<%BANNER%>







PAGE 1

m %  i %  i 1E MATW Vol > gulttrt I Le mrgasin c*e Mi Richard McGuifie i la mt du Tort a t dans la mit de Diroarche a iundi, victime d'un vcl audacietx et intil" gent. Une des peina dt la halle iyoi t enlcpcfr, le vole or s'est introduit dars le ir-sfc-stin cl ar*'* avoir anan g son Irl, il a ren pas auils cet fie-fou naisil lasirrplementcuveit. Ceii aie qu'il en a titrait la ronde se n rr de Sco dclhu du tr. Que font ros gtrdatms I Car il ttttt.torr arquer qp'il ce i'git roint d'un quartier isol, mais, d-one ds priaci pales altres de la ville -Tu in taisant tonne (.aide, cous disons qu'il tait pics facile MOI Cote de Elvctit l'ioterver tiendu d'inquant bu: de l'attraper aujourd'hui... Deux autos entrent en collision Dirrarchr roitrautoNo 84monte par Mr Poft Elctt travaillant la Im fort ard Kit on allant i une vitesse srormale.a brur la voiture N0M1 ireftitf de M Fdw Mevs qo la iordui;aii, il'angie de laGrand'Rue et de la Rue Oswild Durand. Cette dernire a t fortement en dommage ayant ndi it l'autel par Mme O. 1. Brandt et Mr Achille Barthe. Au cours de la n esse ont qut : Melles Lsura Greger et Anna Barthe au bras de Messieurs Ren Polynice et GiofgfsNaod. A 1 issue de la Ce t me nie et aprs la traditionnelle tourne en ville une grandiose rcep non tut faite aux invits dans la Villa de Mme Vve 1 Baithe au Chemia des Da.les, et l'heureux couple s'en1 vola vers Ption Ville. [ C'est galement ce matin qu'c t lieu ] lr mariage civil Les t moins taient: du ctdei'pouse; Mrs C hs.Wiener, In di 111 tel, lo So cq. Lntreprenfur.F Mi rambeai 1 gnieur.et B.D.itigurnue; du icV de I pouxtOswald |. Brandt, directeur de la Royal Banck of Cana Ha, D Lnr.rv Djoie, banquier, Th. Wiener, Industriel et Streetberg. Consul gnral de Colombie. M'Importe L'Age pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de force, vigueur, et nergie. Parisiana Og & Chavanoes La reptesematiOD n'ay nt pu avoi* lieu samedi i cause du mauvais temps est dBnitivemei-t r nvoyee au samedi 12 ma Les cartessonten v. rjte hez Mme Aus runes maris nous ervoyons Ducis Viird, Aux Armes de Parii t nos meilleurs voeux de benheur. au Restaurant de la Banque. Paul E. Auxila Nom eau Candidat la Pisidene" Rues du Magasin de CEta 1 et Iraversitrt. Vient de renouveler son s'ock 1 ar les arrivages des derniers b-, Les emplettes faites chez lui sont trs avantageuses, tant par la qualit que par les prix. On y trouv9 : Araeub'ements,—Chaises, do d ns, soi s, table de salon, je 1 de salon en acier et en bais, lits nfer et tout c: ivre, carpette", d set n'es de )i. moustiquaire*, miicirs bi c eau'':s, r d aul couvre lits etc. Parfumeries diverses de toutes les marques estimes ici; en savons, oudre de tiz, huiles pour cheveu, pommade cosm nquee, esset ces lotions, eau de et 1 p deirirr rrrrrier nou a apport* 1' carte *imar>te que rous nou fi r rs un dt-wlr de publier en prlaen lu nt roc ti Hlli-bi* fcObliBit au Doc leur Bobo | BOSALVO BOBO | liiphw fh fncvUt de Droit t\ * Mdtcire et l'on*. Ancien tht'f du ]vuvoh Etrcvtil Candidat d la Prtologne. crayons pour lv es vdnut d liaiii. !pour cils, bonppes,jalcool de men An ncroent de se rapprocher du t nei ccfl'rela u'Mo. bigant, bay roi raial. m QI ittant Paris poorj Kireetop ( Jaroeique ). adreate BBl liaUirel salut •! corci oyene, et. L U ^" frrnedra vœux arderta pour qnan| barni>ur68 pour robes, telles cuiie nouvelle attein e ne aoit porte que rubans de toutes sorUs gran la dltrrit de la Patrie enchane, JeurS et quali es passementeries en collier, perles, tleurs, dentelles ru m, ptes dentifrice, poudre de etc. 1 fi la moitd'p dmarche pour s tiliatio aux Et* loi* d Amrqoe. s ai, suuhet e, de toute la force rie x n tre, qu' la* ' ment de Mr H m du u au pouvoir tous les liai ieta ti.diilinc t roen'.uris dam une sainte frteini'e nationale comme an ai and j .or de I Histoire du 1er janvier 18o4 arm de la Conatitu*irn de le8*-* hilttot de leurs pnprea maina les chanes de notre ai cor d nclavage et ptoclamen, II fac oe l'univers civilis, la seconda indpendance Bttiona'e. Alors nous afroni approuvs et admirs par tout rpublcain amri eienindui en soie t en vOlon sur lui e >aleri'i c nnfs, gripure, Venise bandes brode, rou-trous et entredeuy aisor'i, empicemen'j et laiz S etc Di ills du ks, kakis blatP et cou leurs, en fil et coton, casinettes, ca simirs laine et palmbeach, diano nais noir suprieur, alpagas* fia mile tennis etc Chemises pour hommes, chemi se tes. gilets de flannelle, chauscain qui, depuis lw.ii, lutta pour no stes et ba*, chapeaux de paille, de tre libuation ; nia serons appiou i atMt de, ieulre, forme melon, cra \* e admtes par le grand homme faur-enU franais etc d Etat qui, en pline tempte lec'o va, [^ !" x 7" iranots eic iala. D'btttta pa montier an peu Eteft* tous genres pour ro> Ile amt'iu-Bw, Hati enaanglame et bes, voues coton, voues de soie unis ir-chaine pat quelques eclavgiataB et imprims pour soires, lainages ielagrii.de pallie de Waahirgtoo. pour jupes, organdis, mousselines, i'o Noven bre H'2o Remerciements tient *w le Dr Fontanelle Boia et > ertsn. 1 *,*ir et lime Ph Cuvilly, Mia 1 1 iiron et I lu Cuvilly, Mine Vve Geotys Boia et aea enfanta et loua lea autres parent* remercient air creraeot les am 1 ce -i J. hif v „uioir • faiw caaion de la mort du regrett Dorc W"? £J vou,oir se lm ua Jean Baptiste • natte s mot. Ils 1 a prient de croire leur pro Port su Ptince, ij vHaf! fonde leconcaissance. Indes BISTOURY 111 Panama Lite. SSVWI Railroad Steamship Service de frpt el de passager New-York Hati Portau-Unce, *e 1er Spembre 1920 j Prenant expditions directes pour l'Angleterre et l'Europe et viee-vent. Connexions le ba'eaux Ntw York. Leplus rapide et le plus direct service de et pour 1 Europe. Adresse A. E. Pateiton, General Frei. ht Agent, M, Stata Street, New York frtr.— fret payable eUtinalicn l'exception du Miel Un dpart par semainede New York directement pour Port tu Prince et un autre pat mois pour to s le ports d'Hai i. — Seulement pssjag^ de^preiiire cieeie.-Lee suivants sont nos Agents dans les principaux por s d Etrope et d'i ngUerre : Angleterre. Ecosse *t trance : MM. G.W. Shelden cf lo, 17. James Street, Liue* pool, Englnd j Copenhague, Danemark Ifjfe i.E.Bendix $ Co, 21, AWgade, Copenhague Gnes Italie : M H Henri Goe 4* Clerici, Piazxa S. Matteo:, t 15 Cnes Italie Christiania Norvge : International Spedilionsselskap, Christiania. Hambourg Allemagne: IL Vogemann, Hambourg* Gothenbourg Sude : Aodith Express, Gothenbourg Le service de Panama Une entre New-Yok et Haiti, en vue des arrangements qui se soet,!* sera d'une utilis coBaiitrable, et est la voie la plus rapidt par laquelle vos marchandises perrw tre expdies. ^ les connaissements couvrant fii pour New York avec opuons^iejlivraison soit L ondr le Havre, Bordeaux ou Anvers seront livrs. O. B. THOMPSON, Agent gnerai agent pour Hati I A. de ATTEIS pour / Rci>ubl.


PAGE 1

Qualorttme anne Wos *B& Port an Princei Hait. 'y~z*m Mardi S Mars 1921 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIRB LE NUMERO 20 CENTllIU Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, Uob (. Vst dans les esprits qu'il faut tablir l'ordre p**r la gnrosit, et toute politique De saurait tre durab'e queutant qu'elle tend ses racines dans laine populaire. EDMOND DUMtSNIL TELEPHONE.48 %  %  LL [ La Crise H atienne (Du Courrier des Etals Unie) peuple amricain a d prenli • r , -i' md intrt la lecture du rappor ciel manant de Washington qui Dt d'tre publi, sur l'auloiieatior iiecietaire Daniels et sous la si itore de l'amiral H. S, Knapp, revemeot aux alTaires hatiennes, (rapport marque, en eflet, un pre I politique sur les prcdents, ei ieoi qu'il propose en ternies i lise voils ce que les autres fai eot gimplemer t prvoir la mail M par les Etats-Unis sur la Repu que d'Hati. ^moment mme o ce rapport tait l dans la presse, on signalait riecce New-York d'une mis I hatienne venue aux Etats-Uni* .rlemander. disait-on. au Con•amricain,l'abrogation du trait '91!) et la convocation d'une asble constituante. M. Vinceni. I praident de l'Assemble Na i hatienne dissoute par les orita amricaines, a fait au auje la mission la dclaration soivan reproduite par la presse new rkaiie ; La population d'Hati a t enti "ent nglige pendant l'admims on Wilaoo. Les meurtres corn i par les soldats de l'infanterie de "'"i ont suivi une longue srie Les tribunaux de l'arme el munne qui se sont occups de | flairas n'ont t qu'ne farce et i demandons une nouvelle en i pour montier comment notre nlaiion eat exploite. Au moment o le prsident Wil i prchait le droit pour les peu I de ae gouverner eux mmes; I administration a fait peu prs } ce qu'elle a pu pour noua enle • privilge. Rien de ce que les r-Unia ont promis de faire da le trait de 1915 n'a t fait et niiution actuelle crite par iraocklin Roosevelt eat sans Nous comptons sur le prsi ^n attendre, H faut bien recennaicre que d une part, I intervention smricsine liai i se jus'ilie, comme autrefois Cuba ar la situation politique dans c oaya trop souvent troubl par des rvolutions que d'autre part, la tutelle des Etats Unis apporte aux peuples protgea de considrables bienfaits. Cependant, les Haitiena sont passs par une *i rude preuve qu'ils ont quelque raison d* dire qu'on leur a fait payer un peu cher e plaisir d tre gouverns par M Daniels ou l'avantage de possder une gendarmerie qui sera un jour ls meiUenre "in the world'.Le rappode l'amiral Knapp nous dit que les accusations dabus portes contre les forces d'occupation en Haiti son parties de certains groupes d'agitateurs qui dsiraient se faire couter du petaple amricain et gagoer aes sympathies, mais qui ne connais aaient point la 8ituation-''Mais noua nous mfions des rapporta officiels, prcisment parce qo ils sont otii ciels, et noua ajouterons que les interminables procs verbaux publis par quelques journaux hatiens, rela tant de trop nombreux abus,sont au moins tablis par des personnes au courant de la situation Des rapports officiels l'eau de rose et des en qutes de porte; ttop guiale ont pass l'ponge sur tous ces faits, de mme que le rapport dit l'amiral Knapp a cart d'un rapide coup de balai les plaintes hatiennes touchant le rgime politique actuel de l'Ile, mais on peut dire que la lumire complte n'.a jamais t faite et que MM. Sannon t Vincent auraient beau jeu, si on les laisait faite, dmontrer que tout n'a pas t pour) le mieux sous le rgime de l'occupa tion. Phonographes Colombh arriv** pnr le. steamer *Ern*tt demie es nouveaits en danse* et chansons amricaines et frona ses. Graplnphones : D 40. \\ 60, 90 k 1 < d >Ha s. Uuq-ies : 85 ls 90 cts, i dolar et 1 d )llar 1(2. les nouveauis de Janvier>vrer. Mars et 4ril sont dj en stock. L. Preetzmann Aggerholr* Toutefois, la question ae pose de ,, c > > F %  !" savoir s'il est opporun de revenir eio Haidmg pour gurir les i sur d& faits que le Praident Darti u?" f £ T ,a ,nauv e"doai gaenave, avec une sagesse un pej' £k£ t BtIa,,ei i a Hati. lamre a conseill lui mme d'oublier, lUMMuje que M. Vincent et son pu-sque aussi bien les abus ont ces J M. bannon, o aient trouv,/se: En tout cas, opportune ou non, 1 y. v intrt ls lecture la question ne se posera pas Was Iwppert Bpi "t de l'amiral Kuap; mais tien pot pas d y puiaer anda encouragements. Cet —marche qu'ils vont en re jn.nluit pss sans grandeur, Jj a inspire de ce senti msnt d ^me profond que Ion trouve "wns les cœurs h Itiens; In ?V*M avons tout lieu dt %  ra quelle ne reate vaine, et W vrai que l'effort cest bien Mao quand il est inutile I ef " ta dlgation bajiienne a'pa n> ceitainement en beaut. Nou Mimulerous pas, en la circons .nos sympa nies pour le peu T5 qui VftQt ln,i n'oaent mieux .t. fi altUon 9 uon ,ui • faite JMJnis Ce n'est pas.sans un ^"i" nbQt de tristesse que Moaiderou, depuis 1&15, les pendant un dl ha,,naire de l'autre i i .* l ^rae Etat indepen •t farmr V ? ra,u U aersit cepeo *Sn? 1 yeux a ^videSce sue ( volue la politique an le tort n 81 'serve, .tout JU "•<>" de Cuba et de Pan lu liington. parce que les enqutes oli't cielles ont blanchi toas les accuses et parce que l'ponge amricaine a t vigoureusement passe sur Par doise hatienne. Les balais neufs balaient bien", dit un pioveibe boche.Oui mais les ponges officielles ellacent ni. eux, dans tous les pays du monde,et la mission haiti nue a Was hington ne tardera probablement pas a s'en apercevoir. Elle n obtiendra certainement point qa l'enqute soit repiise. Quant obtenir l'abrogation du trait de 1915, elle y doit d'autant moins songer que le rapport de lamirai Knapp dont la publication a prcisment concide avec les dcla rations hatiennes, en prconise au con raire non seulement le main ien pendant nn nombre indtermin d'annes, main ei.core "l'ex er.sion par des protocoles convenables, afin que I aida amricaine puisse tre fournie dans de nouveaux domaines •t r.a'amment dans celui de 1 inatruc ton publique'. La situation eat donc bien claire ; ue .. ra(l lIJtl| Poccupation militaire amricaine en ''Mrer ru plu8 aneuseiueu illaiti durera, selon l'expression de 'Pandantf 8 K P ub, ques comme -l'amiral Knapp, "ua tempa cooaid u Duit " , el aouveraines, quoi rable" ; le rgime politique inalitu par ls trait de 1915 ne sera modifi que pour autoriser une intervention uin^ncaine plus large dans les atfai res de la petite rpublique noire, entin mme lorsque l'occupation militaire aura cessi, le gouvernement uauen restent li envers les EtatsUnis par un trait limitant sa souve Par cble PARIS. 6L-s dlgus allis Lordres arrtrent dans la soire dfinitivement les bises sur lesquelles de nouvelles propositions pourront tre admises MM Lou heur et Be ihon en communiqu ent immdia tement les grandes l'gnrs aux dlgus allemands. Les oilres allemandes furent reconnues par les allis comme corn plet-ment inacceptables au coms d'u ne discussion trs serre dans la pretienne poaT la sauvegarde du bon mire sance de, la soir-. Fi ialerenom atqricain L y a beaucoup menl l accord fut conclu su>un pro esprer, car no re cause est devenue jt dont l'initiative revient Mi sympathique e< compte ds leaders Lloyd George, pre j >.t consistant prin tu sein du "Congrs amricain lui cipaleaieot i exiger de l'Allemaani m,ne:ce aont les snateurs Johnsou^Annu.ts fixes de 3 milliarisde raen autorises et coutes. I^ 2 E" P ar 1 > ccor d de Par,s 2 C est sous l'gide et en compagnie : e Pf*levement dans les piys impt de cea •congnasm n que nos d>-, l atcurs d UDe tae de 1 l sar es lgus vont ae rendre Washington j exportations allemandes ave: un mi o ils seront introduits A la Maison 'nimum fixe garanti. Blanche pour "qu'avec documents en! Celte taxe pourrait produire aprs mains ils exposent dans toute sa'3 ans 6 i 8 milliards concernant le vrit l'A/faire haitienne devant celui'solde entre le total des annuits fixes qoi S'en SSlTlaH dj 1 aptra. j prvus par le nouveau projet plus La runion de dimanche Parisia na a en un plein succs. Devant un pulVic nombreux et enthousiaste Me Georges Sylvain dans un 'langage don il dtient le secret, entretient son .auddoira pendant plus d une heure de la marche destavaui des dlgus hatiens aux Etats Unis. MM. Paulua Sanoo et Stnio Vin cent ont t 1 objet du plus chaleureux accued tant de la National Association for he Advancement of Colored Peop'e que de crtains clubs de blancs dsheux de voir luire la vrit sur la situation hapour la sauvegarde La rintgration du gnral Bai)0 0|0 sur l'exportation. u ma, nett dans aea fonctions importan'ea.' M ; ,„( , r „,, :.,, , , ., en remplacement du gnral Lejeune L P 0 *"'' 1 conformment lar es de bon augure et nous pouvons l,c,e 2,4 du t 1 ra,, de Versailles la attendre confiants le rsultat des d-' c ommiss,oa de "pata'ions le soin marches. | de nxcr a valeur de compensations Apia lea discours de Me teorgea ncessaires pour parfaire le montant Sylvain, (Assemble dcida & l'una des ch'fires de Paris. nimit d'envoyer un vote de flicita ( Aprs avoir dtermin le total des lions aux dlgus ha ens pour les .dommages en dfinitive la solutioi premieiasucca obtenus, eajjltlq; quivalente 1 l'accord de Paris il dant le triomphe final si ardemment ^ d savoir si a d | galion aIle souhait Nouvelles Etrangres 4 Fvrier PAR CABLE LONDRES. 6 fvrier — La runion le MM. Briand, Lloyd Georges et de Situons dans la matine d'hier eu! lieu sur la demande de Mr Simons. Les premiers crurent ne pas devoir la refuser aux Allemands qui aecepteraiem d<^s maintenant certaines modalits de paiement dcides par les Allis. \."\ nou elle dn cette entrevue fut rendue pb ique malgr la discrtion dont elle fut entoure et rien ne trans ma d-< ces conversations s'rictement pri .'••)-* Durant I abaence de Londres d- Mr Lloyd Georges p*rti oasser la lin de h semaine Ghequers VI r Briand mit Mr Sfor/.\ ministre des affaires trangres d italt- ^u c jurant de la dmarche de Mr Simons | Mr sior/.a approuva l'attitude des premiers anglais et franc tu en accop tant l'initiative des allemands qui pourrait permettre de trouver une aolutiou amiable. Les dlgus allemands confient galement dans la soire et commencrent laborer de nouvelles offres qu'ils soumettront lundi aux allis. Ces offres s'inspireraient dana de larges masures des cessions auxquelles a about la confrence de Biuxelles. La confrence tiendra deux sances demainLa premire,dana la matine sera destine k donner la tponse des Allis aux dlgus grecs et turcs au sujet de la mise en œuvre du irsit de Svres. La seconde.dans l'aprs-midi sera destine entendre la rponse des Allemands.et l'ultimatum des Allis, mais dans le cas o cette rponse serait p : te temps,l'audition de la dlgition allemande. Si le Dr Simons prsentait des offres trop limines les ngociations seraient rora pues et Mr Briand rentrerait Paris Jl le lendemain. Dans le courant 1 da l'apra midi vit b.iand a contr avec Mr Sey* doux sous direc eur des affaires commerciales et expert traosia qui s'et entretenu hier avec le mare chai Fock 7 M. Loucheur revenant d* Ctnquers est re.itr Loudres & sept heures %  avec Mr Briand Djwning street o s eu lieu une ettitud* dfinitive a prendre demain visa via des Aile manda. A— t Vlouveiiieiit martime Le S,S c Panama venant de Cri tobal est attendu ici le 11 mrs et laissera directement pair New York en prenant nulle.' fret et passagers. — Le S ( S t Colon • venant de New York est attendu ici demain 9 mars avec tonnes de marchandises, 18 passagers et 11.1 sacs de corres* pondance. Il laissera le lendemain pour Cris tobal. phaSu dlre penB6r d'ailleurs *£!!. i 8(e8 of,ic,Bl8 d u g^u h hf.„ !" 18 Ui8 aepu.'s la kt u Ri am ^aio; appli K-...r,u?, l,e8et dau8 Ameii ^Man," ne P^iqw de 'uni lu tst i WQ QdV0ir don iCuc !" m m *wn u avoir don Unis par un traite limitant sa souve'<^ ? on doit logiquea;ent rai n t. F. U. L U* fin a demain* administration communale de Port-au-Prince. Statistique de l'Etat civil Semaine du '28 fvrier au 6 Mariages Naissances Dcs, Petite vrole 19 AuUai 41-60 mande a les pouvoirs ncessaires pour donner son agrment i cet ar rarement f u syn lie a tas ageats de Cli:i7(je • Mars. 3 44 1-60 Faute d'affaires sans doute, deux arniss'tant rencontrs l hier et pour on prtexte banal, ayant eu s'chao ger quelque? propos plutt aigre, en sont arrivs aux menaces et mme aux coups. Les poing-, les pied 1 : LONDHES 7 — Le conse l sopr es h lises du cnmntoir se so>a mi me des Allis a dcida d'appi]-i9r A • putet il a filin toute l'anto, les sur iors nl d ua membre du s ,., Le*..ounes AMii m-;h^ 0 u femeaar cas deux vianeuii ui IH r-" cUia tiBe deuiama u raison... -'-" --^ ^* %  *• • -*.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05330
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 08, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05330

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qualorttme anne Wos *B&
Port an Princei Hait.
'y~z*m
Mardi S Mars 1921
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRB
LE NUMERO 20 CENTllIU
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, Uob
(. Vst dans les esprits qu'il
faut tablir l'ordre p**r la
gnrosit, et toute poli-
tique De saurait tre du-
rab'e queutant qu'elle
tend ses racines dans
laine populaire.
EDMOND DUMtSNIL
TELEPHONE.48
'--L- L [
La Crise Hatienne
(Du Courrier des Etals Unie)
peuple amricain a d prenli
r -i'
md intrt la lecture du rappor
ciel manant de Washington qui
Dt d'tre publi, sur l'auloiieatior
iiecietaire Daniels et sous la si
itore de l'amiral H. S, Knapp, re-
vemeot aux alTaires hatiennes,
(rapport marque, en eflet, un pre
Ipolitique sur les prcdents, ei
ieoi qu'il propose en ternies i
lise voils ce que les autres fai
eot gimplemer t prvoir la mail
m par les Etats-Unis sur la Repu
que d'Hati.
^moment mme o ce rapport tait
l dans la presse, on signalait
riecce New-York d'une mis
I hatienne venue aux Etats-Uni*
.rlemander. disait-on. au Con-
amricain,l'abrogation du trait
'91!) et la convocation d'une as-
ble constituante. M. Vinceni.
I praident de l'Assemble Na
i hatienne dissoute par les
orita amricaines, a fait au auje
la mission la dclaration soivan
reproduite par la presse new
rkaiie ;
La population d'Hati a t enti
"ent nglige pendant l'admims
on Wilaoo. Les meurtres corn
i par les soldats de l'infanterie de
"'"i ont suivi une longue srie
Les tribunaux de l'arme el
munne qui se sont occups de
| flairas n'ont t qu'ne farce et
i demandons une nouvelle en
i pour montier comment notre
nlaiion eat exploite.
Au moment o le prsident Wil
i prchait le droit pour les peu
I de ae gouverner eux mmes;
I administration a fait peu prs
}ce qu'elle a pu pour noua enle
privilge. Rien de ce que les
r-Unia ont promis de faire da
le trait de 1915 n'a t fait et
niiution actuelle crite par
iraocklin Roosevelt eat sans
Nous comptons sur le prsi
^n attendre,
H faut bien recennaicre que d une
part, I intervention smricsine liai
i se jus'ilie,comme autrefois Cuba
ar la situation politique dans c
oaya trop souvent troubl par des
rvolutions que d'autre part, la tu-
telle des Etats Unis apporte aux
peuples protgea de considrables
bienfaits. Cependant, les Haitiena
sont passs par une *i rude preuve
qu'ils ont quelque raison d* dire
qu'on leur a fait payer un peu cher
e plaisir d tre gouverns par M
Daniels ou l'avantage de possder
une gendarmerie qui sera un jour ls
meiUenre "in the world'.Le rappo-
de l'amiral Knapp nous dit que les
accusations dabus portes contre
les forces d'occupation en Haiti son
parties de certains groupes d'agita-
teurs qui dsiraient se faire couter
du petaple amricain et gagoer aes
sympathies, mais qui ne connais
aaient point la 8ituation-''Mais noua
nous mfions des rapporta officiels,
prcisment parce qo ils sont otii
ciels, et noua ajouterons que les in-
terminables procs verbaux publis
par quelques journaux hatiens, rela
tant de trop nombreux abus,sont au
moins tablis par des personnes au
courant de la situation Des rapports
officiels l'eau de rose et des en
qutes de porte; ttop guiale ont
pass l'ponge sur tous ces faits, de
mme que le rapport dit l'amiral
Knapp a cart d'un rapide coup de
balai les plaintes hatiennes touchant
le rgime politique actuel de l'Ile,
mais on peut dire que la lumire
complte n'.a jamais t faite et que
MM. Sannon t Vincent auraient
beau jeu, si on les laisait faite,
dmontrer que tout n'a pas t pour)
le mieux sous le rgime de l'occupa
tion.
Phonographes Colombh
arriv** pnr le. steamer *Ern*tt demie es nouveaits en
danse* et chansons amricaines et frona ses.
Graplnphones : D 40. \\ 60, 90 k 1 < d >Ha s.
Uuq-ies : 85 ls 90 cts, i dolar et 1 d )llar 1(2.
les nouveauis de Janvier>vrer. Mars et 4ril sont dj en stock.
L. Preetzmann Aggerholr*
Toutefois, la question ae pose de
,, c > > f savoir s'il est opporun de revenir
eio Haidmg pour gurir les i sur d& faits que le Praident Darti
u?" fT ,a ,nauve"doai gaenave, avec une sagesse un pej'
k t BtIa,,eii a Hati. lamre a conseill lui mme d'oublier,
lUMMuje que M. Vincent et son pu-sque aussi bien les abus ont ces
J M. bannon, o aient trouv,/se: En tout cas, opportune ou non,1
y. v intrt ls lecture la question ne se posera pas Was
Iwppert
Bpi
"t de l'amiral Kuap; mais
tien pot pas d y puiaer
anda encouragements. Cet
marche qu'ils vont en re
jn.nluit pss sans grandeur,
Jj a inspire de ce senti msnt d
^me profond que Ion trouve
"wns les curs h Itiens;
In?v*m avons tout lieu dt
"ra quelle ne reate vaine, et
W vrai que l'effort cest bien
Mao quand il est inutile I ef
" ta dlgation bajiienne a'pa
n> ceitainement en beaut. Nou
Mimulerous pas, en la circons
.nos sympa nies pour le peu
T5 qui VftQt ln,in'oaent mieux
.t. fialtUon 9uon ,ui faite
* JMJnis Ce n'est pas.sans un
^"i"nbQt de tristesse que ........
Moaiderou, depuis 1&15, les pendant un
dlha,,naire" de l'autre
i i .*l ^rae Etat indepen
t farmrV?ra,u* U aersit cepeo
*Sn?1 yeux a ^videSce
sue ( volue la politique an
le tort n81 'serve, .tout ju
"<>" de Cuba et de Pan
lu
liington. parce que les enqutes oli't
cielles ont blanchi toas les accuses
et parce que l'ponge amricaine a
t vigoureusement passe sur Par
doise hatienne. Les balais neufs
balaient bien", dit un pioveibe bo-
che.Oui mais les ponges officielles
ellacent ni.eux,dans tous les pays du
monde,et la mission haiti nue a Was
hington ne tardera probablement pas
a s'en apercevoir. Elle n obtiendra
certainement point qa l'enqute soit
repiise.
Quant obtenir l'abrogation du
trait de 1915, elle y doit d'autant
moins songer que le rapport de la-
mirai Knapp dont la publication a
prcisment concide avec les dcla
rations hatiennes, en prconise au
con raire non seulement le main ien
pendant nn nombre indtermin
d'annes, main ei.core "l'ex er.sion
par des protocoles convenables, afin
que I aida amricaine puisse tre
fournie dans de nouveaux domaines
t r.a'amment dans celui de 1 inatruc
ton publique'.
La situation eat donc bien claire ;
ue .. ra(l, lIJtl| Poccupation militaire amricaine en
''Mrer ru plu8 aneuseiueu illaiti durera, selon l'expression de
'Pandantf8 KPub,ques comme -l'amiral Knapp, "ua tempa cooaid
u Duit" ,el aouveraines, quoi rable" ; le rgime politique inalitu
par ls trait de 1915 ne sera modifi
que pour autoriser une intervention
uin^ncaine plus large dans les atfai
res de la petite rpublique noire, en-
tin mme lorsque l'occupation mili-
taire aura cessi, le gouvernement
uauen restent li envers les Etats-
Unis par un trait limitant sa souve
Par cble
PARIS. 6- L-s dlgus allis
Lordres arrtrent dans la soire d-
finitivement les bises sur lesquelles
de nouvelles propositions pourront
tre admises MM Lou heur et Be
ihon en communiqu ent immdia
tement les grandes l'gnrs aux dl-
gus allemands.
Les oilres allemandes furent re-
connues par les allis comme corn
plet-ment inacceptables au coms d'u
ne discussion trs serre dans la pre-
tienne poaT la sauvegarde du bon mire sance de, la soir-. Fi iale-
renom atqricain L y a beaucoup menl l accord fut conclu su>- un pro
esprer, car no re cause est devenue jt dont l'initiative revient Mi
sympathique e< compte d- s leaders Lloyd George, pre j >.t consistant prin
tu sein du "Congrs amricain lui cipaleaieot i exiger de l'Allemaani
m,ne:ce aont les snateurs Johnsou^Annu.ts fixes de 3 milliarisde
raen autorises et coutes. I^2 E" Par 1>ccor,d de Par,s 2
C est sous l'gide et en compagnie : e Pf*levement dans les piys impt
de cea congnasm n que nos d>-,latcurs d. UDe tae de 1 l sar 'es
lgus vont ae rendre Washington j exportations allemandes ave: un mi
o ils seront introduits A la Maison 'nimum fixe garanti.
Blanche pour "qu'avec documents en! Celte taxe pourrait produire aprs
mains ils exposent dans toute sa'3 ans 6 i 8 milliards concernant le
vrit l'A/faire haitienne devant celui'solde entre le total des annuits fixes
qoi S'en SSlTlaH dj 1 aptra. j prvus par le nouveau projet plus
La runion de dimanche Parisia
na a en un plein succs. Devant un
pulVic nombreux et enthousiaste Me
Georges Sylvain dans un 'langage
don il dtient le secret, entretient
son .auddoira pendant plus d une
heure de la marche destavaui des
dlgus hatiens aux Etats Unis.
MM. Paulua Sanoo et Stnio Vin
cent ont t 1 objet du plus chaleu-
reux accued tant de la National As-
sociation for he Advancement of
Colored Peop'e que de crtains
clubs de blancs dsheux de voir
luire la vrit sur la situation ha-
pour la sauvegarde
La rintgration du gnral Bai-
)0 0|0 sur l'exportation.
u ma,
nett dans aea fonctions importan'ea.' M ; ,-(,,r,,:.,,,,, .,
en remplacement du gnral Lejeune L P0**"''1.conformment lar
es de bon augure et nous pouvons l,c,e 2,4.du t1ra,, de Versailles la
attendre confiants le rsultat des d-'commiss,oa de "pata'ions le soin
marches. |de nxcr 'a valeur de compensations
Apia lea discours de Me teorgea ncessaires pour parfaire le montant
Sylvain, (Assemble dcida & l'una des ch'fires de Paris.
nimit d'envoyer un vote de flicita ( Aprs avoir dtermin le total des
lions aux dlgus ha ens pour les .dommages en dfinitive la solutioi
premieiasucca obtenus, eajjltlq; quivalente 1 l'accord de Paris il
dant le triomphe final si ardemment ^ d savoir si ,a d|galion aIle.
souhait
Nouvelles Etrangres
4 Fvrier
PAR CABLE
LONDRES. 6 fvrier La runion
le MM. Briand, Lloyd Georges et de
Situons dans la matine d'hier eu!
lieu sur la demande de Mr Simons.
Les premiers crurent ne pas de-
voir la refuser aux Allemands qui
aecepteraiem d<^s maintenant certai-
nes modalits de paiement dcides
par les Allis.
\."\ nou elle dn cette entrevue fut
rendue pb ique malgr la discrtion
dont elle fut entoure et rien ne
trans ma d-< ces conversations s'ric-
tement pri .')-* Durant I abaence de
Londres d- Mr Lloyd Georges p*rti
oasser la lin de h semaine Ghe-
quers VIr Briand mit Mr Sfor/.\ mi-
nistre des affaires trangres d italt-
^u c jurant de la dmarche de Mr
Simons |
Mr sior/.a approuva l'attitude des
premiers anglais et franc tu en accop
tant l'initiative des allemands qui
pourrait permettre de trouver une
aolutiou amiable. Les dlgus alle-
mands confient galement dans la
soire et commencrent labo-
rer de nouvelles offres qu'ils sou-
mettront lundi aux allis. Ces offres
s'inspireraient dana de larges masu-
res des cessions auxquelles a about
la confrence de Biuxelles.
La confrence tiendra deux san-
ces demain-
La premire,dana la matine sera
destine k donner la tponse des
Allis aux dlgus grecs et turcs au
sujet de la mise en uvre du irsit
de Svres.
La seconde.dans l'aprs-midi sera
destine entendre la rponse des
Allemands.et l'ultimatum des Allis,
mais dans le cas o cette rponse
serait p:te temps,l'audition de la
dlgition allemande. Si le Dr Si-
mons prsentait des offres trop li-
mines les ngociations seraient rora
pues et Mr Briand rentrerait Paris
Jl le lendemain.
Dans le courant1 da l'apra midi
vit b.iand a contr avec Mr Sey*
doux sous direc eur des affaires
commerciales et expert traosia qui
s'et entretenu hier avec le mare
chai Fock 7
M. Loucheur revenant d* Ctnquers
est re.itr Loudres & sept heures
avec Mr Briand Djwning street o
s eu lieu une ettitud* dfinitive a
prendre demain visa via des Aile
manda.
---------------------------A-
t
Vlouveiiieiit martime
Le S,S c Panama venant de Cri
tobal est attendu ici le 11 mrs et
laissera directement pair New York
en prenant nulle.' fret et passagers.
Le S(S t Colon venant de
New York est attendu ici demain 9
mars avec tonnes de marchandises,
18 passagers et 11.1 sacs de corres*
pondance.
Il laissera le lendemain pour Cris
tobal.
phaSu dlre-penB6r d'ailleurs
*!!. i8(e8 of,ic,Bl8 d"u g^u
h hf.18 Ui8. aepu.'s la
kt u Ri am^aio; appli
K-...r,u?,l,e8et dau8 Ameii
^Man,"ne P^iqw de 'uni
lu tst iWQ QdV0ir don
iCu-c, .m m *wn u avoir don Unis par un traite limitant sa souve-
'<^ ? on doit logiquea;ent rai n t. F. U. L U* fin a demain*
administration
communale
de Port-au-Prince.
Statistique de l'Etat civil
Semaine du '28 fvrier au 6
Mariages
Naissances
Dcs, Petite vrole 19
AuUai 41-60
mande a les pouvoirs ncessaires
pour donner son agrment i cet ar
rarement
f u syn lie a tas ageats
de Cli:i7(je

Mars.
3
44
1-60
Faute d'affaires sans doute, deux
arniss'tant rencontrs l hier et pour
on prtexte banal, ayant eu s'chao
ger quelque? propos plutt aigre,
en sont arrivs aux menaces et m-
me aux coups. Les poing-, les pied1:
LONDHES 7 Le conse l sopr 'es h lises du cnmntoir se so>a mi
me des Allis a dcida d'appi]-i9r A put- et il a filin toute l'anto,
les sur iors nl d ua membre du s,.,
Le*..ounes AMii m-;h^0u femeaar cas deux vianeuii ui
IH r-"cUiatiBe deuiam-
a u
raison...
-'-" --^
^* *
-
-*.


..... m i i
1E MATW
Vol > gulttrt I
Le mrgasin c*e Mi Richard Mc-
Guifie i la mt du Tort a t dans la
mit de Diroarche a iundi, victime
d'un vcl audacietx et intil" gent.
Une des peina dt la halle iyoi t
enlcpcfr, le vole or s'est introduit
dars le ir-sfc-stin cl ar*'* avoir anan
g son Irl, il a ren pas auils cet
fie-fou naisil lasirrplementcuveit.
Ceii aie qu'il en a titrait la ronde
se n rr de Sco dclhu du tr. Que
font ros gtrdatms I Car il ttttt.to-
rr arquer qp'il ce i'git roint d'un
quartier isol, mais, d-one ds priaci
pales altres de la ville -Tu in
taisant tonne (.aide, cous disons
qu'il tait pics facile MOI Cote de
Elvctit l'ioterver tiendu d'inquant
bu: de l'attraper aujourd'hui...
Deux autos entrent
en collision
Dirrarchr roitrautoNo 84monte
par Mr Poft Elctt travaillant la Im
fort ard Kit on allant i une vitesse
srormale.a brur la voiture N0M1
ireftitf de M Fdw Mevs qo la
iordui;aii, il'angie de laGrand'Rue
et de la Rue Oswild Durand.
Cette dernire a t fortement en
dommage ayant de derrire cmpoites ainsi que la
capote. Fort beuieusemeni il 0 y a
pas eu d'accident de personne. C'est
pour nous l'occr sion de rappeler aux
chair! urs qu'ils ne doivent port
aux termes des gemert de police\*lmix
dposer en ville la v ttftf ranima'
de \j milles I heure.
Mm iage
Ce n atin en la Pasilique Notre-
Dame a eu lieu le rratiage de Melle
Accs |. Hanhe avc Mr le comte
len de Veadegies. L'intressant
couple a t >ndi it l'autel par
Mme O. 1. Brandt et Mr Achille Bar-
the. '
Au cours de la n esse ont qut :
Melles Lsura Greger et Anna Barthe
au bras de Messieurs Ren Polynice
et GiofgfsNaod. A 1 issue de la Ce
t me nie et aprs la traditionnelle
tourne en ville une grandiose rcep
non tut faite aux invits dans la Villa
de Mme Vve 1 Baithe au Chemia
des Da.les, et l'heureux couple s'en-1
vola vers Ption Ville. [
C'est galement ce matin qu'c t lieu ]
lr mariage civil Les t moins taient: du
ctdei'pouse; Mrs C hs.Wiener, In
di 111 tel, lo So cq. Lntreprenfur.F Mi
rambeai 1 gnieur.et B.D.itigurnue;
du icV de IpouxtOswald |. Brandt,
directeur de la Royal Banck of Cana
Ha, D Lnr.rv Djoie, banquier, Th.
Wiener, Industriel et Streetberg.
Consul gnral de Colombie.
M'Importe L'Age
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de force, vigueur,
et nergie.
Parisiana
Og & Chavanoes
La reptesematiOD n'ay nt pu avoi*
lieu samedi i cause du mauvais
temps est dBnitivemei-t r nvoyee
au samedi 12 ma
Les cartessonten v. rjte hez Mme
Aus runes maris nous ervoyons Ducis Viird, Aux Armes de Parii t
nos meilleurs voeux de benheur. au Restaurant de la Banque.
Paul E. Auxila
Nom eau Candidat
la Pisidene"
Rues du Magasin de CEta1
et Iraversitrt.
Vient de renouveler son s'ock
1 ar les arrivages des derniers b-,
Les emplettes faites chez
lui sont trs avantageuses, tant
par la qualit que par les prix.
On y trouv9 :
Araeub'ements,- Chaises, do
d ns, soi s, table de salon, je 1
de salon en acier et en bais, lits
nfer et tout c:ivre, carpette",
d set n'es de )i. moustiquaire*,
miicirs biceau'':s, r d aul couvre
lits etc. Parfumeries diverses de
toutes les marques estimes ici;
en savons, oudre de tiz, huiles
pour cheveu, pommade cosm
nquee, esset ces lotions, eau de
et
1 p deirirr rrrrrier nou a apport*
1' carte *imar>te que rous nou fi
r rs un dt-wlr de publier en prlaen
lu nt roc ti Hlli-bi* fcObliBit au Doc
leur Bobo |
BOSALVO BOBO |
liiphw fh fncvUt de Droit t\ *
Mdtcire et l'on*. Ancien tht'f du
]vuvoh Etrcvtil Candidat d la Pr- tologne. crayons pour lv es
vdnut d liaiii. !pour cils, bonppes,jalcool de men
An ncroent de se rapprocher du tnei ccfl'rela u'Mo. bigant, bay
roi raial. m qi ittant Paris poorj
Kireetop ( Jaroeique ). adreate BBl
liaUirel salut ! corci oyene, et.LU^"
frrnedra vux arderta pour qnan| barni>ur68 pour robes, telles
cuiie nouvelle attein e ne aoit porte que rubans de toutes sorUs gran
la dltrrit de la Patrie enchane, JeurS et quali es passementeries
en collier, perles, tleurs, dentelles
ru m, ptes dentifrice, poudre de
etc. 1
fi la moitd'p dmarche pour s
tiliatio aux Et* loi* d Amrqoe.
s ai, suuhet e, de toute la force rie
x n tre, qu' la* ' ment de Mr
H m du u au pouvoir tous les liai ieta
ti.diilinc t roen'.uris dam une sainte
frteini'e nationale comme an ai and
j .or de I Histoire du 1er janvier 18o4
arm de la Conatitu*irn de le8*-*
hilttot de leurs pnprea maina les
chanes de notre ai cor d nclavage
et ptoclamen, II fac oe l'univers
civilis, la seconda indpendance
Bttiona'e.
Alors nous afroni approuvs et
admirs par tout rpublcain amri
eienindui en soie t en vOlon
sur lui e >aleri'icnnfs, gripure,
Venise bandes brode, rou-trous
et entredeuy aisor'i, empice-
men'j et laiz S etc
Di ills du ks, kakis blatP et cou
leurs, en fil et coton, casinettes, ca
simirs laine et palmbeach, diano
nais noir suprieur, alpagas* fia
mile tennis etc
Chemises pour hommes, chemi
se tes. gilets de flannelle, chaus-
cain qui, depuis lw.ii, lutta pour no stes et ba*, chapeaux de paille, de
tre libuation ; nia serons appiou iatMt de, ieulre, forme melon, cra
\* e admtes par le grand homme faur-enU franais etc
d Etat qui, en pline tempte lec'o va,[^ 'x 7" iranots eic
iala. D'btttta pa- montier an peu Eteft* tous genres pour ro>
Ile amt'iu-Bw, Hati enaanglame et bes, voues coton, voues de soie unis
ir-chaine pat quelques eclavgiataB et imprims pour soires, lainages
ielagrii.de pallie de Waahirgtoo. pour jupes, organdis, mousselines,
i'o Noven bre H'2o
Remerciements
tient *w le Dr Fontanelle Boia et
> ertsn.1*,*ir et lime Ph Cuvilly,
Mia 11 iiron et I lu Cuvilly, Mine
Vve Geotys Boia et aea enfanta et
loua lea autres parent* remercient
air creraeot les am donn dea marques de sympathie
lorcesion de la mort de leur regret
tee Anne Ursule Agns Cu-
viJy, e pouae Fontenelle Bois.
lia les prient de croire A leura pro
fonds sentiments de grat.tude.
Port au Prince, le 8 Mari tflfct
poplw de coton et de soie, crpe
de chine, georgeties* plumetis, nan
souk, percale et calicots fins, tulle,
voiles et parures de maries etc,
Souliers pour hommes, femmes
et enfants, en cuir, en toile; vernis
ehamois, avec semelles cuir $u
caoutchouc- sandals etc.
Formes de chapeaux, cane tiers,
paille pour ch-rpeaux, marubous,
velour laize, sacs main en cuu
et en colliers, mouchoirs etc; sans
oublier nos boutons, perles et col-
liers etc.
La Maison la mieux assortie et
vendant le meilleur mardi, sol
licite volie visite.
Le Purgatif Idal i
c'est la
Pilule du DrDehaut
147, fti' du Faubourg Saint-Oinit Frit
Facile prendre,
Ne not-Mitai.t aucun prparait/,
alla m provoque Jamais de lfot
Supprimant U dIMc,
alla M dWlitc pi te naade.
N'exigeant pat de repos h U chambre,
alla M cause aucune perte de temps.
Plm active que tant le* stmtlatrei,
elle est, par coatequent, moin, cher
D0SC : aunOATive, sas pliuiei
LAXATIVt. t otlule
Grand Htel de Fran
Grande baisse
le Grand Htel de France prvient at nbreise et choisie rt
tle que das nouveaux VINS de Bordeaux imports directemetiil
BARS \G viennent d'arriver et qu'ils leront mis en vente pariir)
cette date aux rrix sa'vints :
V n roug*, FroDsae, gourdes 'e gallon
Vin blanc, BarsacJ 7 c
Il offre aussi d^s prix tr* avantageux des Vins ni de Bordt
p tr caisse et par bou'eille tels que, Mdoc Vieux. C raves stif
Sauternes, Samt Kmilon, Saint Julien, Chteau Margaux,
de Bouilhe Cha'eau d'Armailacq Sainte Croix 4u Mont
Conserves alimentaires franaises de "rentier choix pour
sandw-chs et pour pique niques
P. P PATRIZI, Propritaire.
REMERCIEMENTS
M me Vve Dorus Jean Bepti'te,
se-enfants et lea autres membres
fie la famille remerciant bien sinc
VonMeur F. rnar-d ( ooille..J
neveu, qui habite avec moi
dix sept ans est mort ne
, le postrit.
I ment toua reux qui leur ont donn lef aotrei hritiers.s*iI y en il
dea tt'moipnsRea de sympathie t> 1 ce -i j. hif vuioir faiw
caaion de la mort du regrett Dorc W"? J vou,oir se lm
ua Jean Baptiste natte s mot.
Ils 1 a prient de croire leur pro Port su Ptince, ij vHaf!
fonde leconcaissance. Indes BISTOURY
111
Panama
Lite.
SSVWI
Railroad Steamship
Service de frpt el de passager
New-York Hati
Portau-Unce, *e 1er Spembre 1920 j
Prenant expditions directes pour l'Angleterre et l'Europe et viee-vent. Connexions le
ba'eaux Ntw York. Leplus rapide et le plus direct service de et pour 1 Europe. Adresse
A. E. Pateiton, General Frei. ht Agent, M, Stata Street, New York frtr. fret payable
eUtinalicn l'exception du Miel
Un dpart par semainede New York directement pour Port tu Prince et un autre pat
mois pour to s le ports d'Hai i. Seulement pssjag^ de^preiiire cieeie.-- Lee suivants
sont nos Agents dans les principaux por s d Etrope et d'i ngUerre :
Angleterre. Ecosse *t trance :
MM. G.W. Shelden cf lo, 17. James Street, Liue*
pool, Englnd j
Copenhague, Danemark .
Ifjfe i.E.Bendix $ Co, 21, AWgade, Copenhague
Gnes Italie :
M H Henri Goe 4* Clerici, Piazxa S. Matteo:,t
15 Cnes Italie
Christiania Norvge :
International Spedilionsselskap, Christiania.
Hambourg Allemagne: IL Vogemann, Hambourg*
Gothenbourg Sude :
- Aodith Express, Gothenbourg .
Le service de Panama Une entre New-Yok et Haiti, en vue des arrangements qui se soet,!*
sera d'une utilis coBaiitrable, et est la voie la plus rapidt par laquelle vos marchandises perrw
tre expdies. ^
les connaissements couvrant fii pour New York avec opuons^iejlivraison soit L ondr
le Havre, Bordeaux ou Anvers seront livrs. "
O. B. THOMPSON,
Agent gnerai agent pour Hati I
A. de ATTEIS
pour / Rci>ubl. -
,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM