<%BANNER%>







PAGE 1

Il M* TIN Propos d'un provincial { Un des documents du Livre l>leu m'a fait soutire de tendresse ; c'est' l o parlant au nom du Dpartement d'E at, Mr Coiby dit an Mima tre d'Hait'. Mr Charlee Moravia qi il ne pouvait sccepUr les contre f ,ro positions du Gouvercement h.itien aux amendements da Projet de.con; trat de Banque : "parce que ce amen] demenls proposs par le Dpartement d'Ltat i reux n'a pas coraprie que c'tait pour son bien que voua lnvi iez manger avac voua ? Hier j'ai vu un mendiant aborder an homme il lie pour lui dennde* cinq ccn'imes. Celui ci lui rpond! i aval* I intuition de vous donner deux gourdes, puisque vous me de mandez seulemeut cinq centime?, jne vous donne rien. Un plus grand esprit que moi pourra comprendre ces choses,pour ma part je ne suis pas de force le tenter d autan plus que je ne suis qu'une pave depuis qu'un coup de vent m'a jet la coteWest India OU cy L'tablissement d'une succursale r cette colossale txploitation que nou CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT *JJ *ri4jv.5 Un nouveau poison de guerre d'invention amricaine Columbia Record & Graphonolas annoncions, est aujourd'hui un fait. £a ce moment le vaste dpt de la Rue des Csars regorge de gazoline et de K;osinr. Il s y trouve eavuoe 10.000 caisses. Les conditions de vente tont augurer d'une concurrence svre qui mettra les commerant de la Place dans l'obligation d'arr e> net l'impoitation de ces prodnits. La iW est India OU Company s propose mme nous a-t on dit, d< vendre au dtail c'est dire par gai Ion En cela nous croyons qu'elle veut dpasser la mesu;c^Lnos dis positions lgales ne luffUnettei t poiot d'exercer le 10 e de dtaillan qui est l'afiairtdo petit commerant Nous allons revenir sur la que tion. L 'aborntoire militaire de chimie des Etats-Unis a dcouvert la.com poaitio'i d uu liq ide cautiiue*dont l> pouvoir poisonneux est tel q e trois goutte mises en cintact avec la p au d'un indivdu suffisent pour lui dorner la m m.Tomban' eonoi) t l pluie d tny ux spciaux ait ctis aux aroplanes, re liquide peut ainsi semer la mort sur sou paes*ge Un haut officier attach ce laboratoire donne sur cettfl nouvelle a -n de guerre les renseignements aui vanta ; Un sropin* port r.t deux onnrs Je ce liquide peut, dars une (reverse, couvrir une aire de 100 pieds de arge sur sept milles de lorg; il peut lana une tell* ti vers?, jeter aasrz de ce poisjn pour tuer chaque personne sa trouvant dans cet \ Vt ndratt encore sur une plus grande tendue. La seule limite 4 la production d'un tel liquide est la capac t de production lectrique, opacit prs pie illimite dans toua les pays id'aujourd'h i el tous ses disques en M i om-raient u trouver • k Q tlJC ^ un ^ assDi liment de DEUX MILLE diffrents Records xpois a l'action de ce poison ne J ous *' chants par les plis c'h es il s l9* du nrrnde. Pour faire Jevi aient pas tre protgea par des place un nouvel envoi 4j en roui pa* mesques.son pouvoii de deatruction duran seulement quatorze jours. Ii maison mt vente aux piix excessivement rdui.s de : or 0 7o disques de 10 pouces cr HO disqu's do M pouces" Coad lions : Chaque personne do i ch 1er un mini num de cinq # disques p.'ir pofiter ds ca rabiis. yant de la matire premire. 'Les ^ ar P r emier vapeur alland i d$ N-Y.la raaisoj reoit en dique* Mes S&SftSSSftKJt Uice ""opreales & acae vaudouesqaes%  ers de tonnes de ce prodoit par Ur hsitation faite pa1 lour, s'ils peuvent disposer d'un Le maestro J.VS1 IN EUE, le grand artiste hatien. outilhge Huiiisan*. "Darant l'offensive'de l'Argonne, I anne amricaine se composait de 1 ,.(">< KXJO hommes occupant une aire approximative de 40 kilom rea de DPT lopg sur 20 de largeSi l'Allemagne Parisiana •—Le grand drame social tLesP-iust, avait attir avant nier soir Pauiaoa **' une belle assistance lgante d jo yense qui a applaudi avec enthousiasme ce film magnifique. La salle de Parisiana, are tt vaste,, est bien -OU. soir* PARTOUT %  %  %  v>" luutLt %  ia LHOIX-ROUCI %  BIRPAIX : 2. rue Docteur-BaJIy, GR£N0SLE 0*ii>. Les membres de la Renaissance sont pris de se runir ce soir en .—^^ VssemWe ordinaite. b heures prtn vente chz ; Gaston R Martin, Annihal Ii,,|]7~ i' lr ;, rnn ^7 al ft S* ,0 1 de " So^f" jK Au Cent NHIa ar.lcles.. P nphael Broua d Remy Basl Je ls Runion, maison Normil Char my n,bl les. Le BUREAU i Remerciement* — .. K ..^, ^.u uaru^x ^my nastien etc ., ] Socit Commerciale Hollandaise Ls famille MONSANTO remercie bien sircrement tons les amis tant le la Capitale que de la Province isj lui ont donn des preuves de et dTco! sympathie l'occasion de leur bien et entire regrett JOHN V. MONS \NTO Elle les prie de croire i tout: sa %  reconnaissance Iransatlantique Importation Exportation ..* procuration Mr . bu BOUSQUET ** Ce i Ur raa P 1 *' 06 de signer en mon lieu et place rn, nd,T l* J\? Per char eD ou,r e mienne propre en ce qil^. t T^i^^ 9 J!F^!!^^^^ Liboit tgitiw KEPCBLTQOt D r I S** Lan mil oeuf cent ti le Samedi neuf AvriL * JMUOCS d, Premire Prince et par devant NoJ Jarbith, aommis grefaar A compara MoDiianr Bistoury, propritaire, iomicili l'ortaal nou s a dclar qu'es vatte iat loi donn par l ( ul mes UJS, Amlie, StphJi J Comlle, tous propritiml rsnt et domicilis Portai lequel mandat portant u deux Avril couraut nom b§i il renonce pure mat L ment, pour et aa nom du 1 *ieur et danns Lise, A et Sinai Cooille 14 m feu Feruand Coc.il le. dit ville, le onze fvrier de 1 Dont acte. -Le corar_ avec nous apr* lecture. Ainsi sign ; f. Biitom larbath' %  Enregistr Po tio Pi Vvril mil neuf cent vtofl 704 Vo Case 22.7 du _. i des ac'ea Judiciaires.' fixe*— Deux gourdes. Le I) recteur 1'rin.cipil §1 (js.remrrt. Sign : A.FOL'JOl Le Gontrle s^n*. Cyrmtt Pour Ksp'iition conforts! Colla. iotinD.ux mets rsys nuli.I mots rays nuls Ed. TlltUSYI Bonne Noui Rjouissez-vous, atnat ferlsti suprieur, fumeurs 1 Sensible la situation 1 "e directeur du Bazar deyl pour faciliter ses clients, tir de ce jour, le Scaferlati 1 la fameuse marque prparation Franc lise, \7o le paquet. Le stermer Caravells" Bordeaux le 29 Mire I vers le 18 coorsnt: Le stiamer "Mscorii" Bordeaox le 0 courst flg vers le 27.) Les deux paquebots irostl go de Cuba. Us itinraires et dates ji pour l'Europe seront flxs des paquebots. j Port au,Prioce. le 4 Al L'Agent E. ROBElH] New Orlean South Amei 81 Le S,S sLAKE RESC ici vers le 14 courst H< probablement le mfflejosj fret et la malle pour Neff Port au Prince, leiil SOCIT COMMERCIALE D( The Royal Steam Paeh* Le SiS CONWAY m 15 du conrant cnt ff^ pour les poits du Now,. Amsterdam, Anvers, Lo men et IOJS les anttei •f J M. Port au Prince,Je Roberts DUTTONJ General Port-aul'rince, 13 Avril IBM, 1 Port au Prince, le 15 avril 1911. ne ma succu ai* rieGocaives. J DAALDEH, Jr. Port au Prince, 11 avril 19^1 Glyde Stea (FOREIGNSEi Le steamer LIK**-^ New Yoik est *: du courant en P"* poris du Nord. .^ Il laissera le n>e? e I Jsi Colombie via les port J Port-au-Prince de 21 ism Agen*



PAGE 1

&mti*n 4056 PoR ta Prince; Flatii Jeudi 14 Avril l92t WRECTEUR-PKOPRITAIREC ment-MAGLOIRE tl NUllERO 20 CNT1HLS la libert, c'est le droit de se mler des affaires des antres. L'Abb OALL1ANI Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No. la&b TELEFHOMi48 Nouvelles de Washington Nouvelles Etrangres i celte rubrique, nous offriront i nos lrrieurs des enforma i source plus ou moins directe i tune correspondance spciale uenons de nous assurer, esp qui les nombreux amis et lecMAI IN nous sauront gr de su sacrifice, Uprsent et lavenir d'Haiti sont i lits au mouvnuent de la politique affaires des Etats Luis, pour %  H n'accordions pas une toute %  p lace tout ce qui est de nous clairer sur ce mouveI ne s'arritront pas nos efforts; l tommes actuellement en poueoar uvtc des sources d'informations \sirituses de tondre et de Paris •nous pourvoir galement de notes connat la valeur de ces cor es spciale qui prsente! les informations gnrales de la l'avantage de ne eervir aucune iitique et d'tre par consquent en coin de la plue complet\tialite programme de la prochaine Session I leaders rpublicains da COQ •ont mis d'accord .sur la ra avant longtemps: Le colonel Dion Williams, qni commande le 4e rgi ment de Marines dans la Rpnbli que Dominicaine sera relev de.ses fonctions pour occuper une place dans l'cole de l'tat-raajor gnral de l'arme Washington;il sera rem plac dans le commandement de ce rgiment par le colonel Charles II. Lyman, actuellement aux Marine Barracks de San Diego. Le colonel Dickinson P. Hall, qui a t dans le service de recrutement San-Frncisco, est dsign pour prendre le commandement du 8e rgiment de Marine en Ha i, en remplacement du colonel Louis Me CLi tle, appel au Collge Naval a Newport. La France envisage une rupture prochaine avec l'Angleierre C'est ce qui semble ressortir des impressions suivantea d'un corres pondant parisien d'an journal amricain : Une nouvelle rupture aoglo-fraa aise est pleinement envisage, et le voysge de Ren Viviani Wasbing ton est an pas vers l'aide amricaine __ tent & an moment o le concours me de la Session itrordi in *!l eemble prs de manquer st la Prsident Harding y a 'ta France, son apqrobation. A ***** £ ae ,es d *8rsque laisse miens miseras qai seront ££!"& " SRMfiS ftift du iour aont nn ahe de UOQB actuelles de la France et de la £ nwriers dont on a* Grande-Bretagne soient franchement ijsta lueneurs don? on at ^^ J discuts, un srieux temps d'arrt peut survenir dans le dveloppement de la reconstruction europenne. Les deux Premiers Lloyd George et Briaod ont b ; eo t devant leurs parlementa respectifs expliquer les dcisions de la confrence de Londres. Il est cependant clair que leur* dclarations sur la rcente harmonie i rgularisation da commerce des EtaiB-Kois et la protec l'industrie nationale. A part divergences individue les, gnralement pas de srieuse entre les leaders do Coni entre eux et l'Excutif anr le [imme dea Sessions axtraordi Dans les deux Chambres, les Rpublicaine ont une S oaioriSet chaaoe Iota ^"tant entre les ala dans leur n maiorue et ciiaque ( 1S attitude envers t'AUemagoe ne sont • agira de l'accomplissement IWtS de cette lgislature en relavsc les desiderata de ta plaie nationale, il n'y S pas de que la grande maaae de IV %  tacts et de snateurs rpnblii os suivent leurs leaders, mme temps que la rglemsn 'des affaires intrieures, lad 'ton aura entreprendre Taion des affaires extrieures n il y ait beaucoup a faire ire qae la ait nation n'est clairenuVil dfinie. Il y s U certains points plus ou •quis. Parmi eux, il faut acer ls question des dettes II tablir sur une baie syat .ta. • • > croit qu' la date da 1er Sep i, si ce n'est avant, le program cette Session sera accompli; ooti le 11 Avril.' En ce qui iras l'enqute snatoriale sur '. si le projet lient encore, il est ^srobble qu'il sot mu a excu "nn que ls fermeture de le extraordinaire nait donn "UJett aui merabrea d'une telle M n asHonCe qai et encore plus %  .c'est de voir abandonnar le a l'origine, tait nn acte ion contre le sys'me de Miment de Wilson, et qui rnui, s'expliquerait difficile raison de la parfaite enlistant entre la majorit r dei dtux Cba labres et le iTt> Hlrd,D g' En tons cas la EJ 00 ne sera probablement reT^'P's entente entre les cemi "••pacisoxdu Snat et 1 Excutif. Changements dans les Marines Corps lis da^ni 1 ** r D ** tnemeais recuei pas trs solidement fondes sur ls ralit. Le Ministre des Affaires E rang res Simone, prsident de la Dlga tien allemande Londres, fi un expos trs concis et trs sommaire de la confrence lorsqu'il retourna Berlin. Comme on loi demandait ce qui a t accompli, il rpondit : t Noua avons sauv le ministre Briand. La Grande-Bretagne est satisfaite M. Briand parait re tomb dana la mme erreur que Clemenceau lorsque celui-ci diiigeait le goover oement de la France, en laissant, momentanment, loua lea avantagea conomiques de la confrence aller 1 Angleterre, et en se contentant, en re oor, de l'illusion du pouvoir militaire, Par cette manœuvre, le Premier a aans doute conquis le vote des rac tionnairea de la Chambre* mais dj il aemble apparent que tea avantagea conomiques que la France a recueillir dea arrangemen a de la con freoce de Londres, sont en ralit peu de chose, compsrs aux uor mes dettes de ce pays D'aotre part, la Grande-Bretagne semble parfaite ment sa isfaite de la taxe exfrme ment flexible tablie sur les mar cbsndises d importation allemande Ce que plus tard doit lepiaenter le montant de ces taxes dpend dun tarif douanier avec on systme de cdulea en blanc, une sorte de ora iSostaon permettant M. Llyod George et son gouvernement d au g menter ou d'abaisser les droits volont. H est vident qo ene telle Corn b.naison peut tre use en vue de oarl cette considration qu'elle cons titue une aune efficace con're tout Dumping allemand. Des conomistes compi'rents disent que le pr texte mis en avant et tenlant dire que cette tasen'lverapasle prixdes marchandise?, est purement puril Les journaux franais et les nom mes d'Eta fpartis commencent s'apercevoir qne lad-ande Bretagne a remport Londre une autre vie toire la Pyrrhus dans laquelle la Francs a leu tous lea boneurs, mais trs peu d'autre chope, U es* dans ces conditionsextrom ment probible que si le prsident du Goo seil ne peu pas rparer quelque oeu ce dommage, il sera forc d'abandonner la solidarit allie* corn me la clef de vo'e de sa politiq e et d en chercher une autre. M. Viviani est un a gauche Dins ces circonstances, le voyage de l'ancien Premier Viviani pour l'Amrique partit t * opportun Si NIViviani va Washington avec l'espoir que 1 Amrique peut se lais aer amener dans la Ligue des Na lions moyennant l'aiticle JL et quel quea au res dispositions 4 objecons limines,il ne va tout de mme pas avec la position arr e de demander la L>gne ou rien du tout. M. Viv.ani a sincrement foi dans la Ligne; mais il se rend coin J te que les Etats-Unis, aprs tous peu vent refuser d'ea faire partie a quel que condition que ce soitLa sigoi fication de la visite de Viviani repose dans ce fait qu il est un raem bre du comi d'amendement de la Ligue, Comit constitu dsna le but principal de prendre en considra tioo tous les amendements que les Etats Unis peuvent demander; et, sans auenne difficult, il trouvera moyen, dans la position de la quea tion. de se rencontrer avec le Prsi dent Harding et son Sacr airo d'Eta', M. llUtfll s. M V via i, en outre, est complte ment un croyant dmocrate et, bien que, il n y a pas longtemps, il ait t un socialiste, on peut dire qu'il ap partient dcidment au ct gaucli • des polit ciens t anais! S'il se mon tre mme de ngocier n'importe quel genre dei tente avec lea Etats liais, que cetts entente comprenne la Ligue des Nations ou non, le r sultat peut tre d'une nature telle qu'il encourage et raffermisse les libraux et les prog'eBsis'es et assure au ministre Briand leur concoure que la rupture avec I Angleterre me nace de compromet re. PAR CABLE PARIS 12 — Suivant one dp-jla France.qui a dpens 98 milliard' die de Geaeve t L* Tribune de pour les rparationa ne peut confi Gnveconli me nu'apis une lon-Jnuer combler par dea emprunta gue conversa ion entre le docteur nouveau le dficit forraidab'ecreua Simons e P sident Schultess, U dlgation des affaires trangres s'est runie s in edi soir "La Trinuue ajoute que le Prsident Tchal'hess n'aurait pas t oppos l'intervention diplomatique de la Suisse mais que pour le momen' un tel acte tait de qaestijn. ''Le Pe'it Parisien 1, croit savoir que la commission des rpara'ions aritra le montan' total de la dette allemande 100 milliards de mark* Une dpche de Genve a ce mme j minai assure que pendant son sj >ur en Suisse, le docteur Simons *e serait efforc d'obtenir vainement que le gouvernement fdral n'entre mette pour faciliter la reprise des pourparlera Lugtno. M Simone au rait visit lea catholiques italieoa influents qui 1 auraient renseiga sur la situation intrieure de l'eu'ente.l Contrairement eux sftii mations oi 1 liciu les du gouvernement de Berlin les rgions dvastes, de li France comptaient en 1011: 4 millions <<'"'>, 39J habitants coutre 1.944,000 i In signature de l'armistice. A.U M dcembre 1020 ellea comptaient 4'XHi, .197 habitants soit a-ulemect une diminution defilOOCO htbitaots M. Brian J parlant aujourd hui li cham bre au sujet dea rparations rappela qui ce.n'est plus le monent de discuter sur les stermoi mente de Jl'Al'emagne, il ajjute que malgr les nombreuses confrences et menaces 'de sanctions.les dingean's allemands n'ont pas compris qu'ils ne pout 'raient plus se soustraire lexcution de I ursengagements.Le. 1er Mai,pour suit Mr Briand. l'Allemagne se trouvera en prsence d'une part de ees obligations £t d'autre part de sis par la crance (de l'Altamsgnr, il constate que la manireJouceerup'o ve a fait milite et il applaudit uns nimement la dclaraMon quels Pran ce v-ut 'r paye et devra si l'All magna ne veut pas payer, ae pevr elle mme car c'est une queation de vie ou de mort. ATHENES 13 L'tablissement de l.:at de aig> en Grce a t dia cut aujourd hui la chambre dea ip'i sCONSTANTINOPLE 12De v o lents comb ts ont eu lieu aujou: dhui 1 Dismid qui est dfendue par une division grecque. Le cuirass grec cAveroff est au lar$e de cette ville Le gnral turc Ismet Pachx a t m U dclaration suivante : La chute 1 le Brousse est certaine nous avons | pass la ligne de Ksstel et capt.ir un certiia nombre de prisonniers et le munitions. WASHINGTON, 12-Le snateur Loi^e a ouvert aujourd'hii les dbits sur le trait colombien ; i! demi a Je la ratiti r ation du trait qui noa seulement amliorerait les'relations entre les Etats Viis et I A airiqus latine, m lis serait ample* meut justifie pir l'existence de rgions ptrolifres eu Colombie TOKIO, \2*Le Iipoa projette d'envoyer 1 Washington U de set personnage les plus niinenti afin de discuter les questioas des rasa dits de Cililorni*. Ch-ne, S birie, immigration et les arrrem-n's. Ce per^oinage aurait unt misso 1 an* logue i celle de M V v.aai atuelle manquements. Mr Bnand rpta ment aux Et xts U ii. avec force. Le crancier a entre les u e note j e Ghirl.-s P. Hueh'j mains les titres d'excqjion, Thui* ; secrtaire du I) sier a t envoy et si re dbiteur persis e 9e montrer rcalcitran' le gendarme doit l'accompagner I. %  gouvernement est convaincu qu 1 accord avec les allis sera maint' nu La Franc* a fait toutes les con cessions imaginables on ne peut pas! s eul*m?nt une profonde impression lui reprocher de ne paa avoir t,au Japon mais a servi en plus ta usqu Textrmd limit de patience b! 1 r la convi.t'on que le temps est "partem-n i'Etlt.aoi allis dclirant que l'Amrique oabinJonne pas ses dro ts dans 1re glemrnt de la ptix, pa ticuli'emsot -n ce qui concerne les poisessions allemandes d'outre mer, cre non mais pour que la France soit digne arriv d'amener une solution de Il n'est pas question de veaux emprunts nou Les rumeurs manquent de fonds ment qui dorment MViviani mis aioo de discuter de nouveaux em pruots avec les Fta's Unis ou da faire aucune proposition concernant I an uulatioo des dettes fraraises. L'avis jdooo par. MJusserand. ambissa deur de la France Washington, qu'mtel sujet serait mal accueil. 1 par les Etats Uni', s t confirm, < t c'est juste ce qu'a fait le gouverue ment franais il y s de cela quelques mois en laissant I Angleterre faire S l'Amrique dea ouvertures sur cette question. 1 Au mme titre, il a de bonne raison de croire que MViviani ne s opposera pss ce que le Dparte ment d'Etat de Washington prenne l'initiative de la queation. A l'inverse de quelques uns des ractionnaires franais, MViviani aidera in lgle ment des rclamstions franaises contra l'Allemagne, si ce pays peut obtenir dts bons acquitts par lee Ktats Unis ou par l'Angleterre. Cet de sa victoire il faut, tirer de cete tous | fs prob mes 1 rgler entre les victjire les rsultats indiqus par le p .., MJL ., ,„ i,.,.^.., trait. Mr Briand termina en disant „, t „?"?„." p *! l aa ? lt ? * ue ,e il ne reste plus aux allis q 1 a pr i r ela ,ons exisunt e u ntfe ,M *** >-vs aen-er l'addition lai e par la commis!" teignent une phase cntiqo-. sion dea rparations. La chambre— L: projet d envoyer un repr% a adjpt l'unanimit, la proposi .sentmt du gouvernemen )ipoaau tion confrant titre posthume lad ( Washington a un certain rapport gnit de marchal de France au g*,avec U s tuation i thieure dj piy nra! Gsl'niau milieu dappla diajUn groupe influent insiste pear-qu' aements unanimesM Perret, prsiiu C o itique et ang-e du lapon suive dent de la chambre, d t que II chsm; u ne QO uvelle orientation avec le bu! bre par son vote unanime a voulu.. iril ijr A ,*,., STL ainsii honorer la memoiredu glorieux g^ggR* r J P fijuempot soldat qui e prsetv l^aris de lsrJWlfT et da rneoer urie e ** sion. La chambre a diacue le projet MePle gnrale avec TAmrique. de loi fixant pour l'exercice 1021 lei __^___^ i budget spcitl des dpenses recou. ' — — %  vrai les eu ver u du trait de paix,! M. de Las eyrie. rspporteur gnral. ; montre que l'Allemigne, q n divai' %  ve'ser rvant le 1er Mai %i milliad titre de rparations car elle tient compte du do n. Le matriel de rapport ur guerre aban dclare q >e II'; Fiiiion lu Par cble arrai,^ -n.-. ,-., ,,', Wa hinrfe, 1} Avril— Etata Unil dans un pue mentale ,,""" La P* ,,t101 prsente auj^a'. tat que maintenant, au rtir des coj^ ^ui i la Mu.on B'aarhe oar le nomis.es les plus respectables; maia pr^id-nH M iriit permet re a la France et a l'Allema Domiogue 'oitaH.aKhie de o-e gne de auapendre leurs querelle et influence politiqjs et nv'i a're'dea de ae livier au travail. ,E UtJ ij nis


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05350
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 14, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05350

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
&mti*n
4056
PoR ta Prince; Flatii
Jeudi 14 Avril l92t
WRECTEUR-PKOPRITAIREC
ment-MAGLOIRE
tl NUllERO 20 CNT1HLS
la libert, c'est le droit
de se mler des affaires
des antres.
L'Abb OALL1ANI
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No. la&b
TELEFHOMi48

Nouvelles de Washington
Nouvelles Etrangres
i celte rubrique, nous offriront
i nos lrrieurs des enforma
i source plus ou moins directe
i tune correspondance spciale
uenons de nous assurer, esp
qui les nombreux amis et lec-
MAI IN nous sauront gr de
su sacrifice,
Uprsent et lavenir d'Haiti sont
i lits au mouvnuent de la politique
affaires des Etats Luis, pour
H n'accordions pas une toute
place tout ce qui est de
nous clairer sur ce mouve-
I ne s'arritront pas nos efforts;
ltommes actuellement en poueoar
uvtc des sources d'informations
\sirituses de tondre et de Paris
nous pourvoir galement de notes
connat la valeur de ces cor
es spciale qui prsente!
les informations gnrales de la
l'avantage de ne eervir aucune
iitique et d'tre par consquent
en coin de la plue complet-
\tialite
programme de la pro-
chaine Session
I leaders rpublicains da Coq
ont mis d'accord .sur la
ra avant longtemps: Le colonel Dion
Williams, qni commande le 4e rgi
ment de Marines dans la Rpnbli
que Dominicaine sera relev de.ses
fonctions pour occuper une place
dans l'cole de l'tat-raajor gnral
de l'arme Washington;il sera rem
plac dans le commandement de ce
rgiment par le colonel Charles II.
Lyman, actuellement aux Marine
Barracks de San Diego.
Le colonel Dickinson P. Hall, qui
a t dans le service de recrutement
San-Frncisco, est dsign pour
prendre le commandement du 8e
rgiment de Marine en Ha i, en
remplacement du colonel Louis Me
C- Li tle, appel au Collge Naval a
Newport.
La France envisage une rup-
ture prochaine avec
l'Angleierre
C'est ce qui semble ressortir des
impressions suivantea d'un corres
pondant parisien d'an journal am-
ricain :
Une nouvelle rupture aoglo-fraa
aise est pleinement envisage, et le
voysge de Ren Viviani Wasbing
ton est an pas vers l'aide amricaine
__ tent & an moment o le concours
me de la Session itrordi in*!l eemble prs de manquer
st la Prsident Harding y a 'ta France,
son apqrobation. A ***** *ae ,es d*8rsque laisse
miens miseras qai seront !"& " SRMfiS ftift
du iour aont nn ahe de Uoqb actuelles de la France et de la
nwriers dont on a* Grande-Bretagne soient franchement
ijsta lueneurs don? on at ^^ J discuts, un srieux
temps d'arrt peut survenir dans le
dveloppement de la reconstruction
europenne.
Les deux Premiers Lloyd George
et Briaod ont b;eo t devant leurs
parlementa respectifs expliquer les
dcisions de la confrence de Lon-
dres. Il est cependant clair que leur*
dclarations sur la rcente harmonie
i rgularisation da commerce
des EtaiB-Kois et la protec
l'industrie nationale. A part
divergences individue les,
gnralement pas de srieuse
entre les leaders do Con-
i entre eux et l'Excutif anr le
[imme dea Sessions axtraordi
Dans les deux Chambres,
les Rpublicaine ont une
S oaioriSet chaaoe Iota ^"tant entre les ala dans leur
n maiorue et ciiaque ( 1S attitude envers t'AUemagoe ne sont
agira de l'accomplissement
IWtS de cette lgislature en re-
lavsc les desiderata de ta pla-
ie nationale, il n'y S pas de
que la grande maaae de IV -
tacts et de snateurs rpnbli-
i os suivent leurs leaders,
mme temps que la rglemsn
'des affaires intrieures, lad
'ton aura entreprendre Ta-
ion des affaires extrieures
n il y ait beaucoup a faire
ire qae la ait nation n'est
clairenuVil dfinie. Il y s
U certains points plus ou
quis. Parmi eux, il faut
acer ls question des dettes
II tablir sur une baie syat
.ta.
> croit qu' la date da 1er Sep
i, si ce n'est avant, le program
cette Session sera accompli;
ooti le 11 Avril.' En ce qui
iras l'enqute snatoriale sur
'. si le projet lient encore, il est
^srobble qu'il sot mu a excu
"nn que ls fermeture de le
, extraordinaire nait donn
"UJett aui merabrea d'une telle
!MnasHon- Ce qai et encore plus
.c'est de voir abandonnar le
a l'origine, tait nn acte
ion contre le sys'me de
Miment de Wilson, et qui
rnui, s'expliquerait difficile
raison de la parfaite en-
listant entre la majorit r
, dei dtux Cba labres et le
iTt> Hlrd,Dg' En tons cas la
EJ00. ne sera probablement re-
T^'P's entente entre les cemi
"pacisoxdu Snat et 1 Excutif.
Changements dans les
Marines Corps
lis da^ni1** r*D**tnemeais recuei
pas trs solidement fondes sur ls
ralit.
Le Ministre des Affaires E rang
res Simone, prsident de la Dlga
tien allemande Londres, fi un ex-
pos trs concis et trs sommaire
de la confrence lorsqu'il retourna
Berlin. Comme on loi demandait
ce qui a t accompli, il rpondit :
t Noua avons sauv le ministre
Briand.
La Grande-Bretagne est
satisfaite
M. Briand parait re tomb dana
la mme erreur que Clemenceau
lorsque celui-ci diiigeait le goover
oement de la France, en laissant,
momentanment, loua lea avantagea
conomiques de la confrence aller
1 Angleterre, et en se contentant,
en re oor, de l'illusion du pouvoir
militaire- _
Par cette manuvre, le Premier a
aans doute conquis le vote des rac
tionnairea de la Chambre* mais dj
il aemble apparent que tea avantagea
conomiques que la France a re-
cueillir dea arrangemen a de la con
freoce de Londres, sont en ralit
peu de chose, compsrs aux uor
mes dettes de ce pays D'aotre part,
la Grande-Bretagne semble parfaite
ment sa isfaite de la taxe exfrme
ment flexible tablie sur les mar
cbsndises d importation allemande
Ce que plus tard doit lepiaenter le
montant de ces taxes dpend dun
tarif douanier avec on systme de
cdulea en blanc, une sorte de ora
iSostaon permettant M. Llyod
George et son gouvernement d au g
menter ou d'abaisser les droits vo-
lont. H est vident qo ene telle Corn
b.naison peut tre use en vue de
oarl cette considration qu'elle cons
titue une aune efficace con're tout
Dumping allemand. Des cono-
mistes compi'rents disent que le pr
texte mis en avant et tenlant dire
que cette tasen'lverapasle prixdes
marchandise?, est purement puril
Les journaux franais et les nom
mes d'Eta fpartis commencent
s'apercevoir qne lad-ande Bretagne
a remport Londre une autre vie
toire la Pyrrhus dans laquelle la
Francs a leu tous lea boneurs,
mais trs peu d'autre chope, U es*
dans ces conditions- extrom ment
probible que si le prsident du Goo
seil ne peu pas rparer quelque
oeu ce dommage, il sera forc d'a-
bandonner la solidarit allie* corn
me la clef de vo'e de sa politiq e
et d en chercher une autre.
M. Viviani est un a gauche
Dins ces circonstances, le voyage
de l'ancien Premier Viviani pour
l'Amrique partit t * opportun Si
NI- Viviani va Washington avec
l'espoir que 1 Amrique peut se lais
aer amener dans la Ligue des Na
lions moyennant l'aiticle JL et quel
quea au res dispositions 4 objecons
limines,il ne va tout de mme pas
avec la position arr e de demander
la L>gne ou rien du tout.
M. Viv.ani a sincrement foi dans
la Ligne; mais il se rend coin j te
que les Etats-Unis, aprs tous peu
vent refuser d'ea faire partie a quel
que condition que ce soit- La sigoi
fication de la visite de Viviani re-
pose dans ce fait qu il est un raem
bre du comi d'amendement de la
Ligue, Comit constitu dsna le but
principal de prendre en considra
tioo tous les amendements que les
Etats Unis peuvent demander; et,
sans auenne difficult, il trouvera
moyen, dans la position de la quea
tion. de se rencontrer avec le Prsi
dent Harding et son Sacr airo d'E-
ta', M. llUtfll s.
M V via i, en outre, est complte
ment un croyant dmocrate et, bien
que, il n y a pas longtemps, il ait t
un socialiste, on peut dire qu'il ap
partient dcidment au ct gaucli
des polit ciens t anais! S'il se mon
tre mme de ngocier n'importe
quel genre dei tente avec lea Etats
liais, que cetts entente comprenne
la Ligue des Nations ou non, le r
sultat peut tre d'une nature telle
qu'il encourage et raffermisse les li-
braux et les prog'eBsis'es et assure
au ministre Briand leur concoure
que la rupture avec I Angleterre me
nace de compromet re.
PAR CABLE
PARIS 12 Suivant one dp-jla France.qui a dpens 98 milliard'
die de Geaeve t L* Tribune de pour les rparationa ne peut confi
Gnveconli me nu'apis une lon-Jnuer combler par dea emprunta
gue conversa ion entre le docteur nouveau le dficit forraidab'ecreua
Simons e P sident Schultess, U
dlgation des affaires trangres
s'est runie s in edi soir "La Trinuue
ajoute que le Prsident Tchal'hess
n'aurait pas t oppos l'interven-
tion diplomatique de la Suisse mais
que pour le momen' un tel acte tait
de qaestijn.
''Le Pe'it Parisien1, croit savoir
que la commission des rpara'ions
arit- ra le montan' total de la dette
allemande 100 milliards de mark*
Une dpche de Genve a ce mme
j minai assure que pendant son s-
j >ur en Suisse, le docteur Simons *e
serait efforc d'obtenir vainement
que le gouvernement fdral n'entre
mette pour faciliter la reprise des
pourparlera Lugtno. M Simone au
rait visit lea catholiques italieoa
influents qui 1 auraient renseiga sur
la situation intrieure de l'eu'ente.l
Contrairement eux sftii mations oi 1
liciu les du gouvernement de Berlin
les rgions dvastes, de li France
comptaient en 1011: 4 millions <<'"'>,
39J habitants coutre 1.944,000 i In
signature de l'armistice. A.U M d-
cembre 1020 ellea comptaient 4'XHi,
.197 habitants soit a-ulemect une di-
minution defilOOCO htbitaots M.
Brian J parlant aujourd hui li cham
bre au sujet dea rparations rappe-
la qui ce.n'est plus le monent de
discuter sur les stermoi mente de
Jl'Al'emagne, il ajjute que malgr les
nombreuses confrences et menaces
'de sanctions.les dingean's allemands
n'ont pas compris qu'ils ne pout
'raient plus se soustraire lexcution
de I ursengagements.Le. 1er Mai,pour
suit Mr Briand. l'Allemagne se trou-
vera en prsence d'une part de ees
obligations t d'autre part de sis
par la crance (de l'Altamsgnr, il
constate que la manireJouceerup'o
ve a fait milite et il applaudit uns
nimement la dclaraMon quels Pran
ce v-ut 'r paye et devra si l'All
magna ne veut pas payer, ae pevr
elle mme car c'est une queation de
vie ou de mort.
ATHENES 13 L'tablissement
de l.:at de aig> en Grce a t dia
cut aujourd hui la chambre dea
ip'i s-
CONSTANTINOPLE 12- De v o
lents comb ts ont eu lieu aujou:
dhui 1 Dismid qui est dfendue par
une division grecque. Le cuirass
grec cAveroff est au lar$e de cette
ville
Le gnral turc Ismet Pachx a t m
U dclaration suivante : La chute
1 le Brousse est certaine nous avons
| pass la ligne de Ksstel et capt.ir
un certiia nombre de prisonniers et
le munitions.
WASHINGTON, 12-Le snateur
Loi^e a ouvert aujourd'hii les d-
bits sur le trait colombien ; i! de-
mi a Je la ratitiration du trait qui
noa seulement amliorerait les'rela-
tions entre les Etats Viis et I A ai-
riqus latine, m lis serait ample*
meut justifie pir l'existence de r-
gions ptrolifres eu Colombie
TOKIO, \2*- Le Iipoa projette
d'envoyer 1 Washington U de set
personnage les plus niinenti afin
de discuter les questioas des rasa
dits de Cililorni*. Ch-ne, S birie,
immigration et les arrrem-n's. Ce
per^oinage aurait unt misso 1 an*
logue i celle de M V v.aai atuelle
manquements. Mr Bnand rpta ment aux Etxts U ii.
avec force. Le crancier a entre les u ,e note je Ghirl.-s P. Hueh'j
mains les titres d'excqjion, Thui* ; secrtaire du I)
sier a t envoy et si re dbiteur
persis e 9e montrer rcalcitran' le
gendarme doit l'accompagner I.
gouvernement est convaincu qu
1 accord avec les allis sera maint'
nu La Franc* a fait toutes les con
cessions imaginables on ne peut pas!seul*m?nt une profonde impression
lui reprocher de ne paa avoir t,au Japon mais a servi en plus ta
usqu Textrmd limit de patience b! 1 r la convi.t'on que le temps est
"partem-n i'Etlt.aoi
allis dclirant que l'Amrique oa-
binJonne pas ses dro ts dans 1re
glemrnt de la ptix, pa ticuli'emsot
-n ce qui concerne les poisessions
allemandes d'outre mer, cre non
mais pour que la France soit digne arriv d'amener une
solution de
Il n'est pas question de
veaux emprunts
nou
Les rumeurs manquent de fonds
ment qui dorment M- Viviani mis
aioo de discuter de nouveaux em
pruots avec les Fta's Unis ou da faire
aucune proposition concernant I an
uulatioo des dettes fraraises. L'avis
jdooo par. M- Jusserand. ambissa
deur de la France Washington,
qu'mtel sujet serait mal accueil.1
par les Etats Uni', s t confirm, < t
c'est juste ce qu'a fait le gouverue
! ment franais il y s de cela quelques
mois en laissant I Angleterre faire S
l'Amrique dea ouvertures sur cette
question.
1 Au mme titre, il a de bonne
raison de croire que M- Viviani ne
s opposera pss ce que le Dparte
ment d'Etat de Washington prenne
l'initiative de la queation. A l'inverse
de quelques uns des ractionnaires
franais, M- Viviani aidera in lgle
ment des rclamstions franaises
contra l'Allemagne, si ce pays peut
obtenir dts bons acquitts par lee
Ktats Unis ou par l'Angleterre. Cet
de sa victoire il faut, tirer de cete tous |fs probmes 1 rgler entre les
victjire les rsultats indiqus par le p.., mJL ., , i,.,.^.., ,
trait. Mr Briand termina en disant ,t* ?"?." ,p*!laa ?lt? *ue ,e'
il ne reste plus aux allis q 1 a pr irela ,ons exisunt euntfe ,M *** >-vs
aen-er l'addition lai e par la commis!" teignent une phase cntiqo-.
sion dea rparations. La chambre- L: projet d envoyer un repr-
%a adjpt l'unanimit, la proposi .sentmt du gouvernemen )ipoaau
tion confrant titre posthume lad ( Washington a un certain rapport
gnit de marchal de France au g*,avec U s tuation i thieure dj piy
nra! Gsl'niau milieu dappla diajUn groupe influent insiste pear-qu'
aements unanimes- M Perret, prsiiu Co itique et ang-e du lapon suive
dent de la chambre, d t que II chsm;une QOuvelle orientation avec le bu!
bre par son vote unanime a voulu- ..irilij-r A. ,*,., STL
ainsii honorer la memoiredu glorieux g^ggR* r J P fijuempot
soldat qui e prsetv l^aris de lsrJWlfT et darneoer urie e**
sion. La chambre a diacue le projet MePle gnrale avec TAmrique.
de loi fixant pour l'exercice 1021 lei -__^___^i_________,
budget spcitl des dpenses recou. ' ------ ------ ------------"
vrai les eu ver u du trait de paix,!
M. de Las eyrie. rspporteur gnral. ;
montre que l'Allemigne, q n divai'
ve'ser rvant le 1er Mai %i milliad
titre de rparations car elle tient
compte du
do n. Le
matriel de
rapport-ur
guerre aban
dclare q >e
II'; Fiiiion lu
Par cble
arrai,^ -n.-. ,-., ,,', Wa hinrfe, 1} Avril
Etata Unil dans un pue mentale ,,""" La P*,,t101 prsente auj^a'.
tat que maintenant, au rtir des coj^ ^ui i la Mu.on B'aarhe oar le
nomis.es les plus respectables; maia pr^id-n- HMiri il aurait l'inestimable avantage de j mande que la rpublique de S>it
permet re a la France et a l'Allema Domiogue 'oitaH.aKhie de o-e
gne de auapendre leurs querelle et influence politiqjs et nv'i a're'dea
de ae livier au travail. ,EUtJ ijnis


Il M* TIN
Propos d'un provincial
{
Un des documents du Livre l>leu
m'a fait soutire de tendresse ; c'est'
l o parlant au nom du Dparte-
ment d'E at, Mr Coiby dit an Mima
tre d'Hait'. Mr Charlee Moravia qi il
ne pouvait sccepUr les contre f,ro
positions du Gouvercement h.itien
aux amendements da Projet de.con;
trat de Banque : "parce que ce amen]
demenls proposs par le Dpartement
d'Ltat promouvoir le dveloppement et le*
en ter ci s de Uaili'-
Peut on porter la charit plus loin?
Obliger ,un pauvre petit peuple
accepter l'aide suprme dont limpor
rinc ou la ncessit lui chappe .
C'est ce oui fait de notre grand alli
la Saint Vincent de l'aul des Nations.
Voua croyez me-faire des proposi-
tions avantageueea pour moi, selon
vous* loua les points de vue par
une prudence bien avise,l'en rejette
une partie sans que cela augmente
vos obligations envers moi. et voua
me dites "Je ne fais plua rien ; vous
ne comprentz pas tout le profit que
je vous apporte, tout le bien que je
vous veux- i.' laml je sers un homme
e \ fais pour d bon, avec largesse.
je n'entreprends rien a demi ; Je
donne beiuco-ip ; donner peu, c'est
bon pour les igoistes et les ladres.
Ou bien encore vous tes table
une table bien garnie I- i mslhec,
/eux se prsente, et vous l'invi (z
poliment paitsger votre repa. Il
vous rpond, comme je n'ai pa
bien fai n je prendrai seulement le
dessert avec vous- Bal ce une raison
pour vous de vous lever, de laisse
Il table en lclaa.it que vous n
mangez plus parce que le malh<>i
reux n'a pas coraprie que c'tait
pour son bien que voua lnvi iez
manger avac voua ?
Hier j'ai vu un mendiant aborder
an homme il lie pour lui dennde*
cinq ccn'imes. Celui ci lui rpond!
i aval* I intuition de vous donner
deux gourdes, puisque vous me de
mandez seulemeut cinq centime?, j-
ne vous donne rien.
Un plus grand esprit que moi
pourra comprendre ces choses,pour
ma part je ne suis pas de force le
tenter d autan plus que je ne suis
qu'une pave depuis qu'un coup de
vent m'a jet la cote-
West India OU cy
L'tablissement d'une succursale r
cette colossale txploitation que nou
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
*jj
*ri4jv.5
Un nouveau poison de
guerre d'invention
amricaine
Columbia Record & Graphonolas
annoncions, est aujourd'hui un fait.
a ce moment le vaste dpt de la
Rue des Csars regorge de gazoline
et de K;osinr. Il s y trouve eavuoe
10.000 caisses. Les conditions de
vente tont augurer d'une concurrence
svre qui mettra les commerant
de la Place dans l'obligation d'arr e>
net l'impoitation de ces prodnits.
La iW est India OU Company s
propose mme nous a-t on dit, d<
vendre au dtail c'est -dire par gai
Ion En cela nous croyons qu'elle
veut dpasser la mesu;c^Lnos dis
positions lgales ne luffUnettei t
poiot d'exercer le 10 e de dtaillan
qui est l'afiairtdo petit commerant
Nous allons revenir sur la que
tion.
L 'aborntoire militaire de chimie
des Etats-Unis a dcouvert la.com
poaitio'i d uu liq ide cautiiue*dont
l> pouvoir poisonneux est tel q e
trois goutte mises en cintact avec
la p au d'un indivdu suffisent pour
lui dorner la m m.Tomban' eonoi)
t l pluie d tny ux spciaux ait
ctis aux aroplanes, re liquide peut
ainsi semer la mort sur sou paes*ge
Un haut officier attach ce labo-
ratoire donne sur cettfl nouvelle a -
-n de guerre les renseignements aui
vanta ;
Un sropin* port r.t deux onnrs
Je ce liquide peut, dars une (rever-
se, couvrir une aire de 100 pieds de
arge sur sept milles de lorg; il peut
lana une tell* ti vers?, jeter aasrz
de ce poisjn pour tuer chaque per-
sonne sa trouvant dans cet
\
Vt ndratt encore sur une plus
grande tendue.
La seule limite 4 la production
d'un tel liquide est la capac t de
production lectrique, opacit prs
pie illimite dans toua les pays
i- d'aujourd'h i el
tous ses disques en
m i om-raient u trouver kQ tlJC^ un ^ assDi liment de DEUX MILLE diffrents Records
xpois a l'action de ce poison ne Jous *' chants par les plis c'h es ilsl9* du nrrnde. Pour faire
Jevi aient pas tre protgea par des place un nouvel envoi 4j en roui pa*
mesques.son pouvoii de deatruction duran seulement quatorze jours. Ii maison mt
vente aux piix excessivement rdui.s de :
or 0 7o disques de 10 pouces
cr HO disqu's do M pouces"
Coad lions : Chaque personne do i ch 1er un mini num de cinq
# disques p.'ir pofiter ds ca rabiis.
yant de la matire premire. 'Les ^ar Premier vapeur alland i d$ N-Y.la raaisoj reoit en dique* Mes
S&SftSSSftKJt Uice ""opreales & acae vaudouesqaes-
ers de tonnes de ce prodoit par Ur hsitation faite pa-1
lour, s'ils peuvent disposer d'un Le maestro J.VS1 IN EUE, le grand artiste hatien.
outilhge Huiiisan*.
"Darant l'offensive'de l'Argonne,
I anne amricaine se composait de
1 ,.(">< KXJO hommes occupant une aire
approximative de 40 kilom rea de DPT
lopg sur 20 de large- Si l'Allemagne

Parisiana
Le grand drame social tLesP-iust,
avait attir avant nier soir Pauiaoa
**' une belle assistance lgante d jo
yense qui a applaudi avec enthou-
siasme ce film magnifique. La salle
de Parisiana, are tt vaste,, est bien
, faite.
Ont eu l'occasion d'assister hier
soiri la prsentation de: REINE film
grandiose,somptueux, tels sontlespre
m res qualits qu'on constate, intri
gant, sensationnel, voil le reste.
En change contre 200 tim-
bres poate oblitre et toutes valeur
bien assorties il'liai'i et des paye
voisina, je vous donnerai des cartes
postales illaitrea de vues fis I
grande guerre europenne, des vue
anglsises fameuses, etc.
Miss Tee, Kia Ors. Stockwel, Lon
d.es, Angleterre.
Steamer t Vedette y
I e steamer aera ici mcesssmment et
repartira directement pour isautiago
de Cuba en prenant des passagers
Pour tous renseignements, s'aare-
er Mr I M. CATCH
um ihwsmip auuAi^ ulsiu, w yrun-j, artiste nauten.
.LPreetanii Aggerhol(D9&geat
pouvait disposer de i.ooo tonne de
t e matire et de 400 aroplanes
pour sa distribution, toute cette pre-
mire arme amricaine et d
truite en l'espace de 12 beuies.
Us services de guerre amricains
'tudioi t en ce mement un mode de
vtement couvrant ei.tiremet t la
joeps^*- ceux devant te aetvir de ce
0tmid de f on 4 |e rendre absolu
ment impermable sou action
Ncrologie
Une dpche des Cayes arrive
tvat 1 hier annonce la moi trag:que
de v'ictor Ptendergast.
Nous prsentons nos sincres con
lolances aux familles piouves et
particulirement a &a v.uve,
Publications
rfues
Revista Se menai Illustrads, -
Santo Domingo de Gczman, B. D
El Mercorio; Santiago de Chili.
El Hogai, lliustracion Sama-
nal Argentins.
Le oourrier de la Plata, Hue
roa-Ayres.
Revue International de Dun;
(dition'franaise) New York.
La Informacion; Santiage,
Rp Dsminicana.
l'Htel-Restauraot
L Htel Restaurant de l'Avenir se
recommande tous pour le soin et
la rgu'ant de son service ; les per
sonnes qui voyagent Tort au Prin
ce y trouveront pleine satisfaction
Pour s'en convaincre on a qu' pas
ser au No 22s Rue Frou, pies du
bur au des Tlgraphes Terrestres.
fond 1:0ns t; avantageuses.
A. SYLLA, propritaire
Favorisez toujours
l'Industrie Franaise
vous
tfsi
SERVANT OS i_A
LAME,
Km lahu.
LeTAILLEFER"
Convocaion
RASOIR"
itibotSRETE
LAMES mt RASOIRS TAILLEFER a trouvant
NVOI FRANCO SUK DEMANDE DU CATALOGUE ILLUSTR
M. rochcn, r^m 11 saswH *** b>-ou.
soir*
PARTOUT
......- ""v>" luutLt ia LHOIX-ROUCI
BIRPAIX : 2. rue Docteur-BaJIy, GRN0SLE 0*ii>.
Les membres de la Renaissance
sont pris de se runir ce soir en ------- .^^
VssemWe ordinaite. b heures pr- tn vente chz ; Gaston R Martin, Annihal Ii,,|]7~ i'lr;,rnn^7al
ft S* ,0"1 de " So^f" jK Au Cent NHIa ar.lcles.. Pnphael Broua d Remy Basl *
Je ls Runion, maison Normil Char my n,bl
les. Le BUREAU
i
Remerciement*
------------------------...K..^, ^.uuaru^x^my nastien etc., ]
Socit Commerciale Hollandaise
Ls famille MONSANTO remercie
bien sircrement tons les amis tant
le la Capitale que de la Province
isj lui ont donn des preuves de et dTco!
sympathie l'occasion de leur bien et entire
regrett JOHN V. MONS \NTO
Elle les prie de croire i tout: sa
reconnaissance
Iransatlantique
Importation Exportation
..* procuration Mr . bu BOUSQUET' ** Ce iUr raa P1*'06
de signer en mon lieu et place rn, nd,Tl* J\? Per* char eD ou,re
mienne propre en ce qil^.tT^i^^9J!F^!!^^^^
Liboit tgitiw
KEPCBLTQOtD.rI
S**
Lan mil oeuf cent ti'
le Samedi neuf AvriL *
JmUocs d,
Premire
Prince et par devant NoJ
Jarbith, aommis grefaar ,
A compara MoDiianr
Bistoury, propritaire,
iomicili l'ortaal
nou s a dclar qu'es vatte
iat loi donn par l( ul
mes Ujs, Amlie, StphJi J
Comlle, tous propritiml
rsnt et domicilis Portai
lequel mandat portant u
deux Avril couraut nom '
bi il renonce pure mat L
ment, pour et aa nom du 1
*ieur et danns Lise, A
et Sinai Cooille 14 m
feu Feruand Coc.ille. dit
ville, le onze fvrier de 1
Dont acte. -Le corar_
avec nous apr* lecture.
Ainsi sign ; f. Biitom
larbath-
Enregistr Po tio Pi
Vvril mil neuf cent vtofl
704 Vo Case 22.7 du _.
i des ac'ea Judiciaires.'
fixe* Deux gourdes.
Le I) recteur 1'rin.cipil 1
(js.remrrt.
Sign : A.FOL'JOl
Le Gontrle s^n*. Cyrmtt
Pour Ksp'iition conforts!
Colla.iotin-
D.ux mets rsys nuli.I
mots rays nuls
Ed. TlltUSYI
Bonne Noui
Rjouissez-vous, atnat
ferlsti suprieur, fumeurs 1
Sensible la situation 1
"e directeur du Bazar deyl
pour faciliter ses clients,
tir de ce jour, le Scaferlati 1
la fameuse marque
prparation Franc lise,
\7o le paquet.
Le stermer Caravells"
Bordeaux le 29 Mire I
vers le 18 coorsnt:
Le stiamer "Mscorii"
Bordeaox le 0 courst flg
vers le 27.)
Les deux paquebots irostl
go de Cuba.
Us itinraires et dates ji
pour l'Europe seront flxs
des paquebots. j
Port au,Prioce. le 4 Al
L'Agent E. ROBElH]
New Orlean
South Amei
81
Le S,S sLAKE RESC
ici vers le 14 courst H<
probablement le mfflejosj
fret et la malle pour Neff
Port au Prince, leiil
Socit Commerciale d(
The Royal
Steam Paeh*
Le SiS CONWAY m
15 du conrant cntff^
pour les poits du Now,.
Amsterdam, Anvers, Lo
men et iojs les anttei fJ
M.
Port au Prince,Je
Roberts DUTTONJ
General
Port-aul'rince, 13 Avril IBM, 1 Port au Prince, le 15 avril 1911.
ne ma succu ai* rie- Gocaives.
J DAALDEH, Jr.
Port au Prince, 11 avril 19^1
Glyde Stea
(FOREIGNSEi ,
Le steamer Lik**-^
New Yoik est *:
du courant en P"*
poris du Nord. .^
Il laissera le n>e?eIJsi
Colombie via les port J
Port-au-Prince
de
21
ism
Agen*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM