<%BANNER%>







PAGE 1

N LE MATIN %  *£rJ f %  .••*' es •• %  ^ v% I \ COCOA 1 ; ; i; i LBAIILY • GRIPPES, CATHARRES, LARYNGirE, BRONCHITES SUITES DE CCQUtLUCHE ET DE ROUGEOLE Sous riatianc du "PULMOSERUM" LA 1 iTva f; r ALMK IMVEblATKMENT. LA i-IEVat KT I.KS fcUEURS KOtTUJMVl Cacao Peters Rw vente chez : Victor Mangons, Simon Vieux Lope Rivera. Arriv par le SlS tGnral Coethils* un assortiment da Pneus & Chambres air B1RESTONE Vente prix rduits LPreetain Aggerholm,gent SOUS LA J UNE BOIXJ; ?. ,_ „.. EMrLOrE *S IES HWlUbX 1-EtOM AMT FAR n MAJ< HUE OU CORPS . c MEDIUL "AU RE IE PAR PLU DF ?. .(,00 MIOECINS ElRANCEHS Uni cuilhr UlMPLOI ctl matin il toir INVENTE, DANS T, tf H u MoiitERIES IT PHARMACIES HMBg I B OI g ki BOK, PJUB Confrence historique C'est ce po9te que la mort l'a Pi vl J tt Cnn m o | „n rv* terrass. Lee funrailles qui lui ont ^ya MflattlSllip UO t faites, le regret unanime qu'il a (FOREIGN SERVICES) aiss dans le cœur des Jrraiens Le steamer Lake Sunapee t ve552WS q ue D0U ! 0,Drae accs naot de la Colombie.en passant par M^ssss ivt !" T d u Sud est attendu i ci r s connaissance 'et que, quel que soit 2I du C0 raa L el a 'era e mme tranger qui vient chez nous, il a J oa l, po J ur New / Yoik vu ,es P 0,ls le droit d'y compter, la condition du Nord Les char g eu que cetie oc de se montrer bienveillant et bon cas,on intresse sont Jinvits pas notre tf^ard ser au bureau de l'agence gnrale, .*• T^ Le steamer c Lake Se bago* venant Depuis quelques jours svit en de New-Yok est attendu ici vers le %  PMf virole. U. mdecin, di.ei* >l 0 ^" '. ' !>•"> Sd. un: ;. pjKta A*. „„.• „•__*_ Port-au-Prince, le ;6 avril 1921 VRITABLE TALlSbT fPour PARER aux consZT d'un refroidissemenT PRSERVER, TOlinn vos Bronches et S, PARACHEVER le traw d'un Khume, duneLa^ ou d'une Bronchite in Te Proe re *-ouiend ll |u B ,| 1 refu.07 lmplto y h1em( £" pasIIllMqniTon,^,, P^ul#Uilp 0l }L qile| *| ou:ceionnouio 0 r.dr tinitlIonii.VoMneia^ cerlaiosd'irolr US VRITAHE! PASTILLES VALDAI que ti TOUI lei Mhw^ EN BOITES VALDA rttTAKT UHOM Nous publierons demain le :om| 1, rendu de larnnion d hier iParisiana o le publiceut l'occasion d'entendre la belle confrence de M Morpeau sur I oussaint Louverture. Un camionrenverseunbuggy Ceux qui passent a Martissam prs de la proprit Manigat, peu vcni voir ce qui reste d'un buggy mis en pices par un camion de l'Uc cupatiop. L'accident arriva hier vers 7 heurts du soir; le buggy envers et fracass, le chauffeur qui montait le camion continta tranquillement sa toute, tandis qu'on relevait grive ment blesse une des deux personnes qui se trouvaient dans le buggy. Celle voiture est la proprit de noue ami St fulien Sanon. je II population Jrmienne aunr9 2?H a C ? U8e de cel,e P id . pnctwr. rane fii? ES d68 P U9 pofib,ei de ,a comme liai.iens En effet 2 S R -Pb l 1ue, pure, claire ciiaulline cher frre Gilbert, aprs'de longues! S d V och c omrae 0n d "' u Maintenant, c est tout le contraire, eau • raaca franais'd Ta" mittion E. F. CLEMENTS Agem Gnral tie tourrier-Hi,iien Notre coctrre C. Vieux qui pana gait avec rctre smi lh. tanoue ia direction du .Courrier Haitien, a dclar,"par une lettre au Rdacteur en chef Mr Ichbois fils qu'il se reti rait de ce journal, tpour des laiso s politiques. c Le Courrier Hatien continuera i paratre sous la direction de Mr Lanoue avec lr mme p:ogramme et les mmes tendances. Dans une dda ration, d'ailleuis, qui parai atjour dhui.le j.urnal explique A ses le: teurs comment il en:end poursuivre les dirlrtnts buts pour le triomphe desquels il gaidere la mme attitude et la mme indpendance. qui consis'e I appel del es autres d'Hati, l'autre devoir pour eux rpondre patrit en danger. .t ". U rr n lin ,e j| s'empreasa de rent.uenHat. ou il devait ronti nuer sa mission d inatitu eur 11 Y peine quir/.e jours qu'il dbarquait dans notre ville, cette fois, comme Directeur de I Ecole dea F-rea oui! avait remplac le Cher Frre Nico mode parti en cong. Kouleoient Roulement arrt par la Commia Bion du Contr'e du broiement pour le mardi 19 Avril 1921, dix heures du matin. Meisieurs du Service d hygine ?, u raatin Messieurs du seivice Hydraulique ConBe 'l d'E'at Louis Ang Guil'aurae et vous au8i, Conseillera Commu Tribunal Emm l^anvoir nniiv VAIIB .'tira i',,i.,in„o n i .i.,. J. 1. l'umimh (damant i\ !" naux. voua tre responsables de la taat publique la livre intestinale est plus redoutable que la rage elle mme, plus meurtrire que la petite vrole, de grce : aoyez vigilants et et faites en p c u plus dhygine pour la protec ion de la saut publique. Jrmie 11 Avril 1921 J. J>JL\GE J t'anjaet Commute Presse Syndicat agent de change Ordre dn A /oca'e Commerce Notaire Port au Prince, Clment Dom n^ue S. Antoine Soray Le Matin Gcorgea Gentil Llio J aeph Victor Mangooa Edouard Kno le 18 avril 1921 Clefs Bonne rcompense qoii ra aux bureaux du Matin 1 aeau de cltfa gar avant-t un buai, 'i Samedi soir, le frre Gilbert,Direc leur de l'Ecole dea Frres de Tins truction Chitienne de c?tte ville, fut pris de COOgeeliao au moment o, en compagnie des autres frres, il prenait un bain I embouchure de la Grande Rivire. Malgr loua les soins de quelques personnes accourues son secours, ou n'arriva pas le ranimer IA mort fut instantane. Le cadavre ramen en .ville fut inhum le lendemain soir, 'avec la plus grande prompe et aa milieu d'une assistance des plus nombreueee. Touto la population jrurenne, du j remier au dernier rang, s* cou fondit en un nme groupe pour ma nifee'er se* tegrets et eur ont sa re connaissance au cher disparu, cet ; aptre au devoir qol qui!a tout, son' pays, sa famille, pour venir.en not e ville, ioa'ruire la jeunesse de noi coles, rubis que la mort devait ter' rasser en pleine ac'ivit. Au cimetire, l Inspecteur des Ecoles, le Dr Hudicou-t, pionona un'discoura o il relit lloge du cher Frre Gilbeit 11 prrlita de cette ma nifestation qui ruTiss it tous les reprsentants dea diverses classes ^ Panama flailroad Steamship Lioc Service de fret et de passagers ^ w ; Y ? rl V. • Hati 4URd*^s* aaBtWBBrt Sans Haronre ni COITT ralTant la trTll da ] Chlmlau d l'ZaaUtnt -_ Wlruit InitinUoment tons lit : **•*•,<] 11 Cbr *,*s •tx> •T*tnt.rim t\Pj9 Indispensable caitrt 1M HOU %  P.. t r.Dd. c. U Iwil mn lltr• d •> %  po nt to ai M I 9mm s rwaaaPL st, C m 1 IKDVMU foulwlMl ati, xinns de Adresse payable [malien I exception du Miel IurK L %  •"" r,et payable * S mm da.L £ ISS^WteWA ss; c lasse L es sui v^ Awjlelerre, Ecotsse et Lrance %  MM G.W. Shelden # to, 17 James Danemark : &f 1 "£5%£F* c "*'•*-** ^-wChristiania Norvge • International Speditionsselttkan ri.,.-.. OoUunbourg SuZ? V aemnn "> m< ks conniicm< n l. -. .. K1UI1 Hambourg. connaissements couvrant fr^t 1, mm. Bordeau? iftjC ^^^1*^1 liraison 5oh pour New York se,sont faits dises peuven i Londres m 0. B. THOMPSON, *** "">"" lln, j„ P H J, Le du monde. RHUM VIEUX D'HL Distillerie do Soleil Ea vente i 6 gourdes le T pendant i; jours seulement Dpt : 210 Rue de! Revue v des Deux Moi if s rue tic l'bniversiti, Pf*} SOMMAIRE DE LA UVF DU ter MARS ioai — Un drame dans le Monde,! sime partie, Paul Bourget de demie franaise. — •Lettreaile.Grce etd'IttliaW —II De Vienne i Athnes, Li de l'Acadmie franaise. — Franois Buloz et es aajjj temps da second empire .—II ge Siod de 1859 i 186;,' i-tuise Pailleron. — L'œrivre d la Francs ai rie.— II Le Gnral Gouraad sateur, Testis. — La Pense religieuse de de Maistre— I, Georges Goya*. — L'Aventure de Fiante-;" puis l'arrive de G. d Aonopi — Revue Littraire.— st-, peintres de la campgoeiAsaTii nier. „ .,,,-1 — Revue Musicale Wf \ l'Opra Comique, OttiWt^^ — Chronique de 1a qvvff. Histoire politique, Ryo. on,1 Ir C d el Acad l? A VSMNT Six m**** 11 u PRIX DE L Pris, Seine, Seine et-Oise *o lt DlPAITEAISNTS, et Colonies Franaises 86 fr. 44 ETIANH $3 fr. 47 %  d k Ut abonmmtnli parttnt M '" ihaqu* mois Piix dji Numro. 41 a. .lr. ijfc Ut( i0 ~ Eirao* 1 A



PAGE 1

Quin* jjSbilos -*050 Port iu Prince, Hull %  %  Lundi 18] Avril 1921 DIRECTEUR-PROPRITAIRE: ment-MAGLOIRE Vt NUMERO 20 CENTIME* Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No. Xdob ^ELEfHO^k' *8 Si un peuple jaloux de sa libert^se trompe quel. quefois, ses erreurs!] ne sont quojpassagres ; elles riustruisent^iiimc. Mais, pour les hommes asservis sous le jouy.leur premire faute en prpare infailliblement une seconde. iMABLY Une Exposition acjricole Le 8 Mai Labor omnia vincit improbus Il (erre d'Hati sortira l'amlie n de no re tat conomique. flom donc nos concitoyens d> les classes sociales sintrnotre conditioo agricole acet guidons nos cultivateuis les meilleures mthodes prtDirecteur de la terme-Ecole de Bi D, MrBai!ey,s'occupe aciivemen loiser une exposition agricolt gm inaugure le 8 Mai prochain louable en .epnae doit tr< rige par un concours efficace il surtout pour objet de rnnii iDdcae temps, un grand nombn ico tivateuia de la rgion de Pon i-Prince, siia de leur dmontre) ides divers outils et machine bls modernes propres a leu lieuse occupation, de les encoi er par la parole et par 1 exempt leur rao tram tes rsultats oLt> I i la Ferme-Ecole e par d'autre mts 11 leur expliquera la polit d'obtenir des rsultats seu, i par les bonnes mthodes pu chevaux et autres animaux itiquesBeioat admis l'expoLes propritaires des meil ri animaux expots recevront de* : convenables quivalents lenrt> .Lorsqu'on veut russir, disai iuoo, le clbre crivain ang a-s. ipsnvrsiico dot tre votre am plus intime, l'exprience votr. eiiler avis, lu, prudence votr 1 aio et 1 esprance vo re angt lieo.i L'iot et bien entende des proprif •M et des cultivateurs hatien d'tudier et d'apprendre les mei Qi6 procds de rendre leur? propres de larges rcol e* ibons produits. Celai qui introduit dans sa rgior i arbuste, une plante utiles ou uni e rmunratrice y apporte ui Mbit i toute la communaut. Ce 1 •t* terre de France.de ses entraille "M ei aillons, — disa* aprs \> rre, le prsjden du syndicat agr de l'Anjou, que sortira la r wpuon de la patrie; mais il fau. M cela semer abondamment, ca 'rcolte abondante donnera la ••se et contribuera au salut du Mf obattcUs ont t trop souven Ti 8 cont,e leB Pnibles labeurs %  *• trsvaiileurs du so ; ils oui "•woola diminution graduelu ls rcoltes, ce qui nous a conduit •ox dplorables conditions actuelles beaucoup de terrains son: mainte >ant en f iclie, d'autres unnacen' de ltre prochainement, cause de 'migration de nos meilleurs culti valeurs Cuba, au moment o il serait urgent de dvelopper notre production agricoleDes mesures raisonnables son' intispensablea pour encourager nos •ultivateura revenir en Hati et consacrer leur nergie leurs pro prs terres. Les grands Chefs d'Etat europ ws oni toujours encourage et reberch les bons travailleurs et le* nommes comptents comma aux* taires. Henri IV ne s'est jamais spa de son fidle Bail? qui ne cessai' I rpter anx labou eurs que : c le labourage et le pa'louuage, voil les leu.r mamelles dont la trance esl tliniente, les vraies mine et les trsors du Prou. Louis XIV confia Colbert le soi' te sauver 1A France de la faillite prs qie Fouquet eu d lapid le finances publiques, Napolon avait le souci obsdant le s'entourer d hommes comptent* ; il estimait Lazare Carnot qui avait %  r les armes invincib'es de la Rpublique et trac les plans d campagne comme le gnial corgani dateur de la victoire. i liiers ruuissait sas cts une johorte de spcialist-s raments. ju il consultai avant toutes ses d.ermiuationsi Ouaud lUtiibe ta fut au pouvoir, i. t'entoura sans distinction d homme lu il avait jugs les plus habiles servir la France dans la spnre de leurs aptitudes et de leur exprien :e dmontres. Le farouche Clemenceau avai levin le gnie m litaire du marchal Focb; longtemps, avant la grai le gutre turoj-eune, il le nomm ls lois directeur de l'Ecole dt guerre malgra ses opinio s religiei ses. L* cultivateur uni ien d r. ap jreudre des homirna comptent en agriculture, employer sagemem *a tte tt ses maint a dla sser 1- procds routiniers et mettre iJu l en pratique les bonnes ra'.hodes li.compreodra alors, que planer eu ds'corapuot le hasard donne paifoi les rsultats passables; mais qu U vaut mieux planter se on les proot ts avantageux, afin d'vrer de* dboires. J. R. CHENET Bientt notre Cathdiale aura son orgue. Voici, en effet, ce qui a t dit au ptne d'hier la Basilique N.tre Dame : • L Eglise Cathdrale exprime sa reconnaissance la p'us vive aux nombreuses personnes qui se sont dvoues pour 1 œuvTe de la loterie 4e 1 Orgue : aux membres du Comit d'organisat on qui l'ont patron oie. aux au' tts qui l'ont encourage, la Presse qui la soutenue d'une bienveillante et pu clame, aux collaborateurs et coilabo ratiices infatigables qui ont dploy un z!e au-dessus de tout loge dans la vente des billets. iNotre Dame de l'Assomption elle mme semb'e elle mme avoir pris; cette oeuvre sous sa spciale ectioa. Et c'est ainsi que ma la ciise sans prcdent que traverse e pays le rsultat a dpass toutts les exprances. Le bnfice ralis reprsente a peu prs la moiti des valeurs ncessaires pour l'achat d'un otgue t es beau et t > puissant. .. .. J Taios..Vilemenay Remis en*'ibert — Un homme qui est a la railla A la sui;e de nombreuses prot.*; d'tre sans pays est le Comte Michael t.t oos puties des principaux point; Karo'yi.Ce fut lui qui, comme Prdu payset des nombreuses dmarche; sident du Conseil national hongrois, tentes auprs de la Gendarmerie essaya de bluffer les allis en instant par ses avocats que par ses nom tallaot dan le gouvernemmt Be'a brenx amis, notre collaborateur Tho c Kum. C;lte aventure le brouilla fata \. Vilmenay a recoavr sa libert lement avec ses compatriotes. Il se samedi 2 lues p.m. tourna vers l'Italie, et tout rcemSon second empnsonnemeot qui taanuTr" ment il vieat d tre cx P uls sur lac a djr treize l ours rvolus n'*u i l l1 '"'cusation de complot avec les cornprocur a ceux qui ont inspir cet munistes, et il se rendit en Autriche, ace illgal aucune satisfaction car, La gendarmerie autrichienne n'eut ds le moment de son arrestatiou rien de plus press que de lui taire jusqu'audernier jour desa dtention. repasser la frontire italienne II solliMe Thoi. A. Vilmenay s'est refus cita d'tre envoy en chzoslova toute Irausaction pouvant porter quie; mais le gouvernement de Pra-|atteinte a sa libert de journaliste. Cl M relusade le recevoir Refus ga Flicitons le colonel Djagal, ch: ''.i lement en Suisse, et mme i Fiume, 'de la Gendarmerie d'avoir oaugni il vient de tourner ses rngtrdl de 'ses foncions par un geste qui lui nouveau vers l'Italie laquelle il fait honneur et tab'it la preuve de demande de l'interner. Muslltalie son esprit de justice. qu 1 a dj essay de le dporter, ne se soucie pas de devenir son htesse, mme sous la forme de l'internemen'. 11 a parl une lois de se rendre en Amrique, mais il est douteux qu'il dirige ses pas de ce ct La Russie semble tre le seul pays o il pourrait tre le bienvenu, mais i en rager par les rappor's de Bsrk'man et de Goldman, il a d trouver le royiume des Soviets indsirable. — La Pologne, la Roumanie et la U ie reprsenUUou merveilleuse C'ist celli dont a joui hier soir, au Cinoix Pansiana lt Tout Portau-Prince lgant et artiste. Cette soire tait agrmente par une musiquj dlicieuse joae par les maescro> fa-Baptiste et Manigit. c Reiae est rellement un film incomparable tant parla somptuosit de sa mise en Klfl que par sa valeur dramatise. Plus duo spectateur nous prie d'en dDinJir mi noavjll.' ieo.i>entat on. To J S DO; compli n.Mts au Cinma Parisiana qui.dcidment.a reconquis es Uveu.s du public Nouvelles Etrangres solu'ion n'a t arrte ; la conduite du gouvernement meali s'inspirera de celle du Rei.h. Toutefois diverses ventualits ont t examines et le gouvernement franais n'agirait qu'apis s'tre concert avec les gouveioements allis. — Dapis l't:hj de Palis MM Briand. Barthou. Douraer.Loucheur, le marchal Fo h et le gnral W.y-j rcr ,icolovaqui viennent de former gand ont assist i la contreace 1 uae trip'i:e contre le; attaques -Jveu t'E'yse. tuellas des Bol hWistes Oi s'atten I Lsont examin l;s mesures preni ce q ye la Hojgrie s; joigae a dre en tenant compte de toutes les|cette triple alliance, et on eicompte ventualits, notam aect le plan mile cooeours puissaot q i elle apponel taire de l'enveloppement de la rut a ses allis dans les facilits de Rhur, peut tre le blocus de Harn^jdfense qa'iis trouver. i*ri dais la bu-get de toutes les mesures de con g< a nle maoutictu e dirms et de trafute conomique. mumt ; ois d Usin-s Skoii. — L'ambassade d Italie dment __ LC. b net Llovi G oige est riolormation du ePopolo Romaooi branl p.rsiit; deladoube retraite lisant que Mr Barrre, ambassadeur d; B nar Law, dont l at disante le France, allait veur i Paris i la| e a Cfi milheureuxsans ira Les ministres d'Angleterre, l'Italie la puissante triple alliance, a chang .vailsaul dou.e qu 11 ne revienne di sa sont associs h cette dclaration compltement la face de la crise io< Mslti continuer u bjsogie. et ont ajout, que la retraite de la dustnelle. la plua sombre que la Voili quoi conduit l'absence de France 4 1 action des secours signi Grande Bretagne ait jamais enviss tome organisationsneuse du trav.ii 1 fierait la Un d* cette action M B.iaod ge et a empch la grve projete. ^ a o as i ritr devant la commission des des chemiuots et par sy m pat aie avec iffaires trangres du snat, au.ou-les mineurs pour 22 heures. | d hui, sa dclaration i;uu la France Les syndicats des lectriciens et u-adopterait aucune tactique dilatoi employa des bureaux des ohemins ,e de l'Allemsgne au 1er Mai en ce de fer se dcidrent galement abandonner le mouvement grviste WASHINGTON—M. Vivien! et M Jus^erand sa rendirent le Maison L {'o 18 de chant mi concerne les rparatio s. La France eat fermement 1 es J U ob.eoi: une solution avec des ga1 an es en.bien s dclai le 1er Mi niatre. MADRID— Une nfoiestalion contre l'occupation de b. Domingo par de sa visite et dclara qu il retour les troupes amricaines est contenue nat en France avec le mme senti dans un m as ge qji] |te envoy au ment, et bonne voiout qui exista ^rsident llardicg par d'minentes toujours en're les pays. Madame LOUIS-AUGUSTE Elve de M mes Rose Caron, Blanche cet aprs midi Taire la"v'isit" de l'Opra et Anne Vila, des Con d'adieu au Ptaident Harding. Mr Viviaui exprima un vit plaisir arts Limotircux. Leons particul res il fouis S'drePQe.r 1 Kcole Normale Rue Capoia 'v a —. J


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05353
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 18, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05353

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quin*
jjSbilos -*050
Port iu Prince, Hull
* "
Lundi 18] Avril 1921
directeur-propritaire:
ment-MAGLOIRE
Vt NUMERO 20 CENTIME*
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No. Xdob
^ELEfHO^k' *8
Si un peuple jaloux de sa
libert^se trompe quel.
quefois, ses erreurs!] ne
sont quojpassagres ; elles
riustruisent^iiimc. Mais,
pour les hommes asser-
vis sous le jouy.leur pre-
mire faute en prpare in-
failliblement une seconde.
iMABLY
Une Exposition acjricole
Le 8 Mai
Labor omnia vincit improbus
Il (erre d'Hati sortira l'amlie
n de no re tat conomique.
flom donc nos concitoyens d>
les classes sociales sint-
rnotre conditioo agricole ac-
et guidons nos cultivateuis
les meilleures mthodes prt-
Directeur de la terme-Ecole de Bi
D, MrBai!ey,s'occupe aciivemen
loiser une exposition agricolt
gm inaugure le 8 Mai prochain
louable en .epnae doit tr<
rige par un concours efficace
il surtout pour objet de rnnii
iDdcae temps, un grand nombn
ico tivateuia de la rgion de Pon
i-Prince, siia de leur dmontre)
ides divers outils et machine
bls modernes propres a leu
lieuse occupation, de les encoi
er par la parole et par 1 exempt
leur rao tram tes rsultats oLt>
I i la Ferme-Ecole e par d'autre
mts 11 leur expliquera la po-
lit d'obtenir des rsultats seu,
i par les bonnes mthodes pu
chevaux et autres animaux
itiquesBeioat admis l'expo-
Les propritaires des meil
ri animaux expots recevront de*
: convenables quivalents lenrt>
.Lorsqu'on veut russir, disai
iuoo, le clbre crivain ang a-s.
ipsnvrsiico dot tre votre am
plus intime, l'exprience votr.
eiiler avis, lu, prudence votr
1 aio et 1 esprance vo re angt
lieo.i
L'iot et bien entende des proprif
m et des cultivateurs hatien
' d'tudier et d'apprendre les mei
Qi6 procds de rendre leur?
propres de larges rcol e*
ibons produits.
Celai qui introduit dans sa rgior
i arbuste, une plante utiles ou uni
e rmunratrice y apporte ui
Mbit i toute la communaut. Ce1
t* terre de France.de ses entraille
"m ei aillons, disa* aprs \>
rre, le prsjden du syndicat agr
* de l'Anjou, que sortira la r
wpuon de la patrie; mais il fau.
m cela semer abondamment, ca
'rcolte abondante donnera la
se et contribuera au salut du
Mf obattcUs ont t trop souven
Ti8 cont,e leB Pnibles labeurs
'* trsvaiileurs du so ; ils oui
"woola diminution graduelu
ls rcoltes, ce qui nous a conduit
ox dplorables conditions actuelles
beaucoup de terrains son: mainte
>ant en f iclie, d'autres unnacen'
de ltre prochainement, cause de
'migration de nos meilleurs culti
valeurs Cuba, au moment o il
serait urgent de dvelopper notre
production agricole-
Des mesures raisonnables son' in-
tispensablea pour encourager nos
ultivateura revenir en Hati et
consacrer leur nergie leurs pro
prs terres.
Les grands Chefs d'Etat europ
ws oni toujours encourage et re-
berch les bons travailleurs et le*
nommes comptents comma aux*
taires. Henri IV ne s'est jamais spa
de son fidle Bail? qui ne cessai'
I rpter anx labou eurs que : c le
labourage et le pa'louuage, voil les
leu.r mamelles dont la trance esl
tliniente, les vraies mine et les tr-
sors du Prou.
Louis XIV confia Colbert le soi'
te sauver 1a France de la faillite
prs qie Fouquet eu d lapid le
finances publiques,
Napolon avait le souci obsdant
le s'entourer d hommes comptent* ;
il estimait Lazare Carnot qui avait
r les armes invincib'es de la
Rpublique et trac les plans d
campagne comme le gnial corgani
dateur de la victoire.
i liiers ruuissait sas cts une
johorte de spcialist-s raments.
ju il consultai-, avant toutes ses d-
.ermiuationsi
Ouaud lUtiibe ta fut au pouvoir, i.
t'entoura sans distinction d homme
lu il avait jugs les plus habiles
servir la France dans la spnre de
leurs aptitudes et de leur exprien
:e dmontres.
Le farouche Clemenceau avai
levin le gnie m litaire du mar-
chal Focb; longtemps, avant la grai
le gutre turoj-eune, il le nomm
ls lois directeur de l'Ecole dt
guerre malgra ses opinio s religiei
ses. L* cultivateur uni ien d r. ap
jreudre des homirna comptent
en agriculture, employer sagemem
*a tte tt ses maint a dla sser 1-
procds routiniers et mettre iJu
l en pratique les bonnes ra'.hodes
li.compreodra alors, que planer eu
ds'corapuot le hasard donne paifoi
les rsultats passables; mais qu U
vaut mieux planter se on les proot
ts avantageux, afin d'vrer de*
dboires.
J. R. CHENET
Bientt notre Cathdiale aura son
orgue. Voici, en effet, ce qui a t
dit au ptne d'hier la Basilique
N.tre Dame :
L Eglise Cathdrale exprime sa
reconnaissance la p'us vive aux
nombreuses personnes qui se sont
dvoues pour 1 uvTe de la loterie
4e 1 Orgue : aux membres du Co-
mit d'organisat on qui l'ont patron
oie. aux au' tts qui l'ont encoura-
ge, la Presse qui la soutenue
d'une bienveillante et pu
clame, aux collaborateurs et coilabo
ratiices infatigables qui ont dploy
un z!e au-dessus de tout loge dans
la vente des billets.
iNotre Dame de l'Assomption elle
mme semb'e elle mme avoir pris;
cette oeuvre sous sa spciale
ectioa. Et c'est ainsi que ma
la ciise sans prcdent que traverse
e pays le rsultat a dpass toutts
les exprances. Le bnfice ralis
reprsente a peu prs la moiti des
valeurs ncessaires pour l'achat d'un
otgue t es beau et t > puissant.
. _____ .. .. _____ J
Taios..Vilemenay
Remis en*'ibert
Un homme qui est a la railla A la sui;e de nombreuses prot.*;
d'tre sans pays est le Comte Michael t.t oos puties des principaux point;
Karo'yi.Ce fut lui qui, comme Pr- du payset des nombreuses dmarche;
sident du Conseil national hongrois, tentes auprs de la Gendarmerie
essaya de bluffer les allis en ins- tant par ses avocats que par ses nom
tallaot dan le gouvernemmt Be'a brenx amis, notre collaborateur Thoc.
Kum. C;lte aventure le brouilla fata \. Vilmenay a recoavr sa libert
lement avec ses compatriotes. Il se samedi 2 lues p.m.
tourna vers l'Italie, et tout rcem- Son second empnsonnemeot qui
taanuTr" ment' il vieat d *tre cxPuls sur lac" a djr treize lours rvolus n'*u i
'll1 '"'cusation de complot avec les corn- procur a ceux qui ont inspir cet
munistes, et il se rendit en Autriche, ace illgal aucune satisfaction car,
La gendarmerie autrichienne n'eut ds le moment de son arrestatiou
rien de plus press que de lui taire jusqu'audernier jour desa dtention.
repasser la frontire italienne II solli- Me Thoi. A. Vilmenay s'est refus
cita d'tre envoy en chzoslova- toute Irausaction pouvant porter
quie; mais le gouvernement de Pra-|atteinte a sa libert de journaliste.
ClM relusade le recevoir Refus ga Flicitons le colonel Djagal, ch:
''.i lement en Suisse, et mme i Fiume, 'de la Gendarmerie d'avoir oaugni
il vient de tourner ses rngtrdl de 'ses foncions par un geste qui lui
nouveau vers l'Italie laquelle il fait honneur et tab'it la preuve de
demande de l'interner. Muslltalie son esprit de justice.
qu1 a dj essay de le dporter,
ne
se soucie pas de devenir son htesse,
mme sous la forme de l'interne-
men'.
11 a parl une lois de se rendre
en Amrique, mais il est douteux
qu'il dirige ses pas de ce ct La
Russie semble tre le seul pays o
il pourrait tre le bienvenu, mais i
en rager par les rappor's de Bsrk'man
et de Goldman, il a d trouver le
royiume des Soviets indsirable.
La Pologne, la Roumanie et la
U ie reprsenUUou
merveilleuse
C'ist celli dont a joui hier soir,
au Cinoix Pansiana lt Tout Port-
au-Prince lgant et artiste. Cette
soire tait agrmente par une mu-
siquj dlicieuse joae par les maes-
cro> fa-Baptiste et Manigit.
c Reiae est rellement un film
incomparable tant parla somptuosit
de sa mise en Klfl que par sa va-
leur dramatise.
Plus duo spectateur nous prie
d'en dDinJir mi noavjll.' ieo.i-
>entat on.
Tojs do; compli n.Mts au Cinma
Parisiana qui.dcidment.a reconquis
es Uveu.s du public
Nouvelles Etrangres
solu'ion n'a t arrte ; la conduite
du gouvernement meali s'inspirera
de celle du Rei.h.
Toutefois diverses ventualits ont
t examines et le gouvernement
franais n'agirait qu'apis s'tre con-
cert avec les gouveioements allis.
Dapis l't:hj de Palis MM
Briand. Barthou. Douraer.Loucheur,
le marchal Fo h et le gnral W.y-j r-cr,icolovaqui viennent de former
gand ont assist i la contreace 1 uae trip'i:e contre le; attaques -Jveu
t'E'yse. tuellas des Bol hWistes Oi s'atten I
Lsont examin l;s mesures preni ce qye la Hojgrie s; joigae a
dre en tenant compte de toutes les|cette triple alliance, et on eicompte
ventualits, notam aect le plan mi- le cooeours puissaot q i elle appone-
l taire de l'enveloppement de la rut a ses allis dans les facilits de
Rhur, peut tre le blocus de Harn^jdfense qa'iis trouver.i*ri dais la
bu-get de toutes les mesures de con g trafute conomique. mumt;ois d Usin-s Skoii.
L'ambassade d Italie dment __ L- C. b net Llovi G oige est
riolormation du ePopolo Romaooi branl p.rsiit; deladoube retraite
lisant que Mr Barrre, ambassadeur d; B nar Law, dont l at disante
le France, allait veur i Paris i la|e iuite de soi d.s nt divergences de'brlain, lu chef du parti unionis'e
vues entre la Frane et l'Italie au'eo remplaitment d: Boaar Law.
sujet des rpart oas, l.'ov I George, en disant put la
rAttia J Suivant une dpche ch sobre Ces Communes de la grave
Je ViBnnBau Pdti Haiisien"Ucoin ma|aiie d; Bonar Law et de sa re-
mumcatioti lons'itulionnelle de Pas- tuit (ut tellement gign par l'mo
stnble nationale autrichienne i
tdop une loi interdisant aux mem-
bres des Haltsbtuigde te ourneren
erri'.oire autrichien sous peine de
l a 5 ans d emprisonnemen .
Le mi fit e de France V enne a
nform le chancelier que si le gcu
/ornement Autrichien est incapable personaali esespagqoles.comprenant
de rendre inefficaces les menes vi- l'ancien 1er min.str*. comte .Romajfiu e
sut le rat acharnent de l Autriche ns, M, Fraccisco Camboo, ancien'l0mme lu lu-au il
l'Allemagne la France casserait m ministre des travaux publics, profas'i ,, tin de ... m;rT
tenon de secours a I Autriche et la seur Miguel, de l'universit da Sala
ommission dea rparations serait
PAR CABLE
Ltu^S,IS~ Suivant une dpche
j oerne l'agence t graphique suis
I**; nl que le gouvernement Hel
SiV1 Plus spcialement le pr-
Btili! Ia COD^dration auraient
:iin,luiive de P'ovoquer la m-
l^tion amricaine.
[J*[correspondant du lournal, i
S av dit que MrS.hulthess
b"m / la confdration avait
2,1 Washington la note dn
Kd ?tQX allemand au prsident
eurVn. e ,,ouer leio!e de mdia-
S les alliictle Reich en
vue d'une runion nouvelle de la
confrence relative aux rparations
Le Petit P*"*'" WJ
qu'avant hier l'ambassadeur dtshtaU
unis a dclar de nouveau M.
Briand que la France popva.t comp
"r dam la question des rparation
sur l'approbation amricaine sans t
erve U plus grande discrtion est
observe sur les"rsultats de la con-
observe -
frence tenue a I Eiyse qu.
des mesures n
3Tit eu
oour obi t l'examen
-ess ires pour amener !-Allema6ne.
a?qui te? de ses obligations aprs
es chances du er Mai.. Aucune r
lion qu'il ne put achever son dis
cours et se laissa retomber sur son
fauteuil en dclarant qu'il ne pou
vaii continuer.
L'iuijjraUiia en tuasse
Samedi vers 5 hmres du soir tout
? quartier dubori d.- mer tait en
moi. Plus d'un millier d hommes
de tous Age conduits par escouade.*,
ttev;o.t.d'gejdarmes,sedii:geaieot
vers le Poit pour .ie embarqus
boid du iStS V dette i destination
le .'.le p Ofideoliilte, uotre voisine,
o ils seroat eng'g^s dan; les Usines
suer es Anivs p .es du Watt, bon
nombre d'entre eux eu cm les lar-
mes aut yeux, ne pojvioi p a r u.
de pa:e i bori Nous nou;
s en iront
seur Miguel, de
majque et d'autres.
Ap:. ce premier et fructueux vo-
cmpltement rtablie dans ses attri I |iUNDl\ES -Une division inatendue^y'S* du n8 ,er tVlditts qui a en
butions. et sentationnelle. dans las rangs de mj .o:> a- Cfi milheureuxsans ira
Les ministres d'Angleterre, l'Italie la puissante triple alliance, a chang .vailsaul dou.e qu 11 ne revienne di
sa sont associs h cette dclaration compltement la face de la crise io< Mslti continuer u bjsogie.
et ont ajout, que la retraite de la dustnelle. la plua sombre que la Voili quoi conduit l'absence de
France 4 1 action des secours signi Grande Bretagne ait jamais enviss tome organisationsneuse du trav.ii1
fierait la Un d* cette action m B.iaod ge et a empch la grve projete. ^ a ,oas
i ritr devant la commission des des chemiuots et par sy m pat aie avec
iffaires trangres du snat, au.ou-- les mineurs pour 22 heures. |________________________________
d hui, sa dclaration i;uu la France Les syndicats des lectriciens et
u-adopterait aucune tactique dilatoi employa des bureaux des ohemins
,e de l'Allemsgne au 1er Mai en ce de fer se dcidrent galement
abandonner le mouvement grviste
WASHINGTONM. Vivien! et M
Jus^erand sa rendirent le Maison
L {'o 18 de chant
mi concerne les rparatio s.
La France eat fermement 1 es j u .
ob.eoi: une solution avec des ga-
1 an es en.bien s dclai le 1er Mi
niatre.
MADRID Une nfoiestalion con-
tre l'occupation de b. Domingo par de sa visite et dclara qu il retour
les troupes amricaines est contenue nat en France avec le mme senti
dans un m as ge qji] |te envoy au ment, et bonne voiout qui exista
^rsident llardicg par d'minentes toujours en're les pays.
Madame LOUIS-AUGUSTE
Elve de M mes Rose Caron,
Blanche cet aprs midi Taire la"v'isit" de l'Opra et Anne Vila, des Con
d'adieu au Ptaident Harding.
Mr Viviaui exprima un vit plaisir
arts Limotircux.
Leons particul res il fouis
S'drePQe.r 1 Kcole Normale
Rue Capoia
'v
a
. J


N
LE MATIN
*rJ
f .*'
es '

^
v-
%
I
\
COCOA
1
; ; i; i
LBAIILY
GRIPPES, CATHARRES, LARYNGirE, BRONCHITES
SUITES DE CCQUtLUCHE ET DE ROUGEOLE
Sous riatianc du "PULMOSERUM"
LA 1 iTva f;rALMK IMVEblATKMENT.
LA i-IEVat KT I.KS fcUEURS KOtTUJMVl
Cacao Peters
Rw vente chez :
Victor Mangons, Simon Vieux
Lope Rivera.
Arriv par le SlS tGnral Coethils* un assortiment da
Pneus & Chambres air B1RESTONE
Vente prix rduits
LPreetain Aggerholm,gent
SOUS LA J
UNE Boixj; ?.
,_ ..EMrLOrE *S IES HWlUbX
1-EtOM AMT FAR n MAJ< HUE OU CORPS
. c MEDIUL "AU
* RE IE PAR PLU DF ?. .(,00 MIOECINS ElRANCEHS
Uni cuilhr
UlMPLOI
* ctl matin il toir
INVENTE, DANS T, tfH u, MoiitERIES IT PHARMACIES
HMBg IBOI. g ki Bok, PJUB
Confrence
historique
C'est ce po9te que la mort l'a PivlJtt Cnnmo|n rv*
terrass. Lee funrailles qui lui ont ^ya MflattlSllip UO
t faites, le regret unanime qu'il a (FOREIGN SERVICES)
aiss dans le cur des Jrraiens Le steamer Lake Sunapee t ve-
552WS q,ue D0U!- 0,Drae* accs naot de la Colombie.en passant par
M^ssss ivt !" tdu Sud est.attendu,ici rs
connaissance 'et que, quel que soit 2I du C0raaLel a'era e mme
tranger qui vient chez nous, il a ,Joal,poJur. New/Yoik vu ,es P0,ls
le droit d'y compter, la condition du Nord' Les chargeu" que cetie oc
de se montrer bienveillant et bon cas,on intresse sont Jinvits pas-
notre tf^ard ser au bureau de l'agence gnrale,
.* T^ Le steamer c Lake Se bago* venant
Depuis quelques jours svit en de New-Yok est attendu ici vers le
PMf virole. U. mdecin, di.ei* >l0^" '. ' !>"> Sd.
un: ;. pjKta a*. . __*_ Port-au-Prince, le ;6 avril 1921
VRITABLE TALlSbT
fPour PARER aux consZT
d'un refroidissemenT
PRSERVER, TOlinn
vos Bronches et S,
PARACHEVER le traw
d'un Khume, duneLa^
ou d'une Bronchite inTe
Proere*-ouiendll|uB,|1
refu.07 lmpltoy,h1em("
pasIIllMqniTon,^,,
P^ul#Uilp0l}Lqile|*|
ou:ceionnouio0r.dr
tinitlIonii.VoMneia^
cerlaiosd'irolr
US VRITAHE!
Pastilles VALDaI
que ti toui lei Mhw^
EN BOITES
VALDA
rttTAKT
UHOM
Nous publierons demain le :om| 1,
rendu de larnnion d hier iParisiana
o le publiceut l'occasion d'entendre
la belle confrence de M Morpeau
sur I oussaint Louverture.
Un camionrenverseunbuggy
Ceux qui passent a Martissam
prs de la proprit Manigat, peu
vcni voir ce qui reste d'un buggy
mis en pices par un camion de l'Uc
cupatiop. L'accident arriva hier vers
7 heurts du soir; le buggy envers
et fracass, le chauffeur qui montait
le camion continta tranquillement
sa toute, tandis qu'on relevait grive
ment blesse une des deux personnes
qui se trouvaient dans le buggy. Celle
voiture est la proprit de noue ami
St fulien Sanon.
je II population Jrmienne aunr9!2?H,a C?U8e de cel,e Pid Ju cercueil de ce odSTjStt tan? Tn-1 **" *"* D,0Ui buvon8 Pour
Pour en tirer de. eoMlJon en! l V ,a, ^ ,0DBtenjps, cette
dont tous ceux qui lcouUient parle? SMft* la la 80urce de "orde8
doivent bien >. pnctwr. rane fii? ES d68 P'U9 pofib,ei de ,a
comme liai.iens En effet 2 S R-P-bl1ue, pure, claire ciiaulline
cher frre Gilbert, aprs'de longues! S dVoch!comrae 0n d"-
' u Maintenant, c est tout le contraire,
eau

------------- raaca
franais'd Ta" mittion
E. F. CLEMENTS
Agem Gnral
tie tourrier-Hi,iien
Notre coctrre C. Vieux qui pana
gait avec rctre smi lh. tanoue ia
direction du .Courrier Haitien, a
dclar,"par une lettre au Rdacteur
en chef Mr Ichbois fils qu'il se reti
rait de ce journal, tpour des laiso s
politiques.
c Le Courrier Hatien continuera
i paratre sous la direction de Mr
Lanoue avec lr mme p:ogramme et
les mmes tendances. Dans une dda
ration, d'ailleuis, qui parai atjour
dhui.le j.urnal explique A ses le:
teurs comment il en:end poursuivre
les dirlrtnts buts pour le triomphe
desquels il gaidere la mme attitude
et la mme indpendance.
qui consis'e
I appel del
es autres
d'Hati, l'autre devoir
pour eux rpondre
patrit en danger.
.t ".U!rrnlin.,e' j| s'empreasa de
rent.uenHat. ou il devait ronti
nuer sa mission d inatitu eur 11 Y
peine quir/.e jours qu'il dbarquait
dans notre ville, cette fois, comme
Directeur de I Ecole dea F-rea oui!
avait remplac le Cher Frre Nico
mode parti en cong.
Kouleoient
Roulement arrt par la Commia
Bion du Contr'e du broiement pour
le mardi 19 Avril 1921, dix heures
du matin.
Meisieurs du Service d hygine ?,u raatin-
Messieurs du seivice Hydraulique ConBe'l d'E'at Louis Ang Guil'aurae
et vous au8i, Conseillera Commu Tribunal Emm l^anvoir
nniiv vaiib .'tira i',,i.,inoni.i.,. j. 1. l'umimh (damant i\ , -____
naux. voua tre responsables de la
taat publique la livre intestinale
est plus redoutable que la rage elle
mme, plus meurtrire que la petite
vrole, de grce : aoyez vigilants et
et faites en pcu plus dhygine pour
la protec ion de la saut publique.
Jrmie 11 Avril 1921
J. J>JL\GE J
t'anjaet
Commute
Presse
Syndicat agent de
change
Ordre dn A /oca'e
Commerce
Notaire
Port au Prince,
Clment Dom n^ue
S. Antoine Soray
Le Matin
Gcorgea Gentil
Llio J aeph
Victor Mangooa
Edouard Kno
le 18 avril 1921
Clefs
Bonne rcompense qoii
ra aux bureaux du Matin 1
aeau de cltfa gar avant-t
un buai,
'i
Samedi soir, le frre Gilbert,Direc
leur de l'Ecole dea Frres de Tins
truction Chitienne de c?tte ville,
fut pris de COOgeeliao au moment
o, en compagnie des autres frres,
il prenait un bain I embouchure de
la Grande Rivire. Malgr loua les
soins de quelques personnes accou-
rues son secours, ou n'arriva pas
* le ranimer Ia mort fut instanta-
ne.
Le cadavre ramen en .ville fut
inhum le lendemain soir, 'avec la
plus grande prompe et aa milieu
d'une assistance des plus nombreu-
eee. Touto la population jrurenne,
du j remier au dernier rang, s* cou
fondit en un nme groupe pour ma
nifee'er se* tegrets et eur ont sa re
connaissance au cher disparu, cet;
aptre au devoir qol qui!a tout, son'
pays, sa famille, pour venir.en not e
ville, ioa'ruire la jeunesse de noi
coles, rubis que la mort devait ter'
rasser en pleine ac'ivit.
Au cimetire, l Inspecteur des
Ecoles, le Dr Hudicou-t, pionona
un'discoura o il relit lloge du cher
Frre Gilbeit 11 prrlita de cette ma
nifestation qui ruTiss it tous les
reprsentants dea diverses classes
^ Panama flailroad Steamship Lioc
Service de fret et de passagers
^w;Y?rlV. Hati
4URd*^s*,aaBtWBBrt
Sans Haronre ni CoItt
ralTant la trTll da ]
Chlmlau d l'ZaaUtnt -_
Wlruit InitinUoment tons lit :
***,<] 11 Cbr *,*s
tx>
T*tnt.rim t\Pj9
Indispensable caitrt 1m
HOU P.. tr.Dd. c.UIwil
mn lltr d > pont toai M i
9mm s rwaaaPL st, C m 1
" iKdVmU-foulwlMl
ati,
xinns de
Adresse
payable
[malien I exception du Miel IurK L "" r,et payable
* S mm da.L ISS^WteWA ss;classe-Les suiv^
Awjlelerre, Ecotsse et Lrance
MM G.W. Shelden # to, 17 James pool, Englnd Mreet, Liver-i
L.n(:openhayue> Danemark : ? .
1 "5%F* *c"- *'- *-** ^-w-
Christiania Norvge
International Speditionsselttkan ri.,.-- .. ,
OoUunbourg SuZ? Vaemnn"> m<
ks conniicm Hambourg.
connaissements couvrant fr^t
1, mm. Bordeau? iftjC ^^^1*^1 liraison 5oh
pour New York
se,sont faits
dises peuven
i Londres
m
0. B. THOMPSON,
*** "">"" lln, jP HJ,

Le
du monde.
RHUM VIEUX D'HL
Distillerie do Soleil
Ea vente i 6 gourdes le T
pendant i; jours seulement
Dpt : 210 Rue de! '
Revue v
des Deux Moi
ifs rue tic l'bniversiti, Pf*}
SOMMAIRE DE LA UVF "
DU ter MARS ioai
Un drame dans le Monde,!
sime partie, Paul Bourget de
demie franaise.
Lettreaile.Grce etd'IttliaW
II De Vienne i Athnes, Li
de l'Acadmie franaise.
Franois Buloz et es aajjj
temps da second empire.II
ge Siod de 1859 i 186;,'
i-tuise Pailleron.
L'rivre d la Francs ai
rie.II Le Gnral Gouraad
sateur, Testis.
La Pense religieuse de
de Maistre I, Georges Goya*.
L'Aventure de Fiante-;"
puis l'arrive de G. d Aonopi
Revue Littraire. st-,
peintres de la campgoeiAsaTii
nier. .,,,-1
Revue Musicale Wf\
l'Opra Comique, OttiWt^^
Chronique de 1a qvvff.
Histoire politique, Ryo.on,1 Ir
C"'del'Acadl?AVSMNT
Six m****
11 u
PRIX DE L
Pris, Seine,
Seine et-Oise *o lt-
DlPAITEAISNTS,
et Colonies Franaises 86 fr. 44
Etianh $3 fr. 47 " dk
Ut abonmmtnli parttnt M '"
ihaqu* mois
Piix dji Numro.
41 a.
.lr.
ijfc
Ut-
(i0~ Eirao*1
A


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM