<%BANNER%>







PAGE 1

•4 -* %  • . I F MA N T 11 f —""• %  M utaiM il Pour /es pjuura Li Mal/on B. Martin p rimer rqes sentiments de n aii'ude pour les nombreux t moi g H^es de so'idaiit confraternelle ijuc la l'ics'e a piodigues i mon p" Lorsque i'ailorit porte atteinte %  la li H l de quelqu'un, tout le rronde est menac. Agri L Mi nsi ur le Direc eu', les iHuitO tl de mes sentimen.s lespec Ut ai, A. hur VJLMENAY fils, j ulletin communal .Nous ave ni teu le fascicule du de:nier tiimeatre de l'snre dernire du Bulletin cimmuual! %  conti*r t |. s d'en iif s rarties de l'administra 1 "iiiin n'f par Clment Megloiif. tiavez-vous pourquoi... I p 1 ( un % %  ( % %  Ltot des qui u? gHiiisH les danses de Vai doux, dinVDlbi der1 !• r a l mm en libelleISOUB bvions b en rs.so de per*' 1 a une cou dte Muw, elle a t l a m J Jin.ee C nue in juins, d .illleui 1 %  E p-/f nce d'arfes pareils avonsnous le do t d'al er pnesjk peup'e r I le Gouvernement amricains de redresser les torts commis par des anriciios, quand le paiti dmocrate n'a fait qu'accomplir la politique du Prs-dent Koosevelt sur les pitiler Rpubliques amiicaints. El icvisai t nette consti'utior, aptes les lections leg latives, ou avant ou apis l'lection pisidentielle.-i le cauihi-mar anriicain pse toujours sur rtie tel-? comme l'pe de Damocls," si le darger am iicain peisiste i nous imposer une vie co traite a notre idal, cous le laisserons faj e. Comme les vnements continuent leurs cours, ainsi )a vie des Empires est lgle. Il y aura t L JOUIS un Dan et et un Jean pour sorger et rv'er. trois ewe point.— Le futur ptsi dent, doitil te un ancien politicien des poques passes ? Ce o'e:t point un prob'me qui est a rsoudre. Le futur Pisideol lu ;ous l'empire des d.tticults dans la cidion desquelles il n'avait pris aucune pat comme auteur, seulement comme vut me. pourra mieux jiger les fautes passes et compren dte la valeur des carts. N'ayant ni parti ni clan, il pourta envispger le sauvetage na'ional autre ment que ceux qui ont eu Mlhii ou a s'a! H ger. Ave lui Haiti sera ure L'haitiet aura le mme droit. Avec un tel idal, avec une ulle poli ique tou les citoyen?, chacun ce qui le concei ne, appoitera sa petite peiae I di fice en construction .sans tenir comp te de ce que peut dire son voisin. -LWENIURF. avocat • %  .La nu i demain) Nrus sommes heureux d'annoncer au poulie que les lv* s du Pension nst Notre U. m-* du Sacr Cœur ( Offre au pub IC en gnral un S\ Joj"ph ) offriront dimanche pro ass0 ,t ment ie provis'OttS de OU chaiu 3 avril. MW II ptr< nnj>g* de; t epcUlemen pour la S* (Irpndur Mgr Conan, une e*t c }Jr „-" _i or lfl u.. | rt H 0 •rreat.ve tu nroflt des panvr** de |Sen.a ne Sainte, elsq tj tlu le-io l (tapie* de Saint FraDoiB de S les l.ve d Espagne ent 1 blanc de li? Il y aura couaommationUnion Patriotique En termes courtois, mais Limes 1 Un 0.1 Patriotique a, dans une 'et tre au Min stre de Ultrieur, dont elle attend la rponse, dmo t 1 il lgalit de la mesuremaladroi e prise dimanche dernier contre le meeting du Bel air. On se prpare galement p-otes er contre le scandale dts darses d it-Ruedu.Magasindel Eta'.'olrpar la Pohce pendant toute la jouri e et la nuit de f ques. Convocation — Cet ;p: -midi, .1 hiure* T rciic?, runion du Comit an sge social. Remeiciements.— Le Comil adres en ferbla c dj 1,2 g lion Sa dt;i s de Norvge fh ie d olive, Hareng de A'orvge en l*erb anc oe l|2et i Ivre tout prpar pour la table 20,25 et 30 c or la bo tb* Saumon de t li v -e 10,^5 I b 1>, Beorre de ble (Copeuh-gu) d elj2, 1 ei2 libres. Conopignie Gnrale Traiisallan ique Le paqtiebot Caravelle est attendu* vers le 5 Avril. Le nouveau paquebot Macoris vers U 25 Arril Les itinraires seront fixs arrive les paquebots LAg'nt-E ROBELJN %  %  — i 11 . — Li'gaw Company ( FOREIGN SERVICES ; Le S,S .LAKE SUNAPEE venant de New Yok via Us ports du Nord est attendu ici le a avril piochain.il ais*££• ^i^^ViUT^ *Uin. r*W ^ —— %  Home Insurance Company 2Ve perde* pis de vue que la Hom* Insuance Company Grdce lintervenion active de Mr Eugne LU.BOSSE, l la nreuiire Compagnie d'Assurance oflrirauxHaitieng u9 prrlec on a UQ la.xabo"< Mcroionic L,a Uome Asmvanc*. Company Notre imi et cont re s Alexis a donn des preuves de sa lo/aut, da son quit dans les rgi inenis d' s_rance aprs 'nert i£^^JS?S!& Le home Insurance Company f.. Jeaa T.! urveilue i eudi der est la plus f orte S ciil d'assurance de rA ts-Unis d' mrinue; elle ollre donc le plus de | de solvabilit en cas de grade cannflagrati n. assurez-vous contre l'incendie d la nin a x (ionaive-^. Nous lui pisentons nos tytnpsthi t'.i.t condolances, ainsi qu'aux au trs paren s p ouvs — Nous avoua appris avec une bien douloureuse suipiise la rodrt de notre excellent ami John Monsan to, Buivenue Cuiacio. I. cher de tu'it comptait parmi i>ous de>B smi ti* s Bans m 111 J 1 e rendant long'ampa il occupe avec dvouement, intelli* gence et ta:t le poite c^e CoBfol d'Hati Cursoo, et se lit spr.re'cie-r par de belles ei taies qualits de gentilhomme. Le t Matin prsente re s tymra thiquea cocdolunceB HIT rctfr.tB du 1 f jjr-^'te* dfaiit..ct arliculirement a %  s itrcB, i 1,0e am Max fiisp.r.l et Manuel Mil se to bieu crutile*uient Hoitic Insurance Company CONSUL! bZ Eugne Le BOSSE Avant de contracter aucune a // lire dassurance, il voui difiera gratui'emenl par destrt* *ur les qu suons qui vous intressent, Li hOMU ISSUHJkNGE COMPANY Seclwn mantime assure contre risqnts de mer les voyages ctiers de port port dnafa Eugne LE BOSSE Afpt fou* Hati. — Port-au-Prince



PAGE 1

|Wtrfme lie nos 4044 —*— Porf tu Prince, Hait Mercredi 90 Mars 1921 DIRECTEUR-PKOPRJfiTAIRE Oment-MAGLOIUE LKXUVCERO 20 CENTlViLS QuoHdien I iDtCTION Ria AmJr'aine No, 13* ItLflBQSHtJS On traite'trop volontiers les petites puissances comme des enfants auxquels en n'interdit point compltement l'accs de la m salle manger un j >ur de grand diaer, mais qui ne sont invites y venir qu' l'Heure du dessert et autour eli petite) table. Robert de FLERS % %  %  %  %  %  eQUESTION DU JOUR Histoire roman I des histoires trs originales, Ile luicsn e que je tire, non d un feuilleton, mais d'an des iasux politiques les mieux iofor i do oorjde eo'ier. i consiste ees^oiit llemeat dsos projet de resteareuoa sur le -i de Hongrie de I ancien empeCbtrles de Habshourg, d'Auui rHorgrie. dsos des c< ditions jlomtnt pittoresques. H s'agirait (simplement, pour l'ancien sou de Isisser la Suiee tn srepour tomber tout droi. en Hongrie, sur la tte a* BIS %  SBI voisins, sur l'intention de l'Ancien empereur Charles de rgner dsor 'nais sur la llopg-ia oeu'ement. sans bereber recorstruire l'empire lua'iste. Malgr la prsence de lier ert Hoover, l'ancien commissaire miicnin dea subsistances, dans le •sbire* amricain actuel, le conclave a pens qu'il j avait lieu de rorapter sur la gnrosit de le po'i ique de Hardirg qu'il croit peu diapos intervenir dans les affaires intrieues d'an pays europen seule lin de lui imposer une forme de gouver aeman'. ,,, t . N turellement, la question d'areenclave a t tenu a cet elle. gia \ estgtoujours une des princips Moritz oi prirent part lan ieais dans les entreprises de ce cnre^or. son frre, lercbidoc Its-itih il ;o*rait q-ie ce n'est pas o ai manque aux auteurs de cetn orgiasstion. L'srchidoc Frdrik et OT frre l'archiduc Eugne pas %  eut pour r les princes les plus fortuns de 1 Europe, ayant eu le b m sprit d • faire paaser, au mo men opportun, leurs foriunes l (ranger, D'autre par, des enten'es ont pu ee faire avec es Rothschild* de Pais et de Londres qui ont u" capital apprciable ergsg dsns I K st hor g-ois et qui ont toujours oa* se pour tvoi le contrle prinrioal de I plus grande partie de la dette d c> p ys Si lr par issna de cette restaura ton qui et d'ailleurs dans le vue i du p-ople hongrois, russissent ainsi rassurer Vienue Prague. B-'grada et Rome le coup pou ira re ten le trne leve su: 4, Eo imaginant ri ^ faim Mais il la traverae eu aroplane, il s agit tout simplement d vi er de traver per le tenitoires mis en veil. Rerte savoir ai. l'aronotique des pays intressa ne contrariera pas ce v i yaje o ne prendra pas pat l'iuipe ai, o mine on le sait, oui rerstice Zita qui attend juste pour ce plu. ieurs provinces de 1 an I mois la venue de ton septime enI empire dualiste d Aut-i he-Hon faut. l et qui ont eu peur de l'agitation pourrait se produite du.a lee annexes a ia nouvelle restauration Les Etats-Uois reprsents psr Herb.rt Hoo sisotgeltiiieut rsistance en it mme d arrter l'envoi Lire demain No're article intitul ; Le Livre Bleu Impression UMV raie. — Les pr-ges qui manquent. — Le pi saaje de M. Denby. L'Eveil tn, les archiduc* Fr drick et i'ierre Ferdmeno, 1 enpremier rainisire prioi e Win lisez, l'encien cbanoel tr prin iBerchtold, le comte Albert Appo ,le comte Andrsssy er un eriain d'autres loyaux ad tu renie ir assis'er ce conclave, lai empereur ^barles dot userIl ua jour frangine o il tait fie rendre I Berne; l, il OnIl dans un petit htel de famille CODDU d'o il loi fat f cita de lier vingt-quetre heures po r pat au conclave de Sai t tenta ive sera 4a seconde da •SKo effet, pendant 1 t de uo prince de le m on de irg, l's chtduc Joseph, fu par acclamai ion sir le peuple de Hongiie. oblig de se retirer de la poei i eo r IOD de I opposi ion que te aura ion reucoutra de la Ides royaumes d'Italie, et de i des Serbes. Croates et SlovTel est le litre dun journal hebdo maddire qii vient de parai re aux Cayes sous la direction de MJ. Duclervil— Notre tche eonite, dit notre font are tirer Is population dea Cayea et dea enviions de l'engjurdissemenf. de la torpe r o elle aeml le se complaire, a confier les citoyens s*eotend'e et avoir en vue d'obteipr rj-a Hati soit libre d une occupation que rien ne iuati lie, que les iusitutiona soient respse es et que la Nation ne soit plus L trave dans ss souverainst e son dveloppement. Meilleurs sœtis de cuccsCacao Peters En vente cher. : Victor Mangons, Si mon Vieir. Lope Rivera. Arriva par le SlS fGtaM fioe h ils # un asso limeni dl Pneus kChitnbre air BUŒSTO\E Vote prix rduits DEPOr L Freelzmann Aggerholo, Agent TRIBUNE Lettre Ouverte Au Directeur du Matin I Je vous si rscont cette histoire que ju n'ei pas trouve dnue de posie, tout en tant de la poli ique El eiaL cet attachement peraia ant de^eemines pop u la ions pour leurs ••absiatancee destines t attnuer snciens chefs et leura anciennes [ss femme de Is population dynasties, — en dpit dea change ar viter de rencontrer ia mma menta qu'impose Is volont etrsn •taon, sujouid bai suilout qad gres, me parait offrir un contraste lioover fi partie de 1 ad saisissant avec notre milieu dracine itretiou liai du g, le conclave de et sans tradition o. dfaut d'une oriU a dcid de rassurer prea ligne de chefs aim? sympa biques lot 1 Italie, la France, la GISJ et populaires, on voit chaque math Magne, ainsi que les Etsts au.gir. un candidat la prsidence *AR CABLE SIS L'txameo da rapport de WJ, Prsident de le cotnm'i JB Dti J ffour letsbliisems.it f S?* 1 de d ousnes sur I* P.Z? envoy dsbord su '5 • Mwmsrs SuifSLt l'Echo de SUM n ? ttVil •joorneraeot serait soie, | M vaeseces de Pques JJtoperse les ministres Brisa j l J*f*i r smms de Berlin earonce Eff'attsment Allemand r roB., coamiaaiondu contile Psiis %  £25 J wtorslhe s dcler Cin.^f d Versailles! ne donaii [esit?r P lMtncw allies le drott Ils u V pr ? ro *tion du dlai eap con. 1 |oUlet denier interdises Httri...* 1 01 lt limponstiondu ••*" n i tfrontatique.q-e le QOOfBf oernent allemand ne peut donc p s donner une suite a Is dcision de le confrence de Boulogne comportent cette prolongation II propose de sou met're le cee e un tribunal d'srbi trsge. BERLIN ^Le gouvernement ellemsnd n's pss encore reu le rapport ofliciel de la comm'ssion du plbiscite d* .Silesie iod q an lt rpartition des vo'es par districts et localits La S ule infirma ion s l 'hentiqu en posseesiin du gouvernement consista dans les premiers chiffres connu da plb sci e q i donn*ient lAllemegne 61 oio de tous vots, mus n'indiquent pss leur repsrtinoi par diatricta et communesPARIS LPS jjurnsux apprerent de Rome qte Is que lion des r srations de la bsute Silesie donnerait Sa s dea changea de vues su coure d'une nouvelle confrence interallie qui se tiendra p-o-hn in al en Italie. .. COBLENT/ Ui roulvement communiste s'est or h n ce muCorn veut le Mirer lui Foch fit ait en Ire le Rol-il'-itiji 1 \5Tt Di Lon 're e oi fit savoir comment au commencement de ce moio, I* marctnl F. h oublia de rpoidre i une invitiijidu roi un th. au palais de Bjck b^him L? roi avai and besoin de voir lemir:hi •o.h, it le prside il J J ]O iscil ira s avtit p is ua rng g m-nt eo &oa nom, Aps u> e a t nte d'un demi hn e, le roi dit enveyer un cuytr s'i fo m r dci mi .t, da i'ab eu e iv rrae.h '; e. celui-ci dut l'Ct^saei aup es au ioi, v > u 11 avec la plus lfiu.de frafl h ie que "-es g. a-'es p'^ occupt ors lui avaient tait comp' itm.ui oublier cet engagement. • (Associated Press) ^— %  —-——— %  —^—" %  %  %  ^" i M dsia la z >nn d %  la tte de pont amrica ne Montabour 10 ki'omtrea d Hereofa eitanein Le grand prevot S pris des niMire-i n^cn-aiire i et la t o'ics or'itaire amricsins s envoye en h te Montabour po ir rtablir l'or-1". NEW YORK — A son srrive Mr Vivia1 dclara : j suis veuu aox Eta's U lia po if pr^s a nter su prsi dent de cette grande rpub'iqoe le^ reap^ts dge dn v I-* mr erre, eai ; mi ptuttibl r s a i uneosrse IOU •• CON T N l'iNu!M li -U- snnonce la chute de 1) ti in Rira II aaai.blur ca'ign du cli'"i'io de fer de Bagdad. C'est un dea dox obj ctifa de l offensivagrp qieciti> les Taie nsho nalistee l'-i'tr'ant K kl Cheir aur la .if/i u' \'>g0''4. Port au Pr.ncs, le 23 Mr: 1021 Monsieur le Directeur, I *i eu, ces jours de nieis, dans es colon n "s de votre iatressaotioa >al publier une lettie. o.eo d as •T>ot j ai i>om et la liste st ua •ion et les b;scins de note Hati s prouve, SICI rie et si maltrsite Ei Mai prochiia.aHiiiisrepirsltra pour sou eoir et ma candidature au Sn I d la Rpubi qui et'la politi que prsidentielle que mes smis e> moi comptio is suivre d o. ob e d cett: anne aux 10 jinvier et 15 mai de l'aa ai p'o.hi ne. L | uroal < Hit; 1 qu\ en 191s tvaii cuaseill le calme, it raisoa, la ll mon e un j-gmeot siin et cir-l ce0aUaal aux populatons de's R pub ique, gird ra la mme attitule, put q 11 la situaMou n a point c'uu' g mais elle est pu complique j Ei atteodant, il est ncessaire que' Ion claircUse les cho.es, que l'on s'entende sur tout afin que le pays! puisse ag r sciemment et positive* j ment L s faits claira r, les cho es sur lesq jelles o 1 do t s'entendre sont au n unbre de six. Ces six po ; ot nous allons, selon nos lum res et o< tre pa riot sme, les considrer ssns paiti pris, sans vues mesquioesdsi-; rant que tout soit par le bien de la> prsente g aration et de celles ve' mr j Premier point — Uie construante est elle ncessaire ? Pour combattre plus sainement plus r a r otiquement et plus longuement, s partisans de notre existence nat ooal-, ce, pour mieux servir la cause de la seule pttile barre de terre que possde notre rsce bois de 1 Atnque indpendtntr,on sugg e l'ide d une corstiraante, sous pitexte que cette a:tue|le constitution et|'a ivre d'un h .ut fonctionnaire amricain, MonsitSI Rnosevelt des hiati-Ums Pour ma part, ce te constitatioa ne rpond point aux desiderata da p up e h t ; en. Cette constitution est reeileme n I'OX vie d'un honni' poli ique. OIMI o it point discuter la v aci . pireequ' b.en considrer l'oeuvre, oi constate qu'elle n'est ni ango saxonne, ni germanique, ni si ve tn 0 e meus lat ne Elle ne re H ie aucuoe densit, aicu e sutoao mie, aucune lutt, par consquent c e con t lu'ion reprsente pure ment 1 ide mercan ile. Elle n'est po ut Ut e (Oia 1; progrs l'avance* m-t Ac une nat on uaiSle ne peut *t-e heui-u sn-i vin gUe.^EUcj est plutt appele a dtruit funi' nationale d • tout eeafl) i famille souche l'outefop, s'il faut considrer les (s ti selon nos bsso ns actuels et futurs, Hati doit s'ea servit. Les eejH. les ides, et m-ne lu chimtes qui • \ y sont consacres, Htitt do-t restar dans ces principes-l Cette constitution est djl se:* 'e par le peuple hiitieo ; ell* dit tre excute Lu lections de fe)lj s:roi fa't-scont irmi n ent i ses tex tes. N ton souve sioe, m^Lresi: i: s:s destines, qui peut dire Hati : -tous n'avons DI* le droit de chm" la consl tdiioo qui rg'l le droit haitien. Oa dira, peittre, que la dissolu tion arrivera. Oui aval dissous ? C'est le Prsi leut d'Hati; s'il ne voulait pas, rien ne serait possible. Deuxime point.— La ligue patriotique, a-t-elle le dro r de qumanier une permiss on pour le peuple hatien quand il s'ag't des attribuions exclusivement nationalesEt 19 i s *l* 8u 'e desvoem-ti font il faut rechercher les essjstfl. les origiues et les mob les. le < J Jveroemeot amricain dbtrq-ja ses troupes d'infanterie de mirines dans les prmcipiux por*s d notre pay-. Aussitt des.en.1 nei. il mus off it la co'ciliatinn tntre fires; nous recommanda I union, ht miroiter autour de nous le travail dm. l'ordre, la paix et la scurt . En raison 4e la rapidit des ca'astro;he doit le S ays s t le th'l re depuis 19)1. les ommes pensant>,d'Hai i ont seceptt les oft'-es, les ca a.ies barbues, romanesques do i v lis d ua btiganlag* iun g*nre nouv su, grave et primi l'f les avarnt a ises Aussi cono'i ta est ile le se-ret de l'avenir. Li Co.tveot on am^iicsno-haitienee fjt 'ae pendant h contlagrwtioi d; Eirnpe a'ors docile, soumise et so le fa*p. D ox Ets's S)uverain, E res majeuM m itres de leurs droi's espect t de lecsj destines ont coi v.iiom. r h que paitie contractante s'est lib ement d tne des obi ga -ons et des pri.i'g'S mutuel! Hati *eu'e t' si excole La part l'engagement qui loi a t impose n'est ps n rtste de compte Et Tsure partie' Si H:iti ~t onisiJre dsos le v.o le ent r comme aie colonie au un. dip.ndance : I h titi^n eu Haiti msji. e*t un vn .ble pana Ioja* ie;, coa^s, iosul.eMgatioa le tous droits, •#; Tai-.-s. oo'.:t 4 -, —-hat ges nouvelles, tnifl*, ^ f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05346
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 30, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05346

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
|Wtrfme lie nos 4044
*
Porf tu Prince, Hait
Mercredi 90 Mars 1921
DIRECTEUR-PKOPRJfiTAIRE
Oment-MAGLOIUE
LKXUVCERO 20 CENTlViLS
QuoHdien
I iDtCTION Ria AmJr'aine No, 13*
,
ItLflBQSHtJS
' On traite'trop volontiers
les petites puissances com-
me des enfants auxquels
en n'interdit point com-
pltement l'accs de la
m salle manger un j >ur de
' grand diaer, mais qui ne
sont invites y venir
qu' l'Heure du dessert et
autour eli petite) table.
Robert de FLERS
-
e-
QUESTION DU JOUR
Histoire roman
I des histoires trs originales,
Ile luicsn e que je tire, non d un
feuilleton, mais d'an des
iasux politiques les mieux iofor
i do oorjde eo'ier.
i consiste ees^oiit llemeat dsos
projet de resteareuoa sur le
-i de Hongrie de I ancien empe-
Cbtrles de Habshourg, d'Auui
rHorgrie. dsos des c< ditions
jlomtnt pittoresques. H s'agirait
(simplement, pour l'ancien sou
de Isisser la Suiee tn sre-
pour tomber tout droi. en
Hongrie, sur la tte a* bis
sbi
voisins, sur l'intention de l'Ancien
empereur Charles de rgner dsor
'nais sur la llopg-ia oeu'ement. sans
bereber recorstruire l'empire
lua'iste. Malgr la prsence de lier
ert Hoover, l'ancien commissaire
miicnin dea subsistances, dans le
sbire* amricain actuel, le conclave
a pens qu'il j avait lieu de rorapter
sur la gnrosit de le po'i ique de
Hardirg qu'il croit peu diapos
intervenir dans les affaires intrieu-
es d'an pays europen seule lin
de lui imposer une forme de gouver
aeman'.
,,,t N turellement, la question d'ar-
eenclave a t tenu a cet elle. gia\ estgtoujours une des princips
Moritz oi prirent part lan ieais dans les entreprises de ce cnre-
^or. son frre, lercbidoc Its-itih il ;o*rait q-ie ce n'est pas o
ai manque aux auteurs de cetn
orgiasstion. L'srchidoc Frdrik
et ot frre l'archiduc Eugne pas
eut pour r les princes les plus
fortuns de 1 Europe, ayant eu le
b m sprit d faire paaser, au mo
men opportun, leurs foriunes l
(ranger, D'autre par, des enten'es
ont pu ee faire avec es Rothschild*
de Pais et de Londres qui ont u"
capital apprciable ergsg dsns I K
st hor g-ois et qui ont toujours oa*
se pour tvoi le contrle prinrioal
de I plus grande partie de la dette
d c> p ys
Si lr par issna de cette restaura
ton qui et d'ailleurs dans le vue i
du p-ople hongrois, russissent ainsi
rassurer Vienue Prague. B-'grada
et Rome le coup pou ira re ten
le trne leve su: 4, Eo imaginant ri ^ faim
Mais il la traverae eu aroplane, il s agit
tout simplement d vi er de traver
per le tenitoires mis en veil. Rerte
savoir ai. l'aronotique des pays
intressa ne contrariera pas ce v i
yaje o ne prendra pas pat l'iuipe
ai, o mine on le sait, oui re- rstice Zita qui attend juste pour ce
plu. ieurs provinces de 1 an I mois la venue de ton septime en-
Iempire dualiste d Aut-i he-Hon faut.
l et qui ont eu peur de l'agitation
pourrait se produite du.a lee
annexes a ia nouvelle
restauration Les Etats-Uois
reprsents psr Herb.rt Hoo
sisotgeltiiieut rsistance en
it mme d arrter l'envoi
Lire demain
No're article intitul ;
Le Livre Bleu
Impression umv raie. Les pr-ges
qui manquent. Le pi saaje de M.
Denby.
L'Eveil
tn, les archiduc* Fr drick
et i'ierre Ferdmeno, 1 en-
premier rainisire prioi e Win
lisez, l'encien cbanoel tr prin
iBerchtold, le comte Albert Appo
,le comte Andrsssy er un eriain
d'autres loyaux ad tu renie
ir assis'er ce conclave, lai -
empereur ^barles dot user- Il
ua jour frangine o il tait
fie rendre I Berne; l, il On-
Il dans un petit htel de famille
coddu d'o il loi fat f cita de
lier vingt-quetre heures po r
pat au conclave de Sai t
tenta ive sera 4a seconde da
S- Ko effet, pendant 1 t de
uo prince de le m on de
irg, l's chtduc Joseph, fu
par acclamai ion sir
le peuple de Hongiie.
oblig de se retirer de la poei
i eo r iod de I opposi ion que
te aura ion reucoutra de la
Ides royaumes d'Italie, et de
i des Serbes. Croates et Slov-
Tel est le litre dun journal hebdo
maddire qii vient de parai re aux
Cayes sous la direction de M- J. Du-
clervil- Notre tche eonite, dit
notre font are tirer Is population
dea Cayea et dea enviions de l'en-
gjurdissemenf. de la torpe r o elle
aeml le se complaire, a confier les
citoyens s*eotend'e et avoir en
vue d'obteipr rj-a Hati soit libre
d une occupation que rien ne iuati
lie, que les iusitutiona soient res-
pse es et que la Nation ne soit plus
ltrave dans ss souverainst e
son dveloppement.
Meilleurs stis de cuccs-
Cacao Peters
En vente cher. : Victor Mangons, Si
mon Vieir. Lope Rivera.
Arriva par le SlS fGtaM fioe h ils # un asso limeni dl
Pneus kChitnbre air BUSTO\E
Vote prix rduits
DEPOr
L Freelzmann Aggerholo, Agent
TRIBUNE
Lettre Ouverte
Au Directeur du Matin
I

Je vous si rscont cette histoire
que ju n'ei pas trouve dnue de
posie, tout en tant de la poli ique
El eiaL cet attachement peraia ant
de^eemines pop u la ions pour leurs
absiatancee destines t attnuer snciens chefs et leura anciennes
[ss femme de Is population dynasties, en dpit dea change
ar viter de rencontrer ia mma menta qu'impose Is volont etrsn
taon, sujouid bai suilout qad gres, me parait offrir un contraste
lioover fi partie de 1 ad saisissant avec notre milieu dracine
itretiou liai du g, le conclave de et sans tradition o. dfaut d'une
oriU a dcid de rassurer prea ligne de chefs aim? sympa biques
lot 1 Italie, la France, la Gisj et populaires, on voit chaque math
Magne, ainsi que les Etsts au.gir. un candidat la prsidence
*AR CABLE
SIS L'txameo da rapport de
WJ, Prsident de le cotnm'i
JBDtiJf- four letsbliisems.it
f S?*1* de dousnes sur I*
P.Z? envoy dsbord su '5
Mwmsrs SuifSLt l'Echo de
sum n?ttVil joorneraeot serait
soie, |M vaeseces de Pques
JJtoperse les ministres Brisa
jlJ*f*irsmms de Berlin earonce
Eff'attsment Allemand r
roB., coamiaaiondu contile
Psiis25,J wtorslhe s dcler
Cin.^f d Versailles! ne donaii
[esit?r PlMtncw allies le drott
Ils u Vpr?ro*tion du dlai eap
con. 1 |oUlet denier interdises
Httri...*101 lt limponstiondu
*"ni tfrontatique.q-e le QOOfBf
oernent allemand ne peut donc p s
donner une suite a Is dcision de le
confrence de Boulogne comportent
cette prolongation II propose de sou
met're le cee e un tribunal d'srbi
trsge.
BERLIN ^Le gouvernement elle-
msnd n's pss encore reu le rapport
ofliciel de la comm'ssion du plbis-
cite d* .Silesie iod q an lt rparti-
tion des vo'es par districts et loca-
lits La S ule infirma ion sl'henti-
qu en posseesiin du gouvernement
consista dans les premiers chiffres
connu da plb sci e q i donn*ient
lAllemegne 61 oio de tous vots,
mus n'indiquent pss leur repsrti-
noi par diatricta et communes-
PARIS Lps jjurnsux apprerent
de Rome qte Is que lion des r s-
rations de la bsute Silesie donnerait
Sa s dea changea de vues su coure
d'une nouvelle confrence interallie
qui se tiendra p-o-hn in al en
Italie. ..
COBLENT/ Ui roulvement
communiste s'est or h n ce mu-
Corn veut le Mirer lui
Foch fit ait en Ire le
Rol-il'-itiji1 \5Tt
Di Lon 'ree, oi fit savoir comment
au commencement de ce moio, I*
marctnl F. h oublia de rpoidre i
une invitiijidu roi un th. au
palais de Bjck b^him L? roi avai
and besoin de voir lemir:hi
o.h, it le prside il J j ]o iscil ira
s avtit p is ua rng g m-nt eo
&oa nom,
Aps u> e a t nte d'un demi hn
e, le roi dit enveyer un cuytr s'i
fo m r dci mi .t, da i'ab eu e iv
rrae.h '; e. celui-ci dut l'Ct^saei
aup es au ioi, v > u 11 avec la plus
lfiu.de frafl h ie que "-es g. a-'es p'^
occupt ors lui avaient tait comp'
itm.ui oublier cet engagement.
(Associated Press)
^-^"^" i M *
dsia la z >nn d* la tte de pont am-
rica ne Montabour 10 ki'omtrea
d Hereofa eitanein Le grand prevot
S pris des niMire-i n^cn-aiire i et la
t o'ics or'itaire amricsins s en-
voye en h te Montabour po ir
rtablir l'or-1".
NEW YORK A son srrive Mr
Vivia-1' dclara : j suis veuu aox
Eta's U lia po if pr^santer su prsi
dent de cette grande rpub'iqoe le^
reap^ts d ffaOtil s e tireC'est pourq oi je
ne puis faire eucune autre dclara-
tion avant 'l'avoir salu le chef de
l'K'at E i salunt le premier et grand
citoyen de la dmoc atie amricaine
je sslue sus*- le g aud et noble peu
pie pour lequel la Frarco g nie une
f odre affection et une t nelle g-a
tilude
WASHINGTON Le Prsident
Harding s noram4 gouverneur de la
zone du canal de I' a al c -'o I
Monrow qui iem|ls-at I s fonc-
tions p'oviaoireraen'.
Le prs de t s nom n en mme
tempe le capitane de v is'eeu K i-
telle goovaneir d s les Vierges.
D ux sroplsnes de U marine q ront d main lt llirg Fi II S deati ia
t on da Saint Thomas Ile V e ges.
La tenta ive adcm liidi 'avaivi de rre a lu >ge
dn v I-* mr erre, eai ; mi ptutti-
bl r s a i uneosr- se iou
CON T N l'iNu!M li -U- snnonce
la chute de 1) ti in Rira II aaai.blur
ca'ign du cli'"i'io de fer de Bagdad.
C'est un dea dox obj ctifa de l of-
fensivagrp qieciti> les Taie nsho
nalistee l'-i'tr- 'ant K kl Cheir aur
la .if/i u' \'>g0''4.
Port au Pr.ncs, le 23 Mr: 1021
Monsieur le Directeur,
I *i eu, ces jours de nieis, dans
es colon n "s de votre iatressaotioa
>al publier une lettie. o.eo d as
T>ot j ai i>om et la liste st ua
ion et les b;scins de note Hati s
prouve, sici rie et si maltrsite
Ei Mai prochiia.aHiiiisrepirsltra
pour sou eoir et ma candidature au
Sn I d la Rpubi qui et'la politi
que prsidentielle que mes smis e>
moi comptio is suivre d o. ob e d
cett: anne aux 10 jinvier et 15
mai de l'aa ai p'o.hi ne.
L | uroal < Hit; 1 qu\ en 191s
tvaii cuaseill le calme, it raisoa, la
ll mon e un j-gmeot siin et cir-l
ce0aUaal aux populatons de's R
pub ique, gird ra la mme attitule,
put q 11 la situaMou n a point c'uu- '
g mais elle est pu complique j
Ei atteodant, il est ncessaire que'
Ion claircUse les cho.es, que l'on
s'entende sur tout afin que le pays!
puisse ag r sciemment et positive* j
ment L s faits claira r, les cho es
sur lesq jelles o 1 do t s'entendre sont
au n unbre de six. Ces six po;ot ,
nous allons, selon nos lum res et
o< tre pa riot sme, les considrer ssns
paiti pris, sans vues mesquioesdsi-;
rant que tout soit par le bien de la>
prsente g aration et de celles ve- '
mr j
Premier point Uie construante
est elle ncessaire ?
Pour combattre plus sainement plus
ra r otiquement et plus longuement,
s partisans de notre existence nat o-
oal-, ce, pour mieux servir la cause
de la seule pttile barre de terre que
possde notre rsce bois de 1 Atnque
indpendtntr,on sugg e l'ide d une
corstiraante, sous pitexte que cette
a:tue|le constitution et|'a ivre d'un
h .ut fonctionnaire amricain, Mon-
sitSI Rnosevelt des hiati-Ums
Pour ma part, ce te constitatioa
ne rpond point aux desiderata da
p up e h t;en. Cette constitution est
reeileme n i'ox vie d'un honni' po-
li ique. Oimioit point discuter la
v aci . pireequ' b.en considrer
l'oeuvre, oi constate qu'elle n'est ni
ango saxonne, ni germanique, ni
si ve tn 0 e meus lat ne Elle ne re
H ie aucuoe densit, aicu e sutoao
mie, aucune lutt, par consquent
c e con t lu'ion reprsente pure
ment 1 ide mercan ile. Elle n'est
po ut Ut e (Oia 1; progrs l'avance*
m-t
Ac une nat on uaiSle ne peut
*t-e heui-u sn-i vin gUe.^EUcj
est plutt appele a dtruit funi'
nationale d tout eeafl) i famille
souche
l'outefop, s'il faut considrer les
(s ti selon nos bsso ns actuels et fu-
turs, Hati doit s'ea servit. Les eejH.
les ides, et m-ne lu chimtes qui \
y sont consacres, Htitt do-t restar
dans ces principes-l
Cette constitution est djl se:*
'e par le peuple hiitieo ; ell* dit
tre excute Lu lections de fe)lj
s:roi fa't-scont irminent i ses tex
tes. N ton souve sioe, m^Lresi: i:
s:s destines, qui peut dire Hati :
-tous n'avons di* le droit de chm"
la consl tdiioo qui rg'l le droit
haitien.
Oa dira, peittre, que la dissolu
tion arrivera. Oui aval dissous ?
C'est le Prsi leut d'Hati; s'il ne
voulait pas, rien ne serait possible.
Deuxime point. La ligue patrio-
tique, a-t-elle le dro r de qumanier
une permiss on pour le peuple ha-
tien quand il s'ag't des attribuions
exclusivement nationales-
Et 19is *l* 8u'e desvoem-ti
font il faut rechercher les essjstfl.
les origiues et les mob les. le < j j-
veroemeot amricain dbtrq-ja ses
troupes d'infanterie de mirines dans
les prmcipiux por*s d notre pay-.
Aussitt des.en.1 nei. il mus off it
la co'ciliatinn tntre fires; nous re-
commanda I union, ht miroiter au-
tour de nous le travail dm. l'ordre,
la paix et la scurt . En raison 4e
la rapidit des ca'astro;he doit le
Says s t le th'l re depuis 19)1. les
ommes pensant>,d'Hai i ont seceptt
les oft'-es, les ca a.ies barbues, ro-
manesques do ivlis d ua btiganlag*
iun g*nre nouv su, grave et primi
l'f les avarnt a ises Aussi cono'i
ta est ile le se-ret de l'avenir. Li
Co.tveot on am^iicsno-haitienee fjt
'ae pendant h contlagrwtioi d;
Eirnpe a'ors docile, soumise et
so le fa*p. D ox Ets's S)uverain,
E res majeuM m itres de leurs droi's
espect t de lecsj destines ont coi
v.iiom. rh que paitie contrac-
tante s'est lib ement d tne des obi
ga -ons et des pri.i'g'S mutuel!
Hati *eu'e t' si excole La part
l'engagement qui loi a t impose
n'est ps n rtste de compte Et Tsu-
re partie'
Si H:iti ~t onisiJre dsos le
v.o le ent r comme aie colonie
au un. dip.ndance : I h titi^n eu Haiti
msji. e*t un vn .ble pana Ioja*
ie;, coa^s, iosul.eMgatioa le tous
droits, #; Tai-.-s. oo'.:t 4 -, -hat
ges nouvelles, tnifl*, ^
f


4 -* .
I F MA N
T
11
f
""
M utaiM il
Pour /es pjuura
Li Mal/on
B. Martin Fort ac-Prince, le 39 M.rs 1921
Monsieur le Directeur,
Aprs avoir attent la libert de
non pre au mpris de la Consuiu
tioo et du code d Instruction ctimi-
relle, le Gouvernement, par un corn
muniqu du Mioistie de 1 Intrieur a
publi daDS le journal'LeNouvelhste".
ei fait savoir au Public que MrThos
A. v'ilnenay avait t rvoqu com-
me Consul Gnral d Hati i Kicgs
ton pour indlicatesse et mauvais
conduite. Qtte imputation porte il
teinte a ton honneur et i sa considt
ration.
le poi'e le def le plus catgorique
au Dpiitemem de l'intrieur de
\ 101-ver la vracit de ton imputation
\u crime judiciaiie on ajoit' ur
ume de droit corrmun.
le pioteste ortie l'un et 1'. u're
Au 1 om de Moosfr nr Tnos. A Vi
ner.;y, mou pre actuellement dtt-
iu.ii puson [h ur roi disant dl t d
iMe qui n'en-te que dans l'imag1
n l'on ourmente de ses perscu
teurs. |e pioduis les rserves le plus
expressses contre la d rhma'ion dont
il a ' l'objet et contre les auteurs
je^pocsables.
l'eimett' 1 moi, avant de finir, de
vous t>primer rqes sentiments de
n aii'ude pour les nombreux t moi
g H^es de so'idaiit confraternelle
ijuc la l'ics'e a piodigues i mon
p" Lorsque i'ailorit porte atteinte
. la li h l de quelqu'un, tout le
rronde est menac.
Agri l Mi nsi ur le Direc eu', les
iHuitO tl de mes sentimen.s lespec
Ut ai,
A. hur VJLMENAY fils,
j ulletin communal
.Nous ave ni teu le fascicule du
de:nier tiimeatre de l'snre dernire
du Bulletin cimmuual- ! conti*r t
|. s d'en iif s rarties de l'administra
1 "iiiin n'f par Clment Megloiif.
tiavez-vous
pourquoi...
I p 1 ( un ( Ltot des qui u? gHiiisH les
danses de Vai doux, dinVDlbi der-
1 ! r a l mm en libelle-
ISoub bvions b en rs.so de per-
*' 1 a une cou dte Muw, elle a t
l a m J Jin.ee C nue in juins,
d .illleui 1
E p-/f nce d'arfes pareils avons-
nous le do t d'al er pnesjk peup'e
rI le Gouvernement amricains de
redresser les torts commis par des
anriciios, quand le paiti dmocrate
n'a fait qu'accomplir la politique du
Prs-dent Koosevelt sur les pitiler
Rpubliques amiicaints.
El icvisai t nette consti'utior,
aptes les lections leg latives, ou
avant ou apis l'lection pisiden-
tielle.-i le cauihi-mar anriicain pse
toujours sur rtie tel-? comme l'-
pe de Damocls," si le darger am
iicain peisiste i nous imposer une
vie co traite a notre idal, cous le
laisserons faj e. Comme les vne-
ments continuent leurs cours, ainsi
)a vie des Empires est lgle. Il y
aura t l jouis un Dan et et un Jean
pour sorger et rv'er.
trois ewe point. Le futur ptsi
dent, doit- il te un ancien politicien
des poques passes ?
Ce o'e:t point un prob'me qui
est a rsoudre. Le futur Pisideol
lu ;ous l'empire des d.tticults dans
la cidion desquelles il n'avait pris
aucune pat comme auteur, seule-
ment comme vut me. pourra mieux
jiger les fautes passes et compren
dte la valeur des carts.
N'ayant ni parti ni clan, il pourta
envispger le sauvetage na'ional autre
ment que ceux qui ont eu Mlhii
ou a s'a! H ger.
Ave lui Haiti sera ure L'haitiet
aura le mme droit. Avec un tel
idal, avec une ulle poli ique tou
les citoyen?, chacun ce qui le concei
ne, appoitera sa petite peiae I di
fice en construction .sans tenir comp
te de ce que peut dire son voisin.
-LWENIURF. avocat
.La nu i demain)
Nrus sommes heureux d'annoncer
au poulie que les lv* s du Pension
nst Notre U. m-* du Sacr Cur ( Offre au pub IC en gnral un
S\ Joj"ph ) offriront dimanche pro ass0,t ment ie provis'OttS de OU
chaiu 3 avril. MW II ptr< nnj>g* de; t epcUlemen pour la
S* (Irpndur Mgr Conan, une e*t c }Jr -" _ior, lfl u.. |rtH0-
rreat.ve tu nroflt des panvr** de |Sen.a ne Sainte, elsq tj tlu le-io
l (tapie* de Saint FraDoiB de S les l.ve d Espagne ent 1 blanc de li?
Il y aura couaommation-
Union Patriotique
En termes courtois, mais Limes
1 Un 0.1 Patriotique a, dans une 'et
tre au Min stre de Ultrieur, dont
elle attend la rponse, dmo t 1 il
lgalit de la mesuremaladroi e prise
dimanche dernier contre le meeting
du Bel air.
On se prpare galement p-otes
er contre le scandale dts darses d
it-Ruedu.Magasindel Eta'.'olrpar la
Pohce pendant toute la jouri e et la
nuit de f ques.
Convocation Cet ;p: -midi,
.1 hiure* t rciic?, runion du Comit
an sge social.
Remeiciements. Le Comil adres
iustcce.de la Kermesse, paniculi
reownt aux d?mes patronnesses et i ClUtlS SI CCI IIIHII '[)
leursgrac eusesco'laboratricer -\ucun '
necutagement ne lui a t | lus pi
deux que de voir a ;uvre leur
dv uement.
Chaussures Bol
Rappelez-vous
Que 11 tre v-nie phi
moale (Je chaussun
de tous genres contini
ei que nous avoasjdcii
avant 15 chaagerde I
cal d'accorder une ni
velle rduction sari
prix de ces articles
A partir d'aujourd'hui
De mme,nous liquidons ce quin
GdWiTiitinit, ii Tuctai'ivate de notre ttock de costumnl
e l,2{?al'on, bule de co o > en
ferbla c dj 1,2 g lion Sa dt;i s
de Norvge fh ie d olive, Ha-
reng de A'orvge en l*erb!anc oe
l|2et i Ivre tout prpar pour la
table 20,25 et 30 c or la bo tb*
Saumon de t liv-e 10,^5 I b 1>,
Beorre de ble (Copeuh-gu)
delj2, 1 ei2 libres.
Conopignie Gnrale
Traiisallan ique
Le paqtiebot Caravelle est attendu*
vers le 5 Avril.
Le nouveau paquebot Macoris vers U
25 Arril
Les itinraires seront fixs arrive
les paquebots
LAg'nt-E ROBELJN
i 11. . -'Li-'gaw
Company
( FOREIGN SERVICES ;
Le S,S .LAKE SUNAPEE venant
de New Yok via Us ports du Nord
est attendu ici le a avril piochain.il
ais J.iaij.ii ii I an l'-iiot) des fubricauta
'la iii.Dh ne montr- tl'e pciu ?
K fait, elle a etteim les rIub Iimi a
oiiimeta. et, n oins q ie Ida u et-
leum en scne n'escalttuent le ciel
tir, ir'ft'i.tent aux fervents du
1 m m h une ide exacte de la \ic
h'H 1 t'i.heuieux. leur rmb tien Le
be.
Port au Piince 1 28 mars 1921
EF. UEMENTS,
Aget t Gtiral.
Bemerciement8
Mi et Mme Florentin Maurrasse et
palm beach, de bm et chau-xelU
pardessus w termproo/9 casquettes,
va tes. chemises etc, au prix coui
Les dames petite pointure pei
trouver notre vente des chaus^
riauiatttre actuelleinent dpaBsee.
lil n' en effe roua LOQirooi voir leurs enfants remercient sincrement Agi tnittf 1)#j il i ) i*t*o ntmlil et 11 .1
itifLUOdei blbhquei se auccd.i tous ceux qui leur ont envoy leurs wv "!*** t" VIMCrV qUUll^ea Uli
ur T cran. Adam et Eve clia8a du sympathiques condolances l'occa extrmement bUS.
Paridiffl* ineunre d'Abel.le Dlupe, sjon fc ja mot de leur regrette
la lutte de D.vid et de Goliath, la mefC oeue ^re & grand mre :
vie ustucoM de SalomOD, I eaistence AUGCSTA
teneBtre ft divine du Cnria, tiii- i ca,.., a M.r;Rt .
de.o 1 dtvam nos veux, qui ter 'ut"nu le. ] *g" Mar,ct St*
maiH loua les mystres seiont ie Maitm^Guadvioop';*
vtre. 1 _________
Veiione-nous ces images evrei, \
di ou I es de leur sens moral t
d daciqi e, en l'espace de quelque
hji.m-h, eu au cou iHirc, le iiim in
que tio-i eeitil un sermon jnr
I l'ii'gp que le public ira voir le ui
mai clie V
n lallu lien ans pour moi.tcr ie
Horace MIN
Bue du Magasin de tat
Avis
pm
I i: ni -
Vopieur Fernard fonil'e nrco
neveu, qui habite avec moi depuis
dix sept ans est mort ne laissant pas
______ de ros'rjt.
.," les autres hritiers, s'il y en s fort
Jbntre beauxqren s pris de dm vouloir se taire eu-
A la su te dune queieile qui ui a,,re a rroi.
NEURASTHNIE. FAIBLESSE
CHLOROSE, DBILIT
lieu entie pareUs hur au soir Mm
Florestan Aime' h- gne Leg*os eu
vinient aix mains. L'excs de col e
arriva J un t-1 df gi que 1 un des : n
tagoi.istes Mr Florestan d'un coi p
de rasoir b essa gr vement Mr I e-
gros, son beau t e.qui eut les par*
iits Miutlles demi emto te es
l,a victime a t transporte i
ihptal o il ucut les pierr.it 3
soins,
Son cas est des plus graves
Convoe ition
Les membres Ue la R^caissance
soi t oovequs d uigence, eu locl
otdm re de la Socit, pour ce soir
i 6 heures le 30 Mars 1921
Port au Prince, 2; 'vier 1921
ludes BISTOURY
DESCHII
IHr
Hanrtenr du a pr^orlt py WMPM^t^^^m
,oru. ui farrugiamu*. Admis dmua ! HOpItmOMmi
up.r/.ar U >* ^i^^ViUT^ *Uin. r*W ^
Home Insurance Company
2Ve perde* pis de vue que la
Hom* Insuance Company
Grdce lintervenion active de
Mr Eugne LU.BOSSE,
l la nreuiire Compagnie d'Assurance oflrirauxHaitieng u9 prrlec on a uq la.xabo"<
Mcroionic L,a Uome Asmvanc*. Company
Notre imi et cont re s Alexis a donn des preuves de sa lo/aut, da son quit dans les rgi inenis d' s_rance aprs 'nert
i^^JS?S!& Le home Insurance Company
f..Jeaa. T.! *urveilue ieudi der est la plus forte S ciil d'assurance de rA ts-Unis d' mrinue; elle ollre donc le plus de |
de solvabilit en cas de grade cannflagrati n.
assurez-vous contre l'incendie d la
nin a x (ionaive-^.
Nous lui pisentons nos tytnpsthi
t'.i.t condolances, ainsi qu'aux au
trs paren s p ouvs
Nous avoua appris avec une
bien douloureuse suipiise la rodrt
de notre excellent ami John Monsan
to, Buivenue Cuiacio. I. cher de
tu'it comptait parmi i>ous de>B smi
ti* s Bans m 111 j 1 e rendant long'ampa
il occupe avec dvouement, intelli*
gence et ta:t le poite c^e CoBfol
d'Hati Cursoo, et se lit spr.re'cie-r
par de belles ei taies qualits de
gentilhomme.
Le t Matin prsente re s tymra
thiquea cocdolunceB hit rctfr.tB du
1 f jjr-^'te* dfaiit..ct arliculirement a
s itrcB, i 1,0e am Max fiisp.r.l
et Manuel Mil se to bieu crutile*-
uient
Hoitic Insurance Company
CONSUL! bZ

Eugne Le BOSSE
Avant de contracter aucune a// lire dassurance, il voui difiera gratui'emenl par destrt*
*ur les qu suons qui vous intressent,
Li hOMU ISSUHJkNGE COMPANY
Seclwn mantime assure contre risqnts de mer les voyages ctiers de port port dnafa
Eugne LE BOSSE
Afpt fou* Hati. Port-au-Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM