<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN PARIS 17 CUTenOM" reproduisant la rouville du %  •Un" SDnonant que Us Eta'E-Lnia reprendront leur place dai-ela ccroimssion des rparations et UcoDfienc* .les ambaaaadeurs.diclare que quoique U contirmatioo de ces excellentes nouvelles ne eoit pas ei.core parv. nue an gouvernement frar;aia il a lam bassade dis EtatB Unis, il les erre gistre avec plaisir parce qu'il dane vivement qu'elles soient exi ctes. Examinant ensuite la position in ternaiionale des E ata Unis. •Le Temps" expriment l'espoir que la paix spaie ne ara pas une paix isole et que les ngociations s'er gageront biontt entre le gouver cernent de Washington, les allis d'Europe, rfln de dterminer leedroits que les Etats l'oie exerceront quand il keront en tat do paix av. c l'AUemague. la France s'y p eters voloulifci?, elle a preuve qu'elle DM ute LSB reconnatre les droite d< Etats Uns condition que ceux : iiconnausent les sieteLa paix que les Ettts Unis liront avec l'Allemagne sera juridiquement une paix spaie.maife politiquement Ile sera ce mine la nctie, le fruit ('e la victoiieremLorie en commun. Elle Le eera pas ut-e taix d'iaoltmrnt mais elle permettra de pratiquer la politique dont LOUB n'avons jamais ceeeapei.'lUen sans les Etais Unis Un mande de Merlin que le br Si rr OBI se prpaierait demander l ir bitrage du tnbunal IntarniUonal pour apprcier la valeur dos presU lions dj fournies par l'Allemagne aux allieaet pour Mtimtl la captci <" di aimeut de ['AllOUltSM• Le Temps" rtr,roduiaut cette li formation oooattte que le Dr Simon? lontinte igir comme ai le traite de Versailles u\xUtsit pas. Le gouvernement a Informa W a %  hiogtOD que le Prsident Uillersnd a donne avec graud plaisir son agi e niant la nomination de|Mr. M y rot. Hecrick comme ambassadeur des EtatB Lnifc Taris WASHINGTON 1-e Prsident Harding et le secitaire Hughes ex 1 minent en ce moment la possibilit d'lframhir la rpublique de St l>0 inirgue dn cor.tile amricain. Le projet du Prsident U ilton a f r a quel aue peu moditi. LONDRES — Bien que les dveloppements senaa onnels d bierdtni le conflit industiiel aient cait du paya le danger de la give dos che HBM de fer et transport, la Grai.de Pretagne ai, trouve encore 1001ilfti menace d'une grande cuse chat bon' uire comprenant la continuation d • j larr. du travail dans les mues, jus. uu la lin de la semaineVendredi) prochain il y aura Londres une; grande contrei ce des d gua mi-, neurs de tout le pays laquelle on, s'attend ce que Us mloeuil deci-i dent quelle llgi.e de CCOdoitS 1* a t. vront l'avenir Jusqu' te qe ce t-| confrence ait lieu les tffairet, M moins en ce qui cou erne les iui ueurs, resteront dans le StStU quo actuel. PMUS — Le gouvernemiLt fijjn cals dment ofttcieliement qu i soit uuestioo d'.tablir un tiouvisu mora toriurn en FiauceLe minutie des kiBtOCM n'a amaia envisage cette | ventualit. ) NEW YORK Les prpara U] nour l'inauguration de la statue de j Simon Polivar.Ubrattur de l^ubli MM espagnoles de l'Amrique du du sud,qui aura lieu mardi procnaln Central Paik et pour le Lai.qutl auiaeia olfertdaua la sone a a 1 commission apciale de ViMUiU et aux repraentants du corps diplo, matique, ont t termins par le co] mi du maite charg dea leceptiona des htes distingus de ls vtt.e. Le prsident llardmg accoiui "gr de aea aecrtaires arnveia do Was biogion S heures 40 de l'apres mi di. il aura t prcd par le secr\ lire d'Etat llughea et autres mem lires du cabinet du prsident, et pai les ambassadeurs st lea repratnl laids de l'arme *t de la marine, ei Dsr Us miibassadeurs et minibtres des rpubliques de l'Amrique duj Sud et les au'res membres du corps dipiuinaique a Wasliing on. Lu 1re uu cortge qui se rendra Ai Central Park cinquime avenue jus • • qu'au site o a t leve la sb-.ue,', marcheront des • ompagnies d'intaa ; taie, un dtachement du navire de, S'il bisilienM:nasgereasi actuel lement anci dans le port. Le p.tg'amme de la crmonie, d'inauguiauon est le suivantHym-j ns u* ionaux.dcs BilM Uall et V4-J m ^ mmLm | N'Importe L'Age : "pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. Ncrologie j C est ce matin que nous i t R. I mis le fane part de 'a mort 4c B0lT | Umi l'c-h Ducio-, d-d d JBS „ 57e anne. Doclos tai r eux et uo paisib'e; on L'approcher sans piouver une grande ymoathie. Condolances aux ramilles tpn fes. ne pounh Pobi rzu'?, di'roori de prsen ation de 1 1 ilstoe piimi L/U'ian Gil Borga?, dvoilement de la oir des Cayes. Sa Grandeur necompte passer que quelques jours la Cipi l taie d'o il partira prochainemen* Toutes les petit s closes ncessai poui France, res, la vie mondiine, la vie d a! C'est avec plaisir que les tilks (aires, la vie de p sisirs ou de Ira reverront Monseigneur chOO dont vail, tous les pet U menus objets!le dvouement pour la V.l e de Port d lgance et de g'ce, vous les trou!au Prince le met au nombre de ses venz i bon march chtz Couba, rue plus grands bienfaiteurs, du Magisln de 1 E .t prs du Salon| Le Matin souhaite Sa U'ande Uiffure de Pab o Tor-i. deur un heureux sjour parmi rous. Brulcme] Il a t, ce matin, livr au; mes par les soins de la Commi du retait la valeur de quarante) gourdes de billets des ai missions. S. G.Mgr P ichoa ]/ Pour gurir ou vltar] MIGRAINES CONSTIPATIOlJ OMOE8TIOM8.tT0U(0liaSan IMBARRAt OASTRIOUS Lr SUFFIT de , l'un de vos rwpeO] tout ir •* l ourt ••••• %  •* une Pilule to Df la 147 rue du Faut)' St-Denia, Mais il but exiger lesvi qui lont tout fait W •ttur chacun daaauaU** l 1 DEHAUT A PAI rnt trie nalblamaat impriataT Panama Railroad Steamship Linc. Service de fret et de p issayers New-York Hati V> Portau-Vince, le 1er S pembre 1020 ^TrTtrl expditions dtreclcs ptor l'Angleterre et l'Europe et vicc-versa. Connexions le b&teaux New York. Le i lus rapide et le plus direct service de et pour 1 Lurope. Adresse A. E. Palertdb, General Fret hAgent, M, Slata Street, New York C ly.— fret payable eUtinalicn ^ l'exception du Miel lu dpart par semainn^ New York directement pour Port au Prince et un autre par tLois pour 10 s leports d liai i. — Seulemml pswge d, • premire chsse.— Les suivant^ i-ont nos Agent! dans les principaux por s d E irope el d'4 ngleierre : Angleterre, Eco**e H rmnee : MM. G.W. Shelden # Co, 17. James Street, Liverpool, Englnd £ Copenhague, Danemark : MM. A.E.Bendlx 4* Co, SI, Allegade, Copenhague Gnes Italie : MM Henri Coe $ Clerici, Piazza S. Matteo., 15 Cnes Italie 1 ; Christiania Norvge : International yptdilions&elshap, Christiania^ Hambourg AlUmagne: H.Vogemann, Hambourg. Gothenbourg Sude : iVoctith Express, Gothenbourg Le setvice de Panama Lme entic New-Yok et Hati, en vu; de; ^ aruDgerarils qui se -eia d'une utilit coasiiable, tt est la voie la plus rapide par laquelle VOJ raarchandisi cl e txpits. Pour* cnuse dpirt A vendi Automobile Oldsmobilej Autonobl Kuicki S'ad-s sr MrG fut Rue Amricain Achtent Vieil or a-geni, objto l Egailles de cart. Gros el dUul Prixavantajst^ 9 %:/£ rv^r \.r. MS'il, sont faits diaes peuven couvrant ht pour New Yok ave: op.ionj de livraison soit i Londres le Havre, Bordtaui ou Anvtrs seront livr tpit Us connaissemtUs i. 0. B. THOMPSON, Agent gnerai agent pour Hati On trou** A. la Maison ** Espadnllesio***\ detoux prix, M u Or 50 la cats



PAGE 1

L^^ain^ 4oeo Tort tu Prince, IWi Mtidi 10 Avril 1921 D1AECTEUR-PR0PRJWAIRE Ciment-MAGLOllŒ LI NUMERO 20CENT1IIU N'importe quel imbcile peut gouverner avec fUt de sigo. CAVOUR Quotidien REDACTION, Rjg oiricune No. IJU> TM/.7 UOMfJt %  %  . — --Lch initia i 10 heures sous ice de Me G.orges Sylvain Jl Parisiana la sance de l'UPiiriotque Aprs les souhaits %  renne adresss Monsieur 2 ai i Corail se dpense en tous genres pour aide lŒivte Les chercheurs de trsors Il y a des dtails trs suggestifs, — -musants et dconcertants sur hspo ... ^ ,, .. L if.Lr v fus que moi et conduit an bureau de la po on connat-Nous nous proj.os.us Uce o on me d ^ clara ae d ordre d entretenir nos lecteurs. du Commissaire du Gouvernement, jd devais tre dpos en prison. J'insis ai parler au chef de la police lui-mme et je l'attendis vtine Dclarations Nouvelle attaque de par sa lettre stipidedu 11 Avril au jrge d'inatruc'ion Lescoullair que JGiJjniii-pje et gnreux seutiraent toi-g mea confrres de la Pressrent ceux de la Capitale que du Cap Hai tien et des Cayes.qui ont protest si nergiqueœent contre l'acte arbitraire etillgal dont j'ai t victime de la part du gouvernement de Mr Sudre Derti guenave. Honneur eux. • Le œade VEis publier. En jetant de la poudre aux yeux, en faisant sccroira qu il ft clerc d'avou Pris, il a. PJ escalader ces diffrentes fooc ionsM mis re, ze-fl p ar son manque de tact, son I HaStrilD nP'da t deux heures. Ne le imeuipestif dj flatteur doit il sait voyant pas venir, l'oflicier qui le peine relever la bassesse par son S'il est vrai que nous avous en c e remplaait me fit conduire en pri-!ir fanfaron, il fait encore montre i mV %  "N i moment une recru de; ce ice de c son Le lennemnin ra.tin ramen au 'de le plus parfaite incaiacitfi de u i ""' ie terr b!e mal qui a dj caus tant d bureau de la police, on mi montra 1 Justin liarau t.'a qu'une religion ; vide autour de nous, que n'emploi U !" lettre par laquelle le Comrai-sai .''argent! qu'un Dieu son ventre!.. ,_,„ ,. i_. i < ii < .. m .ni. MMIMII redudouverneinont demandait mon Son rve est daller Dbiter Fans, e talor parole 1 Me Mo luin cda Morptau. an langage simple, ) ancien campa la grande ligure de esclave de 1 habitation Br ^leF^sfi^e i^^^ ; ^^^^^"^ mi soit X d. linlne guet apens la vement Compt... duquel il dev.nt prisonniei ville?Va-t-onpermettre que par sur jerctee llau reste i l''at endmique !ch;z nous ? Un peu d'nergie sufh dfiait! ^ni^m^^^^i^^nMSnVe U rreaitation. sans dire pourquoi le I aprs ton rainiatre, pour y ''" L ernent x !j ds ufeaion l ll fus conduit au Parquet et ensuite! sa couenne de multre imbcileexpdi a la maison prive du Corn j J'apprends que Justin liarau est mifsaire qui prenait son bain et me candidat la Prsidence11 e la t renvoya l'attendre au Parquet Mes des runions Ptioevl la o s'est avoiats, Mea Luxpmbourg CtUVin, I efflnne ta candidature. Ali: laisse/Ed. Leapinasse et V Gervaia vinrent!moi rire! Qui joli prsident nous m'y trouver. Le Commissaire dallerait vraiment ce paillasse si friand Gouvernement dcerna un ordre de! de crevaillel.. di '. contre moi, ordre qui ne men Q >a • au communiqu du Dpai tio'iuti pas les motifs de me dtenteveot de 1 Intrieur, œ ivre de ce lion, malgr mes vives protestations nuis de liarnavo Dartigutnavej'y et celles de mes avocat*. rpondrai eu tamp3 opportun. L* mardi suivant, je tas amin devant le |uge d'instruc ion Adonne qui me dclara que sur la denande * „ M „.,; n „ \ i, p rochain dpart pour de j„ 8li:) But0 Miniare de la loius quinte; qui IOM s a Fiance —Son cong durera juquen tiCP> \\ devait ouvrir uno ioatruc ion habile administrateur et ua Octobre. Pendant son absence l'id 1 gard des faits suivants ports ipiiaine ; la bravoure, la n j D j $lra ti on d e la Paroisse est confie ma hsrgs : eace, l'esprit de justice et U Pre p i8t j e0i vicaire. 1 Excitation de jtre pour aller termine: ses fort de ]oux au milieu des i du lu a aontra comment cette figue bte de l'Histoire univeiselle lu Prne du Sacr Cœur Dimanche,au p;nede l'Elis* du Sacr Cœur, Le Rvrend Pre Guil i dans l'esclavage nayart appris ; u cur de h paro { sse t aouooe i qn l'ge de 45 ans_ avait en, | M hdI „ S0D prochain istt, la moral.t et par dessus, p^galementgalement ci or g* par un pssage d. kresp:ct de h foi jure. II st {t pre £, each de | a B.siiqu; Notre tic'e quil me lut ; kb ement tirer p ni de sesavan Ditre si S ym pi .lvquement connu.— 3 Fro l 08 ofl "; llitoRrluste, Touissaint Lou KniovlxZat un b voyage aux ' Hera toujours t. comprenant di „ r es prtr.-s. leonie dans sa clairvoyance que l'ail lotsqu'ell viole-la loi met' ire social tout entier en p.i . Ml, il le lut un degr e^ev. monde, .les Franais et les Aigus. jem ai rflr du coupab i e dVxcit tUil de sa vie comme admrnisDans des conditions ccroyiDies, Q| g la guerra civi e seule l'Ooro u'il prohibait,l'hatien s'est dlivr de l'esclavage ua j on Bra ricaine q,;i sa charge d ae Ceux qui dtiennent le Pouvoir voudraient uar touB les moyens m. tain diopatait.e parce que je suis ls grands voix de la conscience natio .mi %  .\ aux sclerats e retourneront DOlla pat, je n'ai rare du ,icf .ilhblement conr>eisi iT !.-Le Pay ' domini uinMr Francisco|entier a du le conait r: il n y a plu |e vous presse tous sur mou fraternel cent es que peuple devons nous contenter doppo -4eui#usement applaud e par un pu : mornes 'riencYt'de li raisoo^ppuy de p [ai exalt le mrite et que i ai lev la ndeoa. dans les actes d'un goaver Suites auxquelles a0 J^Vc^ZJ^^^ L U e, U sont donc les .roposlnement qu, abandonne la .cWit htmtons prsentement ne sont j Me Georges Sylvain ctars fuo genre nouveau, et, s'ins sance en remetoan* lassi.tmce d [voir t si romb tuse et en prpo J|dePt araedi dnier, aprs que toujours de l'Histoire.le sym 1 1 ue orateur rappris l'antago de Toussaint ni de Rigiud ** termina pai la souffrance sne sous la lrule du comtur. Les deux noms restent i I. prnendjscffenaants coutre le Prsi individuelle des citoyens l'aibitrai det 'u ,e de ses ministres. Qui donc a dr *" J'ai t itl x sous caution de 5.0 qurt les gouverneur r-ts ee font eu> sant au vote de lut ion suivarte mite des voix Port au-Prince, prs le scandale 1 assemble la r^o adopte i'unani La Population de ayint appis qu'a inoui de danses et insparables, car tous deux dtcrmonies supersiiiieuses, tales nt les sres du foit de loux "a vue des passants en plein jour comprirent enfin au milieu de de Pques et en pleine rae de la C* •aune soutfiance. ipi'tls au mpris de la loi hsj JMM, n p steux, de ce tableau, surent sur le passage de M UinDy.miai.uc re|evanl flt fD h e g 6 uysnt le genou : l Ministre de la Inslice, ce bon serviteur de la loi se lt psy la faotaipie de me frire fubir treize jours de nri'on. Je dois tie jug pour oiirty s au Prsident de la Rpublique. La purili de cetie vengeance rae rsppe'le le souvenir de Shridau qui condamn par le pailement anglais a ufs leurs dettints, quou ne le> tue pas et que lorsqu'ils mritent dt mourir, ils se suicidenh De toutea parts, l'intr qui s'ri moife t en ma faveur sert joint ui cri de maldiction coutre les auteuit de I attentat dont )'ai t victimeCe que j'ai crit jusqu'ici etiit lg r et doux Je ne I H JJH 'H j t* pelote* fiire amende honorable et fo-clen a tendant partie. Pour combatte, de 6e mettre genoux, dit, en se'ehicaceraent ces politiciens inf ne ; nense;gnemcn piciebx.Defdel Muine des ett-Utlt,— oss 's un idal commun firent re auraient t •^JW? nH M .. ^ i . ..ai H m>me minei t visi e.i attendant que l'heure solennel-. inluctable de leur cliatimo.it Bonne je reprendrai'q and le moment vi>i ,n i: i u D'ett pas mchant, jdra ma plume de bataille avec I les uros mangeurs ne eont jamais quelle je les couvrirai de tonnerre A'fol.tiemblant de sevoirjet de flammeaet je lea ferai regrettei gmelle o il a'empiff e de m a roij, emprisonn pour meei us annes, de la faim du articles. a imagin ce tiuc qui nso Je rem rcie bien sincrement ftlti courege, ni puissance d'in;F L. Cau i lia i o it, L^Sftlses ive nnn rr ,,. ..npcurmefurej-urenpriOujei V Geivafr, m e avocats, d^s petPuts piovent aue la timanoeuvre icqual faable ; en BNH ({ „ aider le pl"8 lorgemos pos ns qu'ils se sont donnes pour que fiT* pas au dessus d*no.forai les au'eurs, et compl-, pour en taire s b M /g a ^| e couardise et quelle pau ma dtention durt le moins poeel^w '^VO nnnml ustce sur le boa sens et l'impart.a '^e diaagio.Uonl-.. bl, et du dvouement qu'ils ont ap. }, t -eis.cmSnT P ..dnoruoeeMdu gouvernemei t ?r Part00 t o il a pass Justin liapo Ile fense r^e mes intrts %  ani. e P*^ 1 '**' 1 t L rau "est rvl infrieur. Avocat. Ils peuvent compter sur ma plus .Nos 3!?..._. P,V -on se pa-a midi aux chef de division juge, ministre il profond gratitude 1 chan Pst le type de la radiocn prtenCe n est pas sans u- b.eo doue tieuse et oc pourra s'en convaincre motion que ja remercie galement P i toutes %  nct es n*oni-ils pas rsist 'usement ""lenet les 5***men nt^ff^n acc'et, de L. Dessalinienne, plus audacieux du te p" ug'oupe dwOl.ers. TU OS. h. VILMr^NAY le venais i prinede finir cet article quand je fus arr- de nouveau le f Avril par la Gendarmer.e, d'ordre du Prsident de la R'publique et coaluu au bureau de la Po'ice o il me fie demand r de lut crire un." fatara d'excus-s,d

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05354
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, April 19, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05354

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
L^^ain^
4oeo
Tort tu Prince, IWi
Mtidi 10 Avril 1921
D1AECTEUR-PR0PRJWAIRE
Ciment-MAGLOll
LI NUMERO 20CENT1IIU
N'importe quel imbcile
peut gouverner avec fUt
de sigo.
CAVOUR
Quotidien
REDACTION, Rjg oiricune No. Iju>
TM/.7 UOMfJt
-.. --L-
ch initia i 10 heures sous
ice de Me G.orges Sylvain
Jl Parisiana la sance de l'U-
Piiriotque Aprs les souhaits
renne adresss Monsieur
2ai i Corail se dpense en
! tous genres pour aide
livte
Les chercheurs de
trsors
Il y a des dtails trs suggestifs, ___
-musants et dconcertants sur hspo ... ^ ,, .. L
if.Lr v fus que moi et conduit an bureau de la po
on connat-Nous nous proj.os.us Uce o on me d^clara ae d.ordre
d entretenir nos lecteurs. du Commissaire du Gouvernement,
jd devais tre dpos en prison.
J'insis ai parler au chef de la
police lui-mme et je l'attendis vtine
Dclarations
Nouvelle attaque de
par sa lettre stipidedu 11 Avril au
jrge d'inatruc'ion Lescoullair que JGiJjniii-pje et gnreux seutiraent
toi-g mea confrres de la Pressrent
ceux de la Capitale que du Cap Hai
tien et des Cayes.qui ont protest si
nergiqueent contre l'acte arbitraire
etillgal dont j'ai t victime de la part
du gouvernement de Mr Sudre Derti
guenave. Honneur eux. Le a-
de
VEis publier.
En jetant de la poudre aux yeux,
en faisant sccroira qu il ft clerc
d'avou Pris, il a. pj escalader
ces diffrentes fooc ions- M mis re,
ze-fl
,................ ...........par son manque de tact, son
I HaStrilD nP'da t deux heures. Ne le imeuipestif dj flatteur doit il sait
voyant pas venir, l'oflicier qui le peine relever la bassesse par son
S'il est vrai que nous avous en ce remplaait me fit conduire en pri-!ir fanfaron, il fait encore montre
i mV "n i moment une recru de; ce ice de c son Le lennemnin ra.tin ramen au 'de le plus parfaite incaiacitfi
de u i ""' ie terr b!e mal qui a dj caus tant d bureau de la police, on mi montra1 Justin liarau t.'a qu'une religion ;
vide autour de nous, que n'emploi U lettre par laquelle le Comrai-sai .''argent! qu'un Dieu son ventre!..
,_, ,. i_. i e talor
parole 1 Me Mo
luin cda
Morptau.
an langage simple, ) ancien
campa la grande ligure de
esclave de 1 habitation Br
^leF^sfi^e i^^^ ; ^^^^^"^mi soit
X d. linlne guet apens la vement Compt...
duquel il dev.nt prisonniei
ville?Va-t-onpermettre que par sur
jerctee llau reste i l''at endmique
!ch;z nous ? Un peu d'nergie sufh
dfiait!
^ni^m^^^^i^^nMSnVe U rreaitation. sans dire pourquoi leIaprs ton rainiatre, pour y
''" L ernent x !j ds ufeaion l ll fus conduit au Parquet et ensuite! sa couenne de multre imbcile-
expdi a la maison prive du Corn j J'apprends que Justin liarau est
mifsaire qui prenait son bain et me candidat la Prsidence- 11 e la t
renvoya l'attendre au Parquet Mes des runions Ptioevl la o s'est
avoiats, Mea Luxpmbourg CtUVin,Iefflnne ta candidature. Ali: laisse/-
Ed. Leapinasse et V Gervaia vinrent!moi rire! Qui joli prsident nous
m'y trouver. Le Commissaire dallerait vraiment ce paillasse si friand
Gouvernement dcerna un ordre de! de crevaillel..
di '. contre moi, ordre qui ne men Q >a au communiqu du Dpai
tio'iuti pas les motifs de me dten- teveot de 1 Intrieur, ivre de ce
lion, malgr mes vives protestations nuis de liarnavo Dartigutnave- j'y
et celles de mes avocat*. rpondrai eu tamp3 opportun.
. L* mardi suivant, je tas amin
devant le |uge d'instruc ion Adonne
qui me dclara que sur la denande
* m .,; n \ i, .......'.....prochain dpart pour de j8li:) But0 Miniare de la loi-
us quinte; qui iom s 'a Fiance Son cong durera juquen tiCP> \\ devait ouvrir uno ioatruc ion
habile administrateur et ua Octobre. Pendant son absence l'id 1 gard des faits suivants ports
ipiiaine ; la bravoure, la njDj$lration de la Paroisse est confie ma hsrgs :
eace, l'esprit de justice et U Pre pi8tje0i vicaire. 1 Excitation
de
jtre pour aller termine: ses
fort de ]oux au milieu des
i du lu a
aontra comment cette figue
bte de l'Histoire univeiselle
lu Prne du
Sacr Cur
Dimanche,au p;nede l'Elis* du
! Sacr Cur, Le Rvrend Pre Guil
i dans l'esclavage nayart appris ;u cur de h paro{sse t aouooe i
qn l'ge de 45 ans_ avait en,|M hdI S0D prochain
istt, la moral.t et par dessus, p^galementgalement ci or g* par un pssage d.
kresp:ct de h foi jure. II st {t pre ,each de |a B.siiqu; Notre tic'e quil me lut ;
kb ement tirer p ni de sesavan Ditre si Sympi.lvquement connu. 3 Frol08 .ofl";
llitoRrluste, Touissaint Lou KniovlxZat un b voyage aux ..... "
Hera toujours t. comprenant dir es prtr.-s.
leonie dans sa clairvoyance que ,
l'ail lotsqu'ell viole-la loi met'-----------------------------------------------------
ire social tout entier en p.i .
Ml, il le lut un degr e^ev. monde, .les Franais et les Aigus. jem,ai- rflr-du coupabie dVxcit
tUil de sa vie comme admrnis- Dans des conditions ccroyiDies, .q| g la guerra civi!e, seule l'Ooro
u'il prohibait,l'hatien s'est dlivr de l'esclavage ua jon Braricaine q,;i sa charge d ae
Ceux qui dtiennent le Pouvoir
voudraient uar touB les moyens m.
tain diopatait.e parce que je suis ls
grands voix de la conscience natio
.mi .\ vivant*, formidable qui claironr.e
urbi et Orbi leurs raaactioor. qui
le gaerre civile'leur rappelh, qui'a sont trop riches
mon dernier ar ,'ettrm gras pour ant d autre, qui
ur nous apprend qu'il prohi
des lo le tes licencieuses aux
pa ion amencame q
de ses propies forces jouissant d une 8urer |a paix publique en Ha i do
Icrvent de faim et de misre. Je le*
t_, offensant! contre une gne terriblement, je troable leur
puissance amie et son Prsident lu nom oeil, j'u tire sur tu! la v.Ldict
par un autre caseege du dit article Un peuple ha ien Z
qu il me lut galement | J -'uais plus odieux p .rvenus de la
Aprs a'-oir protest une nouvelle polit.que n osrent lever de fronts
foi', contre mon arrestation arbitrai si audacieux I. . Ha ont perdu la
re et illgale, je lui rpondis que si caite .. Itsnsgsnt maintenant en
pltine incohrence, en plein dsar-
roi ; .
t-.apps do vertige, ils agissent,
sane avoir la conscience de ce qu'ils
solidarit dont ils ont fait preuve
mon gard es* d'nne porte sublime
et admirable. Il txpose combien ils
itont la hauteur de leurs devoir.
Constant Vieux est venu me serrer
la main au buieau de la Pol ce et
m'e ;ioi tar au courage-Je loi en suis
reconna'ssant et je le prie de vouloir
bien trouver ici l'assurance de ma
plus vive sympathie-
Marchons unis, mes f res par la
plu ne I lournalistes de Port au Prince,
du Cap Haitien et des G yes, vous
avez fait voir pu votre indignation.
vo're courageuse attitude que l'attein
te porte la libert de p*nser d'un
des vcVres tait ressentie par vous
tous. Honneur a vous noble: et
vaillants ouvriers des lendemain!
glotieux I
Tw-nir en haleine l'opinion, insut
Aef sans nve ni repos aux me:;
atte ntes de lassitude et de dcourage
ment, la toi, l'esprance en la rsur
rection prochaine de la Patrie; en u i
mot penser, vouloir, agir dans Pinte
rt de la Nation et pour \s salut pa-
bl c, vous marchez dans cette voie
triomphale, la tte hau'e, avec une
intelligence, une nerg'e et une graa
deur d ne extraordinaires .
C'est ce t* action qnil faut pont
suivre et contre toutes les forces
d'oppression, la Prese haitienne in
dpeodame re era dresse, vigilante
et invincible.
Ceux qui exercent une mme po-
fession, ont drs intrts communs,
derminant 'eur action communej
La ouissance d ane association et son
icriueoce est donc fonction de la so
lidarit qui unit chacun de ses mem
bres.
Eacore une lois, M:rci, chers con
I ics, de lavoir ainsi compris et
d avoir protest si unanimement et
si vhmentrm'ut con'.ri la basse
n'quit do.l je viens d te victime.
l'imagint on de 1 amiral Knapp surrectien.
honver en lous des cannibales' Ce te coni.ence rconfort,nte qui
on mensonger! contre laquelle coa-t.tue un acte de loi a n
propos
me sont reprochs contre une puit- so s leurs coups de massue, iQBtes
lance amie et son Prsident lu, II.les inacb-nationi que la frayeur loi
fi.ilp.n lisant 1ericle de voir pi *> aux sclerats e retourneront
DOlla pat, je n'ai rare du ,icf .ilhblement conr>eisiiT !.-Le Pay
' domini uin- Mr Francisco|entier a du le conait r: il n y a plu
|e vous presse tous sur mou
fraternel !
cent
es
que
peuple
devons nous contenter doppo -4eui#usement applaud e par un pu
: mornes 'riencYt'de li raisoo^ppuy de p [ai exalt le mrite et que i ai lev la ndeoa. dans les actes d'un goaver
Suites auxquelles a0J^Vc^ZJ^^^ L,Ue, U sont donc les .roposlnement qu, abandonne la .cWit
htmtons prsentement ne sont j Me Georges Sylvain ctars
' fuo genre nouveau, et, s'ins sance en remetoan* lassi.tmce d
[voir t si romb tuse et en prpo J|dePt ,araedi dnier, aprs que
toujours de l'Histoire.le sym
11ue orateur rappris l'antago
de Toussaint ni de Rigiud
** termina pai la souffrance
sne sous la lrule du com-
tur. Les deux noms restent i
I. prnendjscffenaants coutre le Prsi individuelle des citoyens l'aibitrai
de- t 'u ,e de ses ministres. Qui donc a dr
*" J'ai t itl x sous caution de 5.0 qurt les gouverneur r-ts ee font eu>
sant au vote de
lut ion suivarte
mite des voix
Port au-Prince,
prs le scandale
1 assemble la r^o
adopte i'unani
La Population de
ayint appis qu'a
inoui de danses et
insparables, car tous deux dtcrmonies supersiiiieuses, tales
, nt les sres du foit de loux "a vue des passants en plein jour
comprirent enfin au milieu de de Pques et en pleine rae de la C*
aune soutfiance. ipi'tls au mpris de la loi hsjJmm, n
p steux, de ce tableau, surent sur le passage de M UinDy.miai.uc re|evanl flt fD h'eg6uysnt le genou :
l Ministre de la Inslice, ce bon ser-
viteur de la loi se lt psy la faotai-
pie de me frire fubir treize jours de
nri'on. Je dois tie jug pour oi-
irty s au Prsident de la Rpublique.
La purili de cetie vengeance rae
rsppe'le le souvenir de Shridau qui
condamn par le pailement anglais
a ufs leurs dettints, quou ne le>
tue pas et que lorsqu'ils mritent dt
mourir, ils se suicidenh
De toutea parts, l'intr qui s'ri
moife t en ma faveur sert joint ui
cri de maldiction coutre les auteuit
de I attentat dont )'ai t victime-
Ce que j'ai crit jusqu'ici etiit l-
g r et doux Je ne Ihjjh 'hjt* pelote*
fiire amende honorable et fo-clen a tendant partie. Pour combatte,
de 6e mettre genoux, dit, en se'ehicaceraent ces politiciens inf ne
;nense;gnemcn piciebx.Def- del Muine des ett-Utlt, oss ^Ption en coofondam leurs danses et crmonies du mme gen- 8g,e>
's un idal commun firent re auraient t ^JW?
nHM.. ___ ^ i___ .___..ai h m>me minei t visi
e.i attendant que l'heure solennel-.
inluctable de leur cliatimo.it Bonne
je reprendrai'q and le moment vi>i
,n i: i u D'ett pas mchant, jdra ma plume de bataille avec I
les uros mangeurs ne eont jamais quelle je les couvrirai de tonnerre
. A'fol.tiemblant de sevoirjet de flammeaet je lea ferai regrettei
gmelle o il a'empiff e de m a roij, emprisonn pour mee-
i us annes, de la faim du articles.
a imagin ce tiuc qui nso Je rem rcie bien sincrement ftlti
courege, ni puissance d'in;F L. Cau i lia i o it, L^Sftlses
ive. nnnrr-...... ,,. ..npcurmefurej-urenpriOujei V Geivafr, m e avocats, d^s pet-
Puts piovent aue la ti- manoeuvre icqual faable ; en bnh ({ aider le pl"8 lorgemos pos ns qu'ils se sont donnes pour que
fiT* pas au dessus d*no.forai les au'eurs, et compl-, pour en taire s b,M/ga^| e couardise et quelle pau ma dtention durt le moins poeel-
^w '^vo nnnml ustce sur le boa sens et l'impart.a '^e diaagio.Uonl-.. bl, et du dvouement qu'ils ont ap.
'},t-eis.cmSnT P ..dnoruoeeMdu gouvernemei t ?rPart00t o il a pass Justin lia- po Ile fense r^e mes intrts
ani. e P*^1'**'1 t L rau "est rvl infrieur. Avocat. Ils peuvent compter sur ma plus
.Nos 3!?..._....... p,v -on se pa-a midi aux chef de division juge, ministre il profond gratitude
1 ____ chan Pst le type de la radiocn prten- Ce n est pas sans u- b.eo doue
tieuse et oc pourra s'en convaincre motion que ja remercie galement
P
i toutes
nct es n*oni-ils pas rsist
'usement
""lenet les
5***men nt^ff^n acc'et, de L. Dessalinienne,
plus audacieux du te p" u- g'oupe dwOl.ers.
TU OS. h. VILMr^NAY
le venais i prinede finir cet article
quand je fus arr- de nouveau le f
Avril par la Gendarmer.e, d'ordre du
Prsident de la R'publique et coaluu
au bureau de la Po'ice o il me fie
demand r de lut crire un." fatara
d'excus-s,d Matiat e- prniat l'engagemeat ie
rien plus crire, sous peine d''f:
dros en piiso i. Sur mon relu
d'ocquie cer i so.i dsir, js fus de
nouveau ms en p ison. le rirai d'
tre rem s en 1 S'itS par le nouveau
Chef de la Grniar nerie, apis une
nouvelle d ention de 14 jours.
Le Prsident d Hati, Sudre Duti
guenave est la (ois,accusateur, juge
et partie. S il tait vrai que j; l'eus
outrag, que ne laissaiVil i !a justice
lu pays le soin de punir un tel dlr.
mais au lieu de tespecte; 1 inviola
bili de la loi.il a esm qu'une vea
iy. ance valait mieux pour lui qu'un
jugement.
Il apprendra nn jonr si la Fore"
qu: compte sur 1 impunit de ses
vio'ences peut toujours braver les
lois de la justice I...
18 Avril 1*21
T. A, V.


LE MATIN
PARIS 17 CUTenOM" repro-
duisant la rouville du "Un" SD-
nonant que Us Eta'E-Lnia repren-
dront leur place dai-e- la ccroimssion
des rparations et UcoDfienc* .les
ambaaaadeurs.diclare que quoique U
contirmatioo de ces excellentes nou-
velles ne eoit pas ei.core parv. nue
an gouvernement frar;aia il a lam
bassade dis EtatB Unis, il les erre
gistre avec plaisir parce qu'il dane
vivement qu'elles soient exi ctes.
Examinant ensuite la position in
ternaiionale des E ata Unis.
Le Temps" expriment l'espoir
que la paix spaie ne ara pas une
paix isole et que les ngociations
s'er gageront biontt entre le gouver
cernent de Washington, les allis
d'Europe, rfln de dterminer lee-
droits que les Etats l'oie exerceront
quand il keront en tat do paix av. c
l'AUemague. la France s'y p eters
voloulifci?, elle a preuve qu'elle dm
ute lsb reconnatre les droite d<
Etats Uns condition que ceux :
iiconnausent les siete-
La paix que les Ettts Unis liront
avec l'Allemagne sera juridiquement
une paix spaie.maife politiquement
Ile sera ce mine la nctie, le fruit ('e
la victoiieremLorie en commun.Elle
Le eera pas ut-e taix d'iaoltmrnt
mais elle permettra de pratiquer la
politique dont loub n'avons jamais
ceeeapei.'lUen sans les Etais Unis
Un mande de Merlin que le br Si
rr OBI se prpaierait demander l ir
bitrage du tnbunal IntarniUonal
pour apprcier la valeur dos presU
lions dj fournies par l'Allemagne
aux allieaet pour Mtimtl la captci <"
d- i ai- meut de ['AllOUltSM-
Le Temps" rtr,roduiaut cette li
formation oooattte que le Dr Simon?
lontinte igir comme ai le traite
de Versailles u\xUtsit pas.
Le gouvernement a Informa W a
hiogtOD que le Prsident Uillersnd
a donne avec graud plaisir son agi e
niant la nomination de|Mr. M y rot.
Hecrick comme ambassadeur des
EtatB Lnifc Taris
WASHINGTON 1-e Prsident
Harding et le secitaire Hughes ex1
minent en ce moment la possibilit
d'lframhir la rpublique de St l>0
inirgue dn cor.tile amricain. Le
projet du Prsident U ilton afra quel
aue peu moditi.
LONDRES Bien que les dve-
loppements senaa onnels d bierdtni
le conflit industiiel aient cait du
paya le danger de la give dos che
Hbm de fer et transport, la Grai.de
Pretagne ai, trouve encore 1001ilfti
menace d'une grande cuse chat bon'
uire comprenant la continuation d j
larr. du travail dans les mues, jus.
uu la lin de la semaine- Vendredi)
prochain il y aura Londres une;
grande contrei ce des d gua mi-,
neurs de tout le pays laquelle on,
s'attend ce que Us mloeuil deci-i
dent quelle llgi.e de CCOdoitS 1* a t.
vront l'avenir Jusqu' te qe ce t-|
confrence ait lieu les tffairet, M
moins en ce qui cou erne les iui
ueurs, resteront dans le StStU quo
actuel. .
PMUS Le gouvernemiLt fijjn
cals dment ofttcieliement qu i soit
uuestioo d'.tablir un tiouvisu mora
toriurn en Fiauce- Le minutie des
kiBtOCM n'a amaia envisage cette |
ventualit. )
NEW YORK Les prpara U]
nour l'inauguration de la statue de j
Simon Polivar.Ubrattur de l^ubli
MM espagnoles de l'Amrique du
du sud,qui aura lieu mardi procnaln
Central Paik et pour le Lai.qutl
auiaeia olfertdaua la sone a a1
commission apciale de ViMUiU
et aux repraentants du corps diplo,
matique, ont t termins par le co]
mi du maite charg dea leceptiona
des htes distingus de ls vtt.e.
Le prsident llardmg accoiui "gr
de aea aecrtaires arnveia do Was
biogion S heures 40 de l'apres mi
di. il aura t prcd par le secr\
lire d'Etat llughea et autres mem
lires du cabinet du prsident, et pai
les ambassadeurs st lea repratnl
laids de l'arme *t de la marine, ei
Dsr Us miibassadeurs et minibtres
des rpubliques de l'Amrique duj
Sud et les au'res membres du corps
dipiuinaique a Wasliing on.
Lu 1re uu cortge qui se rendra Ai
Central Park cinquime avenue jus
qu'au site o a t leve la sb-.ue,',
marcheront des ompagnies d'intaa ;
taie, un dtachement du navire de,
S'il bisilienM:nasgereasi actuel
lement anci dans le port.
Le p.tg'amme de la crmonie,
d'inauguiauon est le suivant- Hym-j
ns u* ionaux.dcs BilM Uall et V4-J
m^mmLm
| N'Importe L'Age
:
"-
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
Ncrologie j
C est ce matin que nous i t r.
I mis le fane part de 'a mort 4c B0lT|
Umi l'c-h Ducio-, d-d dJBS
57e anne. Doclos tai
r eux et uo paisib'e; on
L'approcher sans piouver
une grande ymoathie.
Condolances aux ramilles tpn
fes.
ne pounh
Pobi
rzu'?, di'roori de prsen ation de 1
1 ilstoe piimi L/U'ian Gil Borga?,
dvoilement de la quiti et Patricia Macmarus.discours
l'icreptattoa pir Mr lihn F. Hylsn,
. N v, Yoik, discoci du j rsident
lei Etad U sis.
L air national vat'zu'ifn sera
|0u pr 1? rrus'que du b teau de
gven< b silien Vinageras et l'air
jmiiicain par et) e de la polict de
.vw York.
Lis membres de la n'sstofl sp
iale vnzalieme seront officielle
-r.tnt reus i'Hctel de vi l d- Nw
York par le 11 aire Mr Hyan, les
membres Ju con.i de r.eitoa de
maire et le conseil municipil
PARIS, 17- On s rappelle le \<
dans quelques annes.
Union P atriohque
Convocation
Les Membres de la Renaisuictl
sont convoqus pour ce soir, 141
heures prcises, chez Mr Normal
Charles, aux fins de prendre cenl
ns dcisions relatives Labo*
marche de la Socit. Le BUREAU
C'est avec honte que je l'sl crit,
et je ne me dtdis ras que I* Aile ma
gre se souv'endra de l'orque o
elle ne sur rpordre IB1 den aades viirtinriPatriotiau'
de IHotenle que Par un non possu ^^tKD'
-' Suivant le r^ponlmt ***** ^J^V^S^
bornai a Berlin les mW diplo oral: ^y^^toSS.
marques in'eia'lis oi des raisons,ne de colle es u "*" w
le croire que le mdiateur auquel Les quaitlW qu. n-UTOl,|ll pynde
'AlUmagne se cer,ir adiess pour visits ce jour-l le seront le lenoe
transmettre aux Etits Uiiis de cou, main. nBr(n.nfS Aon\
Le Ttmps.dans un article de loid.'.qui n'ont pas M******?.
1.1 avoir eu co,na,JSance qot la nou tourn leurs cams ***9\L
.elle oltre des rpsrstions par l'Aile voir la bont de les f m tr i ^e
msgnc avait t mnsmis.- aux Etats Social, cabinet de Me Georges bylvarn,
Leons de cfii.nl
Madame LOUIS-AUQUS1,
Elve de Urnes Rose Coro,
de l'Opra et Anne Vila, dej&J
certs Limoureux.
Leons parliculires et l'.ourt-
S'adreaeer l'Ecole Normili]
Rue Gspois
en issedaent de l'ar'icle de Mr AlolilUois pu 1 intermdiaire du Vatican",
..; bnrg publ en M rs dans la ce qu il caractrise de ter.ta'i'/e d
tourne par l'Allemagne d'chapper
iu paiement jusqu' h lim.te de sa
222 rue Pave.
:evue financire DIE B4NK. Le CO
fsrondant du Matin a Herlin a in-
teirogi ce rejirsentart dis milieu
fiuc^ieis qui s'est tenu l'car de
a politique et ne craint pas de pit
tr de 1. medration ds chiftres al
ia Se'on lui les dcisions d: fan;
e striib'.ent exagres que pareeque
ie 1 utre c du Rhin on a Ifl ii
ibnse de l'opinion.
L'A.ltmagne, ajoue Landsburg
pot fait payer sans le concours des
B'Sts Unis Pour se drober aux ob'.
gktions du trai. de Wsailles, les
llgus alitma;d dprcient 'a ca
pacil de piiemint de lAllemagre.
L'essor conom que rapide de l Aie
mag e leur ict g ra un dmenti for
:a pacil.
Chez Couba
Nou1? sommes heureux d'annoncer
l'arrive parmi nous de Sa Grandeur
Monseigneur Pichon Entr hier
>oir des Cayes. Sa Grandeur necompte
passer que quelques jours la Cipi
l taie d'o il partira prochainemen*
Toutes les petit s closes ncessai poui France,
res, la vie mondiine, la vie d a! C'est avec plaisir que les tilks
(aires, la vie de p sisirs ou de Ira reverront Monseigneur chOO dont
vail, tous les pet U menus objets!le dvouement pour la V.l e de Port
d lgance et de g'ce, vous les trou!au Prince le met au nombre de ses
venz i bon march chtz Couba, rue plus grands bienfaiteurs,
du Magisln de 1 E .t prs du Salon| Le Matin souhaite Sa U'an-
de Uiffure de Pab o Tor-i. deur un heureux sjour parmi rous.
Brulcme]
Il a t, ce matin, livr au;
mes par les soins de la Commi
du retait la valeur de quarante)
gourdes de billets des ai '
missions.
S. G.Mgr Pichoa ]/Pour gurir ou vltar]
MIGRAINES CONSTIPATIOlJ
OMOE8TIOM8.tT0U(0liaSan
IMBARRAt OASTRIOUS
Lr SUFFIT de
, l'un de vos rwpeO]
tout ir * lourt *
une Pilule to Df la
147, rue du Faut)' St-Denia,
Mais il but exiger lesvi
qui lont tout fait W
ttur chacun daaauaU** l*1
DEHAUT A PAI
rnt trie nalblamaat impriataT
Panama Railroad Steamship Linc.
Service de fret et de p issayers
New-York Hati
----V> Portau-Vince, le 1er S pembre 1020
^TrTtrl expditions dtreclcs ptor l'Angleterre et l'Europe et vicc-versa. Connexions le
b&teaux New York. Le i lus rapide et le plus direct service de et pour 1 Lurope. Adresse
A. E. Palertdb, General Fret h- Agent, M, Slata Street, New York C ly. fret payable
eUtinalicn ^ l'exception du Miel .
lu dpart par semainn^ New York directement pour Port au Prince et un autre par
tLois pour 10 s le- ports d liai i. Seulemml pswge d, premire chsse. Les suivant^
i-ont nos Agent! dans les principaux por s d E irope el d'4 ngleierre :
Angleterre, Eco**e H rmnee :
MM. G.W. Shelden # Co, 17. James Street, Liver-
pool, Englnd
Copenhague, Danemark :
MM. A.E.Bendlx 4* Co, SI, Allegade, Copenhague
Gnes Italie :
MM Henri Coe $ Clerici, Piazza S. Matteo.,
15 Cnes Italie
1 ; Christiania Norvge :
International yptdilions&elshap, Christiania^
Hambourg AlUmagne: H.Vogemann, Hambourg.
Gothenbourg Sude :
iVoctith Express, Gothenbourg
Le setvice de Panama Lme entic New-Yok et Hati, en vu; de;^aruDgerarils qui se
-eia d'une utilit coasiiable, tt est la voie la plus rapide par laquelle voj raarchandisi
cl e txpits.
Pour* cnuse
dpirt
A vendi
Automobile Oldsmobilej
Autonobl Kuicki
S'ad-s sr MrG fut
Rue Amricain
Achtent
Vieil or a-geni, objto
l Egailles de cart.
Gros el dUul
Prixavantajst^
9- %:/
rv^r \.r. MS'il,

sont faits
diaes peuven
couvrant ht pour New Yok ave: op.ionj de livraison soit i Londres
le Havre, Bordtaui ou Anvtrs seront livr
tpit
Us connaissemtUs
i.
0. B. THOMPSON,
Agent gnerai agent pour Hati
On trou**
A. la Maison **
Espadnllesio***\
detoux prix, Mu
Or 50 la cats


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM