<%BANNER%>







PAGE 1

IF HTW P m \ Parisiana Og & Chavannes Grarde ite uVI raie, samedi 5 Mars. Lever du lide. u, 8 heures pr, ci es du soir. Les cartessooi en vmle ch'z Mme. Ducis Viard. Aux Armes de Paris et, lu R staurant de la B nqtie. E"tr> p*nr?!e 3 gourdes, Balcon; 4 gourdes, Fauuuil oui8 personnes joTromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMULSION DE SCOTT lent pfn, il n'y a jamais eu un accord librement consenti par les par tiea en cauae. Mr DdrtiKuenavn dictait ses vo'ont^a par ses dcret* die( ta'oriaux. Et Ira drfcieta qui ont t 4)1 Puissant liment et mdecine sans • faux estimulant de l'alcohoL le Mariage | En U Basilique Notre-D*,* bni, le mardi 8 Mars cour M heures du malin, le mariagea. demoiselle Agnes Barthe i V( T sieur le comte |eaa de Vend Tors nos veux de banh, ttr tiogu couple. Dcs N'JUS apprenons avec rtsfl mort survenue a Si Vint ci* ami Iules Ducasse, victime ta Jmie. Nos condolances sa {mil Les b'eaux venant d l'on ne pourront entrer dam aucag d'IUiti autre que l'ort au Pria lia ne aeront admis I la libre tfloriaux. Et lis deiceta qm ont e-t 1 ,,„.. ,. • j • > n ,>„„„„,, que que soua certaines raerv faits dan s epaya et co: Ire le paya nei^onaiellation fdrale Ce qui est vrai sants. f> qie le peuple hatien de| arrivs pied inaperu a il neurea e ntrant a p or t au Pnnce.cw b nout. obligent pai, tpas plus qu'un d*a fonctions de Mr Uartiguenave, mande instamment, c'est que esclave n'est li par la ente qui I % est galement vrai des fonctiona dea Paul Laraque convoque immdiate! rduit en servitude *ll ne y <;qiieacer dira faire autrement? piibliciste frai ais n'eat point cortb point renverser der sa; s lutter *A"B5i aw. Brttnd* I^USSLCSSSB?*^ quer an lien de proteeter. plus d une fois pro eat contre lac e Le meilleur moyen de vaincre sers .arbitraire dont ils avaient t l'obje | toujours de combattre, en faisant leurs entires rs?k' p our toutes dcisions ou mesures Lgislature dont l'origine est anti qu'ils jugeraient uti'es de prendre couefflulionoelle a t appele, puis)aux lins de sauvegarder leurs plein* ,1 AMi*s avaient an' la pro^dure -Nouvelles LlraUgreS suivante. P Rwaion. 2 Dsarme nan*. pote II demanda Mr Siraons s il agrait eti't prociure Mr Simiua rpondit; Oui et comneni al jra aoo expos en ajoutant q e lm PARIS 1er M.rs L,a confrence socia'iste a adopt l'unanini la motion de M stral pparei's I res pjnrjempcher que Isa 1 puissent pntrer dans les 1 places d ir le rivaget. Le bateau devra tre tenu du wharf a uue distance de as Au coucher du suleit le dminent contraire & notre droit pu IHMI. un certain oomb'S de m .un .-gande intosivi coure toutes les lemagi* devrait aqi aPiee ,4) mil* blic en consquence, il doit deiueu ,brea de la Constituante russp, ljjs salubons brutales et la rvision dajliards d ma k .Ni Lloyd George qui rer galement nul-kt d ailleurs, ou .en iM7 et dissoute en Janvier 1918,'traita de paix. Les rsokiijus de'avait accuillire trs coirtoisement blie-i-on qun le peuple hatien a'e?> proscris et essaimai sur toutes les Ledebou-s; gaien>Qt tjooties S I u au dbut de U s.n-.e la dlgation toujours promis de reconqurir se[fsliCniiei politiques, cons itution nelle*.momentaument mconnues? LadiuiuUtialion de Mr Dartiguenave a •••• une grande calamit nationale: nous l'avons subie, commun subir, malgr soi, une pidmi ou un ( yclone. L'h-Miorable snateur Lodge, borr. | rester corutiluants jusqu ce q ie, me dune culture supeueure e J'emp tien eut matriel ant cart d'une moitUte exemplaire, vient fo"f >} i<"^$ o' possible de rernpiir le K a rouies de l'Europe par le Rgime nan mit, tilles obligent pus les de terrorisme des Soviets se soit runis au nombre de 'JS. le 9 Un vier 1921 Paria, Rue de Foifiers dans une des salles du Club de la Renaissance. L, ils ont dclar coi server la p nitude de leurs droit* jet de leurs prrogatives, ceet -dire Jlem inde se mo.itres mcontent partis socia'istes employer tous Uii { p d4 ' lVfi* e t "poniit moyens pour ercp*:he' l'in erveo M P uteor S mone aprs avofMJUO \ i : putssaace/c.pi^.,^ y. gj {jpg SStf S3 >. -, tre Us Soviets et e| 1 la co4al OT^ttoa rtsiemWaient aux Por as Prince v.ajei port sion de paix avec la Russie. p opos tions'verbilee nouspaurrloial (l laissera jci^ers le ^ {J je autre isolutiou vote incit: peut tre noue abstenir de'les disci h ers le niempur pour les travailleurs de tous les payi ter et ai le examiner car elles ne Columb a apr escale aui Cltfde Steanak comm ( F03EIGNSERVUES) Le steamer cLik s ,:bgaii se New York l 2 \ du couru tilier ce te cons'ata ion par trou pm ble Dans une dclara ion en fa en de notre pays, extraire du jourua' ne NtW.Yuik (Octobre iUM)). U a'exprime in s i:Ceat uns œuvre nt'astf que Mr Wilaon a eutreoriaH depm cinq ans. en assumant la responai silit des des'ilies des pelitse na tions qui ont toujours v>cu libre m n', ans pourtant dnon rer l'efli easite des bis qu'il veut atteindre ai par an hasard providentiel, M le ana eur llarding arrivait avoii le victoire au, lectiona prside-' t elles des Etats-Uni, il aura pour uiiH-um de jeter avec bienveillance leragerd sur ces petits peuples, sur tout celui d U iti qui boit son calic d'amertume juiq-i la lie, avec l'Occupation militaire et civile qn il a ur le dos et qui empcbe son vo lution. Ainsi le snateur Lodge condamne aans ambage :ous le" eues qui ont eie S'.cuiuiylis depuis wnq ans aoua lalmu>?strbtion de Mr Dartiguenav -. 14M alors la ilotib'iritm'i plbiscitai re du 12 Juin 19lg i.'exis e pas, s> les actes mans des dcrets d.cta tonaux du 5 Avril 1016 aot nuls enoa avenus, quelle est 1 > Constitution qui doit rgir le peuple batiej '! A lunsnimit, on rpond : c'est le Constitution du 9 Octobre 1889Cer tonemeul' ce te Constitution sou? iempire de laquelle Mr Dartiguenave e ete lu Prsident do la Rpublique est U seule exmtante, est la aeub qui compte Elle repreud aujourd'hui fjrce.et vigueur, grce au snateur llarding qui va tie install le 4 Mars piocii tin la Prsidence de le Granda et Onteuae Rpublique Nord AmricaineIl faut donc comp ter sur la droiture et la loyaut df Mr llaidiug, avoir foi dans ses in tentions bienveillantes. Il faut comp ter aussi sur le peuple amricain, sincrement ruubiicain, profond ment cimbu de 1 esprit duio rate Il convient de le dire: une Natio q n a pour devise : Jua ice et N'en , une ua iou q)i a donn naissance devG qui Uur a t impos' c-i,V k ine d'audiences t vaut se l'ioreesane.brocha e de u^e lelt.on lgislative a fc u U*} | J ^ hier dans le deuxime secteur dej *V\& UOtyWSff($1 Paris en remplacement de M \*ille-|_ Messieurs Qetrgee NVieoer, et B rand |i'y t tuan es, avait nomm ^cj? com iiis' J IOQ rptb..caioe vienu*al avec une co omet ce, que iepui* fin Septembre œoycnae de 47,000 vo x. LS socu.if 10 la maison G Wiei er et ( .Blanili Paul Laraque. prsident du Se .i.i' : .. Depuis le i-. ii-ji 1914> l'As setjiblie na lunale forme ou Snat )t de Clicmbre des dputee> fono' nom ant da 11 £#$ attributions con C'ouiuiis ba $d lu prsident de a Rpublique Blanchet ont l'ho'neur "de rappeler' C Ijtrolr3 (('4 Is^OtN buliwiage f 3 candidats de l'a-; a u pub ic et p-Mculiremcnt an'Bi'le's i retirer de la aiun a i' il'et d tudier cette rvisico. Le U Juillet 1 .'>!'*. Mr le dput oustmtin Mayktd. actuellement Se cretaire d'Etat de l'intrtauf, dposa SOU ia,puxt sur le bureau de l'a Htiii'jiw.Uis'de par wr le anateui Su 111Dartiguenave actuellement Pr didunt de la RapubhqiieMeis la dia IUIBMI fut ajourne iusqu'au i&e blisiement de la paix. Si le but rel du Gouvernement *tait de reviser la Coniitution,il n'aurait pas eu besoin le violer le Pacte fondamental pour uo rimer de si seule autorit une assemble constituante; il n'aurai! qj laiaser loue tonner, luamienan; que (a patz est r ablie, lassemb'e nat'jiuie de lvisiou f irme en ver .u da la Constitution, semble qui est actuolleiU3.it en exercice. .-lciuiennem pis;Cb.e:, tab.ie puiant pri de vinp' de j i.ooo vois, L. so.ialistes mdlcns i lrmie, a ce^s dsister, cat peuaant> 2>oo et les aoclaaifffss rv de 12 000. ori pour sert propre compte. t'ti->. jj;— La vh.mb e des d: Monsieur U. Rlanchet, lrmie, putes a vot le baugt^ gidinauejesi charg d'encaisier les comptes pour l'anne 1921. Les crdits lai dbiteurs. Waobingt >o. Lineo n, llam Iton ICoubtituante quand John Drown, Samoer, ne saurait i nale de R^vinon meurent J2.8jS millions de Iraocsj et n: couipriiuuur pas les so.n ns j ncessaires la reconstituvn dxs i! mous dvastes, aux peniions tt au irts a^eas;*; xiuord.naires. 3 Fvrier PARIS 26,2 Re.it; 3 o ( o ^8 4 • Sterling ; t.91 i'i Dollar u,*] 1,2 NKW YORK 26,2 -Sterling 3,8623 Pftac iySS NV.VSUINviTON-Mr Lefvre char ,,n Po-l su Prince, J fvrier 1021 GEORGES NV1ENER B BLANCHE-T circulation g les Billets annuls et retirs jusqu'i la date du 22 (vrief 1921 gdes' 7 259,oqo ft-'emeu* du tei mars 1921 4\q)Q 8 87I m U reste en circo'.aj : oo dj? 1 Port sa Prirce.'e rer Mars if %  •.-—— Spcialits Walker M ; .sjaaies, Mes Je noise! es et Alss'.eun, Vous trouverez ds^rdliis toues les spiciiiils Walker, 1 B il t s m o | es p ig us di acier qui produisant un HM u P.7U..T". 1 '. x I 1 4. I "'•v'. mi L, l0V,e c,1 r 1. / '" ' • U3 y ' 'SJ acier qui produisant un nu %  ,ltoo oonh Huante quanJ 1 A-.ee.nb e na g d attau-es de Pausma, a lea unit tue, | • poo.iqu.s uouae.o.is eu caouicho-c h de nsiriK ^ e inraii aie de Rvision peut prseu avis dis ut que la g >erre entra fana M l.ir <** Un., Amu^'ll u, ,T" ulcno c s c K '" \\ ,11 1 jo t I en remplir l'aides. Rt puis, 0,1 sait .u* et CostaU.c, est vUep su. v f !" i.^" ^f/?^*"** s acli** 0-1 %  nap ir^iAs.Ij <-' le oajtrop hien qu'une ei ctioi a I h eure rJ.tion a.me Gos uicaino. : e Vdu-slung rr irn IcOiitil Caetui, les .nerveill uses pin' LU.* ORES La prsence dea dl, P " r r,,e e u\, e!,:, e C gu .V emuida la s-iinc^ 4 la K *dlti 011* 10 • %  ai n f, \ il i o i Ir},'! pittfM liji MCin-ni" abdiquer le grand r e qu'elle a 1 ia JU'.CI dans le mu <1 > Ou raclera siieux du g)uvernemeut d>;orntfactss)i; O'-l cela es' poar nom ipjurrttm nom jeter djiuvie .vra/i.rsjuombreux cor eux sont OsaioteoBl Ojiuuie un gags rel et .ni ace dlimitation et livrer nor det/inee* d /'ia'd at.nc-J par les poLuinans 0 S i.'aaiis|§ae ^ue nous s promise UrfWH| • lu clr:ot*u-.3 ij it ^4*1 HJJQI et les.dltgus.slleQiinasoOQt Luc DorsinviUe # Co Rprsentanls QM


PAGE 1

s Quatorzime anflfe Nos 4024 r-rf ft Pr'r.ca; Hait leudi 3 Mars 1921 DIRECTEUR PROPRIETAIRE ClmentMAGtOIBE U NUMERO 20CENT1M1.- il propos de Port au Piince-Je 3 Mars 10tt Monsieur le Uirec eur, Le bruit tait 'autour de I article Un peu de plomb, paru dans vr 1rs dition du 'l'i, levier, et les con inen aires et inteipriaiiona, bon H mal fonds, auxquels on s'est laisse iltr son sujet, prouveraiei t eu> < seuls, s'il en euit b< soin,la lgret (exaltation, I emballement e' le pa fcpritt .,ue plusieurs appor ei.t d-r t /exaujcu des graves questions d moment que cet article,eu sou fond. l'est bien propos de mettre eu \> deoce II porie ainsi en lui mme m force probante. Pour dire de l'n.rticle tout ce qu-o voulait de mal et faire passer let commemaires pour vertueux, ou t commenc par faire entendre qui lauietr a'tst cach comme dune mauvaise action. A moins vraimeo de partager la navet de la poule qui croit se cacher quand elle a et foui sa (t quelque part en laissai i dehors toute sa personne, on ne von pis tiop comment se tacher d'uL article de Journal qui ett chose iientielltraent dtaime au giaud jour de 'a publicit, Faute de ce peu raisonnement d bon tens et pt riant de celle faut s concepiiou, oc a suppos que 1 tuteur de I article tait tel ou tel et, lins se donner la peine de vnliei ces suppositions, ou est tomb sans mesurer sur des peraenues a qui on en voulait dj C'est ainsi que votre note dnera d, par uae dclarH non deoiis des intreas, raontrei que les auaques ont t gratuites leur gard. Cet article a pai u sous la rufcr que Jueation du Jour'adopte par i. louroal qui en assume ainsi la iet potsibiht. tout comme le grand jou nal Le Temps ue #ans a adop >a rubnque bulletin du Jourou Qjpoa chaque jour un aiticle qui Mtrjditonal du journal, lequel ei pteod ioute la responsabilit C'est "n mcanisme qui permet aux org* JJMe publicit d utiliser les talenu Ru ne peuvent avoir a leur dispos oj, tou< leur .garantie. M u uya pas d exemple ;que jai !'.'. a, eur8 .cet'e gsrau.L et paru .£5rt. Q u,fcurl0 au .y e d Uo donc marqu au moins de Juiiuie eu quaiitunt comme Due toose atorraaie,de la part du -Malin a, . cMe une Pruue-. uu dio.t Inn. ? 8b Berl aaua ' P re8 a " b oan...?. p aya Un Da P moiu aiu^t IUtJUlil e quand, aur de Pwnij de vue insultante on a giel %  %  • %  oupcoua injuatea, le tout sei •ui contie son mteutiou peut tre, 1,1 lu,r -'opinion publique en induire *neur. % %  leo^D^)*"__c rneloDB,donm l eut ai Lf re, ta ,leu dect PetU inc. *t*tW*V.. Me,le * rttude8 q^slione 1-inSi l a peu pr8 la raa e dfe I iKaLi? t? de P lomb ,*onl le but \etrt-ti!I££i7*'' n '' i e s ''< l' ll >" /'•'"' a* umS2yf Uni11 le /' e " tr tte De7,'fr. 0 ),uluu *' gaide contre fcohifir v ft ** *i' l ^u exagre et les Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, IJWJ TSLSPHOMCA8 Bien ne Saluait empcher la plain,' d ouloureuse qai par! des prof wdcuri de l'huiii mi ouvenir. Ce colorant qu'est 1 Indigo se tiouve tre depuis o g emps com pris, daus la catgorie des produits mpoits d exporte qu'il i ait. L s mmes remarques peuven tres laites pout le tabac lis conson. me chez nous et dout la culture nts u.ie qu'en peli'.L:s yj 10 de la quai: .ue abioibe ieL.ireui uans l'importa non aiori qu' elles seu.es les uois grandes fabriques de cigarct es eu Dues chez nous depuis u.i cer au. icmpsauraientdu Une converger l'ai lenuon de nos capitalistes vers cette exploitation en grand, rmunratrice fMitum awleuis. Uuani au caoutchouc,on sait qu n est cultivable ici pa ce qu'il a rtUMi i tiayeux Cestausi que nous som ms rduits, faute de ressources varies, i attendre une repus: de nolu unique denre pour attnuer la ciisc que nous subissons, alois que no.it JOI se prte volontiers i toutes les .ulturts. \vec les foitecfi m qui aui vent la fin du trimestre sco 'aire, on serait heureux de vcvr le Dpartement de l'Iastiucion Publique chuDger I horordc> coles pu msi es. Les etita'.'s, pour e renJre i l'l : :ole et en revenir, font journelle. meo qu I e voy g s SOUS UT MWil irden.t et le tr.ij.t bien souvent leur est a st/ o g et peu b'.e Le D^pa • lement ne pourrait-il pas piendre une mesur j unique-nent poef \i saison d't, qui reluirait le nombre de ces voy ges deux Od t vai e ait par exemple, une lois pour toutes, de 8 heuus du matin i midi; ou ie y heures a une heure de Paprs mili soit quatre heures de cours avec une rcration de vingt minute 1 aptes deux heures de travail D: cette 'aon, il n'y aurait rien de chang dans la miKhe actuelle des f udts vlktres et lves g'gneraient i n< faire que deux voy-gts car au lieu de travailler les mitms de 9 heuns i 11, soit deux heu-es et les ,oiis de 2 i 4,soit euco.e drux luures.ee qui doDne pour la journe un to:al d 4 heures, on travaillerait, comme nous venons de le die, de S battre a midi ou de 9 heures i 1 heure.Les intibsdel Etatnes-'raient nuil^meut ls-s les 4 heures exiges par la le pour les coles primaires tant obsu vf. Nous soumettons et I e banne suc ges.ion au Dpartement le i I as truc non Publique qui ne manquera pa^ 4e l'tudieiconsciencieurenient. Nou lui ferons remarque! en outre qut' cette mesure est pratique actuel emeut i la | .; 'rs Robert & James Ewatd Chirurgien-Dentistes Oat le plaisir d'annoncer lor aimable clieutth el au piblic qu' partir il, 1 / Mus leur ct l iri--t deilaire lera traosl \r Jtm leur nouvelle maison Rua Pave I tage du Magaiio de M-Pratck I Martin, en fa re d la (i ac rni lo Iheif clientt, and to the puhltc in gnerai, thii Iheir Deo'al Of 5 ce wil be lr e nsfered o Hue Fa e apposti ihalce Facior/ D^))t Upper Floor of Ur Franck J, Martin buiuess Place. .TRIBUNE La Constitution de 1889 ET LA 28e Lgislature Port au-Piiace le rer Mxrs 192 r Monsieur le Dire.leur, J : vous e voi %  ci inclus pour tre pub i dans votre quotidien avant le 4 Mita prjrhun, 1 article intitul; Li Constitution de i#8y et la fcicusrz mi lettre un peu longue, et recevez Monsieur le Directeur, avec mes remerciements anticips, mes salutitions d stiogues. UN PATRIOTE ""j Dans un discours prononc le 28 Aout 1 dbvant les rpublicaiua Accident d'auto Lundi soir, en revenant de sot habitation.aLo^.iae, notre amiLouib hart -A t v.ctime d un acciden. i'auto pti du PottC Jean Ci/eau. Voulant pargnei un piton qu. ct4ti sur sou paij.ige.le chiutleur ci louruant tiop brusquement 1 au;> csi a.l j 1er la voiture cont.e u coteau. NttiM ami thirl tomb in. nm tut relev que.qu.s minute apis avec les bas tracturs et ave. des con uiions 1 la ligure. Nous iui ijjiiiiujj ua pto.m l .'ub.i se;rtiit vingt huil'me lg slature ( tiosi !de l'I at d Indiana, Mr HsrdlDfiiSS! me session ). • didtt rpublicain, a dit no amraent • C l aiticle contient mon point de ; **•* trancklin Rjosevelt s'est v*n vue au sujet de notre situation pod avoir daus sa io lie la voii d Hilli lique actuelle la 55o:it des N.to s Un sait Kn effet, ds que Monsieur Ha4 ? ctuellei ''t II 1 1 est encore cter r,x cer, ia.un'i i, \A„ tnn w mm JrliplM occup, sou. UllltUlHIt S ger par que MiouTr""*" u ^^ er ^ ar a,itii U e cne PWWlique qui naissait Lien \ a clairvoyance ingale avec laquelle les impo. 'a; te quest ons de I heure sont COJS dies Uue polmique est a de daigner piur la raisou puucip ... qa .es latts dont b.emt a noue po.e il que, mieux que toute discussion, il mouueioot la p*tt de vent et la pat d'exagration que comportent e point de vue de aotre preste, bien a vous, Pubiicaious-ui i^icale^ l'ous ceux qui ont su apprcie' i excellence de la musique de not jeune altiste Jules llheaux appici dront avec plaisir qui les listes dt aouscriptioa ioat presque remplie Uue ceux qui sont eu re ara u. se dep.heut et qu'i.s se rapp;llen que pour la mo n^ue somme de 1 dol'ar ils peuvent avoir une bc pige de musique ou s'allie la gr.U< d'une valse leuis i 1 oiigiaaiit^ U U L.C note toute hatienne. Ir^ sera instai h comme Ptsideot-d s E a s Unis, Jfj ' • "de i. LT i f r,e ? d 1 avili tjuiii oe aa u ai la nniwul 1 bOte-JM I. rgme vo ution Conat.tut.on btiU*i?uJE2S£ lairc et dictatorial qui nous trcul] ion actuelle a fait. b .aucoun' d et que nous sub. sens depuis le|ctios38 qu'a cane puissmeeau mon.oup dat du f Avril iyt6 disp %  aisse avec tous lei dcre:* qu'il a enfints et tous ceux qui sont ta Auguste MAGLOIRE Cui SaiQt-Liiuis Ctt;e pdi-e sta'oa i laquelle un >eivi. < M10..1 bie assurai une clieni.e a.cO.X vwnt de rouvu; sa poile sou IS di.cviioj de vu Nouette. Les amateur^ de boa g^. trouve* roal toujours a des pria couraut, lea raLalcni->sements pouvant salutaire les plus difficile*, gestation. Pour cela, nous devons rMtrei •ans retard dans la voie de la lgalt . cest i dire dans la vote constitu iGnnelle. Conment y reotreroo>iou-> ? Par la runion immdiate le deLX chimbies^gtslativcs d. 1914. dissoutes ea i^6 par la seule vooa. de Moasieut Dtrtigaenavc, ea assemble constituante unique jour la rvision de la Constituiio i; 1889 la seule en vigueu r Cetl vision d^vra tre faite en ac:ord avec les circoostaaces actuel ies, afn de permettre que les itc .ions lgislatives aient lieu normile neai, partant Mil dcret faumst, ie 10 jau/ier 1922. Nous disons sans dcret,'pareeque, >i nous Lis, ons le soin Mousieui Dartiguenave de dcrter lei lec de ne me forcerait faire Fu tat, *n cas de m an tlactioo que j attends avec vo fia .ce, j 1 ne cour erai pas un Soas-Secrtaire ee la via'me de rdiger une Uootfla ion pour un peti: peuple voisin des Anil.es. et, de taire en rer celte COQS tttation dans la purge de sea voisins -aue dfense avec la poime des bayon-iettes amricaines. Je nabjaerai pas non plus du pouvoir ex-eut f H da couvrir avec le voile du aecretd K alle un mixtions rptes et toiusuritb.ee dmi j^. eOairee 111 ternes de* pet.m .pabli qu m de I autpbre de I ouest l)d cette deciarat.on, il riul'e que ds I installa un de Mr Mardicm U Maiaoa BUoohs, la Conatitutiou D JirrjauckliQltioaefelt, aura vcu! hi effet, on ne coooit pae

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05326
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 03, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05326

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
s
Quatorzime anflfe Nos 4024
r-rf ft Pr'r.ca; Hait
leudi 3 Mars 1921
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
ClmentMAGtOIBE
U NUMERO 20CENT1M1.-
il propos de
Port au Piince-Je 3 Mars 10tt
Monsieur le Uirec eur,
Le bruit tait 'autour de I article
Un peu de plomb, paru dans vr
1rs dition du 'l'i, levier, et les con
inen aires et inteipriaiiona, bon H
mal fonds, auxquels on s'est laisse
iltr son sujet, prouveraiei t eu>
< seuls, s'il en euit b< soin,la lgret
' (exaltation,I emballement e' le pa
fcpritt .,ue plusieurs appor ei.t d-r t
/exaujcu des graves questions d
moment que cet article,eu sou fond.
l'est bien propos de mettre eu \>
deoce II porie ainsi en lui mme m
force probante.
Pour dire de l'n.rticle tout ce qu-o
voulait de mal et faire passer let
commemaires pour vertueux, ou t
commenc par faire entendre qui
lauietr a'tst cach comme dune
mauvaise action. A moins vraimeo
de partager la navet de la poule
qui croit se cacher quand elle a et
foui sa (t quelque part en laissai i
dehors toute sa personne, on ne von
pis tiop comment se tacher d'uL
article de Journal qui ett chose
iientielltraent dtaime au giaud
jour de 'a publicit,
Faute de ce peu raisonnement d
bon tens et pt riant de celle faut s
concepiiou, oc a suppos que 1 tu-
teur de I article tait tel ou tel et,
lins se donner la peine de vnliei
ces suppositions, ou est tomb sans
mesurer sur des peraenues a qui on
en voulait dj C'est ainsi que votre
note dnera d, par uae dclarH
non deoiis des intreas, raontrei
que les auaques ont t gratuites
leur gard.
Cet article a pai u sous la rufcr que
. Jueation du Jour'- adopte par i.
louroal qui en assume ainsi la iet
potsibiht. tout comme le grand
jou nal Le Temps ue #ans a adop
>a rubnque bulletin du Jour- ou
Qjpoa chaque jour un aiticle qui
Mtrjditonal du journal, lequel ei
pteod ioute la responsabilit C'est
"n mcanisme qui permet aux org*
JJMe publicit d utiliser les talenu
Ru ne peuvent avoir a leur dispos
oj, tou< leur .garantie.
M u uya pas d exemple ;que ja-
i !'.'. a,"eur8.cet'e gsrau.L et paru
.5rt.Q.u,fcurl0" au.ye d"
Uo donc marqu au moins de
Juiiuie eu quaiitunt comme Due
toose atorraaie,de la part du -Malin
a, .cMe' une Pruue-. uu dio.t
Inn. ? 8b Berl aaua ' Pre8 a"b
oan...?.paya- Un Da P moiu"
aiu^t IUtJUlile quand, aur de
Pwnij de vue insultante on a giel
oupcoua injuatea, le tout sei
ui contie son mteutiou peut tre,
1,1 lu,r* -'opinion publique en
induire
*neur.
leo^D^)*"__c rneloDB,donm l
eut ai Lf re,,ta ,leu dect PetU inc.
*t*tW*V..Me,le* *rttude8 q^slione
1-inSi l a peu pr8 la raa"e dfe
I iKaLi? t? de Plomb,*onl le but
\etrt-ti!Ii7*''n''i'e*s ''< l'll>" /''"'
a* umS2yfUni11 le /'e"tr. tte
De7,'fr.0*),uluu *' gaide contre
fcohifirvft***i'l^u exagre et les
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, IJWJ
TSLSPHOMCA8
Bien ne Saluait empcher
la plain,'douloureuse qai
par! des prof wdcuri de
l'huiii mi le eirl un katal ur o
la ^cotee eli in.e ne
saura l la suivre ; et, au
surplus,je a< s ihppasque
1 seieiiea ait pin us s-
ch une If me venue da
cur.
l'usas CHARMES
Le Malin
ABONNEMENT
PAR MOIS
Pour fis iv^s
p 'lin lires
PORT-Al'-PKINCI:
rV.PARTKMFN I"
ETRANGBR
G.
G,
.oo
2,50
3.oo
Les annonces oont rpnps tu Comr
toirn IntwnBtional do Publicit 9,
Ro TronrhPt, Paria et 1<), 21 33
Ludgate, Hiil. Londres
La crise el notre
sculaire imiolenc
Les mauvais temps que cous tri
veisons prouvent comb.en nous n'*
vous pas t pratiques en nous ait,
chant a une dente unique qui, ai
jourd'hui dprci, nous laisse a'bst
lument dsempars.
Notre sol rput si fertile ne st
piietil qu'a une seule culture en
^ranJ ?
Remontant simplement au temps
de la Colonie, c'est 1 dire cent ans
de distancece qui n'est pas norm
dans la vie d'un peuple nous t:oi
vons des tableaux embiassant le mou
vtment commercial d'alo:s qui nous
emblait taux ou du moias eiagr*
s'ils n man nent des adminis.iraieui&
olfciels de l'poque.
Une exploitation principalemeLt
assuiait aois uut la Mtropole
qu'aux miitres, et-aux commissaire-
de jolis revtnus.Celait:! Indigoterit.
Depuis le dpart du colon sans au
.un espoir de retour, cne exploita
loii a t comp.u einent abandonn
ci aujourd'hui ce n'est plus qu'ut<
>ouvenir. Ce colorant qu'est 1 Indigo
se tiouve tre depuis o g emps com
pris, daus la catgorie des produits
mpoits d exporte qu'il iait.
L s mmes remarques peuven
tres laites pout le tabac lis conson.
me chez nous et dout la culture nts
u.ie qu'en peli'.L:s yj 10 de la quai:
.ue abioibe ieL.ireui uans l'importa
non aiori qu' elles seu.es les uois
grandes fabriques de cigarct es eu
Dues chez nous depuis u.i cer au.
icmpsauraientdu Une converger l'ai
lenuon de nos capitalistes vers cette
exploitation en grand, rmunratrice
fMitum awleuis.
Uuani au caoutchouc,on sait qu n
est cultivable ici pa ce qu'il a rtUMi
i tiayeux Cestausi que nous som
ms rduits, faute de ressources va-
ries, i attendre une repus: de nolu
unique denre pour attnuer la ciisc
que nous subissons, alois que no.it
joI se prte volontiers i toutes les
.ulturts.
\vec les foite- cfi m qui aui
vent la fin du trimestre sco
'aire, on serait heureux de vcvr le
Dpartement de l'Iastiucion Publi-
que chuDger I horor- dc> coles pu
msi es.
Les etita'.'s, pour e renJre i l'l:-
:ole et en revenir, font journelle.
meo qu I e voy g s SOUS ut MWil
irden.t et le tr.ij.t bien souvent leur
est a st/ o g et peu b'.e Le D^pa
lement ne pourrait-il pas piendre
une mesurj, unique-nent poef \i
saison d't, qui reluirait le nombre
de ces voy ges deux Od t vai e
ait par exemple, une lois pour tou-
tes, de 8 heuus du matin i midi; ou
ie y heures a une heure de Paprs
mili soit quatre heures de cours
avec une rcration de vingt minute1*
aptes deux heures de travail D: cette
'aon, il n'y aurait rien de chang
dans la miKhe actuelle des fudts
vlktres et lves g'gneraient i n<
faire que deux voy-gts car au lieu
de travailler les mitms de 9 heuns
i 11, soit deux heu-es et les ,oiis de
2 i 4,soit euco.e drux luures.ee qui
doDne pour la journe un to:al d
4 heures, on travaillerait, comme
nous venons de le die, de S battre
a midi ou de 9 heures i 1 heure.Les
intibsdel Etatnes-'raient nuil^meut
ls-s les 4 heures exiges par la le
pour les coles primaires tant obsu
vf.
Nous soumettons etI e banne suc
ges.ion au Dpartement le i I as truc
non Publique qui ne manquera pa^
4e l'tudieiconsciencieurenient. Nou
lui ferons remarque! en outre qut'
cette mesure est pratique actuel e-
meut i la | .;
'rs Robert & James Ewatd
Chirurgien-Dentistes
Oat le plaisir d'annoncer lor aimable clieutth el au piblic
qu' partir il,1 / Mus leur ctliri--t deilaire lera traosl \r Jtm leur
nouvelle maison Rua Pave I tage du Magaiio de M-Pratck I
Martin, en fa re d la (i ac Ors Boberl d James LVali
SargeoQg-DcBliil
T*ke i* pleasure to inf>rni lo Iheif clientt, and to the puhltc in
gnerai, thii Iheir Deo'al Of5ce wil be lrensfered o Hue Fa e
apposti ihalce Facior/ D^))t Upper Floor of Ur Franck J, Martin
buiuess Place.
.TRIBUNE
La Constitution de 1889
ET LA
28e Lgislature
Port au-Piiace le rer Mxrs 192 r
Monsieur le Dire.leur,
J : vous e voi , ci inclus pour tre
pub i dans votre quotidien avant le
4 Mita prjrhun, 1 article intitul;
Li Constitution de i#8y et la
fcicusrz mi lettre un peu longue,
et recevez Monsieur le Directeur,
avec mes remerciements anticips,
mes salutitions d stiogues.
Un PATRIOTE ""j
Dans un discours prononc le 28
Aout 1 dbvant les rpublicaiua
Accident d'auto
Lundi soir, en revenant de sot
habitation.aLo^.iae, notre amiLoui-
b hart -a t v.ctime d un acciden.
i'auto pti du PottC Jean Ci/eau.
Voulant pargnei un piton qu.
ct4ti sur sou paij.ige.le chiutleur ci
louruant tiop brusquement 1 au;>
csi a.l j 1er la voiture cont.e u
coteau. NttiM ami thirl tomb in.
nm tut relev que.qu.s minute
apis avec les bas tracturs et ave.
des con uiions 1 la ligure.
Nous iui ijjiiiiujj ua pto.m l
.'ub.i se;rtiit
vingt huil'me lg slature ( tiosi !de l'I at d Indiana, Mr HsrdlDfiiSS!
me session ). didtt rpublicain, a dit no amraent
C l aiticle contient mon point de ; *** trancklin Rjosevelt s'est v*n
vue au sujet de notre situation po- d avoir daus sa io lie la voii d Hilli
lique actuelle
la 55o:it des N.to s Un sait
Kn effet, ds que Monsieur Ha- 4? -ctuellei" ''t II 1 1 est encore cter
r,x cer, ia.un'i i, \Atnn wmmJrliplM occup, sou.
UllltUlHIt S
ger par
que
MiouTr""*"u"^^er ^ar a,itii
Ue cne PWWlique qui naissait
Lien \ iten k acU'lj dVJes.et
',u Ss de tout nationalisme^
afbch, aucun Ilaitiea digne de c
nom ce pourrait pas ne pas dsuet
son pays.
lin ralit, ce qui est ci question
dana faiticle du Miin , cesi >a
clairvoyance ingale avec laquelle les
impo. 'a; te quest ons de I heure sont
cojs dies Uue polmique est a de
daigner piur la raisou puucip ... qa
.es latts dont b.emt a noue po.e il
que, mieux que toute discussion, il
mouueioot la p*tt de vent et la
pat d'exagration que comportent
e point de vue de aotre preste,
bien a vous,
Pubiicaious-ui i^icale^
l'ous ceux qui ont su apprcie'
i excellence de la musique de not
jeune altiste Jules llheaux appici
dront avec plaisir qui les listes dt
aouscriptioa ioat presque remplie
Uue ceux qui sont eu re ara u.
se dep.heut et qu'i.s se rapp;llen
que pour la mo n^ue somme de 1
dol'ar ils peuvent avoir une bc ,
pige de musique ou s'allie la gr.U<
d'une valse leuis i 1 oiigiaaiit^ u-ul.c
note toute hatienne.
Ir^ sera instai
h
comme Ptsideot-d s E a s Unis, Jfj ' "de i. LT i f r,e?d
1 avili tjuiii oe aa u ai la nniwul
1 bOte-JM I. rgme vo ution Conat.tut.on btiU*i?uJE2S
lairc et dictatorial qui nous trcul] ion actuelle a fait. b .aucoun' d
et que nous sub. sens depuis le|ctios38 qu'a cane puissmeeau mon-
.oup dat du f Avril iyt6 disp
aisse avec tous lei dcre:* qu'il a
enfints et tous ceux qui sont ta
Auguste MAGLOIRE
Cui SaiQt-Liiuis
Ctt;e pdi-e sta'oa i laquelle un
>eivi. < M10..1 bie assurai une
clieni.e a.- cO.X vwnt de rouvu;
sa poile sou IS di.cviioj de vu
Nouette.
Les amateur^ de boa g^. trouve*
roal toujours a des pria couraut, lea
raLalcni->sements pouvant salutaire
les plus difficile*,
gestation.
Pour cela, nous devons rMtrei
ans retard dans la voie de la lgalt
. cest i dire dans la vote constitu
iGnnelle. Conment y reotreroo>-
iou-> ? Par la runion immdiate
le deLX chimbies^gtslativcs d.
1914. dissoutes ea i^6 par la seule
vooa. de Moasieut Dtrtigaenavc,
ea assemble constituante unique
jour la rvision de la Constituiio
i; 1889 la seule en vigueur. Cetl
vision d^vra tre faite en ac-
:ord avec les circoostaaces actuel
ies, afn de permettre que les itc
.ions lgislatives aient lieu normile
neai, partant Mil dcret faumst,
ie 10 jau/ier 1922.
Nous disons sans dcret,'pareeque,
>i nous Lis,ons le soin Mousieui
Dartiguenave de dcrter lei lec
de ne me forcerait faire Fu -
tat, *n cas de m an tlactioo que
j attends avec vo fia .ce, j 1 ne cour
erai pas un Soas-Secrtaire ee la
via'me de rdiger une Uootfla ion
pour un peti: peuple voisin des An-
il.es. et, de taire en rer celte Coqs
tttation dans la purge de sea voisins
-aue dfense avec la poime des ba-
yon-iettes amricaines.
Je nabjaerai pas non plus du
pouvoir ex-eut f H da couvrir avec
le voile du aecretd K alle un mixtions
rptes et toiusuritb.ee dmi j^.
eOairee 111 ternes de* pet.m .pabli
qum de I autpbre de I ouest
l)d cette deciarat.on, il riul'e que
ds I installa un de Mr Mardicm U
Maiaoa BUoohs, la Conatitutiou D
JirrjauckliQltioaefelt, aura vcu!
hi effet, on ne coooit pae larding qa. l'a s. iris meut quali
lue puisas li tolrer une minute
pre* san entre ea fonctions Sa
disparition aura donc, pour conse
tions ; si elles ne sont pas i son SSLl0*1'1'1*' la nullit de toue '
got il pourra par un autre dcre '- .Viiiir'*!? 'i ' accoPl' Mue
es annuler et charger un Conseil ceU?C ^{*-? C? ,lot"are
m t impos de si cratures, de ^nenfc^ ttSeVuuS S!
pour o i sa rlection qu'il env.sa cal,, Marc5 ,, fjf. o,tTe fSr.'m
gep-ul tled.jt. ;C0U}.8dKat de M. U.rtiaiaoiv.
D r ste, .vlonsi ut le Di.e.teur. il'pa-ce quVa ont t un loii1 ai ne
e,i me.n; bruit que 1 oa a hit de Ple 'ien qui adules accepter
feasUiis, le p-o *l,0U8 ,a P^^eion dea vnement
IIATTft 1
? :


IF HTW

P
m
\
Parisiana
Og & Chavannes
Grarde ite uVI raie, samedi 5
Mars. Lever du lide. u, 8 heures pr,
ci es du soir.
Les cartessooi en vmle ch'z Mme.
Ducis Viard. Aux Armes de Paris et,
lu R staurant de la B nqtie.
E"tr> p*nr?!e 3 gourdes, Balcon;
4 gourdes, Fauuuil oui8 personnes
jo-
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
lent pfn, il n'y a jamais eu un ac-
cord librement consenti par les par
tiea en cauae. Mr DdrtiKuenavn dic-
tait ses vo'ont^a par ses dcret* die-(
ta'oriaux. Et Ira drfcieta qui ont t
4)1
Puissant liment et mdecine sans
faux estimulant de l'alcohoL ,
le
Mariage
| En U Basilique Notre-D*,*
bni, le mardi 8 Mars courM
heures du malin, le mariagea.
demoiselle Agnes Barthe iV(T
sieur le comte |eaa de Vend
Tors nos veux de banh,ttr,
tiogu couple.
Dcs .
N'jus apprenons avec rtsfl
mort survenue a Si Vint ci*
ami Iules Ducasse, victime ta
Jmie.
Nos condolances sa {mil
Les b'eaux venant d l'on
ne pourront entrer dam aucag
d'IUiti autre que l'ort au Pria
lia ne aeront admis I la libre
tfloriaux. Et lis deiceta qm ont e-t1 ,,.. ,. j > n ,>,, que que soua certaines raerv
faits dan s epaya et co: Ire le paya nei^onaiellation fdrale Ce qui est vrai sants. f> qie le peuple hatien de| arrivs pied inaperu a il neurea ,entrant a port au Pnnce.cw b
nout. obligent pai, tpas plus qu'un d*a fonctions de Mr Uartiguenave, mande instamment, c'est que
esclave n'est li par la ente qui I % est galement vrai des fonctiona dea Paul Laraque convoque immdiate!
rduit en servitude *ll ne
y <;qiieacer dira
faire autrement?
piibliciste frai ais
n'eat point cortb
point renverser
der sa; s lutter
" *A"B5i aw. Brttnd* i^usslcsssb?*^
quer an lien de proteeter. plus d une fois pro eat contre lac e
Le meilleur moyen de vaincre sers'.arbitraire dont ils avaient t l'obje |
toujours de combattre, en faisant leurs entires rs Noua disons qu'une pr endu2<>?k'pour toutes dcisions ou mesures
Lgislature dont l'origine est anti qu'ils jugeraient uti'es de prendre
couefflulionoelle a t appele, puis)aux lins de sauvegarder leurs plein* *
, ,1 AMi*s avaient an' la pro^dure
-Nouvelles LlraUgreS suivante. P Rwaion. 2 Dsar-
me nan*. pote II demanda Mr Si-
raons s il agrait eti't prociure Mr
Simiua rpondit; Oui et comneni
al jra aoo expos en ajoutant q e lm
PARIS 1er M.rs
L,a confrence socia'iste a adopt
l'unanini la motion de M stral
pparei's I
res pjnrjempcher que Isa 1
puissent pntrer dans les 1
places d ir le rivaget.
Le bateau devra tre tenu
du wharf a uue distance de as
Au coucher du suleit le
dminent contraire & notre droit pu IHMI. un certain oomb'S de m .un .-gande intosivi coure toutes les lemagi* devrait aqi aPiee ,4) mil*
blic en consquence, il doit deiueu ,brea de la Constituante russp, ljjs salubons brutales et la rvision dajliards d ma k .Ni Lloyd George qui
rer galement nul-kt d ailleurs, ou .en iM7 et dissoute en Janvier 1918,'traita de paix. Les rsokiijus de'avait accuillire trs coirtoisement
blie-i-on qun le peuple hatien a'e?> proscris et essaimai sur toutes les Ledebou-s; gaien>Qt tjooties S I u au dbut de U s.n-.e la dlgation
toujours promis de reconqurir se-
[fsliCniiei politiques, cons itution
nelle*.momentaument mconnues?
LadiuiuUtialion de Mr Dartigue-
nave a une grande calamit na-
tionale: nous l'avons subie, comm-
un subir, malgr soi, une pidmi
ou un ( yclone.
L'h-Miorable snateur Lodge, borr. | rester corutiluants jusqu ce q ie,
me dune culture supeueure e J'emp tien eut matriel ant cart
d'une moitUte exemplaire, vient fo"f >} i<"^$ o' possible de rernpiir le
k a
rouies de l'Europe par le Rgime nan mit, tilles obligent pus les
de terrorisme des Soviets se soit '
runis au nombre de 'JS. le 9 Un
vier 1921 Paria, Rue de Foifiers
dans une des salles du Club de la
Renaissance. L, ils ont dclar coi
server la p nitude de leurs droit*
jet de leurs prrogatives, ceet -dire
Jlem inde se mo.itres mcontent
partis socia'istes employer tous Uii {p d4 ' lVfi* et "poniit
moyens pour ercp*:he' l'in erveo m P uteor S mone aprs avof- MJ-
UO\i: putssaace/c.pi^.,^ y. gj {jpg SStf S3 >. -,
tre Us Soviets et e| 1 la co4a-lOT^ttoa rtsiemWaient aux Por as Prince v.ajei port
sion de paix avec la Russie. p opos tions'verbilee nouspaurrloial (l laissera jci^ers le ^
{J je autre isolutiou vote incit: peut tre noue abstenir de'les disci h ers le niem- pur pour
les travailleurs de tous les payi ter et ai le examiner car elles ne Columb a apr escale aui
Cltfde Steanak
comm
( F03EIGNSERVUES)
Le steamer cLik s,:bgaii
se New York l 2 \ du couru
tilier ce te cons'ata ion par trou pm
ble Dans une dclara ion en fa en
de notre pays, extraire du jourua'
ne NtW.Yuik (Octobre iUM)). U a'ex-
prime insi:Ceat uns uvre nt'astf
que Mr Wilaon a eutreoriaH depm
cinq ans. en assumant la responai
silit des des'ilies des pelitse na
tions qui ont toujours v>cu libre
m n', ans pourtant dnon rer l'efli
easite des bis qu'il veut atteindre
ai par an hasard providentiel, M
le ana eur llarding arrivait avoii
le victoire au, lectiona prside-'
t elles des Etats-Uni, il aura pour
uiiH-um de jeter avec bienveillance
leragerd sur ces petits peuples, sur
tout celui d U iti qui boit son calic
d'amertume juiq-i la lie, avec
l'Occupation militaire et civile qn il
a ur le dos et qui empcbe son vo
lution. Ainsi le snateur Lodge
condamne aans ambage :ous le"
eues qui ont eie S'.cuiuiylis depuis
wnq ans aoua lalmu>?strbtion de Mr
Dartiguenav -.
14M alors la ilotib'iritm'i plbiscitai
re du 12 Juin 19lg i.'exis e pas, s>
les actes mans des dcrets d.cta
tonaux du 5 Avril 1016 aot nuls e-
noa avenus, quelle est 1 > Constitu-
tion qui doit rgir le peuple batiej '!
A lunsnimit, on rpond : c'est le
Constitution du 9 Octobre 1889- Cer
tonemeul' ce te Constitution sou?
iempire de laquelle Mr Dartiguenave
e ete lu Prsident do la Rpublique
est U seule exmtante, est la aeub
qui compte Elle repreud aujourd'hui
fjrce.et vigueur, grce au snateur
llarding qui va tie install le 4
Mars piocii tin la Prsidence de le
Granda et Onteuae Rpublique
Nord Amricaine- Il faut donc comp
ter sur la droiture et la loyaut df
Mr llaidiug, avoir foi dans ses in
tentions bienveillantes. Il faut comp
ter aussi sur le peuple amricain,
sincrement ruubiicain, profond
ment cimbu de 1 esprit duio rate
Il convient de le dire: une Natio
q n a pour devise : Jua ice et N'en ,
une ua iou q)i a donn naissance
devG qui Uur a t impos'
c-i,V luttsr contre tout; polituj-ie 4e guer dnotent ni exa re. La coofreacs s discut pour L-es^llas runiront 4ms j'a-
protester contre le trait de paix, prs miii pour examiner la s tua'jqi
t PARIS, 38 Le conseil de la so avec les experts On inoiere e mare
fchernof, leur Prsident, est viyaQte,cieti des nations a tudi le oroi't ch%ax Foch et Wilsoo. Ils convj-
panni les masses laborieuses et sou im ,L. A 1, _.. *,:-, J, c lm que oot les allemands demu pour
rioptaasatijroc&esoUusrfs^^ ^ U leur faire coiuai re tsur dcision
fois.eile a t disperse, :3ee hors '""f"" en,8U ' d,v'rs F? n! *' sinsi qae le ^tea p:0pre termes
dta' de fonctionner; une premr iillls Ia co0"11"01 u*is-g, s tt Lloyd-U-orge su Or Sillons et- ter
fois par Lon, une seconde lois cl4 d'envoyer au gouvem.-ment de midant'la sance. '
par Ivoltchak. ie la Gcyoquerai en 1- ville libre une lettre au sujet des-------!-------
assemble p'.nire ds que u R;; amendements qu'elle dsire appor* ?.,%r\la mnA ifilt
sie se'a dlivre de tonte dictature j ter ce:!? constitution. A la cour *3ol'*c e//coi(*trJ
De mme,
du Snat
Laraque.
ua eura en Assemble Constituante
Portso Priace le 36 tvne
E F. CLSMEr
Agent G
(J.S.S.B,
Les membres de l'aniti
et les dlgis de I L roi 1
vogues demiin 6 Irures de r
Varits S'il n'y s pa* de 1
11
me 1 honorable Prsideo d'assises de la ^eine commea* au-, SlttO'D ICtulO
t de la Rpublique, Mr-Pam iouri'hu. une allaire de1 connloi' t j c.! V u ;
, dot convoquer dpus et {siax* C0Jl?l^i Le ngama cours d Stnographie h troisime runion ans
,. A^t u%- qui na pu $re ouvirt quea fanvler miche Idix hureUauj'jofl
T ViLH^iKt HMt a cause d, la rni't de Mdl nitsM 1 on''travaillera qtel
sera le 1; Mars le nombre des membres pi
QRPRE DU IQUR
Rapport de l-snciea conseil
E ecion dn nouveau codk
Le Secrtaire g'oral del'rf
Conseil Em. B. AR\sT
(a-bemble uniqu), maintinsnt que 0 M v *
Mr llarding Prsident des Etats- l?^*^99!
rendreii u
du soir.
le
Mus
sera ferm
1911 a h u-
L\ DIRECTION
10 accu
lu uni des kuu- -e, Lot'ot, Mootousseau et Lc jnj, g0\,ia
L'ois nous a dlivrs da a dicta ure,S|graBi: loai scat accuss d attenta^ haja~
de Wr Dartiguenave. tendaoi dchaner une r/o!u ioa K ^ u d'inscription
Il coovieu; de rappeler que l'As en rrsn:e pour subit tu rau goaver u y
samb'e nalion^ie a dj fait acte de nement actuel la dicta ure du p o
Constituan e. Pour s'en convaioerp. taual.Ce proci ncessitera une quin
uous reproJuisoi8 le passage su> kine d'audiences t
vaut se l'ioreesane.brocha e de u^e lelt.on lgislative a fcu U*} | j ^ ,
hier dans le deuxime secteur dej *V\& UOtyWSff($1
Paris en remplacement de M \*ille-|_ Messieurs Qetrgee NVieoer, et B
rand
|i'y
t tuan es, avait nomm ^cj? com iiis'JIOQ rptb..caioe vienu*al avec une co omet ce, que iepui* fin Septembre
oycnae de 47,000 vo x. Ls socu.if 10 la maison G Wiei er et (.Blan-
ili Paul Laraque. prsident du Se
.i.i' : .. Depuis le i-. ii-ji 1914> l'As
setjiblie na lunale forme ou Snat
)t de Clicmbre des dputee> fono'
nom ant da 11 #$ attributions con
C'ouiuiis ba $d
lu prsident de a Rpublique Blanchet ont l'ho'neur "de rappeler' C Ijtrolr3 (('4 Is^OtN
buliwiage -f 3 candidats de l'a-;au pub ic et p-Mculiremcnt an'Bi'le's i retirer de la
aiun a i' il'et d tudier cette rvisico.
Le U Juillet 1 .'>!'*. Mr le dput
oustmtin Mayktd. actuellement Se
cretaire d'Etat de l'intrtauf, dposa
SOU ia,puxt sur le bureau de l'a
Htiii'jiw.Uis'de par wr le anateui
Su 111- Dartiguenave actuellement Pr
didunt de la Rapubhqiie- Meis la dia
iuibmi fut ajourne iusqu'au i&e
blisiement de la paix. Si le but rel
du Gouvernement *tait de reviser la
Coniitution,il n'aurait pas eu besoin
le violer le Pacte fondamental pour
uo rimer de si seule autorit une
assemble constituante; il n'aurai!
qj laiaser loue tonner, luamienan;
que (a patz est r ablie, lassemb'e
nat'jiuie de lvisiou f irme en ver
.u da la Constitution, semble qui
est actuolleiU3.it en exercice.
.-lciu tintons Jitrt ment.
U n'est pas besoin da faite une
lisic ccrncDumies ob>iennem pis;Cb.e:, tab.ie puiant pri de vinp'
de j i.ooo vois, L. so.ialistes mdlcns i lrmie, a ce^s dsister, cat
peuaant> 2>oo et les aoclaaifffss rv luiona.i s p > de 12 000. ori pour sert propre compte.
t'ti->. jj; La vh.mb e des d: Monsieur U. Rlanchet, lrmie,
putes a vot le baugt^ gidinauejesi charg d'encaisier les comptes
pour l'anne 1921. Les crdits lai dbiteurs.
Waobingt >o. Lineo n, llam Iton ICoubtituante quand
John Drown, Samoer, ne saurait i nale de R^vinon
meurent J2.8jS millions de Iraocsj
et n: couipriiuuur pas les so.n ns j
ncessaires la reconstituvn dxs i!
mous dvastes, aux peniions tt au
irts a^eas;*; xiuord.naires.
3 Fvrier
PARIS 26,2 Re.it; 3 o(o ^8 4
Sterling ; t.91 i'i
Dollar u,*] 1,2
Nkw York 26,2 -Sterling 3,8623
Pftac iySS
NV.VSUINviTON-Mr Lefvre char ,,n
Po-l su Prince, j fvrier 1021
GEORGES NV1ENER
B BLANCHE-T
circulation g les
Billets annuls et
retirs jusqu'i la
date du 22 (vrief
1921-gdes' 7 259,oqo
ft-'emeu* du
tei mars 1921 4\q)Q
8 87I
m
U reste en circo'.aj :oo dj?1
Port sa Prirce.'e rer Mars if
.-
Spcialits Walker
M;.sjaaies, Mes Je noise! es et Alss'.eun,
Vous trouverez ds^rdliis toues les spiciiiils Walker, 1
B il t s m o | es p ig us di acier qui produisant un HM
u p.7u..- T". 1 '. x I 1 4. I "'v'. mi L,-l0V,e c,1r 1. / '" ' U3 y ' 'sj acier qui produisant un nu
,ltoo oonh Huante quanJ 1 A-.ee.nb e na g d attau-es de Pausma, a lea unit tue, | poo.iqu.s uouae.o.is eu caouicho-c h de nsiriK ^e'
inraii aie de Rvision peut prseu avis dis ut que la g >erre entra fana M l.ir <** Un., Amu^'ll u, ,T"ulcno c 's c K '"\\", ,11
1 jo t I en remplir l'aides. Rt puis, 0,1 sait .u* et CostaU.c, est vUep su. v f i.^" ^f/?^*"** s acli** 0-1 nap ir^iAs.Ij <-'
le oajtrop hien qu'une ei ctioi a Iheure rJ.tion a.me Gos uicaino. :,e Vdu-slung rr irn IcOiitil Caetui, les .nerveill uses pin'
LU.* ORES La prsence dea dl,P"r r,,eeu\, e!,:, e C
gu .V emuida la s-iinc^ 4 la K *dlti 011* 10
ai n f, \ il i o i
Ir},'!
pittfM
liji MCin-ni"
abdiquer le grand r e qu'elle a
1 ia ju'.ci dans le mu <1 > Ou
raclera siieux du g)uvernemeut d>;or IV^shington, son at'ach nnent eu.tmu Riabvelt Onti^'ienavc n'est
principe d j istice et d'qu ti' son lu'un leurre ui.eiron e ^ | rn.liuee.a donn un Int l. -out nou-!au\ mai s prix qu'a \%\a u U' .jraie PoVt-ii-Prin*
rtspect scrupuleux des ob'igttion-, 0ailleurs des lecLo is genrslas! veau U coulrent d^ Londns LesI rwv^mmm
d>ntfactss)i; O'-l cela es' poar nom ipjurrttm nom jeter djiuvie .vra/i.rsjuombreux cor eux sont OsaioteoBl
Ojiuuie un gags rel et .ni ace dlimitation et livrer nor det/inee* d /'ia'd at.nc-J par les poLuinans 0 S
i.'aaiis|ae ^ue nous s promise UrfWH| lu clr:ot*u-.3 ij it ^4*1 hjjqi et les.dltgus.slleQiinasoOQt
Luc DorsinviUe # Co
Rprsentanls qM
.
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM