation financire de la Co
lombie est trs mauvaise. Avec un
bodgetdc30 ml'.ioas, ses rev.uus
' ne s'lvent pu au deU 4e 14 mil-
Situalioi du Cotoa
D.'puis hii r il s'est produit une
baisse pouventable eur le coton
cause principalement par le refus
des Banques de la Place de recevoir
ea Portefeuille les traites documen-
tes tires en couverture des exp-
ditions faites.
Le cours de cette denre, peu fer-
me d]*, suit aujonrd bui une pente
qui quivaut i une dgringolade. On
ne trouve p'us acheteur pour le co-
ton en Balle Or ,so les 100 lbs
(. o b. ce qui met le prix du coton
brut 4 or 0,01 la livre.
Quel va tre l: sort du pauvre
planteur si cette situation persiste,
quand on se rappelle que l'anne der
mre .1 pareille poque le cotoa b.'Jt
se vendait G. 1,2) la 1b.
ttouvemeat maritime
Le nettoyage de machines i bord
du Caravelle taat reconnu aces
saire, ce bateau ne partira probable
ment que samedi
----------- -,
lions. Or, le gouvernement compte,
pour y remdier, sur les assurances
solennelles donnes par les deux
branches executives et lgislatives
da gouvernement des Etats Unis. Le
gouvernement colombien actuel a
t accus dans le pays de trop d'*
miti envers les Etats U lis, et si le
le trait est rejet, des troubles rvo-
lutionnaires peuvent clater en Co-
lombie.
La Colombie a certaines rclama-
tions contre les E'ats Unis, s'levant
au total! $0,146,942,75. Elles corn
prennent 16,446,942 pour la voie
ferre de Panama ; n,000,000 pour
prix du transfert de cette voie : 17,
$00,000 pour la concession Wise
devant expirer en 1984 et 200,000
lu chef de la dcision arbitrale Lou-
bet qur, incidemment,Panama vient
de contester dans sa dispute avec
Costa Rica.
Ce sont 11 des lclamations sur
esquelles il n'y a pas dt doute qu'on
s'entende. Au point dt vue amri-
cain, les deux principales objections
ont t cartes. L une a trait au*
e>>:uies i taire la Colombie et a
lgiid desquelles les itntl de M.
Roosevelt avaien, dans le temos.fiit
d'amers rep o.hs L'autre a trait 1
une clause de regret qu'on avait es*
say de subi'ituer 1 la clause d'excu
ses et qui fut ua projet des Dim >;r
les
Uie au'.re obJKtioa trait t mise
en ivani : elle est base sur le secret
colombien qui, l'instar du dcret
mexicain de Carranza, avait a (mis U
nationalisatio 1 de re.soar.es nat'j
relies Mais tout rcemment, les tri-
bunaux colombiens ont eu l'occasioi
de dclarer le dcret inconstitutioj
ael i lgard du Mexique. D: sorte
qu'il est tout naturel que le pays
n'acquiesce pas i un tel dcret, puis-
que, pour une question identique, le
cas est dclar inapplicable au Mexi
qoe
Li rat Ii.atiOQ du trait colombien
laissera intact I ancien trait de la
Nouvelle Grenade II a t suggr
d'inscrire dans le nouveau trait sup
p nentaire avec la Ca'ombie an
amcndem.-nt 1 l'article \) du vieux
t.-nt i 1 ttl t je placer sous la pro
tjciij-i du trait les droits de proa
prti des trangers. Une des princi-
pales proprits qui intressent les
citoyens ami icaja. e 1 Colombie est
celle ayant le d,o d huile pour
objet ; or, le dveloppement de cette
expioitat.on n'a jamais . co tran
sous t empire du trait de 1846.
-T*
.??


IE MATIN
ni
ni
m i
s


Au

i i i i i
L'Occupatio i am'uciin-, hii II i*
rappoite ib Nriin mteidit ui
mettiog popuiHir* do l'Union l'itfio
t que tue au 27 Hiis, ie j>jr ruui-
de la vibiie dj Mr Deiihy, mais au-
torisa une- danse de vaudou sur lu
Place du marche de Port*ao-?rloce,
qui fut lllme soigneusement. Il ep'
impor aut de noiei q>ie le vaudot
qui fut bti vaut noue pior>8gaud'
imprialiste une des causes de notre
luterventiou en tlulti a ' etcourt
ge par I Occupation amiicaine ellt
mme. Depuis Totsaaint l.ouverluh
les gouv, rneiii'ii h liai iens out com
iBiniuent condamn la preti |ne de
tes utts piimiuta auxquels l'altacui
t09 fracuon n li-ue 'le la ma ign<
raute lia/tienne, et le code civil lui
tidu au j je! la loi martiale amru h
ne a t ai bilituee depuis 1915, ei
dtleiid I exercice Je lac m loi maile
Jmtiaia scne semblable celle qu
fut jjo'f ite comme un rgal M<
lieijoy n'auraitet couatatee en plein*
capualj avant (Occupation amncri
lit- Le but d'uu pareil specuc't
j'ii'e ce moment parait absolu
uent clair- *lr Oenny arriva l'un
au-l'uu e h diraancln ma lu et par
11 le len Jeii.a.n de bonne heure. I. u>
j muanx h-iieus rappoitent qu'il
ut uue euuvtiealion qui dura viog
minutes avtc Dirt'gui cave,prsident
uui lt impose au pays par les Ma-
rines Corps, mais par ailleurs il ne
e soucia pont de aetitteteuir avec
des parucuiieia, ni aucun mcuibu
de 1 Union l'a no ique, et ue prutits
puiut de l'occaeion pour se leuafi
g->er personnellenHiit de quelque
tnaniie que ce lt sur le? guefi
tieltieui-. Cependant une dpce de
Waabn K'on publie pai lea joui Maux
de Ntw-Yok la date du 5 Avq I
rappoite qu' son latour. Mr licnly
aurait ueciaie qu'il avait Uit uue
lude attentive de la ei.ualiou eu
liaiti et quil avait nouv les Marine-
souoieux tie leur i e, v.vant dant
uu espiit de cordialit avec Ici
Ha.icte-
Errai uni
Dans la lettre du Jupe dustruc
lioo G, Leecor-lliir. publie ici, hier,
lisez : lEn ljonse, je me idre
mon procs veibsl.t tic, au heu de
ie voua rfre*
Union Patriotique
Prochain meeting
11 auia liu dunan.hc p o hin i
4 h ores de l ap.s-midi, i 'a Croix
uca Bossels, au o d point du bir
de la Slioe, laide uoid ouest de
l'Egl se Si Joseph Comme i! le (ait
chaque semaine, 1-Aioiinistiarrur
dlgu donnera des nouvelles d-
prci, de notre cause nationale aux
Etats Unis. Puis Me Picne Agnsnt.
uue des brillmes intelligences du
jeune Barie.u de Port au Prince, en
dfroissant le caractre et t'objtl de
l'Union Patriotique, dvelopper* les
rai'ont pour lesiuelltr ce te Asso-
ciation qui v se a rallier la nation
hatienne tout emir', ne saurait
eue un parti politique.
A la demande gnrale, Me V.
Gcivais redira son brillant discours,
dont une partie du pub u, dipu<
par la pluie, ne put, au meeting dt
Me Anne, entendre la on.
Les Cours

.
.

u,L


-
H*? m.u
p...al
liir,
r*,
r': :RVER
eu pour SOIGNER
ppe,
i A Uua,
l ete.
".h son
-
RIS ; '. SI
lar 37
NEW YORK 2<),| ;,:,; )2
si il g je.JJJ
i\l;lS 2o Suivaol Il,s journaux
le marchal Focli, i gnral Vi >j
gar il, le marchal Wil80n tt lord
liarzon partlclpreut ft ! confrence
de llyllie.
Us en coacluen! que la question,
prvue dfb sanctions militaires y sr-ra
discute. SoIj'i'i cbo de l'ai ia" M
Briaod insiste pour que le drapeau
an^laia flotto sur la Hiiur. Il croit en
file*, savoir que, duns une lettre
M, LloydGeorge Mr Briaod souligne
I unanime du gouvernement et du
meoi franais, et pense que
t'neu'e est venue d'en Hoir avec l"a
atermoiements dj l'Allemagne. Mr
Bnand a confire avec i marchal
Koi h et le gnral Weynand. au SU-
i;t de li luniri de Lylbe, it *l<>
mesures peendre Contre I Allem i i
^u" aj ri chance i i 1er Mai. :
Li commLeaion dis rparations a'
pics jue achev l ede des diffrer) ;
teaca^ori adeii.' ai poin ^amm^,^
le vue de la fixa ion dei Insu d
lu taux d'valuht ) i. Bile 8'occupi 1ii'di> <4'.i -> n5 ifi,x-)
i tuelle-ne t des donnais aux mi \P"M "
ues ci aux dit mina de fer ; elle s'j:
oupera ensui e d-*a d q .i i
timea et du re i rsemeai des alla Simmoi.ls f e<, i'.iioi
catio'is pour les poiasaocet' autres prirent pari dss p fuxB niuten
lue la France, l'Angle ter re.el 11 lia et commet n s, '1 a t dtoi
l'AKIS Uoeootede l'agena * recueillir l'a lh;:onde -ou-, cux qu
" d uent catgoi |ue uent la nou ,ont j,,.; ,., ., ,u ^ .,,, . <.
voile dur.i.d par certains jouroaui n.r i i ,< i
irane ina onor^at le rappel de
l'amba .'i or de France llasliirt;
ou en prteataat l tiii de se^i rela
tons trop tiu.tes avec
te ,ii
.SS
LES

*
^fflu

A la*uite i une
lieu i' y a que'q
luiioa qui eat
[ours rb /. Mrs
u
co;n-nero* en gs-
oo a rtidattiie, po-ir deman-
der au gouvJrne n*n: de Wi lii Igtoo
son ai le de >" a r.ou^ >rer de la
l'adminisiii) crise actuell; Ce'a rst absolu lent
LEH^ & FI^K FXC
Tous produits pharmaceutiques fit tous
article* vendables dan une pharmacie
Sr r.C Al H ES : I vto! Jsir trdai I, S vo" Ly o bh.viog Cream Lyso!.
i-'b. cco dan I ice lucoup.i-DU. L huile de IMe de M-
iu'i Ba uis i r, Extraits'.
CKOCOlAT en poudie de L & F : c'esl exquis i
I UUUKC Talcum L & P: Ce t lext aie suprion. i
Lon mai. h etc. d etc
Demande/, le prix courant
! 1 YSOL : le mulleur et 1- p'us e:oi omiqu. des desintecaats
Le diinleitiOt en-.p.oyi da.us tous les grands hpitaux
UNE p(t;lecuilliedelyso!da-sune pinte d'eau donne la solutioni I 0|o
1 EUX 2
1 ROIS ) l
(Unepicte tepi^stotr,environ.la coi'ensncede deux verres ordioaues)
Le Ly^l s'emploie particulirement dans les cas de : Accouchuenti,
iTubeiculose, lafect.ons. Morsures de chiens. Piqres et morsures d'ia
secics, Eiupticns de la pean, Blessures. Fuie-.. B. ures, Hl, pour l'hy-
got personnelh, la toiletta, le biio Dus lei enambres des malades, la
Chambie de bain.le water closet.ks E;unes.Avaut et api le brlayag:.
Pour cicatriser les blessures des animaux et les tenir propre?.
: Dans les Accoucbmenis et les temps d Epidm'us, la Lysol s'impose p!u$
que dans tout tttttca cas.
Ayez toujours une solution de Lysol (Ijqs
ctaqup chambre de votre appartement
chaque flacon contient jun prospectus
Lehn flinklnc, Lon H/fMbaud
NhW-YORK Agent pour Haiti
Le charbon de terre
meilleur march que le
; char bo ode bois du pays!
L m II. Thbaud
Dpt de cbirbou de terre
S'aireier
Pi)i*t au Prince.
to- d mocivi'-i umrieainii. L'i no'e conlorm* piiserl les intresss 1 la
ujo i que lis considr, resp-jc'i4,
uu^-s D'eu par Us lpublicaini que
par les dmocrates, Mr. Jueser-nd
COOpte parmi h s uns et lea cutrea
des oiuitis anciennes et sjiiiIjs. C^
n'est pas trop de dire que. Mr Ju8S6
rand esttia apprci d.i r.oiu
gouvernement fdial, et que d'au
ua part il jjuft dd tou'o la co Qaoce
du ^ouvenieiije.it franais.
Conventtan de 191 > Il a t lug
gre q i? ci'e r' t 01 erait envoye
d Mr ffilot CjUi s? chi g'ait ,'e la
dire sbjj'.M i djtiaatio 1.
Un mystre ; ()a trouvera
L. Pree'zmann
4 vis Lommv cal
Nous svjrvi i'.vjrl ge d- porter
i la conoaissmee Jj publ.c eo f,i-
r*l il du Comoierce en particulier
On mu npporte qie hcalavi
il un jiuns houm; rp>nin* au Ali .Mr son
rom de Co ifian i a *- tnu^dns A.TC'Jlnlm '
1 n r vii a l'e dr.) t iptl t Cirie
f ur Biille j*.n dais Us haottufi u px.iriUei lou numros ; Pou\
di ucr ede Mo ita '^ gorgienne glace. Cailler
Le cid.vre *v d ja pnsqien pu \imi(Fe en caisse, Sardines
trtfactiol qu:nd arriva le 1 tge Ko- ildm^ pn^ defiuis Qr n iusqu'
iarisaoVMDuio3dput., i r,.^;1 ;,:d^s; =s ft^ >>v~* rTSS
P.owiere, est ihi.gc par le nmistre f Se-Zra s;ul u direcl:oa (e ,ojl;s d: constv, -p ; avoir inlerog^ plu,'" m"*'
On demanda
acheter
Pour 2.(00 dollars une bonne
maison situe soit i Feu de chose,
Turgeau; Bois Verna ou Lalu*.
S'adresser au Bureau du journal
... > l
vendre
(hte automobile
tOv rland
i>airess*r i-i
.JOANNY uORDAS "O
J5I Bue de* Fron s h'vrts
Magasin des allaites iungies d'une mission
terni,ouire concemai.l l'etpausi^O
Iran'ise i l'tranger,
L'effectif de ia clar.se 1921, r
c mmer.1 iccorpo.e, e;t le plus h
v qui ait a leml d puis 2) ans.
L*- total est de 2; 2,00a hommes.O .
attribue ce tsuiul i la diminution
de ^alcoolisme, i rcl'.aeoce des
spoitj et i uo< meilleure rom^r-
hens.cn des coodUioos de l'aiimeu
ia io 1 de 1 hyg e d ns les cunpa
gne-s
Les impor atocs se sont le-
ves durai-t les 3 prem;ers mois d
1921, a 3 milliaida 339.307 (rancs
accusant sue dm nui un de.) mil
nardi jS,t)} (raQCa sur la priode
coruapondicte de 1923. Durant la
mne priode, les exportions se
som leves i 5 milliards joSjSS
(ranci ;oit une augauntalioa dt
963 millions 7)(> milles Iraocs Lex
poi:.t.Ou dts c-b]et' fibnqus BtteiBl
3 mi:haida 331 op o itre 2
milliaida 796 777 pecijut la mm:
p. ode de 1920.
--- La cont-irence des r.mbusi-
deurs 1 diicu' aujoyd lui le. ;
lions lurre.s ni lexfcu'loa des irai
ts* ____
U'i^lgation de la rnuoici
paill de Prague, ayant sa tte le
[flanc liixa, e^ arrive a P*ris Celui
c>, >ux solIi i'.s de bieaveooi du
deat du Conseil municipal, a
JJar que ia municipalit de
gue tbt heur; u:e de tmoigner de
vac' le monde entier quu Tch
cos'cv ijuie ct pour toujojis la fi
de e aille de la l; aaic
no", atfures co.n.ner.ii'es en ila t
Ce ai av il 1921
R LAWRENJE vMIlti
Lvj:' et Impoit Cj
29 B 014\v y
N.w Yo k My
L? Rhum d'Hati est le meilleur
du monde.
RHUM VIEUX DHAITI
.^.Distillerie d'J Sol il
La veu-e i 6 gourdes le Galion
rvaJant ij jours seulement.
D f : 2to Rue des Cetera.
sieurs p r oanes ia volttlge.
l LUGEL p0
EM'X GATEUSES j U^
. '
'/ 1
jfP

- : ht
p, : -j.te.
MM 'tl (ucile
..s grolu.iei
HMW 'i >'" fkriiQ.it
ON P1LT
1 nom NNuti
ti. 250CO FRAHC&
- J) k
J I oort
FLUGEL & C'-r L-D. Green Lanei
Iondri 9 N. 16. Ancleterue-
Fii fiis-Ai
Les dbiteurs de l'ancienne maisoi
Lonce Fils-Aim sont inv.ts i ve
air -,ui> retaid solder leur compte
au Syidic de la lailli'e lous;ga.
F*ute de quji, leur cornp'e sera
,'remr< un avocat.
Victor Co-mau MONTASSE
I 3 '3 Rue Koux
Le Husle de
Tou&ftiul i.ouvtr un
C'est ce so r i s he-ae. au Col
Lou-*erture, qu'aura lien la runion
des Membtes du (onv't1 lirg d-
ig-.i un huit; 1 Tous, ia: Louv ilurc
sur une de nos pi icei |Oet.
A cil e occeeion des ciccBMre*
ojl al.e.'kes aux membres d'
U < eaae et diveaea socits LU'
raiies de Pou au Prince,
Home Insurance Companyj
Ae perdez pis de vue que la
Home Insuanee Company
Grce l uilervenion active de
MrEucjne LU BOSSE,
a ' la rre.nire Gomp^gnifl d'Assurance olMKat xllai'iens u9;i prolec ion ua lt xabordabl*.
La Home Assarat^^Company
a donn des pieu es d. sa lo/acl, d sou quit dans les rgieinenis d' s:rance aprs incendia
Le home Insurance Comimny
est h rJm fcr'e SociV d'assura ce de* l'A ts-Unis d* ^rariju^, elle ollre chnc-le plus de garantie
de soL abilri en ca. de grade connllagnti n
assurt %-vous conte Vincendie la
iome Insurance Company
VyJNSULlL/.
1
Eugne Le BOSSE
Avant de cunlractet inculte affairettutaurtmct, 1/ cous difiera gratui'ement par des faits
sur les au stions qui vous mtrei-senl,
ia noMi'i iysnwNCE company
in maritime au trt contre rhques de mer le* vouugis entiers de nort porl d'flaili.
Eugne LE BOSSE
Agent pour Hati. Port-au-Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM